Version classiqueVersion mobile

Verrerie de l’Est de la France. XIIIe-XVIIIe siècles

 | 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Stéphanie Jacquemot
, 
Pierre Thion

Strasbourg - Istra : verrerie de la 2ème moitié du XVIème siècle

Marie-Dominique Waton

Texte intégral

LA STRUCTURE (Fig. 1, A et B)

  • 1 En raison de l'état de décomposition du bois, le module des lattes n'a pas pu être déterminé.

1Immédiatement à l'arrière du bâtiment 17 de la rue des Juifs, au cours de fouilles de sauvetage programmé en avril 1986 a été dégagée une fosse-tonneau ayant servi de fosse d'aisance. La fosse de creusement était quadrangulaire (1,10 m de côté) ; le tonneau, constitué de petites lattes verticales1, était maintenu dans la fosse de creusement par une couche de mortier sableux et était calé à la base par un solin de moellons. Un premier solin circulaire (D : 0,90 m) correspondant en fait au diamètre du tonneau avait d'abord été installé, épousant la taille de la fosse de creusement ; un deuxième solin (D : 0,70 m) adapté au format de la base de tonneau a ensuite été placé.

  • 2 La fine couche organique, qui témoigne de l'utilisation en lieux d'aisance de la fosse-tonneau, rec (...)

2L'usage de la fosse, située à l’extérieur de l'habitation, fut de courte durée et malgré le faible volume de la couche organique (0,15 m3 environ)2, une quantité importante de céramique et de verrerie en a été extraite ; parmi ce mobilier furent trouvés un jeton de change abécédaire frappé vers 1570 et un sceau avec les initiales CD dont le nom du propriétaire n'a pas été élucidé (Fig. 1, no 1). A son abandon, cette fosse d'aisance servant en même temps de fosse détritique eut sa couche organique scellée par une couche de mortier et de chaux jaune, elle-même recouverte par une couche d'argile gris foncé. La fosse-tonneau fut enfin complètement comblée avec une couche de terre argileuse brune, remblai de destruction recelant des fragments de tuiles, de briques et de moellons.

LA CERAMIQUE (Fig. 1, no 2 à 9)

3Les céramiques, en nombre relativement restreint (19 pots individualisés et un jeton) recouvrent les deux grandes séries ayant cours dans la deuxième moitié du XVIème siècle, la céramique commune grise cannelée avec 10 exemplaires pour 6 formes et la céramique commune vernissée avec 9 exemplaires pour 7 formes ; la plupart de ces exemplaires est en céramique vernissée verte ; une forme de plat-assiette, précurseur des formes du XVIIème siècle, est à glaçure colorée au manganèse.

LA VERRERIE

  • 3 11 individus ont été décelés, la majorité des cives ayant 10 cm de diamètre.
  • 4 L'épaisseur est variable entre 0,1 et 0,2 cm et les teintes diverses vont du bleuté très pâle au ve (...)

4Au regard de la céramique, la verrerie est proportionnellement plus abondante. Sur les 5 780 gr de verrerie recueillie, 710 gr sont du verre à vitre avec d'une part des cives incolores3 de diamètre compris entre 9 et 11 cm et, d'autre part des verres plats quadrangulaires teintés4. Quelques éléments significatifs permettent de proposer une restitution de la fenêtre qui était sans doute composée de cives rondes insérées dans des cercles taillés aux angles des verres quadrangulaires (Fig. 2, no 1 à 3).

5A côté de ces verres à vitre, -89 exemplaires-certains très fragmentaires ont été individualisés de façon certaine, que nous avons répartis en quatre classes : la bouteille, le bocal, le verre à pied et le gobelet.

I. la bouteille

6Deux groupes ont été distingués :

7a) La bouteille à parois soufflées dans un moule (Fig. 2, no 4 à 6).

  • 5 Aucun indice ne permet la restitution du fond.

8Ce groupe comprend une bouteille de pèlerin à deux petites anses sur l'épaulement5 (BAUMGARTNER et KRUEGGER, 1988, p. 424-425) et un Kuttrolf au conduit tubulaire pincé à la base pour donner deux petits canaux et surmonté d'un bec trèflé ; le fond est fortement ombiliqué.

9b) la bouteille à parois lisses (Fig. 2, no 7 à 13)

10Ce groupe comporte la bouteille à pied annulaire rapporté (5 individus) et une bouteille apode au fond ombiliqué.

II. le bocal (Fig. 3, no 14 à 16)

11De teinte vert plus ou moins foncé, ce récipient interprété souvent comme urinal (RADEMACHER, 1933, p. 39 ; BAUMGARTNER et KRUEGGER, 1988, p. 432-433) correspond plutôt à un bocal dont la lèvre plate permet une fermeture hermétique ; 4 individus ont été identifiés.

III. le verre a pied

1231 individus ont été répertoriés pour cette classe où ont été reconnus deux groupes.

13a) "le Keulenglas" (Fig. 3, no 17 à 23 ; Fig. 4, no 24 à 26)

14Le groupe comprend une forme évoluée du Keulenglas (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 386-391) avec un renflement prononcé de la partie supérieure du contenant. Un premier sous-groupe (10 individus) est composé de verres de teinte vert moyen à décor optique moulé d'ondes obliques et présentant à la base du renflement un filet godronné spiralé ou non. Un deuxième sous-groupe avec 3 individus de teinte vert moyen comporte un décor moulé de ronds ou d'ovales, un exemplaire présente un filet bleu rapporté au-dessus de la zone décorée. Le troisième sous-groupe avec 17 individus de teinte vert clair à vert foncé est défini par ses parois lisses et par l'ajout à la base de la partie renflée d'un filet godronné spiralé ou non ; un exemplaire a un filet bleu.

15b) le verre-calice (Fig. 4, no 27)

16La coupe de ce verre incolore (un seul exemplaire) est ornée de filets verticaux blanc laiteux.

IV. le gobelet

17Cette classe comporte deux grands groupes représentés de façon très inégale : d'une part le gobelet de teinte claire ou incolore qui fait son apparition dans la 2ème moitié du XVIème siècle et d'autre part, le gobelet de teinte verte (Waldglas) à pastilles rajoutées qui disparaît à ce moment-là. Tous les gobelets présentent autour du fond un filet spiralé ou non, formant le pied.

181- Le 1er groupe peut être subdivisé en deux, avec d'une part le gobelet à parois lisses, et d'autre part le gobelet à parois moulées.

19a) le gobelet lisse (Fig. 5, no 28 à 36)

20Les 8 individus répertoriés au pied annulaire offrent soit une lèvre droite, soit une lèvre évasée. Les teintes sont variées, le plus souvent vert, mais 3 exemplaires sont incolores. La moitié est ornée d'un décor rapporté : filets blancs laiteux, pastilles mûriformes de teinte vert foncé ou filet lisse hélicoïdal.

21b) le gobelet moulé (Fig. 5, no 37 à 40)

22Les 33 individus répertoriés à lèvre droite ou éversée présentent une grande gamme de décor : un individu de teinte vert foncé offre un décor de côtes obliques vers la droite ; d'autres (16 individus) de teinte vert clair ou incolores sont ornés d'un décor optique de côtes verticales ; certains présentent un décor rapporté de pastilles mûriformes. Deux individus, de teinte vert bleuté et incolore, évoquent un motif de vannerie : un filet hélicoïdal est apposé sur le verre qui est ensuite réchauffé et soufflé dans un moule à côtes verticales écrasant ainsi le filet de place en place, et l'on obtient alors un décor de rectangles. Dix exemplaires incolores offrent un décor moulé de bosses arrondies ou oblongues pouvant couvrir toute la paroi et s'étendant sous le fond ; un individu présente, au-dessus du décor, un filet bleu rapporté.

232- Le 2ème groupe peut être divisé aussi en deux avec d'une part le "Nuppenbecher" et d'autre part le "Krautstrunk".

24a) le "Nuppenbecher" (Fig. 5, no 41-42)

25La lèvre des trois individus est très évasée ; les pastilles sont rapportées en quinconce sur deux rangées et le pied festonné.

26b) le "Krautstrunk" (Fig. 5, no 43)

27L'individu préservé offre un pied spiralé de deux tours et un décor de pastilles très aplaties disposées en rangées verticales de 3 pastilles.

28La classe IV des gobelets avec 48 exemplaires, plus représentée que la classe III des verres à pied qui en compte 28, témoigne d'une évolution de la gobeleterie dans la 2ème moitié du XVIème siècle, qui se poursuivra au XVIIème siècle. L'aire de fabrication, malgré l'absence de résultats archéologiques probants, pourrait être régionale (STENGER, 1988, p. 58 et sv.).

Notes

1 En raison de l'état de décomposition du bois, le module des lattes n'a pas pu être déterminé.

2 La fine couche organique, qui témoigne de l'utilisation en lieux d'aisance de la fosse-tonneau, recelait des graines et de nombreuses arêtes de poissons dont les essences et les espèces sont encore à déterminer..

3 11 individus ont été décelés, la majorité des cives ayant 10 cm de diamètre.

4 L'épaisseur est variable entre 0,1 et 0,2 cm et les teintes diverses vont du bleuté très pâle au vert sombre.

5 Aucun indice ne permet la restitution du fond.

© ARTEHIS Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search