Version classiqueVersion mobile

La céramique d’habitat du Bronze final IIIb à La Tène A en Alsace et en Lorraine : essai de typo-chronologie

 | 
Anne-Marie Adam
, 
Sylvie Deffressigne
, 
Marie-Pierre Koenig
, 
et al.

4. Évolution de la céramique par phases, de la fin du Bronze final IIIb à La Tène A

Marie-Pierre Koenig, Marina Lasserre, Suzanne Plouin, Nicolas Tikonoff, Hélène Delnef, Anne-Marie Adam, Aurore Boyer, Sylvie Deffressigne, Michaël Landolt et Muriel Roth-Zehner

Texte intégral

4.1. Le Bronze final IIIb. (M.-P. Koenig, M. Lasserre, S. Plouin, N. Tikonoff)

4.1.1. La documentation

4.1.1.1 État de la documentation

Alsace

1En Alsace, le milieu et la fin du Bronze final (Ha A-B du système chronologique allemand, établi par P. Reinecke, puis H. Müller-Karpe, et régulièrement affiné) est une période bien documentée, en particulier grâce aux nombreuses découvertes opérées sur le site de hauteur de Wintzenheim « Hohlandsberg » (Jehl, Bonnet, 1968 ; Bonnet, 1973, 1974 ; Bonnet et alii, 1985), et dans les nécropoles bas-rhinoises de Wingersheim (Forrer, 1930) et de Lingolsheim (Forrer, 1937), pour ne citer que les ensembles majeurs. Cependant ce n’est que très récemment que le déficit en gisements de la fin de cette période a pu être comblé, notamment avec les fouilles réalisées dans le cadre de l’archéologie préventive sur les habitats de plaine de Reichstett « Rue Ampère » et de Colmar « Diaconat », que complètent les fouilles programmées menées sur le site de hauteur du « Hexenberg » à Leutenheim. De ces sites, seul jusqu’à présent le matériel de Colmar « Diaconat » a permis de réaliser un phasage de la céramique qui montre une occupation longue. L’étude exhaustive du site du « Hexenberg » n’étant pas terminée, on ne pourra pas ici se fonder sur ses ensembles pour un phasage détaillé. Quant au site de Reichstett, l’auteur précise que « le mobilier céramique Bronze final IIIb de Reichstett doit être considéré comme un ensemble typologiquement et chronologiquement cohérent, sans qu’on puisse pour autant préjuger de la durée de l’occupation » (Le Meur, Treffort, 2000, p. 61). On peut donc supposer qu’il n’y a qu’une seule phase chronologique.

2À côté de ces sites d’habitat fouillés récemment et présentant un matériel céramique abondant, on doit souligner le net déficit de découvertes de sépultures. Et jusqu’à ce jour, les éléments les plus importants proviennent toujours du site majeur de la nécropole de Nordhouse (Bas-Rhin) qui présente deux tertres fondés au Bronze final IIIb avec des crémations centrales accompagnées de nombreuses céramiques (Piningre et alii, 1989) (infra).

3En ce qui concerne la périodisation du Bronze final IIIb alsacien, dès 1988 et dans la suite de ses travaux, J.-F. Piningre propose une organisation bipartite, un Bronze final IIIb ancien et un Bronze final IIIb évolué (infra).

Lorraine

4En Lorraine, le Bronze final est illustré par de nombreuses découvertes ayant fourni des corpus suffisamment importants pour permettre la mise en place d’une typo-chronologie de la céramique. Elle s’articule suivant un découpage de la période en huit étapes correspondant à une cinquantaine d’années chacune (Kölling, 1968 ; Blouet et alii, 1988 ; Blouet et alii, 1992 ; Klag, 1999). Si les horizons du Rhin-Suisse-France orientale (RSFO) (Bronze final IIb-IIIa) sont bien documentés, les ensembles lorrains attribuables aux phases tardives (Bronze final IIIb) comme à la transition entre la fin de l’Âge du Bronze et le Hallstatt (Bronze final IIIb/Hallstatt C) sont encore rares et principalement composés de petits lots de vases qui ne donnent que difficilement une vision d’ensemble pour la période, comme l’illustre le gisement de Rosières-aux-Salines.

4.1.1.2 Choix des corpus

Alsace

5En Alsace, le choix des corpus de référence s’est porté sur des ensembles récemment fouillés et particulièrement bien documentés. La fin du Bronze final a été analysée au travers de trois sites : Leutenheim « Hexenberg » (Adam, Lasserre, 1996, 2001), Reichstett « Rue Ampère » (Le Meur, Treffort, 2000) et Colmar « Diaconat » (Maise, Lasserre, 2005). Seul ce dernier a fait l’objet d’une publication exhaustive, les études détaillées des deux autres sites étant encore en cours.

6Les études des séries de céramiques de ces trois sites permettent aujourd’hui d’asseoir une typochronologie fiable et de revisiter quelques séries plus limitées telles Merxheim « Breyl » (Bonnet, Plouin-Mantzer, 1979, fig. 5C-6), Gundolsheim III (Haut-Rhin) (Jehl, Bonnet, 1962, fig. 15), Ribeauvillé « Saint-Ulrich » (Haut-Rhin) (Bonnet, Plouin-Mantzer, 1979, fig. 3-4), Colmar « Route de Rouffach » (Bonnet et alii, 1990, fig. 19-20), Strasbourg-Koenigshoffen « Chemin du Cuivre » (Baudoux, 1996) ou Rosheim « Bischenabwand » (structures 14-15 : Röder, Blanc, 1995) selon un inventaire récemment réalisé (Koenig, Adam, 2005). Cependant, en regard du nombre de tombes retrouvées pour la phase moyenne (IIb-IIIa) du Bronze final, il faut constater une chute très nette de celles attribuées à la fin de la période. On évoquera principalement la crémation centrale du tumulus 2A de Nordhouse accompagnée de quatorze récipients, d’une épingle à tête vasiforme et de deux armatures de flèche à pédoncule et ailerons (Piningre et alii, 1989, p. 50-51), celles d’Ensisheim « Heidendodenweg » (Gerhart, Voegtlin, 1976), de Richwiller (Haut-Rhin) (Zumstein, 1966), de Réguisheim (Haut-Rhin) (Mathieu et alii, 1982) et de Sainte-Croix-en Plaine « Jebsen Boden » (sépulture 12 : Kuhnle et alii, 1999). Mise à part la tombe de Nordhouse, les assemblages funéraires n’ont pas livré de matériel métallique. Le corpus de vases est, quant à lui, encore trop réduit pour qu’on puisse y voir des associations récurrentes.

Lorraine

7Contrairement à la documentation alsacienne, les gisements étudiés en Lorraine se révèlent pauvres, tant par le faible nombre d’ensembles qu’il a été permis d’étudier pour chaque horizon, que par le peu de formes pertinentes renfermées dans chacun d’eux. Il est en particulier difficile d’évoquer à ce jour la fin du Bronze final dans la mesure où seul un site est présenté pour la Lorraine, Rosières-aux-Salines (Véber, 2005). Depuis l’établissement de ce corpus de référence, un ensemble mieux documenté a été découvert à Flévy « Site 10 » (Thomashausen, Véber, 2002). S’il n’a pu être intégré dans les tableaux, il contribue néanmoins à étayer les observations proposées à partir du mobilier de Rosières aux-Salines.

8Toute une série de petits ensembles se rattache très probablement à cet horizon : Ennery « Immaldi » (Moselle) (Chaplier, Vanmoerkerke, 1993), Ceintrey « Ferme du Point du Jour » (Meurthe-et-Moselle) (Buzzi et alii, 1994, fig. 40), Bouxières-sous-Froidmont « Le Tremble » (Meurthe-et-Moselle) (Deffressigne, Bouchet, 2003), Tomblaine « Le Pré Chenu » (Tikonoff, 2001), et Gondreville « Le Clos de la Bergerie » (Meurthe-et-Moselle) daté par 14 C de 865 ± 32 ans avant J.-C. (Deffressigne et alii, 2002), Gondreville « Au Loup » et Fontenoy-sur-Moselle « Les Herbues de Gondreville » (Meurthe-et-Moselle) (Deffressigne et alii, 1999).

9Quant aux ensembles funéraires, si quelques comptes-rendus de fouilles anciennes évoquent bien la présence de crémations, ces dernières demeurent impossibles à dater compte tenu de la disparition du mobilier. On évoquera cependant la présence d’un vase à panse globulaire et petit bord oblique, graphité et décoré de trois séries de deux stries parallèles, non loin d’un petit fragment de fer semblant avoir appartenu à un rasoir dans l’un des tumulus de Bezange-la-Grande (Meurthe-et-Moselle) fouillé par J. Beaupré (Beaupré, 1909, p. 10). Il connaît un bon parallèle dans la nécropole de Bouzemont (Vosges) (Millotte, 1965, p. 63 et pl. VII). Par ailleurs, le rapport préliminaire réalisé suite à la fouille de la nécropole de Gémonville (Meurthe-et-Moselle) fait bien mention de crémations du Bronze final IIIb (Deyber, 1971), mais le mobilier n’est illustré que par quelques photos et seuls quelques vases ont été retrouvés au Musée Lorrain de Nancy. La crémation isolée fouillée sur le tracé de la RN 57 à Benney « Bois de Lemainville » (Meurthe-et-Moselle) constitue donc, avec ses quatre vases, le seul ensemble clos pertinent (Buzzi et alii, 1994, fig. 41).

4.1.2. Éléments caractéristiques

Alsace (fig. 48)

10Le cortège céramique des trois sites alsaciens comprend essentiellement les formes 1100, 1300, 2100, 2300 et 6200. Il présente également certaines variations entre ces sites, variations qui vont porter sur des différences de fréquences de certaines de ces formes (1100B) et surtout sur celles des décors (incisés notamment).

11Les formes basses. En ce qui concerne la céramique plutôt fine, le type 1100 est très abondamment représenté et, parallèlement aux formes à panse arrondie 1100A, on constate une large persistance des modèles tronconiques (1100B) si fréquents au Bronze final IIIa. Ces formes peuvent être décorées. On peut noter, de temps en temps, la présence d’une anse attachée sur le bord.

12La forme 1300 à marli est une des caractéristiques du Bronze final IIIb et du Hallstatt C en Alsace, avec différentes variantes (marli plus ou moins large, panse plus ou moins profonde ou aplatie). Elle est présente dans plusieurs gisements du Bronze final IIIb d’Alsace, notamment à Gundolsheim III (Jehl, Bonnet, 1962) et à Colmar (fosse TU 54-55 : Bonnet et alii, 1990). Cette forme peut porter un décor sur son marli.

13Les formes basses à corps complexe sont représentées dans les gisements du Bronze final IIIb. La variante 2100A à panse carénée et partie supérieure droite semblerait surtout être présente à Leutenheim « Hexenberg », alors que la variante B à panse rentrante (2100B) est illustrée sur tous les gisements du corpus. Rarement, elles présentent une anse sur le rebord. Ces formes peuvent porter un décor, mais uniquement graphité.

14La seule forme réalisée en pâte grossière, mais de manière systématique, sur les trois sites étudiés, est la 1100A, à rebord encoché. Il existe également quelques rares formes 2300 à Reichstett.

15Les formes hautes. C’est au sein de la famille des 6200 qu’on recense le plus de variantes en céramique fine. Fréquemment de profil sub-sphérique, elles sont dotées d’une ouverture relativement large pouvant se terminer par un bord en entonnoir, plus ou moins développé. La présence du haut bord oblique est également un critère de rattachement à la phase récente du Bronze final IIIB.

16Il faut souligner l’apparition, dans tous ces ensembles, d’une forme nouvelle, la forme 7000. Cette forme, dite « à proto col quille » (variante A) fait son apparition dès la fin du Bronze final à Leutenheim « Hexenberg » et sur le site de Reichstett, tandis que sa version « à col quille », connue dès la fin de l’Âge du Bronze au « Hohlandsberg », se développera surtout durant le Hallstatt C.

17En ce qui concerne la céramique semi-fine ou grossière, J.-M. Treffort décrit à Reichstett des céramiques de cette facture correspondant à certaines formes 6220 à décor de cordons ou de lignes d’impressions. Il en va de même sur le site du « Hexenberg » où la céramique est dégraissée à la chamotte. Pour Colmar « Diaconat », il s’agit également de formes de la famille 6200, mais qui peuvent porter, cette fois, un décor de peinture rouge sur l’intérieur et l’extérieur du col.

18Les décors. Le décor plastique, en dehors des cordons, est assez rare. On peut retrouver parmi les formes basses, sur le type 1100A, un petit mamelon (unique) accolé au rebord. Ce petit décor est généralement peu représenté sur les sites de cet horizon, mais il est, en revanche, très développé sur le site du « Hexenberg » dont il constitue, peut-être, une caractéristique locale.

19Les décors incisés et les cannelures sont majoritaires, ces deux techniques étant essentiellement présentes sur les formes 1100, 1300 et 6200. Les décors internes incisés de tradition Bronze final IIIa, encore assez nombreux au début du IIIb sur les formes tronconiques 1100B, à Merxheim « Breyl » et à Ribeauvillé « Saint-Ulrich » (Haut-Rhin) (Bonnet, Plouin-Mantzer, 1979), se raréfient indiscutablement dans la phase récente. On peut souligner qu’ils sont deux fois plus nombreux à Colmar « Diaconat » (phase ancienne/classique : Maise, Lasserre, 2005) qu’à Reichstett, alors qu’au « Hexenberg » il n’en existe qu’un seul individu. La forme 1100B portant un décor incisé est un des critères d’appartenance à la phase ancienne du Bronze final IIIb. Le marli de certaines formes 1300 peut également porter un décor incisé de triangles. Ce motif est présent sur nos trois sites. Il est rehaussé de graphite à Colmar « Diaconat » (Maise, Lasserre, 2005, pl. 18, no 535). Quant au décor en arêtes de poisson hérité des phases antérieures du Bronze final, il est modestement utilisé à Colmar « Diaconat » ou à Reichstett sur des formes 6200 et pratiquement absent du « Hexenberg ».

20Le décor rainuré ou cannelé sur l’épaule des formes 6200 est fréquemment rencontré. Outre à Reichstett et à Leutenheim, il existe à Gundolsheim III (Jehl, Bonnet, 1962, fig. 15) et à Colmar « Route de Rouffach » (fosse TU 54-55 : Bonnet et alii, 1991, fig. 20, no 3). Il s’agit d’une constante à cette période, et ce décor fait curieusement défaut à Colmar « Diaconat », où un seul exemplaire à cannelures relativement fines peut être cité (Maise, Lasserre, 2005, pl. 22, no 694).

21Les cannelures internes, regroupées à la base des récipients 1100B, seraient un héritage du Bronze final IIIa ; on en retrouve un certain nombre au « Hexenberg », un peu moins dans le paléochenal/fossé de Colmar « Diaconat » et encore moins à Reichstett.

22Le décor au graphite seul est assez courant et on peut souligner que des conditions taphonomiques peu favorables peuvent certainement en minorer l’importance. À Colmar « Diaconat », à Reichstett et à Leutenheim « Hexenberg », certains modèles 2100A ou B sont rehaussés de graphite de même que certaines formes 2300. On peut noter que certains bords de 6200, parmi les plus développés, sont recouverts de graphite.

23Le décor de doubles (ou multiples) filets horizontaux, porté par de petites formes 6220, apparaît sur chacun des trois sites, mais en l’absence de comptage, il est difficile de reconnaître son importance.

24Le décor incisé cède la place à des décors polychromes réalisés à la peinture rouge et au graphite. Ils peuvent être agencés en aplats ou en motifs (essentiellement des bandes horizontales avec néanmoins quelques rares cas de bandes obliques) à l’intérieur d’une forme 1100 ou 1300A et constituent un repère chronologique important pour la phase récente. Ce décor polychrome de bandes horizontales internes est représenté à Colmar « Diaconat » et au « Hexenberg ». En revanche, il est absent à Reichstett.

Fig. 48. Céramiques typiques du Bronze final IIIb en Alsace.

25Au « Hexenberg » comme à Colmar « Diaconat » (Maise, Lasserre, 2005, pl. 25, 744), ces bandes alternativement peintes en rouge et graphitées peuvent souligner les degrés internes d’une forme 1100A ou B. Ces tessons sont tous très fragmentés. Un bel exemple de 1300 avec ce type de décor est présent sur le site du « Hexenberg ». À Colmar « Diaconat », on note un exemplaire portant une alternance de carrés peints ou graphités formant un damier sur la panse. Parfois aussi, la partie interne des 1300 est recouverte de peinture rouge sur laquelle se détachent des motifs graphités : c’est le cas à Colmar « Diaconat » (Maise, Lasserre, 2005, pl. 26, 776) et à Leutenheim « Hexenberg » (structure 514), où le bord est uniformément graphité et la panse porte des bandes verticales.

26Pour finir, et en ce qui concerne les urnes de type 7000B, elles peuvent être agrémentées de peinture rouge et de graphite dès le Bronze final IIIB, dans notre corpus comme au « Hohlandsberg » (Bonnet, 1974, fig. 7, no b).

27Le métal (fig. 49). Le mobilier métallique datant est rare dans les sites d’habitat du corpus. On recense deux épingles à petite tête vasiforme à Colmar et au « Hexenberg » (non illustrées) ainsi que trois autres à Reichstett. Ces épingles sont typiques de la fin du Bronze final et très répandues par exemple dans les dépôts de Sarre-Moselle (Kölling, 1968 ; Audouze, Courtois, 1970) comme en Suisse à Hauterive-Champréveyres « Zone E » (Rychner Faraggi, 1993). Le rasoir en alliage cuivreux de variante Auvernier présent au « Hexenberg » est également typique de la fin du Bronze final et se retrouve ailleurs en Alsace, dans le tertre I d’Ensisheim (Jehl, Bonnet, 1962, fig. 11 ; Adam, Lasserre, 2001, p. 322).

Lorraine (fig. 50)

28Les formes basses. Sur la base de notre référentiel, il serait prématuré de vouloir dresser les caractéristiques du Bronze final IIIb en Lorraine. On soulignera tout au plus, à partir des observations faites à Rosières-aux-Salines que, pour les formes basses en céramique fine, ce sont les variantes 1100A, 1300, 2100B et C qui sont représentées. Parmi les formes 1100, on observe une dominance de la variante A à profil plus ou moins hémisphérique ; toutefois les profils tronconiques présents durant tout le Bronze final sont attestés en plus grand nombre dans d’autres ensembles comme Gondreville « Le Clos de la Bergerie » ou Flévy « Site 10 » (Thomashausen, Véber, 2002). Les tasses sont absentes du corpus de Rosières, comme ce sera le cas dans les ensembles du Hallstatt. Elles apparaissent cependant encore à Flévy « Site 10 ». Les grandes formes ouvertes (1300) caractérisées par un large marli plus ou moins distinct de la panse sont nombreuses. Les vases bas et refermés à panse hémisphérique surtout (2100 B), ou rentrante (2100C) vont peu à peu se développer, tout en restant peu documentés pour la région au Bronze final. A priori rare dans le corpus de Rosières (mais le mobilier est très fragmenté), la forme médiane et fermée à petit col oblique (2300 non illustré) est connue dans la nécropole de Gémonville (Meurthe-et-Moselle) (Deyber, 1971, p. 10, fig. 37), comme dans les habitats de Ceintrey (Meurthe-et-Moselle) (Buzzi et alii, 1994, fig. 40), de Fontenoy-sur-Moselle (Meurthe-et-Moselle) (Deffressigne et alii, 1999) ou encore d’Ennery « Immaldi » (Moselle) (Chaplier, Vanmoerkerke, 1993). Considérés dans la région Lorraine comme des vases s’apparentant au type dit « en bulbe d’oignon », ils n’en ont toutefois pas toutes les caractéristiques, l’encolure étant notamment beaucoup trop ouverte.

29À Rosières-aux-Salines, les décors se rencontrent surtout sur les marlis des formes 1300. Leur originalité réside dans la présence de nombreux motifs incisés formant des triangles ou des zigzags, parfois de cannelures selon les ensembles. Ce phénomène de cannelures sur le marli semble cependant se raréfier à cette période. Le fond de ces vases est parfois orné de cannelures concentriques et d’estampage, mais toujours dans une faible proportion, autant de particularismes que l’on ne retrouvera plus à la phase suivante. Graphite, peinture noire et peut-être peinture rouge n’y apparaissent qu’à l’état de traces, aussi est-il difficile d’en apprécier l’importance. Les aplats de graphite (occasionnellement combinés à des incisions à la pointe bifide, des rainures ou de la peinture rouge) se rencontrent, quant à eux, essentiellement sur les formes 2100C. Plus occasionnellement, certaines formes 2100B sont agrémentées de motifs incisés ou poinçonnés. Aucun motif géométrique graphité n’a pu être identifié sur une forme basse.

30Concernant les formes basses en céramique grossière, seul le type 1100 est illustré. Certaines formes présentent parfois des encoches distribuées sur la lèvre et affectent un diamètre relativement important pour une faible hauteur. Ces récipients ne sont jamais décorés.

31Les formes hautes. Les vases hauts de type 6220 sont plutôt en céramique fine à semi-fine c’est-à-dire développant un degré de finition très abouti. Certains sont très refermés et leur bord oblique est assez développé alors que la panse globulaire semble relativement surbaissée. De bons parallèles existent dans la crémation de Benney « Bois de Lemainville » (Meurthe-et-Moselle) (Buzzi et alii, 1994, fig. 41). Les larges bords en entonnoir peuvent être décorés de graphite en aplats ou en motifs géométriques. Par ailleurs, certaines de ces formes sont décorées sur le haut de la panse de cannelures (non illustrées), une ornementation que l’on observe souvent dans les ensembles contemporains (Ennery « Immaldi », Flévy « Site 10 »). Il en est de même des séries d’incisions horizontales réalisées au peigne, qui peuvent parfois être associées à des plages graphitées. Des parallèles sont connus à Tomblaine, Gondreville, Bouxières-sous-Froidmont ou Benney (Meurthe-et-Moselle). Sur la fin de la période, il semble que l’apparition de la peinture rouge associée à du graphite ou à de la peinture noire soit recensée tout en restant assez marginale.

Fig. 49. Mobilier métallique caractéristique du Bronze final IIIb en Alsace, dans le corpus étudié. 1-4. Épingles de Reichstett-Mundolsheim-Souffelweyersheim (Bas-Rhin) (dessins : T. Logel) ; 5. rasoir de Leutenheim « Hexenberg » (Bas-Rhin) (dessin : A.-M. Adam).

Fig. 50. Céramiques typiques du Bronze final IIIb en Lorraine.

32Au sein des formes hautes en céramique grossière, seul le type 6220 semble représenté. Les modèles sont constitués d’une large ouverture surmontée d’un bord oblique plus court sur une panse dont l’inflexion est située assez haut. Ils peuvent être ornés d’un cordon digité au niveau de la pliure du col, parfois d’une ligne d’incisions obliques ou circulaires.

33Dans l’état actuel des connaissances, les ensembles de céramiques du Bronze final IIIb sont constitués d’un éventail relativement diversifié de formes et l’on remarque une décroissance très nette des motifs et des combinaisons décoratives par rapport à la période précédente (RSFO) que le développement des motifs au graphite ne comble pas. Des développements généreux de guirlandes, dents de loup, méandres et autres lignes brisées du Bronze final IIIa, il ne reste généralement que des triangles incisés, placés sur les marlis qui pour l’occasion s’élargissent considérablement en se substituant au petit bord biseauté. Les cannelures sur le marli ont encore du mal à céder le pas sans pour autant constituer une règle décorative. Les petits vases hauts ou médians en céramique fine qui s’apparentent de près ou de loin aux vases dits « en bulbe d’oignon » ne semblent pas avoir évolué jusqu’au stade globulaire en Lorraine.

34L’évolution au sein de la période est délicate à mettre en œuvre par manque d’ensembles conséquents et/ou étayés par des datations parallèles (métal, 14C…). Les larges bords en entonnoir, les formes sub-sphériques, les cannelures sur le haut de la panse et les décors au graphite sont courants aussi bien à la fin du Bronze final qu’au début du Hallstatt. En outre, il est encore difficile d’apprécier la valeur des décors à la peinture rouge ou noire. En revanche, il semble que la fréquence des écuelles à marli et de certains décors (incisions sur le marli, fonds cannelés ou pointe bifide), combinée à la présence de vases dits « en bulbe d’oignon », soit caractéristique d’un horizon Bronze final IIIb. À l’opposé, le développement des formes 2100B, la disparition complète des tasses et la multiplication des décors associant graphite et incision à la pointe bifide ou cannelures annoncent indiscutablement le Hallstatt C.

35À la lumière de ces remarques, il est possible que Rosières-aux-Salines ne soit pas tout à fait contemporain des sites illustrant l’Alsace. Ce gisement pourrait se situer à la charnière entre le Bronze final et le Hallstatt, comme l’annonce la fréquence du type 2100, qui évoluera au cours de l’horizon du Hallstatt D.

4.1.3. Particularismes régionaux

36Le Bronze final IIIb alsacien participe pleinement à l’évolution céramique du sillon rhénan (Suisse orientale, occidentale et Bade) avec comme caractéristique principale la céramique peinte en rouge et motifs graphités du groupe d’Ihringen-Ossingen-Singen. Les traits saillants de nos corpus sont une grande variété de formes basses, que ce soient les 1100, les 1300, les 2100 ou les 2300, de formes hautes 6200 ainsi que l’apparition de quelques 5200 et des 7000.

37Quoique non strictement contemporain, Rosières-aux-Salines est le seul gisement lorrain sélectionné qui permette quelques comparaisons avec le matériel alsacien, notamment par la fréquence des formes 1100 et 1300. Parmi ces dernières, la forme 1300 à marli décoré d’incisions, même si sa morphologie est légèrement différente de celle des exemples alsaciens (marli moins distinct du corps du vase), constitue un exemple de corrélation stylistique. Pour la forme 1100, la variabilité des sous-types est moins importante qu’en Alsace (tasses, formes profondes…), néanmoins elle s’observe ponctuellement sur d’autres petits gisements de Lorraine. Le développement des formes 2100, qu’il s’agisse du sous-type B ou C, est ici bien plus sensible qu’en Alsace où elles apparaissent d’ailleurs plus tardivement. Les petits profils bulbeux (type 2300 non illustré), de même que des formes hautes à large bord (types 6210 et 6220) existent sur l’ensemble des gisements considérés, même si quelques variantes de détail dans la forme générale des vases ou leur ornementation conduisent à s’interroger sur l’existence de particularismes locaux. En revanche, une différence notable mérite d’être soulignée entre les deux régions : l’absence de la forme 7000 en Lorraine, forme qui ne sera d’ailleurs guère mieux représentée à l’horizon suivant.

38Au niveau des décors, si quelques triangles incisés existent encore en Alsace à l’intérieur des 1100 ou sur le marli des 1300, les décors graphités et polychromes prennent le dessus. Il faut noter quand même que cette céramique polychrome (qui va aisément servir de « fossile directeur ») n’est finalement pas très abondante dans le mobilier d’habitat, bien que régulièrement présente dans les corpus céramiques.

39En Lorraine, la rareté apparente de la peinture rouge, tout comme l’association de cette dernière avec du graphite est à souligner, mais est sans doute induite par l’aspect quantitatif des corpus. Cette tendance perdurera au début du Hallstatt, alors même que ces décors polychromes font l’originalité des productions de l’« Alb-Hegau » qui influencent de façon notoire l’Alsace, mais ne franchissent que peu les Vosges. Une des particularités clairement identifiée en Lorraine par rapport à l’Alsace, mais aussi à la Bourgogne, concerne les petites cannelures qui rehaussent le marli des formes 1300 (non illustré) ; ce décor ne semble pas être observé sous cette forme en Champagne, où ce sont plutôt de larges cannelures situées sous le méplat terminal du marli qui apparaissent ponctuellement, à Villemaur-sur-Vanne « Les Gossements » (Aube) par exemple (Tikonoff, 1999, pl. 21 no 126). En général, le marli est plus volontiers décoré de zigzags ou de triangles incisés, voire de motifs excisés.

40Il est difficile d’apprécier l’importance des décors de petits mamelons qui ornent assez régulièrement la pliure du col de certains vases du « Hexenberg » à Leutenheim et ne se rencontrent, en Lorraine, que dans quelques ensembles plus anciens, comme à Frouard « Haut de Penotte » avec de petits mamelons perforés (Buzzi, Koenig, 1991, pl. 68 no 7).

41Parmi les formes hautes en céramique fine, des cannelures, quelquefois des rainures, des filets horizontaux, comme les décors imprimés et polychromes se répandent. Cette diversité des techniques décoratives s’observe également en Lorraine, quoique le corpus soit encore peu étoffé.

42En dehors des indices fournis par les formes céramiques, d’autres objets permettent de souligner des différences entre les deux régions. Les « tuiles de faîtage » sont fréquentes en Alsace avec une soixantaine d’individus pour une dizaine de sites (Billot, 2008) et représentées ici à Colmar « Diaconat », à Reichstett et à Leutenheim « Hexenberg ». Elles semblent se limiter à la fin du Bronze final (BF IIIb), où elles constituent un élément distinctif majeur (avec probablement une montée en fréquence à l’étape récente comme au « Hexenberg »). Leur possible apparition dans la phase IIIa sur le site de Sierentz (M. Roth-Zehner, communication personnelle) reste anecdotique. Un seul objet de ce type, en revanche, a été identifié en Lorraine, dans un contexte Bronze final III à Rosières-aux-Salines (campagne 1999) ; il constitue à ce jour la découverte la plus occidentale (Koenig et alii, 2005, p. 126, fig. 25).

43L’intérêt documentaire des trois sites alsaciens présentés ici est primordial pour affiner nos connaissances sur la fin du Bronze final. On peut en effet estimer que chacun de ces corpus est constitué de près d’un millier d’individus céramiques, ce qui augmente considérablement les possibilités d’études. Les travaux de J.-F. Piningre dès les années quatre-vingt-dix proposent une bipartition de cette phase : un Bronze final IIIb ancien avec le matériel des tumulus I et II d’Ensisheim (Jehl, Bonnet, 1962) et celui de quelques fosses d’habitat de Merxheim et de Gundolsheim (Bonnet, Jehl, 1960), avec un décor incisé encore abondant (méandres, grecques, décor dit « en point de chaînette », à la pointe bifide…), puis une étape plus évoluée, relevant de contacts avec le groupe d’Ihringen-Gündlingen-Singen, d’après le matériel du tumulus d’Ensisheim « Heindenbodenweg » (Gerhart, Voegtlin, 1976) et celui de la crémation centrale du tumulus 2A de Nordhouse (Piningre et alii, 1989). Cette étape évoluée voyait apparaître les vases à haut bord en entonnoir et fond étroit, tandis que le décor incisé, abondant dans la première phase, était concurrencé par le décor polychrome.

44Sans remettre fondamentalement en question cette chronologie, Ch. Maise, dans un article récent (Maise, Lasserre, 2005, fig. 21 et 25) tente un phasage plus fin au sein du mobilier de Colmar « Diaconat », phasage qui reste difficile à appliquer à d’autres séries alsaciennes. Le passage au Hallstatt C, par exemple, reste encore délicat à appréhender.

45Si quelques différences d’ordre géographique sont probablement à invoquer lorsque l’on compare le site lorrain de Rosières-aux-Salines et ceux d’Alsace, en particulier dans l’absence de la forme 7000 et la rareté des décors polychromes, il se pourrait bien que ces différents ensembles ne soient pas tous synchrones. En effet, le corpus de Rosières-aux-Salines, quoique encore empreint des formes et décors chers au Bronze final, annonce indiscutablement les productions du Hallstatt C (formes 2100).

4.1.4. Influences extérieures

Alsace

46Si V. Rychner peut proposer dès la fin des années soixante-dix des comparaisons entre le mobilier des tumulus d’Ensisheim (Haut-Rhin) (écuelles à décor riche, motifs de méandres…) et celui des palaffittes de Suisse occidentale, il souligne bien que les comparaisons avec les sites badois d’Ihringen et de Gündlingen (définissant le Bronze final IIIb classique de la région) sont rendues difficiles, entre autres par le manque de peinture polychrome et de hauts bords en entonnoir au sein du corpus disponible à cette époque en Alsace (Rychner, 1979, p. 58). Il faut donc attendre la fin des années quatre-vingt (Piningre, 1987, p. 11 et 1988, p. 183) pour que l’influence des sites d’Ihringen et de Gündlingen (Bade-Wurtemberg) dans le sud de l’Allemagne, comme d’Ossingen et de Singen (Zurich) en Suisse orientale, puisse être mise en évidence en Alsace, grâce notamment à la découverte de la crémation centrale du tumulus 2A de Nordhouse, contenant une urne à décor graphité sur fond rouge et épaulement cannelé, ainsi que des coupes tronconiques à profil sinueux (Piningre et alii, 1989, p. 50).

47Dans notre corpus, les contacts avec la zone est et centre-est de la Suisse (Le Landeron, Hauterive-Champréveyres zone D, Zug-Sumpf) se manifestent par exemple par le motif dit « en point de chaînette » qui détermine essentiellement des triangles au « Hexenberg » et à Colmar « Diaconat » (non illustré : Maise, Lasserre, 2005, pl. 20 nos 607, 612, 613 et 625). Cette technique appartiendrait à une phase IIIb ancien (au plus tard) (Maise, Lasserre, 2005, p. 22). De même, au sein du mobilier métallique, le rasoir de type Auvernier de la structure 1 du « Hexenberg » (supra), dont la fabrication est centrée sur la Suisse (lac de Neuchâtel et de Bienne), signale également de tels contacts.

48Les exemplaires de céramique polychrome de Colmar « Diaconat » (Maise, Lasserre, 2005, pl. 13, no 284, pl. 15, no 389, pl. 18, no 550, pl. 25, nos 744 et 747) et de Leutenheim « Hexenberg » (type 1300) se rapportent en revanche clairement à une tradition du sud du Pays de Bade. Les bandes verticales graphitées rattachées au bord également graphité se retrouvent en particulier à Ihringen (Kimmig, 1940, pl. 26, no 28). Le décor de la forme 1300 du « Hexenberg » (peinture rouge et bandes graphités horizontales) rappelle également un récipient de Sasbach, avec des triangles sur le bord et des bandes obliques sur la panse (Maise, 2001, fig. 23), daté du Bronze final IIIb récent de Ch. Maise (Maise, Lasserre, 2005, fig. 25).

49En ce qui concerne les formes et pour ne prendre que les éléments les plus caractéristiques, on connaît les formes 1300 à très large marli et les 6220 présentant un grand bord oblique qui sont fréquentes dans les tombes éponymes d’Ihringen et de Gündlingen (Kimmig, 1940, pl. 27, nos 1-2, pl. 28, no 29).

50Ainsi, les trois sites présentés ici confortent cette vision des influences, sur la plaine alsacienne du sud-est, du sillon rhénan qui apparaît donc pour cette période comme une région innovante et influente, en l’état actuel d’avancement des travaux.

Lorraine

51Tout en gardant à l’esprit la faiblesse du corpus lorrain, on constate que l’essentiel des formes rencontrées à Rosières-aux-Salines (comme sur les quelques autres gisements plus brièvement évoqués pour la période du Bronze final IIIb) se retrouvent sur les ensembles d’Alsace comme de Champagne crayeuse (Tappret, Villes, 1989 ; Tikonoff, 1999) ou de Bourgogne, notamment à Chalon-sur-Saône « Le Gué des Piles » (Saône-et-Loire) (assorti d’une date dendrochronologique de 951 avant J.-C.), ou encore à Lacrost « Les Varennes » (Saône-et-Loire) (Bonnamour, 1989 ; Tikonoff, 1990). Cependant ces derniers développent peut-être une plus grande variété de récipients, notamment des vases hauts et ouverts (forme 5200). Les formes 2100B et C y trouvent également de bonnes comparaisons alors qu’elles font totalement défaut en Alsace durant cet horizon. Les décors sont également plus diversifiés et plus abondants dans ces régions, spécialement les lignes incisées, les méandres, la peinture rouge, le graphite en accompagnement de la peinture rouge et les ocelles estampées, motifs qui peuvent parfois être combinés entre eux. Ainsi les vases de type 2100C, souvent décorés de la sorte, paraissent caractéristiques de ces régions limitrophes, alors qu’en Lorraine on ne connaît pas actuellement d’exemplaires. D’une manière générale, cette vaisselle fine est d’ailleurs peu documentée, les ensembles lorrains semblant lui préférer la forme 2100B plus globulaire. Les petits vases de la forme 2300 sont, quant à eux, plus ouverts en Lorraine qu’en Champagne, comme l’illustrent, entre autres, les séries de Fontvannes « Griché » « La Lampe » ou de Villemaur-sur-Vanne « Les Gossements » dans l’Aube (Tappret, Villes, 1989, p. 200 ; Tikonoff, 1999, pl. 39). Enfin, les vases hauts et ventrus à bord oblique en céramique fine (forme 6200) n’ont eux aussi pour toute ornementation que du graphite, des lignes horizontales réalisées à la pointe bifide ou des cannelures.

52Ces formes, comme la relative simplicité des décors observés en Lorraine, ne sont pas sans évoquer les productions de Sarre (Kölling, 1968, fig. 27-28) et peut-être du Palatinat (Engels, 1967, pl. 1-2). Quelques ensembles funéraires attribués au groupe de Laufeld dans le Hunsrück-Eifel pourraient s’en rapprocher (Joachim, 1968, pl. 4A et 4B).

53En contexte funéraire, W. Kimmig avait déjà souligné certaines analogies entre le vase globulaire à petit bord oblique, décoré de graphite et de trois séries de deux stries parallèles, de Bezange-la-Grande (Meurthe-et-Moselle) (Beaupré, 1909, p. 10) et la céramique de Rhénanie-Palatinat (Kimmig, 1952, p. 158-160). Il en va de même pour l’un des vases de Bouzemont (Vosges) (Millotte, 1965, pl. VII, no 5).

54On peut donc s’interroger sur l’existence de relations plus étroites entre la Lorraine et le Rhin moyen, qu’entre cette dernière et la vallée du Rhin supérieur. Cette constatation a également été formulée pour la période hallstattienne (infra), mais mérite d’être plus amplement étayée, quel que soit l’horizon considéré.

4.2. Le Hallstatt C (M.-P. Koenig, S. Plouin, avec la coll. d’H. Delnef, M. Lasserre)

4.2.1. La documentation

4.2.1.1 État de la documentation

Alsace

55Jusque dans les années quatre-vingt-dix, le corpus de la céramique du Hallstatt C en Alsace est resté contrasté, d’une part entre les deux départements, d’autre part entre les types de sites, habitats ou sépultures. En effet, la plupart des habitats hallstattiens connus sont localisés dans le Haut-Rhin, situation liée de manière évidente à l’activité de bénévoles des environs de Mulhouse, Ensisheim et Colmar. Les fouilles les plus importantes sont celles de Gundolsheim, Merxheim, Rouffach (Jehl, Bonnet, 1959 et 1960) et Colmar « Rufacher Huben » (Bonnet et alii, 1990), ainsi que Morschwiller « Simlisberg » (Lack et alii, 1991). Dans le Bas-Rhin, à côté de la céramique du four de potier de Marlenheim-Fessenheim (Forrer, 1915), quelques ensembles plus réduits avaient été exhumés à Mundolsheim (Stieber, 1962), Rosheim (Sainty et alii, 1974) et Wolfisheim (Sainty, 1990 ; Schnitzler, Sainty, 1992). Toutes ces fouilles n’ont toutefois concerné que des surfaces limitées ; c’est pourquoi elles n’offrent qu’un matériel relativement restreint. Plus récemment, une synthèse sur les avancées concernant la céramique entre le xiie et le viie siècle avant J.-C. a fait le point sur les découvertes régionales les plus importantes (Treffort, Véber, 2007).

56De nombreuses tombes sous tumulus ont livré des ensembles céramiques du Hallstatt C : on peut citer avant tout Haguenau (Schaeffer, 1926), mais aussi entre autres Appenwihr (Bonnet et alii, 1981) et Schlierbach (Haut-Rhin) (Heidinger et alii, 2003). Toutefois, l’éventail des formes retrouvées dans ces contextes reste limité et très stéréotypé, l’essentiel des types étant constitué d’urnes dites « à col quille » (forme 7000), de coupes à marli développé (1300) et de coupelles (1100A). La rareté des associations avec du matériel métallique doit être soulignée ; lorsque ce dernier est présent, il définit un horizon récent, qu’il est difficile de départager entre la fin du Hallstatt C et la transition Hallstatt C/D1, voire le début du Hallstatt D1. C’est notamment le cas des rasoirs en fer en forme de croissant (Lüscher, 1993) ou des bracelets à cannelures longitudinales (Plouin, Koenig, 1990 ; Maise, 2001), voire des bracelets à décor géométrique (Plouin, 2007).

Lorraine

57Pour le début du Hallstatt, le nombre de gisements d’habitat s’est considérablement accru ces dernières années en Lorraine, livrant chacun leur contingent de céramiques. Cependant il s’agit essentiellement de petits ensembles faiblement documentés, presque exclusivement concentrés dans la vallée de la Moselle. De ce fait, aucune étude de fond n’a pu être tentée régionalement et seules quelques grandes tendances évolutives ont pu être proposées (Blouet et alii, 1992 ; Brénon et alii, 2003).

58Une confrontation détaillée avec le mobilier d’Alsace permet aujourd’hui d’affiner ces propos même si des ensembles mieux documentés sont fortement attendus. On pense notamment aux fours de Florange (Pétrequin et alii, 1973) qu’il est aujourd’hui permis d’attribuer non pas au début mais à la fin du Hallstatt (Koenig et alii, 2005, p. 240, note 31).

59Au sein du mobilier funéraire, les céramiques ont souvent été négligées lors des fouilles anciennes et les associations demeurent peu fiables, qu’il s’agisse des gisements de Villers-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle) (Barthélémy, 1889, p. 198-201), de Nousseviller-Saint-Nabor (Moselle) ou d’Altrippe (Moselle) (Deffressigne, 2008, p. 42-49). Les études récentes menées sur les nécropoles de Clayeures (Olivier, 1986), et Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle) (Thévenin, 1979, p. 592, fig. 7 ; Thévenin, 1981, p. 486, fig. 15), d’Argancy (Moselle) (Schembri, 2008, p. 30-31), d’ennery « Capelle » (Moselle) (Chaplier, Vanmoerkerke, 1993) ou de Mondelange (Moselle) (Buzzi et alii, 1997 ; Plouin et alii, 2008) fournissent en revanche quelques ensembles clos mieux documentés. Il n’est cependant pas toujours facile de distinguer précisément les ensembles du Hallstatt C de ceux du Hallstatt D1. En effet, la céramique se limite généralement à la présence d’une seule urne à bord en entonnoir assez stéréotypée (types 6220 ou plus exceptionnellement 2300). Dans quelques cas, elle est associée à du mobilier métallique. Il s’agit principalement d’une épée en fer (Moncel-sur-Seille, Clayeures, Pont-à-Mousson : tumulus 6, Villers-lès-Nancy), plus exceptionnellement d’un rasoir (Mondelange : sépulture 61), d’un élément de trousse de toilette (Mondelange : sépulture 223), d’un bracelet à boules (Clayeures, Pont-à-Mousson : tumulus 4) ou encore d’anneaux en « lignite » (Mondelange : sépultures 13 et 206, Ennery « Capelle » : sépulture 48, Clayeures, Pont-à-Mousson : tumulus 1). Cependant, la datation de ces différents objets est elle aussi relativement large et couvre souvent les horizons Hallstatt C (ou C2) et D1. À ce stade de l’étude, la céramique s’avère donc dans l’ensemble plus fiable que le mobilier métallique, compte tenu des importantes séries de référence dans les régions voisines.

60La sépulture la plus riche est sans conteste celle fouillée récemment à Argancy (Moselle) : elle est composée de deux vases graphités, une urne et une jatte, associés à une épée en alliage cuivreux pourvue de sa bouterolle, et à deux anneaux en « lignite » (Schembri, 2008, p. 30-31). En général, le dépôt de plusieurs vases demeure assez exceptionnel et dans ce cas, l’urne est presque toujours associée à une forme basse (types 1100 ou 2100B, plus exceptionnellement 2100C ou 2200B).

61Enfin dans la nécropole d’Haroué (Meurthe-et-Moselle), où près de soixante-dix tertres ont été explorés, les tombes ont livré de nombreux bracelets massifs en alliage cuivreux, de type à godrons et nervures et des modèles plats de type Haroué datés du Hallstatt C-D1 ou du D1 (Beaupré, Voinot, 1903 ; Olivier, 1993a, p. 118-120, fig. 3A ; Olivier, 1993b, p. 353 ; Reinhard, 2003, fig. 8). La petite dizaine de vases exhumés dans cette nécropole peut être attribuée à cette séquence.

4.2.1.2 Choix des corpus

Alsace

62Un certain nombre de fouilles récentes, effectuées sur des surfaces plus conséquentes qu’auparavant, ont livré des corpus significatifs, dont l’étude a enfin permis des avancées importantes.

63Une phase de transition est sans doute attestée sur le site de Colmar « Diaconat », où Ch. Maise a isolé quelques formes qu’il attribue à un Bronze final IIIb récent (Hallstatt B3 récent) (Maise, Lasserre, 2005, pl. 26-27). Cette phase est caractérisée par des bols graphités (1100), des jattes à marli (1300) et des bords en entonnoir, qui pourraient dater du viiie siècle avant J.-C., mais la présence de « chenets » en terre cuite permet de les rattacher à la fin du Bronze final.

64Pour la suite de la période, plusieurs sites bien documentés ont été publiés récemment. Il s’agit de deux puits à Lingolsheim « Les Sablières Modernes » (Lasserre, 2003) et à Colmar-Houssen « Hoell » (Plouin, Zehner, 2003) ainsi que de fosses d’habitats à Rosheim (Röder, Blanc, 1995), Houssen « Cora » et Sainte-Croix-en-Plaine « Marbach Acker » (Mentele et alii, 2005a). Les études menées par S. Mentele sur les deux derniers sites ont permis de définir une évolution locale au sein de la céramique du Hallstatt C, qui pour l’instant ne peut être validée pour le Bas-Rhin, en l’absence d’ensembles aussi importants que ceux du Haut-Rhin.

Lorraine

65Pour le début du Hallstatt, les ensembles de Crévéchamps « Tronc du Chêne », Woippy « Le Pollieux » (Buzzi, 1998), Pagny-lès-Goin (Blouet et alii, 1989b) et Jouy-aux-Arches « La Machotte » (Gébus, 1990) ont été sélectionnés, car il s’agit là des lots les mieux documentés pour la Lorraine. De par l’originalité de ses assemblages, le site de Morsbach complète ces données, surtout pour sa vaisselle fine et décorée (Faye, 1993). Aucun de ces ensembles n’offre cependant la richesse de ceux présentés pour l’Alsace, ce qui explique le peu d’intérêt à les publier isolément. Ils ne trouvent en effet tout leur intérêt que confrontés à d’autres, permettant ainsi d’avancer quelques datations précises. Pour conforter l’analyse des formes et établir un premier bilan sur leur évolution, nous avons eu recours aux ensembles céramiques présents dans les nécropoles évoquées ci-dessus.

4.2.2. Éléments caractéristiques

Alsace (fig. 51)

66Les formes basses. Concernant les céramiques fines, celles de la série 1000 sont directement issues des modèles apparus au Bronze final IIIb. On peut toutefois noter une évolution des formes 1100A ou B, dont la profondeur diminue nettement si on la compare aux poteries du « Hohlansberg » (Bonnet et alii, 1985) ou de Colmar « Diaconat » (Maise, Lasserre, 2005), offrant ainsi des modèles relativement bas et souvent de diamètre important. Ils servent souvent de couvercles pour les ossuaires du Hallstatt C, par exemple à Haguenau, Ensisheim, Oberentzen (Haut-Rhin).

67Les formes 1100A se déclinent aussi en très petits modèles appelés généralement coupelles ; bien représentés dans les tombes, souvent dotés d’un fond ombiliqué ou arrondi, ces récipients déposés dans des urnes devaient servir de récipients à puiser.

68Une grande partie de ces céramiques ouvertes de type 1100 sont décorées d’aplats de graphite, souvent à l’intérieur mais parfois aussi à l’extérieur. Un exemplaire de Sainte-Croix-en-Plaine (type 1100B) offre un décor complexe, dans la tradition des céramiques de type « Alb-Hegau », alors qu’un récipient analogue de Gundolsheim est agrémenté d’excisions (Jehl, Bonnet, 1959 ; Jehl, Bonnet, 1960).

69Comme les précédentes, les formes 1300 sont apparues à la fin du Bronze final. La forme 1300A, à profil arrondi et large marli oblique, est bien représentée en Alsace comme d’ailleurs en Bade et dans le Wurtemberg. Elle remplace progressivement la forme 1300B. Assez souvent entièrement couverts de graphite intérieurement, ces vases portent plus rarement sur le marli ou à l’intérieur des motifs peints au graphite sur fond rouge. Certains exemplaires en dehors de notre corpus montrent que ces formes peuvent être richement ornées ; c’est le cas pour celui du four de potier de Marlenheim-Fessenheim (Bas-Rhin) avec un décor estampé et peint de type « Alb-Hegau » (Forrer, 1915), et aussi pour de nombreux modèles de Morschwiller (Haut-Rhin), dont le marli porte des triangles incisés remplis d’incrustations de pâte blanche (Lack et alii, 1991). En contexte funéraire, certains récipients peuvent être dotés d’une partie basse à degrés internes et d’un décor peint couvrant tout l’intérieur, notamment dans la structure 8 de Réguisheim (Haut-Rhin) (Mathieu, Plouin, 1989).

Fig. 51. Céramiques typiques du Hallstatt C en Alsace.

70Parmi les formes 2100, la variante 2100A, déjà présente à Leutenheim au Bronze final, est largement prépondérante et comme auparavant, elle est très fréquemment graphitée, souvent sur les deux faces ; parfois, comme à Colmar-Houssen, le décor plus complexe est constitué de motifs rayonnants. Les autres variantes 2100 restent anecdotiques.

71Les formes 2200A, à lèvre légèrement infléchie, constituent une véritable innovation à l’époque hallstattienne. Elles sont particulièrement nombreuses à Houssen « Cora », ce qui permet de proposer pour ce site une datation relativement avancée au sein de la période.

72Les formes 2300 qui, à l’époque hallstattienne, se démarquent des types de la fin du Bronze final par une encolure plus resserrée et une angulation moins marquée entre panse et bord, voient aussi leur nombre s’accroître. Comme pour les formes précédentes, la face externe des vases est très souvent couverte d’aplats, parfois en graphite (Colmar-Houssen, Houssen « Cora »), parfois en peinture rouge (surtout à Sainte-Croix-en-Plaine). Le bord est souvent graphité sur les deux faces. La présence de rainures ou d’incisions est plus rarement attestée (Sainte-Croix-en-Plaine, Houssen « Cora »).

73Pour résumer les décors, par rapport à la fin du Bronze final, la disparition des mamelons pincés et des anses des récipients 1100 est générale. On constate l’importance croissante des aplats de graphite sur les formes 1100 et 1300, de graphite et de peinture rouge sur la catégorie 2300. Les décors peints au graphite directement sur la panse concernent les formes 1100, 1300 et 2100. Les formes 1300 et 2300 sont très souvent peintes en rouge, avec un décor complémentaire peint au graphite, parfois rayonnant. Les vases agrémentés d’incisions sur la panse sont rares. Un seul récipient 1100B, déjà signalé, porte un décor de type « Alb-Hegau » (Sainte-Croix-en-Plaine). La pliure du col d’un certain nombre de 2300 est soulignée par une rangée de points estampés.

74Les jattes à encoche (1100A), à lèvre souvent digitée, sont les seuls récipients bas en pâte semi-fine, voire grossière. Elles s’inscrivent aussi dans la continuité du corpus du Bronze final IIIb.

75Les formes hautes. La forme 6120 constitue une innovation car on ne lui connaît aucun précurseur au Bronze final. Elle était peu connue jusqu’à présent, puisque dans les corpus anciens, on ne peut citer que celle du tumulus 14, sépulture IX de Haguenau, associée à un rasoir en fer en forme de croissant. La datation de cet ensemble reste relativement large, entre la fin du Hallstatt C et le début du Hallstatt D1 (Schaeffer, 1926, fig. 36). La forme 6120 est présente dans les trois plus importants sites de notre corpus, à Sainte-Croix-en-Plaine, Colmar-Houssen et Houssen « Cora ». On peut supposer qu’elle était plus fréquente, mais qu’à l’état fragmentaire, elle n’a pas toujours été correctement identifiée sur les autres sites d’habitat hallstattiens d’Alsace.

76Parmi les formes hautes à bord en entonnoir, seul le type 6220 à panse globulaire est bien représenté. Les exemplaires sont particulièrement nombreux à Houssen « Cora ». Comme pour les formes 2300, l’évolution est marquée par un resserrement de l’encolure, avec un diamètre maximum du bord nettement moins important que le diamètre maximum de la panse, qui devient très ventrue. Les bords facettés, encore présents parfois à la fin du Bronze final, ont à présent disparu. Parallèlement apparaissent des variantes nouvelles, avec des bords très courts, presque rectilignes, que souligne seule une rangée de points estampés dans l’encolure peu marquée.

77Les urnes dites « à col quille » (forme 7000), exclusivement en céramique fine, font partie des récipients les plus caractéristiques du Hallstatt C. Elles sont trouvées en grand nombre dans les sépultures, mais sont plus rarement présentes dans les habitats. Cette forme apparaît à la fin du Bronze final, comme en témoigne l’exemplaire du « Hohlandsberg » « Amont-Route 1 » (Bonnet, 1974), portant sur la panse de larges cannelures obliques alternativement rouges et noires. Au début du Hallstatt C, les prototypes du Bronze final, dont l’épaule est ornée de fines cannelures horizontales, disparaissent ; en revanche, à présent, la gouttière entre panse et épaule est nettement accentuée. L’existence d’un décor dépassant largement le milieu de la panse serait un indice de datation haute, ce qui se confirme au « Magdalenenberg » à Villingen (Bade-Wurtemberg) (Spindler, 1976, pl. 44).

78Sur les formes hautes en céramique fine, les décors sont moins fréquents que sur les formes basses. La variante 6120 à bord fortement rentrant peut être peinte exclusivement en rouge ou alors offrir un bord graphité intérieurement et extérieurement. Pour les 6220, les ensembles de Houssen « Cora » et de Lingolsheim se démarquent par un nombre important de décors. Outre les aplats de peinture rouge ou de graphite, on peut noter des cannelures sur l’épaule ou des décors incisés sur la panse. Pour les autres sites du corpus, les 6220 sont plus sobrement ornées d’impressions variées dans la pliure du col. Alors que les formes 7000 découvertes en contexte funéraire portent souvent un riche décor peint, gravé et estampé dans le style de la céramique de type « Alb-Hegau », par exemple à Wolfgantzen (Jehl, Bonnet, 1966), ou alors présentent un décor stéréotypé de croix de Saint-André au graphite sur fond rouge, comme à Appenwihr (Bonnet et alii, 1981), les exemplaires du corpus sont plus sobres, sauf celui de Houssen « Cora », dont la panse peinte en rouge porte un décor incisé complexe, organisé en métopes.

79La plupart des formes 5100 et 5200 appartiennent à la catégorie des récipients en céramique grossière. Ils se démarquent des exemplaires plus anciens par un angle plus mou entre bord et panse. Les rangées d’impressions ou de digitations et les cordons digités sont communs avec la phase précédente. Parmi les formes 6120 et 6220, un certain nombre de récipients peut aussi être décliné en céramique grossière, toujours avec des cordons digités ou des rangées d’impressions de formes diverses dans la pliure du col.

80Le métal. Les ensembles des sites de référence n’ont livré aucun objet métallique. Seul élément non céramique, un bracelet en « lignite » de type étroit a été découvert dans le puits circulaire 2029 de Colmar-Houssen « Hoell ». Cette parure est caractéristique du Hallstatt C. Le même puits était doté d’un cuvelage bien conservé qui a pu être daté par 14C entre 826 et 548 avant J.-C., avec un maximum de probabilité autour de 795 avant J.-C. (LY-7551). Hors corpus, dans le tumulus 3 d’Appenwihr, une longue épée de fer était associée à un récipient de forme 2300 daté du Hallstatt C2 par L. Dhennequin (Jehl, Bonnet, 1958 ; Dhennequin, 2005, p. 7) ; un vase de même type provient d’une sépulture du tertre de Colmar-Nord, accompagné d’une épingle à tige coudée et grosse tête creuse (Bonnet, 1972, fig. 7 ; Plouin 1987).

Lorraine (fig. 52)

81Les formes basses. En Lorraine, comme en Alsace, la forme 1100A est bien représentée sur l’ensemble des gisements étudiés. Elle se décline en de nombreux profils plus ou moins hémisphériques souvent réalisés en céramique fine. À noter cependant que les modèles relativement hauts et profonds, comme ceux pourvus d’une anse, si courants au Bronze final, n’existent plus, une constatation déjà faite pour Rosières-aux-Salines, gisement situé à l’extrême fin du Bronze final. Exception faite du gisement de Woippy, où un certain nombre de vases sont ornés de graphite en aplat ou en motifs, ces formes sont exceptionnellement décorées, aussi est-il en général impossible de les dater précisément au sein du Hallstatt lorsqu’elles se rencontrent isolément.

82Dans l’ensemble, la variante 1100B à profil tronconique décline, mais cette tendance n’est pas aussi nette suivant les ensembles considérés, puisqu’elle s’avère encore relativement bien documentée à Jouy-aux-Arches par exemple. Peut-être s’agit-il là d’un ensemble ancien au sein du Hallstatt C ; cependant les modèles graphités font défaut, alors que les gisements anciens de Lingolsheim ou de Sainte-Croix-en-Plaine en ont livré quelques exemplaires.

83La tendance allant vers des récipients plus galbés, observée ci-dessus, est également perceptible au travers de la forme 1300. Le taux de fragmentation ne permet d’ailleurs pas toujours de distinguer les deux variantes. Celle relativement tronconique (1300B) est héritée des productions du Bronze final ; elle est encore représentée à Jouy-aux-Arches et à Woippy. Ces récipients présentent souvent une légère segmentation de leur profil, que l’on rencontre en Alsace au Bronze final (Leutenheim) comme au Hallstatt C (Lingolsheim). Contrairement aux modèles anciens, ils ne semblent pas agrémentés de degrés internes ; le taux de fragmentation ne permet toutefois pas de le certifier. La variante galbée (1300A) fréquente en Alsace au Hallstatt C reste, quant à elle, anecdotique en Lorraine. Observée à Rosières-aux-Salines (mais avec un marli très peu développé), elle n’est bien illustrée qu’à Crévéchamps grâce à la présence d’un exemplaire presque complet.

84Une petite série de vases typologiquement proche de la forme 1200 semble spécifique au gisement de Woippy. Ces récipients se distinguent indiscutablement des productions plus tardives.

85Dès la fin du Bronze final, la forme 2100 apparaît à Rosières et se multiplie sur l’ensemble de la séquence du Hallstatt C. Si les variantes A à paroi verticale et C plus carénée sont anecdotiques, la variante B à partie supérieure rentrante est très fréquente et constitue à présent le support privilégié pour les ornementations au graphite, disposées sur l’une, voire sur les deux faces. Le gisement de Woippy en a fourni une importante série.

86Comme en Alsace, la forme 2200A à profil faiblement sinueux se développe à partir du Hallstatt C et se révèle souvent décorée d’aplats de graphite, plus rarement de motifs graphités (Pagny-lès-Goin, Woippy, Crévéchamps). Les autres variantes sont rares et ne se développeront véritablement qu’au cours du Hallstatt D.

87La forme 2300, hybride entre des formes basses et hautes, rassemble des récipients parfois très différents. Le gisement de Morsbach a livré une série de récipients surbaissés graphités, dotés d’un large bord en entonnoir, variante des formes hautes 6210-6220, que l’on retrouve en contexte funéraire à Ennery « Capelle » (Moselle), par exemple (Chaplier, Vanmoerkerke, 1993, p. 196). À l’opposé, les modèles de Woippy sont de petits vases plus difficiles à classer. Dans les deux cas, on s’éloigne considérablement des formes du Bronze final, comme on en connaît en Alsace à Colmar « Diaconat », Leutenheim ou Reichstett et qui demeurent largement présentes au Hallstatt C à Houssen « Cora » ou à Sainte-Croix-en-Plaine. Il est difficile de dire si, en Lorraine, ce type est réellement peu représenté, ou s’il est sous-représenté en l’état actuel de nos connaissances. En effet, compte tenu du taux de fragmentation de la céramique, cette forme est encore plus délicate à identifier que les autres.

Fig. 52. Céramiques typiques du Hallstatt C en Lorraine.

88Au niveau des décors, le constat est rapide : l’ornementation est essentiellement réalisée par graphitage et presque tous les types en usage à cette phase peuvent être décorés de la sorte. C’est le cas de types 1100A, 1300, 2100, 2200A pour les formes basses et, comme on le verra, des types 6220 et 7000 pour les formes hautes. Si cette technique se développe au cours du Bronze final, les thèmes décoratifs et la combinaison de diverses techniques ornementales vont atteindre un degré de sophistication qui font toute l’originalité des productions du Hallstatt C. Cette « effervescence » ornementale ne trouve cependant que peu d’écho au-delà des Vosges. La plupart de ces formes présentent simplement des aplats de graphite sur l’une ou les deux faces. Les motifs géométriques de triangles hachurés ou emboîtés comme les bandes rayonnantes sont présents tout en demeurant peu nombreux. Quant à la combinaison du graphite avec d’autres techniques décoratives, on n’observe jamais plus de deux techniques sur le même vase, contrairement au riche style de l’Alb-Hegau où toutes les combinaisons sont possibles. Il s’agit principalement d’incisions ou de cannelures, le registre étant quelque peu plus large sur les formes hautes.

89Les formes basses en céramique grossière sont assez peu diversifiées et se limitent principalement à la forme 1100. En leur sein, les jattes à encoches, connues depuis le Bronze final, sont fréquentes. À l’exception de quelques rares lèvres digitées, elles ne sont pas décorées.

90Les formes hautes. En Lorraine, comme en Alsace, dans le Bade-Wurtemberg ou dans le Rhin moyen, la mode est aux vases en céramique fine à large bord en entonnoir qui évoluent peu à peu à partir des modèles du Bronze final vers des formes assez galbées dont les bords biseautés ou facettés ont à présent disparu (types 6210-6220).

91Ces formes demeurent relativement rares en contexte d’habitat, alors que leur présence est une quasi-constante dans les sépultures lorraines. Ainsi les formes très globuleuses telles qu’il en existe à Goin, Pagny-lès-Goin ou Crévéchamps se retrouvent-elles dans les nécropoles de Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle) (Thévenin, 1981, p. 486, fig. 15) ou de Mondelange (Moselle) (Buzzi et alii, 1997, fig. 177) par exemple. Les modèles bitronconiques à carène souvent assez haute sont, quant à eux, connus dans le tumulus VI de Serres (Meurthe-et-Moselle) (Beaupré, 1902b, p. 5-6), à Argancy (Moselle) (Schembri, 2008, p. 30) ou à Clayeures (Meurthe-et-Moselle) (Olivier, 1986, fig. 6, no 1). Enfin, les vases pansus, munis d’un bord court vertical, bien illustrés en Alsace à Houssen « Cora », ne semblent attestés en Lorraine qu’à Morsbach.

92Inconnue en Lorraine au Bronze final, la forme 7000 n’est guère plus prisée au Hallstatt C alors qu’elle connaît un essor important dans la vallée du Rhin. Elle semble plus se rapprocher des exemplaires du Rhin moyen (par exemple Behaghel, 1943, pl. 2B, nos 3 et 5 ; Koepke, 1998, pl. 154, no A1) que de ceux du Bade-Wurtemberg aux formes plus généreuses. En contexte d’habitat, l’urne dite « à col quille » (7000B) n’est connue que par deux exemplaires : l’un à Pagny-lès-Goin, l’autre à Morsbach. En contexte funéraire, quelques vases s’apparentent à ce type (Clayeures, Pont-à-Mousson : tumulus 5 ; Mondelange : sépulture 18). Ils sont tous très surbaissés, dotés d’un large bord en entonnoir, et les trois premiers sont, comme l’exemplaire de Morsbach, pourvus d’un large fond.

93Si en Alsace les types 5100 et 5200 font une timide apparition à partir du Hallstatt C, seul le second type se développe. On constate un phénomène similaire en Lorraine mais les céramiques ne sont pas suffisament caractéristiques pour fournir une datation. Par ailleurs, il s’agit souvent de formes grossières.

94Pour les formes hautes en céramique fine, les décors de cannelures disposées sur l’épaule des formes 6220 (Goin) sont progressivement abandonnés au profit d’une ornementation centrée exclusivement sur l’usage du graphite (Pagny-lès-Goin). Le registre décoratif se limite à nouveau à des aplats de graphite, parfois à des motifs géométriques disposés ici sur le bord et le haut de la panse des types 6220 et 7000. Le vase décoré de chevrons d’Argancy (Moselle), découvert en association avec une épée de type Gündlingen, illustre bien ce type de production (Schembri, 2008, p. 30-31) et connaît un bon parallèle dans la sépulture 29 de Mondelange (Moselle). C’est dans cette nécropole qu’est également apparu l’un des décors graphités les plus complexes, composé de métopes combinant damiers, chevrons et losanges (Caumont, 2008, p. 36-37). Les techniques décoratives associées au graphite sont quelque peu plus variées tout en demeurant occasionnelles : on observe quelques rares décors polychromes (Crévéchamps) ou excisés (Morsbach, Jouy-aux-Arches), que l’on retrouve dans le tumulus 6 de Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle) (Thévenin, 1981, fig. 15). À l’exception d’un vase graphité de Clayeures (Meurthe-et-Moselle), présentant des stries incisées entre lesquelles se développent des lignes de petits points estampés (Olivier, 1986, fig. 7), les combinaisons se limitent à nouveau à deux techniques différentes, tout au plus. On retrouve en particulier des cannelures ou des incisions dans diverses tombes de Clayeures (Olivier, 1986, fig. 6).

95A priori dépourvu de graphite, un vase dont la combinaison décorative se rapproche des productions de la vallée de Rhin a été découvert anciennement à Clayeures : son décor se compose de métopes remplies de croix formées de points imprimés, de cercles estampés ainsi que de carrés et de zigzags emboîtés, avec incrustation de pâte blanche (Beaupré, 1902a, p. 40 et pl. IVbis, no 13).

96Dans le registre de la céramique grossière, seul le type 6210-6220 est fréquemment représenté. Sa forme générale rapelle quelque peu les modèles déjà évoqués pour les formes fines, néanmoins il s’en distingue, outre sa facture, par l’absence de large bord en entonnoir et par son ornementation spécifique (infra). Les récipients de type 5200 et 6110-6120 sont, quant à eux, peu courants dans le corpus lorrain au Hallstatt C.

97Toutes ces formes hautes peuvent être décorées d’un cordon digité disposé à la pliure du col (plus rarement une ligne digitée ou poinçonnée). Cette position constitue un bon repère chronologique pour la fin du Bronze final et surtout le Hallstatt C dans la mesure où, dès l’horizon suivant, l’effacement du col conduira le cordon à migrer sur le haut de la panse. Parmi les formes basses dont seul le type 1100 se décline en céramique grossière, les décors font défaut, si ce n’est quelques rares bords digités (Goin).

98Le métal. Comme en Alsace, aucun gisement d’habitat n’a livré de mobilier métallique. Quant aux sépultures, nous avons souligné qu’une distinction fine entre le Hallstatt C et le début du D1 s’avère souvent difficile, pour l’armement comme pour les objets de parure. Tel est le cas des bracelets à godrons et nervures qui sont caractéristiques de la région (Olivier, 1993a, p. 118, fig. 3A) et sont diffusés en Sarre (Reinhard, 2003, fig. 8, no 17) comme en Hesse rhénane (Koepke, 1998, pl. 20B). Les diverses variantes de bracelets rubanés se répartissent quant à eux en Lorraine, en Bourgogne et en Sarre, le type Haroué constituant à nouveau une production régionale (Olivier, 1993b, p. 352, fig. 9). Outre sa présence sur le site éponyme, on ne le retrouve pour l’instant qu’à Clayeures (Meurthe-et-Moselle) (Olivier, 1993b, fig. 9) et à Mondelange (Moselle) (Buzzi et alii, 1997, p. 268, fig. 148, no 3). Ces productions régionales ne semblent guère se diffuser vers l’est, en direction de la vallée du Rhin supérieur et plus particulièrement de l’Alsace voisine.

4.2.3. Particularismes régionaux

99Au Hallstatt C, les céramiques d’Alsace sont étroitement apparentées à celles du pays de Bade, du sud-ouest du Wurtemberg et du nord de la Suisse. Les mêmes formes et les mêmes décors sont présents de part et d’autre du Rhin, comme le démontrent très bien les ensembles publiés par Ch. Maise (Maise, 2001). Si globalement les parallèles avec la Suisse sont nombreux aussi, on constate toutefois dans cette dernière région une nette tendance à l’allongement des bords en entonnoir et à l’élargissement de la panse des formes 6220 et 7000 (Ruoff, 1974).

100Le registre des formes observées en Lorraine appartient également à ce fonds commun présent dans tout le Westhallstattkreis. Les formes lorraines, contrairement à celles d’Alsace, sont de profil plus simple et leurs décors plus sobres. La fréquence de certains types semble également variable d’une région à l’autre, même si aucune quantification stricte n’a été opérée. Dans certains cas, il est possible que la rareté d’un type soit plus à mettre sur le compte de la chronologie des ensembles dont on dispose qu’à une réelle absence de ce type au Hallstatt C.

101Ainsi, si le type 1100 est ubiquiste, on note la rareté de la variante 1100B en Lorraine, en particulier les exemplaires rehaussés de graphite (Crévéchamps), alors qu’elle est bien représentée en Alsace. La seule différence notable entre les deux régions au Hallstatt C réside en l’absence de petites coupelles dans les ensembles funéraires de Lorraine et en leur présence assez restreinte dans les habitats, alors qu’elles sont bien documentées dans tous les contextes en Alsace.

102Pour la forme 1300, on observe que si cette forme est connue en contexte d’habitat, elle n’est guère représentée dans les tombes de Lorraine. Tout au plus évoquera-t-on une forme apparentée à marli à peine distinct de la panse, observée dans une sépulture d’Ennery « Capelle » (Chaplier, Vanmoerkerke, 1993, p. 193). Par ailleurs, aucun modèle profond et galbé, comme on en rencontre à Lingolsheim et Houssen « Cora », n’a été identifié en Lorraine.

103Le type 2100B, dont toute la partie supérieure est rentrante, paraît essentiellement illustré en Lorraine, avec l’emploi très fréquent du graphite dans la majorité des ensembles. Il semble qu’il faille attendre l’horizon Hallstatt D1 pour voir des parallèles en Alsace (Rosheim « Sandgrube »), la variante A y étant nettement plus prisée au Hallstatt C.

104À l’opposé, certains types n’apparaissent pas dans le corpus lorrain, ou de façon très marginale. On a évoqué les modèles profonds du type 1300B, comme les formes 2100A à parois verticales ou 2300, dont les rares exemples lorrains ne sauraient rivaliser avec les importantes séries de Sainte-Croix-en-Plaine ou de Colmar-Houssen. Cette constatation se vérifiera d’ailleurs durant tous les horizons du Hallstatt. Divers vases fortement surbaissés ont été observés en Lorraine, dans les habitats (Morsbach), comme dans les nécropoles (Pont-à-Mousson, Clayeures). Bien que cette caractéristique ne se limite pas à la région, leur fréquence est à souligner en Lorraine, en particulier si l’on tient compte du petit corpus. En Alsace, les nombreuses tombes fouillées n’en ont livré que peu d’exemplaires parmi lesquels on peut citer Réguisheim (Haut-Rhin) (Matthieu, Plouin, 1989, fig. 71) ou Wettolsheim « Ricoh » (Haut-Rhin) (Jeunesse, 1988, fig. 67, no 1).

105Parmi les formes hautes, les modèles très globulaires dépourvus d’une encolure (6120A) font défaut dans les habitats de Lorraine, tandis qu’ils se rencontrent ponctuellement en contexte funéraire, à Clayeures (Meurthe-et-Moselle) (Olivier, 1986, fig. 7). Les vases pansus à bord court vertical (6220A) existent, eux aussi, très occasionnellement. D’autres formes très fréquentes dans la vallée du Rhin, telles les urnes dites « à col quille », ne dépassent que difficilement les Vosges. De plus, elles adoptent globalement un profil plus proche des exemplaires du Rhin moyen que du Bade-Wurtemberg.

106Concernant la céramique décorée, celle de type « Alb-Hegau » d’Alsace se distingue des exemplaires de Suisse et du Wurtemberg par un certain appauvrissement du répertoire et une simplification des décors, témoignant sans doute d’une production locale. En Lorraine, si toutes les techniques décoratives sont utilisées avec plus ou moins de succès, les tendances stylistiques demeurent encore plus épurées et seuls quelques vases découverts en habitat (Morsbach) ou en contexte funéraire (Clayeures, Pont-à-Mousson) témoignent d’une certaine connaissance des productions de style « Alb-Hegau ». La peinture rouge paraît peu courante, ce qui est également le cas dans le Rhin moyen, qu’elle soit ou non associée à du graphite (Joachim, 1968, p. 37 ; Koepke, 1998, p. 66). Dans ce secteur géographique, les décors semblent comme en Lorraine se cantonner à des aplats et motifs graphités (par exemple, Koepke, 1998, pl. 37A et 54).

107Enfin, deux dates obtenues par dendrochronologie permettent de recaler la céramique régionale du Hallstatt C. La première provient d’un tumulus de Mussig (Bas-Rhin) (707 avant J.-C. : Plouin et alii, 1986) et la seconde d’un puits de Hattstatt « Ziegelscheuer » (Haut-Rhin) (661 avant J.-C. : Dumont et alii, 2000 ; Achard-Corompt et alii, 2004). On signalera aussi la datation 14C du bois de cuvelage du puits 2029 de Colmar-Houssen (dendrochronologie impossible car le bois est de l’aulne) qui s’échelonne entre 826 et 548 avant J.-C., avec un maximum de probabilité autour de 795 avant J.-C. (Plouin, Zehner, 2003).

4.2.4. Influences extérieures

108Au terme de cette analyse et en dépit des lacunes persistantes observées dans la documentation lorraine, on peut considérer que les formes et les décors du Hallstatt C évoluent globalement au même rythme en Alsace et en Lorraine. On y observe en particulier le développement des formes pansues à large bord, la profusion des décors graphités et la fréquence des formes basses à marli, tandis que les formes sinueuses n’en sont qu’au stade d’ébauche. Chacune des deux régions subit néanmoins des influences qui lui sont propres, liées, entre autres, à leur situation géographique.

Alsace

109La céramique du Hallstatt C d’Alsace est très étroitement liée à celle du pays de Bade. On retrouve des vases similaires dans toute la plaine du Rhin supérieur, de part et d’autre du fleuve. Les tombes du pays de Bade ont livré les mêmes formes 1100, 1300 et 7000 que celles d’Alsace, ainsi par exemple à Feldkirch-Hartheim, Endingen ou Gündlingen (Maise, 2001). Dans les habitats aussi, le corpus des vases est très semblable. Le site de Riegel « Romansbuck » offre une grande proportion de formes basses 1100 très souvent couvertes d’aplats de graphite intérieurement et extérieurement ainsi que des formes 2300 et 6220 pour la plupart en céramique grossière ; celui de Mengen est encore plus proche des nôtres, avec des récipients 1300 ornés de motifs incisés sur fond graphité, des tessons portant des cercles estampés et une forme 6120 analogue aux vases de Colmar-Houssen, Houssen « Cora » et Sainte-Croix-en-Plaine (Maise, 2001, fig. 43, no 2). Les bracelets à décor de cannelures longitudinales et ceux à gros tampons et décor géométrique relient aussi culturellement les deux régions (Plouin, Koenig, 1990 ; Maise, 2001).

110Avec des ensembles céramiques du nord du Wurtemberg (Menzel, 1996) ou même de Hesse du Sud (Müller, 1986), des affinités fortes existent aussi entre les différents corpus, même si on peut isoler des faciès régionaux grâce à des particularités liées essentiellement à la hauteur des cols ou des bords, éventuellement au galbe de la panse. Il en est de même pour le nord-ouest de la Suisse, où l’on retrouve globalement les mêmes formes qu’en Alsace, avec ici aussi des variantes de détails qui signent l’appartenance à un groupe culturel distinct (Lüscher, 1993).

111En revanche, des influences venues de Franche-Comté sont moins évidentes à établir, dans la mesure où l’évolution de la céramique entre le Bronze final IIIb et le Hallstatt C y est difficile à mettre en lumière. On remarque en particulier que les vases associés aux épées hallstattiennnes de Chavéria appartiennent encore nettement au répertoire du Bronze final IIIb de la vallée du Rhin. Après W. Kimmig qui parlait de conservatisme (Kimmig, 1981), d’autres auteurs se sont interrogés sur cette survivance (Pétrequin et alii, 1985, p. 216 ; Parzinger, 1992, p. 125 ; Ganard, 2005). Plusieurs ensembles domestiques de Franche-Comté étudiés récemment illustrent la complexité du problème. C’est ainsi que, pour la phase du Hallstatt C1, on peut noter l’association de formes directement issues de celles de la fin du Bronze final, la survivance du motif de grecques (qui a déjà disparu en Alsace à cette époque) et l’existence d’une forme 1100 associant un décor de type « Alb-Hegau » à un bord encore facetté (Ganard, 2005, fig. 21).

Lorraine

112Au-delà des Vosges, la Lorraine n’est influencée qu’en demi-teinte par la vallée du Rhin supérieur et par l’intermédiaire de l’Alsace. Certains types que l’on rencontre dès le Bronze final (2100B et C) n’apparaissent que tardivement en Alsace. Les meilleures comparaisons sont à rechercher dans les ensembles contemporains de Champagne (Villes, 1991, fig. 12) ou de Bourgogne (Labeaune, 1999, fig. 26-28). Des contacts sont aussi observés avec les régions plus au nord, comme le met en évidence la répartition de certains types de bracelets en alliage cuivreux (cf. supra) ou de certaines pratiques funéraires : « groupe des Ardennes » ou faciès « mosan », qui associe la crémation à une épée ployée en fer, identifié à Haroué (Meurthe-et-Moselle) (Olivier, 1993a, p. 123, fig. 6), et que l’on retrouve aussi, dans le même département, à Pont-à-Mousson, Messein-Richardménil et Villey-Saint-Étienne (Deffressigne, Koenig, 2004, p. 45). Dans l’ensemble, les influences des régions du Rhin moyen sont difficiles à cerner au niveau de la céramique ; cette dernière, contrairement aux productions de la vallée du Rhin supérieur, ne présente pas de fortes originalités, ni de formes vraiment spécifiques. Seuls ses profils relativement mous et une certaine sobriété des décors semblent se retrouver sur les productions lorraines (par exemple Koepke, 1998, pl. 37A, nos 154 et 163 ; Sehnert-Seibel, 1993, pl. 19A, no 56B).

113Chaque nouvelle fouille réalisée dans le département de la Meuse montre combien le mobilier se distingue de celui de la vallée de la Moselle. Si les influences plus occidentales, à savoir celles venant de Champagne via la Meuse sont clairement affirmées au Hallstatt D (infra), on mesure encore mal ce qu’il en est au Hallstatt C, tant notre documentation est rare puisqu’elle se limite à la découverte de quelques fosses à Void (Meuse) (inédit). On y observe, entre autres, la présence d’une forme 2200A décorée sur la face externe de deux lignes horizontales incisées et probablement de graphite, l’intérieur étant également graphité. Les formes 1300 ont un marli soit pourvu d’un zigzag incisé, soit peint en noir, toute la surface interne étant, dans ce dernier cas, ornée d’un damier rouge sombre sur fond rouge. Divers fragments de panse sont enfin décorés de doubles lignes incisées assez irrégulières, autant de thèmes décoratifs qui sont absents dans la vallée de la Moselle. On soulignera également que les vases cannelés dépourvus d’encolure (type 6100), découverts dans la nécropole d’Haroué (Beaupré, Voinot, 1903) et que l’on retrouve dans la Meuse à Montzéville (Loppinet, 1890, p. 19-21) ou dans les Vosges à Bouzemont (Millotte, 1965, p. 63 et pl. VII) et Bouxurulles (Beaupré, 1911, p. 3), reflètent très vraisemblablement des influences champenoises. De bons parallèles existent par exemple sur le gisement d’Euvy (Marne) (Villes, 1991, fig. 11, no 3). La datation fine de ces vases lorrains au sein de la séquence Hallstatt C-D1 reste cependant à préciser.

114Quelques formes se révèlent à ce jour uniques en Lorraine et traduisent vraisemblablement des contacts avec certaines régions voisines. Tel est peut-être le cas de l’urne dotée d’une anse double exhumée dans le tumulus de « La Garenne » à Liverdun (Meurthe-et-Moselle) (Beaupré, 1907, pl. IV, no 39). Il s’agit là d’un particularisme que l’on observe ponctuellement au Bronze final comme au Hallstatt dans diverses régions, notamment en Hesse rhénane (Koepke, 1998, pl. 178, no 1), en Champagne (Villes, 1994, fig. 16, no 16) ou dans le Bade-Wurtemberg (Maise, 2001, fig. 30, no 10 ; Zürn, 1987, pl. 9, no 5) sans qu’il soit possible d’en définir l’origine.

4.3. Le Hallstatt D1 (A.-M. Adam, A. Boyer, S. Deffressigne, S. Plouin)

4.3.1. La documentation

4.3.1.1 État de la documentation

Alsace

115C’est l’étude du mobilier d’une dizaine de fosses fouillées à Colmar « Route de Rouffach » (Bonnet et alii, 1990) qui a permis de jeter les premières bases d’une typologie de la céramique du Hallstatt D1 en Alsace. Dès lors sont soulignées les grandes lignes de l’évolution entre Hallstatt C et Hallstatt D1. Dans ces ensembles, les vases à bord en entonnoir sont encore présents, tandis que d’autres formes, notamment les jattes à marli, disparaissent. La faible sinuosité de certains profils de coupes, qui était déjà apparue dans certains ensembles du Hallstatt C, s’affirme. Les motifs géométriques graphités, occasionnellement associés à la peinture rouge, et les décors incisés/estampés du style « Alb-Hegau » caractérisent aussi ce corpus. Parallèlement, l’appartenance de certaines céramiques présentant les mêmes caractères (et notamment en termes de décor) au « Hallstatt moyen » avait déjà été affirmée par R. Schweitzer, à partir des ensembles de la région de Mulhouse, fouillés dès les années soixante-dix (Riedisheim, Illfurth « Britzgyberg »).

116Entre 1992 et 1994, les fouilles de Rosheim « Sandgrube » permettent d’étudier trois nouvelles fosses, attribuables au Hallstatt D1. Les fouilles plus récentes de Brumath « Lotissement Édouard Manet », puis la reprise de travaux à Illfurth, sur le « Britzgyberg » et aux alentours du plateau (« Buergelen »), ont amplifié la documentation relative à cette phase. L’intérêt de ces derniers sites est de nous proposer plusieurs cas d’associations fiables entre la céramique et du mobilier métallique.

Lorraine

117La Lorraine, dans l’état actuel de la recherche, est encore une fois très pauvre en découvertes. La plupart des sites proposent en effet quelques vases qu’il est bien souvent délicat de situer chronologiquement. Ils sont généralement « dotés » de la datation Hallstatt C-D1, sans plus de précision. Cette situation déjà décrite lors du colloque de l’AFEAF de 1996 tenu à Colmar-Mittelwihr, n’a que très peu évolué malgré les nombreuses fouilles récentes (Brénon et alii, 2003).

4.3.1.2 Choix des corpus

Alsace

118En Alsace, trois fouilles déjà évoquées (Rosheim « Sandgrube », Brumath « Lotissement Édouard Manet » et Illfurth « Buergelen » nous ont fourni l’essentiel de notre documentation. Nous leur avons adjoint deux corpus plus anciens, et malheureusement d’une fiabilité relative, mais qui complètent utilement le panorama du Hallstatt D1 alsacien : l’ensemble de Riedisheim, par sa richesse et ses particularités, et le mobilier d’un secteur fouillé sur le site de hauteur d’Illfurth « Britzgyberg » (« Plateau Est »). Ce dernier n’illustre évidemment qu’une petite partie d’un ensemble parfois mal stratifié, mais très conséquent, qui n’a pas pu être pris en compte en totalité lors de l’élaboration de cet ouvrage, car il est encore en cours de réexamen (Adam et alii, 2003 ; 2004 et 2005 ; Delnef et alii, 2009).

Lorraine

119En Lorraine, seul le site de Flévy présente un corpus relativement important (NMI de 81 pour 52 formes identifiables), permettant de poser les premiers jalons d’une typologie (Deffressigne, en cours). En fait la datation de cet ensemble n’est pas totalement démontrée, peu d’éléments caractéristiques étant présents à la différence des exemples alsaciens. Cet ensemble a été placé dans cet intervalle chronologique parce qu’il ne répond plus aux critères du Hallstatt C et pas encore à ceux de l’extrême fin du Hallstatt mieux connus en Lorraine. En outre sa comparaison avec les corpus alsaciens ne contredit en rien cette estimation.

4.3.2. Éléments caractéristiques

Alsace (fig. 53)

120Les formes basses. Les formes basses à corps simple (1100A et dans une moindre mesure 1100B), qui s’inscrivent dans la tradition des phases antérieures, sont encore bien représentées, voire majoritaires, même si certaines particularités vont en s’estompant, comme la présence des encoches sur le bord. Plus fréquents sont les décors de digitations sur la lèvre. En revanche, contrairement à la période précédente, ces formes qui existent en céramique fine comme en céramique grossière, ne sont plus guère graphitées.

121Une des principales caractéristiques du Hallstatt D1, par rapport aux périodes précédentes, est la disparition progressive des formes à marli (1300). On les rencontre de façon anecdotique à Brumath et au « Britzgyberg » et seul le corpus de Riedisheim en compte encore une quantité significative. On peut considérer, d’ailleurs, que ce dernier ensemble manifeste plusieurs traits d’archaïsme (infra).

122Dans la catégorie des formes segmentées et ouvertes, les exemplaires à panse plus ou moins verticale (2100A), majoritaires au Hallstatt C, cèdent le pas à des formes plus galbées, voire carénées (2100 B et C). On peut considérer la 2100C comme un profil novateur du Hallstatt D1, notamment lorsqu’elle est pourvue d’une carène douce : elle est particulièrement bien représentée sur les sites du sud de l’Alsace (par exemple à Illfurth : Boyer, 2006, p. 51), avec souvent, comme à Riedisheim, la partie supérieure de la panse extrêmement rentrante. Sur ce dernier site, la forme peut être richement décorée, dans la tradition Alb-Hegau (infra). Les formes à lèvre légèrement infléchie et donc à profil faiblement sinueux (2200A), qui ont constitué à la phase précédente une véritable innovation de la production hallstattienne, apparaissent toujours parmi les formes dominantes, et la sinuosité du profil s’accentue parfois (formes 2200B, présentes par exemple à Rosheim ou à Riedisheim).

123On note à Riedisheim (et c’est là un autre trait d’archaïsme) la présence encore marquée, et exceptionnelle parmi les sites du Hallstatt D1 retenus, de la forme 2300 à profil arrondi et encolure éversée, dont les exemplaires se démarquent toutefois de leurs prédécesseurs du Hallstatt C par la quasi-disparition de la peinture et du graphite et une prédilection pour les décors géométriques incisés.

124Les formes hautes. Parmi celles-ci, les vases à panse bitronconique ou sub-sphérique, avec encolure oblique ou droite (formes 6210/6220), sont largement dominantes, sans que le niveau de fragmentation permette toujours de distinguer entre les différents profils de panse. Ces modèles existent en pâte fine ou plus grossière avec, dans ce dernier cas, une ligne de motifs imprimés ou un cordon orné de digitations à la jonction du col et de la panse. Mais les décors de graphite en aplat, à l’extérieur et/ou à l’intérieur du col, se rencontrent encore parfois sur ces formes, comme au Hallstatt C, de même que les digitations sur la lèvre.

Fig. 53. Céramiques typiques du Hallstatt D1 en Alsace.

125La forme 7000 ou urne dite « à col quille », à bord court évasé, col rentrant plus ou moins haut et panse à épaule à ressaut, est également caractéristique de cette période, comme du Hallstatt C. Elle apparaît presque exclusivement dans les plus méridionaux de nos gisements et se décline en différentes tailles, souvent en céramique fine ou semi-fine, et parfois richement décorée de peinture, graphite et/ou incisions et estampage, dans le style « Alb-Hegau » et ses variantes (infra). À Riedisheim, deux de ces vases avec épaulement à ressaut, de petite taille, possèdent une encolure plus haute où s’attache une anse latérale.

126Parmi les formes particulières et la vaisselle utilitaire, on note enfin sur la plupart des sites la présence de vases de petite taille et on voit apparaître au Hallstatt D1 les couvercles (Brumath, Rosheim « Sandgrube ») qui seront assez fréquents pendant tout le Hallstatt D, principalement sur les sites de la région de Strasbourg.

127Les différents gisements de notre échantillon se comportent différemment en termes de décors et, globalement, la quantité et la variété des décors semblent augmenter du nord au sud de la région. À Brumath, les formes décorées apparaissent presque comme des cas isolés. À Rosheim « Sandgrube », les décors concernent 30 % des vases : les aplats rouges et graphités sont encore bien présents sur de nombreuses formes ; en revanche, les décors incisés et estampés, associés au fond de peinture rouge, sont peu nombreux, ce qui oppose ce site à ceux du sud de l’Alsace.

128À Riedisheim, où plus de 35 % des vases sont ornés, on rencontre encore les aplats de graphite, mais surtout, plus largement, les croisillons au graphite sur fond rouge et toute la gamme des décors incisés/estampés, souvent rehaussés de couleur. Les motifs sont les triangles et les chevrons, les bandes d’ocelles, les décors couvrants de petits points estampés, caractéristiques du style « Alb-Hegau ». Une variante de ce style, identifiée naguère par H.-W. Dämmer (Dämmer, 1978, p. 27-29), est bien représentée et caractérise particulièrement le Hallstatt D1 : dénommée « Alb-Hegau-Tradition » (KAHT), elle se distingue par une quasi absence de motifs estampés et par l’emploi des incisions, de la peinture rouge et du graphite, souvent organisés en métopes ou bandes de métopes, avec remplissage de chevrons ou de triangles (Boyer, 2006, p. 50-51). Ces motifs sont remplis de pâte blanche. Au niveau de l’emploi de matières colorantes, on note également la présence de quelques tessons à motifs rouges sur fond crème, qui évoquent les productions du Wurtemberg, par exemple de la « Heuneburg ».

129Le métal (fig. 54). Plusieurs des sites de notre corpus ont fourni du mobilier métallique. À Brumath, trois épingles, à tête sphérique massive, à tête en « T » (fosse 1013) et à tige courbée (fosse 1009), caractérisent le Hallstatt D1 (ou le début du Hallstatt D2), tout comme deux exemplaires de boucles d’oreille creuses en croissant (fosses 1018 et 2016), dont le diamètre se rapporte aux modèles les plus anciens de ce type (Mentele et alii, 2005b, p. 149-150). Les deux gisements d’Illfurth ont fourni plusieurs fibules, en particulier des fibules serpentiformes de type S1 et S4 de G. Mansfeld, attribuables également à la fin du Hallstatt D1 (et au Hallstatt D2). Si, dans le cas du « Britzgyberg », l’association de ces fibules avec les formes céramiques n’est pas toujours claire, la fouille récente de « Buergelen » nous offre une situation beaucoup plus satisfaisante. Dans plusieurs cas, des boucles d’oreille rubanées fournissent aussi un appui relatif à la datation du mobilier céramique (sur ce type, en dernier lieu, Dubreucq, 2007, p. 165 et 247). À Riedisheim, toutefois, la succession stratigraphique entre le comblement des fossés et la sépulture appuyée sur le bord de l’un d’eux et comportant ce type de parure, paraît un peu confuse. Deux de ces boucles d’oreille ont été trouvées aussi au « Britzgyberg » : l’une est associée à du mobilier qui paraît plutôt du Hallstatt D2, mais l’autre confirme bien la datation au Hallstatt D1 qui peut être attribuée à la céramique associée (fouilles A.-M. Adam, 2007).

130Certains types d’objets métalliques n’ont pas été trouvés en habitat, mais proviennent exclusivement de contextes funéraires. Résultant souvent de découvertes anciennes, ces derniers ne nous sont pas d’un grand secours, car ils n’ont guère livré de vaisselle en céramique. D’autre part, certaines parures que l’on y trouve caractérisent aussi bien un horizon récent du Hallstatt C que les débuts du Hallstatt D1 : bracelets à cannelures longitudinales ou à décor géométrique (Plouin, Koenig, 1990 ; Plouin, 2007 ; Maise, 2001, p. 90-396 ; et supra 4.2.1.1).

Lorraine (fig. 55)

131Dans l’état actuel des études, on ne peut pas dresser pour la Lorraine un bilan à partir d’un seul corpus reconnu pour la période, aussi se contentera-t-on de lister les éléments sans pour autant établir un répertoire typo-chronologique.

132Les formes basses. Pour la céramique fine, les formes basses de Flévy sont dépourvues de marli, mis à part un exemplaire graphité. Aucune forme tronconique (forme 1100) n’est recensée, seules celles dont le profil est hémisphérique (forme 2100B) ou à peine sinueux (forme 2200A) sont représentées. Elles sont souvent ornées d’aplats de graphite et on remarque l’extrême finesse des parois qui est une qualité technique récurrente de nombreux récipients. On note la présence de vases à encolure plus marquée (formes 2200C et 2300), parfois très globulaires et bien connus à la phase précédente (forme 2300).

Fig. 54. Mobilier métallique caractéristique du Hallstatt D1-D2 en Alsace, dans le corpus étudié. 1-2. Fibules provenant d’Illfurth « Buergelen » (Haut-Rhin) (dessins : V. Rougier) ; 3-9. épingles et accessoires de toilette provenant de Brumath « Lotissement Édouard Manet » (Bas-Rhin) (dessins : M.-A. Bouet).

133Les formes basses et grossières continuent à être répertoriées pour les types 1100A et B et leur bord est encore parfois souligné d’un biseau. Elles sont aussi représentées dans les catégories 2100B et 2100C. Le profil des vases de cette dernière montre une carène douce et arrondie.

Fig. 55. Céramiques typiques du Hallstatt D1 en Lorraine.

134Les formes hautes. Les formes hautes en céramique fine sont à peine représentées (deux exemplaires) et ce sont des récipients globulaires, à encolure courte et éversée, qui dominent (forme 6220). Les vases en céramique plus grossière sont peu galbés (forme 6110), avec un bord souvent dans la continuité du haut de la panse. Parallèlement se développe le phénomène des impressions sur les lèvres et sur le haut de la panse.

135Aucun véritable caractère propre au Hallstatt C n’est réellement lisible dans ces quelques formes céramiques (marlis, encolures obliques, cannelures…) ; elles comportent essentiellement des caractéristiques qui s’amplifieront au Hallstatt D2 et D3 (vases bas à profil sinueux, vases hauts peu galbés, bord dans la continuité du haut de la panse, impressions sur les lèvres et sur le haut de la panse).

136Aucun mobilier métallique n’a été mis au jour sur ce site.

4.3.3. Particularismes régionaux

137La période du Hallstatt D1 se caractérise par la création de sites fortifiés de hauteur dans la plupart des territoires du Westhallstattkreis. Cette phase, très bien documentée pour certains de ces sites prestigieux comme la « Heuneburg » en Allemagne, est difficile à reconnaître sur les habitats ruraux. La Lorraine, mais également les régions limitrophes, comme la Champagne ou la Bourgogne, se trouvent assez mal documentées dans ce domaine et souvent les lots céramiques ne permettent pas de dissocier le Hallstatt C du Hallstatt D1. Paradoxalement, les nécropoles lorraines donnent une autre vision des choses puisque les tumulus livrent en grand nombre des tombes datées de ces périodes, comme, par exemple, dans le secteur de Saxon-Sion où plusieurs grandes nécropoles ont été fouillées, notamment celle d’Haroué « Bois de Voivre » (Meurthe-et-Moselle) (Beaupré, Voinot, 1903 ; Olivier, 1993a, fig. 6). En outre, la tombe à char à quatre roues de Marainville-sur-Madon (Vosges) est datée du vie siècle avant J.-C. et la butte de Sion prétend au titre de site fortifié de hauteur de proximité pour la période du Hallstatt D1. Mais, malgré un rempart daté par14 C du Hallstatt (Olivier, 2002, p. 60), les traces d’une occupation demeurent rares, qu’il s’agisse des horizons du Hallstatt C-D1 ou D2-D3 (Boura, 1989 ; Buzzi, Guéry, 1991 ; Tikonoff, en cours). Les fouilles récentes confirment cette observervation, alors qu’elles révèlent des installations conséquentes plus anciennes, du Bronze final IIb-IIIa pour l’essentiel ; celles-ci sont plus réduites au Bronze final IIIb-Hallstatt C ; seuls quelques rares éléments datent des phases moyennes et finales du Hallstatt (K. Boulanger, communication personnelle ; Tikonoff, en cours).

138La faiblesse du corpus lorrain ne permet pas d’aller très avant dans l’étude des particularismes. Si diverses formes sont communes à l’Alsace et à la Lorraine, comme à l’ensemble de la vallée du Rhin supérieur semble-t-il, certaines se distribuent différemment entre les ensembles alsaciens et le site de Flévy en Lorraine. Les formes 1100 sont toujours aussi nombreuses, avec des modèles en céramique grossière qui pourraient tenir à présent une place plus importante. Quant aux formes 1200, elles se manifestent très timidement et n’émergeront véritablement qu’à l’horizon suivant. Alors que l’Alsace voit se développer les formes basses types 2100B et apparaître la 2100C, à Flévy, on ne trouve pas de profil caréné à partie supérieure rentrante (2100C), uniquement quelques exemplaires de 2100B. Dans les deux régions, la version A de la forme 2200 à profil faiblement sinueux est encore bien présente, même si on note une accentuation de la sinuosité à Riedisheim en Alsace (2200B). Partout, les formes 2300 disparaissent, Riedisheim constituant donc bien une exception. D’autres gisements attestent cependant une certaine perduration de ce type au Hallstatt D1, en contexte d’habitat à Colmar « Route de Rouffach » (Bonnet et alii, 1990, fig. 18, nos 11 et 19) comme dans la sépulture 401 de Colmar « Ricoh » (Jeunesse, 1988, fig. 67, no 1).

139Les formes hautes alsaciennes se cantonnent aux types 6200, et 7000 dans une moindre mesure, alors qu’on en décompte des exemplaires en 5100, 6100 et 6200 en Lorraine. Bien que le taux de fragmentation n’autorise pas une véritable approche quantitative, il semble, à présent, que les récipients dépourvus d’une encolure concurrencent plus nettement les vases à bord en entonnoir. Le modèle 7000 dit « à col quille », encore bien illustré à Illfurth « Buergelen » ou à Riedisheim, ne paraît guère plus prisé au Hallstatt D1 qu’au Hallstatt C, en Lorraine. Un éventuel décalage chronologique dans l’apparition de cette forme à l’ouest des Vosges ne semble donc pas à invoquer.

140Partout la raréfaction des décors graphités s’observe, qu’il s’agisse des formes basses ou hautes. En Lorraine, dans l’état actuel de la recherche, aucune autre ornementation ne semble remplacer le graphite et il faudra attendre la fin de la séquence (Hallstatt D3) pour voir la multiplication des décors incisés ; en Alsace, les céramiques fines décorées de tradition « Alb-Hegau » restent en usage, en particulier à Riedisheim, mais aussi à Illfurth « Buergelen », particulièrement sur les formes hautes.

141Le registre décoratif des formes grossières ne change guère par rapport au Hallstatt C, avec la présence de cordons digités toujours aussi nombreux. Tout au plus observe-t-on l’apparition d’un double cordon digité à Riedisheim (qui ne connaît dans notre corpus qu’un parallèle à Florange) et peut-être, une plus grande proportion de lèvres digitées.

142L. Olivier soulignait, lors de son étude sur les bracelets rubanés, combien l’horizon du Hallstatt D1 était mal défini dans l’est de la France (Olivier, 1993b, p. 253). Cette situation n’a pour l’instant guère changé en Lorraine et les jalons manquent pour suivre précisément l’évolution de la céramique domestique. Les avancées opérées dans ce domaine en Alsace montrent cependant que tout évolue lentement de la fin de l’Âge du Bronze au Hallstatt D1 et que les véritables changements ne vont s’opérer qu’avec le Hallstatt D2 (infra). Pour ne donner que quelques exemples, le type 6220 va progressivement connaître au cours du Hallstatt D1 un assouplissement de la jonction bord/panse et son profil devenir moins globuleux. Parallèlement certaines formes basses comme le type 2200A perdurent sans changement notable d’un horizon à l’autre, mais voient leur décor graphité disparaître presque totalement au Hallstatt D1. Aucune forme n’offre donc une valeur chronologique fiable si elle est prise isolément et seuls les ensembles bien documentés, fournissant des associations pertinentes, autorisent une datation fine.

143Enfin, en dépit de nombreux points communs entre l’Alsace et la Lorraine, on ne peut que remarquer des influences très différentes surtout dans l’ornementation (supra). Par ailleurs, le Hallstatt D1 s’étirant sur un siècle, de nombreuses variations et évolutions peuvent s’opérer dans ce laps de temps. En ce qui concerne les sites alsaciens de la sélection, nous avons déjà souligné la persistance de traits anciens dans le corpus de Riedisheim, qui pourrait illustrer une première phase du Hallstatt D1. Il en est de même pour Rosheim, « Sandgrube »-2, où certaines formes évoquent encore la tradition du Hallstatt C. En revanche, les ensembles de Brumath-1 semblent plus récents, et le gisement se poursuit ensuite au Hallstatt D2. Les différences soulignées ne résultent donc pas uniquement de particularismes distinguant la Basse et la Haute Alsace, même si ceux-ci sont par ailleurs nettement perceptibles (notamment au niveau des décors). Pour la Lorraine, le corpus de céramique fine de Flévy montre des analogies avec des ensembles alsaciens du début de la période, comme celui de Rosheim « Sandgrube »-2. Les formes basses, ornées parfois de graphite tapissant, à profil faiblement sinueux (2200A) ou celles à profil globulaire (2100B) sont notamment très proches. On note également que les exemplaires des formes 2300 et 6220 de Flévy sont bien en adéquation avec les vases produits à Riedisheim. Les récipients en céramique grossière sont, quant à eux, différents des corpus du début de la période, leur profil faiblement sinueux (forme 6110) se rapprochant de l’ensemble récent de Brumath-1. Toutefois ce genre de forme se rencontre déjà ponctuellement en Lorraine au Hallstatt C sur le site de Morsbach, ce qui plaiderait en faveur d’une datation haute pour Flévy. Le débat reste donc ouvert en Lorraine, dans l’attente d’une documentation plus abondante.

4.3.4. Influences extérieures

144Comme pour l’horizon précédent, peu de différences notables ont été décelées, pour l’instant, entre les corpus d’Alsace et de Lorraine. La disparition progressive des décors comme l’extrême rareté des céramiques dans les tombes nous prive cependant de critères précieux pour bien caractériser la céramique et apprécier les influences extérieures qui peuvent s’exercer sur elle.

145À l’est du Rhin, le site de la « Heuneburg » et le tumulus de Villingen « Magdalenenberg » (Bade-Wurtemberg) sont parmi les rares ensembles très bien documentés pour le Hallstatt D1. D’un point de vue géographique, ils ne sont guère plus distants des gisements alsaciens, que le gisement le plus au nord de l’Alsace (Brumath) et celui situé le plus au sud (Illfurth) ne le sont entre eux. Comme le souligne S. Goepfert (2005, p. 34-36), les formes de Riedisheim de type 2100C (décoré) connaissent tout particulièrement de bons parallèles à la période IV de la « Heuneburg », c’est-à-dire au Hallstatt D1 (Dämmer, 1978, pl. 77 no 851-852).

146Parmi les sépultures ayant livré des céramiques, celles du tumulus de Villingen apportent diverses comparaisons dans des contextes bien datés, qu’il s’agisse de vases ornés de petits mamelons (Spindler et alii, 1971, pl. 36, no 3), d’urnes dites « à col quille » (Spindler et alii, 1973, pl. 22 et 43) ou de formes basses proches de types 2100A ou 2200A (Spindler et alii, 1972, pl. 30, no 1 ; Spindler et alii, 1973, pl. 42, no 5). Dans le puits de Wyhl daté par dendrochronologie de 546 ± 10 ans avant J.-C., de la céramique graphitée et estampée est encore présente, comme une forme 1300 (Maise, 2001, p. 418 et fig. 10).

147Plus au nord, en Hesse rhénane, les quelques ensembles bien documentés, attribués par H. Koepke à l’horizon Hallstatt D1, ne présentent pas de différence notable au niveau des formes avec notre matériel. On retrouve, en effet, dans la fosse 2 de Mainz-Ebersheim (Rhénanie-Palatinat) les formes 1300A, 2200, 6100, 6200 et 7000, avec toutefois des profils quelque peu plus mous, comme c’est souvent le cas dans le répertoire septentrional. En revanche, une forme caractéristique paraît faire défaut, la 2300. L’emploi du graphite semble rare et toute autre ornementation est absente sur la céramique fine, exception faite des petits mamelons (Koepke, 1998, p. 69 et pl. 96-107).

148Vers le sud, quelques ensembles céramiques bourguignons et jurassiens donnent un aperçu du potentiel de cette période (Dartevelle, 1992 ; Labeaune, 1999 ; Bardel, 2006). Une présentation récente tentée pour la Bourgogne du Sud (Bardel, 2006, p. 459, 463-464) montre une céramique fine attachée à des formes basses hémisphériques (forme 1100), des gobelets surbaissés (forme 2300), mais surtout des vases à profil caréné type 2100, voire 2200. Nombreux sont ceux qui sont ornés de cannelures à l’emplacement de l’épaulement ou vers le bord. Les motifs faits au graphite, à la peinture rouge, ou bien des cannelures et des excisions composent le registre décoratif, essentiellement pour les grandes formes 1100 et 1300 à marli. Les vases hauts sont, quant à eux, moins bien représentés dans cette étude, qui fait mention de pots de type 5100 et 6100 à cordon digité. Les formes 2300 (gobelets surbaissés) se retrouvent aussi dans nos corpus. Les formes basses 2100 et 2200 sont bien connues des ensembles lorrains, mais pour une période plus récente (Hallstatt D2-D3), et le corpus de Flévy ne livre rien de comparable. Le manque d’ensembles pris en compte se fait encore une fois sentir et limite d’emblée la fiabilité des comparaisons.

149Enfin, le fragment de kernos de Riedisheim, de même que deux exemplaires de kernos et pseudo-kernos trouvés à Illfurth « Brizgyberg » (« Palanque »), renvoient à une sphère géographique plus vaste et témoignent d’échanges commerciaux entre la Suisse, l’Europe médiane, la vallée du Rhin et ce jusqu’aux marges orientales du domaine hallstattien (Delnef, 2006, p. 215, fig. 3). Un fragment de dolium, à cannelures larges et profondes, provenant également du Brizgyberg (fouilles A.-M. Adam, 2008), est identique à des exemplaires trouvés à Breisach et à Châtillon-sur-Glâne (Bender et alii, 1993, p. 85, pl. 11, 6 ; Dietrich-Weibel et alii, 1998, p. 203-204, pl. 5, a et b), et, même si ces récipients sont peut-être de fabrication nord-alpine, leur forme pourrait dériver de modèles nord-adriatiques : elle témoigne des mêmes échanges à longue distance, où se trouvaient dès le Hallstatt D1 impliqués des sites rhénans. Deux autres dolia, de forme également exogène, mais fabriqués selon la même technique que les grands vases locaux à cordons, illustrent encore cette phase au « Britzgyberg » (Adam et alii, 2005, fig. 13, p. 65).

4.4. Le Hallstatt D2 (S. Deffressigne, M. Roth-Zehner)

4.4.1. La documentation

4.4.1.1 État de la documentation

150En Alsace, les données sur le Hallstatt D2 restent rares. Comme l’ont montré les dernières études sur le Hallstatt D1 dans la région (Illfurth « Buergelen » : Roth-Zehner et alii, 2007), il est délicat d’opérer une césure dans les ensembles céramiques entre la fin du Hallstatt D1 et le début du Hallstatt D2. Cette phase est d’autant plus difficile à cerner, qu’elle ne correspond qu’à une période très courte de notre chronologie, de l’ordre d’une une vingtaine d’années.

151En Lorraine, le scénario observé pour le Hallstatt D1 se répète pour la très étroite phase qu’est le Hallstatt D2. En effet, lors de l’appréciation chronologique des corpus lorrains, au demeurant fréquemment mal documentés, une datation englobant le plus souvent le Hallstatt D2 et D3, quand elle n’y associe pas La Tène A, est proposée. Il est donc difficile en l’état de cerner cette phase de manière satisfaisante.

4.4.1.2. Choix des corpus

152En Alsace, seuls les sites de Geispolsheim (Koenig et alii, 1990) et de Brumath (Mentele et alii, 2005b) ont livré des mobiliers que l’on attribue aujourd’hui au Hallstatt D2. Le site de Brumath a l’avantage d’avoir livré des objets métalliques qui permettent d’asseoir en partie la datation des ensembles. Pourtant, comme nous le verrons dans les prochains paragraphes, cette phase reste encore difficile à caractériser et aucun fossile directeur net ne peut être mis en avant aujourd’hui, contrairement aux autres phases présentées dans cet ouvrage.

153Les découvertes funéraires ne permettent pas de mieux cadrer cette phase chronologique. Cette période est effectivement pauvre en mobilier (quelques fibules) et les dépôts de céramiques sont absents.

154En Lorraine le seul ensemble de vases suffisamment conséquent (189 NMI dont 143 formes identifiables), permettant d’isoler les premiers particularismes typologiques, provient de Florange « ZAC Sainte-Agathe » (Galland et alii, 2008). Comme pour le Hallstatt D1, argumenter des tendances typo-chronologiques de la céramique d’une période en se fondant sur un seul corpus serait une gageure, pour ne pas dire un faux-sens. Aussi, comme précédemment, seules les caractéristiques qui paraissent les plus pertinentes seront énumérées, sans pour autant définir de réels types morphologiques régionaux pour la période.

4.4.2. Éléments caractéristiques

Alsace (fig. 56)

155Sur la question des éléments caractéristiques de cette phase D2 du Hallstatt en Alsace, il était difficile de se prononcer jusqu’à une époque récente. En effet, nombre de sites étaient datés du Hallstatt D2-D3 (Merxheim), faute de mieux. Grâce à la présente étude, il est maintenant possible de proposer certaines caractéristiques morphologiques inhérentes à cette phase, même si l’on est conscient de la fragilité de ces propositions, fondées sur une documentation modeste issue de deux sites seulement.

156Les formes basses. Les formes 1100 représentent encore une majorité écrasante, pourtant on voit apparaître quelques formes 1200. Les formes 2100C et 2200 sont également bien représentées, avec les premières 2200C. Certaines d’entre elles, d’ailleurs, ont des profils identiques à celles que l’on rencontre jusqu’à la fin de La Tène A (Geispolsheim : structure 26). Parmi ces vases, on note la présence d’une petite forme étroite à pied et bord vertical (2200 variante 2) qui apparaît également pendant cette période et que l’on retrouve régulièrement jusqu’à La Tène B (Colmar « Jardin des Aubépines » : Roth-Zehner, 2008). À Geispolsheim, les formes 2200A et B sont encore bien présentes, présence également marquée à Brumath. Le nombre de formes basses de ce type aura tendance à diminuer par la suite.

157Les formes hautes. Parmi les formes hautes, les vases recensés à Brumath et à Geispolsheim offrent peu de comparaisons. La majorité peut être classée dans les 6200 à Brumath, tandis que le site de Geispolsheim offre un échantillon important de formes 6110 et montre que la forme 9100 apparaît timidement avant de devenir un « best-seller » au début de La Tène A.

Lorraine (fig. 57)

158Les formes basses. Les formes basses au profil tronconique (forme 1100) représentent ici un tiers du corpus, céramiques fines et grossières confondues. Les modèles à bord rentrant en céramique fine (forme 1200) font une timide apparition et préfigurent des bords extrêmement rentrants de la fin du Hallstatt et du début de La Tène. Ils semblent néanmoins supplanter le type 2100B encore bien illustré à Flévy. Ce qui caractérise la vaisselle de qualité de ce corpus, c’est le développement des vases bas à carène (2100A et surtout 2100C). Les exemplaires dont le profil est faiblement sinueux sont anecdotiques (2200A) alors qu’ils sont encore dominants à Flévy (Hallstatt D1). Quant aux vases du type 2200B, dont la sinuosité est nettement plus marquée, ils se multiplient tandis que le type 2200C fait, comme en Alsace, son apparition. Il est à haut col vertical, mais légèrement concave ; la carène est soit souple et arrondie, soit aiguë.

159Les formes hautes. Les formes hautes sont essentiellement en céramique grossière (quelques larges bords en entonnoir attestent néanmoins d’une production fine) et se cantonnent aux formes 6110 et 6120, plus rarement 6200. Le profil est ovale, voire légèrement caréné, mais toujours élancé. Le bord est souvent effacé par rapport à la panse, petit et évasé pour la forme 6200. On remarque la présence d’un vase haut et ouvert de type 5100. Cet ensemble de Florange, bien fourni, n’affirme donc pas un corpus céramique très caractéristique, bien qu’il enregistre le développement de nouvelles formes (2200B et C).

160Il semble toutefois qu’on en ait terminé avec le graphite et que le registre décoratif se limite à des décors géométriques incisés, parfois incrustés de pâte blanche formant des bandeaux, exclusivement pour la céramique fine. Pour la céramique grossière, les cordons digités persistent alors que les simples impressions au doigt sur le bord et sur le haut de la panse se développent.

161Le métal (fig. 54). Les objets métalliques, de même que le mobilier des nécropoles, n’apportent que peu à la question de la chronologie fine des sites, l’un comme l’autre étant très limité.

162En Alsace, quelques fibules ont été découvertes dans la nécropole de Haguenau (Koenig et alii, 1993), mais là aussi, les mobiliers céramiques sont absents. Seul le site de Brumath a livré quelques mobiliers attribuables à cette phase, sans être réellement caractéristiques (souvent fin Hallstatt D1 ou début Hallstatt D2).

4.4.3. Particularismes régionaux

163Cette courte période qu’est le Hallstatt D2 trouve son origine dans l’apparition des fibules serpentiformes de type SC2 de Mansfeld (Mansfeld, 1973) dans la stratigraphie de la « Heuneburg », mais elle est loin d’être individualisée par la céramique, et les études et découvertes récentes en Bourgogne, comme en Champagne, s’accordent sur ce point (Labeaune, Wiethold, 2007 ; Bardel, 2006 ; Villes, 2003). En outre, ces régions limitrophes souffrent également d’un manque de corpus étoffés et le plus souvent la distinction Hallstatt D2 et D3 n’est pas possible. Sur certains sites de hauteur fortifiés bourguignons, comme Vix « Mont Lassois » (Côte-d’Or) ou le « Camp de Chassey » à Chassey-le-Camp (Saône-et-Loire), la céramique abonde parfois, mais une stratigraphie bien établie fait souvent défaut (Joffroy, 1960 ; Durand, 2000 ; Bardel, 2006). Les études récentes sur ce dernier site font toutefois état d’une vaisselle attribuable à cette période, même si l’auteur reste prudent ; il reconnaît la présence de formes basses à bord rentrant, décorées de cannelures d’un type équivalent à notre forme 2100C, voire 2200C, et de petites formes à l’encolure étroite qui ne trouvent que des échos très lointains dans nos petits vases à pied et bord vertical (2200C) (Bardel, 2006). Cette analyse semble corroborée par les découvertes d’autres ensembles comme ceux de Pluvet « Larrivoux » ou de Saint-Apollinaire « La Tirbaube » (Côte-d’Or) (Labeaune, Wiethold, 2007 ; Labeaune, Ducreux, 2005). La céramique du site de Vix, publiée partiellement, n’est pas distinguée aussi finement (Joffroy, 1960 ; Durand, 2000) et même si l’on trouve des comparaisons ici et là, il n’est pas possible de discerner le Hallstatt D2.

Fig. 56. Céramiques typiques du Hallstatt D2 en Alsace.

Fig. 57. Céramiques typiques du Hallstatt D2 en Lorraine.

164S’il est encore trop tôt pour identifier cette étroite tranche chronologique en Alsace comme en Lorraine, en déterminer des particularismes régionaux est encore plus délicat. Tout au plus peut-on évoquer les différences perceptibles entre les divers sites évoqués. Alors que la majorité des formes sont basses et tronconiques pour l’Alsace et la Lorraine (forme 1100), on note une dispersion des formes basses en céramique fine entre les types 2100A, 2100C, 2200A, 2200B et 2200C. En revanche, bien qu’on remarque ce même éparpillement sur l’habitat de Florange en Lorraine, la forme 2100C à la partie supérieure rentrante non galbée, semble préférée aux autres. La Lorraine à l’instar de l’Alsace voit se développer les formes 2200 B et C et la fréquence des carènes vives est peut-être l’indicateur d’une évolution vers le Hallstatt D3. Par ailleurs, l’ornementation des vases est réduite, uniquement constituée de motifs géométriques incisés. Elle est relativement bien présente en Lorraine alors qu’en Alsace, c’est un genre qui ne semble que très peu prisé et guère avant le Hallstatt D3 (Geispolsheim : structure 45, Holtzheim, Wolfgantzen).

165Pour les formes hautes, on remarque encore une dispersion des vases dans les divers sous-types de la forme 6000 en Lorraine comme en Alsace. Cette dernière région montre, de plus, le premier exemplaire des grands vases à encolure resserrée (forme 9100).

166En Alsace comme en Lorraine, l’ensemble des formes présentées évoquées pour le Hallstatt D2 existe encore au Hallstatt D3, voire à La Tène A. Il est vrai que par rapport à la phase précédente, on constate une nette évolution qui ne permet pas le doute : un nombre très restreint de formes peintes, l’apparition des formes 1200, 2100C, 2200B, 2200C et 9100, formes vraiment « nouvelles ». Mais comment caractériser réellement cette phase par rapport à la suivante ? Seule une approche statistique semble vraiment valable aujourd’hui, en particulier pour les formes 1100 et 2200A encore très présentes, contrairement aux phases suivantes.

167En effet, la datation par la présence ou l’absence de certaines formes, méthode qui fonctionne relativement bien pour les autres phases, semble ici difficile à mettre en place. De « vrais » éléments caractéristiques ou fossiles directeurs du Hallstatt D2 n’apparaissent pas dans les ensembles étudiés. Il faudra donc attendre la mise au jour de nouveaux sites, au mobilier plus conséquent, pour asseoir correctement la typologie de cet horizon.

168Enfin statuer sur les influences extérieures dans l’état actuel de la recherche sur cette courte période n’est guère possible, un bilan mieux fondé pourra se faire pour les phases suivantes, le Hallstatt D3 et La Tène A.

4.5. Le Hallstatt D3 et La Tène A-B (S. Deffressigne, M. Landolt, M. Roth-Zehner)

4.5.1. La documentation

4.5.1.1 État de la documentation

Alsace

169En Alsace, les ensembles céramiques du Hallstatt D3 sont peu nombreux (15 sites) et les corpus exploitables sont très réduits. La recherche concernant cette période en est à ses débuts.

170La période de La Tène A-B, quoique proposant un nombre de gisements bien plus conséquent (62 sites), reste pourtant pauvre en ensembles de référence correctement datés. Certes, une partie du corpus a été explorée par B. Röder lors de ses travaux de thèse (Röder, 1995), entreprise qui met en partie l’accent sur les discordances entre la chronologie des fibules et celle des ensembles céramiques ; en effet, à plusieurs reprises dans la région, des fibules, habituellement datées du Hallstatt D3, se retrouvent dans des ensembles céramiques de La Tène A. Ce phénomène, aujourd’hui reconnu par la recherche, est confirmé par les dernières découvertes. Des travaux récents ont été entrepris par M. Roth-Zehner afin d’affiner les datations liées à la transition entre le Hallstatt D3 et la Tène A, notamment lors de l’étude des mobiliers des habitats de Bischoffsheim, Rosheim et Colmar (Roth-Zehner, 2007 et 2008).

Lorraine

171En Lorraine, alors que revenait en leitmotiv, dans les pages précédentes, le problème de l’indigence des ensembles lorrains, l’extrême fin du Hallstatt et le début de La Tène sont nettement plus fournis en sites et en ensembles céramiques. Depuis le début des années 1990 avec la fouille programmée du site de hauteur « La Cité d’Affrique » de Messein (Lagadec et alii, 1989), le développement des opérations d’archéologie préventive en Meurthe-et-Moselle et les fouilles du futur aéroport régional (Blouet et alii, 1989a, 1989b, 1989c, 1989d), on assiste à une recrudescence de découvertes dont certaines vont venir alimenter la problématique de la chronologie de la fin du Hallstatt et du début de La Tène. Le bilan réalisé en 1996 pour le colloque de l’AFEAF tenu à Colmar-Mittelwihr a fourni les premiers repères, tout en indiquant la difficulté à cerner la culture matérielle de cette période dite de transition (Brénon et alii, 2003). Jusqu’alors en effet, c’est surtout le mobilier métallique qui a retenu l’attention des chercheurs, notamment sur le site de « La Cité d’Affrique » où il est très abondant. Mais cette lacune est comblée dès le début des années 2000 dans le sillage des études de la ZAC de Gondreville/Fontenoy-sur-Moselle (Deffressigne et alii, 2002), ou des bassins de décantation d’Art-sur-Meurthe (Deffressigne et alii, en cours). Dès lors la reprise de lots céramiques de « moindre » importance est devenue possible et vient compléter les premières conclusions, notamment avec l’ensemble de Frouard « Haut de Penotte » (Buzzi, Koenig, 1991).

4.5.1.2 Choix des corpus

Alsace

172Notre étude prend appui sur six ensembles localisés dans la plaine d’Alsace. Le site le plus septentrional est celui de Hatten « Rothsmatt » (Bas-Rhin) (Zehner, 2001). Trois autres sites, pas très éloignés les uns des autres, sont localisés au sud-ouest de Strasbourg : Bischoffsheim « AFUA du Stade » (Lefranc et alii, 2004), Rosheim « Mittelweg-SCI 4 Portes » (Hamm et alii, 2001) et Rosheim « Mittelweg » (Jeunesse et alii, 1993). Ce sont trois ensembles phares qui se suivent chronologiquement et qui permettent de mettre en place une typo-chronologie fine du Hallstatt D3 à La Tène A dans cette micro-région. Enfin les deux derniers sites sont localisés dans le sud de l’Alsace : Ensisheim « Reguisheimerfeld » (Zehner et alii, 2001) et Illfurth « Buergelen » (Roth-Zehner et alii, 2007), deux sites appartenant au Hallstatt D3 et qui permettent de jeter les bases d’une première réflexion sur l’existence de groupes culturels dans l’habitat de la fin du Hallstatt dans le sud de la plaine du Rhin supérieur.

173L’avantage des ensembles choisis pour étayer les hypothèses chronologiques repose en partie sur une bonne conservation du mobilier, souvent en quantité importante, mais également sur la présence de mobiliers métalliques (sauf pour Hatten). Ces derniers ne permettent pas de dater les ensembles céramiques avec précision, mais proposent dans tous les cas une fourchette chronologique qui permet une première classification. Ces objets métalliques, et notamment les fibules, vont se révéler importants dans le cas des sites comme Bischoffsheim et Rosheim qui évoluent dans la même région et sur une courte durée. Ils sont beaucoup moins significatifs pour les autres ensembles.

Lorraine

174En Lorraine la présente étude s’est naturellement tournée vers les ensembles les mieux renseignés et fouillés récemment comme les trois pôles d’habitat de Gondreville, de Fontenoy-sur-Moselle et celui d’Art-sur-Meurthe, complétés par l’ensemble plus modeste de Frouard. Celui de Vigny (Blouet et alii, 1989b) présente l’intérêt d’associer un matériel céramique assez original, bien que très fragmenté, à du mobilier métallique (fibules) relativement abondant. Les corpus de « La Cité d’Affrique » (Tikonoff, Deffressigne-Tikonoff, 2003) et de Gondreville/Fontenoy-sur-Moselle ont en outre permis de travailler sur une période plus longue couvrant le Hallstatt D3 et La Tène A, voire La Tène B. Cette continuité d’occupation a engendré la construction d’une analyse évolutive de la céramique, qui plus est micro-régionale, puisque ces sites font partie du bassin de Nancy. L’introduction d’ensembles plus petits permet de compléter, mais surtout de conforter les premières constatations, et la réflexion s’en trouve donc enrichie et validée.

175Enfin, la stratigraphie de « La Cité d’Affrique » aide à la classification chronologique des formes céramiques et des décors, sans pour autant servir de base à la réflexion typologique. En effet J.-P. Lagadec lui-même signale que la distinction des couches n’est pas toujours évidente (Lagadec et alii, 1989, p. 154). Cette stratigraphie s’appuie en fait sur la localisation du mobilier métallique, mais la répartition des fibules est toutefois cohérente.

4.5.2. Éléments caractéristiques

Alsace (fig. 58, 59 et 60)

176Pour étayer le discours typochronologique alsacien, seules quelques formes seront réellement prises en compte : trois formes principales regroupant les vases essentiellement à pâte fine, deux parmi les formes basses et une parmi les formes hautes. Il s’agit des types 1200 (écuelles à bord rentrant), 2200/2300 (écuelles carénées) et 9000 (bouteilles). Ce choix délibéré n’est pas anodin : il s’agit d’une vaisselle de table et de présentation, modèles de céramique qui sont susceptibles d’évoluer plus rapidement (phénomène de mode) que le corpus des vaisselles de préparation et de stockage (Mayor, 1993). Ces mêmes formes sont celles qui composent le service des céramiques tournées, ce qui les classe définitivement dans la catégorie des vaisselles de présentation.

177Parmi la céramique à pâte grossière, la forme 6200 est celle qui évolue le plus rapidement.

Fig. 58. Céramiques typiques du Hallstatt D3 en Alsace.

Fig. 59. Céramiques typiques du Hallstatt D3/La Tène A en Alsace.

Fig. 60. Céramiques typiques de La Tène A en Alsace.

178Les formes basses et moyennes. L’apparition de la forme 1200 démarre véritablement au cours du Hallstatt D3. Jusqu’au début de cette période, les formes 1100 dominent largement, tendance qui commence à s’inverser dès la fin du Hallstatt. À partir de La Tène A, les formes 1100 deviennent plus rares (Kuhnle et alii, 1998, Lefranc et alii, 2004). Il en est de même pour la forme 2100B qui sera, elle aussi, peu à peu supplantée à La Tène, un phénomène qui semble apparaître légèrement plus tôt en Alsace qu’en Lorraine.

179Parmi les formes 2200/2300, une évolution linéaire s’observe. Les formes carénées présentent un profil en « S » très léger sur les sites de Hatten, Ensisheim et Bischoffsheim qui appartiennent encore à la dernière phase hallstattienne ; ces profils aboutissent ultérieurement à des carènes très marquées et anguleuses comme celles constatées dans les ensembles de Rosheim datés de la Tène A-B. C’est durant cette dernière phase que les formes 2300 se multiplient. Les profils sont équivalents à ceux observés pour la forme 2200 ; pourtant les panses semblent plus longilignes, ce qui nous les fait classer parmi les formes moyennes et non plus basses.

180C’est dans cette série 2200/2300 qu’apparaissent aussi les décors cannelés dès le Hallstatt D3 à Ensisheim et à Illfurth « Buergelen » et « Britzgyberg ». Dans certains cas, les décors se limitent à des incisions profondes qui doivent donner l’impression de cannelures. Ces formes constituent un fossile directeur convaincant pour la phase finale du Hallstatt. Elles ne sont pas tournées et constituent vraisemblablement le pendant des premières formes tournées et cannelées, reconnues sur le site de Breisach « Münsterberg » (Balzer, 2006a). Ce goût prononcé pour les décors cannelés ne fera que se confirmer avec les productions de céramiques tournées du Kaiserstuhl, qui apparaissent au courant de La Tène A-B.

181La grande majorité des formes basses est réalisée en pâte fine, voire semi-fine, mais plus rarement en pâte grossière. Les formes les plus concernées par ce type de pâte sont les 1100, souvent décorées de digitations sur le bord, suivies de quelques formes 1200 (souvent des jattes de grand diamètre dont la moitié inférieure est peignée de façon irrégulière).

182Les formes hautes. Dans le cas de la céramique fine, les formes hautes 9000 n’apparaissent qu’à l’extrême fin du Hallstatt D3 et au début de La Tène A sur le site de Bischoffsheim. On peut considérer qu’elles sont typiques de la culture de La Tène dans notre région. C’est dans la dernière phase de La Tène A, représentée dans ce volume par le site de Rosheim « Mittelweg », que les cols se rétrécissent et parfois s’allongent pour former des bouteilles de petits modules, typiques de cette période (9200) et que l’on retrouve également dans les productions tournées de la céramique du Kaiserstuhl. On notera aussi l’apparition dans cette dernière phase d’une forme apparentée au tonnelet, la forme 6220B, qui annonce incontestablement les productions futures de La Tène C et D.

183La grande majorité des formes hautes à pâte grossière est classée parmi les formes 6200. Les formes évoluent peu, en revanche les décors changent et « se déplacent » sur la panse. Ils se placent le plus souvent sur l’épaule ou la carène haute des vases, carène qui se trouvera de plus en plus marquée du Hallstatt D3 à La Tène A. Ces formes auront tendance dans le temps à se transformer en « bouteilles », que l’on classera plus volontiers parmi les formes 9100, dès la fin de La Tène A. Ces vases présentent également des tailles modestes, voire petites par rapport à leurs homologues antérieurs.

184Parmi les mobiliers céramiques, on note aussi la présence de micro-vases et vases miniatures en pâte grossière, très fréquents pendant la phase du Hallstatt D3. On les retrouve encore à La Tène A, mais de manière moins abondante. À signaler également les cuillers, forme somme toute rare dans la région Alsace (cf. infra).

185Le métal (fig. 61). Le mobilier métallique de Wolfgantzen est attribuable au Hallstatt D2-D3, même si un élément erratique de fibule un peu plus ancienne peut encore être rattaché au Hallstatt D1 (disque d’arrêt de fibule) (Kuhnle et alii, 1998a). Les fibules en alliage cuivreux sont de type S1, P1(w), dP1 et dP4 (Mansfeld, 1973). Les fibules de type S1 apparaissent à l’extrême fin du Hallstatt D1 et leur usage se répand principalement au Hallstatt D2 (Haguenau, « Heuneburg ») (fig. 61, no 1). Les fibules de type P1(w) sont caractéristiques du Hallstatt D2 dans les nécropoles de Haguenau (Koenig et alii, 1993, fig. 5) et à la « Heuneburg » (Sievers et alii, 1984) (fig. 61, no 2). Le double décor de la fibule de type dP1 permet une attribution chronologique au Hallstatt D3 (fig. 61, no 3). Nous reviendrons plus loin sur la datation des fibules de type dP4 (fig. 61, nos 4-5). Un pied à timbale de fibule pourrait appartenir à une autre fibule dP4 ou F4A2 (fig. 61, no 6). Plusieurs scalparium en fer du même type que ceux retrouvés sur les habitats princiers hallstattiens du Hallstatt final viennent compléter ces orientations chronologiques.

186Le site d’Ensisheim a livré une parure annulaire pleine en alliage cuivreux de section elliptique présentant un décor de petites nodosités ou bossette rapprochées. Dans le Jura, ce type de parures est généralement daté du Hallstatt D1 (Piningre et alii, 2004, p. 262) mais le type est encore attesté dans certaines régions au Hallstatt final (Chaume, 2001, p. 134-135).

187Trois fibules à timbale en alliage cuivreux ont été retrouvées à Bischoffsheim : une fibule de type P1 ou dP (fig. 61, no 7), une petite fibule à double timbale de type dP4 (fig. 61, no 8) et un pied à timbale appartenant probablement à une fibule de type F4A2 ou une autre dP4 (fig. 61, no 9) (Mansfeld, 1973). Les fibules de type Mansfeld dP4 apparaissent à la fin du Hallstatt D2, existent au Hallstatt D3 (Feugère, Guillot, 1986, p. 193-194 ; Piningre et alii, 1996, p. 85 ; Chaume, 2001, p. 105-108 ; Piningre, Plouin, 2003, p. 240-241 ; Piningre et alii, 2004, p. 249-250) et perdurent jusqu’au début de La Tène A (Chaume, 2001, p. 108 ; Trachsel, 2004, p. 86-87, fig. 43, no 61). En Alsace, le type est attesté dans la sépulture 3 du tumulus 15 d’Uhlwiller (Bas-Rhin) datée du Hallstatt D3 (Koenig et alii, 1993, p. 189, fig. 9). La fibule de type F4A2, quant à elle, apparaît au Hallstatt D3 et perdure jusqu’au début de La Tène ancienne. Elle joue un rôle important dans l’étude de la transition entre les deux Âges du Fer (Dehn, Stöllner, 1996 ; Chaume, 2001 ; Milcent, 2004 ; Trachsel, 2004 ; Dubreucq, 2007). Même si les fibules à timbale de transition se caractériseraient plutôt par un raccourcissement du ressort, quelques ensembles funéraires démontrent la persistance de fibules à timbale sur le pied et long ressort de type hallstattien pendant La Tène A (Chaume, 2001, p. 115-116). Dans le sud-ouest de l’Allemagne, ce type de fibule existe de la fin du Hallstatt D3 (Ha D3 spät) au milieu de La Tène A (LTA mitte) avec de longs ressorts (Trachsel, 2004, p. 82-83, fig. 42 et p. 86-87, fig. 43). On notera aussi la présence de deux fragments d’épingles en alliage cuivreux. Une seule, à petite tête hémisphérique, se rencontre fréquemment à la fin de la séquence de la « Heuneburg » (Hallstatt D3 : Sievers et alii, 1984). Les fibules de Bischoffsheim permettent une datation à la fin du Hallstatt D3.

Fig. 61. Mobilier métallique caractéristique du Hallstatt D3 à La Tène A en Alsace, dans le corpus étudié. 1-6. Fibules provenant de Wolfgantzen « Niederfeld » (Haut-Rhin) (dessins : T. Logel) ; 7-9. Bischoffsheim « AFUA du Stade » (Bas-Rhin) (dessins : M. Roth-Zehner) ; 10-11. llfurth « Buergelen » (Haut-Rhin) (dessins : V. Rougier). 12-14. Rosheim « SCI 4 Portes » (Bas-Rhin) ; 15. Rosheim « Mittelweg » (Bas-Rhin) (dessin : D. Sellet).

188Trois fibules en alliage cuivreux attribuables au Hallstatt D3 sont issues du site d’Illfurth « Buergelen ». Deux exemplaires identiques appartenant au type B1 possèdent une ornementation très originale utilisant du corail (Mansfeld, 1973 ; Roth-Zehner et alii, 2007, p. 37) (fig. 61, no 10). On ne note pas de parallèle probant mais la présence de bouclettes au niveau du ressort va dans le sens d’une attribution au Hallstatt final. La fibule de type dP2B1 à ressort rajouté (non conservé) peut être datée du Hallstatt D3 par comparaison avec les exemplaires retrouvés dans le Bade-Wurtemberg notamment à la « Heuneburg » (Mansfeld, 1973 ; Sievers et alii, 1984 ; Roth-Zehner et alii, 2007, p. 37-38) (fig. 61, no 11).

189Une fibule en alliage cuivreux de type P4 (Mansfeld, 1973), aussi appelée fibule de type « Weidach » (fig. 61, no 12), est issue du site de Rosheim « Mittelweg-SCI 4 Portes » (Chaume, 2001, p. 116-120). La timbale est fixée au pied et recouvre complètement l’arc. Quelques exemplaires de fibule de ce type sont à signaler en Basse Alsace à Haguenau (Schaeffer, 1930, p. 255, fig. 180), Nordhouse « Buerckelmatt » (Plouin, 1996, p. 153-154) et Weitbruch (Müller, 1989, pl. 27, SHR 1, nos 2-3). La datation des fibules de ce type recouvre le Hallstatt D3 et le début de La Tène ancienne (Plouin, 1996, p. 154 ; Chaume, 2001, p. 120). En effet, le type existe au sud de l’Allemagne jusqu’à la phase La Tène A moyenne (LT A Mitte) (Trachsel, 2004, p. 86-87, fig. 43, nos 69, 74, 8-85 et 96). Une fibule en alliage cuivreux de type dZ3 (Mansfeld, 1973) et un pied appartenant à une fibule du même type sont issus du même site (fig. 61, nos 13-14). Ce type de fibule, bien représenté dans les nécropoles de Haguenau, Nordhouse (Bas-Rhin) et Sainte-Croix-en-Plaine (Haut-Rhin), est daté du Hallstatt D3 (Koenig et alii, 1993, p. 185-187 : phase 6 ; Chaume, 2001, p. 120-122). Les fibules de Rosheim « Mittelweg-SCI 4 Portes » permettent une attribution chronologique du site à la transition Hallstatt D3/La Tène A.

190La fibule en alliage cuivreux de Rosheim « Mittelweg » appartient au type F4A2 (Mansfeld, 1973 ; Jeunesse et alii, 1993, p. 112, pl. 9, no 3) (fig. 61, no 15). On notera que la timbale du pied est de forme conique et que le ressort est long (2 x 8 spires). Dans le centre de la France, les fibules de type F4A2 sont bien attestées dans des ensembles de La Tène A ancienne avec des ressorts généralement courts (Milcent, 2004, p. 223-225). Nous avons déjà évoqué plus haut le fait que ce type de fibule avec large ressort existait dans le sud-ouest de l’Allemagne jusqu’au milieu de La Tène A (LTA Mitte : Trachsel, 2004). La présence de céramique tournée cannelée du Kaiserstuhl permet de dater la fibule de Rosheim « Mittelweg » de La Tène A.

Lorraine (fig. 62 et 63)

191En Lorraine, les corpus sont majoritairement constitués d’une céramique grossière dont les caractéristiques sont pratiquement analogues, qu’il s’agisse des formes basses ou des formes hautes. La céramique fine semble plus discrète, mais elle souffre surtout d’un manque de soin dans sa finition et dans l’application des décors. Comme pour l’Alsace, ce sont essentiellement les mêmes formes qui marquent l’évolution typo-chronologique (types 1200, 2200/2300 et 9000).

192La céramique fine, on l’a souligné, est généralement peu abondante et sa qualité laisse surtout à désirer. On est très loin de la finesse d’exécution qui caractérise le Hallstatt C, voire encore le Hallstatt D1. L’échantillon de types des formes basses pour la céramique fine non tournée se réduit entre la fin du Hallstatt et la période du début de La Tène.

Fig. 62. Céramiques typiques du Hallstatt D3 en Lorraine.

Fig. 63. Céramiques typiques de La Tène A-B en Lorraine.

193Les formes basses. Pour le Hallstatt D3, la céramique est marquée par des formes basses simples comme les types 1100A et 1100B, parfois décorées de motifs géométriques incisés et incrustés d’une pâte blanche. On trouve également les véritables prototypes des formes à bord rentrant (forme 1200) en nombre déjà conséquent. Cette forme se généralise par la suite et dominera les corpus dès le début de La Tène.

194Quelques vases très globulaires encore attribuables au type 2100 restent marginaux au sein des ensembles hallstattiens, pour devenir anecdotiques à La Tène. Ainsi au Hallstatt D3 se rencontrent encore les formes 2100C (sans bord) et 2200A (avec petit bord), mais elles sont différentes de celles des périodes précédentes. Elles sont décorées pour certaines d’aplats de peinture rouge et de cannelures.

195Les formes 2200B et 2200C sont les deux catégories les mieux renseignées pour le Hallstatt D3. Petit bord court légèrement éversé pour l’une et grande encolure à peine concave ou droite pour l’autre, leur carène est douce et arrondie dans l’ensemble. La peinture rouge, les cannelures et les décors géométriques incisés sont les thèmes décoratifs déployés. Bien que les vases se répartissent entre diverses classes morphologiques, on enregistre une franche homogénéité entre les exemplaires des types 2100C, 2200A et 2200C. Les critères morphologiques qui les séparent sont peu marqués, tout au plus une concavité légèrement plus prononcée ou un bord faiblement éversé les distinguent.

196À La Tène, les formes 2200A et B n’existent plus, c’est définitivement le type 2200C qui prend le relais. L’ornementation est alors pratiquement absente des corpus de céramique fine. Il ne faut toutefois pas oublier qu’à cette époque, sur le site de hauteur de Messein, il existe un ensemble de vaisselle tournée cannelée qui vient en complément (voir chapître 3.3). Enfin pour finir, on notera la présence de profonds récipients à profil sinueux (forme 2300).

197Les vases en céramique grossière, quant à eux, occupent abondamment au Hallstatt D3 les types 1100A et B et 1200 ; la forme 2100 l’est dans une moindre mesure. Aucune n’est décorée. La variabilité des tailles est très importante et les très grands vases sont fréquents. En revanche à La Tène A, la céramique grossière s’enrichit de nouvelles formes (formes 1100C, 2200A, B, C) et la taille de certains vases est toujours très grande. On note que quelques-uns sont partiellement recouverts d’un crépissage et que le décor de digitations sur le haut de la panse et sur la lèvre est courant.

198Les formes hautes. Pour toute la période de la fin du Hallstatt, comme pour le début de La Tène, les formes hautes ont un profil dans l’ensemble très peu galbé et la distribution des formes hautes entre la céramique fine et grossière est très déséquilibrée.

199En règle générale, les formes hautes en céramique fine sont très peu significatives ; elles sont très faiblement représentées et ne montrent pas un grand soin ni dans leur conception, ni dans leur finition. Elles se réduisent à quelques exemplaires pour le type 6100 (6120B au Hallstatt D3). La forme 9100 à encolure franche et resserrée semble faire une apparition dès la fin du Hallstatt pour des récipients de petite taille, mais elle connaît un remarquable développement au début de La Tène. Elle peut être alors décorée de digitations tapissantes ou d’ocelles en lignes verticales et horizontales. On peut considérer que cette forme marque le passage à cette période.

200Les formes hautes en céramique grossière sont nettement plus abondantes. Les types 6100 et 6200 sont peu galbés, mais néanmoins dotés d’une carène plus prononcée ; le bord comme la lèvre restent encore dans un même prolongement. Au Hallstatt D3 comme au début de La Tène, elles renseignent essentiellement les catégories 6110 et 6120 sans encolure. Quelques exemplaires sont toutefois dotés d’un bord éversé (forme 6210) dès la fin du Hallstatt, mais il est discret et relativement peu marqué dans l’ensemble. Au début de La Tène les vases à encolure sont plus nombreux et le col reste relativement peu marqué ; seul le bord s’évase (forme 6220). On note aussi que certains récipients sont à la charnière typologique entre les formes avec et sans encolure. Cette ambiguïté est assez caractéristique de cette période chronologique. L’ornementation des vases en céramique grossière est pour l’essentiel faite de lignes de digitations sur le haut de la panse et sur la lèvre ; elle paraît moins fréquente au début de La Tène.

201Les vases de grande taille, à encolure resserrée (forme 9100), ne semblent exister qu’au début de La Tène. Ils sont très fragmentaires et peuvent être agrémentés d’une ligne de digitations.

202On remarque l’existence d’entonnoirs et de quatre petits pieds creux.

203Le métal (fig. 64-65). Sur les habitats de Gondreville et de Fontenoy-sur-Moselle, le mobilier céramique est associé à deux fibules en alliage cuivreux de type F4A2 (Mansfeld, 1973) (fig. 64, nos 8-9), une troisième fragmentaire pouvant elle aussi appartenir au même type (fig. 64, no 10), et à deux ressorts de fibules en fer à fausse corde à bouclettes (fig. 64, nos 11-12). Nous ne reviendrons pas sur la datation de la fibule de type F4A2 qui a été présentée plus haut. La petite parure métallique donne un horizon chronologique situé entre le Hallstatt D3 et La Tène A (Deffressigne et alii, 2002, p. 143-144). On signalera aussi la présence d’une perle en verre bleu présentant un décor de zigzags blancs à la datation similaire (Kaenel, 1990).

Fig. 64. Mobilier métallique caractéristique du Hallstatt D3/La Tène A en Lorraine, dans le corpus étudié. 1-7. Fibules provenant de Vigny, st. 4199 (Moselle) (dessins : M.-N. Baudrand) ; 8-12. Gondreville/Fontenoy-sur-Moselle, st. 2013, st. 4459, st. 2011 et st. 4223 (Meurthe-et-Moselle) (dessins : Ch. Faye).

204Sur le site de hauteur fortifié de Messein « La Cité d’Affrique », le mobilier métallique est très abondant et l’on recense au moins 66 fibules (NMI) (5 F3, 14 F4A2, 11 F4G2, 3 dP4, 3 dZ3 d’après la typologie de G. Mansfeld et 14 fibules filiformes laténiennes), auxquelles s’ajoutent 33 épingles en alliage cuivreux, des aiguilles, cinq pendeloques type passe-lacets, deux boucles d’oreille en forme de barquette profilée en alliage cuivreux, une bague coudée et une bague serpentiforme en alliage cuivreux, sans compter des anneaux, des bracelets et quelques fragments de torques en alliage cuivreux, agrafes et crochets de ceinture (Lagadec et alii, 1989, 1991, 1993 et 1999) (fig. 65). On note aussi un cabochon de fibule en or, du même type que celui découvert dans la tombe princière de Vix (Côte-d’Or) (Piningre, Plouin, 2003, p. 244-246). Les trousses de toilette en fer prennent une part intéressante au corpus. Des objets importés comme une pointe de flèche de type gréco-oriental, un pendant en forme de panier (type B/C : De Marinis, 1981), complètent cet ensemble. La parure métallique indique une datation comprise entre le Hallstatt D3 et La Tène B (Lagadec et alii, 1989 et 1999) révisée plus récemment à La Tène A (Milcent, 2003 ; Dubreucq, 2007).

Fig. 65. Mobilier métallique caractéristique du Hallstatt D3/La Tène A en Lorraine, provenant de Messein « La Cité d’Affrique » (Meurthe-et-Moselle) (dessins : A. Janot, d’après Lagadec et alii, 1989). 1-8. Fibules ; 9. bague serpentiforme ; 10. boucle d’oreille en barquette ; 11-12. pendeloques/passe-lacets ; 13-14. accessoires de toilette.

205À Vigny, neuf fibules ou fragments de fibules ont été découverts en relation avec la céramique dans la structure 4199 (Blouet et alii, 1989b). La fibule en alliage cuivreux de type F1B1 (fig. 64, no 4) peut être associée au Hallstatt D2-D3 notamment à Bourguignon-lès-Morey (70) (Mansfeld, 1973 ; Chaume, 2001, p. 109-110 ; Dubreucq, 2007, p. 134). On note la présence d’une fibule malheureusement trop fragmentée pour pouvoir être classée avec certitude ; la timbale incomplète peut en effet appartenir aussi bien à une fibule de type « Weidach » qu’à un modèle à double timbale de type dP (fig. 64, no 6). Une fibule en fer à ressort bilatéral court, arc de section aplatie et bouton conique sur le pied appartient au type « Golfe du Lion » ou Tendille 3c (fig. 64, no 1) (Tendille, 1978, p. 80-83 ; Feugère et alii, 1994, p. 239-241 ; Chaume, 2001, p. 110) qui couvre un vaste domaine géographique de la Provence à la Catalogne dans des contextes datés du vie au ve siècle avant J.-C. Le type est attesté dans la vallée du Rhône, le centre et l’est de la France. Une fibule en fer probablement de type F4A2 (fig. 64, no 3) pourrait être datée du Hallstatt D3 ou du début de La Tène (Mansfeld, 1973 ; voir plus haut). Deux fibules en alliage cuivreux se rattachent au type F4G2 (fig. 64, nos 2 et 7). L’une d’entre elles possède une palette rectangulaire et l’autre une palette tréflée. Ces fibules sont répandues dans le grand quart nord-est de la France au Hallstatt D3 et à La Tène A (Mansfeld, 1973 ; Deffressigne et alii, 2002, p. 144). Enfin, une fibule en alliage cuivreux incomplète (pied manquant) (fig. 64, no 5) pourrait appartenir à un type F (Mansfeld, 1973). L’ensemble des fibules de Vigny se rattache au Hallstatt D3 même si une datation au début de La Tène A ne peut pas être écartée.

206Enfin on peut signaler ici et là du mobilier métallique comme à Frouard, site qui a livré un bracelet fermé en alliage cuivreux massif et un pied de fibule orné d’un bouton sphérique coiffé d’un petit cône appartenant certainement au type S (serpentiforme ou à disque d’arrêt) attribué essentiellement à la fin du Hallstatt D1 et au Hallstatt D2, bien qu’on le trouve encore dans des contextes Hallstatt D2-D3 à Bourguignon-lès-Morey (Haut-Saône) (Dubreucq, 2007, p. 128).

207Le mobilier des tombes, dans l’ensemble, est fort abondant surtout dès les débuts de La Tène (Deffressigne, Koenig, 2004), mais les céramiques y sont totalement absentes, ce qui ne permet pas de créer le lien entre ces deux types d’objets.

4.5.3. Particularismes régionaux

208Au Hallstatt D3, la souplesse des formes céramiques lorraines, dans leur ensemble, tranche nettement avec les corpus de l’Hunsrück-Eifel et de la Champagne (Aisne-Marne), qui montrent des vases aux carènes vives hautes ou surbaissées et le développement des vases dits situliformes (Demoule, 1999, p. 144 ; Haffner, 1976). Il en est de même dès le tout début de La Tène, où le phénomène des carènes vives et débordantes s’amplifie, alors que se développent à leurs côtés, pour la Champagne, de petits vases ovoïdes à pied. À la fin du Hallstatt, la céramique peinte polychrome est un élément marquant du territoire dit vixien, en Bourgogne. Cette dernière région livre, par ailleurs, dans son ensemble, des corpus de vases aux profils plus sinueux, parfois montés au tour comme à Chassey-le-Camp ou à Bragny-sur-Saône (Saône-et-Loire) (Bardel, 2006 ; Collet, Flouest, 1997, p. 168). Le site de Vix (Côte-d’Or) (Durand, 1998/2002, p. 43-44) partage avec la Lorraine la présence notoire de formes ouvertes à bord rentrant en céramique fine (type 1200), de même que les formes 2200b et 2200C à profil faiblement sinueux ou à haut col concave. Toutefois, ces dernières semblent attestées plus tôt en Bourgogne (Hallstatt D3), alors qu’elles ne se précisent qu’aux débuts de La Tène en Lorraine. En revanche, les formes cylindriques sont exclues des ensembles lorrains et les vases hauts en céramique grossière type 5100 à cordons digités n’ont rien de commun avec les formes 6100 et 6200, qui semblent ici les plus usitées. Quant aux ornementations, si la Bourgogne, comme la Lorraine, montre des motifs géométriques complexes, sous la forme de bandeaux ou bien des décors tapissants, les techniques pour les mettre en œuvre sont différentes : l’incision au lieu de la peinture polychrome, les impressions ou pincements aux doigts, au lieu de picots en relief. Enfin le décor de cannelures sur les formes 2100C ou 2200C paraît disparaître des corpus bourguignons au Hallstatt D3 pour la céramique modelée (Bardel, 2006, p. 451-452), alors que sa présence en Lorraine (Gondreville, Messein, Frouard) semble se perpétuer au Hallstatt D3, mais très ponctuellement.

209La céramique tournée semble diffusée dans la plupart des sites fortifiés de hauteur de l’ensemble du Westhallstattkreis dès le Hallstatt D3 puis au début de La Tène, mais aussi parfois dans certains habitats de plaine. Cette communauté de production a été mise en évidence par I. Balzer (Balzer, 2006a et 2006b).

210Pour l’essentiel les corpus de vases alsaciens et lorrains sont constitués des mêmes types de formes aussi bien pour la céramique fine et grossière, que pour les formes basses et hautes. Le développement, voire l’hégémonie, des formes basses à bord rentrant (1200) comme celui des vases hauts à encolure (forme 9100) semble synchrone.

211Le passage à La Tène se caractérise également par la domination des vases à profil caréné surmonté d’une encolure concave (forme 2200C) et donc par l’abandon progressif des formes 2100 au Hallstatt D3, puis des formes 2200B. Par ailleurs les vases bas 2100C semblent manquer aux ensembles alsaciens, mais le déficit en habitats de la période est peut-être aussi à l’origine de cette disparité. La présence des céramiques du type 2300, versions profondes des vases décrits précédemment, est notable dans les deux régions, même si leur progression en Lorraine est moins bien saisie qu’en Alsace.

212Pour les formes hautes, le passage du Hallstatt D3 à La Tène A se marque par l’accentuation du profil (bord éversé…) et donc par un glissement du type 6100 au type 6200 pour les deux régions ; seules les ornementations montrent quelques légères disparités. La forme 9100 est typique des débuts de La Tène. Les exemplaires de grande taille semblent apparaître plus tardivement en Lorraine et sont alors d’une qualité médiocre. Les exemplaires de petite taille sont communs aux deux régions, mais décorés en Lorraine (impressions tapissantes). L’Alsace est de beaucoup plus prolifique en nombre d’exemplaires que la Lorraine, où le type 9200, d’ailleurs, n’existe pas.

213L’Alsace semble touchée plus précocement (Hallstatt D3) que la Lorraine (Hallstatt D3/La Tène A) par le montage au tour des vases en céramique fine. En outre, il paraît se développer largement en dehors des sites de hauteur à La Tène A en Alsace, à la différence de la Lorraine, dont les exemplaires proviennent pour l’essentiel de sites de hauteur : « La Cité d’Affrique » à Messein, Saxon-Sion (Tikonoff, en cours) ou encore la Vallée de la Seille (fouilles J.-B. Keune, Musée de Metz) à proximité du site de hauteur de Tincry (Moselle) (Olivier, Triboulot, 2002). On note également qu’en contrebas de « La Cité d’Affrique » on recense un tesson tourné sur un petit habitat à Méréville (Meurthe-et-Moselle) (Dreidemy, 1989).

214On note encore une certaine divergence dans le domaine des décors entre les deux régions, notamment la présence d’aplats de peinture rouge, de cannelures et de motifs géométriques incisés en bandeaux en Lorraine ou encore d’ocelles, alors que l’Alsace ne présente que peu d’éléments décorés. Quoiqu’il en soit, le passage à La Tène dans les deux régions se fait par le quasi-abandon de l’ornementation sur les vases, en dehors de la céramique tournée.

4.5.4. Influences extérieures et faciès micro-régionaux

Alsace

215Les évolutions de ces principales formes du Hallstatt D3 et de La Tène A sont, de prime abord, homogènes sur l’ensemble de la plaine d’Alsace. Pourtant, les comparaisons entre les ensembles de l’extrême sud de l’Alsace, autour du « Britzgyberg », et les ensembles plus septentrionaux restent relativement limitées. On constate d’emblée la présence de certains types particuliers dans le sud de l’Alsace, qui sont pour l’instant inexistants dans sa partie septentrionale. Le meilleur exemple est celui des écuelles carénées modelées à décor cannelé, classées parmi les formes 2200. Ces dernières ne semblent se développer qu’autour du « Britzgyberg » jusque dans la région d’Ensisheim. Elles n’existent déjà plus à Wolfgantzen, pourtant également daté du Hallstatt D3, et sont absentes des ensembles de Breisach « Münsterberg ». Les sites d’Ensisheim et d’Illfurth « Buergelen » et « Britzgyberg » trouvent de nombreux parallèles et appartiennent certainement à un même « groupe culturel ». À ce dernier peut être rattaché Merxheim qui offre des assemblages identiques.

216Il est important de souligner cette présence probable de groupes culturels distincts dans la plaine d’Alsace, pendant la fin du Hallstatt et probablement aussi pendant les phases antérieures. Les phénomènes de présence/absence de certains types sur des sites parfois éloignés ne peuvent donc plus être exclusivement traités comme des questions d’ordre chronologique. Dorénavant, ces signes devraient aussi être compris comme un particularisme dû aux différents groupes culturels.

217Pour le Hallstatt D3, les influences extérieures sont aujourd’hui encore difficiles à saisir car les sites d’habitat de cette période sont encore trop rares ou trop pauvres en mobiliers. A contrario, un site comme Breisach « Münsterberg » livre d’importants vestiges et pistes de recherches (Balzer, 2006a). Malheureusement, la quantité et la qualité des mobiliers ne se retrouvent généralement pas (sauf exception à Wolfgantzen) sur les petits sites d’habitat de plaine et les comparaisons restent ainsi limitées.

218L’étude des mobiliers du site de Breisach, et notamment l’étude sur la céramique tournée du Hallstatt D3 et de La Tène A, montre la présence de trois phases typologiques distinctes. Ces dernières sont aujourd’hui difficilement transposables dans la plaine d’Alsace ; cela est probablement dû à nos ensembles, bien trop petits. Malgré tout, nous sommes surpris qu’il n’y ait pas plus de concordances et notamment sur les questions de céramique tournée, entre les ensembles d’Illfurth et de Breisach, pourtant deux sites a priori de même nature. Le corpus de céramique tournée est quasiment inexistant à Illfurth autant pour la période du Hallstatt D3 que pour le début de la période de La Tène A (Roth-Zehner et alii, 2007). Cela évoque une fois de plus l’idée de deux zones culturellement différentes, qui n’ont peut-être que peu de contacts entre elles.

219Ce n’est qu’au milieu de La Tène A que la céramique tournée se diffuse et apparaît, parfois massivement (Geispolsheim « Schwobenfeld » : Landolt et alii, 2007 et 2008), même dans de petits habitats de plaine (Rosheim, Pfulgriesheim, Souffelweyersheim : Lefranc et alii, 2008). Une partie de ces productions provient de la région du Kaiserstuhl (Röder, 1995) mais d’autres lieux de production sont possibles dans la plaine d’Alsace d’après les dernières recherches sur le sujet (Balzer, 2006b). L’apparition importante de ces productions déjà très standardisées montre une « ouverture » de la plaine d’Alsace vers le sud du Bade et une phase culturelle homogène sur l’ensemble de ce secteur géographique, zone culturelle qui ne fera que se confirmer pendant tout le second Âge du Fer (Zehner, 2002a-2002b ; Roth-Zehner, 2003).

Lorraine

220Définir les influences de telle ou telle région pour cette période du Hallstatt D3 à La Tène A, sur la Lorraine, demande une parfaite maîtrise des corpus extra-régionaux dans la mesure où ceux-ci sont publiés, ce qui est loin d’être le cas. Quelques traits communs ont été évoqués en préambule à la partie précédente et l’on a pu tirer d’ores et déjà quelques réflexions relativement significatives soulignant une proximité accrue des corpus lorrains avec la Bourgogne plus qu’avec la Champagne ou bien l’Hunsrück-Eifel. On parlera plutôt d’un fonds commun même si dans le détail (polychromie… cf. supra) les choses sont différentes. Ici et là quelques formes lorraines évoquent des productions champenoises comme le fragment de vase surbaissé de Frouard ou le vase peint de motifs rouges avec croisillons incisés de Méréville (Dreidemy, 1989). Mais ces éléments restent extrêmement ponctuels, presque anecdotiques. Ils ne correspondent pas à de réelles influences, mais plutôt à l’empreinte de contacts commerciaux ou autres.

221La forme des nécropoles à cette période est en outre significative. On constate une réelle continuité dans l’occupation des tumulus, fondés pour certains dès les phases très anciennes de la Protohistoire et occupés depuis lors notamment en Meurthe-et-Moselle dans les nécropoles de Liverdun « La Garenne » (Beaupré, 1907), Villey-Saint-Étienne « Bois Communal de Toul » (Beaupré, 1903 ; Liéger, 1976, p. 358 ; Deffressigne, Koenig, 2004), ou Tomblaine « Le Pré Chenu » (Tikonoff, 2001). Certains groupes funéraires semblent se composer de « tombes plates » à inhumations (Gondreville « La Croix-Sainte-Anne » et Villey-Saint-Étienne « Carrière Solvay » : Barthélémy, 1889). Ces découvertes étant anciennes, puisqu’elles remontent à des fouilles conduites pour la plupart au xixe siècle, elles ne paraissent guère propices à fonder des hypothèses solides, qui mettent en lumière une quelconque influence champenoise. On note néanmoins une rupture nette entre les ensembles céramiques situés en Meuse, dont les corpus sont éminemment à rattacher au complexe champenois, avec ses carènes vives et débordantes, comme à Bure (Robert et alii, 2005) ou à Trémont-sur-Saulx « La Garenne » (Krzyzanowski, Lepage, 1993), et ceux du sillon mosellan présentés ici. À l’évidence, les deux sites meusiens sont, culturellement parlant, sous zone d’influence champenoise.

222Le nord de la région livre un tout autre faciès funéraire, au début de La Tène, puisque c’est la crémation qui est de règle, probable conséquence de la proximité des Ardennes (« faciès mosan »). Cette influence, toutefois, reste difficile à matérialiser, aucun ensemble céramique d’habitat n’ayant réellement vu le jour dans le secteur.

223Aux phases finales du Hallstatt, le sillon mosellan et la vallée de la Seille s’illustrent par la présence de décors en bandeaux composés de motifs géométriques incisés ; ces derniers semblent en outre plus abondants dans la partie sud de la Lorraine (dans le bassin de Nancy), jusqu’à la confluence entre la Seille et la Moselle. Un même constat s’opère pour les décors de cupules associées à des triangles emboîtés encore mal datés (Hallstatt D2-D3). Ces particularismes demandent toutefois à être confirmés par d’autres découvertes, pour que l’on puisse engager un véritable discours sur le sujet des entités micro-régionales lorraines.

Table des illustrations

Légende Fig. 48. Céramiques typiques du Bronze final IIIb en Alsace.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9000/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Fig. 49. Mobilier métallique caractéristique du Bronze final IIIb en Alsace, dans le corpus étudié. 1-4. Épingles de Reichstett-Mundolsheim-Souffelweyersheim (Bas-Rhin) (dessins : T. Logel) ; 5. rasoir de Leutenheim « Hexenberg » (Bas-Rhin) (dessin : A.-M. Adam).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9000/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Fig. 50. Céramiques typiques du Bronze final IIIb en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9000/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Fig. 51. Céramiques typiques du Hallstatt C en Alsace.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9000/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende Fig. 52. Céramiques typiques du Hallstatt C en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9000/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Légende Fig. 53. Céramiques typiques du Hallstatt D1 en Alsace.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9000/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 54. Mobilier métallique caractéristique du Hallstatt D1-D2 en Alsace, dans le corpus étudié. 1-2. Fibules provenant d’Illfurth « Buergelen » (Haut-Rhin) (dessins : V. Rougier) ; 3-9. épingles et accessoires de toilette provenant de Brumath « Lotissement Édouard Manet » (Bas-Rhin) (dessins : M.-A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9000/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Fig. 55. Céramiques typiques du Hallstatt D1 en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9000/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Fig. 56. Céramiques typiques du Hallstatt D2 en Alsace.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9000/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 57. Céramiques typiques du Hallstatt D2 en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9000/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Fig. 58. Céramiques typiques du Hallstatt D3 en Alsace.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9000/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Fig. 59. Céramiques typiques du Hallstatt D3/La Tène A en Alsace.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9000/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 60. Céramiques typiques de La Tène A en Alsace.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9000/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende Fig. 61. Mobilier métallique caractéristique du Hallstatt D3 à La Tène A en Alsace, dans le corpus étudié. 1-6. Fibules provenant de Wolfgantzen « Niederfeld » (Haut-Rhin) (dessins : T. Logel) ; 7-9. Bischoffsheim « AFUA du Stade » (Bas-Rhin) (dessins : M. Roth-Zehner) ; 10-11. llfurth « Buergelen » (Haut-Rhin) (dessins : V. Rougier). 12-14. Rosheim « SCI 4 Portes » (Bas-Rhin) ; 15. Rosheim « Mittelweg » (Bas-Rhin) (dessin : D. Sellet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9000/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Légende Fig. 62. Céramiques typiques du Hallstatt D3 en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9000/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Fig. 63. Céramiques typiques de La Tène A-B en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9000/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende Fig. 64. Mobilier métallique caractéristique du Hallstatt D3/La Tène A en Lorraine, dans le corpus étudié. 1-7. Fibules provenant de Vigny, st. 4199 (Moselle) (dessins : M.-N. Baudrand) ; 8-12. Gondreville/Fontenoy-sur-Moselle, st. 2013, st. 4459, st. 2011 et st. 4223 (Meurthe-et-Moselle) (dessins : Ch. Faye).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9000/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende Fig. 65. Mobilier métallique caractéristique du Hallstatt D3/La Tène A en Lorraine, provenant de Messein « La Cité d’Affrique » (Meurthe-et-Moselle) (dessins : A. Janot, d’après Lagadec et alii, 1989). 1-8. Fibules ; 9. bague serpentiforme ; 10. boucle d’oreille en barquette ; 11-12. pendeloques/passe-lacets ; 13-14. accessoires de toilette.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9000/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 279k

Auteurs

© ARTEHIS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search