Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

Topographie des activités en Gaule

Les artisans dans les capitales de cité de l’est de la Gaule

Martine Joly

Résumé

Depuis quelques années, le thème de l’artisanat a fait l’objet de plusieurs réunions de travail, tables-rondes ou colloques et la documentation archéologique est largement mise en avant dans la réflexion sur ce sujet. Dans le cadre de cette communication, nous prendrons en compte le cas des artisans dans six capitales de cité de l’est de la Gaule : Reims, Sens, Langres, Troyes, Autun et Besançon.
La documentation disponible n’est certes pas identique pour tous les sites, mais, grâce à un certain nombre de données archéologiques récentes ou nouvelles nous tenterons de dégager quelques pistes de recherche. Certains aspects seront privilégiés, en particulier, la place des ateliers dans la ville.

Texte intégral

1Afin de nous pencher sur la question des artisans-potiers dans les capitales de cité de l’est de la Gaule, nous avons retenu six villes, pour lesquelles nous disposons de données archéologiques récentes peu exploitées (fig. 1) : Reims, Troyes, Sens, Langres, Besançon et Autun. Cette présentation vient complémenter un travail réalisé il y a quelques années par J.-M. Demarolle (Demarolle, 2002), qui prenait en compte Brumath, Langres, Metz et Toul. Après avoir effectué une présentation de l’état des recherches de chacune de ces cités dans le domaine de l’artisanat, nous tenterons de dégager quelques caractéristiques de chacune des villes retenues et ferons quelques remarques concernant la place des artisans en milieu urbain dans l’est de la Gaule.

1. Reims - Durocortorum

2Durocortorum, oppidum protohistorique, capitale de la province de Belgique sous César, est après la Conquête romaine, vraisemblablement à partir d’Auguste, le siège du gouverneur de province et la capitale de la Gaule Belgique. La surface enclose couvre initialement 90 ha. Pendant le dernier tiers du ier siècle av. J.-C., la ville gallo-romaine se développe en créant de nombreux quartiers périphériques et déborde alors largement de la surface primitive trop exiguë. Avec une surface de 600 ha, la ville augustéenne est une des plus grandes du nord de la Gaule (Neiss et alii, 2007).

Fig. 1. Carte de localisation des sites.

3Deux articles récents ont été consacrés à la question de l’artisanat antique à Reims, livrant une documentation mise à jour (Deru, 2002 ; Schutz, 2005). Au total, une quarantaine d’ateliers d’artisans peuvent être localisés dans la ville. Cinq types d’artisanat ont fait l’objet d’une analyse topographique, réalisée par Xavier Deru (Deru, 2002). Celui-ci répertorie trente-trois sites ayant livré des vestiges de productions artisanales (fig. 2). Il distingue cinq types de « métiers » : ceux du textile, de l’os, des alliages cuivreux, du fer et de la terre cuite, repérables chacun par des indices différents. L’artisanat du textile est reconnu grâce aux outils liés au filage (les fusaïoles) et au tissage (pesons de métiers à tisser). Le travail de l’os livre des déchets et ébauches abandonnés sur place. Le travail des alliages cuivreux laisse sur place des structures construites (foyers), des outils (moules, creusets) et des résidus (chute, sel de cuivre). Le travail du fer est identifié grâce aux structures liées à la réduction (foyers, tas) et aux résidus tels que les scories et les battitures. Enfin, les ateliers de potiers se reconnaissent grâce aux structures de fabrication, en particulier les fours et les tours, les outils ou les dépotoirs renfermant des ratés de fabrication ou de cuisson.

4Les vestiges les plus nombreux concernent le travail de l’os (vingt occurrences, dont quinze sites localisés), suivi de celui du textile (treize sites localisés). Les autres métiers arrivent loin derrière : huit sites pour le travail du fer, trois pour le cuivre, et enfin cinq pour les productions de poterie.

Fig. 2. Reims. Tableau des sites ayant livré des vestiges d’artisanat (d’après Deru, 2002).

Fig. 3. Reims. Localisation des artisanats (d’après Deru, 2002).

5Les ateliers de potiers ont fait l’objet des recherches les plus poussées et c’est le domaine pour lequel la documentation disponible est la plus abondante. Cinq sites de production céramique sont connus (fig. 3 : rue des Moissons, no 19 ; rue de l’Équerre, no 30 ; îlot Capucins-Hincmar-Clovis, no 22 ; quartier Saint-Rémi, no 33 ; Boulevard de la Paix, no 20). Seulement trois de ces centres de fabrication peuvent être caractérisés grâce à leur production. La plus facile à utiliser pour notre propos est la céramique gallo-belge, datée de la fin du ier s. av. J.-C. à la fin ier ap. J.-C. Les ateliers les plus anciens ont été repérés dans le sud de la ville (près de l’église Saint-Rémi), où ils prennent place au sein d’un quartier à vocation artisanale. Leur activité débute pendant la première partie du règne d’Auguste. Il faut noter que ce centre de production conserve son activité tout au long du Haut-Empire. Un renouvellement de sa production apparaît au début du iie s., époque à partir de laquelle les potiers fabriquent de la céramique culinaire, et ce jusqu’au iiie s. C’est l’unique quartier de potiers connu à Reims pour lequel une aussi longue activité est attestée.

6La documentation disponible apparaît trop peu abondante pour permettre une analyse topographique, mais, malgré tout, quelques pistes de recherche peuvent être dégagées (Deru, 2002). Les artisanats de l’os et du textile sont présents dans l’ensemble de la ville (fig. 2 et 3) et coexistent avec des activités liées à des métiers du feu (artisans bronziers, forgerons, verriers et potiers ; fig. 3, nos 3, 5, 25, 30, 33). C’est le cas dans le quartier méridional de Saint-Rémi, où deux contextes contemporains liés au travail de l’os ont été repérés, au sein de l’atelier de potiers.

7On peut noter que les métiers du feu ont été généralement implantés à l’extérieur du premier centre urbain (Deru, 2002), au sein des limites de l’oppidum, qui correspondent au centre de la ville gallo-romaine. Les quartiers les plus proches de l’enceinte primitive ont fonctionné soit durant le ier siècle (fig. 3, nos 5, 20, 22), soit au iiie s. (nos 8, 22). Au iie s., le quartier se transforme et connaît une occupation résidentielle, comme en témoignent plusieurs domus fouillées sur ces terrains, qui perdurent jusqu’au iiie s.

8Les recherches consacrées aux productions des officines de potiers permettent de pister la clientèle des potiers, qui change au cours du Haut-Empire. Il apparaît que la céramique gallo-belge (de la vaisselle de table) a été diffusée de manière très importante dans le nord de la Gaule et en Germanie, tout au cours du ier siècle. Ensuite, les nouvelles productions (vaisselle culinaire) sont, pour l’essentiel, destinées aux marchés régionaux.

9Seule la zone méridionale (fig. 3 : rue Gambetta, no 29 ; rue de l’Équerre, no 30 ; collège des Jésuites, no 32 ; quartier Saint-Rémi, no 33) conserve un caractère artisanal pendant tout le Haut-Empire. Les axes attestés à proximité, fluvial (par la Vesle) et terrestre (voie d’Agrippa), apparaissent comme des facteurs déterminants pour expliquer cette continuité. Les céramiques du ier siècle ont été commercialisées par ces axes et plusieurs ateliers de potiers ont été repérés, en zone rurale, à proximité.

10Cependant, même si les informations disponibles, en raison de leur faiblesse numérique, ne permettent pas d’effectuer des statistiques fiables, il semble possible d’ébaucher le schéma suivant : durant la première moitié du ier s., les artisans rémois, exception faite des potiers, approvisionneraient essentiellement la population de la ville de Reims plutôt que des clients extérieurs. La voie d’eau et la route bordant ce quartier auraient avant tout servi à l’approvisionnement de la ville en produits semi-finis. Ceux-ci étaient ensuite transformés dans le quartier artisanal fonctionnant à proximité, associé à des boutiques qui témoignent d’activités commerciales (Deru, 2002, p. 134). Par contre, les productions des officines de céramiques, en particulier les céramiques gallo-belges, visaient également une clientèle régionale et plus lointaine. Le dépôt de céramique trouvé rue de l’Équerre, dans une boutique, montre que cette tendance s’est prolongée, au moins jusqu’aux dernières décennies du ier s. (Delor-Ahu et alii, 2005, p. 587-591). En effet, ce magasin installé au sein du quartier artisanal de la rue de Venise, non loin des ateliers de potiers locaux, vendait exclusivement des céramiques importées de Lyon et du sud de la Gaule. La vente des céramiques produites ici se faisait donc par un autre circuit, peut-être directement à l’atelier, ou bien dans les marchés des agglomérations consommatrices de la région.

2. Troyes - Augustobona

11Augustobona était le chef-lieu de la cité des Tri-casses. On se fie généralement à l’étymologie de son nom pour affirmer qu’il s’agit d’une création d’Auguste, ce que l’archéologie n’a pas encore démenti. Située à proximité de la Seine, la ville occupe une position stratégique. Elle était, en outre, reliée, par un diverticule, au réseau d’Agrippa à la voie Milan – Boulogne-sur-Mer. Les découvertes archéologiques et les recherches menées par Michel Lenoble et Gilles Deborde (Deborde, 2007) permettent de restituer l’organisation de cette ville, qui couvrait, durant le Haut-Empire, une surface proche de 80 ha. (fig. 4). La ville est traversée par deux bras de la Vienne qui détermineront le tracé urbain du castrum du Bas-Empire.

12Les vestiges du travail artisanal sont peu nombreux (Denajar, 2005 ; Lenoble, Deborde, 1995, p. 23 ; Deborde, 2007 ; Riffaud-Longuespé, 2004). À partir de la documentation disponible, on peut reconnaître cinq grandes zones à vocation artisanale, dont deux seulement ont fait l’objet de véritables recherches archéologiques récentes.

131) Au nord de la ville (fig. 4, no 23 : quartier de Chaillouet-Rue Jacquin), la découverte d’outillage, un pied de cordonnier, permet d’identifier un atelier de cordonnerie. En outre, un atelier de travail du textile est identifié par la présence de poids de tisserand (Denajar, 2005, p. 576, no 260).

142) Le secteur artisanal, situé place Langevin (Denajar, 2005, p. 575, § 257 à 259 ; Deborde, 2007, p. 343), est installé en bordure d’un cardo aboutissant à un secteur inondable (fig. 4, no 31). Ce quartier constitue le point d’occupation extrême reconnu actuellement, à la limite méridionale de la ville. Deux activités y ont été mises en évidence : le travail du verre et celui de l’os. Un atelier de verrier a été fouillé. Seuls ont été retrouvés les restes d’une structure de combustion. Il s’agit d’un four circulaire (diamètre interne : 0,65 m ; hauteur conservée : 0,35 m) construit en tuiles et argile. L’alandier contenait encore quelques fils et des fragments de verre fondus. Un atelier de tabletier est identifié par la présence d’ébauches d’objets en os (aiguilles principalement).

Fig. 4. Troyes. Localisation des artisanats (d’après Deborde, 2007 et Denajar, 2005).

153) Dans le secteur de la rue de la République (fig. 4, no 22), deux fours de forme circulaire, découverts par Habert au xixe s., avaient été interprétés comme des fours de potiers, à cause de la découverte d’une importante quantité de céramiques à proximité. Mais la présence en abondance de scories, de moules et de creusets conduit à penser qu’ils appartenaient à un atelier de métallurgie (Lenoble, Deborde, 1995, p. 23). De plus, une étude récente de Philippe Riffaud-Longuespé a révélé, parmi le mobilier recueilli lors de la fouille du site voisin des Halles, la présence de petits poids et de pesons en plomb et en bronze, de scories métalliques, de boulettes et de galettes en plomb, et de rouelles non finies (Riffaud-Longuespé, 2004, p. 43). L’auteur conclut à l’existence d’un atelier de fabrication de rouelles en plomb, daté du ier s. ap. J.-C.

164) Au sud-ouest de la ville, des vestiges d’ateliers (tabletterie ? et poterie ?) ont été identifiés anciennement (fig. 4, no 1, rue Voltaire, et 21, Tour Boileau), le long de deux des trois axes routiers qui sortent de la ville, la voie d’Agrippa (V1) et une route se dirigeant vers Sens-Agedincum (V2).

175) Les recherches récentes (2004-2006) menées place de la Libération (fig. 4, no 11) sous la direction de Kuchler (Delor-Ahü, Roms, 2007, p. 71-72) ont mis au jour une zone artisanale aménagée à la période augustéenne dans un secteur marécageux, assaini, grâce à des fossés de drainage, à la période augustéenne (vers 20 av. J.-C.). La durée de fonctionnement des ateliers est estimée à une vingtaine d’années, de 10 av. à 10 ap. J.-C. Ensuite, la zone est recouverte d’un épais remblai pour aménager un habitat en matériaux périssables (vers 5/10 ap. – 30 ap. J.-C.). La présence d’une zone d’entrepôts est présumée. Malheureusement, les productions de ces ateliers restent à identifier.

18Quelques remarques se déduisent de ces informations. Les vestiges se répartissent dans quatre secteurs : un au centre de la ville (rue de la République – Halles) et les autres en bordure de l’agglomération, aux extrémités ouest, sud et est. Les zones artisanales sont en général installées en bordure des axes de circulation. Deux cas de figure se dessinent. On peut distinguer d’une part les ateliers établis en marge de l’habitat, dans des zones proches des secteurs inondables (ex. : fig. 4, no 23, quartier Chaillouet ; Deborde, 2007, p. 343), et, d’autre part, des zones artisanales intégrées aux quartiers d’habitat, dans le centre de la ville (place Langevin (no 31), rue de la République (no 22) et place de la Libération (no 11). À ce jour, aucune officine de fabrication de céramique n’est attestée à Troyes par des découvertes de structures archéologiques récentes. Ph. Riffaud-Longuespé pense toutefois qu’une production de gobelets en terra rubra a dû exister, à l’intérieur de la ville, pendant la deuxième moitié du ier siècle. Elle pourrait se situer près du site des Halles, qui a livré en abondance ces formes de céramique, non loin d’un emplacement de production supposé au xixe siècle par Théophile Habert (Riffaud-Longuespé, 2004, p. 46 et p. 52-53).

3. Sens - Agedincum

19La ville, d’origine gauloise, a été installée près de la confluence de la Vanne et de l’Yonne, sur un delta de la Vanne remblayé (fig. 5). La superficie de l’antique Agedincum atteignait 225 ha. Les inscriptions et les blocs sculptés provenant de monuments funéraires (par exemple pour le travail des textiles, un fouleur, un drapier et un tailleur : Delor, 2002, p. 700 et p. 702) témoignent de l’existence d’une communauté d’artisans dans la ville.

20Plusieurs découvertes archéologiques ont révélé des traces d’artisanat dans la ville, qui permettent de localiser quelques ateliers.

21En bordure d’une rue decumane (fig. 5, no 2 : au no 9 de l’actuel cours Tarbé) un grand bâtiment a livré des restes de battitures et des scories qui correspondent aux vestiges de l’activité d’un forgeron, datée du iie s. ap. J.-C., et de localiser ici son atelier (Delor, 2002, p. 658).

22Au nord-ouest de la ville (fig. 5, no 3 : rue Savinien Lapointe), un secteur à vocation artisanale a été reconnu au xixe siècle (Delor, 2002, p. 679). Les vestiges retrouvés en abondance ont conduit à identifier plusieurs ateliers à vocations diverses. Les métallurgistes sont attestés par un four (ou une forge ?) et divers déchets (battitures, pastilles et chutes de tôles de bronze, culots de coulées et fragments de plomb). D’autres restes (scories de verre, cabochons, perles, fonds de récipients, tesselles) témoignent de l’activité de verriers. Enfin, un atelier de tabletier est également attesté par la présence de restes d’objets inachevés ou rejetés.

23Au sud de la ville, au bord du « Ru de Mondereau » (fig. 5, no 5 : rue Parmentier - Espace du Tau), plusieurs des structures mises au jour révèlent la présence d’artisans du métal. Un barrage, trois puits et un réservoir ont été mis en relation avec une activité métallurgique et de tissage, datée de la fin du ier et du début du iie s. Il faut noter qu’au Moyen Âge, le quartier est occupé par les tanneurs (Delor, 2002, p. 683).

Fig. 5. Sens. Localisation des artisanats (d’après Debatty, 2006 et Delor, 2002).

24Au nord de la ville (fig. 5, no 4 : dans la partie haute du Faubourg Savanien), des fours de potiers ont été signalés au début du xxe siècle (Delor, 2002, p. 690).

25Sur la rive gauche de l’Yonne, à la périphérie nord-ouest de la ville, le vaste quartier « des Sablons » (fig. 5, no 1) est le seul site artisanal qui a fait l’objet de véritables recherches de terrain, pendant la seconde moitié du xxe siècle. Les travaux archéologiques ont mis au jour des fours, des tours, des dépotoirs et des bâtiments qui permettent d’identifier un centre de production de céramiques, qui a fonctionné durant le Haut-Empire. Plusieurs ateliers ont été étudiés ; les potiers produisaient de la céramique commune, de la terra rubra et des amphores portant une estampille MATRV ainsi que des lampes et des statuettes (Delor, 2002, p. 634). L’officine se situe au débouché du decumanus, qui rejoint la voie d’Agrippa se dirigeant au nord vers Paris ou au sud vers Auxerre.

26À Sens, la documentation est bien trop peu abondante pour autoriser une synthèse de la place occupée par l’artisanat dans l’organisation urbaine. On remarque cependant que le centre de la ville a livré uniquement des vestiges de bâtiments publics ou de domus. Quant aux activités artisanales reconnues, elles sont situées soit dans des îlots périphériques du centre même de la ville, soit dans les faubourgs occidentaux et septentrionaux. Les productions céramiques identifiées dans un quartier artisanal, au débouché nord-est de la ville, sont originales, avec en particulier la présence d’amphores estampillées, que l’on ne retrouve pas dans la ville elle-même.

4. Langres - Andemantunum

27Andemantunum, oppidum puis ville romaine, est la capitale des Lingons. La surface de l’oppidum gaulois est évaluée à 50 ha. Dès l’époque augustéenne, la ville se développe, grâce à la position stratégique du site, qui constitue un nœud du réseau routier d’Agrippa (Joly, 2007). La surface de l’espace urbain est plus que doublée et atteint en effet 135 ha. L’organisation de la ville et la localisation des monuments publics restent méconnues, car la ville a continué à se développer au même emplacement jusqu’à l’époque actuelle.

28Des vestiges d’artisanat antique sont localisés, le plus souvent par des découvertes anciennes, dans plusieurs endroits de la ville (fig. 6). Mais la documentation disponible, souvent réduite à de brèves mentions, ne permet pas en général de connaître l’organisation des productions (Joly, 2001). Trois types d’artisanats sont identifiés : ceux de l’os, de la métallurgie et de la poterie.

29Le travail de l’os a été reconnu en plein centre de la ville, dans le quartier résidentiel fouillé place du Centenaire (fig. 6, no 4). Trois autres ateliers de tabletier ont été localisés, un au Lotissement « La Poterne » (fig. 6, no 6) et deux au sud de la ville (fig. 6, nos 7 et 8), à proximité de la voie d’Agrippa (Joly, 2001, p. 98).

30L’artisanat du métal est attesté uniquement dans le quartier fouillé place Bel Air dans les années 1970 (fig. 6, no 5 ; Joly, 2001, p. 55). Plusieurs outils, exposés dans une vitrine du musée d’Art et d’Histoire de Langres, des déchets métalliques et des scories permettent d’identifier le travail du fer, mais les structures de production ne sont pas identifiées. Dans ce quartier, le travail de l’os a également été repéré grâce à la présence d’objets en cours de fabrication.

31Les découvertes archéologiques permettent de localiser trois ateliers de potiers gallo-romains (Joly, 2001, p. 98-100). Deux d’entre eux se trouvent au nord-ouest de la ville, l’un vers Brévoines (Faubourg Saint-Didier : fig. 6, no 2) et l’autre à la base de la colline des Fourches (fig. 6, no 1). Le dernier est localisé au sud-ouest, vers Blanche-Fontaine (fig. 6, no 3). La documentation disponible n’est pas toujours aisée à exploiter et seul l’atelier du Faubourg Saint-Didier, fouillé au xixe siècle, a livré une documentation permettant de tenter de caractériser la production d’une officine. Cette production est constituée de céramique commune, avec un répertoire qui comporte uniquement des formes hautes (des pots, des cruches et des bouilloires). Certains vases portent une estampille RPL. Curieusement, aucun récipient estampillé n’a été exhumé à ce jour sur un site de consommation, que ce soit à Langres ou ailleurs. La commercialisation de ces productions ne peut être suivie en l’état actuel de la recherche. Notons cependant que certains des vases découverts à Dijon sur un site d’habitat semblent provenir de ces ateliers et laissent penser qu’une partie de la production a pu être exportée dans cette direction (Joly, Vaillant, à paraître).

32La topographie et l’organisation des centres de production, de même que leur importance et leur évolution, ne peuvent être cernées, à cause des lacunes de la documentation disponible.

5. Besançon - Vesontio

33Besançon, Vesontio, capitale des Séquanes, est installée, dès l’époque protohistorique, dans une boucle du Doubs. La ville romaine succède à l’oppidum et couvre une surface de 120 ha. La connaissance de l’organisation urbaine progresse au fil des découvertes résultant des chantiers d’archéologie préventive. Au moins cinq orientations différentes sont reconnues en ce qui concerne la trame viaire. Malheureusement, le plan de l’urbanisme, avec un phasage chronologique, n’a pas encore pu être réalisé. Les différentes composantes et leur chronologie ne sont pas faciles à reconstituer.

Fig. 6. Langres. Localisation des artisanats (d’après Joly, 2001).

34Un quartier installé en bordure du Doubs (site du « parking des remparts dérasés », fig. 7, no 1), au nord de la ville, a été fouillé en 2001-2002, sous la direction de Laurent Vaxelaire. Il a livré les vestiges de plusieurs structures à vocation artisanale. Un atelier de verriers daté du iie siècle a été reconnu (Claudine Munier, dans Collectif, 2006, p. 125-126). Neuf fours ont été mis au jour, ils prennent place dans un bâtiment interprété comme une halle artisanale. D’autres découvertes dans le secteur témoignent de la présence des artisans du métal (bronziers) et de la poterie (mais uniquement pour l’époque laténienne). L’îlot Paris (fig. 7, no 2) est le seul quartier de la ville qui présente une dominante artisanale dès la période de La Tène finale et pendant toute l’Antiquité (Vaxelaire, Barral, 2003, p. 246). Enfin, dans le suburbium, au nord-ouest de la ville (fig. 7, no 3, Hospices Bellevaux), des structures sont identifiées comme des vestiges d’un atelier de potier (Vaxelaire, Barral, 2003).

Fig. 7. Besançon. Localisation des artisanats (d’après Collectif, 2006 et Vaxelaire, Barral, 2003).

35À l’heure actuelle, le seul secteur à vocation artisanale connu et exploré à Besançon (fig. 7, no 1) est celui mis au jour sur le site du « parking des remparts dérasés » (Collectif, 2006, fig. 86). La documentation concernant l’artisanat antique à Vesontio est peu abondante, mais on peut cependant faire quelques remarques. En l’état actuel des recherches, seuls les artisanats du métal, de la terre cuite et de l’os sont attestés à l’intérieur de la ville, et ce uniquement pour la période laténienne et augustéenne. Aucune preuve d’activité potière datée de l’époque gallo-romaine n’a été reconnue dans la ville. Cette absence résulte-t-elle de l’état de la recherche archéologique, ou bien doit-elle être rapprochée d’observations réalisées dans d’autres cités, par exemple à Tours, où l’on note l’absence d’ateliers de potiers dans la ville (Ferdière, 2001) ?

Fig. 8. Autun. Localisation des artisanats (d’après Rebourg, 2002, p. 45).

6. Autun - Augustodunum

36Augustodunum, l’antique Autun, capitale des Éduens, est installée à l’époque augustéenne et remplace la capitale protohistorique Bibracte. La ville romaine est implantée par le pouvoir romain à une vingtaine de kilomètres de la précédente. Elle couvre une surface de 200 ha, cernée de remparts (fig. 8). L’organisation de la trame urbaine a pu être progressivement restituée grâce aux découvertes archéologiques, mais nombre de bâtiments et de monuments publics restent à localiser (Rebourg, 1998 ; Rebourg, 2002, p. 88-93). Quant à la documentation concernant l’artisanat, elle s’est réellement enrichie durant les vingt dernières années, grâce aux nombreuses données issues des investigations menées dans le cadre de l’archéologie préventive. En effet, plusieurs secteurs ont été fouillés de manière extensive.

37Au nord de la ville, rue des Pierres (fig. 8, no 1), une zone à vocation artisanale a été fouillée sous la direction d’Alain Rebourg. Le quartier a livré, dans les îlots délimités par deux rues décumanes, des vestiges de travail de différents artisanats : potiers, verriers, artisans du métal (P. Chardron-Picault dans Chardron-Picault dir., 2007, p. 28-29 ; Jonathan Simon dans Chardon-Picault dir., 2007, p. 88-97).

38À l’opposé, au sud de la ville, la zone explorée sur près d’un hectare dans l’actuel lycée militaire (fig. 8, no 2) correspond à un quartier d’artisans. Il a été implanté à proximité immédiate de l’enceinte, mais intra muros. Les fouilles dirigées par Pascale Chardron-Picault ont mis au jour cinq îlots, séparés par trois rues. On dénombre au total une cinquantaine d’ateliers. Les bâtiments comportent en général un étage, à usage domestique ou destiné au stockage. Dans un premier temps, les artisans sont spécialisés dans la fabrication de fibules. Mais, durant le iie s., on assiste à une diversification de la production, avec l’installation de forgerons et de potiers et d’autres artisans spécialisés dans le travail de l’os et du débitage des roches décoratives. Par contre, les traces du travail du filage et du tissage semblent correspondre à une « chaîne de production domestique » plutôt qu’à la présence de main-d’œuvre spécialisée dans ces activités (P. Chardron-Picault, dans Chardron-Picault dir., 2007, p. 28-29).

39En divers endroits de la ville, d’autres vestiges d’artisanat ont été repérés. En effet, en façade des maisons, sous les portiques, des petits ateliers-boutiques destinés à la vente, mais assurant également l’entretien des objets métalliques, apparaissent très fréquemment.

40À Autun, c’est l’artisanat du métal qui a livré le plus grand nombre de vestiges. D’ailleurs les représentations de ces artisans sont très fréquentes dans les nécropoles de la ville. Les installations liées au travail du métal cohabitent souvent avec des ateliers de transformation de l’os, et, plus rarement de la corne ; cette proximité était justifiée par la fabrication d’objets alliant plusieurs matériaux.

41Les deux centres de production de poteries connus à Augustodunum sont implantés au sein d’un vaste quartier qui rassemble plusieurs types d’artisanat (poterie, métal, verre, os). Les ateliers du nord de la ville (no 1 : rue des Pierres) ont fonctionné à partir du milieu du ier s. et durant tout le Haut-Empire. Ils ont fabriqué de la vaisselle céramique de table ou de cuisine, ainsi que des figurines, destinés à la consommation locale ou la vente à longue distance. Les officines de potiers identifiées dans le site méridional (no 2 : Lycée militaire) ont débuté leur activité au iie s. Elles ont livré des vestiges d’une fabrication au répertoire moins diversifié, qui comprend de la vaisselle et des récipients de transport (amphores locales) (J. Simon, dans Chardron-Picault dir., 2007, p. 88-105).

42Pour terminer, il faut souligner un type de métier original, celui du travail de débitage des roches décoratives (schiste d’Autun). Cette particularité autunoise correspond à un artisanat « du luxe » (P. Chardron-Picault, dans Chardron-Picault dir., 2007, p. 29 et p. 210-211).

43Quelques particularités du site d’Autun se dégagent des recherches récentes. On peut distinguer deux types d’ateliers, d’une part les ateliers-boutiques, implantés au centre de la ville, et, d’autre part ceux installés en périphérie. Ce sont ces derniers dont les productions apparaissent les plus importantes, et on pourrait quasiment qualifier leurs productions d’« industrielles » (P. Chardron-Picault, dans Chardron-Picault dir., 2007, p. 28-29).

44Certaines productions d’Autun étaient destinées au commerce régional, voire plus lointain : c’est le cas de certaines productions céramiques (mortiers estampillés, amphores régionales…) ou des figurines en terre cuite de la fin iie-début iiie s., attestées dans les ateliers de rue des Pierres, ou de celles du célèbre coroplathe Pistillus, dont l’officine se situait peut-être près de la Porte d’Arroux.

Conclusion

45Depuis quelques années, le thème de l’artisanat a fait l’objet de plusieurs réunions de travail, tables-rondes ou colloques, et la documentation archéologique est largement mise en avant dans la réflexion sur ce sujet (Polfer, 2005). L’image traditionnellement véhiculée par la littérature archéologique montre que les ateliers des artisans des métiers du feu, en particulier ceux des potiers, étaient relégués en périphérie de la ville, dans ce que l’on pourrait considérer comme des sortes de « zones industrielles », afin d’éviter d’incommoder les habitants par la pollution générée par ces activités. Ces endroits étaient le plus souvent implantés le long des grandes voies de circulation, afin de favoriser l’approvisionnement des artisans en matières premières et l’exportation des produits finis. Les ateliers approvisionnaient d’une part les boutiques de la ville et, d’autre part, une clientèle rurale, habitant dans la campagne environnante. C’est le cas en particulier pour les produits issus des officines de potiers, dont la production consistait surtout en vaisselle d’usage courant, utilisée pour la table et à la cuisine.

46Certes, le plus souvent, les zones à vocation artisanale ont été reléguées à la périphérie des villes, dans les faubourgs ou en dehors des remparts, comme on a pu l’observer dans de nombreuses villes de Gaule romaine. C’est le cas en particulier pour les officines de potiers. Mais les données livrées par les différentes capitales retenues dans le cadre de cet article permettent de nuancer cette image. Ces villes livrent des configurations qu’il est intéressant de comparer et qui permettent de nuancer ce schéma.

47À Reims, les artisanats du feu (métallurgie, poterie) se distinguent de l’habitat, soit d’un point de vue topographique, soit d’un point de vue chronologique. Le quartier méridional, situé entre la rivière et la voie romaine, semble davantage consacré aux activités économiques, commerciales et artisanales. En l’état actuel des recherches, il apparaît que c’est uniquement pendant la première moitié du ier siècle que la production céramique était destinée aux marchés extérieurs.

48À Troyes, les artisans ont visiblement été installés en dehors du centre urbain, dans les quartiers périphériques et les faubourgs.

49À Sens, le seul quartier artisanal reconnu récemment, un centre de production de céramiques, se trouve en position excentrée, sur une rive opposée de la ville mais à proximité de la voie d’eau et de la route d’Agrippa.

50À Langres, les artisans du métal (fer) pratiquaient leur métier au sein d’un îlot dans la partie méridionale de la ville, dans lequel ont été reconnues des zones d’habitat, correspondant peut-être à un quartier résidentiel situé à proximité d’une zone de marché. Les ateliers de potiers se trouvent quant à eux dans la partie occidentale de la ville, soit dans les faubourgs septentrionaux, qui ont d’ailleurs conservé cette vocation jusqu’au xxe siècle, soit dans les quartiers périphériques, au sud-ouest de la ville.

51À Besançon, les productions artisanales sont connues pour la période laténienne et augustéenne. Le seul quartier à vocation artisanale exploré récemment est intégré au tissu urbain. Il se trouve dans un secteur septentrional de la ville, en bordure du Doubs et dispose, en outre, de structures liées à l’exportation des produits finis, en particulier un bâtiment interprété comme une halle. L’absence des artisans potiers dans la ville gallo-romaine doit être relevée.

52À Autun, un point important mérite d’être souligné : les ateliers ont été intégrés dans l’espace urbain, comme en témoigne la zone artisanale installée sur plus d’un hectare au sud de la ville. Cette implantation peut s’expliquer par la très grande surface urbaine disponible. En effet, avec une surface de 200 ha aménageables, l’implantation de grandes zones artisanales à proximité du rempart, sur des terrains périphériques, ne posait pas de problème majeur. Certes, le centre de la ville était majoritairement occupé par les demeures privées et les bâtiments publics, mais des îlots accueillaient également des ateliers-boutiques, au sein même de l’espace construit.

53Quelques parallèles sont connus dans d’autres villes de l’est de la Gaule. En effet, de nombreuses villes ont souvent repoussé l’artisanat hors les murs. Les potiers, en particulier, se trouvaient souvent installés dans des zones péri-urbaines, dans lesquelles ils disposaient d’espaces étendus. Cette présence des artisans à l’intérieur de la ville apparaît donc étonnante à première vue, et il faut se demander si elle doit s’expliquer uniquement par la superficie importante de la ville. Mais les découvertes récentes à Autun laissent imaginer également que cette appropriation de ces espaces intra-urbains par les artisans est une conséquence de l’importance sociale qu’on leur reconnaissait (Chardron-Picault, 2007, p. 29).

54Les productions artisanales provenant de la ville constituent une part importante de la marchandise consommée en Gaule romaine. Cependant, en dehors des capitales de cité, on recense de nombreuses agglomérations secondaires, dont la prospérité résulte des activités artisanales. En outre, en zone rurale, les domaines agricoles assuraient la production des contenants nécessaires à l’exportation de leurs productions. Comme on l’a observé par ailleurs (Loridant, 2002), l’artisanat « de surplus » s’est peut-être, à un moment donné, déplacé hors de la capitale de cité, dans les campagnes, mais surtout dans des agglomérations que l’on qualifie de secondaires, et dont le schéma urbain et la prospérité rappellent ceux de la ville. Dans la région concernée par notre étude, on peut citer par exemple les agglomérations d’Alésia, Mâlain et Vertault, dont la prospérité était assurée par la présence d’artisans réputés.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Chardron-Picault P. dir., 2007, Hommes de feu - Hommes du feu : l’artisanat en pays éduen, Catalogue d’exposition, Musée Rolin, 22 sept. 2007-28 janv. 2008, 241 p.

Chardron-Picault P., Pernot M. dir., 1999, Un quartier antique d’artisanat métallurgique à Autun (Saône-et-Loire) : le site du Lycée militaire, Paris, éd. de la M.S.H., 316 p. (Documents d’Archéologie Française, 76).

Collectif 2006 : De Vesontio à Besançon, Catalogue d’exposition, Besançon, Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie, 164 p.

Debatty B., 2006, « Marti, Volkano et sanctissimae sacrum : le sanctuaire suburbain de la Motte du Ciar près de Sens (cité des Sénons) », in : Dondin-Payre M., Raepsaet-Charlier M.-Th. éd., Sanctuaires, pratiques cultuelles et territoires civiques dans l’Occident romain, Bruxelles, Le Livre Timperman, p. 159-180.

Deborde G., 2007, « Augustobona (Troyes), chef-lieu des Tricasses », in : Hanoune R. dir., Les villes romaines du nord de la Gaule : vingt ans de recherches nouvelles, Actes du XXVe colloque international de HALMA-IPEL UMR CNRS 8164, p. 337-348 (Revue du Nord, Hors Série. Coll. Art et Archéologie, 10).

Delor J.-P., 2002, L’Yonne, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 484 p. (Carte Archéologique de la Gaule, 89-2).

Delor-Ahü A., Florent G., Lemaître S., Rollet Ph., 2005, « Le dépôt de céramiques de la rue de l’Équerre à Reims (Marne) », in : Actes du congrès de la SFECAG de Blois, 2005, p. 575-592.

Delor-Ahü A., Roms C., 2007, « Datations céramiques et datations absolues : le cas de la Place de la Libération à Troyes (Aube) », in : Actes du congrès de la SFECAG de Langres, 2007, p. 71-95.

Demarolle J.-M., 2002, « Quatre chefs-lieux de Gaule du nord-est et leurs artisans au Haut-Empire : état des lieux », in : Béal J.-Cl., Goyon J.-Cl. dir., Les artisans dans la ville antique, Actes du colloque organisé par l’Inst. d’Archéologie et d’Histoire de l’Antiquité, Lyon, 16-17 nov. 2000, Paris, de Boccard/Lyon, p. 151-164 (Coll. Archéologie et d’Histoire de l’Antiquité de l’Univ. Lumière-Lyon 2, 6).

Denajar L., 2005, L’Aube, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 701 p. (Carte Archéologique de la Gaule, 10).

Deru X., 2002, « L’artisanat à Reims à la période gallo-romaine : analyse topographique », in : Béal J.-Cl., Goyon J.-Cl. dir., Les artisans dans la ville antique, Actes du colloque organisé par l’Inst. d’Archéologie et d’Histoire de l’Antiquité, Lyon, 16-17 nov. 2000, Paris, de Boccard/Lyon, p. 131-138 (Coll. Archéologie et d’Histoire de l’Antiquité de l’Univ. Lumière-Lyon 2, 6).

Ferdière A., 2001, La ’distance critique’ : artisans et artisanat dans l’Antiquité romaine et en particulier en Gaule, 31 p. (Les Petits Cahiers d’Anatole, 1). Publication en ligne de l’UMR 6575 Archéologie et territoire : http://citeres.univ-tours.fr/doc/lat/pecada/F2_1.pdf

Joly M., 2001, Langres, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 188 p. (Carte Archéologique de la Gaule, 52-2).

Joly M., 2007, « Langres, oppidum et caput civitatis », in : Hanoune R. dir., Les villes romaines du nord de la Gaule : vingt ans de recherches nouvelles, Actes du XXVe colloque international de HALMA-IPEL UMR CNRS 8164, p. 205-219 (Revue du Nord, Hors Série. Coll. Art et Archéologie, 10).

Joly M., Vaillant A., à paraître, « La production de vaisselle en céramique à Andemantunum », in : Joly M., Vaillant A. dir., Du producteur au consommateur : les céramiques chez les Lingons (iie s. av. J.-C.-iiie ap.).

Lenoble M., Deborde J., 1995, Troyes, Document d’évaluation du patrimoine archéologique urbain, Paris, A.F.A.N., 184 p.

Loridant F., 2002, « Pour une approche spatio-temporelle de l’artisanat antique à Bavay », in : Béal J.-Cl., Goyon J.-Cl. dir., Les artisans dans la ville antique, Actes du colloque organisé par l’Inst. d’Archéologie et d’Histoire de l’Antiquité, Lyon, 16-17 nov. 2000, Paris, de Boccard/Lyon, p. 121-129 (Coll. Archéologie et d’Histoire de l’Antiquité de l’Univ. Lumière-Lyon 2, 6).

Meylan-Krause M.-F., 2001, « Les artisans dans la ville », in : Avenches : capitale des Helvètes, Bâle, SGUF, p. 50-59 (Archéologie Suisse, 24-2).

Neiss R., Berthelot F., Balmelle A., Poirier M., Rollet Ph., Sindonino St., 2007, « Reims antique, vingt ans après », in : Hanoune R. dir., Les villes romaines du nord de la Gaule : vingt ans de recherches nouvelles, Actes du XXVe colloque international de HALMA-IPEL UMR CNRS 8164, p. 292-308 (Revue du Nord, Hors Série. Coll. Art et Archéologie, 10).

Polfer M. dir., 2001, L’artisanat romain : évolutions, continuités et ruptures (Italie et provinces occidentales), Actes du 2ème colloque d’Erpeldange, 26-28 oct. 2001, Montagnac, éd. M. Mergoil, 260 p. (Monographies Instrumentum, 20).

Polfer M., 2005, L’artisanat dans l’économie de la Gaule Belgique romaine à partir de la documentation archéologique, Montagnac, éd. M. Mergoil, 182 p. (Monographies Instrumentum, 28).

Polfer M. dir., 2005, Artisanat et économie romaine : Italie et provinces occidentales de l’Empire, Actes du 3ème colloque international d’Erpeldange (Luxembourg), 14-16 oct. 2004, Montagnac, éd. M. Mergoil, 194 p. (Monographies Instrumentum, 32).

Rebourg A., 1998, « L’urbanisme d’Augustodunum », Gallia, 55, p. 141-236.

Rebourg A., 2002, Autun antique : guides archéologiques de la France, Paris, Monum/éd. du patrimoine, 128 p.

Riffaud-Longuespé Ph., 2004, Troyes gallo-romain, Catalogue d’exposition, Musée Saint-Loup, 26 juin 2004-3 janv. 2005, Troyes, musée d’Art et d’Histoire, 86 p.

Schutz G., 2005, « L’artisanat antique dans l’espace urbain : essai de synthèse sur l’agglomération de Reims Durocortorum (Marne, France) et première approche topographique », in : Polfer M. dir., Artisanat et économie romaine : Italie et provinces occidentales de l’Empire, Actes du 3ème colloque international d’Erpeldange (Luxembourg), 14-16 oct. 2004, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 111-124 (Monographies Instrumentum, 32).

Vaxelaire L., Barral Ph., 2003, « Besançon : de l’oppidum à la ville romaine », in : Reddé M., Dubois L., Queyrel F. éd., La naissance de la ville dans l’Antiquité, Paris, de Boccard, p. 239-262.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte de localisation des sites.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9162/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Légende Fig. 2. Reims. Tableau des sites ayant livré des vestiges d’artisanat (d’après Deru, 2002).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9162/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Fig. 3. Reims. Localisation des artisanats (d’après Deru, 2002).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9162/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 4. Troyes. Localisation des artisanats (d’après Deborde, 2007 et Denajar, 2005).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9162/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 5. Sens. Localisation des artisanats (d’après Debatty, 2006 et Delor, 2002).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9162/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 6. Langres. Localisation des artisanats (d’après Joly, 2001).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9162/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 7. Besançon. Localisation des artisanats (d’après Collectif, 2006 et Vaxelaire, Barral, 2003).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9162/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Légende Fig. 8. Autun. Localisation des artisanats (d’après Rebourg, 2002, p. 45).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9162/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 421k

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search