Version classiqueVersion mobile

La céramique d’habitat du Bronze final IIIb à La Tène A en Alsace et en Lorraine : essai de typo-chronologie

 | 
Anne-Marie Adam
, 
Sylvie Deffressigne
, 
Marie-Pierre Koenig
, 
et al.

Catalogue

Texte intégral

Tableau des sites étudiés classés par régions

Tableau des sites étudiés classés par régions

Tableau des sites étudiés classés par régions

Tableau des sites étudiés classés par régions

Alsace

Bischoffsheim (Bas-Rhin), « AFUA du Stade » (Muriel Roth-Zehner)

1. Le gisement

1Contexte géologique et géomorphologique : lœss jaune (Würm) au pied d’une colline sous-vosgienne et lehm rouge.

2Responsable de l’opération, année : Philippe Lefranc (ANTEA-Archéologie), fouille préventive, 2002-2003.

3Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

4Étude du mobilier : Muriel Roth-Zehner (ANTEA-Archéologie).

5Superficie fouillée : 2,2 hectares. Site incomplet. Une première partie du site a été fouillée en 1984 par Christian Jeunesse (SRA Alsace) à environ 500 m au sud-ouest du décapage de 2002-2003.

6Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : 22 fosses et deux fosses/fossés (structures 793 et 805) oblongues orientées ouest nord-ouest/est sud-est. La structure 805 (7,24 x 1,20 m), probablement à vocation cultuelle, contenait des dépôts de céramiques et de crémations. Étude du mobilier de 20 fosses et du fossé (structure 805).

7Datation des ensembles étudiés : Hallstatt D3.

8Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : le secteur de Rosheim et Bischoffsheim est riche en sites de l’Âge du Fer : quelques ensembles hallstattiens avec un pic de population au début de La Tène A. Le Hallstatt et La Tène A représentent, avec Bischoffsheim « AFUA du Stade », douze points de découvertes.

2. Le mobilier

Céramique

9Une cinquantaine (52 kg) de kilos de céramique se répartit dans 20 fosses et 1 petit fossé (structure 805). 2 009 tessons ont été recensés, pour un NMI de 470. Dans les tableaux sont illustrés des exemplaires provenant des structures 775, 793, 795, 805, 1927 et 1973.

10Les céramiques à pâte fine et lissage soigné ne sont pas nombreuses ; la famille des céramiques semi-fines (pâte fine mais lissage non soigné) est mieux représentée. Enfin, le type de céramique prépondérant est la céramique à pâte grossière. Aucun fragment de céramique tournée n’a été mis au jour.

• Les formes

11Parmi les formes basses, les formes 1100 et 1200 sont prépondérantes dans les ensembles étudiés. On note peu de céramique fine ; la majorité étant semi-fine voire de pâte grossière. On recense un nombre important appartenant à la catégorie 1200, qui devient caractéristique dès La Tène A. Le groupe le mieux représenté sur le site est celui des formes 2100 et 2200, en pâte fine ou semi-fine. La majorité des formes présente des carènes douces, plus ou moins fermées (formes 2200B et C). Seuls quelques vases présentent une carène marquée (forme 2200C, structures 805 et 795).

12La majorité des formes hautes est classée dans les catégories 6210 et 6220. Il s’agit de pots à profil sinueux en pâte semi-fine ou grossière ; une seule forme présente une carène plus marquée. Trois formes apparaissent dans la classe 9100. Leurs panses sont plutôt fusiformes et les cols à l’évidence conique. La forme recensée dans la structure 1927 rassemble d’ailleurs déjà l’ensemble des caractéristiques des bouteilles laténiennes.

13Une série de vases de petite taille dont la fonction nous échappe a également été mise au jour sur le site de Bischoffsheim. On note aussi la présence d’une anse décorée.

• Les décors

14Les seuls décors répertoriés dans cet ensemble sont les décors digités sur le bord des formes basses 1100 et des formes hautes 6210B et 6220B. Sur ces dernières, on note également la présence régulière de cordon digité sur le col ou à la jonction col/panse. Deux vases (6210B) sont décorés de séries de lunules, décor typique de la période laténienne. Des décors d’impressions digitées ont également été notés sur ces mêmes formes 6210, placés au niveau de l’épaule (non illustrés).

Autres mobiliers

15- Alliage cuivreux : 1 fibule de type Mansfeld F4 (structure 793), 2 fibules de type Mansfeld dP4 (structures 805 et 775), 2 fragments d’épingles (structure 1927).

16- Terre cuite : fusaïoles.

17- Lithique (17 kg) : fragments de meules en grès, galets chauffés.

18- Faune (3 kg) : non étudiée.

3. Conclusion

19L’ensemble céramique rassemble des particularités de la fin du Hallstatt et du début de La Tène A. Les caractéristiques recensées à Geispolsheim pour les ensembles du Hallstatt D2 sont ici quasiment absentes. On note certes des ressemblances, mais peu de parallèles convaincants. Des similitudes ont été enregistrées avec l’ensemble céramique de Wolfgantzen daté du Hallstatt D3 : à l’image de ce qui a été observé sur ce site, nous retrouvons un important pourcentage de formes 1200 qui deviennent caractéristiques à La Tène A, ainsi que des formes 2200. Soulignons que sur le site de Bischoffsheim, cette forme est nettement majoritaire. Parmi les formes 6210B, 6220B et 9100, les parallèles les plus parlants se trouvent dans des ensembles de La Tène A, notamment ceux de Rosheim (à environ 1,5 à 2,5 km à vol d’oiseau du site étudié). Les affinités entre les ensembles de Bischoffsheim et de Rosheim montrent probablement une continuité chronologique. Le site de Bischoffsheim a probablement été implanté à la fin du Hallstatt D2 et continue à être fréquenté jusqu’à la fin du Hallstatt D3.

4. Bibliographie

20Lefranc et alii, 2004.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

470

Poids total de la céramique

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

% fondé sur le NMI global du site

% fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Échantillonnage dans les structures

Non

% fondé sur une sélection des vases

Sélection de quelques structures

Non

Sélection d’une structure

Non

Sélection d’un niveau archéologique

Non

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

21Indice 4 : très fort.

Brumath (Bas-Rhin), « Lotissement Édouard Manet » (Hélène Delnef)

1. Le gisement

22Contexte géologique et géomorphologique : placage de limon-sableux avec une petite colline érodée. Flanc nord de l’ancien lit de la Zorn.

23Responsable de l’opération, année : Maxime Guillaume (AFAN), fouille préventive, 2000.

24Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

25Étude du mobilier céramique : Serge Mentele (AFAN).

26Superficie fouillée : 1,3 hectares. Site complet.

27Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : 47 structures en creux (fosses, 2 trous de poteaux et silos).

28Datation des ensembles étudiés : Hallstatt D1 et D2.

29Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : une fosse Hallstatt D et une fosse du Bronze moyen-final sur le territoire de la commune.

2. Le mobilier

Céramique

30Pour le Hallstatt D1, cinq structures sont prises en compte dans les fiches (structures 1009, 1013, 1016, 1018, 2016) et six pour le Hallstatt D2 (1020, 1022, 2002, 2005, 2015, 2017). Les formes basses représentent 44 % du corpus, les formes hautes, 48 %. 8 % des fragments sont indéterminables. Le NMI pour chaque fosse n’est pas renseigné dans le rapport. Le corpus du Hallstatt D2 est plus riche que celui du Hallstatt D1.

• Les formes

31Au Hallstatt D1, les formes basses se répartissent entre les formes de types 1100A et B, 1300B, 2100B et C, 2200A. Le vase de type 1300 de la structure 1016 avec un marli constitue un exemplaire unique sur l’ensemble du corpus de Brumath. Au Hallstatt D2, la grande majorité des formes basses appartient aux types 1100A et B, dont certaines possèdent une lèvre digitée. Les autres vases appartiennent aux types 1200, 2100A, B et C, et 2200A, B et C. Il faut noter l’apparition d’une carène vive sur un vase 2100C de la structure 2002, un épaulement surélevé sur un vase de type 2200C (structure 2005) et un petit pied sur un type 2200C (structure 1020).

32De même que pour les formes basses, le corpus des formes hautes est plus développé dans les structures du Hallstatt D2 que dans celles du Hallstatt D1. Pour cette période, les formes se répartissent entre les types 6110 ou 6120 et entre les types 6210 et 6220. Certains fragments de bords ne permettent pas de les attribuer à un type précis. La présence d’un vase de type 6220A (structure 1016) à panse globulaire et encolure verticale est à noter. Au Hallstatt D2, les formes se répartissent entre les types 5200, 6110, 6120, 6210 et 6220. Les vases à panse globulaire sont toujours présents, mais avec une lèvre éversée (structures 1020, 2002, 2005, 2017).

• Les décors

33Dans le corpus du Hallstatt D1, les formes basses ne sont pas décorées. L’ornementation des formes hautes se réduit à deux cordons à la jonction col/panse, à de l’estampage et à une application de graphite à l’intérieur d’un col éversé (type 6210 ou 6220). Au Hallstatt D2, le décor de lèvre digitée se trouve sur les types 1100, 5200, 6110, 6120, 6210 et 6220. Les formes hautes possèdent de plus des cordons, des estampages et un décor de frise de chevrons incisés associé à une série de digitations sur un vase (type 6220, structure 1020).

Autres mobiliers

34- Alliage cuivreux : 1 épingle à tige coudée, 1 épingle à tête en « T », 2 épingles à tête sphérique massive, 1 fragment de boucle d’oreille creuse enroulée en croissant, 1 fragment de bracelet orné de groupes de stries transversales, 1 fibule de type Mansfeld P1, 1 fragment d’hameçon, 1 rivet, 1 trousse de toilette, fragments d’anneaux, petites plaques perforées.

35- Fer : fragments indéterminés, scories.

36- Terre cuite : 8 vases de petite taille, 2 anses, 1 couvercle, 1 support de vase (?), 1 entonnoir, 13 fusaïoles.

37- « Jais » : 8 perles cylindriques.

3. Conclusion

38La phase du Hallstatt D1 est déterminée par la présence de formes ouvertes à marli et de formes hautes fermées avec des bords éversés. La phase du Hallstatt D2 se caractérise par des formes ouvertes à bord rentrant et à profil sinueux et par des formes hautes à profil plus segmenté. Ces récipients permettent d’illustrer une phase ancienne du Hallstatt D2.

4. Bibliographie

39Guillaume et alii, 2000 ; Mentele et alii, 2005b.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

4 171 (site)

Poids total de la céramique

90 kg

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

% fondé sur le NMI global du site

Non

% fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Non

Échantillonnage dans les structures

Oui

% fondé sur une sélection des vases

Oui

Sélection de quelques structures

Oui

Sélection d’une structure

Sélection d’un niveau archéologique

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

40Indice 2 : moyen. Les structures ont été choisies en fonction de leur homogénéité et de la représentativité du mobilier sur un site multiphasé.

Colmar (Haut-Rhin), « Rufacher Huben », « Les terrasses du Diaconat » (Marina Lasserre)

1. Le gisement

41Contexte géologique et géomorphologique : fossé/chenal en rebord de terrasse lœssique surplombant une ancienne zone humide.

42Responsable de l’opération, année : Marina Lasserre (SRA Alsace), fouille préventive, 1990. En 2006, une opération de fouille préventive a permis de fouiller la suite (et fin) du site (Roth-Zehner et alii, 2008).

43Type de gisement : habitat ouvert de rebord de terrasse associé à un fossé de nature originale.

44Étude du mobilier : Christian Maise (Institut für Ur- und Frügeschichte, Fribourg-en-Brisgau).

45Superficie fouillée : 6 000 m2 en 1990 et 10 000 m2 en 2006.

46Types et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène B1) : un fossé sur la partie haute de la terrasse, et quelques fosses. Les autres fosses datent du Bronze final IIb et IIIa.

47Datation des ensembles étudiés (fossé) : Bronze final IIIb

48Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène B1) : dense pour toutes les phases du Bronze final. La deuxième tranche de fouille n’a pas été prise en compte dans cette étude.

2. Le mobilier

Céramique

49Le mobilier le plus important provient du fossé, découpé en 12 segments. À été pris en compte pour l’illustration, une sélection du matériel le plus caractéristique issu de ce fossé. Deux phases céramiques ont été isolées au sein du Bronze final IIIb. Le fossé a fourni 500 kg de céramique, qui totalisent 1535 individus comptés sur les bords identifiés pour la première phase et 56 individus pour la seconde (non illustrée ici).

• Les formes

50Dans chacun des segments étudiés, les formes basses dominent avec une majorité de 1100A et B (entre 40 et 56 % suivant les secteurs), plusieurs exemplaires sont décorés. Les formes 1300 et 2100 sont présentes mais en petite minorité. Les formes segmentées basses 2300, non décorées, sont bien illustrées essentiellement pour la première phase.

51Les formes hautes, essentiellement en céramique grossière, sont dominées par les 6210A et 6220A. Il y a également l’apparition d’exemplaires de 5200.

• Les décors

52C’est surtout la forme 1100B qui va porter les différents décors, peints, incisés ou graphités comme par exemple les trois exemplaires décorés parmi lesquels un décor de damiers rouges et graphités. Parmi les formes hautes, beaucoup sont décorées, soit de lignes d’impressions (y compris circulaires), soit d’un cordon, soit de cannelures. Le décor peut être rehaussé de graphite et de peinture rouge.

Autres mobiliers

53- Alliage cuivreux : 2 épingles à tête vasiforme.

54- Faune : non étudiée.

3. Conclusion

55Les études céramologiques menées dans le cadre de la publication de ce gisement par Christian Maise (Maise, Lasserre, 2005) ont permis de déterminer l’existence de deux phases dans le Bronze final IIIb dont la première est clairement issue du IIIa alors que la seconde s’en dégage bien. La peinture et le graphitage restent toujours pour l’instant l’apanage de l’apparition du Bronze final IIIb. La dernière phase du Bronze final IIIb isolée sur le site est mal documentée (et non illustrée ici) mais se distingue par un décor graphité sur fond rouge et l’apparition d’une forme 6220A peinte en rouge et avec un motif d’impression circulaire sous le bord.

4. Bibliographie

56Lasserre, 1990 ; Maise, Lasserre, 2005 ; Roth-Zehner et alii, 2008.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

1 535 (phase1) et 56 (phase 2)

Poids total de la céramique

500 kg

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

cf. nombre de bords

% fondé sur le NMI global du site

Non

% fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Non

Échantillonnage dans les structures

Non

% fondé sur une sélection des vases

Non

Sélection de quelques structures

Non

Sélection d’une structure

Non

Sélection d’un niveau archéologique

Non

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

57Indice 3 : fort.

Colmar-Houssen (Haut-Rhin), « Hoell », « Gravière » (Suzanne Plouin)

1. Le gisement

58Contexte géologique et géomorphologique : dans la plaine alluviale du Rhin, sur la rive gauche de l’Ill, limons de débordement sur des graves.

59Responsable de l’opération, année : Suzanne Plouin (AFAN) et Muriel Roth-Zehner (AFAN), fouille préventive, 1994.

60Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

61Étude du mobilier : Serge Mentele (AFAN) et Suzanne Plouin (AFAN).

62Superficie fouillée : 4 hectares. Site incomplet.

63Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : 7 structures hallstattiennes.

64Datation des ensembles étudiés : Hallstatt C (puits 2029 et 2262).

65Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : l’habitat hallstattien de Houssen « Cora », daté aussi du Hallstatt C, est situé à 3 km vers le nord ; à 800 m vers le sud se trouve un tumulus utilisé du Hallstatt C au D1, fouillé en 1972.

2. Le mobilier

Céramique

66Le puits 2029, fouillé en totalité, a livré 40 kg de céramique pour un total de 196 bords après recollage. On dénombre une très forte proportion de céramiques fines et mi-fines pour seulement 13 % environ de céramique grossière. Le puits 2262 n’a été dégagé que partiellement, suite à la remontée de la nappe phréatique due à des pluies persistantes. Il a livré 18 kg de céramique, comportant 64 bords. La céramique fine est peu représentée, la plupart des récipients sont en pâte semi-fine simplement lissée, 20 % des bords appartiennent à de la céramique grossière.

• Les formes

67Les formes basses sont très largement majoritaires dans les deux structures. Parmi les formes à corps simple, la forme 1100A est omniprésente dans les deux fosses, représentant plus de la moitié du corpus ; les formes à encoche sont rares, tout comme la présence de digitations sur le bord. Quelques récipients à marli et panse arrondie (1300) sont présents. Les formes à corps complexe se partagent entre les modèles à panse arrondie (2100A) et ceux à profil sinueux et petit bord éversé (2200A). Elles appartiennent à la seconde catégorie la mieux représentée (environ 1/4 du corpus). On note aussi la présence de quelques formes basses décorées de type 2300.

6845 bords (soit environ 20 %) appartiennent à des formes hautes, en majorité en céramique fine ou semi-fine. Outre quelques récipients en céramique grossière à panse ovoïde (5200), un seul vase à col en quille (7000) et un seul à col rentrant (6120A), la majorité des récipients appartiennent à la forme 6220, avec une lèvre souvent ornée de digitations.

• Les décors

69Parmi les formes basses, on constate une quantité très importante de vases portant un décor graphité, en particulier dans la fosse 2029. Celui-ci peut couvrir seulement le bord (forme 1300), mais, plus souvent, du graphite en aplat couvre la totalité du vase, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur (formes 1100, 2100, 2300). Un seul récipient porte un décor plus élaboré car il est entièrement graphité à l’extérieur, alors que l’intérieur porte un décor de larges stries rayonnantes. L’utilisation de peinture rouge est plus rare ; celle-ci est appliquée sur l’extérieur du récipient, servant de fond à un décor de lignes tracées au graphite (formes 2300 uniquement). Quant au décor gravé, il est exceptionnel car il n’apparaît que sur un récipient de la fosse 2262 (forme 1300), dont le large marli porte un décor couvrant de triangles hachurés rappelant les motifs caractéristiques de la fin du Bronze final.

70Pour les formes hautes, quelques larges bords en entonnoir portent un aplat de graphite. Une grande partie des formes 6220 est ornée de points ou de triangles estampés dans la pliure du col, un seul récipient porte des zigzags gravés sous l’encolure. Enfin, 8 bords en pâte très grossière sont soulignés de cordons digités rapportés.

Autres mobiliers

71- Terre cuite : 2 fragments de faisselle, 1 fusaïole.

72- « Lignite » : 1 bracelet de type étroit.

73- Lithique : 2 lissoirs, 1 meule, 1 broyon.

74- Faune : non étudiée.

3. Conclusion

75Une partie des formes basses (1100A, 1300) et hautes (5200, 6220) est issue du répertoire céramique du Bronze final IIIb, tel qu’on le connaît aussi bien en Alsace (« Hohlandsberg ») qu’en Bade (Burckheim, Sasbach). Le décor de triangles hachurés alternés ornant le récipient à marli de la fosse 2262 témoigne de cette même influence. Toutefois la présence de nombreuses formes basses à corps complexe, certaines à panse faiblement sinueuse ou légèrement carénée, décorée d’aplats de graphite, d’autres à panse décorée à la peinture rouge et au graphite et à petit bord éversé (2300), tout comme celle du récipient à col en quille, constituent des indices d’une datation plus tardive et confirment l’appartenance des fosses de Colmar-Houssen au Hallstatt C.

76La datation du bois de cuvelage du puits 2029 (dendrochronologie impossible car le bois est de l’aulne) par 14C a livré des dates entre 826 et 548, avec un maximum de probabilité autour de 795 (LY-7551).

4. Bibliographie

77Plouin, Zehner, 2003.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

196

Poids total de la céramique

40,5 kg

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

% fondé sur le NMI global du site

Oui

% fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Échantillonnage dans les structures

% fondé sur une sélection des vases

Sélection de quelques structures

Oui (2 structures)

Sélection d’une structure

Sélection d’un niveau archéologique

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

78Indice 3 : fort.

Ensisheim (Haut-Rhin), « Reguisheimerfeld », « THK » (Muriel Roth-Zehner)

1. Le gisement

79Contexte géologique et géomorphologique : terrasse de graviers et limons (paléochenaux).

80Responsable de l’opération, année : Muriel Roth-Zehner (ANTEA-Archéologie), fouille préventive, 2000.

81Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

82Étude du mobilier : Muriel Roth-Zehner (ANTEA-Archéologie).

83Superficie fouillée : 11 600 m2. Site incomplet.

84Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : 1 fosse polylobée, 3 fonds de cabane, 3 fossessilos et 2 fossés (Hallstatt D3 et surtout La Tène A).

85Datation de l’ensemble étudié : Hallstatt D3 (structure 301a).

86Environnement archéologique immédiat : environnement archéologique essentiellement marqué par de nombreuses découvertes isolées de l’Âge du Bronze et du Hallstatt (prospections pédestres) et par la présence de nécropoles protohistoriques.

2. Mobilier

Céramique

87Une seule fosse est concernée par cette étude (structure 301a). Elle contenait 6 kg de céramique.

• Les formes

88Le trait le plus marquant est la présence d’écuelles carénées non tournées, dont certaines sont très ouvertes et décorées de cannelures (essentiellement dans la forme 2200C, mais aussi sur un exemplaire proche de la forme 1300B). Parmi les formes basses, on note la quasi absence des formes 1200 (seuls quelques fragments, non représentés sur les tableaux car trop fragmentaires, ont été recueillis) et la présence importante des formes 1100A.

89Les formes hautes sont toutes de pâte grossière : ce sont essentiellement des pots de stockage de type 6110B.

• Les décors

90Les formes basses ne sont pas décorées, en dehors des cannelures signalées plus haut. Les formes hautes ont des bords et des cordons digités ou des décors estampés sur l’épaule.

Autres mobiliers

91- Alliage cuivreux : 1 fragment de bracelet à petites nodosités ou bossettes rapprochées.

92- Lithique : fragments de meules en grès.

93- Faune : non étudiée.

3. Conclusion

94Malgré une quantité limitée de mobilier, cet ensemble céramique est très intéressant car il comporte des spécificités non encore reconnues dans la plaine d’Alsace. À ce jour, seul le site d’Illfurth « Britzgyberg » offre quelques parallèles avec Ensisheim « Reguisheimerfeld ». Les comparaisons avec d’autres ensembles alsaciens étant très difficiles, la datation de l’ensemble d’Ensisheim « Reguis heimerfeld » se base tout d’abord sur le mobilier métallique découvert en association avec la céramique (Hallstatt D3). Le peu de formes de type 1200 fait également dater cette céramique dans le Hallstatt. Les formes 2200C à décor cannelé rappellent déjà fortement les écuelles carénées que l’on va retrouver à La Tène A. Les décors cannelés sur des formes 2200C commencent à apparaître dès le Hallstatt D3 dans la région, mais sur des formes tournées (par exemple à Breisach « Münsterberg »). Le site d’Illfurth, « Britzgyberg » a livré également ces mêmes formes non tournées, mais dans des couches d’habitation difficiles à dater avec précision. Remarquons que parmi les formes hautes, aucune n’est typiquement hallstattienne et qu’on commence à y percevoir des caractéristiques reconnues pour le début de La Tène (formes 6110B) (cf. Rosheim « Mittelweg » et « SCI 4 Portes »). En revanche, aucune forme 9100 et 9200 n’a été mise au jour, ce qui confirme l’appartenance de cet ensemble à la fin du Hallstatt.

4. Bibliographie

95Zehner et alii, 2001.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

52

Poids total de la céramique

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

 % fondé sur le NMI global du site

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Échantillonnage dans les structures

 % fondé sur une sélection des vases

Sélection de quelques structures

Sélection d’une structure

Oui

Sélection d’un niveau archéologique

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

96Indice 2 : moyen.

Geispolsheim (Bas-Rhin), « Bruechel » (Marie-Pierre Koenig)

1. Le gisement

97Contexte géologique et géomorphologique : en bordure terrasse lœssique, sur une légère éminence de terre.

98Responsable de l’opération, année : Jean-Pierre Legendre (SRA Alsace), fouille préventive, 1988.

99Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

100Étude du mobilier : Marie-Pierre Koenig (INRAP).

101Superficie fouillée : 1 600 m2 (160 x 10 m). Site incomplet.

102Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : 17 structures hallstattiennes (14 silos et 3 fosses) auxquelles s’ajoute un enclos circulaire protohistorique. 9 ensembles sont présentés.

103Datation des ensembles étudiés : Hallstatt D2 et Hallstatt D3 (structure 45).

104Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : les fouilles récentes d’Entzheim « In der Klamm » et Geispolsheim « Schwobenfeld » (Landolt et alii, 2007 ; Landolt et alii, 2008 ; fouilles Michaël Landolt 2008-2009), situées à moins d’un kilomètre, ont révélé l’existence d’occupations importantes du Hallstatt C jusqu’à La Tène B, avec une interruption au Hallstatt D2.

2. Le mobilier

Céramique

105Le mobilier des 18 fosses ayant livré du mobilier a été intégralement étudié lors de la publication d’origine. Il a récemment fait l’objet d’un réexamen, suite aux dernières découvertes réalisées à Holtzheim, Rosheim et Wolfgantzen. On dénombre au total 385 individus, dont 91 correspondent à des formes qu’il n’a pas été possible d’identifier. Les pourcentages proposés se fondent donc sur l’étude de 294 individus parmi lesquels la céramique fine représente plus des 2/3. Pour élaborer les tableaux typologiques, seules les fosses les mieux documentées ont été prises en compte (structures 17, 21, 26, 28, 32, 35, 35A, 35B et 45).

• Les formes

106On y observe la fréquence des formes 1100 (48 % du total des formes) : celles en céramique fine sont toujours dépourvues de décor (1100A). Les récipients à bord rentrant annoncent indiscutablement les formes qui seront d’usage à La Tène (1200). Les formes 2100 et 2200 se déclinent en de nombreuses variantes qui font l’originalité de ce gisement (23 %). On notera en particulier des formes très sinueuses, présentant ou non un épaulement marqué et un haut col, caractéristiques de la fin du Hallstatt.

107Parmi les formes hautes dominent les récipients en céramique grossière (19 %). Ils sont pour l’essentiel bitronconiques, avec (6210) ou sans encolure (6110). Quelques spécimens plus ovoïdes complètent cet inventaire (5100, 5200).

108Enfin, on note quelques formes plus exceptionnelles tels un fragment de col proche d’une bouteille (9100), des vases de petite taille, des vases à profil bombé et col en degrés ou à col vertical développé et une curieuse assiette (ou couvercle ?) peinte en rouge foncé (7 %). Certaines de ces formes pourraient correspondre à des importations ou à des imitations. Enfin une série de couvercles complète cet inventaire (3 %).

• Les décors

109La céramique fine est très rarement décorée. Mise à part la présence d’un décor peint en rouge et blanc caractéristique du Hallstatt D1 (voire du D2) sur une forme 2200A et des croisillons incrustés de pâte blanche sur une forme carénée 2200C, on ne peut mentionner qu’un petit tesson orné de motifs graphités et un fragment décoré de stries parallèles et de petits losanges (structure 29). Les décors sont en revanche fréquents sur les vases en céramique grossière. Les lèvres sont digitées sur certains modèles de 1100 ainsi que sur les différentes formes hautes, ces dernières étant souvent agrémentées de digitations sur la panse, de lignes poinçonnées ou de cordons digités.

Autres mobiliers

110- Alliage cuivreux : 1 épingle à petite tête massive.

111- Terre cuite : 1 cuiller, pesons, fusaïoles, bobine, tuyère (?).

112- Verre : 1 bracelet en perles de couleur brunâtre.

113- Corail : 1 fragment brut.

114- Lithique : lissoirs.

115- Faune : étudiée (abondance des ovicapridés par rapport au bœuf et au porc).

3. Conclusion

116Dans son ensemble, le mobilier de Geispolsheim est relativement homogène. Quelques éléments évoquent encore le Hallstatt C-D1 (tesson graphité) ou la fin du Hallstatt D1 (forme 2200A à profil pansu décorée d’un zigzag rouge sur fond banc et vase à col en degrés). Cependant, hormis les récipients à profil faiblement sinueux, les types observés en contexte Hallstatt D1 font défaut (vase à bord oblique, graphite en aplat…).

117L’absence marquée des formes caractéristiques des ensembles du Hallstatt D3, tels les profils très carénés (2200C), le décor peigné, les formes 1200 à bord nettement rentrant, la céramique cannelée tournée… laisse à penser que le gisement de Geispolsheim est plus ancien et se développe à l’extrême fin du Hallstatt D1 et surtout au Hallstatt D2, ce que confirment les découvertes récentes de Brumath « Lotissement Manet ». Seul le silo 45 est peut-être un peu plus tardif (Ha D3), présentant quelques similitudes avec le mobilier de Holtzheim (bord rentrant sinueux, motifs de croisillons…).

4. Bibliographie

118Koenig et alii, 1990 ; Koenig et alii, 2005.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

385 (environ 2/3 fine et 1/3 grossière)

Poids total de la céramique

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

294

 % fondé sur le NMI global du site

Non

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Oui

Échantillonnage dans les structures

Non

 % fondé sur une sélection des vases

Non

Sélection de quelques structures

Non

Sélection d’une structure

Non

Sélection d’un niveau archéologique

Non

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

119Indice 3 : fort. Silos profonds réutilisés en dépotoirs.

Hatten (Bas-Rhin), « Rothsmatt » (Muriel Roth-Zehner)

1. Le gisement

120Contexte géologique et géomorphologique : substrat composé de dépôts alluviaux (limons et sables) brassés dans les colluvions lœssiques. Le niveau argileux (argiles grises indifférenciées reconnues dans l’interfluve entre les vallées de la Sauer et du Seltzbach déposées lors d’une période interglaciaire du Quaternaire ancien) peu profond a engendré des nappes d’eau se formant en surface et inondant la grande majorité du site.

121Responsable de l’opération, année : Muriel Roth-Zehner (ANTEA-Archéologie), fouille préventive 2001.

122Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

123Étude du mobilier : Muriel Roth-Zehner (ANTEA-Archéologie).

124Surface fouillée : 5 030 m2. Site quasiment complet.

125Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : 3 fosses polylobées, 10 petits fossés ou fosses oblongues, 52 fosses, 59 trous de poteau, 1 segment de fossé et 2 puits.

126Datation des ensembles étudiés : Hallstatt D3.

127Environnement archéologique immédiat (Bronze final IIIb à La Tène A) : la nécropole de Hatten « Eschenbusch » située à 2 km à l’est a livré une tombe à char découverte en 1851. La datation de la tombe par la vaisselle métallique permet de situer la sépulture vers 500 avant J.-C. (Hallstatt D3).

2. Le mobilier

Céramique

128Le mobilier céramique constitue l’essentiel du matériel découvert dans les structures. On recense 295 tessons répartis dans 25 structures. Les tableaux illustrent le mobilier des fosses 15, 28, 37, 83b, 84, 86 et 208.

• Les formes

129En dehors de quelques exemplaires de la forme 1100, on note surtout la présence de nombreuses formes dans la catégorie 1200. Les formes 2200, et plus spécialement la forme 2200C, sont également bien représentées.

130Le corpus des formes hautes est extrêmement pauvre sur ce site.

131On ne note aucune forme décorée.

Autres mobiliers

132- Torchis/argile rubéfiée : nombreux fragments d’argile rubéfiée.

133- Lithique : 2 fragments de meules, polissoir.

134- Faune : non étudiée (mal conservée à cause de l’acidité du sol).

3. Conclusion

135La datation de ces structures s’avère plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. Sans éléments caractéristiques majeurs (céramique tournée du Kaiserstuhl, céramique tournée cannelée de Breisach, fibules, de nombreuses formes en pâte fine), il devient difficile de dater le site avec certitude. Pourtant une première approche peut être proposée. Les constatations sur ce mobilier se résument en plusieurs points : premièrement, on constate une série de mobilier que l’on peut tout aussi bien attribuer au Hallstatt D qu’à La Tène A. Deuxièmement, on note la présence importante des écuelles à bord rentrant (forme 1200), caractéristique certaine de la phase la plus récente du Hallstatt et de La Tène A. Troisièmement, on remarque l’absence de céramique tournée, mais cette donnée doit être manipulée avec prudence. L’absence de ce type de récipient ne peut être comprise comme une preuve en soi d’une appartenance à une phase antérieure au Hallstatt D3. Dans certains cas et seulement après étude et comparaison du reste du corpus, elle permet éventuellement de conforter l’idée d’une phase archaïque. Or, les formes repérées sur le site sont trop réduites pour proposer une fourchette chronologique sans équivoque. La présence ou non de céramique tournée ne peut donc être utilisée comme argument décisif. Quatrièmement, contrairement aux sites datés des phases D2/D3 du Hallstatt, on ne note aucune trace de céramique graphitée ou peinte en rouge. Ces remarques tendraient à prouver que les ensembles que nous avons étudiés sur le site de Hatten datent du Hallstatt D3 et perdurent jusqu’au début de La Tène A.

4. Bibliographie

136Zehner et alii, 2001.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

99

Poids total de la céramique

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

 % fondé sur le NMI global du site

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Échantillonnage dans les structures

 % fondé sur une sélection des vases

Sélection de quelques structures

Oui ?

Sélection d’une structure

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

137Indice 3 : fort.

Holtzheim (Bas-Rhin), « Am Schluesselberg » (Marie-Pierre Koenig)

1. Le gisement

138Contexte géologique et géomorphologique : terrasse lœssique.

139Responsable de l’opération, année : Gertrud Kuhnle (AFAN), fouille préventive, 1996.

140Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

141Étude du mobilier : Marie-Pierre Koenig (AFAN), Gertrud Kuhnle (AFAN), Christian Maise (Institut für Urund Frügeschichte, Fribourg-en-Brisgau).

142Superficie fouillée : 1 hectare (dont 4 000 m2 pour les fosses Hallstatt). Site complet mais érodé.

143Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : 41 fosses du Hallstatt D3 correspondant pour moitié à des silos ; les autres vestiges sont plus anciens ou plus récents. Une sélection d’une dizaine d’ensembles a été opérée ici.

144Datation des ensembles étudiés : Hallstatt D3.

145Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : les habitats de Geispolsheim, Rosheim « Sand grube » et Rosheim « Mittelweg » qui s’échelonnent entre le Hallstatt D et La Tène A, sont situés dans un rayon de quelques kilomètres. À l’exception d’un enclos circulaire observé à Geispolsheim, l’environnement funéraire demeure inconnu. À signaler néanmoins l’importante nécropole de Nordhouse, à 10 km de là (fouille Suzanne Plouin).

2. Le mobilier

Céramique

146Le corpus des formes comporte au total un NMI de 278 (dont 247 formes bien identifiées) réparti sur la cinquantaine de fosses hallstattiennes étudiées sur le site. 66 % du NMI sont en pâte fine (ou semi-fine) et 34 % en pâte grossière. Les tableaux typologiques ont en revanche été construits à partir d’une sélection de neuf fosses bien documentées (structures 31, 38, 39, 46, 47, 52, 63, 65 et 66).

• Les formes

147Plus de la moitié du corpus correspond à des formes basses à corps simple. Les formes à bord rentrant (1200) sont à présent majoritaires, tandis que la forme 1100 est en nette régression (on peut les estimer à environ 39 % du total contre 10 %). La forme 2100 est faiblement représentée (environ 1 %). En revanche, la plupart des formes basses à corps complexe (environ 20 %) sont soit très sinueuses (2200B), soit carénées (2200C). Signalons enfin des formes intermédiaires entre les types 1300 et 2100.

148Les formes hautes se limitent pour l’essentiel à de la céramique grossière (environ 28 %) où les formes plus ou moins bitronconiques avec (6210/6220) ou sans encolure (6110) dominent.

149Quelques formes particulières et des vases de petite taille complètent cet inventaire (environ 2 %). À noter l’absence totale de bouteilles ou formes apparentées (9100).

• Les décors

150Pour les formes basses en céramique fine, la pauvreté du corpus décoratif est à souligner : absence totale de matière colorante, qu’il s’agisse de graphite ou de peinture rouge, de cannelures ou de motifs estampés. En revanche, on note comme à Geispolsheim un motif de croisillons incisés et incrustés de pâte blanche et quelques tessons peignés (peigne à 10 dents). Les formes 1100 en céramique grossière sont presque toutes agrémentées de digitations sur la lèvre.

151L’ornementation des formes hautes en céramique grossière est courante avec le cortège classique des motifs impressionnés ou des digitations, ces dernières s’organisant en plusieurs registres horizontaux dans la structure 77 (non illustrée). Les cordons quant à eux disparaissent. Seuls deux exemplaires ont été identifiés ; ils séparent le haut de la panse de la partie inférieure du récipient à présent rehaussé d’un engobe grossier et rugueux qui n’existait pas sur les productions plus anciennes.

Autres mobiliers

152- Terre cuite : fusaïoles, 2 perles, 1 colombin (st. 29).

153- Faune : étudiée. En dépit d’un faible nombre de restes (337 dont 220 déterminés), 10 espèces de mammifères et 2 d’oiseaux ont été identifiées. Les animaux d’élevage sont bien représentés (surtout bœuf, porc et capridés) mais l’importance de la chasse est à noter avec un tiers des restes déterminés.

3. Conclusion

154Comme à Wolfgantzen, on note une certaine raréfaction des formes et surtout des décors. Les formes basses à bord rentrant (1200) sont extrêmement fréquentes, de même que les modèles carénés (2200C) ou à profil très sinueux (2200B) ; les profils faiblement sinueux font totalement défaut. Les rares décors présents correspondent à des innovations de la fin du Hallstatt, à savoir le peigne et les croisillons incrustés de pâte blanche. Au niveau des formes hautes, bon nombre d’exemplaires en céramique grossière sont de forme élancée. Curieusement, les profils très rectilignes et les bouteilles demeurent absents.

4. Bibliographie

155Kuhnle, 1996 ; Kuhnle, 1997 ; Kuhnle et alii, 1998b ; Kuhnle, Tesnier-Hermetey, 2005 ; Koenig et alii, 2005.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

278

Poids total de la céramique

44 kg

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

247

 % fondé sur le NMI global du site

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Oui

Échantillonnage dans les structures

 % fondé sur une sélection des vases

Sélection de quelques structures

Oui

Sélection d’une structure

Sélection d’un niveau archéologique

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

156Indice 2-3 : moyen à fort. Les silos plus ou moins profonds ont servi de dépotoirs. La céramique se situe dans tout le remplissage en ce qui concerne les structures 38, 39, 46, 52, 59, 63, 65, 66 et 47 (dans cette structure, la céramique provient à la fois de la fosse-silo et de la cuvette, avec remontages entre les deux parties de la structure). En revanche, dans la structure 31, la céramique provient surtout de la partie supérieure de la fosse.

Houssen (Haut-Rhin), « Cora » (Hélène Delnef)

1. Le gisement

157Contexte géologique et géomorphologique : cône de déjection de la Fecht (cailloux et sable) et lambeaux de lœss.

158Responsable de l’opération, année : Gertrud Kuhnle (AFAN), fouille préventive, 1996-1997.

159Étude du mobilier : Serge Mentele (AFAN).

160Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

161Superficie fouillée : 16 hectares diagnostiqués dont deux zones de fouilles (1,15 hectares et 0,85 hectare). Site incomplet.

162Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : 7 fosses du Hallstatt C.

163Datation des ensembles étudiés : Hallstatt C (structures 1014 et 1015).

164Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : Sainte-Croix-en-Plaine « Marbach Acker » se trouve à 13 km.

2. Mobilier

Céramique

165Les fosses 1014 et 1015 sont les seules fosses étudiées qui pourraient être identifiées comme des fours de potiers. Les collages entre ces deux fosses ont conduit à une étude de ces deux structures comme une seule. La fosse 1014 contient 699 tessons (7 kg) et la fosse 1015, 1361 tessons (44 kg). Les tessons de la fosse 1014 sont très fragmentés. 180 individus ont été identifiés parmi lesquels 150 ont été étudiés.

• Les formes

166Les formes basses constituent 59 % du corpus dont 37 % de céramique fine, 54 % de semi-fine et 9 % de grossière. La forme prédominante possède un profil de type 1100A et B. Dans cette catégorie, se trouvent au moins deux jattes à encoche. On peut noter la présence de marlis (type 1300A et B), de coupes à bord sub-verticaux de type 2100A et de vases à profil sub-sphérique de type 2300. Les formes basses à profil sinueux sont de type 2200A.

167Les formes hautes constituent 31 % du corpus dont 27 % de céramique fine, 44 % de semi-fine et 29 % de grossière. Les formes appartiennent essentiellement aux types 6220A et B, dont deux vases à épaulement surhaussé à lèvre verticale pour l’un et éversée pour l’autre. On compte également deux vases à col en quille (type 7000) à épaulement surhaussé et un vase à panse sub-sphérique (type 6120A).

• Les décors

168Le corpus des décors est assez riche. Des décors de graphite et de peinture rouge en aplat seuls ou en association sont recensés sur des vases de types 1100A et B, 1300B, 2100A, 2200A, 6120A, 6220A et 7000. Un vase de type 1300A possède un décor intérieur rayonnant sur la panse et à chevron sur le marli réalisé à l’aide de graphite. Des motifs complexes sont peints sur le col et le haut de la panse d’un vase de type 7000 et sur l’épaulement d’un vase de type 2300. Des filets incisés verticaux associés à des points estampés couvrent le haut de la panse d’un vase de type 2300. Ils sont associés à des filets horizontaux incisés en haut de l’épaule comme sur le vase de type 2300 déjà cité. Des décors estampés soulignent les bords de vases de types 6220 et 2300. Les décors plastiques sont représentés par des cordons estampés ou digités à la jonction col/panse (type 6220B) et par des lèvres digitées (types 6220A et 1100B).

Autres mobiliers

169- Alliage cuivreux : parure.

170- Terre cuite : fusaïoles, pesons, anneaux.

171- « Lignite » : parure.

172- Torchis/argile rubéfiée : torchis.

173- Lithique : fragments de meules, lissoirs.

174- Faune : non étudiée.

3. Conclusion

175Les vases de type 2300 montrent encore des affinités avec des formes du Bronze final IIIb. En revanche, l’ensemble ne possède pas de vase à haut col éversé comme à Brumath « Lotissement Édouard Manet », datables du Hallstatt D1. La présence de vases de type 2200 à profil sinueux permet de rapprocher cet ensemble de celui de Gundolsheim 1 (Bonnet, Jehl, 1960) qui daterait de la deuxième moitié du Hallstatt C. Les céramiques des fosses 1014 et 1015 constituent un corpus homogène datable de la seconde moitié du Hallstatt C.

4. Bibliographie

176Plouin, 1995 ; Mentele, 2000 ; Mentele et alii, 2005a.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

180 (structures 1015 et 1014)

Poids total de la céramique

51 kg (structures 1015 et 1014)

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

150

% fondé sur le NMI global du site

Non

% fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Non

Échantillonnage dans les structures

% fondé sur une sélection des vases

Oui

Sélection de quelques structures

Oui

Sélection d’une structure

Sélection d’un niveau archéologique

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

177Indice 3 : fort. Les deux fosses étudiées possèdent un important mobilier homogène.

Illfurth (Haut-Rhin), « Britzgyberg » (Aurore Boyer)

1. Le gisement

178Contexte géologique et géomorphologique : confluence des vallées de la Largue et de l’Ill sur une colline du plateau sundgauvien.

179Responsable de l’opération, année : Roger et Joël Schweitzer (Musée de Mulhouse), fouille programmée, 1966-1988.

180Type de gisement : habitat de hauteur fortifié.

181Étude céramique des ensembles présentés : Aurore Boyer (ANTEA-Archéologie).

182Superficie fouillée : 73 m2 environ pour le secteur dont sont issues les US étudiées.

183Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : le mobilier étudié correspond au secteur initialement dénommé « plateau est » (zones 52 et 76) : 11 structures (trous de poteau, tranchée de sablières basses, solins, foyer), 1 niveau de sol et 5 couches d’occupations du Hallstatt D1 à la fin de la période. Les 4 ensembles présentés ne sont pas des ensembles clos.

184Datation des ensembles étudiés : Hallstatt D1.

185Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : un habitat sur le flanc ouest de la colline, datant du Hallstatt D1 et D3 (Illfurth « Buergelen »), était sans doute lié à l’habitat de hauteur. La commune compte une crémation du Bronze final et des silos de La Tène A. Aucun autre vestige n’a été repéré sur la commune pour la période considérée. Signalons à environ 12 km, la présence de deux sites avec enclos du Hallstatt D1 : Riedisheim et Koetzingue.

2. Le mobilier

Céramique

186L’ensemble des US étudiées (US 284, 285, 285 ou 286, 285 début 286) représente 1712 tessons et un minimum de 171 vases au total. 53 fonds ont été dénombrés. 56 bords (32 % du corpus) ne sont pas attribuables à une forme distincte et 140 tessons (bords ou panses) présentent un décor.

• Les formes

187Les formes basses représentent 46 % du corpus. Les 44 individus appartenant au type 1100A, en constituent l’essentiel (54,3 %). Réalisés en céramique semi-fine et grossière, ils sont souvent décorés de digitations et/ou d’encoche sur la lèvre. 18 bords se rattachent au type 1100B (22,3 %). Ils sont en majorité réalisés en pâte semi-fine. Un exemple est graphité à l’extérieur et peint en rouge à l’intérieur. La forme 1300 est rare (un seul fragment en céramique fine a été recensé pour cette forme). Le large bord est décoré, à l’intérieur, d’au moins un chevron incisé. Le type 2100A est également exceptionnel. Deux exemples en céramique semi-fine illustrent la forme à profil rentrant 2100B (2,4 %). Quant à la forme 2200A, elle est largement représentée dans ce corpus (15 vases, 18,6 %). Ces individus sont de bonne qualité, exécutés en céramique fine ou semi-fine et un vase est décoré de deux cannelures sur la partie supérieure de la panse. Un exemplaire de la forme 2300 est décoré de graphite.

188Les formes hautes représentent 21 % du corpus. Seulement 2 individus de facture grossière ont été recensés pour la forme 5100 (5,6 %). Ils comportent un décor digité sur la lèvre et un cordon situé sur la partie supérieure de la panse. La majorité des vases hauts appartiennent soit au type 6210, soit au type 6220 sans distinction possible (25 bords, 69,4 %). Réalisés essentiellement en céramique semi-fine ou grossière, plus de la moitié de ces vases sont décorés (52 %) de motifs estampés (11 %) ou de cordons (22 %, sur pâte grossière) à la jonction du col et de la panse, et de graphite en aplat (11 %, sur pâte semi-fine). 8 individus en céramique grossière ou semi-fine et 1 seul en pâte fine suffisamment conservés ont été recensés pour la forme 6220 (6220A : 2 bords : 5,6 % ; 6220B : 7 bords : 19,4 %). Là encore, ces types sont souvent décorés (87 %) et disposent du même répertoire décoratif cité précédemment.

189On note quelques éléments particuliers : 2 éléments de préhension, 1 vase de petite taille (type 11000).

• Les décors

190Les décors attestés dans ce corpus sont abondants et variés (cf. supra). Les tessons graphités ou peints en rouge sont nombreux. Certains sont incisés et estampés (points, cercles occulés, triangle… avec incrustation de pâte blanche).

Autres mobiliers

191- Terre cuite : 7 fusaïoles.

192- Os travaillé : divers.

193- Faune : non étudiée.

3. Conclusion

194Le matériel métallique étant inexistant pour l’ensemble étudié, notamment les fibules, nous pouvons nous fonder uniquement sur l’étude des formes et des décors de la céramique. Les formes ne permettent pas d’identifier avec certitude le Hallstatt D1. Cependant, l’absence de certaines formes caractérisant le Hallstatt C (2100A à bord haut, 7000) ou le Hallstatt D (1200, 2200B, 2200C et peut-être 6210) incite à penser que nous sommes en présence d’un corpus du Hallstatt D1, ce que peut indiquer également le seul représentant abâtardi de la forme 1300, type caractéristique du Hallstatt C, mais qu’on retrouve souvent isolé en contexte Hallstatt D1 (Brumath).

195L’étude des décors va dans le sens d’une datation ancienne. En effet, la grande majorité des vases ou des panses est décorée de graphite ou dispose d’un cordon à la jonction du col et de la panse. Les décors incisés et estampés avec de la pâte blanche caractérisent le style « Alb-Hegau », présent du Hallstatt C au D1.

4. Bibliographie

196Schweitzer, 1971 ; Schweitzer, 1973 ; Schweitzer, 1989 ; Schweitzer, 1997 ; Adam et alii, 2003 ; Adam et alii, 2004 ; Adam et alii, 2005 ; Boyer, 2005 ; Delnef et alii, à paraître.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

171

Poids total de la céramique

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

115

% fondé sur le NMI global du site

Oui

% fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Échantillonnage dans les structures

 % fondé sur une sélection des vases

Sélection de quelques structures

Sélection d’une structure

Sélection d’un niveau archéologique

Oui (4 US)

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

197Indice 1 : faible. Les quatre ensembles étudiés ne sont pas des ensembles clos.

Illfurth (Haut-Rhin), « Buergelen » (Aurore Boyer)

1. Le gisement

198Contexte géologique et géomorphologique : terrasse sud-ouest de la colline du « Britzgyberg » à la confluence des vallées de la Largue et de l’Ill.

199Responsable de l’opération, année : Muriel Roth-Zehner (ANTEA-Archéologie), fouille préventive, 2005.

200Type de gisement : habitat ouvert à flanc de colline (plate forme).

201Étude du mobilier : Aurore Boyer (ANTEA-Archéologie).

202Superficie fouillée : 9 750 m2.

203Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : deux plates-formes successives, 4 bâtiments, une palissade, une trentaine de fosses et deux niveaux de sol témoignent des horizons Hallstatt D1 et Hallstatt D3-La Tène.

204Datation des ensembles étudiés : fin du Hallstatt D1 (structures 15, 38, 54, 264-265-270 et 299) et Hallstatt D3-La Tène A (structures 7, 11, 13, 14, 15, 35, 36 et 46, 49, 267, 290).

205Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : une importante occupation du début du Hallstatt D1 au début de La Tène se situe sur la colline du « Britzgyberg ». La commune compte également une crémation du Bronze final et des silos de La Tène A.

2. Le mobilier

Céramique

206307 formes ont pu être identifiées pour 3 113 tessons recensés.

• Les formes
a/ Hallstatt D1

207Les formes basses représentent 32,4 % du corpus. Les formes 1100 y dominent (82,7 %), la variante 1100A étant largement majoritaire. Les exemplaires en céramique grossière sont décorés de digitations sur la lèvre, de même que les vases 1100B. Un seul individu est pourvu d’une encoche (structure 264-265-270). La forme 2100B est assez rare (1 exemplaire) tandis que la variante 2100C compte 4 individus (5,8 %). La forme 2200A à panse arrondie et bord éversé est représentée par 7 individus (10,1 %), exécutés en céramique fine.

208Parmi les vases hauts (30,5 % du corpus), les formes 5100 représentent 7,7 % du corpus. La forme 5200 ne compte qu’un seul exemplaire. Ces deux formes sont généralement réalisées en pâte grossière et souvent décorées de digitations sur la lèvre et d’un cordon sur la panse. Les formes 6220 constituent 36,9 % des formes hautes. La variante 6220A à panse sphérique, majoritaire, comprend des vases en pâte grossière décorés de motifs estampés ou d’un cordon à la jonction du bord et de la panse et un vase en pâte fine avec aplat de peinture. La variante 6220B à panse ovoïde compte trois exemplaires. Un seul est décoré d’un cordon à la jonction du bord et de la panse et d’engobe rugueux sous le cordon (structure 264). La fragmentation du corpus a rendu difficile la distinction entre les formes 6210 et 6220 pour la majorité des vases hauts (30 individus). La forme 7000B « à col quille » est bien représentée (4 individus en céramique fine). La forme 6210B, présente dans la structure 299, est davantage caractéristique des gisements plus récents et sa présence ici résulte peut-être d’une perturbation.

b/ Hallstatt D3-La Tène A

209Les formes basses représentent 50 % du corpus. Les formes 1100 y sont majoritaires (56,3 %), en pâte fine ou grossière. Les exemplaires en pâte grossière sont souvent décorés de digitations et/ou d’encoche sur la lèvre. Les formes 1200 sont au nombre de 6 individus (10,9 %) réalisés en céramique fine. Aucune n’est décorée. La forme 2100B à profil rentrant reste sporadique (un seul individu en pâte fine non décorée). La forme 2200A est rare (un seul exemplaire en pâte fine), alors que les variantes 2200B et 2200C, toujours en céramique fine, sont bien représentées (5,4 % et 23,8 %), non décorées mais exécutées dans une céramique bien lissée, voire lustrée. Ces formes présentent aussi un décor caractéristique de cannelures ou d’incisions concentriques qui semblent imiter les formes tournées.

210Les formes hautes sont peu nombreuses (7,3 % du corpus). Elles se composent d’un seul exemplaire 5100 à panse ovoïde (non représentée), de quatre vases 6210 à panse bitronconique et encolure, de deux exemplaires 6220 et d’un seul vase 9100 à col resserré développé. Tous ces vases ont été exécutés dans une pâte grossière. L’exemplaire 5100 est décoré de digitations sur la panse. Les modèles 6210 sont ornés soit de digitations en double rang, soit d’un cordon, sur la partie haute de la panse. Les individus 6220 se déclinent en 6220A à panse sphérique ou ovoïde, avec décors de digitations ou de motifs estampés, à la jonction du bord et de la panse.

211Céramique tournée : parmi les structures choisies, seule la structure 290 a livré un tesson tourné cannelé attribuable, peut-être, à une forme 1100B. Cet exemplaire est comparable aux modèles de Wolfgantzen et Merxheim et date du Hallstatt D3 (Balzer, 2006a). Deux autres tessons de céramique tournée ont été identifiés sur le site, l’un daterait du Hallstatt D3, l’autre de La Tène A.

• Les décors

212Pour la phase ancienne (D1), on note peu de décors sur les formes basses : un seul de ces vases (forme 2200B) possède un décor inhabituel, constitué de motifs estampés sur panse. Les vases hauts 6210/6220 comprennent des individus en pâte grossière décorés de motifs estampés ou de cordon à la jonction du bord et de la panse et seulement deux exemplaires en pâte fine ornés de graphite ou de peinture rouge en aplat. Les décors chromatiques, et notamment le graphitage, sont donc ici peu employés. Trois de ces vases possèdent un décor « Alb-Hegau-Tradition », composé d’incisions en forme d’échelle et de motifs triangulaires remplis d’incisions parallèles obliques. Ces motifs sont associés à des métopes décorées de peinture rouge et/ou de graphite. Un grand nombre de tessons indéterminés possèdent ce même décor (forme 7000). Deux tessons présentent un décor de peinture crème avec des motifs rouges. Plusieurs fragments semblent être des ratés de cuisson (structure 54).

213Pour la phase récente, deux vases en pâte fine, de forme 1100, possèdent un décor incisé et poinçonné sur la paroi intérieure du vase. Ce décor ne connaît pas de comparaison en Alsace. Les variantes 2200C possèdent quelques vases décorés de cannelures faites à la tournette. Un vase 2200A dispose de ce même décor. Il s’agit probablement « d’imitation » de décors cannelés de céramiques tournés. D’après les données actuelles, ces décors sont caractéristiques des ensembles céramiques du Hallstatt D3 dans le Sud de l’Alsace (des exemplaires similaires ont été mis au jour à Ensisheim « Reguisheimerfeld », cf. ce volume). Sur les modèles hauts (6210/6220) on rencontre encore le décor de cordon, sur la partie haute de la panse, ainsi que des digitations ou motifs estampés, en rang simple ou double.

Autres mobiliers

214- Alliage cuivreux : 1 pointe de flèche, 1 extrémité de lame de poignard, 1 fragment de douille, 1 fragment d’armille, 1 bracelet à jonc torsadé, 1 bracelet à section en D, 1 boucle d’oreille crescentiforme, 3 fibules de type Mesocco-Coop, 2 fibules de type Mansfeld B1, 1 fibule de type Mansfeld dP2B1, 2 épingles à tête bouletée, 1 épingle à tête sphérique en corail, 1 fragment de chaînette, rivets, anneaux, 1 aiguille à chas.

215- Fer : 1 fragment de lame de rasoir, clous, anneaux, scories.

216- Lithique : meules, broyons.

217- Faune (39 kg, 3500 restes) : étudiée.

3. Conclusion

218Les types répertoriés dans l’ensemble Hallstatt D1 se caractérisent par des formes 2200A, 6620 et 7000B, formes se rencontrant dans la région dès la fin du Hallstatt C (Sainte-Croix-en-Plaine). La forme 2100C caractérise davantage le Hallstatt D1, notamment lorsqu’elle est pourvue d’une carène douce. Le décor « Alb-Hegau-Tradition », variante du style « Alb-Salem », se rencontre également au Hallstatt D1 en Bade-Wurtemberg, en contexte funéraire (« Magdalenenberg ») et en contexte d’habitat (« Heuneburg »). Le décor chromatique habituellement abondant dans les ensembles du Hallstatt C-D1 (Sainte-Croix-en-Plaine, « Britzgyberg »), est ici assez faible. Ces données, couplées aux résultats obtenus par l’étude du mobilier métallique, supposent une datation à la fin du Hallstatt D1.

219Les structures plus récentes s’échelonnent du tout début du Hallstatt D3 à La Tène A. En l’absence d’un mobilier typique du Hallstatt D2 et compte tenu de la datation la plus récente pour le matériel métallique (Hallstatt D3), les structures 11, 13, 35, 36 et 49 sont attribuables au Hallstatt D3, de même que les structures 267 et 290 (2200C et céramique tournée). Quant aux structures 7, 14 et 15 (en partie), elles attestent le début de La Tène avec les formes 2200C à carène vive et les formes 9100.

4. Bibliographie

220Boyer, 2005 ; Boyer, 2006 ; Roth-Zehner et alii, 2007 ; Roth-Zehner, Boyer, à paraître.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

307

Poids total de la céramique

45 kg

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

326

 % fondé sur le NMI global du site

Non

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Non

Échantillonnage dans les structures

Non

 % fondé sur une sélection des vases

Oui

Sélection de quelques structures

Oui

Sélection d’une structure

Non

Sélection d’un niveau archéologique

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

221Indice 3 : fort.

Leutenheim (Bas-Rhin), « Hexenberg » (Marina Lasserre)

1. Le gisement

222Contexte géologique et géomorphologique : butte témoin à sommet plat de 6 hectares de superficie installée dans la plaine rhénane. Substrat de sables miocènes.

223Responsable de l’opération, année : Anne-Marie Adam (Université de Strasbourg) puis Marina Lasserre (SRA Alsace), fouille programmée, 1994-2005.

224Type de gisement : habitat de hauteur enclos.

225Étude du mobilier : Marina Lasserre (SRA Alsace).

226Superficie fouillée : 4 000 m2 sur 6 hectares en 2005. Site complet car délimité dans l’espace mais fouille partielle.

227Types et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : occupation principale : extrême fin du Bronze final, une fosse Hallstatt D2 en 2004. Structures excavées : fosses (une centaine de types variés), des lambeaux de sol ancien, tranchées de palissade.

228Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : une coupe en tôle estampée de type Kirkendrup en alliage cuivreux à Roeschwoog du Bronze final IIIa. Nécropole de Haguenau « Donauberg » avec quelques crémations du Bronze final IIIa, quelques crémations à Rountzenheim.

2. Le mobilier

Céramique

229Le corpus est extrêmement fragmenté avec de nombreux lots de tessons très abîmés et notamment recuits. Entre 1994 et 2000, ont été comptabilisés 417 individus étudiables, qui serviront de base aux décomptes présentés ci-dessous. Les tableaux illustrent le matériel de 8 fosses représentatives du site, auxquelles ont été ajoutés quelques éléments de structures diverses qui viennent compléter ces ensembles.

• Les formes

230Pour les formes basses à corps simple (1100A), divers sous-types sont recensés : hémisphériques, en calotte, ovoïde, à encoche. Comme pour les périodes ultérieures, la céramique grossière de cette famille comprend essentiellement la variété à encoche. Les rebords sont droits ou légèrement refermés. Les lèvres sont biseautées pour près de la moitié de ce corpus. Une variante légèrement tronconique existe en faible nombre d’exemplaires. La forme tronconique (1100B) existe seulement en deux exemplaires et contraste avec le reste du corpus. Pour la forme 1300A, qui reste également rare, les lèvres individualisées sont de divers types. En revanche, la lèvre plus développée (1300B, à marli ou à biseau large) est bien mieux représentée et peut montrer un rebord « hypertrophié », un marli simple ou un biseau large où le raccord extérieur est à peine marqué. Cette forme peut être décorée.

231Les formes à corps segmenté (2100A) existent en un faible nombre d’exemplaires. Elles peuvent être décorées. La forme 2300 est assez bien représentée et la forme de sa panse peut être assez plate mais aussi, plus rarement, bien sphérique. Cette forme n’est jamais décorée.

232Pour les formes hautes, la forme 6220 à corps complexe est bien attestée. Les catégories 6220A et B sont présentes à peu près dans toutes les fosses où elles constituent l’essentiel du matériel. La pâte n’en est pas forcément grossière mais le plus souvent « semi-fine ». Plusieurs types sont présents, du pot à long col oblique à la forme à ressaut, à celle décorée de cannelures. Très souvent, il existe aussi le décor d’impressions à la jonction panse/col. Les individus en pâte grossière portent un décor d’impressions sous le col.

233Le type 7000 est rare (peut-être en un ou deux exemplaires).

• Les décors

234Les récipients (1100A) avec anse peuvent porter un décor en arceau sous l’anse. De même, ils présentent très souvent un petit mamelon sur le bord.

235Le marli de 1300B peut être décoré, soit par polychromie, soit avec des incisions (triangles).

236La forme 2100A porte quelquefois un décor de graphite couvrant. Pour 1300B il existe souvent des cannelures groupées en bas de panse, à l’intérieur. Pour finir, en 6220A il existe une certaine variété de décors, de la cannelure à l’incision. Le cordon est rare.

Autres mobiliers

237- Alliage cuivreux : 1 rasoir, 1 ciseau-gouge, 1 ciseau-burin.

238- Terre cuite : fusaïoles, bobines, fragments de « tuiles faîtières », « croissants », tessons retaillés.

239- Faune : en cours d’étude.

3. Conclusion

240La comparaison de ce corpus avec ceux de Reichstett et de Colmar « Diaconat » indique qu’en l’absence de formes 1100B (coupes tronconiques) à décor incisé, du motif en arêtes de poisson, du ressaut à la base du col, qui sont des critères d’ancienneté retrouvés sur les deux autres sites, le « Hexenberg » se place dans un IIIb bien avancé et dégagé d’éléments « anciens ». Une chronologie interne au site semble se dessiner, mais ses deux étapes se cantonnent de toutes les façons à l’extrême fin du Bronze final IIIb.

4. Bibliographie

241Adam, Lasserre, 1994 ; Adam, Lasserre, 1995 ; Adam, Lasserre, 1996 ; Adam, Lasserre, 1997 ; Lasserre, Boës, 1997 ; Adam, Lasserre, 1998 ; Lasserre, Adam, 1999 ; Lasserre, 2000 ; Adam, Lasserre, 2001 ; Lasserre, 2001 ; Lasserre, 2002 ; Lasserre, Michler, 2003.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

Poids total de la céramique

40 kg

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

417

 % fondé sur le NMI global du site

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Échantillonnage dans les structures

Non

 % fondé sur une sélection des vases

Sélection de quelques structures

Non

Sélection d’une structure

Non

Sélection d’un niveau archéologique

Non

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

242Indice 3 : fort.

Lingolsheim (Bas-Rhin), « Les Sablières Modernes » (Marina Lasserre)

1. Le gisement

243Contexte géologique et géomorphologique : terrasse de lœss de Lingolsheim.

244Responsable de l’opération, année : Marina Lasserre (SRA Alsace), fouille préventive, 1992.

245Type de gisement : puits isolé recreusé dans une mare fréquentée dès le Bronze moyen.

246Étude du mobilier : Marina Lasserre (SRA Alsace).

247Superficie fouillée : 3 hectares fouillés sur plusieurs années. Site peut-être complet en limite d’une zone anciennement détruite.

248Types et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : la structure 51 est un vaste puits creusé dans un paléosol à côté d’une mare (11 m de diamètre à l’embouchure et 4,50 m de profondeur). Aucun autre élément hallstattien excepté éventuellement deux cercles situés à proximité et dont la fouille n’a permis de retrouver aucun élément datant.

249Datation de l’ensemble étudié : Hallstatt C.

250Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : les fouilles récentes d’Entzheim « In der Klamm » et Geispolsheim « Schwobenfeld » (Landolt et alii, 2007 ; Landolt et alii, 2008 ; fouilles Michaël Landolt 2008-2009), situées à un kilomètre environ, ont révélé l’existence d’occupations importantes du Hallstatt C, jusqu’à La Tène B avec une interruption au Hallstatt D2.

2. Le mobilier

Céramique

251La couche ayant livré les 600 kg de tessons est un épais colmatage de la partie supérieure du puits. C’est également un ensemble clos où aucune sédimentation n’est intervenue entre le bas et le haut de la couche détritique. Plus de 3000 individus, dont 1536 fonds, ont été décomptés au travers des bords, des fonds et des éléments typologiquement intéressants. L’analyse a finalement porté sur les 823 individus étudiables, définis par leurs bords. Il faut noter que le comptage des fonds indique une plus forte représentativité des coupelles graphitées (1100A) que celui des bords.

• Les formes

252Très bien représentée, la forme 1100A offre des bords très légèrement rentrants à bien ouverts. Les panses sont soit sphériques, soit en calotte. Les lèvres sont le plus souvent arrondies, rarement biseautées. Avec moins de 10 exemplaires, la forme 1100B est rare. La 1300A, représentée par une vingtaine d’exemplaires, montre un raccord interne marli/panse qui peut être plus ou moins marqué et le raccord externe est une fois réalisé avec un réel ressaut. Pour les formes basses à corps complexe, la forme 2100A est bien représentée. Les lèvres peuvent être légèrement infléchies. L’inflexion de la panse est le plus souvent assez douce. Les formes carénées à partie supérieure légèrement rentrante (2100C) sont beaucoup plus rares (2 occurrences). La forme peut être graphitée et les lèvres sont le plus souvent arrondies. Pour les 2200, la forme existe en version assez profonde avec une lèvre éversée, souvent biseautée. La 2300 est également présente dans ce corpus avec un exemplaire graphité, portant une petite préhension sur le haut de la panse. Pratiquement toutes les formes basses sont en céramique fine excepté la 1100A portant une encoche.

253Pour les formes hautes à corps simple, la 5100 est exclusivement représentée dans la catégorie des pâtes grossières. Elle porte sous la lèvre, soit un cordon imprimé, soit une ligne d’impressions. Il en est de même pour la 5200. Il existe près d’une quarantaine d’individus pour les formes hautes à corps complexe (ou segmenté). Une variété à col plus développé peut porter un ressaut à la base du col. Enfin, la variété 7000 existe en trois exemplaires.

• Les décors

254La forme 1100A est quelquefois décorée avec du graphite en aplat, en bandes verticales, ou avec des motifs poinçonnés, associés à du graphite. Dans la lignée des coupes ou écuelles tronconiques de la fin de l’Âge du Bronze, la forme 1100B peut porter un décor polychrome ou de graphite seul. La 1300A, forme à large bord, est souvent décorée au graphite, ou au graphite associé à de la peinture rouge. La forme 2100A est souvent graphitée à l’intérieur et à l’extérieur.

255Les 6220A sont graphitées ou décorées d’impressions à la base du col et elles peuvent également porter un décor polychrome de chevrons. On note l’existence d’un décor plastique couvrant « à bossettes » sur une forme 6220. La forme 7000 peut porter un décor polychrome. Enfin, une dizaine de fonds est ornée d’incisions en forme de croix, dans la tradition du Bronze final.

256Le décor graphité ou peint et graphité occupe donc environ 10 % du corpus, avec une prédominance du décor graphité seul. Les décors de type « Alb-Hegau » (estampé et gravé) sont représentés par une dizaine d’individus.

Autres mobiliers

257Néant.

3. Conclusion

258L’association dominante est donc la 1100A (à encoche) et la 6220. Il y a une très forte représentation de gros vases de stockage à cordons ou à décors imprimés (5200).

259Ce gros corpus, qui constitue un ensemble clos, présente un certain nombre d’héritages de la fin du Bronze final comme les 1100B à décor polychrome, les 6220A, les ressauts sous le col des vases à col (6220A), les formes 7000 et 1100A avec mamelon sous le bord. Ce sont là en effet des critères que l’on peut retrouver dans des corpus plus anciens (Colmar « Diaconat » et Leutenheim « Hexenberg »).

4. Bibliographie

260Lasserre, 1993 ; Lasserre, 2003.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

3000

Poids total de la céramique

600 kg

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

823

 % fondé sur le NMI global du site

Non

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Oui

Échantillonnage dans les structures

Non

 % fondé sur une sélection des vases

Non

Sélection de quelques structures

Non

Sélection d’une structure

Non

Sélection d’un niveau archéologique

Non

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

261Indice 3 : fort.

Merxheim (Haut-Rhin), « Trummelmatten » (Muriel Roth-Zehner avec la collaboration de Jean-Michel Treffort)

1. Le gisement

262Contexte géologique et géomorphologique : frange méridionale des formations lœssiques liées à la butte de Merxheim en limite du contact avec la zone alluvionnaire de la Lauch et du Schecklenbach.

263Responsable de l’opération, année : Jean-Michel Treffort (AFAN), fouille préventive, 2000.

264Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

265Étude du mobilier : Jean-Michel Treffort (AFAN).

266Superficie fouillée : 3 000 m2. Site vraisemblablement beaucoup plus vaste.

267Type et nombre de structures du premier Âge du Fer : 23 structures certaines et 9 probables.

268Datation des ensembles étudiés : Hallstatt D3, Hallstatt D3/La Tène A et La Tène A (voir infra).

269Environnement archéologique immédiat (pour le premier Âge du Fer) : 2 sites Hallstatt C, 2 sites Hallstatt indéterminés.

2. Le mobilier

Céramique

270Huit fosses ont été sélectionnées : structures 16, 31, 80, 82, 83, 84, 100 et 115 (corpus de 1423 tessons). L’étude n’ayant pu être menée à son terme dans le cadre de l’analyse post-fouille, on ne dispose pas de NMI ; cependant, le mobilier dessiné dans le rapport de fouille peut être considéré comme représentatif, puisqu’il figure l’ensemble des éléments typologiques signifiants des structures traitées.

• Les formes basses

271Pour les formes basses à corps simple, la forme 1100A est bien représentée dans les ensembles datés du Hallstatt D3 et tend à disparaître dans les ensembles attribuables à La Tène A (structure 84) ; on observe différents modules ainsi qu’une certaine variabilité de détail (lèvre festonnée, exemplaire à bord épaissi biseauté intérieurement). La forme 1200 est également bien présente, en proportion à peu près équivalente et ce parmi l’ensemble des fosses. Ce constat suppose une datation au plus tôt au Hallstatt D3 de l’ensemble du corpus.

272La forme 1300B/2100A existe en un seul exemplaire au sein du mobilier dessiné. Elle se rattache à celle découverte à Bischoffsheim, également dans un ensemble Hallstatt D3.

273Pour les formes basses à corps complexe, on trouve les formes 2100A/B, avec ou sans bord festonné, ainsi que quelques formes 2200B.

274Les formes 2200C, bien représentées, existent en différents modules. Les carènes, encore douces au Hallstatt D3 (structures 16 et 82), deviennent plus marquées dès la transition Hallstatt D3/La Tène A (structure 83) pour aboutir à une carène vive à La Tène A (structure 84).

• Les formes hautes

275Les formes hautes à col complexe sont essentiellement représentées par des exemplaires de la forme 6610/6120B, à bords majoritairement festonnés et panses décorées au Hallstatt D3 avec un glissement vers les formes 6120/6210B et 6220B à la transition Hallstatt D3/La Tène A. On notera la remarquable série de vases 6120/6210B de la structure 115, avec un décor d’impressions à la jonction col/panse et qui possèdent également une panse « crépie ».

276Les cols cintrés rapprochés de la forme 9100 n’apparaissent qu’à l’extrême fin du Hallstatt D3 avec un col plus marqué dès La Tène A (structure 84).

277On notera également la présence d’une forme 5200 à bord aplati festonné et décor de cordon.

• Les vases de petite taille

278Un petit gobelet à profil légèrement sinueux (forme 11000) est également à souligner.

• La céramique tournée

279La céramique tournée cannelée est représentée par un ensemble de formes provenant essentiellement de la fosse 80 (57 tessons, appartenant au moins à quatre vases différents). Les cannelures fines et rapprochées rattachent cette production à celles connus à Breisach « Münsterberg » au Hallstatt D3 (Balzer, 2006a).

Autres mobiliers

280- Alliage cuivreux : 1 épingle à tête sphérique, 1 épingle acéphale, 2 fragments de tige, 1 ardillon de fibule ?, 1 petite fibule en à large ressort bilatéral et corde interne en ruban (pied manquant).

281- Fer : 1 objet en fer allongé.

282- Terre cuite : 2 fusaïoles, 1 objet indéterminé recourbé.

283- Lithique : 1grattoir en silex, 2 meules en granit, 2 fragments de meules en grès, 1 polissoir en grès.

284- Faune : non étudiée.

3. Conclusion

285À la lumière des recherches récentes menées ces dernières années, on peut proposer de « rajeunir » quelque peu le mobilier de Merxheim, en calant les différents ensembles entre le Hallstatt D3 et La Tène A. Ces propositions apparaissent en haut des tableaux concernés.

286L’évolution des formes du Hallstatt D3 à La Tène A sur le site de Merxheim répond parfaitement à ce que l’on observe dans l’ensemble de la plaine d’Alsace : une disparition progressive des formes 1100 au profit des formes 1200, un corpus de plus en plus étendu des formes 2200B/C avec une évolution de la carène, douce encore au Hallstatt D3 et vive dès La Tène A. Parmi les formes hautes, on note des formes encore hallstattiennes avec décor de cordons sur la panse puis un glissement de ces types vers la forme 6210B. On notera le remarquable ensemble de la structure 115. Enfin, c’est pendant le Hallstatt D3 qu’apparaissent les formes 9100 qui confirmeront leur existence dès La Tène A.

287Seule une fosse a livré des fragments de céramique tournée : il s’agit d’une production du Hallstatt D3 à l’image de celle qui a été découverte sur le site de hauteur de Breisach « Münsterberg ».

4. Bibliographie

288Treffort, Dumont, 2000.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

Poids total de la céramique

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

 % fondé sur le NMI global du site

Non

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Non

Échantillonnage dans les structures

Non

 % fondé sur une sélection des vases

Non

Sélection de quelques structures

Oui

Sélection d’une structure

Non

Sélection d’un niveau archéologique

Non

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

289Indice 3 : fort.

Pfulgriesheim (Bas-Rhin), « Langgarten » et « Buetzel » (Anne-Marie Adam, Hélène Delnef)

1. Le gisement

290Contexte géologique et géomorphologique : flanc de colline lœssique.

291Responsable de l’opération, année : Katia Meunier (AFAN), fouille préventive, 2001.

292Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

293Étude du mobilier : Ines Balzer (Musée du Glauberg, Hesse).

294Superficie fouillée : 0,5 hectare. Site incomplet.

295Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : 5 fosses-silos (structures 48, 82, 83, 84 et 87). Une fosse hallstattienne (structure 1), non étudiée a été reconnue lors du diagnostic en 2000.

296Datation des ensembles étudiés : Hallstatt D3/La Tène A (structure 48) et La Tène A (structures 82, 83 et 87).

297Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : zone très mal connue. On signalera une tombe de l’Âge du Fer découverte anciennement.

2. Le mobilier

Céramique

298Quatre fosses ont été prises en compte pour l’établissement des fiches (structures 48, 82, 83, 87) qui renferment en tout 10 kg. 76 individus ont été reconnus. 56 % des formes céramiques sont basses, 17 % sont hautes et 26 % sont des fragments de panse. La céramique tournée représente 23 % de l’ensemble du matériel céramique. Le faciès céramique des fosses 82, 84 et 87 est homogène et compte peu de types différents.

• Les formes basses non tournées

299Les formes basses comptent 62 % de céramique fine et 4 % de céramique grossière. La présence marquée de formes 1300 dans la fosse 48 démontre son ancienneté par rapport au reste du corpus. Les trois autres fosses présentent, quant à elles, un important panel des formes 1200 qui placent ces dernières dans une phase plus récente. À noter qu’une céramique de la fosse 83 non tournée est une imitation d’un type 1200 en céramique tournée.

• Les formes hautes non tournées

300Les formes hautes sont peu représentées (23 % de céramique fine et 46 % de céramique grossière). Les formes 6110/6120B et 6210/6220B, normalement bien présentes sur les sites d’habitat de la même période, font ici défaut. Seule une petite forme apparentée à 5200 a été répertoriée ainsi qu’un col cintré appartenant à une forme 9100.

• La céramique tournée

301La céramique tournée représente 65 % des céramiques dans la fosse 82, 10 % dans la fosse 83 et 6 % dans la fosse 87. Les formes représentées sont les 1200, les 2200B et probablement quelques formes hautes que l’on caractérise encore mal. Les cannelures sont larges sur le col et la carène, ce qui place cette production à la Tène A.

• Les décors

302Des décors digités sur les bords de céramiques grossières figurent sur les types 1100A et 5200.

Autres mobiliers

303- Alliage cuivreux : 1 torque à jonc fin et œillets de fermeture.

304- Terre cuite : 3 fusaïoles, 1 pendentif en forme de chaussure, 1 anse de couvercle, 1 vase de petite taille.

305- Lithique : 1 grattoir en silex.

3. Conclusion

306La fosse 48 a été datée par Ines Balzer du Hallstatt D2, mais sur la base des travaux récents, elle appartient plutôt à la transition Hallstatt D3/La Tène A. Les fosses 82, 83 et 87 peuvent être datées de la Tène A, grâce à la présence marquée des formes 1200 et l’absence quasi-totale des formes 1100. La présence d’une céramique tournée à cannelures larges permet également de placer clairement ces fosses dans La Tène A en comparaison avec le corpus de Breisach « Münsterberg » (Balzer, 2006a).

4. Bibliographie

307Flotté et alii, 2000 ; Meunier et alii, 2001 ; Balzer, Meunier, 2005.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

76

Poids total de la céramique

10 kg

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

76

 % fondé sur le NMI global du site

Non

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Non

Échantillonnage dans les structures

 % fondé sur une sélection des vases

Oui

Sélection de quelques structures

Oui (4 structures)

Sélection d’une structure

Sélection d’un niveau archéologique

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

308Indice 2 : moyen. Quatre fosses ont été étudiées sur un site multiphasé.

Reichstett-Mundolsheim-Souffelweyersheim (RMS) (Bas-Rhin), « Rue Ampère » (Marina Lasserre)

1. Le gisement

309Contexte gélogique et gémorphologique : placage lœssique.

310Responsable de l’opération, année : Nelly Le Meur (AFAN), fouille préventive, 1997-1998.

311Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

312Étude du mobilier : Jean-Michel Treffort (AFAN).

313Superficie fouillée : 7,5 hectares. Site quasiment complet.

314Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : structures de combustion et structures excavées de type silo et fosses d’extraction (89 structures du Bronze final dont 48 pour le Bronze final IIIb).

315Datation des ensembles étudiés : Bronze final IIIb.

316Environnement archélogique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : 2 sites à Reichstett (Bronze final et La Tène A), 2 sites à Lampertheim (Bronze final et La Tène), 2 sites à Mundolsheim (Hallstatt), une fosse du Bronze final à Vendenheim.

2. Le mobilier

Céramique

317Les 48 structures du Bronze final IIIb ont livré un corpus de plus de 1000 individus identifiables, au sein duquel les formes basses concurrencent les formes hautes. L’étude du corpus ayant été réalisée au travers d’une matrice incluant les phases Bronze final IIb et IIIb avec 102 caractères, il n’est pas ici possible d’avoir des comptages et pourcentages adaptés à l’étude. Ce seront donc de simples tendances qui seront proposées au travers de l’illustration par 3 fosses et quelques éléments qui nous ont semblé intéressants à montrer.

• Les formes

318Pour les formes basses, les 1100A et B sont bien représentées, avec surtout une majorité de 1100B. Les variantes à anse ou à encoche sont nombreuses. La variante « profonde » est rare. Pour les 1300, moins nombreuses, on remarque un certain nombre d’exemplaires à profil brisé. La variante à large rebord oblique plat est notablement présente. Les 2100B sont très bien représentées en termes quantitatifs, juste après les 1300. Les 2300, quoique difficiles à identifier, sont bien présentes.

319Pour les formes hautes, les 5200 et les 6210, 6220 sont illustrées. On remarque tout particulièrement la forme 5200 de la structure 17, qui fait partie des « fossiles directeurs » de cette phase.

320La variante à haut col oblique semble absente. Les 7000 (urne à ressaut) sont régulièrement représentées, quoique par un petit nombre d’exemplaires.

• Les décors

321Le décor de cannelures internes groupées sur le fond du récipient apparaît en 1100 ou 1300, mais reste rare sur ce site. Le décor au graphite est largement utilisé, surtout en aplat. Ce décor se retrouve tout spécialement sur les 1100, mais aussi sur quelques exemplaires de 2300 (non illustrés. La peinture rouge est assez rare et la polychromie absente. Les décors incisés (méandres, triangles, chevrons) sont essentiellement portés par les 1100 en décor interne (assiettes à décor incisé). Un décor rare est une série de cannelures concentriques, disposées sur le fond du récipient. Il en est de même pour une série d’impressions sur le bas de panse d’une 2300.

322Le décor de cannelures, larges ou étroites se retrouve sur le haut de la panse de certains 6220.

Autres mobiliers

323- Alliage cuivreux : 3 épingles à tête vasiforme.

324- Terre cuite : 1 vase de petite taille, fusaïoles, « croissants », « tuiles faîtières », tores, bobines, vases retaillées.

325- Faune (9 kg) : non étudiée.

3. Conclusion

326Ce site fait partie des trois sites du Bronze final IIIb, récemment fouillés, qui ont livré un corpus céramique copieux, à côté de Colmar « Diaconat » et du « Hexenberg ». Jean-Michel Treffort n’a pas pu mettre en évidence une évolution typologique et considère donc que le site est homogène. Ici, l’importance des 1100B (coupes tronconiques ou semi-tronconiques), le nombre relativement élevé des ces coupes portant un décor incisé interne, un nombre assez bas de « tuiles faitières », la présence du décor en « arêtes de poisson » sur les 6220, l’absence du décor polychrome, font qu’il est possible de placer chronologiquement ce corpus avant celui du « Hexenberg » ; mais il reste encore assez proche de celui de Colmar « Diaconat » dont il partage quelques caractéristiques.

4. Bibliographie

327Le Meur, Treffort, 2000 ; Le Meur, 2002.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

Poids total de la céramique

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

› 1000

 % fondé sur le NMI global du site

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Échantillonnage dans les structures

Non

 % fondé sur une sélection des vases

Sélection de quelques structures

Non

Sélection d’une structure

Non

Sélection d’un niveau archéologique

Non

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

328Indice 3 : fort.

Riedisheim (Haut-Rhin), « Glaisière Hartmann » (Anne-Marie Adam)

1. Le gisement

329Contexte géologique et géomorphologique : bordure septentrionale du massif lœssique du Sundgau.

330Responsable de l’opération, année : Roger et Joël Schweitzer (Musée de Mulhouse), fouille de sauvetage, 1973-1974.

331Type de gisement : habitat de plaine (?).

332Étude du mobilier : Sébastien Goepfert (Université de Strasbourg).

333Superficie fouillée : non précisée. Site incomplet.

334Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : plusieurs tronçons de fossés perpendiculaires, interprétés comme des sections de deux enclos quadrangulaires emboîtés (tranchées A-B-C-D). Les fouilleurs ont évoqué des concentrations de céramique, interprétées comme des dépôts ; mais le matériel a été conservé par tranchée, sans qu’il soit possible d’identifier plus précisément des ensembles. Dans la partie supérieure du comblement de la tranchée B, étaient installées deux sépultures, contenant trois individus inhumés.

335Datation des ensembles étudiés : Hallstatt D1.

336Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : plusieurs secteurs d’habitat du premier Âge du Fer ont été identifiés sur le territoire de la commune de Riedisheim (Hallstatt C, D1, D2) ; plusieurs zones tumulaires sur la commune voisine de Rixheim, dont le tumulus partiellement fouillé en 1858 (fin Hallstatt D1).

2. Le mobilier

Céramique

337Compte tenu des conditions de fouille (supra), il ne paraît pas pertinent d’étudier séparément la céramique des différentes tranchées. L’étude céramologique, à partir d’un NR de 9502 tessons, a porté sur 312 individus typologiquement classables : parmi ceux-ci, un nombre relativement important de vases complets.

• Les formes

338Parmi les formes basses (186, soit 59,60 % du corpus), le type 1100A est de loin le mieux représenté, avec 69 individus (37 % des formes basses). On note aussi quelques formes simples à paroi rectiligne (1100B : 12 individus). Parmi les formes basses à corps complexe, dominent les exemplaires faiblement sinueux (2200A : 41 individus, soit 22 %) ; la forme 2200B, à profil plus sinueux, est plus rare (9 exemplaires), et surtout elle n’est pas équitablement répartie, puisque totalement absente du comblement de la tranchée C. Les formes à marli et paroi rectiligne (1300B) sont assez nombreuses (14 exemplaires), de même que celles à panse rentrante, surtout les formes carénées (2100C) : une demi-douzaine d’exemplaires, dont certains richement décorés. Enfin les urnes basses à col oblique (2300) sont fréquentes (27 individus, soit 14,5 % des formes basses) ; plusieurs portent sur la panse un décor incisé et/ou estampé, une autre présente l’intérieur du col peint au graphite.

339Les formes hautes, un peu moins nombreuses (126 individus, soit 40,4 % du corpus), se répartissent en trois catégories : le type de loin le mieux représenté est la forme haute plus ou moins pansue avec encolure (6210A/B et 6220A/B : 73,8 % des formes hautes, avec 93 individus). Ces modèles existent en céramique grossière ou semi-fine, et le col oblique, plus ou moins développé, est souligné selon les catégories, d’un cordon digité ou d’une ligne d’impressions. Les exemplaires sans encolure (forme 6120), en pâte grossière, avec cordon, sont moins nombreux (23 individus). On trouve enfin une dizaine de représentants de la forme à grand col oblique et ressaut (7000), à laquelle se rattachent deux vases particuliers, munis d’une petite anse, l’un décoré de larges motifs incisés, l’autre non décoré.

• Les décors (110 individus sont décorés, soit 35,25 % du corpus retenu pour l’étude)

340Les aplats de graphite (7 occurrences) apparaissent à l’intérieur de différentes formes basses (1100A et surtout 2200), comme sur le col d’une urne 2300, et sur l’épaulement d’une forme 7000. La peinture rouge, avec croisillons au graphite, caractérise une dizaine de modèles de la forme 6220A, ainsi qu’un probable fragment d’anse double (qui constitue une forme particulière). Les décors incisés/estampés (chevrons, croix de Saint-André, cercles) sont fréquents et riches, dans la tradition « Alb-Hegau » : ils apparaissent sur plusieurs formes, hautes ou basses (31 occurrences). Quelques décors sont appliqués en relief (pastilles ou « oreillettes », mamelons : 9 exemplaires en tout).

Autres mobiliers

341- Terre cuite : fusaïoles, pesons, bobines, bracelets.

342- « Lignite » : bracelets.

343- Os travaillé : bois de cerf travaillé.

3. Conclusion

344La persistance de formes anciennes (1300, 2300 et 7000) est notable, tout comme celle des modes décoratives caractéristiques du Hallstatt C (graphite, peinture…). Cependant d’autres modèles sont plus récents, notamment les formes rentrantes à panse carénée (2100C), et la présence déjà importante de profils plus ou moins sinueux. Ces observations orientent la datation du corpus vers le Hallstatt D1, peut-être dans sa phase initiale, avec des comparaisons, notamment à Colmar « Route de Rouffach » ou Rosheim « Sandgrube ». Sébastien Goepfert a émis l’hypothèse que le comblement de la tranchée C, où ces formes sinueuses sont absentes et où les proportions de pâtes fine et semi-fine et de pâte grossière sont inversées par rapport à celles des autres tranchées (11 % seulement de pâte grossière et 21 % de céramique fine), soit intervenu antérieurement à celui des autres tranchées. Mais compte tenu des conditions de fouilles et d’enregistrement du mobilier, il est nécessaire de rester prudent quant aux conclusions qui peuvent être tirées de ces ensembles.

4. Bibliographie

345Schweitzer, Schweitzer, 1974 ; Goepfert, 2005.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

Poids total de la céramique

224 kg

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

312

 % fondé sur le NMI global du site

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Oui

Échantillonnage dans les structures

Non

 % fondé sur une sélection des vases

Sélection de quelques structures

Non

Sélection d’une structure

Non

Sélection d’un niveau archéologique

Non

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

346Indice 2 : moyen. Compte tenu des conditions de fouille et d’enregistrement exposées ci-dessus et d’un gisement incomplet.

Rosheim (Bas-Rhin), « Mittelweg » (Muriel Roth-Zehner)

1. Le gisement

347Contexte géologique et géomorphologique : placages lœssiques sur les premiers contreforts du massif vosgien.

348Responsable de l’opération, année : Christian Jeunesse (SRA Alsace), fouille préventive, 1992.

349Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

350Étude du mobilier : Brigitte Röder (AFAN).

351Superficie fouillée : 5 000 m2. Site incomplet.

352Type et nombre de structures : 21 structures dont 15 fosses-silos, 4 fosses et 2 fonds de cabanes.

353Datation des ensembles étudiés : La Tène A.

354Environnement archéologique immédiat (Bronze final IIIb à La Tène A) : le secteur de Rosheim/Bischoffsheim est riche en sites de l’Âge du Fer : on y rencontre quelques ensembles hallstattiens, mais surtout un pic de population au début de La Tène A. Le Hallstatt et La Tène A représentent, avec Rosheim « Mittelweg » douze points de découvertes dans cette micro-région.

2. Le mobilier

Céramique

355L’ensemble étudié contient 724 tessons dont 455 bords de vases. Les tableaux présentent le mobilier des fosses 8, 10, 15, 30, 52, 56, 72 et 100.

• Les formes

356Parmi les formes basses, les formes 1200 représentent une majorité écrasante (41 % du corpus, 72 % des formes basses). Les formes 1100 n’atteignent que 15 % du corpus général. Il faut y rajouter les formes 2200C (6 %) qui complètent le corpus. La majorité de ces formes sont « lustrées noires » (céramique à pâte rouge/brune et cœur gris/noir et couverte noire correspondant à une cuisson réducto-oxydante et une post cuisson réductrice).

357Les formes 6210B et 6220B (40 %) sont les formes hautes les plus nombreuses. Il s’agit essentiellement de céramique à pâte grossière. Une partie d’entre elles présente un décor natté/digité sur le bord ou un décor digité sur l’épaule (à l’endroit de la carène la plupart du temps). Certaines céramiques présentent également un rajout d’argile sur la paroi extérieure.

358Les autres formes du site s’apparentent à ce qu’on appelle généralement des bouteilles (classes 9100 et plus particulièrement 9200). Ces dernières sont typiques de La Tène A dans la région. Toutes sont montées au colombin ; certaines présentent une pâte fine, d’autres sont de facture grossière. Les formes fines présentent des pâtes « lustrées noires » analogues à celles des formes 1100, 1200 et 2200.

359La caractéristique majeure de cet ensemble est l’importance de la céramique tournée dans le corpus (11 %). Deux formes principales ont été recensées se rapportant aux formes 1200 et 2200C. Ces dernières sont de loin les plus nombreuses (93 %). D’après les analyses pétrographiques réalisées dans le cadre de la thèse de Brigitte Röder, ce service contient des fragments de roches volcaniques provenant du Kaiserstuhl, lieu probable de sa production. Cette céramique est également lustrée noire, présentant une belle qualité de cuisson.

• Les décors

360Le service de céramique tournée présente un décor cannelé, au-dessus de la carène pour les formes 2200C et soulignant le bord pour les formes 1200. Un seul fragment présente un décor estampé.

Autres mobiliers

361- Alliage cuivreux : 1 fibule de type Mansfeld F4A2.

362- Terre cuite : fusaïoles.

363- Lithique : meules en grès.

364- Os travaillé : outillage.

365- Faune : étudiée. Nombreux moutons et chèvres (43 %), suivi du bœuf (31 %) et du porc (16,3 %). Le chien et le lièvre occupent également une place importante.

3. Conclusion

366Les formes de céramique tournée représentées dans le corpus de Rosheim « Mittelweg » ne sont pas attestées à la Heuneburg et doivent donc être postérieures aux phases D2 et D3 du Hallstatt. En comparaison avec le site de Breisach, il est évident que la céramique présente à Rosheim date au plus tôt de la phase La Tène A telle que l’a définie Ines Balzer dans sa thèse (Balzer, 2006a). De la céramique tournée analogue à celle de Rosheim a été retrouvée sur d’autres sites, associée à des fibules de La Tène A et de La Tène B. Malgré la présence d’une fibule attribuable au Hallstatt D3, le site date donc de La Tène A. Plusieurs autres sites présentent cette particularité (Rosheim « SCI 4 Portes » dans ce volume et Röder, 1995).

4. Bibliographie

367Jeunesse, 1992 ; Jeunesse et alii, 1993 ; Koenig et alii, 2005.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

358

Poids total de la céramique

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

 % fondé sur le NMI global du site

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Échantillonnage dans les structures

Non

 % fondé sur une sélection des vases

Sélection de quelques structures

Non

Sélection d’une structure

Non

Sélection d’un niveau archéologique

Non

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

368Indice 4 : très fort.

Rosheim (Bas-Rhin), « Mittelweg », « SCI 4 Portes » (Muriel Roth-Zehner)

1. Le gisement

369Contexte géologique et géomorphologique : lœss jaune (Würm) au pied d’une colline sous-vosgiennes.

370Responsable de l’opération, année : Étienne Hamm (bénévole), fouille de sauvetage, 1999.

371Type de gisement : Habitat ouvert de plaine.

372Étude du mobilier : Muriel Roth-Zehner (ANTEA-Archéologie).

373Superficie fouillée : 1 700 m2. Site incomplet.

374Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : 7 fosses-silos, 1 fosse polylobée et 3 fonds de fosse.

375Datation des ensembles étudiés : La Tène A.

376Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : le secteur de Rosheim/Bischoffsheim est riche en sites de l’Âge du Fer : quelques ensembles hallstattiens avec un pic de population au début de La Tène A. Le Hallstatt et La Tène A représentent, avec Rosheim « SCI 4 Portes », douze points de découvertes.

2. Le mobilier

Céramique

377Sur les tableaux figure le mobilier des fosses 2, 5, 6, 8, 9, 17, 18, 25 et 26.

• Les formes

378Parmi les formes basses, on note la présence de deux types majeurs : les formes 1200 et 2200C. Les formes 1200 sont d’une majorité écrasante suivies des formes 2200C. Ces dernières sont particulièrement abondantes dans cet ensemble, contrairement à ce que l’on observe sur les autres sites de la même période dans les alentours (cf. Rosheim « Mittelweg »). Parmi les formes hautes, on retrouve les formes 6110B toutes en pâte grossière avec des décors digités sur le bord et l’épaule. À noter le col de bouteille (forme 9200) en pâte fine découverte dans la fosse 6. Contrairement au site de Rosheim « Mittelweg » celui de « SCI 4 Portes » ne recèle aucune forme tournée.

• Les décors

379Aucune forme n’est décorée.

Autres mobiliers

380- Alliage cuivreux : 1 tête d’épingle, 1 fibule de type Mansfeld P4 « Weidach », 1 fibule de type Mansfeld dZ3, 1 pied de fibule probablement de type dZ3.

381- Fer : 1 couteau, 1 anneau.

382- Céramique : fusaïoles, 1 vase de petite taille.

383- Faune : non étudiée.

3. Conclusion

384Le site de « SCI 4 Portes » recèle les caractéristiques de La Tène A : une majorité écrasante de forme 1200 et la quasi-absence de formes 1100A, encore très présentes au Hallstatt D3. Parmi les formes basses, on recense aussi les formes 2200C, également caractéristiques de cette période. Les formes 9100 et 9200 sont présentes, mais encore discrètes, contrairement à ce que l’on observe à Rosheim « Mittelweg ». En comparaison avec ce dernier ensemble, on note également l’absence totale de céramique tournée. Le site de Rosheim « SCI 4 Portes » serait donc à placer entre le site de Bischoffsheim « AFUA du stade » (Hallstatt D3) et Rosheim, « Mittelweg » (apparition de la céramique tournée dans cette micro-région).

4. Bibliographie

385Hamm et alii, 2001.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

145

Poids total de la céramique

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

 % fondé sur le NMI global du site

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Échantillonnage dans les structures

Non

 % fondé sur une sélection des vases

Sélection de quelques structures

Non

Sélection d’une structure

Non

Sélection d’un niveau archéologique

Non

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

386Indice 4 : très fort.

Rosheim (Bas-Rhin), « Sandgrube » (Anne-Marie Adam)

1. Le gisement

387Contexte géologique et géomorphologique : placage lœssique au pied des collines sous-vosgiennes.

388Responsable de l’opération, année : Pierre Muller (AFAN), fouille préventive, 1992-1993.

389Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

390Étude du mobilier : Eva Blanc (Albert-Ludwigs-Universität, Fribourg-en-Brisgau).

391Superficie fouillée : 5 200 m2. Site incomplet.

392Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : parmi les 93 structures fouillées, 53 sont attribuables au premier Âge du Fer, de façon sûre ou probable. Quatre fosses ont été ici retenues, du fait de la richesse de leur corpus céramique.

393Datation des ensembles étudiés : Hallstatt C (fosse 7) et Hallstatt D1 (fosses 14, 16 et 65).

394Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : le territoire de la commune de Rosheim est très riche en gisements de l’Âge du Fer, présents également sur le ban voisin de Bischoffsheim. La plupart de ces sites ont fourni du matériel hallstattien, mais la période d’occupation maximum paraît se situer au début de La Tène. Voir liste des sites dans les notices de Rosheim « Mittelweg » et « SCI 4 portes ».

2. Le mobilier

Céramique

395Nous rappelons que les données numériques et observations présentées ci-dessous ne reposent sur l’analyse que de quatre fosses (structures 7, 14, 16 et 65). Compte tenu des modes de comptage adoptés par l’étude céramologique, les quelques pourcentages proposés ne sont qu’indicatifs. De même, les indications fournies ne permettent pas d’établir de façon fiable, et chiffrée, la répartition entre céramique fine et céramique grossière.

396Pour le Hallstatt C, la fosse 7 a livré 155 tessons, pour un NMI de 65 vases ; 21 bords ont été dessinés par Eva Blanc. Pour le Hallstatt D1, les trois fosses 14-16-65, totalisent 1194 tessons pour un NMI correspondant à 355 vases. Mais les formes identifiables sont nettement moins nombreuses : Eva Blanc a dessiné, pour la fosse 14, 46 bords, 73 pour la fosse 16 et 36 pour la fosse 65.

• Les formes

397Parmi les formes basses, la mieux représentée dans la fosse 7 est la forme simple à paroi rectiligne (1100B) : 6 exemplaires au moins, dont deux portent des décors de stries peintes. La forme 1100A est plus rare : 2 vases identifiables. La forme à marli apparaît à travers un exemplaire richement décoré (graphite et peinture rouge). Une dernière forme basse présente une panse arrondie et rentrante (2100B). Enfin, on peut considérer un vase à encolure éversée, soulignée d’une ligne d’impressions, comme intermédiaire entre formes hautes et basses (forme 5200).

398Les formes hautes identifiables ne sont pas plus nombreuses. Outre 2 cols en entonnoir (forme 6210 ou 6220), on note surtout 2 vases à panse arrondie, trapus et bien ouverts (forme 5200), dont l’encolure est soulignée d’impressions, et un petit vase sub-sphérique (6220A), à encolure courte, recouvert de graphite sur sa surface externe et sur l’intérieur du col.

399Pour le Hallstatt D1, parmi les formes basses, les plus nombreuses (une soixantaine de vases), domine la 1100A (une quarantaine d’individus, soit environ 26 % du total des vases identifiables). La forme à paroi rectiligne (1100B) n’est représentée de façon sûre que par un individu (fosse 14). Parmi les formes segmentées, on connaît pour les 3 fosses au moins 7 exemplaires à panse arrondie rentrante (2100B) et un nombre équivalent de formes faiblement sinueuses (2200A : 2 et 2200B : 5 au minimum). Pour les formes hautes, dominent les formes 6220A et B, généralement en céramique grossière, avec une encolure plus ou moins développée, soulignée d’un cordon digité ou d’une ligne d’impressions. Plusieurs grands cols obliques appartenaient à cette forme (ou à des vases bitronconiques 6210, apparemment moins fréquents que les vases ovoïdes ou sub-sphériques). La forme 6220 comporte également deux petits vases entièrement peints l’un au graphite, l’autre en rouge. Au total, ces formes hautes à corps complexe représentent un peu moins d’une trentaine d’exemplaires, soit environ 17,5 % du corpus identifiable. De rares exemplaires en pâte grossière rentrent plutôt dans la catégorie des corps simples (forme 5100).

400Le corpus est complété par 2 vase de petite tailles (fosse 16) et 2 anses (fosses 16 et 65).

• Les décors

401Pour la première période (fosse 7), outre les impressions soulignant le col des formes hautes, et la couverte au graphique du petit vase sub-sphérique, on remarque surtout les stries et chevrons au graphite, associés ou non au fond rouge (3 exemplaires, forme 1100B et 1300B). Pour la même période, mais en dehors de l’échantillon (fosse 69), un cas associe peinture rouge, graphite et incision. Pour la période suivante, environ 30 % des vases sont décorés. Les couvertes rouges ou graphitées sont encore présentes à l’extérieur de formes basses (2200) ou hautes (6220). Les décors incisés ou estampés sont peu nombreux, parfois associés à un fond rouge (cercles ocellés, chevrons). Plus abondants sont, pour les formes hautes, les décors d’impressions, de forme et dimensions variées, parfois organisés en plusieurs lignes superposées.

Autres mobiliers

402- Alliage cuivreux : 1 épingle, 1 fragment de scie ?

403- Terre cuite : 6 fusaïoles.

404- « Lignite » : 2 fragments de bracelet.

405- Os travaillé : 6 objets en os ou bois de cerf.

3. Conclusion

406Le corpus restreint de la fosse 7 se caractérise par la relative abondance et la variété des décors peints, qui correspondent bien au Hallstatt C, tout comme la forme à marli. L’aspect des vases 5200, relativement bas et très ouverts, les assiettes à paroi rectiligne et décor peint relèvent même d’une tradition du Bronze final, et l’épingle en alliage cuivreux correspond aussi à un modèle de l’Âge du Bronze. Les trois autres fosses se situent au début du Hallstatt D : tout en conservant les décors peints en aplat, elles introduisent des formes nouvelles, notamment les formes basses faiblement sinueuses. Parmi ces formes 2200B, l’une, toutefois, dans la fosse 14, évoque encore la tradition du Hallstatt C par son profil pansu et son bord oblique ; c’est le cas, également pour un col en entonnoir très prononcé de la fosse 65.

4. Bibliographie

407Blanc, 1994 ; Röder, Blanc, 1995 ; Koenig et alii, 2005.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

420

Poids total de la céramique

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

176

 % fondé sur le NMI global du site

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Échantillonnage dans les structures

 % fondé sur une sélection des vases

Oui

Sélection de quelques structures

Oui (4 structures)

Sélection d’une structure

Sélection d’un niveau archéologique

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

408Indice 3 : fort.

Sainte-Croix-en-Plaine (Haut-Rhin), « Marbach Acker » (Hélène Delnef)

1. Le gisement

409Contexte géologique et géomorphologique : cône de déjection de la Fecht (cailloux et sable) et lambeaux de lœss.

410Responsable de l’opération, année : Gertrud Kuhnle (AFAN), fouille préventive, 1996.

411Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

412Étude du mobilier : Serge Mentele (AFAN).

413Superficie fouillée : 0,98 hectare. Site incomplet.

414Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : 150 structures.

415Datation des ensembles étudiés : Hallstatt C (structure 5).

416Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : le site du Hallstatt C de Houssen « Cora » se trouve à 13 km (cf. ce volume).

2. Le mobilier

Céramique

417Sur les 150 structures mises au jour, seule la fosse 5 a pu être fouillée entièrement. La fosse contient 34 kg de céramique, soit 1443 tessons ; 119 individus ont été identifiés.

• Les formes

418Les formes basses constituent 57 % du corpus dont 28 % de céramique fine, 31 % de semi-fine et 41 % de grossière. La forme prédominante possède un profil de type 1100A et B. Dans cette catégorie, se trouvent au moins 9 jattes à encoche et une à décor interne qui possède un profil complet proche des formes du Bronze final. On peut noter la présence d’une forme à marli (type 1300B) et de vases à profil sub-sphérique de type 2300. Les formes basses à panse carénée sont à partie supérieure verticale (type 2100A). La forme 2200A est représentée également, mais à titre isolé.

419Les formes hautes constituent 40 % du corpus dont 33 % de céramique fine, 29 % de semi-fine et 38 % de grossière. Les formes appartiennent essentiellement aux types 5100 et 5200 à profil ovoïde, 6110-6120, à bord dans le prolongement de la panse, et 6220A et B. On compte également un vase à panse sub-sphérique (type 6120A).

• Les décors

420Le corpus des décors est assez riche. Des décors de graphite et de peinture rouge en aplat seul ou en association sont recensés. Du graphite et/ou de la peinture appliqués à l’intérieur et à l’extérieur des récipients se retrouvent sur des vases de types 1100A et B, 1300B, 2100A, 2300, 6120A et 6210/6220A. Des motifs noirs sur de la peinture rouge ont été peints sur un vase de type 2300 et sur le vase de type 6120A. Un vase de type 1100B possède un décor intérieur rayonnant estampé et incisé, rempli de pâte blanche. Les décors plastiques sont représentés par des cordons digités à la jonction col/panse (types 5200, 6100 et 6220B). Un vase de type 6100 possède un cordon lisse et un autre de type 6120B possède un double cordon. Des lèvres digitées sont présentes sur les types 5100, 5200, 6100, 6220 et 1100B. Les bords de vases de types 2300 et 6220 sont soulignés d’une frise de points ou de chevrons estampés.

Autres mobiliers

421- Torchis/argile rubéfiée : fragments d’argile rubéfiée.

422- Lithique : 2 lissoirs.

3. Conclusion

423Le matériel de la fosse 5 présente plusieurs caractères de transition. En effet, quelques formes (coupe à marli et degrés, type 1100A à profil peu rentrant) trouvent encore des comparaisons dans le Bronze final, tandis que certaines formes sont novatrices comme celles de type 6120A ou comme les formes ouvertes à carène (type 2100A). Ce corpus semble donc plus ancien que celui de Houssen « Cora » et se situerait dans la première moitié du Hallstatt C.

4. Bibliographie

424Mentele, 2000 ; Mentele et alii, 2005a.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

119 (structure 5)

Poids total de la céramique

34 kg (structure 5)

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

119

 % fondé sur le NMI global du site

Non

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Non

Échantillonnage dans les structures

 % fondé sur une sélection des vases

Oui

Sélection de quelques structures

Sélection d’une structure

Oui

Sélection d’un niveau archéologique

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

425Indice 2 : moyen. Une seule structure au mobilier homogène a été étudiée sur un corpus d’environ 150 structures.

Wolfgantzen (Haut-Rhin), « Niederfeld » (Marie-Pierre Koenig, Gertrud Kuhnle)

1. Le gisement

426Contexte géologique et géomorphologique : plaine rhénane.

427Responsable de l’opération, année : Gertrud Kuhnle (AFAN), fouille préventive, 1995.

428Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

429Étude du mobilier : Christine Thurnheer (Seminar für Ur-und Frügeschichte, Bâle) puis Marie-Pierre Koenig (AFAN), Gertrud Kuhnle (AFAN), Christian Maise (Institut für Ur-und Frügeschichte, Fribourg-en-Brisgau).

430Superficie fouillée : 0,7 hectare. Site incomplet.

431Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : unité d’habitation composée d’une maison, d’un grenier, d’un niveau de sol et d’une trentaine de fosses (pour l’essentiel des silos) attribués à la fin du Hallstatt. Les autres vestiges sont soit plus anciens (7 fosses du Bronze moyen et 9 fosses du Bronze final), soit ont été attribués à la Protohistoire sans plus de précision (8 fosses).

432Datation des ensembles étudiés : Hallstatt D3.

433Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : ce gisement est localisé dans un secteur riche en nécropoles (tumulus d’Appenwihr, de Sundhoffen, de Widensohlen et de Wolfgantzen, enclos funéraires de Sainte-Croix-en-Plaine). Sur cette dernière commune, une maison et des fosses du Hallstatt C ont également été mises au jour. Enfin, soulignons que cet habitat se situe face au « Münsterberg » de Breisach, distant de 5,5 km.

2. Le mobilier

Céramique

434Les trente fosses et le niveau de sol renferment au total 249 bords, toutefois près de 340 individus ont pu être dénombrés. Huit ensembles renfermant de la céramique tournée et/ou du mobilier métallique ont été sélectionnés (structures 102, 105, 125, 126, 127, 130, 150 et 155).

• Les formes

435Contrairement à d’autres gisements étudiés, la forme 1100 régresse ici au profit de modèles à bord rentrant (1200). On note néanmoins quelques spécimens en céramique grossière. Les formes 2100 et 2300 font défaut tandis que différentes variantes de la forme 2200 sont représentées.

436Parmi les formes hautes, on observe principalement la multiplication de cols concaves que l’on attribuerait volontiers à des bouteilles ou formes apparentées (9100). Quant à la céramique grossière, difficile à classer compte tenu de son taux de fragmentation, elle semble pour l’essentiel correspondre à des formes 6210 ou 6220.

437Dans ce corpus, la céramique tournée occupe une place à part, avec des formes nouvelles et un décor tout à fait original associant graphite et cannelures.

• Les décors

438Les décors sont rares sur la céramique fine puisqu’ils se limitent, dans ces fosses comme sur l’ensemble du gisement, à un décor graphité (structure 126) et de petites incisions (structure 127) que complètent, dans les autres ensembles, un motif de bande graphitée sur des formes non tournées 1200 (structures 106, 113, 122, 144), un tesson peigné (structure 128) et de rares incisions (structure 121), rainures (structure 106) ou croisillons (structure 113). Cordons digités et ligne digitée sur la panse constituent l’ornementation classique de la céramique grossière, avec toutefois une multiplication des lèvres digitées. Ces dernières s’observent également sur quelques formes basses (1100A).

Autres mobiliers

439- Alliage cuivreux : 1 fibule de type Mansfeld S1 (st. 150), 1 fibule de type Mansfeld P1(w) (st. 156), 1 fibule de type Mansfeld dP1 (st. 162), 1 fibule de type Mansfeld dP4 (st. 150), 1 probable fibule de type Mansfeld dP4 (st. 105), 1 pied de fibule de type Mansfeld F4 ou dP4 (st. 105), 1 disque d’arrêt de fibule (st. 113).

440- Fer : 1 anneau ovalaire (st. 144), 2 scalptorium (st. 155), 1 fragment d’objet (agrafe, faucille ou serpette ?) (st. 127), 1 fragment d’un objet en fer forgé (récipient ?) (st. 128), 1 fragment d’un objet en tôle d’alliage cuivreux et cuir (fourreau ?) (st. 130), 1 crochet en fer à pointe bifide (scalptorium réemployé ?) (st. 150).

441- Terre cuite : 3 vases de petite taille (st. 119, 121, 128), 2 fusaïoles (st. 121).

442- Faune : étudiée (état de conservation médiocre). Rejets alimentaires correspondant à des capridés, du bœuf, du porc et du cheval. Les apports de la chasse sont très limités.

3. Conclusion

443Ces quelques ensembles caractéristiques du Hallstatt D3 permettent d’observer une certaine raréfaction des formes comme des décors. Les modèles à bord rentrant (1200), à profil caréné (2200C) ou plus ou moins sinueux (2200A et C) dominent parmi les formes basses tandis que les formes hautes voient la multiplication des formes bouteilles ou apparentées (9100). Enfin la présence de céramique tournée, généralement observée sur des sites dits princiers, est remarquable sur cet habitat de plaine et ouvre le débat sur le statut de tels gisements.

4. Bibliographie

444Kuhnle-Aubry, 1995 ; Kuhnle et alii, 1998a ; Kuhnle, 2003 ; Koenig et alii, 2005.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

249

Poids total de la céramique

39 kg

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

205

 % fondé sur le NMI global du site

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Échantillonnage dans les structures

 % fondé sur une sélection des vases

Sélection de quelques structures

Oui

Sélection d’une structure

Sélection d’un niveau archéologique

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

445Indice 3 : fort. Les silos profonds ont servi de dépotoirs.

Lorraine

Art-sur-Meurthe (Meurthe-et-Moselle), « L’Embanie », « Novacarb » (Sylvie Deffressigne)

1. Le gisement

446Contexte géologique et géomorphologique : fond de vallée avec grave et limons organiques.

447Responsable de l’opération, année : Sylvie Deffressigne (INRAP), fouille préventive, 2000.

448Type de gisement : habitat de plaine fouillé sur deux secteurs (sites 1-2) avec production de sel ignigène dans des récipients en céramique.

449Étude du mobilier : Sylvie Deffressigne, Nicolas Tikonoff (INRAP).

450Superficie fouillée : 4 hectares. Site incomplet partiellement détruit par une ancienne gravière.

451Type et nombre de structures (du Bronze final IIIa à La Tène A) : site 1 : 2 bâtiments, 1 fosse, 2 foyers, 1 silo ; site 2 : 5 bâtiments, 8 silos, 2 fosses.

452Datation des ensembles étudiés : fin Hallstatt D3 et La Tène A-B (structure 1059).

453Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : néant.

2. Le mobilier

Céramique

454Le corpus céramique est constitué d’un NMI de 356 (établi sur les bords), 71 vases sont reconnus comme des individus identifiables à une forme. Site 1 : 15 vases identifiés issus de 5 structures, site 2 : 56 issus de 18 structures.

• Les formes

455Les formes basses 1100 (individus identifiés : 20) et 1200 (4 vases identifiés) sont exclusivement en céramique grossière et leur finition est assez peu soignée. On remarque quelques profils tronconiques (1100), dont quelques-uns très profonds (1100C), et la présence de vases à bords rentrants (1200). Ces deux formes sont majoritaires au sein de l’ensemble. Les récipients 2100 constituent une catégorie de grands vases à pâte grossière (site 2, 2100B et C), sauf sur le site 1 où ils sont de petite taille, de facture plus soignée avec une partie supérieure à peine rentrante. Le décor n’est guère employé mis à part une ligne d’impressions dans deux cas. La forme 2200C n’intègre qu’un seul récipient en céramique fine, de profil assez peu galbé, abstraction faite d’un exemplaire à col concave, à la carène prononcée (structure 1059) sans doute plus récent. Ce vase semble tourné. Un seul vase évoque la forme 2300.

456Les formes hautes (6000) sont toutes fermées et de facture grossière, quels que soient les récipients. Leur partie supérieure est généralement rentrante sans véritable encolure, mais la carène est parfois très marquée. Pour quelques exemplaires, le bord se différencie en s’évasant légèrement (6220). La catégorie 9000 (4 vases identifiés) montre essentiellement des vases de céramique fine au col étroit et évasé. Une cuiller en céramique (12000) complète l’ensemble.

• Les décors

457Certains vases montrent des décors comme une ou deux lignes d’impressions faites au doigt, une lèvre digitée, des cordons digités, un décor tapissant d’impressions, de larges motifs au peigne ou encore un quadrillage de lignes incisées.

Autres mobiliers

458- Lithique : meules « à barres » en rhyolithe.

3. Conclusion

459La proportion formes hautes/formes basses est globalement équivalente et c’est la céramique grossière qui domine. La céramique fine est représentée presque pour l’essentiel par la forme basse (2200) dont la partie supérieure est évasée voire franchement concave, par quelques vases de la forme 2100C et 9100. La plupart des vases hauts ou des vases bas possèdent un profil très simple avec une partie supérieure dans le prolongement de la panse, ce qui est un trait caractéristique de la fin du Hallstatt (cf. Gondreville, Deffressigne et alii, 2002). Certains récipients au bord évasé jusqu’à être concave semblent déjà plus en accord avec un corpus laténien, aussi la fin du Hallstatt et/ou la transition Hallstatt D3/La Tène A est à envisager. La fosse 1059 est plus récente (La Tène A-B). La présence de petits vases à col resserré (9000) est sans doute un facteur d’évolution chronologique. Les types de décors recensés confirment une datation plutôt hallstattienne si l’on s’en tient à la stratigraphie de « La Cité d’Affrique » à Messein (voir ce volume).

460Certains récipients, notamment ceux de la forme 2100, ont servi à la réduction des saumures, Leur présence ne constitue donc pas obligatoirement un critère chronologique.

4. Bibliographie

461Deffressigne et alii, en cours.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

356

Poids total de la céramique

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

71

 % fondé sur le NMI global du site

Non

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Non

Échantillonnage dans les structures

Non

 % fondé sur une sélection des vases

Non

Sélection de quelques structures

Non

Sélection d’une structure

Non

Sélection d’un niveau archéologique

Non

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

462Indice 1 : faible. Petites fosses, foyer dans un site multiphasé.

463Indice 3 : fort. Silos

Crévéchamps (Meurthe-et-Moselle), « Tronc du Chêne » et « Sous Velle » (Marie-Pierre Koenig)

1. Le gisement

464Contexte géologique et géomorphologique : vallée de la Moselle.

465Responsable de l’opération, année : Marie-Pierre Koenig (AFAN), fouille préventive, 1989-1994.

466Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

467Étude du mobilier : Pierre Buzzi (AFAN), Marie-Pierre Koenig (AFAN).

468Superficie fouillée : 15 hectares. Site incomplet.

469Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : plusieurs unités d’habitation composées d’une maison, de bâtiments annexes, de palissades ainsi qu’une vingtaine de fosses s’échelonnent entre la Hallstatt C et La Tène A.

470Datation des ensembles étudiés : Hallstatt C (structures 1051, 1053, 1063 et 5395).

471Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : à l’exception de cercles (funéraires ?) observés en prospection aérienne et d’une fosse du Bronze final III fouillée sur le site même, aucun indice d’une occupation s’échelonnant entre le Bronze final IIIb et La Tène A n’a été reconnue dans le secteur.

2. Le mobilier

Céramique

472En dépit de l’importance de l’occupation hallstattienne dans le secteur, seuls quatre fosses ont pu être sélectionnées ; elles n’ont livré que très peu de mobilier (structure 1051 : 14 NMI ; structure 1053 : 26 NMI ; structure 1063 : 44 NMI ; structure 5395 : 37 NMI ; poids total de la structure 5395 : 5 kg).

• Les formes

473Les formes 1100 dominent, mais ne constituent pas un élément typochronologique pertinent. À l’exception d’un exemplaire dans la structure 5395, celles pourvues d’encoches sont en céramique grossière. La forme 1300B fait défaut, « remplacée » ici par une forme plus galbée qui demeure somme toute assez rare (1300A). Les formes basses à corps complexe sont documentées par des modèles à panse rentrante (2100B), exceptionnellement carénée à partie supérieure verticale (2100A) et par quelques petits spécimens à panse arrondie et bord éversé (2200A). Une seule forme à encolure verticale haute complète cet inventaire (2200C).

474Dans le registre des formes hautes, le modèle sub-sphérique à bord en entonnoir réalisé en céramique fine n’apparaît plus que sous une forme abâtardie (6220). L’essentiel des formes correspond à de la céramique grossière qu’il n’est pas toujours aisé à classer, compte tenu du taux de fragmentation (6210 ou 6220). Un petit lot de pots bitronconiques sans encolure (6110) est à souligner dans l’une des fosses.

• Les décors

475La présence de graphite associé à des cannelures est exceptionnelle sur une forme 1100. En général, ce sont les formes basses complexes qui sont décorées. Elles peuvent être graphitées, en association avec des filets réalisés à la pointe bifide ou des motifs incisés, ou agrémentées de cannelures assez larges. À signaler aussi, compte tenu de leur rareté dans la région, la présence dans la structure 5395 d’un tesson orné de peinture rouge et d’un second associant graphite et peinture rouge.

476Les formes hautes en céramique grossière sont décorées de lignes d’impressions circulaires ou triangulaires qui supplantent les cordons digités.

Autres mobiliers

477- Terre cuite : 1 fusaïole.

3. Conclusion

478La faiblesse de l’échantillonnage ne facilite pas une attribution chronologique. Si l’on se fonde sur l’association graphite/incision ou graphite/cannelure, on serait enclin à attribuer ces structures au Hallstatt C, à l’instar des observations faites pour le mobilier de Jouy-aux-Arches ou de Goin (cf. ce volume). L’emploi de la pointe bifide est également un mode décoratif ancien, particulièrement prisé au Bronze final IIIb, voire au début du Hallstatt. Il en est de même pour l’association peinture rouge/graphite, si l’on se fonde sur la documentation extra-régionale.

4. Bibliographie

479Buzzi, Koenig, 1992a ; Willaume, 1992a ; Koenig, 1994 ; Buzzi, Koenig, 1995 ; Koenig, 1995 ; Koenig et alii, 1997.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

121

Poids total de la céramique

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

98

 % fondé sur le NMI global du site

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Échantillonnage dans les structures

 % fondé sur une sélection des vases

Sélection de quelques structures

Oui

Sélection d’une structure

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

480Indice 2 : moyen. La structure 1063 qui pourrait être un puits et la structure 1053 de fonction indéterminée renferment principalement du mobilier dans le comblement supérieur.

481Indice 3 : fort. Dans le puits 5395, le mobilier a été retrouvé dans toute la séquence, avec toutefois une plus forte concentration dans les horizons de base. L’interprétation de la structure 1051 est plus délicate. On notera que les céramiques étaient exclusivement présentes à la base du remplissage.

Flévy (Moselle), « La Grande Rayée », « Flévy Zone 19 » (Sylvie Deffressigne)

1. Le gisement

482Contexte géologique et géomorphologique : versant de la rive droite de la Moselle avec alternance de calcaire et de marne.

483Responsable de l’opération, année : Véronique Brunet (AFAN), fouille préventive, 1998.

484Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

485Étude du mobilier : Sylvie Deffressigne (INRAP).

486Superficie fouillée : Superficie inconnue. Site incomplet.

487Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : 4 fosses appartenant à 2 fosses polylobées distinctes.

488Datation des ensembles étudiés : Hallstatt D1.

489Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : vaste espace de plus de 300 hectares ayant livré des vestiges de toutes les époques.

2. Le mobilier

Céramique

490Le mobilier se compose d’un NMI de 81 (calculé à partir des bords), 52 formes seulement (40 formes basses et 12 formes hautes) sont identifiées avec certitude.

• Les formes

491La forme 1100 (18 vases identifiés) est constituée pour l’essentiel de céramiques grossières jamais décorées et de quelques exemplaires de qualité. On note la présence d’un vase en 1300. à la différence de la catégorie 1100, la forme 2100 (5 vases identifiés), est constituée pour la plupart de céramiques fines. Les vases de la forme 2200A (16 vases identifiés, la plupart n’est pas dessinée) au profil sinueux peu marqué, sont de belle facture et certains sont si peu galbés qu’ils pourraient presque appartenir au type 2100. Un seul vase à petit bord droit bien dissocié du reste du corps, est attribué à la classe 2200C. On recense une forme à pâte fine en 2300.

492Pour les formes hautes et fermées, on retient la forme 6110, au profil extrêmement peu galbé, avec un bord inscrit dans la continuité de la panse, et la forme 6220. Cette dernière est majoritaire et l’un des vases est surbaissé à la limite de la forme basse (2300). Ils sont majoritairement en céramique grossière, de forme assez globuleuse, au bord plus ou moins éversé.

• Les décors

493Le graphite est apposé sur un grand nombre de vases de belle facture (formes 1100, 1300 et 2100B), essentiellement sur des vases 2200A. Le graphite est placé soit à l’intérieur soit à l’extérieur, soit sur les deux faces ou bien c’est le bord seul qui est graphité.

494Les vases hauts en céramique grossière 6110/6220 sont parfois décorés de digitations au niveau de la rupture bord/panse ou apposées sur un léger cordon. Deux exemplaires sont décorés d’un cordon digité à la jonction col/panse.

Autres mobiliers

495Néant.

3. Conclusion

496La datation de cet ensemble est apparue de prime abord assez délicate car certains éléments tendaient vers le Hallstatt C (formes globulaires parfois surbaissées, bords en biseau, un marli), alors que d’autres s’avéraient appartenir à la phase récente du Hallstatt. Ainsi les vases bas au profil sinueux peu accentué (forme 2200A), assez nombreux à Flévy, apparaissent dès le début du Hallstatt. Les décors tapissant de graphite datent plutôt de la transition Hallstatt C/D1 (Röder, Blanc, 1995 ; Buzzi et alii, 1997 ; Brénon et alii, 2003). Les vases hauts peu galbés (6110) évoquent déjà des formes de la fin du Hallstatt comme le développement du phénomène des impressions sur les lèvres (Gondreville, Geispolsheim). On note également la présence d’un petit vase à col vertical comme à Geispolsheim (Hallstatt D2). Enfin cette absence ou quasi-absence d’un certain nombre de caractères typologiques anciens, comme les marlis, favorise une datation plus récente à cet ensemble qu’il convient sans doute de placer au Hallstatt D1.

4. Bibliographie

497Deffressigne, 1999.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

81

Poids total de la céramique

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

52

 % fondé sur le NMI global du site

Non

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Non

Échantillonnage dans les structures

Non

 % fondé sur une sélection des vases

Non

Sélection de quelques structures

Non

Sélection d’une structure

Non

Sélection d’un niveau archéologique

Non

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

498Indice 2 : moyen. Silos ou fosses polylobées.

Florange (Moselle), « ZAC Sainte-Agathe » (Marie-Pierre Koenig)

1. Le gisement

499Contexte géologique et géomorphologique : moyennes terrasses de la rive gauche de la Moselle.

500Responsable de l’opération, année : Sophie Galland (INRAP), fouille préventive, 2005.

501Étude du mobilier : Marie-Pierre Koenig (INRAP).

502Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

503Superficie fouillée : 14 600 m2. Site incomplet.

504Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : 10 fosses dont 2 polylobées (structures 1231, 1236, 1238, 4081, 4082-4083, 4086, 4087, 4088, 4089 et 4090).

505Datation des ensembles étudiés : Hallstatt D2 (fin).

506Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : sur le même lieu-dit, fouille de deux fours de potier probablement du Hallstatt D3 (Pétrequin et alii, 1973, p. 265-291 ; Koenig et alii, 2005, p. 240, note 31) ; sur la commune voisine de Fameck, occupation du Hallstatt D2-D3, voire du tout début de La Tène avec peut-être de la métallurgie du fer (Franck et alii, 2006, p. 29).

2. Le mobilier

Céramique

507Le corpus de Florange a été établi à partir du mobilier exhumé dans dix fosses dont deux correspondent à des fosses polylobées (structures 4088 et 4082-4083). Le corpus est homogène tant au niveau des formes que de la facture de la pâte. Toute la céramique est non tournée. Si la céramique fine représente 58 % de l’ensemble, il faut souligner que la facture en est beaucoup moins soignée que pour les périodes antérieures.

• Les formes

508La forme hémisphérique 1100A est bien représentée (fine ou grossière avec encoche) et quelques modèles plus rectilignes (1100B) sont à signaler. Des formes à bord légèrement rentrant existent sans jamais présenter les bords franchement rentrants qui seront en usage à la fin du Hallstatt et au début de La Tène. Les types 1300 et 2100B font totalement défaut, les types 2100A et 2200A n’étant illustrés que par de rares exemplaires.

509Les vases à partie supérieure rentrante et bord dans le prolongement de la panse sont bien documentés, qu’il s’agisse de modèles pourvus d’une carène souple ou aigüe (2100C). Ils se développent concomitamment aux formes à sinuosité bien marquée (2200B) et aux modèles à col développé qui se déclinent à nouveau en deux variantes, l’une à carène aigüe et col concave, l’autre à carène plus douce et col haut vertical (plus rarement concave). À signaler parmi ces 2200C la présence d’un vase à profil très ouvert dont on ne connaît pour l’instant pas d’équivalent en Lorraine et qui évoque plutôt les productions champenoises.

510Parmi les formes hautes, quelques bords en entonnoir (6210 ou 6220) subsistent mais dans l’ensemble, ce sont les formes plus élancées dont la partie supérieure est relativement rectiligne qui dominent, se terminant (6120) ou non (6110) par un petit bord éversé. Deux formes 6210 presque complètes se caractérisent par des profils carénés assez mous. Une forme 5100 a également été identifiée.

• Les décors

511Quoique peu abondants sur la céramique fine, les décors sont caractéristiques de la fin du Hallstatt avec la présence de peinture rouge et l’apparition des décors incisés (lignes, zigzags, triangles) sur les types 2100C et 2200B-C exclusivement. Sur ce dernier type, un motif de triangles rempli de points est rehaussé de matière incrustante blanche. En revanche, le graphite, les décors peignés et les croisillons demeurent absents.

512La céramique grossière est, quant à elle, agrémentée d’un cordon digité (dont un double cordon), de lignes digitées ou de digitations sur la lèvre.

Autres mobiliers

513- Terre cuite : 3 vases de petite taille, 1 dévidoir, 2 fragments de cuillers, 1 cuiller/puisoir, 1 « dé à coudre », 2 fusaïoles, 1 annelet.

3. Conclusion

514À l’exception de quelques bords en entonnoir, aucun élément n’évoque le Hallstatt C-D1 : absence de graphite, de marlis, de formes très faiblement sinueuses. Les vases à carène aigüe comme les profils sinueux sont nombreux et connaissent les meilleurs parallèles en Alsace sur les gisements du Hallstatt D2 de Geispolsheim et de Brumath. La fréquence des carènes vives est peut-être l’indicateur d’une évolution vers le Hallstatt D3, mais il manque dans ce corpus les décors au peigne, la peinture rouge, les jattes à bord franchement rentrant, les bouteilles voire la céramique tournée.

4. Bibliographie

515Pétrequin et alii, 1973 ; Koenig et alii, 2005 ; Franck et alii, 2006 ; Galland et alii, 2008.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

189 (110 en fine et 79 en grossière)

Poids total de la céramique

37 kg

Poids de la céramique « fine »

10 kg

Poids de la céramique « grossière »

26 kg

Nombre de Vases à forme Identifiée

143 (83 en fine et 60 en grossière)

% fondé sur le NMI global du site

% fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Échantillonnage dans les structures

% fondé sur une sélection des vases

Sélection de quelques structures

Toutes les structures ont été prises en compte

Sélection d’une structure

Sélection d’un niveau archéologique

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

516Indice 3 : fort. Même si les structures 4088 et 4082-4083 sont deux grandes fosses polylobées et que les autres structures ne correspondent pas à des creusements profonds, l’homogénéité du mobilier et l’absence de vestiges d’autres périodes dans le secteur conduisent à considérer que le degré de fiabilité de ces ensembles est assez élevé.

Frouard (Meurthe-et-Moselle), « Haut de Penotte » (Marie-Pierre Koenig)

1. Le gisement

517Contexte géologique et géomorphologique : tête d’un vallon débouchant sur la vallée de la Moselle.

518Responsable de l’opération, année : Marie-Pierre Koenig (AFAN), fouille préventive, 1990.

519Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

520Étude du mobilier : Pierre Buzzi (AFAN), Marie-Pierre Koenig (AFAN).

521Superficie fouillée : environ 8 000 m2. Site incomplet.

522Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : il s’agit de traces d’un habitat composé d’une fosse de fonction indéterminée (structure 654), d’un four (structure 843) et de 4 silos (structures 2000, 2030, 2035, 2041). Il est possible que l’un ou l’autre des bâtiments identifiés appartiennent à l’Âge du Fer, si l’on se fonde sur les datations radiocarbones. Un silo/four entouré de vases-silos est quant à lui, attribué à la fin du Bronze final.

523Datation des ensembles étudiés : Hallstatt D3.

524Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : le site de hauteur de Champigneulles « La Fourasse » est localisé vers le sud-est, à 4 km à vol d’oiseau. S’il a livré de la céramique protohistorique sans plus de précision, la présence d’une enceinte à noyau calciné laisse envisager une occupation à l’Âge du Fer.

2. Le mobilier

Céramique

525Le mobilier contenu dans ces six fosses n’est pas très abondant puisque le NMI ne dépasse pas 124 (structure 654 : 15 NMI dont 14 formes identifiées ; structure 843 : 32 NMI dont 28 formes identifiées ; structure 2000 : 21 NMI dont 12 formes identifiées ; structure 2030 : 28 NMI dont 20 formes identifiées ; structure 2035 : 16 NMI dont 12 formes identifiées ; structure 2041 : 12 NMI dont 11 formes identifiées).

• Les formes

526La forme 1100A est bien documentée, qu’il s’agisse de céramique fine ou grossière. Elle est généralement non décorée. Parmi les spécimens en céramique grossière, ceux pourvus d’une encoche tendent à disparaître (deux ou trois exemplaires). Un exemplaire à lèvre en léger bourrelet est par ailleurs pourvu d’au moins une micro-encoche. Parmi les formes à bord rentrant, certaines annoncent les productions laténiennes (1200), toutefois on rencontre encore quelques formes dont toute la partie supérieure est rentrante (2100B). Si les formes à paroi verticale demeurent rares (2100A), les modèles carénés à bord dans le prolongement de la panse se développent (2100C). Les profils sinueux (2200B) ou carénés à col plus ou moins développé (2200C) sont présents. Enfin parmi les formes originales, on évoquera un tesson présentant une carène très basse, rehaussée d’un petit bandeau, un petit récipient complet à parois tronconiques peu élevées et large fond plat ainsi qu’un second récipient de petit modèle, de profil faiblement galbé et très peu profond qui correspond peut-être à un pied (10000).

527Peu de formes hautes en céramique grossière ont pu être illustrées, en raison du taux de fragmentation. Elles correspondent principalement aux types 6110/6120 et 6210/6220, ce dernier ne présentant que peu de cols développés. Enfin, un col développé est probablement à classer dans le type 9100.

• Les décors

528Les formes basses en céramique fine sont rehaussées de peinture rouge. Ceci s’observe exceptionnellement sur une forme 1100 à légers degrés internes, plus fréquemment sur les vases 2100C dont la face externe est souvent entièrement recouverte de peinture. Dans un cas, la partie supérieure du vase est agrémentée d’incisions ou de cannelures. On retrouve cette ornementation sur une forme sinueuse (2200B). Enfin un fragment se rattachant très probablement au type 2200C est orné d’une combinaison d’incisions obliques alternées, associées à des petites dépressions circulaires.

529Les vases de la famille 6100 et 6200 sont souvent décorés sur la panse, voire sur la lèvre, de digitations. À remarquer néanmoins la présence de tessons décorés sur le haut de la panse d’un cordon uni, digité ou à décor pincé. Le vase à bord en entonnoir, décoré d’un motif de cannelures associées à des dépressions circulaires, est issu du décapage et pourrait être résiduel.

Autres mobiliers

530- Alliage cuivreux : 1 pied orné d’un bouton sphérique coiffé d’un petit cône appartenant certainement à une fibule de type Mansfeld S (serpentiforme ou à disque), 1 bracelet fermé massif, 1 fragment d’épingle à tête enroulée de section carrée, 1 fragment de tige de section cylindrique, 1 tige de section quadrangulaire à extrémité ogivale (poinçon ?) et biseautée (burin ?).

531- Terre cuite : 1 fragment de bracelet, 1 fusaïole.

532- Lithique : 1 lissoir, 1 fragment de meule en rhyolithe, 1 broyon.

533- Os travaillé : 1 fragment de bois de cerf.

534- Matière organique : brai de bouleau.

3. Conclusion

535Le particularisme des décors, la présence de quelques formes inédites en Lorraine, en association avec de la petite parure ou une meule en rhyolite, confèrent à cet ensemble un intérêt certain.

536Hormis quelques tessons du Bronze final résiduels, ces ensembles sont homogènes. Parmi les formes au demeurant peu nombreuses et parfois uniques, on note la présence de types évolués tels 2200B et C. C’est toutefois les décors de cannelures, la peinture rouge (parfois associée à des incisions) et les motifs incisés ponctués de cupules qui orientent la datation vers le Hallstatt D3.

537Ces ensembles surprennent par la fréquence du mobilier métallique que l’on ne retrouve qu’exceptionnellement sur d’autres sites de plaine (cf. Vigny) et qui conduit à s’interroger sur le statut de ces gisements. Assigner à ces objets une datation précise s’avère cependant délicat, car ils ne sont pas très typés. Le bouton en alliage cuivreux semble une ornementation typique des fibules serpentiformes. Si ces fibules sont caractéristiques de la fin du Hallstatt D1 et du D2, certaines existent encore dans les contextes D2-D3 (cf. synthèse Hallstatt D3-La Tène A).

4. Bibliographie

538Buzzi, Koenig, 1991 ; Buzzi, Koenig, 1992b.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

124

Poids total de la céramique

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

97

 % fondé sur le NMI global du site

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Échantillonnage dans les structures

 % fondé sur une sélection des vases

Sélection de quelques structures

Oui

Sélection d’une structure

Sélection d’un niveau archéologique

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

539Indice 2 : moyen. Ces fosses et silos ont livré un mobilier peu abondant généralement réparti dans tout le comblement. Seul le silo 2000 ne contenait de mobilier que dans le comblement supérieur. La présence de quelques éléments du Bronze final observés dans la structure 2035 est liée aux risques potentiels de pollution sur un site multiphasé. Toutefois les productions de ces deux horizons sont dans l’ensemble faciles à distinguer.

Goin (Moselle), « La Mieule », « Aéroport régional de Lorraine », « Zone D3 » (Marie-Pierre Koenig)

1. Le gisement

540Contexte géologique et géomorphologique : tête d’un petit thalweg.

541Responsable de l’opération, année : Vincent Blouet (SRA Lorraine), fouille préventive, 1988.

542Étude du mobilier : Pierre Buzzi (AFAN), Marie-Pierre Koenig (AFAN).

543Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

544Superficie fouillée : pour la zone D3 : 6,3 hectares (au total 250 hectares sondés et 25 hectares fouillés). Site incomplet.

545Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : 2 fosses et un poteau attribuables au Hallstatt.

546Datation de l’ensemble étudié : Hallstatt C (fosse 291).

547Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : une unité d’habitation du Hallstatt C a été fouillée en zone E à environ 500 m. Un puits de la transition Bronze final IIIb/Hallstatt C (Pagny-lès-Goin, zone A ouest : structure 4005) et deux habitats de la fin du Hallstatt (Vigny, zone A, est : structure 4199 ; Vigny, zone B : structure 2099) ont quant à eux été observés à près de 1,5 km.

2. Le mobilier

Céramique

548Le mobilier de la fosse 291 correspond à un ensemble de 117 NMI au sein duquel la céramique fine représente 70 % du corpus.

• Les formes

549Comme dans le puits 4005 de Pagny-lès-Goin, la forme 1100 est largement représentée (37,3 %). Si quelques modèles en céramique grossière apparaissent, parfois de très petit diamètre ou munis d’encoches, il s’agit pour l’essentiel de formes fines. La forme 1300B se révèle moins fréquente (9,3 %) et la réduction du marli est ici sensible, s’éloignant de fait des modèles typiques du Bronze final. Parmi les formes basses à corps complexe (15,6 %), chaque exemplaire paraît un unicum dont il est difficile d’apprécier la valeur. Parmi les vases de petite taille, une tasse est à signaler (1,5 %).

550Peu d’informations peuvent être apportées quant aux formes hautes, au-delà des traditionnels vases sub-sphériques à bord en entonnoir (6220) (29,1 %). Les autres formes appartiennent au registre de la céramique grossière (7,8 %).

• Les décors

551La seule forme 1100 décorée d’incisions ne connaît pas d’équivalent. L’ornementation au graphite observée sur le marli des formes 1300 est plus courante et remplace les décors incisés prisés par le passé. Du graphite en aplats est également fréquent sur les modèles de forme basse à corps complexe, graphite combiné sur un modèle à haute encolure verticale (2200C) à un décor incisé. La seule forme complète 6200 en céramique fine présente sur l’épaule un décor de cannelures ; plusieurs autres exemplaires sont graphités. Les vases en céramique grossière sont agrémentés d’un cordon ou d’une ligne digitée à la pliure du col.

Autres mobiliers

552- Terre cuite : 3 fusaïoles, 1 fragment de bracelet.

553- « Lignite » : 1 fragment de bracelet

3. Conclusion

554La fréquence des vases à bord en entonnoir, l’évolution des formes basses à marli et les nombreux décors graphités en aplats, parfois associés à des incisions, sont caractéristiques du Hallstatt C. Aucun indice évoquant clairement le Bronze final IIIb n’apparaît en effet dans cet ensemble.

4. Bibliographie

555Blouet et alii, 1989a ; Blouet et alii, 1989d ; Willaume, 1992b ; Brénon et alii, 2003.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

117

Poids total de la céramique

18 kg

Poids de la céramique « fine »

8 kg

Poids de la céramique « grossière »

10 kg

Nombre de Vases à forme Identifiée

 % fondé sur le NMI global du site

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Oui (structure 291)

Échantillonnage dans les structures

 % fondé sur une sélection des vases

Sélection de quelques structures

Sélection d’une structure

Oui

Sélection d’un niveau archéologique

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

556Indice 2 : moyen. La structure 291 est peut-être une fosse d’extraction de limon qui dans un second temps a servi de dépotoir.

Gondreville–Fontenoy-sur-Moselle (Meurthe-et-Moselle), « Au Loup », « Les Herbues de Gondreville », « Zac de la Roseraie » (Sylvie Deffressigne)

1. Le gisement

557Contexte géologique et géomorphologique : versant de la vallée de la Moselle.

558Responsable de l’opération, année : Sylvie Deffressigne (AFAN), fouille préventive, 1996-1997.

559Type de gisement : habitat ouvert de plaine avec trois pôles d’occupation (sites 1, 2 et 4-5).

560Étude du mobilier : Sylvie Deffressigne (AFAN), Nicolas Tikonoff (AFAN).

561Superficie fouillée : 2,5 hectares (site 1). Site incomplet. 3 hectares (site 2). Site incomplet. 5 hectares (sites 4-5). Sites incomplets.

562Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : site 1 : 335 structures (11 silos, 4 fosses et 2 bâtiments). Site 2 : 15 silos, 8 bâtiments, 1 four de potier, fosses de rejets, foyers. Sites 4-5 : 160 silos, 30 bâtiments, fosses de torréfaction, four, fosses de rejets, foyers, four de réduction de métal.

563Datation des ensembles étudiés : Hallstatt D2 ?, Hallstatt D3, La Tène A-B.

564Environnement archéologique immédiat : habitat du Bronze final IIIb, habitat du Hallstatt C, une nécropole du Bronze final IIb, une nécropole augustéenne, sépultures « en caisson » de La Tène B.

2. Le mobilier

Céramique

565Le corpus céramique (234 vases identifiés) des trois pôles d’habitat se répartit ainsi : Site 1 : 49 individus, site 2 : 66, site 4-5 : 119. Les fosses de rejet possèdent au maximum 19 vases différents alors qu’ils sont en moyenne 3,5 par structure. La céramique fine ne provient pratiquement que d’une seule fosse (structure 4350) soit 13 éléments.

• Les formes

566Pour les formes basses, le type 1100 est largement dominant. Il s’agit d’une céramique grossière dont la panse est légèrement convexe, mais avec quelques exemplaires tronconiques. Seuls deux exemplaires sont de facture soignée. L’autre catégorie dominante des formes basses (1200) est à bord rentrant. Les formes 1100 et 1200 constituent l’essentiel des vases du corpus général. La forme 1300 à bord évasé est, à l’opposé, anecdotique (1 vase identifié).

567La forme 2100C bien renseignée se divise en deux groupes. Les grands vases grossiers (3 vases identifiés) et les vases de petite taille de facture soignée (9 vases identifiés). La partie supérieure de ces formes est rentrante et peu galbée. La catégorie 2200 (A, B et C) se compose de vases à carène marquée dont l’encolure courte est rentrante (respectivement 2, 3 et 10 vases identifiés). Elle présente quasi exclusivement de la céramique fine. La forme 2300 comporte des grands récipients en céramique grossière et des plus petits de belle facture.

568L’ensemble des formes hautes est presque exclusivement en céramique grossière. Les deux catégories de vases (6110 et 6120) sont l’une comme l’autre bien représentées sur les trois pôles d’occupation dans de proches proportions. Leur partie supérieure rentrante s’associe dans le premier cas à une carène bien marquée et dans d’autres cas elle est peu saillante. La lèvre n’est pratiquement jamais différenciée du bord. Les formes 6200 et 9100 sont très peu présentes. On notera l’existence de 2 entonnoirs en céramique grossière et de 4 petits pieds.

• Les décors

569Pour les formes hautes, on note seulement l’habituel décor de digitations en ligne, tapissantes ou sur un cordon. Les décors sont un peu plus variés sur les formes basses, quoique peu abondants : peinture rouge sur un modèle de forme 1300 en céramique fine, motifs géométriques incisés ou cannelures (vases fins de la forme 2100C), motifs géométriques complexes (losanges imbriqués) incisés, parfois incrustés de pâte blanche, cannelures et peinture rouge sur les 2200B-C.

Autres mobiliers

570- Alliage cuivreux : 1 fibule de type Mansfeld F4A2, 1 fragment de fibule probablement de type Mansfeld F4A2, 1 épingle.

571- Fer : 2 ressorts de fibules à fausse corde à bouclettes, 1 paire de forces, 1 couteau en fer, 1 épingle.

572- Verre : 1 perle de couleur bleue.

573- Lithique : meules « à barre » en rhyolithe.

574- Faune : étudiée.

3. Conclusion

575L’ensemble des vases, constitué majoritairement d’une céramique grossière, appartient à des formes très peu galbées dans leur partie supérieure, qu’elles soient hautes ou basses. Certaines sont néanmoins dotées d’une carène prononcée, mais le bord reste généralement dans le prolongement de l’encolure, comme la lèvre d’ailleurs. Ce type de vases trouve généralement des comparaisons dans les phases finales du Hallstatt. Malgré une franche homogénéité des formes, il se dégage toutefois quelques différences. Les vases dont l’encolure est plus marquée et surtout plus concave et/ou avec un bord éversé (formes 2200C et 6200, 9000) semblent correspondre réellement à une évolution chronologique. Ainsi l’ensemble du site 4 de même que le site 2 paraissent plutôt appartenir à la fin du Hallstatt alors que sur les sites 1 et 5, certaines fosses ont livré des vases possédant des caractères laténiens (structures 1069, 1188, 1307,1384, 5001 et 5002). Cette constatation renforce l’idée d’une occupation de ce secteur à la phase de transition Hallstatt/La Tène.

4. Bibliographie

576Deffressigne et alii, 1999 ; Deffressigne et alii, 2002 ; Deffressigne-Tikonoff, 2009.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

307

Poids total de la céramique

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

234

 % fondé sur le NMI global du site

Non

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Non

Échantillonnage dans les structures

Non

 % fondé sur une sélection des vases

Non

Sélection de quelques structures

Non

Sélection d’une structure

Non

Sélection d’un niveau archéologique

Non

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

577Indice 2 : moyen. Petites fosses, foyers…

Jouy-aux-Arches (Moselle), « La Machotte » (Marie-Pierre Koenig)

1. Le gisement

578Contexte géologique et géomorphologique : basse terrasse de la Moselle.

579Responsable de l’opération, année : Laurent Gébus (AFAN), fouille préventive, 1990.

580Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

581Étude du mobilier : Pierre Buzzi (AFAN), Laurent Gébus (AFAN).

582Superficie fouillée : 2,3 hectares dont 7 550 m2 (120 x 60 m) pour le Hallstatt. Site complet.

583Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : une unité d’habitation composée d’une maison, d’un grenier à 4 poteaux et de 7 fosses, dont une étudiée ici.

584Datation de l’ensemble étudié : Hallstatt C (structure 2059).

585Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : en périphérie de l’habitat, une nécropole occupée au Bronze final et à La Tène A a été fouillée.

2. Le mobilier

Céramique

586Parmi les fosses étudiées sur cet habitat, seule la fosse 2059, la plus riche en céramique, a servi de base à cette analyse. Le mobilier n’a cependant fait l’objet que d’un échantillonnage (principalement des formes fines et des formes décorées). Il n’est pas possible d’en apprécier le NMI total. L’étude se fonde donc sur le texte du rapport de fouilles et les illustrations concernant les 31 formes identifiées.

• Les formes

587Parmi les formes basses, la forme 1100 est la mieux représentée, avec la particularité de présenter de nombreux profils tronconiques (1100B) qui évoquent les productions du Bronze final, et il en est de même de la forme 1300B. Parmi les formes basses de profil complexe, on évoquera l’apparition de formes à partie supérieure plus ou moins verticale (2100A). Les formes à partie supérieure rentrante (2100B) tout comme celles à panse carénée (2100C) restent, semble-t-il, plus exceptionnelles. Un fragment de pied est à signaler, de même qu’un vase de petite taille à parois tronconiques.

588Les formes hautes, pour l’essentiel en céramique grossière, se répartissent en deux types principaux : les formes ovoïdes (5200) et bitronconiques (6210-6220).

• Les décors

589Des motifs graphités s’organisant en chevrons agrémentent le marli d’une forme 1300B et la face interne d’une forme 2100A. Le corpus de décors des formes basses peut être complété à partir de quelques tessons graphités en aplats, associant graphite et incision ou graphite et excision. L’ornementation des formes hautes se limite à des cordons, plus exceptionnellement à des lignes d’impressions ou à une lèvre digitée.

Autres mobiliers

590- Terre cuite : 1 fusaïole, 2 bobines, 1 fragment de bracelet, 9 plaquettes perforées, 1 plaquette non perforée.

3. Conclusion

591Dans cet ensemble, l’absence des formes sub-sphériques à bord en entonnoir surprend. Les formes 1300 à marli sont proches des modèles observés en contexte Bronze final IIIb à Rosières-aux-Salines ou à la transition Bronze final IIIb/Hallstatt C à Pagny-lès-Goin (structure 4005) ; les décors se raréfient cependant et aux chevrons incisés succèdent à présent des motifs exécutés au graphite. L’emploi de graphite est fréquent, mais les aplats dominent, parfois combinés à des décors incisés ou excisés. Ces combinaisons constitueraient le seul indice d’un particularisme régional au niveau du mobilier céramique durant le Hallstatt C. Il s’agirait là d’une version locale simplifiée des techniques de décor caractérisant la céramique de type « Alb-Hegau » classique, si florissante au Hallstatt C dans le Bade-Wurtemberg et la Suisse, où peinture rouge, graphite et décor incisé, incrusté de pâte blanche et/ou estampé sont combinés (Brénon et alii, 2003).

592La fosse 2059 de Jouy-aux-Arches pourrait être quelque peu plus ancienne que l’ensemble 291 de Goin.

4. Bibliographie

593Gébus, 1990 ; Willaume, 1992c ; Brénon et alii, 2003.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

Poids total de la céramique

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

> 31

 % fondé sur le NMI global du site

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Échantillonnage dans les structures

Oui

 % fondé sur une sélection des vases

Sélection de quelques structures

Sélection d’une structure

Sélection d’un niveau archéologique

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

594Indice 2 : moyen. La structure 2059 est une fosse d’extraction de limon ou un fond de cabane en relation avec le tissage qui a servi dans un second temps de dépotoir.

Messein (Meurthe-et-Moselle), « La Cité d’Affrique » (Nicolas Tikonoff)

1. Le gisement

595Contexte géologique et géomorphologique : calcaire du bajocien. Rebord de cuesta

596Responsable de l’opération, année : Jules Beaupré, fouille ancienne, fin xixe siècle et Jean-Paul Lagadec (bénévole), fouille programmée, 1980-1988.

597Type de gisement : habitat fortifié de hauteur.

598Étude du mobilier : Nicolas Tikonoff (INRAP).

599Superficie fouillée : sondages tout le long du rempart sur une surface non estimée. Fouille Lagadec, 400 m2 sur les 14 hectares du site.

600Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : niveaux stratifiés et rempart, quelques poteaux, angle de solin de mur, aires de foyer.

601Datation des ensembles étudiés : Hallstatt D3 à La Tène B.

602Environnement archéologique immédiat : néant.

2. Le mobilier

Céramique

603Le corpus céramique est constitué de 80 000 tessons. Le taux de fragmentation des récipients est très élevé. Seuls les éléments les plus pertinents ont été retenus lors de l’étude céramique. Aucun calcul de NMI n’a été tenté. La stratigraphie du site permet une aide à la classification chronologique des formes céramiques, cette stratigraphie s’appuyant sur le mobilier métallique.

604Pour les fouilles récentes (Lagadec et alii, 1989), 75 vases sont rattachés à une forme dont 17 en céramique tournée. Pour les fouilles anciennes, ce sont 38 vases dont 13 en céramique tournée.

• Les formes

605Les formes basses à corps simple 1100 (11 et 4 individus) et 1200 (9 et 9 individus) sont essentiellement en céramique fine, seuls trois éléments grossiers appartiennent à la forme 1100. Leur finition est assez hétérogène selon leur appartenance à l’une ou l’autre des deux catégories. La forme basse 2100 est représentée par 6 individus. La variante B est composée uniquement de céramique fine et la variante C de céramique grossière. Les 12 récipients de la forme 2200 sont tous faits d’une céramique fine. La forme basse 2300 est composée de trois individus en céramique grossière ne possédant aucun décor.

606Les formes hautes 5100, 5200 (2 individus), 6100 (3 individus), 6110 (2 et 2 individus), 6120 (1 individu), 6210 (5 et 2 individus) et 6220 (1 individu) sont également toutes en céramique grossière. L’encolure, lorsqu’elle est présente, est assez peu marquée. La forme 9100 est caractérisée par 4 individus en céramique fine. Seul le col des récipients a pu être identifié.

607Deux lèvres de faible diamètre ont été interprétées comme des bases d’entonnoir (forme 8000).

608Un lot de céramique tournée composé de 28 éléments complète cet ensemble essentiellement constitué de formes basses à corps complexe (20 vases 2200C). Il se complète de quelques formes 1200 et 2100. Les formes hautes plus discrètes sont représentées par 6 vases (formes 6100 et 6200).

• Les décors

609Parmi les formes basses à corps simple (1100-1200, 1100), six vases portent un décor : un aplat de peinture rouge à l’extérieur du vase et cinq motifs géométriques incisés (1 interne, 4 externes). Trois récipients appartenant à la forme 2100 sont décorés : deux motifs géométriques incisés et un d’une ligne d’impressions. Seuls quatre représentants de la forme 2200 sont décorés : deux avec des aplats de peinture à l’extérieur, un à base de motifs géométriques incisés et un de cannelures. On notera encore un décor au peigne avec motif rayonnant. Dix-huit éléments de céramique tournée sont décorés pour l’essentiel de cannelures plus ou moins larges ou d’un bourrelet (1 vase).

Autres mobiliers

610- Alliage cuivreux : fibules (fig. 65), 1 pointe de flèche de type gréco-oriental, épingles, aiguilles, pendeloques, bagues et anneaux, boucles d’oreilles, bracelets, torques.

611- Fer : fibules, agrafes, instruments de toilette (fig. 65), armes, outils.

612- Terre cuite : fusaïoles, moules pour la fabrication de bracelets.

613- Verre : perles en verre de couleur bleue.

614- Ambre : perles.

615- « Lignite » : perles.

616- Lithique : meules « à barre » en rhyolithe et en basalte de l’Eifel.

617- Os travaillé : perles.

618- Faune : non étudiée.

619- Divers : fragments d’amphores massaliètes.

3. Conclusion

620Ce corpus céramique est essentiellement constitué de formes basses et de céramique fine. On remarquera que le type 2200 est très peu représenté en céramique fine modelée, alors qu’il domine pour la céramique tournée. Les formes hautes sont surtout représentées par de la céramique grossière, les récipients hauts à pâte fine étant montés exclusivement au tour.

621Le site de Messein est daté grâce à l’étude du mobilier métallique. Sa datation s’étend du Hallstatt D3 à La Tène B (Lagadec et alii, 1989). La céramique s’intègre parfaitement dans cet intervalle chronologique, sans qu’on puisse, toutefois, être aussi précis dans l’attribution de certaines formes à l’une des deux phases (Hallstatt D3, La Tène A). Malgré tout, la présence d’une encolure sur plusieurs vases (formes 2200, 2300, 6210) correspond plutôt à une évolution laténienne des formes. La stratigraphie du site donne néanmoins quelques indications sur l’évolution de la céramique, notamment sur celle des décors qui sont attachés aux phases anciennes du site (Hallstatt D3) alors qu’ils tendent à disparaître dès les débuts de La Tène pour la céramique modelée.

622Les céramiques tournées livrent des indications plus précises, surtout celles comportant des cannelures. Ainsi, deux groupes chronologiques ont pu être déterminés (Balzer, 2006a) : une phase ancienne matérialisée par de fines cannelures (transition Hallstatt D3/La Tène A) et une phase récente (La Tène A) caractérisée par de larges cannelures peu marquées.

4. Bibliographie

623Beaupré, 1902a ; Beaupré, 1912 ; Lagadec et alii, 1989 ; Lagadec et alii, 1993 ; Lagadec et alii, 1999 ; Tikonoff, Deffressigne-Tikonoff, 2003.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

Poids total de la céramique

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

113

 % fondé sur le NMI global du site

Non

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Non

Échantillonnage dans les structures

Oui (dans les niveaux et structures)

 % fondé sur une sélection des vases

Sélection de quelques structures

Sélection d’une structure

Sélection d’un niveau archéologique

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

624Indice 1 : faible. Fouilles Jules Beaupré.

625Indice 3 : fort. Horizons stratigraphiques correctement identifiés lors des fouilles de Jean-Paul Lagadec.

Morsbach (Moselle), « Le Wiesberg » (Marie-Pierre Koenig)

1. Le gisement

626Contexte géologique et géomorphologique : plateau lorrain.

627Responsable de l’opération, année : Olivier Faye (AFAN), fouille préventive, 1993.

628Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

629Étude du mobilier : Olivier Faye (AFAN).

630Superficie fouillée : 950 m2. Site incomplet.

631Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : 6 fosses d’extraction et un vase-silo.

632Datation de l’ensemble étudié : Hallstatt C (structure 2).

633Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : dans le secteur, seul un tertre découvert fortuitement en 1954 est mentionné à 2 km au sud-ouest. Il daterait de La Tène A.

2. Le mobilier

Céramique

634La structure de Morsbach correspond à un vase-silo (structure 2). Il n’a livré qu’un petit ensemble de céramiques, mais ces formes sont suffisamment originales pour être brièvement présentées.

• Les formes

635Les formes basses sont quasi inexistantes. On évoquera une forme rentrante (2100B), une autre faiblement sinueuse (2200A) et quelques formes surbaissées à bord en entonnoir (2300) qui constituent le registre le plus original. L’exemplaire complet est pourvu d’un pied.

636Parmi les formes hautes, les vases sub-sphériques en céramique fine dominent (6220), une seule forme 7000B étant connue. À côté des bords en entonnoir, on observe des petits bords sub-verticaux. Les vases en céramique grossière regroupent principalement des formes 6110A et 6210.

• Les décors

637Les motifs graphités apparaissent exclusivement sur la forme 2300. Un exemplaire est également orné de plusieurs registres de triangles estampés, une technique décorative toutefois peu usitée en Lorraine. Le vase à col quille (7000B) offre quant à lui un riche décor excisé, associé à du graphite, qui ne connaît que peu d’équivalent (cf. Jouy-aux-Arches). Quant à la céramique grossière, elle est pour l’essentiel agrémentée d’un cordon ou d’une ligne d’impressions à la jonction col/panse.

Autres mobiliers

638Néant.

3. Conclusion

639Les vases à bord en entonnoir et les décors au graphite sont proches de ceux exhumés dans le puits 4005 de Pagny-lès-Goin, daté de la transition Bronze final IIIb/Hallstatt C. Néanmoins de nouvelles techniques décoratives caractéristiques du Hallstatt C s’observent ici, en particulier le décor excisé associé à du graphite ou les motifs estampés. Au niveau des formes, les pieds font leur apparition agrémentant une urne surbaissée. Un autre indice évolutif pourrait être la régression des vases à col en entonnoir, au profit de formes plus ovoïdes à petit col sub-vertical.

4. Bibliographie

640Faye, 1993 ; Brénon et alii, 2003.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

28

Poids total de la céramique

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

15 environ

 % fondé sur le NMI global du site

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Échantillonnage dans les structures

 % fondé sur une sélection des vases

Sélection de quelques structures

Sélection d’une structure

Oui

Sélection d’un niveau archéologique

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

641Indice 4 : fort. La partie inférieure du vase-silo était en place et la partie supérieure s’était effondrée. Le comblement final de la fosse contenait un important amas de céramiques.

Pagny-lès-Goin (Moselle), « Aéroport régional de Lorraine », zone A ouest (Marie-Pierre Koenig)

1. Le gisement

642Contexte géologique et géomorphologique : confluence d’un thalweg et d’un vallon sec.

643Responsable de l’opération, année : Vincent Blouet (SRA Lorraine), fouille préventive, 1988.

644Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

645Étude du mobilier : Pierre Buzzi (AFAN), Marie-Pierre Koenig (AFAN).

646Superficie fouillée : 1 500 m2 (au total 250 hectares sondés et 25 hectares fouillés). Site incomplet.

647Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : un puits (structure 4005) avoisinant un probable abreuvoir à bétail et un niveau de sol ; les autres structures demeurent non datées ou plus anciennes.

648Datation de l’ensemble étudié : transition Bronze final IIIb/Hallstatt C (structure 4005).

649Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : deux habitats de la fin du Hallstatt ont été fouillés à environ 150 m et 500 m de là (Vigny, zone A est : structure 4199 ; Vigny, zone B : structure 2099). Les vestiges du Hallstatt C s’observent à plus d’1 km : unité d’habitation (zone E) et fosses (Goin, zone D3).

2. Le mobilier

Céramique

650Le mobilier du puits 4005 comporte 128 NMI, se répartissant globalement pour moitié en céramique fine, pour moitié en céramique grossière.

• Les formes

651Au sein des formes basses à corps simple, la fréquence de la forme 1100 est à noter (22,5 %), mais on sait sa faible valeur chronologique. Il en est différemment du modèle à marli (1300B) (11,9 %). Les profils plus complexes (29,3 %) sont principalement illustrés par deux types, tous les deux portant un décor. Le premier présente une panse rentrante (2100B) et le second englobe des profils très légèrement sinueux, à petit bord parfois vertical (2200A), qui préfigurent les formes qui se développeront au cours du Hallstatt. Un seul petit exemplaire caréné se démarque du lot, sans que l’on puisse en apprécier la pertinence (2200C). Deux fragments d’anses évoquent plus le Bronze final que les productions hallstattiennes.

652Les formes hautes sont en raison du taux de fragmentation mal documentées. On note néanmoins la fréquence des profils sub-sphériques (22,4 %), à bord en entonnoir (6220) ou quelques formes plus petites proches des gobelets ainsi que deux exemplaires à « col quille » (7000B). Parmi les formes en céramique grossière, les formes 6220 et probablement 6210, sont présentes (14,9 %).

• Les décors

653À l’exception de la forme 1100, les formes fines sont souvent décorées. Il s’agit principalement de graphite en aplat sur l’une ou les deux faces des formes 1300, 2200 ou 7000B. Des motifs graphités de bandes, chevrons, triangles ou damiers se rencontrent aussi bien sur certains marlis, à l’intérieur de quelques formes 2200 que sur l’épaule et/ou le bord des 6220.

654Les motifs incisés sont plus rares ; ils s’observent sur un marli (1300B) ou sous forme de filets maladroitement incisés sur un vase à col quille (7000B, non illustré).

655Quelques tessons permettent de compléter le corpus des décors : motifs réalisés au peigne mousse à trois dents ou à dents multiples du Bronze final, bandes de points et rainures.

656Le registre décoratif de la céramique grossière se limite à quelques digitations sur la lèvre (1100) et surtout à des cordons disposés à la pliure du col sur les formes hautes.

Autres mobiliers

657- Terre cuite : 1 bobine, 1 dévidoir, 2 fusaïoles.

3. Conclusion

658Au niveau des formes, les récipients munis d’un marli (1300), les vases sub-sphériques à col en entonnoir (6220) comme les cols quille (7000) se rattachent à la fin du Bronze final ou au début du Hallstatt. On note néanmoins dans cet ensemble l’absence de degrés internes ou du décor à la pointe bifide qui caractérisent par exemple les ensembles du Bronze final IIIb de Rosières-aux-Salines. Le graphite, qu’il s’agisse de motifs ou d’aplats, est fréquent et s’observe sur la plupart des formes, exception faite de 1100. En revanche, il n’est jamais associé à d’autres techniques décoratives.

4. Bibliographie

659Blouet et alii, 1989a ; Blouet et alii, 1989b ; Dedecker, 1989 ; Willaume, 1992b ; Brénon et alii, 2003.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

128

Poids total de la céramique

21 kg

Poids de la céramique « fine »

4 kg

Poids de la céramique « grossière »

17 kg

Nombre de Vases à forme Identifiée

15 environ

% fondé sur le NMI global du site

% fondé sur le nombre de formes identifiées du site

oui (dans la structure 4005)

Échantillonnage dans les structures

% fondé sur une sélection des vases

Sélection de quelques structures

Sélection d’une structure

Oui

Sélection d’un niveau archéologique

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

660Indice 3 : fort. Le mobilier a été retrouvé dans toute la séquence du puits, avec toutefois une plus forte concentration dans les horizons de base.

Rosières-aux-Salines (Meurthe-et-Moselle), « Bois de Xarthe » (Cécile Véber, Marie-Pierre Koenig)

1. Le gisement

661Contexte géologique et géomorphologique : basse terrasse, à environ 1 km à l’est de la rive droite du lit actuel de la Meurthe.

662Responsable de l’opération, année : Cécile Véber (AFAN), fouille préventive, 1998.

663Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

664Étude du mobilier : Cécile Véber (AFAN).

665Superficie fouillée : 3 hectares en tout, dont 1 800 m2 pour la zone 5 (fouille 1998). Site incomplet.

666Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : une fosse (structure 5010) et une zone de rejet (structure 5019), situées à la base d’une légère dépression humide (zone 5).

667Datation des ensembles étudiés : Bronze final IIIb.

668Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : les fouilles de 1998 que complètent celles de 1999 ont permis de mettre au jour, outre un habitat du Bronze final III, des témoins d’une occupation hallstattienne et laténienne.

2. Le mobilier

Céramique

669Les deux structures sélectionnées (structures 5010 et 5019) ont livré environ 220 NMI dont près des trois-quarts correspondent à de la céramique fine pour un poids total de 16 kg de céramique fine et 13 kg de céramique grossière.

• Les formes

670Concernant la céramique fine, la fréquence des formes basses 1100A, 1300B, 2100B et C est à souligner. Ces dernières sont souvent décorées, à l’inverse de la forme 1100. Au sein des formes hautes, on observe des profils sub-sphériques (6220) qui se déclinent aussi bien sur de grands récipients que sur de petits pots.

671Les vases en céramique grossière correspondent pour l’essentiel à des formes bitronconiques (6220) et à quelques exemplaires de jattes à encoche.

• Les décors

672Les formes 1300B sont le plus souvent agrémentées d’un décor incisé formant zigzags sur le marli. On note aussi la présence de graphite associé à de l’incision ou de la rainure, de peinture noire pouvant être associée à des traces de peinture rouge. Les fonds sont parfois ornés d’un motif de points et de degrés internes. Si, dans l’ensemble, les 2100B et C sont dépourvues de décor, quelques exemplaires sont néanmoins ornés d’aplats ou de motifs graphités, plus rarement de stries ou d’une ligne poinçonnée. Pour les formes hautes (6220), des aplats de graphite et/ou des bandes de peinture noire, des cannelures, des lignes réalisées à la pointe bifide en constituent l’ornementation.

673Pour compléter le registre des décors, on signalera encore quelques tessons peints en rouge, d’autres plus exceptionnels rehaussés d’excision.

674Enfin des motifs poinçonnés ou un cordon digité ornent fréquemment la pliure du col sur les formes hautes en céramique grossière.

Autres mobiliers

675- Terre cuite : 5 fusaïoles, 1 fragment de disque, 1 fond perforé, 1 fragment de boulette, 1 figurine probablement de bovidé.

676- « Lignite » : 3 fragments de bracelets, 1 fragment d’anneau.

3. Conclusion

677La fréquence des écuelles à marli et des formes subsphériques, combinée à la présence d’une ornementation caractéristique (graphite, marli incisé, degrés internes, pointe bifide, cannelures, peinture rouge ou noire) permettent de situer ces deux ensembles au Bronze final IIIb.

4. Bibliographie

678Véber, 2005.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

Environ 220

Poids total de la céramique

29 kg

Poids de la céramique « fine »

16 kg

Poids de la céramique « grossière »

13 kg

Nombre de Vases à forme Identifiée

197

 % fondé sur le NMI global du site

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Échantillonnage dans les structures

 % fondé sur une sélection des vases

Sélection de quelques structures

Sélection d’une structure

Oui

Sélection d’un niveau archéologique

Oui

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

679Indice 3 : fort. Il s’agit de dépressions présentant un comblement stratifié. Le mobilier est concentré dans l’horizon de base.

Vigny (Moselle), « Aéroport régional de Lorraine », zone B ouest (Marie-Pierre Koenig)

1. Le gisement

680Contexte géologique et géomorphologique : flanc sud du vallon.

681Responsable de l’opération, année : Vincent Blouet (SRA Lorraine), fouille préventive, 1988.

682Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

683Étude du mobilier : Pierre Buzzi (AFAN), Marie-Pierre Koenig (AFAN).

684Superficie fouillée : 1,6 hectare (au total 250 hectares sondés et 25 hectares fouillés). Site incomplet.

685Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : un niveau de sol associé à une maison à 3 nefs et ses annexes (5 greniers, 4 fosses et une zone de rejet) ; les autres structures demeurent non datées ou plus anciennes.

686Datation de l’ensemble étudié : structure 2099 : Hallstatt D3 (vraisemblablement).

687Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : un habitat probablement contemporain a été fouillé à environ 500 m de là (Vigny, zone A est : structure 4199) de même qu’un puits de la transition Bronze final IIIb/Hallstatt C (Pagny-lès-Goin, zone A ouest). D’autres vestiges du Hallstatt C ont été identifiés à près d’1,5 km ; des fosses (Goin, zone D3) et une unité d’habitation (zone E).

2. Le mobilier

Céramique

688Le mobilier renfermé dans le niveau de sol 2099, étudié au niveau de la maison M7, ne constitue pas à proprement parler un ensemble clos. Il a néanmoins livré un mobilier relativement homogène, non roulé, riche de 960 NMI, dont 30 % correspond à de la céramique fine. Malheureusement, le taux de fragmentation particulièrement élevé rend l’identification des formes délicate.

• Les formes

689Aux côtés des formes 1100 qui constituent 43,6 % de l’ensemble, on ne peut évoquer que de rares fragments s’apparentant à des modèles à marli (1300, non illustré) (2,8 %), un exemplaire de 2200A et la forme 2100 avec ses variantes A et C (29,6 %). À l’exception de quelques formes à bord oblique (6210 ou 6220) (2,8 %) et de quelques bords en entonnoir (1,2 %), les formes hautes ne sont représentées que par de la céramique grossière.

690Cette dernière se décline en divers profils relativement élancés à petit bord éversé (6110, 6210) (21 %).

• Les décors

691Pour les formes basses, quelles que soient les formes, les décors graphités sont totalement absents ; en revanche, on observe une profusion de décors incisés et/ou poinçonnés où se combinent divers thèmes décoratifs (lignes horizontales, obliques, chevrons, points…). Les motifs poinçonnés tapissants et l’incrustation de pâte blanche font leur apparition. À noter également la présence de tessons peignés. Quelques formes à bord oblique sont pourvues de rainures.

692Les formes hautes en céramique grossière sont agrémentées de lignes digitées ou de cordons disposés sur le haut de la panse. Des cordons disposés à la pliure de col sont encore présents, mais la forme du vase ne peut être restituée.

Autres mobiliers

693- Alliage cuivreux : 1 bracelet en alliage cuivreux massif à extrémités se chevauchant (résiduel), 1 épingle en alliage cuivreux à tête en trompette et fût cannelé de type Courtavant (résiduel : Bronze final I).

694- Fer : 1 anneau à deux spires, 1 boucle de ceinture quadrangulaire (intrusif : probablement moderne).

695- Terre cuite : 1 fusaïole, 2 perles ou fusaïoles.

696- Verre : 1 perle de couleur jaune vert.

697- « Lignite » : 1 fragment de bracelet.

3. Conclusion

698Hormis les petites formes à bord oblique qui évoquent fortement le Bronze final (6210 ou 6220) et sont peut-être résiduelles, l’ensemble du mobilier a, dans un premier temps, été attribué au Hallstatt D sans plus de précision. On note en particulier l’absence totale de décors graphités, l’extrême rareté des formes basses à marli (1300) ou des bords en entonnoir (6210, 6220). En revanche se multiplient les formes à profil complexe (2100, 2200), les vases de profil élancé (6110, 6210) et tout un cortège de décors incisés, poinçonnés, peignés, voire incrustés. On retrouve ces caractéristiques sur le mobilier du niveau de sol 4199 fouillé non loin de là, daté du Hallstatt D3 par la présence de fibules. Les découvertes récentes réalisées en Alsace confirment également cette proposition.

4. Bibliographie

699Blouet et alii, 1989a ; Blouet et alii, 1989c ; Willaume, 1992b ; Brénon et alii, 2003.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

960

Poids total de la céramique

85 kg

Poids de la céramique « fine »

50 kg

Poids de la céramique « grossière »

35 kg

Nombre de Vases à forme Identifiée

% fondé sur le NMI global du site

% fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Oui (sur l’ensemble du niveau)

Échantillonnage dans les structures

% fondé sur une sélection des vases

Sélection de quelques structures

Sélection d’une structure

Sélection d’un niveau archéologique

Oui

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

700Indice 2 : moyen. Le niveau de sol en place est associé à une maison dans un secteur ayant livré divers vestiges du Hallstatt. Néanmoins quelques structures plus anciennes ou non datées sont à signaler dans les environs.

Vigny (Moselle), « Aéroport régional de Lorraine », zone A est (Marie-Pierre Koenig)

1. Le gisement

701Contexte géologique et géomorphologique : thalweg.

702Responsable de l’opération, année : Vincent Blouet (SRA Lorraine), fouille préventive, 1988.

703Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

704Étude du mobilier : Pierre Buzzi (AFAN), Marie-Pierre Koenig (AFAN).

705Superficie fouillée : 300 m2 (au total 250 hectares sondés et 25 hectares fouillés). Site incomplet.

706Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : un niveau de sol associé à 5 bâtiments à 4 poteaux et 1 à 6 poteaux, un tronçon de palissade et quelques fosses.

707Datation de l’ensemble étudié : Hallstatt D3 (structure 4199).

708Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : un habitat probablement contemporain a été fouillé à environ 500 m de là (Vigny, zone B) de même qu’un puits de la transition Bronze final IIIb/Hallstatt C à environ 150 m (Pagny-lès-Goin, zone A ouest). D’autres vestiges du Hallstatt C ont été identifiés à près d’1,5 km : des fosses (Goin, zone D3) et une unité d’habitation (zone E).

2. Le mobilier

Céramique

709Le mobilier renfermé dans le niveau de sol 4199 ne constitue pas à proprement parler un ensemble clos. Il a néanmoins livré un mobilier relativement homogène, non roulé, riche de 455 NMI, dont 44 % de céramique fine.

• Les formes

710Elles se composent majoritairement de la forme hémisphérique 1100A, parfois à profil un peu plus rectiligne (1100B), formes qui constituent à elles seules près des 2/3 du corpus. On retrouve des formes basses 1100 à encoches, mais la petitesse de ces encoches (largeur d’un doigt) est à souligner. Quelques exemplaires présentent un bord légèrement rentrant (1200). Parmi les profils plus complexes, on note une série de formes à partie supérieure rentrante (2100B et 2100C). Quelques profils plus ou moins sinueux sont observés (2200B), mais ils n’offrent jamais une sinuosité marquée telle qu’on a pu l’observer sur les gisements de la fin du Hallstatt en Alsace (2200) ; certains spécimens sont dotés d’un haut col (2200C). Enfin, un petit fragment de récipient à marli (1300B) et un vase à cordon renvoient à des formes anciennes, probablement résiduelles.

711Au sein de formes hautes (essentiellement de la céramique grossière), tous les modèles pourvus d’une encolure ont disparu. Ce sont les formes élancées dont la partie supérieure est bien rectiligne qui dominent (6110).

• Les décors

712Le corpus des formes ne rend pas suffisamment compte de la variété des décors, observés sur de nombreux tessons (non illustrés). Il s’agit tout d’abord d’une multiplication des stries incisées formant des lignes parallèles horizontales ou obliques, parfois des chevrons dont la pointe est soulignée d’un point. La fragmentation des vases ne permet malheureusement pas d’en apprécier plus précisément l’agencement. Il est néanmoins certain que des jattes hémisphériques sont à présent décorées, alors que seuls de très rares spécimens graphités étaient observés pour le début du Hallstatt. Dans de rares cas, des incrustations de pâte blanche sont encore visibles dans certaines incisions. Le peigne paraît lui aussi plus courant bien qu’il demeure impossible d’en évaluer le NMI. Il semble s’agir de motifs peignés tapissants ou plus volontiers organisés en faisceaux verticaux parallèles, une plage lisse séparant deux coups de peigne. Quelques motifs plus anarchiques, où les coups de peigne se chevauchent obliquement, ne sont pas exclus. L’emploi de peinture rouge est également plus fréquent, soit seule (2200B), soit souvent associée à des lignes incisées (2100C). Ce mode décoratif semble plus usité au Hallstatt D qu’au Hallstatt C dans la région.

713Parmi les éléments rares, on évoquera un fond de vase orné sur tout son pourtour de petites boules faites de pâte rajoutée ; sur un second exemplaire de petites protubérances ont été façonnées par pincement de la pâte. Un pied creux et un tesson orné de points imprimés complètent cet inventaire.

714Deux tessons ornés de larges cannelures ont aussi été recueillis. Il est difficile d’affirmer qu’ils appartiennent au Hallstatt d’autant que leur pâte très sableuse se distingue totalement de celles des autres tessons. Une attribution à l’Âge du Bronze paraît plus probable.

715Les formes grossières 6110 sont agrémentées de lignes de digitations parfois multiples, de lignes incisées ou de cordons. Le nombre de ces derniers surprend dans cet ensemble, comme d’ailleurs la variété de leur décor : digité, pincé obliquement, pincé pour former des pointes de diamant. Un seul cas de petit cordon lisse triangulaire a été inventorié, de même qu’un curieux petit fragment de cordon cannelé.

Autres mobiliers

716- Alliage cuivreux : 1 fibule de type Mansfeld P4 « Weidach » ou dP, 1 fibule de type Mansfeld F1B1, 1 fibule de type Mansfeld F4G2 (palette rectangulaire), 1 fibule de type Mansfeld F4G2 (palette tréflée), 1 fibule de type Mansfeld F, 1 ardillon de fibule ?, 1 tige à extrémité martelée, 1 fil recourbé correspondant peut-être à une agrafe, 1 fragment de tôle perforée, 1 annelet, 1 anneau à extrémité recourbée.

717- Fer : 1 fibule de type Mansfeld « Golfe du Lion », 1 fibule probablement de type Mansfeld F4A2, 1 ardillon de fibule ?, 1 fragment appartenant peut-être à une fibule, 1 tige à extrémité bifide correspondant peut-être à un scalptorium, fragments d’une lame, 1 fragment indéterminé.

718- Terre cuite : 6 fusaïoles, 2 fragments de bracelets.

719- Lithique : fragments de meules et de broyons.

3. Conclusion

720Aucune forme caractéristique de la fin du Bronze final ou du Hallstatt C-D1 n’a été identifiée dans cet ensemble, si ce n’est un petit fragment de marli. Le mobilier présente bien des caractères évolués au sein du Hallstatt D (peigne, vases de forme élancée, fréquence des décors incisés), mais en l’absence de mobilier métallique, il serait bien difficile de l’attribuer au Hallstatt D2 ou au Hallstatt D3. La dizaine de fibules caractéristiques de l’extrême fin du Hallstatt donne à cet ensemble toute sa valeur. Le niveau de sol observé non loin de là en zone B (structure 2099), au niveau de la maison M7, est plus ou moins contemporain.

4. Bibliographie

721Blouet et alii, 1989a ; Blouet et alii, 1989b ; Dedecker, 1989 ; Willaume, 1992b ; Brénon et alii, 2003.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

455

Poids total de la céramique

47 kg

Poids de la céramique « fine »

4 kg

Poids de la céramique « grossière »

43 kg

Nombre de Vases à forme Identifiée

% fondé sur le NMI global du site

% fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Oui (dans le niveau)

Échantillonnage dans les structures

% fondé sur une sélection des vases

Sélection de quelques structures

Sélection d’une structure

Sélection d’un niveau archéologique

Oui

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

722Indice 2-3 : moyen à fort. Même si ce niveau de sol a aussi livré des vestiges du Paléolithique, du Mésolithique, du Néolithique et très vraisemblablement de l’Âge du Bronze, le mobilier du Hallstatt paraît bien homogène, calé chronologiquement par une importante série de fibules.

Woippy (Moselle), « Le Pollieux », « Sablière Hergott » (Marie-Pierre Koenig)

1. Le gisement

723Contexte géologique et géomorphologique : basse terrasse de la Moselle, à environ 2,5 km du cours actuel.

724Responsable de l’opération, année : Pierre Buzzi (AFAN), fouille préventive, 1994-1995.

725Type de gisement : habitat ouvert de plaine.

726Étude du mobilier : Pierre Buzzi (AFAN).

727Superficie fouillée : 3 hectares (250 x 75 à 150 m). Site incomplet estimé à plusieurs hectares.

728Type et nombre de structures (du Bronze final IIIb à La Tène A) : 6 bâtiments (3 du Hallstatt C-D1, 1 du Hallstatt D et 2 du Hallstatt probable), 13 fosses (9 du Hallstatt C-D1 dont 3 étudiées ici, 3 du Hallstatt D et 1 du Hallstatt probable).

729Datation des ensembles étudiés : Hallstatt C-D1, probablement Hallstatt C (structures 285, 288 et 317).

730Environnement archéologique immédiat (du Bronze final IIIb à La Tène A) : à environ 500 m du gisement, une occupation du premier Âge du Fer a été mise en évidence « 31 route de Thionville » dans le lotissement « Les Sablières ».

2. Le mobilier

Céramique

731Trois fosses ont été sélectionnées pour illustrer le mobilier de Woippy. Il s’agit des ensembles 285, 288 et 317, comportant respectivement environ 170, 47 et 34 NMI.

• Les formes

732Comme dans nombre d’ensembles, la forme 1100 est la mieux documentée avec ici la présence de divers modèles décorés. Dans cette série, on peut signaler quelques spécimens en céramique grossière pourvus d’encoches. La forme 1300B est également bien représentée avec des marlis encore bien développés. La forme évolue cependant vers des profils un peu plus segmentés. Parmi les formes rentrantes, on peut distinguer celles où le caractère rentrant affecte surtout le bord (1200), de celles dont la partie supérieure de la panse est rentrante (2100B) ; fixer la limite entre ces deux types reste cependant délicat. Parmi les autres formes basses à corps complexe, on note l’accroissement de la forme 2200A tandis la forme plus sinueuse 2200B demeure encore très discrète. La forme 2300 est plus difficile à cerner et renferme divers récipients à panse arrondie et encolure, dont certains se rapprochent des gobelets. Pour compléter cet inventaire, on mentionnera des pieds creux ne pouvant être raccordés à aucune forme, des fonds ombiliqués ou à ressaut interne, quelques vases de petite taille de forme tonnelet ou à parois tronconiques.

733Parmi les formes hautes en céramique fine, on trouve quelques spécimens sphériques (6220) ; d’autres offrent des profils plus bitronconiques (6210). La mention de rebords obliques laisse à penser que la catégorie des vases à bord en entonnoir est également présente, mais trop fragmentée. Dans l’ensemble, la catégorie des formes hautes regroupe principalement des vases en céramique grossière, dont il n’est pas aisé de définir le profil (6210 ou 6220). De rares formes sans encolure complètent cet inventaire (6110).

• Les décors

734La céramique fine est souvent décorée de graphite, y compris les formes 1100 qui sont généralement dépourvues de décors. Il s’agit principalement d’aplats de graphite qui ornent l’une voire les deux faces des différentes formes basses (exception faite de la forme 2300). Des motifs géométriques graphités rehaussent l’intérieur de certains récipients : bandes rayonnantes sur une forme 1100A ou chevrons emboîtés sur des modèles 1300B et 2100B. Lorsque le marli des formes 1300 est décoré, il est exclusivement rehaussé de graphite et non plus d’incisions comme il était de coutume au Bronze final. Enfin, de rares récipients sont ornés d’une cannelure (1100) ou de rainures agencées horizontalement et obliquement (non illustré).

735Parmi les décors des formes hautes on observe quelques aplats de graphite. Un tesson semblant appartenir à un vase à col quille (7000B non illustré) associe graphite et motif incisé ; ce dernier est composé de trois bandeaux horizontaux composés chacun de trois lignes parallèles sur le col et de trois bandeaux obliques identiques aux précédents sur l’épaule. On note également la présence plus anecdotique d’un petit mamelon oblong rapporté sous le bord et de lignes poinçonnées, réalisées dans un cas avec un outil à trois dents.

736Enfin les cordons digités à la jonction col/panse, les lignes digitées comme les digitations sur la lèvre constituent l’ornementation spécifique à la céramique grossière.

Autres mobiliers

737- Fer : 1 objet non identifiable.

738- Terre cuite : 1 fragment de cuiller, 2 fusaïoles, 1 bracelet.

3. Conclusion

739La spécificité de ces ensembles réside dans l’accroissement des formes 2200A qui évoluent au cours du Hallstatt, principalement du Hallstatt D, et dans l’importance des récipients graphités, avoisinant ici les 20 %. Si quelques décors géométriques graphités subsistent (en particulier des chevrons), les aplats dominent et ne sont associés à d’autres techniques décoratives que dans un cas. Si l’on se fonde sur les ensembles extrarégionaux, l’emploi du graphite ne semble pas dépasser le Hallstatt D1. C’est donc dans une fourchette Hallstatt C-D1, probablement Hallstatt C, que se situent ces productions.

4. Bibliographie

740Buzzi, 1995 ; Buzzi, 1998.

5. Mode de comptage de la céramique

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’Individus

251

Poids total de la céramique

35 kg

Poids de la céramique « fine »

10 kg

Poids de la céramique « grossière »

24 kg

Nombre de Vases à forme Identifiée

207

 % fondé sur le NMI global du site

 % fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Échantillonnage dans les structures

 % fondé sur une sélection des vases

Sélection de quelques structures

Oui

Sélection d’une structure

Sélection d’un niveau archéologique

6. Indice de fiabilité de la récolte de l’échantillon céramique

741Indice 2 : moyen. La structure 285 est une grande fosse polylobée, la structure 288, une fosse ou éventuellement un chablis et la structure 317 correspond très probablement à un silo.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Tableau des sites étudiés classés par régions
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Titre Tableau des sites étudiés classés par régions
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9009/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 148k

© ARTEHIS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search