Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

Topographie des activités en Gaule

Des ateliers et des boutiques en bordure d’un complexe monumental (thermes, forum ?) à Poitiers à la fin du iiie s. ap. J.-C.

Anne-Marie Jouquand et Alain Wittmann

Résumé

Les fouilles de l’îlot des Cordeliers de Poitiers réalisées en 1998 ont mis au jour un ensemble remarquablement conservé de boutiques-ateliers en bordure de l’un des axes majeurs de l’agglomération antique de Lemonum. Incendiées dans le troisième quart du IIIe s., elles ont livré un mobilier riche et varié. Cette fouille permet de suivre l’évolution de l’urbanisme en lien avec des commerces et des ateliers.

Texte intégral

Introduction

  • 1 La publication de cette fouille est en cours et de nombreux chercheurs sont associés à ce travail à (...)

1L’opération archéologique préventive du site de l’îlot des Cordeliers s’est déroulée en 1998 au cœur du centre historique de Poitiers, préalablement à un vaste projet immobilier d’une superficie d’environ 5 000 m2. Si cette fouille de grande ampleur a jeté un éclairage nouveau sur l’origine et l’évolution de la ville depuis la Conquête jusqu’à l’époque moderne, ce sont cependant les vestiges du Haut-Empire qui sont les plus prégnants et qui viennent illustrer les thèmes développés dans ce colloque (Jouquand et alii, 2000). On a choisi de traiter ici la topographie, car les études détaillées des ateliers ne sont pas encore achevées1.

2Dans l’état final du bâti, les vestiges se composent d’une rue bordée de boutiques-ateliers, d’un édifice public, d’un bâtiment à vocation artisanale et de domus. Au cours de la seconde moitié du iiie s., l’îlot est détruit par un violent incendie. L’énorme accumulation de gravats résultant de l’effondrement des bâtiments n’a pas été déblayée et le mobilier piégé par l’incendie n’a pas fait l’objet de récupération. La mise en place du mur d’enceinte du castrum du Bas-Empire, probablement à la fin du iiie s. sur l’emprise même de la chaussée, a entraîné l’arrêt des aménagements urbains sur cette parcelle jusqu’à l’installation du Couvent des Cordeliers aux xiiie-xive s. Ces trois éléments ont permis une remarquable préservation des vestiges et l’identification des dernières activités pratiquées dans les boutiques-ateliers.

  • 2 Les deux monnaies les plus tardives du niveau d’incendie sont un Antoninien de Salonine, Milan, règ (...)

3Cet incendie peut être calé d’après le monnayage après 2532. Les observations sur le terrain indiquent très clairement qu’il précède immédiatement la mise en place de l’enceinte. Le fait qu’il n’y ait aucune trace de récupération permet d’avancer l’hypothèse que la construction du castrum était déjà décidée avant l’évènement tragique. On pense bien sûr d’emblée qu’il pourrait s’agir d’une manière expéditive et radicale pour les pouvoirs publics de chasser les habitants et de détruire un quartier. Savoir si cet incendie est accidentel ou volontaire n’est pas qu’un détail, même s’il semble illusoire d’y répondre formellement. En effet, l’incendie a figé les sols des boutiques-ateliers et il est essentiel de s’interroger sur la représentativité du mobilier retrouvé en place. A-t-on eu le temps de prendre les outils et la matière première avant d’échapper aux flammes ou au contraire a-t-on été totalement surpris ? Si a priori, il manque certains outils dans les ateliers où l’on travaille les alliages et les tôles base cuivre, le fer et l’os, en revanche, un probable marchand de vases a laissé 481 récipients en céramique et 49 en verre dans sa boutique. Les indices à ce sujet sont donc assez discordants.

4Avant de présenter cet état final de l’urbanisme, le plus abouti et le mieux documenté, il convient de replacer cette fouille dans son environnement urbain et de reprendre rapidement l’évolution de ce quartier jusqu’à son apogée.

1. Présentation générale

5Localisée en bordure nord de la province d’Aquitaine créée par Auguste, la ville antique de Lemonum, chef-lieu de cité des Pictons, est implantée au sommet d’un large promontoire naturel formé par la confluence de la Boivre et du Clain (fig. 1). L’oppidum gaulois est traditionnellement localisé, d’après les travaux de J. Hiernard sur la répartition spatiale du monnayage gaulois, au nord-ouest du plateau, soit à environ 400 m du chantier des Cordeliers (Hiernard, 1987, p. 172). La fouille est localisée au centre de l’agglomération antique d’environ 180 ha et s’étend de part et d’autre d’un axe majeur de la ville mis en place à la fin du ier s. Cet axe va perdurer jusqu’à la fin du iiie s. Il permet un cheminement approximativement nord-sud. Son tracé sera en partie repris par celui de l’enceinte de Bas-Empire.

Fig. 1. Plan simplifié de la ville de Poitiers au Haut-Empire. 1. Résidence des Cordeliers ; 2. Square du Palais ; 3. Médiathèque. Le cercle localise les découvertes monétaires gauloises.

2. Les premières traces d’urbanisation

6Aux Cordeliers, les premières traces d’occupations se rattachent à une activité agricole qui perdure pendant la seconde moitié du ier s. av. J.-C. et le premier bâtiment isolé est augustéen. Le secteur est véritablement urbanisé sous Tibère avec une forte densité de bâti composé de plusieurs domus en architecture de terre et de bois (fig. 2). L’une d’entre elles (bâtiment 2) se développe sur plus de 500 m2. Son décor, la présence d’une citerne maçonnée, comme son plan évoquent un habitat de notable. Il n’y a pas encore d’artisan identifié dans ce secteur. Un premier axe de circulation orienté nord-sud définit déjà deux îlots, mais son aspect évoque d’avantage un chemin qu’une véritable rue.

3. La mise en place d’un axe majeur de l’agglomération à la fin du ier s. et les premières traces d’artisanat

7À la fin du ier s., le grand axe nord-sud qui va durablement organiser le paysage urbain est mis en place ; c’est celui qui relie l’amphithéâtre aux thermes Saint-Germain (fig. 3). Il s’agit sans doute du cardo maximus. Cette large rue orientée 17°E est percée à travers le bâti antérieur. Large de 18 m de façade à façade, elle comprend une chaussée de 12 m bordée de trottoirs de 3 m, largeurs restituées à partir du bas-côté ouest, qui seul est conservé. Si l’espace piéton est prévu dès l’origine sous la forme d’une bande de terrain non aedificandi, la mise en place d’un portique continu intervient plus tardivement, lorsque tous les bâtiments sur rue sont construits. L’hétérogénéité des premiers sols de portique devant chaque bâtiment indique probablement que, dans un premier temps, la mise en œuvre est à la charge des riverains. Plusieurs bâtiments prennent progressivement place en bordure de la nouvelle rue, tels que des domus (bâtiments 4 et 11 qui comportent en façade des petites pièces alignées que l’on peut interpréter comme des boutiques), mais également le bâtiment 5, au plan moins classique à fonction commerciale, qui masque une première construction, le bâtiment 3. Si toutes les pièces établies en façade sont disposées de préférence perpendiculairement à la rue, en revanche, côté est, on constate que le bâti établi en cœur d’îlot épouse toujours l’orientation du bâtiment 2 antérieur, qui reprend celle d’un axe viaire établi anciennement, quelque part à l’est de l’îlot. La nouvelle trame urbaine de 17°E a donc une incidence en définitive assez limitée sur l’organisation du nouveau bâti et n’a pas effacé la trame plus ancienne qui perdure partiellement pendant tout le Haut-Empire.

Fig. 2. Plan général des premiers bâtiments (14-38 ap. J.-C.).

Fig. 3. Plan général des vestiges à la fin du Ier s.

8Le bâtiment 4, d’une superficie de 500 m2, se développe sur une parcelle de forme trapézoïdale. Il s’agit d’une domus à péristyle dont le vaste jardin de 150 m2 est l’élément caractéristique. Ce bâtiment totalement arasé n’a été observé qu’en fondation. Quelques fragments de blocs, tels qu’un chapiteau toscan gaulois de petit module, deux fragments de feuilles d’acanthe et un fragment de tore de base, permettent de restituer un décor architecturé assez classique pour la fin du ier s. On remarque également deux piliers établis en fondation du stylobate devant la P509 de près de 48 m2, comportant une large baie vers le jardin. Ce dispositif évoque une pièce d’apparat mise en valeur par un portique rhodien. L’entrée du bâtiment depuis la rue est discrète et se compose de trois petits vestibules en enfilade (P518, P519 et P520). Trois espaces, P220, P219 et P218, sont probablement liés à des commerces ou des ateliers établis sur la rue mais aucune trace d’activité artisanale n’a été observée ; rappelons que les sols n’étaient pas conservés. Ces divers éléments indiquent une domus assez prestigieuse de notable, peut-être lui-même commerçant.

9Les vestiges très modestes du bâtiment 3, un sol et une portion de mur, permettent seulement d’attester la présence d’un bronzier dans un espace établi en front de rue. On y a retrouvé un amas circulaire de chutes de découpe et de polissage ainsi qu’une fosse tapissée de fins éléments d’alliage base cuivre. Seule l’étape de finition est attestée dans cet atelier où il n’y a ni moule, ni creuset. Cet atelier est totalement mis à bas et le nouveau bâtiment 5 prend place en bordure de rue. Ce dernier a été partiellement exploré dans des conditions peu satisfaisantes, mais on sait qu’il est construit d’un seul jet. Il se compose dans son état initial d’au moins trois pièces en façade ouvertes sur la rue (P216, P217, et P228) et à l’arrière, tournées vers l’intérieur de l’îlot autour d’une cour (P526), apparaissent une cave (P521) de 28,50 m2 de 3,50 m de profondeur et une petite pièce (P525) plus modeste aménagée d’un plancher. Aucune trace d’activité artisanale n’a été retrouvée, mais là encore les sols ne sont pas conservés. On ignore le cheminement mis en place à l’origine, mais la disposition de l’ensemble évoque un bâtiment à vocation commerciale, peut-être alimentaire, qui expliquerait la présence d’une cave.

10Plusieurs seuils établis sur les murs périphériques des bâtiments 4, 5 et 12 permettent d’accéder depuis un petit passage (ambitus) P511 au cœur de l’îlot. Cette desserte permet d’accéder, depuis la façade est de l’îlot, à tous les bâtiments par des entrées secondaires, peut-être réservées aux personnels attachés aux maisons.

11L’îlot ouest est assez mal connu du fait des recoupements du système défensif du Bas-Empire (enceinte et fossé), mais on a identifié deux ensembles en front de rue, dont l’ensemble 9 composé de trois pièces (P225, P224 et P223) de 5 à 6 m de large. La découverte dans la P224 d’une petite cuvette comblée de fines particules d’alliage base de cuivre indique là encore la présence d’un bronzier et toujours une des étapes de finition. Les éléments de colonne ionique retrouvés dans la citerne (F186) de la domus 11 permettent de restituer un portique de grande qualité et une domus de prestige au cœur de l’îlot. Des boutiques-ateliers sont établies en front de rue de part et d’autre de la chaussée. On remarque bien qu’elles sont toutes intégrées dans des bâtiments différents qui s’implantent progressivement dans des parcelles de formes variées héritées des découpages primitifs. Les façades strictement alignées répondent probablement à des contraintes publiques. Si les largeurs des boutiques sont très variables, elles s’intègrent dans des modules qui restent cohérents.

4. Une extension du centre monumental au début du iie s. ap. J.-C.

12Sous le règne de Trajan ou d’Hadrien, le secteur est fortement remodelé (fig. 4). L’îlot ouest est arasé et un immense complexe monumental est mis en place (bâtiment 10). Le portique de façade est démonté. Il est remplacé par un mur de façade continu observé sur plus de 60 m de long qui fait également office de mur de soutènement. L’îlot est ensuite remblayé. Cette vaste terrasse a livré plusieurs portions de fondations de grandes dimensions d’1,20 m de largeur. Vers la fin du iie s. ou la première moitié du iiie s., des latrines publiques (bâtiment 25) équipées d’un système de chasse d’eau, dispositif inédit dans le monde romain, sont aménagées de part et d’autre du mur de façade. Le bassin de chasse est implanté sur l’emprise de la rue alors que les sièges sont aménagés de part et d’autre du mur de clôture de l’îlot. Le plan général de ce complexe est très lacunaire, aussi son interprétation est sujette à caution. Rappelons que plusieurs découvertes significatives ont été réalisées dans ce secteur urbain, parmi lesquelles une tête géante de Mercure et la dédicace à Marcus Sedatus Severianus, célèbre personnage de l’époque d’Antonin, qui ont poussé J. Hiernard à localiser le forum dans ce secteur (Hiernard, 1985, p. 31). L’enquête documentaire, réalisée à partir des informations récoltées à l’échelle du plateau, indique un programme de très grande ampleur, dépassant largement l’emprise du site des Cordeliers. Ces travaux traduisent le fort dynamisme de l’agglomération et mettent définitivement fin aux spéculations sur l’abandon urbain à la fin du iie s. véhiculés par certains chercheurs (Nicolini, 1987). Bien au contraire, la ville semble connaître un très fort développement dans la seconde moitié de ce siècle, comme le laissaient supposer les découvertes épigraphiques (Hiernard, 1987).

Fig. 4. Plan général des vestiges dans le troisième quart du iiie s.

13Dans l’îlot est, le découpage parcellaire demeure le même dans les grandes lignes et les bâtiments 12 et 5 ne font l’objet que de modifications ponctuelles ou de reconstructions sur un plan identique. Il n’en va pas de même pour la domus 4 qui est partiellement rasée en façade et dont le plan est partiellement repris. Le parti architectural suivi a été de conserver l’aile sud, et probablement l’aile nord, en y apportant quelques modifications, de redresser l’aile ouest du portique et de reconstruire entièrement la façade chaînée à quatre boutiques. Le plan longitudinal de ce nouveau bâtiment 6, de plus de 1120 m2 (reconnus), composé de 23 espaces distincts, s’organise autour d’un axe privilégié ouest-est (fig. 4). Une entrée monumentale en exèdre (P210), un grand vestibule de 65 m2 (P501) et le péristyle (P506) en enfilade avec un jardin de 155 m2 (P507) comportant un bassin d’agrément dessinent l’ossature du nouveau bâtiment, qui comprend à l’origine des cuisines (P505), des latrines (P510) et quatre boutiques (P211, P212, P213 et P214) en façade disposées en épis. L’ambitus (P511) est alors divisé entre les bâtiments riverains et un égout permettant d’évacuer les latrines du bâtiment 6 y est aménagé. La colonnade retrouvée effondrée dans la cour (P507) permet de restituer un portique rhodien ionique d’une grande qualité. Deux colonnes de plus gros modules, qui comportent des consoles sous le chapiteau, encadrent le bassin d’agrément (fig. 5). L’aile nord est quant à elle connue grâce aux fouilles du Père de La Croix, au début du siècle dernier, dont on a pu sans difficulté recaler le plan. Cela permet de localiser précisément une pièce (P562) de 70 m2 sur hypocauste, probablement destinée aux réceptions. Aucune inscription n’a été retrouvée dans ce bâtiment, permettant de lui attribuer une fonction particulière ou un propriétaire prestigieux, mais ces aménagements apparaissent suffisamment originaux pour être discutés (fig. 6). L’entrée en exèdre, qui ménage un espace piéton, sorte de petite place interrompant le portique de rue, comportait deux niches symétriques équipées de bancs ; le sol est particulièrement usé à ces deux endroits. Elle précède un vestibule de dimensions remarquables dont les puissantes fondations ont pu supporter une élévation importante. Un fragment d’un petit chapiteau ionique de pilastre retrouvé dans ce vestibule indique la présence probable d’un autel. Ce dispositif ostentatoire est peu commun et rappelle vaguement deux autres bâtiments exceptionnels : la schola dite de Trajan à Ostie et la « Casa de la Exedra » d’Italica (Gros, 1996, p. 380, fig. 434 ; Gros, 2001, p. 183, fig. 193). Il peut donc s’agir ici d’une domus d’un de ces grands notables, dont on sait que les demeures font l’objet de soins particuliers destinés à afficher publiquement leur réussite et leur pouvoir. Mais rien n’interdit de proposer également une schola, siège d’une corporation d’artisans. Les plans de ces édifices mi-privés, mi-publics, qui se multiplient à partir du iie s. dans toutes les provinces de l’Empire, ne sont pas codifiés et de fait sont difficilement identifiables (Gros, 1996, p. 376-384 ; Bouet, 2001). Par ailleurs, la fouille montre bien que la mise en place du bâtiment 6 résulte de la transformation d’une domus existante, ce qui est très souvent le cas pour les scholae, et pourrait traduire un don effectué par un bienfaiteur ou le patron lui-même protecteur du collège. Les boutiques ateliers établis en façade sur la rue ne sont pas un élément déterminant pour argumenter l’une ou l’autre des hypothèses car ce dispositif est très commun dans les deux cas.

Fig. 5. Vue de l’extrémité ouest du péristyle du bâtiment 6 depuis le nord.

14Quel que soit son statut, le bâtiment construit entre 110 et 140 ap. J.-C. va subir des modifications au cours de ses 150 années d’utilisation. C’est bien sûr l’état final qui est le mieux assuré. Les vestiges figés par l’incendie indiquent un bâtiment passablement délabré au moment de sa destruction et en cours de démantèlement : plusieurs pierres de seuils sont manquantes, le bassin d’agrément est rasé, les latrines sont bouchées, on traverse le jardin et on ne fait plus le tour par la galerie... On ignore bien évidemment sur quel laps de temps ce processus s’est déroulé et à partir de quand l’usage des espaces se transforme. Au final, des arrière-boutiques (P503 et P504) sont créées en empiétant sur l’emprise des pièces de service. Les cuisines (P505) et les latrines (P510) sont alors hors d’usage. Ces pièces, désormais tronquées, sont accessibles uniquement depuis le cœur de l’îlot et sont probablement transformées en chambres ou en lieux d’habitation modestes. Comment interpréter ce démantèlement ? Le bâtiment 6 change-t-il de statut au cours du temps ? Cela montre en tout cas un lien fort entre les espaces artisanaux et le bâtiment 6. Si l’on retient l’hypothèse d’une domus, il est vrai que ces modifications architecturales sont difficilement explicables. Comment de simples artisans ou commerçants ont-ils pu obtenir ces agrandissements sur une emprise privée, à moins bien sûr qu’ils n’aient été entrepris par le propriétaire lui-même ? Tout indique dans ce cas que cette domus n’était plus occupée de la même manière, au sens économique et social du terme, par une famille de notables, mais partiellement transformée en immeuble de rapport. En revanche, si l’on imagine une schola, le « découpage » du bâtiment, qui demeure très partiel, pourrait traduire une perte d’influence du collège et de ses revenus. Il est reconnu que les collèges disposaient à leur gré de leur patrimoine et n’avaient pas besoin d’autorisation pour en aliéner une partie (Waltzing, 1895-1900, vol. 2, p. 452).

Fig. 6. Plan d’assemblage du bâtiment 6 avec les fouilles du Père de La Croix dans son état primitif restitué.

5. Les boutiques-ateliers

15Les boutiques-ateliers établies en front de rue vont connaître plusieurs états (fig. 7). En réalité, chaque atelier suit sa propre évolution et l’état de conservation de la stratigraphie n’est pas le même en fonction des nettoyages successifs. Les premiers états sont évidemment moins bien documentés que l’état final piégé par l’incendie. L’interprétation des ateliers n’est pas encore totalement arrêtée mais on peut rapidement présenter les premières conclusions.

16Dans les premiers temps, les quatre boutiques-ateliers du bâtiment 6 et les deux du bâtiment 5 sont occupées par des bronziers qui travaillent la tôle mais pratiquent également la fonderie. On fabrique des rivets à partir de tôle et les petits creusets en cupule à bec pincé semblent indiquer le travail de métaux précieux.

17Dans l’état final, les activités vont se diversifier et en général les chaînes opératoires sont complètes. Les pièces situées à l’arrière des ateliers (P504 et P503) ont pour l’essentiel livré du mobilier domestique qui indique qu’une partie des artisans a pu résider sur place.

18Dans P211 on travaille les tôles (présence de chutes) et on pratique la fonderie des alliages base cuivre (présence de coulées, d’un canal d’alimentation et de petits lingots), mais également d’autres métaux, comme le plomb et peut-être l’or. Cependant aucun moule, à l’exception d’un entonnoir de coulée, n’a été retrouvé sur le sol de l’atelier alors que des creusets citron usagés sont présents. La production semble diversifiée. On note un pendentif phallique comportant encore son entonnoir de coulée et dont le trou de suspension n’est pas encore terminé : il n’est donc passé ni par le stade de l’ébarbage, ni par celui de l’ébavurage. À cela s’ajoutent plusieurs éléments finis se rapportant au domaine militaire, comme un moraillon de cingulum et un élément de harnachement de cheval de type caveçon.

19La boutique-atelier P212, où le mobilier retrouvé est le plus abondant, est sans doute la mieux documentée. Elle mérite d’être présentée de manière plus détaillée. On y traite simultanément plusieurs matières comme le fer, l’os et les alliages base cuivre. L’impression qui se dégage est celle d’un artisanat minutieux et de grande qualité. On travaille la tôle (chutes de découpes) et on réalise des décors selon la technique du repoussé. Un fragment de plaque en cours de fabrication représente un Apollon à la lyre. Il révèle un travail d’une extrême délicatesse sur une feuille de tôle très fine. Lors de sa découverte, il reposait encore sur son lit de plomb et devait par conséquent en être au stade de la ciselure. La fonderie est attestée par de nombreux déchets (coulées, canaux et surtout par des creusets usagés et des moules). On fabrique des anneaux passe-guide et des appliques de harnachement à faux-rivets à deux plots de fixation de modules différents, à décors ajourés en lunules. L’ensemble de la chaîne opératoire, tant pour la fonderie que pour le travail de la tôle, est ici représenté jusqu’à la phase de finition puisqu’on dénombre également des polissoirs mobiles et fixes. Plusieurs éléments associent le fer et le bronze ou bien le fer et l’os. Citons comme exemple une clef à manche en bronze en forme de protomé de lion surgissant d’une palmette, de type 81 de Masurel (Masurel, 1979). L’objet n’est pas fini car le panneton en fer ne présente aucune découpe particulière et affecte simplement la forme d’un rectangle plat. Parmi les objets en cours de fabrication, on peut noter également la présence d’un manche de couteau en forme de patte de cheval en alliage base cuivre en attente d’être monté sur la lame et des petits couteaux pliables dont les manches sont en os. Plus étonnante est la présence d’un pommeau d’épée sarmate de type « Ringknaufschwert » (Feugère, 1993, p. 157-159) en bronze avec départ de sa lame en fer. La présence de ce pommeau, quoique étonnante, peut vraisemblablement trouver plusieurs explications, toutes liées au fait que l’armée romaine a intégré à son profit l’armement étranger dès le iie s. Dans le domaine militaire on note également une bouterolle de fourreau et plusieurs fragments d’orles de section en « U » s’appliquant sur des plaques de fer. On pense ici à un fragment de casque ou de fourreau. On note pour le fer, la fabrication de lames d’outils, d’épées au nombre de trois, de couteaux de chasse, de couteaux pliables, d’outils et de barrettes ou agrafes de suspensions de fourreaux d’épées. Enfin signalons plusieurs fragments de plaques en fer, probablement des fragments de casques. L’os est utilisé pour la fabrication des manches qui sont parfois très décorés. Tous les indices concordent pour indiquer une production d’objets de grande qualité, voire de luxe, nécessitant un grand savoir technique et destinée à une clientèle masculine en lien avec l’armée.

Fig. 7. Vue générale des boutiques depuis le sud. On remarque l’alignement parfait des sablières et des piédroits.

20Dans la P222, un sol de béton est aménagé après la réunification de deux boutiques, P213 et P214. On note un marchand de vases céramiques et de récipients en verre (Wittmann, Jouquand, 2003a, 2003b).

21Dans la P216, la présence de deux bacs en calcaire alimentés par une adduction en plomb, d’une concentration importante d’appliques de harnais circulaires à un ou deux plots de fixation, tous finis, et de crochets en fer, permet de proposer le travail du cuir, par exemple dans sa phase finale. On pense à la mise en place de décors métalliques sur les nombreuses pièces de harnachement.

Conclusions

22L’organisation urbaine du iiie s. ap. J.-C. observée sur cette fouille se trouve confirmée par des découvertes anciennes comme celles du Père de La Croix au square du Palais, au nord, et celles de G. Nicolini sous la résidence des Cordeliers, au sud, qui ont tous les deux observé des ateliers juxtaposés sur cette même façade sur rue (La Croix, 1905 ; Nicolini, 1977 et 1979). Des boutiques-ateliers s’alignent sur au moins 200 m. Les activités et les situations semblent se diversifier au cours du temps, commerces et ateliers se côtoient sur le même trottoir. Si la présence de productions d’objets de luxe ne semble pas étonnante dans ce contexte urbain, à proximité d’un complexe monumental, lieu de passage obligé, en revanche, la forte proportion d’objets militaires observés en P212, en particulier, semble à première vue plus rare. Qui sont ces gens qui fabriquent un tel matériel ? Qui occupe ces boutiques ? Les indices sont bien minces pour répondre à cette question. On a cependant pu noter dans les deux arrière-boutiques, qui semblent réservées à la vie domestique, P503 liée à la P211 mais également P504 liée à la boutique de vases P222, la présence de fragments de casques (crêtes de casques et charnières d’attache des paragnathides au casque) qui pourrait indiquer des vétérans reconvertis dans le commerce. On rappellera à ce propos la stèle funéraire retrouvée à Lyon et datée de la première moitié du iiie s., de Vitalinius Felix, vétéran légionnaire et marchand de céramiques, qui fournit un bel exemple de reconversion (AD, I, 52 = CIL, XIII, 1918 = ILS, 753).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bouet A., 2001, « Les collèges dans la ville antique : cas des Subaediani », Revue Archéologique, 2, p. 227-278.

Feugère M., 1993, Les armes des Romains de la République à l’Antiquité tardive, Paris, éd. Errance, 287 p. (Coll. des Hespérides).

Gros P., 1996, L’architecture romaine. 1. Les monuments publics : du début du iiie siècle av. J.-C. à la fin de Haut-Empire, Paris, éd. Picard, 503 p., ill. (Coll. Les manuels d’Art et d’Archéologie antique).

Gros P., 2001, L’architecture romaine 2. Maisons, palais, villas et tombeaux : du début du iiie siècle av. J.-C. à la fin de Haut-Empire, Paris, éd. Picard, 527 p., ill. (Coll. Les manuels d’Art et d’Archéologie antique).

Hiernard J., 1985, « La ville antique », in : Favreau R. dir., Histoire de Poitiers, Toulouse, Privat, p. 21-28.

Hiernard J., 1987, « La topographie historique de Poitiers dans l’Antiquité : bilan et perspectives », Bull. de la Société des Antiquaires de l’Ouest, t. I, p. 163-188.

Jouquand A.-M., Bernard R., Champagne F., Dumont A., Farago B., Lotti P., Mornais P., Vequaud B., Wittmann A., 2000, La fouille de l’îlot des Cordeliers, Poitiers (86-194-113 AH) (Vienne), autorisation no 98/78 du 18/05/1998 au 31/12//1998, Document final de synthèse, Poitiers, SRA Poitou-Charentes, 492 p.

La Croix C. de, 1905, « Les origines des anciens monuments religieux de Poitiers et celles du square du Palais de Justice », Bull. de la Société des Antiquaires de l’Ouest, t. XXIX, p. 1-80.

Masurel H., 1979, Contribution à l’étude de la serrurerie gallo-romaine, Mémoire de l’École du Louvre sous la direction de R. Joffroy, Paris, 213 p., 4 tomes.

Nicolini G., 1977, « Informations sur les fouilles de la rue Henri-Oudin (ou Cordeliers centre) », Gallia, t. XXXV, fasc. 2, p. 386-387.

Nicolini G., 1979, « Informations sur les fouilles de la rue Henri-Oudin (ou Cordeliers centre) », Gallia, t. XXXVII, fasc. 2, p. 401-403.

Nicolini G., 1987, « Stratigraphie et histoire de Poitiers aux ier et iie s. », in : Art et archéologie de l’Aquitaine septentrionale, Actes du 111ème congrès national des sociétés savantes, Poitiers, 1986, Paris, éd. du C.T.H.S., p. 7-24.

Waltzing J.-P., 1895-1900, Étude historique sur les corporations professionnelles chez les Romains depuis les origines jusqu’à la chute de l’Empire d’Occident, Bruxelles, 3 vol.

Wittmann A., Jouquand A.-M., 2003a, « La boutique d’un marchand de vases dans la seconde moitié du iiie s. ap. J.-C. à Poitiers (Vienne) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Saint-Romain-en-Gal, 2003, p. 621-639.

Wittmann A., Jouquand A.-M., 2003b, « Un lot de sigillées du iiie s. découvert à Poitiers (Vienne) dans la boutique d’un marchand de vases », in : Delage R. dir., Sigillée moulée du Centre de la Gaule (Cahier du Centre Archéologique de Lezoux, 3).

Notes

1 La publication de cette fouille est en cours et de nombreux chercheurs sont associés à ce travail à divers titres : études de mobilier ou relecture (A. Larcelet, S. Morin, A. Wittmann, F. Dubreuil, C. Allag, D. Tardy, J. Seigne, J. Hiernard, J.-P. Guillaumet, D. Minni, G. Hamm, A. Ferdière…).

2 Les deux monnaies les plus tardives du niveau d’incendie sont un Antoninien de Salonine, Milan, règne conjoint de Valérien et de Gallien (253-260) et un Antoninien de Valérien I, Rome (253-260) (informations J. Hiernard).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan simplifié de la ville de Poitiers au Haut-Empire. 1. Résidence des Cordeliers ; 2. Square du Palais ; 3. Médiathèque. Le cercle localise les découvertes monétaires gauloises.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9549/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 2. Plan général des premiers bâtiments (14-38 ap. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9549/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 3. Plan général des vestiges à la fin du Ier s.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9549/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 4. Plan général des vestiges dans le troisième quart du iiie s.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9549/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 5. Vue de l’extrémité ouest du péristyle du bâtiment 6 depuis le nord.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9549/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 6. Plan d’assemblage du bâtiment 6 avec les fouilles du Père de La Croix dans son état primitif restitué.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9549/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 7. Vue générale des boutiques depuis le sud. On remarque l’alignement parfait des sablières et des piédroits.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9549/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 289k

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search