Version classiqueVersion mobile

Verrerie de l’Est de la France. XIIIe-XVIIIe siècles

 | 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Stéphanie Jacquemot
, 
Pierre Thion

Strasbourg-Istra : verrerie du XVIIème siècle

Marie-Dominique Waton

Texte intégral

1Après une fouille de sauvetage sur convention, une surveillance de chantier sur le même site, rue des Juifs au coeur de la ville médiévale, a permis de repérer et de fouiller des latrines du milieu du XVIIème siècle, en mars 1987.

LA STRUCTURE (Fig. 1 A)

2Cette fosse d'aisances consistait en une petite salle voûtée rectangulaire de 1,40 m (mesure restituée) par 1,53 m pour 1,70 m de hauteur restituée d’après le départ de l'arc de la voûte situé à 1,30 m. Dans l'angle Sud-Est, un conduit en plan incliné d'environ 3° vers l'Est a une largeur de 0,50 m pour une hauteur conservée de 0,97 m. Le mur Est possède un appareil de briques et de moellons de 11 cm d'épaisseur alors que les autres murs sont en briques liées avec du mortier chaulé ; les briques sont de divers modules avec une longueur de 20 cm pour une épaisseur comprise entre 9 et 11 cm. Les briques de la voûte ont un format différent avec une longueur de 17 cm pour une épaisseur comprise entre 2,5 et 4,5 cm. Une couche d'argile grise très compacte forme le sol de la fosse, sol recouvert par la couche organique détritique qui recelait de très nombreux noyaux de cerises, de mirabelles et des pépins de raisin. Cette couche peu épaisse dans la partie centrale (5 cm d'épaisseur moyenne) remontant le long des parois et formant cône à la base du soupirail d'accès était scellée par une couche argileuse gris-vert de la fin du XVIIème siècle. La coupe révèle que la fosse avant son abandon a dû être en partie curée ; malgré cela, le mobilier recueilli est relativement abondant.

LA CERAMIQUE (Fig. 1 B)

3Le mobilier, avec 39 récipients individualisés, est typique du XVIIème siècle, avec le plus souvent un décor de stries obliques obtenues par vibration d'un outil sur la panse, décor en général surmonté de lignes peintes en rouges. La majorité de ces récipients est à pâte crème ou rosée et à l'intérieur vernissé ; les plus représentatifs sont des plats ou assiettes et des jattes à décor interne, des pots à lait, des pots de chambre et des marmites.

LA VERRERIE

4Outre quelques 500 gr de verre non individualisé, la fosse a livré 590 gr de verres à vitre plats dont la découpe indique qu'ils étaient agencés avec des cives circulaires. 27 récipients ont été individualisés que nous avons répartis selon six grandes classes à l'intérieur desquelles existent des subdivisions.

I. La bouteille (Fig. 2, no 1 à 5)

5On distingue quatre subdivisions : la bouteille à base carrée ; le flacon piriforme apode ; le flacon ovale apode et le flacon piriforme à pied annulaire rapporté. Dans l'ensemble, la teinte des bouteilles est vert clair.

II. Les verres à pied incolores (Fig. 2, no 6 à 12)

6Les verres à pied incolores comportent : le verre à tige pleine moulurée ; le verre à ailettes "à la façon de Venise" ; le verre à tige creuse moulée ; le verre calice à jambe pleine et le verre calice à pied et à jambe décorés en latticinio.

III. La tasse (Fig. 2, no 13)

7Un exemplaire fragmentaire avec une seule anse conservée : le pied rapporté est dentelé et la couleur du verre est bleu foncé.

IV. Le römer (Fig. 3, no 18)

8Verre typiquement d'influence rhénane, il est de teinte vert bouteille et décoré de pastilles mûriformes.

V. Les verres cylindriques à pied annulaire rapporté (Fig. 3, no 14 à 17)

9Ils sont divisés en : verre à décor moulé (décor de gouttes, de bosses oblongues et de motifs hexagonaux en relief) verre à parois lisses.

10Les teintes sont variées allant de l'incolore au rose très clair et au jaune.

VI. Les gobelets bas

  1. Gobelet tripode de teinte rose ou incolore (Fig. 3, no 19 & 20) : gobelet à décor moulé, gobelet à décor rapporté.

  2. Gobelet apode à décor moulé incolore (Fig. 3, no 21-23) avec filet bleu rapporté à la lèvre (décor quadrangulaire), sans filet (décor de gouttes oblongues), ou encore sans filet et moulé sans motifs.

11L'étude du mobilier recueilli dans ces latrines dénommées zone 21 confirme la datation du milieu du XVIIème siècle et précise le particularisme alsacien. En effet, si l'on ne peut reconnaître d'influence pour la production des bouteilles hormis une influence sans doute rhénane pour les flacons à pied annulaire rapporté autour du fond, il apparaît clairement que les verres mis au jour en Alsace peuvent être classés selon deux domaines d'influence, française ou rhénane : les classes II et III ayant des parallèles en France et les classes IV à VI dans le monde rhénan. Cette production germanique perdure des thèmes décoratifs qui se sont développés du XIIIème au XVIème siècle avec d'une part le décor moulé que l'on rencontre sur les Maigeleins et d’autre part la pastille rajoutée que l'on rencontre sur le Krautstrunk ou le Nuppenbecher et qui à la fin du XVIème siècle-début du XVIIème siècle se transforme en motifs moulés en relief ou en pastilles mûriformes comme le Römer. Le milieu du XVIIème siècle connaît par ailleurs une évolution dans la couleur du verre : si le vert du Waldglas existe encore, le rose très translucide apparaît et l'incolore atteint une pureté parfaite.

© ARTEHIS Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search