Version classiqueVersion mobile

Verrerie de l’Est de la France. XIIIe-XVIIIe siècles

 | 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Stéphanie Jacquemot
, 
Pierre Thion

Strasbourg-Istra : verrerie des XIV-XVèmes siècles

Marie-Dominique Waton

Texte intégral

Strasbourg
1. Chantier de fouilles d'Istra
2. Chantier de fouilles de la Cour des Boeufs

  • 1 Analyse effectuée par le laboratoire Archéolabs.

1En relation avec l'immeuble du 15, rue des Juifs à Strasbourg où ont été dégagés de splendides peintures murales et de magnifiques plafonds peints (PARENT et WATON, 1987, p. 16-21 ; RIEB et alii, 1987, p. 147-169) dont l'analyse dendrochronologique des solives a livré une datation des années 12901, une fosse à déchets a été fouillée en avril 1987.

LA STRUCTURE (Fig. 1)

  • 2 En 1349, la peste noire qui sévit sur la région entraîna le massacre d'un nombre certain de Juifs e (...)

2De plan quadrangulaire (3,25 m de côté au moment de la découverte), elle présente des parois en briques jaunes maçonnées en pan incliné de 5° et 6° et ses mesures à la base sont de 2,70 m par 2,20 m. Une excavation à l'extérieur de la fosse maçonnée a permis de constater l'installation de poutres de soutènement des terres à la cote 139 m NGF. Conservée sur 5,40 m de haut, la fosse fondée dans la nappe phréatique offre des trous de boulin sur trois rangées, espacées de 1 m, à 2 m du fond sur les murs Sud-Ouest et Nord-Est alors que les murs Sud-Est et Nord-Ouest n'en présentent qu'une rangée à 0,40 m du fond. Ces trous de boulin ont sans doute servi au support d'échafaudage pour la construction de la fosse, qui présentait sur plus de 2,50 m d'épaisseur deux couches de comblement scellées par un remblai du XIXème siècle. La couche inférieure du XIVème-début XVème siècle recelait en abondance des planches et des récipients en bois (seau, gourde, écuelles, pixydes, cuveaux,...) ainsi qu'une petite plaquette avec inscription hébraïque gravée dans la cire (WEYL et WATON, 1987, p. 145-148) qui confirme la datation de la fin XIIIème-début XVème siècle pour la première utilisation de la fosse2. Au regard de l'abondance et la diversité du mobilier recueilli (bois, grès, céramiques vernissées, communes et grises cannelées) dont l'étude est en cours, la verrerie apparaît tout aussi riche et variée.

LA VERRERIE

  • 3 Huit exemplaires entre 16 mm et 2,5 mm et seize exemplaires entre 2,7 mm et 5 mm. La teinte du verr (...)

3Sur les 8 850 gr de verrerie, 2 500 gr sont des éléments de verre à vitre plat. Quelques éléments particuliers aux côtés coupés à la pince prouvent que le vitrage d'une fenêtre des XIVème-XVème siècles offrait un certain décor par l'aménagement des composants ; il existe des éléments losangiques, triangulaires, certains présentent une découpe circulaire, l'épaisseur en est très variable3 (Fig. 10). Il est à constater l'absence de cives pour cette période.

4A côté de ce verre à vitre, 118 récipients ont été individualisés que nous avons répartis en deux lots, le bocal et la bouteille qui représentent 38,5 % du matériel mis au jour et la gobeleterie qui en représente 61,5 %.

I. Le bocal et la bouteille

534 individus, dont le recensement a été réalisé essentiellement à partir des goulots ou bords, car certains fonds attribués à des bouteilles peuvent appartenir à des gobelets (Fig. 1, no 3 & 4), ont été répertoriés pour ce lot que nous avons subdivisé en cinq classes.

1-Le bocal (Fig. 1, no 1)

  • 4 Ds : l'un mesure 130 mm ; l'autre 110 mm.

6Représenté par deux exemplaires4, ce récipient du XVème siècle souvent considéré comme urinal (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 432, no 544) offre un large col terminé par une grande lèvre horizontale, ce qui permet d'assurer une fermeture hermétique.

2- La bouteille à anneau médian

7Attestée sur Strasbourg dans une couche des Xème-XIIIème siècles (RIEB, 1986, p. 7590 ; BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 267, no 197), la bouteille à anneau médian mise au jour dans les latrines d'Istra présente deux formes :

a) la bouteille à anneau médian incolore

8Un fond fortement ombiliqué (no 2) présente un pied creux obtenu par pincement après repli de la paroi. La partie inférieure, seule conservée de ce spécimen de la fin du XIIIème-1ère moitié XIVème siècle est cylindrique. Certains parallèles (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 268-269, no 300) permettent de supposer que l'on soit en présence d'un fond de bouteille à anneau médian.

b) la bouteille à anneau médian teintée (Fig. 1, no 5-7)

9Très typique du Moyen-Age, la bouteille biconique qui se développe au cours du XIVème siècle se caractérise par sa forme trapue avec une partie inférieure très pansue et une partie supérieure en cône très surbaissée. Ont été reconnus 6 fonds et 9 goulots de façon certaine, plus 2 goulots qui peuvent aussi appartenir à des bouteilles piriformes.

3-Le flacon à anneau à la base du goulot

1014 goulots déterminent le nombre d'individus reconnus qui peuvent être divisés en deux groupes :

a) le flacon à décor moulé côtelé (Fig. 1, no 8 & 9)

11Dans ce groupe où ont été dénombrés 8 fonds, il existe deux formes : l'une où le décor moulé est à peine perceptible (no 8) et dont l'épaulement offre une carène sensible et l'autre où les côtes sont nettement saillantes et se prolongent sous le fond (no 9). Le nombre des côtes est de 9 sauf pour un exemplaire qui n'en comporte que 8.

b) le flacon à décor bleu rapporté (Fig. 1, no 10 & 11)

12Les 4 fonds conservés présentent deux formes distinctes : l'une à motif de filets rapportés en rinceaux présente une carène prononcée, le motif se prolongeant sous le fond (no 10), et l'autre à panse sphérique est ornée d'un filet hélicoïdal qui part sous le fond (no 11). Le goulot peut présenter un décor optique de côtes obliques obtenues par torsion du goulot alors que le verre était chaud.

4-La fiole (Fig. 2, no 15 & 16)

13Un seul exemplaire à épaulement très marqué a été repéré (no 15), mais deux goulots très fragmentaires et 3 fonds ombiliqués apodes de petite taille pourraient appartenir à cette même classe (no 16).

5-La bouteille globuleuse

14Cinq bords et dix fonds définissent cette classe de bouteilles apodes et au fond ombiliqué, classe que l'on peut diviser en deux groupes.

a) la bouteille décorée (Fig. 2, no 13)

15Le seul exemplaire repéré est orné d'un mince filet hélicoïdal qui prend son départ sous le fond. Ce récipient très corrodé pourrait remonter à la fin du XIIIème siècle.

b) la bouteille lisse (Fig. 2, no 12, 14 & 17)

16Deux sous-groupes ont été déterminés en fonction de la teinte du verre et de la forme de l'ombilic. Un premier sous-groupe (no 17) attribuable peut-être à la 2ème moitié du XIVème siècle est de teinte vert-jaunâtre, l'ombilic est très prononcé, les parois sont fines et le goulot très long. Un deuxième sous-groupe du XVème siècle (no 12 & 14) de teinte vert bouteille offre un ombilic épais, la panse sphérique est nettement détachée du goulot conique qui se termine en entonnoir et dont le rebord est parfois replié à l'intérieur. Il est à noter l’absence dans cet ensemble de bouteille piriforme, forme simple et répandue au XVème siècle en Alsace (RIEB, 1986, p. 7 590, P1. II, 6).

II. La gobeleterie

17La multiplicité de forme des 84 exemplaires individualisés nous a conduit à les présenter selon deux grandes catégories : le verre incolore, plutôt de la fin du XIIIème-1ère moitié du XIVème siècle et le verre teinté, plutôt des XIVème et XVème siècles.

IIA. La gobeleterie incolore

1-Le gobelet à décor émaillé (Fig. 3, no 18 & 19 ; Fig. 4, no 20 & 21)

18Peut-être originaires de Murano (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 126 et sv), les quatre gobelets au pied constitué par un filet lisse rapporté autour du fond fortement ombiliqué présentent trois décors différents pour deux formes. L'une comprend un gobelet bas à parois obliques légèrement convexes qui comporte un décor d’écus alternant avec des animaux fabuleux (no 18). L’autre est représentée par des gobelets hauts à corps cylindrique et à lèvre légèrement éversée ; un gobelet offre un décor de musiciens alternant avec des colonnes à chapiteaux tripartites (no 19), les deux autres sont ornés d'oiseaux, décor relativement répandu (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 147, no 100), alternant aussi avec des colonnes à chapiteaux (no 20 & 21). Cette classe de verres n'a pas jusqu'à présent, hormis l'Alsace, été découverte en France.

2-Le gobelet à décor optique moulé (Fig. 4, no 24)

19Deux fonds fragmentaires apodes et ombiliqués, vraisemblablement du XIVème siècle (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 306-307, no 356), présentent un décor alvéolé à peine discernable ; le corps est sans doute tronconique.

3-La coupe à décor bleu (Pl. 8a et Fig. 4, no 23 & 25)

20Un exemplaire à lèvre au large marli concave, au décor bleu de volutes et de points et au pied constitué d'un filet festonné, datable de la 1ère moitié du XIVème siècle, a des parallèles aussi bien au Nord des Alpes (où le verre est parfois très légèrement teinté) que dans le Sud de la France (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 282-286 ; FOY, 1988, p. 231-236). Un deuxième individu, dont n'est conservée que la base, offre un décor de petits filets bleus apposés sous le fond et remontant verticalement sur la paroi tronconique (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 281 ; FOY, 1986, p. 85, Fig. 2, no 11).

4-Le gobelet à pastilles (Fig. 4, no 28-33)

21Avec 9 bords de diamètres différents et seulement 4 fonds au pied dentelé retrouvés, ce gobelet de la fin XIIIème-XIVème siècle (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 194-201 ; RIEB, 1986, p. 7588, Pl. I, 5) présente une gamme variée dans la taille des pastilles rapportées en forme de coquille. Un filet lisse sépare le corps cylindrique décoré de la grande lèvre fortement évasée.

5-Le gobelet à décor mixte (Fig. 5, no 38-40)

22Trois individus fragmentaires au décor différent appartiennent à cette classe. Un premier individu apode avec un filet rapporté au-dessus du fond représente un décor de pastilles en coquille allié à un décor de filets bleus rapportés, la lèvre évasée est relativement petite. Un deuxième individu au pied festonné présente un décor de filets verticaux godronnés alternativement bleus et incolores, le bord fragmentaire no 27 à grande lèvre évasée pourrait appartenir à cet individu (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 182, no 150-151). Le troisième gobelet offre un décor de filets bleus lisses et de filets godronnés incolores horizontaux ; le bord no 26 pourrait faire partie de ce récipient (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 180). Ces gobelets seraient de la 1ère moitié du XIVème siècle.

6-Le gobelet côtelé (Fig. 5, no 34-37)

23Définie par 4 individus de taille différente, cette classe trouve des parallèles jusqu'en Tchécoslovaquie (BAUMGARTNER et KRUEGGER, 1988, p. 218-223). Trois exemplaires comportent un filet bleu rapporté autour de la lèvre et l'un, un filet incolore. Ils présentent une diversité de formats : gobelet haut et gobelet bas. Le décor moulé de côtes se prolonge sous le fond pour former une rosace (PROHASKA, 1986, p. 467-471).

7-Le verre à tige creuse (Fig. 5, no 41-45)

24Quatre exemplaires déterminent cette classe. Un pied à tige creuse (no 43) dont la teinte du filet rapporté au rebord nous incite à le rapprocher d'un fragment caréné de coupelle au motif floral (no 41) et trois bords (no 42, 44 & 45) dont l'un comporte un motif floral, un autre un simple filet bleu rapporté autour de la lèvre et le dernier incolore sont sans véritable parallèle jusqu'alors (FOY, 1986, p. 85, Fig. 2, no 7) ; cette forme originale de la 1ère moitié du XIVème siècle annonce certaines formes plus typiques en verre teinté du XIVème siècle dans une région comprise entre la Meuse et le Rhin.

8-La tasse (Fig. 6, no 46)

25Originale dans sa forme par l'alliance d'une anse ronde et d'un pied creux obtenu par pincement après repli de la paroi, la tasse du XIVème siècle représentée par 4 individus, offre une forme que l'on retrouve dans les tasses en grès qui ont connu une large diffusion en Alsace au XIVème siècle et surtout au XVème siècle.

26A côté de cette catégorie de verre incolore se développe dès le XIVème siècle la catégorie du verre teinté dont celui de teinte verte (Waldglas) qui deviendra une production de masse au XVème siècle.

IIB. La gobeleterie teintée

1-Le gobelet à pastilles (Fig. 6, no 48, 50-52)

27Les 16 individus de cette classe peuvent être répartis selon quatre formes principales. On peut considérer la forme des pastilles comme un critère chronologique : en effet, dans la 1ère moitié du XIVème siècle, les pastilles sont apposées en coquille (no 48 & 50) alors que dans la 2ème moitié du siècle, elles présentent une pointe étirée vers le haut à la pince (no 51 & 52), au XVème siècle, elles s'agrandissent et présentent toujours une pointe étirée.

a) le gobelet cylindrique à petite lèvre éversée (Fig. 6, no 47)

28Un seul exemplaire de teinte turquoise, dont la forme évoque celle des gobelets incolores à décor émaillé, présente un pied festonné ; seule la moitié inférieure du corps cylindrique est ornée de pastilles en coquille ; un filet spiralé lisse délimite le champ décoré. De la 1ère moitié du XIVème siècle, ce gobelet est original par sa teinte (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 202-203, no 181).

b) le gobelet dit de "Schaffhouse" (Fig. 6, no 49)

29Douze individus de teinte turquoise et un de teinte vert fougère clair offrent un corps cylindrique surmonté d'une haute lèvre évasée légèrement concave. Le pied de ces gobelets dérivés du gobelet à pastilles incolore est festonné.

c) le gobelet dénommé "Krautstrunk" (Fig. 6, no 53)

30Un exemplaire dont n'est conservée que la partie supérieure, à lèvre concave dans le prolongement de la paroi surlignée d'un filet lisse, est orné de pastilles assez grandes (PROHASKA, 1987, p. 311-314). De teinte turquoise, ce spécimen est du début du XVème siècle.

d) le gobelet à pied (Fig. 6, no 54)

31Un exemplaire de teinte vert fougère clair offre à la base du corps-base cernée par un filet festonné- l'amorce de deux pointes de verre qui devaient venir rejoindre un pied disparu dont l'existence est attestée sur le fond ombiliqué. Ce gobelet du XVème siècle constitue encore à présent une forme originale.

2-Le verre à tige

32Trois individus à tige creuse ornée de côtes optiques en spirale ont leur coupe ornée d'un décor moulé qui permet de distinguer deux groupes :

a) le verre à tige côtelé (Fig. 7, no 55 & 56)

33Un exemplaire de teinte turquoise présente un décor de côtes à peine perceptible alors que l'autre de teinte vert fougère possède des côtes saillantes dans la partie inférieure carénée du contenant.

b) le verre à tige à décor pointillé (Fig. 7, no 57)

34Un seul exemplaire de teinte vert-jaunâtre montre une coupe hémisphérique ornée de pointillés, le fond du contenant est décoré d'une rosace, cernée par une bande de petits cercles ocellés, la partie haute de la tige lisse. Le lieu de fabrication de ces verres du XIVème siècle pourrait être la France du Nord-Est (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 237-261).

3-Le gobelet côtelé à parois fines

35Sept gobelets à décor moulé de côtes ont été répertoriés ; ils peuvent être répartis en trois groupes :

a) gobelet bas (Fig. 7, no 58 & 59)

36Les deux individus répertoriés présentent sur la panse un décor de côtes obtenu par soufflage dans un moule. Un des exemplaires, de teinte vert-jaunâtre, a la lèvre ourlée d'un filet bleu alors que l'autre exemplaire est de teinte vert émeraude. Ils dateraient du XIVème siècle (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 301 ; FOY, 1986, p. 85 ; Fig. 2, no 14-16 ; Fig. 3, no 14 & 15).

b) gobelet haut (Fig. 7, no 60-61 & 65)

37Deux formes ont été reconnues pour les trois exemplaires recueillis de teinte vert émeraude : une première forme (no 61) aux parois convexes possède une base côtelée plus large que le corps qui se rétrécit pour s'évaser vers le haut ; un filet bleu peut être apposé sur le rebord de la lèvre (no 60) (CABART, 1985, p. 50-51, no 19-21 & 24) ; l'autre forme (no 65) comporte un corps cylindrique qui s'évase vers le haut.

c) gobelet à filets rapportés (Fig. 7, no 62 & 63)

38Deux individus de teinte vert fougère présentent un filet godronné à la base du corps cylindrique ; un filet lisse souligne la lèvre évasée. La forme générale de ce gobelet est proche du gobelet à pastilles dit de Schaffhouse.

4-Le gobelet à décor rapporté (Fig. 7, no 64 ; Fig. 8, no 67)

39Deux individus très fragmentaires de forme différente composent cette classe : l'un de teinte indiscernable est décoré de filets lisses rapportés qui remontent le long de la paroi (no 64) (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 295) ; l'autre de teinte verte, à parois très fines, présente un filet bleu d'épaisseur inégale et un décor en verre de teinte verte constitué par étirement d'un gros filet disposé verticalement (no 67). Aucun parallèle n'a encore été découvert pour ce dernier objet, en raison de sa teinte, nous le situons dans le XVème siècle.

5-Le gobelet côtelé à parois épaisses

40Trois formes ont été identifiées pour les 23 individus répertoriés, verres typiques du XVème siècle en Alsace.

a) le gobelet moulé à décor rapporté (Fig. 8, no 66)

41De teinte turquoise et seul exemplaire découvert, un bord de gobelet à côtes moulées obliques et à lèvre dans le prolongement de la panse est orné d'un filet rapporté godronné.

b) le gobelet moulé à bord octogonal (Fig. 8, no 68-71)

42De teinte verte ou vert émeraude, les quatre exemplaires identifiés sont ornés de côtes moulées obliques soit vers la gauche soit vers la droite.

c) le gobelet moulé à bord circulaire (Fig. 8, no 72 ; Fig. 9, no 73-80)

43Deux variantes pour les 19 individus isolés, hormis le décor, ont été retenues quant à la forme du gobelet ; ils ont en général un fond très fortement ombiliqué et présentent un décor de côtes obliques soit vers la gauche soit vers la droite, mais ils peuvent offrir un décor de côtes entrecroisées ou encore de bosses obliques. Ces gobelets sont soit tronconiques soit cylindriques.

44La hauteur de l'ombilic paraît être un critère de datation : les 23 individus, reconnus comme représentants du groupe b et du groupe c, offrent deux types de fonds ; le fond très fortement ombiliqué en forme de tétine serait plus précoce que le fond à ombilic arrondi, daté plutôt du milieu-2ème moitié du XVème siècle.

CONCLUSION

  • 5 Le caractère récent de la découverte qui, par son abondance, a conduit la Direction des Antiquités (...)
  • 6 Nombreux remaniements observés en fouille et confirmés par des analyses dendrochronologiques réalis (...)
  • 7 Un fond vraisemblablement de coupe (Fig. 4, no 22) est de couleur rouge. La répartition temporelle (...)

45La rapide présentation de la verrerie5 provenant de cette fosse à déchets-dont la construction se situe autour des années 1290 et l'abandon peu après 1460, date de transformations importantes dans le secteur6 met en évidence une rupture au milieu du XIVème siècle : avant cette date, sont essentiellement diffusés des verres incolores dont les lieux de fabrication restent pour la plupart à déterminer alors que vers le milieu du XIVème siècle se développe une production de teinte verte qui ira en s'accroissant au cours du XVème siècle avec la diffusion de verres en provenance quasi unique des régions germaniques7.

Notes

1 Analyse effectuée par le laboratoire Archéolabs.

2 En 1349, la peste noire qui sévit sur la région entraîna le massacre d'un nombre certain de Juifs et leur exclusion quasi totale de la ville.

3 Huit exemplaires entre 16 mm et 2,5 mm et seize exemplaires entre 2,7 mm et 5 mm. La teinte du verre quand elle est perceptible est vert à vert-jaunâtre.

4 Ds : l'un mesure 130 mm ; l'autre 110 mm.

5 Le caractère récent de la découverte qui, par son abondance, a conduit la Direction des Antiquités à confier en sujet de thèse à Mlle Pia Klingenfus l'étude de la verrerie, justifie la présentation thématique trop courte et aride de cet ensemble si divers.

6 Nombreux remaniements observés en fouille et confirmés par des analyses dendrochronologiques réalisées par Archéolabs.

7 Un fond vraisemblablement de coupe (Fig. 4, no 22) est de couleur rouge. La répartition temporelle du mobilier de verre nous donne 15,5 % attribuable à la fin XIIème-début XIVème siècles, 50 % du XIVème siècle et 34,5 % du XVème siècle. L'étude du mobilier céramique confortera peut-être cette répartition.

Table des illustrations

Légende Strasbourg1. Chantier de fouilles d'Istra2. Chantier de fouilles de la Cour des Boeufs
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/954/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 540k

© ARTEHIS Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search