Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

Topographie des activités en Gaule

L’artisanat dans les villes romaines de Suisse

Anika Duvauchelle

Résumé

La ville est, par excellence, le lieu où la plupart des artisans s’installent. Ces grandes agglomérations, bien insérées dans un réseau routier favorisant l’arrivée des matières premières, offrent un potentiel de clientèle qui permet d’écouler facilement la production. En Suisse, il semblerait que dans la plupart des cas, les productions artisanales des colonies d’Augst et d’Avenches (mieux connues que les sites de Nyon et de Martigny) étaient destinées à un marché local, voire régional.
À l’exception des potiers et des tuiliers, l’ensemble de ces artisans, y compris ceux qui nous paraissent être source d’importantes nuisances, semble être intégré au tissu urbain et disséminé dans la ville. Dans les quartiers urbains, même ceux qui dénotent une certaine aisance, artisanat et habitat coexistent.

Texte intégral

Les villes romaines de Suisse

1Cette présentation repose sur le travail du groupe de recherche suisse intégré au projet européen CRAFTS, groupe qui s’est appliqué à recueillir toutes les données publiées sur l’artisanat d’époque romaine pour le territoire helvétique. Quatre villes antiques y étaient bâties, trois colonies, Augst, Avenches et Nyon, et un forum, Martigny.

2La Colonia Iulia Equestris (Nyon/Noviodunum) est la plus ancienne des trois colonies suisses. Sa date de fondation est communément fixée entre 50 et 44 avant J.-C., après la guerre des Gaules mais encore du vivant de César. Elle devait permettre de contrôler, et au besoin de verrouiller, le passage entre la Gaule Narbonnaise et le Plateau suisse.

3Le centre monumental de Nyon est relativement bien connu. Sa construction débute sous Tibère, avec notamment l’agrandissement spectaculaire du forum et l’érection d’une nouvelle basilique. Au début du iie siècle, la colonie se dote également d’un amphithéâtre, localisé hors du tissu urbain.

4L’habitat privé reste plus dispersé et les espaces qui lui sont dévolus sont encore limités. Certaines zones ou quartiers périphériques semblent pouvoir être considérés comme affectés à des activités artisanales. Cependant, les vestiges collectés restent ténus (découverte de quelques déchets liés au travail du fer et des alliages cuivreux, de foyers dont la fonction ne peut être assurée, voire de canalisations en bois). Dans l’état actuel des connaissances, il est difficile de préciser s’il s’agit d’un hasard des découvertes dû par exemple aux aléas des fouilles en milieu urbain, ou si cela reflète la réalité antique (Rossi dir., 1998 ; Rey-Vodoz et alii, 2003).

5La Colonia Paterna Munatia Felix Apollinaris Augusta Emerita Raurica (Augst/Augusta Raurica) suit de près la création de sa consœur. Malgré certaines zones d’ombre, sources de quelques controverses, il semblerait que sa fondation ait été planifiée par César, mais réalisée après sa mort, en 44 avant J.-C., par le gouverneur de Gaule L. Munatius Plancus.

6Sa position stratégique dans la vallée du Rhin, véritable verrou contrôlant aussi bien le trafic à partir de l’est que celui venant du sud et du Plateau, entraîne l’aménagement d’un premier campement militaire durant la première moitié du ier siècle après J.-C. Un second camp, le castrum Rauracenses, sera construit au bord du fleuve vers 300 après J.-C.

7L’agglomération civile est principalement constituée de deux entités. La ville haute, occupée dès le Ier siècle et subdivisée en 53 insulae, comprend le centre monumental, politique et religieux. La ville basse, aménagée dès la première moitié du iie siècle dans la plaine entre la ville haute et le Rhin, ne présente pas le luxe de la ville haute et pourrait être plus particulièrement occupée par des populations financièrement moins aisées.

8Largement explorées, les structures monumentales et privées de la ville d’Augusta Raurica sont bien connues et ont fourni de nombreux témoignages de l’activité des artisans antiques (Berger, 1998).

9Avenches/Aventicum est implantée sur un axe de circulation important reliant le bassin lémanique et le Rhin et par conséquent entre les colonies de Nyon et d’Augst. Ses constructions les plus anciennes sont datées des toutes premières années de notre ère. Cependant, ce n’est qu’en 71 après J.-C., sous le règne de Vespasien, que la ville sera élevée au rang de colonie (Colonia Pia Flavia Constans Emerita Helvetiorum Foederata). Ce changement de statut entraîne la construction d’un important mur d’enceinte et amène une nouvelle prospérité économique.

10Tout comme à Augusta Raurica, le territoire urbain voire suburbain d’Aventicum a été largement exploré. De ce fait, les témoignages des activités artisanales antiques sont nombreux, qu’il s’agisse de structures ou de mobilier archéologique (Bögli, 1984 ; Hochuli-Gysel dir., 2001).

11Entre 41 et 47 après J.-C., l’empereur Claude fonda le Forum Claudii Vallensium (Martigny) et en fit le chef-lieu de la civitas Vallensium. Situé dans la plaine du Rhône, au bas du col du Grand-Saint-Bernard, il pouvait contrôler cet important passage au travers des Alpes. Fortement romanisée, cette agglomération n’accéda pas au rang de colonie ou de municipe, alors même que fondée par décision impériale. Dès lors, son titre de Forum évoque plus sa fonction économique que son statut juridique au demeurant imprécis.

12Les activités artisanales de la ville antique d’Octodurus sont très mal connues, n’ayant pas fait l’objet d’études approfondies (Wiblé, 1986).

13On le voit dans cette brève introduction, les quatre villes romaines de Suisse se distinguent assez clairement, que ce soit dans leur création et leur développement ou dans les investigations archéologiques qui y furent menées. De ce fait, les données à notre disposition sur les activités artisanales qui y étaient pratiquées à l’époque romaine diffèrent énormément. Par la suite, nous traiterons essentiellement des colonies d’Augst et d’Avenches, bien documentées, et très peu des sites de Nyon et de Martigny, pauvres en renseignements concernant notre domaine.

Les activités artisanales recensées

14Lors de notre recensement des activités artisanales d’époque romaine sur le territoire helvétique, nous avons recueilli des informations sur les métiers liés au travail des métaux (fer, alliages cuivreux, plomb, or et argent), de l’argile (potiers, tuiliers, etc.), de la pierre (production de meules, de récipients en pierre ollaire, sculpteurs, etc.), de la construction (chaufourniers, tailleurs de pierre, peintres, mosaïstes, etc.) et du verre. Les matières organiques ont également été prises en compte, avec les artisans du bois (charpentiers, menuisiers, etc.), du cuir (tanneurs, pelletiers, cordonniers), des textiles (teinturerie, tissage, etc.) et les tabletiers (sur os, corne ou bois de cerf). Nous avons aussi intégré tous les métiers de bouche dans ce recensement, tels que la meunerie, la boucherie et la boulangerie. Finalement, quelques activités annexes ont été relevées, telles la charbonnerie, la production de poix ou de cire.

15Les traces prises en compte pour ces activités artisanales sont bien sûr les structures de production, mais également les déchets caractéristiques ou les ratés de fabrication. Les associations d’outils ou certains outils très spécifiques ont également été relevés. Ces données archéologiques voire archéobiologiques ont été complétées par des sources littéraires antiques, épigraphiques et iconographiques.

Fig. 1. Tableau récapitulatif des différentes traces d’artisanat recensées dans les quatre villes romaines de Suisse.

16C’est ainsi que plus de 270 traces d’activités artisanales ont été recensées dans les quatre villes romaines de Suisse (fig. 1). On remarque de suite de grandes similitudes entre les colonies d’Augst et d’Avenches d’une part, et les sites de Nyon et de Martigny d’autre part, similitudes que nous attribuons en grande partie à l’histoire de ces différentes agglomérations. On peut également relever que les activités artisanales liées aux matières organiques échappent à ce constat. Elles sont en effet particulièrement bien représentées à Augusta Raurica où elles ont fait l’objet d’études spécialisées (p. ex. Schibler, Furger, 1988 ; Deschler-Erb, 1998).

17Avec respectivement 70 et 47 attestations, les métiers liés aux métaux et à l’argile sont particulièrement bien représentés. Ils bénéficient en effet d’une très grande visibilité dans les vestiges archéologiques, grâce à la remarquable conservation de leurs structures de production et de leurs déchets (foyers de forge, tuyères, scories, coulures et creusets pour la métallurgie, fours de cuisson, ratés de fabrication ou de cuisson pour la céramique et la terre cuite). Cependant et bien que ces activités aient été toutes deux omniprésentes et primordiales au bon fonctionnement de la vie des citadins, les attestations de la présence des artisans métallurgistes sont plus nombreuses. Nous attribuons ce phénomène essentiellement à un problème de répartition spatiale des différentes activités artisanales, les métallurgistes étant apparemment disséminés à travers la ville tandis que les potiers sont regroupés dans les faubourgs (cf. infra). Dès lors, une attestation correspond vraisemblablement à un artisan dans le premier cas, tandis qu’elle témoigne plus probablement de la présence de plusieurs artisans dans le second cas.

18Les métiers liés aux matières organiques sont beaucoup plus difficiles à mettre en évidence. Cette dénomination recouvre des activités très hétéroclites, allant de l’alimentation à la tabletterie, en passant par le travail du bois, du cuir ou des textiles. Dans la plupart des cas, ces activités nécessitent des études spécialisées en archéobotanique ou en archéozoologie pour être mises en évidence. C’est ainsi que les artisans de l’alimentation et les tabletiers sont particulièrement bien représentés à Augusta Raurica, contrairement à Avenches. Cependant, ils étaient certainement aussi nombreux dans chaque ville. En effet, si l’argument du potentiel de clientèle est valable pour tous les artisanats, il s’applique plus encore pour les denrées périssables devant être consommées rapidement (pain, viande, repas chauds, etc.). Quant aux tabletiers, ils s’installent à proximité des sources de matière première, à savoir les abattoirs. Or, on sait aujourd’hui, que du ier au iiie siècle après J.-C., les abattoirs étaient majoritairement installés en ville (Deschler-Erb, 2005 ; Amrein et alii, 2003).

19Les autres corps de métier (artisans de la pierre ou de la construction, verriers) sont peu attestés, bien que toujours de manière relativement équivalente entre les colonies d’Augusta Raurica et Aventicum. Leur mise en évidence est généralement difficile, soit parce que les artisans éliminent les traces de leurs activités (construction), soit parce que les vestiges de leurs activités sont ténus et/ou difficilement interprétables.

20En l’état actuel des connaissances, seules quelques rares activités artisanales ne sont pas attestées dans les villes romaines de Suisse. Celles-ci sont spécifiquement liées aux ressources des campagnes, qu’il s’agisse de production ou de transformation de matières premières. Parmi elles, on peut citer l’extraction de minerai et de pierre, la production de gypse, la fabrication de charbon, la récolte de poix, de cire ou de miel, etc. À l’inverse, les activités artisanales pratiquées en milieu urbain répondent essentiellement aux besoins d’une importante population regroupée dans une grande agglomération. Ce sont des métiers que l’on pourrait qualifier de proximité, liés à l’alimentation, à la consommation et à l’entretien quotidiens. C’est ainsi que la majorité des potiers n’étaient pas spécialisés mais fabriquaient au contraire toutes sortes de récipients, vaisselle culinaire et alimentaire, imitation sigillée, revêtement argileux et pâte grise par exemple.

Fig. 2. Augst. Cartes de répartition des attestations d’artisanat (à l’exception des métiers liés aux matières organiques). À gauche, les attestations datées du ier siècle après J.-C. ; à droite, celles du iie au ive siècle. Cartes L. Pernet.

Fig. 3. Avenches. Cartes de répartition des attestations d’artisanat (à l’exception des métiers liés aux matières organiques). À gauche, les attestations datées du ier siècle après J.-C. ; à droite, celles du iie au ive siècle. Cartes J.-P. Dal Bianco, Fondation Pro Aventico.

21Les artisans spécialisés dans une production particulière sont rares et/ou particulièrement difficiles à mettre en évidence au travers de vestiges archéologiques. On peut citer des charpentiers navals localisés à Avenches-En Chaplix ou un menuisier installé à côté du théâtre d’Augst et possiblement spécialisé dans la fabrication de manches d’ustensiles. Cependant, même ces productions répondent à des besoins locaux. Le seul atelier spécialisé produisant peut-être pour l’exportation est l’officine de verrier d’Avenches qui fabriquait avant tout des petits flacons qui étaient, selon toute vraisemblance, directement liés au commerce d’essences médicales et/ou parfumées (Amrein, 2001).

Répartition spatiale des activités artisanales

22Les cartes de répartition des attestations des différents artisanats mettent en évidence l’installation des potiers en de véritables quartiers artisanaux, dans les zones péri-urbaines, les faubourgs de la ville (fig. 2 et 3). Ainsi à Augst, ils occupent au ier siècle les faubourgs sud de la ville haute, entre la porte de l’ouest et la porte de l’est. À cette même période, leurs collègues avenchois s’établissent dans les faubourgs nord-est. La situation se modifie dans les deux colonies à la fin du ier siècle et au iie siècle. À Avenches, la construction de l’enceinte, suite à l’élévation de la ville au rang de colonie, entraîne un changement d’affectation des quartiers. Les faubourgs nord-est deviennent des quartiers résidentiels et les potiers déménagent dans les faubourgs sud. À Augst, on remarque au contraire que les potiers s’installent également dans le tissu urbain, en particulier dans la ville basse.

23Contrastant avec cette image de confinement des potiers, l’ensemble des autres artisans semble être intégré au tissu urbain et disséminé dans la ville. Dans les quartiers urbains, artisanat et habitat coexistent. C’est ainsi que l’étude de l’insula 10 Est, proche du forum d’Avenches, a permis de mettre en évidence l’aspect artisanal de ce quartier. Outre les nombreuses attestations d’activités artisanales et commerçantes qui s’y sont succédé au cours des siècles (fig. 4), cet îlot abritait plusieurs pièces d’habitation. Celles-ci étaient probablement occupées par les artisans et les commerçants eux-mêmes. Cependant, l’aménagement de l’eau courante et de salles chauffées ou la réalisation de peintures murales d’un indéniable niveau esthétique dénotent, dès le milieu du iie siècle, une aisance certaine (Fuchs, 2003).

Fig. 4. Avenches, insula 10 Est. Localisation des différentes traces d’activités artisanales et commerciales. Selon Fuchs, 2003.

24La carte de répartition des outils, même si ces derniers ne constituent pas à proprement parler une attestation de l’activité d’un artisan, corrobore cette vision de l’étroite imbrication des artisans dans le tissu urbain (Duvauchelle, 2005).

25On considère généralement que le regroupement des potiers en quartiers artisanaux, leur cantonnement dans des zones périphériques, est lié aux nuisances inhérentes à leur activité. En effet, les fours dégagent beaucoup de fumée durant plusieurs jours consécutifs et occasionnent des dangers d’incendie. Cependant, d’autres activités artisanales (métallurgie, abattoirs ou fumoirs par exemple) engendrent également d’importantes nuisances. Or, comme nous l’avons déjà souligné, celles-ci semblent disséminées dans le tissu urbain. Dès lors, on peut penser que la notion de nuisance ne constitue pas le premier critère dans l’installation d’une activité artisanale.

26La proximité de la clientèle, la synergie entre différents artisans ou le besoin d’espace paraissent être des aspects plus déterminants. Logiquement, les principaux axes de circulation et les grands lieux de rencontre semblent privilégiés. Les artisans peuvent également se regrouper autour d’une matière première à disposition. Ainsi l’insula 31 d’Augst abritait un abattoir destiné aux bœufs. Mais elle regroupait également une boucherie, une tannerie, un atelier de tabletterie sur corne et un second spécialisé dans l’artisanat de l’os, tandis que les insulae voisines (23, 24 et 25) ont vu l’installation de fumoirs, toutes ces activités étant liées à l’abattoir et aux matières premières qu’il fournissait (Deschler-Erb, 2005). L’activité des potiers requérait souvent un grand espace pour différents aménagements, tels que fosses de décantation ou aire de séchage. En outre, elle nécessitait de nombreuses manipulations, induisant l’emploi de nombreux ouvriers. Ces deux contraintes expliquent probablement en grande partie leur regroupement dans des quartiers périphériques où ils disposaient d’espace et pouvaient collaborer plus ou moins étroitement les uns avec les autres.

27On peut retrouver le même phénomène dans des zones suburbaines. Au nord d’Avenches, à l’extérieur des murs au lieu-dit En Chaplix, les archéologues ont mis au jour les traces de différentes activités artisanales, évoquant nos zones artisanales, voire semi-industrielles modernes (cf. fig. 3). En effet, pas moins de huit métiers différents y sont attestés à ce jour : les tuiliers et les meuniers dont les installations de production ont été découvertes, les potiers, les forgerons, les bronziers, les plombiers, les charpentiers navals et les tailleurs de pierre (au port) dont seuls les déchets ou la production nous sont parvenus.

Conclusion

28Les territoires urbains des colonies d’Augst et d’Avenches, contrairement à ceux de la colonie de Nyon et du forum de Martigny, sont largement explorés. De ce fait, ils ont livré de nombreuses attestations de l’activité des artisans qui s’y étaient installés. Au travers de ce prisme, la vision que nous avons de l’économie artisanale de ces deux cités est très semblable. Celle-ci semble essentiellement tournée vers un commerce local, voire régional, une production répondant avant tout aux besoins quotidiens des habitants de la ville et des alentours.

29L’implantation spatiale des artisans, dans ou hors du tissu urbain, paraît répondre avant tout à des critères commerciaux (proximité de la clientèle), à des synergies pouvant être mises en place entre plusieurs artisans (complémentarité ou mise en commun des forces) et à l’espace nécessaire à la pratique de ces différentes activités. Les nuisances qui découlent des dites activités semblent être un aspect secondaire.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Amrein H., 2001, L’atelier de verriers d’Avenches : l’artisanat du verre au milieu du ier siècle après J.-C., Lausanne, 176 p. (Cahiers d’archéologie romande, 87 - Aventicum, 11).

Amrein H., Deschler-Erb E., Deschler-Erb S., Duvauchelle A, Pernet L., 2003, « L’artisanat en milieu rural sur le territoire de la Suisse actuelle : présentation d’un projet de recherche », in : Lepetz S., Matterne V. éd., Cultivateurs, éleveurs et artisans dans les campagnes de Gaule romaine : matières premières et produits transformés, Actes du 6ème colloque AGER, Compiègne (Oise), 5-7 juil. 2002, p. 185-193 (Revue archéologique de Picardie, 1/2).

Berger L., 1998, Führer durch Augusta Raurica, Augst, Römermuseum, 247 p.

Bögli H., 1984, Aventicum : la ville romaine et le musée, Avenches, Ass. Pro Aventico/Bâle, Soc. suisse de Préhistoire et d’archéologie, 83 p. (Guides archéologiques de la Suisse, 19).

Deschler-Erb S., 1998, Römische Beinartefakte aus Augusta Raurica : Rohmaterial, Technologie, Typologie und Chronologie, Augst, Römermuseum (Forschungen in Augst, 27).

Deschler-Erb S., 2005, « La contribution de l’archéobiologie à l’étude de l’artisanat romain », in : Polfer M. dir., Artisanat et économie romaine : Italie et provinces occidentales de l’Empire : évolutions, Actes du 3ème colloque international d’Erpeldange (Luxembourg) sur l’artisanat romain, 14-16 oct. 2004, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 31-38 (Monographies Instrumentum, 32).

Duvauchelle A., 2005, Les outils en fer du Musée romain d’Avenches, Avenches, Ass. Pro Aventico (Documents du Musée Romain d’Avenches, 11).

Fuchs M., 2003, La Maison de l’Amour et des Saisons : construction et décor d’un quartier d’Avenches : l’insula 10 Est et la peinture murale d’époque sévérienne, Thèse présentée à la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne pour obtenir le grade de docteur ès lettres, sous la dir. du prof. D. Paunier.

Hochuli-Gysel A. dir., 2001, Avenches, capitale des Helvètes, Bâle, 111 p. (Archéologie Suisse, 24.2001.2).

Rey-Vodoz V. et alii, 2003, Nyon, Colonia Iulia Equestris – Musée romain de Nyon, Nyon, Service de la culture/Gollion, Infolio éd., 110 p. (Coll. un site, un musée).

Rossi F. dir., 1998, Nyon : une colonie romaine sur les bords du lac Léman, Dijon, éd. Faton, 85 p. (Dossiers d’Archéologie, 232).

Schibler J., Furger A., 1988, Die Tierknochenfunde aus Augusta Raurica (Grabungen 1955-1974), Augst, Römermuseum Augst, 240 p. (Forschungen in Augst, 9).

Wiblé F., 1986, Forum Claudii Vallensium : la ville romaine de Martigny, Martigny, 40 p. (Guides archéologiques de la Suisse, 17).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Tableau récapitulatif des différentes traces d’artisanat recensées dans les quatre villes romaines de Suisse.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9261/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 2. Augst. Cartes de répartition des attestations d’artisanat (à l’exception des métiers liés aux matières organiques). À gauche, les attestations datées du ier siècle après J.-C. ; à droite, celles du iie au ive siècle. Cartes L. Pernet.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9261/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 3. Avenches. Cartes de répartition des attestations d’artisanat (à l’exception des métiers liés aux matières organiques). À gauche, les attestations datées du ier siècle après J.-C. ; à droite, celles du iie au ive siècle. Cartes J.-P. Dal Bianco, Fondation Pro Aventico.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9261/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 4. Avenches, insula 10 Est. Localisation des différentes traces d’activités artisanales et commerciales. Selon Fuchs, 2003.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9261/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k

Auteur

Spécialiste en paléomanufacture métallique antique, Musée romain d’Avenches, Suisse.

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search