Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

Topographie des activités en Gaule

L’artisanat antique dans le chef-lieu de cité de Vieux Aregenua (Calvados)

Grégory Schütz

Résumé

Le chef-lieu de cité des Viducasses, Aregenua, situé dans le nord de la Gaule Lyonnaise, fait l’objet de recherches archéologiques depuis la fin du xviie s. La découverte régulière de témoins d’activités artisanales au sein de l’agglomération nous invite à faire le point sur les connaissances acquises en ce domaine. Le recensement et l’analyse critique de ces données ont été réalisés dans une perspective visant à aborder la question de la répartition tant géographique que chronologique des activités artisanales dans la ville, et par extension, celle des modalités de l’insertion de ces artisanats dans le tissu urbain. Cette approche permet ainsi de proposer quelques pistes de réflexion quant à la nature et l’orientation de la production urbaine à Vieux Aregenua et participe, par la même occasion, modestement, au débat plus large relatif à la nature du système économique romain et à la place de l’artisanat en son sein.

Texte intégral

I. Présentation du site

1Le village actuel de Vieux est situé à 10 km au sud-ouest de Caen, chef-lieu du département du Calvados et de la région Basse-Normandie (fig. 1). Il se développe sur la rive septentrionale d’un ruisseau, la Guigne, modeste affluent de l’Orne, à une vingtaine de kilomètres au sud des côtes de la Manche. Vieux est installé sur la bordure d’un vaste plateau calcaire appelé « Plaine de Caen », occupé par de grands champs ouverts et qui laisse la place vers l’ouest et le sud à un paysage bocager. Le substrat géologique apparaît particulièrement varié puisque le village se trouve au contact des formations calcaires et des marnes jurassiques, des schistes et des grès du Briovérien et des formations de schistes et calcaires du Cambrien.

2L’originalité du village réside dans sa localisation à l’emplacement de la ville gallo-romaine d’Aregenua, chef-lieu de la petite cité des Viducasses au nord de la Gaule Lyonnaise. Ce peuple est cité par le naturaliste latin Pline l’Ancien dans la seconde moitié du ier s. de notre ère (Naturalis Historia, IV, 107) puis par le géographe grec Ptolémée au iie s. (Géographie, II, 8, 2 et 8, 5). L’agglomération apparaît également sur la carte routière antique dite « de Peutinger » sous le nom d’Aregenua ainsi que sur le « Marbre de Thorigny », socle quadrangulaire d’une statue daté de 238 et découvert vers 1580 dans la commune, sur lequel elle est à la fois appelée cité libre (« Civitas Viducassium Libera ») et colonie (« Colonia ») (Vipard, 2008). L’agglomération, qui dispose par l’intermédiaire de la Guigne et de l’Orne d’un accès indirect à la mer, s’insère également dans un réseau de voies routières qui la met en relation avec les cités voisines – Lexoviens et Esuviens à l’est, Baiocasses et Unelles à l’ouest, et Abrincates et Aulerques Diablintes au sud – et au-delà, par l’intermédiaire notamment du Chemin Haussé, voie traversant la ville et reliant Bayeux à Chartres (fig. 1).

Fig. 1. Localisation du site de Vieux Aregenua (Calvados) (Conseil général du Calvados).

3Le nom de la ville au Haut-Empire, Aregenua, pourrait être d’origine gauloise et formé du préfixe gaulois are- (au-dessus de) et de Genua, nom antique du ruisseau la Guigne (Sauvage, 1909). Si aucune trace d’occupation de l’Âge du Fer n’a été découverte à l’emplacement de la ville gallo-romaine, la présence d’un vaste sanctuaire d’origine protohistorique à Baron-sur-Odon, à 2,5 km à l’ouest d’Aregenua, n’est peut-être pas étrangère à la création ex nihilo au début du ier s. de n. è. d’un chef-lieu de cité sur le site de Vieux. La ville connaît une période de prospérité du iie s. au début du iiie s. et compte probablement quelques milliers d’habitants à une époque où Caen n’est encore qu’une simple bourgade. L’amorce du déclin de la cité est perceptible à partir de la première moitié du iiie s. et, malgré un bref renouveau à la fin du iiie s. et au début du ive s., Aregenua, qui a pris le nom de Civitas Viducassium, perd son statut urbain et voit son territoire et ses prérogatives de chef-lieu de cité récupérés par la capitale voisine des Baiocasses, Augustodurum (Bayeux). Si les étapes de ce processus de ruralisation restent à préciser, il convient de noter que quelques secteurs de la ville restent occupés et que le site constitue encore un important centre de peuplement durant le haut Moyen-Âge (Hincker, 2007, p. 3-26). Cité dans les textes à partir du xie s., Vieux n’est plus alors qu’un simple village dont seul le nom dérivé de celui pris pendant l’Antiquité tardive conserve encore le souvenir de la capitale de cité déchue.

4L’agglomération couvrait à son apogée une superficie d’environ 35 ha pour une population qui avoisinerait 6000 habitants (Vipard, 2002, p. 126) ; une ville donc de taille modeste à l’image du territoire – estimé à 2 300 km2 – administré par cette petite cité du nord-ouest de la Gaule. L’espace urbain était divisé par des rues orthogonales en îlots dont les plus vastes dépassaient 90 m de côté (fig. 2). Plusieurs monuments publics ont été identifiés en périphérie ; parmi ceux-ci, au sud, un ensemble thermal et le forum de la ville associé à plusieurs bâtiments publics parmi lesquels la curie, et, à l’est, des temples et un édifice de spectacles. L’habitat, du plus humble au plus luxueux, est représenté dans les différents quartiers, notamment au sud où des fouilles réalisées entre 1988 et 1992 ont révélé la présence d’une imposante domus de plan méditerranéen appelée « Maison au Grand Péristyle » (Vipard, 1997a et 1998a). Nous ne disposons que de peu de traces des nécropoles de l’agglomération en dépit des découvertes anciennes de plusieurs inscriptions funéraires dès le xviiie s. et de plusieurs urnes funéraires.

5À la suite des premières fouilles archéologiques entreprises dès la fin du xviie s. et d’une longue tradition de recherche, le Conseil général du Calvados mène depuis plusieurs années une politique ambitieuse de recherche et de présentation au public, matérialisée par le maintien d’une équipe d’archéologues sur le site et par la création en 2001 du musée archéologique de Vieux-la-Romaine. Les fouilles programmées régulières et les opérations préventives récurrentes complètent sans cesse notre connaissance de l’agglomération. Ainsi, ces dernières années, plusieurs interventions ont concerné la périphérie nord-est d’Aregenua, mettant au jour de nombreuses traces d’activités artisanales. L’organisation d’un colloque abordant le thème de l’artisanat en milieu urbain offrait donc l’opportunité de faire le point sur l’état de nos connaissances en ce domaine.

II. Les activités artisanales à aregenua

6L’artisanat à Aregenua nous est connu essentiellement grâce à l’archéologie. Il nous faut cependant mentionner la découverte ancienne d’une stèle funéraire portant la mention du métier d’un défunt, Sextius Senodius Severus, « vestiarius » de son état, c’est-à-dire marchand de vêtements et de tissus destinés à l’habillement et à l’ameublement (D M | SEX ▪ SENODIO SEVERO | VESTIARIO HEREDES POSVERVNT) (CIL, XIII, no 3168) (Deniaux, 1983, p. 32-33).

  • 1 Les sites, auxquels il sera fait référence dans la suite du texte, sont tous localisés sur la figur (...)

7En l’état actuel de nos connaissances, les données archéologiques permettent quant à elles de restituer l’existence au sein du chef-lieu de cité d’au moins dix activités artisanales que l’on peut regrouper en six grands domaines artisanaux (artisanat de la pierre, du textile, travail des matières dures animales, du métal, du verre et métiers de bouche). Ces activités sont actuellement réparties sur quatorze sites1 et nous sont connues grâce à des témoignages directs comme des ateliers, aires de travail ou fours, mais aussi et surtout, par des témoignages indirects : outils, déchets de fabrication, ratés de fabrication, ébauches, dépotoirs ou traces de travail visibles sur certains objets. Certaines activités, et plus particulièrement celles liées au travail de matières organiques (bois, cuir,…), demeurent comme souvent mal ou non documentées. Face à la multiplicité et à la variabilité des indices nous renseignant sur l’artisanat, le choix s’est fait de privilégier une approche s’attachant à étudier la répartition chrono-topographique de ces activités dans le tissu urbain ; pour ce faire, notre intérêt s’est donc principalement porté sur les structures de production mises au jour et sur les principales concentrations d’indices artisanaux.

Fig. 2. Plan de la ville antique et localisation des principales activités artisanales (DAO : J.-Y. Lelièvre/G. Schütz).

Fig. 3. Vue du four à chaux (début du ive s.) (site 1) (Service d’archéologie - Conseil général du Calvados).

II.1. Les artisanats de la pierre

8La création et le développement de l’agglomération d’Aregenua ont nécessité pendant plusieurs siècles la mise en œuvre de nombreux matériaux de construction pour l’édification des monuments publics et privés et le recours à différentes professions.

  • 2 Parking du musée (diagnostic archéologique, 2001, Conseil général du Calvados, resp. M. Gasnier) (G (...)
  • 3 Musée archéologique départemental (fouille préventive, 1999, Conseil général du Calvados, resp. H. (...)
  • 4 Le Champ des Crêtes (fouille programmée, 2007, Conseil général du Calvados, resp. K. Jardel) (Jarde (...)
  • 5 Parcelles AE 175, 183 et 185 (diagnostic archéologique, 2005, Conseil général du Calvados, resp. J. (...)
  • 6 Le Hameau du Closet (diagnostic archéologique, 2007, INRAP, resp. L. Le Gaillard) (Le Gaillard, 200 (...)

9Les fouilles successives renseignent sur l’utilisation quasi exclusive de matériaux locaux et ont permis la localisation d’un certain nombre de carrières exploitant les formations schisto-gréseuses et calcaires dans la seconde moitié du ier s. de n. è. à la périphérie nord-est de l’agglomération (sites 1 et 2)2. Des sites d’extraction de pierre appelée « marbre de Vieux » (calcaire cambrien dont la couleur varie du blanc au lie de vin en passant par différentes nuances de gris et de rose), dont l’exploitation est bien attestée à l’époque gallo-romaine, ont été localisés quant à eux sous l’actuel musée archéologique (site 4)3 et dans la vallée de la Guigne, à la périphérie est du chef-lieu de cité (site 6) (Verron, 1983, p. 68-69). Ce matériau est emblématique du recours aux gisements locaux ; on le retrouve par exemple sous forme de dalles ou de supports de colonnes dans la galerie de façade de la Maison au Grand Péristyle (Vipard, 2002, p. 12), à l’intérieur de la curie du forum4 ou le long du decumanus J dans le centre de la ville5. Un dernier ensemble de carrières destinées à l’extraction de calcaire vers la fin du ier s. ou au début du iie s. a été reconnu début 2007 à la périphérie nord-ouest d’Aregenua (site 13)6. La présence de fours installés dans certains angles de ces immenses excavations indique la production sur place de chaux. Les nombreuses similitudes entre ces structures et un autre four observé dans une propriété mitoyenne en 1979 et interprété comme un four de potier (site 14) invitent à reconsidérer l’identification initiale de celui-ci (Le Gaillard, 2007, p. 6).

10Un autre exemple de production de chaux a été observé dans le quartier du théâtre (site 1) (Delaval et alii, 2004, p. 33-35). Il s’agit d’un four ayant fonctionné pendant l’Antiquité tardive et qui s’est installé à proximité du théâtre ruiné afin d’en récupérer les matériaux (fig. 3). Cette très grande structure est creusée à flanc de coteau et mesure 4,5 m de diamètre et 3,5 m de profondeur. Elle est précédée au sud par une grande aire de travail quadrangulaire en pente permettant l’accès de chariots. Les indices de trois cuissons successives ont été observés (couches charbonneuses séparées par de la chaux concrétionnée piégées au fond de la chambre de chauffe) ainsi que plusieurs fragments d’architecture et de sculpture (colonnes, chapiteaux,…) issus de l’édifice de spectacle. Les datations archéomagnétiques et 14C, le matériel céramique recueilli, datent l’utilisation de la structure de la première moitié du ive s.

11Plusieurs indices témoignent de plus de l’existence d’artisanats liés à la décoration. Il s’agit tout d’abord de la découverte, dans le comblement d’une cave à la périphérie nord-est du chef-lieu de cité, de déchets abandonnés par des tailleurs de pierre/décorateurs ayant en charge la fabrication d’un décor en opus sectile (déchets de roches brutes, chutes présentant des traces d’outils ou ratés de production par exemple) (site 3) (Vipard, 1999, p. 205). D’autre part, l’étude pétrographique des roches employées dans la décoration de la Maison au Grand Péristyle (site 7) a révélé l’utilisation de schiste bitumineux d’Autun ; cette identification coïncide avec les parallèles stylistiques réalisés entre les mosaïques de ce bâtiment et celles observées en Gaule de l’Est et plaide, selon P. Vipard, pour une réalisation des décors de cette domus par des artisans éduens (Vipard, 1998b et 1999).

Fig. 4. Ébauches d’épingles en os cassées à différents stades de leur fabrication (fin iie s.-début iiie s.) (site 3) (Service d’archéologie - Conseil général du Calvados).

II.2. Le textile

  • 7 Cf. note 2.

12La confection de textile est attestée sur l’agglomération par de nombreuses épingles et pesons ainsi que par quelques fusaïoles. S’il est en ce domaine également difficile de distinguer entre production domestique et artisanale – dans la mesure où une distinction dut être effectuée – trois sites ont livré des concentrations de pesons pouvant suggérer l’existence sur place ou à proximité immédiate d’ateliers de tissage. C’est le cas ainsi sur le site 3, où l’on a retrouvé dans les bâtiments datés de la fin du iie s. ou du début du iiie s. jouxtant la Maison « à la cour en U » une pièce excavée (ayant pu accueillir, par les conditions hygrométriques ainsi développées, un métier à tisser) associée à un lot de vingt-trois pesons abandonnés à quelques mètres seulement (Vipard, 2002, p. 42). La construction du musée archéologique départemental a, quant à elle, entraîné la mise au jour en 1999 d’un sanctuaire bordé au sud par plusieurs pièces identifiées comme des ateliers ou des boutiques le long du decumanus J7 (site 4). Ce secteur, qui a livré plus de cent cinquante pesons en calcaire et en terre cuite, issus de contextes d’abandon datés de la fin du iie s. à la fin du iiie ou début du ive s., apparaît donc avoir été le siège ou situé à proximité d’une activité de tissage. Un autre lieu dévolu au tissage a été identifié comme tel par J.-M. Flambard entre 1980 et 1982 dans la périphérie ouest d’Aregenua (site 12) suite à la découverte d’une pièce excavée associée à au moins six pesons en calcaire (Flambard, 1981 et 1982).

II.3. La tabletterie

  • 8 P. Vipard indique les volumes de déchets suivants : éléments de débitage (123,5 kg), éléments de fa (...)

13Le travail de l’os est confirmé par la présence, en plusieurs endroits de la ville, de ratés de fabrication, d’objets ébauchés et de nombreux objets finis. Parmi ces indices, une concentration très importante de déchets8 témoignant des différentes phases de la chaîne opératoire de fabrication d’objets en os – de la matière première au raté de fabrication – a été retrouvée dans le comblement de la cave de la maison dite « à la cour en U », à la périphérie nord-est d’Aregenua (site 3) (Vipard, 1997b). Le matériel livré par ce remblai daté de la fin du iie - début du iiie s. correspond essentiellement à des épingles (notamment des exemplaires munis d’une tête en forme de trident) (fig. 4). D’autres objets paraissent également avoir été fabriqués dans une moindre proportion par cet atelier (éléments de marqueterie, peignes, cuillères, dés à jouer et autres objets indéterminés). Si cette découverte ne nous renseigne pas précisément sur le lieu de travail du ou des artisans tabletier(s), elle reste néanmoins à rapprocher des nombreux déchets de travail de l’os et des rejets de boucherie retrouvés dans le secteur, entre les sites 1 et 2.

II. 4. Les métiers de bouche

14La boucherie est représentée par de nombreux rejets osseux portant des traces de découpe. Si aucun élément n’autorise à localiser avec précision cette activité, il nous faut indiquer que le secteur situé au nord-est de la ville s’est révélé riche d’indices avec notamment la mention au xixe s. de la revente à un industriel d’environ quarante tonnes d’ossements animaux provenant d’un dépotoir antique (Charma, 1855, p. 460). Au sud de la ville, la restructuration au iie s. du secteur de la Maison au Grand Péristyle s’est effectuée au profit d’installations liées au commerce alimentaire, comme l’indique la découverte dans un silo de rejets osseux provenant d’une préparation bouchère de bœuf en rapport avec une boucherie ou un lieu de découpe primaire des carcasses (Lepetz, 1993, p. 18). À cela s’ajoute enfin la présence sur le dernier niveau de chaussée du decumanus J, observé lors d’un diagnostic en 1994 au sein de la base archéologique (site 5), de très nombreux fragments osseux (essentiellement des extrémités de métapodes, phalanges et chevilles osseuses de bœuf) pouvant être assimilés à une « activité bouchère ou liée au travail de ses produits dérivés » (Vipard, 2002, p. 55).

15La meunerie/boulangerie est représentée par la découverte de plusieurs meules rotatives entières ou fragmentées en différents points de la ville. Il s’agit d’éléments de petite dimension retrouvés dans des remblais, comblements de structures ou réutilisés dans diverses maçonneries qui restent donc difficilement interprétables et attribuables à une production artisanale plus que domestique. Notons néanmoins la découverte dans le centre du village (parcelle AE 186) (site 9), lors des travaux de reconstruction après la Seconde Guerre mondiale, d’un « four de boulanger antique, à peu près intact […] et de meules » (Gosselin, 1954, p. 372).

II. 5. Le travail des métaux

16Le travail des métaux est représenté par le travail du fer et celui des alliages cuivreux. Sans être très abondants, les indices témoignant de ces activités sont fréquemment observés en fouille, essentiellement sous la forme de déchets. Deux sites (1 et 8) peuvent cependant être identifiés comme des ateliers de travail du fer et des alliages cuivreux.

II.5.1. Le fer

17Un niveau d’occupation, très riche en cendres et en charbons associés à quelques scories, marque la fin de l’utilisation de l’une des pièces de l’habitation privée appelée « Maison à la cour en U », dans la première moitié du iiie s. (site 3). Il peut être le témoin, selon P. Vipard, d’une activité d’affinage du fer (Vipard, 2002, p. 45). On rencontre également d’autres déchets produits par cette activité dans les pièces situées entre le sanctuaire et le decumanus J au niveau de l’actuel musée archéologique (peut-être en rapport avec les nombreux foyers repérés au même emplacement) (site 4) et à la périphérie ouest de la ville antique, entre la seconde moitié du iie s. et la première moitié du iiie s. (niveaux cendreux associés à de nombreuses scories et « laitier » prenant place au sein de constructions en matériaux périssables difficiles à identifier) (Vipard, 2002, p. 114).

  • 9 Quartier du théâtre (fouilles programmées, 2001-2004, Conseil général du Calvados, resp. E. Delaval (...)

18Un bâtiment artisanal lié au travail des métaux, daté du iie s. et construit en matériaux périssables sur solins de pierres, a été étudié lors de la fouille programmée menée entre 2001 et 2004 au niveau d’un petit quartier situé sur le flanc est du théâtre, à la périphérie nord-est de la capitale viducasse (site 1) (fig. 5)9. Il s’agit plus précisément d’une forge qui présente des remaniements traduisant trois phases consécutives, interprétables comme trois ateliers successifs liés au travail du fer (post-réduction, forge) et des alliages cuivreux (Coulthard et alii, 2005, p. 255-284). L’identification de cet ensemble a été rendue possible par la découverte de plusieurs structures parmi lesquelles des foyers, un silo de stockage, l’emplacement d’un billot d’enclume ainsi que de nombreux déchets (battitures, scories, fragments de culots et d’objets en fer, limailles de bronze). Un second bâtiment, à une vingtaine de mètres plus au sud et ayant livré à son tour plusieurs foyers associés à des aires de travail ainsi qu’à des déchets (scories, fragments de culot et de paroi de four, battitures), pourrait également avoir été destiné à une activité de post-réduction à la même période.

19D’autres artisans métallurgistes travaillant le fer, et peut-être également le bronze, semblent également s’être installés dans la vaste domus dite « Maison au Grand Péristyle » (site 7). Leurs traces ont été observées dans le jardin ainsi que dans l’une des pièces de service, dans des niveaux datés de la seconde moitié du iiie s. précédant l’abandon de la demeure (Vipard, 2002, p. 90).

II.5.2. Les alliages cuivreux

20Il s’avère que les sites ayant livré des indices de travail des alliages cuivreux correspondent à ceux qui ont livré des traces liées au travail du fer (sites 1, 4, 7 et 8). Si dans le cas de la Maison au Grand Péristyle (site 7) et dans celui du musée archéologique (site 4), la fugacité des vestiges et des données disponibles rend difficile toute interprétation quant à la nature de la relation entre les deux productions, il en va autrement pour le bâtiment du iie s. lié au travail des métaux, situé dans le quartier du théâtre (site 1) et que nous avons évoqué précédemment (Coulthard et alii, 2005, p. 255-284).

Fig. 5. Plans de la forge du quartier du théâtre à Vieux Aregenua (Calvados) (phases A, B et C) (DAO : J.-Y. Lelièvre/G. Schütz).

21La première des trois phases de cet ensemble a livré un billot d’enclume, des foyers, des déchets sur le sol (battitures, quelques scories et des fragments de culots) et trois tiges quadrangulaires s’apparentant à des soies de préhension et correspond à une activité de forge. L’éventualité d’une coexistence du travail du fer et des alliages cuivreux est avancée pour la seconde phase du bâtiment. Le travail de post-réduction s’y poursuit en effet et peut être identifié à travers le maintien du billot d’enclume observé lors de la phase précédente, la présence d’un grand foyer de forme oblongue et celle, dans un silo situé dans la pièce et utilisé comme dépotoir, d’une épaisse couche de battitures et de limon fin correspondant au nettoyage du sol de l’atelier. Le travail des alliages cuivreux, en dépit de l’absence de déchets correspondant, pourrait, selon les auteurs, être évoqué par l’existence de petits foyers à même le sol dont les dimensions, la structure, l’emplacement et la proximité avec le grand foyer oblong laissent penser que ce dernier servait à la fonte des alliages à base de cuivre tandis que les autres recevaient les moules (Coulthard et alii, 2005, p. 271). La troisième et dernière phase, enfin, semble correspondre plus précisément au travail d’un artisan bronzier. La découverte de limailles de bronze recouvrant le sol autour d’un important massif maçonné, prenant place à l’emplacement du grand foyer de la phase précédente et pouvant être interprété comme un foyer surélevé, indique la production d’objets en alliage cuivreux dans l’atelier sans que l’on puisse déterminer avec certitude si l’on est en présence d’un changement radical d’orientation de la production ou d’un atelier mixte, à l’image de ce qui a été proposé pour la phase précédente.

22Le site 8, quant à lui, nous renseigne sur le travail des alliages cuivreux entre le milieu du ier s. et la première moitié du iie s., c’est-à-dire avant la construction de la « Maison au Grand Péristyle » (fig. 6). Les éléments ayant permis cette identification correspondent aux restes de deux fours de bronziers, à un dépotoir de l’atelier et à des creusets fragmentés (Vipard, 2002, p. 73 et à paraître).

II.6. Le travail du verre

23Cette activité est très bien représentée à Vieux en comparaison des données fournies sur cet artisanat par la plupart des sites urbains antiques de Gaule. Nous pouvons ainsi relever l’existence de trois ateliers de production de verre au sein de la ville. Malgré l’absence d’études détaillées sur le mobilier en verre associé à ces structures ou sur les structures elles-mêmes, la documentation existante illustre cependant assez clairement cette activité à Vieux Aregenua.

Fig. 6. Vestiges d’un atelier de bronzier (milieu ier s. de n. è. -première moitié iie s.) (site 8) (Service d’archéologie - Conseil général du Calvados).

24Appartenant à une période s’étendant entre le milieu du ier s. de n. è. et la première moitié du iie s., les restes d’un four circulaire d’environ 1,7 m de diamètre se présentant sous la forme d’un muret circulaire de blocs en calcaire liés à l’argile et conservé sur deux ou trois rangs ont été observés dans le secteur qui prenait place antérieurement à l’installation de la Maison à Grand Péristyle (site 7) (fig. 7) (Vipard, 1993, p. 10-11 ; Vipard et alii, 1999, p. 415-425). Divers fragments de verre fondu, de creusets vitrifiés ainsi que des gouttes bleu-vert pâle présentant des traces d’étirage et des marques de pince lui étaient associés.

25À la périphérie nord-est de l’agglomération (site 3), une structure en forme d’arc de cercle, constituée de deux assises de moellons calcaires, a été identifiée à une base de four de verrier, en raison des fortes similitudes avec le four découvert sur le site précédemment décrit et de la multitude de fragments de verre signalés dans cette partie de la ville (Vipard, 2002, p. 42).

26Enfin, à la limite ouest d’Aregenua, un dernier ensemble identifié à un atelier de verrier a été fouillé entre 1980 et 1982 (Vipard et alii, 1999, p. 415). L’occupation correspond à un four de verrier de forme circulaire, d’environ 1 m de diamètre, très arasé et construit à l’aide de tuiles, briques et pierres calcaires. Il est muni au sud d’un alandier très court et côté nord d’un caisson de tirage destiné à améliorer le rendement thermique de la structure. Lui sont associés plusieurs blocs de scories de verre, différents fragments de verre, trente perles de couleur bleu-vert pâle ainsi que diverses gouttes de verre présentant pour certaines d’entre elles des traces d’étirage ou de pince. Un second four de taille plus importante (environ 2 m de diamètre) situé juste à côté a été initialement interprété comme un four de tuilier en raison de la grande quantité de tuiles le comblant. P. Vipard propose d’y voir, en raison de sa forme et du contexte, un second four de verrier, muni d’un alandier assez long (3,5 m environ) (Vipard et alii, 1999, p. 415). Ces deux structures sont associées notamment à un appentis en torchis et en bois. Les éléments datant supposent un fonctionnement au début et surtout dans la seconde moitié du iiie s. (Vipard et alii, 1999, p. 417).

Fig. 7. Vue du four de verriers (milieu ier s. de n.è.-première moitié iie s.) (site 8) (Service d’archéologie - Conseil général du Calvados).

II.7. Artisanat(s) indéterminé(s)

  • 10 Cf. note 4.

27Il nous faut pour terminer ce rapide état des lieux des données artisanales collectées à Vieux mentionner les indices qui renvoient à des activités n’ayant pu être déterminées. C’est le cas par exemple du site 10 où la mise au jour au sein de pièces en façade d’îlot donnant sur le decumanus J et le cardo C et présentant des niveaux cendreux et charbonneux ainsi que des aménagements non identifiés, laisse envisager l’existence aux iie et iiie s. de pratiques artisanales indéterminées dans le secteur10.

III. Répartition topographique et chronologique de l’artisanat : quelques pistes de réflexion

28Le recensement des données artisanales découvertes sur le site antique d’Aregenua, s’il ne peut en l’état nous livrer une vision exhaustive des activités au sein de ce chef-lieu de cité, autorise néanmoins l’établissement de pistes de réflexion et permet de dessiner un peu plus précisément le paysage artisanal de Vieux pendant l’Antiquité.

III.1. Topographie de l’artisanat

29Sur le plan topographique, il apparaît dans un premier temps que les données artisanales semblent se répartir essentiellement à la périphérie de la ville romaine. Il s’agit là cependant d’un constat à nuancer. Si ce dernier peut correspondre, nous le verrons, à une réalité antique, il faut de toute évidence garder à l’esprit le fait que la plupart des interventions archéologiques, préventives mais surtout programmées, ont été réalisées dans les parcelles non construites de l’actuel village, situées à l’emplacement des faubourgs de la ville antique. Le centre d’Aregenua semble ainsi moins bien documenté même si quelques traces d’activités artisanales y ont tout de même été retrouvées. Il faut noter également la particularité du site antique d’Aregenua qui voit s’implanter le forum et les bâtiments de l’administration civile, judiciaire et très vraisemblablement religieuse qui lui sont associés, traditionnellement marqueur du centre géographique des villes antiques, en bordure sud de l’agglomération, à l’ouest immédiat de la Maison au Grand Péristyle (Jardel et alii, 2007).

30Les exemples recensés à Vieux renseignent également sur les modalités de répartition de l’artisanat selon sa nature. Ainsi, l’exploitation des roches, activité requérant beaucoup d’espace, est systématiquement localisée à la limite de la ville, avant d’être dans un second temps rattrapée par l’extension du tissu urbain. Il en va de même pour les fours à chaux qui sont associés à l’extraction de calcaire à la périphérie nord-ouest. D’autres activités comme le four à chaux observé à proximité du théâtre antique et se servant de ce dernier comme d’une carrière (site 1) ou encore les traces d’artisans métallurgistes au sein des ruines de la Maison au Grand Péristyle (site 7) s’installent de toute évidence de manière plus opportuniste dans la ville. La situation est tout à fait différente, par exemple, pour les ateliers de verrier et de bronzier (site 7) situés dans le secteur de la Maison au Grand Péristyle ou encore le bâtiment lié au travail des métaux (site 1) dans le quartier du théâtre qui correspondent à des installations « pérennes » ou voulues comme telles. Malgré la médiocrité des rares indices concernant les métiers de bouche, il semblerait que ces derniers définissent quant à eux une activité plus ubiquiste, s’insérant très logiquement au cœur de la ville, au plus près des clients à nourrir. Il faut cependant être attentif à la nature et à la qualité des données prises en compte. Les très nombreux rejets osseux trouvés à la périphérie nord-est d’Aregenua (site 2), s’ils peuvent indiquer une destination privilégiée du secteur – à défaut de pouvoir parler de quartier spécialisé – peuvent également être interprétés comme les témoins d’une gestion des déchets à l’échelle de la ville et rejetés pour des raisons de salubrité évidentes hors de celle-ci, comme cela a pu être démontré dans d’autres agglomérations antiques comme Lyon (Desbat, 2003, p. 117-120) ou encore Autun (Kasprzyck, Labaune, 2003, p. 99-116) par exemple. Dans le cas de Vieux, plusieurs solutions ont été apportées dans le traitement des déchets artisanaux, épandages à l’extérieur de la ville (site 2) ou dans les ruines de bâtiments (site 7), comblements d’excavations (sites 3 ou 8) ou réutilisation (site 5).

31La question de la répartition géographique des activités artisanales ne peut s’affranchir de la dimension chronologique. Il y a malheureusement dans le cas d’Aregenua trop peu d’indices pour autoriser de manière satisfaisante une restitution de l’organisation de l’artisanat en fonction de la période chronologique comme cela a pu être fait pour des sites plus importants comme Reims (Schütz, 2003, p. 111-124) ou Lyon. Une majorité d’indices correspondent dans notre cas aux iie et iiie s., période de développement important de la ville. La datation proposée reste large si bien qu’on ne peut exclure des phénomènes évolutifs majeurs au sein de ces deux siècles. On remarque parallèlement la rareté des informations concernant le ier s., dont les niveaux sont moins souvent observés en fouille et moins bien conservés. Il en va de même très logiquement pour la fin de l’Antiquité tardive, période de déprise foncière très importante et correspondant pour la ville à la perte de ses prérogatives et de son statut. À noter quelques activités antérieures ou postérieures à la période iie-iiie s. : la présence dès le ier s. de n. è., en dehors de l’activité d’extraction de matériaux (sites 1 et 13), d’un quartier artisanal dans le secteur de la Maison au Grand Péristyle (site 8) avant l’installation de celle-ci, regroupant des activités liées au travail des alliages cuivreux (fours, dépotoir et fragments de creusets) et du verre (four, fragments de creusets) ou celle d’artisans chaufourniers dans le quartier du théâtre (site 1) au début du ive s. et le maintien probable d’une activité de tissage dans la zone du sanctuaire à l’est de la ville jusqu’à la fin du iiie s. - début du ive s.

III.2. L’insertion dans le tissu urbain et la nature de la production artisanale

32Le corpus étudié décrit des situations variées. Il en ressort avant tout que les artisans sont présents dans le chef-lieu de cité des Viducasses et qu’ils s’insèrent dans son tissu urbain. On les retrouve dans le centre de la ville antique (sites 9 et 10), dans les faubourgs et à proximité d’édifices publics (sites 1, 4 et 10). La documentation à notre disposition permet de préciser certains aspects de cette cohabitation. Ainsi si le quartier accueillant la forge à la périphérie nord-est de la ville se développe sur le flanc est de l’édifice de spectacle jusqu’à la fin du iie s., il est intégralement restructuré au point de voir disparaître toutes les constructions précédentes et notamment la dite forge lors de la transformation du théâtre en édifice à arène. Il en est de même dans le secteur de la Maison au Grand Péristyle (site 8) où les traces d’activités du métal et de travail du verre laissent la place, lors de l’édification de cette domus, à des installations liées aux métiers de bouche, pouvant être considérées comme moins dangereuses. Peut-être s’agit-il d’un changement prouvant que la dignité d’un quartier passe par l’exclusion de certaines activités gênantes par divers aspects comme le rapporte J.-C. Béal pour la ville de Pruse de l’Olympe en Bithynie (Turquie) (Béal, 2002, p. 5-7). De plus, il apparaît dans l’état actuel de nos connaissances que les artisanats du feu se situent principalement hors du centre ville (sites 11, 12 et éventuellement 3 et 4) pendant la période de développement de l’agglomération comme cela a également été relevé sur d’autres sites tels que Trèves ou Reims.

  • 11 Même si cela peut apparaître moins évident pour l’exploitation des roches et l’importante quantité (...)

33Enfin, en ce qui concerne la nature de la production à Aregenua, il est difficile de conclure en une orientation des activités artisanales vers l’extérieur, destinées à une diffusion régionale ou suprarégionale11. Les productions semblent plutôt être dévolues au marché urbain et à ses besoins, même si, de par son statut et sa localisation au sein d’un territoire qu’il administre, le chef-lieu de cité offre des produits qu’il est le seul à proposer et attire à lui des consommateurs venus de l’extérieur.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Béal J.-Cl., 2002, « L’artisanat et la ville : relecture de quelques textes », in : Béal J.-C, Goyon J.-C. dir., Les artisans dans la ville antique, Actes de la table ronde de l’Inst. d’Archéologie et d’histoire de l’Antiquité, Université Lumière-Lyon 2, 16-17 nov. 2000, Paris, éd. de Boccard, p. 5-7 (Coll. Archéologie et Histoire de l’Antiquité, 6).

Charma A., 1855, « Rapport sur les fouilles pratiquées au village de Vieux près Caen (Calvados) pendant les années 1852, 1853 et 1854 », Mém. de la Société des Antiquaires de Normandie, t. XX, p. 458-485.

Coulthard N., Demarest M., Jardel K., 2005, « Deux forges de la cité des Viducasses », in : Hervieu J.-P., Barré É, Désiré dit Gosset G. éd., Les arts du feu en Normandie, Actes du 39ème congrès de la Féd. des soc. historiques et archéologiques de Normandie, 21-24 oct. 2004, p. 255-284 (Annales de Normandie, Série des congrès des sociétés historiques et archéologiques de Normandie, 10).

Delaval E., Jardel K., Lelièvre J.-Y., 2001, Vieux (Calvados) antique Aregenua : quartier du théâtre (parcelle AE 21, fouille programmée), Document final de synthèse, Caen, Conseil général du Calvados, S.R.A., 2 vol.

Delaval E., Jardel K., Lelièvre J.-Y., 2002, Vieux (Calvados) antique Aregenua : quartier du théâtre (parcelle AE 21, fouille programmée, Document final de synthèse, Caen, Conseil général du Calvados, S.R.A., 2 vol.

Delaval E., Jardel K., Jouhet E., Lelièvre J.-Y., Schütz G., 2003, Vieux (Calvados) antique Aregenua : quartier du théâtre (parcelle AE 21, fouille programmée), Document final de synthèse, Caen, Conseil général du Calvados, S.R.A., 2 vol.

Delaval E., Jardel K., Lelièvre J.-Y., Schütz G., 2004, Vieux (Calvados) antique Aregenua : quartier du théâtre et decumanus K (parcelle AE 21, fouille programmée), Document final de synthèse, Caen, Conseil général du Calvados, S.R.A., 2 vol.

Deniaux E., 1983, « Les inscriptions romaines à Vieux », Art de Basse-Normandie, no 87, p. 31-38.

Desbat A., 2003, « La gestion des déchets en milieu urbain : l’exemple de Lyon à la période romaine », in : Ballet P., Cordier P., Dieudonné-Glad N. dir., La ville et ses déchets dans le monde romain : rebuts et recyclages, Actes du colloque de Poitiers, 19-21 sept. 2002, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 117-120 (Coll. Archéologie et histoire romaine, 10).

Flambard J.-M., 1981, Vieux 1981 : rapport préliminaire sur la fouille dans la propriété Binet, 18 p., 2 plans, 3 fig.

Flambard J.-M., 1982, Vieux 1982 : rapport préliminaire sur la fouille dans la propriété Binet, 9 p., 2 plans, 3 fig., 2 photos.

Gasnier M., Germain C., Villaregut J., 2001, Projet de construction du parking du musée archéologique de Vieux, Rapport de diagnostic archéologique, Caen, Conseil général du Calvados, S.R.A., 1 vol.

Gosselin L., 1954, « Diverses trouvailles effectuées récemment à Vieux », Bull. de la Société des Antiquaires de Normandie, t. XLIV-1952/1954, p. 372.

Hincker V., 2007, « De la ville antique au village médiéval : déclin de la capitale de cité des Viducasses, Vieux (Calvados) du ive s. à l’an mil », Annales de Normandie, nos 1 et 2, 57e année, p. 3-26.

Jardel K., Lelièvre J.-Y., Schütz G., 2007, Vieux (Calvados) antique Aregenua, Le Champ des Crêtes, Le Forum (parcelles AH 23 et 109, fouille programmée), Rapport final d’opération, Caen, Conseil général du Calvados, S.R.A., 2 vol.

Kasprzyck M., Labaune Y., 2003, « La gestion des déchets à Augustodunum (Autun, Saône-et-Loire) durant l’époque romaine : les données archéologiques », in : Ballet P., Cordier P., Dieudonné-Glad N. dir., La ville et ses déchets dans le monde romain : rebuts et recyclages, Actes du colloque de Poitiers, 19-21 sept. 2002, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 99-116 (Coll. Archéologie et histoire romaine, 10).

Kérébel H., 2000, Fouille de sauvetage programmée à l’emplacement du musée départemental d’archéologie du Calvados : Vieux (parcelles AE 44 et 156), Document final de synthèse, Caen, Conseil général du Calvados, S.R.A., 2 vol.

Le Gaillard L., 2007, Vieux (Calvados) : Le Hameau du Closet, Rapport final d’opération de diagnostic archéologique, Bourguébus, INRAP, S.R.A., 1 vol.

Lelièvre J.-Y., Jardel K., 2006, Vieux (Calvados) : parcelles AE 175, 183 et 185, Rapport de diagnostic archéologique, Caen, Conseil général du Calvados, S.R.A., 1 vol.

Lepetz S., 1993, Étude archéozoologique du site du Bas-de-Vieux (Vieux, Calvados), Compiègne, SDAVO, Laboratoire d’archéozoologie, p. 18.

Sauvage R.-N., 1909, « Notes toponymiques sur quelques localités du Calvados », Mém. de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Caen, p. 303-311.

Schütz G., 2003, « L’artisanat antique dans l’espace urbain : essai de synthèse sur l’agglomération de Reims Durocortorum (Marne, France) et première approche topographique », in : Artisanat et économie romaine : Italie et provinces occidentales de l’Empire, Actes du 3ème colloque international d’Erpeldange (Luxembourg) sur l’artisanat romain, 14-16 oct. 2004, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 111-124 (Monographies Instrumentum, 32).

Verron G., 1983, « Le marbre de Vieux et son exploitation », Art de Basse-Normandie, no 87, p. 68-69.

Vipard P., 1993, « 1b. Four de verrier. 1c. Fragments de creusets de verrier », in : Verre et merveilles : mille ans de verre dans le Nord-Ouest de la Gaule, Catalogue d’exposition, Musée départemental du Val-d’Oise, Guiry-en-Vexin, 17 oct. 1993-31 janv. 94, p. 10-11.

Vipard P., 1995, Vieux AE 21 : quartier du théâtre ; campagne de sondages, Caen, Conseil général du Calvados, S.R.A., 2 vol.

Vipard P., 1997a, Une domus du quartier des thermes d’Aregenua (Vieux, Calvados) : contribution à l’histoire de l’habitat urbain en Gaule romaine, Thèse de doctorat d’Archéologie Nouveau Régime, sous la dir. de F. Hinard, Université de la Sorbonne (Paris IV), 4 vol. dactylographiés, 899 p., 225 fig.

Vipard P., 1997b, « Restes d’un atelier de tabletier à Aregenua (Vieux, Calvados) », Journées archéologiques régionales 1997, Caen, Service régional de Basse-Normandie, p. 8-12.

Vipard P., 1998a, La maison du ’Bas de Vieux’ : une riche habitation romaine du quartier des thermes d’Aregenua (Vieux, Calvados), Caen, Conseil général du Calvados, 125 p.

Vipard P., 1998b, « Un atelier de mosaïstes éduens à Vieux ? L’apport de l’analyse pétrographique à l’analyse stylistique », Bull. trimestriel de la Société Géologique de Normandie et Amis du Muséum du Havre, t. 84, fasc. 3 et 4, 3e et 4e trim.

Vipard P., 1999, « Restes d’un atelier d’opus sectile à Vieux », in : San Juan G., Maneuvrier J. dir., L’exploitation ancienne des roches dans le Calvados : histoire et archéologie, Caen, Conseil général du Calvados, Service dép. d’archéologie, p. 204-207 (Coll. Couleurs Calvados).

Vipard P., 2002, La cité d’Aregenua (Vieux, Calvados), chef lieu des Viducasses : état des connaissances, Paris, Exé Productions, 204 p.

Vipard P., 2008, ’Marmor Tauriniacum’ : le marbre de Thorigny (Vieux, Calvados) : la carrière d’un grand notable gaulois au début du troisième siècle ap. J.-C., Paris, de Boccard, 168 p. (Gallia Romana, 8).

Vipard P., à paraître, Fouilles de Vieux (Calvados) : le petit mobilier, Montagnac, éd. M. Mergoil (Monographies Instrumentum).

Vipard P., Delacampagne F., Paillard D., 1999, « Du grain de sable à la perle de verre », in : San Juan G., Maneuvrier J. dir., L’exploitation ancienne des roches dans le Calvados : histoire et archéologie, Caen, Conseil général du Calvados, Service dép. d’archéologie, p. 415-425 (Coll. Couleurs Calvados).

Notes

1 Les sites, auxquels il sera fait référence dans la suite du texte, sont tous localisés sur la figure 2.

2 Parking du musée (diagnostic archéologique, 2001, Conseil général du Calvados, resp. M. Gasnier) (Gasnier et alii, 2001) ; Quartier du théâtre (fouilles programmées, 2001-2004, Conseil général du Calvados, resp. E. Delaval) (Delaval et alii, 2001 à 2004) et Les Préaux (sondages archéologiques, 1995, Conseil général du Calvados, resp. P. Vipard) (Vipard, 1995).

3 Musée archéologique départemental (fouille préventive, 1999, Conseil général du Calvados, resp. H. Kérébel) (Kérébel, 2000).

4 Le Champ des Crêtes (fouille programmée, 2007, Conseil général du Calvados, resp. K. Jardel) (Jardel et alii, 2007).

5 Parcelles AE 175, 183 et 185 (diagnostic archéologique, 2005, Conseil général du Calvados, resp. J.-Y. Lelièvre) (Lelièvre, Jardel, 2006).

6 Le Hameau du Closet (diagnostic archéologique, 2007, INRAP, resp. L. Le Gaillard) (Le Gaillard, 2007).

7 Cf. note 2.

8 P. Vipard indique les volumes de déchets suivants : éléments de débitage (123,5 kg), éléments de façonnage (23,5 kg) et ratés de fabrication et ébauches (3,5 kg) (Vipard, 1997, p. 8).

9 Quartier du théâtre (fouilles programmées, 2001-2004, Conseil général du Calvados, resp. E. Delaval) (Delaval et alii, 2001 à 2004).

10 Cf. note 4.

11 Même si cela peut apparaître moins évident pour l’exploitation des roches et l’importante quantité de chaux produite par le four du site 1 à une période où l’on ne construit plus dans la ville.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du site de Vieux Aregenua (Calvados) (Conseil général du Calvados).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9666/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 2. Plan de la ville antique et localisation des principales activités artisanales (DAO : J.-Y. Lelièvre/G. Schütz).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9666/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Légende Fig. 3. Vue du four à chaux (début du ive s.) (site 1) (Service d’archéologie - Conseil général du Calvados).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9666/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 4. Ébauches d’épingles en os cassées à différents stades de leur fabrication (fin iie s.-début iiie s.) (site 3) (Service d’archéologie - Conseil général du Calvados).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9666/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 5. Plans de la forge du quartier du théâtre à Vieux Aregenua (Calvados) (phases A, B et C) (DAO : J.-Y. Lelièvre/G. Schütz).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9666/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Fig. 6. Vestiges d’un atelier de bronzier (milieu ier s. de n. è. -première moitié iie s.) (site 8) (Service d’archéologie - Conseil général du Calvados).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9666/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 7. Vue du four de verriers (milieu ier s. de n.è.-première moitié iie s.) (site 8) (Service d’archéologie - Conseil général du Calvados).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9666/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 239k

Auteur

Archéologue – Attaché de conservation du patrimoine au Service d’archéologie du Conseil général du Calvados et doctorant à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR ArScAn 7041. 36, rue Fred Scamaroni, 14000 Caen - g.schutz@cg14.fr.

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search