Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

Topographie des activités en Gaule

L’artisanat dans la ville sanctuaire gallo-romaine du Vieil-Évreux (Eure) : état des connaissances

Laurent Guyard, Sandrine Bertaudière et Stéphanie Zeller

Résumé

La compilation des données anciennes et des données récentes permet de dresser un bilan des connaissances concernant l’artisanat au sein de la vaste ville sanctuaire du Vieil-Évreux pour les iie-iiie s. Les données concernent principalement le travail des alliages cuivreux et le travail de l’os. La cartographie de ces découvertes montre un lien évident entre la zone d’habitat (bande bâtie polygonale périphérique) et les ateliers de bronziers, dont l’activité nécessite des structures fixes. En revanche, les ateliers du travail de l’os semblent plus disséminés, notamment au cœur des vastes esplanades du sanctuaire, témoignant ainsi peut-être de l’installation d’ateliers temporaires lors des fêtes religieuses.

Texte intégral

La ville sanctuaire du Vieil-Évreux

1Le site du Vieil-Évreux, installé sur un point haut du plateau de Saint-André-de-l’Eure, est interprété comme étant le grand sanctuaire des Aulerques Éburovices, à 6 km à l’est du chef-lieu de cité Mediolanum Aulercorum (Évreux, fig. 1-2), capitale installée sur le cours de l’Iton.

2Aucune occupation gauloise n’a été révélée pour le moment. Les traces d’occupations les plus anciennes à l’emplacement du sanctuaire (fouilles 2005-2007) pourraient dater de la seconde moitié du ier s. avant notre ère. L’occupation s’y intensifie clairement à la période augustéenne et, après un remaniement important des bâtiments en bois sous le règne de Tibère, un ensemble monumental maçonné se développe dans la seconde moitié du ier s. avant notre ère. C’est autour de ce sanctuaire qu’une première agglomération va se développer à la même période (Guyard, Bertaudière, 2006).

Fig. 1. La cité des Aulerques Éburovices dans le nord-ouest de la Gaule (document MADE-CG27).

Fig. 2. La cité des Aulerques Éburovices durant le Haut-Empire dans le département de l’Eure (document MADE-CG27).

Fig. 3. Répartition des témoignages d’activités du travail de l’os et de la métallurgie au sein de la ville-sanctuaire du Vieil-Évreux aux iie-iiie s. (document MADE-CG27).

3Au début du iie s. de n. è. succède à cette première ville une seconde agglomération très originale de 230-250 ha, atteignant son apogée au début du iiie s. (fig. 3). Les principaux monuments (temple, forum, thermes, théâtre, fana), ceints d’un réseau d’aqueducs, occupent un espace vide polygonal de 180 ha. L’habitat est alors rejeté à la périphérie, aligné sur un portique qui longe une rue de 5,6 km au tracé délimitant un hexagone imparfait. Cette bande bâtie (50 à 60 ha environ) semble avoir concentré une partie des activités artisanales et commerciales (Guyard, Bertaudière, 2006, p. 37), qui restent néanmoins encore assez peu documentées.

L’artisanat du métal

4En 1912, les fouilles réalisées sur les habitats au sud-est des thermes (branche sud-ouest du polygone des iie-iiie s.) ont permis à É. Espérandieu de découvrir des restes de fours et de nombreux creusets liés au travail des alliages cuivreux : « quelques-uns, très petits et de forme ovoïde, sont faits entièrement de terre réfractaire recouverte d’une couche épaisse d’émail grossier ». En note, il compare ces creusets à ceux retrouvés à Alise-Sainte-Reine. « D’autres, plus grands et pourvus d’oreilles, ont l’apparence extérieure des précédents ; mais ils s’en distinguent par leur nature. La terre réfractaire et l’émail, loin de constituer tout le creuset, ne sont que l’enveloppe d’un vase ordinaire » (Espérandieu, 1913, p. 77). Cependant, les précisions topographiques font cruellement défaut et la disparition du matériel archéologique pendant la Première Guerre mondiale nous prive d’informations précieuses.

5Les données récentes sont liées à la reprise des recherches sur le site en 1996. Lors de la fouille programmée des thermes ont été mis au jour, dans diverses strates, quelques fragments de fonds de fours de fusion et divers rejets en alliages cuivreux : gouttelettes, coulures, entonnoirs de coulée, ratés de fabrication, etc. L’ensemble était en position secondaire et témoigne d’activités sans doute proches.

6Lors de prospections réalisées par J.-P. Goupy (chercheur bénévole) et la Mission archéologique départementale de l’Eure (MADE), des scories, des coulures ainsi que des restes de creusets ont été retrouvés à l’ouest des thermes et au nord de la bande bâtie polygonale.

7Des entonnoirs de coulée pour la production en grappe et des ratés de fabrication découverts lors de la fouille des thermes et en prospection témoignent clairement de la production, en série, d’objets de nature indéterminée.

8Ces découvertes (fig. 4) montrent une présence évidente de l’artisanat des alliages cuivreux au sein de l’habitat du polygone bâti des iie-iiie s. (fig. 3), principalement dans le quartier des thermes, ainsi qu’au nord de l’hexagone. L’hypothèse d’une production locale est évidente. L’absence d’indices artisanaux pour la ville du ier s. doit être nuancée par le manque d’explorations archéologiques pour cette période.

9Concernant le fer, malgré de réelles potentialités géologiques régionales (minerai abondant au sud du département), les rares scories de fer découvertes çà et là ne permettent pas de restituer des activités de réduction importantes sur le site durant l’Antiquité, mais peut-être seulement des apports de matériel exogène pour empierrement ponctuel des chaussées.

L’Artisanat de l’os

Les données anciennes

10É. Espérandieu, au début du xxe s., a recueilli bon nombre d’indices lors de ses recherches au sud des thermes, a priori plutôt au devant des maisons (fig. 3). Il aurait découvert, à l’emplacement du Champ des Os, près des thermes, des ateliers de tabletterie lui permettant « de saisir, en quelque sorte sur le vif, les procédés de fabrication des épingles communes de toilette » (Espérandieu, 1913, p. 77-78).

11M. Baudot, quelques années plus tard, découvrit dans le temple septentrional du grand sanctuaire « les traces d’un atelier d’épinglier en os (épingles, fragments d’os épannelés et taillés) » (Baudot, 1949, p. 4) au-dessus des couches de démolition du temple nord. Cet « atelier » de travail de l’os pose deux interrogations, topographique et chronologique. Le lot semble cohérent mais il est difficile d’affirmer s’il s’agit là d’un dépôt de matériel primaire ou secondaire. D’un point de vue chronologique, l’attribution au iie s. par Baudot de cet ensemble à partir de simples données numismatiques, est très improbable, les fouilles récentes dans le sanctuaire ayant montré une démolition du temple durant l’Antiquité tardive, à l’extrême fin du iiie s. ou au début du ive s. (Guyard, Bertaudière, 2007, p. 59). Ces restes semblent néanmoins appartenir à un atelier installé à l’emplacement ou à proximité du temple nord, à une période où celui-ci était démoli. Nous inclinons à y voir les traces ultimes de cet artisanat au début de l’Antiquité tardive, en lien possible avec le castellum érigé autour des trois temples principaux dans la seconde moitié du iiie s.

Les ratés de fabrication découverts lors de la fouille des thermes

12Lors de la fouille des thermes (1996-2001), plus d’une dizaine de ratés de fabrication d’objets en os ont été recueillis (fig. 5). Ils sont clairement liés à la dernière phase d’occupation des thermes et, pour la plupart, proviennent des couches d’occupation de la palestre. Trois ébauches de chevilles de charnières de meubles (à moins qu’il ne s’agisse de déchets de tournage), ainsi que des ébauches d’épingles et une éventuelle (mais douteuse) ébauche de pion de jeu ont été retrouvées (Guyard et alii, 2008, p. 50). La rareté de ces fragments (moins de 20 éléments) n’autorise pas à restituer une activité, même très temporaire, dans la palestre aux alentours des années 180-220 de n. è. Il faut peut-être y voir, comme pour les rejets d’artisanat du métal, un matériel exogène lié à un artisanat proche, par exemple l’atelier mis en évidence par É. Espérandieu plus au sud, ou celui supposé près du castellum divisiorum de l’aqueduc.

Fig. 4. Exemples de rejets métallurgiques en alliage cuivreux provenant du Vieil-Évreux (document MADE-CG27).

Fig. 5. Exemples de ratés de fabrication d’objets en os issus de la fouille des thermes (v. 180-220 de n. è. ; document MADE-CG27).

Les indices du travail de l’os près du castellum divisiorum

  • 1 On dénombre ainsi, pour ce qui est des objets, trois épingles, deux charnières et deux jetons. Les (...)

13Une fouille, réalisée durant le mois d’août 2007 en périphérie de l’agglomération, sur le bassin de répartition de l’aqueduc ainsi que sur un tronçon de ce dernier, a livré quelques données complémentaires inédites (Wech, 2008). Proches de l’habitat, les sondages ont livré quelques objets finis en os, ainsi que des déchets liés au travail de l’os et un certain nombre de métapodes de bœuf sciés1. Ces derniers attestent de la récupération des diaphyses pour un usage artisanal. Si une large majorité d’entre eux provient des niveaux récents, un exemplaire a été mis au jour dans un niveau d’occupation daté de la fin iie – début iiie s., un autre dans le comblement du canal de l’aqueduc daté de la fin du iiie-début ive s., et quatre autres dans le comblement du bassin de répartition daté du début du ive s.

14Des ébauches, d’épingles essentiellement, ont été mises au jour dans les niveaux de construction du bassin de répartition (milieu iie s. de n. è.) et les niveaux récents (remblais des fouilles du xixe s. ou couche de labour).

15Les quelques objets finis (épingles, charnières et jetons) découverts dans différentes couches des iie, ive et xixe s. illustreraient la vie quotidienne plutôt que l’artisanat.

16Néanmoins, les divers rejets présentés permettent d’envisager une activité artisanale dans le secteur du bassin de répartition, très proche de la zone d’habitat. Les déchets auraient pu être évacués dans ce secteur situé en dehors de l’agglomération. Dans l’état actuel de nos connaissances, cette activité pourrait être datée au plus tôt du milieu du iie s. de n. è.

Les restes de travail de l’os issus de la fouille de la Base archéologique

17Les éléments les plus incontestables de l’artisanat de l’os proviennent des fouilles réalisées en 2001, préalablement à la construction du Centre de recherches archéologiques (Guyard et alii, 2008 p. 51-52). Une esplanade, située à l’ouest du grand sanctuaire, s’est développée au iie s. aux dépens des quartiers du ier s. Vers le sommet de la stratigraphie de cette esplanade a été aménagé un cellier (2,50 x 2 m env. ; fig. 6 à 8). Après usage (indéterminé), ce petit cellier a été comblé de débris divers, notamment des restes de repas provenant vraisemblablement du sanctuaire. Au-dessus a été recueilli un ensemble très homogène de rejets d’artisanat de l’os, recouvert ensuite par deux autres remblais puis par une succession de sols et de couches d’occupation liée à la dernière étape de fréquentation de l’esplanade du sanctuaire.

18Le remblai, très homogène (fig. 9), contenait les rejets de toute la chaîne opératoire de la fabrication d’épingles (fig. 10), des plus grossiers (os fendus) aux objets finis (épingles polies, complètes ou cassées), en passant par les os épannelés, les ébauches d’épingles brisées et les innombrables copeaux d’os agglomérés dans la poudre d’os, issue d’étapes d’affinage, de limage et polissage. Le rejet correspond manifestement à une période d’activité complète, peut-être très brève, que l’on situe aux alentours des années 200-220 de n. è., en se fondant sur les datations du matériel céramique et la stratigraphie, la typologie des épingles n’offrant guère de secours (fig. 11). Aucun lien direct ne peut être fait avec le cellier et il est très probable qu’il s’agit là d’un dépôt opportuniste, dans une dépression du terrain, à l’occasion d’une activité temporaire réalisée sur l’esplanade du sanctuaire.

Bilan

19D’un point de vue chronologique, les données concernant le travail du métal et l’artisanat de l’os correspondent globalement à la même période, celle de la ville polygonale des iie et iiie s.

20D’un point de vue spatial (fig. 3), les activités liées au travail du métal semblent rejetées loin du cœur monumental de l’agglomération, au sein de l’habitat, vraisemblablement afin de bénéficier de structures fixes, à proximité des boutiques. C’est aussi un moyen d’éloigner les activités bruyantes et polluantes du centre du complexe cultuel, en les laissant néanmoins dans la zone bâtie. En revanche, les ateliers de travail de l’os semblent avoir été placés, selon les connaissances actuelles, plutôt au contact des lieux de consommation, au sein des esplanades. Le caractère mobile et non polluant de ces activités leur confère-t-il un droit à s’installer plus près de l’espace sacré ? La présence d’un emplacement d’écailler près des thermes pourrait conforter cette hypothèse. Peut-on imaginer, pour le travail de l’os, une activité très temporaire et saisonnière en lien avec les fêtes religieuses, peut-être même avec des artisans itinérants ?

21À partir de ces premiers résultats, il conviendra de rester prudent, ces rejets pouvant être très ponctuels ; la ville ayant aussi été peu fouillée, l’essentiel doit être encore sous terre, en des endroits peut-être plus diversifiés que ne le suggère cette première enquête. Mais pour l’instant, ces données topo-chronologiques offrent une première vision assez banale de l’artisanat au sein d’une agglomération religieuse par ailleurs hors norme.

Fig. 6. Vue d’ensemble du cellier de la fouille de la Base archéologique (document MADE-CG27).

Fig. 7. Plan du cellier de la fouille de la Base archéologique (document MADE-CG27).

Fig. 8. Coupes du cellier de la fouille de la Base archéologique (document MADE-CG27).

Fig. 9. Vue partielle du dépotoir de l’atelier d’épinglier de la fouille de la Base archéologique (document MADE-CG27).

Fig. 10. Déchets de l’atelier d’épinglier de la fouille de la Base archéologique (document MADE-CG27).

Fig. 11. Épingles provenant des fouilles du Vieil-Évreux. La plupart proviennent de l’atelier d’épinglier de la fouille de la Base archéologique. Seule l’épingle blanche provient des thermes (document MADE-CG27).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Baudot M., 1949, Campagne de fouille de l’automne 1949 au Vieil-Évreux, Rapport dactylographié, S.R.A., 6 p.

Espérandieu É., 1913, « Les fouilles du Vieil-Évreux : premier rapport par la Société française des fouilles archéologiques », Bull. de la S.F.F.A., Paris, p. 5-80.

Guyard L., Bertaudière S., 2006, Gisacum, ville sanctuaire gallo-romaine, Catalogue de l’exposition permanente du Centre d’interprétation archéologique du site gallo-romain de Gisacum (Le Vieil-Évreux), Dép. de l’Eure, 60 p.

Guyard L., Bertaudière S., 2007, Le Vieil-Évreux (Eure) : Basilique ; ‘Le grand sanctuaire’, Document final de synthèse, Fouille programmée 2006.

Guyard L., Bertaudière S., Zeller S., Fontaine C., Goupy J.-P., 2008, « L’artisanat de l’os dans la ville-sanctuaire gallo-romaine du Vieil-Évreux (Eure) : état des connaissances », in : Bertrand I. dir., Le travail de l’os, du bois de cerf et de la corne à l’époque romaine : un artisanat en marge ? Actes de la table ronde Instrumentum, Chauvigny (Vienne), 8-9 déc. 2005, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 47-53 (Monographies Instrumentum, 34).

Wech P., 2008, Le Vieil-Évreux / Sylvains-lès-Moulins (Eure) : aqueduc gallo-romain du Vieil-Évreux, Document final de synthèse, Fouille archéologique programmée 2007, 97 p.

Notes

1 On dénombre ainsi, pour ce qui est des objets, trois épingles, deux charnières et deux jetons. Les ébauches, quant à elles, sont au nombre de vingt-quatre. Ont enfin été retrouvées trente-sept épiphyses d’os longs présentant des traces de sciage.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. La cité des Aulerques Éburovices dans le nord-ouest de la Gaule (document MADE-CG27).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9603/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 2. La cité des Aulerques Éburovices durant le Haut-Empire dans le département de l’Eure (document MADE-CG27).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9603/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Fig. 3. Répartition des témoignages d’activités du travail de l’os et de la métallurgie au sein de la ville-sanctuaire du Vieil-Évreux aux iie-iiie s. (document MADE-CG27).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9603/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Fig. 4. Exemples de rejets métallurgiques en alliage cuivreux provenant du Vieil-Évreux (document MADE-CG27).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9603/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Légende Fig. 5. Exemples de ratés de fabrication d’objets en os issus de la fouille des thermes (v. 180-220 de n. è. ; document MADE-CG27).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9603/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 6. Vue d’ensemble du cellier de la fouille de la Base archéologique (document MADE-CG27).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9603/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 7. Plan du cellier de la fouille de la Base archéologique (document MADE-CG27).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9603/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 8. Coupes du cellier de la fouille de la Base archéologique (document MADE-CG27).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9603/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 9. Vue partielle du dépotoir de l’atelier d’épinglier de la fouille de la Base archéologique (document MADE-CG27).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9603/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 10. Déchets de l’atelier d’épinglier de la fouille de la Base archéologique (document MADE-CG27).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9603/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 11. Épingles provenant des fouilles du Vieil-Évreux. La plupart proviennent de l’atelier d’épinglier de la fouille de la Base archéologique. Seule l’épingle blanche provient des thermes (document MADE-CG27).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9603/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

Auteurs

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search