Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

Topographie des activités en Gaule

Formes architecturales et gestion de l’espace dans les ateliers artisanaux gallo-romains

Jean-Claude Béal

Résumé

La taberna est l’une des formes architecturales dans lesquelles se pratique, parmi d’autres, l’activité artisanale. Adossées ou réunies en blocs indépendants, ces structures témoignent d’une gestion, commode en milieu urbain, où des modules de production s’insèrent dans des modules spatiaux ; elles s’opposent de ce point de vue aux navalia. La construction de blocs susceptibles d’accueillir des activités diverses peut être le fait d’investisseurs multiples.

Texte intégral

  • 1 On ne prendra ici en considération que les structures dans lesquelles ont été relevées des traces c (...)

1Pendant très longtemps, la fouille des ateliers s’est limitée à la reconnaissance des installations de travail les plus patentes, fours et foyers notamment, et à l’identification sommaire des déchets et rejets. On commence cependant à disposer aujourd’hui de plans plus larges qui permettent d’esquisser une réflexion sur les formes architecturales dans lesquelles l’activité artisanale s’est coulée1, alors même qu’elles ne lui sont pas toujours spécifiques et peuvent aussi convenir à d’autres activités, commerciales notamment.

2Ainsi, à travers quelques exemples de Gaule et d’Italie romaines, reviendra-t-on ici sur la forme de quelques-unes des structures artisanales qu’on connaît aujourd’hui, et qui paraissent témoigner de l’organisation modulaire du travail dans des tabernae classiques ou des maisons longues, parfois réunies en blocs à l’initiative d’investisseurs généralement privés.

Les tabernae modulaires adossées

  • 2 Scholie de Térence, Adelphes, 359 ; voir aussi Cassiodore, Commentaires sur les Psaumes, 14, et plu (...)

3Dans l’emploi classique du terme, la taberna est une structure rectangulaire généralement moins large en façade que profonde. Sa largeur ne dépasse guère cinq mètres, ce qui permet de faire reposer la couverture de la pièce ou le plancher d’un éventuel étage sur de simples solives (Adam, 1989, p. 214). Le rapport entre le mode de couvrement et la largeur de la pièce est du reste souligné par plusieurs auteurs antiques qui font dériver taberna des « trab(es) quibus superiora suspensa sunt »2, et Vitruve (De Architectura, V, 1, 1-2), de son côté, établit un rapport du même ordre entre la largeur des tabernae et celle de l’entrecolonnement des portiques.

4À Rome, les tabernae sont une structure architecturale proliférante (Staccioli, 1959 ; Rodriguez Almeida, 1981), et l’un des éléments constitutifs anciens du forum, attesté au plus tard au ive s. av. n. è. (Morel, 1987, p. 133 ; Coarelli, 1983, p. 52, note 49). À Ostie, les tabernae simples, avec ou sans étage, représentent la moitié des tabernae connues, avec une surface moyenne au sol de 25 à 30 m2, tandis que les tabernae à arrière-boutiques, moins nombreuses, oscillent entre 50 et 160 m2 (Girri, 1956, p. 6 et p. 36 : types I et II), avec une largeur constante. En Rhône-Alpes, les tabernae de plus de 50 m2 représentent à peine plus de 11 % des tabernae reconnues (Piret, 2007, p. 78-83). Les unes et les autres peuvent comporter un logement à l’arrière ou à l’étage.

5La taberna classique apparaît donc comme une unité modulaire de base, dont les fonctions sont multiples, mais dont le format est peu modifiable, et qui dépend le plus souvent d’un édifice auquel elle est adossée.

6Dans un article récent consacré aux tabernae des fora de l’Occident romain, C. Baratto a cru pouvoir retenir, sur quarante et un fora documentés, neuf cas, à Paestum, Saepino, Alba-la-Romaine, Rodez, Augst, Avenches, Conimbriga, Ampurias et Pollentia, où des tabernae accueilleraient une activité artisanale dans un forum (Baratto, 2003, nos 4 et 7 ; Baratto, 2004, nos 1, 5, 14, 15, 17, 21, 22). Ce nombre doit encore être réduit. Sans doute, dans quelques cas, une activité artisanale est-elle attestée dans l’une ou l’autre des tabernae des fora, à Paestum (production et vente de parfum), et peut-être à Ampurias (meunerie à l’époque républicaine) ou au forum d’Herculanum (comm. pers. de N. Monteix) que C. Baratto n’a pas retenu dans sa liste. Mais à Saepino, la meunerie et la tannerie que mentionne C. Baratto ne sont pas installées dans des tabernae du forum : elles dépendent d’une domus construite à une quarantaine de mètres de l’angle S.E. du forum (Brun, Leguilloux, 2007). À Alba-la-Romaine, les témoignages indirects recueillis dans les fouilles anciennes et les données issues des fouilles récentes concernent en fait, on le sait aujourd’hui, des tabernae adossées non pas au forum proprement dit, mais à « l’aire A/E », espace public de fonction indéterminée (Béal et alii, 1989, p. 125-128 ; Dupraz, Fraisse, 2001, p. 137-139). À Avenches et à Conimbriga, c’est la présence de lampes et vases nombreux, pour partie intacts, qui amène C. Baratto à voir une activité de production céramique au forum ; à Augst, la présence au forum d’installations liées au travail des métaux lui paraît vraisemblable, parce que le rôle d’Augst dans ce domaine est établi par ailleurs. À Pollentia, le mobilier retrouvé témoigne plutôt du commerce de céréales. À Rodez enfin, la récente publication du forum (Catalo et alii, 1994) ne fait pas état des « ateliers di mosaicisti, di stuccatori e di scalpellini (…) » ni de la « lavorazione dell’osso e del legno » que C. Baratto attribue à ce monument, alors que c’est dans d’autres quartiers de la ville qu’ils ont été signalés. On notera au passage que les cryptoportiques de Reims, qui supportent un forum, n’ont sans doute pas abrité l’artisanat de l’os qu’on y avait signalé (Neiss, 1984, p. 186 ; Bedon et alii, 1988, p. 326).

7Les tabernae de forum qui ont accueilli une activité artisanale sont en définitive très peu nombreuses. Elles fournissent sans doute, avec les autres tabernae, un revenu à la communauté dont dépend le monument auquel elles sont adossées, mais on sait que ce type d’activité a été généralement rejeté des centres publics (Morel, 1987, p. 135). Du reste, l’implication des collectivités publiques dans le domaine artisanal est en général faible, et si elles se préoccupent d’aménager des espaces commerciaux, elles négligent de se préoccuper des secteurs artisanaux. Certes, J.-P. Morel (1987, p. 138) avait envisagé que, chassés des fora, les artisans se soient réfugiés dans les macella, et il en donnait pour témoignage une inscription évoquant un fullo de Macell[o Liviae], tout en reconnaissant l’ambigüité du texte : selon nous, il faut bien voir ici une indication du quartier et non la proclamation d’une appartenance à l’édifice, comme le montrent les mentions d’un lanius de Colle Viminale (C.I.L., I, 1221), de lanarii de Luco Lubentinae (C.I.L., VI, 33870), d’un argentarius de Velabro (C.I.L., VI, 9184) par exemple : les macella n’accueillent pas d’activités artisanales, à l’exception de la boucherie pour des raisons évidentes de conservation de la viande sur pied (De Ruyt, 1983, p. 302 et p. 347 ; Rossi et alii, 1995, p. 57).

8Plus nombreux sont les exemples de juxtapositions des tabernae adossées, le long d’une rue, à un bâtiment privé. Dans quelques cas, les traces d’une activité artisanale y ont été relevées : ainsi, à Pompei, l’entrée de la maison du Cryptoportique (I, 6, 2) est-elle, par exemple, flanquée de deux tabernae artisanales de 20 m2 suivies d’arrière-boutiques, et consacrées, l’une, au travail du fer (I, 6,1) et l’autre (I, 6, 3) peut-être à celle des alliages à base de cuivre (Gralfs, 1988, p. 79-80 et fig. 3, p. 68 ; Amarger, Brun, 2007). Un autre atelier de bronzier a été aménagé à Lyon, vers le milieu du ier s., dans ce qui paraît être une taberna dépendant de la maison aux xenia (Plassot, 1995, p. 94-96), tandis que ce sont peut-être des foulons qui, dans la seconde moitié du iie et au iiie s., occupent la façade orientale, donnant sur une rue à portique, d’une domus viennoise à bassin en U (Baratte et alii, 1990). Ces tabernae adossées sont clairement dans la dépendance d’un bâtiment principal au propriétaire duquel elles fournissent un revenu.

Extension des ateliers et multiplication des modules

9Toutes les tabernae ne sont pas adossées et dépendantes. Mais par juxtaposition de tabernae modulaires, les constructeurs antiques ont abouti à divers types de bâtiments autonomes. Ainsi connaît-on, d’une part, plusieurs sortes de bâtiment organisés autour d’une cour ou d’un passage. Tous n’ont pas de vocation artisanale, par exemple des ergastules (Carandini, 1985, p. 175 et sq.), certains horrea (Horrea d’Hortensius : Rickman, 1971, p. 64-69, fig. 18), ou des macella : C. De Ruyt (1983, p. 302) y compte entre dix et vingt tabernae en moyenne, dont la surface dépasse rarement 20 m2. Mais à Rome, ce type de plan est celui de l’atelier officiel de la Moneta (fig. 1), après son transfert de l’Arx à la Regio III du Colisée sous les Flaviens (Steinby éd., 1996, p. 280-281). Restituable à partir des données des fouilles et des fragments de la Forma Urbis Romae, le bâtiment, d’une largeur de 29,60 m, est long de 65 m environ. Accessible par une unique porte pour des raisons de sécurité, il comporte, autour d’une cour intérieure, un quadriportique sur lequel donnent des tabernae mitoyennes de 5,60 x 4,30 m pour les plus grandes, couvertes de voûtes maçonnées au rez-de-chaussée, au-dessus desquelles régnait un étage. Chacune des tabernae devait recevoir une équipe chargée de la frappe des monnaies et composée de trois personnes (Coarelli, 1991), sous la responsabilité sans doute d’un officinator chef d’équipe. Ce dispositif permet de contrôler facilement les équipes, et leur production. On retrouve un plan un peu comparable dans la fabrica claudienne du camp militaire d’Oberstimm (Allemagne), où des tabernae plus ou moins semblables entre elles donnent sur un portique qui ceinture la cour centrale, partiellement occupée par une réserve d’eau commune (Reddé et alii, 2006, p. 118-119). Mais nous ne connaissons pas d’autres exemples strictement identiques, civils, en milieu urbain.

10La juxtaposition de modules sur deux rangées produit à Ostie, le Caseggiato dei Molini (fig. 2). Il est conçu à l’époque d’Hadrien à partir de huit modules de façade identiques, formant autant de boutiques d’une largeur de 4,50 m à 5,30 m pour une profondeur de l’ordre de 8,90 m en général, qui ouvrent au sud sur la Via dei Molini, et, à l’arrière, sur des espaces de travail dont la largeur est un multiple de celle des boutiques. Cette unité modulaire sera matérialisée par des cloisons ou des arcades, au moins dans les états récents du bâtiment, où il est assuré que quatre de ces espaces sont dévolus à la meunerie, un cinquième au pétrissage et un dernier à la cuisson (Bakker, 1999, p. 58-60). L’ensemble a une surface de 1065 m2. Les postes de meunerie et de pétrissage, dont il est certain qu’ils n’ont pas pu fonctionner tous ensemble, varient de un à cinq par module ; il y a un à deux fours. De même, le Caseggiato delle Fornaci (fig. 3), conçu à la même époque, comporte-t-il en façade à l’est, sur la via della Fontana, quatre tabernae (nos 2, 3, 4, 5), une grande salle (no 1) au nord, large d’1,5 module, et des espaces de circulation (2,5 modules) ; elles communiquent avec une grande halle (pièce 14-15) ouvrant à l’ouest sur la via delle Corporazioni par quatre larges portes, et flanquée d’une grande salle (no 16) au nord, de deux petites (nos 12 et 13) au sud : les divisions modulaires de la face orientale s’y répercutent. Dans la seconde moitié du iie s. le bâtiment reçoit une meunerie-boulangerie (850 m2). C’est sur un principe un peu comparable qu’à Lyon, avec une superficie moindre (162 m2), est structuré l’espace de l’atelier de potiers de la rue du Chapeau Rouge (Desbat, 2002 et 2004 ; Le Mer, Chomer, 2007, p. 734-739), aménagé dans un contexte périurbain et mitoyen d’une zone funéraire. Le bâtiment rectangulaire (fig. 4), de 9 x 18 m, est en effet divisé par des murs maçonnés et des cloisons légères, sur la base de deux groupes de modules de 16 à 20 m2 entre lesquels se répartissent les différents postes de travail, stockage et préparation de la terre, tournage et cuisson. Dans le premier état du bâtiment, la plupart des modules reçoivent un poste de travail ; le nombre de postes et leur densité par module évoluent par la suite.

Fig. 1. Rome, atelier de la Moneta : restitution d’après les données de fouilles et le fragment no 680 de la Forma Urbis Romae (D.A.O. : Y. Montmessin, d’après Coarelli, 1991, fig. 11-12).

Fig. 2. Ostie, I, III, 1 : Cassegiato dei Molini (D.A.O. : Y. Montmessin, d’après Bakker, 1999, fig. 8) : en noir, constructions d’époque antonine ; en gris, modifications sévériennes et du iiie s. ; cercles noirs : pétrins, cercles pointés : meules.

Fig. 3. Ostie, II, VI, 7 : Cassegiato dei Fornaci (D.A.O. : Y. Montmessin, d’après Bakker, 1999) : en noir, constructions des années 135-180 ; en gris, modifications sévériennes et du iiie s.

Fig. 4. Lyon, rue du Chapeau Rouge, atelier de potiers (D.A.O. : Y. Montmessin, d’après Desbat, 2004) : vers 40 de n. è.

11Qu’il s’agisse de tabernae adossées ou de bâtiments autonomes avec ou sans cour centrale, cette organisation modulaire de l’espace, la plus géométrique, est aussi sans doute la plus facile à mettre en œuvre dans un milieu urbanisé et densément structuré. Elle n’est sans doute pas la plus pertinente du point de vue professionnel, et l’on comprend que les artisans qui occupaient les tabernae aient été tentés de déborder de ce cadre étroit et d’envahir les portiques, quand ils existaient, au mépris de la réglementation (Martial, Épigrammes, VII, 61 ; Digeste, XLIII, 10, 1. 4). Mais du point de vue du propriétaire, elle permet sans doute d’accroître la rentabilité de l’espace urbain découpé en alvéoles mitoyennes. Elle renvoie aussi à une gestion formalisée des hommes, dont l’atelier de la Moneta donne un exemple exceptionnel et documenté, mais qui fait aussi écho à la façon dont, en milieu rural et au iie s. av. è. n., Caton l’Ancien (De Agricultura, XI, 10 et sq.) rationnalisait le rapport entre la tâche, l’équipement et l’équipe, en établissant une formula, dont la rigidité semble peu satisfaisante à Varron (Res Rusticae, I, 18).

Les ateliers des maisons longues

12Les travaux récents ont attiré l’attention sur les « maisons longues » (strip-house, Streifenhaüser), inscrites dans un parcellaire laniéré, larges d’une dizaine de mètres au moins, et sensiblement plus étirées (Kaiser, Sommer, 1994, p. 374-376 ; Petit, Santoro éd., 2007, p. 121-127). Mitoyennes ou séparées les unes des autres par un ambitus, elles sont aujourd’hui bien connues de la Bourgogne à la Grande-Bretagne et à la Suisse ; le développement de fouilles dans des agglomérations secondaires devrait élargir leur aire d’extension vers le sud, comme par exemple à Izernore (Ain) (Le Nezet-Célestin et alii, 1996, p. 50, fig. 8). Mais elles se dressent aussi dans les villes, par exemple dans les colonies romaines de Cologne et de Xanten (Precht, 2002, p. 181-198) ou d’Augst (Laur-Belart, 1967, p. 37-39, fig. 30-31).

Fig. 5. Oberwinterthur, quartier im unteren Bühl, maisons longues du premier tiers du ier s. de n. è. de part et d’autre de la rue bordée de portiques : les espaces métallurgiques sont figurés en gris sombre et les installations de foulerie en gris clair (D.A.O. : Y. Montmessin, d’après Pauli-Gabi et alii, 2002, fig. 106).

  • 3 Forrières et alii, 1987, p. 10-15 (on sait aujourd’hui qu’il ne faut pas retenir l’identification c (...)

13Ces maisons d’habitation comportent parfois une zone artisanale en façade derrière le portique quand il y en a un, ou au contraire à l’arrière d’une salle principale destinée généralement à l’habitation. C’est à ce type qu’appartiennent peut-être les maisons-ateliers de l’îlot C du Lycée militaire à Autun (Chardron-Picault, Pernot, 1999, p. 143), dont les installations artisanales occuperaient la partie postérieure. À Oberwinterthur (fig. 5), les équipements artisanaux, installés majoritairement derrière les portiques de façade au début de n. è., sont, à partir des années trente, progressivement reportés vers l’arrière des îlots (Pauli-Gabi et alii, 2002, p. 137-139, fig. 112), tandis, d’ailleurs, que les ateliers liés au travail des métaux se raréfient ; des locaux de vente occuperaient alors les façades. L’une des maisons fouillées à Lausanne dans le quartier dit de « Chavanne 11 », présente, dans les années 40-50 de n. è., une partition analogue, et un atelier de forge aménagé dans l’espace situé derrière le portique sur rue (May-Castella, 2002, p. 14, fig. 7-8). À Bliesbruck, les installations de métallurgie du fer et des alliages cuivreux sont pour l’essentiel dans les « avant-pièces »3, même si elles peuvent avoir parfois débordé sur la salle principale (Petit, 1993, p. 154) ; le cas se produit aussi à Oberwinterthur, où par exemple une foulerie occupe également la pièce à vivre de la parcelle 11 à l’horizon I. 3 (Pauli-Gabi et alii, 2002, p. 131). En tout cas, au ier s., le fouilleur de Bliesbruck propose (Petit, 2005, p. 112) de restituer entre espace antérieur de travail et pièce d’habitation une séparation qui n’est pas systématiquement attestée dans les états les plus anciens des maisons longues d’Oberwinterthur (Pauli-Gabi et alii, 2002, p. 129 et p. 137).

14Ces pièces artisanales situées immédiatement à l’arrière des portiques occupent à Oberwinterthur une surface de 20-25 m2 et sont considérées comme particulièrement petites (Pauli-gabi et alii, 2002, p. 123-124 et fig. 101). À Bliesbruck, elles atteignent, pour une profondeur comparable de 4 m environ, une surface de 50 m2 : c’est le double environ de la surface des tabernae classiques. Aussi J.-P. Petit estime-t-il que le nombre de personnes travaillant dans les maisons longues du site est « plus important que celui que peut fournir une famille nucléaire » (Petit, 2005, p. 166) ; plus récemment, le même auteur précise (Petit, Santoro éd., 2007, p. 171) que « ces unités pourraient (…) avoir été exploitées par une maisonnée qui, conformément au modèle romain classique, correspondait à une famille élargie, réunissant le maître et sa famille, ainsi que des travailleurs libres ou peut-être serviles, qui vivaient tous sous le même toit ».

15Cependant, les postes de travail identiques ne semblent nombreux dans une même structure ni à Autun (Chardron-Picault, Pernot, 1999, p. 195), ni à Bliesbruck, où, par exemple, il n’y a qu’un emplacement de forge par maison (Forrières et alii, 1987). En fait, la surface moyenne des pièces artisanales des maisons longues apparaît moins considérable si on la compare à celle des tabernae avec leur arrière-boutique. Si donc, dans un découpage de l’espace urbain en larges parcelles, la taberna, avec son éventuelle arrière-boutique, est un sous-multiple étroit et profond de l’espace disponible en façade, dans un découpage en lanières, l’avant-pièce artisanale est une section transversale de la parcelle, avec une emprise comparable. Il s’agit donc là, nous semble-t-il, non pas tant d’une autre façon d’organiser le travail, que d’une autre façon de découper l’espace.

Les blocs artisanaux à fonctions diverses et les « investisseurs multiples »

16Les tabernae ou les maisons longues sont parfois réunies en un même bloc linéaire indépendant et homogène (à Ostie : Packer, 1971, p. 6, plan 10), où certains modules peuvent avoir des fonctions artisanales diverses : nous en donnerons trois exemples.

17À Pompei, à la Porte d’Hercule, le « Karawanserei » dépendant de la villa delle Colonne a mosaico (Kockel, Weber, 1983, p. 59-89 et pl. 30-33, fig. 1) abritait dès la seconde moitié du iie s. av. n. è., un ensemble de dix-huit tabernae contemporaines (fig. 6-7) : d’abord quatre tabernae (nos 10, 11, 13-14) de part et d’autre d’une entrée vers la villa, puis quatorze autres tabernae mitoyennes (nos 16 à 29), de taille identique entre elles (l. : 5 m à 5,50 m environ ; prof. : 5,50 m environ pour les tabernae nos 16 à 29, 6 m environ pour les tabernae 10 à 14), avec arrière-boutique et logement à l’étage. Elles ouvraient sur un portique à arcades propre à ce bâtiment, fermé au sud par un mur et au nord par une pièce en retour (no 30). S’y côtoyaient des activités commerciales et artisanales diverses : on y a reconnu, tout au nord, un atelier de potiers qui empiétait sur la pièce en retour (nos 29-30), et une caupona (no 16), à quoi s’ajoute peut-être un atelier de charronnage (Eschebach, 1970, p. 152). Cet ensemble, donnant sur la Via delle Tombe et la Via Superior, servait de soutènement à une terrasse supportant la villa, dont les structures suivent une autre orientation.

18Dans les provinces occidentales de l’Empire, en Gaule, la cour de « l’îlot central » de Corseul (Kérébel, 2001, bâtiment no 16 : p. 33-41 ; sur l’environnement : Bizien-Jaglin et alii, 2002, p. 85-104, fig. 35 notamment) est, sous Tibère, fermée au sud par un vaste bâtiment construit d’un seul jet (fig. 8) : entre deux portiques au nord et au sud, il comporte, de part et d’autre d’une entrée monumentale encadrée par deux grandes salles, deux groupes symétriques de quatre tabernae identiques avec arrière-boutique, tandis que deux autres grandes salles occupent les angles. Une activité de teinturerie ou de mégisserie y est envisageable (Kérébel, 2001, p. 163-165). Le bâtiment, qui appartient d’ailleurs peut-être à un plus vaste projet, évoluera ensuite : la réunion de plusieurs pièces permettra d’y créer des halles plus larges, divisées en nefs par des lignes de piliers ; la métallurgie des alliages cuivreux et de l’argent y sera pratiquée, dans un cadre qui, alors, s’affranchira des limites de l’unité modulaire de la taberna, en modifiant les structures porteuses.

Fig. 6. Pompei, quartier de la Porte d’Herculanum, villa delle Colonne a mosaico, restitution graphique (d’après Kockel-Weber, 1983, fig. 2).

Fig. 7. Pompei, quartier de la Porte d’Herculanum, plan de la villa delle Colonne a mosaico (D.A.O. : Y. Montmessin, d’après Kockel-Weber, 1983, pl. h.t.).

Fig. 8. Corseul, quartier de Monterfil, « îlot central » sous Tibère (D.A.O. : Y. Montmessin, d’après Kérébel, 2001, fig. 27).

19On connaît enfin, dans le quartier ouest de Bliesbruck, un autre bloc artisanal homogène constitué cette fois de maisons longues (Petit, 1993, p. 137-145 ; Petit, 2002, p. 96-99 ; Petit, 2005, p. 91-96 et 113-118). Vers la fin du ier s. de n. è., on construit « d’un seul jet, un ensemble profond de 17 m, constitué de quatre bâtiments mitoyens à portique (parcelles 3 à 6) » (Petit, 2005, p. 94). Ce bloc (fig. 9) s’insère entre deux maisons longues construites un peu auparavant, l’une (no 1) au nord, et l’autre (no 8) au sud ; un portique court à l’avant du bloc, et lui est propre, les façades des maisons étant en retrait. Deux derniers bâtiments, le no 2 et le no 7, complèteront enfin le bloc. Suivant les périodes, les façades des maisons no 1 et no 8, ou de la maison no 7 (Petit, 1993, p. 143-145, fig. 3, c-d., fig. 12) sont en saillie par rapport à l’alignement des façades du bloc et, comme au « Karawanserei » de Pompei, ferment le portique.

20Les exemples assurés de ce type sont peu nombreux. Ainsi, en Grande-Bretagne, avait-on cru reconnaître dans l’îlot XIV de Verulamium un bâtiment autonome, formé de lignes de boutiques contemporaines et mitoyennes, et des rapprochements avaient été faits avec des structures comparables, dans l’îlot V de Cirencester et au forum de Londres. On a ensuite voulu rapprocher cet ensemble de celui de Corseul (Kérébel, 2001, p. 137). Mais l’analyse critique de la documentation (MacMahon, 2003, p. 36-37) a montré chaque fois que ces bâtiments n’étaient pas issus d’un projet homogène.

  • 4 Reddé et alii, 2006, p. 105-111 ; voir particulièrement les fig. 82, 83, et 90. Le rapprochement av (...)

21Comme dans le cas de Corseul et celui, bien antérieur, des tabernae du « Karawanserei » de Pompéi, les activités diffèrent d’une maison longue à l’autre (travail du bronze, du fer, foulerie peut-être) et au fil du temps. En outre, une caractéristique formelle, la saillie d’une pièce en bout de portique, rapproche le « Karawanserei » de Pompei, le bloc artisanal de Bliesbruck et certaines constructions militaires. Ainsi les casernements (fig. 10) comportent-ils des lignes de baraques, précédées parfois d’un avant-corps, qui étaient flanquées aux extrémités du logement plus spacieux des gradés de la centurie4. Certaines fabricae militaires (Reddé et alii, 2006, p. 116-118, fig. 98) sont également conçues comme une ligne de tabernae plus développées aux extrémités que dans la partie médiane (fig. 11).

22Sans doute la saillie des pièces en bout de portique permet-elle de donner une homogénéité visuelle au bloc, homogénéité qu’au « Karawanserei » pompéien souligne, à l’opposé, un mur percé d’une arcade donnant accès au portique. Sans doute aussi permet-elle de mieux assurer la stabilité architectonique du portique. Mais on peut envisager qu’aux extrémités du bloc artisanal, ces pièces plus développées aient, comme leurs équivalents dans le monde militaire, une fonction de contrôle. En tout cas la maison no 8 du bloc artisanal de Bliesbruck, où une fonction de « stockage commercial » est envisagée (Petit, 2005, p. 121), n’a pas d’installation artisanale spécifique. On notera que, dans l’atelier officiel de la Moneta de Rome (fig. 1), une taberna de plus grandes dimensions, placée aux angles du bâtiment, pourrait jouer le même rôle. La fonction du bâtiment III, 16, 3 d’Ostie, morphologiquement comparable, est considérée comme commerciale.

Fig. 9. Bliesbruck, quartier ouest, bloc artisanal au iie s. de n. è. (D.A.O. : Y. Montmessin, d’après Forrières et alii, 1987, pl. 5).

23Ces diverses observations amènent à s’interroger sur le statut et le fonctionnement de ces bâtiments. À Corseul, H. Kérébel (2001, p. 130) a envisagé que le bâtiment ait été d’abord réparti entre plusieurs propriétaires ou locataires. À Bliesbruck en revanche, J.-P. Petit a récemment suggéré que le bloc artisanal des maisons nos 3 à 6 ait été « une propriété unique ; le propriétaire aurait installé, moyennant redevance, des artisans dans le bâtiment », avant d’envisager une autre hypothèse selon laquelle « le possesseur de ces parcelles [aur]ait loué, là aussi moyennant redevance, le droit de construire à des particuliers, en imposant un type architectural » (Petit, 2005, p. 168).

24Pour mieux comprendre ces blocs artisanaux à fonctions diverses, il faut sans doute se reporter à certaines des images qu’en Gaule romaine au moins, les entrepreneurs artisanaux donnent d’eux-mêmes sur leurs tombeaux.

25Parmi ces images, on doit distinguer (Béal, 2000, p. 156-158) des représentations de personnages vus de face, tenant un outil qu’ils n’utilisent pas. On les qualifiera objectivement de « possesseurs d’outils » et non d’« artisans », puisqu’ils ne sont pas figurés en train de travailler ; et cette qualification peut sans doute trouver aussi une justification supplémentaire dans les sources juridiques antiques. L’outillage, en effet, et plus largement l’équipement d’une structure artisanale est, en droit, du ressort de celui qui fait travailler plutôt que de celui qui travaille : c’est la taberna instructa qui est mise à disposition, c’est-à-dire les murs et l’équipement. Ainsi Cicéron évoque-t-il le don d’une taberna instructa prête pour être un cabinet médical (Pro Cluentio, LXIII, 178 ; voir aussi sur ce sujet Dig. 50.16.185), et le Digeste (33, 7, 15 ou 23) discute longuement sur la définition juridique de l’instrumentum d’une taberna comme ce qui est strictement nécessaire à son fonctionnement. Une distinction identique existe du reste dans le monde rural. Pour Caton l’Ancien (De Agricultura, XVII, 14, XX, 16, CLIII par exemple), comme plus tard pour Varron (Res Rusticae, I, 22,6), le propriétaire du domaine fournit aux travailleurs l’outillage et les matériaux, et les articles du Digeste sont nombreux à évoquer le fundus instructus et le fundus cum instrumento (Digeste, 33, 7, passim).

Fig. 10. Modèle de casernements militaires (d’après Reddé et alii, 2006, fig. 82).

Fig. 11. Plan comparé des fabricae des camps militaires de Neuss (Neuss 1) et Bonn (ive s.) (D.A.O. : Y. Montmessin, d’après Reddé et alii, 2006, fig. 98).

26En outre existe en Gaule romaine une autre catégorie de monuments (fig. 12), provenant majoritairement du milieu urbain, mais présents dans quelques agglomérations secondaires, où, en façade, est figuré le défunt, tandis que les faces latérales – ou plus rarement la face postérieure – s’ornent de reliefs qui montrent, sur plusieurs registres superposés, des artisans de profil, en train de travailler. On peut attribuer ces monuments (Béal, 2000, p. 153-155) à une catégorie d’« investisseurs multiples », plaçant de l’argent dans plusieurs domaines d’activité, et faisant construire et équiper divers espaces artisanaux (c’est-à-dire très précisément des « tabernae instructae »), dont ils font assurer le contrôle. Les blocs artisanaux que nous venons d’évoquer, juxtaposition de modules identiques à fonctions diverses, artisanale et commerciale, et pièce de contrôle, pourraient être ainsi l’une des formes que prennent les propriétés de ces « investisseurs multiples » ; c’est en tout cas la seule sans doute où, en l’absence d’inscriptions en place, ce mode de fonctionnement de l’activité artisanale soit archéologiquement perceptible.

Fig. 12. Monument funéraire (ESP. 3454 et 3487) d’un investisseur multiple à Dijon (d’après ESP., XV, pl. CXII).

Les halles artisanales : des navalia

27À ces tabernae, reflet d’une gestion modulaire du travail, s’opposent les grandes halles, dont quelques exemples sont désormais connus, en milieu urbain ou péri-urbain.

28Ainsi, à Besançon (Gaston, 2002 ; Munier, 2003 et 2004) au bord du Doubs connaît-on un groupe de trois halles précédées par un portique, et dont l’une, au iie s. de n. è., abrite un atelier de verrier. Large de 18 m environ, et reconnu sur plus d’une douzaine de mètres, l’espace y est divisé en deux nefs égales dont l’une accueille plusieurs fours, tandis que l’autre pouvait servir au stockage et comporter un étage, selon la restitution qui en est proposée : elle rapproche cette halle de celle qui, à Ostie (I, XIII, 4) abrite, à partir du début du iie s., une meunerie (Bakker, 1999, p. 76, fig. 20). À Lyon (Tranoy, 1995, p. 179-207), au pied de la colline de Fourvière, et dans une marge urbaine où les bâtiments artisanaux disputent l’espace aux morts, une halle à deux nefs (15,30 x > 17 m) est construite vers le milieu du ier s. de n. è. ; il pourrait s’agir d’entrepôts. Au iie s. et au iiie s., une halle à trois nefs, d’une largeur de 5,30 m environ, est complétée par une salle allongée à nef unique ; d’autres pièces s’y ajoutent. Cet ensemble abrite des installations redondantes de travail des alliages cuivreux (trois foyers rectangulaires étirés et identiques, des fosses à débris de bronze, des foyers destinés à chauffer les creusets de fusion), et a livré douze flans monétaires (Tranoy, 1995, p. 252, étude d’A. Audra et F. Mathey). Dans ces halles de Lyon comme dans celles de Besançon, plusieurs postes de travail identiques sont abrités dans une même structure.

29Ce sont sans doute des halles de ce type qui sont désignées sous le nom de navale, terme dont le sens premier est celui, on le sait, d’arsenal. Mais un deuxième sens apparaît en Pannonie supérieure, à Siscia, où des comptes de potiers sur tuiles (C.I.L., III, 11382) font état de la production de céramique in hoc navali et in alio navali. Le même mot a été reconnu sur la Forma Urbis Romae sévérienne dans le « NAVALEMFER » où F. Coarelli (2000) a proposé de reconnaître un Navale M(arci) Fer[ocis], à localiser selon lui sur les pentes méridionales du Petit Aventin, près de la Porta Naevia, et à proximité des Figlinae Naevianae, c’est-à-dire sur la limite méridionale même de la zone urbaine de Rome.

30Des halles de ce type peuvent être réunies en L ou en U. C’est le cas, en milieu civil péri-urbain, pour l’atelier céramique du Champ Cloux à Saintes datable de la fin du ier s. ou du début du iie s. de n. è. (Michaud, 1991, p. 41 et fig. 2), ou, en milieu rural, à Sallèles d’Aude par exemple, où deux halles à deux nefs accueillent les tourneurs (Laubenheimer, 1990). En milieu militaire, la fabrica du camp d’Inchtuthill (Reddé et alii, 2006, p. 117, fig. 98) présente également trois nefs en U autour d’une cour centrale, dont l’accès est contrôlé sur le quatrième côté par une unique entrée. Mais on voit combien l’inscription d’un navale dans la trame des villes est problématique, et combien aussi on s’éloigne ici d’une formula caractérisée par un rapport simple entre l’espace, l’outil et l’équipe de production.

31Au terme de cette étude, il faut donc souligner le poids des modules de base dans l’organisation de l’espace artisanal, unités commodes qu’on peut multiplier en multipliant les officinae çà et là dans l’espace urbain. Le groupement, dans un même projet architectural, de modules abritant des activités artisanales diverses manifeste l’existence d’investisseurs multiples, connus aussi dans la documentation sculptée, et désireux de se constituer un revenu diversifié (Béal, 1996). Mais plus rares sont, dans le milieu urbain, les navalia, plus gros consommateurs d’espace, qui reflètent aussi une organisation autre du travail.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Adam J.-P., 1989, La construction romaine : matériaux et techniques, Paris, éd. Picard, 368 p., 746 fig.

Amarger M.-P., Brun J.-P., 2007, « Des forgerons à Pompei », L’archéologue, no 88, fév.-mars 2007, p. 15-16.

Bakker J.-T., 1999, The mills-bakeries of Ostia : description and interpretation, Amsterdam, éd. J. C. Gieben, V-217 p., 39 p. de pl. (Dutch monographs on ancient history and archaeology, 21).

Baratte F., Le Bot-Helly A., Helly B., 1990, Le trésor de la place Camille-Jouffray à Vienne (Isère) : un dépôt d’argenterie et son contexte archéologique, Paris, éd. du CNRS, 120 p. ill. (50ème suppl. à Gallia).

Baratto C., 2003 et 2004, « Le tabernae nei fora delle città romane tra l’eta repubblicana e il periodo imperiale », Rivista di Archeologia, XXVII, 2003, p. 67-92 ; id., XXVIII, 2004, p. 45-65, pl. XVII-XXXIII.

Béal J.-Cl., 1996, « Pistor et materiarius : à propos d’une stèle funéraire de Metz antique », R.A.E., t. 47, p. 79-95.

Béal J.-Cl., 2000, « La dignité des artisans : les images d’artisans sur les monuments funéraires de Gaule romaine », Dialogues d’Histoire Ancienne, 26/2, p. 149-182.

Béal J.-Cl., Dupraz J., avec la coll. de Boucharlat É., 1989, « Architecture et urbanisme antiques d’Alba (Ardèche) : documents nouveaux », R.A.N., 22, p. 99-145.

Bedon R., Chevallier R., Pinon P., 1988, Architecture et urbanisme en Gaule romaine, vol. 1, Paris, éd. Errance, 440 p. (Collection des Hespérides).

Bizien-Jaglin C., Galliou P., Kerébel H., 2002, Côtes-d’Armor, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Maison des Sciences de l’Homme, 406 p. (Carte archéologique de la Gaule, 22).

Blondé F., Müller A., 1998, « Artisanat, artisans, ateliers en Grèce ancienne : définition, esquisse de bilan », in : Blondé F., Müller A. dir., « L’artisanat en Grèce ancienne : les artisans, les ateliers », Topoi, vol. 8/2, p. 831-845.

Boersma J. S., 1985, Amoenissima civitas, Block V, ii at Ostia : description and analysis of visible remains, Assen, Van Gorcum, XXIII-484 p.

Brun J.-P., Leguilloux M., 2007, « Une tannerie et un moulin à eau à Saepinum dans le Molise », L’archéologue, no 88, fév.-mars 2007, p. 20-22.

Carandini A. dir., 1985, Settefinestre : una villa schiavistica nell’Etruria Romana. II, La villa nelle sue parti, Modène, F. C. Panini, 302 p.-[18] f. dépl. : ill. en noir et en coul., plans.

Catalo J., Llech L., Massan P., Ipiens A., 1994, « Le forum de Rodez : premiers résultats », Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, 54, p. 11-58.

Chardron-Picault P., Pernot P. dir., 1999, Un quartier antique d’artisanat métallurgique à Autun (Saône-et-Loire) : le site du Lycée militaire, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 316 p. (Documents d’archéologie française, 76).

Coarelli F., 1983, Il foro romano. I, Periodo arcaico, Rome, éd. Quasar, 329 p.

Coarelli F., 1991, « Moneta, Le officine della zecca di Roma tra Repubblica e impero », AnnalInstItNum, 38-41, p. 23-66.

Coarelli F., 2000, [intervention dans la discussion], in : Boucheron P., Broise H., Thébert Y. éd., La brique antique et médiévale : production et commercialisation d’un matériau, Actes du colloque international organisé à Saint-Cloud, 16-18 nov. 1995, Rome, École française de Rome, VIII-486 p., p. 375-378.

De Ruyt C., 1983, Macellum, marché alimentaire des romains, Louvain-la-Neuve, Collège Erasme, 404 p., IV f. de pl. dépl. : ill. en noir (Publications d’histoire de l’art et d’archéologie de l’Université catholique de Louvain, 35).

Desbat A., 2002, « L’atelier de potiers antiques de la rue Chapeau-Rouge à Lyon-Vaise », R.A., 2002, p. 199-204.

Desbat A., 2004, « L’atelier de potier de la rue du Chapeau-Rouge », in : Lyon de la Préhistoire au Moyen Âge, p. 30-31 (Archéologia, no 415, oct. 2004).

Dupraz J., Fraisse C., 2001, L’Ardèche, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Maison des Sciences de l’Homme, 496 p., ill. en noir et coul. (Carte archéologique de la Gaule, 07).

Ertlé R., 1968, « Le travail artisanal de l’os à l’époque gallo-romaine », Bull. de l’association régionale pour l’éducation et la recherche scientifique, 30 juin 1968, p. 13-17.

Eschebach H., 1970, Die städtebauliche Entwicklung des antiken Pompeji, Heidelberg, Kerle, 1 plan 1 :1000 : ill. en noir (Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts, suppl. 17).

Forrières C., Petit J.-P., Schaub J., 1987, Étude de la métallurgie du fer du vicus gallo-romain de Bliesbruck (Moselle), Paris, éd. du CNRS, 125 p., ill. en noir, photogr. (Notes et monographies techniques, 22).

Gassner V., 1984, « Zur Terminologie der Kaufläden im Lateinischen », Münstersche Beiträge zur antiken Handelsgeschichte (MBAH), III, 1, 1984, p. 108-115.

Gaston C., 2002, « Données récentes sur l’architecture antique à Besançon (Doubs) », Archéopages, INRAP, no 8, novembre 2002, p. 28-35.

Girri G., 1956, La taberna nel quadro urbanistico e sociale di Ostia, Rome, L’Erma di Bretschneider, 44 p., VII p. de pl. : ill. en noir.

Gralfs B., 1988, Metallverarbeitende Produktionsstätten in Pompeji, Oxford, 202 p., ill. (BAR, intern. series, 433).

Kaiser-Sommer H., Sommer C. S., 1994, Lopodunum I, Die römischen Befunde der Ausgrabungen an der Kellerei in Ladenburg, 1981-1985 und 1990, Stuttgart, Theiss, 30 f. de plans dépl. : plans en noir et en coul. (Forschungen und Berichte zur Vor-und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 50).

Kérébel H., 2001, Corseul (Côte-d’Armor) : un quartier de la ville antique, les fouilles de Monterfil II, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 248 p. dont 2 dépl., ill. en noir (Documents d’archéologie française, 88).

Kockel V., Weber B. F., 1983, « Die Villa delle Colonne a mosaico in Pompeji », Mitteilungen des Deutschen archäologischen Instituts - Römische Abteilung, 90, p. 51-89, fig. 1-16, pl. 30-39, 3 pl. h. t.

Laubenheimer F., 1990, Sallèles d’Aude, un complexe de potiers gallo-romain : le quartier artisanal, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme (Documents d’archéologie française, 26).

Laur-Belart R., 1967, « Eine Handelsvorstadt in Augusta Raurica », La Suisse primitive, XXXI, no 1, p. 35-46.

Le Mer A., Chomer C., 2007, Lyon, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Maison des Sciences de l’Homme, 883 p., ill. en noir et en coul. (Carte archéologique de la Gaule, 69/2).

Le Nezet-Célestin M., Vaireaux F., Vicherd G., 1996, Izernore et Saint-Vulbas : deux bourgades antiques de l’Ain, Cahiers René de Lucinge, no 31.

Macmahon A., 2003, The Taberna Structures of Roman Britain, Oxford, vi-169 p., ill. en noir (BAR, British series, 356).

May-Castella C., 2002, « Balade architecturale dans le vicus gallo-romain de Lousonna-Vidy », in : Gogräfe R., Kell Kl. éd., Haus und Siedlung in den römischen Nordwestprovinzen, Internationales Symposium der Stadt Homburg, 23-24 nov. 2000, Homburg/Saar, Verl. Ermer, p. 7-24.

Michaud A., 1991, « Les ateliers de potiers saintais de la rive droite de la Charente », Actes du congrès de la SFECAG, Cognac, 8-11 mai 1991, Marseille, p. 41-51.

Morel J.-P., 1987, « La topographie de l’artisanat et du commerce dans la Rome antique », in : L’Urbs : espace urbain et histoire (ier siècle av. J.-C.-iiie siècle ap. J.-C.), Actes du colloque international, Rome, 8-12 mai 1985, Rome, École française de Rome, p. 127-155 (Coll. de l’École française de Rome, 98).

Munier Cl., 2003, « Besançon, Parking des remparts dérasés : découverte d’un atelier de verrier antique », Bull. de l’AFAV, 2002-2003, p. 3-4.

Munier Cl., 2004, « Un atelier de verrier du iie siècle à Besançon », in : Foy D. dir., Cœur de verre : production et diffusion du verre antique, Catalogue d’exposition tenue à Lyon, décembre 2003 - avril 2004, p. 46-51.

Neiss R., 1984, « Les structures urbaines de Reims antique et leur évolution du ier au iiie s. ap. J.-C. », in : Les villes de la Gaule Belgique au Haut-Empire, Actes du colloque de Saint-Riquier (Somme), 22-24 oct. 1982, Revue Archéologique de Picardie, 3/4, p. 171-192.

Packer J. E., 1971, The insulae of imperial Ostia, Memoirs of the American Academy in Rom, XXXI, XXVIII, 217, CXV p., ill.

Pauli-Gabi Th., Ebnöter Ch., Albertin P., Zürcher A., 2002, Beiträge zum römischen Oberwinterthur : Ausgrabungen im unteren Bühl, Zürich - Egg, Fotorotar AG, 337 p., ill. en noir (Monographien der Kantonsarchäologie Zürich, 34/2, Vitudurum, 6).

Petit J.-P., 1993, « L’architecture privée dans l’agglomération secondaire de Bliesbruck : bilan et perspectives de recherches », in : Massing J.-M., Petit J.-P. éd., Études offertes à Jean Schaub, Metz, Éd. Serpenoise, p. 129-160 (Blesa, 1).

Petit J.-P., 2002 avec la coll. de Mangin M., « Alésia, Bliesbruck et autres sites de l’Est de la France », in : Gogräfe R., Kell Kl. éd., 2002, Haus und Siedlung in den römischen Nordwestprovinzen, Internationales Symposium der Stadt Homburg, 23-24 nov. 2000, Homburg/Saar, Verl. Ermer, p. 81-129.

Petit J.-P., avec la coll. de Brunella P., 2005, Bliesbruck-Reinheim, Celtes et Gallo-Romains en Moselle et en Sarre, Paris, éd. Errance, 221 p., nb. ill. en coul.

Petit J.-P., Santoro S. éd., 2007, Vivre en Europe romaine : de Pompei à Bliesbruck-Reinheim, Paris, éd. Errance, 246 p., ill. en coul.

Piret N., 2007, Les tabernae en région Rhône-Alpes, Mémoire de Master 1 sous la dir. de J.-Cl. Béal, Université Lumière-Lyon 2, Lyon.

Plassot E., 1995, « Le quartier Saint-Pierre, la maison aux xenia », in : Delaval E., Bellon C., Chastel J., Plassot E., Tranoy L., 1995, Vaise : un quartier de Lyon antique, Lyon, S.R.A. Rhône-Alpes, p. 71-129 (Documents d’archéologie en Rhône-Alpes, 11, Série lyonnaise, 5).

Precht G., 2002, « Konstruction und Aufbau sogenannter römischer Streifenhaüser am Beispiel von Köln (CCAA) und Xanten (CUT) », in : Gogräfe R., Kell Kl. éd., Haus und Siedlung in den römischen Nordwestprovinzen, Internationales Symposium der Stadt Homburg, 23-24 nov. 2000, Homburg/Saar, Verl. Ermer, p. 181-198.

Reddé M., Brulet R., Fellmann R., Haalebos J. K., von Schnurbein S. éd., 2006, L’architecture de la Gaule romaine : les fortifications militaires, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, Bordeaux, Ausonius, 477 p., ill. en noir et en coul., cartes, plans (Documents d’archéologie française, 100).

Rickman G., 1971, Roman granaries and store buildings, Cambridge, University press, xxiii-349 p.-[24] p. de pl., ill. en noir.

Rodriguez Almeida E., 1981, Forma Urbis Marmorea ; Aggiornamento generale, 1980, Rome, Quasar, XVIII-172 p., ill. en noir.

Rossi F. et alii, 1995, L’Area sacra du Forum de Nyon et ses abords : fouilles 1988-1990, Lausanne (Cahiers d’archéologie romande, no 66, Noviodunum, 3).

Staccioli R. A., 1959, « Le tabernae a Roma attraverso la Forma Urbis », Rendiconti della Reale Accademia dei Lincei, serie VIII, vol. XIV, fasc. 1-2, p. 56-66.

Steinby E. M. éd., 1996, Lexicon topographicum Urbis Romae, Rome, Quasar.

Tranoy L., avec la coll. de Gisclon J.-L., 1995, « Le quai Arloing : artisanat et nécropole », in : Delaval E., Bellon C., Chastel J., Plassot E., Tranoy L., Vaise, un quartier de Lyon antique, Lyon, S.R.A. Rhône-Alpes, p. 179-254 (Documents d’archéologie en Rhône-Alpes, 11, Série lyonnaise, 5).

Notes

1 On ne prendra ici en considération que les structures dans lesquelles ont été relevées des traces concrètes d’activités artisanales, dans une définition large de l’artisanat, reprise de Blondé, Müller, 1998, p. 835.

2 Scholie de Térence, Adelphes, 359 ; voir aussi Cassiodore, Commentaires sur les Psaumes, 14, et plus généralement, sur la question de l’étymologie du mot taberna, Gassner, 1984.

3 Forrières et alii, 1987, p. 10-15 (on sait aujourd’hui qu’il ne faut pas retenir l’identification comme ateliers de réduction du minerai).

4 Reddé et alii, 2006, p. 105-111 ; voir particulièrement les fig. 82, 83, et 90. Le rapprochement avec une construction militaire a déjà été proposé par H. Kérébel (2001, p. 137 et fig. 141) qui a comparé le bloc de Monterfil avec les baraquements du camp de Valkenburg (période 5), qu’il identifie à tort comme des horrea : voir Reddé et alii, 2006, p. 397-403, fig. 453.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Rome, atelier de la Moneta : restitution d’après les données de fouilles et le fragment no 680 de la Forma Urbis Romae (D.A.O. : Y. Montmessin, d’après Coarelli, 1991, fig. 11-12).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9102/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 2. Ostie, I, III, 1 : Cassegiato dei Molini (D.A.O. : Y. Montmessin, d’après Bakker, 1999, fig. 8) : en noir, constructions d’époque antonine ; en gris, modifications sévériennes et du iiie s. ; cercles noirs : pétrins, cercles pointés : meules.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9102/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 3. Ostie, II, VI, 7 : Cassegiato dei Fornaci (D.A.O. : Y. Montmessin, d’après Bakker, 1999) : en noir, constructions des années 135-180 ; en gris, modifications sévériennes et du iiie s.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9102/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 4. Lyon, rue du Chapeau Rouge, atelier de potiers (D.A.O. : Y. Montmessin, d’après Desbat, 2004) : vers 40 de n. è.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9102/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 5. Oberwinterthur, quartier im unteren Bühl, maisons longues du premier tiers du ier s. de n. è. de part et d’autre de la rue bordée de portiques : les espaces métallurgiques sont figurés en gris sombre et les installations de foulerie en gris clair (D.A.O. : Y. Montmessin, d’après Pauli-Gabi et alii, 2002, fig. 106).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9102/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 6. Pompei, quartier de la Porte d’Herculanum, villa delle Colonne a mosaico, restitution graphique (d’après Kockel-Weber, 1983, fig. 2).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9102/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 7. Pompei, quartier de la Porte d’Herculanum, plan de la villa delle Colonne a mosaico (D.A.O. : Y. Montmessin, d’après Kockel-Weber, 1983, pl. h.t.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9102/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 8. Corseul, quartier de Monterfil, « îlot central » sous Tibère (D.A.O. : Y. Montmessin, d’après Kérébel, 2001, fig. 27).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9102/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 9. Bliesbruck, quartier ouest, bloc artisanal au iie s. de n. è. (D.A.O. : Y. Montmessin, d’après Forrières et alii, 1987, pl. 5).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9102/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 10. Modèle de casernements militaires (d’après Reddé et alii, 2006, fig. 82).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9102/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 11. Plan comparé des fabricae des camps militaires de Neuss (Neuss 1) et Bonn (ive s.) (D.A.O. : Y. Montmessin, d’après Reddé et alii, 2006, fig. 98).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9102/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 12. Monument funéraire (ESP. 3454 et 3487) d’un investisseur multiple à Dijon (d’après ESP., XV, pl. CXII).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9102/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search