Version classiqueVersion mobile

La céramique d’habitat du Bronze final IIIb à La Tène A en Alsace et en Lorraine : essai de typo-chronologie

 | 
Anne-Marie Adam
, 
Sylvie Deffressigne
, 
Marie-Pierre Koenig
, 
et al.

3. Les formes et les décors

Sylvie Deffressigne, Marie-Pierre Koenig, Michaël Landolt, Muriel Roth-Zehner, Ines Balzer, Aurore Boyer et Suzanne Plouin

Texte intégral

3.1. Les formes basses (S. Deffressigne, M.-P. Koenig)

Les formes basses à corps simple

Type 1100A (fig. 5)

1Cette forme basse présente un profil hémisphérique ou en calotte. Le bord, dans le prolongement de la panse, n’est pas individualisé ; la lèvre est le plus souvent arrondie ; le diamètre maximal se situe toujours au niveau de l’ouverture. Hormis les exemplaires munis d’une anse communément appelées « tasses », toutes les autres formes 1100A sont dénommées « jattes » en Lorraine, « jattes » ou « coupes » en Alsace. Les spécimens pourvus d’encoches sont appelés « jattes à encoches ».

2Cette forme est extrêmement fréquente sur la quasi-totalité des gisements anciens, en Alsace comme en Lorraine (sauf à Morsbach où les formes basses sont quasi inexistantes). Dans les structures de Rosières-aux-Salines comme dans le niveau de sol 4199 de Vigny par exemple, ce type est majoritaire. C’est le cas également sur le site d’Illfurth « Brizgyberg ». Même si la forme 1100A n’est pas la plus fréquemment rencontrée parmi le mobilier funéraire, elle est présente dans diverses tombes du Hallstatt C en Alsace, où elle peut être employée comme couvercle d’urne cinéraire (Oberentzen, Haut-Rhin) (Walter, 1910, fig. 143) ; Ensisheim (Haut-Rhin) (De Ring, 1858, p. 245, pl. IV, no 15) ; Haguenau (Bas-Rhin) (Koenigsbruck 14/XXII : Schaeffer, 1930, fig. 39, a et b). On en rencontre également des exemplaires dans le Wurtemberg (Zürn, 1987) ou la Hesse (Schumacher, 1972, pl. 9 et 15) par exemple.

3En Alsace, les exemplaires de petite taille à paroi fine dites « coupelles », portant le plus souvent un aplat de graphite au moins sur sa face externe, sont présentes dans les phases les plus récentes du Bronze final IIIb à Leutenheim notamment. Plus tard, cette forme, parfois graphitée, le plus souvent en plusieurs exemplaires, fera partie du viatique funéraire des tombes hallstattiennes, aussi bien dans des crémations à Ungersheim (Haut-Rhin) (Châtelet et alii, 2006 : sépulture 4003) ou à Sainte-Croix-en-Plaine (Haut-Rhin) (Kuhnle et alii, 1999, pl. 52), que dans des inhumations comme à Sainte-Croix-en-Plaine (Blaizot, Georjon, 2005, fig. 6, nos 4-5), à Obenheim (Bas-Rhin) (Lasserre, Mombert, 1993, fig. 4, nos 11-12) et à Colmar-Riedwhir (Haut-Rhin) (Bonnet et alii, 1991, fig. 22, no 1).

4Pour les périodes très récentes du Hallstatt, cette prédominance est moins flagrante en Lorraine, mais la forme persiste malgré tout à Gondreville (« ZAC de la Roseraie », site 4), à Art-sur-Meurthe (« L’Embanie », site 2), bien qu’elle soit concurrencée ici en nombre par d’autres formes. Ainsi à Messein « La Cité d’Affrique » comme à Holtzheim et à Wolfgantzen, elle régresse au profit de la forme 1200. Peut-être faut-il envisager que la longévité d’occupation du site de Messein, daté entre autres par les fibules depuis la fin du Hallstatt jusqu’à La Tène B1, favorise la présence de cette forme concurrente 1200.

5On constate donc que la quantité de cette forme 1100A est décroissante au fil du premier Âge du Fer, mais le degré de précision de ce critère est encore sujet à caution. Pour quantifier le tout de manière plus fiable, il faudrait des corpus nettement plus abondants et surtout plus nombreux pour toutes les périodes.

6À titre d’information, pour les phases anciennes, la forme 1100A représente entre 40 et 50 % des ensembles. On en compte encore plus de 30 % pour le Hallstatt D2 (Geispolsheim), et plus de 20 % pour le Hallstatt D3 (Holtzheim). Leur représentativité est plus variable pour la période intermédiaire du Hallstatt D1 (Riedisheim, Brumath-1, Illfurth « Britzgyberg »).

7Pour la période de La Tène, cette forme ne représente plus qu’une minorité avec parfois 15 % seulement (Rosheim « Mittelweg » et « Mittelweg-SCI 4 Portes »). Les choses ne sont pas aussi claires à Bischoffsheim, où elle est encore très présente alors qu’elle est quasi absente à Hatten.

Fig. 5. Formes représentatives et évolution du type 1100A en Alsace et en Lorraine.

8Il n’est pas facile d’établir une typo-chronologie fine de ce type dans la mesure où son profil n’évolue pas vraiment de façon significative. Toutefois lorsque des formes sont complètes, on remarque que les modèles profonds aux parois assez verticales sont caractéristiques des ensembles du Bronze final, comme c’est le cas en Suisse par exemple, à Hauterive-Champréveyres, dans les couches datées par dendrochronologie du xe siècle avant J.-C. (Borrello, 1993, pl. 16, nos 1-8). Ils offrent de bons parallèles pour les ensembles de Leutenheim et de Colmar « Diaconat ». En revanche, les formes relativement basses aux courbes arrondies sont fréquentes sur tous les gisements, de la fin du Bronze final à la fin du Hallstatt, et en l’absence de décor, elles ne peuvent être précisément calées chronologiquement.

9Nombreuses sont celles réalisées en pâte fine. Elles sont dans l’ensemble peu décorées ; toutefois on considèrera que, lorsque des décors existent, ils constituent de bons marqueurs chronologiques (cf. Décors). Ainsi le graphite, un mode décoratif essentiellement prisé au Bronze final IIIb et au Hallstatt C, permet de qualifier un certain nombre de gisements « d’anciens » au sein de notre séquence. Pour le Bronze final IIIb, on évoquera par exemple quelques ensembles bien documentés à Burkheim dans la vallée du Rhin supérieur (Grimmer-Dehn, 1991, pl. 22, no 9), de même qu’en Lorraine sur un gisement récemment étudié à Flévy « Site 10 » (Thomashausen, Véber, 2002, fig. 51). Pour la fin de la séquence, certains décors incisés sont caractéristiques (Vigny, Gondreville, Messein, Illfurth « Buergelen »-2).

10En Alsace, il n’est pas rare de voir des exemplaires rehaussés de graphite en aplat sur l’une, voire sur les deux faces (Colmar-Houssen, Houssen « Cora », Sainte-Croix-en-Plaine…), alors que les motifs graphités sont plus exceptionnels (Lingolsheim). En Lorraine, la rareté de ces décors est à souligner ; c’est ce qui fait l’originalité du corpus de Woippy où l’on observe aussi bien des aplats de graphite à l’intérieur et/ou à l’extérieur des vases qu’un décor interne rayonnant. La présence d’autres décors demeure plus anecdotique : on évoquera la présence de petits mamelons à Leutenheim et Lingolsheim. Un décor cannelé associé à du graphite peut également être mentionné à Crévéchamps et des plages poinçonnées à Lingolsheim.

11Ultérieurement, cette forme ne semble plus guère décorée et il faut attendre la fin du Hallstatt pour voir l’émergence de motifs géométriques incisés, parfois incrustés de pâte blanche, que l’on rencontre sur cette forme exclusivement en Lorraine (Messein « La Cité d’Affrique », Gondreville « ZAC de la Roseraie », Vigny). Il s’agit de modèles peu profonds réalisés en céramique fine. Un exemplaire de grande dimension est peint d’un aplat rouge sur la face extérieure en Lorraine (Messein « La Cité d’Affrique ») où il reste un cas isolé.

12Cette forme connaît une variante munie d’une anse en ruban caractéristique des productions du Bronze final, telles qu’il en existe de nombreux exemplaires dans l’est de la France. On peut citer notamment les nombreux exemplaires du « Hohlandsberg » en Alsace (Bonnet, 1974, fig. 9A, no 8 ; Bonnet et alii, 1985, fig. 21, no 67), de Saône-et-Loire (Bonnamour, 1989, fig. 20, nos 14-18) ou de Suisse (Rychner, 1979, pl. 17-18). Leur nombre diminue fortement à la fin de cette période pour disparaître des séries hallstattiennes. Dans notre corpus, elles sont présentes à Leutenheim, Reichstett-1 et Colmar « Diaconat ».

13La fréquence des spécimens en céramique grossière, parmi lesquels on trouve de nombreux modèles à encoches, est difficile à apprécier compte tenu de leur taux de fragmentation. Ils affectent un diamètre relativement important et une faible hauteur. Plusieurs encoches semblent se distribuer sur la lèvre. Elles sont réalisées par simple pression du doigt sur la pâte molle, puis lissage pour ôter l’excédent de pâte (Reichstett-1, Colmar-Houssen, Lingolsheim, Illfurth « Brizgyberg », Jouy-aux-Arches, Woippy, Florange…). Quelques jattes à encoches sont agrémentées de digitations sur la lèvre (Colmar-Houssen, Houssen, Sainte-Croix-en-Plaine, Pagny-lès-Goin, Florange…).

14Fréquentes à partir du Bronze final IIIa et au Hallstatt C, elles perdurent à l’horizon suivant (Hallstatt D), où l’on note aussi quelques modèles à encoches ourlées (pâte repliée autour de l’encoche) (Geispolsheim, Wolfgantzen non illustrés). En revanche, quelle que soit la variante, il ne semble pas qu’elles survivent à La Tène. Ces formes se distinguent nettement des modèles à bord festonné qui perdurent jusqu’à la fin de La Tène (Lambot, 1988 ; Milcent, 2006) et qui ne sont illustrés en Lorraine que sur le site de Florange (Pétrequin et alii, 1973, p. 283 et fig. 24).

Type 1100B (fig. 6)

15Le type 1100B caractérisé par un profil tronconique est présent de la fin de l’Âge du Bronze jusqu’à La Tène, dans des proportions très variables. Cette forme est tantôt appelée « jatte », tantôt « écuelle », cette dernière appellation correspondant généralement au vocabulaire employé pour le Bronze final (période durant laquelle les formes tronconiques sont abondantes), tandis que pour l’Âge du Fer le terme « jatte » est le plus usité. Lorsque le récipient présente des encoches, on parle toujours de « jattes à encoches », jamais d’« écuelles à encoches ».

16En Alsace, il est parfois décoré de graphite en aplat (Colmar-Houssen, Houssen « Cora », Sainte-Croix-en-Plaine) et en motifs (Colmar « Diaconat », Lingolsheim, Rosheim « Sandgrube » structure 7) ou d’incisions (Colmar « Diaconat »). On remarque un exemplaire peint et graphité au « Britzgyberg » à Illfurth. L’exemplaire de la fosse 5 de Sainte-Croix-en-Plaine est original tant par la présence de degrés internes que par celle de son décor. Si la forme existe dès le Bronze final IIIa (Grimmer-Dehn, 1991, pl. 26, nos 2 et 4), le décor est quant à lui de type « Alb-Hegau » (cf. chapitre 3.5). La sépulture centrale du tumulus 1 de Dautmergen (Bade-Wurtemberg), datée par dendrochronologie de 671 ± 10 ans avant J.-C. (c’est-à-dire du Hallstatt C2), a livré des exemplaires très proches avec le même type de décor (Reim, 1990, p. 726 et fig. 7-8).

17En Lorraine, les modèles décorés sont exceptionnels : un petit exemplaire à Goin, décoré d’incisions sur la face interne, présente un profil tronconique avec un léger galbe qui le rapproche du type 1100A. Un second exemplaire provenant de « La Cité d’Affrique » à Messein est incisé de croisillons sur la face externe à l’image des vases 1100A de ce même site.

18Extrêmement fréquent au Bronze final (par exemple à Auvernier : Rychner, 1979, pl. 1), le type demeure occasionnel aux périodes suivantes. Il ne saurait atteindre la fréquence du type 1100A. À l’opposé de ce dernier, il n’est pas exclu que cette forme se décline en des modèles plus profonds au début de La Tène (Rosheim « Mittelweg », Art-sur-Meurthe « L’Embanie »).

19On rencontre également une petite série en céramique grossière, en particulier des jattes à encoches (Crévéchamps, Colmar-Houssen, Sainte-Croix-en-Plaine, Illfurth « Brizgyberg »), dont la chronologie, bien que difficile à préciser, s’apparente vraisemblablement à celle du type 1100A.

Type 1100C (fig. 7)

20La forme 1100C se caractérise par des parois quasi verticales qui confèrent aux vases un aspect de cylindre relativement profond. Cette forme n’est connue qu’en Lorraine où sa présence est très réduite.

21Seul le site d’Art-sur-Meurthe possède trois exemplaires pouvant répondre à la définition donnée ci-dessus. Deux d’entre eux sont en céramique grossière. Leurs parois sont plus ou moins obliques, mais leur forme générale est toutefois différente des exemplaires bourguignons, caractéristiques du Hallstatt D2-D3, bien illustrés à Vix « Mont Lassois » (Côte-d’Or) (Durand, 2000, p. 15 pl. I, II ; Bardel, 2009) ou à Bragny-sur-Saône (Saône-et-Loire) (Feugère, Guillot, 1986, fig. 15 ; Flouest, Labeaune, 2009). Sur ces habitats, les profils des vases sont en effet presque cylindriques ; de plus ils sont en céramique fine et agrémentés de décors parfois abondants. Nos exemplaires lorrains n’y sont guère comparables.

Fig. 6. Formes représentatives et évolution du type 1100B en Alsace et en Lorraine.

Type 1200 (fig. 8)

22Cette forme basse est essentiellement caractérisée par une partie supérieure rentrante. Le diamètre à l’ouverture est donc sensiblement plus petit que le diamètre maximal du récipient. L’essentiel du corpus se compose de récipients en céramique fine. Cependant quelques vases plus grossiers sont recensés à Gondreville où ils constituent une minorité au sein de l’ensemble.

23Compte tenu de la morphologie du bord, ces récipients sont communément appelés « jattes à bord rentrant ».

24En Alsace comme en Lorraine, cette forme n’est pas représentée sur les nombreux sites considérés comme faisant partie des ensembles anciens de cette étude. Ainsi aucun exemplaire n’est présent sur les habitats de Colmar « Diaconat », Leutenheim « Hexenberg », au mobilier métallique daté de l’Âge du Bronze final IIIb, ni d’ailleurs sur la plupart des sites plus récents du Hallstatt C ou Hallstatt D1, comme Colmar-Houssen, Colmar « Cora », Lingolsheim, Riedisheim, Rosheim « Sandgrube »-1, Sainte-Croix-en-Plaine, Illfurth, Brumath-1. La présence de quelques rares formes à bord légèrement rentrant sur le gisement de Woippy doit être considérée comme anecdotique dans la mesure où ces profils sont plus des hybrides entre des formes 1100A et 2200A que de véritables formes 1200 à bord bien rentrant.

25À part sur l’habitat de Rosheim « Sandgrube »-2 qui en présente un exemplaire, c’est sur les sites de Florange, Merxheim, Brumath-2 et Geispolsheim, que l’on croise quelques vases de ce type, certains présentant une partie supérieure rentrante et peu marquée. Ce sont à nouveau des intermédiaires entre la forme 1100A et celle à bord extrêmement rentrant que l’on connaît sur les habitats de Geispolsheim ou encore en Lorraine à Gondreville. Le bord n’est plus dans le prolongement de la panse comme pour la forme 1100A, mais la partie supérieure se redresse avec un léger changement d’orientation. Ce phénomène est très franc sur le corpus d’Holtzheim, de Wolfgantzen et d’Hatten. Quelques vases de Pfulgriesheim-2 ou de Gondreville (site 4) montrent une partie supérieure très courte et fortement rentrante. En Alsace, pour les sites de Merxheim, Rosheim « Mittelweg » et « Mittelweg-SCI 4 Portes », le nombre de ces vases est très important et ces récipients présentent majoritairement un bord court et souvent très rentrant.

Fig. 7. Formes représentatives et évolution du type 1100C en Lorraine.

Fig. 8. Formes représentatives et évolution du type 1200 en Alsace et en Lorraine.

26En général, ce type à bord rentrant se rencontre principalement sur les gisements bien calés chronologiquement à la fin du Hallstatt et au début de La Tène. À la « Heuneburg » par exemple, l’un des rares gisements stratifiés où la fréquence de chaque type a pu être appréhendée, cette forme connaît une très nette augmentation à partir du Hallstatt D3 (Fort-Linksfeiler, 1978, fig. 10). Cette tendance s’observe également à l’échelon régional où ce type de vase semble s’accroître au fil des phases très récentes du Hallstatt, comme tendent notamment à le prouver les découvertes de Geispolsheim et de Gondreville.

27Son profil évolue d’une panse légèrement galbée pourvue d’un bord à peine rentrant à une forme à panse plus rectiligne dotée d’un bord nettement plus tourné vers l’intérieur (Rosheim « Mittelweg », Gondreville). Ceci ne constitue cependant pas un critère de datation toujours très fiable ; seule sa présence en plus ou moins grand nombre semble donner des indications sur la période de l’Âge du Fer où se situe le lot céramique.

28Aux phases finales du Hallstatt et au début de La Tène cohabitent donc différents types à partie supérieure rentrante. Cette dernière peut être courte, à peine rentrante, ou au contraire développée, arrondie et très rentrante, sans qu’un type plus qu’un autre ne semble favorisé. La modification se fait visiblement sur la durée sans véritable rupture, le poids des habitudes de fabrication et la valeur fonctionnelle de ces récipients jouant peut-être le rôle de frein à l’évolution de cette forme.

Type 1300A (fig. 9)

29La forme 1300A est constituée d’une panse galbée surmontée d’un bord plus ou moins évasé, souvent dénommé « marli », d’où la dénomination de « jatte à marli » ou « d’écuelle à marli », plus exceptionnellement de « coupe à marli ». Mais dans l’ensemble, la présence d’un large bord affecte principalement des formes tronconiques (type 1300B, cf. infra). Le diamètre maximal du récipient se situe à l’ouverture.

30En Lorraine, ce type constitue une variante anecdotique (Rosières-aux-Salines, Crévéchamps). Pour la fin de la séquence, un vase proche de ce type peint en rouge à l’intérieur est connu à Gondreville. En Alsace, il est fréquent dans les habitats du Hallstatt C et du début du Hallstatt D1 (Colmar-Houssen, Houssen « Cora », Lingolsheim). Les bords sont installés soit dans le prolongement direct de la panse, soit se distinguent nettement de la panse. Cette dernière est parfois hémisphérique ou légèrement concavo-convexe. Ces deux variantes cohabitent au sein des mêmes ensembles, comme à Lingosheim. Sur cette céramique fine, quelques décors sont disposés sur le bord et/ou sur la face interne de la panse : on observe ponctuellement des triangles incisés (Leutenheim), des décors polychromes (Lingolsheim), des motifs rayonnants graphités (Houssen « Cora »).

31D’un point de vue chronologique, elles sont présentes en Alsace au « Hohlandsberg » dès le Bronze final IIIb (Bonnet et alii, 1985, fig. 22, no 110) ; elles peuvent parfois être graphitées et peintes (par exemple au « Hexenberg » : Adam, Lasserre, 1996, pl. V). Il en est de même à Unteruhldingen au bord du lac de Constance (Bade-Wurtemberg) où elles appartiennent probablement à la dernière phase principale de construction datée par dendrochronologie de 863-850 avant J.-C. (Schöbel, 1996, p. 48 et 92, fig. 70, pl. 55 nos 1-4). Dans le tumulus C d’Ihringen en Pays de Bade, les formes 1300A et B, 1100A et B, 2100A… se côtoient à la fin du Bronze final (Kimmig, 1940, pl. 26). Dans le Rhin-Main, la crémation de Götzenhain « Dietzenbacher Strasse » (Hesse) a livré plusieurs modèles de ce type entièrement graphités sur la face interne, associés à d’autres vases (types 1100B, 2200B, 7000), une trousse de toilette en fer et une épingle à petite tête conique datés du début du Hallstatt D1 (Polenz, 1974, pl. 39).

32Dans la vallée du Rhin, ce type est surtout typique du début du Hallstatt, puis disparaît totalement ensuite (Maise, 1996, p. 70-71 et fig. 2 ; Maise, 2001, p. 400-402). Parmi les exemples hallstattiens d’Alsace, on évoquera, pour le Haut-Rhin, ceux des fosses d’habitats de Gundolsheim (Jehl, Bonnet, 1959, fig. 12), de Morschwiller (Lack et alii, 1991, pl. 1, 1 et 5) ou du four de potier de Gundolsheim (Jehl, Bonnet, 1960, fig. 5). D’autres exemplaires sont déposés dans les tombes où ils sont parfois utilisés comme couvercles d’urnes funéraires (Kuhnle et alii, 1999, pl. 52). Cette forme n’est pas décorée à Sainte-Croix-en-Plaine (structure 11, sépulture 2) (Thévenin, Sainty, 1980, pl. 41). Elle est peinte intérieurement en rouge à Koenigsbruck (Bas-Rhin), tumulus 17, sépulture 3, où elle est associée avec une forme 1100 (Schaeffer, 1930, fig. 44b), ou graphitée à Schlierbach « Niedere Stocketen » (Haut-Rhin) (Heidinger et alii, 2003, fig. 9b). D’autres poteries de type 1300 portent un décor interne plus riche, avec des motifs graphités sur un fond peint en rouge à Réguisheim (Haut-Rhin) (Mathieu, Plouin, 1989, fig. 71) ou avec l’association peinture, graphite et gravure à Richwiller (Paret, 1927, fig. 35).

33Des observations similaires peuvent être faites à partir de notre corpus, avec quelques modèles à profil un peu galbé dans les ensembles anciens (Leutenheim, Reichstett-1), la plupart de ces formes se rencontrant dans les ensembles qui livrent par ailleurs de la céramique graphitée, donc calés au plus tard au Hallstatt D1. Curieusement dans les ensembles où ce décor disparaît, le type 1300A ne paraît plus représenté.

Type 1300B (fig. 9)

34Dans cette catégorie ont été définies trois variantes, en fonction du profil général du vase, à savoir : à profil légèrement segmenté (sans que l’on puisse véritablement parler d’une forme complexe), rectiligne ou à degrés internes. Dans les nombreux cas où ne subsiste que le haut du base, il est difficile d’effectuer une par variantes, voire parfois entre les sous-types A et B.

Fig. 9. Formes représentatives et évolution du type 1300A et B en Alsace et en Lorraine.

35Pour la dénomination du type 1300B, voir les remarques générales formulées pour le type 1300A.

36La variante à profil légèrement segmenté évoque les productions typiques du début du Bronze final. Cette forme est probablement sous-représentée puisqu’elle ne peut être clairement identifiée que lorsque le profil est presque complet (Woippy). Ces récipients sont souvent décorés d’aplats ou de motifs graphités. Dans les régions voisines, on rencontre ce modèle dès le Bronze final, aussi bien dans le Bade-Wurtemberg (Grimmer-Dehn, 1991, pl. 20, no 9 ; pl. 36, nos 1 et 3 ; pl. 40, no 6) que plus au nord dans le Palatinat (Engels, 1967, pl. 2, nos 5-6). Une forme similaire est associée à une urne dite « à col quille » et à un rasoir dans la tombe à crémation d’Endingen datée du Hallstatt C (Ruf, Kimmig, 1950, pl. 43 et Jockenhövel, 1971, p. 238-239).

37Les modèles à parois rectilignes (variante 2) sont de loin les plus fréquents. Cette forme qui puise ses origines dans le corpus du Bronze final, par exemple à Merxheim (Bonnet, Plouin-Mantzer, 1979, fig. 6), perdure au début du Hallstatt. Le décor incisé devient plus rare (Rosières-aux-Salines), les aplats ou les motifs graphités se développent (Reichstett-1, Colmar-Houssen). Plus exceptionnellement, on trouve un décor polychrome (Colmar « Diaconat » non illustré, Rosheim « Sandgrube »-1). Le graphite remplace l’incision ; il apparaît sous forme d’aplats (Goin, Pagny-lès-Goin, Woippy) ou de motifs (Jouy-aux-Arches, Woippy). Cette évolution paraît spécifique à l’Alsace et à la Lorraine. En effet, dans le Bade-Wurtemberg, les modèles tronconiques sont rares au début du Hallstatt contrairement aux formes plus galbées (proches du type 1300A), agrémentées de degrés internes et rehaussées d’un riche décor estampé (par exemple Zürn, 1987, pl. 207 et 223).

38Quant à la variante à degrés internes, elle est peu fréquente et illustrée par quelques fragments de fond appartenant probablement à ce type à Rosières-aux-Salines.

39Cette forme est présente au Hallstatt D1 (Brumath-1, Flévy) ; elle est absente à Crévéchamps (juste représentée par un exemplaire de type 1300A). Elle est en particulier connue ponctuellement dans des ensembles récents lorrains bien calés chronologiquement par du mobilier métallique ou de la céramique tournée par exemple (Messein - non représentée -, Gondreville…). On en trouve quelques petits fragments dans le niveau de sol de Vigny (structure 4199). L’exemplaire de Gondreville (str. 4350) est peint en rouge.

Les formes basses à corps complexe ou segmenté

Type 1300/2100

40À la jonction entre les groupes de formes 1300 et 2100A se trouvent quelques vases hybrides, adoptant la forme générale segmentée des récipients 2100 - partie supérieure droite verticale ou débordante -, mais avec un bord évasé. Le nombre de récipients concernés par ces caractéristiques étant très faible, il n’a pas été jugé nécessaire de créer une nouvelle catégorie morphologique.

41Ces vases se remarquent exclusivement en Alsace sur les habitats de Rosheim « Sandgrube »-2, d’Illfurth « Buergelen »-2 et de Merxheim. Ils ont la partie supérieure droite, évasée et surmontée d’un petit bord légèrement éversé. Ils ne sont pas décorés. Ce type de récipient se rencontre à la « Heuneburg », où il évolue entre la fin du Hallstatt D1 et la fin du Hallstatt D2 (Fort-Linksfeiller, 1989, pl. 138, no 441, phase IVa : fin Ha D1 ; pl. 131, no 373, phase IIIa : fin Ha D2).

42Une autre variante se trouve sur le site de Bischoffsheim, peinte en rouge à l’extérieur comme à l’intérieur. Ce vase est ouvert et le bord dans le prolongement de la panse. À la « Heuneburg », ces récipients sont datés du Hallstatt D3 (Fort-Linksfeiller, 1989, pl. 136, nos 224-225, phases Ia et Ib : Ha D3).

Type 2100A (fig. 10)

43La caractéristique de cette forme basse repose sur une partie supérieure pratiquement verticale, parfois sortante ou à très légère sinuosité, sans bord distinct. Le diamètre à l’ouverture correspond toujours au diamètre maximal du récipient. Elle apparaît sur de nombreux gisements et il s’agit pour l’essentiel d’une céramique fine et soignée.

44Pour ces formes, la terminologie est en général assez variable en Lorraine comme en Alsace et l’on retrouve aussi bien la mention de jattes que de coupes carénées.

45Dans notre corpus, les profils demeurent relativement mous et sont parfois rehaussés de graphite (Jouy-aux-Arches, Leutenheim, Houssen « Cora », Sainte-Croix-en-Plaine, Riedisheim).

46Dans les ensembles anciens d’Alsace comme Colmar « Diaconat », la forme n’existe qu’en un seul exemplaire alors qu’à Reichstett-1 et Rosheim « Sandgrube »-1, elle est absente. En revanche, elle fait partie des formes bien représentées sur les sites de Sainte-Croix-en-Plaine, Colmar-Houssen et Houssen « Cora ». La forme 2100A observée à Lingolsheim, avec ses hautes parois verticales, semble constituer un unicum. Il en est de même d’un modèle muni d’une anse découvert à Woippy.

47À Merxheim, Brumath-2 et Geispolsheim, cette forme est également représentée par quelques éléments. Ils se distinguent néanmoins des exemples précédents par une partie supérieure généralement plus courte et une partie inférieure amorçant une certaine sinuosité à Brumath. Ils ne sont pas décorés.

48Rares dans les ensembles anciens de Lorraine (Jouyaux-Arches, Crévéchamps, Woippy), ces poteries le sont tout autant dans les ensembles plus récents puisque aucun vase de ce type n’est répertorié sur l’habitat de Flévy, ni de Gondreville ou encore de Messein « La Cité d’Affrique ». Quelques exemplaires non décorés sont néanmoins connus à Florange et un seul à Vigny (structure 2099).

49Les sites les plus anciens du corpus comme Colmar « Diaconat », dont le mobilier métallique oriente la datation vers l’Âge du Bronze final IIIb, attestent bien la présence de cette forme dès cette phase, mais permettent de souligner également qu’elle n’y semble que ponctuelle. En revanche, sur des sites plus récents, ces vases sont nettement plus nombreux et décorés de graphite, comme l’illustre la structure 2 de Forchheim (Maise, Stöckl, 1994, pl. 58, nos 3 et 5-6). En Lorraine, dans la sépulture 152 de Mondelange datée du Hallstatt C, elle est présente aux côtés d’une urne (type 6210 ou 6220), d’un fin bracelet en « lignite », d’une tige d’épingle en fer et de fragments d’une pincette en même métal (Buzzi et alii, 1997, fig. 145). Au « Magdalenenberg », dans la sépulture 78, elle côtoie une plaque de ceinture décorée et des armilles du Hallstatt D1 (Spindler et alii, 1973, pl. 42).

50Au cours du Hallstatt D1 et au D2, cette forme se raréfie, alors que la forme 2200C se développe petit à petit. En Alsace, les habitats de Geispolsheim et Brumath-1 (Hallstatt D2), pourvus en mobilier métallique, montrent encore des vases de ce type, avec cependant une certaine accentuation de la carène. En Lorraine, ce type est encore présent à Florange. À l’exception de Vigny (structure 2099), aucun des ensembles récents, dont la chronologie est fondée sur du mobilier métallique du Hallstatt D3 (Wolfgantzen, Messein, Gondreville) et de La Tène A (Rosheim « Mittelweg-SCI 4 Portes », Bischoffsheim), ne propose d’exemplaires pouvant appartenir à cette forme. Dans l’ensemble, cette forme est réalisée en céramique fine et les vases ne sont pas décorés, à l’exception d’un vase peint en rouge à Bischoffsheim.

Fig. 10. Formes représentatives et évolution du type 2100A en Alsace et en Lorraine.

51On peut donc conclure que ce type de vase 2100A apparaît comme plutôt caractéristique du Hallstatt C, même si on en rencontre ici et là quelques exemplaires aux périodes postérieures.

Type 2100B (fig. 11)

52Cette forme basse, dont toute la partie supérieure est rentrante, doit être distinguée des modèles où seul le bord est rentrant (1200). Comme pour ces derniers, le diamètre à l’ouverture est un peu plus petit que le diamètre maximal du vase. Ce type correspond en général à de la céramique fine. Il apparaît ponctuellement à toutes les phases chronologiques, avec une fréquence qui reste toutefois encore difficile à apprécier.

53Comme pour le type 1200, ces formes sont généralement appelées « jattes à bord rentrant » en raison de la morphologie de leur bord. Il n’est, de fait, pas possible, en l’absence d’illustrations de les distinguer du type 1200.

54Dans notre corpus, cette forme apparaît sporadiquement dans les ensembles les plus anciens (Rosières-aux-Salines, Leutenheim, Reichstett-1). Exception faite de quelques exemplaires agrémentés d’une ligne de petits points à Rosières-aux-Salines, elle n’est jamais décorée. La forme 2100B semble cependant plus usitée aux horizons suivants, en Lorraine tout au moins, où elle peut être rehaussée de graphite en aplats (Goin, Crévéchamps, Woippy, Flévy) ou en motifs (Pagny-lès-Goin, Woippy). Les quelques exemplaires identifiés en Alsace à Rosheim « Sandgrube-1 et 2 », Riedisheim, Illfurth « Brizgyberg » ou Brumath-1 et 2 sont tous dépourvus de décor.

55Tout en évoluant, la forme 2100B se retrouve sans discontinuité durant les horizons récents. Cependant, en Lorraine, les vases de ce type sont de plus grandes dimensions et en céramique fine pour l’essentiel (Art-sur-Meurthe, Messein, Frouard). À Messein-2, ils présentent de plus la particularité d’être décorés sur leur face externe de lignes et losanges incisés de la même facture que ceux de la forme 1100A. Des cupules associées à des incisions obliques ornent l’un des vases de Vigny (structure 4199)

56En Alsace, à Geispolsheim et ponctuellement à Holtzheim, à Merxheim (structure 31), à Pfulgriesheim (structure 48) et à Rosheim « Mittelweg », il existe quelques exemplaires dont la morphologie n’évolue pas de façon significative et qui ne représentent qu’une très faible partie des corpus.

Fig. 11. Formes représentatives et évolution du type 2100B en Alsace et en Lorraine.

57La forme paraît concurrencée à la fin du Hallstatt-début de La Tène (Migny : structure 4199, Messein, Art-sur-Meurthe, Brumath, Geispolsheim), puis peu à peu supplantée à La Tène par la forme 1200 (Reichstett-2, Rosheim « Mittelweg »), ce phénomène semblant s’opérer un peu plus tôt en Alsace (Wolfgantzen, Hatten, Merxheim).

58On peut donc conclure que cette forme perdure avec Ha D1 quelques modifications dans son ornementation et dans ses dimensions de la fin du Bronze final à La Tène A sans toutefois s’imposer. La stratigraphie de « La Cité d’affrique » à Messein-2 tendrait à montrer qu’on la trouve aussi bien dans l’horizon ancien (Hallstatt D3-La Tène A) que récent (La Tène A-B). Quoique cette remarque ne s’appuie que sur trois exemplaires, cette répartition reste cohérente par rapport aux autres corpus.

59Ces remarques ne sont d’ailleurs pas spécifiques à notre corpus régional. Ainsi observe-t-on l’émergence de la forme 2100B au cours du Bronze final III à Auvernier par exemple (Rychner, 1979, pl. 19-20). Au cours du Hallstatt, l’évolution de cette forme est bien perceptible sur le gisement stratifié de la « Heuneburg ». Présente dès les phases anciennes, son nombre augmentera à la fin du Hallstatt D1 et au Hallstatt D2 et elle évoluera vers des modèles à bord fortement rentrant annonçant les productions de La Tène (type 1200) (Fort-Linksfeiler, 1978, p. 441-444, fig. 10). En revanche, cette forme ne semble pas prisée dans les ensembles funéraires du sud-ouest de l’Allemagne et de Suisse, caractéristique que l’on retrouve dans les nécropoles d’Alsace et de Lorraine.

Type 2100C (fig. 12)

60Le type 2100C correspond à des formes dont la partie supérieure rentrante est plus ou moins rectiligne, voire parfois très légèrement concave. Certains exemplaires présentent un diamètre à l’ouverture nettement plus petit que le diamètre maximal du vase. La plupart sont en céramique fine.

61Pour ce type, la variabilité des dénominations utilisées traditionnellement est manifeste (jatte, coupe…).

62Dans les ensembles anciens, cette forme apparaît sporadiquement en Lorraine à Pagny-lès-Goin, Jouyaux-Arches, Goin ou Woippy. Les profils sont toujours assez mous et les carènes peu marquées ; certains exemplaires sont graphités, graphite et incision étant associés à Rosières-aux-Salines. Cette forme semble a priori beaucoup moins représentée en Alsace (Lingolsheim, Illfurth « Buergelen »-1).

63Ce type se développe plus nettement aux phases récentes avec des profils à présent plus carénés et une partie supérieure plus rectiligne. En Alsace, on évoquera tout d’abord une série de vases à Riedisheim, qui se distingue par l’originalité de son ornementation. À Brumath-2, où cette catégorie 2100C est relativement bien représentée, profils mous ou plus carénés se côtoient. La partie supérieure de certainsD3 vases est légèrement rentrante tout en restant rectiligne et la jonction entre la panse et le bord est marquée et parfois anguleuse, un peu à la manière des vases de la forme 2100A. Sur ce site d’ailleurs, les deux groupes sont parfois très proches. Si à Geispolsheim et à Pfulgriesheim (structure 48), cette forme paraît anecdotique, sur d’autres habitats alsaciens comme Bischoffsheim ou Holtzheim, elle est mieux documentée.

64En Lorraine, cette forme se développe assez bien à Florange, Vigny, Frouard, Art-sur-Meurthe et Gondreville. Sur ces deux derniers habitats, les très grandes formes grossières côtoient les vases plus petits en céramique fine. Ces grands récipients grossiers ont pour la plupart une partie supérieure rentrante et rectiligne. Ils sont parfois décorés d’une ligne de digitations au niveau du changement de direction entre la panse et le bord. Les petits vases à pâte fine ont une partie supérieure le plus souvent à peine galbée et la jonction avec la panse est plutôt douce. À Gondreville, ils sont agrémentés d’incisions géométriques ou de cannelures. En revanche à Frouard, les céramiques de petite taille et de très belle facture ont la partie supérieure développée et rentrante très nettement distincte de la panse. Elles sont parfois peintes d’aplats rouges (trois exemplaires) ou incisées de motifs géométriques (non illustrés).

65D’un point de vue chronologique, des formes assez molles ornées de graphite apparaissent dans les ensembles anciens de Lorraine. Elles semblent se développer un peu plus tardivement en Alsace, avec des profils plus carénés, notamment sur le gisement de Riedisheim. Dans cette région, ces formes sont associées à du mobilier métallique du Hallstatt D1 et D2 à Brumath ; dans la structure 2017, cette forme est associée à une fibule à timbale du Hallstatt D2. À Geispolsheim, ce type est accompagné d’un bracelet en perles de verre brunes daté de la fin du Hallstatt D1 et du Hallstatt D2, voire du D3 dans la forêt de Haguenau (Koenig et alii, 1990, p. 249). À la « Heuneburg », certains exemplaires appartiennent aux horizons IVc à IIIb, soit du Hallstatt D1 au début du Hallstatt D2 (Fort-Linksfeiler, 1989, pl. 127 nos 328, 329 ; pl. 136 no 431). Ces céramiques sont également présentes sur des habitats plus récents comme Bischoffsheim où elles sont associées à du mobilier métallique de la fin du Hallstatt D2 et du Hallstatt D3.

Fig. 12. Formes représentatives et évolution du type 2100C en Alsace et en Lorraine.

66On retrouve d’ailleurs fréquemment ce type dans les corpus lorrains bien calés chronologiquement du Hallstatt D3 et de La Tène A (Messein, Gondreville, Art-sur-Meurthe) et l’on peut supposer que cette variante est plutôt caractéristique des phases finales du Hallstatt pour la céramique grossière. À la « Heuneburg », certains vases sont comparables (Fort-Linksfeiler, 1989, pl. 103 no 99) et datent du Hallstatt D3. À Messein, les exemplaires en céramique fine ne semblent plus exister. Seuls trois vases grossiers illustrent cette forme, tout en différant sensiblement des vases grossiers de Gondreville.

67La céramique fine de type 2100C pourrait être considérée comme un intermédiaire entre la forme 2100A et 2200C. Si cette forme couvre la quasi-totalité de la séquence, elle montre une évolution sensible de son profil avec des formes assez molles graphitées aux phases anciennes (fin du Bronze final-Hallstatt C), puis des profils plus segmentés avec une partie supérieure rentrante et rectiligne (Hallstatt D1 et D2) alors que les éléments les plus récents semblent plus galbés, avec une partie supérieure amorçant une légère concavité (Hallstatt D2-D3). L’essentiel des exemplaires correspond à ce dernier horizon, sans pour autant exclure une présence plus ponctuelle à La Tène A.

68La céramique grossière, quant à elle, paraît plus spécifique à la Lorraine où elle semble intervenir dans une fourchette chronologique limitée aux horizons récents, dans l’état actuel de la recherche.

Type 2200A (fig. 13)

69Le type 2200 est une forme basse qui se décline en trois sous-types : à panse arrondie et à bord éversé (2200A), à profil sinueux et col de forme variable (2200B), à panse carénée (2200C). La limite entre ces trois types n’est pas rigoureusement tranchée ; il s’agit en fait d’apprécier la sinuosité de plus en plus marquée de ce type de récipients en céramique fine. Le diamètre à l’ouverture correspond plus ou moins au diamètre maximal du vase. Les types 2200 correspondent en Lorraine à des « coupes ». En Alsace, la terminologie est plus variable (jatte, coupe).

70Le type 2200A s’individualise par l’existence d’une sinuosité essentiellement induite par une légère inflexion du profil sous le bord.

71En Alsace comme en Lorraine, cette forme est absente des contextes les plus anciens (Colmar « Diaconat » et Reichstett-1, Rosières-aux-Salines). De fréquence variable, elle apparaît ensuite dans de nombreux ensembles se caractérisant par des productions graphitées du Hallstatt C-D1, en Lorraine (Pagny-lès-Goin, Crévéchamps, Morsbach, Woippy, Flévy), comme en Alsace (Houssen « Cora », Colmar-Houssen, Brumath-1…).

72Sur les gisements de Riedisheim et d’Illfurth « Brizgyberg », ces vases sont très abondants et offrent des formes complètes permettant de constater que leur fond est souvent plat et globalement aussi large que l’ouverture. Les profils sont pour ces sites très stéréotypés. Par ailleurs, on peut remarquer l’extrême finesse des parois des récipients.

73Le type 2200A n’est dans l’ensemble pas décoré. On observe toutefois quelques motifs graphités (Pagny-lès-Goin), des aplats de graphite (Woippy, Flévy « Zone 19 », Houssen « Cora »), parfois associés à des stries horizontales réalisées à la pointe bifide (Crévéchamps).

74À Brumath-2 comme à Geispolsheim, Ensisheim, Wolfgantzen, Holtzheim ou encore Bischoffsheim en Alsace ainsi qu’à Vigny, structure 2099, Frouard « Haut de Penotte » et Messein « La Cité d’Affrique » en Lorraine, la forme reste présente, mais généralement à un degré moindre et le profil pour l’ensemble de ces exemplaires est alors moins standardisé que pour les habitats du groupe précédent (Flévy, Rosheim, Illfurth « Brizgyberg »…). De même, peu d’ornementation s’observe sur cette série : peinture rouge en aplat à Messein et peinture rouge sur fond blanc à Geispolsheim exclusivement.

75Concernant la datation de ce type, quelques prototypes à profil faiblement sinueux font leur apparition au Bronze final en Allemagne (Kölling, 1968, pl. 40, no 7) et un peu en Suisse (Borrelo, 1993, fig. 4, forme 3/4). Mais c’est sans conteste à partir du Hallstatt C que cette forme devient courante dans un grand nombre d’ensembles hallstattiens, en Alsace comme en Lorraine (cf. supra), même s’il n’est pas aisé d’en quantifier la fréquence d’un horizon à l’autre. En effet, certains ensembles comme Sainte-Croix-en-Plaine ne présentent pas de vases de ce type. Reste donc à savoir si cette forme est un indice chronologique sur lequel on peut se fonder pour ordonner les ensembles céramiques. Il semble que l’on puisse conclure par l’affirmative à condition toutefois que ce critère soit combiné à d’autres. Cette forme à profil faiblement sinueux devient effectivement très abondante au Hallstatt D1, comme c’est le cas à la « Heuneburg » (Fort-Linksfeiler, 1989, pl. 104, nos 102-105). En revanche, à de rares exceptions près (Flévy), elle n’est alors plus ornée de décors graphités, si fréquents à l’horizon précédent. Cette tendance est illustrée par les ensembles de Brumath-1, bien calés chronologiquement par du mobilier métallique et, par analogie de formes, par ceux d’Illfurth « Britzgyberg » et de Riedisheim.

Fig. 13. Formes représentatives et évolution du type 2200A en Alsace et en Lorraine.

76Aux périodes plus récentes, la fréquence de ces vases décline peu à peu (Wolfgantzen, Florange, Gondreville). Comme le laisse supposer l’habitat de hauteur de Messein en Lorraine et les corpus alsaciens rattachés à la période du début de La Tène, cette forme disparaît ensuite.

Type 2200B (fig. 14)

77Le type 2200B se caractérise par un profil de la panse plus ou moins caréné, la plupart du temps en « S ». Le bord est court et peut adopter différentes variantes, concaveHa ouD3 vertical. Plus la sinuosité du profil est marquée, plus le diamètre à l’ouverture est réduit par rapport au diamètre maximal du vase.

78En Lorraine comme en Alsace, le type 2200B n’apparaît que très sporadiquement durant les phases anciennes et les modèles proposés sont peu typés et très peu sinueux. On observe des modèles graphités à Rosheim « Sandgrube »-2 et à Riedisheim. Quelques formes extrêmement sinueuses annonçant les productions plus tardives apparaissent néanmoins dans le corpus de Woippy (structure 285), d’Illfurth « Buergelen »-1 et surtout de Riedisheim.

79Parmi les ensembles récents d’Alsace, la forme 2200B est bien représentée (Merxheim, Brumath-2, Geispolsheim, Bischoffsheim) et ce sont les formes galbées en « S », à bord légèrement évasé surmontant un épaulement arrondi, qui dominent largement. On pour tous ces vases, une absence totale de décors. La forme apparaît en revanche très sporadiquement sur les habitats de Holtzheim, d’Ensisheim ou de Rosheim « Mittelweg » et est absente à Wolfgantzen, à Rosheim « Mittelweg-SCI 4 Portes » et à Plulgriesheim.

80En Lorraine, elle est très faiblement représentée, mis à part à Florange et sur le site de « La Cité d’Affrique » à Messein-2, ce dernier gisement présentant cependant des modèles très peu galbés. Bien que la plupart des exemplaires ne soient pas décorés, on note toutefois un décor incisé de motifs géométriques et deux vases peints en rouge à Gondreville, ainsi qu’une forme cannelée à Frouard et à Messein-2.

81À la « Heuneburg », cette forme prend un essor certain dès le début du Hallstatt D1, pour décliner peu à peu au cours du Hallstatt D2 (Fort-Linksfeiler, 1978, fig. 3). Sur les habitats d’Alsace et de Lorraine, ce type n’apparaît quasiment pas avant le Hallstatt D2, exception faite des gisements de Riedisheim et de Rosheim « Sandgrube »-2.

Fig. 14. Formes représentatives et évolution du type 2200B en Alsace et en Lorraine.

Fig. 15. Formes représentatives et évolution du type 2200C en Alsace et en Lorraine.

82En Lorraine, à Messein-2, les vases du groupe 2200B se trouvent préférentiellement dans les couches anciennes (Hallstatt D3, Hallstatt D3/La Tène A), mais cette constatation ne s’appuie que sur quelques exemplaires. Elle est toutefois relayée par les ensembles alsaciens de Wolfgantzen ou de Rosheim « Mittelweg » qui indiquent bien une désaffection de cette forme au Hallstatt D3 et à La Tène A. Rappelons que ces ensembles céramiques sont couplés à du mobilier métallique et à de la céramique tournée.

83La forme 2200B est donc essentiellement attachée dans nos corpus à l’horizon Hallstatt D2 où il semble qu’elle constitue une version plus ou moins accentuée de la variante 2200A avec laquelle elle cohabite dans des proportions variables. Elle semble décroître au cours du Hallstatt D3 pour n’être plus qu’un épiphénomène au début de La Tène.

Type 2200C (fig. 15)

84Les récipients attachés à ce type sont des formes basses avec une encolure plus développée, nettement distincte de la panse par rapport aux 2200A et B. L’épaulement est fréquemment marqué. Une variante 1 comprend les encolures concaves, le plus souvent rentrantes (formes fermées dont le diamètre maximal se situe au niveau de la carène) ou verticales (le diamètre à l’ouverture étant sensiblement égal au diamètre maximal). Elles surmontent soit un épaulement arrondi, soit une carène plus vive. Une variante 2 présente une encolure rectiligne et verticale. Le diamètre à l’ouverture est, ici aussi, assez proche du diamètre maximal du vase, situé au niveau de la panse. Ces derniers récipients sont assez proches des formes hautes fermées.

85En Alsace, la variante 1 se rencontre ponctuellement à Illfurth « Buergelen »-1, Brumath-2, alors qu’elle est bien documentée sur les habitats d’Illfurth « Buergelen »-2, Holtzheim, Merxheim, Geispolsheim, ou encore à Ensisheim, Bischoffsheim, Wolfgantzen, Rosheim « Mittelweg » et Rosheim « Mittelweg-SCI 4 Portes », dans des proportions variables. En Lorraine, on la rencontre à Florange, Gondreville, Frouard et Messein, les deux petites formes observées à Pagny-lès-Goin et à Crévéchamps ne paraissant pas très pertinentes.

86Les profils sont majoritairement peu galbés avec un col plus ou moins haut, mais toujours concave. La partie supérieure est soit verticale, soit rentrante. Les vases dont le profil est nettement caréné avec une encolure développée et concave se rencontrent ponctuellement à Merxheim, Geispolsheim, Pfulgriesheim (structure 48), Rosheim en Alsace, Florange et Gondreville en Lorraine. À Brumath, certains d’entre eux présentent une partie inférieure concavo-convexe avec un fond étroit.

87Ces vases sont très peu décorés, essentiellement de cannelures placées au-dessus de la carène en Alsace (Ensisheim, Illfurth « Buergelen »-2) comme en Lorraine (Gondreville). Plus exceptionnellement, on rencontre des exemplaires ornés de décors géométriques incisés parfois incrustés de pâte blanche à Geispolsheim et Florange, de cupules et de triangles à Frouard ou de motifs peints sur incisions à Méréville (Dreidemy, 1989, pl. 5, fig. 8).

88Un modèle à épaulement marqué ne se rencontre qu’à Geispolsheim. Il connaît quelques éléments plus ou moins proches dans les régions voisines (Koenig et alii, 2005, p. 231-232).

89La forme à col concave (variante 1) apparaîtrait à la charnière entre le Hallstatt D1 et D2 sur une forme très surbaissée dans la tombe à char d’Offenbach-Rumpenheim, en association avec un vase dit à col quille (type 7000), une pointe de lance et un couteau (Weber, 2001, fig. 3).

90Globalement cette forme est essentiellement attachée à la fin du Hallstatt et au début de La Tène comme l’indiquent les sites alsaciens et lorrains de Geispolsheim (Hallstatt D2 et D3), Wolfgantzen (Hallstatt D3), Rosheim « Mittelweg » (La Tène A), Gondreville (Hallstatt D3-La Tène A), Messein (Hallstatt D3-La Tène A et B), habitats pour lesquels cette datation est confirmée par le mobilier métallique et/ou la céramique tournée. Les profils les moins galbés apparaissent sur toute la période concernée (du Hallstatt D2 à La Tène A) ; on notera cependant qu’ils paraissent évoluer vers une plus forte sinuosité (épaulement accentué et arrondi, bord éversé) sur les ensembles les plus récents.

91Pour les récipients dont le col est relativement haut, concave et la carène marquée, il semblerait que leurs profils ont propension à se modifier entre le Hallstatt D2-D3 et La Tène B. La carène s’avive jusqu’à devenir aiguë et la partie inférieure devient de plus en plus rectiligne à l’image des céramiques champenoises de la nécropole des « Jogasses » à Chouilly (Marne) (Hatt, Roualet 1976, pl. 28, sépulture 92 ; pl. 49, sépulture 160 ; Hatt, Roualet, 1977, pl. II, no 20 ; pl. VIII, nos 3 et 7), voire des productions de l’Hunsrück-Eifel (Haffner, 1976, pl. 1 et 3). Il s’agit là des tendances évolutives que nous proposons et qui concerneraient plus spécifiquement la Lorraine. Sur l’habitat de hauteur fortifié de Bad Dürkheim (Rhénanie-Palatinat) (Bernhard, Lenz-Bernhard, 2003, p. 318, 319), elles apparaissent plutôt dès le Hallstatt D2. Ces remarques se font dans l’ensemble sur quelques exemplaires et demandent à être consolidées.

92Pour les phases anciennes, la variante 2 à encolure rectiligne verticale n’est signalée en Lorraine qu’à Flévy et à Goin. Sur ce dernier gisement, il s’agit d’un seul tesson peu significatif compte tenu de sa petite taille, agrémenté de graphiteD2 associé à des lignes parallèles incisées. Pour les périodes récentes, il existe quelques exemplaires en Alsace à Geispolsheim qui présentent tous un épaulement marqué. On retrouve une forme assez voisine en Lorraine à D3Vigny (structure 4199), l’épaulement étant ici marqué par une série de trois lignes horizontales incisées. Ce type reste à ce jour inconnu sur les autres gisements alsaciens et lorrains, et demeure somme toute assez rare dans les régions avoisinantes. Pour l’est de la France, on évoquera quelques formes plus ou moins apparentées dans la nécropole des Jogasses à Chouilly (Marne) (Hatt, Roualet, 1976, pl. 10, no 980).

93À la fin du Hallstatt, principalement au Hallstatt D3, la forme 2200C variante 1 paraît prendre son essor alors que dans le même temps la forme 2100C s’étiole pour disparaître petit à petit au début de La Tène. La variante 2, plus localisée, semble difficile à cerner dans l’état actuel de la recherche.

Type 2300 (fig. 16)

94Le type 2300 n’est pas aisé à définir, dans la mesure où il regroupe essentiellement des récipients hybrides entre les formes basses et hautes. La variante 1 est à panse arrondie et à encolure éversée, la variante 2 est à encolure droite ou concave. Seule cette dernière présente un diamètre à l’ouverture égal au diamètre maximal du vase ou proche de celui-ci. De plus, il faut rappeler que sur de nombreux gisements, le taux de fragmentation est important ; aussi a-t-on peut-être à tort classé certains vases dans les formes hautes plutôt que basses. La profondeur des récipients ne peut en effet être pleinement appréciée que si l’amorce de la partie basse du vase est conservée.

95Cette forme ne faisant pas l’objet d’un type spécifique dans les études antérieures, sa dénomination est des plus variées : « coupe », « urne », « pot »…

96Aux phases anciennes, de nombreux vases ne sont en fait que des modèles surbaissés du type 6210 ou 6220 (Morsbach, Reichstett-1, Riedisheim, Sainte-Croix-en-Plaine, Colmar-Houssen, Colmar « Diaconat » et « Cora »). Outre leur typologie, leur facture et leur décor, leur chronologie est très vraisemblablement similaire (cf. infra). S’il en est de même pour les petits récipients de Leutenheim qui présentent quelques affinités avec la forme 1300, il demeure plus délicat de cerner ceux de Woippy. Seule la variante 1 est concernée.

Fig. 16. Formes représentatives et évolution du type 2300 en Alsace et en Lorraine.

97En Lorraine, cette forme est assez anecdotique et seuls certains vases de Morsbach sont décorés de motifs graphités, voire d’excisions. En revanche l’Alsace a livré d’intéressantes séries décorées à Houssen « Cora » et à Sainte-Croix-en-Plaine, où de nombreux exemplaires sont graphités et/ou ou peints en rouge, tandis que le site de Riedisheim offre plusieurs modèles à décor incisé et poinçonné.

98Aux phases récentes, cette forme n’est renseignée que par des exemplaires de la variante 2. Ils sont présents en Alsace à Holtzheim, Rosheim « Mittelweg » et « Mittelweg-SCI 4 Portes » et Bischoffsheim. En Lorraine, on mentionne quelques exemplaires à Gondreville, Art-sur-Meurthe et Messein-2. Ces vases ne sont que rarement décorés, seul l’un d’eux est orné d’une ligne d’impressions digitées (Art-sur-Meurthe) alors qu’un second montre des lignes incisées (Gondreville). Comme aux phases anciennes, ce ne sont que des formes intermédiaires, mais cette fois entre les types 2200B et C principalement et 6220.

3.2. Les formes hautes (S. Deffressigne, M.-P. Koenig)

99En général, la plupart des formes hautes (5100, 5200, 6110, 6120, 6210 et 6220) sont désignées sous des vocables variés en Lorraine comme en Alsace. Aux termes très génériques de « pots » ou de « vases » auxquels on adjoint la caractérisation du bord, se substituent souvent des termes faisant référence à la fonction même de ces récipients : « vase à provisions », « vases de stockage », « vase-silo » ou « vases à cuire », ce qui correspond globalement aux nombreuses fonctions qu’ils ont pu remplir par le passé. Les vases dits de stockage ou « vase-silo » désignent généralement des récipients de grande taille. Quelques spécimens de petite taille peuvent aussi être qualifiés de « gobelets ».

Les formes hautes à corps simple

Type 5100 (fig. 17)

100Il s’agit d’une forme haute simple à panse ovoïde dépourvue d’encolure, de facture généralement grossière. Le bord, dans le prolongement de la panse, est indifférencié. Le diamètre maximal se situe au niveau de l’ouverture. Dans la majeure partie des cas, la lèvre est arrondie.

101Ce type, qui rappelle quelque peu la forme des pots de fleurs actuels, est parfois dénommé de la sorte. Il existe sur de nombreux sites d’Alsace bien qu’il ne soit pas très fréquent (Colmar-Houssen, Sainte-Croix-en-Plaine, Rosheim « Sandgrube »-2, Lingolsheim, Illfurth « Buergelen »-1, Geispolsheim-1, Rosheim « Mittelweg »). En Lorraine, on en rencontre sporadiquement dans les contextes récents uniquement à Gondreville, à Florange ou à Vigny (structure 2099) ; il demeure en revanche absent du corpus de Messein. Il s’agit souvent de vases de petit module dont la valeur typologique est difficile à apprécier.

Fig. 17. Formes représentatives et évolution du type 5100 en Alsace et en Lorraine.

102Quelques exemplaires sont ornés d’un cordon digité (Sainte-Croix-en-Plaine, Rosheim « Sandgrube »-2, Illfurth « Buergelen »-1), plus exceptionnellement lisse (Geispolsheim-1), ou d’une ligne digitée (Colmar-Houssen, Geispolsheim-1 en Alsace et Gondreville en Lorraine).

103D’un point de vue chronologique, on observe que le type 5100 est absent des ensembles les plus anciens en Lorraine. Quelques prototypes s’observent au Bronze final IIIb en Alsace, comme dans diverses régions, dont la Champagne (par exemple Villemaur-sur-Vanne « Les Gossements » (Aube), Tikonoff, 1999), où ils sont intermédiaires entre la forme 5100 et 5200, mais ils ne représentent qu’un très faible pourcentage par rapport aux autres formes. Il est clair que ce modèle se développe surtout au Hallstatt C-D1 en Alsace. S’il est encore présent au Hallstatt D2 (Geispolsheim), il ne semble plus faire qu’une timide apparition à La Tène A (Rosheim « Mittelweg »).

Type 5200 (fig. 18)

104Cette forme ovoïde, identique à la 5100 mais dotée d’un rebord, est assez peu documentée en règle générale. En Lorraine, on la rencontre ponctuellement (Woippy, Crévéchamps, Jouy-aux-Arches, Goin, Frouard) ; elle existe de manière plus régulière sur de nombreux sites alsaciens. Ces vases sont parfois très proches de la forme basse 2300.

105Pour la dénomination du type 5200, voir les remarques générales formulées pour le type 5100.

106Il s’agit majoritairement de formes en céramique grossière, agrémentées d’un cordon placé en général près du bord (Woippy, Sainte-Croix-en-Plaine, Ensisheim, Lingosheim). Ce cordon peut être remplacé par une ligne d’impressions (Crévéchamps, Frouard, Colmar « Diaconat », Colmar-Houssen, Lingolsheim). On signale toutefois quelques vases de ce type en céramique plus soignée à Jouy-aux-Arches.

107Dans notre corpus, seuls quelques exemplaires peuvent être mentionnés à Colmar « Diaconat » ou à Reischett pour l’Âge du Bronze final IIIb, contrairement à ce que l’on trouve par exemple en Champagne à Villemaur-sur-Vanne « Les Gossements » (Aube) (Tikonoff, 1999) où ils sont nettement plus abondants ou bien encore à Bergère-les-Vertus « La Noue Abdon » (Marne) (Villes, 1991, fig. 4A). Ce sont dans des ensembles rattachés au Hallstatt C qu’on les rencontre essentiellement (Rosheim « Sandgrube »-1, Sainte-Croix-en-Plaine, Lingolsheim). Ce serait donc à cette période qu’ils se développeraient principalement dans notre région, formant une série homogène et relativement aisée à caractériser comme à Choisey « Parthey » (Jura) (Labeaune, 1999, fig. 16, 17, 25 et 29). À Tavaux « Aérodrome » et à Tavaux « Les Saules » (Jura), ils seraient plutôt caractéristiques du Bronze final IIIb et du Hallstatt C2/D1 (Ganard, 2005, fig. 21, 23, 35). Il en va différemment aux périodes suivantes, où cette forme est moins typée et se distingue parfois difficilement du type 6210. Elle semble se raréfier au Hallstatt D1 comme le souligne le corpus de l’habitat de Brumath. Si on la rencontre encore ponctuellement au Hallstatt D3-La Tène A (Merxheim), elle semble disparaître à La Tène. En effet, le récipient de Pfulgriesheim attribué au type 5200, s’il répond globalement à la définition, reste, de par sa petite taille, très anecdotique et ne saurait avoir une quelconque valeur chronologique.

Fig. 18. Formes représentatives et évolution du type 5200 en Alsace et en Lorraine.

108En Lorraine, en dehors du site de Frouard (un vase, Hallstatt D3), les rares exemplaires se rattachent tous pratiquement au Hallstatt C.

Les formes hautes à corps complexe ou segmenté

Types 6110A et B (fig. 19)

109Ce type bitronconique, sans bord distinct, mais à la carène toujours franche, se rencontre sur la plupart des gisements recensés dans notre corpus, aussi bien en Alsace qu’en Lorraine. Deux sous-types sont distingués : l’un à profil très caréné avec une partie supérieure qui peut être resserrée et concave (6110A) (Morsbach, Gondreville « ZAC de la Roseraie », Art-sur-Meurthe, Geispolsheim-1, Holtzheim, Rosheim « Mittelweg-SCI 4 Portes »), l’autre à carène plus douce présentant souvent, au niveau de la partie supérieure rentrante, une très légère inflexion concave, sans que le bord ne s’évase (6110B) (Woippy, Vigny, Messein, Lingolsheim, Geispolsheim-1). Cependant dans de nombreux cas, la fragmentation des vases ne permet pas d’établir une quelconque distinction entre les deux sous-types. Dans l’ensemble, le diamètre à l’ouverture est nettement plus petit que le diamètre maximal du vase.

110Pour la dénomination du type 6110, voir les remarques générales en tête de chapitre.

111Réalisés en céramique grossière, certains modèles sont décorés sous la lèvre d’un cordon digité (Morsbach, Flévy, Florange, Art-sur-Meurthe, Colmar-Housen, Merxheim, Wolfgantzen, Ensisheim) ou de digitations (Crévéchamps, Woippy, Flévy, Florange, Vigny, Gondreville, Messein, Art-sur-Meurthe, Lingolsheim, Brumath, Geispolsheim, Ensisheim, Holtzheim, Rosheim « Mittelweg-SCI 4 Portes »). Une double ligne de digitations orne certains récipients à Gondreville et à Vigny, voire une triple ligne à Gondreville. La lèvre peut, elle aussi, être rehaussée de digitations (Flévy, Florange, Vigny, Frouard, Colmar-Houssen, Illfurth « Buergelen »-1, Brumath, Geispolsheim, Holtzheim, Rosheim « Mittelweg-SCI 4 Portes »). À Gondreville, un petit récipient est décoré de groupes de trois lignes verticales parallèles, surmontés d’au moins une ligne horizontale ; toutes ces lignes sont constituées de petites impressions circulaires (cf. Décors).

112Il est important de souligner l’absence totale de ces deux sous-types dans les ensembles d’Alsace bien calés au Bronze final. Ces vases sont peu documentés dans les ensembles du Hallstatt C-D1 de Lorraine comme d’Alsace (Woippy, Morsbach, Crévéchamps, Flévy, Colmar-Houssen, Lingolsheim). À noter toutefois que les éléments suffisamment pertinents manquent parfois pour distinguer clairement les types 6110 et 6120 (cf. Brumath-1 ou Rosheim « Sandgrube »-2).

113Pour les phases récentes en Alsace, ils voient leur fréquence augmenter sur certains gisements datés du Hallstatt D2 (Brumath-2, Geispolsheim) et du Hallstatt D3 (Wolfgantzen, Ensisheim). À La Tène A, ces deux types existent encore, de manière moins abondante si l’on se réfère aux quelques sites bien calés chronologiquement par la céramique tournée et le mobilier métallique, comme Rosheim « Mittelweg », Rosheim « Mittelweg-SCI 4 Portes » et Bischoffsheim.

114En Lorraine, la composition des ensembles céramiques est quasi identique. À Florange, leur présence est timide, mais la fragmentation des vases ne permet pas de distinguer une forme 6110 d’une 6120. Pour les habitats de Gondreville, Art-sur-Meurthe ou Vigny, le type 6110 constitue la majorité des formes hautes. Il se rencontre également sur le gisement daté du Hallstatt D3 d’Ars-sur-Moselle (Moselle), occupation ayant livré une fibule de type F3 (Blaising et alii, 2001, p. 38-40 et fig. 11-12 et 17). Le site de Messein « La Cité d’Affrique », dont la datation s’étend du Hallstatt D3 à La Tène A, voire La Tène B, par le contexte stratigraphique et le mobilier métallique, en possède cinq exemplaires. Cette forme représente donc en Lorraine, pour le Hallstatt D3, un élément caractéristique qui semble perdurer à la phase de transition Hallstatt D3/La Tène A et sans doute, mais dans une moindre mesure, à La Tène A.

Types 6120A et B (fig. 20)

115Le type 6120 se décline en deux sous-types sans encolure, l’un de forme sub-sphérique (6120A), dont le diamètre à l’ouverture est nettement plus petit que le dia mètre maximal du vase, l’autre de forme ovoïde (6120B), le diamètre à l’ouverture étant assez proche du diamètre maximal du vase. Ces deux sous-types sont, dans l’ensemble, difficiles à identifier compte tenu du degré de fragmentation des vases. Si une série de récipients répond globalement à la définition du type, la facture de leur pâte comme le choix des décors doivent être pris en compte et permettent de distinguer deux ensembles : ceux réalisés en céramique fine et ceux exécutés à partir d’une pâte plus grossière.

Fig. 19. Formes représentatives et évolution du type 6110A et B en Alsace et en Lorraine.

116Pour la dénomination du type 6120, voir les remarques générales en tête de chapitre.

117En Alsace, ce type apparaît essentiellement à travers une série de récipients réalisés en céramique fine et souvent décorés. À Houssen « Cora », l’embouchure est graphitée et la panse est peinte en rouge, tandis qu’à Sainte-Croix-en-Plaine, le vase porte des motifs graphités sur un fond rouge (Mentele et alii, 2005a, pl. 7, no 1). L’exemplaire de Colmar-Houssen est, quant à lui, non décoré. À ce jour, le type 6120 décliné en pâte fine n’a pas été identifié en Lorraine. Signalons toutefois dans le tumulus 13 de Clayeures « La Naguée » (Meurthe-et-Moselle), la présence d’un vase proche des modèles alsaciens. Il s’en distingue cependant par son décor composé non pas de peinture mais de lignes horizontales et verticales incisées (Olivier, 1986).

Fig. 20. Formes représentatives et évolution du type 6120A et B en Alsace et en Lorraine.

118Ces modèles rehaussés d’aplats de couleurs sont typiques du Hallstatt C, l’emploi du graphite constituant un bon jalon chronologique (cf. supra). Comme le précise S. Mentele, on les rencontre en association avec un rasoir dans une tombe de Koenigsbrück dans la forêt de Haguenau, de même que dans quelques sépultures du Wurtemberg (Mentele et alii, 2005a, p. 88). En revanche, ce type n’est pas attesté au Bronze final.

119Les formes 6120 réalisées en céramique grossière sont fréquentes en Alsace (Riedisheim, Illfurth « Buergelen »-1, Brumath…) comme en Lorraine (Woippy, Florange, Frouard, Gondreville et Art-sur-Meurthe). Elles peuvent être décorées d’une ligne digitée ou d’un cordon (Florange, Gondreville, Art-sur-Meurthe, Sainte-Croix-en-Plaine, Houssen-Cora, Riedisheim, Merxheim, Brumath-1 et 2). À Sainte-Croix-en-Plaine il s’agit d’un double cordon digité. La lèvre est aussi parfois ornée de digitations (Florange, Holtzheim, Illfurth « Buergelen »-1, Riedisheim). Le petit vase de Gondreville dont la surface est entièrement recouverte d’impressions digitées constitue un unicum de surcroît réalisé dans une pâte assez fine.

Fig. 21. Formes représentatives et évolution du type 6210A et B en Alsace et en Lorraine (céramique fine).

120Pour ces vases en céramique grossière, il est plus difficile d’établir une datation précise. Il semble que leur usage soit tardif. Ainsi à Frouard, ce type est associé à des éléments de parure du Hallstatt D tandis que le caractère récent de ces vases est également souligné par la séquence de « La Cité d’Affrique » à Messein. En effet, bien que plusieurs vases n’aient pu être attribués à l’une ou à l’autre des sous-familles 6110 et 6120 du fait d’un profil incomplet, ces récipients se répartissent équitablement entre la couche ancienne (Hallstatt D3 et Hallstatt D3/La Tène A) et la couche récente (La Tène A-B). Les habitats contemporains de « La Cité d’Affrique » (Gondreville, Art-sur-Meurthe) confirment cet état de fait. Leur présence en nombre souligne toutefois que le groupe de formes 6100 est caractéristique de la fin du Hallstatt et du début de La Tène.

Types 6210A et B (fig. 21 et 22)

121Les types 6210 et 6220 sont indiscutablement les formes hautes les plus fréquemment rencontrées, sur tous les gisements d’Alsace et ce, durant toute la séquence. En Lorraine, elles sont largement concurrencées par la forme 6110/6120, en particulier durant les horizons récents. Malheureusement, le taux de fragmentation du matériel ne permet pas toujours de distinguer les deux types. Une distinction entre les modèles exécutés en pâte grossière ou fine doit également être opérée. Le type 6210 peut être divisé en deux sous-types, l’un à panse biconique avec encolure et carène médiane (6210A), le second à carène haute (6210B). L’indice d’ouverture est assez variable, toutefois le diamètre maximal se situe généralement au niveau de la panse.

Fig. 22. Formes représentatives et évolution du type 6210A et B en Alsace et en Lorraine (céramique grossière).

122Pour la dénomination du type 6210, voir les remarques générales en tête de chapitre.

123Parmi le type 6210, les premiers, en céramique grossière, rassemblent surtout des récipients dotés d’un bord éversé relativement court, dont le raccord avec la panse est assez marqué et aigu. La pliure du col peut être agrémentée d’un cordon (Morsbach, Crévéchamps, Woippy, Riedisheim, Geispolsheim, Ensisheim), d’une ligne digitée ou imprimée (Rosières-aux-Salines, Morsbach, Jouy-aux-Arches, Flévy, Reichstett-1, Colmar « Diaconat », Riedisheim, Rosheim « Sandgrube »). Ces mêmes thèmes décoratifs peuvent orner le haut de la panse, sur des formes où le passage col/panse est moins marqué : cordon (Vigny, Brumath-2), impressions ou digitations (Messein, Art-sur-Meurthe, Merxheim, Rosheim « Sandgrube », Geispolsheim) et, ce qui constitue une nouveauté, double ligne digitée (Illfurth « Buergelen-2 », Messein, Art-sur-Meurthe), voire triple ligne imprimée (Messein) ou digitée (Bischoffsheim). On note encore des impressions sur la lèvre aussi bien en Alsace (Rosheim « Sandgrube »-2, Brumath-2, Illfurth « Buergelen »-2, Geispolsheim, Holtzheim) qu’en Lor raine (Florange, Gondreville, Vigny).

124Sur les seconds, réalisés en pâte fine, le bord oblique est souvent plus développé, mais de tels exemplaires semblent peu nombreux, en Alsace comme en Lorraine, et de surcroît rarement décorés. À signaler une série de cannelures sur le haut de la panse à Leutenheim (6210 ou 6220) et à Colmar « Diaconat », des décors géométriques à Reichstett, du graphite à Rosheim « Sandgrube »-2, ainsi que des petits mamelons à Woippy et à Riedisheim, thème décoratif que l’on retrouve à Crévéchamps sur une forme plus difficile à identifier.

125Si la forme à panse bitronconique et encolure, en céramique fine, est présente durant toute la séquence étudiée, elle montre en son sein des récipients somme toute très différents. En se fondant sur les particularités morphologiques énoncées ci-dessus (développement du bord, type et positionnement des décors sur le vase, facture du récipient), il est possible de proposer quelques repères chronologiques dans ce vaste corpus. Ainsi, les récipients à larges bords obliques se rencontrent dans tous les ensembles où les décors graphités sont présents, ce qui permet leur attribution chronologique à une période comprise entre le Bronze final et le Hallstatt D1. Leur rareté dans les ensembles du Bronze final de Reichstett-1 et leur absence à Colmar « Diaconat » et Leutenheim « Hexenberg » permet de réduire cette fourchette au Hallstatt C-D1.

126Pour la céramique grossière, outre le profil général du vase, c’est le type et la position du décor qui constituent un bon indicateur chronologique. Ainsi, pendant les phases anciennes (Bronze final IIIb-Hallstatt D1), cordons, lignes de digitations et autres impressions sont situés à la jonction entre la panse et le bord, bord qui, contrairement aux formes fines, n’est pas forcément très développé. Dans les ensembles attribués au Hallstatt D3 par la datation du mobilier métallique (Vigny, Messein), on remarque qu’avec l’avènement de formes plus ovoïdes, la pliure col/panse s’efface peu à peu et le décor tend à se situer plus bas sur la panse, qu’il s’agisse de cordons ou de digitations. Parallèlement, les lignes de digitations multiples font leur apparition (Messein, Art-sur-Meurthe, Bischoffsheim), caractéristique fréquente dans le Palatinat, qui s’observe au début du Hallstatt (Dehn, 1941, fig. 47, no 15) et surtout dans les ensembles du Hallstatt D (Joachim, 1968, pl. 24, nos 10-12 ; Neuffer, 1938/1939, fig. 4, no 5 ; Behaghel, 1943, pl. 14, B et C). On remarque ici et là quelques vases particuliers comme à Holtzheim (structure 66) : ils possèdent une carène haute et marquée, avec une encolure resserrée et concave (Hallstatt D2-D3). Des exemplaires très analogues ont également ont été mis au jour à Breisach (Balzer, 2006a, pl. 49), à Bischoffingen ou encore à Bötzingen (Röder, 1995), mais toujours dans des ensembles datés de La Tène A. À Messein, les quelques exemplaires attribués à cette forme ont été découverts dans la couche ancienne (Hallstatt D3 voire Hallstatt D3/La Tène A). Ils ressemblent quelque peu à des vases situliformes (selon la terminologie employée en Champagne, Bourgogne ou Picardie), mais très abâtardis. À Rosheim « Mittelweg » (structures 8 et 56) se trouve aussi ce type de vases, associé à de la céramique tournée datée de La Tène A (Jeunesse et alii, 1993).

Types 6220A et B (fig. 23 à 26)

127Le type 6220 constitue une variante plus sphérique du type précédemment décrit, avec lequel il est associé sur de nombreux gisements. Les spécimens très « ventrus » constituent la forme A, les plus élancés, la forme B. Compte tenu du fait que les vases sont le plus souvent représentés par la partie supérieure, voire le bord seul, il est en général difficile de distinguer les sous-types A et B. Suivant l’angulation observée entre le bord et la panse, trois variantes ont été distinguées : jonction très franche avec angulation aiguë (variante 1), bord éversé avec angulation plus souple (variante 2), bord subvertical avec angulation plus ou moins aiguë (variante 3).

128Pour simplifier le propos, une distinction entre céramique fine et céramique grossière doit être préalablement opérée. De plus un ordonnancement par variantes (fig. 23 et 25) et par phases (fig. 24 et 26) est proposé.

129Le type 6220, quelle que soit sa variante, est bien documenté en ce qui concerne la céramique fine, particulièrement en Alsace. Il se caractérise par des récipients à panse sphérique dont la surface est souvent agrémentée de décors variés. Dans l’ensemble, le diamètre à l’ouverture est nettement plus petit que le diamètre maximal du vase. Presque tous les vases de ce type correspondent à la variante 1. Il est intéressant de préciser également qu’il n’existe aucune forme 6220 en céramique fine à Riedisheim alors que ce site a livré un très abondant corpus de vaisselle de qualité. Dans l’ensemble, ils sont dotés d’un bord qui peut être oblique et large, voire très large, avec une jonction très franche avec la panse. En Alsace, on les rencontre à Leutenheim, Colmar « Diaconat » et Reichstett-1, gisement clairement ancré au Bronze final IIIb comme le souligne son mobilier métallique. On les retrouve également à Houssen « Cora », Colmar-Houssen, Lingolsheim, Illfurth « Britzgyberg », soit sur tous les gisements présentant de la céramique graphitée. Il en est de même en Lorraine, quoique les sites soient moins nombreux (Rosières-aux-Salines, Pagny-lès-Goin, Morsbach, Goin et Flévy). En l’absence d’éléments de comparaison stricts, il est difficile de définir si la forme 6210 ou 6220 à décor de cannelures, exhumée dans le niveau de sol de Vigny (Hallstatt D3), est résiduelle ou non.

Fig. 23. Formes représentatives du type 6220A et B en Alsace et en Lorraine (céramique fine, classée par variantes).

130Concernant les décors de la céramique fine, on observe en Lorraine des motifs graphités (Pagny-lès-Goin) ou des cannelures associées à du graphite (Rosières-aux-Salines). Les motifs poinçonnés (Woippy) ou les cannelures seules (Goin) sont plus rares. En Alsace, l’ornementation est plus riche et s’inspire sans conteste de la céramique de type « Alb-Hegau », extrêmement prisée sur la rive droite du Rhin (Keller, 1939 ; Bauer, 1988). Outre des décors de cannelures (Leutenheim « Hexenberg », Colmar « Diaconat »), d’incisions (Reichstett-1, Colmar-Houssen), de peinture rouge (Houssen « Cora »), de graphite (Houssen « Cora », Colmar-Houssen, Rosheim « Sandgrube »-2), on note aussi des décors polychromes en aplat ou en motifs (Colmar « Diaconat », Houssen « Cora ») et du graphite associé à des incisions (Houssen « Cora »). Un seul exemplaire est orné sur toute la panse d’un motif tapissant de digitations pincées (Lingolsheim).

131En Lorraine, les combinaisons décoratives sont dans l’ensemble beaucoup moins riches et se limitent pour l’essentiel à des aplats et des motifs graphités, la polychromie étant quasi inexistante. Mentionnons, à titre de comparaison, un vase de type 6220 décoré de zigzags graphités, découvert dans une sépulture à Argancy (Moselle) en association avec une jatte hémisphérique (type 1100) et une épée en alliage cuivreux de type Gündlingen, typique de l’horizon Hallstatt C2 (Schembri, 2008, p. 30 ; Dhennequin, 2005, p. 8). La nécropole de Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle) a livré également un exemplaire à large bord oblique abondamment décoré d’excisions triangulaires et carrées formant un damier tapissant, dans le tumulus 6 (Thévenin, 1981, p. 486). Ce vase, associé à une épée en fer de type Mindelheim et à un vase correspondant à une forme 2200B, décoré de cupules sur la face interne, est attribuable au Hallstatt C. Pour la Lorraine, ce type de vase ne trouve guère d’écho dans la céramique d’habitat, bien que ponctuellement quelques exemplaires ornés de la sorte soient découverts. C’est le cas à Bouxières-sous-Froidmont « Le Tremble, La Tuilerie » (Meurthe-et-Moselle) (Deffressigne, en cours) ou encore à Marly (Moselle) (Tikonoff et alii, 2008).

Fig. 24. Évolution de la forme 6220A et B en Alsace et en Lorraine (céramique fine, classée par phases).

Fig. 25. Formes représentatives du type 6220A et B en Alsace et en Lorraine (céramique grossière, classée par variantes).

132Compte tenu de ces diverses remarques, on peut considérer que les formes 6220 variante 1 (jonction col/panse aiguë) en céramique fine sont typiques des horizons anciens, avec la perduration de certains motifs incisés ou cannelés caractéristiques du Bronze final, à Reichstett-1 par exemple. Les motifs cannelés présentent particulièrement de bons éléments de comparaison sur la rive droite du Rhin à Endingen ou à Mengen, par exemple (Grimmer-Dehn, 1991, pl. 36, no 14 ; pl. 37, nos 1-2 ; pl. 69, no 4) (cf. Décors). Plus tard, le corpus décoratif d’Alsace s’inspire de l’ornementation de la céramique de type « Alb-Hegau », sans toutefois en atteindre l’exubérance et la richesse de composition. Cette céramique, extrêmement fréquente en Allemagne du Sud-Ouest et qui livre ses plus beaux exemplaires dans les nécropoles tumulaires du Bade-Wurtemberg, est précisément datée de l’horizon Hallstatt C-D1 (Aufdermauer, 1963, pl. A-B ; Zürn, 1987, pl. 68-69, pl. 304-308). Plus on évoluera dans la période hallstattienne, plus le type 6220 se raréfiera, définitivement remplacé à partir du Hallstatt D3 puis à La Tène par les formes 9100 et 9200.

Fig. 26. Évolution de la forme 6220A et B en Alsace et en Lorraine (céramique grossière, classée par phases).

133Les variantes 2 et 3 en céramique fine sont plus rares, avec quelques spécimens à bord évasé (Crévéchamps, Flévy, Gondreville, Rosheim « Sandgrube »-2) ou subvertical (Morsbach, Rosheim « Sandgrube »-2, Illfurth « Buergelen »-1, Brumath-2), ces derniers n’étant pas sans évoquer quelques formes basses de type 2200C variante 2, par exemple à Pagny-lès-Goin. Ces récipients présentent le même registre décoratif que celui énoncé pour la variante 1. La variante 2 est encore très présente à des phases plus récentes (La Tène A).

134La variante 3 à bord subvertical n’est que très peu documentée, mais on la rencontre en Alsace dans des contextes chronologiques plus réduits que les variantes 1 et 2, soit à la fin du Hallstatt D1, voire au début du D2. Les sites d’Illfurth « Buergelen »-1 et Brumath-1 montrent, en effet, des exemplaires de ce type, associés à mobilier métallique couvrant cette période. En Lorraine, aucun vase de ce type n’est présent à Flévy ou Florange ; ceux du site de Woippy, plus anciens, sont isolés dans l’état actuel de la donnée.

135Pour ces récipients de la variante 3, des parallèles sont attestés à Forchheim (Maise, Stöckl, 1994, pl. 53, no 22) et surtout à Oggelshausen-Bruckgraben (point 4), en association avec une épingle à spatule décorée au tremolo et un couteau en fer, ensemble daté à la transition Hallstatt C/D1 (Köninger, Billamboz, 2003, fig. 4). À titre informatif, les bois recueillis dans ce même sondage ont livré des dates d’abattage s’échelonnant entre 718 et 621 avant J.-C.

136Les récipients de type 6220 réalisés en céramique grossière sont moins typés et il est parfois difficile de départager les 6210 et les 6220, compte tenu du taux de fragmentation. Les variantes 1 et 2 sont fréquentes et se répartissent de façon variable sur de nombreux gisements. En revanche, la variante 3 à bord vertical se rencontre de manière anecdotique à Rosheim « Sandgrube »-2, à Illfurth « Buergelen »-1 ou à Riedisheim, et il n’en existe qu’un seul spécimen en Lorraine, à Pagny-lès-Goin. À quelques exceptions près, le diamètre à l’ouverture est proche du diamètre maximal du vase, qui se situe sur la panse.

137En Lorraine, la variante 1 est présente en exclusivité à Rosières-aux-Salines et Jouy-aux-Arches, la variante 2 à Crévéchamps, Flévy, Florange, Gondreville, Messein-2 Vigny et Art-sur-Meurthe.

138En Alsace, on retrouve la seule variante 1 à Colmar « Diaconat », Leutenheim, Reichstett-1, Lingolsheim et Riedisheim et la variante 2 à Bischoffsheim, Rosheim « Mittelweg » et Holtzheim. Les variantes 1 et 2 sont fréquemment associées à Houssen « Cora », Sainte-Croix-en-Plaine, Rosheim « Sandgrube »-2, Colmar-Houssen et Brumath-1 et 2, avec toutefois une nette dominance de la variante 2 sur ces deux derniers gisements.

139Les formes en céramique grossière présentent les mêmes décors que ceux évoqués pour le type 6210. À souligner cependant la présence d’un double cordon digité à Riedisheim, élément que l’on rencontre plus volontiers au Bronze ancien ou au début du Bronze moyen, mais qui n’est cependant pas exceptionnel à la « Heuneburg » (Van den Boom et alii, 1991, pl. 21, no 125 ; pl. 31, no 222), un motif de zigzag à Brumath-2 et diverses lèvres digitées (Houssen « Cora », Sainte-Croix-en-Plaine, Rosheim « Sandgrube »-2, Illfurth « Britzgyberg » et « Buergelen » 1-2, Brumath-1-2, Geispolsheim, Holtzheim).

140Compte tenu des ensembles de référence renfermant des éléments pertinents pour la datation (mobilier métallique, graphite, céramique tournée), on peut affirmer que la variante 1 (jonction col/panse très franche avec angulation aiguë) est caractéristique des ensembles anciens. Après une phase de coexistence avec la variante 2 (bord évasé avec angulation plus souple), cette dernière va s’imposer. Encore bien documentée à Brumath et Holtzheim, essentiellement par des vases à bord évasé, elle se raréfie voire disparaît des autres corpus d’Alsace (Wolfgantzen, Geispolsheim, Merxheim, Ensisheim, Hatten, Rosheim « Mittelweg ») comme de Lorraine (Vigny, Gondreville). Sur les gisements où elle est présente, les bords sont à peine marqués, ce qui les rapproche des types 6110 ou 6120 (Art-sur-Meurthe, Gondreville, Messein, Bischoffsheim, Rosheim « Mittelweg »). Certains vases 6220 provenant des sites de Holtzheim, Bischoffsheim, Rosheim « Mittelweg » et Rosheim « Mittelweg-SCI 4 Portes », en Alsace, et de quelques ensembles de Gondreville et Messein, en Lorraine, montrent une sinuosité plus accentuée.

141En conclusion, on soulignera que, lorsqu’il est réalisé en céramique fine, le type 6220 est presque exclusivement illustré par sa variante 1. Bien représenté du Bronze final IIIb au Hallstatt D1, il disparaît progressivement au cours du Hallstatt D2. C’est à cette période que les formes fines hautes, dans leur ensemble, se raréfient. La variante 2 n’est pas significative et la 3 semble plutôt s’attacher au Hallstatt D1, voire à la fin du Hallstatt D1 et au début du D2.

142Si la variante 1 connaît un pendant en céramique grossière, souvent décoré de lignes d’impressions ou d’un cordon à la jonction col/panse, la forme 6220 va évoluer au cours de la séquence vers des modèles à bord évasé (variante 2), de plus en plus petit à la fin du Hallstatt et au début de La Tène. Cette forme va significativement diminuer en nombre et être progressivement remplacée par les formes 6110 ou 6120 au Hallstatt D3, puis reprendre une place plus importante dès les débuts de La Tène, mais avec des profils somme toute assez peu galbés.

Type 7000 (fig. 27)

143Ce type correspond à des formes ventrues dont l’épaule est agrémentée d’un ressaut. On distinguera, cependant, les vases présentant une amorce de ressaut, induite par la présence de cannelures sur l’épaule (7000A), et ceux avec de véritables ressauts (7000B). Le diamètre à l’ouverture est fortement réduit par rapport à celui de la panse. En Lorraine, comme en Alsace, les vases pourvus d’un véritable ressaut sont dénommés « urnes à col quille », les « Kegelhalsgefässe » de la bibliographie allemande.

144Le type 7000 se rencontre fréquemment en Alsace, tout d’abord sous sa forme A (Leutenheim, Colmar « Diaconat »), puis avec un véritable ressaut (Reichstett-1, Houssen « Cora », Colmar-Houssen, Lingolsheim, Riedisheim, Illfurth « Buergelen »-1). Il peut être décoré de graphite en aplat ou en motifs (Houssen « Cora », Lingolsheim). La série la plus importante provient du gisement de Riedisheim et dans une moindre mesure d’Illfurth « Buergelen-1 » où ces vases sont décorés de graphite, d’incisions, de peinture ou de motifs poinçonnés formant des riches ornementations constituées de motifs géométriques en métopes (variante B).

145En Lorraine, cette forme apparaît très exceptionnellement : à Pagny-lès-Goin, il s’agit d’un récipient graphité, à Morsbach d’un curieux vase surbaissé, richement décoré d’excisions et de graphite (cf. Décors).

146Cette forme fait son apparition dès le Bronze final IIIb dans le Bade-Wurtemberg (Kimmig, 1940, pl. 27B, no 6) comme en Alsace (Colmar « Diaconat », Leutenheim). C’est principalement au début du Hallstatt qu’elle va se développer (Houssen « Cora », Lingolsheim, Riedisheim…). On note son association avec des objets métalliques, notamment des fibules serpentiformes à Illfurth « Buergelen »-1. Ces récipients restent toutefois relativement rares dans les habitats. En revanche, ils sont largement présents dans la plupart des tombes du Hallstatt C d’Alsace et d’Allemagne du Sud-Ouest. L’urne cinéraire d’Endingen en Bade est accompagnée d’un rasoir en alliage cuivreux de forme trapézoïdale (Maise, 2001, fig. 3). Dans cette région, on la rencontre encore au Hallstatt D, comme dans la tombe de Mauenheim, en association avec une fibule cornue et un poignard (Aufdermauer, 1963, pl. 6). Dans plusieurs tombes du Rhin-Main, ce type est aussi associé à des parures typiques du Hallstatt D1 (fibule serpentiforme, pince à épiler…) (Polenz, 1974, pl. 39, 40, 45 et 48). Puis il disparaît totalement à la phase suivante.

Fig. 27. Formes représentatives et évolution du type 7000 en Alsace et en Lorraine.

147En Lorraine, cette forme n’est pour l’instant pas attestée au Bronze final et reste exceptionnelle à la phase suivante (Morsbach, Pagny-lès-Goin). On soulignera cependant la présence d’un bel exemplaire richement décoré de motifs graphités (métopes remplies de damiers et chevrons emboîtés, séparés par des bandeaux verticaux, frise de chevrons, plage unie) recueilli dans le fossé de l’enclos (structure 18) de Mondelange « Schemerten » (Moselle) (Caumont, 2008, p. 37). De tels décors existent sur une urne de même type (quoique moins surbaissée) dans une crémation de Siefersheim (Rhénanie-Palatinat), par exemple (Behrens, 1927, fig. 138, no 8).

148Le vase de Morsbach affecte une forme surbaissée à large fond et petit ombilic agrémenté de points organisés en cercle. Il se distingue en cela des autres modèles qui, en dépit d’un épaulement marqué, sont plus élancés compte tenu du rétrécissement de leur base. Ce type de forme trapue existe ponctuellement dans diverses régions, toutefois elle ne présente a priori jamais de ressaut, qui fait la caractéristique principale du type 7000.

Type 9100 (fig. 28)

149Cette forme regroupe les vases hauts possédant une encolure souvent importante et plus ou moins concave (9100A) ou verticale (9100B), conférant à ces récipients un aspect très refermé.

150Selon la taille de ces vases, on les nomme « gobelets » pour les petits et « bouteilles » pour les plus grands.

151Le premier type de récipient (9100A) n’est observé que sur quelques sites, essentiellement à Gondreville, Messein-2 « La Cité d’Affrique », Art-sur-Meurthe pour la Lorraine et Geispolsheim, Bischoffsheim, Pfulgriesheim, Merxheim, Rosheim « Mittelweg » et Rosheim « Mittelweg-SCI 4 Portes » pour l’Alsace. Ils sont pour l’essentiel en céramique fine.

Fig. 28. Formes représentatives et évolution du type 9100 en Alsace et en Lorraine.

152En Lorraine, on observe globalement deux sortes d’encolures. La première correspond à un col assez développé et concave, à la base duquel on note un point d’inflexion assez marqué avec la panse (Gondreville : structure 2142). La seconde, moins abondante, possède un col plus oblique et moins souple que le premier (Gondreville : structure 5002). Ces vases sont tous en céramique fine et de petite taille. Par ailleurs un seul exemplaire, en Lorraine, est décoré de lignes d’impressions digitées tapissant la panse (Gondreville : structure 2142). Les vases de grande taille sont connus principalement à Messein (quatre exemplaires) et à Art-sur-Meurthe (un exemplaire). La série de Messein est en céramique grossière. Un individu qui en provient est décoré d’une ligne d’impressions à la base du col. On constate qu’en dehors de la céramique tournée, la production est d’une qualité assez médiocre pour le site de hauteur de Messein. L’exemplaire d’Art-sur-Meurthe est en céramique fine.

153Les sites de Gondreville sont calés chronologiquement par du mobilier métallique dont la phase de production se situe au Hallstatt D3 et à La Tène A (Deffressigne et alii, 2002). À Méréville (Meurthe-et-Moselle), au pied du site de hauteur de « La Cité d’affrique » à Messein, un récipient de ce genre est associé à des formes basses peu galbées que l’on attribue volontiers à la fin du Hallstatt (Dreidemy, 1989, pl. 4, no 2).

154Dans l’Hunsrück-Eifel, ce genre de céramique à col développé se rencontre à la phase HEK IIA1, soit La Tène A1 avec une encolure plus concave (Haffner, 1976, t. 1, Beilage 5, 6). Les encolures moins marquées sont plutôt associées au HEK IB, soit le Hallstatt D3, mais cette fois avec une ouverture moins resserrée (Haffner, 1976, t. 1, Beilage 1). À Bragny-sur-Saône, cette forme apparaît dans les couches anciennes datées d’avant 480 (structure BG 86), soit le Hallstatt D3 (Labeaune, Wiethold, 2007). En Champagne, des récipients semblables sont attribués à la phase Aisne-Marne II A1 (début La Tène A), tandis que ceux de la période précédente ont une carène nettement plus proéminente et marquée, ne correspondant pas aux prototypes lorrains (Demoule, 1999, tab. 9.7 et 9.2).

155Compte tenu des connaissances actuelles, on peut considérer que l’apparition de ce type de vase à « col développé et concave » évolue sans doute entre le Hallstatt D3 et le début de La Tène A. Il se révèle comme un élément nouveau dans les corpus lorrains et semble accompagner le passage à la période laténienne.

156Parallèlement, les quelques modèles à cols plus obliques et moins souples trouvent à nouveau des comparaisons dans l’Hunsrück Eifel à la phase HEK IIA1, HEK IIA2 (Haffner, 1976), soit La Tène A. Cette variante pourrait donc être légèrement plus récente que celle décrite précédemment.

157En Alsace, les vases 9100A affectent, en règle générale, le même profil qu’en Lorraine et ils ne sont pas décorés. Sur les habitats d’Holtzheim, Wolfgantzen et Rosheim « Mittelweg », ces récipients sont présents dans une fourchette chronologique similaire à celle de la Lorraine. En effet, les exemplaires de Wolfgantzen et de Rosheim « Mittelweg » sont associés à de la céramique tournée, du Hallstatt D3 pour le premier et de La Tène A pour le second (Balzer, 2006a). Toutefois, par rapport à la Lorraine, la chronologie des vases 9100A doit, peut-être, être élargie au Hallstatt D2. À Bischoffsheim, en effet, l’un d’eux côtoie une fibule à double timbale typique du Hallstatt D2-D3. On en dénombre un exemplaire à Geispolsheim, mais en céramique grossière. Les fondements de cette réflexion sur la chronologie mériteront d’être mieux étayés par d’autres corpus avant d’être validés.

158Le type 9100B, à encolure verticale souvent développée, se rencontre essentiellement dans les corpus alsaciens (Bischoffsheim, Wolfgantzen, Merxheim, Rosheim « Mittelweg »). Ces vases sont principalement de bonne qualité et non décorés. L’exemplaire de Merxheim (structure 84) est constitué d’un col vertical surmonté d’un bord oblique et d’une panse qui semble ovoïde ; la jonction col/panse est bien marquée. Toujours à Merxheim et à Wolfgantzen, d’autres récipients à encolure verticale sont à bord droit et la jonction col/panse est cette fois-ci sans rupture. L’habitat de Wolfgantzen, doté de mobilier métallique daté du Hallstatt D3, tout comme celui de Bischoffsheim, indique que la production de ce type de vase se fait dès cette période. Leur présence semble plus timide au début de La Tène, mais ces récipients étant, d’une manière générale, peu abondants, ces conclusions ne sont pas totalement assurées.

159En Lorraine, seul l’habitat de Gondreville et le site de hauteur de Messein en possèdent quelques exemplaires. Ces derniers sont difficiles à caractériser, la jonction col/panse n’ayant pu être reconstituée.

160De manière générale, le type 9100A et B se situe chronologiquement à la fin du Hallstatt et au début de La Tène en Alsace et en Lorraine. À titre d’exemple, de grands vases hauts à encolure très resserrée, verticale ou concave, se rencontrent aux phases I-III de la « Heuneburg », soit le Hallstatt D2-D3 pour l’essentiel, mais aussi dès le Hallstatt D1 (Fort-Linksfeiler, 1989, pl. 49-50).

Fig. 29. Formes représentatives et évolution du type 9200 en Alsace et en Lorraine.

Type 9200(fig. 29)

161Les vases de la forme 9200 sont peu différents la 9100, seule la taille de l’encolure et la position de l’épaulement changent. Le col est généralement très développé et la concavité souvent marquée, alors que la carène s’abaisse.

162En Lorraine, aucun vase ne se rattache réellement à ce type de forme. En Alsace, elle est présente exclusivement sur les habitats de Rosheim « Mittelweg » et de Rosheim « Mittelweg-SCI 4 Portes » dans un contexte récent, La Tène A si l’on se réfère aussi bien au mobilier métallique qu’à la céramique Ce sont des récipients de petite taille en céramique fine dont le col peut être très haut (Rosheim « Mittelweg-SCI 4 Portes »). Cette forme semble être une caractéristique de la région qui trouve des parallèles dans le sud du Bade, à Bad Krozingen, par exemple (Röder, 1995), mais aussi dans la région du Rhin moyen, à Wierschem (Jost, 2001), sur des sites d’habitat également datés de La Tène A. Ces formes sont non tournées en pâte fine ou semi-fine. On retrouve encore le type 9200 dans des ensembles datés de La Tène B, à Colmar « Jardin des Aubépines » (Roth-Zehner et alii, 2008 ; Roth-Zehner, 2008). Un seul exemplaire tournéa été répértorié en Alsace, mais dans un contexte plus tardif, daté de La Tène B, à Flaxlanden (Haut-Rhin) (Roth-Zehner, Bakaj, 2004).

163Notons également qu’il s’agit de petites formes (entre 10 et 15 cm de hauteur), en Alsace, mais aussi dans les ensembles du Bade ou du Rhin moyen. À la « Heuneburg », ces formes, peu nombreuses, sont également de petite taille (Van den Boom, 1989, pl. 13, nos 21 et 51).

3.3. La céramique tournée. (S. Deffressigne, M. Landolt, M. Roth-Zehner, avec la coll. d’I. Balzer) (fig. 30a et b)

164Contrairement à ce qui a été énoncé dans le chapitre sur la méthodologie, une exception a été faite dans la sélection de la céramique tournée. En effet, certains tessons, bien que leur forme n’ait pu être caractérisée, ont néanmoins été pris en compte, la rareté des éléments ce choix.

La céramique tournée en Alsace

Le Hallstatt D3

  • 1 Colmar « Rue Balzac/Rue des Aulnes », Wolfgantzen « Déviation RN 415 », Merxheim « Trummelmatten », (...)

165Dans la plaine d’Alsace, on recense aujourd’hui quinze sites d’habitat du Hallstatt D3, dont seuls cinq ont livré des fragments de céramique tournée (Roth-Zehner, 2007)1. Ces fragments se limitent souvent à quelques exemplaires, parfois difficilement identifiables. Les tessons tournés ne dépassent pas les 3 % des ensembles étudiés.

166Les formes 2 recensées sont majoritairement des formes basses de type écuelles carénées décorées de cannelures sur le col. Quelques-unes peuvent éventuellement être attribuées à des formes hautes (Merxheim : structure 80, Wolfgantzen : structure 126).

167Les formes basses. Les formes recensées dans la plaine d’Alsace appartiennent aux types 1200 et 2200C. Elles sont nettement majoritaires pour l’ensemble de la céramique tournée du Hallstatt D3 et présentent des décors cannelés sur la face externe.

168La forme 1200, ornée de fines cannelures, est très rare et n’est recensée qu’en un seul exemplaire à Merxheim. D’après les travaux menés par I. Balzer sur le site de Breisach « Münsterberg », ce type de décor apparaît à la transition Hallstatt D2/D3 et ne semble pas perdurer au-delà du Hallstatt D3 dans le sud de la plaine du Rhin supérieur (Balzer, 2006a, p. 231-234).

169Le reste des formes identifiées se rattache à des formes de type 2200C à l’encolure assez développée et à peine concave. Elles sont décorées de fines cannelures sur0 la face extérieure du col. Des vases complets comme celui découvert à Merxheim, sont rares. À Wolfgantzen, un exemplaire tourné est rehaussé de graphite (Kuhnle et alii, 1998a, p. 162) ; ce décor reste exceptionnel dans la région (Balzer, 2006a, p. 88-91).

Fig. 30a. Tableau de l’évolution de la céramique tournée en Alsace.

170Les formes hautes. Les formes hautes ne semblent pas abondantes. L’importante fragmentation de ce matériel, souvent fragile, peut expliquer cette lacune dans le recensement. L’ensemble de Wolfgantzen compte un bord appartenant au type 9100 et celui de Merxheim, un col à décor cannelé.

171Des fragments de pieds, pouvant appartenir à des formes hautes ou basses, ont également été mis au jour à Wolfgantzen.

172Toutes les formes dénombrées dans la plaine d’Alsace se rattachent typologiquement à celles répertoriées sur le site de Breisach « Münsterberg » (Bade-Wurtemberg), site de hauteur fortifié de la fin de l’époque hallstattienne. Elles appartiennent aux phases « Hallstatt D3 » et « phase de transition Hallstatt D3/La Tène A » (500-480/470 avant J.-C.), telles que les a définies I. Balzer dans sa thèse (Balzer, 2006a).

173Tous les sites du Hallstatt D3 ne comportent pas de tessons tournés. La céramique tournée n’existe aujourd’hui que dans le sud de la plaine d’Alsace, de Colmar à Mulhouse, dans une région où apparaît également un type d’écuelle carénée à décor cannelé non tourné (forme 2200C) correspondant peut-être à un groupe culturel particulier (Roth-Zehner et alii, 2007). Les différents ensembles présentent un mobilier métallique équivalent (fibules), ce qui permet d’admettre une contemporanéité relative des sites. La présence de céramique tournée ou non ne peut donc être comprise comme critère de datation.

174Notons également que les céramiques tournées n’apparaissent pas massivement sur les sites considérés comme importants, comme sur le site de hauteur fortifié d’Illfurth « Britzgyberg » et à Illfurth « Buergelen » ; seule une dizaine de fragments a été répertoriée.

La Tène A

175Les habitats du début de La Tène sont nombreux dans la plaine d’Alsace. On en comptabilise actuellement plus d’une soixantaine (Roth-Zehner, 2008). On note aujourd’hui au moins deux phases au sein de La Tène A. En premier lieu, une phase de transition Hallstatt D3/La Tène A, ou tout début de La Tène A, qui est représentée ici par le site de Rosheim « Mittelweg-SCI 4 Portes ». C’est un site qui présente un matériel laténien avec des fibules de la fin du Hallstatt D3. La particularité de ce site, comme de celui de Merxheim, est l’absence de céramique tournée. D’autres sites de la région rentrent dans cette catégorie (Colmar-Houssen « Gravière », fouille 1994, inédite). Dans le Bas-Rhin, on note cependant la présence de plusieurs tessons de céramique tournée dans un contexte daté de la transition Hallstatt D3/La Tène A à Entzheim « In der Klamm » (Landolt et alii, 2007 ; Landolt et alii, 2008). Il s’agit de formes 2200 cannelées (fines cannelures) ou non. Cette dernière forme, inédite en Alsace, est caractéristique de cette phase chronologique de transition à Breisach « Münsterberg » (Übergangszeit : Balzer, 2006a : type IIIc).

176Une nouvelle production de céramique tournée appelée « production de type Kaiserstuhl » apparaît vers le milieu de La Tène A (Jeunesse et alii, 1993 ; Röder, 1995 ; Röder, 2003a, 2003b). Cette céramique tournée, régulièrement attestée dans les ensembles alsaciens, peut parfois atteindre 10 % (Rosheim « Mittelweg » : Jeunesse et alii, 1993, p. 155 ; Colmar « Jardin des Aubépines » (Haut-Rhin) : Roth-Zehner et alii, 2007 ; Roth-Zehner, 2008), voire plus de 20 % du corpus (Souffleweyersheim « Les Sept Arpents » : Lefranc et alii, 2008 ; Geispolsheim « Schwobenfeld » : Landolt et alii, 2007, p. 275). Les productions reprennent les mêmes formes que celles répertoriées pour le Hallstatt D3, les formes 1200, 2200C et 9100.

177Les formes basses. Comme pour la période précédente, on recense parmi les formes basses les types 1200 et 2200C. Comparé au corpus hallstattien, le profil des carènes des types 2200C s’adoucit.

178La forme 1200 n’évolue que très peu et montre un profil très équivalent. C’est le décor cannelé qui change dans ce cas : les cannelures sont plus larges et surtout moins nombreuses. Ces formes se rencontrent fréquemment et plus particulièrement à la fin de La Tène A comme à Rosheim « Mittelweg ». Cette tendance a également été observée sur les ensembles de Breisach et ailleurs dans le Bade-Wurtemberg (Balzer, 2006a, p. 228). I. Balzer précise également que ces mêmes formes 1200, mais non décorées, appartiennent à la transition Hallstatt D3/La Tène A. Un tel degré de précision n’est pour l’instant pas possible en Alsace, les formes cannelées et non cannelées se côtoyant dans les mêmes ensembles (Rosheim, Merxheim).

179La forme 2200C est mieux documentée : son profil qui, à la transition Hallstatt D3/La Tène A, présentait une carène marquée, évolue au profit de formes plus rondes. Le décor se compose pour l’essentiel de cannelures positionnées sur la face externe de l’encolure. Leur nombre varie et leur forme a également évolué, elles sont plus larges, quelquefois seulement suggérées. Cette tendance a également été soulignée à Breisach (Balzer, 2006a) mais aussi à Bötzingen (Röder, 1995) pour ne citer que ces deux exemples du Bade-Wurtemberg.

180Les formes hautes. Seules les formes classées 9100 apparaissent en céramique tournée. Il s’agit de petites bouteilles carénées, typiques de cette phase. Elles sont relativement rares, mais représentent bien cette fourchette chronologique. Ces dernières ont été recensées à Breisach « Münsterberg » (Balzer, 2006a, fig. 66) et au « Üetliberg/Uto Kulm » (Hopert, 1996) ; mais là aussi, la représentativité de ces formes est minime.

181Des fragments de pieds hauts, comme ceux recensés au Hallstatt D3, sont absents des ensembles de La Tène A. Ces pieds hauts semblent laisser place aux pieds annelés.

182La céramique tournée laténienne présente un vaisselier déjà « standardisé » se limitant à des écuelles (formes 1200 et 2200) et des bouteilles (forme 9100). Il s’agit clairement d’une vaisselle de table. Sans avoir de lien direct avec les services du Hallstatt D3, on note pourtant d’importantes similitudes (formes tournées identiques : 1200, 2200, 9200). Des évolutions s’opèrent toutefois : les formes sont plus sinueuses et les décors de cannelures beaucoup plus lâches. Le nombre de tessons de céramiques tournées augmente également considérablement : de 3 % au Hallstatt D3 (Colmar, « Rue Balzac », Wolfgantzen, Merxheim, Illfurth), il dépasse les 10 % à La Tène A (Rosheim « Mittelweg » : Jeunesse et alii, 1993, p. 155) et peut atteindre plus de 20 % sur certains sites du début de La Tène (Souffleweyersheim « Les Sept Arpents » : Lefranc et alii, 2008 ; Geispolsheim « Schwobenfeld » : Landolt et alii, 2007, p. 275).

183Une partie de cette production de céramique tournée provient de la région du Kaiserstuhl comme l’ont démontré B. Röder, puis I. Balzer par des études pétrographiques et micromorphologiques (Röder, 1995 ; Balzer, 2004 et 2006a). Les fouilles de ces dernières années ont montré que toutes les formes tournées ne proviennent probablement pas d’un seul et même atelier, mais que leur fabrication a pu être réalisée à différents endroits, peut-être également dans la plaine d’Alsace (Kuhnle et alii, 1998a, p. 164-165 ; Balzer, 2006a, p. 173). Ces nouveaux éléments ont souligné la complexité des données et montrent que ces productions tournées prennent un essor considérable dès le milieu de La Tène A, essor marqué par la diffusion du tournage des céramiques.

Fig. 30b. Tableau de l’évolution de la céramique tournée en Lorraine.

La céramique tournée en Lorraine

184La transition Hallstatt D3/La Tène A et La Tène A-B

185En Lorraine, seul l’habitat fortifié de hauteur de « La Cité d’Affrique », installé sur un promontoire de la commune de Messein, a livré un lot conséquent de céramiques tournées. Il provient des fouilles de J. Beaupré au début du xxe siècle et de celles de J.-P. Lagadec réalisées entre 1981 et 1988 (Beaupré 1902 et 1912 ; Lagadec et alii, 1989, 1993 et 1999). À ce jour, les trente exemplaires dénombrés sont inscrits dans la fourchette chronologique établie par un mobilier métallique abondant, principalement des fibules datées du Hallstatt D3 à La Tène B. À noter qu’au pied de « La Cité d’Affrique », à Méréville « Le Breuil » (Meurthe-et-Moselle), un vase en céramique tournée a également été mis au jour ; il ne fait pas partie de notre corpus (Dreidémy et alii, 1989). En dehors de ces deux sites, seule la fouille de Marsal « Village », dans la vallée de la Seille, a livré de la céramique tournée (fouilles J.-B. Keune, Musée de Metz et L. Olivier, Musée d’Archéologie Nationale).

186Les vases de « La Cité d’Affrique » à Messein se répartissent inégalement entre les formes basses 1200, 2100 et 2200 (19 à 21 exemplaires) et les formes hautes 6100 et 6200 (7 exemplaires).

187Les formes basses. Les formes basses prédominent et c’est la forme 2200C qui rassemble la majorité des récipients (19 à 21 exemplaires). La forme 2100 n’est représentée que par un seul vase, contre deux pour la forme 1200.

188Dans la catégorie des céramiques tournées, le type 1200 est en effet très peu documenté. Ces formes sont décorées de larges cannelures sur la partie supérieure de leur face externe comme à Posieux « Châtillon-sur-Glâne » (Suisse) (Dietrich-Weibel et alii, 1998), au « Münsterberg » à Breisach (Allemagne) (Bender et alii, 1993 ; Balzer, 2006a) ou encore à Bragny-sur-Saône (Flouest, Labeaune, 2009). L’une d’entre elles semble très aplatie comme une assiette. Ce type de vase semble attaché le plus souvent à la phase très récente du Hallstatt (Hallstatt D3) et/ou très ancienne de La Tène. I. Balzer signale que cette famille de vase décoré de petites cannelures appartient à la phase D3 du Hallstatt à Breisach ; quand il est orné de cannelures plus larges, il est plutôt caractéristique du début de La Tène, sur le même site comme dans le sud du Pays de Bade (Balzer, 2006a et 2006b).

189Le type 2100C n’est illustré que par un seul vase, de surcroît incomplet. Son profil évoque des formes non tournées que l’on aura tendance à dater de la phase D2 voire D3 du Hallstatt en Lorraine (Florange, Frouard). Il ne trouve pas de comparaison ni à Breisach, ni à Posieux « Châtillon-sur-Glâne » (Balzer 2006a ; Dietrich-Weibel et alii, 1998).

190Seul le type 2200C est, comme nous l’avons vu, bien renseigné et peut être lui-même divisé en deux groupes principaux. Le premier rassemble les vases au profil plus ou moins sinueux, et le second ceux dont la carène est aiguë et marquée.

191Au sein du premier groupe, une première variante (variante 1) comporte des vases dont la carène est peu marquée et non débordante avec un bord court peu distinct. Ils ressemblent aux récipients non tournés comme ceux de Gondreville par exemple pour la fin du Hallstatt. Ils sont identiques aux formes non tournées de la nécropole de Chouilly « Les Jogasses » (Marne) (Hatt, Roualet, 1976, sépulture 37, no 859), datées du Hallstatt final IIb, soit l’équivalent du Hallstatt D3. Ils ne sont pas décorés.

192La variante 2 comporte trois céramiques cannelées à carène très arrondie parfois très proéminente. Les cannelures (de une à trois) sont larges et installées sous le bord. Aucun des exemplaires retrouvés ne possède une partie supérieure entièrement conservée. Un seul vase, connu par une photo de J. Beaupré, permet de mieux juger de la forme presque complète. Le bord y est court, évasé et placé juste au-dessus des cannelures larges et très marquées. Cette variante est par ailleurs très fréquente sur l’habitat de hauteur de Posieux « Châtillon-sur-Glâne » (Suisse) (Dietrich-Weibel et alii, 1998, pl. 21, 22) et il s’en trouve également des exemplaires à Breisach (Bender et alii, 1993 ; Balzer, 2006a, pl. 33). On la rencontre tout au long des trois phases d’occupation du site de Villars-sur-Glâne, Posieux « Châtillon-sur-Glâne », de la transition Hallstatt D2/D3 jusqu’à la transition Hallstatt D3/La Tène A (milieu du ve siècle avant J.-C.), dans le groupe des écuelles à profil en « S » (Dietrich-Weibel et alii, 1998, p. 86, no 102).

193Un autre récipient de Messein pourrait rejoindre cet ensemble bien qu’il soit de grande taille. Il montre un bord éversé et un haut de panse décoré de larges cannelures. Des grands vases de ce genre se trouvent également sur certains sites ayant livré de la céramique tournée du début de La Tène (Posieux « Châtillon-sur-Glâne », Breisach…).

194Les récipients rattachés au second groupe sont munis d’une carène anguleuse et basse, surmontée pour l’essentiel d’une encolure concave et souvent très développée.

195Le seul représentant de la variante 1 possède un col presque droit où des cannelures étroites alternent avec de très légers bourrelets sur la face externe. C’est le seul vase de « La Cité d’Affrique » à posséder des cannelures aussi fines. D’après les travaux de thèse d’I. Balzer et les études menées à Posieux « Châtillon-sur-Glâne », ce genre de récipients serait datable de la phase transitionnelle entre le Hallstatt et La Tène (Balzer, 2006a ; Dietrich-Weibel et alii, 1998, p. 106).

196On distingue une variante 2 : les vases sans ornement au profil très anguleux. Les plus segmentés se rapprochent de certaines formes champenoises de La Tène A (Aisne-Marne IIb-IIc) (Hatt, Roualet, 1977, pl. VI, no 14 ; Demoule, 1999, tab. 9.2, nos 5212, 57222…), mais ils ne trouvent pas de parallèles dans les habitats voisins (Gondreville, Fontenoy-sur-Moselle, Art-sur-Meurthe, Frouard…). Actuellement seuls les sites de Bure et de Trémont-sur-Saulx dans la Meuse, géographiquement plus proches de la Champagne, en ont livré quelques exemplaires, mais en céramique modelée (Robert et alii, 2005, fig. 9 ; Krzyzanowski, Lepage, 1993, p. 275, no 19).

197La variante 3 est la mieux renseignée à Messein. Elle est décorée pour l’essentiel de cannelures larges en faible relief séparées parfois d’un méplat. Elle se caractérise par une encolure très développée et concave. Le vase trouvé à Méréville au pied de « La Cité d’Affrique » est également de ce type. On note aussi la présence d’un exemplaire avec un bourrelet. Il se trouve deux parallèles très proches en Allemagne, dans la nécropole de Deidesheim (Rhénanie-Palatinat), dans les environs de Neustadt, datés par l’auteur du début de La Tène (Ältere Latènekultur) (Engels, 1967, pl. 28). En Champagne, une céramique similaire provenant de la sépulture 30 de la nécropole des Grandes Loges « Les Vaches Mortes » (Marne) est donnée de La Tène ancienne Ib (450-400 avant J.-C.) (Charpy et alii, 1991). Dans l’Hunsrück-Eifel, quelques vases présentent des profils similaires à la période HEK IIB soit La Tène B2 (Haffner, 1976). À Messein, cet ensemble décoré de larges cannelures paraît dater de La Tène A, voire de La Tène B. Ces pièces de comparaison ne sont toutefois pas en céramique tournée.

198Enfin, au sein de cette troisième variante, un seul vase n’est décoré que de fines cannelures. Des exemplaires identiques existent sur les sites hélvétiques de Posieux « Châtillon-sur-Glâne » (Fribourg) (Dietrich-Weibel et alii, 1998 p. 101) et du « Üetliberg/Uto-Kulm » (Zurich) (Siegfried, 1997, p. 31, fig. 4-1b). Ils sont moins courants à Breisach (Allemagne) (Balzer, 2006a, pl. 60). Ils sont situés chronologiquement au Hallstatt D3 et à la phase de transition Hallstatt D3, La Tène A, où ils sont considérés par l’auteur de l’étude de Posieux « Châtillon-sur-Glâne » comme une évolution des « écuelles à partie supérieure haute verticale et rectiligne ».

199Les formes hautes. Cinq à sept exemplaires trouvés à Messein se rapportent à des formes hautes 6100 et 6200.

200Trois vases appartiennent à la catégorie des 6100. Ils montrent un bord droit ou peu galbé, installé dans le prolongement de la partie supérieure de la panse. Les cannelures placées sous le bord sont plus ou moins larges. Les vases sont trop incomplets et leurs caractéristiques morphologiques ne sont pas suffisantes pour entrer dans le détail de la datation. Seule la taille des cannelures permet une approche chronologique (Balzer, 2006a). Le plus petit des vases avec ses fines cannelures pourrait dater du Hallstatt D3 ou du tout début de La Tène. Les deux autres aux larges cannelures seraient plutôt en phase avec la période de La Tène A voire B toujours d’après I. Balzer (Balzer, 2006a). Ils ne trouvent pas de comparaisons directes dans les sites actuellement connus pour avoir livré de la céramique tournée.

201Les deux seules formes rattachées de manière certaine au type 6200 ont une encolure évasée plus marquée et pour l’exemplaire le mieux conservé, une carène arrondie, mais prononcée. Ce dernier vase s’apparente morphologiquement à certains exemplaires de céramique fine non tournée qui proviennent de l’Hunsrück-Eifel (période HEK IIA1-début HEK IIA2, soit La Tène A1-début A2), mais qui ne peuvent pas être considérés comme des parallèles directs (Haffner, 1976, supl. 3). Comme pour la forme précédente, la taille des cannelures joue le rôle de marqueur chronologique, les plus larges étant à considérer comme les plus récentes.

202Un autre vase déjà évoqué dans le paragraphe sur les formes basses 2200C pourrait néanmoins être rattaché à cette forme haute. Il est proche d’un exemplaire découvert à Hoppstädten, dans le Hunsrück, orné de fines cannelures, mais non tourné (Haffner, 1976, pl. 42-7).

203Les fonds. De nombreux fonds annelés ainsi qu’une petite dizaine de petits pieds creux sans connexion avec une forme quelconque, complètent l’ensemble de la céramique tournée. Ces derniers sont généralement tronconiques, bien que l’un d’eux soit largement évasé comme ceux rencontrés sur de nombreux sites déjà mentionnés. Ils semblent surtout attachés aux grands récipients hauts appelés bouteilles par la plupart des auteurs, mais aussi à certains vases bas.

204L’ensemble des fonds tournés découverts à Messein se rencontrent à Vix « Mont Lassois » (Joffroy, 1960 p. 50-51 ; Durand, 2000), à Posieux « Châtillon-sur-Glâne » (Dietrich-Weibel et alii, 1998, pl. 12-15), à Breisach (Balzer, 2006a, pl. 12, 35, 123, 167), à la « Heuneburg » (Van den Boom, 1989 ; Fort-Linksfeiler, 1989) pour la fin du Hallstatt et le début de La Tène.

205Un petit pied est plus particulier. Soit il appartient à un micro-vase, soit il correspond aux petits vases hauts souvent ouverts, mais non tournés, que l’on trouve en Champagne notamment dans la nécropole des « Jogasses » à Chouilly à La Tène ancienne Ia, c’est-à-dire à La Tène A1 (Hatt, Roualet, 1977, pl. IV no 19).

Conclusion et spécificités régionales

206La plupart des variantes des récipients bas de Messein (avec ou sans cannelures, carène douce ou anguleuse) trouvent de nombreux parallèles surtout en Suisse (Posieux « Châtillon-sur-Glâne », « Üetliberg/Uto-Kulm »), en Allemagne principalement dans le Bade-Wurtemberg et en France plus ponctuellement à Bragny-sur-Saône. La chronologie semble correspondre à la fin du Hallstatt D3 et à la transition avec La Tène A pour quelques modèles, alors que la majorité des vases paraissent orientés vers La Tène A, voire La Tène B.

207Les comparaisons pour les vases hauts de Messein sont plus délicates. Ils possèdent en effet une encolure très peu refermée et leur morphologie semble différente de celles des vases hauts découverts sur d’autres sites. Ils ne connaissent guère de réelle correspondance dans l’état actuel des recherches. À Posieux « Châtillon-sur-Glâne », comme à Breisach ou à la « Heuneburg », les formes hautes sont munies des hauts cols concaves et très étroits, souvent ornés de cannelures, de bourrelets et installés sur de hauts pieds étroits également cannelés. La taille de leurs cannelures indique toutefois qu’il s’agit de formes tardives, c’est-à-dire correspondant plutôt au début de La Tène.

208Le lot de céramiques tournées de « La Cité d’Affrique », à Messein, semble donc s’échelonner entre la fin du Hallstatt D3 et le début de La Tène sans doute jusqu’à La Tène B, avec un net accroissement du nombre de vases au second Âge du Fer.

209Les corpus de céramiques tournées alsaciens et lorrains ne sont pas datables des mêmes périodes du Hallstatt, aussi leur comparaison ne peut-elle se faire que sur les exemplaires les plus tardifs, ceux de La Tène A et B.

210On retrouve pour cette période (La Tène A et B) les mêmes formes ouvertes à corps complexe (forme 2200C) décorées de larges cannelures, mais on note toutefois quelques différences. Les vases lorrains sont plus anguleux et surtout plus bas que les vases alsaciens. Il faut malgré tout rester très prudent dans les conclusions, cette comparaison ne s’effectuant qu’à partir de quelques exemplaires.

211Enfin on peut noter qu’entre les deux corpus, la forme 1200 est identique quelle que soit la période concernée, du Hallstatt D3 à La Tène B. Seule la taille des cannelures évolue, d’étroites à larges.

3.4. Divers. (A. Boyer, S. Deffressigne, M.-P. Koenig, M. Landolt, M. Roth-Zehner)

3.4.1. Entonnoirs (type 8000) (fig. 31)

212Comme pour les couvercles, l’identification des entonnoirs est certainement limitée par le problème de fragmentation. En l’absence de leur partie inférieure, ils ne sont pas reconnaissables en tant que tels et ils sont probablement intégrés à tort aux groupes 1100 ou 1200 comme des formes basses et ouvertes. Ils sont le plus souvent d’une facture relativement soignée sans toutefois atteindre un degré de finition qui en ferait de la vaisselle fine.

213Les entonnoirs sont peu nombreux en Lorraine comme en Alsace, avec en tout sept exemplaires répertoriés dans nos corpus. En dépit de ce nombre relativement faible d’exemplaires, on peut distinguer néanmoins trois variantes typologiques, en fonction du galbe plus ou moins prononcé de leur partie supérieure.

214La variante 1 présente un profil tronconique, comme l’illustre, en Lorraine, un entonnoir de Gondreville. L’exemplaire provenant d’Achenheim (Bas-Rhin) peut être rattaché à cette variante (Heintz, 1953, pl. VIII, no 27). Il provient d’une structure datée du Hallstatt final (Koenig et alii, 2005, p. 246). De même un exemplaire quasiment complet a été retrouvé à Breisach « Münsterberg » dans un contexte du Hallstatt D3-La Tène A (Balzer, 2006a, pl. 90, no 11).

Fig. 31. Typologie des entonnoirs (type 8000) présents dans le corpus.

215La variante 2, plus sinueuse, présente une panse curviligne et un bord plus ou moins rentrant généralement arrondi (voire biseauté à l’extérieur). On note un exemplaire complet de ce type à Gondreville/Fontenoy-sur-Moselle. Hors de notre corpus, on mentionnera pour cette variante une importante série à Geispolsheim « Schwobenfeld » (Bas-Rhin) (Landolt et alii, 2007 ; fouilles Michaël Landolt 2008-2009), un exemplaire à Frouard « Saule Gaillard III » (Meurthe-et-Moselle) (Feller, Leroy, 1990, pl. 3) et un autre à Hagondange « Lotissement Gutenberg » (Moselle) (Gérard, 2002, fig. 31). Pour le début de La Tène, on signalera aussi les deux exemplaires complets de Reinheim « Homerich » (Sarre ; Reinhard, 2004, p. 67 ; Petit et alii, 2005, p. 37), celui de Singen am Hohentwiel « Mühlenzelgle » (Bade-Wurtemberg ; Hopert, 2003, fig. 9, no 9) et celui de Breisach « Münsterberg » (Bade-Wurtemberg ; Bender et alii, 1993, pl. 56, no 66). La forme complète d’entonnoir provenant de la fosse 103 d’Achenheim peut se rattacher à cette variante même si le bord n’est pas rentrant (Heintz, 1964, pl. VIII, no 1).

216Pour ces deux premières variantes, on trouve également quelques fragments de goulots à Messein « La Cité d’Affrique » (trois individus), à Geispolsheim ou encore à Brumath, mais leur état trop lacunaire ne permet pas de les rattacher à un type particulier. Hors du corpus pris en compte dans l’étude, d’autres exemplaires sont à signaler en Alsace à Habsheim « Landserer Weg » (Haut-Rhin) (Cantrelle et alii, 1999, pl. 31, no 10) ou dans d’autres régions comme à Vix « Mont Lassois » (Côted’Or) (Chaume, 2001, pl. 73), Singen « Mühlenzelgle » (Bade-Wurtemberg ; Hopert, 2003, fig. 9, no 8) et à 0 10 cm Breisach « Münsterberg » dans des contextes datés du Hallstatt D3-La Tène A (Balzer, 2006a, pl. 90, no 1). La partie inférieure (goulot) quant à elle est soit verticale (Geispolsheim, Gondreville, Habsheim, Singen, Vix), soit légèrement évasée (Frouard, Gondreville).

217La variante 3 présente un profil arrondi et ne possède pas de goulot : une perforation circulaire est réalisée avant cuisson au niveau du fond. Une forme complète est à noter en Alsace, à Illfurth « Buergelen » dans un ensemble daté du Hallstatt D3-La Tène A. Des fragments pouvant se rattacher à cette variante sont à noter à Trémont-sur-Saulx « La Garenne » (Meuse) (Krzyzanowski, Lepage, 1993, fig. 14, no 17) et à Bourges « Saint-Martin-des-Champs » (Cher) dans des contextes de la même période (Milcent, 2007, pl. 82). On connaît l’existence d’exemplaires similaires d’une hauteur un peu plus élevée en Allemagne à Gaukönigshofen « Wolkshausen-Rittershausen » (Bavière) pour le Hallstatt C-D1 (Posluschny, 2002, pl. 20, nos 184-185).

218La fonction de cet ustensile semble induite par la nature même de la forme, c’est-à-dire permettre de transvaser d’un récipient à un autre, un liquide ou un fluide. Ceux dont la partie inférieure est légèrement évasée conviennent bien au remplissage d’un sac ou d’une outre car on peut aisément les fixer à la base de l’entonnoir avec un lien. L’hypothèse d’un récipient lié à la préparation ou au service des boissons alcoolisées a aussi été évoquée (Milcent, 2007, p. 204).

219En Alsace et en Lorraine, les entonnoirs sont toujours associés à des habitats appartenant aux périodes du Hallstatt D2-D3 et de La Tène A-B. Cela ne semble pas spécifique à ces deux régions puisqu’on en trouve à la même période en Allemagne. Ils sont illustrés par six exemplaires à la « Heuneburg », compris dans un intervalle chronologique allant du Hallstatt D1 au Hallstatt D3 (Fort-Linksfeiler, 1989, pl. 78), plusieurs exemplaires également à Breisach « Münsterberg » dans des contextes du Hallstatt D3-La Tène A (Bender et alii, 1993, pl. 56, no 66 ; Balzer, 2006a, pl. 90, no 11). Dans le Bade-Wurtemberg encore, au nord de la Forêt-Noire, un ensemble du début de La Tène en a livré deux (Jensen, 1986, pl. 28). Toujours en Allemagne, dans le Maindreieck (triangle du Main), les spécimens mentionnés semblent légèrement plus anciens (Hallstatt C-D1) (Posluschny, 2002, p. 145).

3.4.2. Couvercles (type 10000) (fig. 32)

220Au sein de la vaisselle utilitaire, l’identification des couvercles est généralement difficile compte tenu du taux de fragmentation de la céramique. Leur forme générale ne les différencie en effet que peu des formes ouvertes simples (1100A) lorsque l’élément de préhension sommital fait défaut. De plus, même si les récipients pourvus d’une anse demeurent rares à l’Âge du Fer, on ne peut, ipso facto, exclure leur appartenance à d’autres types de récipients (jarres, pots…). Dans la plupart des cas, la pâte est grossière et leur finition assez sommairement lissée.

221D’un point de vue typologique, deux formes peuvent être distinguées : d’une part les couvercles affectant un profil général en calotte (variante 1), d’autre part ceux à partie supérieure aplatie (variante 2). Les anses sont toujours massives et de section ovalaire. Dans l’ensemble, les couvercles sont dépourvus de décors ; on évoquera cependant deux éléments attribués avec réserve à des couvercles. Le premier est une anse digitée exhumée à Bischoffsheim (Lefranc et alii, 2004). Cet élément reste unique dans les sites alsaciens et se rencontre généralement dans des ensembles datés du Hallstatt D1 (Boyer, 2005). Le second présente une lèvre digitée à Wolfgantzen (Kuhnle, et alii, 1998a, fig. 27, no 25) ; il connaît des parallèles sur des modèles de la « Heuneburg » (Van den Boom, 1989, pl. 33 nos 387-388 ; Gersbach, 1995, pl. 7, no 7). Un couvercle appartenant à la variante 2 présente, quant à lui, la particularité d’être pourvu d’une encoche à Brumath (Mentele et alii, 2005b, pl. 4, no 13), ce qui conduit Ch. Maise à reprendre une hypothèse de W. Dehn, à savoir considérer que certaines jattes à encoches sont des couvercles (Maise, 2001, p. 404). Enfin, une assiette peinte en rouge correspondant peut-être à un couvercle provient de Geispolsheim (Koenig et alii, 2005, p. 236).

Fig. 32. Typologie des couvercles (type 10000) présents dans le corpus.

222Si l’existence de couvercles s’adaptant sur des jattes ou des pots ne pose aucun problème, l’hypothèse d’un couvre-feu a, en revanche, été évoquée pour les plus grands modèles de Geispolsheim (Koenig et alii, 2005, p. 215). En Gaule méridionale, les traces de feu d’un diamètre supérieur à 35 cm, observées sur les plaques foyères, conduisent à émettre l’hypothèse de la présence de couvre-feu et de couvercle de four mobile (Nin, 2003, p. 129-131).

223À ce jour, aucun exemplaire n’a pu être identifié dans le corpus lorrain. En Alsace, c’est indiscutablement sur le gisement de Geispolsheim qu’ils ont été retrouvés en grand nombre avec huit exemplaires. La variante 1 y est majoritaire, la seconde n’ayant été identifiée que par un exemplaire. Dans ce secteur géographique, les fouilles réalisées à Entzheim « In der Klamm » (Bas-Rhin) sur une occupation du Hallstatt D3/La Tène A ont également livré un exemplaire attribuable à variante 1 ainsi que plusieurs fragments d’anses dont une de forme coudée qui se distingue nettement de celle de notre corpus (Landolt et alii, 2007, p. 169-170). D’autres fragments de couvercles proviennent des fouilles récentes réalisées dans la continuité sur des occupations plus anciennes (Hallstatt C-D1) (fouilles M. Landolt 2008-2009). On signalera que certaines anses provenant de ces différentes occupations présentent un système de fixation utilisant un tenon du même type que celui attesté sur un fragment d’anse de Kienheim (Bas-Rhin) au Hallstatt D1 (Derville, 1953, pl. I, no 37 ; Koenig et alii, 2005, p. 246-247). D’autres fragments d’anses découverts à Brumath et à Rosheim « Sandgrube »-2 complètent cet inventaire. À Achenheim (Bas-Rhin), un exemplaire complet de couvercle attribuable à une variante 2 est daté du Hallstatt final (Heintz, 1953, pl. VIII, no 40 ; Koenig et alii, 2005, p. 246). Dans le Haut-Rhin, à l’exception d’un ou peut-être deux exemplaires trouvé(s) au niveau du « rempart Nord » du « Britzgyberg » (US 249) dans une couche datée du Hallstatt D1 (Boyer, 2005, pl. 84, no 2) et du fragment potentiel évoqué à Wolfgantzen, cet ustensile ne paraît pas en vogue, tout au moins dans sa version en terre cuite, des couvercles en bois étant toujours envisageables, comme le rappelle H. Van den Boom (Van den Boom, 1989, p. 37 et note 131).

224À Bourges (Cher), plusieurs couvercles sont attestés même si les éventuelles anses ne sont pas conservées dans des contextes de la fin du Hallstatt et du début de La Tène (Augier, 2007, p. 131-132). De l’autre côté du Rhin, le corpus de Breisach « Münsterberg » en a livré au moins un exemplaire (Bender et alii, 1993, pl. 39, no 20). La présence d’autres exemplaires reste plus difficile à confirmer (Balzer, 2006a, p. 101-102, 115). Les couvercles se rencontrent à la « Heuneburg » dans le Wurtemberg (Van den Boom, 1989, pl. 33-43) jusqu’au Palatinat (Koepke, 1998, pl. 221D, no 1 ; pl. 237, no 18 ; Engels, 1967, pl. 12A, no 11 ; pl. 27A, no 10). C’est dans cette dernière région que l’on observe de bons parallèles pour la variante 2 (Engels, 1967, pl. 8A, no 9 ; pl. 8B, no 14 ; pl. 10A, no 17). Plus à l’est, ils semblent rares ; ainsi, dans la région récemment étudiée du Nördlingen Ries (Bavière), par exemple, on n’en dénombre que trois exemplaires (Fries, 2005, p. 114 et pl. 19, no 13).

225D’un point de vue chronologique, tous les gisements d’habitat ayant livré des couvercles en Alsace s’échelonnent entre le Hallstatt D1 et le Hallstatt D3, voire à la transition avec La Tène ; ils constituent donc un bon critère de datation (tout au moins pour le Bas-Rhin). Les occupations du début du Hallstatt récemment fouillées d’Entzheim « In der Klamm » et de Geispolsheim « Schwobenfeld » en ont livré plusieurs exemplaires (fouilles M. Landolt 2008-2009). C’est également durant ces horizons qu’ils sont présents à la « Heuneburg ». Un modèle analogue doit cependant être mentionné dès le Hallstatt C en contexte funéraire à Mauenheim, dans le Pays de Bade (Aufdermauer, 1963, pl. 1, nos 6-7). Enfin, quelle que soit la région considérée, les couvercles semblent absents des ensembles laténiens.

226Il en va différemment en contexte funéraire. Les vases utilisés comme couvercles sont généralement des jattes ou des assiettes ; il ne s’agit pas de récipients spécifiques. Dès le début du Bronze final, en Alsace, les urnes funéraires sont recouvertes par un couvercle ; c’est le cas au Bronze final I à Herrlisheim (Haut-Rhin) (Zumstein, 1966, fig. 45) et à Maegstub, tumulus 5, sépulture 3 (Bas-Rhin) (Schaeffer, 1926, fig. 134). On peut suivre cette coutume au Bronze final II, par exemple à Lingolsheim (Forrer, 1937, pl. XX, no II…) et au Bronze final III, comme à Nordhouse, tumulus 2A, sépulture 6 (Piningre et alii, 1989, fig. 39). Elle perdure au début de la période hallstattienne, entre autres à Ungersheim (Haut-Rhin) (Châtelet et alii, 2006). On retrouve cette pratique jusqu’à la fin de la période laténienne, dans la nécropole La Tène C2/D1a, de Schweighouse-sur-Moder (Bas-Rhin) (Zehner, 2000 et 2001).

227Bien que les exemples soient moins nombreux en Lorraine, cette pratique est attestée au Bronze final dans le tertre de Liverdun (Meurthe-et-Moselle) (Beaupré, 1907), à Gondreville dans plusieurs tombes à crémation (Adam et alii, 1999) et un cas est observé dans la douzaine de sépultures datées du Hallstatt C et du Hallstatt D1 de la nécropole de Mondelange (Moselle) (Buzzi et alii, 1997, p. 103 et fig. 171 ; Plouin et alii, 2008, p. 54).

228On peut toutefois mentionner l’exemple de la nécropole de Chouilly « Les Jogasses » (Marne) (fin Hallstatt-début La Tène) où se trouve un véritable couvercle plat à larges bords venant s’emboîter sur un vase cylindrique (Hatt, Roualet 1981, pl. XXIX) de même que celui d’Avize « Les Hauts Némerys » (Marne) pour une céramique dite « skyphos » (Charpy et alii, 1991, p. 95-96). Ces découvertes semblent toutefois faire exception, car de manière générale les autres nécropoles de Champagne n’ont pas livré d’exemplaires comparables (Rozoy et alii, 1986/1987 ; Charpy et alii, 1991 ; Demoule, 1999 ; Villes, Bataille-Melkon, 1999).

3.4.3. Vases de petite taille (type 11000) (fig. 33)

229Pour le site de la « Heuneburg », H. van den Boom définit le vase miniature (Kleingefäβe) pour des récipients d’un diamètre et une hauteur inférieurs à 10 cm et le microvase pour des exemplaires d’une hauteur inférieure à 5 cm (Kleinstgefäβe) (Van den Boom, 1989, p. 29). Parmi ces vases de taille réduite, deux groupes peuvent être distingués. Le premier rassemble tous les individus de forme approchante aux types 1100A ou B, mais de très petites dimensions (diamètre inférieur à 5 cm et hauteur inférieure à 2,5 cm). Ces vases sont réalisés de manière assez fruste dans une pâte grossière. Quelques exemples sont tout de même porteurs de décors (digitations essentiellement, à Rosheim « Sandgrube », Illfurth « Buergelen »). Le second groupe comporte des vases de dimensions variables dont la forme se différencie du groupe précédent et qui ne trouvent pas de parallèles avec les vases grandeur nature. Leurs dimensions sont également assez variables, allant jusqu’à 8 cm de hauteur (Illfurth « Buergelen ») et leur allure générale s’oriente le plus souvent vers des formes hautes fermées (Riedisheim12000). La facture de ces vases est très souvent soignée (lissage à Geispolsheim, décors à Illfurth « Buergelen » et à Riedisheim).

Fig. 33. Formes représentatives des vases de petite taille (type 11000) en Alsace et en Lorraine.

230Les premiers exemples de vases de petite taille apparaissent dès le Néolithique. Pour la période considérée, quelques sites du Bronze final IIIb en ont livré (Colmar « Diaconat » et Leutenheim). Si les sites alsaciens du Hallstatt C de notre corpus en sont dépourvus (Sainte-Croix-en-Plaine, Houssen « Cora », Lingolsheim, Houssen « Gravière »), d’autres sites alsaciens de la même époque en ont livré quelques exemplaires, à Gundolsheim (Haut-Rhin) (Bonnet, Jehl, 1960) et Morschwiller-le-Bas (Haut-Rhin) (Lack et alii, 1991). C’est également à cette époque que ces productions font leur apparition en Lorraine (Jouy-aux-Arches). Leur présence reste assez rare sur les sites d’habitat dans cette région. Seuls deux autres sites lorrains en ont livré : un exemplaire à Flévy pour le Hallstatt D1 et un second à Vigny pour le Hallstatt D3. Cette rareté peut s’expliquer par la fragmentation importante du mobilier céramique hallstattien lorrain, empêchant toute identification possible.

231Ces vases prennent leur essor au Hallstatt D en Alsace, et plus particulièrement le second groupe. Dès le Hallstatt D1 et le Hallstatt D1-D2, les vases de petite taille sont présents à Illfurth « Britzgyberg » et « Buergelen », au Hallstatt D2, à Geispolsheim ou encore à Brumath, au Hallstatt D3 et au Hallstatt D3-La Tène A à Merxheim, à Holtzheim, à Bischoffsheim et à Illfurth « Buergelen ». Notons qu’un exemplaire de Merxheim pour le Hallstatt D3-La Tène A semble davantage correspondre à un pied peu haut qu’à un vase miniature.

232Le site d’Entzheim « In der Klamm », daté du Hallstatt D3/La Tène A, a livré un important ensemble de vases de petite taille constitué de 25 exemplaires (Landolt et alii, 2007, p. 170-172). Six vases complets de petite taille et un septième fragmenté, retrouvés regroupés au fond d’un silo, constituent un ensemble dont il faut signaler l’originalité. On mentionnera à proximité immédiate la présence du « dépôt » d’une meule naviforme complète associé à un bois de cerf. L’hypothèse du 0dépôt » de ces vases miniatures peut ainsi être évoquée avec prudence même si l’hypothèse d’un rejet localisé ne peut pas être écartée avec certitude.

233Certains exemplaires de vases miniatures d’Illfurth « Buergelen », plus hauts et plus ouverts qu’à l’ordinaire, semblent apparaître dès le tout début du Hallstatt D3 en Alsace comme le souligne l’exemple de Wolfgantzen « Déviation RN 415 » (Kuhnle et alii, 1998a, fig. 26, no 1 : structure 119, non retenue pour notre étude).

234Les vases de petite taille disparaissent des sites d’habitat de notre corpus pendant La Tène A en Lorraine comme en Alsace (Gondreville, Art-sur-Meurthe, Messein, Pfulgriesheim, Rosheim « Mittelweg » et « Mittelweg-SCI 4 Portes »). Cependant, ils sont bien attestés à La Tène A-B à Geispolsheim « Schwobenfeld » (Bas-Rhin) (Landolt et alii, 2007 ; fouilles M. Landolt 2008-2009) et à La Tène B à Colmar « Jardin des Aubépines » (Haut-Rhin) (Roth-Zehner, 2008).

235Des interprétations culturelles (jouet d’enfant, récipient destiné à un contenu particulier comme des onguents ou des produits médicinaux…), artisanales (poterie, tissage, teinture, métallurgie…), voire rituelles sont souvent proposées, mais aucune n’a été validée, en raison de l’absence de découverte en position primaire (Van den Boom, 1989, p. 35). Cependant, il est très vraisemblable que les interprétations peuvent être multiples. Pour l’hypothèse rituelle, ceux-ci pourraient être liés à des cultes domestiques se manifestant par des rites pouvant faire appel à une sorte d’offrande de substitution (« dépôt » d’Entzheim « In der Klamm » ?). Dans le cas d’objets de facture peu soignée, il pourrait plutôt s’agir de jouets. La fonction de mouilloir lors du tissage est souvent évoquée lorsqu’ils sont retrouvés associés à du matériel de tissage. En Alsace, ces associations ont été notées à Entzheim « In der Klamm » et à Illfurth « Buergelen ». L’association de vases de petite taille avec des structures foyères artisanales a été observée sur plusieurs sites (Milcent, 2007, p. 212) notamment à Sainte-Eulalie-de-Cernon « Puech de Mus » (Aveyron) où quatre exemplaires étaient regroupés près d’un foyer de forge (Gruat et alii, 2004, p. 19) et à Singen am Hohentwiel « Mühlenzelgle » (Bade-Wurtemberg) où sept individus étaient regroupés à l’extrémité d’une fosse-foyer (Hopert, 2003, p. 118-123).

3.4.4. Cuillers (type 12000) (fig. 34)

236Les cuillers font partie des petits ustensiles parfois fabriqués8000 en céramique dont il existe quatre exemplaires sur l ensemble1 des 37 sites présentés dans dans cette étude. Hormis les cuillers en céramique de la période néolithique, connues, par exemple, au Fort-Harrouard (Mohen, Bailloud, 1987, p. 44, fig. 24), et mis à part quelques exemplaires connus de louches ou de puisoirs en bois découverts sur le site d’Hauterive-Champréveyres (Pillonel, 2007, pl. 33) pour la fin de l’Âge du Bronze final ou encore en alliage cuivreux pour le premier Âge du Fer (par exemple en Autriche à Hallstatt dans Déchelette, 1927, p. 266), cet objet en céramique reste généralement très peu illustré pendant la Protohistoire.

237Les quatre cuillers prises en compte ici sont de forme et de taille assez semblables et ne dépassent pas 2 10 cm. Elles sont oblongues et plus ou moins concaves. Le manche n’est pratiquement jamais conservé intégralement, mais pour les deux cas complets de Marly « La Grange aux Ormes » (Moselle) (Tikonoff et alii, 2008, p. 83) ou celui de Rosheim « Mittelweg » (Jeunesse et alii, 1993, pl. 1), il s’agit d’une tige courte, environ 4 cm, de section plus ou moins circulaire. En Alsace, on trouve une cuiller à Geispolsheim « Bruechel » Hallstatt D2) une à Entzheim « In der Klamm » Hallstatt D3/La Tène A) (Landolt et alii, 2007, p. 169) et une à Geispolsheim « Schwobenfeld » (La Tène A-B) (fouilles M. Landolt 2008-2009), tandis qu’en Lorraine on en répertorie une à Art-sur-Meurthe, à laquelle vient s’ajouter l’exemplaire de Gondreville « La Tuilerie » (Deffressigne, Jude, 2005, annexe 13).

238Celle de Florange est d’un type différent. Elle montre un profil hémisphérique bas et son manche a l’aspect d’un anneau transversal. Ce type appartient autant à la classe fonctionnelle des cuillers qu’à celle des louches, voire des petites tasses. En Belgique dans certaines nécropoles tumulaires couvrant l’ensemble du Hallstatt et le tout début de La Tène, quelques petits récipients très bas sont ainsi dotés d’une anse, à Havré « La Taille des Vignes », mais surtout à Saint-Vincent « Le Grand Bois » (Guillaume, 2005, p. 98). Il existe également un exemplaire similaire en tout point sur l’habitat de Saint-Gibrien « Au-dessus du Vieux Pont » (Marne) daté du Hallstatt final (Villes, 1999, fig. 31, no 7).

Fig. 34. Typologie des cuillers (type 12000) présentes dans le corpus.

239De manière générale, on trouve les cuillers en Champagne dans des ensembles funéraires de la fin du Hallstatt et du début de La Tène, à Vrigny (Marne) (Chossenot et alii, 1981, p. 143) et à Chouilly « Les Jogasses » (Marne) (sépulture 54 : Hatt, Roualet, 1976, pl. 17, no 900). Dans le Palatinat, à Mörzheim, une cuiller associée à un couvercle à anse est datée du Hallstatt (Engels, 1967, pl. 8). Les cuillers sont aussi présentes dans les habitats. On notera par exemple la présence d’une cuiller complète à Milly-la-Forêt « Le Bois Rond » (Essonne) dans un ensemble du Hallstatt D3 (Viand et alii, 2008, fig. 16, B). Parallèlement aux contextes funéraires, les cuillers sont présentes dans les habitats champenois d’Ecury-le-Repos (Marne) « Le Pithois », de Bucy-le-Long et Juvincourt-et-Damary (Aisne) pour le Hallstatt, et de Somme-Tourbe « La Côte d’Astuce » (Marne) pour La Tène ancienne (Koenig, Legendre, 1990, p. 252). Elles sont aussi bien attestées en Belgique, dans la région hesbignonne à l’époque hallstattienne (Destexhe, 1987, p. 316, pl. 129, nos 642-645). Quant à la « Heuneburg », une seule cuiller est mentionnée dans un ensemble non stratifié (Sievers et alii, 1984, pl. 149).

240Comme pour les entonnoirs et les couvercles, les cuillers en céramique de petite taille semblent présentes sur des sites exclusivement datés de la fin du Hallstatt et du début de La Tène. Pour les exemplaires de plus grande dimension, la datation semble plus lâche, mais l’absence d’un référentiel fourni ne permet pas d’engager une réflexion chronologique.

3.5. Les décors. (S. Deffressigne, M.-P. Koenig, S. Plouin) (fig. 35)

241Il n’est pas de notre propos de dresser un inventaire exhaustif de tous les décors existant sur la céramique, du Bronze final IIIb au début de La Tène, en Alsace et en Lorraine, mais d’identifier les différentes techniques ornementales en usage à cette période, les motifs employés, leur évolution chronologique, et de définir si une certaine corrélation existe entre formes et décors. L’identification des techniques décoratives a été réalisée conformément aux définitions de l’ouvrage Lexique et typologie des poteries (Balfet et alii, 1989).

3.5.1. Les incisions

242Les décors incisés, c’est-à-dire ceux réalisés avec un outil tranchant la pâte encore molle, sont de loin les plus courants durant la Protohistoire. Leur fréquence, la variété des motifs comme leur association à d’autres techniques décoratives sont autant d’éléments évolutifs qui, combinés à la forme même du vase qu’ils agrémentent, apportent de précieux renseignements d’ordre chronologique.

Les décors géométriques simples (fig. 36)

243Parmi les décors incisés, les plus simples sont constitués d’un motif de lignes parallèles horizontales, appliquées sur des formes basses (type 1100A) ou fermées (type 6210) comme il en existe divers exemples à Leutenheim (type 6220) ou à Reichstett (type 2300). Souvent, il s’agit de séries de doubles lignes exécutées à la pointe bifide. Cet outil particulier est utilisé sur les formes 2100 de Rosières-aux-Salines et sur plusieurs formes 1100A à Colmar « Diaconat » en décor interne (Maise, Lasserre, 2005, p. 57, no 261). En Lorraine aussi, ce décor se développant sous la forme de séries d’incisions doubles et parallèles semble attaché au Bronze final IIIb, si l’on se réfère à quelques vases découverts soit dans une tombe à Benney « Bois de Lemainville » (Meurthe-et-Moselle) (Buzzi et alii, 1994, p. 72), soit dans quelques fosses d’habitat isolées à Gondreville « Le Clos de la Bergerie » (Deffressigne, 2000) et à Bouxières-sous-Froidmont « Le Tremble » (Meurthe-et-Moselle) (Deffressigne, Bouchet, 2003) ou encore dans le fossé d’un enclos circulaire à Tomblaine « Le Pré Chenu » (Meurthe-et-Moselle) (Tikonoff, 2001). Contrairement à l’Alsace où ce type de décor disparaît au Hallstatt C, ce dernier survit en Lorraine et on peut signaler sa présence à Crévéchamps (Meurthe-et-Moselle) (structure 5395) et sur quelques rares tessons ornés de lignes parallèles à Pagny-lès-Goin. Il est possible que certains aient été à l’origine graphités.

Fig. 35. Principaux motifs décoratifs présents au sein des corpus céramiques d’Alsace et de Lorraine.

244Aux horizons récents, ces décors géométriques simples font défaut en Alsace et en Lorraine. Dans cette dernière région, on leur préfèrera, à la fin de la séquence, des décors géométriques plus complexes (Florange, Gondreville, Messein, infra). Quant au motif de lignes parallèles horizontales incisées, il est donc très circonscrit dans le temps, en Alsace comme en Lorraine. En vogue à la fin du Bronze final, il continue d’exister essentiellement combiné à l’aplat graphité au Hallstatt C et semble disparaître peu à peu au début de cette période.

Fig. 36. Impressions/incisions : décors géométriques simples (Alsace et Lorraine).

Fig. 37. Incisions : décors géométriques complexes (Alsace).

Les décors géométriques complexes (fig. 37-38)

245Les décors géométriques incisés plus complexes, composés de motifs en zigzags, chevrons, triangles hachurés…, ornent de façon préférentielle les marlis des types 1300 de Rosières-aux-Salines, de Leutenheim, de Colmar-Houssen (fosse 2262) ou de Houssen « Cora ». Ils existent ponctuellement à Pagny-lès-Goin, à Lingolsheim et à Illfurth « Buergelen ». Sur ce dernier gisement, une quinzaine de tessons sont incisés, sans qu’il soit possible de les rattacher à une forme, ce qui exclut d’en apprécier la fréquence.

246Plus exceptionnellement, c’est tout l’intérieur de certaines formes basses qui est décoré (types 1100 et 1300). On remarque par exemple un motif d’incisions rayonnantes à Goin, des chevrons et des triangles hachurés à Colmar « Diaconat » et à Reichstett.

Fig. 38. Incisions : décors géométriques complexes (Lorraine).

247On peut simplement signaler ici que sur les récipients de type « Alb-Hegau », l’organisation des motifs est structurée par des incisions qui limitent certains décors (cf. infra).

248Dans notre corpus, seul le gisement de Colmar « Diaconat » a livré des motifs de méandres (Maise, Lasserre, 2005, pl. 17, no 493). Il s’agit là d’un thème décoratif exclusivement présent au Bronze final. Il est bien documenté dans le Bade-Wurtemberg (Grimmer-Dehnn, 1991, pl. 25, no 2 et pl. 57, no 30), en Suisse (Ruoff 1974, pl. 29, no 1 et pl. 32, no 1), en Sarre (Reinhard, 2003, fig. 38, no 5) comme en France (Kérouanton 1999, pl. 21, no 2 et pl. 58, nos 1-3). Plusieurs exemples sont connus en Alsace au Bronze final III, dans trois tertres d’Ensisheim (Haut-Rhin) (Jehl, Bonnet, 1962, fig. 11, no 2 et fig. 12, no 11 ; Gerhart, Voegtlin, 1976, pl. 7 et 10) ainsi qu’en habitat à Merxheim « Usine » (Bonnet, Plouin-Mantzer, 1979, fig. 6, no 9). En revanche, ce motif est quasi inexistant en Lorraine. Il faut rappeler que les méandres sont plutôt caractéristiques de l’Âge du Bronze final IIIa, leur représentativité baissant sensiblement par la suite (Pétrequin et alii, 1985 ; Blouet et alii, 1992 ; Tikonoff, 1999 et 2003). En Lorraine, sa présence est peu significative même à son apogée (Tikonoff, 2003), ce qui expliquerait son absence aux périodes suivantes.

249Les mêmes remarques peuvent être formulées pour le décor d’arceau observé sur une tasse de Leutenheim (non illustrée).

250Dans les ensembles bien datés par le mobilier métallique à la fin du Hallstatt en Lorraine, apparaissent divers décors géométriques complexes incisés, souvent agencés de manière assez fruste. Ainsi observe-t-on à Messein comme à Vigny (structures 2099 et 4199) et à Gondreville, une série de formes basses (types 1100A, 2100B, 2100C, 2200B) décorées de lignes parallèles horizontales, verticales et/ou obliques, de triangles emboîtés et autres croisillons généralement disposés assez anarchiquement et réalisés sans grand soin, même si de la pâte blanche en incrustation en rehausse parfois le tracé. Quoique plus rares, de tels décors existent également à Frouard et à Florange. En revanche à Gondreville (structure 4350), certains vases sont ornés de larges bandeaux couverts de grands losanges animés d’autres petits losanges d’un aspect très soigné. La stratigraphie du gisement de Messein permet d’observer que les incisions géométriques sont majoritairement présentes dans la couche ancienne (Hallstatt D3, Hallstatt D3/La Tène A), même si quelques exemplaires se retrouvent en mélange dans les deux horizons (Hallstatt D3 avec Hallstatt D3/La Tène A et La Tène A-La Tène B).

251Le motif de croisillons incrustés de pâte blanche (cf. infra) existe dès le Hallstatt C sur des formes 7000, en contexte d’habitat, à Gundolsheim (Haut-Rhin), par exemple (Jehl, Bonnet, 1961, fig. 12). Il semble constituer le seul thème décoratif présent en Alsace dans les ensembles tardifs. On le rencontre sur une forme carénée 2200C dans la structure 45 de Geispolsheim (l’ensemble le plus récent du gisement) comme à Holtzheim probablement sur une forme haute. Encore faut-il souligner que sur chacun de ces gisements, il n’est représenté que par un seul exemplaire. On trouve encore ce thème sur d’autres gisements alsaciens de la fin du Hallstatt comme Achenheim (Bas-Rhin) (Heintz, 1953, pl. VIII, no 31) ou Wolfgantzen (Kuhnle et alii, 1998a, fig. 25, no 20), alors qu’il n’est plus d’usage à La Tène (Koenig et alii, 2005, p. 239), ce qui lui confère donc une certaine valeur chronologique.

252Dans les autres régions, ces motifs de losanges, de triangles et de croisillons existent sur des formes similaires, mais sont réalisés selon une technique décorative différente. C’est la peinture qui domine en Bourgogne sur le « Mont Lassois » (Côte-d’Or) (Joffroy, 1960, pl. 57) ou en Champagne à Villenauxe-la-Grande (Aube) dans des contextes chronologiques de la fin du Hallstatt voire du tout début de La Tène (Chossenot, Lenoble, 1983 ; Villes, 2003, p. 325).

253La filiation de ce décor (incisions de losanges et autres triangles et croisillons) n’est pas aisée à mettre en évidence. S’agit-il d’un développement stylistique des motifs du Hallstatt C comme le laisseraient supposer les exemplaires graphités et incisés de la nécropole de Clayeures (Meurthe-et-Moselle) (Olivier, 1986) ou bien faut-il y voir un renouveau de ces décors, ou encore une adaptation locale de diverses influences lointaines ? Les corpus datant du Hallstatt D1 et D2 étant actuellement presque inexistante en Lorraine, il n’est guère possible de poursuivre l’analyse.

254Une nouvelle combinaison décorative, le décor de triangles incisés associés à des cupules, apparaît dans le corpus de Frouard et de Vigny (structure 4199). Il semble s’agir d’une spécificité lorraine que l’on observe dans un secteur géographique a priori assez limité entre la vallée de la Seille et le bassin de Nancy (Frouard, Vigny, Malzéville, Marsal). Il faut également signaler l’exemplaire d’Haroué (Meurthe-et-Moselle) en contexte funéraire (Beaupré, Voinot, 1903, pl. V). Ce type d’association n’est pas répertorié à l’est des Vosges, mais connaît quelques parallèles dans la région du Rhin moyen (Joachim, 1968, pl. 23E, no 1 ; Behaghel, 1943, pl. 14A, nos 15-16 et 20). À noter cependant la présence d’incisions verticales et obliques se terminant par trois points imprimés sur un tesson de Rosières-aux-Salines (structure 5010, fig. 125).

255Signalons enfin l’absence totale de décors incisés, quelles que soient les thématiques et les associations, au début de La Tène en Alsace, comme en Lorraine.

256Dans nos ensembles, peu de rainures ont été identifiées. Il s’agit de sillons réalisés avec un instrument non effilé, qui enlève de la matière par étirement de la pâte molle. Elles présentent un profil en « U » anguleux et non en « V » comme dans le cas d’incisions. En Lorraine, leur présence est évoquée à Rosières-aux-Salines sur une forme 2100B, en association avec une ligne poinçonnée. Des tessons correspondant vraisemblablement à des formes 1100B et 1300 sont également décorés selon cette technique. C. Véber précise également que certains motifs de zigzags, observés sur le marli des formes 1300, correspondent non pas à des incisions mais à des rainures (Véber, 2005, p. 195). Quelques formes hautes présentent une ou plusieurs rainures à Vigny (structure 2099), sans qu’il soit possible de certifier qu’il ne s’agit pas d’éléments résiduels, ce niveau de sol ne constituant pas un ensemble clos. Enfin des exemples sont encore signalés à Frouard et à Gondreville, sur des formes hautes et basses.

257En Alsace, des rainures doubles, triples, voire multiples, sont connues en contexte Bronze final III, parfois couplées à des perforations ; elles ornent le sommet de la panse de formes 6220, par exemple à Gundolsheim III (Jehl, Bonnet, 1962, fig. 15). Quoique rare, ce décor est présent au « Hexenberg » et à Colmar « Diaconat » sur des formes hautes (7000), associé à des aplats de graphite ou de peinture rouge. Si les rainures persistent au Hallstatt C, comme en témoigne le type 2300 à Houssen « Cora » (Mentele et alii, 2005a, pl. 25, no 1), elles sont moins usitées ensuite.

Les décors réalisés au peigne à dents multiples (fig. 39)

258On entend ici toute réalisation décorative faite avec un outil à plusieurs dents. Il diffère dans ce cas des incisions linéaires réalisées avec une simple pointe ou à la pointe bifide, évoquées dans les paragraphes précédents.

259Le peigne permet essentiellement la réalisation de bandes verticales de quatre, cinq stries voire plus, organisées en faisceaux, ou des bandes curvilignes enchevêtrées sans organisation spéciale qui sont disposées à la base des vases. Dans quelques cas, on peut le confondre avec un banal traitement de surface (lissage particulier). En général, seuls quelques tessons peignés nous sont parvenus et curieusement il est exceptionnel de pouvoir identifier la forme du vase.

260Si l’emploi du peigne est utilisé ponctuellement au Bronze final en Alsace sur des récipients de type 6210 de Colmar « Diaconat » (Maise, Lasserre, 2005, pl. 2, no 29), il se différencie nettement des décors peignés plus tardifs. Ceux-ci sont surtout présents sur des vases à bord très rentrant (type 1200) à Merxheim et attestés sur quelques tessons à Holtzheim et à Rosheim « Mittelweg » dans des contextes qui s’échelonnent entre le Hallstatt D3 et le début de La Tène.

261En Lorraine, si un tesson peigné a été observé ponctuellement à Pagny-lès-Goin dans un ensemble riche en céramique graphitée, c’est sur les gisements de Vigny, de Gondreville et de Messein qu’il paraît quelque peu plus fréquent. On le rencontre également dans les fouilles menées anciennement à Florange (Pétrequin et alii, 1973, fig. 23) où du peigne en faisceaux a pu être identifié, un ensemble qu’il est aujourd’hui possible de placer au sein du Hallstatt D3 (Koenig et alii, 2005, note 33). En revanche, les fouilles récentes n’en ont livré aucun exemplaire.

262Hors de notre domaine d’étude, le peigne fait une timide apparition à la charnière Bronze final/Hallstatt C (groupe de Laufeld) dans le Rhin moyen (Joachim, 1968, pl. 7 A1) puis s’y développera durant le Hallstatt D (sans qu’il soit aisé d’en définir précisément la sous-phase) (Joachim, 1968, pl. 20, C1, pl. 23, E1), comme d’ailleurs en Picardie (Talon, 1989, p. 314). Plus au sud, de l’Alsace à la Bourgogne comme sur la rive droite du Rhin, le peigne n’apparaît qu’à la fin du Hallstatt, voire à la transition avec La Tène (Biel, 1987, p. 108 et pl. 88 ; Feugère, Guillot, 1986, fig. 14). En Champagne, un décor au peigne vertical se rencontre encore à La Tène, sur divers gobelets tulipiformes ou sur des vases tronconiques étroits associés par exemple à une fibule à double timbale (sépulture 19) à Vrigny (Marne) et datable de La Tène Ib selon les auteurs, c’est-à-dire de La Tène A2 dans la chronologie allemande (Chossenot et alii, 1981, fig. 11). Dans la nécropole de Tinqueux (Marne) datée également de La Tène Ib, on retrouve un décor identique dans la sépulture 1, en association avec un fer de lance (Flouest, Stead, 1981, fig. 3).

263Aussi, compte tenu de ces remarques, peut-on considérer que le décor peigné est plutôt attaché aux productions de la phase finale du Hallstatt avec perduration au début de La Tène, même si sa présence assez discrète au début du Hallstatt ne saurait être totalement ignorée.

Fig. 39. Incisions : décors réalisés au peigne à dents multiples (Alsace).

Conclusion

264On peut donc conclure que si les motifs incisés sont nombreux et variés au Bronze final (zigzags, chevrons, lignes, méandres…), seuls quelques-uns (zigzags et triangles hachurés) subsistent durant l’horizon IIIb, cantonnés principalement sur les marlis des formes 1300. De même, les stries horizontales réalisées à la pointe bifide agrémentent encore quelques formes, puis semblent disparaître. Hormis quelques décors incisés associés à du graphite selon les principes décoratifs chers aux productions de type « Alb-Hegau » (infra), l’incision est donc peu représentée au Hallstatt C-D1 en Alsace et quasiment absente en Lorraine. Il faut attendre l’extrême fin du Hallstatt pour voir ressurgir des motifs incisés. Parfois incrustés de pâte blanche, ils offrent à présent des combinaisons plus variées. Le décor de croisillons incrustés de pâte blanche semble le seul thème décoratif présent au Hallstatt D3 en Alsace alors que la Lorraine renoue, le temps d’une à deux générations, avec l’emploi de l’incision. Cette technique ne sera déjà plus en vogue à La Tène. Enfin, même s’il est observé ponctuellement au Bronze final, le décor peigné se cantonne, quant à lui, plutôt aux phases finales du Hallstatt dans nos régions.

3.5.2. L’excision (fig. 40)

265Très répandus au Bronze moyen, les motifs excisés existent sporadiquement en contexte Bronze final et Hallstatt. En Lorraine, le plus bel exemple hallstattien est sans conteste le vase de forme 7000 de la structure 2 de Morsbach. Sur la panse se succèdent des métopes unies, entre lesquelles alternent des panneaux décorés de chevrons, de petits triangles, de zigzags réalisés selon la technique de l’excision, le tout sur fond graphité. Quant au vase de type 2300 de Morsbach, il est le seul où l’excision, ici utilisée pour réaliser deux doubles lignes de petits triangles excisés, n’est pas associée à du graphite. On notera un cas similaire à Bouxières-sous-Froidmont (Meurthe-et-Moselle) (Klag, 1991, p. 16). Enfin, si l’on retrouve un tesson excisé associé à du graphite à Jouyaux-Arches, les autres mentions sont à rechercher dans les ensembles funéraires de Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle) (Thévenin, 1981, fig. 15-16). Dans l’état actuel de la recherche, ce type de décor ne semble pas toucher le sud de la Lorraine.

266En Alsace, l’excision n’est mentionnée, au sein de notre corpus, que sur une forme 1100A de Leutenheim (non illustrée : Lasserre, 2000, fig. 25). Hors corpus, seuls quelques fragments de récipients plats de forme 1100 présentent des lignes de zigzags excisés plus ou moins nombreuses, composant les seuls motifs du décor. Ils sont présents dès le Bronze final IIIa au « Hohlandsberg » à Wintzenheim (Haut-Rhin) (maison P2, phase 5 du site) (Bonnet et alii, 1985, fig. 18, no 68) et constituent les prémices des décors de type « Alb-Hegau ». Les mêmes zigzags excisés utilisés seuls sont aussi connus sur quelques céramiques du Hallstatt C à Gundolsheim (Haut-Rhin) (Jehl, Bonnet, 1960, fig. 7) et à Rosheim (Röder, Blanc, 1995, fig. 9).

Fig. 40. Décor d’excision (Lorraine).

3.5.3. Les impressions

267Les décors d’impressions, qu’il s’agisse d’impressions réalisées à la tige creuse, avec un outil à pointe carrée, ronde, triangulaire ou simplement exécutées au doigt, sont extrêmement courants durant toute la Protohistoire.

Les impressions digitées (digitations) (fig. 41)

268Les digitations disposées à la pliure du col ou sur la panse sont, avec les cordons digités, les motifs les plus fréquemment rencontrés sur les formes hautes, principalement sur les types 6110 et 6210-6220 en céramique grossière (Woippy, Flévy, Vigny, Gondreville, Art-sur-Meurthe en Lorraine ; Leutenheim, Rosheim « Sandgrube »-2, Brumath-2, Geispolsheim, Merxheim, Holtzheim, Ensisheim, Rosheim « Mittelweg-SCI 4 Portes » en Alsace). Il s’avère plus exceptionnel sur le type 5100 (Gondreville, Colmar-Housen, Geispolsheim) ou 5200 (Frouard, Crévéchamps, Colmar-Houssen, Roshem « Sandgrube »-1) ou sur les formes basses (Colmar « Diaconat », non illustré).

269Lorsque la pliure du col disparaît, on les retrouve sur le haut de la panse, au même titre que les cordons (cf. infra). C’est particulièrement net sur les gisements de Vigny (structures 2099 et 4199) et d’Art-sur-Meurthe par exemple. À noter également la présence d’impressions digitées au niveau du diamètre maximal de quelques grandes formes grossières basses à Gondreville.

Fig. 41. Décors d’impressions digitées (Alsace et Lorraine).

270Les lignes digitées multiples sont connues en Lorraine à Vigny (structure 4199), à Gondreville et à Art-sur-Meurthe et uniquement sur un récipient de Bischoffsheim pour l’Alsace.

271Les lèvres s’avèrent parfois digitées sur la céramique grossière. Il peut s’agir de formes basses telles les formes 1100A (Pagny-lès-Goin, Goin, Vigny, Colmar-Houssen, Houssen « Cora », Rosheim « Sandgrube »-2, Riedisheim, Illfurth « Britzgyberg » et « Buergelen », Brumath-2, Geispolsheim, Wolfgantzen, Holtzheim), 1200 (Wolfgantzen, Holtzheim) et 2100A (Illfurth « Britzgyberg », non illustré). Cette ornementation est également bien représentée sur les formes hautes 6110 (Flévy, Vigny (structure 4199), Geispolsheim, Merxheim), 6120 (Florange, Houssen « Cora », Brumath-2, Merxheim), 6210-6220 (Colmar-Houssen, Houssen « Cora », Illfurth « Britzgyberg » et « Buergelen », Brumath-2, Geispolsheim, Holtzheim, Rosheim « Mittelweg »). Elle paraît néanmoins plus exceptionnelle sur les types 5100 ou 5200 (Florange, Colmar-Houssen, Illfurth « Britzgyberg », Brumath-2, Sainte-Croix-en-Plaine). Une tendance vers des digitations souvent plus prononcées s’observe en particulier à Holtzheim et à Rosheim « Mittelweg ».

272Enfin des digitations peuvent agrémenter la base de certains vases (Vigny : structure 4199, Colmar « Cora », Holtzheim), voire en couvrir toute la panse (Gondreville).

Les impressions faites à l’aide d’un outil (fig. 42)

273Outils divers. Dans notre corpus, de nombreuses impressions ont été faites avec un outil qu’il n’est pas toujours facile de déterminer, mais qui la plupart du temps est un fragment de bois. Elles se retrouvent sur divers vases de type 6210 ou 6220, où elles se développent sous forme d’une ligne généralement disposée à la jonction col/panse. Il s’agit de petites impressions obliques, verticales, en épis ou de points que l’on rencontre en Lorraine (Rosières-aux-Salines, Morsbach, Woippy, Crévéchamps) comme en Alsace (Colmar « Diaconat », Leutenheim, Reichstett-1, Colmar-Houssen, Houssen « Cora », Lingolsheim, Rosheim « Sandgrube »-2, Riedisheim, Illfurth). Lorsque la pliure du col s’efface, elles peuvent, comme les cordons et les digitations, apparaître sporadiquement sur le haut de la panse (Vigny : structure 4199), ou au niveau du diamètre maximal de celle-ci (Messein, Geispolsheim).

274Ce décor demeure exceptionnel sur les formes 5100 ou 5200 (Colmar-Houssen, Rosheim « Sandgrube »-1 et 2) de même que sur des formes basses : ainsi, c’est le marli d’une forme 1300 qui est orné de la sorte à Rosières-aux-Salines, tandis qu’une forme 2100B associe des points imprimés à une rainure.

275Les lignes poinçonnées multiples sont beaucoup plus rares. Elles s’observent sur une forme 6210 à Woippy et à Jouy-aux-Arches. Deux tessons attestent également de cette combinaison décorative à Vigny (structures 2099 et 4199), mais aussi à Messein et à Gondreville. Il en est de même des impressions poinçonnées couvrantes observées sur trois tessons dont un incrusté de pâte blanche à Vigny (structures 2099 et 4199). En Alsace, elle est mentionnée sur une forme 6210 à Colmar « Diaconat » ou à Leutenheim et sur une forme 6220 à Rosheim « Sandgrube »-2.

276L’impression de petits points ou de petits triangles qui remplissent des motifs géométriques incisés de formes diverses (triangles, carrés, losanges) est très fréquente sur les céramiques fines du Hallstatt C et D1 d’Alsace. Dans notre corpus, elle n’apparaît que dans le puits de Lingolsheim sur des vases de forme 1100 et 6220. Hors corpus, on peut citer des tessons de Colmar (Bonnet et alii, 1990, fig. 18, no 18 et fig. 19, no 29) et surtout de nombreuses céramiques funéraires (surtout des formes 2200, 6220 et 7000), comme celles d’Obenheim (Bas-Rhin) (Lasserre, Mombert, 1993, fig. 6) de Wolfgantzen (Jehl, Bonnet, 1966, fig. 2) ou de Schlierbach (Haut-Rhin) (Heidinger et alii, 2003, fig. 9), parmi bien d’autres.

277En Lorraine, les quelques exemples connus se rattachent à un horizon plus tardif, comme l’illustrent en particulier des vases de Florange et de Vigny (structure 2099).

278L’impression circulaire faite à la tige creuse. L’emploi d’une tige creuse est attestée dans de rares cas à Colmar « Diaconat » (Maise, Lasserre, 2005, pl. 25, no 751), au « Hexenberg » (Adam, Lasserre, 1997, fig. 12) et à Lingolsheim en Alsace sur les types 6220 principalement. Cette technique décorative, qui apparaît sporadiquement au Bronze moyen sur des céramiques de la forêt de Haguenau (Schaeffer, 1926, fig. 41, W et fig. 48, E), est surtout cantonnée à l’extrême fin du Bronze final en Alsace et semble tomber en désuétude dès le début du Hallstatt.

279L’impression de cercles oculés (ocelles ou cercles concentriques). Les cercles oculés réalisés avec un poinçon sont illustrés dans le corpus lorrain sur deux fragments de fonds de Rosières-aux-Salines exclusivement. En Alsace, ce motif, qui entre dans la composition de l’ornementation de type « Alb-Hegau », est quelque peu plus fréquent. Dans notre corpus, il n’est recensé qu’à Lingolsheim (type 6220), Riedisheim et sur un tesson de Rosheim « Sandgrube »-2 ; mais il apparaît ponctuellement sur de nombreux gisements alsaciens du Hallstatt C et du début du D1, entre autres à Appenwihr (Haut-Rhin), à Marlenheim (Bas-Rhin) et à Colmar (Plouin, 1983, pl. II, no 1 et pl. IV, nos 1 et 5). Fréquents sur la céramique du Bade-Wurtemberg, on rencontre ces cercles concentriques dans de nombreux ensembles du Hallstatt C (Zürn, 1987, pl. 28). Dans la région du Rhin moyen, les comparaisons sont beaucoup plus sporadiques (par exemple Schumacher, 1972, pl. 29, no 16).

Fig. 42. Décors d’impressions faites à l’aide d’un outil (Alsace et Lorraine).

280Le Musée Lorrain de Nancy renferme une urne décorée de cercles oculés associés à un décor incisé organisé en métopes provenant de la nécropole de Clayeures (Meurthe-et-Moselle), une nécropole principalement fréquentée au Hallstatt C (Beaupré, 1902a, p. 40, pl. IVbis, no 13).

281L’impression en point de chaînette. L’impression en point de chaînette est issue de la technique dite « pointillé-sillonné » où l’outil, bifide pour sa phase récente (Maise, Lasserre, 2005, p. 22) et assez pointu, va déterminer des sillons, tout en laissant les empreintes des points d’impacts dans le fond dudit sillon. Le motif ainsi tracé ressemble au point de chaînette réalisé au crochet.

282Ce décor a été observé sur quelques formes basses à Colmar « Diaconat » (1100) et à Leutenheim (1300) (non illustré : Lasserre, 2000, fig. 11). Sur ce site, jusqu’à présent, il n’a été observé que sur le bord d’une forme basse.

283L’emploi du point de chaînette reste donc rare en Alsace et lié au tout début du Bronze IIIb. Il est en revanche bien attesté à l’est du plateau suisse, à proximité du lac de Zurich (Seifert, Wunderli, 1997, fig. 101), région dont il est probablement originaire comme l’illustrent les découvertes de Zug-Zumpf.

Conclusion

284À la lumière de cet inventaire, on soulignera que l’impression à l’outil est courante au début de la séquence, puis se raréfie pour disparaître presque totalement des ensembles bien calés chronologiquement du Hallstatt D3 et de La Tène A.

285Les digitations traversent, quant à elles, toute la séquence chronologique en s’adaptant à l’évolution des formes, à savoir un positionnement à la pliure du col aux phases anciennes puis sur la panse lorsque le col s’efface. Une certaine augmentation de la fréquence des lignes digitées s’observe à la fin du Hallstatt, augmentation qui semble se faire au détriment des cordons digités sans les remplacer toutefois (Vigny, Florange). Les lèvres digitées existent dans de nombreux contextes : présentes dès le Hallstatt C, elles deviennent plus courantes encore aux horizons Hallstatt D2-D3.

286À partir de La Tène, ces décors disparaissent et l’on n’observe que très ponctuellement quelques digitations sur la panse ou la lèvre à Rosheim « Mittelweg » et Rosheim « Mittelweg-SCI 4 Portes ». La stratigraphie de Messein confirme cette évolution.

287Dans son ensemble, il y a peu de différences entre le corpus de Lorraine et d’Alsace. On soulignera néanmoins que les digitations multiples et, dans une moindre mesure les digitations couvrantes, sont plus fréquentes en Lorraine. Elles connaissent de bonnes comparaisons dans la région de l’Hunsrück-Eifel, où elles caractérisent les productions du Hallstatt D (Neuffer, 1938/1939, fig. 2, nos 1-3, fig. 4, fig. 13, no 6 ; Joachim, 1968, pl. 24, nos 11-12, 18 et 33-37, pl. 25, nos 1 et 23 ; Sehnert-Seibel, 1993, pl. 3A, no 4). D’importantes relations culturelles se nouent à cette période entre ces deux régions. C’est dans ce secteur géographique que les digitations disposées à la base des récipients semblent également présentes (Joachim, 1968, pl. 24, no 19 et pl. 25, no 1). Dans la vallée du Rhin supérieur, les digitations en lignes multiples, couvrantes ou disposées à la base du vase ne semblent pas aussi courantes. On évoquera quelques exemples, notamment à la « Heuneburg » (Van den Boom et alii, 1991, pl. 54, no 447 et pl. 84, nos 722 et 725) comme à Breisach, mais de manière très anecdotique (Balzer, 2006a, pl. 9, no 7 et pl. 95, no 14). La Champagne et la Bourgogne connaissent également ce type de décor tapissant avec parfois quelques légères variantes. Les impressions peuvent être pincées comme à Vix (Côte-d’Or) (Joffroy, 1960, pl. 41) ou bien c’est l’ongle qui sert à l’élaboration du motif à Vix (Joffroy, 1960, pl. 39-40), comme à Marsangy (Yonne) au Hallstatt D (Reliaud-Sabatéry, Deffressigne, 1988), à Rosnay-l’Hôpital (Aube) à La Tène A1, et à Juvigny (Marne) au Hallstatt D (Villes, 1999, fig. 35, nos 1 et 4 et fig. 39, nos 17-18).

3.5.4. Les incrustations

288Des incrustations de pâte blanche déposées au creux des incisions apparaissent ponctuellement, mais régulièrement en Alsace. Ce principe décoratif est fréquemment employé dans les compositions ornementales chères à la céramique de type « Alb-Hegau » (infra). Dans notre corpus, on les retrouve pendant les phases anciennes, à Sainte-Croix-en-Plaine et à Illfurth ; hors corpus, ce type de décor apparaît aussi bien en contexte domestique (Morschwiller, Gundolsheim) qu’en contexte funéraire, notamment dans les tumulus de Wolfgantzen (Jehl, Bonnet, 1966), d’Ensisheim (Jehl, Bonnet, 1962) et dans celui d’Appenwihr (Jehl, Bonnet, 1958), en association avec une longue épée en fer.

289Les incrustations de pâte blanche demeurent très faiblement documentées à ce jour en Lorraine. Même si des problèmes de taphonomie doivent être gardés à l’esprit et que l’incrustation de pâte blanche est sûrement beaucoup plus généralisée qu’on ne le pense, son usage pourrait principalement se rattacher à la céramique de la phase finale du Hallstatt. C’est ce qu’attestent les contextes bien datés de Messein et de Vigny (structure 4199), des décors similaires étant recensés à Florange, Gondreville, dans la vallée de la Seille (Deyber, 1972), et tout récemment à Marly (Moselle) (Tikonoff et alii, 2008).

3.5.5. Les applications de matières colorantes (fig. 43-45)

La peinture rouge

290Les aplats simples de peinture (fig. 43). La peinture rouge peut être employée en aplats uniformes, mais la fragmentation des vases ne permet guère de juger de l’importance du phénomène. Dans notre corpus, la peinture rouge en aplats apparaît à la phase ancienne ; elle est alors caractérisée par sa teinte très foncée. Elle existe sur de nombreux gisements alsaciens tout en demeurant peu abondante : Colmar « Diaconat » (6220), Colmar-Houssen (7000), Houssen « Cora » (2300, 6220, 7000), Rosheim « Sandgrube »-2 (6220), Sainte-Croix-en-Plaine (2300, 6210/6220), Illfurth « Buergelen » (6220). On la rencontre également sur quelques vases à Geispolsheim et à Bischoffsheim. La peinture rouge ne semble plus de mode dès la fin du Hallstatt, puisqu’elle fait défaut à Holtzheim et à Wolfgantzen.

291En Lorraine, rappelons que le corpus est encore peu documenté, mais semble traduire une évolution différente : si quelques tessons sont régulièrement signalés sur les sites des phases anciennes comme Rosières-aux-Salines, Crévéchamps (structure 5395) et Flévy « ZAC de la Fontaine des Saints » « Site 10 » (Thomashausen, Véber, 2005, pl. 51), ce mode décoratif existe aussi dans les ensembles tardifs de Vigny (structure 4199), Messein, Frouard, Florange et Gondreville, exclusivement sur des formes basses (1100, 1300B, 2200A et B) pour les périodes récentes (Hallstatt D2-D3). Dans cette même région, on en rencontre également plusieurs exemplaires dans un ensemble, non sélectionné ici, d’Ars-sur-Moselle (Moselle), en relation avec une fibule du type F3 de G. Mansfeld (Blaising et alii, 2001, p. 31-33). Les aplats de peinture rouge occupent soit la face interne des vases sur des formes très tronconiques (types 1100B et 1300), soit la face externe pour les formes 2100C et 2200 ; exceptionnellement ils figurent sur les deux faces. À Messein, elle apparaît ponctuellement, mais exclusivement dans la couche ancienne, Hallstatt D3 ou Hallstatt D3/La Tène A. À noter que le site de hauteur du « Chazeté » à Taintrux (Vosges) en Lorraine possède deux vases peints d’aplats rouges (Voirin, 2006), ce qui confirme l’intérêt pour ce type de décor à cette période.

Fig. 43. Décors colorés : les aplats simples de peinture rouge (Alsace et Lorraine).

292Les motifs à la peinture rouge. Dans notre corpus, des motifs géométriques exécutés à la peinture rouge ne sont connus en Alsace ni au Bronze final, ni au Hallstatt C. Longtemps absents en Lorraine, on peut à ce jour évoquer leur présence sur le gisement récemment fouillé à Marly (Moselle), datés du Hallstatt D2-D3, où ils forment des chevrons emboîtés (Tikonoff et alii, 2008, p. 73-74, pl. 92). Cette découverte semble relativement isolée à l’heure actuelle.

293La peinture rouge combinée à d’autres techniques décoratives. La peinture rouge peut être combinée à d’autres techniques décoratives comme le graphite, l’incision ou la peinture blanche. Dans quelques cas, on note aussi une association avec des décors cannelés et/ou rainurés (Leutenheim) ou poinçonnés à la tige creuse (Colmar « Diaconat ») qui restent anecdotiques. L’association peinture rouge/graphite se décline de plusieurs manières en Alsace.

294Aplats de peinture rouge et aplats de graphite (fig. 44). Dès la fin du Bronze final, des vases fermés ont une panse couverte d’un aplat de peinture rouge combiné avec un bord rehaussé de graphite ; c’est le cas majoritairement sur des formes basses (2200A) (non illustré : Lasserre, Adam, 1999, fig. 17). Cette association chromatique est très appréciée au Hallstatt C ; on la constate dans tous les sites du corpus ainsi que dans d’autres ensembles de cette phase, qu’ils soient domestiques comme à Colmar (Jehl, Bonnet, 1970, pl. IX, no 5) ou funéraires, par exemple à Colmar « Cora » (Bonnet, 1972, fig. 7). Dans le corpus, elle n’est plus présente au Hallstatt D1.

295Dans d’autres cas, la peinture rouge sert de fond à des motifs peints au graphite. Cette pratique décorative apparaît au Bronze final IIIb en Bade et dans le nord de la Suisse, où elle caractérise les céramiques funéraires d’Ihringen et Gündlingen (Bade) (Kimmig, 1940, pl. 25-29), d’Ossingen (Zurich) (Ruoff, 1974, pl. 1-7). Elle existe sur les formes basses 1100, 1300 et 2300 comme sur les formes hautes 6120, 6220 et exceptionnellement 7000. On évoquera les exemplaires de Colmar « Diaconat » (1100A et B, 6220), de Leutenheim (1100A, 1300A), de Houssen « Cora » (2300, 6120), de Rosheim « Sandgrube »-1 (1300B), de Lingolsheim (1100A et B, 1300A, 6220), de Riedisheim (6220 : dix exemplaires), de Sainte-Croix-en-Plaine (6120) et d’Illfurth « Buergelen » (7000). Hors corpus, dans l’habitat du « Hohlandsberg », pour le Bronze final IIIb, un petit vase de forme 7000 associe un bord graphité et une panse peinte en rouge qui porte des cannelures obliques alternativement rouges ou graphitées (Bonnet, 1974, fig. 7B, no 2). Pour le Hallstatt C, on peut rappeler les céramiques de Gundolsheim (Jehl, Bonnet, 1960, fig. 6) ainsi que les très nombreuses formes 7000 découvertes dans des tombes d’Alsace, portant très souvent des motifs de croix de Saint-André comme à Haguenau (Schaeffer, 1930, fig. 39) ou à Appenwihr, tumulus 7 (Bonnet et alii, 1981, fig. 10). Au Hallstatt D1, les motifs graphités deviennent plus simples. À Colmar « Cora », ce sont simplement deux fines lignes graphitées qui soulignent le haut de la panse (Bonnet, 1972, fig. 7).

Fig. 44. Décors colorés : l’association de peinture rouge et de graphite (Alsace).

296En Lorraine, cette association chromatique est très rare puisqu’elle n’est attestée dans notre corpus que sur un tesson à Crévéchamps (structure 5395). Cette tendance est confirmée sur les autres gisements lorrains, notamment à Cheminot « Sur Quetit » (Moselle) (Deffressigne, 2006, annexe 4) et Fontenoy-sur-Moselle (Meurthe-et-Moselle) « Les Herbues de Gondreville » (Deffressigne et alii, 1999).

297L’association peinture rouge/incision apparaît sur divers gisements du Hallstatt C-D1, notamment en Alsace (Koenig et alii, 2005, p. 239), mais n’est pas illustrée dans notre corpus. En Lorraine, cette combinaison décorative semble plutôt se rencontrer en contexte plus tardif dans la structure 4199 de Vigny (2100C et 2200A) en association avec des fibules du Hallstatt D3 comme d’ailleurs sur l’habitat de Méréville (Meurthe-et-Moselle), au pied de « La Cité d’Affrique » (Dreidemy, 1989, pl. 5, no 8).

298Quant aux motifs rouges sur fond blanc, ils existent à Geispolsheim (2200A) et sur quatre autres gisements d’Alsace : Hilsenheim, Ehl-Lutterbach, Entzheim « Sellit » (Bas-Rhin) et Illfurth « Buergelen » alors qu’ils font totalement défaut en Lorraine. Ce type de décor ayant récemment fait l’objet d’un réexamen (Koenig et alii, 2005, p. 237), nous rappellerons simplement qu’il est très répandu dans le Bade-Wurtemberg, le nord de la Suisse, la Bavière, la Hesse et le Palatinat et agrémente essentiellement des vases à haut col (Dämmer, 1978, fig. 7). La « Heuneburg » constitue l’un des principaux centres de production à la fin du Hallstatt D1. Une possible production a également été notée à Illfurth « Buergelen » que l’on date également de la fin du Hallstatt D1 ou de la transition Hallstatt D1/D2 (Boyer, 2006 ; Roth-Zehner et alii, 2007). Cependant, des études récentes mentionnent encore l’usage de ce décor au Hallstatt D2 (Kurz et alii, 2000, p. 149-151).

299La polychromie, si bien perçue à la fin du Hallstatt en Champagne, dans la vallée de l’Aisne et en Bourgogne (Lepage, 1984 ; Villes, 1999 ; Durand, 2000 ; Demoule, 1999 ; Desenne, 2003), ne se rencontre que très ponctuellement en Lorraine, notamment en Meuse, à Bure (Robert et alii, 2005) ou à Void-Vacon (F. Thiériot, communication personnelle).

300De manière anecdotique, on peut signaler des lignes de barbotine ou de peinture noire sur un tesson à Gondreville. Cette dernière figure en association avec de la peinture rouge sur quelques tessons de Rosières-aux-Salines.

Conclusion

301D’un point de vue chronologique, on constate que la peinture rouge traverse toute la séquence chronologique, avec quelques nuances régionales. Comme le graphite (infra), cette technique décorative émerge vraiment au Bronze final III, même si une utilisation sporadique est attestée dès le Hallstatt A (Kimmig, 1940, p. 39, note 1 et pl. 24B). Elle constitue une composante importante dans l’ornementation des productions du Bronze final IIIb en Champagne par exemple. Assez peu usitée seule, elle est alors surtout associée à du graphite et participe à la riche ornementation des productions du début du Hallstatt dans la vallée du Rhin en particulier (Bauer, 1988), qui ne trouvent que quelques pâles échos en Lorraine. La peinture rouge semble, en revanche, peu courante dans le Rhin moyen (Joachim, 1968, p. 37). Concernant les motifs rouge et blanc si prisés Outre-Rhin, ils ne font qu’une timide apparition en Alsace et ne franchissent pas les Vosges. Enfin l’emploi de la peinture rouge disparaît à la fin du Hallstatt en Alsace comme sur l’ensemble de la vallée du Rhin, alors qu’il prend un nouvel essor en Lorraine sous forme d’aplats parfois associés à des lignes incisées. La Lorraine subit-elle à la fin du Hallstatt de manière très atténuée l’influence de la Bourgogne et de la Champagne où l’on note une abondance de motifs peints polychromes sur la céramique fine (Saurel, 2005 ; Villes, 1999) ? Il est délicat de l’affirmer. En revanche, il est intéressant de constater que ces régions limitrophes à la Lorraine n’emploient guère la peinture rouge en aplats seuls.

Le graphite (fig. 45)

302Parmi les matières colorantes en usage en Alsace et en Lorraine durant le Bronze final et le début du Hallstatt, le graphite est de loin le plus usité, principalement pour orner les formes basses et dans une moindre mesure les formes hautes. En effet, sur les gisements de Jouy-aux-Arches et de Crévéchamps, aucune forme haute ne paraît graphitée.

303Les aplats simples de graphite. Le graphite est fréquemment employé en aplats sur la face externe et/ou interne des formes basses : on l’observe en particulier sur la forme 1100A et 2100A et 2300 en Alsace, 1300B et 2200A en Alsace et Lorraine, les types 1300A, 2100B et 2100C étant plus exceptionnels dans l’une et/ou l’autre région. Des aplats de graphite sont présents sur la face externe et le bord de certaines formes hautes, essentiellement sur la forme 6220 dans les deux régions. On l’observe également sur la forme 7000 et plus occasionnellement sur la forme 6210 en Alsace.

304Les motifs graphités. La réalisation de motifs géométriques graphités s’avère plus rare et concerne principalement l’ornementation des marlis (1300B) et des formes 2100B en Lorraine, plus exceptionnellement 1100A, 2100A et 2200A. En Alsace, l’une ou l’autre forme 1100A, 1300A et 2300 est ornée de la sorte. Ces motifs sont disposés sur l’épaule ou le bord des formes hautes, 6120 et 6220 en Lorraine et en Alsace, que complètent des formes 7000 pour cette dernière région

305Il s’agit souvent de simples bandes, parfois de motifs rayonnants et de zigzags, plus exceptionnellement de damiers ou de motifs plus complexes (Pagny-lès-Goin, Jouy-aux-Arches, Morsbach).

306Le graphite combiné à d’autres techniques décoratives. Le graphite se trouve plus ou moins fréquemment en association avec des cannelures, des motifs excisés, incisés ou rainurés.

307En association avec les cannelures, il en existe à Rosières-aux-Salines (6220), à Crévéchamps, à Leutenheim (1100A) comme sur un tesson à Goin. Sur ce dernier gisement, on le rencontre aussi couplé à des rainures, association également présente à Colmar « Diaconat » (6210) et à Leutenheim, sur une forme 7000. De même, il n’est pas rare d’observer çà et là du graphite en aplats associé à quelques décors incisés composés de lignes horizontales à Goin (2200C) ou de motifs incisés et imprimés à la tige creuse à Lingolsheim (1100A, 6220). L’emploi de la pointe bifide, courante à la fin du Bronze final, est parfois effectué sur fond graphité à Rosières-aux-Salines (2100C), à Crévéchamps (2200A) et sur une dizaine de récipients de Riedisheim (6220). Quant à la combinaison d’aplats de graphite et de motifs excisés, elle n’apparaît dans le corpus qu’à Jouy-aux-Arches et à Morsbach (cf. excision).

308Comme nous l’avons souligné dans le chapitre consacré à la peinture rouge, l’association graphite/peinture rouge demeure rare en Lorraine, tout comme les combinaisons plus élaborées avec polychromie, incrustation de pâte blanche, incision, excision ou estampage qui caractérisent la céramique de type « Alb-Hegau » (Bauer, 1988) dont le style influence l’Alsace et de façon moindre la Lorraine (infra). Cette région présente beaucoup plus d’affinités avec la manière « plus sobre », dont le graphite est généralement utilisé dans la région du Rhin moyen (Koepke 1998, pl. 54, pl. 82-83, 120).

Conclusion

309L’emploi du graphite, absent des ensembles du Bronze final IIIa (Tikonoff et alii, 2008), se développe au cours de l’Âge du Bronze final IIIb, puis se généralise au Hallstatt C en Lorraine comme en Alsace (Plouin et alii, 1986). Quelques petits fragments de céramique graphitée ont toutefois été identifiés dans une fosse polylobée d’Atton « Quémine » (Meurthe-et-Moselle), qui a livré du mobilier du Bronze final IIa (Véber, 1996, p. 36 ; Klag, Koenig, 2007, p. 42). En se fondant sur les données de la « Heuneburg », c’est à partir du Hallstatt D1 que ce mode décoratif tendrait à décliner (Fort-Linksfeiler, 1978, p. 455, fig. 17-18). S’il est difficile de fixer précisément sa disparition, on peut affirmer qu’il fait défaut dans tous les ensembles bien calés chronologiquement par du mobilier métallique ou de la céramique tournée pour la fin de la période du Hallstatt. Seuls quelques tessons tournés de Wolfgantzen présentent du graphite dans le creux des cannelures, mais il s’agit là d’une exception très particulière (Kuhnle et alii, 1998a, p. 162, fig. 23, fig. 24, no 1 et fig. 39, no 19). Quant au petit tesson graphité de Geispolsheim, il est probablement résiduel.

Fig. 45. Décors colorés : les aplats de graphite (Alsace et Lorraine).

310Au début de la séquence, les décors essentiellement unis sont d’usage en Alsace ; notons néanmoins qu’il peut y avoir des problèmes de taphonomie, ces motifs géométriques étant plus difficiles à identifier. De tels motifs géométriques sont bien attestés en Lorraine. Pour l’instant, il est encore difficile de situer chronologiquement les quelques décors combinant graphite et incision, excision ou cannelures recensés en Lorraine, dans la mesure où ils ne sont présents qu’en deux ou trois exemplaires, ce qui ne permet pas d’apprécier à sa juste valeur l’importance de cette ornementation. Leur absence en association avec des motifs géométriques conduit à s’interroger sur une légère postériorité de la combinaison graphité/incisé au sein du Hallstatt C. À moins qu’il ne s’agisse là que d’un particularisme régional, version simplifiée du type « Alb-Hegau » si florissant sur la rive droite du Rhin (Brénon et alii, 2003, p. 246).

311À ce jour, la documentation issue des nécropoles ne répond pas précisément à cette interrogation dans la mesure où il s’agit essentiellement de vases graphités en aplats ou en motifs trouvés isolément, par exemple à Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle) (Thévenin, 1981, fig. 15). Seule la sépulture d’Argancy (Moselle) a livré une jatte graphitée uniformément et une urne décorée de motifs graphités aux côtés d’une épée de type Gündlingen et de sa bouterolle, ainsi que de deux anneaux en « lignite ». Il s’agit là d’un ensemble exceptionnel pour le Hallstatt C en Lorraine (Schembri, 2008, p. 30-31).

312Concernant l’association graphite/incision, les seuls points de repère datés par du mobilier métallique sont à rechercher dans la nécropole de Clayeures (Meurthe-et-Moselle). Il s’agit d’une urne ornée de graphite et d’un motif de croisillons incisés, associée à une épée en fer de type Mindelheim dans la sépulture centrale du tumulus 13 (Olivier, 1986, p. 163). Dans le tumulus 18 de cette même nécropole, une urne graphitée, rehaussée de triangles emboîtés incisés, se rencontre en association avec des bracelets à godrons (Olivier, 1982, p. 201, fig. 4). Ces derniers sont datés du Hallstatt C-D1. Quant aux épées, elles apparaissent habituellement au Hallstatt C et peuvent parfois se rencontrer en contexte D1 (Trachsel, 2004, p. 131-132 ; Dhennequin, 2005, p. 57). L. Dhennequin date celles de Clayeures du Hallstatt C2-D1.

3.5.6. La céramique de type « Alb-Hegau »

313Déjà mentionné à plusieurs reprises dans les paragraphes précédents, le terme de céramique de type « Alb-Hegau » caractérise des poteries qui portent un riche décor géométrique, obtenu par l’association de plusieurs procédés décoratifs : incisions, rainures, estampage à l’aide de matrices variées. Ce décor n’affecte que quelques formes (1100B, 1300, 6220, 7000). Les motifs sont rehaussés par l’emploi de la polychromie : peinture rouge, graphite, incrustations de pâte blanche. L’agencement des différents motifs est variable d’un vase à l’autre ; pour les formes 6220 et 7000, le décor est souvent organisé en zones délimitées par des incisions horizontales et ces zones sont subdivisées en petits champs par des incisions verticales, créant un décor en métopes. Pour les formes 1300, le décor s’organise depuis le fond de manière concentrique d’abord, puis rayonnante. Si les premiers exemplaires proviennent d’Allemagne du sud-ouest et du nord de la Suisse (Bauer, 1988), des ateliers locaux doivent exister, produisant des variantes, notamment dans la vallée du Rhin supérieur où l’on ne connaît pas les décors exubérants qui caractérisent les productions du sud du Wurtemberg (Zürn, 1987) et de Suisse (Bauer, 1988). Malgré de nombreuses publications, l’évolution chronologique de cette céramique et sa perduration au Hallstatt D1 restent toujours discutées (voir l’article déjà ancien de Zürn, 1957 ainsi que les propositions plus récentes dans Lüscher, 1993, p. 130-135 ; Baitinger, 1999, p. 105-107 ; Stegmaier, 2005, p. 89).

314Dans notre corpus, le vase de Sainte-Croix-en-Plaine (1100) s’intègre bien dans ces productions, que l’on rencontre ponctuellement sur les gisements d’habitat alsaciens de Marlenheim (Bas-Rhin) (Forrer, 1915, fig. 101) ou de Gundolsheim (Haut-Rhin) (Jehl, Bonnet, 1960, fig. 6, C), tout en demeurant un peu mieux documentées dans le domaine funéraire avec, entre autres, les vases d’Appenwihr (Plouin, 1983, pl. II, no 1, pl. IV, nos 1 et 5). Les vases ornés de Riedisheim (types 2100C, 2200B et 2300) appartiennent probablement au même courant stylistique avec des combinaisons variées de zigzags et de croix, de cercles oculés et de lignes obliques, de zigzags et de lignes poinçonnées. Les mêmes types de décors se retrouvent à Illfurth « Britzgyberg » et « Buergelen », où une production de ces céramiques semble attestée, notamment par la découverte de plusieurs poinçons.

315En Lorraine, les vases s’apparentant au style « Alb-Hegau » sont extrêmement rares. En contexte d’habitat, on ne connaît pour l’instant que l’exemplaire de Morsbach déjà évoqué ci-dessus avec son agencement caractéristique en métopes. Dans les nécropoles, un vase a été découvert anciennement à Clayeures (Meurthe-et-Moselle) (Beaupré, 1902a, p. 40, pl. IVbis, no 13). Son décor se compose de métopes remplies de croix formées de points imprimés, de cercles estampés ainsi que de carrés et de zig-zags emboîtés, avec incrustation de pâte blanche mais a priori sans graphite. D’autres vases peuvent présenter des décors plus ou moins élaborés ou tout au moins originaux sans que l’on puisse véritablement parler de style « Alb-Hegau », mais plutôt d’inspiration « Alb-Hegau ». C’est le cas du motif de damiers excisés couvrant l’urne du tumulus 6 de Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle) (Thévenin, 1981, fig. 15) ou du décor géométrique graphité formant, entre autres, des métopes remplies de damiers, chevrons et losanges emboîtés sur le vase de l’enclos 18 de Mondelange (Moselle) (Caumont, 2008, p. 36-37). On note enfin un vase à anse à décor excisé (rectangles emboîtés comblés de triangles) à Bouxières-sous-Froidmont « Le Tremble » et « La Tuilerie » (Meurthe-et-Moselle) (Klag, 1991, p. 16 ; Klag, Thomashausen, 1992).

Fig. 46. Décors modelés : les cannelures (Alsace et Lorraine).

3.5.7. Le modelage

Les cannelures (fig. 46)

316Les cannelures sont réalisées au doigt ou avec une sorte de spatule que l’on tire par pression sur la pâte encore molle afin de former des gorges plus ou moins larges et peu profondes, au profil arrondi. Elles sont généralement disposées en séries et horizontalement. Celles situées sur le bord sont le plus souvent assez fines et ne dépassent pas un ou deux exemplaires (Rosières-aux-Salines : structure 5010, non illustré). Plus fréquemment, elles se développent à la base du col et mettent en valeur l’épaule de vases plus ou moins globuleux (Rosières-aux-Salines, Goin, Colmar « Diaconat », Leutenheim, Geispolsheim). Elles ornent plus occasionnellement certaines formes basses à Rosières-aux-Salines (type 2100B), Crévéchamps (type 2100C), Gondreville (types 2100C, 2200C et 2300) ou Illfurth « Buergelen »-2 (2200C). Enfin, pour certaines formes ouvertes, des cannelures larges constituant des degrés peuvent être disposées sur la face interne de la partie basse de la panse (Rosières, Leutenheim). À Rosières-aux-Salines, ces degrés sont de plus rehaussés d’un motif de grains de blé. Des tessons appartenant à des formes indéterminées sont aussi mentionnés à Vigny et à Illfurth « Britzgyberg ».

317Les cannelures sont une technique chère au Bronze final qui se décline à cette époque sur le bord, le fond ou la panse des récipients. Leur emploi durant l’époque hallstattienne devient plus limité dans la vallée du Rhin supérieur. Dans le Rhin moyen, on observe encore leur présence sur quelques vases à bord en entonnoir dans la tradition du Bronze final (Joachim, 1968, pl. 6, nos 1-2 et pl. 7, no 2). En revanche, bords et fonds cannelés ont totalement disparu. Les cannelures semblent à présent quelque peu plus fréquentes sur des formes basses, particulièrement sur les types 2100 et 2200 qui se développent principalement à partir du Hallstatt C (cf. infra). Dans certains de ces ensembles, le décor cannelé est associé à des aplats de graphite (Crévéchamps) (cf. supra).

318Hormis à Gondreville et dans une moindre mesure à Illfurth « Buergelen », cette technique décorative n’est plus guère prisée durant les horizons tardifs sur la céramique non tournée. On la rencontre sur un ou deux exemplaires à Frouard, sur un autre dans la vallée de l’Amezule vers Nancy (Viller, 2004) et sur un autre encore à Messein sur des formes basses (types 2200B et C principalement). Elle semble disparaître au début du Hallstatt en Allemagne du Sud-Ouest, en Suisse et dans le quart nord-est de la France. Au contraire, elle est un marqueur du Hallstatt D1 et D2 en Bourgogne sur des formes 2100 (Bardel, 2006, p. 459) comme dans le Hunsrück-Eifel, où cette technique survivra au moins jusqu’à l’horizon HEK I (Hallstatt D1) (Haffner, 1976, pl. 58, no 8, pl. 70, no 11, pl. 73, no 18 ; pl. 79, no 6, pl. 83, no 10, fig. 163, p. 401). Les cannelures apparaissent donc principalement au Hallstatt D3 et à La Tène A, sur la céramique tournée (supra, 3.3).

Les éléments plastiques (fig. 47a et b)

319Les cordons. Parmi les éléments plastiques utilisés pour décorer la céramique, les cordons sont légion à toutes les étapes de la Protohistoire. Il s’agit d’un petit boudin en céramique modelé plus ou moins en relief et appliqué sur le récipient. Si l’on observe occasionnellement la présence de cordons lisses (Messein, Leutenheim, Sainte-Croix-en-Plaine, Geispolsheim), c’est en général rehaussés d’impressions digitées parfois couplées à des coups d’ongle ou des pincements qu’ils sont les plus nombreux. Comme les lignes digitées évoquées ci-dessus, ils existent dans presque tous les ensembles du corpus, avec une position à la pliure du col au début de la séquence sur le type 6210 ou 6220 (Rosières-aux-Salines, Pagny-lès-Goin, Morsbach, Woippy, Jouy-aux-Arches, Crévéchamps, Flévy en Lorraine ; Colmar « Diaconat », Houssen « Cora », Colmar-Houssen, Sainte-Croix-en-Plaine, Rosheim « Sandgrube »-2, Riedisheim, Illfurth « Brizgyberg », Brumath-1, Geispolsheim en Alsace). On les retrouvera ensuite sur le haut de la panse lorsque les formes s’assouplissent sur le type 6110 (Gondreville, Florange, Art-sur-Meurthe, Merxheim, Ensisheim). On notera que le type 6110 (voire 6120) apparaît en Alsace à l’horizon suivant (Colmar-Houssen, Sainte-Croix-en-Plaine, Riedisheim) alors qu’il est illustré à Morsbach en Lorraine. Quelques cordons positionnés à la pliure du col sont mentionnés en contexte tardif sur des tessons de Vigny (structure 2099) et de Frouard ; cependant, compte tenu du caractère multiphasé de ces gisements, il est probable qu’il s’agisse plutôt d’éléments résiduels que d’une perduration de ces formes et ornementations archaïques.

320Sur les types 5100 et 5200, qui sont des formes hautes beaucoup moins bien représentées que les autres, les cordons sont plus exceptionnels (Illfurth « Buergelen »-1 et « Brizgyberg », Sainte-Croix-en-Plaine, Geispolsheim, Merxheim, Ensisheim).

321Les cordons digités multiples étaient jusqu’à présent inconnus en Lorraine. Une fouille réalisée à Florange en a cependant livré un exemplaire (Galland et alii, 2008). En Alsace, ils sont présents à Sainte-Croix-en-Plaine, à Riedisheim et à Illfurth. Ils ne se rencontrent dans aucun contexte récent.

322Tout en demeurant rares, de tels cordons multiples sont connus dans le Bade-Wurtemberg sur le gisement de la « Heuneburg » où ils sont attribuées aux horizons récents (I-III) (Van den Boom et alii, 1991, p. 57, pl. 9, no 50 et pl. 22, no 134), de même que dans la région de l’Hunsrück-Eifel (Dehn, 1941, fig. 46, no 15 ; Sehnert-Seibel, 1993, pl. 5B, no 4). Aucun de ces récipients ne présente cependant un bord en entonnoir faisant avec la panse une angulation aiguë comme cela s’observe sur le vase de Riedisheim, ce qui constitue indiscutablement un profil ancien.

323D’un point de vue chronologique, on peut considérer que les cordons localisés à la pliure du col sont caractéristiques de la fin du Bronze final et du début du Hallstatt. À la phase suivante, les cordons sont encore présents, toutefois la multiplication des récipients de forme plus élancée, à bord vertical conduit à les positionner sur le haut de la panse. On remarque cependant qu’ils sont à présent fortement concurrencés par les lignes digitées (cf. supra). Cette évolution de la forme 6210-6220 et surtout du positionnement du cordon s’observe bien à Brumath-2 dans la structure 2005 par exemple.

324En ce qui concerne les cordons multiples, les quelques éléments de comparaison tendraient à les attribuer à la fin de la séquence, alors même que tous les gisements qui en ont révélé un exemplaire en Alsace se caractérisent par de la céramique graphitée et des formes typiques du Hallstatt C.

325Tétons, mamelons, pastilles. Parmi les décors plastiques, on évoquera également la présence de petits tétons, mamelons ou pastilles de formes circulaires ou plus allongées, réalisés par rajout de pâte. En Alsace, on rencontre de petits tétons sur le bord de certaines formes basses de type 1100A à Leutenheim, à Reichstett et à Lingolsheim exclusivement. Ce type d’ornementation est assez peu diffusé dans les corpus connus du Bronze final IIIb en Alsace et en Suisse. À Riedisheim, il agrémente la pliure du col sur un récipient de type 6220, comme à Gundolsheim (Haut-Rhin) sur un type 6210A (Jehl, Bonnet, 1959, fig. 12) et à Colmar sur un type 6220 (Jehl, Bonnet, 1970, pl. IX). Cette disposition que l’on retrouve en Lorraine à Crévéchamps (structure 1053) et à Woippy (structure 285) paraît plus fréquente et se rencontre dans divers contextes de la fin du Bronze final (Ruoff, 1974, pl. 22, no 8, pl. 27, no 3, pl. 33, nos 24 et 44) et du Hallstatt C dans le Breisgau (Maise, 2001, fig. 28, 34 et 35), mais perdure également dans des ensembles plus tardifs en Bade-Wurtemberg et dans les régions voisines (Zürn, 1987, pl. 474, 469, 467…). Il semble donc que ce ne soit pas un critère de datation très précis. À Riedisheim, un décor de pastilles a également été observé sur quatre vases de type 2200B ; de bons éléments de comparaison sont connus au Britzgyberg à Illfurth (Musée de Mulhouse). En revanche, il reste inconnu dans le reste de l’Alsace comme en Lorraine.

Fig. 47a. Décors modelés : les éléments plastiques (Alsace).

Fig. 47b. Décors modelés : les éléments plastiques (Lorraine).

326Un décor de mamelons couvrants existe enfin à Lingolsheim sur une forme semi-fine 6220. Ce décor traverse les âges très ponctuellement. En Alsace, il apparaît sur une tasse du Bronze moyen (nécropole de « Weissensee » dans la forêt de Haguenau, sans autre précision : Schaeffer, 1926, fig. 22, M) ; puis on le retrouve au Bronze final IIb en Franche-Comté (Pétrequin et alii, 1985, fig. 117, no 1). À l’époque hallstattienne, il réapparaît à « Maegstub » dans la forêt de Haguenau, au sein d’une tombe ayant livré entre autres, un torque à anneaux de suspension, des anneaux de bras et de jambe, une plaque de ceinture unie et de nombreuses perles en « lignite ». Le vase associe, quant à lui, peinture rouge sur le bord et mamelons tapissant la panse (Schaeffer, 1930, p. 140, fig. 122 et 128). Compte tenu des éléments de parures, cette tombe peut être datée de la fin du Hallstatt D1 ou du début du Hallstatt D2 (Koenig et alii, 1993, p. 182-185).

327En Lorraine, c’est son pendant en creux (digitations couvrantes) qui semble retenu sans jamais être fréquent (cf. supra). À noter un fragment comportant un décor de mamelons ou picots tapissants sur un tesson de Gondreville « La Tuilerie » (Deffressigne, Jude, 2005) dans un contexte Hallstatt D, décor fréquent en Bourgogne et en Champagne pour le Hallstatt D3, voire encore La Tène (Bardel, 2006, p. 465 ; Joffroy, 1960, pl. 42 ; Saurel, 2005, p. 103).

328L’engobe ou crépissage grossier et rugueux. Un engobe ou crépissage grossier et rugueux de la surface externe (que l’on doit distinguer du façonnage grossier) a été observé sur la moitié inférieure de certains récipients en céramique grossière. Cette zone est souvent séparée de la partie supérieure non engobée par un cordon ou une ligne digitée. En Alsace, on observe quelques individus portant un tel revêtement dès le Bronze final IIIb à Leutenheim avec néanmoins un relief peu accentué, ce qui le distingue des exemples plus tardifs. En effet, cette technique décorative disparaît apparemment totalement du corpus du Hallstatt C pour réapparaître à la période suivante, comme à Holtzheim, Wolfgantzen et Merxheim. Sa quasi-absence dans le corpus lorrain hormis un exemplaire à Art-sur-Meurthe est à souligner, mais s’explique peut-être plus par la rareté des gisements illustrant les phases tardives du Hallstatt que par des problèmes d’identification. En effet, le gisement de Florange vient d’en livrer plusieurs fragments pour le Hallstatt D2 (Galland et alii, 2008, annexe 2).

329Cet engobe a fait l’objet d’une étude détaillée dans le cadre de la publication des gisements d’Holtzheim, Geispolsheim et Rosheim (Koenig et alii, 2005, p. 240). Il est possible d’affirmer qu’il est caractéristique de la phase finale du Hallstatt et ne semble pas perdurer au-delà du début de La Tène.

Notes

1 Colmar « Rue Balzac/Rue des Aulnes », Wolfgantzen « Déviation RN 415 », Merxheim « Trummelmatten », Illfurth « Britzgyberg » et Ill-furth « Buergelen ».

Table des illustrations

Légende Fig. 5. Formes représentatives et évolution du type 1100A en Alsace et en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Fig. 6. Formes représentatives et évolution du type 1100B en Alsace et en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Légende Fig. 7. Formes représentatives et évolution du type 1100C en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 8. Formes représentatives et évolution du type 1200 en Alsace et en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Fig. 9. Formes représentatives et évolution du type 1300A et B en Alsace et en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 10. Formes représentatives et évolution du type 2100A en Alsace et en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Fig. 11. Formes représentatives et évolution du type 2100B en Alsace et en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 12. Formes représentatives et évolution du type 2100C en Alsace et en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Fig. 13. Formes représentatives et évolution du type 2200A en Alsace et en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Fig. 14. Formes représentatives et évolution du type 2200B en Alsace et en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Fig. 15. Formes représentatives et évolution du type 2200C en Alsace et en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Fig. 16. Formes représentatives et évolution du type 2300 en Alsace et en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Fig. 17. Formes représentatives et évolution du type 5100 en Alsace et en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Fig. 18. Formes représentatives et évolution du type 5200 en Alsace et en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 19. Formes représentatives et évolution du type 6110A et B en Alsace et en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 20. Formes représentatives et évolution du type 6120A et B en Alsace et en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Fig. 21. Formes représentatives et évolution du type 6210A et B en Alsace et en Lorraine (céramique fine).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Fig. 22. Formes représentatives et évolution du type 6210A et B en Alsace et en Lorraine (céramique grossière).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 23. Formes représentatives du type 6220A et B en Alsace et en Lorraine (céramique fine, classée par variantes).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Fig. 24. Évolution de la forme 6220A et B en Alsace et en Lorraine (céramique fine, classée par phases).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 25. Formes représentatives du type 6220A et B en Alsace et en Lorraine (céramique grossière, classée par variantes).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Fig. 26. Évolution de la forme 6220A et B en Alsace et en Lorraine (céramique grossière, classée par phases).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Fig. 27. Formes représentatives et évolution du type 7000 en Alsace et en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 28. Formes représentatives et évolution du type 9100 en Alsace et en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Fig. 29. Formes représentatives et évolution du type 9200 en Alsace et en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 30a. Tableau de l’évolution de la céramique tournée en Alsace.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Fig. 30b. Tableau de l’évolution de la céramique tournée en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 31. Typologie des entonnoirs (type 8000) présents dans le corpus.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 32. Typologie des couvercles (type 10000) présents dans le corpus.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 33. Formes représentatives des vases de petite taille (type 11000) en Alsace et en Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 34. Typologie des cuillers (type 12000) présentes dans le corpus.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 35. Principaux motifs décoratifs présents au sein des corpus céramiques d’Alsace et de Lorraine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 36. Impressions/incisions : décors géométriques simples (Alsace et Lorraine).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Fig. 37. Incisions : décors géométriques complexes (Alsace).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende Fig. 38. Incisions : décors géométriques complexes (Lorraine).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Fig. 39. Incisions : décors réalisés au peigne à dents multiples (Alsace).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Fig. 40. Décor d’excision (Lorraine).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Fig. 41. Décors d’impressions digitées (Alsace et Lorraine).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Fig. 42. Décors d’impressions faites à l’aide d’un outil (Alsace et Lorraine).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Fig. 43. Décors colorés : les aplats simples de peinture rouge (Alsace et Lorraine).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Fig. 44. Décors colorés : l’association de peinture rouge et de graphite (Alsace).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Fig. 45. Décors colorés : les aplats de graphite (Alsace et Lorraine).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Fig. 46. Décors modelés : les cannelures (Alsace et Lorraine).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Fig. 47a. Décors modelés : les éléments plastiques (Alsace).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 47b. Décors modelés : les éléments plastiques (Lorraine).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8997/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

Auteurs

© ARTEHIS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search