Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

Avant-propos

Olivier de Cazanove, Henri Gaillard de Sémainville et Jean-Paul Guillaumet

Texte intégral

1En octobre 2008, Pascale Chardron-Picault nous quittait subitement à 47 ans, alors qu’elle venait de confier à la rédaction de la R.A.E. la plupart des contributions au colloque qu’elle avait organisé à Autun un an auparavant. Elle en souhaitait la publication rapide et, pour cela, s’était beaucoup dépensée pour réunir les textes et les faire relire et valider par les membres du conseil scientifique qu’elle avait constitué à cette occasion.

2Nous sommes heureux que ce volume paraisse aujourd’hui, un an et demi après sa disparition et moins de trois ans après la tenue du colloque. Ce résultat a été obtenu grâce au fort engagement de la secrétaire de rédaction de la R.A.E. qui, aidée par Yannick Labaune, du Service archéologique d’Autun, a su régler au mieux avec les auteurs les points qui pouvaient rester en suspens, ainsi qu’à l’appui de l’U.M.R. 5594 ARTeHIS dont Pascale était membre. Cette édition a été rendue possible par le soutien financier que la Société Archéologique de l’Est a reçu de la part du Ministère de la Culture et de la Communication (Direction générale des Patrimoines), de la Région de Bourgogne et de la Ville d’Autun. Nous tenons à les remercier vivement pour cette aide qui traduit l’intérêt scientifique qu’ils ont reconnu à cette publication. L’UMR ARTeHIS, la Région Bourgogne, le Conseil Général de Saône-et-Loire, la communauté des communes de l’Autunois, enfin et surtout la ville d’Autun avaient déjà fourni un précieux appui logistique et financier à la tenue du colloque lui-même, en 2007, appui sans lequel celui-ci n’aurait pu avoir lieu.

3C’est aussi une reconnaissance de la qualité du travail scientifique de Pascale Chardron-Picault. Nommée en 1989 au poste d’archéologue municipal de la ville d’Autun, où elle a remplacé Alain Rebourg, disparu trop tôt lui aussi, elle a déployé une grande activité, assurant les multiples et lourdes tâches qu’implique cette fonction. Elle n’en a négligé aucune, que ce soit la gestion et le suivi des dossiers de travaux, en liaison avec les services municipaux et avec le S.R.A., la conduite de fouilles – parmi lesquelles des opérations ayant amené des découvertes majeures, comme celles concernant la mosaïque des philosophes grecs ou le quartier artisanal du Lycée militaire –, l’animation auprès du jeune public ou la diffusion des résultats, notamment par le biais d’expositions montées en étroite collaboration avec le musée Rolin. Ces expositions, à l’image de la dernière qui a accompagné le colloque sur l’artisanat, ont non seulement été très réussies sur le plan de la muséographie mais ont souvent donné lieu à des catalogues de très bon niveau scientifique. Le centre opérationnel de ces actions a été mis en place à partir de 1990 sous sa responsabilité : il s’agit du Centre d’archéologie et du patrimoine qui abrite aujourd’hui un véritable service archéologique.

4Ce qui caractérise sans doute le mieux l’action de Pascale Chardron, c’est son souci permanent de publier les résultats de ses recherches. La liste de ses publications, qui figure à la suite de cet avant-propos, témoigne de l’ampleur et de l’importance de ses travaux. On retiendra notamment ses études ayant trait à l’artisanat dans l’Antiquité, car c’est un domaine qui l’intéressait beaucoup et dont elle était devenue une excellente spécialiste (voir en particulier le D.A.F. sur les fouilles du Lycée militaire et la publication des actes du colloque sur les roches décoratives dans l’architecture). Ses recherches ont bénéficié de son rattachement à l’UMR 5594 ARTeHIS et de son détachement de deux ans au CNRS (2001-2003), celui-ci lui ayant permis d’achever sa thèse, qui constitue précisément un remarquable bilan des connaissances concernant l’artisanat à Autun-Augustodunum.

***

  • 1 Entre autres, et sans prétention à l’exhaustivité : Aspects de l’artisanat du textile dans le monde (...)

5Ce colloque international, si fortement voulu par Pascale Chardron-Picault, s’est tenu à Autun, au Parc des Expositions, du 20 au 22 septembre 2007. Cet événement scientifique s’inscrivait certes dans la prolongation idéale de toute une série de rencontres et de mono graphies qui se sont efforcées, ces dernières années, de faire le point sur l’artisanat durant la période romaine (il suffit de citer ici les tables rondes de Posreda, Ravello, Paris, Poitiers, Florence, Erpeldange, Chauvigny, Zurich1), mais il apportait quelque chose de plus. Il se déroulait dans le chef-lieu de la cité des Éduens, et cela a assurément contribué à sa coloration spécifique. La qualité et la diversité des productions artisanales d’Autun-Augustodunum apparaissent en effet aujourd’hui avec toujours davantage d’évidence, depuis les statuettes de Pistillus jusqu’aux placages, aux jetons, aux fusaïoles de schiste, depuis les ateliers et boutiques de bronziers, de potiers, de verriers, jusqu’aux stèles de la nécropole de Pont-L’Évêque sur lesquelles tailleurs de pierre, forgerons, chaudronniers, dinandiers… exhibent les instruments de leurs métiers respectifs. Des contextes exceptionnels, bien fouillés dans les dernières décennies, ont permis de documenter avec précision la large gamme de ces artisanats spécialisés et de leurs productions, par exemple les stucs du nouvel Hôpital d’Autun, ou encore les maisons à sol de mosaïque, celle des philosophes grecs particulièrement. Mais c’est avant tout le quartier artisanal du Lycée militaire, exploré en 1992-1993, et publié avec une remarquable célérité six ans plus tard sous la direction de Pascale Chardron-Picault et de Michel Pernot, qui allait faire d’Autun un site de référence en matière d’ateliers et boutiques d’époque romaine, des années 40 au iiie siècle de notre ère. En même temps, cette fouille et son exploitation décidaient largement de l’orientation qu’allaient désormais prendre les recherches de Pascale Chardron-Picault, comme le montrent ses centres d’intérêt dans les années suivantes, des schistes et des roches décoratives à la tabletterie, des ateliers de bronziers aux figurines en terre cuite.

  • 2 Sur ce débat classique, souvent présenté de manière trop schématique, voir entre autres Levau Ph., (...)
  • 3 Szabò M. dir., 2007, L’habitat de l’époque de La Tène à Sajópetri Hosszú-dülö, Budapest, L’Harmatta (...)

6Le quartier d’ateliers du Lycée militaire se trouve à proximité immédiate de l’enceinte fortifiée mais intra muros. Le colloque de septembre 2007 à Autun portait d’ailleurs, spécifiquement, sur l’artisanat en milieu urbain – alors que d’autres rencontres scientifiques antérieures s’étaient attachées à l’artisanat en milieu rural, dans une perspective classique, wébérienne, qui faisait de la ville le lieu de consommation de richesses produites ailleurs2. Vision des choses largement remise en question depuis : grâce aux fouilles opérées entre autres à Bibracte, la première capitale des Éduens, à la Côme Chaudron, nous savons aujourd’hui que l’artisanat regroupé, en Europe tempérée, apparaît au iiie siècle avant notre ère dans des agglomérations puis dans les oppida où se concentre aussi l’activité commerciale3. L’artisan urbain achète des demi-produits industriels ou des produits bruts. Par son travail de transformation d’une matière en un produit manufacturé, il est le chaînon incontournable entre la production industrielle et le commerçant. Ce professionnel offre, à une personne publique ou privée, contre rémunération, un objet manufacturé dont il se servira quotidiennement ou lors de moments particuliers, ou un savoir-faire. Les métiers les mieux représentés, car ils laissent le plus de vestiges interprétables, sont ceux du travail de la terre et des métaux, et en moindre nombre les cornetiers et les artisans sur bois et sur os. Ils sont présents par leur production pendant toute la période étudiée lors de ce colloque. D’autres apparaissent avec la romanisation de nos régions, maçons, maître d’œuvre ou entrepreneur, peintre, sculpteur, mosaïste, stucateur, réalisateurs de grands programmes édilitaires et de somptueuses résidences. D’autres métiers, dont il n’a pas été beaucoup question pendant ce colloque, sont encore peu connus pour le moment dans les cultures protohistoriques. Ce sont les métiers de bouche. Nous savons qu’ils tiennent une place importante à Rome ou à Pompéi mais nos capitales de cités révèlent peu de chose à ce sujet, sauf à travers quelques inscriptions et scènes sur des stèles funéraires.

7La diversité et la qualité de l’artisanat éduen, de Bibracte à Autun, étaient soulignées par l’inauguration, durant le colloque même, de l’exposition « Hommes de feu, hommes du feu. L’artisanat en pays éduen » au musée Rolin (22 septembre 2007). Le commissariat scientifique de l’exposition était, là encore, assuré par Pascale Chardron-Picault, ainsi que par Mme Brigitte Maurice-Chabard, directrice du musée. C’est dire l’engagement, à tous les niveaux, de Pascale Chardron-Picault pour l’étude de l’artisanat autunois, mais aussi sa volonté de le replacer dans un contexte plus large, celui des provinces gauloises et, plus largement encore, de l’Occident romain.

8En effet, si ce colloque se liait à un événement culturel régional, et si une grande partie des communications étaient spécifiquement consacrées à l’artisanat sur des sites et dans les ciuitates de la Bourgogne antique, sa visée était néanmoins plus ample : son ambition était de toucher toute la Gaule, essentiellement romaine, et même l’Italie et les provinces occidentales de l’Empire, au travers de plus de trente interventions, auxquelles se sont ajoutés des posters.

9Le colloque sur l’artisanat antique en milieu urbain en Gaule romaine et dans les régions voisines s’est organisé autour de trois thèmes :

10Le premier, Les espaces urbains réservés à l’artisanat, regroupait des communications sur les types de métiers pratiqués dans les villes et leur évolution, sur leur localisation dans des quartiers réservés ou au contraire sur leur imbrication avec d’autres activités dans les zones commerçantes.

11Le second, Vie, statut et savoir-faire des artisans, apportait un éclairage renouvelé sur l’homme-artisan, son statut, son apprentissage, sa reconnaissance sociale, ses maladies professionnelles…, dans une visée ample d’archéologie et d’histoire sociale, d’histoire économique, d’histoire des savoirs.

12Le troisième, La transformation des matériaux, rassemblait des synthèses sur la connaissance technique et les savoir-faire grâce à de nouvelles découvertes et surtout de nouvelles analyses.

  • 4 Austin M.M., Vidal-Naquet P., 1972, Économies et sociétés en Grèce ancienne, Paris, p. 23.

13La rencontre a ainsi permis de faire progresser la connaissance des artisans sur une série de questions majeures : l’aménagement des ateliers et des boutiques, les chaînes opératoires, l’organisation par corps de métiers, les circuits économiques, les évolutions et les changements techniques et de mode. Le nombre de participants venus de tous les horizons de notre discipline, ainsi que la variété des communications ont bien montré le besoin de confrontation et de nouvelles données sur le sujet. L’équilibre entre les synthèses, les études d’un métier ou d’un site et l’approche historique ont permis de dépasser la diversité des approches pour étudier sous toutes ses facettes « l’artisan… héros secret » de l’histoire ancienne, pour paraphraser une formule célèbre de P. Vidal-Naquet4. De cette mise au point qu’a permis ce colloque, avec la masse des connaissances nouvelles qu’il a apportées, les synthèses qu’il a esquissées, les pistes nouvelles qu’il a ouvertes, depuis Autun et au-delà, nous devons être reconnaissants à Pascale Chardron-Picault.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE DE PASCALE CHARDRON-PICAULT

Chardron P., 1986, « Objets de parure et de toilette d’époque gallo-romaine découverts à Montbouy », Revue Archéologique du Loiret, 12, p. 51-66.

Chardron P., 1987, « L’édifice de spectacle gallo-romain de Chennevière (Montbouy) », in : Pérouse de Montclos J.-M., Le guide du patrimoine : architecture en région Centre-Val de Loire, Beauce, Sologne, Berry, Touraine, p. 314.

Chardron P., 1990, « Une sculpture gallo-romaine en marbre blanc représentant un chien couché, découverte à Autun (Saône-et-Loire) en 1865 et 1989 », R.A.E., t. 41-1990, fasc. 2, p. 313-317.

Chardron P., Buchez N., 1990, Montbouy, un village, une histoire, Montbouy, Assoc. pour la sauvegarde du patrimoine archéologique de Montbouy, 43 p.

Chardron-Picault P., 1992, « Nouvelles recherches sur la mosaïque ’des Auteurs grecs’ à Autun », Mémoires de la Société Éduenne, t. LV, fasc. 2, 1991-1992, p. 119-121.

Chardron-Picault P. coord., Blanchard A., Blanchard-Lemée M., 1992, Métrodore, un philosophe, une mosaïque, Catalogue de l’exposition au Musée Rolin d’Autun, 6 juil.-30 sept. 1992, 62 p.

Chardron-Picault P., 1993, « Un site artisanal antique au Faubourg d’Arroux à Autun : pré-étude », Mémoires de la Société Éduenne, t. LV, fasc. 3, 1993, p. 221-226.

Chardron-Picault P., Ducreux F., 1993, « Un quartier artisanal avec atelier de bronziers à Autun : premier diagnostic », R.A.E., t. 44-1993, fasc. 1, p. 199-209.

Chardron-Picault P., Popovitch L. coll., 1994, « Un moule inédit de Pistillus découvert à Autun : le ’Dieu au maillet’ », Antiquités Nationales, 26, p. 129-133.

Chardron-Picault P., 1996, « Une figurine en terre cuite polychrome gallo-romaine, découverte à Autun », Revue du Louvre et des Musées de France, 2, p. 33-34.

Chardron-Picault P., 1996, « Autun antique », in : 30 ans d’archéologie en Saône-et-Loire, Catalogue d’exposition, s.l., C.D.R.A.S., p. 207-225.

Chardron-Picault P., 1996, « Autun-Augustodunum : bilan des dernières découvertes », in : Bedon R. éd., Les villes de la Gaule Lyonnaise, Acte du colloque organisé par le Centre de recherches A. Piganiol à l’E.N.S., Paris, mai 1995, Limoges, Pulim, p. 35-57 (Caesarodunum, XXX).

Chardron-Picault P., 1997, « Autun (71) : mosaïque ’des Auteurs grecs’ », Notes d’archéologie et d’Histoire locale, Mémoires de la Société Éduenne, t. LVI, fasc. 1, 1995-1996, p. 130.

Chardron-Picault P., 1998, « Un moule de Sucellus signé Pistillus à Autun », in : À la rencontre des Dieux gaulois : un défi à César, Catalogue d’exposition, Musée archéologique H. Prades, Lattes/Musée des Antiquités Nationales, Saint-Germain-en-Laye, p. 127.

Chardron-Picault P., Pernot M. dir., 1999, Un quartier antique d’artisanat métallurgique à Autun (Saône-et-Loire) : le site du Lycée militaire, Paris, éd. de la M.S.H., 317 p. (Documents d’Archéologie Française, 76).

Chardron-Picault P., Picon M., 1999, « La fabrication du laiton, à Autun, durant la période romaine : premières recherches », Mémoires de la Société Éduenne, t. LVI, fasc. 2, 1997-1998, p. 171-181.

Chardron-Picault P., Popovitch L. coll., 1999, Notes d’archéologie et d’Histoire locale, Mémoires de la Société Éduenne, t. LVI, fasc. 2, 1997-1998, p. 246-256.

Chardron-Picault P., 2000, « Autun : un Centre d’Archéologie et du Patrimoine pour une capitale antique », in : Dufaÿ B. dir., La France explore son passé depuis 30 ans : l’archéologie territoriale : dernières recherches et derniers bilans, Dijon, éd. Faton, p. 66-67 (Les Dossiers d’archéologie, 250).

Chardron-Picault P., Dondin-Payre M., 2000, « Une nouvelle fusaïole inscrite à Autun », Antiquités Nationales, 32, p. 209-217.

Chardron-Picault P., Fauchier J., 2000, Dépliant : Autun : fouilles du Lycée militaire d’Autun (Saône-et-Loire) 1992-1993, Au cœur d’un quartier artisanal antique, 6 p.

Chardron-Picault P., Rodet-Belarbi I., 2000, « L’exploitation de la corne dans l’Antiquité, à Autun, d’après les exemples des sites de l’Institution Saint-Lazare et du Lycée militaire », in : Béal J.-Cl., Goyon J.-Cl. éd., Des ivoires et des cornes dans les mondes anciens (Orient-Occident), Lyon, Université Lumière-Lyon II, p. 33-51 (Coll. de l’Institut d’Archéologie et d’Histoire de l’Antiquité, 4).

Chardron-Picault P., Parain J., 2001, « La maison à la mosaïque des Auteurs grecs à Autun : l’hypocauste de la salle d’apparat », R.A.E., t. 50-1999/2000, p. 381-395.

Chardron-Picault P., 2002, « Autun : la production des bronziers et des forgerons de la capitale éduenne, l’artisanat du métal, des quartiers spécialisés dans la ville », in : Courel L., Lacroix J.-L. dir., Les routes du fer en Bourgogne, Dijon, Les Presses du Réel, C.C.S.T.I. de Bourgogne, p. 33-35 et 37.

Chardron-Picault P., 2002, « Les îlots artisanaux d’Augustodunum », in : Béal J.-Cl., Goyon J.-Cl. éd., Les artisans dans la ville antique, Actes du colloque de Lyon, 16-17 nov. 2000, Lyon, Université Lumière-Lyon II/Paris, de Boccard, p. 199-207, 12 pl. (Coll. de l’Institut d’Archéologie et d’Histoire de l’Antiquité, 6).

Chardron-Picault P., Duval A., Pernot M., 2002, « Des ateliers de l’artisanat du métal au Mont-Beuvray : esquisse de la relation entre le Mont-Beuvray et Autun », in : Maranski D., Guichard V. dir., Les Âges du Fer en Nivernais, Morvan, Bourbonnais et Berry oriental : regards européens sur les Âges du Fer en France, Actes du XVIIème colloque de l’A.F.E.A.F., Nevers, 20-23 mai 1993, Glux-en-Glenne, éd. Centre Archéologique européen du Mont Beuvray, p. 313-325 (Bibracte, 6).

Chardron-Picault P., Picon M., 2003, « À propos des ateliers de verriers d’Autun : les implantations, les fours, le verre », Bull. de l’Association Française de l’Archéologie du Verre, p. 18-21.

Chardron-Picault P., 2004, L’artisanat à Autun-Augustodunum : chronologie et topographie des activités manufacturières de la ciuitas Æduorum, Thèse de doctorat sous la dir. du professeur Gilles Sauron, Dijon, Université de Bourgogne, 2 vol. : 279 p., 228 p.

Chardron-Picault P., 2004, « Augustodunum : la vie économique d’une capitale de cité », in : Bourgogne du Paléolithique au Moyen Âge, Dijon, éd. Faton, p. 48-49 (Dossiers d’Archéologie, hors-série no 11).

Chardron-Picault P., 2004, « Éléments de réflexion pour la conservation : l’exemple des travaux menés à Autun », in : Derber-Persignat D. dir., Le dépôt archéologique, Actes des Assises Nationales de la conservation archéologique, Bourges, 26-28 nov. 1998, Bourges, éd. de la ville de Bourges, Service municipal d’Archéologie, p. 211-214.

Chardron-Picault P., 2004, « Les rondelles en terre cuite mises au jour dans le quartier artisanal du ’Lycée Militaire’ à Augustodunum (Autun, Saône-et-Loire) », in : Actes du congrès de la SFECAG, 20-23 mai 2004, Vallauris, p. 329-340.

Chardron-Picault P., Lamotte D., 2004, « Augustodunum : premières approches sur les roches décoratives », in : Chardron-Picault P., Lorenz J., Rat P., Sauron G. dir., Les roches décoratives dans l’architecture antique et du haut Moyen Âge, Actes du colloque d’Autun, 18-19 nov. 1999, Paris, éd. du C.T.H.S., p. 235-266.

Chardron-Picault P., Lorenz J., Rat P., Sauron G. dir., 2004, Les roches décoratives dans l’architecture antique et du haut Moyen Âge, Actes du colloque d’Autun, 18-19 nov. 1999, Paris, éd. du C.T.H.S., 388 p. (Coll. Archéologie et histoire de l’art, 16).

Chardron-Picault P., 2005, « Augustodunum : de sa fondation à la fin du Bas-Empire », in : Leclant J. dir., Dictionnaire de l’Antiquité, Paris, Presses Universitaires de France (Coll. Quadrige. Dicos Poche).

Chardron-Picault P., 2006, « L’artisanat des alliages à base de cuivre de Vertault-Vertillum (Côte-d’Or) », R.A.E., t. 54-2005, p. 135-147.

Rodet-Belarbi I., Chardron-Picault P., 2006, « L’os et le bois de cerf à Autun-Augustunum (Saône-et-Loire) : productions et consommation d’un instrumentum », R.A.E., t. 54-2005, p. 149-209.

Chardron-Picault P., 2007, « Les artisanats de luxe chez les Éduens : les exemples de Bibracte et d’Augustodunum », in : Baratte J.-Cl., Joly M., Béal J.-Cl. dir., Autour du trésor de Mâcon : luxe et quotidien en Gaule romaine, Actes du colloque, 27-29 janv. 2005, Mâcon, Institut de recherche du Val de Saône-Mâconnais, p. 221-226.

Chardron-Picault P. dir., 2008, Hommes de feu, hommes du feu : l’artisanat en pays éduen, Catalogue de l’exposition du musée Rolin, sept. 2007 - janv. 2008, p. 11 ; p. 28-75 ; p. 106-125 ; p. 138-175 ; p. 206-223.

Chardron-Picault P., Deyts S., Labaune Y., Picard G., 2008, « Laraires et cultes : l’exemple du laraire en’schiste’d’Autun », in : Chardron-Picault P. dir., Hommes de feu, hommes du feu : l’artisanat en pays éduen, Catalogue de l’exposition du musée Rolin, sept. 2007 - janv. 2008, p. 166-177.

Chardron-Picault P., Dondin-Payre M., Labaune Y. coll., 2008, « Les objets en schiste d’Autun, en roche importée, et les instruments d’accompagnement », in : Chardron-Picault P. dir., Hommes de feu, hommes du feu : l’artisanat en pays éduen, Catalogue de l’exposition du musée Rolin, sept. 2007 - janv. 2008, p. 210-224.

Chardron-Picault P. dir., 2010, Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain, Actes du colloque international d’Autun, 20-22 sept. 2007, Dijon, 2010, 440 p. (28ème suppl. à la R.A.E.).

Notes

1 Entre autres, et sans prétention à l’exhaustivité : Aspects de l’artisanat du textile dans le monde méditerranéen, Égypte, Grèce, monde romain 1996 (Coll. de l’Institut d’archéologie et d’histoire de l’Antiquité, 2) ; Polfer M. dir., 1999, Artisanat et productions artisanales en milieu rural dans les provinces du nord-ouest de l’empire romain, Actes du colloque d’Erpeldange (Luxembourg), 4-5 mars 1999 (Monographies Instrumentum, 9) ; Feugère M. Gǔstin M. éd., 2000, Iron, blacksmiths and tools : ancient european crafts, Acts of the Instrumentum conference at Podsreda (Slovenia) in April 1999 (Monographies Instrumentum, 12) ; Lehöerff A. dir., 2004, L’artisanat métallurgique dans les sociétés anciennes en Méditerranée occidentale : techniques, lieux et formes de production, Actes du colloque de Ravello, 4-6 mai 2000 (Coll. de l’École française de Rome, 332) ; Brun J.-P., Jockey Ph. éd., 2001, Techniques et sociétés en Méditerranée : hommage à Marie-Claire Amouretti (Coll. L’Atelier méditerranéen) ; Polfer M. dir., 2001, L’artisanat romain : évolutions, continuités et ruptures (Italie et provinces occidentales), Actes du 2ème colloque d’Erpeldange, 26-28 oct. 2001 (Monographies Instrumentum, 20) ; Béal J.-Cl., Goyon J.-Cl. éd., 2002, Les artisans dans la ville antique, Actes de la table ronde de l’Institut d’archéologie et d’histoire de l’Antiquité, Univ. de Lyon II, 16-17 nov. 2000 (Coll. de l’Institut d’archéologie et d’histoire de l’Antiquité, 6) ; Ballet P., Cordier P., Dieudonné-Glad N. dir., 2003, La ville et ses déchets industriels dans le monde romain : rebuts et recyclages, Actes du colloque de Poitiers, 19-21 sept. 2002 (Monographies Instrumentum, 10) ; Santoro Bianchi S. dir., 2004, Artigianato e produzione nella Cisalpina, 1. Proposte di metodo e prime applicazioni (Flos Italiae, 3) ; Polfer M. éd., 2005, Artisanat et économie romaine : Italie et provinces occidentales de l’empire, Actes du 3ème colloque international d’Erpeldange (Luxembourg) sur l’artisanat romain, 14-16 oct. 2004 (Monographies Instrumentum, 32) ; Bertrand I. dir., 2008, Le travail de l’os, du bois de cerf et de la corne à l’époque romaine : un artisanat en marge ? Actes de la table ronde Instrumentum, Chauvigny (Vienne), 8-9 déc. 2005 (Monographies Instrumentum, 34) ; Congrès international CRAFTS 2007 : artisanat et société dans les provinces romaines, Université de Zurich (Suisse), du 1er au 3 mars 2007, 2008, p. 1-178 (Zeitschrift für schweizerische Archäologie und Kunstgeschichte, 65).

2 Sur ce débat classique, souvent présenté de manière trop schématique, voir entre autres Levau Ph., 1983, « La ville antique, ’ville de consommation’ ? Parasitisme social et économie antique », in : Études rurales, janv.-sept. 1983, p. 275-289 ; Bruhns H., 1985, « De Werner Sombart à Max Weber et Moses I. Finley : la typologie de la ville antique et la question de la ville de consommation », in : Leveau Ph. éd., L’origine des richesses dépensées dans la ville antique : sur l’interprétation économique et sociale des données archéologiques, épigraphiques et littéraires en histoire ancienne, Actes du colloque d’Aix-en-Provence, 11-12 mai 1984, Aix-en-Provence, Univ. de Provence, p. 255-269 ; Id. « Max Weber, l’économie et l’histoire », Annales HSS, 51, 6, nov-déc. 1996, p. 1259-1289, 1996, pour lequel « rien ne permet de dire que Weber considérait la ville antique comme un lieu de consommation opposé à la campagne productrice » (p. 1277).

3 Szabò M. dir., 2007, L’habitat de l’époque de La Tène à Sajópetri Hosszú-dülö, Budapest, L’Harmattan / Institut Archéologique de l’université Eötvös Loránd.

4 Austin M.M., Vidal-Naquet P., 1972, Économies et sociétés en Grèce ancienne, Paris, p. 23.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9087/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search