Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

Continuité et chronologie des espaces artisanaux en Gaule

Données nouvelles sur un quartier à vocation artisanale, son évolution et son impact sur l’urbanisme de Jublains (Noviodunum), Mayenne

Anne Bocquet

Résumé

Jublains est une modeste capitale de cité de l’ouest de la Gaule, créée à l’époque d’Auguste sur un substrat gaulois. Dans les premières décennies du ier siècle, la physionomie de la ville est encore peu urbaine, mais des traces évidentes d’artisanat existent (poterie, métallurgie). Alors que la ville se dote d’une parure urbaine dans la deuxième moitié du ier siècle, d’importants travaux de « lotissement » s’opèrent dans les quartiers. La fouille de l’un de ces quartiers, situé au sud-est de l’agglomération, montre la pérennité des ateliers artisanaux jusqu’à la fin de l’occupation. Ils sont largement dominés par la métallurgie (fer, alliages à base cuivre), mais on constate également la présence de verriers, de bouchers, de charcutiers et de cordonniers. L’un des aspects intéressants de cette implantation artisanale réside dans son impact sur les équipements urbains, qui sont largement sous-représentés, voire complètement absents. De là découle une interrogation plus large sur la réalisation totale du projet urbain, conçu probablement de manière trop large par rapport aux ressources de la cité.

Entrées d'index

Schlüsselwörter :

Urbanismus, Handwerk, Metallhandwerk, Schmiede

Texte intégral

Fig. 1. Localisation de Jublains dans l’ouest de la Gaule (d’après Naveau, 1997, p. 5).

1Le colloque tenu à Autun se proposait d’aborder le vaste sujet de l’artisanat antique en milieu urbain sous plusieurs angles. La présente communication, rangée dans le thème des « espaces urbains réservés à l’artisanat », abordera depuis la création de la cité diablinte, l’importance de l’artisanat dans la ville et son impact sur le développement urbain. Cette présentation se fera grâce aux connaissances accumulées sur la ville depuis le xixe siècle et surtout grâce à deux fouilles menées dans un quartier sud-est de l’espace urbain (fig. 5). La première fouille, celle de la Grande Boissière (surface de 3 800 m2) a été menée en deux campagnes (1996-1997), préalablement à la construction d’un lotissement. La deuxième, celle du Taillis des Boissières (surface de 1 000 m2), s’est déroulée de 1998 à 2004, en fouille programmée.

1. Une capitale de cité de l’ouest de la Gaule

2Jublains (Noviodunum), capitale de cité, fait partie de la province de la Lyonnaise ; elle se situe dans le nord-ouest de la Gaule (Armorique), dans la partie est du massif armoricain (fig. 1). Il s’agit de la capitale de la cité des Diablintes, peuple gaulois appartenant au groupe des Aulerques qui comprend également les Cénomans (Le Mans) et les Eburovives (Évreux). Les Diablintes sont mentionnés dans plusieurs sources antiques et la ville est figurée sur la carte de Peutinger (sous le nom déformé de NU DIONNUM) avec la vignette réservée aux chefs-lieux (Naveau, 1997, p. 15-16).

3La cité a été fondée sous Auguste (au plus tard en 16-13 av. J.-C.) ; elle apparaît en effet dans les listes de Pline, en tant que cité pérégrine et stipendiaire (Maligorne, 2006, p. 156). Il s’agit d’une cité de taille modeste, dont la capitale gouverne un réseau routier en étoile. Le maillage des agglomérations secondaires est mal connu. L’existence de celle d’Entrammes (Interamnes) est assurée ; en effet, un établissement thermal et des quartiers urbains ont fait l’objet de fouilles récentes (Naveau, 1992 ; Guillier, 2006a et b). En revanche, on ne peut que supposer l’existence de deux autres agglomérations à Ernée et à Saulges, où les découvertes sont plus rares. De la même façon, l’image du territoire rural entourant ces agglomérations est encore floue ; des habitats sont attestés, mais leur densité est faible, et aucune fouille récente n’est venue les caractériser.

2. Une occupation gauloise autour d’un sanctuaire communautaire

4Dans une étude récente menée sur sept cités du nord-ouest de la Gaule (Carhaix, Vannes, Corseul, Nantes, Rennes, Angers et Jublains), il apparaît que seules deux de ces capitales (Jublains et Angers) n’ont pas été créées ex nihilo à l’époque augustéenne, mais qu’elles succèdent à une occupation gauloise (Maligorne, 2006, p. 156).

Fig. 2. Fond de cabane attribué à un tisserand (cliché CG 53).

Fig. 3. Moule à alvéoles, ier siècle avant J.-C. (cliché H. Nils Loose).

5L’occupation gauloise à Jublains est caractérisée par la présence d’un sanctuaire communautaire, accompagné d’une nébuleuse d’habitats peu denses (Naveau, 1997). Le véritable lieu de résidence des populations diablintes est situé à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Jublains, à Moulay, sur un site d’oppidum dont la surface avoisine les 135 hectares (Valais, 2007).

6Les traces d’habitat perçues à Jublains pour cette époque sont peu nombreuses et caractérisent principalement des enclos. Même si du mobilier épars avait été mis au jour auparavant, les premiers vestiges d’importance ont été repérés dans les années 1970 lors du creusement d’un terrain de sport. Il s’agit de foyers, de fosses et de fossés, accompagnés d’un abondant mobilier céramique (Boissel, Naveau, 1980, p. 3-34). Les fouilles récentes, situées immédiatement à l’ouest du terrain de sport, ont confirmé une occupation de même type à partir des années 120/80 av. J.-C. (Bocquet, 2004, p. 5-6). Quelles sont les traces d’artisanat perceptibles pour cette époque ? On peut signaler la découverte d’un fond de cabane semi-excavé qu’il est possible d’attribuer à un tisserand, par la typologie même de la structure et le nombre important de pesons qui lui sont associés (Bocquet, 2004) (fig. 2). Cependant, cette activité est de type domestique. On peut en revanche noter la découverte, lors des fouilles du terrain de sport, de creusets contenant des gouttelettes d’or et de moules à alvéoles dont l’interprétation reste soumise à questionnements (moules d’orfèvres ou flans monétaires ?) (fig. 3) (Naveau, 1998, p. 57-58). L’exploitation aurifère est attestée en Mayenne sans doute dès l’Âge du Fer (plutôt dans le sud-ouest du département), mais il est intéressant de constater la présence d’artisans spécialisés dans le travail des métaux à Jublains dès le ier siècle av. J.-C.

3. Une occupation augustéenne discrète

7Si l’on admet avec Yvan Maligorne que les peuples gaulois se sont constitués en civitates dès les années 16-13 av. J.-C., il convient de se poser la question de la réalité du schéma urbain à cette époque : quelle image présente la ville et peut-on tout simplement parler de « ville » ?

8La période augustéenne a été longtemps représentée uniquement par des découvertes isolées d’éléments mobiliers (céramiques, monnaies, fibules, boucle de harnais). Les structures mises au jour sur la fouille du Taillis des Boissières apportent donc des informations inédites qui permettent de proposer un schéma de développement pour une époque qui ne connaît aucun élément « urbain », ni rues, ni monuments. Les structures découvertes sont peu nombreuses, mais révèlent un certain degré d’urbanisation. L’habitat est toujours enclos dans le système fossoyé de La Tène finale. L’étude d’un riche dépotoir domestique comblé de rejets céramiques montre que la cité diablinte constitue « une zone de contacts et d’échanges où s’exercent conjointement deux attractions majeures : d’une part le domaine armoricain, de l’autre le bassin de la Loire moyenne » (Mortreau, 2004, p. 24). Une découverte particulièrement intéressante pour l’étude des artisanats est un four de potier (fig. 4), dont le remplissage était constitué des rebuts de la (ou des) dernière(s) cuisson(s), qui a (ont) pu être datée(s) de la fin de la période augustéenne. Ce four est un témoignage direct, même s’il est encore isolé, d’une population déjà en place, d’artisanats développés et de circuits d’échange bien établis.

Fig. 4. Four de potier augustéen : au premier plan l’aire de chauffe, puis l’alandier et enfin la chambre de chauffe avec ses deux piliers (cliché CG 53).

9Ainsi, les fouilles récentes montrent que la cité pérégrine de Jublains existe bien dès le début du ier siècle ap. J.-C., qu’elle n’est pas encore dotée de sa parure urbaine, mais qu’une présence artisanale d’importance et de qualité est déjà implantée. En cela, Jublains ne diffère pas des autres capitales de l’Ouest, qui présentent toutes des physionomies peu urbaines, où les monuments en pierre sont très rares et les espaces principalement occupés par des artisans (Maligorne, 2006, p. 161).

Fig. 5. Plan théorique de la ville antique (en grisé, l’emplacement des fouilles de la Grande Boissière et du Taillis des Boissières).

4. La première moitié du ier siècle : une ville en devenir

10À partir de l’époque tibéro-claudienne, des indices de développement urbain, certes encore ténus, existent. Le premier de ces indices est le forum. Ce monument, connu uniquement par des fouilles du xixe siècle, était jusqu’à peu attribué à la même phase de construction que les autres monuments, soit la deuxième moitié du ier s. ap. J.-C. (Bocquet, Naveau, 2004, p. 176). Yvan Maligorne réfute cette datation et propose une chronologie plus précoce, entre le règne de Tibère et celui des Flaviens, soit au milieu du ier s. ap. J.-C. (Maligorne, 2006, p. 159). Les arguments sont doubles : tout d’abord, le positionnement du monument dans la trame urbaine prouverait qu’il lui est antérieur : il est en effet contourné par la rue A, l’un des deux axes majeurs de la ville (fig. 5). Ensuite, le plan du portique occidental, identifié comme une basilique, trouve des comparaisons en Gaule, en Espagne et en Italie, pour des époques ne dépassant pas le milieu du ier siècle ap. J.-C. (Maligorne, 2006, p. 31).

Fig. 6. Axe d’implantation de la voirie ( ?) (cliché CG 53).

11Un autre indice d’une urbanisation plus précoce tient dans le fait que la conception de la trame viaire était probablement antérieure de quelques décennies à sa réalisation. Ainsi, la fouille du Taillis des Boissières a mis au jour, sous le bord ouest d’une chaussée (rue G), un fossé dont le comblement est attribué aux années 15/40 (fig. 6). Une petite opération, menée dans le quart sud-est de la ville, a également permis de mettre au jour deux fossés orientés comme la rue G, et comblés avec du mobilier tibérien. Ces fossés pourraient tout à fait représenter une matérialisation de la voirie, antérieure de quelques décennies à sa réalisation. Un schéma identique est d’ailleurs connu à Corseul : « des rues dont l’emprise était simplement réservée dans le tissu urbain et matérialisée par des fossés, sont [...] dotées d’une chaussée » au milieu du ier siècle (Maligorne, 2006, p. 166). Un dernier argument peut être avancé lorsque l’on examine attentivement les orientations de certains bâtiments, également en conformité avec la voirie. Il est donc probable que le cadre d’implantation des bâtiments avait déjà été fixé et respectait un schéma, probablement défini par l’administration, même s’il n’était pas réalisé.

12Sur les sites fouillés, la période tibérienne marque un net changement dans la nature de l’occupation : les fossés de l’enclos gaulois sont remblayés et le terrain est aménagé par un remblai d’arène granitique qui permet d’asseoir de nouvelles constructions. Celles-ci sont encore bien modestes : il s’agit majoritairement de sablières, de trous de poteau et de fosses (Bocquet, 2004). À partir des années 40/50, les structures et les bâtiments se multiplient. Une réelle vitalité se marque par la surimposition de vestiges dans les mêmes zones pour des périodes relativement courtes (une trentaine d’années). Deux techniques de construction sont attestées pour les habitats : sur poteaux et sablières et sur solins.

13Pour la période correspondant au règne de Tibère, les fouilles n’ont pas livré de trace directe d’artisanat, mais des indices indirects prouvent que les artisans sont déjà présents dans la ville. Ont ainsi été mis au jour des scories (dont une de taille importante réutilisée dans un solin) et des battitures, qui constituent le premier témoignage de la métallurgie du fer (Bocquet et alii, 2004, p. 136). En revanche, à partir des années 40, la présence des artisans est bien attestée ; ils semblent même occuper des espaces particuliers. Au nord-est du site du Taillis des Boissières, des activités artisanales se marquent par des foyers circulaires successifs, dont on ne connaît pas la destination (Bocquet, 2003) (fig. 7 et 8), et par des niveaux et des structures liés à la métallurgie. Cette zone semble être un espace extérieur. Dans la partie centrale du site, les niveaux de construction d’un bâtiment sont constitués presque exclusivement de scories et de parois de four, ce qui prouve une activité proche. Au sud, ce sont les niveaux d’occupation d’un bâtiment qui ont livré des battitures et qui attestent avec certitude la présence d’un forgeron dans les années 60/80 (Bocquet, 2002a). Plusieurs espaces semblent donc dédiés au travail de la métallurgie.

14Jusqu’au milieu du ier siècle, la physionomie de la ville est peu urbaine, mais une certaine vitalité se marque dans les habitats. Certains indices permettent de penser que l’urbanisation n’est pas spontanée, et qu’elle se fait dans un cadre matérialisé de manière légère, et peut-être déjà établi par l’administration.

Fig. 7. Plan d’une zone artisanale présentant des surfaces d’arène indurées (foyers ?).

5. Une vaste opération d’urbanisme en lien avec l’octroi du droit latin ?

15La deuxième moitié du ier siècle voit la réalisation d’une vaste opération d’urbanisme. Tout d’abord, le système des rues orthonormées se met en place : il définit une surface quadrangulaire d’environ 23 hectares et divise la ville en quarante îlots d’environ 70 m de côté (fig. 5). La datation communément admise pour ces travaux d’envergure est la période flavienne (Naveau, 1998, p. 94). Les fouilles récentes n’apportent pas d’éléments décisifs quant à la chronologie : les niveaux de construction livrent peu de céramiques, certaines d’époque gauloise, certaines du milieu du ier siècle et certaines des années 60/80. Il n’est cependant pas impossible que certains tronçons de voirie aient été réalisés à partir du milieu du ier siècle et que le projet se soit poursuivi dans les décennies suivantes. Le projet d’urbanisme se traduit également par la construction des bâtiments publics (temple, théâtre, thermes) jusqu’au tout début du iie siècle (Naveau, 1997). La particularité de la ville de Jublains réside dans l’alignement de ses monuments publics, selon un axe nord-sud de 800 m de long, encadrés par deux des principales rues de la ville (fig. 5).

Fig. 8. Zone d’arène indurée portant la trace de fines rainures, années 40/80 (artisanat indéterminé) (cliché CG 53).

16Cette vaste opération d’urbanisme, qui marque un « développement urbain soudain et tardif », se rencontre dans la plupart des villes de l’Ouest (Maligorne, 2006). À quoi correspond cette intense activité édilitaire ? William Van Andringa propose de voir ces gigantesques travaux d’urbanisme en lien avec l’octroi du droit latin pour des cités qui étaient jusqu’alors pérégrines (Van Andringa, 2002, p. 80 ; Maligorne, 2006, p. 167-171). On ne peut préjuger du financement public ou privé de ces travaux, mais leur impulsion ne peut venir que des élites en souhait d’intégration.

17Le corollaire de ces travaux d’urbanisme, remarqué dans la majorité des villes de l’Ouest, est une redistribution des activités au sein de l’espace urbain et un refoulement des artisans en périphérie de la ville ou dans des secteurs non urbanisés, bien que situés près du centre (Maligorne, 2006, p. 167).

6. Un projet urbain non abouti ?

18Les conséquences de ces travaux d’urbanisme sont que certains habitats de la période tibéro-claudienne ont été condamnés et rasés et que le secteur a été réaménagé par des apports de matériaux importants (Bocquet et alii, 2004, p. 139 ; Bocquet, 2003, p. 20). Il s’agit de véritables travaux de « lotissement » qui offrent aux nouveaux occupants des terrains salubres et propres à l’installation. On imagine donc que l’autorité souhaite alors reléguer les artisans aux portes de la ville pour proposer les terrains ainsi libérés à des constructions plus résidentielles.

19Quelques aménagements et habitats témoignent de la réalisation partielle de cette conception plutôt « urbaine ». Ainsi, les deux maisons situées le plus à l’ouest de la zone fouillée (et donc distantes d’une cinquantaine de mètres de l’axe central de la ville) sont représentatives des habitats à portique de façade, en lien direct avec la rue. Cette dernière est alors bordée d’un fossé et d’un trottoir (fig. 10). Le portique est traité différemment selon chaque maison (sur poteaux ou sur mur bahut), ce qui laisse à penser que la réalisation était à la charge du propriétaire (Bocquet et alii, 2004). Dans l’îlot situé plus au nord, la rue est-ouest (no 5) est également équipée d’un trottoir, construit en même temps que la voirie. Ce trottoir n’est pas accompagné de fossé ou de portique, ce qui semble constituer un amoindrissement du schéma urbain.

20Mais ces quelques aménagements ponctuels ne doivent pas cacher un réel inachèvement du schéma urbain. Ceci est perceptible par deux types d’observations redondantes dans les fouilles de la Grande Boissière et du Taillis des Boissières. D’une part, les aménagements bordant théoriquement les chaussées (trottoir, portique et fossé) n’ont pas toujours été réalisés (au sud de la rue 7 et à l’est de la rue G, fig. 10). En revanche, les espaces nécessaires à ces aménagements ont été réservés et l’habitat n’est jamais venu empiéter sur cette bande de 2,80 à 3 m de large, qui a ainsi pu être utilisée comme zone de dépotoir. L’espace est donc très probablement de statut public, mais il est possible que les aménagements soient à la charge des propriétaires. Se pose alors le problème du statut des propriétaires : qui sont-ils et pourquoi n’ont-ils pas aménagé les abords des chaussées ?

21D’autre part, le constat de non achèvement de la structure urbaine va plus loin puisque certaines chaussées n’ont tout simplement pas été menées jusqu’aux limites théoriques de la ville. Ainsi, la rue 7 s’interrompt prématurément au carrefour avec la rue G et ne se poursuit pas dans l’îlot le plus à l’est (Bocquet et alii, 2004) (fig. 9). De plus, le tracé en baïonnette de cette rue constitue une véritable anomalie dans le plan urbain. Est-il la réminiscence d’un tracé antérieur, pérennisé dans la trame antique, ou constitue t-il la trace d’un état provisoire jamais abouti ? Dans le même ordre d’idée, dans un îlot plus au sud, la rue G a pu être observée à l’occasion de travaux ; elle existe mais ne semble pas avoir été utilisée. Elle ne présente aucun aménagement et l’absence de traces d’occupation sur ses abords renvoie d’avantage à un terrain vague qu’à une zone urbanisée.

22C’est ainsi toute la frange du dernier îlot, situé au sud-est de la ville, qui pose question (fig. 9). Les indices d’inachèvement sont redondants ; la rue H n’a donc peut-être pas été construite (au moins sur sa moitié sud). La limite de la ville serait alors marquée à l’est par la rue G, dans l’attente d’un développement de l’urbanisation. On peut donc légitimement s’interroger sur la réalité de l’occupation du sol à l’intérieur du périmètre théorique de la zone urbaine ; le cadre des 23 hectares était-il trop grand par rapport aux capacités humaines et financières de la cité ?

Fig. 9. Plan de la ville antique.

7. Des architectures typiquement artisanales ?

23L’analyse des vestiges découverts dans ce quartier pour la période postérieure à la mise en place du réseau viaire permet d’apporter des éléments de réponse à ces questionnements sur le développement urbain.

24Sur le site de la Grande Boissière, de part et d’autre de la rue 7, deux groupes de bâtiments présentent une organisation similaire (fig. 10). Ils sont composés d’un bâtiment d’habitation (surface de 70 à 100 m2) et d’un second bâtiment, disposé à la perpendiculaire du premier. Ce dernier est interprété comme un atelier métallurgique, et une petite pièce carrée (de 16 et 30 m2) disposée dans un angle est sans conteste une forge. Ces groupements ignorent le système urbain, dans leurs orientations, comme dans leur circulation. Les entrées tournent le dos à la rue et s’ouvrent en revanche sur des cours pavées avec des puits (Bocquet et alii, 2004). Coexistent ainsi dans un même espace les fonctions domestiques et artisanales, tout en étant dans des bâtiments séparés.

Fig. 10. Plan simplifié des vestiges de la Grande Boissière et du Taillis des Boissières.

25Sur le terrain du Taillis des Boissières, situé immédiatement au nord du précédent, la vocation de quartiers artisanaux est confirmée. À la différence des forges, implantées quasiment dans des espaces « en friche » en retrait du système urbain, les bâtiments mis au jour plus au nord s’organisent selon les axes définis par la voirie. Ainsi, deux bâtiments se situent au sud de la rue 5 ; ils sont séparés par une ruelle qui permet d’accéder à l’intérieur de l’îlot et sans doute de le traverser jusqu’à la rue 7 (fig. 10). L’îlot n’est pas densément bâti puisque l’espace central est occupé par un jardin. Au sud du jardin, un autre bâtiment, dont les vestiges sont plus lacunaires, se développe.

26Parmi l’ensemble des constructions, on peut remarquer un bâtiment quadrangulaire d’une surface d’environ 80 m2, subdivisée par une petite pièce carrée de 16 m2 dans son angle sud-est (fig. 10). Ce bâtiment est implanté dans les années 100/110 ; il est précédé d’une intense activité liée à la métallurgie du fer (structures en creux marquées par des dépôts de scories et de battitures, fig. 11). La grande pièce de ce bâtiment était caractérisée par un sol d’arène granitique et par un foyer de tuiles. Ces éléments, associés à un accès direct à la rue 5 par l’intermédiaire d’un trottoir, l’avaient d’abord fait interpréter comme une habitation. Mais l’analyse de prélèvements opérés dans la petite pièce carrée permettent aujourd’hui de la classer dans la catégorie des ateliers métallurgiques, puisque les déchets mis au jour attestent clairement de l’emplacement d’une forge (Sarreste, 2008). Si le bâtiment est comparable, dans ses dimensions et ses modes de construction, aux forges de la Grande Boissière, la fouille n’a pas permis de le lier à un habitat et de répéter le modèle déjà mis en évidence.

27D’autres secteurs de la fouille du Taillis des Boissières semblent également réservés à l’artisanat. Le secteur nord-est se définit comme un espace plutôt extérieur, probablement protégé par une toiture et encadré de murs (fig. 10). Les traces d’artisanat y sont pérennes, multiples mais parfois difficiles à interpréter. Au sud, les activités se pratiquent dans un bâtiment dont les maçonneries étaient très altérées ; il est donc difficile d’en connaître les limites et de restituer ses espaces internes et le mode de circulation. Un foyer a tout de même été identifié dans un angle de pièce ; les déchets qui lui sont associés permettent d’attribuer le bâtiment aux activités métallurgiques (Bocquet, 1998, p. 7).

28Ainsi, les quartiers situés au sud-est de la ville, lotis dans la seconde moitié du ier siècle, ne semblent pas avoir connu une urbanisation poussée. Les rues n’ont pas été accompagnées d’aménagements, les maisons « urbaines » sont quasiment absentes et la place des bâtiments artisanaux est écrasante. Parmi ceux-ci, les forges, installées dans le même modèle de bâtiment, semblent être majoritaires.

29Il est possible de penser que la ville, conçue à l’origine pour occuper une surface de 23 hectares, a finalement été trop vaste pour les ressources locales. Ainsi, au moins un quartier situé à l’est n’aurait été que partiellement loti. Il est occupé, immédiatement après les opérations d’urbanisme, par des ateliers d’artisans, qui tout en étant insérés dans les îlots n’en respectent pas toujours les orientations, et ne mettent pas en place les équipements urbains. Ainsi, la fonction artisanale du quartier semble entraîner un relâchement, ou tout au moins un caractère plus sommaire de l’urbanisation.

8. Quels artisanats ?

30L’artisanat le plus important mis au jour jusqu’à aujourd’hui est celui de la métallurgie du fer. Il est présent dès le milieu du ier siècle, même si les traces directes en sont encore discrètes. Il est toutefois certain que dès la deuxième moitié du ier siècle, l’activité est d’importance si l’on en juge par les masses considérables de scories apportées en remblais dans les niveaux de construction des rues ou des bâtiments de la ville. L’étude de F. Sarreste écarte l’hypothèse que la phase de réduction puisse avoir été réalisée à l’intérieur du cadre urbain, mais l’on a des difficultés à expliquer la présence de scories de réduction en grande quantité dans la ville, d’autant que les zones de production du minerai se situent à une distance minimale de 5 km.

Fig. 11. Ensemble de fosses liées à la métallurgie (cliché CG 53).

31Les fouilles récentes ont mis au jour des vestiges multiples qui se répartissent en plusieurs catégories : les niveaux, les structures et les déchets. Les niveaux sont localisés dans la forge par exemple et se repèrent par des quantités très importantes de déchets. Certaines structures se définissent par des apports d’argile et/ou d’arène granitique, parfois aménagés sur des radiers et dont les surfaces sont souvent fortement rubéfiées. Elles présentent des limites nettes qui permettent de leur restituer des formes : semi-circulaire (Bocquet, 1999, p. 14), circulaires (Bocquet, 2000, p. 3, p. 12), ou quadrangulaires (Bocquet, 2001, p. 14, p. 28). Il s’agit probablement de zones de foyers liés aux activités artisanales. De nombreuses fosses et des niveaux cendreux et charbonneux sont en association avec ces foyers. Une dernière structure peut être mentionnée : il s’agit d’une canalisation empierrée contenant des sédiments gravillonneux de couleur rouille, attestant de la présence d’éléments ferreux (Bocquet, 2002, p. 18).

32Les déchets se répartissent en plusieurs catégories. Les plus abondants sont les scories, les fragments de blocs tuyères et les culots de forge. Les scories de post-réduction ont été découvertes en quantités très importantes : on en dénombre ainsi 141 kg sur le site du Taillis des Boissières, ce qui semble être un chiffre très élevé par rapport à des sites équivalents (Sarreste, 2008). Les culots de forge attestent des mêmes réalités : ils sont abondants (51 au minimum) et leurs poids moyens (autour d’1 kg) indiquent des phases de travail assez longues pendant lesquelles des opérations variées ont pu être réalisées (Sarreste, 2008). L’analyse métallographique de trois exemplaires issus de niveaux de voirie (rue G) montre pour chaque spécimen des phases de travail distinctes, dont certaines pratiquées à basse température (sans fusion complète de la scorie). L’absence de limite franche entre ces phases indique que le culot n’a pas eu le temps de refroidir entre les opérations qui se sont sans doute succédé rapidement. En outre, les pertes de métal sont limitées, ce qui pourrait témoigner de l’élaboration ou de la réparation d’objets. En revanche, quelques micro-déchets issus d’un sol de forge de la fouille du Taillis des Boissières indiqueraient la réalisation sur place de l’épuration de masse brute ou de barres de fer contenant encore de nombreuses inclusions. Le fer brut pourrait donc avoir été importé en ville pour y être transformé en objets.

33D’autres déchets renvoient à la forge : ce sont les battitures, infimes particules d’oxydes de fer produites lors des différentes phases de travail. Ces éléments constituent les meilleurs témoins d’une production sur place, car ils peuvent difficilement avoir été déplacés. Celles découvertes dans la forge du Taillis des Boissières se présentent sous forme d’encroûtements de plusieurs centimètres ou d’amas pesant plusieurs centaines de grammes, qui sont autant de preuves d’une activité très intensive. Le fait que l’on en trouve dans différents endroits du site est également un signe de cette forte activité. La présence de battitures en billes vitreuses pourrait être significative d’opérations à haute température (soudures ?) (Sarreste, 2008).

34Le travail de la forge est également attesté par la présence de semi-produits (barres, plats et tôles) et de chutes (281 éléments). Celles-ci résultent majoritairement d’une étape de découpe sur des barres ou des plats, qui présentent des extrémités aplaties, coupées au ciseau ou pincées. Elles sont généralement récupérées par le forgeron pour être réemployées, mais les plus petites s’égarent facilement, ce qui explique leur nombre élevé dans les corpus. De nombreux outils sont également présents, qu’il n’a toutefois pas toujours été possible de caractériser. Néanmoins, on dénombre des pierres à aiguiser pour l’affûtage des outils, deux ciseaux à froid, des polissoirs et une petite enclume (étude inédite, Sylvaine Morin/Conseil général de la Mayenne).

35Le fer n’est pas le seul métal à avoir été travaillé sur le site : des témoignages existent également pour les alliages à base cuivre (bronze et plomb). Un foyer situé dans l’angle d’une pièce du bâtiment au sud est la seule structure évidente de cette production. Mais les déchets sont abondants : on dénombre ainsi plus de 300 fragments de creusets et 324 éléments divers (293 en bronze et 31 en plomb), qui illustrent l’ensemble de la chaîne opératoire. La fonderie est attestée par la présence de déchets de fonderie et de coulée, de quelques évents de coulée, de petits lingots, ainsi que par des objets soit en cours de fabrication (non ébavurés) soit ratés de coulée. L’écrasante majorité du mobilier est néanmoins constituée par les chutes de découpe de tôle et les éléments repliés destinés au recyclage. Enfin, des polissoirs, fixes ou mobiles, assurent la finition des objets coulés, après les opérations d’ébarbage et d’ébavurage (étude inédite, Sylvaine Morin / Conseil général de la Mayenne).

36Un élément mobilier vient enrichir cet artisanat : il s’agit de la découverte de deux moules de faux monnayeurs. Deux thèses s’affrontent pour savoir si cette activité résulte d’activités privées, ou s’il s’agit « d’un remède officieux à une pénurie monétaire » (Aubin 1999, p. 18-19). Gérard Aubin, qui a étudié les deux objets, penche pour l’hypothèse d’une activité privée, qui semble se pratiquer le plus souvent aux marges des agglomérations. On ne peut relier avec certitude les deux moules au foyer évoqué plus haut, mais la certitude que le coulage d’objets en bronze a été réalisé sur le site prouve au moins que le faux monnayage a fait partie des activités des artisans.

37Le plomb est quant à lui représenté de manière plus diffuse par des coulées et peut-être un lingot. Comme pour le bronze, on compte des éléments destinés à être recyclés, repliés intentionnellement en vue d’être recoulés.

38Ainsi, les activités métallurgiques (principalement le fer, mais aussi les alliages cuivreux) sont de loin les mieux représentées, mais elles ne sont pas pour autant les seules.

39Un domaine d’activité mis en évidence uniquement sur le site du Taillis des Boissières est celui du verre. Aucune structure ne peut être mise en relation directe avec cet artisanat ; seuls les déchets témoignent d’une production sur place (étude inédite, Laure Simon / Inrap et UMR 6566). Ces déchets sont très divers ; on trouve notamment parmi eux des débris liés à la phase de façonnage des objets. De tels restes, très caractéristiques, sont régulièrement mis en évidence dans les ateliers de soufflage (ateliers dits « secondaires », comme à Avenches en Suisse, Amrein, 2001) : meules (ou mors), fragments étirés portant des empreintes d’outil, fines baguettes, billes et coulures de matière vitreuse… Ils nous indiquent que le verre travaillé était de teinte bleu-vert, incolore et jaune-vert. Un type de gobelet à bord arrondi au feu (Ising 36b), attesté en de nombreux exemplaires (certains avec ce qui semble pouvoir être qualifié de « défauts »), pourrait avoir été l’une des productions locales, hypothèse également proposée pour l’atelier de Mazières-en-Mauges repéré dans le département voisin de Maine-et-Loire (Simon, 2000). Les débuts de l’activité sont à placer au dernier tiers du ier siècle ; elle semble se poursuivre jusque dans le courant de la première moitié du iie siècle.

40Parmi les autres artisanats, il est possible d’en mentionner certains liés aux métiers de bouche. Ainsi, l’étude archéozoologique du comblement de deux puits sur le site de la Grande Boissière avait permis de déceler l’activité d’un boucher ou d’un charcutier par des rejets caractéristiques (Bocquet et alii, 2004, p. 160-161). Les restes étudiés pour le Taillis des Boissières sont de deux sortes : des restes de consommation, rejetés par les habitants, et des restes de préparation des morceaux, rejetés par les professionnels. Parmi ceux-ci, on note la présence d’une zone d’épandage le long de la voie (du milieu du ier jusqu’au milieu du iie siècle), correspondant à des déchets liés à l’abattage des bœufs. Il est donc possible qu’un lieu d’abattage soit implanté à proximité afin d’alimenter la ville (étude inédite, Elsa Paillot/Conseil général de la Mayenne).

41Des activités, sans doute de moindre importance, peuvent toutefois être signalées. Ainsi, un lot d’ossements concassés volontairement, et appartenant majoritairement à des bovins, a été découvert dans un puits du Taillis des Boissières. L’auteur de l’étude a posé l’hypothèse de la fabrication de colle d’os à partir de ces éléments, mais en conclut finalement plutôt à l’extraction des matières grasses (Forest, 2008). La fouille de la Grande Boissière avait permis d’identifier également la présence d’une cordonnerie (fragments de déchets dans un puits) et peut-être même le traitement des peaux (Bocquet et alii, 2004).

42Les artisanats représentés dans ces quartiers sont donc multiples, pérennes, et dominés par le travail des métaux, tout particulièrement celui du fer. La capitale de cité est donc également un centre économique important, même si l’on ne peut savoir si la ville produit uniquement pour ses propres besoins ou si elle approvisionne également le territoire de la cité.

9. Évolution du quartier

43Ce quartier artisanal, installé dans la deuxième moitié du ier siècle, après les importants travaux d’urbanisme, ne connaît que peu d’évolution au cours du iie siècle, période qui marque pourtant probablement l’apogée pour toutes les villes de l’Ouest. Les artisans sont toujours présents dans les mêmes espaces, les structures se surimposent sur les mêmes zones, ce qui est plutôt le signe d’une certaine vitalité. Pour autant, aucune maison « urbaine » ne vient remplacer les bâtiments de terre et de bois, et aucun aménagement ne vient compléter le dispositif des rues. Le quartier reste aux mains des artisans, ce qui prouve réellement que la cadre urbain était trop vaste par rapport aux capacités démographiques de la cité.

44De nets signes d’essoufflement apparaissent dans la deuxième moitié du iie siècle : certaines structures en creux (et parmi elles des puits) sont comblées et quelques niveaux témoignent déjà de démolitions. Ce manque d’entretien marque peut-être un changement dans la nature de l’occupation. Le quartier n’est pas abandonné pour autant ; on perçoit des signes d’occupation : ainsi un cloisonnement est opéré dans un bâtiment dans les années 160/210, et des monnaies de la fin du iiie circulent. Il apparaît cependant probable que l’abandon définitif du secteur se produit dans la seconde moitié du iiie siècle. À Angers, des indices d’une réduction de l’espace urbain et d’une dégradation du bâti existent dès la deuxième moitié du iie siècle ; les îlots situés aux marges de l’agglomération sont désertés au iiie (Maligorne, 2006, p. 175).

45À Jublains, ce phénomène d’abandon progressif ne peut toutefois s’étendre à l’ensemble de la ville, puisque des travaux ont lieu dans les monuments publics jusqu’au iiie siècle (Maligorne, 2006, p. 172). Ainsi, les bains froids des thermes sont refaits et des salles sont ajoutées dans la deuxième moitié du iie siècle. La construction du deuxième théâtre intervient également dans la deuxième moitié du iie siècle, peut-être même à l’extrême fin de ce siècle. Pour Yvan Maligorne, l’apogée de la ville se place même à l’époque sévérienne (Maligorne, 2006, p. 175). Il est certain que des adjonctions sont encore apportées au sanctuaire aux iiie et ive siècles, date à laquelle le monument est toujours fréquenté (Naveau, 1997, p. 199).

46Il apparaît donc que ce sont les zones peu ou pas urbanisées, et à vocation artisanale, qui sont abandonnées les premières dans la capitale diablinte, au cours du iiie siècle. C’est donc la vocation économique de la cité qui est la première touchée par des signes d’affaiblissement.

47Jublains fait partie de ces « capitales éphémères », qui ont perdu leur statut à la fin de l’Antiquité (sans doute dans la première moitié du ve siècle pour la capitale diablinte). Un récent colloque a fait le point sur ces sites nombreux, en essayant de rechercher les causes de ces « échecs » urbains (Ferdière, 2004). Les causes sont bien sûr multiples et propres à chaque cité. Dans le cas de Jublains, plusieurs facteurs ont été avancés (Bocquet, Naveau, 2004 ; Naveau, 2004). La première faiblesse notée est propre à la ville, qui ne possède pas de cours d’eau navigable, ce qui restreint son impact économique. Les autres faiblesses concernent plutôt le territoire de la cité, dont la pauvreté des terres, plutôt acides et humides, n’a pas permis un réel développement agricole. Le dernier élément tient sans doute dans la faiblesse de la classe dirigeante, qui théoriquement, assure par l’évergétisme le développement et le prestige de la ville. Certains indices permettent de penser que ces élites n’ont pu mener à bien le projet urbain conçu et mis en place au ier siècle. On en trouve d’ailleurs des échos dans la construction du temple, échelonnée sur une longue période, où l’on perçoit les difficultés rencontrées par les édiles pour financer les travaux. On peut s’interroger sur un excès d’optimisme des magistrats du ier s. qui ont conçu une ville trop vaste par rapport à la cité.

48Ainsi, cette capitale de cité créée sous Auguste sur un substrat gaulois montre dès son origine une implantation artisanale. Si la présence d’artisans est une composante habituelle des villes dans la première moitié du ier siècle, le cas de Jublains est atypique par la place que continuent de prendre ces populations au cœur même de la ville, même après la phase d’urbanisme et le probable octroi du droit latin. La manière dont sont implantés les ateliers artisanaux, la pérennité des installations et l’importance des activités pratiquées sont autant de signes, d’une part de l’échec partiel du projet urbain mais d’autre part de l’étonnante vitalité de ces quartiers. Le constat d’échec doit en effet être modéré, car les observations archéologiques que nous portons actuellement par la biais d’un seul quartier sont forcément partielles. D’autre part, le regard a posteriori que nous portons sur la ville n’est pas celui des édiles du ier siècle, pour qui le projet urbain mené à Noviodunum devait plutôt être considéré comme une réussite.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Amrein H., 2001, L’atelier de verriers d’Avenches : l’artisanat du verre au milieu du ier siècle après J.-C., Lausanne, 176 p. (Cahiers d’Archéologie Romande, 87 - Aventicum, 11).

Aubin G., 1999, « Étude des moules de faux monnayeurs », in : Bocquet A., 1999, p. 18-19.

Bocquet A., 1998, Jublains, Le Taillis des Boissières, 53.122.148, Campagne de fouilles programmées 1998, Rapport de fouille programmée, S.R.A. Pays de la Loire, 43 p., 14 fig.

Bocquet A., 1999, Jublains, Le Taillis des Boissières, 53.122.148, Campagne de fouilles programmées 1999, Rapport de fouille programmée, S.R.A. Pays de la Loire, 43 p., 12 fig.

Bocquet A., 2000, Jublains, Le Taillis des Boissières, 53.122.148, Campagne de fouilles programmées 2000, Rapport de fouille programmée, S.R.A. Pays de la Loire, 38 p., 24 fig.

Bocquet A., 2001, Jublains, Le Taillis des Boissières, 53.122.148, Campagne de fouilles programmées, Rapport de synthèse 1998-2001, Rapport de fouille programmée, S.R.A. Pays de la Loire, 63 p., 24 fig.

Bocquet A., 2002a, Jublains, Le Taillis des Boissières, 53.122.148, Campagne de fouilles programmées 2002, Rapport de fouille programmée, S.R.A. Pays de la Loire, 34 p., 20 fig.

Bocquet A., 2002b, « Un quartier artisanal dans la cité antique de Noviodunum (Jublains, Mayenne) », in : Béal J.-Cl., Goyon J.-C. éd., Les artisans dans la ville antique, Lyon, p. 165-171.

Bocquet A., 2003, Jublains, Le Taillis des Boissières, 53.122.148, Campagne de fouilles programmées 2003, Rapport de fouille programmée, S.R.A. Pays de la Loire, 42 p., 20 fig.

Bocquet A., 2004, Jublains, Le Taillis des Boissières, 53.122.148, Campagne de fouilles programmées 2004, Rapport de fouille programmée, S.R.A. Pays de la Loire, 57 p., 33 fig.

Bocquet A., Naveau J., 2004, « Jublains (Mayenne), capitale d’une cité éphémère », in : Ferdière A. dir., Capitales éphémères : des capitales de cités perdent leur statut dans l’Antiquité tardive, Actes du colloque de Tours, 6-8 mars 2003, Tours, p. 173-182 (25ème suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France).

Bocquet A., Chuniaud K., Naveau J., 2004, « Le quartier antique de la Grande Boissière à Jublains (Mayenne) », Revue Archéologique de l’Ouest, 21, p. 131-174.

Boissel R., Naveau J., 1980, « Les fouilles du terrain de sport de Jublains (Mayenne) - 1972-1979 », La Mayenne : Archéologie, Histoire, 2, p. 3-34.

Ferdière A. dir., 2004, Capitales éphémères : des capitales de cités perdent leur statut dans l’Antiquité tardive, Actes du colloque de Tours, 6-8 mars 2003, Tours, 508 p. (25ème suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France).

Forest V., 2008, « Une fabrication de colle d’os dans le quartier de la Grande Boissière à Jublains (Mayenne) ? », in : Bertrand I. dir., Le travail de l’os, du bois de cerf et de la corne à l’époque romaine : un artisanat en marge ?, Actes de la Table ronde Instrumentum des 8 et 9 déc. 2006, Chauvigny (Vienne, F.), p. 85-100.

Guillier G., 2006a, Entrammes (Mayenne), 63 rue du Maine, Rapport de diagnostic archéologique, 19 p., 9 fig., 26 clichés, Archives SRA Pays de la Loire.

Guillier G., 2006b, Entrammes (Mayenne), La Carie II (53 094 0029 – 53 094 0030 – 53 094 0031), Rapport final d’opération archéologique, 2 vol., S.R.A. Pays de la Loire.

Maligorne Y., 2006, L’architecture romaine dans l’ouest de la Gaule, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 229 p., 122 fig. (Série Archéologie et Culture).

Mortreau M., 2004, « Étude du mobilier céramique », in : Bocquet A. 2004, p. 20-25.

Naveau J., 1992, « Les thermes d’Entrammes (Mayenne) », Revue Archéologique de l’Ouest, t. 9, p. 129-159.

Naveau J. dir., 1997, Recherches sur Jublains (Mayenne) et sur la cité des Diablintes, Rennes, 352 p. (Documents Archéologiques de l’Ouest).

Naveau J., 1998, Le chasseur, l’agriculteur et l’artisan : guide du musée archéologique départemental de Jublains (Mayenne), Laval, Conseil général de la Mayenne, 174 p.

Naveau J., 2004, « Jublains, capitale disparue », La Mayenne : Archéologie, Histoire, 27, p. 276-313.

Sarreste F., 2008, La sidérurgie ancienne dans le Bas Maine (viiie s. av.-xve s. ap. J.-C.), Thèse de doctorat de l’Université F. Rabelais de Tours, 2 vol., 834 p. (Jublains : chap. 11, p. 445-476).

Simon L., 2000, « Les indices d’un atelier de verrier », in : Berthaud G. dir., Mazières-en-Mauges gallo-romain (Maine-et-Loire) : un quartier à vocation artisanale et domestique, Angers, p. 99-104.

Valais A., 2007, « Premier bilan des découvertes sur le tracé de la rocade de Mayenne », in : La Mayenne, Archéologie, Histoire, 30, p. 201-217.

Van Andringa W., 2002, La religion en Gaule romaine : piété et politique (ier-iiie siècle ap. J.-C.). Paris, éd. Errance, 335 p. (Coll. des Hespérides).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation de Jublains dans l’ouest de la Gaule (d’après Naveau, 1997, p. 5).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9807/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 2. Fond de cabane attribué à un tisserand (cliché CG 53).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9807/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 3. Moule à alvéoles, ier siècle avant J.-C. (cliché H. Nils Loose).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9807/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 4. Four de potier augustéen : au premier plan l’aire de chauffe, puis l’alandier et enfin la chambre de chauffe avec ses deux piliers (cliché CG 53).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9807/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 5. Plan théorique de la ville antique (en grisé, l’emplacement des fouilles de la Grande Boissière et du Taillis des Boissières).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9807/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 6. Axe d’implantation de la voirie ( ?) (cliché CG 53).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9807/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 7. Plan d’une zone artisanale présentant des surfaces d’arène indurées (foyers ?).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9807/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 8. Zone d’arène indurée portant la trace de fines rainures, années 40/80 (artisanat indéterminé) (cliché CG 53).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9807/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 9. Plan de la ville antique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9807/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 10. Plan simplifié des vestiges de la Grande Boissière et du Taillis des Boissières.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9807/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 11. Ensemble de fosses liées à la métallurgie (cliché CG 53).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9807/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 186k

Auteur

Conseil général de la Mayenne, Service du Patrimoine.

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search