Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

Continuité et chronologie des espaces artisanaux en Gaule

De Bibracte à Augustodunum : permanences et évolutions des activités manufacturières de l’époque gauloise à la fin du Haut-Empire

Pascale Chardron-Picault, Jean-Paul Guillaumet et Yannick Labaune

Résumé

L’importance de l’artisanat autunois et son développement jusqu’au iiie siècle prennent racine à Bibracte qui a su exploiter les ressources naturelles de son environnement et parfaire un savoir-faire local ayant survécu à la conquête. Les recherches sur ces activités manufacturières menées conjointement à Bibracte et à Autun nous offrent ainsi une opportunité d’étudier ces problématiques sur la durée. À Bibracte, puis à Autun, les artisans du métal sont omniprésents, mais d’autres métiers, aux témoins plus discrets, ont pu aussi êtres identifiés. Dans le cadre de cet article, nous présentons succinctement les lieux de production et un bilan des différents corps de métier. Enfin, nous évoquons la transmission des activités entre Bibracte et Autun et l’évolution des activités autunoises au cours des trois premiers siècles de notre ère.

Texte intégral

1L’importance de l’artisanat autunois et son développement jusqu’au iiie siècle prennent racine à Bibracte qui a su exploiter les ressources naturelles de son environnement et parfaire un savoir-faire local ayant survécu à la conquête. Les recherches sur ces activités manufacturières, menées conjointement à Bibracte et à Autun, nous offrent ainsi une opportunité, à ce jour exceptionnelle, d’étudier ces problématiques tant au sein de l’oppidum gaulois qu’à l’intérieur de la nouvelle capitale de cité. En effet, la disparition politique de Bibracte au profit d’Autun/Augustodunum lors de l’organisation administrative des provinces de la Gaule, s’accompagne d’un transfert des activités artisanales dans la ville galloromaine (Chardron-Picault, 2004 ; Guillaumet, Dhennequin, 2008 ; Pernot et alii, 2002). Bibracte, puis Autun, s’inscrivent dans une aire géographique où les artisans du métal paraissent avoir exercé leurs savoir-faire pendant un long moment. Pour la période romaine, moment le mieux connu dans nos régions, des sites comme Alésia, Vertault, Mâlain, mais également Avenches et Augst, développent aussi cette tradition du travail des métaux.

2Dans le cadre de cet article, nous proposons en premier lieu de caractériser succinctement les lieux de production mis en évidence sur nos deux sites. Un bilan de l’état de nos connaissances des différents corps de métier et de leurs productions, attestés à Bibracte puis à Autun, est proposé dans un second temps. Enfin, en guise de synthèse nous évoquerons d’une part la question de la transmission des activités entre Bibracte et Autun, puis d’autre part esquisserons à grands traits l’évolution des activités autunoises au cours des trois premiers siècles de notre ère.

Caractérisation des lieux de production

Le cas de Bibracte (fig. 1)

3Entre 1867 et 1870, J.-G. Bulliot explore une partie de la Côme Chaudron et du Champlain, en amont de la Porte du Rebout, et y découvre des dizaines de vestiges artisanaux liés au travail des métaux et de « l’émail rouge » (verre opaque rouge), fréquemment des dépotoirs contenant des rebuts, scories, déchets et plus rarement des outils brisés et des structures en place. Bulliot évoque des quartiers industriels, concentrés le long de la voie antique, éloignés des grandes demeures, comme celles du Parc-aux-Chevaux. Plus d’un siècle plus tard, des recherches plus précises sur ces vestiges ténus reprennent en premier lieu de 1984 à 1992, au nord de la voie qui traverse la Porte du Rebout, en bordure du fossé, à l’extérieur du rempart Bulliot, mettant en évidence un secteur lié au travail des alliages à base de cuivre et du fer. À partir de 2000, J.-P. Guillaumet entame de nouvelles fouilles sur le secteur du Champlain/la Côme Chaudron, qui mettent au jour plusieurs bâtiments en bord de rue, à l’intérieur desquels des pièces artisanales sont également liées au travail des alliages à base de cuivre et du fer (Guillaumet, 2002). D’autre part, un certain nombre de fouilles menées depuis le xixe s. montrent que les activités liées au travail du métal sont disséminées dans d’autres secteurs de l’oppidum. Dans ce cadre, le travail du fer est particulièrement bien représenté mais l’indigence des vestiges ne permet cependant pas encore de comprendre le fonctionnement et le rôle des différents ateliers mis au jour.

4Les recherches menées maintenant depuis une vingtaine d’années montrent, pour chacun des ateliers des artisans du métal correctement documentés, une organisation interne rigoureuse : division généralement bipartite entre une pièce sombre destinée à maîtriser la fonte des alliages à base de cuivre et les travaux de recuit et de soudure du fer, et une pièce lumineuse liée aux travaux de finition ; agencement des machines et outils fixes spécifique au besoin de chaque poste de travail. Cela suggère une spécialisation extrême et une conception destinée à la production de masse d’un seul type de produit.

5D’un point de vue spatial, les vestiges d’atelier sont implantés de manière privilégiée le long des axes viaires et plus particulièrement en rez-de-chaussée de certaines maisons, sans que l’habitat entretienne un lien direct avec les pièces artisanales. De par ce fait, ces ateliers sont fréquemment comparés aux multiples ateliers/boutiques des villes romaines, dont quelques cas d’étude sont présentés au sein de cet ouvrage. La présence de caves et celliers, mais également la découverte systématique de mobilier domestique (céramique, objets) en contexte artisanal suggèrent cependant que l’artisan et sa famille résidaient sur place.

Le cas d’Autun (fig. 2)

6À Autun, la volonté d’intégrer les ateliers à l’intérieur de l’enceinte tout au cours du Haut-Empire souligne l’intérêt que portent les pouvoirs publics à l’artisanat et leur lieu d’implantation n’est pas anodin. On distingue deux types de lieux de production.

7Il s’agit tout d’abord des quartiers artisanaux, intra muros, systématiquement en périphérie du rempart, et qui comportent, dans un îlot ou dans plusieurs bâtiments voisins, de nombreux ateliers contigus. Ces quartiers apparaissent à une date précoce, dès la première moitié du ier siècle, et semblent s’intégrer au plan d’aménagement urbain afin de prolonger et de développer un pan de l’économie florissante de Bibracte. Ils fonctionnent durant la totalité du Haut-Empire. Au sein de cette catégorie, le site artisanal du « Lycée militaire » se révèle le plus important du point de vue de la richesse documentaire, en grande partie grâce aux excellentes conditions dans lesquelles s’est déroulée la fouille de sauvetage (Chardron-Picault, Pernot, 1999). Les recherches menées sur ce site en 1992 et 1993, sur une superficie de 9500 m2, avec des moyens importants, ont permis de mettre au jour plusieurs îlots à proximité du rempart, et plus particulièrement une cinquantaine d’ateliers répartis dans des bâtiments aménagés en terrasses. D’une manière générale, dans ces quartiers, les artisans se consacrent exclusivement à la fabrication et à ce jour, aucune installation réservée à la vente n’y a été découverte. Le travail des métaux est majoritaire, sans être exclusif, mais il s’agit de l’unique activité pérenne durant tout le Haut-Empire. Si la production d’objets de première nécessité est attestée – cela serait le cas du filage et du tissage au « Lycée militaire » – la fabrication de produits en série voués à l’exportation paraît la plus importante, comme le prouve l’abondant mobilier trouvé dans les ateliers, mais surtout dans les dépotoirs. Les productions sont spécialisées, comme au sein du quartier artisanal de la « rue des Pierres », le seul à fabriquer des catégories spécifiques de céramiques, tels les mortiers signés et les récipients en céramique grise estampée.

Fig. 1. Bibracte. Situation du quartier artisanal du Champlain/Côme Chaudron et des zones de fouilles récentes (© Bibracte D. Beucher).

8À Autun, certaines questions restent encore en suspens. Tout d’abord, d’un point de vue spatial, ces quartiers forment-ils des noyaux d’occupation ponctuels le long du rempart ou bien constituent-ils un véritable cordon tout autour de l’enceinte ? D’autre part, d’un point de vue économique, a-t-on affaire au sein d’un même quartier à une série de petites unités indépendantes pouvant produire au même moment les mêmes objets dans un cadre de concurrence, par exemple des fibules, ou bien s’agit-il d’une « structure » regroupant des artisans de différents métiers, dirigée par un patron en relation avec un negotiator ?

Fig. 2. Autun. Localisation des zones artisanales. 1. Jardin Poizeau, 12 Faubourg d’Arroux ; 2. 18 Faubourg d’Arroux ; 3. Rue des Pierres ; 4. Institution Anne-Marie Javouhey ; 5. 43-45 rue de la Grille : Maison à l’Enseigne ; 6. 15 rue de la Croix-Blanche : Maison au Terrazzo signinum ; 7. Extension hôpital, avenue du Morvan : Maison aux Stucs ; 8. Clinique du parc, 6 avenue du Morvan : Maison à l’Ampulla ; 9. Quartier Marchaux ; 10. Près du rond-point de la Croix-verte : Maison dite du Peintre ; 11. Hôpital, nouvelle maison de retraite, boulevard F. Latouche ; 12. Hôpital Pavillon Saint-Louis, boulevard F. Latouche ; 13. 14 rue de la Croix-Verte : Maison à la Vis de Bois ; 14. 5 avenue du Deuxième Dragon ; 15. Ateliers d’Art, boulevard F. Latouche : Maison de Balbus Iassus ; 16. Institution Saint-Lazare-Gymnase de Bourgogne, 14 rue aux Raz : Maison aux Artisans ; 17. Promenade des marbres ; 18. Théâtre intra muros ; 19. Lycée militaire, Places d’Armes ; 20. Sous l’emplacement du cloître Saint-Nazaire ; 21. École primaire rue Bouteiller ; 22. Résidence le Cardo, 8 rue de la Jambe de Bois ; 23. 14 rue Lauchien le Boucher ; 24. Lycée militaire, quartier Gangloff. Fond de plan : d’après A. Rebourg, 1993, modifié par A. Fort, 2007 (enceinte) et Labaune/Kasprzyk, 2008 (voirie) ; recalage SIG et DAO : A. Tisserand, centre d’Archéologie et du patrimoine A. Rebourg.

9Des espaces domestiques modestes, contrastant avec les habitations des élites et généralement situés dans les étages, ont été découverts dans ces contextes artisanaux, montrant qu’à l’instar de Bibracte, l’artisan et sa famille résidaient très probablement sur place.

10D’autre part et simultanément à la mise en place à partir de la période tibérienne de ces quartiers artisanaux périphériques, de petits ateliers/boutiques d’une vingtaine de mètres carrés s’installent le long des axes viaires principaux. Ils conservent généralement leur vocation artisanale sur une période longue. On les retrouve fréquemment en façade de certaines domus, telles que la Maison dite à l’Enseigne. Mais ces unités peuvent être regroupées et concentrées le long des axes piétons au flux particulièrement important : c’est le cas de sept ateliers/boutiques juxtaposés en façade d’un portique monumental bordant le cardo maximus, au cœur même de l’agglomération. Ces petites unités ont pour vocation la production de petits objets en nombre limité, la réalisation des opérations de finition ou d’assemblages, l’entretien du matériel et la commercialisation des produits finis. Seul le travail des artisans bronziers a été reconnu dans ces locaux, mais il est probable que d’autres artisanats devaient être représentés. L’échoppe, quant à elle, est proche de l’atelier/boutique, mais en principe elle est uniquement utilisée dans le but d’exposer et écouler des produits manufacturés. Certaines boutiques, le long du decumanus situé dans l’axe de l’amphithéâtre et rejoignant le cardo maximus au niveau du quartier monumental fouillé par A. Rebourg, semblent répondre à cette définition.

Les différents corps de métier et leurs productions : un bilan

Le cas de Bibracte : prépondérance du travail des métaux

Les alliages cuivreux

11À Bibracte, les alliages à base de cuivre, bronze, laiton et potin, sont coulés ou bien martelés (Guillaumet, Dhennequin, 2008). Les pièces fondues sont élaborées suivant la technique de la cire perdue dans des moules à grappe en terre et sont ensuite décochées, polies et parfois rehaussées de décor. Les productions les plus caractéristiques sont des fibules de type 2 et 3, des fourreaux d’épées et certaines pièces de harnachement. Le martelage des alliages est quant à lui connu par des chutes de travail qui ne permettent malheureusement pas de caractériser la production.

Le fer

12Concernant le fer, Bibracte possède plusieurs ateliers qui produisent des fibules, des tôles destinées à la confection de fourreaux d’épées, mais également d’autres objets encore mal identifiés. Les recherches en cours de Marion Berranger, encore inédites, ont mis en évidence la production et l’utilisation de barres de fer de qualités très différentes et pour une part élaborées par les artisans eux-mêmes.

13À ce jour, ces recherches permettent de donner des conclusions provisoires sur la nature de l’artisanat de Bibracte et ses spécificités. L’exclusivité et la pérennité du travail du métal, alliages à base de cuivre et fer en alternance dans les ateliers, sont les premières caractéristiques des activités artisanales de l’oppidum. La fabrication des fibules en fer ou des fibules en laiton de type 3 est récurrente dans les ateliers (atelier de la Porte du Rebout et atelier de la Côme Chaudron) (fig. 3).

Autres

14Outre le travail des métaux, les autres activités artisanales sont encore mal connues. L’émaillage sur alliage base cuivre y est attesté par des déchets et des pièces en cours de fabrication depuis le xixe siècle. D’autre part, la découverte, à Bibracte, de blocs de verre brut coloré en provenance exclusivement du bassin méditerranéen (Foy et alii, 2000) suggère l’existence d’artisans verriers sur le site (Bride, 2006) qui les auraient uniquement façonnés en perles et bracelets. Malheureusement les structures liées à cette activité originale n’ont pas encore été mises en évidence. Les métiers du bois, de l’orfèvre et du tanneur sont exclusivement attestés par des outils recueillis par J.-G. Bulliot et J. Déchelette. L’activité de filage-tissage est également présente. Le travail du schiste du bassin d’Autun, bien connu dans la capitale gallo-romaine, pourrait également être attesté sur l’oppidum, si l’on se fie aux découvertes d’outils lithiques, de poids ou d’éléments de décor de sol réalisés dans ce matériau. Enfin, observons qu’aucun atelier de potiers n’a été trouvé à ce jour à Bibracte (site où on doit noter l’absence de « terre à pots »), bien que l’étude des céramiques communes et fines datant du début du ier siècle avant J.-C. mises au jour sur l’oppidum montre l’existence d’une production locale (Barral, Huet, 1999). Enfin, à cause de l’acidité du sol, les matières dures animales brutes ou travaillées ont disparu, sauf lorsqu’elles sont au contact d’amas de chaux.

Le cas d’Autun : entre pérennité du travail des métaux et émergence de nouveaux corps de métier (fig. 4)

Les alliages cuivreux

15Aujourd’hui nos connaissances sur l’artisanat des alliages à base de cuivre ont été grandement confortées par la fouille d’archéologie préventive menée sur le quartier artisanal du « Lycée militaire ». Cette fouille a notamment révélé, à partir du règne de Tibère, que ce secteur produit en série des fibules de type 3 en laiton (Chardron-Picault, Pernot, 1999). Il ne s’agit toutefois pas d’une production spécifique du quartier du « Lycée militaire » car elle est également attestée au nord de la ville, sur deux sites artisanaux différents (« Jardins Laurain » et quartier artisanal du « faubourg d’Arroux »). Dans la première moitié du ier siècle, les ateliers de la « Rue des Pierres » fabriquent quant à eux de la vaisselle en alliage cuivreux et en métal blanc, ainsi que des clochettes en alliage à base de cuivre. Au cours du iie siècle, une production de clochettes est à son tour attestée au « Lycée militaire ». Au iiie siècle, seuls les ateliers du « Lycée militaire » procèdent au « bronzage » de cloches en tôle de fer tout en poursuivant le façonnage d’objets ou d’éléments en tôle de bronze, connu depuis le début de leurs activités.

Fig. 3. Bibracte. Quelques pièces en cours de fabrication : fibule du type 3 et fragments de barrettes de fourreaux d’épée en alliage cuivreux et ébauches de fibules en fer. Dessins Bibracte.

16La production d’objets en alliages cuivreux au sein des ateliers/boutiques est difficile à appréhender. Toutefois, si on considère l’unité située en façade de la Maison à l’Enseigne, il apparaît, malgré l’indigence des découvertes, que des miroirs et de fins bracelets seraient successivement façonnés au cours du ier siècle.

Le fer

17Le travail du fer n’est attesté à Autun qu’à partir du début du iie siècle dans le quartier du « Lycée militaire » mais il est très vraisemblable que l’absence d’indices antérieurs soit due à un biais des découvertes. L’analyse des sept structures de production découvertes au « Lycée militaire » montre qu’en parallèle de la fabrication, les forgerons entretiennent et réparent très certainement la quincaillerie d’une petite clientèle. Ils fabriquent des objets courants et utilitaires (viroles, anneaux, stylets, outils), mais également des objets en grandes séries liés à la parure (bagues) et à la décoration. Leur vocation spécialisée concerne la production d’objets en fer recouverts d’une couche d’alliage cuivreux (notamment les clochettes), objets de prestige élaborés en collaboration avec les bronziers, peut-être partiellement voués à l’exportation. L’activité de forge se poursuit probablement jusqu’à l’abandon du site, au milieu du iiie s.

Fig. 4. Autun. Ébauches de fibules de type 3, Parc Saint-Jean. Dessin Yannick Labaune ; moule en grappe de fibules de type 3, Lycée militaire. Cliché Stéphane Prost, Ville d’Autun ; lot de fibules (finies) de type 3, Lycée militaire. Dessin Géraldine Duriaux.

La céramique

18La présence de fours de potiers est uniquement attestée sur deux sites, les quartiers artisanaux du « Lycée militaire » et de la « rue des Pierres ». Un troisième lieu de production peut toutefois être localisé cette fois-ci à l’ouest de la ville, toujours en bordure du rempart, suite à la découverte de rejets peut-être liés à la production de dolia, mais également de ratés de cuissons en terra nigra dans le comblement d’une cave sur le site du « Nouvel Hôpital », comblement daté de la fin de la période augustéenne (vers 15 de notre ère). La production d’assiettes en terra nigra est également attestée à la « rue des Pierres » dans la première moitié du ier s. Ce quartier artisanal fabrique également, très certainement dès le milieu du premier siècle et au cours du iie siècle, des mortiers estampillés et des plats à cuire en vernis rouge pompéien, des pots estampées dès la fin du iie siècle mais également des gobelets en céramique métallescente entre le milieu du iie et le iiie siècle. Ces productions très diversifiées sont diffusées au-delà d’un marché local. Aux iie et iiie siècles, les ateliers du « Lycée militaire » connaissent des productions originales comme les couvercles de creusets et les récipients artisanaux à destination des collègues bronziers, ou bien d’oscilla. D’autre part, ils produisent des amphores (modèle réduit de la Gauloise 4), des cruches à pâte orange à bord en forme de chapiteau, forme extrêmement fréquente sur les sites de consommation, ou parfois à bec tréflé (utilisées comme bouilloires). Enfin, on relève la production de récipients culinaires (plats et pots à cuire, jattes, marmites et leurs couvercles) et enfin de pots de chambre (fig. 5).

Les figurines en terre cuite

19Deux ateliers de coroplathes, dont l’activité serait comprise entre la fin du iie et la première moitié du iiie siècle, sont attestés à Autun. Le premier doit être situé dans le quartier artisanal de la « rue des Pierres », il est anonyme et s’inspire des caractères stylistiques des statuettes des ateliers de l’Allier. Le second atelier est attribué à Pistillus, sa localisation est imprécise, bien que l’on puisse évoquer un secteur intra muros à l’est de la Porte d’Arroux ; il connaît une large diffusion grâce à des fabrications innovantes du point de vue stylistique (Chardron-Picault, 2004, p. 83-109) (fig. 6).

Fig. 5. Autun. Exemple de productions de céramiques communes du Lycée militaire. Cliché Stéphane Prost, Ville d’Autun.

Fig. 6. Autun. Exemple de moule signé Pistillus. Cliché Stéphane Prost, Ville d’Autun.

Le verre

20À l’instar des potiers, les verriers sont localisés dans les quartiers artisanaux périphériques. Deux ateliers ont été clairement identifiés à Autun. Le premier se situe dans le quartier artisanal de la « rue des Pierres », où des structures de production ont pu être observées. Le second a été appréhendé sur le site du « Lycée militaire » grâce à la présence de vestiges en position secondaire (fragments de sole de refusion). Grâce aux analyses et aux données de terrain, la période d’activité de ces deux ateliers est analogue, comprise entre la fin du iie et le début du iiie siècle. En outre, grâce aux travaux de M. Picon, la fonction des fours rectangulaires situés sur le site de la « rue des Pierres » a été réinterprétée. Il ne s’agirait pas, comme cela a été proposé auparavant, de modèles de fours primaires où l’on aurait élaboré du verre brut au natron, mais des fours secondaires où l’on transforme ce matériau. Une troisième zone de production pourrait se situer dans la ville haute, sous les occupations du cloître Saint-Nazaire, si l’on se fie à la découverte de déchets de soufflage : les analyses et les données de terrain indiquent cette fois-ci une période de production comprise entre le milieu du ier et le iie siècle. Nous avons très peu de matière permettant d’estimer l’importance de ces ateliers et de caractériser ces productions. On ne peut donc pas savoir s’il s’agit d’officines spécialisées dont les produits sont vendus à l’extérieur du pays éduen ou bien si l’on a affaire à des centres producteurs modestes (fig. 7 et 8).

L’os et la corne

21L’unique atelier de tabletterie reconnu à Autun appartient à la Maison aux Artisans. Il s’établit à partir des années 30 de notre ère à côté d’un atelier du travail de la corne, abandonné dans les années 80. Les fabrications en os sont difficiles à caractériser à partir des déchets et des ratés de fabrication. Il est cependant possible de proposer des hypothèses sur la nature des produits réalisés, charnières ou fusaïoles par exemple. En outre, les découvertes liées au travail de l’os en position secondaire (rejet de déchets et ratés de fabrication) permettent de compléter le tableau : ces dépotoirs sont localisés dans six secteurs différents de la ville et datent du ier au iiie siècle. Les productions en os déterminées par ce biais comptent des objets simples à façonner du point de vue technique (charnières, aiguilles, médaillons en bois de cerf et peut-être fusaïoles) et des objets plus difficiles à confectionner tels que les boutons/agrafes et les pyxides. Les produits de cet artisanat paraissent satisfaire en majorité des besoins de première nécessité, bien que quelques fabrications luxueuses soient destinées à une clientèle aisée (pyxides par exemple) (fig. 9).

Le schiste

22À Augustodunum, l’exploitation des schistes d’Autun et des calcaires de la Côte chalonnaise s’est maintenue du ier au iiie siècle de notre ère. Au-delà des ressources géologiques locales, granites, grès et arkoses, les constructeurs et les sculpteurs ont utilisé d’autres roches pour l’édification de la parure monumentale et la décoration privée et publique (sols et parois) d’Augustodunum : calcaires du pays éduen, marbres blancs à gros cristaux de Champ-Robert (Nièvre), du Puits (à l’ouest du mont Beuvray) et des environs de Châtelperron (Allier). Des roches des grandes carrières du bassin méditerranéen ont également été importées pour composer des décors colorés et précieux ordonnés harmonieusement avec le schiste noir d’Autun. Le bloc de marbre cipolin encore visible près de la cathédrale Saint-Lazare, sur lequel des chiffres sont gravés indiquant son numéro d’inventaire, prouve par ailleurs que les artisans reçoivent, même de contrées lointaines, les pierres brutes de carrières. Puis, les tailleurs de pierres et les sculpteurs mettent en place et peaufinent les décors en fonction des choix esthétiques du commanditaire, de la superficie et des caractéristiques architecturales de la pièce à décorer. Les mosaïques semblent créées par des artistes, qui tout en étant sous l’influence des ateliers de Lyon et de Vienne, font preuve d’une grande autonomie créatrice.

Fig. 7. Autun. rue des Pierres. Plan d’ensemble de l’atelier de verrier. Dessin Albéric Olivier in Rebourg, 1989.

Fig. 8. Autun. Déchets de production d’objets en verre, Lycée militaire. Dessin Géraldine Duriaux.

Le stuc

23La technique du stuc est aussi très développée à Augustodunum. Les salles d’apparat ou les salles thermales des riches demeures sont généralement pourvues de ce type de décoration de luxe. D’un rare raffinement, les stucs autunois et les placages, aux côtés des mosaïques, sont d’une grande originalité artistique probablement reconnue au-delà d’Augustodunum.

24Malgré l’abondance des productions attestées d’Augustodunum, nous savons peu de choses sur une série de fabrications : celle du textile, de la corne, des tendons, de la pelleterie et de la peausserie, du cuir, du bois, de la vannerie… De plus, certaines productions en matériaux mixtes peuvent être restituées théoriquement grâce aux découvertes réalisées sur le site du « Lycée militaire », bien qu’elles n’aient laissé aucune trace : association du cuir et du laiton (harnachement de cheval ?), association d’un alliage cuivreux, du fer et de l’os (coutellerie), association du bois et de tôles en alliages cuivreux (coffrets ?).

Fig. 9. Autun. Plan de l’atelier du travail de l’os et de la corne, Maison aux Artisans, rue aux Raz. Plan Franck Ducreux.

Permanence et évolution de Bibracte à Augustodunum : quelques pistes à l’issue de ce bilan (fig. 10)

25À Autun, le mobilier des collections anciennes et les recherches récentes menées au « Lycée militaire » mettent ainsi clairement en évidence des parallèles entre l’organisation de l’artisanat du métal à Bibracte et celle d’Autun. Suite à une urbanisation de l’espace qui prend en compte la séparation des zones d’habitat luxueux et celles de l’artisanat, à Bibracte comme à Autun, les artisans du métal sont regroupés dans des quartiers, parfois périphériques. L’insertion des ateliers des deux sites, dans un découpage parcellaire et dans un système de voies, est attestée par les structures archéologiques. De même, les occupations artisanales sont pérennes à la Côme Chaudron et au Champlain comme dans le quartier du « Lycée militaire ».

26Que ce soit sur le Champlain, la Porte du Rebout et dans le quartier du « Lycée militaire », on assiste à des changements d’affectation dans un même atelier, où un bronzier succède à un forgeron ou vice-versa. Cette constatation nous entraîne à penser que ces deux corps de métier sont liés par une proximité des lieux et peut-être par des conditions de travail similaires.

27Les bronziers autunois fabriquent, entre autres, comme ceux de Bibracte quelques décennies auparavant, des fibules de type 3 en laiton. Ils font appel à la coulée en grappe et utilisent le laiton à 20 % de zinc. Il n’y a pas de différence établie entre les fibules des deux sites. Leur fabrication ne se limite pas au quartier artisanal du « Lycée militaire ». Les « Jardins Laurain et Poizeau », près de la porte d’Arroux, au nord de la ville, ont livré des ébauches de fibules de type 3. Un hiatus chronologique de l’ordre d’une cinquantaine d’années apparaît entre l’abandon des ateliers de la Porte du Rebout et les premiers ateliers du site du « Lycée militaire » (Pernot et alii, 2002), qui ne trouve pas à l’heure actuelle d’explication entièrement satisfaisante. Malgré cet écueil, il s’agit là d’une transposition des savoir-faire et des techniques locales de l’ancienne à la nouvelle capitale des Éduens, et des déplacements d’hommes : artisans, familles d’artisans, commerçants, négociants… Autun a hérité de cette production spécialisée du Mont Beuvray avec un décalage chronologique difficile à estimer.

28Le travail du schiste semble avoir également eu une importance particulière à Bibracte puis à Autun. En effet, le travail du schiste provenant du bassin d’Autun (attesté par une étude géologique) désormais bien connu à Augustodunum, pourrait avoir été également réalisé au sein de l’oppidum, si on en croit les découvertes d’objets finis depuis le xixe s. Ainsi le travail du schiste serait avéré à Bibracte, tout d’abord pour un usage artisanal (polissoir, poids…), puis plus tard sans doute pour la décoration des sols du temple ( ?) et de la domus PC1. Dans ce dernier cas, les propriétaires des demeures choisissent des décors méditerranéens réalisés par des tailleurs de pierres et mosaïstes aguerris aux techniques romaines. À Autun, l’artisanat du schiste se révèle extrêmement florissant et concerne une abondance d’objets, des décors pariétaux et des pavements. Mais, il existe un décalage chronologique entre les décors en schiste de la domus PC1, d’époque augustéenne et les premiers vestiges autunois datés du début du iie siècle (Rebourg, Olivier, 1996). Il est toutefois difficile d’imaginer une interruption de l’exploitation de cette roche du bassin d’Autun durant environ un siècle si on considère l’accueil à Bibracte de décorateurs qui ont innové dans le façonnage de ce matériau. Ce hiatus relève sans doute du hasard des découvertes qui ne nous aurait pas encore permis de retrouver les éléments en schiste les plus précoces d’Autun.

29Penchons nous enfin sur les évolutions les plus remarquables des activités manufacturières à Autun, au cours des trois premiers siècles de notre ère, en ayant préalablement pris soin de tenir compte de l’extrême difficulté de l’exercice liée à la grande disparité des sources archéologiques à notre disposition. Ces dernières vont en effet de la découverte fortuite ou de la simple surveillance de travaux au site fouillé minutieusement sur une grande surface comme au « Lycée militaire » (une cinquantaine d’ateliers fouillés sur une superficie d’un hectare). La proposition de phasage est également déséquilibrée, ne facilitant pas la synthèse : trois phases retenues pour le premier siècle, une seule phase pour le second et le début du troisième siècle, ainsi qu’une phase à cheval entre ces deux périodes.

30D’une manière générale, un faible nombre d’ateliers, compris entre deux et six, paraît fonctionner de manière concomitante. D’autre part, pour chacune des périodes, le travail des alliages à base de cuivre constitue de loin l’activité la plus représentée dans les découvertes, précédant de peu la production des céramiques. D’un point de vue évolutif, on remarque tout d’abord l’implantation précoce, vers 15 de notre ère, d’activités de production céramique - terra nigra et peut-être également céramique commune (dolia ?) - bien qu’en parallèle, et dans l’état actuel de la recherche, l’habitat paraisse encore peu développé. Les implantations artisanales se développent progressivement dans des quartiers artisanaux et dans des ateliers-boutiques au cours du ier s. de notre ère, le nombre de catégories d’artisanat restant toutefois limité au travail des alliages à base de cuivre et des métaux blancs, de la céramique et de l’os/corne. Il faut attendre le second siècle, et encore plus particulièrement le iiie s., pour voir se multiplier les types de métiers : à la fin du Haut-Empire, on en totalise en effet huit différents, à savoir le travail du métal, le travail de l’argile, le travail du verre, le travail de l’os et de la corne, la pelleterie et la peausserie, le textile. Parmi ceux-ci on note l’apparition de deux nouveaux artisanats en périphérie : le travail du verre dans les quartiers artisanaux de la « rue des Pierres » et du « Lycée militaire », et la production de figurines, l’une anonyme, l’autre appartenant au coroplathe Pistillus. Les ateliers permanents semblent disparaître dans le courant du ive s., une période où on rencontre des ateliers spécialisés dans la récupération d’éléments architecturaux et décoratifs établis auprès des monuments.

Fig. 10. Tableau synthétique : les activités manufacturières de Bibracte et d’Autun, état de la documentation. Conception et réalisation Jean-Paul Guillaumet, Yannick Labaune.

31À l’issue de ce bilan il apparaît que les sources archéologiques disponibles à Bibracte et à Autun constituent une documentation de première importance pour la connaissance des milieux artisanaux. Bien que, selon les faciès régionaux dans un cadre chronologique donné, ces connaissances demeurent ponctuelles et que nous ignorions beaucoup des évolutions techniques, innovations et/ou permanences, l’exemple de Bibracte-Augustodunum apporte des éléments de réponse pour la période gauloise et les débuts de la période gallo-romaine. Si une partie des productions est réalisée pour le commerce local, la qualité et le nombre de certaines productions comme les fibules, les pièces émaillées, des céramiques de luxe ou les statuettes signées Pistillus traduisent une ouverture à un marché plus vaste que la cité éduenne. Cette mise en perspective montre la pérennité des métiers déjà exercés à Bibracte et l’apparition de nouveaux métiers dans la nouvelle capitale dès la seconde moitié du ier siècle et au-delà.

32Souhaitons que les recherches en cours permettent de conforter ce premier bilan.

Note

33Lors de la disparition brutale de notre collègue Pascale Chardron-Picault, une partie de son texte était, du moins dans ce que nous avons pu retrouver, en notes. Pour mettre en forme celles-ci, nous avons donc pris le parti de nous reporter à son travail de thèse, notamment les synthèses et les conclusions. Le texte et les illustrations d’Autun de P. Chardon-Picault ont été finalisés par Y. Labaune et J.-P. Guillaumet. La partie concernant Bibracte est due à J.-P. Guillaumet. Les textes généraux sont communs. Tout le propos de P. Chardon-Picault est développé et argumenté dans sa thèse et nous proposons au lecteur de s’y référer pour les précisions et l’abondante bibliographie.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Barral Ph., Huet N., 1999, « L’artisanat céramique », in : Gruel K., Vitali D., « L’oppidum de Bibracte : un bilan de onze années de recherches (1984-1995) », Gallia, t. 55-1998, Paris, éd. du CNRS, p. 1-140.

Bride A.-S., 2006, « Le mobilier de verre des fouilles anciennes et récentes de Bibracte : catalogue des objets en verre gaulois résultant des fouilles de Bibracte », in : Guillaumet, J.-P., Szabó M. dir., Études sur Bibracte - 1, Glux-en-Glenne, Bibracte, p. 81-161 (Bibracte, 10).

Chardron-Picault P., 2004, L’artisanat à Autun-Augustodunum : chronologie et topographie des activités manufacturières de la ciuitas Æduorum, Thèse de doctorat sous la direction du professeur Gilles Sauron, Université de Bourgogne, novembre 2004, vol. 1, 279 p. ; vol. 2, 279 p.

Chardron-Picault P., Pernot M., 1999, Un quartier antique d’artisanat métallurgique à Autun : le site du Lycée militaire, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 316 p. (Documents d’Archéologie Française, 76).

Foy D., Picon M., Vichy M., 2000, « Les matières premières du verre et la question des produits semi-finis : Antiquité et Moyen Âge », in : Pétrequin P., Fluzin Ph., Thiriot J., Benoit P. dir., Arts du feu et productions artisanales, Actes des XXe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, 21-23 oct. 1999, Antibes, éd. APCDA, p. 419-432.

Guillaumet J.-P., 2002, « Fouilles entre le Champlain et la Côme Chaudron », in : Guichard V. éd., Rapport annuel d’activité 2002. Deuxième partie : Recherches sur le mont Beuvray, Rapports d’activités des équipes de recherches associées, Bibracte Centre Archéologique européen, Glux-en-Glenne.

Guillaumet J.-P., Dhennequin L., 2008, « Les ateliers du métal et leur production », in : Dhennequin L., Guillaumet J.-P., Szabó M. dir., L’oppidum de Bibracte (Mont-Beuvray, France) : bilan de 10 années de recherches (1996-2005), p. 68-77 (Acta archaeologica Academiae Scientiarum Hungaricae, 59).

Pernot M., Duval A., Chardron-Picault P., 2002, « Des ateliers de l’artisanat du métal au Mont Beuvray : esquisse de la relation entre le Mont Beuvray et Autun », in : Maranski D., Guichard V. dir., Les Âges du Fer en Nivernais, Bourbonnais et Berry oriental : regards européens sur les âges du Fer en France, Actes du XVIIe colloque de l’AFEAF, Nevers, 20-23 mai 1993, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen du Mont Beuvray, p. 313-325 (Bibracte, 6).

Rebourg A., 1989, « Un atelier de verrier gallo-romain à Autun », R.A.E., t. 40, fasc. 2, p. 249-258.

Rebourg A., Olivier O., 1996, L’œuvre au noir : l’emploi du schiste à Augustodunum, Catalogue d’exposition, Autun, Musée Rolin, nov. 1996-mars 1997, 117 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Bibracte. Situation du quartier artisanal du Champlain/Côme Chaudron et des zones de fouilles récentes (© Bibracte D. Beucher).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9708/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Légende Fig. 2. Autun. Localisation des zones artisanales. 1. Jardin Poizeau, 12 Faubourg d’Arroux ; 2. 18 Faubourg d’Arroux ; 3. Rue des Pierres ; 4. Institution Anne-Marie Javouhey ; 5. 43-45 rue de la Grille : Maison à l’Enseigne ; 6. 15 rue de la Croix-Blanche : Maison au Terrazzo signinum ; 7. Extension hôpital, avenue du Morvan : Maison aux Stucs ; 8. Clinique du parc, 6 avenue du Morvan : Maison à l’Ampulla ; 9. Quartier Marchaux ; 10. Près du rond-point de la Croix-verte : Maison dite du Peintre ; 11. Hôpital, nouvelle maison de retraite, boulevard F. Latouche ; 12. Hôpital Pavillon Saint-Louis, boulevard F. Latouche ; 13. 14 rue de la Croix-Verte : Maison à la Vis de Bois ; 14. 5 avenue du Deuxième Dragon ; 15. Ateliers d’Art, boulevard F. Latouche : Maison de Balbus Iassus ; 16. Institution Saint-Lazare-Gymnase de Bourgogne, 14 rue aux Raz : Maison aux Artisans ; 17. Promenade des marbres ; 18. Théâtre intra muros ; 19. Lycée militaire, Places d’Armes ; 20. Sous l’emplacement du cloître Saint-Nazaire ; 21. École primaire rue Bouteiller ; 22. Résidence le Cardo, 8 rue de la Jambe de Bois ; 23. 14 rue Lauchien le Boucher ; 24. Lycée militaire, quartier Gangloff. Fond de plan : d’après A. Rebourg, 1993, modifié par A. Fort, 2007 (enceinte) et Labaune/Kasprzyk, 2008 (voirie) ; recalage SIG et DAO : A. Tisserand, centre d’Archéologie et du patrimoine A. Rebourg.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9708/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9708/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 3. Bibracte. Quelques pièces en cours de fabrication : fibule du type 3 et fragments de barrettes de fourreaux d’épée en alliage cuivreux et ébauches de fibules en fer. Dessins Bibracte.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9708/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 4. Autun. Ébauches de fibules de type 3, Parc Saint-Jean. Dessin Yannick Labaune ; moule en grappe de fibules de type 3, Lycée militaire. Cliché Stéphane Prost, Ville d’Autun ; lot de fibules (finies) de type 3, Lycée militaire. Dessin Géraldine Duriaux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9708/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 5. Autun. Exemple de productions de céramiques communes du Lycée militaire. Cliché Stéphane Prost, Ville d’Autun.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9708/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 6. Autun. Exemple de moule signé Pistillus. Cliché Stéphane Prost, Ville d’Autun.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9708/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 7. Autun. rue des Pierres. Plan d’ensemble de l’atelier de verrier. Dessin Albéric Olivier in Rebourg, 1989.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9708/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 8. Autun. Déchets de production d’objets en verre, Lycée militaire. Dessin Géraldine Duriaux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9708/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 9. Autun. Plan de l’atelier du travail de l’os et de la corne, Maison aux Artisans, rue aux Raz. Plan Franck Ducreux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9708/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 10. Tableau synthétique : les activités manufacturières de Bibracte et d’Autun, état de la documentation. Conception et réalisation Jean-Paul Guillaumet, Yannick Labaune.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9708/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 405k

Auteurs

Archéologue chargée des missions de recherche, Service Archéologique de la ville d’Autun, UMR 5594 ARTeHIS.

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search