Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, I

 | 
Michel Kasprzyk
, 
Gertrud Kuhnle
, 
Alexandre Burgevin

Le site de l’Antiquité tardive de Wiwersheim (Bas-Rhin)

Frédéric Latron

Résumé

Le site de Wiwersheim-Zone d’Activité du Kochersberg (Bas-Rhin) est localisé à une douzaine de kilomètres au nord-ouest de Strasbourg. L’installation de l’Antiquité tardive est caractérisée par un ensemble de dix-huit fours, domestiques ou four à pain, d’une cabane semi-excavée à six poteaux et de deux fosses. Ces vestiges d’un habitat rural sont datés de la fin du ive siècle et de la première moitié du ve siècle. La céramique issue des fours et de la cabane est composée en grande partie de sigillée d’Argonne et de céramique commune de la région de l’Eiffel. La fouille du site a mis en évidence sa vocation agricole, ainsi que l’élevage et une activité artisanale liée au textile.

Texte intégral

1La commune de Wiwersheim (fig. 1) se trouve dans le Bas-Rhin, à une douzaine de kilomètres au nord-ouest de Strasbourg, au cœur du Kochersberg. La fouille archéologique est localisée à l’ouest de l’agglomération actuelle, à l’angle formé par la route départementale 41 au nord et par la route départementale 30 à l’est. Le terrain forme un versant incliné vers le sud avec une pente moyenne de 4 % en bordure d’un plateau lœssique qui domine le ruisseau Plaetzerbach.

2L’opération archéologique préventive, réalisée à l’automne 2006, a été motivée par le projet de construction d’une Zone d’Activité, sur une superficie totale de 11,5 ha. La fouille, dirigée par l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) en collaboration avec le Pôle d’Archéologie Interdépartemental Rhénan (PAIR), ne concerne que 2 ha répartis en cinq secteurs (fig. 2).

3La fouille a mis au jour 232 structures appartenant à plusieurs occupations archéologiques d’inégales importances, entre le Néolithique moyen et l’Antiquité tardive. La présence néolithique est peu dense, mais dispersée sur l’ensemble des secteurs. Elle permet de faire remonter l’origine de ce terroir entre le Néolithique moyen et la fin du Néolithique récent (Bischeim rhénan, Michelsberg ancien et Munzingen récent). Un site d’habitat du Bronze final IIIb est concentré dans les secteurs IV et V : il est caractérisé par des fosses d’extraction et de nombreuses fosses-silos. Durant l’Antiquité, l’occupation est circonscrite dans les secteurs I, II et III, au centre, au sud et à l’ouest de l’emprise. Un petit établissement rural à vocation agricole, s’articulant autour d’une série de caves, de pièces semi-enterrées et de fosses, s’est installé vers le milieu du iie siècle de notre ère et a perduré jusqu’au milieu du ive siècle.

Fig. 1. Localisation du site de Wiwersheim - ‘Z.A. du Kochersberg’ sur fond de carte IGN (éch. 1/25 000e) (DAO : P. Girard, Inrap).

Fig. 2. Plan des cinq secteurs de fouille sur fond de plan cadastral (éch. 1/2 000e) (DAO : F. Latron, Inrap).

I. Les structures de l’Antiquité tardive (fig. 3)

4L’occupation de l’Antiquité tardive succède à l’établissement rural du Haut-Empire, avec vingt et une structures en creux.

I. 1. Les fours (fig. 4)

5Un ensemble de dix-huit fours enterrés a été mis au jour sur le site. Douze d’entre eux ont été étudiés lors de la fouille, tandis que six autres, découverts lors du diagnostic (Rohmer, 2005), se trouvaient en dehors de la zone prescrite, sous le passage de la voirie actuelle. Il y a quatre fours dans le secteur I (fours 51, 59, 60 et 61), cinq dans le secteur II (fours 2, 3, 4, 6 et 7), trois dans le secteur III (fours 66, 70 et 91), quatre au nord du secteur III (fours 355, 356, 356 et 364) et un entre les secteurs I et II (four 324). Le four 353 n’est pas localisé sur le plan général car sa position a été omise dans le rapport d’évaluation.

6Ces structures (fig. 5, a et b) sont constituées d’une fosse d’accès (ou fosse de travail) et d’une ou plusieurs chambres de chauffe (ou chambres de cuisson). Dix fours, soit la majorité, sont constitués d’une chambre de chauffe unique associée à une fosse d’accès (fours 2, 6, 61, 70, 91, 324, 353, 355, 356 et 358). Six autres possèdent deux chambres de chauffe autour de la fosse d’accès (fours 3, 7, 51, 59, 60 et 66). Le four 4 dans le secteur II est le seul à présenter trois chambres de chauffe pour une fosse de travail. Enfin la structure 324 du diagnostic, qui ne présente pas de chambre de chauffe, a été interprétée comme le fond d’une fosse d’accès, étant donné qu’elle en possédait la forme et les dimensions, qu’elle présentait des traces de rubéfaction dans sa partie nord-est et que le comblement était charbonneux. Il est fort probable que la chambre de chauffe qui lui était associée se situait plus haut dans le substrat et qu’elle n’a pas été conservée.

Fig. 3. Répartition des structures attribuées à l’Antiquité tardive (DAO : F. Latron, Inrap).

Fig. 4. Exemples de fours (clichés : F. Latron, Inrap).

Fig. 5, a. Plans des fours découverts sur le site de Wiwersheim - ‘ Z. A. du Kochersberg’(échelle : 1/100e) (DAO : F. Latron).

7Les fosses d’accès des fours ont pratiquement toutes un plan ovale, sauf celle du four 70 dont la forme est rectangulaire avec des angles arrondis. La majorité d’entre elles, soit une dizaine, est orientée suivant un axe nord/sud ; quatre sont orientées est/ouest, trois nord-ouest/sud-est et une seule sud-ouest/nord-est. Onze fosses ont une longueur comprise entre 2,30 et 2,90 m (fours 2, 3, 6, 7, 59, 60, 61, 70, 353, 364 et 324) et une douzaine a une largeur comprise entre 1,80 m et 2,50 m (fours 2, 3, 4, 6, 7, 59, 60, 61 70, 364, 324 et 358). Les plus grandes fosses d’accès sont celles du four 66 (3,80 m sur 3,70 m), du four 51 (3,20 m sur 3,10 m) et du four 4 (3,35 m sur 2,50 m) ; les plus petites fosses sont celles des fours 356 (2 m sur 1,40 m), du four 355 (2,06 m sur 1,44 m) et du four 91 (1,90 m sur 1,68 m). Leurs profondeurs (fig. 6) oscillent entre 11 cm pour le four 91, mal conservé, et 1 m pour les fours 2 et 7, qui sont les mieux préservés. Le fond des fosses d’accès est plat ou légèrement concave, sauf dans le cas du four 3 dont la fosse présente un fond incliné de 7 ° vers le nord où sont placées les chambres de chauffe.

8Vingt-cinq chambres de chauffe (ou de cuisson) ont été observées pour les dix-huit fours. Leur position par rapport à la fosse d’accès n’est jamais la même, mais l’emplacement le plus fréquent est dans la partie au nord de la fosse, dans dix-huit cas sur vingt-cinq : une dizaine de chambres de chauffe est installée plein nord, quatre au nord-ouest et quatre au nord-est, quatre sont placées dans la partie sud, deux à l’ouest (four 51) et une seule à l’est (four 4). L’état de conservation des chambres de chauffe est très variable. Dans la plupart des cas, les soles sont encore en place, avec des parois conservées sur une hauteur plus ou moins importante, et quelquefois même la voûte ou des fragments de voûte effondrés dans le comblement. Parfois les parois ont complètement disparu et seule la sole subsiste au moins partiellement (fours 60 et 61). Il arrive aussi que les parois et la sole soient incomplètes (fours 7 et 51). Enfin dans deux cas (fours 59 et 70), seule l’empreinte rubéfiée laissée dans le substrat a permis de déceler l’existence d’une chambre de chauffe. En plan, la forme des chambres de chauffe est circulaire (fours 2 et 6) ou ovale (four 3, nord-est), sauf peut-être dans un seul exemple qui montre un plan piriforme (four 7, sud). Leurs dimensions, prises sur les exemples bien conservés, varient de 1,06 m de diamètre pour la chambre de chauffe du four 2, à 1,65 m sur 1,60 m pour la plus récente de celles du four 51. Toutes les chambres de chauffe possèdent une ouverture, ou gueule, qui les relie à la fosse d’accès et permet l’enfournement. Cette ouverture est de 40 à 48 cm, dans les chambres des fours 2, 3, 4 (sud-est), 6, 51 et 59, qui sont les mieux conservées. Les chambres de chauffe sont creusées en sape à partir de la fosse d’accès. Elles sont caractérisées par la préparation d’une sole constituée d’une couche d’argile de 1 à 2 cm d’épaisseur, fortement rubéfiée à la suite de l’utilisation du four. Les soles sont planes (six exemples certains) ou inclinées vers l’embouchure (huit exemples certains). Les parois des fours sont constituées, de la même manière que les soles, par un plaquage d’argile destiné à les rendre plus solides. Elles se resserrent vers le haut et dans le cas des fours 2, 3, 4, 6 et 7, le départ d’une voûte est manifeste.

Fig. 5, b. Plans des fours découverts sur le site de Wiwersheim - ‘Z. A. du Kochersberg’ (échelle : 1/100e) (DAO : F. Latron).

9Le niveau de la sole de la chambre de chauffe par rapport à celui du fond de la fosse d’accès se situe à une hauteur moyenne de 32 cm. Cependant celle-ci est relativement variable, puisqu’elle est comprise entre 0 cm (pour les fours 51 et 91, où la sole est à la même hauteur que le fond de la fosse d’accès) et 68 cm (four 2). Sur les dix-huit chambres de chauffe étudiées lors de la fouille, cinq sont surélevées de 0 à 20 cm, huit de 25 à 40 cm et cinq de 50 cm et plus. Cette disparité n’est pas en relation avec le nombre de chambres de chauffe car les fours 2 et 91, à une seule chambre de chauffe, sont deux exemples extrêmes. De même, dans les fours à plusieurs chambres de chauffe, l’altitude des soles n’est pas forcément identique. C’est le cas dans le four 3 où les deux soles sont surélevées d’une trentaine de centimètres par rapport au fond de la fosse d’accès ; au contraire, dans le four 59, les hauteurs des soles sont respectivement de 25 et 50 cm et dans le four 4, elles sont de 18, 25 et 54 cm.

Fig. 6. Profils des fours découverts lors de la fouille (DAO : F. Latron).

10La stratigraphie de quatre fours permet de déceler une chronologie entre les différentes chambres de chauffe creusées autour d’une même fosse d’accès. Dans les cas les plus fréquents, il arrive que la fosse d’accès soit modifiée à partir de l’installation d’une nouvelle chambre de chauffe, afin de pouvoir mieux y accéder. Elle est alors élargie et le nouveau creusement recoupe souvent une ancienne chambre de chauffe abandonnée, au niveau de son ouverture. De telles observations ont été faites pour les chambres de chauffe nord et est du four 4, pour la chambre de chauffe sud-est du four 7 et pour la chambre de chauffe nord-est du four 59. Le four 51 présente une évolution originale : il semble qu’après son abandon, la première chambre de chauffe ait été utilisée comme fosse d’accès pour une chambre de chauffe plus récente construite dans le prolongement. En revanche pour les deux autres fours à plusieurs chambres de chauffe (fours 3 et 60), la chronologie n’est pas évidente. Les soles des deux chambres de chauffe du four 3 sont entièrement conservées autour de la fosse d’accès qui ne semble pas avoir été modifiée. Le four 60 est dans un trop mauvais état de conservation, avec les soles des chambres partiellement arasées empêchant une lecture correcte de leurs liens avec la fosse d’accès.

11Ce type de four semi-enterré à chambre de chauffe hémisphérique apparaît dès la fin du iiie siècle et se développe plus largement au ive siècle dans le Bassin parisien, au sein de petites exploitations, voire de fermes (Bruley-Chabot, 2007). L’interprétation la plus plausible est celle de four domestique, four culinaire ou four à pain, et l’absence de cendres et de charbon dans la chambre de chauffe suggère une cuisson par rémanence (Van Ossel, 1992). L’interprétation de four métallurgique et celle de four de verrier ont été écartées du fait de l’absence de résidus de fonte (scories, verre fondu et nodules vitrifiés). L’inclinaison de certaines soles des chambres de cuisson plaide également en faveur d’une vocation culinaire : elle favoriserait l’enfournement.

12La vocation agricole de ces fours est également envisageable, pour le séchage et le grillage des céréales, afin de faciliter leur conservation ou leur décorticage comme cela a été mis en évidence sur le site de Rillieux-la-Pape en Rhône-Alpes pour l’époque médiévale (Faure-Boucharlat, 2001).

I. 2. Le fond de cabane 71 (fig. 7)

13Cette structure est l’unique de ce type, découverte sur l’ensemble du site. Elle a été mise au jour au nord du secteur III dans la zone occupée par les fours et plus particulièrement à proximité des fours 70 et 356.

14Cette cabane semi-enterrée appartient à la catégorie des fonds de cabane à six poteaux. Son plan est rectangulaire avec des angles arrondis, de 3,50 m de long pour 2,90 m de large, ce qui correspond à une superficie d’environ 10 m2. Elle est orientée est-ouest suivant le côté le plus long, c’est-à-dire à peu près perpendiculairement à la pente. Le fond de cette structure est plat. Les poteaux sont disposés aux quatre angles de la cabane (poteaux corniers) et au centre de chaque petit côté (poteaux axiaux) le long de la paroi. Les montants axiaux sont en retrait d’une quarantaine de centimètres (vers l’extérieur) par rapport aux montants corniers. Les creusements liés aux poteaux corniers sont de plan circulaire à ovale de 32 à 44 cm de diamètre, tandis que ceux liés aux poteaux axiaux sont plutôt circulaires avec un diamètre inférieur, compris entre 25 et 30 cm. La profondeur des trous de poteau, dont le fond est plat, varie de 48 à 53 cm pour les poteaux corniers, contre 56 et 59 cm pour les poteaux axiaux, un peu plus profonds.

15Les restes d’une sole rubéfiée appartenant à un foyer ont été découverts au niveau du sol de circulation, dans la partie centrale, mais avec un léger décalage vers le quart sud-ouest de la cabane. Plusieurs creusements, interprétés comme des trous de piquet ou de poteau, ont été mis au jour dans le fond de la fosse. Ils appartiennent sans doute à un aménagement interne, mais leur fonction n’est pas définie en raison de leur différence de taille, de leur manque apparent d’organisation et de l’absence d’indice dans le comblement.

16Le comblement de la cabane 71 est homogène, non stratifié, ce qui indique un comblement assez rapide et volontaire. Quelques rares éléments de céramique, de faune, de charbon de bois et de torchis rubéfié témoignent sans doute d’une utilisation de dépotoir. La fonction de cette structure n’est pas élucidée, mais il est possible qu’elle soit artisanale comme peut le laisser supposer la présence de trous de poteau ou de piquet dans le fond. En effet, l’usage des cabanes semi-enterrées pour des activités de tissage est attesté. La découverte de deux fusaïoles dans deux structures de la même phase (le four 2 et la fosse 54), et celle d’un peson dans la fosse 49 indiquent que le tissage est présent sur le site. La présence d’un foyer au niveau du sol peut indiquer une utilisation domestique (cuisine, chauffage), ou encore être en lien avec une activité artisanale.

17Ce type de structure en matériaux légers, avec une architecture en terre et en bois, est relativement rare pour le Bas-Empire dans le nord de la Gaule (Peytremann, 2003). Son apparition est attestée dès le milieu du ive siècle, avec quelques exceptions plus anciennes (Van Ossel, 1992). Dans le département du Bas-Rhin, quelques découvertes anciennes témoignent de l’existence de telles structures en matériaux légers susceptibles d’appartenir à l’Antiquité tardive. C’est le cas à Furdenheim, où est mentionné un fond de cabane avec de la sigillée d’Argonne, à Bischoffsheim avec un fond de cabane datant de la seconde moitié du ve siècle, et à Griesheim-sur-Souffel, où plusieurs fosses et fonds de cabane sont attribués à une occupation débutant au milieu du ve siècle (Flotté, Fuchs, 2000). Mais ces sites sont peu documentés et leur datation incertaine. Jusqu’à présent, le seul exemple incontestable en Alsace, issu d’une fouille récente, était le fond de cabane de Riedisheim Neben dem Marxweg (Haut-Rhin), daté du ve siècle (Schweitzer, 1993).

18Ce type de structure, qui est attesté sur les sites ruraux du Bas-Empire en Gaule septentrionale, n’a rien de germanique (Van Ossel, 2006). Et même si la question des origines extérieures au monde romain se pose, il est plus probable que l’émergence des fonds de cabane résulte d’une évolution interne de l’habitat rural (Van Ossel, 1997).

I. 3. Les fosses 54 et 79 (fig. 7)

19Seules deux fosses ont été attribuées à l’Antiquité tardive : la fosse 54 au nord du secteur I et la fosse 221 au sud-ouest du secteur III.

20La fosse 54 est une fosse ovale, de 1,80 m sur 1,50 m, peu profonde (0,38 cm), avec un fond concave et des parois évasées. Son comblement est constitué de limon noir très charbonneux dans lequel ont été découverts de la céramique, du verre, du fer, de la tuile romaine et du torchis rubéié. Malgré ces indices, cette structure reste difficile à interpréter étant donné sa forme peu caractéristique et son isolement relatif.

Fig. 7. Plans et coupes de la cabane semi-excavée 71 et des fosses 54 et 79 (DAO : F. Latron).

21La fosse 79 présente un plan assez irrégulier au niveau du décapage, mais il est probable que sa forme initiale a été modifiée par un recreusement. Elle possède un fond assez plat et des parois légèrement évasées, de 2,03 m sur 1,82 m pour une profondeur de 0,67 m. L’interprétation retenue pour cette fosse est celle de stockage : située sous un probable plancher, on y accédait par une trappe.

I. 4. Organisation spatiale

22L’emplacement des vestiges témoigne d’une apparente dispersion sur une aire de près de 200 m d’est en ouest (entre le four 59, le plus occidental, et le four 358, le plus oriental) sur un peu moins de 140 m du nord au sud (entre le four 6, le plus septentrional, et le four 91, le plus méridional). Néanmoins, plusieurs fours sont rassemblés par groupes de 3, 4 ou 5 : les fours 59, 60 et 61 à l’ouest (secteur I) ; les fours 2, 3, 4 et 324 (secteur II et voirie) ; les fours 66, 70, 355, 356 et 364 (secteur III et voirie). Cependant, cinq fours n’appartiennent pas à ces trois ensembles : le four 91, isolé dans le sud du secteur III ; le four 51 à l’est du secteur I ; le four 358, sous la voirie au nord-est du secteur III ; les fours 6 et 7, séparés d’une dizaine de mètres l’un de l’autre au centre du secteur II. La cabane semi-excavée est accolée au groupe des fours 66, 70, 355, 356 et 364, alors que les fosses 54 et 79 semblent plus isolées, la première au nord du secteur I et la seconde dans l’angle sud-ouest du secteur III. La très grande majorité des vestiges est installée à mi-pente du versant, au-dessus de l’établissement rural du Haut-Empire. Seules deux structures, la fosse 79 et le four 91, sont installées en bas de pente à proximité du site précédent.

II. La datation

23La datation du site repose sur l’étude du mobilier et notamment sur celle de la céramique, qui a été menée par R. P. Symonds et complétée, grâce à l’identification des molettes d’Argonne, par L. Bakker (fig. 8, 9 et 10). La sigillée d’Argonne est représentée par des coupes Chenet 320 décorées à la molette. Le four 2 a livré une molette NS 1019 (Augsburg 42-43), datée de 390-440 (fig. 8, A) et une molette Unverzagt 111/Chenet 333, datée de 380-420 (fig. 8, B) ; la cabane semi-enterrée a livré une molette Chenet 152, datée de 390-440 (fig. 8, C) et une molette Chenet 293 de l’atelier de Vauquois, datée de 380/390-420/430 (fig. 8, D). Les autres catégories de céramique sont la céramique mi-fine engobée, représentée par un bol Gose 325 (fig. 8, F), la céramique à dégraissant coquillier du four 51 avec un bol Gose 492 (fig. 9, A, B et C), la céramique commune avec un mortier et trois pots dont un en pâte orange clair avec un décor de sillons sur la panse (fig. 9, D, E, F et G), et la céramique de l’Eifel, de Speicher et de Mayen (fig. 10).

24Deux monnaies, identifiées par A. Burgevin, ont été découvertes : un nummus de Licinius frappé en 316 dans le four 2 et un aes II de Magnence de 350.

25Le four 2 contenait un peigne en os rectangulaire à deux rangées de dents (fig. 11, A) étudié par Delphine Minni. Il était renforcé dans sa partie médiane par deux traverses d’assemblage longitudinales. Les traverses sont plates et de forme rectangulaire avec un bord biseauté sur les quatre côtés. Elles sont fixées sur chaque face du peigne entre les deux rangées de dents par une série de six rivets en fer à peu près alignés sur l’axe longitudinal. Le peigne possède un décor plastique ajouré aux deux extrémités, constitué de motifs découpés, associés à une série de perforations. Un décor en torsade orne les plaquettes au niveau des rivets. Le procédé d’assemblage de plusieurs plaquettes en os est de tradition germanique, contrairement aux peignes romains du Haut-Empire, rectangulaires avec double rangée de dents de tailles différentes, et monoblocs. La diffusion du procédé d’assemblage de plusieurs plaquettes en os est à mettre en relation avec l’expansion des populations germaniques. Les petites perforations circulaires sur les côtés se retrouvent souvent pour le décor, particulièrement à partir de la deuxième moitié du ive siècle. Le décor en torsade est par contre beaucoup moins commun. Les mesures des traverses, qui sont plates et assez larges, indiquent plutôt une datation vers les premier et deuxième tiers du ve siècle, mais les découpes des extrémités et les perforations circulaires apparaissent à partir de la fin du ive siècle.

III. La vocation du site

26La vocation agricole du site reste importante durant l’Antiquité tardive. L’étude de la faune, réalisée par O. Putelat, met en évidence l’utilisation du bœuf pour la traction (les labours et/ou le transport) ainsi que la gestion d’un troupeau de caprinés. L’élevage est encore attesté par une cloche découverte dans le four 3.

27La découverte d’une « Packnadel » (fig. 11, B) dans le four 2 témoigne de la mise en culture des terres. Cet objet est en bois de cerf courbe avec une pointe qui présente des traces d’usure. Une encoche a été façonnée par un couteau au niveau de l’autre extrémité : une perforation circulaire est pratiquée dans le sens du bois entre l’encoche et l’extrémité opposée à la pointe. Ce type d’outil est comparable aux exemplaires de Mayence (Mikler, 1997), et l’hypothèse d’utilisation la plus convaincante est celle d’un instrument de type aiguille, destiné à lier à l’aide d’une ficelle. Cet outil rattaché au domaine agricole a pu permettre par exemple la réalisation de bottes de paille ou de fardeaux.

Fig. 8. Mobilier céramique du four 2, de la cabane semi-excavée 71 et de la fosse 79 (clichés : F. Schneickert ; dessins : R. P. Symonds ; DAO : F. Latron).

Fig. 9. Mobilier céramique de la fosse 79 et des fours 2, 3, 51 et 70 (dessins : R. P. Symonds ; DAO : F. Latron).

Fig. 10. Mobilier céramique des fours 2, 51 et 66 (dessins : R. P. Symonds ; DAO : F. Latron).

28Une vocation artisanale, liée au textile, est attestée avec la découverte de deux fusaïoles dans le four 2 et la fosse 54 (fig. 11, D et E). L’activité de tissage sur le site est confirmée par la présence d’un peson en argile cuite provenant d’une fosse non datée mais se trouvant dans le secteur des fours 51, 59, 60 et 61.

29Le poids en alliage cuivreux (fig. 11, C) d’une once est un instrument permettant de peser de petites quantités de matières.

IV. Conclusion

30L’occupation de l’Antiquité tardive de Wiwersheim s’installe sur un site qui était déjà exploité durant le Haut-Empire. Elle succède à un petit établissement rural à vocation agricole, qui s’est installé vers le milieu du iie siècle de notre ère et a perduré jusqu’au milieu du ive siècle, avec un déclin sensible amorcé dans le courant de la seconde moitié du iiie siècle.

Fig. 11. Mobilier en os (A), bois de cerf (B), métal (C) et fusaïoles (D et E) provenant du four 2 et de la fosse 54 (dessins : J. Gelot ; DAO : F. Latron).

31Une rupture nette s’opère dans la typologie entre les structures du Haut-Empire et celles du Bas-Empire : les caves et les pièces semi-enterrées, caractéristiques de la construction gallo-romaine de la phase précédente, disparaissent, tandis que les fours enterrés et la cabane semi-excavée apparaissent. Il y a également une rupture notable dans la localisation des vestiges car ceux du Bas-Empire se situent pour l’essentiel à mi-pente, contrairement aux constructions antérieures plutôt localisées en bas de pente.

32Néanmoins, on remarque le maintien du mode d’occupation et d’exploitation du sol avec une permanence du lieu du peuplement entre le Haut-Empire et le Bas-Empire. Tout d’abord, il n’y a pas de rupture dans la vocation du site car elle reste avant tout agricole, avec une complémentarité entre les cultures et l’élevage. Ensuite l’habitat, même s’il évolue, reste dispersé et peu dense. Enfin la technique de construction en matériaux légers est très largement dominante sur le site dès le début de la période gallo-romaine : les structures du Haut-Empire ont été construites en terre et en bois, avec une utilisation marginale de la pierre.

33La découverte de nombreux fours domestiques implique la présence d’une population résidant sur place. Or aucune structure d’habitat, hormis éventuellement la cabane semi-excavée, n’a été découverte sur le site. Il est probable que les bâtiments d’habitation étaient superficiels, et qu’ainsi l’érosion de la pente n’a pas permis leur conservation. La présence de torchis rubéfié découvert dans les comblements de fosses à proximité des fours, témoigne de l’existence de constructions légères, en terre et en bois, dans les alentours.

34Le site de Wiwersheim présente un ensemble exceptionnel de dix-huit fours culinaires ou fours à pain associé à une cabane semi-excavée, témoignant de l’installation d’un habitat entre le milieu du ive siècle et le milieu du ve siècle ap. J.-C., qui n’a pas d’équivalent au niveau régional. L’unique site de comparaison est celui de Riedisheim (Haut-Rhin), au lieu-dit Neben dem Marxweg (Schweitzer, 1993), avec deux fours à proximité d’un fond de cabane du ve siècle : les deux fours ont la même morphologie avec chacun une fosse d’accès et une chambre de cuisson, et sont similaires à ceux de Wiwersheim, par leur taille et leur type de construction ; la cabane semi-excavée possède six poteaux et ses dimensions sont pratiquement équivalentes à celle de Wiwersheim.

35En dehors de la région, quelques sites montrent de tels fours, groupés en batterie de cinq à dix, comme à Broichweiden et à Welldorf en Allemagne, à Lixhe en Belgique (Van Ossel, 1992), ou sur le site de Compans en Seine-et-Marne. Mais ces fours sont peu nombreux pour le Bas-Empire et ne connaîtront un essor que durant le haut Moyen Âge (Séguier, 1997). Ainsi le site de Wiwersheim, avec un total de dix-huit fours datés du milieu du ive siècle au milieu du ve siècle, est un ensemble exceptionnel pour l’Antiquité tardive en Alsace.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bastien P., 1983, Le monnayage de Magnence (350-353), Wetteren, 349 p. (Numismatique romaine : essais, recherches et documents, I).

Bruley-Chabot G., 2007, « L’évolution des fours à pain entre le ive et le xiie siècle », in : Verslype L. dir., Villes et campagnes en Neustrie : sociétés, économies, territoires, christianisation, Actes des XXVèmes Journées internationales d’Archéologie Mérovingienne de l’A.F.A.M., Tournai, 17-20 juin 2004, Montagnac, éd. M. Mergoil (Mémoires publ. par l’Ass. française d’Archéologie mérovingienne, 16).

Chenet G., 1941, La céramique gallo-romaine d’Argonne du ive siècle et la terre sigillée décorée à la molette, Mâcon, Protat Frères, 195 p. (Fouilles et documents d’archéologie antique en France, I).

Dubreuil J.-F., 1996, La tabletterie antique et médiévale, Catalogue d’art et d’histoire du Musée Carnavalet, 9, Paris, 176 p.

Dufour J.-Y., 2001, avec la coll. de Adrian Y.-M. et Vanpeene N., « L’occupation des ve et vie siècles du site de Roissy-en France/Les Tournelles (Val d’Oise) », in : Ouzoulias P., Van Ossel P. dir., L’époque romaine tardive en Île-de-France, Paris, Document de travail no 5.

Faure-Boucharlat É. dir., 2001, Vivre à la campagne au Moyen Âge : l’habitat rural du ve au xiie s. (Bresse, Lyonnais, Dauphiné), Lyon, A.L.P.A.R.A., 431 p. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 21).

Feller M., 1991, « Classification et datation des molettes d’Argonne : problèmes et méthodes », Actes du congrès de la SFECAG, Cognac, 1991, p. 161-169.

Ferdière A., 1988, Les campagnes en Gaule romaine (52 av. J.-C.- 486 ap. J.-C.), Paris, éd. Errance, 2 vol. : 301 et 289 p. (Coll. des Hespérides).

Flotté P., Fuchs M., 2000, Le Bas-Rhin, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 735 p. (Carte archéologique de la Gaule, 67-1).

Gose E., 1976, Gefässtypen der römischen Keramik im Rheinland, Köln, Rheinland Verlag GMBH, 47 p., 61 pl. (réimpresion de 1950).

Latron F., 2008, Wiwersheim (Bas-Rhin) - Zone d’Activité du Kochersberg, Rapport final d’opération, Inrap.

Macgregor A., 1985, Bone, antler, ivory and horn : the technology of skeletal materials since the Roman period, London, Totowa, 245 p.

Mikler H., 1997, Die römischen Funde aus Bein im Landesmuseum Mainz, Montagnac, éd. M. Mergoil, 173 p., 68 pl., 6 cartes (Monographies Instrumentum, 1).

Ouzoulias P., Pellecuer C., Raynaud C., Van Ossel P., Garmy P., 2001, Les campagnes de la Gaule à la fin de l’Antiquité, Actes du IVème colloque de l’ass. Ager, Montpellier, 11-14 mars 1998, Antibes, éd. APDCA, 640 p.

Petitjean M., 1995, « Les peignes en os à l’époque mérovingienne : évolution depuis l’Antiquité tardive », p. 145-191, 9 pl. (Antiquités Nationales, 27).

Peytremann É., 2003, Archéologie de l’habitat rural dans le nord de la France du ive au xiie siècle, Saint-Germain-en-Laye, A.F.A.M., 2 vol. : 453 et 442 p. (Mémoires publ. par l’Ass. française d’Archéologie mérovingienne, 13).

Rohmer P., 2005, « Wiwersheim, Z. A. du Kochersberg », Rapport d’évaluation archéologique, Inrap.

Séguier J.-M., 1997, « Structures de combustion et artisanat du feu en milieu rural au Bas-Empire en Île-de France », in : Ouzoulias P., Van Ossel P. dir., Les campagnes de l’Île-de-France de Constantin à Clovis, Actes du colloque de Paris, 14-15 mars 1996, Rapports et synthèses de la deuxième journée, Paris, p. 68-86, Document de travail no 3.

Schweitzer J., 1984, L’habitat rural en Alsace au haut Moyen Âge, Riedisheim, 382 p.

Schweitzer J., 1993, « Notes sur la découverte d’un habitat du ve siècle à Riedisheim (Haut-Rhin) », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Arts et d’Histoire, t. XXXVI, Strasbourg, p. 187-195.

Sutherland C. H. V., Carson R. A. G., Bruun P. M., 1966, Roman Imperial Coinage. VII, Constantine to Licinius, Spinck.

Sutherland C. H. V., Carson R. A. G., Kent J. P. C., 1981, Roman Imperial Coinage. VIII, The Family of Constantine, Spinck.

Unverzagt W. dir., 1916, Die Keramik des Kastells Alzey, Frankfurt, Baer, 36 p. (Materialen zur römisch-germanischen Keramik, 2).

Van Ossel P., 1992, Établissements ruraux de l’Antiquité tardive dans le nord de la Gaule, Paris, éd. du CNRS, 470 p. (51ème suppl. à Gallia).

Van Ossel P., 1992, « Structure, évolution et statut des habitats ruraux au Bas-Empire en Île-de-France », in : Ouzoulias P., Van Ossel P. dir., Les campagnes de l’Île-de-France de Constantin à Clovis, Actes du colloque de Paris, 14-15 mars 1996, Rapports et synthèses de la deuxième journée, Paris, p. 94-119, Document de travail no 3.

Van Ossel P., 1997, « La part du Bas-Empire dans la formation de l’habitat rural du vie s », in : Gauthier N., Galinié H. éd., Grégoire de Tours et l’espace gaulois, Actes du congrès international de Tours, 3-5 nov. 1994, p. 81-91 (13ème suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France).

Van Ossel P., 2006, « De la ‘villa’ au village : les prémices d’une mutation », in : Yante J.-M., Bultot-Verleysen A.-M. éd., Autour du ‘ village’ : établissements humains, finages et communautés rurales entre Seine et Rhin (ive-xiiie siècles, Actes du colloque international de Louvain-la-Neuve, 16-17 mai 2003, Louvain-la-Neuve, p. 219-236.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du site de Wiwersheim - ‘Z.A. du Kochersberg’ sur fond de carte IGN (éch. 1/25 000e) (DAO : P. Girard, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8832/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Légende Fig. 2. Plan des cinq secteurs de fouille sur fond de plan cadastral (éch. 1/2 000e) (DAO : F. Latron, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8832/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 3. Répartition des structures attribuées à l’Antiquité tardive (DAO : F. Latron, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8832/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende Fig. 4. Exemples de fours (clichés : F. Latron, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8832/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 5, a. Plans des fours découverts sur le site de Wiwersheim - ‘ Z. A. du Kochersberg’(échelle : 1/100e) (DAO : F. Latron).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8832/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Fig. 5, b. Plans des fours découverts sur le site de Wiwersheim - ‘Z. A. du Kochersberg’ (échelle : 1/100e) (DAO : F. Latron).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8832/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Fig. 6. Profils des fours découverts lors de la fouille (DAO : F. Latron).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8832/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Fig. 7. Plans et coupes de la cabane semi-excavée 71 et des fosses 54 et 79 (DAO : F. Latron).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8832/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 8. Mobilier céramique du four 2, de la cabane semi-excavée 71 et de la fosse 79 (clichés : F. Schneickert ; dessins : R. P. Symonds ; DAO : F. Latron).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8832/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 787k
Légende Fig. 9. Mobilier céramique de la fosse 79 et des fours 2, 3, 51 et 70 (dessins : R. P. Symonds ; DAO : F. Latron).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8832/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Fig. 10. Mobilier céramique des fours 2, 51 et 66 (dessins : R. P. Symonds ; DAO : F. Latron).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8832/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Légende Fig. 11. Mobilier en os (A), bois de cerf (B), métal (C) et fusaïoles (D et E) provenant du four 2 et de la fosse 54 (dessins : J. Gelot ; DAO : F. Latron).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8832/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 590k

Auteur

Inrap Grand-Est Sud (frederic.latron@inrap.fr).

© ARTEHIS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search