Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

Topographie des activités en Gaule

L’artisanat antique à Lyon

Armand Desbat

Résumé

De nombreux vestiges d’artisanat ont été découverts à Lyon, mais seuls les artisanats du feu sont bien documentés, notamment l’artisanat céramique, avec une douzaine de sites d’ateliers ayant produit toutes les catégories de céramiques, de la sigillée aux amphores, et les ateliers de verriers des quais de Saône. Les autres artisanats ont livré peu de structures et sont surtout documentés par les inscriptions lapidaires et des objets erratiques : creusets et moules de bronziers, chutes de tabletterie, tuyaux de plomb marqués, outillage textile… Malgré une documentation abondante notre connaissance de l’artisanat reste donc déséquilibrée. Il faut aussi noter que ces vestiges d’artisanat sont surtout abondants pour le ier siècle ap. J.-C., alors que les données épigraphiques concernent plutôt les iie et iiie siècles.

Texte intégral

1L’artisanat antique a laissé de nombreux vestiges archéologiques en divers points de la ville de Lyon, mais les données sont très disparates et varient fortement en qualité d’un artisanat à l’autre (Becker, 2002). Alors que certaines activités artisanales, comme les arts du feu, ont fourni beaucoup de résidus et de structures, d’autres n’ont livré que très peu de vestiges, voire ne sont attestées que par l’épigraphie.

La céramique

2L’artisanat céramique est de loin le mieux connu, avec une douzaine de sites d’ateliers (fig. 1), qui ont produit pratiquement toutes les catégories céramiques des lampes aux amphores en passant par la sigillée (fig. 2).

3Trois inscriptions épigraphiques mentionnent la céramique : elles nous font connaître un potier, Apriclius Priscianus, appartenant à la corporation des fabri (CIL XIII, 1978), Vitalinus Felix, un ancien légionnaire devenu marchand de poterie (CIL XIII, 1906), et un négociant en vins et en poteries (CIL XIII, 2033).

4C’est de loin l’artisanat qui a laissé le plus de traces et l’on connaît actuellement une douzaine de sites de production, répartis en différents secteurs de l’agglomération antique (fig. 3). Plusieurs de ces ateliers avaient été repérés dès le xixe siècle, sur les berges de la Saône.

5La majorité d’entre eux ont été en activité au ier siècle ap. J.-C. et l’on ne connaît aucun site de production pour les iie et iiie siècles et un seul pour le IVe siècle, celui de Charavay, à Vaise (Lascoux, Batigne-Vallet, 2003). Plusieurs ne sont identifiés que par des dépotoirs de rebuts de cuisson, et nous connaissons mieux les productions des ateliers que leurs structures et leur organisation spatiale, à l’exception de celui de la rue du Chapeau-Rouge, à Vaise. La documentation paraît abondante, mais reste en réalité très partielle : les ateliers repérés n’ont souvent été fouillés que sur des surfaces très réduites. L’exemple le plus frappant est celui de l’atelier de Loyasse, identifié à partir d’un sondage de 2 m2 correspondant au creusement d’une tombe, dans le cimetière du même nom (Lasfargues, 1972 et 1973).

Fig. 1. Les différents sites de production avec la nature des vestiges découverts.

Fig. 2. Les différentes catégories de céramiques produites dans les ateliers lyonnais.

Fig. 3. Carte des ateliers de potiers. 1 : Saint-Vincent ; 2 : la Muette ; 3 : la Manutention (Subsistances) ; 4 : la Butte ; 5 : Loyasse ; 6 : La Sarra ; 7 : Trion ; 8 : Chapeau-Rouge ; 9 : Charavay ; 10 : quai Pierre Scize ; 11 : rue des Fossés de Trion ; 12 : Hôtel des Postes, place A. Poncet ; 13 : Îlot 24 ; 14 : quai des Étroits (Artaud, 1846) (fond de carte Ph. Gayte, Service archéologique de la Ville de Lyon).

6Les ateliers lyonnais ont pratiquement produit toutes les catégories de céramiques : sigillée, imitations de sigillée, céramiques à parois fines, gobelets d’Aco, lampes, céramiques communes à pâte calcaire, céramiques communes culinaires à pâtes siliceuses, mortiers, amphores et même statuettes (fig. 2). Il faut cependant noter qu’aucun atelier de tuiliers-briquetiers n’a été encore découvert, bien que la demande de matériaux de construction dût être importante, car il est probable que ces ateliers étaient installés à l’extérieur de la ville comme aux époques plus récentes.

7L’atelier de potiers le plus ancien est celui de Saint-Vincent, qui semble avoir été en activité avant même la création de la colonie. Cinq fours circulaires ont été dégagés (fig. 4), mais sa production reste mal assurée, en dehors d’une probable production d’olpés (Lascoux, Widlak, 1996 ; Lascoux, Gay, 2003).

8Par la suite, d’autres ateliers de tradition italique se sont installés, sur la colline de Fourvière et sur les berges de la Saône :

  • L’atelier de Loyasse, découvert en 1967 dans le cimetière, a été en activité entre 30 et 15 av. J.-C. Il produisait des imitations de sigillée, des céramiques à parois fines, dont des gobelets d’Aco, signés Hilarus Aco (Picon et alii, 1996) ;

  • L’atelier de la Muette, situé sur le quai Saint-Vincent, est le seul à avoir fabriqué de la sigillée de type italique, lisse et décorée, dans des fours à tubulures (fig. 5 et 6). Il s’agit en effet d’une succursale de l’atelier d’Arezzo, en Toscane, comme l’a démontré la présence de moules importés de ce centre et les nombreuses estampilles relevées sur les vases lyonnais (Lasfargues et alii, 1976 ; Picon, Lasfargues, 1974 ; Genin et alii, 1997). L’atelier produisait également des lampes, des céramiques à parois fines et des gobelets d’Aco, signés Aco, Hilarus Aco, Philarcurus, Philocrates, T Gavius et Chrysippus, ce dernier ayant fabriqué des gobelets richement décorés. La première période d’activité se situe entre 15 av. et 15 ap. J.-C., mais sur le même site s’installe, à la fin du Ier siècle ap. J.-C, un atelier de céramique commune produisant surtout des cruches (Laroche, 1997). Deux fours ont été fouillés et quatre autres repérés dans les terrassements. Ils sont tous rectangulaires, avec une sole supportée par des arcs, et s’inscrivent dans des bâtiments maçonnés.

Fig. 4. Four de Saint-Vincent (photo J.-P. Lascoux, Service archéologique de la Ville de Lyon).

Fig. 5. Plan de l’atelier de la Muette (d’après Lasfargues, Vertet, 1976).

Fig. 6. La Muette. Plan du four 1 (d’après Lasfargues, Vertet, 1976).

Fig. 7. Atelier de la Muette. Rondeaux en terre cuite (photo J.-M. Degueule, Musée archéologique de Fourvière).

Fig. 8. Atelier de la Muette. Moule de bol (photo C. Thioc, Musée archéologique de Fourvière).

Fig. 9. Atelier de la Muette. Moule de coupe en sigillée (photo C. Thioc, Musée archéologique de Fourvière).

  • 1 Le nom de « tubulures » est conservé par commodité bien qu’une partie des conduits ne soient pas de (...)

9Les différents dépotoirs de l’atelier ont livré une assez grande quantité d’éléments de terre cuite appartenant à la structure des fours ou faisant partie du mobilier d’enfournement. Il s’agit notamment de « tubulures »1 présentant une grande variété à la fois dans la taille et dans la forme (Desbat, 2006). Les joints d’argile qui adhèrent encore montrent que les tubulures semi cylindriques étaient plaquées contre des parois rectilignes, ce qui indique que les fours à sigillée de la Muette étaient des fours quadrangulaires. Peut-être que les fours utilisés à la fin du ier siècle pour la cuisson des céramiques communes ont d’abord servi pour la cuisson des sigillées.

10Les plaques d’enfournement sont représentées par de nombreux fragments dont les largeurs varient de 5,5 à 13 cm. Il existe également des plaques percées avec des trous dont les diamètres varient de 3 à 5 cm.

11Dans l’outillage en céramique de l’atelier figure également une quinzaine de disques en argile dont les diamètres varient de 28,4 à 39,6 cm. (fig. 7). Ils comportent sur leur face supérieure des stries concentriques et le centre est légèrement creusé. Il semble que ces disques d’argile correspondent à des rondeaux utilisés pour le tournage des plats et pour le tournassage (Desbat, 2004). L’atelier a livré en outre onze moules destinés à la production de sigillée ou de parois fines (fig. 8 et 9).

12Le site de production de la Muette n’était qu’une partie d’un vaste complexe artisanal situé sur la rive gauche de la Saône. Deux autres sites de production avaient été repérés dès le xixe siècle, place de la Butte et à l’emplacement de la Manutention militaire (aujourd’hui les Subsistances). L’atelier de la Butte, redécouvert en 1965, à fait l’objet d’une nouvelle fouille en 2000 (Bertrand et alii, 1997 ; Bertrand, 2000). Il produisait des lampes et des céramiques à paroi fine ainsi que des statuettes (fig. 10). Son activité est datée entre 40 et 60 ap. J.-C. Les fouilles récentes ont permis de dégager quatre fours rectangulaires très arasés (fig. 11).

Fig. 10. Atelier de la Butte. Statuette en terre cuite représentant un togatus (photo J.-M. Degueule, Musée archéologique de Fourvière).

13- L’atelier de la Manutention ou des Subsistances, repéré en 1965 (Lasfargues, 1972 ; Desbat, 1997), a fait l’objet de deux nouvelles interventions en 1997 et en 2000 (Maza et alii, 2002). On situe sa période d’activité au milieu du ier siècle ap. J.-C. Il produisait des céramiques à paroi fine ainsi que des céramiques communes et des amphores. Un petit four circulaire, probablement destiné à la productions de céramiques à paroi fine, a été partiellement dégagé en 1965. Un important dépotoir fouillé en 2000 a livré une grande quantité d’amphores et de mortiers avec les mêmes pâtes, ce qui confirme que très certainement ces deux types de produits étaient réalisés par les mêmes potiers, comme le laissait supposer l’existence d’estampilles communes aux deux catégories.

14- L’atelier de la rue du Chapeau-Rouge, découvert à Vaise en 2000, était dans un état de conservation remarquable, et il s’agit du seul atelier dont nous ayons le plan complet. Il était installé dans un secteur de nécropole au bord de la grande voie de l’Océan et du Rhin, dans un bâtiment maçonné de 18 m par 9 m (Desbat, 2000b).

15Il a livré six fours ainsi que diverses installations : fosses de préparation d’argile, aires de tournage, dépotoirs, qui permettent de reconstituer toutes les différentes étapes de la fabrication.

16L’atelier a connu trois grandes phases entre les années 40 et le début du iie siècle (fig. 12). Durant la première phase, l’atelier, modeste, ne possédait que trois tours et un seul four circulaire. Durant la seconde moitié du ier siècle, l’atelier se développe et compte trois fours rectangulaires, ainsi que cinq emplacements de tours (fig. 13). Il produit des céramiques à parois fines, des lampes et des céramiques à pâte calcaire.

17Par la suite, à la fin du ier siècle ou au début du iie siècle ap. J.-C., deux nouveaux fours circulaires, destinés à la cuisson de céramiques culinaires, sont construits, sans doute par d’autres potiers venus s’installer dans le bâtiment (fig. 14). Cet atelier n’était pas isolé puisque d’autres vestiges de fours, malheureusement très détruits, ont été mis au jour de l’autre côté de la rue antique (Rue Cottin) (Barreto et alii, 2006).

18- D’autres ateliers d’importance moindre paraissent n’avoir produit que des céramiques communes. C’est le cas de l’atelier de La Sarra, repéré en 1969 (Laroche, 1997b), et de celui de Trion, fouillé en 1985 (Thollon-Pommerol, Laroche, 1998). Ces deux ateliers contemporains ont fonctionné au ier siècle. Alors que le premier ne produisait que des céramiques culinaires, le second produisait également des cruches.

19- Ces dernières années un nouveau four a été découvert rue des Fossés de Trion (19-21), mais sa production est mal assurée. Il produisait sans doute des céramiques communes culinaires et semble abandonné à la fin du ier siècle ap. J.-C.

20- L’atelier de Charavay, enfin, fouillé en 1991, est le seul atelier tardif. Il a livré deux fours datés du ive siècle ap. J.-C. qui produisaient des céramiques culinaires (Lascoux, Batigne-Vallet, 2003).

21D’autres ateliers ont dû exister sur la rive droite de la Saône, quai Pierre Scize, où au moins un dépotoir à été repéré dans les années 60, à la culée du pont Koenig. Sans doute faut-il aussi envisager l’existence d’autres ateliers dans la Presqu’île. Dans les fouilles de l’îlot 24, la découverte d’un important dépotoir d’amphores lyonnaises laisse supposer l’existence d’un atelier à proximité (Becker, 1986 ; Becker, 1989). D’autres découvertes signalées au xixe siècle paraissent douteuses, en particulier quai des Etroits (Artaud, 1846), ou l’atelier signalé rue de Trion (Mollière, 1899) et restent invérifiables en l’absence de matériel provenant de ces fouilles. En revanche, la découverte d’un four en 1950, dans la Presqu’île, sous l’Hôtel des Postes, place Antonin Poncet, semble aujourd’hui quasi certaine. Ce dernier avait été utilisé pour la cuisson d’amphores, reproduisant la forme des amphores à saumures de Bétique. Il s’agissait d’un four avec la sole supportée par un pilier central, comme les fours à amphores de Bétique.

Fig. 11. Atelier de la Butte. Fours de potiers et de verriers (d’après Motte, Martin, 2003a et b).

22Il apparaît que plusieurs des ateliers de potiers étaient regroupés avec d’autres artisanats, en particulier des verriers et des bronziers. L’association potiers-bronziers se retrouve à Trion, à La Sarra, ainsi que rue des Fossés de Trion, où des creusets ont été recueillis à côté du four. L’association potiers-verriers est clairement attestée sur les quais de Saône, à la Muette, aux Subsistances (Becker, Monin, 2003) ou place de la Butte où les fouilles récentes ont révélé plusieurs fours de verriers (Motte, Martin, 2003a et b). Les conditions des découvertes n’ont pas toujours permis de vérifier si ces activités avaient fonctionné en parallèle. Il est possible que dans certains cas, un artisanat ait succédé à un autre. Place de la Butte, dans un cas au moins, un four de verrier a recoupé un four de potier, et un autre four de verrier a réutilisé un rondeau de terre cuite (fig. 15 et 16).

Fig. 12. Plans des structures de l’atelier de potier de la rue du Chapeau-Rouge. A) État 1 (40 ap. J.-C.) ; B) état 2 : 60 ap. J.-C. ; C) état 3 : début iie siècle ?

Fig. 13. Atelier de la rue du Chapeau-Rouge. Fours carrés pour la cuisson des céramiques à parois fines et à pâte claire (photo A. Desbat).

Fig. 14. Atelier de la rue du Chapeau-Rouge. Four circulaire pour la cuisson des céramiques culinaires (photo A. Desbat).

Fig. 15. Four de verrier (F55) de la place de la Butte.

Fig. 16. Rondeau en terre cuite (place de la Butte) réutilisé dans le four F55 (photo J.-M. Degueule, Musée archéologique de Fourvière).

La verrerie

23L’artisanat du verre est bien attesté à Lyon par les découvertes archéologiques et par la stèle de Julius Alexsander, verrier originaire de Carthage (CIL XIII, 2000). Des fours de verriers ont été mis au jour en différents points, localisés sur la rive gauche de la Saône et sur les pentes de la Croix-Rousse (fig. 17).

Fig. 17. Carte des ateliers de verriers. A : la Butte ; B : la Manutention-Subsistances ; C : la Muette ; D : quai St-Vincent ; E : Îlot Vieille-Monnaie (fond de carte Ph. Gayte, Service archéologique de la Ville de Lyon).

24Dès les années 60, des traces avaient été repérées place de la Butte et sur le site de la Manutention militaire (aujourd’hui les Subsistances) ainsi que sur le site de la Muette, mais ce n’est que récemment que de nouvelles fouilles pratiquées place de la Butte et sur le site des Subsistances en 2000 ont mis au jour une quinzaine de fours, ainsi que de nombreux déchets de fabrication (fig. 18 et 19). D’autres traces de l’activité des verriers ont été en outre repérées en aval quai Saint-Vincent (nos 19-20).

25Ces ateliers, qui s’installent au milieu du ier siècle, produisaient des formes variées : balsamaires, cruches, bouteilles et gobelets (Motte, Martin, 2003a et b). Il faut noter qu’il ne s’agit pas d’ateliers primaires, produisant la matière première, mais d’ateliers de transformation, utilisant du verre importé et travaillant également à partir du recyclage de verres brisés.

26Sur deux de ces sites (la Muette, la Butte) ont été retrouvés des moules en marbre destinés à la fabrication de bouteilles carrées (fig. 20).

Fig. 18. Détail d’un four de verriers des Subsistances (photo M. Monin et C. Becker, Service archéologique de la Ville de Lyon).

Fig. 19. Fours de verriers de la place de la Butte (d’après Motte, Martin, 2003a et b).

Fig. 20. Atelier de verriers de la place de la Butte. Moule en marbre pour la fabrication de bouteilles carrées (photo Musée archéologique de Fourvière).

27Les ateliers du quai Saint-Vincent semblent cesser de fonctionner à la fin du ier siècle, mais l’activité des verriers lyonnais ne disparaît pas pour autant. Au iiie siècle, un atelier fonctionnait montée de la Grand Côte, dans un habitat (Jacquin, Becker, 1985) (fig. 21).

La métallurgie

28À la différence des ateliers de verriers ou de potiers relégués à la périphérie de la ville, les activités métallurgiques semblent avoir été très largement disséminées dans la cité, et correspondent à des structures de petite taille (fig. 22).

La métallurgie du fer

29Une seule inscription évoque un forgeron, incomparable dans l’ars fabricae ferrariae (CIL XIII, 2036).

30L’artisanat du fer est essentiellement représenté par des foyers et des scories de forges.

31Des scories de forge ont été retrouvées en abondance sur différents sites de la colline de Fourvière, mais seules quatre forges ont été clairement identifiées : la première sur le site des Hauts-de-Saint-Just, la seconde rue des Farges, la troisième sur le site du Verbe Incarné, et la quatrième rue de la Favorite. Toutes sont datées du ier siècle ap. J.-C. Rue des Farges et sur le site du Verbe Incarné, ces forges étaient installées dans des boutiques en bordure de rue. Rue de la Favorite, les foyers de forge ont été reconnus dans des pièces appartenant à un bâtiment sur cour, installé au ier siècle le long de la voie d’Aquitaine, et qui fut ensuite occupé par une extension de la nécropole voisine (Tranoy, 1987).

32La forge du site du Verbe Incarné, bien que très perturbée par des fosses postérieures, est la seule à avoir fourni un échantillon de la production : la découverte de 56 pointes de flèches, dont plusieurs en cours de fabrication, ainsi que d’une lame de poignard sans doute également en cours de forgeage, démontre la fabrication d’armes dans cet atelier (Desbat, Maza 2008).

Fig. 21. Four de verrier de l’îlot Vieille-Monnaie, iiie siècle (photo L. Jacquin, Service archéologique de la Ville de Lyon).

33Pour les périodes plus récentes, les vestiges d’ateliers bien conservés font défaut, mais l’on trouve fréquemment des scories de fer. Toutefois, les rejets ne correspondent pas forcément à des ateliers permanents, mais peuvent provenir d’installations provisoires liées à des chantiers de construction, pour la fabrication de clous, la réparation d’outils, etc.

La métallurgie des alliages à base cuivre

34Le travail des alliages à base de cuivre a laissé des traces moins conséquente que la métallurgie du fer (fig. 22). Aucun atelier n’a été précisément identifié ou fouillé et cet artisanat est uniquement attesté par des éléments erratiques, retrouvés dans les remblais, les sols ou des fosses.

35Les fouilles de la rue des Farges, par exemple, ont livré un lingot, des creusets, des moules à cire perdue, des pierres ponce, des chutes de tôle et des résidus de coulée, répartis en différents points du chantier (fig. 23 a et 23b).

Fig. 22. Carte des principaux sites avec des traces d’activités métallurgiques. Fer : A : rue Marietton ; B : rue de la Favorite ; C : Hauts de Saint-Just ; D : rue des Farges ; E : Cybèle ; F : Verbe Incarné. Alliages cuivreux : 1 : place Valmy ; 2 : rue Marietton ; 3 : quai Arloing ; 4 : Gorge de Loup ; 5 : La Sarra (Clos Henriot) ; 6 : Loyasse ; 7 : Trion ; 8 : rue des Fossés de Trion ; 9 : rue des Farges ; 10 : Cybèle ; 11 : rue de la Quarantaine ; 12 : rue Chambonnet (fond de carte Ph. Gayte, Service archéologique de la Ville de Lyon).

Fig. 23a. Moules à cire perdue (rue des Farges, ier siècle) (photo J.-M. Degueule, Musée archéologique de Fourvière).

Fig. 23b. Pierres ponce (rue des Farges) (photo J.-M. Degueule, Musée archéologique de Fourvière).

Fig. 24a. Moule de casserole trouvé à La Sarra, Clos Henriot (photo J.-M. Degueule, Musée archéologique de Fourvière).

Fig.24b. Moule de patère trouvé à La Sarra, Clos Henriot (photo J.-M. Degueule, Musée archéologique de Fourvière).

Fig. 25a. Reconstitution d’un creuset de cémentation avec son bouchon d’argile (d’après Picon et alii, 1995).

Fig. 25b. Creuset de cémentation, trouvé complet dans un puits antique, Vaise, rue du docteur Horand. Il n’a pas servi pour la métallurgie mais a été percé de trous pour un usage indéterminé (d’après Picon et alii, 1995).

36Dans les fouilles du prétendu « sanctuaire de Cybèle » ont été également recueillis divers indices : creusets, chutes de tôles, pierres ponce, en particulier dans le comblement des fosses avec relief de banquets (Desbat dir., 2005). L’une d’elles a ainsi livré plus d’un kilo de pierres ponce et de nombreuses chutes de tôles découpées à l’emporte-pièce.

37Les fouilles du Verbe Incarné ont elles aussi livré des creusets, notamment dans l’atelier de forge du ier siècle.

38Un autre atelier était probablement situé sur le site de La Sarra, où des moules de casseroles en pierre ont été recueillis (fig. 24 a et 24b).

39Place cardinal Gerlier, des fragments de creusets et un moule à cire perdue ont montré que l’on avait là aussi pratiqué le travail des métaux à base cuivre à côté de l’atelier de potier.

40Sur plusieurs sites ont été recueillis de très gros creusets, datés du ier siècle, utilisés pour la fabrication du laiton par cémentation (fig. 25 a et b) (Picon et alii, 1995). Il s’agit de creusets en terre réfractaire dont la contenance avoisine 20 litres. Ils ont été réalisés avec des argiles kaolinitiques absentes sur le site de Lyon, et il faut supposer qu’ils étaient importés depuis les lieux de fabrication. Il faut signaler que des creusets en tout point semblables ont été trouvés à Autun.

41Ces découvertes indiquent la fabrication de laiton en grande quantité, en particulier sur le site de la place Valmy à Vaise, où ces creusets ont été découverts dans des locaux enfermant des vestiges de fours arasés. La découverte de flans monétaires sur le même site a suggéré que la production de laiton pouvait être en rapport avec l’atelier monétaire (Audra, 1996).

42Quai Arloing, enfin, les fouilles ont livré des traces de métallurgie à base cuivre, datée du iie siècle. Il s’agissait de plusieurs foyers construits, associés à des fosses, installés dans des bâtiments à piliers de type entrepôt (delaval et alii, 1995). Sur ce site également, des flans monétaires ont été recueillis.

43On signalera encore un dépôt de « bronzier » découvert dans les années 60, rue de la Quarantaine (Audin et alii, 1964).

La métallurgie du plomb

44Aucun atelier n’a été localisé, mais l’industrie du plomb est bien attestée par les nombreux tuyaux de plomb signés avec les mentions L. F ou LVG. FEC : L(ugduni) F(ecit) (Cochet, 2000).

45On recense actuellement une quinzaine de noms d’artisans plombiers :

46S. Atti(cus) Apollinaris

47C(aius) Aurel(ius) Marin(us) et Q(intus) I(ulius) Mercator (fig. 26)

48Q(uintus) Blaes(us) Sextus

49Chari(tus) De( ?) M( ?)

50M(arcus) Iul(ius) Martialis

51C(aius) M(arius) Mari(nus)

52C(aius) Regnat(us)

53C.R.T.F. (Germain de Montauzan, 1932)

54C(aius) Severin(us)

55L(ucius) Sil(ius) Maximus

56Terent(ia) Secundilla

57L(ucius) Tertinius Paul(us)

58C(aius) Valer(ius) Fortun(atus)

59Iul(ius) Valerian(us)

60S. Venecrius et Eutyches.

61La découverte, dans le port de Saint-Georges, d’éléments de chaudière en plomb a permis d’ajouter deux noms à la liste : M. Car. Vacedo et N. Val(erius) Centurio.

62L’activité de ces artisans est mal datée, la plupart des découvertes étant hors de tout contexte stratigraphique. Seule l’activité de L. Sil(ius) Maximus pourrait être placée au ier siècle, le tuyau avec sa marque alimentant la fontaine de Claude découverte au bas de la montée de Choulans (Leglay, Audin, 1976), si tant est qu’il ne s’agit pas d’une réfection postérieure.

Fig. 26. Tuyau de plomb avec la marque C(aius) Aurelius Marin(us) et Q(uintus) I(ulius) Mercator L(ugduni) F(ecerunt) (photo J.-M. Degueule, Musée archéologique de Fourvière).

63L’usage du plomb n’était pas limité aux conduites d’eau, mais intervenait aussi beaucoup dans la construction monumentale (crampons en fer noyés dans du plomb par exemple). Les plombiers lyonnais ont aussi fabriqué des urnes cinéraires, dès l’époque julio-claudienne, comme l’ont montré les découvertes faites dans l’enclos funéraire de la rue du Chapeau-Rouge (Desbat, 2000b), ainsi que des chaudières pour les thermes, comme celle découverte récemment dans les fouilles du parc de Saint-Georges.

64On signalera aussi la fabrication de sarcophages au Bas-Empire (Cochet, 2000).

65À côté des artisans travaillant ces métaux communs existaient aussi des artisans transformant des métaux nobles comme cet exclusor artis argenti que nous fait connaître une inscription (CIL XIII, 2024), ou deux autres argentarii également connus par l’épigraphie (CIL XIII, 1948, 1963).

L’artisanat textile

66La découverte en différents lieux de poids de métiers à tisser ou d’autres objets en rapport avec le travail du textile, peignes en fer, navettes en os, éléments de métiers à rubans… (fig. 27) démontre l’existence de cette activité, sans qu’il soit possible de déterminer s’il s’agit d’une simple activité domestique.

67Les inscriptions en revanche nous font connaître l’existence de fabricants de toiles (lintiarius CIL XIII, 1995 et 1998), d’un sagarius (fabricant de sayons, CIL XIII, 2010), de centonarii (CIL XIII 1805 et 1972 ; Reynaud et alii, 1982) et même d’un barbaricarius (brocheur d’or), originaire de Damas (CIL XIII, 1945).

68Par ailleurs, la découverte d’amphores à alun de Lipari, dans les fouilles du port de Saint-Georges, laisse supposer l’existence dans le secteur d’ateliers de teinturerie. À la différence de Saint-Romain-en-Gal, aucune fullonica bien conservée n’est connue pour l’instant à Lyon, mais quelques bassins mis au jour dans les fouilles de la place Adolphe Max sont peut-être à mettre en rapport avec cette activité. De même, les bassins en bois trouvés à Gorge-de-Loup (Bellon, 1995) ou plus récemment rue des tuileries à Vaise, sont peut-être à mettre en relation avec le foulage des étoffes, à moins qu’il ne s’agisse de bassins pour le rouissage du chanvre.

69La présence de nombreux ruisseaux dans la plaine de Vaise constituait un élément favorable à l’installation d’industries consommatrices d’eau, comme le montre l’existence à l’époque moderne de blanchisseries, tanneries et moulins hydrauliques.

Fig. 27. Objets textiles. a : éléments de métiers à ruban (rue des Farges) ; b et c : peignes de tisserand (rue des Farges) (photos J.-M. Degueule, Musée archéologique de Fourvière).

La tabletterie

70Le travail de l’os est attesté par la découverte sur plusieurs fouilles de chutes de taille et d’ébauches d’objets (fig. 28) (Béal, 1983a et b). De tels éléments ont été recueillis aussi bien sur le site du Verbe Incarné, que rue des Farges. Sur le site du pseudo-sanctuaire de Cybèle, un remblai installé sous les sols du prétoire a livré de nombreuses chevilles osseuses provenant de canons de bœuf, témoin d’un travail de l’os vers 20 av. J.-C. Place des Célestins, un autre atelier de tabletterie a été localisé. Cet artisanat semble avoir été pratiqué en divers quartiers de la ville probablement dans de petits ateliers-boutiques.

71Le travail de l’ivoire était aussi pratiqué, comme l’a montré la découverte de chutes de taille dans une fosse augustéenne dans les fouilles du pseudo-sanctuaire de Cybèle.

Les métiers du bâtiment

72Les métiers du bâtiment occupaient une place importante à Lyon. L’existence d’une corporation des fabri tignuarii est signalée par plusieurs inscriptions (CIL XIII, 1734, 1939, 1966, 1967, 2029, 2036).

73Les dendrophores, marchands de bois ou bûcherons, sont également bien attestés par l’épigraphie (CIL XIII, 1751, 1961, 2026), mais surtout en tant que confrérie liée au culte de Cybèle.

74Une inscription nous livre le nom d’un stucateur (tector) (CIL XIII, 1983).

75Bien qu’aucune inscription ne les mentionne, les tailleurs de pierre devaient occuper une place importante avec la construction des grands édifices. Les traces de leur activité ont été mises en évidence sur plusieurs chantiers, comme l’esplanade de l’Odéon, ou les thermes de la rue des Farges, avec d’importantes couches d’éclats de taille de calcaire ou de marbre.

76Dans le cryptoportique du sanctuaire du Verbe Incarné avait été installé un atelier de taille de sarcophages utilisant les blocs des piliers du cryptoportique, pour réaliser des demi-cuves, dont plusieurs ont été retrouvées abandonnées en cours de taille.

77Par ailleurs, un atelier de lapicide a été supposé à la Croix-Rousse (Tarpin, 1992) et une inscription mentionne un graveur de lettres (CIL XIII, 1982).

78Parmi les activités diverses, on signalera encore la découverte à Trion, place Varillon, de fours pour la fabrication de poix. Cette production est peut-être à mettre en rapport avec le poissage des amphores ou d’autres récipients pour le transport.

79D’autres artisanats, enfin, qui n’ont pas laissé de vestiges archéologiques, sont attestés à Lyon par l’épigraphie : un constructeur de radeaux, Valerius Sattiolus ; ou encore les utriculaires, dont l’activité a donné lieu à diverses interprétations : fabricants d’outres, ou fabricants, voire conducteurs, de radeaux supportés par des outres (Verdin, 2005).

Conclusions

80Le dossier de l’artisanat peut donc sembler particulièrement riche à Lyon, mais notre connaissance reste très déséquilibrée, avec certaines activités qui fournissent par nature une documentation abondante comme la poterie, la verrerie et le travail des métaux, alors que d’autres ne sont matérialisés que par des traces qui se limitent souvent à des objets très rarement retrouvés dans leur contexte, et que d’autres encore ont disparu sans laisser le moindre indice. On notera en particulier l’absence totale, dans ce bilan sur l’artisanat lyonnais, du travail du bois, de celui du cuir, ou encore de la vannerie, dont on a du mal à imaginer qu’ils n’ont pas existé.

Fig. 28. Ébauches d’objets de tabletterie (fouilles du parc archéologique de Fourvière) (photo J.-M. Degueule, Musée archéologique de Fourvière).

81Ce bilan fait aussi ressortir l’importance des vestiges datant du ier siècle et a contrario la quasi-inexistence des traces d’artisanat pour les siècles suivants, alors que les inscriptions qui mentionnent des artisans datent pour la plupart des iie et iiie siècles. Cette disparité est trop marquée pour être seulement le fruit du hasard des découvertes, mais semble traduire un changement dans l’organisation de ces activités.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Artaud Fr., 1846, Lyon souterrain ou observations archéologiques et géologiques faites dans cette ville depuis 1794 jusqu’en 1836, publié par Jean-Baptiste Monfalcon, Lyon, Coll. des Bibliophiles lyonnais.

Audin A., Gruyer J., Morel G., 1964, « Le ‘rebut’ de la Quarantaine (au Musée de la Civilisation Gallo-Romaine) », B.M.M.L., 3, p. 81-87.

Audra A., 1991, « Dernières découvertes numismatiques lyonnaises. 1) Trouvaille d’une monnaie d’Allectus et d’un Trémissis de Basiliscus sur le site de l’îlot Clément V dans le quartier Saint-Georges ; 2) Découverte de flans monétaires dans la fouille du quai Arloing », Bull. de la Soc. Française de Numismatique, 9, p. 198-200.

Audra A., 1996, « Récentes découvertes numismatiques à Vaise (Lyon, 9e). 1) Nouveaux flans monétaires découverts place Valmy en 1995 ; 2) Découverte d’un Aureus de Vespasien au 10 rue Marietton », Bull. de la Soc. Française de Numismatique, juin 1996, p. 109-111.

Barreto F., Laroche C., Lenoble M., 2006, « Un atelier de potier du ier siècle rue Cottin à Vaise, Lyon 9e », R.A.E., t. 54-2005, p. 71-93.

Béal J.-Cl., 1983a, Catalogue des objets de tabletterie du musée de la Civilisation gallo-romaine de Lyon, Lyon, Univ. Jean Moulin/Paris, de Boccard, 421 p., 71 pl. (Coll. du Centre d’études romaines et gallo-romaines, 1).

Béal J.-Cl., 1983b, « Les ateliers gallo-romains de tabletterie à Lyon et à Vienne », Latomus, 42, p. 607-618.

Becker Chr., 1986, « Note sur un lot d’amphores régionales du ier siècle ap. J.-C. à Lyon (fouille de l’îlot 24), Figlina, 7, p. 147-150.

Becker Chr., 1989, « Production régionale d’amphores de type Dressel 2/4 et de type Dressel I », in : Amphores romaines et histoire économique : dix ans de recherches, Actes du colloque de Sienne, 22-24 mai 1986, Rome, École française de Rome, p. 578-579 (Coll. de l’École française de Rome, 114).

Becker Chr., 2002, « Artisanat à Lyon », in : Béal J.-Cl., Goyon J.-Cl. dir., Les artisans dans la ville antique, Table ronde organisée par l’Institut d’archéologie et d’histoire de l’Antiquité, Université de Lyon II, 16-17 nov. 2000, Lyon, Univ. Jean Moulin/Paris, de Boccard, p. 209-219 (Coll. Archéologie et Histoire de l’Antiquité, 6).

Becker Chr., Monin M., 2000, « Les fours de verriers des Subsistances, 8 bis quai Saint-Vincent, Lyon », Bull. de l’Assoc. Française de l’Archéologie du Verre, p. 6-7.

Becker Chr., Monin M., 2001, « Lyon (Rhône), La Manutention no 3 (découvertes de juillet 2000) », in : Foy D., Nenna, M.-D. éd., Tout feu tout sable : mille ans de verre antique dans le Midi de la France, Catalogue d’exposition, Musée d’histoire de Marseille, 2000-2001, Aix-en-Provence, éd. Édisud/Marseille, Musées de Marseille, p. 48-49.

Becker Chr., Monin M., 2003, « Fours de verriers antiques des Subsistances, Lyon », in : Foy D., Nenna M.-D. dir., Échanges et commerce du verre dans le monde antique, Actes du colloque de l’Ass. Française pour l’Archéologie du Verre, Aix-en-Provence et Marseille, 7-9 juin 2001, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 297-302 (Monographies Instrumentum, 24).

Bellon C., 1995, « Les structures en bois des sites de Gorge-de-Loup et de la rue du Docteur Horand à Lyon-Vaise », in : Béal J.-Cl. dir., L’arbre et la forêt, le bois dans l’Antiquité, Actes d’une table-ronde organisée par l’Institut d’archéologie et d’histoire de l’Antiquité classique, 18 fév. 1994, Lyon, Université Lumière Lyon II, p. 56-64 (Publ. de la bibliothèque Salomon Reinach, 7).

Bertrand É., 2000, « Les audacieux potiers gallo-romains de la Butte », Archéologia, 371, oct. 2000, Dijon, éd. Faton, p. 60-65.

Bertrand É., Elaigne S., Desbat A., Schmitt A., 1997, « L’atelier de la Butte », in : « Les productions des ateliers de potiers antiques de Lyon. 2ème partie : Les ateliers des ier et iie siècles après J.-C. » (dossier), Gallia, 54, p. 5-43.

Cochet A., 2000, Le plomb en Gaule romaine : techniques de fabrication et produits, Montagnac, éd. M. Mergoil, 223 p., 233 ill. (Monographies Instrumentum, 13).

Delaval E., Bellon C., Chastel J., Plassot E., Tranoy L., 1995, Vaise : un quartier de Lyon antique, 291 p., 224 ill. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 11).

Desbat A., 1997, « Les productions des ateliers de potiers antiques de Lyon. 2ème partie : Les ateliers des ier et iie siècles après J.-C. » (dossier), Gallia, 54, p. 1-117.

Desbat A., 2000a, « Les ateliers lyonnais et viennois à l’époque d’Auguste et leur rapport avec les ateliers padans », in : Brogiolo G. P., Olcese G. éd., Produzione ceramica in area padana tra il II secolo a.C. e il VII secolo d.C. : nuovi dati e prospettive di ricerca, Convegno Internazionale Desenzano del Garda, 8-10 aprile 1999, Mantova, 2000, p. 79-92.

Desbat A., 2000b, L’atelier de potiers antique de la rue du Chapeau-Rouge à Vaise, Lyon 9e, Lyon, Ville, Service archéologique de la Ville de Lyon, Châtillon-sur-Chalaronne, 47 p.

Desbat A., 2001, « L’artisanat céramique à Lyon durant l’époque romaine », in : Congressus vicesimus primus Rei Cretariae Romanae Fautorum Lugduni habitus, MM, p. 17-35 (Rei Cretariae Romanae Fautorum acta, 37).

Desbat A., 2004, « Le tour de potier antique », in : Feugère M., Gérold J.-C. dir., Le tournage des origines à l’an Mil, Actes du colloque de Niederbronn, oct. 2003, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 137-154 (Monographies Instrumentum, 27).

Desbat A. dir., 2005, Lugdunum, naissance d’une capitale, Gollion, Infolio ed., 181 p.

Desbat A., 2006, « Les ateliers de potiers de Lyon (Lugdunum) sous le Haut-Empire », in : Menchelli S., Pasquinucci M. dir., Territorio e produzioni ceramiche : paesaggi, economia e società in età romana, Atti del Convegno internazionale, Pisa 20-22 ott. 2005, Pisa, p. 301-313 (Instrumenta (Pisa), 2).

Desbat A., Maza G., 2008, « Militaria de la moyenne vallée du Rhône (Lyon, Vienne, Valence) », in : Poux M. dir., Sur les traces de César : militaria tardo-républicains en contexte gaulois, Actes de la table ronde du Mont Beuvray, Glux-en-Glenne, 17 oct. 2002, p. 237-250 (Bibracte, 14).

Desbat A., Genin M., Lasfargues J., 1996, « Les productions des ateliers de potiers antiques de Lyon. 1ère partie : Les ateliers précoces » (dossier), Gallia, 53, p. 1-250.

Genin M., Lasfargues J., Schmitt A., 1996a, « Les productions de l’atelier de Loyasse », in : « Les productions des ateliers de potiers antiques de Lyon. 1ère partie : Les ateliers précoces » (dossier), Gallia, 53, p. 19-38.

Genin M., Desbat A., Elaigne S., Laroche C., Dangrèaux B., 1996b, « L’atelier de la Muette : les productions de l’atelier de la Muette », in : « Les productions des ateliers de potiers antiques de Lyon. 1ère partie : Les ateliers précoces » (dossier), Gallia, 53, p. 41-191.

Germain de Montauzan C., 1932, « Les fouilles de Fourvière à Lyon depuis la guerre », La nouvelle Revue du Lyonnais, 4, publiée sous les auspices de la Société des amis de Gadagne, Lyon, p. 147-158.

Jacquin L., Becker Chr., 1985, 73-89 montée de la Grande Côte, Lyon 69001, Rapport de sondages, S.R.A. Rhône-Alpes, Lyon, 4 p., 2 ill.

Jacquin L., Becker C., Dangréaux B., Genin M., 1993, « Un dépôt d’amphores lyonnaises sur le site de l’îlot 24 à Lyon », R.A.E., t. 44, fasc. 1, p. 105-141.

Laroche C., 1997a, « L’atelier de la Muette (2ème période) », in : « Les productions des ateliers de potiers antiques de Lyon. 2ème partie : Les ateliers du ier siècle après J.-C. » (dossier), Gallia, 54, p. 51-54.

Laroche C., 1997b, « L’atelier de la Sarra », in : « Les productions des ateliers de potiers antiques de Lyon. 2ème partie : Les ateliers du ier siècle après J.-C. » (dossier), Gallia, 54, p. 55-61.

Lascoux J.-P., Batigne-Vallet C., 2003, « L’atelier de terre cuite du ive siècle après J.-C. de la ZAC Charavay à Lyon-Vaise (Rhône) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Saint-Romain-en-Gal, 29 mai-1er juin 2003, p. 229-236.

Lascoux J.-P., Gay J.-P., 2003, « L’occupation et les fours du quartier Saint-Vincent », in : Poux M., Savay-Guerraz H. dir., Lyon avant Lugdunum, Catalogue d’exposition, Lyon, Musée de la civilisation gallo-romaine, 22 mars-30 nov. 2003. Gollion, Infolio/Lyon, p. 108-112.

Lascoux J.-P., Widlak W., 1996, « Une production lyonnaise d’olpés : l’atelier de Saint-Vincent », in : « Les productions des ateliers de potiers antiques de Lyon. 1ère partie : Les ateliers précoces » (dossier), Gallia, 53, p. 13-18.

Lasfargues J., 1972, « Une industrie lyonnaise », in : Lyon, capitale archéologique, Dijon, éd. Faton, p. 15-19 (Archéologia, 50, sept. 1972).

Lasfargues J., 1973, « Les ateliers de potiers lyonnais, étude topographique », in : Mélanges Bruhl, R.A.E., t. 24, p. 525-535.

Lasfargues J., Vertet H., 1976, « L’atelier de potiers augustéen de La Muette à Lyon : sauvetage de 1966 », Notes d’épigraphie et d’archéologie lyonnaises, Lyon, p. 61 et sq.

Lasfargues A., Lasfargues J., Vertet H., 1976, « Les estampilles sur sigillée lisse de l’atelier augustéen de La Muette », Figlina, 1, p. 38-88.

Lasfargues J., Picon M., Audin A., 1970, « Ateliers artisanaux de La Sarra », R.A.E., t. XXI, fasc. 1-2, p. 219-220.

Le Glay M., Audin A., 1976, « Récentes découvertes épigraphiques à Lyon », Notes d’Épigraphie et d’Archéologie Lyonnaises, Travaux édités sous les auspices de la Ville de Lyon, p. 5-44.

Maza G., Saison A., Vallet C., Becker Chr., 2002, « Dépotoir d’atelier de potiers du ier siècle de notre ère dans la cour des Subsistance à Lyon », in : Recueil des ateliers de potiers et d’artisanat de la terre cuite : provinces de Gaule et de Germanie, Actes du congrès de la SFECAG, Bayeux, 2002, p. 275-330.

Mollière H., 1899, « Un coin du vieux Lugdunum romain (poteries) », Revue du Lyonnais, 5e série, 27, p. 42-56.

Motte S., Martin S., 2003a, « L’atelier de verrier antique de la Montée de la Butte à Lyon et ses productions », in : Foy D., Nenna M.-D. dir., Échanges et commerce du verre dans le monde antique, Actes du colloque de l’Ass. Française pour l’Archéologie du Verre, Aix-en-Provence et Marseille, 7-9 juin 2001, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 303-319 (Monographies Instrumentum, 24).

Motte S., Martin S., 2003b, « L’atelier de la Montée de La Butte à Lyon », in : Foy D., Cœur de verre : production et diffusion du verre antique, Catalogue d’exposition, Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière, déc. 2003-avril 2004, Gollion, Infolio éd., p. 40-41.

Picon M., Garmier J., 1974, « Un atelier d’Ateius à Lyon », R.A.E., t. XXV, fasc. 1, p. 71-76.

Picon M., Lasfargues J., 1974, « Transfert de moules entre les ateliers d’Arezzo et ceux de Lyon », R.A.E., t. XXV, fasc. 1, p. 60-69.

Picon M., Genin M., Lasfargues J., 1996, « L’atelier de la Muette : corpus des marques lyonnaises sur sigillée et imitations de sigillée », in : « Les productions des ateliers de potiers antiques de Lyon. 1ère partie : Les ateliers précoces » (dossier), Gallia, 53, p. 193-213.

Picon M., Le Nezet-Célestin M., Desbat A., 1995, « Un type particulier de grands récipients en terre réfractaire utilisés pour la fabrication du laiton par cémentation », in : Actes du Congrès de la SFECAG, Rouen, 1995, Marseille, p. 207-216.

Reynaud J.-F., Helly B., Le Glay M., 1982, « Nouvelles inscriptions de Lyon », Gallia, 40-1, p. 123-148.

Robin L., 2008, « L’atelier de la Montée de la Butte à Lyon (milieu ier s. ap. J.-C.- début iie s. ap. J.-C. : aspects techniques et typologiques », Bull. de l’AFAV, 2008, p. 42-46.

Tarpin M., 1992, « Un atelier de lapicides à la Croix-Rousse ? », in : Bérard F., Le Bohec Y. éd., Inscriptions latines de Gaule lyonnaise, Actes de la table ronde de novembre 1990 organisée au Centre d’Études romaines et gallo-romaines de l’Université Lyon III et au Musée de la Civilisation gallo-romaine de Lyon, Lyon, CERGR/Paris, de Boccard, p. 27-34 (Coll. du Centre d’Études romaines et gallo-romaines, 10).

Thollon-Pommerol Ch., Laroche C., 1997, « L’atelier de Trion (place Cardinal Gerlier) », in : « Les productions des ateliers de potiers antiques de Lyon. 2ème partie : Les ateliers du ier siècle après J.-C. » (dossier), Gallia, 54, p. 63-68.

Tranoy L., 1987, « La nécropole de la Favorite à Lyon », in : Nécropoles à incinération du Haut-Empire, Actes de la table ronde de Lyon, 30-31 mai 1986, Lyon, p. 43-54 (Rapports Archéologiques Préliminaires de la Région Rhône-Alpes, 4).

Tranoy L., Ayala G., 1994, « Les pentes de la Croix-Rousse à Lyon dans l’Antiquité : état des connaissances », Gallia, 51, p. 171-189.

Verdin F., 2005, « Encore les utriculaires », in : Bouet A., Verdin F. éd., Territoires et paysages de l’Âge du Fer au Moyen Âge : mélanges offerts à Philippe Leveau, Bordeaux, Ausonius, p. 275-284 (Mémoires – Ausonius, 16).

Notes

1 Le nom de « tubulures » est conservé par commodité bien qu’une partie des conduits ne soient pas des tubes à proprement parler, mais sont formés d’une plaque cintrée, comme une tuile canal.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Les différents sites de production avec la nature des vestiges découverts.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 2. Les différentes catégories de céramiques produites dans les ateliers lyonnais.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 3. Carte des ateliers de potiers. 1 : Saint-Vincent ; 2 : la Muette ; 3 : la Manutention (Subsistances) ; 4 : la Butte ; 5 : Loyasse ; 6 : La Sarra ; 7 : Trion ; 8 : Chapeau-Rouge ; 9 : Charavay ; 10 : quai Pierre Scize ; 11 : rue des Fossés de Trion ; 12 : Hôtel des Postes, place A. Poncet ; 13 : Îlot 24 ; 14 : quai des Étroits (Artaud, 1846) (fond de carte Ph. Gayte, Service archéologique de la Ville de Lyon).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Légende Fig. 4. Four de Saint-Vincent (photo J.-P. Lascoux, Service archéologique de la Ville de Lyon).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 5. Plan de l’atelier de la Muette (d’après Lasfargues, Vertet, 1976).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 6. La Muette. Plan du four 1 (d’après Lasfargues, Vertet, 1976).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 7. Atelier de la Muette. Rondeaux en terre cuite (photo J.-M. Degueule, Musée archéologique de Fourvière).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 8. Atelier de la Muette. Moule de bol (photo C. Thioc, Musée archéologique de Fourvière).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 9. Atelier de la Muette. Moule de coupe en sigillée (photo C. Thioc, Musée archéologique de Fourvière).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 10. Atelier de la Butte. Statuette en terre cuite représentant un togatus (photo J.-M. Degueule, Musée archéologique de Fourvière).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 11. Atelier de la Butte. Fours de potiers et de verriers (d’après Motte, Martin, 2003a et b).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 12. Plans des structures de l’atelier de potier de la rue du Chapeau-Rouge. A) État 1 (40 ap. J.-C.) ; B) état 2 : 60 ap. J.-C. ; C) état 3 : début iie siècle ?
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Fig. 13. Atelier de la rue du Chapeau-Rouge. Fours carrés pour la cuisson des céramiques à parois fines et à pâte claire (photo A. Desbat).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 14. Atelier de la rue du Chapeau-Rouge. Four circulaire pour la cuisson des céramiques culinaires (photo A. Desbat).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 15. Four de verrier (F55) de la place de la Butte.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 16. Rondeau en terre cuite (place de la Butte) réutilisé dans le four F55 (photo J.-M. Degueule, Musée archéologique de Fourvière).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 17. Carte des ateliers de verriers. A : la Butte ; B : la Manutention-Subsistances ; C : la Muette ; D : quai St-Vincent ; E : Îlot Vieille-Monnaie (fond de carte Ph. Gayte, Service archéologique de la Ville de Lyon).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Légende Fig. 18. Détail d’un four de verriers des Subsistances (photo M. Monin et C. Becker, Service archéologique de la Ville de Lyon).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 19. Fours de verriers de la place de la Butte (d’après Motte, Martin, 2003a et b).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende Fig. 20. Atelier de verriers de la place de la Butte. Moule en marbre pour la fabrication de bouteilles carrées (photo Musée archéologique de Fourvière).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 21. Four de verrier de l’îlot Vieille-Monnaie, iiie siècle (photo L. Jacquin, Service archéologique de la Ville de Lyon).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 22. Carte des principaux sites avec des traces d’activités métallurgiques. Fer : A : rue Marietton ; B : rue de la Favorite ; C : Hauts de Saint-Just ; D : rue des Farges ; E : Cybèle ; F : Verbe Incarné. Alliages cuivreux : 1 : place Valmy ; 2 : rue Marietton ; 3 : quai Arloing ; 4 : Gorge de Loup ; 5 : La Sarra (Clos Henriot) ; 6 : Loyasse ; 7 : Trion ; 8 : rue des Fossés de Trion ; 9 : rue des Farges ; 10 : Cybèle ; 11 : rue de la Quarantaine ; 12 : rue Chambonnet (fond de carte Ph. Gayte, Service archéologique de la Ville de Lyon).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Fig. 23a. Moules à cire perdue (rue des Farges, ier siècle) (photo J.-M. Degueule, Musée archéologique de Fourvière).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 23b. Pierres ponce (rue des Farges) (photo J.-M. Degueule, Musée archéologique de Fourvière).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 24a. Moule de casserole trouvé à La Sarra, Clos Henriot (photo J.-M. Degueule, Musée archéologique de Fourvière).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig.24b. Moule de patère trouvé à La Sarra, Clos Henriot (photo J.-M. Degueule, Musée archéologique de Fourvière).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 25a. Reconstitution d’un creuset de cémentation avec son bouchon d’argile (d’après Picon et alii, 1995).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 25b. Creuset de cémentation, trouvé complet dans un puits antique, Vaise, rue du docteur Horand. Il n’a pas servi pour la métallurgie mais a été percé de trous pour un usage indéterminé (d’après Picon et alii, 1995).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 26. Tuyau de plomb avec la marque C(aius) Aurelius Marin(us) et Q(uintus) I(ulius) Mercator L(ugduni) F(ecerunt) (photo J.-M. Degueule, Musée archéologique de Fourvière).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 27. Objets textiles. a : éléments de métiers à ruban (rue des Farges) ; b et c : peignes de tisserand (rue des Farges) (photos J.-M. Degueule, Musée archéologique de Fourvière).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 28. Ébauches d’objets de tabletterie (fouilles du parc archéologique de Fourvière) (photo J.-M. Degueule, Musée archéologique de Fourvière).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9324/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search