Version classiqueVersion mobile

Verrerie de l’Est de la France. XIIIe-XVIIIe siècles

 | 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Stéphanie Jacquemot
, 
Pierre Thion

Strasbourg- Istra : verrerie du XVIème siècle

Marie-Dominique Waton

Texte intégral

CONTEXTE DE LA DECOUVERTE

  • 1 Convention entre l'aménageur Bouygues, représenté par France Construction et l'Etat (Ministère de l (...)

1En étroite liaison avec l'immeuble prestigieux du 15 de la rue des Juifs à Strasbourg, lors d'un sauvetage sur convention en 19861, l'occasion a été donnée de fouiller un ensemble clos d'un remarquable intérêt, tant sur le plan de la structure que sur celui du mobilier exhumé.

  • 2 Analyse réalisée par le laboratoire Archéolabs.
  • 3 Ce décrochement correspond peut-être à l'emplacement d'un escalier ou plutôt d'une échelle pour acc (...)
  • 4 Analyse réalisée par le laboratoire Archéolabs.

2En effet, une pièce enterrée (1,90 x 2,40 m)-à la voûte conservée (H = 2,80 m) et aux murs verticaux de briques jaunes (H = 2,30 m) reposant sur sablières de bois (0,20 m d'épaisseur pour lesquelles l'analyse dendrochronologique a livré une datation des années 1410)2 comportait une ouverture rectangulaire (0,85 x 0,80 m) dans son angle Nord où le mur Nord-Est offre un léger plan oblique par rapport à la verticale3 (Fig. 1a, b, c, d). Des trous de boulin dans les angles de la pièce ont servi au support du coffrage, nécessaire à la construction de la voûte qui supportait un mur démoli dans la deuxième moitié du XVème siècle, dans sa partie Sud-Ouest où se trouvait une couche de destruction contenant un abondant mobilier de cette époque. L'analyse dendrochronologique des madriers du rouet carré, à la base d'un puits dégagé à proximité immédiate de la structure a livré une date postérieure à 14604, confortant les observations de terrain.

  • 5 Cette couche recelait du mobilier romain, notamment un fragment d'imbrex estampillée au nom de la V (...)
  • 6 Batzen frappé en 1512-1520, 1/2 Batzen (5 pièces) : 3 frappée en 1520, 1 en 1524 et 1 non lisible, (...)

3La fonction première de la pièce voûtée était vraisemblablement, dans la première moitié du XVème siècle, celle d'une "glacière" ou cave-garde-manger. La fondation sur sablières des murs assurait la stabilité de la construction qui baignait à l'époque dans la nappe phréatique dont la présence garantissait le maintien d'une température fraîche constante propice à la conservation des denrées périssables. Lors des remaniements de la deuxième moitié du XVème siècle, cette "glacière" fut transformée en fosse à déchets. Le bâtiment du 15 rue des Juifs acquis en 1510 par Johann de Mundolsheim fut reconstruit en 1525 par Johamischer Hof ; il fut cédé en 1610 à Sébastien Mueg qui y fit d'importantes transformations en 1612 (SEYBOTH, 1894, p. 206-209). C'est sans doute lors des travaux en 1525 que la "glacière" devient véritablement une fosse d'aisance avec l'installation de plans inclinés dans son angle Nord. Une couche de destruction au sein de la couche détritique inférieure, dont il n'a pas été possible de noter les diverses strates de comblement rendues homogènes par le battement de la nappe phréatique, témoigne de ces transformations5 Ces plans inclinés destinés à diriger les détritus dans la profonde pièce voûtée étaient construits en briques jaunes et en dalles de grès de réemploi dont l'une comportait une inscription fragmentaire en caractères hébraïques des années 1260 (WEYL et WATON, 1987, p. 145-148). Ainsi transformées, ces latrines connurent une longue période d'utilisation des années 1525 aux années 1612 confirmée par les monnaies recueillies6. Au cours du XVIème siècle, elles connurent un assainissement par le déversement d'une couche de chaux. Scellées par une couche d'abandon du début du XVIIème siècle, elles furent complètement comblées par une très épaisse couche de graviers au cours du XIXème siècle.

4Le mobilier exhumé est fort varié et très bien conservé et nous ne nous étendrons pas ici sur le mobilier céramique fort abondant qui offre à côté de la céramique vernissée, des grès cotoyant de la céramique grise cannelée (WATON, 1987, p. 164-167). Certains des objets, indiquant une importation non seulement d'Allemagne mais aussi d'Italie, ont pu appartenir à la Duchesse de Lorraine qui séjourna dans les lieux en 1544 ou encore à l'empereur Ferdinand Ier qui y logea en 1562 (SEYBOTH, 1894, p. 207). Les couches détritiques, qui comportaient beaucoup de noyaux de cerises, ont livré une verrerie extrêmement riche et diversifiée. Peu d'exemplaires sont uniques mais ils vont souvent par paires.

5Avec plus de 48 kg recueillis, les bouteilles sont la catégorie de verrerie la plus abondante exhumée de ces latrines ; vient ensuite le verre à vitre avec 5,380 kg de verre à vitre plat et 10 kg de cives. Des éléments taillés (no 165) aux teintes variées du mauve au bleu en passant par le jaune et le vert permettent de reconstituer une fenêtre du XVIème siècle ; ceux-ci étaient agencés au moyen de filets de plomb dont nous avons recueilli quelques fragments.

6A côté de ce verre à vitre, 548 objets en verre ont été individualisés que nous avons répertoriés en deux grandes classes, la gobeleterie, et le reste du matériel.

LA VERRERIE HORS GOBELETERIE

7Avec 81 % du mobilier recueilli, cette classe est nettement majoritaire. Cependant elle comprend des objets fort divers que nous avons répertoriés selon trois groupes, les bouteilles, les objets de médecine et d'alchimie et les divers.

I. Les bouteilles

8A l'intérieur de ce groupe où ont été individualisés 291 exemplaires, le critère de dénombrement a été dans la plupart des cas le goulot. Ce groupe le plus important en nombre a été subdivisé en 13 sous-groupes très inégalement représentés.

a) Le Kuttrolf (Fig. 1, no 1 à 5)

9De teinte verte, les 6 Kuttrolfs individualisés ont le corps soufflé dans un moule et offrent une variété dans le motif décoratif. Ainsi les côtes sont nettement soulignées pour deux individus (no 1), à peine perceptibles pour un autre (no 5) ou encore marquées par une nuance de teinte plus foncée pour un dernier (no 2). Les conduits tubulaires torsadés pincés à la base dans trois cas peuvent être droits ou incurvés (deux cas). Un seul individu est à parois lisses. Les conduits se terminent par un entonnoir à bec pincé.

10L'ensemble de cette série est de la première moitié du XVIème siècle (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 421, no 529), le spécimen no 5 de par sa teinte vert eau translucide très clair peut être du milieu du siècle.

b) Le vase biconcave (Fig. 2, no 6)

11Un seul exemplaire de teinte bleu nuit, au fond ombiliqué, offre un décor optique losangique hélicoïdal. Un exemplaire similaire de couleur rouge a été découvert à la cour des Boeufs à Strasbourg dans un ensemble du début du XVIème siècle (cf. infra).

c) Le flacon décoré en latticinio (Fig. 2, no 7 et 8)

12Un fond apode incolore, sans doute originaire de Venise, présente un décor de bandes blanc laiteux verticales alternant avec des bandes résiliées de même couleur. L'autre flacon incolore offre un décor de bandes blanc laiteux noyées dans la masse, qui se poursuit sous le fond. Le pied a été obtenu par pincement après repli de la paroi ; à la base du col droit, deux petites anses ont été rajoutées. Ces deux exemplaires à la façon de Venise, dont l'un est sûrement d'importation, sont du milieu du XVIème siècle.

d) L'aiguière (Fig. 2, no 9)

13Un seul individu remarquable par la finesse de ses parois irisées de teinte bleu foncé présente un petit corps globuleux surmonté d'un très long col ; à l'opposé de l'anse rapportée ouvragée, fait pendant un long et fin bec verseur incurvé. Cet individu unique est de la première moitié du XVIème siècle (RADEMACHER, 1933, pl. 17).

e) La bouteille à goulot replié (Fig. 2, no 10)

14Un seul individu fragmentaire de teinte vert clair présente un corps orné d'incisions verticales jusqu'à la partie renflée du corps obtenue par repli de la paraison. Cet exemplaire unique dans notre ensemble pourrait être très ancien et remonter à la fin du XIIIème-début du XIVème siècle.

f) Le vase à col convexe (Fig. 2, no 11)

15Incolore, ce récipient fragmentaire de forme très moderne est de la fin du XVIème-début du XVIIème siècle.

g) Le flacon à épaulement conique (Fig. 2, no 12 à 14)

16Les individus répertoriés sont de teinte différente ; l'un est vert (no 13) ; un deuxième de teinte bleue (no 12), présente des petites bulles noyées dans la masse du verre, et le dernier (no 14), de teinte vert bleuté presque incolore, est le seul exemplaire complet et pourrait être un des éléments composant un sablier (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 445-447).

h) La bouteille piriforme (Fig. 3, no 15 à 24 ; Fig. 4, no 25 à 26)

17C'est le lot le plus important qui ait été exhumé des latrines d'Istra avec 147 individus pour lesquels ont été retenues deux séries principales :

  • un premier lot de 67 individus (no 15 à 20) comporte un pied creux obtenu par pincement après repli de la paroi ; le corps est surmonté d'un goulot plus ou moins étroit qui se termine par une lèvre plus ou moins évasée. Ce lot est dans l'ensemble de teinte verte ; un exemplaire légèrement turquoise offre un pied ajouré (no 26) ;

  • un deuxième lot de 80 individus (no 21 à 24), de teinte vert foncé, présente un pied similaire mais le corps est plus spécifiquement piriforme et plus ou moins renflé dans la partie supérieure ; le goulot est soit un simple pincement, soit un petit conduit droit. Cette forme correspond peut-être à une dégénérescence de la bouteille biconique que nous verrons ci-après. La date de ces bouteilles est le XVIème siècle.

i) La bouteille biconique (Fig. 4, no 27 à 29)

18Bouteille typiquement germanique, de teinte verte, elle est représentée par 8 individus répertoriés dans notre ensemble.

19Un exemplaire légèrement turquoise peut être du XVème siècle avec sa partie inférieure en cône irrégulier et ramassé (no 27). Au XVIème siècle, l'anneau creux médian est beaucoup plus petit (no 28 et 29), la forme générale moins trapue, et les parois plus fines.

j) Le flacon ovale (Fig. 5, no 30 à 34)

20Les 7 individus regroupés ici sont de teintes diverses, bleue (no 30), incolore (no 31), jaune rosé (no 32 et 33) et bleu nuit (no 34). Un seul exemplaire a pu être restitué en raison de l'extrême finesse des parois. Les formes de ces flacons sont aussi diversifiées, tant pour le format de la panse plus ou moins elliptique que pour celui du goulot qui peut être droit ou offrir un renflement obtenu par resserrement et même léger repli de la paroi (no 32). L'usage de ces flacons est indéterminé et leur datation couvre tout le XVIème siècle.

k) La bouteille globuleuse apode (Fig. 5, no 35, 36 ; Fig. 6, no 37 à 45)

21Caractérisé par son absence de pied, ce sous-groupe comprend un nombre important d'individus-107-que l'on peut répartir de façon très inégale en trois lots principaux :

  • la bouteille à très long col dans le prolongement de la panse globuleuse comporte deux représentants ; l'un de teinte vert-eau (no 35) offre un bord biseauté à l'intérieur qui a été découpé à la pince, l'autre de teinte vert foncé (no 36) présente un bord pincé ;

  • la bouteille à goulot droit nettement détaché de la panse sphérique est le lot le plus représenté avec 98 individus. La majorité est de teinte vert foncé, mais certains peuvent être de teinte bleue comme le no 43 ; le no 37 au long goulot étroit, de teinte jaunâtre clair, est plus spécialement datable du XVème siècle. Le long col très légèrement conique de ces bouteilles du XVIème siècle se termine par une lèvre évasée ;

  • sept petits flacons de teinte verte ou bleue (no 41) offrent un col dans le prolongement du corps globuleux. Un individu (no 38), comportant à la base du goulot un anneau obtenu par repli de la paroi, remonte à la fin du XIVème siècle.

l) la bouteille ovoïde à bord plat (Fig. 7, no 48 et 49)

22Cette catégorie n’est représentée que par deux individus de teinte et de forme très différente. La partie plate du rebord présente des stries indiquant la présence d’un objet rapporté. Le no 48 de teinte vert-bleuté a un bord large et épais alors que le no 49 de teinte vert-jaune a un bord alvéolé coupé à la pince et lissé.

m) La bouteille à corps carré (Fig. 7, no 46 et 47)

23Cinq individus de teinte verte, datés de la fin du XVIème-début du XVIIème siècle, offrent simplement des variantes de format.

24A côté de cette énorme production de bouteilles et de flacons, dont le lieu de fabrication reste le plus souvent à déterminer, les latrines d’Istra ont livré un abondant mobilier en relation avec la médecine et l’alchimie.

II. Les objets de médecine et d'alchimie

25Avec 125 exemplaires individualisés, ce lot original peut être divisé en trois groupes principaux ; un autre groupe a été ouvert pour quelques objets particuliers.

a) Le ballon de chimie (Fig. 7, no 50 à 52 ; Fig. 9, no 66)

26Deux types différents définissent cette catégorie de 13 individus, que nous situons dans le XVIème siècle :

    • 7 Ds : 9 cm, 8 cm, 7 cm, 9 cm, 6 cm, 8 cm, 8 cm, 6,5 cm, 6 cm, 7,5 cm.

    onze exemplaires de diamètres variés7 et de teintes diverses offrent un très long col dont le bord est découpé à la pince (no 50 et 51) dans le prolongement d'une panse sphérique ; aucun exemplaire n'est complet mais la découverte de quelques fonds hémisphériques fragmentaires très épais rend possible une reconstitution partielle ;

  • deux exemplaires de teinte gris presque incolore en forme de cloche (no 66) possèdent une base arrondie sans trace marquée de pontil ; ces ballons de chimie se terminent par une lèvre plate. Leur diamètre est tel qu'il exclut une fonction d'urinal pour ces deux individus aux parois très fines.

b) Le casque de distillation (P1. 6b et Fig. 8, no 53 à 56)

27Seize casques de distillation ont été recensés, de teinte vert foncé ou vert-bleu sombre ; le casque est un objet globuleux, à la partie inférieure tronconique obtenue par repli de la paroi ; le bouton apposé sur le sommet du globe peut être en forme de rondelle (no 54) ou de bourrelet (no 56).

28Le casque était placé sur un matras où l'on chauffait le liquide à distiller ; la vapeur montait dans le casque et retombait le long des parois du globe jusqu'au repli à hauteur duquel est accolée la tige d'échappement par laquelle s'écoulait le distillat (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 434).

c) Le bocal à pharmacie (Fig. 9, no 63 à 65, 67 ; Fig. 10, no 68 à 78)

29Quatre formes principales ont été retenues pour les 57 exemplaires individualisés. Dans ce groupe a été inséré un individu de teinte turquoise (no 74) avec un filet rapporté à la base de la lèvre concave rappelant le Krautstrunk, alors qu'il pourrait s’agir d'un Stangenglas dont la partie inférieure n'aurait pas été retrouvée (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 424-435, no 547 et 548).

30Trois fonds apodes incolores n'ont pu être intégrés dans les différentes séries :

  • cinq individus de teintes diverses (turquoise, bleu, vert) et d'épaisseur de paroi variable possèdent un col resserré. Ces récipients ont une relative petite taille et peuvent être considérés comme des piluliers (no 63 à 65) ;

  • neuf exemplaires aux parois épaisses, longtemps présentés comme urinaux (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 432, no 542), offrent dans le prolongement de la panse sphérique un col droit qui se termine par une large lèvre horizontale (no 67). De teinte verte ou turquoise, ces récipients doivent plutôt être interprétés comme des bocaux à pharmacie dont la lèvre permettait d'assurer l'étanchéité du bocal en y plaçant une peau qui pouvait être bien ajustée ;

  • trente individus de teinte verte à vert-turquoise présentent une lèvre horizontale terminant un corps piriforme au fond ombiliqué (no 68 à 71). Ces exemplaires offrent une grande gamme de tailles. Le no 72 est de teinte bleue et de nombreuses bulles sont noyées dans la masse du verre. Un exemplaire, le no 73, est à décor côtelé obtenu par soufflage dans un moule. L'abondance des vestiges et les diverses tailles nous conduisent à les interpréter comme pots à pharmacie plutôt que comme urinaux (RADEMACHER, 1933, Pl. 3b et BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, n. 544) ;

  • onze individus aux teintes très diverses, du marron au bleuté en passant par le jaune et le vert (no 75 à 78), présentent un renflement au sommet de la panse qui se termine par une lèvre déversée ; la variabilité des formats nous incite à les interpréter comme piluliers.

d) L'urinal (Fig. 9, no 61 et 62)

31Une série de 28 individus de teintes diverses très claires (vert, jaune, grisâtre et bleuté) et translucides présente au-dessus d'un corps sphérique où le pontil est à peine perceptible un haut col droit, étroit pour une bonne préhension, terminé par une lèvre horizontale. La finesse extrême des parois, permettant de mieux mirer les urines, et l'iconographie confirment pour ces ballons la fonction d'urinaux.

e) Divers (Fig. 8, no 57-58 ; Fig. 9, no 59-60 ; Fig. 11, no 84-85)

32Quatre sous-groupes déterminent ce lot hétérogène de huit individus que l'on peut mettre en relation avec la médecine et l'alchimie :

  • deux petites fioles de teinte jaune clair et grisâtre (no 59) à petite panse globuleuse, présentent un très long col étroit sans lèvre ;

  • deux entonnoirs de teinte vert foncé (no 57 et 58) ont les deux extrémités découpées à la pince. Ces objets sont vraisemblablement à mettre en relation avec la distillation ;

  • deux ventouses de teinte jaune-clair (no 60) confirment la fonction médicale de certains objets du lot ;

  • deux objets piriformes de teinte verte et turquoise (no 84 et 85) présentent une anse en ruban et un pied spiralé qui confirmerait une datation de la première moitié-milieu du XVIème siècle. La pointe sommitale de l'objet offre une petite brèche décentrée. Peut-être pouvons-nous attribuer à ces récipients une fonction d'ampoule, servant à contenir un liquide précieux à n'utiliser qu'au goutte-à-goutte, justifiant ainsi l'anse et le pied. Ces objets semblent dater du XVIème siècle, vu leur contexte de découverte.

III. Divers

33Vingt-neuf objets, uniques ou en lot, complètent le panorama varié de la verrerie mise au jour à Istra.

a) Le présentoir (Fig. 11, no 83)

34Un plat circulaire, incolore, présente un pied annulaire rapporté autour d'un fond légèrement ombiliqué ; le rebord a été obtenu par repli de la paroi. Sa teinte et sa fonction nous conduisent à lui attribuer une datation de la deuxième moitié du XVIème-début XVIIème siècle.

b) L'embout (Fig. 11, no 86)

35Un long conduit de couleur bleu ciel est orné d'un filet hélicoïdal de couleur bleue ; ce conduit à l'ouverture en entonnoir est un embout d'instrument de musique, trompette vraisemblablement.

c) Objet indéterminé (Fig. 11, no 87)

36Un objet incolore, piriforme, cassé aux deux extrémités, comporte une pointe côtelée à décor moulé ; sur la partie centrale préservée, un décor en filets bleus rapportés décrit une série de losanges. L'absence de coloration et l'ajout du décor bleu nous conduisent à supposer soit une datation du XIVème siècle soit une datation du début du XVIIème siècle pour cet objet étrange à la fonction non définie.

d) Le lissoir (Fig. 11, no 88 et 89)

37Deux individus en épaisse pâte de verre de teinte vert bouteille et vert-bleu sombre présentent des stries sur la face lisse, résultant sans doute du frottement intense sur des tissus rugueux.

e) La coupelle suspendue (Fig. 11, no 90)

38Deux individus de teinte bleu nuit présentent une lèvre obtenue par repli interne de la paroi ; le fond est faiblement ombiliqué ; l'un des individus comporte encore le départ d'une anse de verre.

f) Fragments dentelés (Fig. 11, no 79 à 82)

39Cinq individus, dont un bord et un pontil, incolores, présentent des traces crénelées de découpe à l'aide d'un instrument tranchant.

g) La lampe à huile (Fig. 11, no 91 et 92)

40Si la fosse à déchets du XIVème siècle a livré en abondance des lampes à huile en terre cuite, les latrines du XVIème siècle contenaient les vestiges de quatre lampes à huile en verre.

  • 8 Ds : 14 cm et 11,5 cm.

41Un individu de teinte bleutée, aux parois extrêmement fines, comporte une lèvre obtenue par repli à l'intérieur de la paroi. Les autres exemplaires de teinte verte présentent une partie supérieure galbée avec une lèvre légèrement éversée8.

h) Le couvercle (Fig. 12, no 93 à 102)

42Cinq formes différentes ont été définies pour les 13 individus répertoriés ; trois des formes comportent un anneau de soutien creux obtenu par pincement après repli de la paroi :

  • deux individus incolores (no 93 et 94) à anneau creux ne présentent aucun bouton de préhension. Au contraire, la partie sommitale est fortement convexe ;

  • cinq individus incolores à parois verticales épaisses et à gros pied composent le deuxième sous-groupe ;

  • six individus, cinq incolores et le dernier de teinte légèrement verdâtre, à anneau creux (no 95 à 97), comportent un bouton de préhension plein mouluré. Un autre individu incolore (no 101) est orné de faisceaux blanc laiteux noyés dans la masse ;

  • deux individus incolores et fragmentaires à anneau creux (no 98 et 99) ont un décor soufflé-moulé de bosses plus ou moins prononcées ;

  • un individu de teinte jaune-rosé très clair à bouton de préhension mouluré plein comporte un rebord concave à la place de l'anneau de soutien. Cet exemplaire (no 100) offre un décor côtelé obtenu par soufflage dans un moule (BAUMGARTNER, 1987, p. 107, n. 130) ;

  • un dernier individu de teinte bleu nuit (no 102) présente un décor en damier rajouté à la feuille d'or ; le bouton de préhension plein est mouluré et l'anneau de soutien est constitué par un filet rapporté décrivant deux tours. Le couvercle accompagne un gobelet que nous présentons ci-après. Les no 100 et 102 sont attribuables à la première moitié du XVIème siècle, le no 101 au milieu du siècle et les autres individus à la deuxième moitié du siècle, voire au début du XVIIème siècle.

43Avec 445 objets individualisés, la classe de la verrerie hors gobeleterie comprend une gamme de formes et de fonctions très étendue. Nous avons vu que certains exemplaires peuvent remonter au XIVème siècle. Les datations sont parfois difficiles à définir tant est longue la durée d'utilisation des latrines fouillées.

LA GOBELETERIE

44Deux grands groupes ont été retenus pour les 105 objets individualisés, dont seulement 3 n'ont pas réellement été identifiés. Les verres à boire ont donc été répartis en gobelets et verres à pieds.

I. Le gobelet

45Ce groupe avec 68 individus représente plus de 65 % des verres à boire et propose une gamme étendue de formes :

a) Le gobelet à parois lisses (Fig. 12, no 103 à 106)

46Les 9 individus répertoriés constituent trois sous-groupes :

  • trois gobelets teintés (bleu et jaune-bronze) (no 103 et 104) comportent une paroi verticale ; autour du fond un filet spiralé forme le pied. Un des exemplaires présente un décor en damier réalisé à la feuille d'or) ; ces objets appartiennent à la première moitié du XVIème siècle ;

  • cinq individus incolores composent le deuxième sous-groupe constitué par les exemplaires à paroi verticale épaisse et à gros pied annulaire rapporté autour du fond (no 106). Ces gobelets sont de la deuxième moitié du XVIème siècle ;

  • un seul spécimen fragmentaire à parois très minces de teinte turquoise de la fin XVème-début XVIème siècle présente un pied creux obtenu par pincement après repli de la paroi (no 105).

b) Le gobelet côtelé (Fig. 13, no 107 à 113)

47Cinq sous-groupes définissent ce lot composé de 14 individus attribués principalement au XVème siècle :

  • un individu de teinte vert foncé comporte un décor moulé, la lèvre est évasée et se termine en léger bourrelet (no 112). La production daterait de la fin du XIVème-début du XVème siècle ;

  • un individu de teinte jaunâtre (no 113) présente un corps orné de côtes moulées, la dentelle du pied très épais est obtenue par étirement à la pince de la masse refoulée sous le fond ombiliqué. L'exemplaire peut être du XVème siècle ;

  • un individu de teinte vert turquoise offre un décor moulé de lignes obliques vers la droite ; ce gobelet octogonal (no 107) est du XVème siècle ;

  • dix individus de teinte verte proposent un décor moulé de lignes obliques simples ou entrecroisées ; ce motif peut se poursuivre sur le fond, dont l'ombilic accuse une datation du milieu-deuxième moitié du XVème siècle (no 108 à 110) ;

  • un seul Maigelein de teinte vert foncé au motif de côtes se prolongeant sous le fond et orné de bosses (no 111), est de la deuxième moitié du XVème siècle (BAUMGARTNER, 1987, p. 70, no 58 et 59).

c) Le gobelet moulé (Fig. 13, no 114 à 116 ; Fig. 14, no 117 à 124)

48Ce type de gobelet apparaît dans la deuxième moitié du XVIème siècle et perdure au XVIIème siècle. Tous les exemplaires possèdent un pied annulaire rapporté. Nous avons réparti les 21 verres individualisés selon le motif du décor moulé :

  • la partie supérieure d'un gobelet incolore est ornée d'un motif de côtes résiliées (no 114) ;

  • deux individus incolores présentent un motif de vannerie rectangulaire (RIEB, 1986, p. 7592) ; sur le gobelet est apposé un filet hélicoïdal ; après avoir été réchauffé, le gobelet est placé dans un moule à côtes verticales qui écrasent le filet hélicoïdal, donnant ainsi le motif. Un individu complet dont le motif se poursuit sous le fond est à lèvre droite (no 115), l'autre exemplaire possède une ouverture évasée (no 116) ;

  • sept individus (un de teinte vert-gris, deux de teinte grisâtre et quatre incolores) aux parois très fines ornées de bosses très allongées comportent un pied godronné (no 117 et 118) ; deux autres individus de teinte vert bronze clair ont le motif qui s'étend de la lèvre sous le fond (no 119) ;

  • trois individus incolores (no 120 et 121) présentent un décor de bosses oblongues qui se prolongent sous le fond pour former une rosace. Deux de ces verres ont le motif souligné par des bandes horizontales moulées, décor que l'on retrouvera au XVIIème siècle. Un exemplaire de teinte grisâtre est orné de bosses rondes (no 112) ;

  • cinq individus offrent un décor moulé de losanges en relief obtenu à partir de motifs côtelés entrecroisés. Des individus de teinte jaunâtre sont à lèvre droite.

d) Le gobelet à pastilles ou à bulles

49Existant dès le milieu du XIIIème siècle avec de grandes lèvres évasées, le gobelet à pastilles alors incolore, imitant ou imité par une forme métallique (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 201, no 179), se répand au XIVème siècle avec le gobelet dit de Schaffhouse de teinte turquoise dont ont été recueillis deux exemplaires (no 125) dans notre ensemble clos. Ce type, qui se développe au XVème siècle avec l'apparition d'une lèvre concave, est alors dénommé Krautstrunk ; parallèlement se développe un type à lèvre dans le prolongement de la paroi, dénommé simplement Nuppenbecher.

50L'ensemble des 27 objets individualisés couvre le XVème siècle jusqu'au milieu du XVIème siècle, débordant légèrement sur la deuxième moitié du siècle.

51- le Krautstrunk (Pl. 7b, Fig. 15, no 126-127, 129-133)

5210 gobelets à pastilles à lèvre concave ont été individualisés ; la taille des pastilles, la teinte du verre et la forme du pied permettent de poser des jalons chronologiques.

53De teinte turquoise, le no 127 offre des grosses pastilles plates et le pied est godronné ; cet individu est de la première moitié du XVème siècle. Dans la deuxième moitié du XVème siècle, les pastilles s'agrandissent, leur pointe est étirée vers le haut ; à la base de la lèvre un filet lisse est rajouté (no 130 de teinte vert turquoise) ; le pied est festonné alors qu'au début du XVIème siècle, le pied est un filet lisse spiralé (no 129 de teinte vert foncé).

54A la fin du XVème-début du XVIème siècle, les formes se diversifient ainsi que la disposition des pastilles. Un gobelet surbaissé de teinte bleutée (no 126) à rangées verticales de deux pastilles superposées côtoie des petits exemplaires comme le no 135 de teinte verte. Dans la première moitié du XVIème siècle, le filet rapporté à la base de la lèvre disparaît (no 133 de teinte verte) et l'application des pastilles s'abâtardit ; nous rencontrons des pastilles apposées en quinconce mais aussi en rangées verticales ; la forme n'est plus soignée et le verre paraît bancal (cf. no 139 de teinte vert bronze) ;

55- Le Nuppenbecher et le gobelet à bulles (Pl. 7a, Fig. 15, no 128 ; Fig. 16, no 134-140 ; Fig. 17, no 141-143)

56Plus spécialement du milieu du siècle, ce lot de 15 individus comprend diverses variantes :

57Une première forme ovoïde comprend 4 individus de teinte vert foncé au filet rapporté autour du fond ; 3 individus dont la disposition des pastilles est variable comportent au-dessus du champ décoré un filet lisse rapporté (no 135 et 136) ; un individu de teinte vert turquoise foncé n'a pas de filet, ses parois sont moins convexes (no 134).

58Un individu de teinte bleu turquoise, au corps légèrement tronconique, présente 4 grandes pastilles aplaties (no 128) ; ce verre peut remonter à la fin du XVème siècle. Au cours du XVIème siècle, le gabarit des gobelets varie, la forme des pastilles s'abâtardit et la teinte verte prédomine, un filet lisse est rajouté au-dessus du champ décoré qui ne comporte plus qu'une ou deux rangées de pastilles (no 139) ; le no 140 avec 3 individus répertoriés est de teinte vert eau très translucide alors que 2 individus de teinte vert-bleuté très clair au pied festonné (no 138) offrent une grande lèvre évasée. A côté de ces verres, apparaît un gobelet de teinte verte ou vert-bleu foncé à très haute lèvre dans le prolongement de la panse (no 141 et 142).

59Parallèlement à ces formes se développe le Stangenglas qui est un gobelet haut à corps cylindrique ; un seul individu de teinte vert foncé au pied festonné a été repéré (no 143), il offre un décor de pastilles disposées en rangées verticales.

60Du milieu du XVIème siècle, imitant le Nuppenbecher ovoïde, un verre à bière (ECK, 1986, p. 21, no 11) à bulles pour conserver la mousse du liquide présente deux rangées alternées de 4 bulles, la rangée inférieure avec des bulles sortantes et la rangée supérieure avec des bulles rentrantes ; le pied de ce verre est festonné (no 137).

II. Le verre a pied

61Dans ce groupe, deux catégories de verre à pied ont été distinguées avec quelques variantes, d'une part le pied rapporté ou refoulé, et d'autre part le pied à jambe.

1-Pied rapporté ou refoulé

a) Le Stangenglas (Fig. 17, no 144 à 146)

62Trois variantes ont été déterminées pour les 6 exemplaires individualisés :

  • trois individus de teinte vert foncé comportent un pied spiralé de plusieurs tours ; le champ orné de 5 rangées de pastilles (no 144) disposées en quinconce couvre les deux tiers inférieurs du fût cylindrique, le décor est surmonté d'un filet lisse rapporté ;

  • plus élancé et plus tardif, du milieu du XVIème siècle, un Stangenglas de teinte vert foncé au pied spiralé rapporté autour d'un fond fortement ombiliqué comporte un fût très fin et très haut qui va en s'évasant ; les pastilles ne se trouvent plus qu'au tiers inférieur du fût et le filet lisse a disparu (no 145) ;

  • du milieu du XVIème siècle, deux Stangenglas incolores, peut-être à décor émaillé, comportent un long fût légèrement tronconique ; le pied rajouté est refoulé, son rebord creux a été pincé après le repli de la paroi (no 146).

b) Le verre calice à paroi lisse (Fig. 17, no 147)

63De la moitié du XVIème siècle, un individu incolore offre une coupe caliciforme à laquelle a été accolé un pied mouluré qui présente un repli de la paroi et le rebord creux est obtenu simplement par repli du bord.

c) Le verre calice côtelé (Fig. 19, no 156)

64De la fin du XVIème-début du XVIIème siècle, un individu incolore présente à la base de sa coupe caliciforme un motif côtelé obtenu par soufflage dans un moule. Après le refoulement de la paroi, le rebord a été pincé pour donner un bord creux.

d) Le verre caréné (Fig. 17, no 148)

65Un seul individu fragmentaire, de teinte beige-rosé, offre une carène à la base du contenant ; le pied pincé est refoulé.

e) Le verre tronconique (Fig. 17, no 149)

66Du milieu-deuxième moitié du XVIème siècle, trois individus incolores, peut-être à l'origine à décor émaillé, présentent un pied pincé refoulé ; le fond est sinueux.

f) Le Keulenglas (Pl. 7c et Fig. 18, no 150 à 155)

67Produit essentiellement diffusé dans les régions germaniques, le Keulenglas, verre à bière en forme de massue, est représenté dans notre ensemble par 11 individus. La hauteur du fût est variable, de même que le décor.

68Un individu de teinte jaunâtre ne présente aucune décoration ; deux individus de teinte vert clair offrent au tiers supérieur du contenant un filet lisse rapporté alors que sur un exemplaire de teinte bleuté clair le filet est godronné. Deux individus de teinte vert clair offrent un filet lisse spiralé rapporté un peu en dessous de la lèvre.

  • 9 Forme complétée par rapport à l'exposition de Bâle (novembre 1988), cf. baumgartner et krueger, 198 (...)

69Un exemplaire de teinte jaune présente, allié à un décor optique moulé, un filet rapporté godronné (no 154), et un individu de teinte bleue9 comporte un décor optique moulé (no 155).

2-Pied à jambe

70Si parmi les verres à jambe au nombre de 8 ou 9, un individu est du milieu du XVIème siècle, l'ensemble est plutôt de la fin du XVIème siècle ; deux fragments constituent deux individus supplémentaires, dont la forme n'a pu être déterminée.

a) Verre calice à jambe creuse (Fig. 19, no 157)

71Façonné en trois parties-la coupe apposée sur une jambe creuse côtelée dont le motif a été obtenu au moule, sur laquelle a été appliqué le pied au bord creux obtenu par pincement après refoulement- l'individu incolore est de la deuxième moitié du XVIème siècle.

b) Verre à coupe octogonale (Fig. 19, no 158 et 159)

72Une coupe fragmentaire aux parois très fines de teinte très légèrement verdâtre pourrait être reliée à un pied refoulé au bord creux.

c) Verre à décor émaillé (Fig. 19, no 160)

73Un individu incolore offre un décor émaillé à la façon de Venise ; à la base du contenant un anneau creux a été obtenu par pincement après repli de la paroi ; la jambe pleine est moulurée et le rebord du pied est pincé. Cet individu est du milieu du XVIème siècle.

d) Verre calice à décor rapporté (Fig. 19, no 161)

74Un fragment de bord incolore avec un filet blanc rapporté autour du rebord appartient vraisemblablement à un verre calice.

e) Verre calice à jambe pleine moulurée (Fig. 19, no 162)

75Deux individus incolores appartiennent à ce sous-groupe. Sur la jambe pleine moulurée est apposée une coupe conique très évasée.

f) Verre à coupe moulée (Fig. 19, no 163 et 164)

76Deux individus incolores préfigurent le XVIIème siècle ; ils possèdent une jambe pleine moulurée ; l'un de petite taille a une coupe carénée ornée de gouttes en relief alors que l'autre présente une coupe caliciforme décorée de bosses rondes en relief ; le rebord de son pied est replié.

CONCLUSION GENERALE

77Cette rapide présentation de la verrerie de la deuxième moitié du XVème siècle au début du XVIIème siècle permet de souligner que, malgré la méconnaissance des lieux de fabrication de ces objets, l'influence du monde germanique est dominante dans la verrerie strasbourgeoise jusqu'au milieu du XVIème siècle, époque à laquelle s'amorce une ouverture vers la France. Elle a de plus permis de montrer l'extrême diversité tant dans la forme que dans la fonction des objets en verre : en effet, à côté d'une importante verrerie domestique composée de 13 types de bouteilles et flacons, 25 types de verres à boire et 8 types d'objets divers, nous avons présenté 12 types (pour 125 objets) servant vraisemblablement à la médecine et à l'alchimie. La découverte d'un tel lot, confirmé par le mobilier céramique (albarelli, petits pots de grès à usage d'emballages perdus et pots de pharmacie divers) (WATON, 1987, p. 167), est exceptionnelle et demande une étude approfondie tant de la fonction que de la provenance encore le plus souvent supposée.

Notes

1 Convention entre l'aménageur Bouygues, représenté par France Construction et l'Etat (Ministère de la Culture).

2 Analyse réalisée par le laboratoire Archéolabs.

3 Ce décrochement correspond peut-être à l'emplacement d'un escalier ou plutôt d'une échelle pour accéder à la pièce voûtée.

4 Analyse réalisée par le laboratoire Archéolabs.

5 Cette couche recelait du mobilier romain, notamment un fragment d'imbrex estampillée au nom de la VIIIème légion Auguste.

6 Batzen frappé en 1512-1520, 1/2 Batzen (5 pièces) : 3 frappée en 1520, 1 en 1524 et 1 non lisible, Halbbatzen frappé en 1530, 1/2 Batzen frappé en 1516, Rollbatzen en 1519, Batzen de 1535 et un jeton de la Ville de Nüremberg de 1612.

7 Ds : 9 cm, 8 cm, 7 cm, 9 cm, 6 cm, 8 cm, 8 cm, 6,5 cm, 6 cm, 7,5 cm.

8 Ds : 14 cm et 11,5 cm.

9 Forme complétée par rapport à l'exposition de Bâle (novembre 1988), cf. baumgartner et krueger, 1988, p. 389, no 487b.

© ARTEHIS Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search