Version classiqueVersion mobile

Les sépultures tumulaires aristocratiques du Hallstatt ancien de Poiseul-la-Ville (Côte-d’Or)

 | 
Bruno Chaume
, 
Michel Feugère

Annexe. Étude anthropologique et paléopathologique du squelette du tumulus 2 de Poiseul

G. Arnaud, S. Arnaud et Y. Bonzom

Texte intégral

1L'étude anthropologique et paléopathologique de ce sujet nous a été confiée par M. R. Joffroy. Elle concerne un adulte masculin, comme en témoignent l'aspect général de la tête osseuse, sa capacité crânienne, le volume des mastoïdes, le développement de l’inion et des crêtes nucales. L'état de synostose des sutures crâniennes permet de lui attribuer au moment de sa mort un âge voisin de la soixantaine. L'usure des dents est avancée, mais n'autorise en aucune façon d'apprécier l'âge d'un adulte. Les restes du squelette postcrânien, réduits à un petit nombre d'éléments, confirment son appartenance au sexe masculin par la stature du sujet et les reliefs des empreintes musculaires qu'il présente. Enfin, l'axe rachidien presque entièrement reconstitué est un bon exemple de pathologie complexe vertébrale non traumatique, du type congénital et dégénératif associés.

1. ANTHROPOLOGIE

2Crâne : Les fragments du crâne qui ont été recueillis ont permis une reconstitution partielle du calvarium ; son état de conservation est médiocre. Manquent : une portion du pariétal droit et de l'écaille de l'occipital homolatérale au niveau de la branche droite de la suture lambdoïde, l'écaille du temporal gauche et une partie du pariétal gauche. La base du crâne est partiellement détruite. Le frontal est très altéré dans son ensemble, le sinus frontal gauche ouvert est normal. Le nasion ne peut être qu'approximativement situé. Le massif facial, détérioré, est très incomplet. Manquent : le malaire gauche, les os propres du nez, l’extrémité postérieure de la voûte palatine. Il n’est pas possible d'adapter ces restes au calvarium ; en conséquence, mensurations, angles et indices ne pourront être précisés.

3Caractères généraux : Les mensurations maximales du neurocrâne déterminent un indice crânien horizontal qui en font une dolichocrânie modérée : 74,3. D'autre part, sa hauteur est moyenne par rapport aux 2 dimensions horizontales. Sa capacité crânienne, évaluée d'après la formule de Lee-Pearson pour homme, est moyenne : 1592 ml.

4En norma verticalis, la boîte crânienne est de type ovoïde ; seule la bosse pariétale gauche peut être appréciée : esquissée, haute et postérieure. Bien que les arcades zygomatiques soient brisées, le sujet est nettement phénozygote. Le front est large, à crêtes temporales intermédiaires.

5En norma lateralis, le massif glabellaire est peu marqué. Le front s'élève presque verticalement, il ne présente pas de bosse frontale ; les crêtes temporales sont difficilement appréciables. Le profil sagittal est ensuite d'un galbe assez régulièrement convexe jusqu'au point lambda. L'occiput ne forme pas de chignon mais on note un léger décollement de l'écaille de l'occipital dans sa région susiniaque. Le ptérion droit seul conservé est en forme de H. La base des apophyses zygomatiques et les mastoïdes sont moyennes. L'orifice des conduits auditifs externes est elliptique.

6En norma occipitalis, le contour crânien est ovopentagonal, non caréné. Les plans pariétaux s'écartent vers le bas. Les crêtes nucales de part et d'autre du bec iniaque témoignent d'insertions musculaires vigoureuses.

7En norma basilaris, la voûte palatine altérée, incomplète, a un indice mésostaphylin. Les arcades alvéolaires et maxillaires sont paraboliques. Les rainures digastriques sont profondes, les cavités glénoïdes larges. Le trou occipital partiellement reconstitué est moyen. Le canal condylien antérieur est divisé en deux canaux juxtaposés (15 % des cas pour Hovelacque).

Fig. 50 - Poiseul, tumulus 2 : crâne, profil droit (a), face (b) et norma basilaris (c) ; rachis, vue complète (d) et radiographie de détail (e) ; radiographie du bloc cervical C2-C3 (f) et du bloc C5-C6-C7 (g) mettant en évidence la pathologie vertébrale.

8Par ailleurs, on note la présence d'un processus paracondyleus gauche dont on retrouve l'élément correspondant sur l'atlas : l’apophyse sus-transversaire (il s'agit d'une variation anatomique congénitale signalée par Le Double). Les empreintes de l'artère méningée moyenne sont nettes (présence de quelques niches de Pacchioni).

9En norma facialis, le front est assez large, on note un léger rétrécissement du frontal au niveau des apophyses orbitaires externes. L'indice facial supérieur n'est pas calculable. Les orbites devaient être sub-rectangulaires ; le trou sus-orbitaire droit est seul conservé, l'orifice est étroit, à bords tranchants ; l'épine nasale est détruite. La surface du malaire droit, seul recueilli, est rugueuse, la fosse canine profonde.

10Mandibule : Retrouvée en deux fragments très usés, la mandibule n'a été que partiellement restaurée. Elle est altérée, incomplète et n'autorise qu'un nombre limité de mensurations et d'indices.

11Sur la face antérieure du corps, l'éminence mentonnière est adoucie. On ne peut observer que le trou mentonnier gauche, unique, situé à 10 mm environ du bord inférieur de la mandibule.

12Sur la face postérieure, les apophyses Géni sont en Y ; la crête mylo-hydoïdienne est saillante, l'échancrure sous-mentale faible.

13La forme de l'arcade mandibulaire est parabolique. La branche montante gauche manque totalement, la droite est tronquée au niveau de l'échancrure sigmoïde est détruite sur toute sa hauteur postérieure : l'angle gonique fait défaut.

14Les dents (désignées selon la nomenclature internationale). Sont présentes : 11, 13, 14, 15, 16, 17, 21, 23, 24, 25, 26, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 41, 43, 44, 45, 46, 47, 48 ; tombées postmortem : 12, 18, 22, 27 ? 28 ? 42.

15Usure : Incisives, canines : stade I.

16Pré-molaires : stade II.

17Molaires : stade III sauf la 38 au stade IL

18Carie sur les 35, 38 et 45.

19Squelette post-crânien : L'axe rachidien détérioré, pathologique, est paradoxalement assez bien conservé par rapport aux restes du squelette post-crânien. En partie reconstitué, il a permis une étude paléopathologique qu'on trouvera ci-dessous à la suite de l'étude anthropologique. Il est constitué de :

207 vertèbres cervicales ; l'atlas présente sur la face supérieure de l'apophyse transverse gauche une colonnette osseuse, apophyse sus-transversaire (bien visualisée sur la radiographie, fig. 47), correspondant au processus parcondyleus gauche déjà décrit en vue basilaire de la boîte crânienne. Les autres vertèbres cervicales sont pathologiques.

Fig. 51 - Poiseul, sujet du tumulus 2 : diagramme sagittal du crâne.

2112 vertèbres thoraciques, incomplètes, altérées, pathologiques, soudées entre elles.

22Du rachis lombaire on distingue 4 vertèbres particulièrement détériorées, pathologiques. Le sacrum, en plusieurs fragments, n'a pu être restauré.

23Des côtes seules subsistent 5 extrémités postérieures.

24Clavicule gauche. Elle est altérée, amputée de son extrémité externe et mesure dans sa plus grande longueur restante 152 mm, soit 158 à 160 mm si elle était entière. Son périmètre au milieu approximatif, 43 mm, supérieur à 36 mm, et son indice de robustesse situé entre 26,9 et 27,2 militent en faveur d'un sujet masculin. De nombreux ostéophytes sont observés sur le pourtour de la surface articulaire de son extrémité interne, du tubercule deltoïdien et de la facette d’insertion du ligament costo-claviculaire.

25Omoplate gauche. Un fragment comporte une portion de la cavité glénoïde, le col chirurgical et l'échancrure coracoïde de type 5 (trou fermé) de Vallois. On note aussi la présence d'ostéophytes au pôle supérieur de la cavité glénoïde.

26L’os coxal droit représenté par le tiers supérieur de la cavité cotyloïde et une portion de la grande échancrure sciatique (angle d'ouverture 53°) appartient à un sujet masculin. Il sera revu au chapitre pathologie.

27Le fémur droit seul retrouvé, bien qu'altéré, autorise quelques mensurations et indices. Son aspect est robuste, les empreintes musculaires qu'il porte témoignent d’une musculature puissante. La diaphyse présente une incurvation à convexité antéro-exteme, la ligne est âpre et saillante, la crête fessière bien marquée. Les longueurs maximale (485 mm) et physiologique (480 mm) sont de caractère nettement masculin (supérieures à 460 mm). La longueur en position dépasse la moyenne des populations du Bronze Ancien : squelette découvert à Ludesse (Puy-de-Dôme), étudié par G. Billy (441/443) ; du Bronze signalé par Bello y Rodriguez (431,6) ; du sujet hallstattien inhumé sous tumulus à Chabestan (Hautes-Alpes), étudié par G. Billy, des Gaulois en général (460,6) et des Français modernes (451,3).

28Au tibia droit, seul présent, manque le 1/4 inférieur de l'os. La largeur de son extrémité supérieure (84 mm) est en faveur d'un sujet masculin. La crête interosseuse qui divise le plateau tibial est saillante et déformée par des ostéophytes, qui se retrouvent aussi sur le pourtour du plateau, et particulièrement sur le bord postérieur de la cavité glénoïde interne. Seule la crête d'insertion du soléaire sur la face postérieure du tibia est bien dessinée.

29La stature calculée sur la longueur en position du fémur droit d'après les tables de Manouvrier corrigées s'élève à 171 mm. Il s'agit donc d'un sujet de grande taille, hypsisome.

30L'âge évalué d'après l'état de synostose endocrânienne des sutures, selon l'échelle de Martin et la méthode de Némeskéri, permet d'attribuer à ce sujet, au moment de sa mort, une soixantaine d'années.

31Le sexe est déduit du neurocrâne, de sa capacité crânienne, des mensurations de la clavicule, du fémur en position et de l'extrémité supérieure du tibia, ainsi que de l’ouverture de la grande échancrure sciatique : tous ces caractères sont masculins.

32Position anthropologique et conclusion. Le sujet hallstattien de Poiseul présente les caractéristiques suivantes : boîte crânienne assez volumineuse, de forme ovoïde, dolichocrâne à voûte de hauteur moyenne, au front large, vertical, à crêtes intermédiaires et écaille occipitale saillante. De la face, seule la leptorhinie peut être affirmée ; les rares fragments de squelette post-crânien sont robustes et indiquent une stature élevée. Ces éléments plaident en faveur de son appartenance à la race nordique protohistorique.

2. pathologie

33Le rachis. Cl : nous ne reviendrons pas sur la variété anatomique atlanto-occipitale, manifestation latérale de proatlas, déjà décrite. Les 3 articulations condyliennes et para-condylienne sont indemnes de pathologie. Bloc C2-C3 : ces deux vertèbres sont soudées par leur corps, leurs apophyses articulaires et leurs lames. L’intégrité de l’architecture de l’ensemble avec respect des trous de conjugaison C2-C3 pourrait faire penser à un bloc congénital, mais la dégénérescence articulaire considérable dont témoignent les épais bourrelets péri-articulaires des arcs ne laisse aucun doute quant à la pathogénie dégénérative de cette synostose. En effet, si la liaison somatique était congénitale, la rigidité de l’ensemble n'aurait pas permis une dégénérescence postérieure. Présence d'une ostéophytose inférieure de C3 avec rétrécissement des trous de conjugaison correspondants.

34C4 : spondylose très importante, arthrose postérieure, rétrécissement du trou de conjugaison droit C4-C5 par un ostéophyte semi-lunaire.

35Bloc C5-C6-C7 : l'examen de cette pièce montre une architecture sans bouleversement, les corps ne sont ni luxés, ni écrasés, les trous de conjugaison sont normaux, le canal rachidien est régulier, sans coudure, les épineuses sont en place. Les radiographies ne montrent aucune anomalie de structure. Il s'agit donc d'une synostose congénitale. Elle a imposé aux disques sus-et sous-jacents une dégénérescence discale dont on retrouve les traces.

36T1 : spondylose et arthrose supérieure, face inférieure intacte. La surface circonférentielle, dans sa partie antérieure droite, est marquée d’un ostéophyte considérable qui vient s'articuler en avant, en dehors et en bas avec une formation analogue venue de la pièce sous-jacente.

37T2 : les deux plateaux sont intacts, mais la surface circonférentielle est le siège d'une hyperostose en coulées verticales, débordant largement le corps en avant et latéralement, surtout à droite. Ces coulées périsomatiques présentent une face supérieure et une face inférieure de contact avec des formations analogues venant des pièces voisines ; arthrose postérieure légère.

38Bloc T3 à T12 : aucun des arcs n'est présent. Tous les corps sont soudés par un engainement périsomatique et péridiscal plus développé à droite. En vue postérieure, on peut voir une fente intersomatique entre T3/T4, T6/T7 et T9/T10. Ailleurs, le ligament vertébral postérieur est entièrement ossifié. Le plateau supérieur de T3 est d'aspect parfaitement normal. L'examen à l'aide d'un otoscope des espaces intersomatiques correspondants aux fentes signalées plus haut nous permet de constater :

39- pour T3/T4, un espace normal avec soudure des corps par ostéogenèse strictement péridiscale, sans qu'aucune trace de souffrance n'apparaisse sur les plateaux.

40- pour T6/T7, une soudure périphérique à laquelle s'ajoutent des piliers intersomatiques qui signent l'ostéogenèse métaplasique du disque.

41Enfin, les cassures post-mortem des corps inférieurs montrent une érosion des plateaux avec soudure péridiscale et interlistélienne entre les trois espaces inférieurs. Toutes les facettes centrales sont ostéophytiques et érodées. Là aussi, les radiographies ne mettent en évidence aucune anomalie des corps vertébraux, mais les images des espaces intersomatiques sont difficiles à interpréter.

42Bloc L1 à L4 ou L2 à L5 (l'état de la pièce ne permet pas de le préciser) : soudure intersomatique péridiscale et interlistélienne ; espaces conservés en hauteur ; érosion des plateaux. Soudure des arcs par ossification des ligaments jaunes et ossification antérieure des capsules visibles sur les radiographies.

43Synthèse de la pathologie rachidienne

44a/ L'ensemble des pièces en connexion montre une scoliose droite à grand rayon de courbure intéressant tout l'étage thoracique, comme en témoignent les radiographies.

45b/ De l'analyse précédente il apparaît trois ordres de faits :

46- un bloc cervical congénital bas ;

47- de nets signes de dégénérescence discale et articulaire postérieure sus-et sous-jacents au bloc et pouvant lui être imputés en partie ;

48- une pathologie thoracique et lombaire qui semble relever de deux processus : d'une part une dégénérescence discale avec métaplasie osseuse et ankylosé vertébrale banale pour un sujet de cet âge, d'autre part, ossification ligamentaire périsomatique, péridiscale et postérieure sans aucune trace de pathologie discale sur les plateaux, ni de pathologie articulaire sur les facettes postérieures. La Spondylose paraît ici associée à une pathologie différente, essentiellement ligamentaire, ou touchant à la rigueur les couches les plus périphériques de l'anneau discal. Nous écartons aisément l'ankylose infectieuse ou celle résultant de troubles de la statique rachidienne (Scheuermann, cyphose sénile de Schmorl, ostéoporose, ostéomalacie), car l'architecture générale est conservée, sans destruction vertébrale, et sans cyphose. La spondylarthrite ankylosante peut parfaitement se surajouter à un rachis par ailleurs spondylosique si celle-ci se manifeste suffisamment tard, mais les "syndesmophytes" et les ossifications postérieures sont habituellement d'aspect beaucoup moins tourmenté que dans le cas présent.

49Reste l'hyperostose vertébrale ankylosante considérée par la plupart des auteurs comme une forme majeure de Spondylose, mais que certains préfèrent individualiser jusqu'à plus ample information en une entité nosologique à traduction clinique et macroscopique propre. Il semble bien que ce rachis présente des manifestations d'hyperostose ankylosante, associées à celles de Spondylose et d'arthrose postérieure.

50La hanche droite. Si la portion subsistante de l’os coxal droit présente une ostéophytose importante au-dessus du sourcil cotyloïdien, la surface articulaire, elle, ne présente aucune altération : le fémur droit n'est pas modifié au niveau de sa portion articulaire supérieure. L'ostéophytose sus-cotyloïdienne suffit à elle seule à affirmer la dégénérescence de l'articulation.

51Signalons enfin l'existence d'une séquelle de kyste radiculo-dentaire sur la racine mésiale de la dent 16 ayant perforé la paroi du sinus, sans trace de manifestation inflammatoire.

3. MENSURATIONS ET INDICES POSSIBLES

Neurocrâne

Longueur maaximum - GL/OC

195 mm

Longueur de la calotte - GL/IN

187

" NA/IN

182

Largeur maximum bipariétale

145

Hauteur du crâne au basion

142

" au porion

122

Diamètre biauriculaire

120

Hauteur de la calotte - Vertex - GL/IN

109

NA/IN

114

Longueur de la base - NA/endo BA

105

Courbe horizontale

535

Courbe transversale

335

Arc frontal GL/BR

114

" NA/BR

132

Corde frontale GL/BR

110

" NA/BR

117

Arc pariétal

157

Corde pariétale

131

Arc occipital

112

Corde occipitale

97

Arc sagittal total à la glabelle

383

" au nasion

401

Diamètre biastérique

132

Largeur maximum frontale

121

Largeur minimum frontale

107

Largeur du trou occipital

38

Longueur du trou occipital

32

Epaisseur bosse frontale

8

" pariétale

7

Largeur bimastoïdienne

105

Poids du cranium, altéré, incomplet

470

Capacité crânienne selon Lee-Pearson, pour homme

1592 ml

Angle d'inclinaison de frontal

58°

Angle bregmatique

86°

Indice crânien horizontal dolichocrâne

74,3

Indice vertical au basion orthocrâne

72,8

" au porion "

62,5

Indice transverse au basion métriocrâne

97,9

" au porion "

84,1

Indice moyen de hauteur au basion moyen

83,5

" au porion "

71,7

Indice de la calotte – Vertex / GL/IN

58

" / NA/IN

62,6

Indice de courbure frontale sur GL/BR

96,5

" NA/BR

88,6

Indice de courbure pariétale

83,4

Indice de courbure occipitale

86,6

Indice fronto-pariétaleurymétope

73,8

Indice frontal transversalcrêtes inter.

88,4

Indice du trou occipitalmoyen

84,2

Splanchnocräne

Hauteur approximative du nez

50

Largeur nasale par duplication

23

Indice nasalleptorhinien

47

Longueur de la voûte palatine

50

Largeur de la voûte palatine

40

Indice palatinmésostaphylin

80

Mandibule

Hauteur du corps

au trou mentonnier

21 du bord inf.

" "

à l'aplomb crête PM1-PM2

12 "

Hauteur

Epaisseur

Indices

Entre 35-36

35 mm

13 mm

37

Entre 36-37

31

14

45

Entre 37-38

28,5

15,5

54,4

A la symphyse (apo. Géni incluses)

34

13,5

39,7

Fémur droit

Longueur maximum

485 mm

Longueur physiologique

480 ?

Longueur au trochanter

462

Périmètre au milieu

100

Diamètre au milieu antéro-postérieur

30

" " transverse

27

Diamètre sous-trochantérien antéro-postérieur

28

" " transverse à 3 cm

28

Diamètre de la tête

--

Largeur maximum de l'épiphyse supérieure

106

" " " inférieure

--

Angle coll-diaphysaire

130°

Angle de torsion

19°

Poids

385g

Indice de robustesse

20,8

Indice de robusticité

11,9

Indice pilastrique moyen

111

Indice de platimétrieeurymérie

87,5

Tibia droit

Diamètre diaphysaire au trou nourricier A.P.

37

" " " transverse

27

Largeur de l'épiphyse supérieure

84

Indice cnémique eurycnémie

73

Table des illustrations

Légende Fig. 50 - Poiseul, tumulus 2 : crâne, profil droit (a), face (b) et norma basilaris (c) ; rachis, vue complète (d) et radiographie de détail (e) ; radiographie du bloc cervical C2-C3 (f) et du bloc C5-C6-C7 (g) mettant en évidence la pathologie vertébrale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/882/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 653k
Légende Fig. 51 - Poiseul, sujet du tumulus 2 : diagramme sagittal du crâne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/882/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

© ARTEHIS Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search