Version classiqueVersion mobile

La céramique d’habitat du Bronze final IIIb à La Tène A en Alsace et en Lorraine : essai de typo-chronologie

 | 
Anne-Marie Adam
, 
Sylvie Deffressigne
, 
Marie-Pierre Koenig
, 
et al.

2. Méthodologie

Sylvie Deffressigne et Nicolas Tikonoff

Texte intégral

2.1. Objectifs de la recherche, définition du corpus et des outils

1Cette étude est le fruit d’un constat simple, le manque évident pour la moitié nord de la France, d’un outil de référence dans le domaine de la céramique pour les phases anciennes de la Protohistoire. La céramique est pourtant l’élément omniprésent dans les rejets domestiques découverts lors de la plupart des fouilles archéologiques. La documentation de base existe donc, plus ou moins abondante selon les sites et les contextes, mais elle est souvent dispersée dans divers documents administratifs (rapports de fouille, DFS, RFO…). Les études exhaustives demeurent rares ; les données sont généralement publiées de façon partielle, voire parfois à peine étudiées par manque de moyens. Les méthodes d’étude sont également différentes, les résultats étant exprimés en « Nombre Minimum d’Individu », en « nombre de formes identifiables », ou encore en pourcentages. Certaines études mentionnent des poids, d’autres enfin ne s’appuient, pour diverses raisons, que sur des sélections. Par ailleurs, le taux de fragmentation des vases est très différent d’un site à l’autre et lors de la fouille, des choix ont parfois été opérés, qui ont pu tronquer la donnée. Le remontage de la céramique n’est pas toujours très abouti non plus.

2Compte tenu de ces disparités et des controverses qu’elles peuvent susciter, une reprise de la totalité des données de base eut été souhaitable dans la plupart des cas. Pour diverses raisons, ceci s’est révélé impossible, d’autant plus que les séries présentées ici le sont parfois de « seconde main ». Pour bâtir cette étude comparative, il a, de ce fait, été jugé plus important de se fonder sur une présentation souvent non exhaustive des vases, plutôt que d’éliminer d’emblée les sites les moins bien documentés. On peut, certes, critiquer cet échantillon, dont la fiabilité est inégale : ce défaut est susceptible d’affaiblir tel ou tel aspect de nos conclusions, mais sans doute pas de les biaiser totalement.

3Pour l’attribution d’une datation, l’idéal serait le recours aux comparaisons avec les ensembles clos des nécropoles. Pour la plupart des secteurs concernés par cette étude, les nécropoles ne sont pas toujours bien connues ; elles ont été fouillées essentiellement au xixe siècle ou au début du xxe, époque où la céramique était souvent négligée. Quand les vases existent, ils ne sont guère comparables aux formes de la vaisselle courante en habitat. De plus au Hallstatt, la céramique ne figure que peu souvent dans les viatiques du mort, contrairement aux périodes précédentes. Les difficultés sont encore accrues si l’on fait, parallèlement, l’inventaire du mobilier métallique significatif des habitats ; ce dernier, étant la plupart du temps indigent, ne fait en général que confirmer une première évaluation chronologique établie par la céramique, rien de plus. Ce matériel métallique sera néanmoins évoqué ici, en association avec les vases, quand le cas se présente.

4À ces handicaps conjoncturels s’ajoutent d’autres difficultés. Pour la période hallstattienne, les formes céramiques se simplifient, les décors sont dans l’ensemble peu nombreux, hormis quelques pièces plus ou moins exceptionnelles, en Alsace essentiellement. Toute la chaîne opératoire du traitement de la céramique s’en ressent, depuis le remontage des vases, qui ne bénéficie plus de repères visuels évidents (carène, décor, bord infléchi…), jusqu’à la reconnaissance d’une forme. Il n’est parfois pas possible de distinguer s’il s’agit d’une forme haute ou d’une forme basse, tant les parties supérieures des vases sont semblables. Les lèvres sont en effet dans le prolongement des bords qui sont eux-mêmes dans le prolongement de la panse. Dans la plupart des ensembles, les vases complets ou quasi complets ne représentent au mieux qu’un très faible pourcentage : c’est environ un tiers du vase seulement qui est généralement reconstitué, ce qui limite considérablement les travaux statistiques et leur fiabilité.

5En dépit de ces difficultés, la mise en parallèle des différents corpus céramiques présentés ici, si elle n’est pas toujours idéale pour dresser une typologie comparative, permet de dégager les grandes tendances évolutives et d’accéder à une meilleure capacité de datation de ce mobilier dans le quart nord-est de la France. Cette évolution est à considérer, soit à l’intérieur des gisements mêmes, soit entre les habitats des diverses régions concernées par ce programme. La mise en commun d’ensembles issus d’une documentation très disparate a nécessité l’élaboration d’un outil de comparaison simple à manipuler et facile d’accès. Il fallait pour cela un support visuel adapté et associé à une grille de lecture des divers types de céramiques. Les planches de dessins au tiers ne semblaient pas appropriées à cette démarche, aussi la présentation sous la forme d’un tableau à double entrée où les vases seraient représentés au 1/10e s’avérait un compromis satisfaisant entre une sélection drastique qui réduit un corpus à sa plus simple expression et une présentation plus habituelle (dessins à l’échelle 1/3) qui finit par noyer l’information et compromet ainsi le principe de comparaisons jugé fondamental. La présentation en tableaux a permis, en effet, une lecture verticale de chaque forme céramique par entité archéologique pour un même site, sans pour autant négliger la comparaison (forme et nombre) à l’échelle de l’habitat ou de secteurs géographiques, cette fois en lecture horizontale.

Fig. 2. Arbre de hiérarchisation et principe de numérotation des formes.

6La création de cet outil a tout d’abord demandé l’abandon de l’usage des terminologies plus ou moins personnelles, car elles ne reflètent pas toujours la même réalité d’une personne à une autre. De grands critères morphologiques communs ont donc été redéfinis et pour couper court à toute interprétation subjective ou querelle terminologique, un numéro a été attribué à ces groupes, accompagné d’une vignette d’illustration servant de repère visuel (voir fig. 2 et fig. 3, a et b). Ces vignettes ne constituent aucunement un modèle strict. On remarque en outre des « vides » dans cette numérotation ; ils laissent de la place à d’éventuelles formes nouvelles.

7Pour compléter l’information et en même temps pallier la disparité des corpus, nous avons opté pour la transparence des éléments, c’est-à-dire un bilan de l’état de chaque corpus, présenté dans une notice de site (cf. Catalogue en annexe). En second lieu, seuls les exemplaires se rattachant à une forme clairement identifiable ont été retenus et les fonds - mises à part quelques très rares pièces particulières décorées - n’ont pas été pris en compte. Ainsi, tout individu céramique dont la partie supérieure conservée est trop faible a été généralement éliminé. Ce procédé évite la surreprésentation des formes les plus facilement reconnaissables, mais aussi l’accumulation des fragments de bords non identifiables.

8Parallèlement certains sites, d’ailleurs peu nombreux, ayant livré en abondance des exemplaires d’une même forme, toutes n’ont pas été représentées dans les tableaux, compte tenu de la place disponible, mais le nombre total est indiqué dans les fiches. Les décors isolés ont été traités à part dans le chapitre concerné.

2.2. Classification et définition des types

9La création de la grille de lecture commune est fondée sur un arbre de hiérarchisation des critères morphologiques issus du profil des vases. Le premier niveau de tri effectué pour la réalisation de ce classement stylistique est donc fait sans tenir compte de la fonction des récipients ou de leur volume ; de gros vases peuvent cohabiter avec des petits au sein d’une même ligne, s’ils possèdent tous le même profil.

10L’analyse descriptive de la céramique est réalisée grâce à un découpage morphologique des récipients, des plus classiques. Ainsi on distingue sur un vase la lèvre, le bord, le col, l’encolure, la carène, l’épaule, la panse, le fond, le pied (cf. schéma descriptif, fig. 4). Les termes repris ici sont explicités dans l’ouvrage technique de H. Balfet, M.-F. Fauvet-Berthelot et S. Monzon sur la normalisation de la description des formes auquel nous nous référons dans une large mesure (Balfet et alii, 1983 et 1989).

11Le premier niveau de classification voudrait qu’il soit fondé sur un rapport mathématique faisant valoir le ratio entre le diamètre à l’ouverture et la hauteur totale du vase (Balfet et alii, 1983 et 1989), mais force est de constater que le taux de fragmentation et un remontage souvent partiel de la céramique ne permettent pas d’appliquer cette démarche. Dans la plupart des cas et souvent aussi dans le meilleur, seul le tiers supérieur des vases étant conservé, c’est le tri visuel, établi sur les proportions de la forme, qui prédomine lors de cette première étape. Il permet de distinguer deux grandes classes structurales, les formes basses d’une part et les formes hautes d’autre part. Rappelons qu’une forme est considérée comme basse quand sa hauteur est inférieure à son diamètre maximum, et qu’une forme est haute, quand sa hauteur est supérieure ou égale à son diamètre maximum. Dans de nombreux cas, ce sont la connaissance et l’habitude, qui font qu’on classe un vase incomplet dans l’une des deux catégories : on parle ici de « forme extrapolée ».

  • 1 Point d’inflexion : point d’inversion (sans rupture) entre segments convexes et concaves d’une cou (...)
  • 2 Point d’intersection : point de rupture d’une courbe provoquant un changement brusque de contour, (...)

12Le deuxième niveau de tri de la céramique intègre les critères de segmentation du profil, ce qui divise à nouveau en deux groupes les deux grandes classes structurales du départ : le premier groupe comporte les corps simples et le second les corps complexes. Les vases à corps simple, indépendamment du bord, ont un profil qui s’inscrit pratiquement dans une forme géométrique type tronc de cône, hémisphère, cylindre… (Balfet et alii, 1983 et 1989). À l’inverse, on considère les vases à corps complexe en fonction des changements nets de direction de leur profil, à partir soit de points d’inflexion1 soit de points d’intersection2. Certaines formes peuvent apparaître comme ambiguës : ainsi le choix a été fait de placer la forme 2100B dans la catégorie des corps complexes, alors qu’elle est sphéroïde ; dans ce cas précis, c’est le changement radical d’orientation entre le haut et le bas du profil qui a été privilégié. Cette forme 2100B pourrait tout aussi bien s’intégrer dans les corps simples.

Fig. 3a. Tableau de classification des formes basses.

13La troisième clé de tri est la plus importante pour cette classification, car elle est fondée sur la morphologie de la partie supérieure du vase, essentiellement sur la présence ou non d’un col. Le développement de cette dernière permet ensuite la création de types secondaires dits sous-types. La forme 2200, par exemple, montre bien les différentes divisions possibles. Quant à la forme 6000, les diverses distinctions se font majoritairement sur le profil du bord, qui devient par là même le critère déterminant. En réalité l’ensemble de ces distinctions est très théorique. Elles s’appliquent à la majorité des cas, mais parfois le classement des vases est plus complexe, ce qui oblige à un arbitrage visuel pas toujours satisfaisant. Chaque type et sous-type de forme a toutefois fait l’objet d’une définition la plus précise possible pour éviter au maximum les confusions (voir infra et fig. 3, a et b).

Fig. 3b. Tableau de classification des formes hautes.

14Les céramiques communément appelées fines et grossières n’ont pas été dissociées dans les tableaux, chaque ensemble rendant ainsi compte de leur potentiel ; la céramique grossière est simplement signalée par un triangle sur les dessins. Par ailleurs la terminologie « fine, grossière » n’est pas totalement adaptée aux périodes considérées ici. Certes elle constitue une appellation simple et pratique ; il faut cependant plutôt entendre par « céramique fine » une poterie d’une facture soignée, bien « finie », au lissage minutieux, sans pour autant faire intervenir la notion d’épaisseur de la pâte, car un gros vase aux parois épaisses pour des raisons techniques et fonctionnelles peut appartenir à la classe dite « céramique fine », sa finition le distinguant d’autres exemplaires. La céramique grossière englobe en quelque sorte tous les autres vases ne bénéficiant pas d’un traitement équivalent. Les parois sont souvent épaisses, le dégraissant grossier, la surface plus ou moins bien lissée.

Fig. 4. Terminologie utilisée pour la description des vases.

15En dehors de ces deux grandes catégories techniques, dont la distinction était parfois difficile à faire, lorsqu’il s’agissait d’un corpus examiné de seconde main, la céramique tournée a fait également l’objet d’un classement particulier. Dans les tableaux par site, tous les exemplaires ont été regroupés à la fin. En revanche, pour leur étude, ils ont fait l’objet d’une analyse typo-morphologique identique au reste du corpus.

16Seule une évolution des décors (motifs et techniques), menée parallèlement à celles des formes, a été envisagée. Ils ont été listés exhaustivement, car ils sont considérés comme un élément clef pour l’évolution du vaisselier, mais également pour traiter des particularismes régionaux. Néanmoins ils ne constituent pas un critère intégré à l’arbre de hiérarchisation.

2.3. Choix des gisements et cadre chronologique

17Dans les régions d’Alsace et de Lorraine, le choix des gisements s’est opéré différemment en fonction de l’évolution des recherches sur le terrain, mais, dans les deux cas, il concerne des sites fouillés durant ces vingt dernières années. Ces sites présentent tous des ensembles suffisamment fournis pour pouvoir engager une réflexion.

18Certains de ces gisements n’avaient fait l’objet, jusqu’à maintenant, que d’un rapport final d’opération. D’autres avaient déjà bénéficié, soit d’un travail universitaire : Illfurth « Britzgyberg » (Haut-Rhin) : Boyer, 2005 et Boyer, 2006 ; Riedisheim (Haut-Rhin) : Goepfert, 2005 ; Rosheim « Sangrube » (Bas-Rhin) : Blanc, 1994 ; soit d’une publication, notamment pour plusieurs sites d’Alsace : Brumath « Lotissement Édouard Manet » (Bas-Rhin), Colmar-Houssen « Hoell Gravière », Colmar « Diaconat » (Haut-Rhin), Holtzheim (Bas-Rhin), Houssen « Cora » (Haut-Rhin), Sainte-Croix-en-Plaine (Haut-Rhin), Pfulgriesheim (Bas-Rhin), par les soins de notre équipe, dans le cadre d’un précédent ouvrage, qui marquait une première étape de notre travail collectif (Adam, 2005). Antérieurement, on peut mentionner, toujours pour l’Alsace, les trois articles consacrés respectivement à Lingolsheim (Bas-Rhin) (Lasserre, 2003), Geispolsheim (Bas-Rhin) (Koenig et alii, 1990) et Wolfgantzen (Haut-Rhin) (Kuhnle et alii, 1998a), ainsi que diverses publications concernant le « Hexenberg » de Leutenheim (Bas-Rhin) (Adam, Lasserre, 2001 ; Lasserre, Michler, 2003). Pour la Lorraine, une première synthèse de l’évolution de la céramique des Âges du Fer a été proposée lors du colloque AFEAF de Colmar-Mittelwihr en 1996 (Brénon et alii, 2003). Récemment, deux gisements ayant livré d’intéressantes séries de mobilier ont fait l’objet d’une publication : Gondreville (Deffressigne et alii, 2002) et Messein (Meurthe-et-Moselle) (Tikonoff, Deffressigne-Tikonoff, 2004). Notre travail lui-même a déjà été présenté sous une forme préliminaire et résumée, et sur la base d’un choix plus restreint de gisements, dans le cadre d’un colloque consacré à la céramique hallstattienne à Dijon, en novembre 2006 (Deffressigne et alii, 2009).

19Quant au cadre chronologique, le thème général d’étude correspondant à la période hallstattienne, la prise en compte des périodes voisines s’est imposée pour une meilleure appréciation de l’évolution des formes et des décors. La céramique concernée se situe donc dans une fourchette chronologique qui va de la fin de l’Âge du Bronze final (Bronze final IIIb ou Hallstatt B2-B3), jusqu’au début du deuxième Âge du Fer (La Tène A, voire La Tène B). Trente-sept sites ont été retenus en tout, quinze en Lorraine et vingt-deux en Alsace (Carte, fig. 1, et tableau des sites supra). Certains présentant deux horizons chronologiques bien distincts, ils sont donc différenciés par des chiffres, par exemple Roshein « Sandgrube »-1 et Rosheim « Sandgrube »-2.

2.4. Présentation des résultats : notices, planches des formes, tableaux des décors, synthèse et phasage chronologique

20Chaque site, dont le mobilier est illustré à l’aide des tableaux déjà présentés, fait l’objet d’une fiche comportant une présentation sommaire des structures, une brève analyse des formes (quantification, description et particularités) et des décors, accompagnée d’une liste succincte du reste du mobilier (métal, terre cuite, mouture, faune…) présent également sur le site. La conclusion souligne les spécificités de chaque corpus et donne une première approche chronologique qui permet de saisir rapidement les points importants. Cette première estimation chronologique de la céramique est ensuite confrontée, quand c’est possible, à celle du mobilier métallique qui permet de l’affiner ou de la démentir. Un petit tableau, détaillant la valeur du corpus présenté, complète la notice ; il autorise une rapide appréciation de sa représentativité.

21S’appuyant sur ce catalogue des sites, une synthèse par forme a été tentée à partir de l’ensemble des données d’Alsace et de Lorraine depuis la fin de l’Âge du Bronze jusqu’au début du second Âge du Fer. Au travers de cette première analyse, des spécificités régionales et les éléments communs sont identifiés à partir d’exemples précis. Les formes particulières sont traitées en dehors de la synthèse générale (céramique tournée, objets autres que la vaisselle proprement dite : vases de petite taille, couvercles, cuillers) et une partie est ensuite réservée au décor. Ce travail demande à être considéré non pas comme un système typochronologique fermé, mais comme un outil d’analyse, que chaque nouvelle fouille peut affiner. Les tendances évolutives sont fondées sur la récurrence des faits (formes d’un même type, profil de bord, accentuation d’une carène…), sur la cohabitation de formes « anciennes » et « récentes », sur l’apparition/disparition de certains caractères discrets. La fréquence d’un type de vase, d’un motif, la présence d’une technique de façonnage sont autant d’éléments qui entrent également en ligne de compte. En combinant tous ces paramètres, une première évolution des ensembles de vaisselle peut alors être esquissée. Le raisonnement s’appuie sur une comparaison inter-sites, où les quelques éléments métalliques présents servent de jalons chronologiques. Ce fonctionnement analytique peut être critiqué car il ne s’appuie en sorte que sur lui-même ; toutefois il faut dans un premier temps considérer la seule valeur relative de cette évolution.

TABLEAU DE COMPTAGE

Nombre Minimum d’individus

Poids total de la céramique

Poids de la céramique « fine »

Poids de la céramique « grossière »

Nombre de Vases à forme Identifiée

% fondé sur le NMI global du site

% fondé sur le nombre de formes identifiées du site

Échantillonnage dans les structures

% fondé sur une sélection des vases

Sélection de quelques structures

Sélection d'une structure

Sélection d'un niveau archéologique

22La comparaison avec d’autres référentiels peut permettre ensuite un premier et réel phasage chronologique. Cette dernière étape est sans doute la plus délicate à aborder, car les ensembles de référence, couplant à la fois une quantité suffisante de vases significatifs et d’objets métalliques, ne sont guère nombreux. Pourtant, si l’on est encore loin de pouvoir établir une chronologie absolue, la confrontation de tous ces corpus apporte indiscutablement matière à une définition globale des caractéristiques de chaque phase, entre le Bronze final IIIb et La Tène A, pour chacune de nos régions, puis en les confrontant entre elles et avec les régions périphériques. Cette synthèse par période, qui constitue le dernier chapitre de l’ouvrage, se clôt par un essai de définition des faciès culturels centré sur le premier Âge du Fer dans le Nord-Est de la France.

Notes

1 Point d’inflexion : point d’inversion (sans rupture) entre segments convexes et concaves d’une courbe continue rentrante (Balfet et alii, 1988).

2 Point d’intersection : point de rupture d’une courbe provoquant un changement brusque de contour, formant un angle saillant ou rentrant (Balfet et alii, 1988).

Table des illustrations

Légende Fig. 2. Arbre de hiérarchisation et principe de numérotation des formes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8988/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 3a. Tableau de classification des formes basses.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8988/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Légende Fig. 3b. Tableau de classification des formes hautes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8988/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Légende Fig. 4. Terminologie utilisée pour la description des vases.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8988/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

© ARTEHIS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search