Version classiqueVersion mobile

Verrerie de l’Est de la France. XIIIe-XVIIIe siècles

 | 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Stéphanie Jacquemot
, 
Pierre Thion

Introduction

Jean-Marie Pesez

Texte intégral

1A mon avis, cette publication pouvait se passer d'une préface qui n'ajoutera rien à son intérêt. Elle aurait, en revanche, mérité qu'un spécialiste rassemblât en une synthèse les données de ces monographies savantes, nombreuses mais homogènes dans leur principe, dans leur objet et dans leur terminologie.

2La bibliographie, l'inventaire des ateliers et les tableaux typo-chronologiques, très clairs, très réussis, constituent, il est vrai, de bonnes pierres d'attente pour cette synthèse sur le verre médiéval et moderne dans la France de l'Est et du Centre-Est. Mais il est sans doute possible de dépasser le niveau des typologies : n'ayant aucune compétence pour évoquer ces dernières, ce sont des observations d'un autre ordre que je hasarderai, des observations suscitées par les cohérences qui se dégagent de ces études, par l'effet de répétition qu'elles produisent et qui joue sur le lecteur profane comme un procédé didactique. Il y aurait sans doute beaucoup à dire sur les évolutions morphologiques, sur la place respective de chaque forme, sur la diffusion et l'influence des productions allemandes, mais je mettrai l'accent sur des observations qu'il m'est déjà arrivé de formuler et que la lecture de ce volume aura contribué à rendre plus présentes et plus chargées d'interrogations.

3Il m'apparaît tout d'abord que les lots de verrerie étudiés ici proviennent pour l'essentiel de fouilles urbaines. Bien entendu, il ne m'échappe pas que les sites sont en ville parce que longtemps l'archéologie de sauvetage a porté surtout sur des quartiers urbains. Malgré tout, on peut penser que les lieux de ces découvertes ne sont pas indifférents : aux quartiers urbains s'ajoutent d'ailleurs deux châteaux. Il est probable que dans cette France de l'Est, des sites ruraux et des établissements non nobles-exception faite des lieux de production- n'auraient pas donné de verre ou très peu ; c'est du moins ce que m'ont appris des recherches sur des habitats rustiques de la même région et parfois contemporains de ceux concernés ici. Si elle correspond bien à la réalité des choses, et la multiplication des fouilles ne tardera pas à nous le dire, cette observation qui réserve l'usage du verre aux milieux urbains et aristocratiques, pose quelques questions. Elle invite à tenir le verre pour un produit coûteux et son emploi comme une forme de luxe, alors même que les matériaux qui entrent dans la composition du verre ne sont pas plus coûteux que ceux des terres cuites ; en fait, ce sont les mêmes à peu de chose près. Ce serait donc ici la technique (et ses secrets ?) qui valoriserait le produit ? La question se complique si on songe que l'absence du verre sur les sites ruraux ne vaut pas, ou pas au même degré, dans des régions plus méridionales.

4Comment ne pas remarquer aussi que les verres trouvés en relative abondance dans les villes et les châteaux de l'Est et du Centre-Est appartiennent au plus tôt aux derniers siècles du Moyen-Age ? Même sans connaître toujours les recherches dans tout leur développement et dans toutes leurs découvertes, on pourra supposer sans grand risque d'erreur que les fouilles ont abordé des niveaux plus anciens, qu'elles ont rencontré des fosses médiévales antérieures au XIVème siècle dans leur remplissage.

5Que celles-ci aient procuré peu ou pas de verrerie ou que l'absence de référence ait découragé l'étude, la signification est à peu près la même : sans être absent, le verre paraît plus rare dans les strates du haut et du plein Moyen-Age. Alors, bien sûr, que les techniques qui permettent de l'obtenir sont très anciennes et parfaitement connues. Ce qui manque vraisemblablement, ce sont les structures de production ; ce qui est en cause, c'est l'économie. Dans ces hautes époques, pour trouver du verre, il faudrait, alors, s'adresser à des milieux encore plus étroits ?

6Des structures en creux, depuis la citerne jusqu'au vide sanitaire, du fossé à la latrine, mais toujours des structures devenues des dépotoirs, quand même ce n'était pas leur destination première, tels sont les contextes où les lots de verrerie ont été découverts. Naturellement, les mêmes dépotoirs ont livré bien d'autres vestiges mobiliers, terre cuite, os, métal, restes végétaux et animaux. Les sols urbains sont, grâce à ces fosses, des témoins de la vie matérielle. Mais à lire les archéologues de la ville, cette richesse apparaît seulement comme un "plus", comme le bénéfice inespéré d'un investissement consenti à d'autres fins, l'étude du processus d'urbanisation, par exemple ; et il arrive que cette richesse embarrasse. On peut se demander, s'il n'est pas temps d'admettre que ces mobiliers, ces "artefacts", ces vestiges botaniques et osseux, constituent le meilleur de ce qu'on peut attendre d'une fouille urbaine. L'histoire de la culture matérielle passe nécessairement par ces mobiliers et par ces fouilles ; or ce n'est pas un objectif secondaire de la recherche archéologique, une sorte de sous-produit, mais bien la cible privilégiée surtout quand il s'agit du Moyen-Age finissant et des Temps Modernes dont l'histoire politique, sociale et économique, ne s'écrit pas à partir des archives du sol.

7Les études sur le verre médiéval, initiées en France par James Barrelet, jalonnées par les travaux de Danièle Foy et de Jorge Barrera, semblent exploser cette année-qui est celle de l'archéologie, précisément-avec un article de synthèse dans la revue Archéologie Médiévale, avec l'exposition de Rouen, "à travers le verre", avec le présent recueil. Depuis longtemps, nous avons été quelques uns à souhaiter que l'inflation des études céramologiques (à laquelle nous contribuons tous, bon gré mal gré) soit progressivement équilibrée par l'analyse des autres mobiliers. On peut craindre en effet de voir la céramologie se constituer en discipline autonome en se coupant de la culture matérielle à laquelle les terres cuites appartiennent ; il n'y a pas de doute que celles-ci, en raison des caractéristiques qui assurent leur conservation, tiennent dans les recherches archéologiques une place disproportionnée à celle qu'elles tenaient dans la vie matérielle du Moyen-Age. Les verres sont sans doute plus fragiles mais on voit ici qu'ils permettent le même type d'approche que les céramiques, qu'ils sont susceptibles de jouer, eux aussi, le rôle de fossile directeur. Du même coup, les études sur le verre sont menacées des mêmes travers que la céramologie, celui de s'enfermer dans les typologies, d'oublier la fonction au profit de la forme... ? Mais je préfère pour conclure retenir ce qu'a d'encourageant une publication de haute tenue, comme celle-ci : elle annonce d'autres recherches, d'autres publications sur des "artefacts" réalisés dans d'autres matériaux, et bientôt, on peut l'espérer, sur des ensembles témoignant pour une époque et pour un milieu donnés ; c'est ainsi que se construira l'histoire de la Culture Matérielle.

© ARTEHIS Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search