Version classiqueVersion mobile

Les sépultures tumulaires aristocratiques du Hallstatt ancien de Poiseul-la-Ville (Côte-d’Or)

 | 
Bruno Chaume
, 
Michel Feugère

5. Interprétation

Texte intégral

5.1 LES RITES

5.1.1 LES ENSEVELISSEMENTS

  • 109 Vuaillat 1977 ; Gerdsen 1986 ; etc...

1Les découvertes de Poiseul enrichissent de façon considérable notre connaissance des rites funéraires en Bourgogne au Premier Age du Fer, à condition qu’on n'oublie pas qu'il s'agit là de sépultures privilégiées : la présence systématique d'une épée en fer, associée dans deux cas à de la vaisselle métallique, montre assez qu’on se trouve ici dans un contexte social élevée109.

2Peut-on pour autant admettre que chaque tumulus n'a reçu qu'une seule sépulture ? Les conditions de la fouille ne permettent pas d'être affirmatif sur ce point, aucun décapage extensif n’ayant été pratiqué. Malgré la possibilité de remaniements significatifs dans certains tertres comme le tumulus 2 (fig. 7), on peut relever les indices qui plaident pour une nécropole réservée à des personnages de haut rang. Si la diversité des orientations est surprenante (fig. 43), on ne peut manquer d’être frappé par les aspects répétitifs des offrandes funéraires recueillies dans les 4 tombes de Poiseul : la présence d'une épée est systématique, l'association avec rasoir et bracelet se retrouve dans 3 cas sur 4. La présence simultanée, dans plusieurs tombes bourguignonnes du HaC, d'une épée et d'un rasoir a d'ailleurs été mise en évidence par tous les auteurs, en dernier lieu H. Gerdsen (1986, 1989) comme un trait caractéristique du rite régional (fig. 49).

3On sait désormais que l'épée déposée dans les tombes de cette époque constitue un signe de classe autant qu'une arme fonctionnelle. Si on accepte cette interprétation, et si on s'interroge sur la présence éventuelle d'autres tombes dans la nécropole de Poiseul, il faut alors supposer que seules les tombes centrales auraient été découvertes par R. Joffroy, ce qui semble peu vraisemblable. Reste le problème du loculus ( ?) observé au début de la fouille du tumulus 4, et dont on aurait pu déduire l'existence d'au moins 1 tombe adventice sur ce tertre ; mais l'étude anthropologique conforte l’interprétation d’une seule sépulture, probablement perturbée, sur ce tertre. Là encore, l'observation de fouille, limitée par la dimension des sondages, n'autorise aucune prise de position définitive.

  • 110 W. Reinhart, ayant estimé le volume des tertres des nécropoles de Rubenheim, Bad Rappenau, Wörth e (...)

4Il semble également difficile en Châtillonnais, et en particulier à Poiseul, de mettre en rapport le volume du tumulus (ou la dépense d'énergie mobilisée pour son édification) avec le statut social du défunt. A Poiseul, l’arasement prononcé des tertres, les conditions de la fouille qui n’a fourni que des relevés généralement sommaires, interdisent en tout cas d'appliquer les méthodes testées avec quelque résultat dans d'autres régions110. Il nous semble aussi que l'existence de recharges postérieures sur les tumulus pourvus de tombes adventices limite considérablement la portée d'une telle démarche.

5L'édification des tertres funéraires, expression collective du rôle occupé dans la société par le défunt, devait s'effectuer en fonction d'un rite précis dont découle probablement la dispersion des tessons de céramique étudiés plus haut. On rappellera ici la présence dans plusieurs tumulus de Poiseul, comme dans d'autres tertres contemporains, d'un fragment de meule qui ne semble pas avoir été placé fortuitement dans la masse tumulaire.

Fig. 43 - Disposition du mobilier funéraire dans les 4 tombes de Poiseul (restitution : la position des squelettes est hypothétique) ; la numérotation des objets renvoie à la description des tombes, supra.

6Pour conclure sur ce point, on peut considérer que les 4 tombes actuellement connues dans la nécropole de Poiseul-la-Ville représentent les sépultures de personnages appartenant à l'élite sociale de l'époque. Même si l'absence apparente de sépultures secondaires peut apparaître comme une limite à la reconnaissance du statut social des défunts, le regroupement de 4 tumulus à sépultures privilégiées évoque un cimetière, ou au moins un secteur de cimetière réservé à une certaine classe sociale.

5.1.2 LES DÉPÔTS FUNÉRAIRES

7La figure 43 permet de confronter les quatre dépôts funéraires de Poiseul tels que l'analyse des données de fouilles nous a permis de les reconstituer. La sépulture du tumulus 4 demeure la moins bien connue, et son orientation générale elle-même n'a pas été observée avec une extrême précision. D'après les autres tombes, l'orientation du corps ne semble pas avoir revêtu à Poiseul un aspect rituel, dans la mesure où les têtes sont orientées l'une au Sud, l'autre au Nord et la troisième Sud/Sud-Ouest.

  • 111 Vuailat 1977, p.34.
  • 112 Henry 1933, p. 50.
  • 113 Reinhard 1984, tumulus 1, tombe 1 ; tumulus 4, tombe 1 ; tumulus 7 ; tumulus 12, tombe 1.
  • 114 Gerdsen 1986, p. 53 et note 497.
  • 115 Carte des rites funéraires dans Reinhard 1984 p. 24, fig. 2.

8L'épée qui constitue, on l'a vu, le dénominateur commun des 4 sépultures est placée la pointe vers le bas, le long de la jambe droite dans les tumulus 1 et 3, en travers de cette jambe dans le tumulus 2, mais à la gauche du défunt dans le tumulus 4. Dans la tombe 2 de Chavéria, l'épée avait également été déposée le long de la jambe droite111. En se basant sur les rapports des fouilles anciennes des tumulus de la Côte-d'Or, F. Henry avait cm pouvoir répertorier 5 cas d'épée à droite pour 6 dépôts à gauche, mais il semble que ce comptage a été faussé par l'imprécision et l'insuffisance de la plupart de ses sources112 ; comme à Poiseul et à Chavéria, l'épée est également à droite du défunt dans les 4 premières tombes de Rubenheimo113. A l'occasion de son inventaire récent des tombes à épée hallstattiennes, H. Gerdsen a souligné que cette position était bien la plus courante ; en revanche, on ne peut suivre cet auteur lorsqu'il associe l'orientation de ce dépôt (pointe vers le bas et non vers le haut) à un faciès occidental, plus fréquent à l'Ouest du Rhin qu'à l'Est114 ; en effet, le rite dominant étant l'incinération en Europe centrale115, le nombre des inhumations prises en compte est largement sous-représenté par rapport au "Westhallstattkreis".

Fig. 44 - Vaisselle en bronze du tumulus de Francfort, Stadtwald (d'ap. F. Fischer).

  • 116 V. Cianfarani, Culture adriatiche antiche d'Abruzzo e di Molise, Rome 1978, p. 163-172 (étude déta (...)

9L'épée placée en travers du corps dans le tumulus 2 évoque la position de l’arme, au demeurant beaucoup plus courte, qui est figurée en diagonale sur la poitrine du guerrier de Capestrano (VIIe s.) (fig. 45)116. Il est cependant bien difficile de préciser si la disposition de l'épée dans les tumulus hallstattiens reproduit ou non la façon dont ces armes étaient portées, de leur vivant, par leurs propriétaires.

Fig. 45 - Statue du guerrier de Capestrano (d'ap. P. Connolly).

10Rappelons ici que des traces de tissus ont été relevées sur les épées des tumulus 1, 2 et 4 de Poiseul, découvertes qui rejoignent de nombreuses autres observations de même nature effectuées sur des épées hallstattiennes, notamment en Bourgogne. Dans le cas de Poiseul, deux tissus différents peuvent être identifiés sur chaque lame d'épée, l'un étant une toile assez grossière et l'autre un voile beaucoup plus fin. Peut-on admettre qu’il s'agit là de vestiges d'un revêtement extérieur des fourreaux, maintenant peut-être ensemble deux planchettes de bois mince, comme on a pu l'observer sur une épée de Chavéria ? Une autre hypothèse consiste à voir dans ce tissu un emballage spécialement effectué au moment du dépôt funéraire, comme on l'observe à plusieurs reprises, dans les tombes hallstattiennes, sur des éléments de char ou des pièces de vaisselle métallique. La question pourrait être tranchée par une recherche systématique visant à retrouver les traces éventuelles de tissus sur les poignées des épées hallstattiennes : l'observation confirmerait alors le rite d'un emballage des armes déposées dans la tombe, considérée comme le point de départ d'un grand voyage dans l'au-delà.

  • 117 I. Falchi, Vetulonia e la sua necropli antichissima, Florence 1891, p. 191 ; également Not. Sc. 18 (...)
  • 118 Pour les très rares exemples antérieurs, v. infra, note 122.
  • 119 B. Bouloumié, Vases de bronze étrusques du service du vin, in J. Swaddling (dir.), Italian Iron Ag (...)
  • 120 Cerchiai 1988, p. 107.
  • 121 B. Bouloumié, Le vin étrusque et la première hellénisation du Midi de la Gaule, dans RAE 32, 1981, (...)
  • 122 Il faut cependant signaler la présence, dans un certain nombre de tombes du BF IIIb et du HaC1, d' (...)

11En ce qui concerne la vaisselle, nous examinerons en premier lieu l'association phiale/situle du tumulus no 3. A Vetulonia même, où les phiales côtelées sont assez nombreuses pour avoir suscité des imitations locales, on connaît deux exemplaires pourvus d'une anse rapportée qui atteste la similitude fonctionnelle entre cet objet et le puisoir ansé contemporain117. On est donc en présence, à Poiseul, d'un service à boire constitué d’un seau à mélange et d'un vase à puiser. Il s'agit là de l'un des premiers exemples118 de l'apparition, en monde hallstattien, de cette notion de service directement héritée des contacts méditerranéens. Selon toute vraisemblance, les objets ont été transmis aux sociétés hallstattiennes en même temps que le rite de leur dépôt funéraire, dans la mesure où celui-ci existe lui aussi en Etrurie119 à partir du début de la période orientalisante120. A l'émergence d'une aristocratie locale correspond ainsi l'exhibition, dans la mort, des instruments réservés à son statut. Si le vin étrusque fait son apparition en Gaule méridionale vers le milieu du VIIe s.121, on peut se demander s'il en va de même dans la "Westhallstattkultur" ; l'importation du service à boire et son usage funéraire, tel qu'il apparaît notamment à Poiseul et à Francfort, n'implique aucunement l'usage du vin, même à titre exceptionnel. On peut supposer que les boissons locales étaient ici substituées au vin et que seuls les contenants, et peut-être les gestes, étaient transposés en fonction des usages étrusques122.

  • 123 Bertrand 1873, p. 291.
  • 124 Biel 1987, p. 178, notice no 92.

12Le dépôt de ces vases dans les sépultures hallstattiennes était évidemment lié à l'offrande funéraire du contenu, le puisoir étant placé comme dans l'usage quotidien à la surface de la boisson qu'il servait à prélever. Lors de la fouille de la sépulture centrale du Montceau-Laurent, à Magny-Lambert, Abel Maître a bien noté que la coupe découverte à l'intérieur de la ciste à cordons était "empâtée dans une matière noire visqueuse" qui constitue sans aucun doute le résidu de la boisson contenue dans le seau à mélange123 ; à Hochdorf, ce sont des traces d'hydromel qui ont été révélées par l’analyse des prélèvements effectués dans le grand chaudron en bronze124. Le chaudron du tumulus 1 de Poiseul a très certainement été enfoui, lui aussi, comme contenant d'une boisson offerte au défunt, mais l’existence d'un puisoir éventuel, fût-il en bois, ne peut être envisagée qu'à titre d'hypothèse.

  • 125 Verger-Guillaumet 1988.

13La tombe récemment découverte à Saint-Romain-de-Jalionas (Isère) fournit un exemple remarquablement précoce de l'adoption du service à boire en bronze (et de son utilisation funéraire) par les sociétés tardives du BF IIIb125.

5.2 APPROCHE CHRONOLOGIQUE ET FACIES CULTURELS

5.2.1 HORIZONS ET CHRONOLOGIE DU HALLSTATT ANCIEN

  • 126 Kossack 1957, p. 212, fig. 2 ; Kossack 1959, p. 23 : HaC1 (phase Mindelheim) et HaC2 (phase Bubesh (...)
  • 127 Kossack 1970.
  • 128 K. Spindler, Zur absoluten Chronologie der Hallstattkultur, in Die Hallstattkultur. Bericht über d (...)
  • 129 Olivier 1988.
  • 130 Mais V. Rychner et U. Ruoff ont récemment indiqué que la fin d'Auvemier-Nord pourrait en fait cons (...)

14Le découpage en phases traditionnellement utilisé depuis P. Reinecke définit un HaC ("ältere Hallstattzeit") qu'on s'accorde à placer entre le BF IIIb des archéologues français (HaB2/B3 des allemands) et le Hallstatt moyen ("jüngere Hallstattzeit", HaD1 outre-Rhin). G. Kossack a proposé de découper le HaC de Bavière en deux phases reconnues par lui dans les nécropoles de Mindelheim126 et de Groẞeibstadt127. Les ensembles sélectionnés pour cette subdivision ont été par la suite remis en cause par plusieurs auteurs128, dans la mesure où la répartition des tumulus datables dans la nécropole de Mindelheim ne présente pas les caractères d'une stratigraphie horizontale, comme l'avait d’abord pensé G. Kossack. Les fossiles directeurs utilisés par cet auteur étant aujourd'hui rajeunis (les parures qu'il attribuait au HaC2 sont maintenant considérées comme HaD1), la reconnaissance de deux horizons successifs dans le Hallstatt ancien est désormais contestée. Du point de vue chronologique, la fin du HaC est déterminée par la date qu'on assigne aux premiers ensembles funéraires du HaD1 au Nord des Alpes : ceux-ci contiennent des importations étrusques de la fin du VIIe s., et G. Kossack propose donc de placer la fin du HaC vers 620/600. Le problème concernant la date de l'abandon des épées en fer typiques du HaC s'est posé récemment avec la découverte de Marainville-sur-Madon129, dont le char de type Erkenbrechtsweiler présente les caractéristiques des véhicules du HaD1 ; l'épée de Mindelheim à pommeau d'ivoire incrusté d'ambre indique l'extrême fin du HaC2, mais les vases en bronze associés n'aident malheureusement pas à préciser la chronologie absolue. Le début du HaC, quant à lui, ne peut être fixé que par déduction ou extrapolations, et repose en conséquence sur des bases nettement moins sûres. A Auvemier-Nord et à Neuchâtel, nous disposons d'un certain nombre de datations dendrochronologiques concernant le BF IIIb, mais malheureusement rien n'indique qu'elles soient les plus tardives qu'on puisse admettre pour cette période. Selon ces analyses, l'habitat d'Auvemier-Nord est abandonné en 850/848 av. J.-C.130.

  • 131 Pour la dendrochronologie de Neuchâtel, H. Egger, P. Gassmann, N. Burri, Situation actuelle du tra (...)
  • 132 J.R. Richer, M.G.L. Baillie, B. Schmidt, B. Becker, "A 7272 year tree-ring chronology for western (...)
  • 133 Ce gisement a fourni pour un contexte céramique du HaC la date de 707 av. J.-C. : S. Plouin et al. (...)
  • 134 Date considérablement rajeunie (rens. J. Lambert).

15La date dendrochronologique la plus tardive dont on dispose aujourd'hui pour le BF IIIb est celle obtenue sur le site d'habitat de Neuchâtel abandonné en 830 av. J.-C. ; W. Kimmig prolonge cet horizon jusque vers 750 av. notre ère, le HaC commençant dans tous les cas pour cet auteur dans la première moitié ou au milieu du Ville s.131. En ce qui concerne le HaC, les références dendrochronologiques sont encore très peu nombreuses et bénéficient surtout de correlations insuffisantes ; la datation de la tombe centrale du Magdalenenberg (Vilsingen), un précieux jalon pour le HaD1, fait l'objet actuellement d'une polémique, les corrélations de Hollstein étant contestées par certains spécialistes132. Pour la France, la seule donnée dendrochronologique sur le HaC a été récemment obtenue sur le tertre de Mussig en Alsace133. Mais cette date vient elle-même d'être remise en cause par de nouveaux calculs statistiques sur l'interprétation des courbes134. Il y a donc beaucoup à attendre de la multiplication des prélèvements qui pourraient être effectués sur des bois provenant de contextes bien définis du HaC, mais les échantillons restent malheureusement exceptionnels.

  • 135 Kimmig 1981.
  • 136 Bran 1986, p. 50-51 ; les ensembles invoqués par cet auteur pour le Châtillonnais sont indubitable (...)

16La situation est compliquée par le fait que la limite entre le BF IIIb et ce qu’on appelle le HaC1 est loin d’être claire, même en ce qui concerne les ensembles funéraires. La tombe découverte en 1950 à Singen, en RFA, a permis à W. Kimmig de poser le problème de l'intrusion des épées hallstattiennes en fer, typiques du HaC, en plein milieu BF IIIb135. On peut maintenant supposer que les premières épées hallstattiennes apparaissent dans quelques contextes de la phase finale des Champs d'Urnes ("Endphase der jüngeren Urnenfelderzeit", le HaB3 de Müller-Karpe) avant l'apparition du faciès céramique caractérisant le HaC au Nord des Alpes. Les formes des vases et leurs décors conservent longtemps, semble-t-il, la marque d'une profonde influence du répertoire Bronze final, sans qu'on puisse cependant parler d'une prolongation de cette phase au sens chronologique et culturel136

  • 137 Vuaillat 1977, p. 54-67.
  • 138 Verger-Guillaumet 1988.
  • 139 B. Bouloumié, "Les bassins à rebord perlé et autres bassins de Provence", RAN X, 1977, p. 1-31, n’ (...)
  • 140 Verger-Guillaumet 1988, p. 236-237.

17Deux ensembles du Bronze final IIIb contenant des importations, récemment découverts dans l'Est de la France, apportent leur contribution à cette question longtemps débattue de la chronologie absolue de la transition Bronze/Fer dans cette région ; il s'agit de la sépulture centrale du tumulus 9 de Chavéria137 et de la riche sépulture fouillée en 1987 à Saint-Romain-de-Jalionas (Isère)138. La première contenait une épée en bronze du type d'Auvemier avec sa bouterolle, une grande urne et deux jattes en céramique, de type BF IIIb, ainsi qu'un plat en bronze à rebord perlé très mal conservé. Les datations proposées à l'époque par les étruscologues pour ce type de bassin donnaient une date tardive, embarrassante pour un contexte BF IIIb139 De son côté, la tombe de Saint-Romain-de-Jalionas a livré une épée en bronze de type Mörigen dans son fourreau de cuir, un chaudron de type Hajdu Böszörmeny associé à un petit vase en tôle de bronze, une aumônière à armatures de bronze ainsi que diverses parures en or, et un bassin à rebord perlé proche de celui de Chavéria. Les auteurs proposent de situer l'enfouissement dans le courant du VIIIe s. ; pour résoudre le hiatus chronologique entre Saint-Romain-de-Jalionas, Chavéria et les séries de bassins à rebord perlé des VIIe-VIe s., ils supposent que les exemplaires du Bronze final et ceux du Premier Age du Fer représentent des productions dissociées par leurs origines, malgré d'évidentes affinités stylistiques avec les articles de chaudronnerie villanovienne du Ville s.140

  • 141 R.M. Albanese Procelli, Considerazioni sulla distribuzione dei bacili bronzei in area tirrenica e (...)

18De fait, on dispose désormais pour les bassins à rebord perlé de contextes qui permettent de combler le hiatus apparent entre les plus anciennes découvertes italiques et les quelques trouvailles septentrionales en contexte BF IIIb. De tels récipients sont en effet attestés en Italie dès le deuxième tiers du VIIIe s. (Villanovien IIB)141, ce qui réduit l’écart maintes fois souligné entre les dates d'ensembles du BF IIIb fournies par la dendrochronologie au Nord et à l'Ouest des Alpes et celles des productions villanoviennes. Le hiatus d’un demi-siècle qui subsiste entre ces deux données pourrait être comblé par de nouvelles datations dendrochronologiques obtenues sur des sites non palafittiques, ce qui permettrait de placer la transition Bronze/Fer dans le Centre-Est de la France dans la première moitié (ou au milieu) du Ville s. Nous considérons donc des tombes du type de celles de Chavéria et Saint-Romain de Jalionas comme des ensembles clés non seulement pour l'établissement régional d'une chronologie absolue de la transition BF IIIb / HaC, mais aussi pour la compréhension des conditions locales de cette évolution liée à l'intrusion de facteurs extérieurs.

Fig. 46 - Mobilier de la sépulture à incinération du tumulus 2 de Chaume-lès-Baigneux (Côte-d'Or) ; 1-6, éch. 1 : 4 ; 7-8, éch. 1 : 2 ; 9-13, éch. 1 : 1.

Fig. 47 - Mobilier funéraire de Semoutiers (Haute-Marne) : 1, céramique (d'ap. P. Mouton) ; 2 et 4, épée en bronze avec sa bouterolle ; 3, lingot d'étain (d'ap. Ed. Flouest). 1 et 2, éch. 1 : 4 ; 3 et 4, éch. 1 : 2.

  • 142 L'incertitude qui pèse sur l'origine et la chronologie de la ciste à poignées fixes de Magny-Lambe (...)
  • 143 De Delphes à Magny-Lambert, in Hommages à Lucien Leral, 2, Paris 1984, p. 727-732.
  • 144 L'Italie septentrionale de la fin du VIIIe et du VIIe s. connaît essentiellement 2 types de puisoi (...)
  • 145 Frey 1969, p. 31 fig. 14,13. Cf. par exemple le puisoir de la tombe 11 de Ca’Morta : Primas 1970, (...)

19C'est dans un contexte immédiatement postérieur que nous placerons les premières tombes à importations du HaC : La Côte-Saint-André, Poiseul 3 et le Montceau-Laurent (Magny-Lambert), que nous pouvons désormais situer entre le dernier tiers du VIIe s. et le début du VIIe s. Depuis les travaux de G. Wamser, la tombe centrale du tumulus du Montceau-Laurent, à Magny-Lambert, est considérée par les archéologues allemands comme l'ensemble régional typique du HaC2 tardif. Toutes les tombes à épée de Bourgogne et du Jura sont ainsi datées du HaC2, sur la seule base d'une datation typologique et stylistique de la ciste à cordons et à poignées fixes qui semble aujourd'hui hautement contestable142. C1. Rolley a bien noté l'incohérence que soulève une datation tardive de ce récipient, dont les pendeloques appellent des parallèles du dernier tiers du VIIIe s.143. Les hésitations des uns et des autres sur la chronologie de cet ensemble essentiel pour la datation du Hallstatt ancien du Centre-Est de la France trouvent ici leur point d'achoppement : si on admet que la ciste à poignées fixes de Magny-Lambert date plutôt du début que de la fin du VIIe s., la tombe et les contextes qu'elle sert à dater peuvent s'intégrer dans un système cohérent. La tombe Benacci 397, déjà citée pour les fragments de phiale côtelée, contient aussi un puisoir analogue à celui du Montceau-Laurent144 : le contexte est aujourd'hui daté de la fin du VIIIe s.145. Les tumulus 3 de Poiseul et du Montceau-Laurent à Magny-Lambert sont donc des ensembles contemporains attribuables à une phase précoce du Hallstatt ancien.

Fig. 48 - Carte des tombes à épée du HaC dans le Centre-Est de la France et en Suisse occidentale (d'ap. H. Gerdsen).

Fig. 49 - Associations de mobiliers dans les tombes à épée du Ha C en Châtillonnais (les points d'interrogation signalent les objets dont l'attribution à la sépulture est douteuse) : 1, épée en fer ; 2, rasoir ; 3, bracelet ; 4, vase à mélange ; 5, puisoir ; 6, perle ; 7, phalère ; 8, bague ; 9, instrument de toilette ; 10, casque ou couvre-chef ; 11, poignard ; 12, céramique.

5.2.2 LE CONTEXTE RÉGIONAL

  • 146 J. Besson, D. Vuaillat, "Tertres à incinération de Nermier (Jura)", RAE XVIII, 1967, p. 131-141.
  • 147 B. Chaume, "Note sur la tombe à épée hallstattienne de Semoutiers (Haute-Marne)", BSPF, à paraître
  • 148 En Bourgogne, H. Gerdsen (Observations sur les lombes à épées de Chavéria (Jura) et de Concoeur-Co (...)

20L'horizon ancien du HaC, déterminé par la présence des épées de Gündlingen en bronze dans les sépultures hallstattiennes d'Allemagne du Sud et du Jura, est curieusement absent de Bourgogne. Cette phase de courte durée serait représentée à l'Est et au Nord-Est par des ensembles précoces tels que Singen, les tumulus 3, 4 et 16 de Chavéria ou encore la tombe de Nermier Jura !146. Pour résoudre le débat chronologique sur les épées de Gündlingen et de Mindelheim, il faut admettre que ce dernier type (dont la généalogie n’est pas encore très claire) apparaît immédiatement après le premier et coexiste avec lui pendant la plus grande partie du Hallstatt ancien. Seule l'épée de Mindelheim (très souvent en fer) apparaît encore dans les contextes qu'on peut considérer comme les plus tardifs à l'intérieur du HaC. Les deux exemples d'épées en bronze que nous avons déjà cités pour la Bourgogne, Semoutiers et Longvic-lès-Dijon, occupent une position marginale par rapport à la zone de concentration des épées en fer autour de Magny-Lambert. Si la sépulture de Longvic représente un cas classique des inhumations anciennes du HaC, l’association des objets dans la tombe de Semoutiers a récemment été remise en cause : il se pourrait qu'à une incinération du BF I succède ici une inhumation du HaC avec épée de Gündlingen et bouterolle à ailettes147 (ici fig. 47). En revanche, les épées en fer abondent en Bourgogne148 où nous avons montré qu’elles apparaissent au plus tard dès le début du VIIe s., voire dans la deuxième moitié du VIIIe s.

  • 149 R. et D. Ratel, "Le tumulus à incinération de Chaume-lès-Baigneux", RAE XXI, 1970, p. 181-199.
  • 150 Joffroy 1960, pl. 79.

21La question se pose donc désormais de l'existence d'une phase chronologique entre le BF IIIb et l'apparition de ces épées en fer. Pour la période la plus ancienne, rien ne distingue le Châtillonnais des régions environnantes : le BF IIIb y est parfaitement illustré par des ensembles funéraires somptueux comme Chaume-lès-Baigneux149 (ici fig. 46) et Vix II150 ; la première de ces sépultures a notamment livré une urne et un grand plat à décor incrusté d'étain associés à un rasoir en bronze à manche ajouré. Ayant montré que la datation tardive des tombes à épée de Bourgogne et du Jura reposait sur une série de raisonnements erronés, nous pensons que nos épées en fer doivent au contraire apparaître en Bourgogne dès le tout début du HaC. C'est la vitalité de la production régionale, bien illustrée par la diffusion de ces armes autour du Châtillonnais, qui aura repoussé l'arrivée des exemplaires en bronze dans la région, et non un décalage chronologique dont nous avons démontré l'inexistence. Compte tenu du nombre important de sépultures du HaC fouillées en Châtillonnais, il est en effet invraisemblable de supposer que des épées en bronze se trouvent dans des tombes qui resteraient à découvrir.

22La production de telles armes en fer, dès le tout début de l'Age du Fer, repose sur l'exploitation des richesses locales en minerai d'excellente qualité, ainsi que sur l'acquisition remarquablement précoce des technologies de réduction et de forge qui, très tôt, ont dû faire la réputation du Châtillonnais. Cette activité n'a pas manqué de contribuer pour une part importante à la croissance économique de la région, même si les conditions de ce développement nous échappent encore en partie.

  • 151 Voir à cet effet la carte de C. Pare, in Vierrädrige Wagen der Hallstattzeit, Mayence 1987, p. 190

23Dans un tel contexte, on peut s'étonner de l'absence des tombes à char qui, en Europe centrale, manifestent l'opulence des sépultures aristocratiques les plus riches151. Sans doute faut-il faire intervenir ici une différenciation rituelle qui distingue le "West-" du "Osthallstattkreis". La société hallstattienne du Châtillonnais n'en est pas moins inégalitaire, comme le prouvent les découvertes de Poiseul et Magny-Lambert, mais dans des limites qui ne seront dépassées qu'au HaD. C'est la raison pour laquelle nous préférons utiliser à Poiseul le ternie d'"aristocratique" plutôt que "princier" : même si le premier contient en germe les éléments du second, ces termes constituent deux phases successives d'un même phénomène de stratification sociale qui apparaît sous cette forme à la transition Bronze/Fer.

  • 152 A Vetulonia-même, d'où provient la phiale côtelée de Poiseul, G. Camporeale a récemment révélé l'e (...)
  • 153 Sur les conditions du passage Bronze final / Hallstatt ancien en Franche-Comté, voir la synthèse d (...)

24L'intérêt majeur des découvertes de Poiseul vient sans doute de l'éclairage essentiel qu’elles nous apportent sur les mutations du début de l'Age du Fer en Bourgogne. Aux premiers contacts avec le monde méditerranéen152 correspond ici, et ce n’est certes pas un hasard, l'émergence d'une stratification sociale beaucoup plus clairement affirmée que précédemment. A Poiseul, il est tentant de voir dans l'association de la vaisselle importée et de cet insigne du pouvoir local qu'est la grande épée un lien de cause à effet. On ne peut sous-estimer l'impact que n'a pas manqué d'avoir, dans les sociétés traditionnelles, l'intrusion de représentants (émissaires, marchands ? probablement les deux à la fois) venus d'Italie. Selon toute vraisemblance, le dépôt funéraire de ces récipients traduit dans la tombe l'appropriation par la classe sociale dirigeante des nouveaux rapports établis avec les étrangers. C'est donc au HaC, alors que se confirment les premiers contacts entre mondes hallstattien et méditerranéen, qu'on peut observer la naissance de ce qui se développera à la période suivante, et jusqu'aux bouleversements du Ve siècle : l'émergence d'une société stratifiée, de plus en plus hiérarchisée, dont les représentants accaparent à leur bénéfice les relations avec le monde méditerranéen153.

  • 154 Cerchiai 1988.

25Peut-on pousser plus loin l'analyse, et rechercher les causes de cette évolution somme toute brutale pour des sociétés apparemment vouées à des transformations plus longues et progressives ? Sans doute les premiers Etrusques ne sont-ils venus au Nord et à l'Ouest des Alpes que dans un but bien précis : comme pour le HaD, c'est l'approvisionnement en matières premières, notamment l'étain indispensable à cette civilisation du bronze, qui vient à l'esprit. Quel a été le détonateur, ou plutôt le catalyseur de cette évolution fondamentale ? Les prospecteurs ont-ils recherché sur place des interlocuteurs possédant un statut analogue à celui qu’ils auraient trouvé chez leurs proches voisins en Italie154 sont-ils allés jusqu'à susciter l'émergence d'une catégorie de représentants locaux propre à répondre à leurs demandes ? Si l'archéologie s'avère incapable de répondre à des questions de cet ordre, on se contentera ici de souligner à quel point les bouleversements sociaux et sans doute politiques, très vraisemblablement liés à l'intrusion de nouveaux facteurs économiques, trouvent dans la documentation archéologique un fidèle reflet.

Notes

109 Vuaillat 1977 ; Gerdsen 1986 ; etc...

110 W. Reinhart, ayant estimé le volume des tertres des nécropoles de Rubenheim, Bad Rappenau, Wörth et Chavéria, a pu établir une corrélation entre les mesures les plus importantes et la présence d'une tombe à épée (Reinhard 1984, p. 28-30). L. Olivier a ensuite tenté d'appliquer cette méthode, issue des réflexions de la "new archaeology" (J.A. Tainter, Modeling change in prehistoric social

111 Vuailat 1977, p.34.

112 Henry 1933, p. 50.

113 Reinhard 1984, tumulus 1, tombe 1 ; tumulus 4, tombe 1 ; tumulus 7 ; tumulus 12, tombe 1.

114 Gerdsen 1986, p. 53 et note 497.

115 Carte des rites funéraires dans Reinhard 1984 p. 24, fig. 2.

116 V. Cianfarani, Culture adriatiche antiche d'Abruzzo e di Molise, Rome 1978, p. 163-172 (étude détaillée de l'équipement et de l’armement du guerrier de Capestrano). Le dessin de la fig. 45 est reproduit ici d'ap. P. Connolly, Notes on the development of breastplates in Southern Italy, in J. Swaddling (dir.), Italian Iron Age Artefacts in the British Museum, Londres 1986, p. 119.

117 I. Falchi, Vetulonia e la sua necropli antichissima, Florence 1891, p. 191 ; également Not. Sc. 1895, p. 302.

118 Pour les très rares exemples antérieurs, v. infra, note 122.

119 B. Bouloumié, Vases de bronze étrusques du service du vin, in J. Swaddling (dir.), Italian Iron Age artefacts in the British Museum, Londres 1986, p. 63-75.

120 Cerchiai 1988, p. 107.

121 B. Bouloumié, Le vin étrusque et la première hellénisation du Midi de la Gaule, dans RAE 32, 1981, p. 75-81.

122 Il faut cependant signaler la présence, dans un certain nombre de tombes du BF IIIb et du HaC1, d'associations de céramiques locales évoquant parfaitement, en version indigène, cette idée de service. Alors que les ensembles BF IIIb fournissent des séries dans lesquelles le service à boire est accompagné de plusieurs coupes et plats, à propos desquels on a pu évoquer un "banquet funéraire" (v. par exemple Chaume-lès-Baigneux, ici fig. 46, ou la tombe de Vix Il : Joffroy 1960, pl. 79), l'association se réduit au HaC aux deux pièces essentielles que constituent la grande urne et la coupelle du tumulus 4 de Chavéria : Vuaillat 1977, p. 43 fig. 18 ; tum. 16 ; ibid., p. 100-101, fig. 64 et 65.

123 Bertrand 1873, p. 291.

124 Biel 1987, p. 178, notice no 92.

125 Verger-Guillaumet 1988.

126 Kossack 1957, p. 212, fig. 2 ; Kossack 1959, p. 23 : HaC1 (phase Mindelheim) et HaC2 (phase Bubesheim).

127 Kossack 1970.

128 K. Spindler, Zur absoluten Chronologie der Hallstattkultur, in Die Hallstattkultur. Bericht über das Symposium in Steyr 1980, 1981, p. 47 sqq. ; Torbrügge 1979, p. 191-200.

129 Olivier 1988.

130 Mais V. Rychner et U. Ruoff ont récemment indiqué que la fin d'Auvemier-Nord pourrait en fait constituer un horizon ancien du IIaB2 : Chronologie, Datation archéologique en Suisse, Bâle 1986, p. 152 ; v. également V. Rychner et al., Dendrochronologie du groupe Rhin-Suisse dans la région neuchâteloise, in Brun-Mordant (dir.) 1988, p. 125-135.

131 Pour la dendrochronologie de Neuchâtel, H. Egger, P. Gassmann, N. Burri, Situation actuelle du travail au Laboratoire de Dendrochronologie de Neuchâtel, dans Dendrocronologia 3, 1985, p. 117-198 ; W. Kimmig in Brun-Mordant (dir.) 1988, p. 12-15.

132 J.R. Richer, M.G.L. Baillie, B. Schmidt, B. Becker, "A 7272 year tree-ring chronology for western Europe", Nature 312, 1984, p. 150-152.

133 Ce gisement a fourni pour un contexte céramique du HaC la date de 707 av. J.-C. : S. Plouin et al., "Un tertre à palissade : le tumulus 21 de Mussig (Bas-Rhin)", RAE XXXWII, 1986, p. 3-25.

134 Date considérablement rajeunie (rens. J. Lambert).

135 Kimmig 1981.

136 Bran 1986, p. 50-51 ; les ensembles invoqués par cet auteur pour le Châtillonnais sont indubitablement hallstattiens, comme le montrent les associations typiques avec épée et rasoir ; ainsi : Chamesson, tum. du Bouchot-Bouchard ; Ixuglay, Forêt de Lugny ; Magny-Lambert, tum. de la Vie-de-Baigneux ; Mauvilly, tum. de Charmes 1 ; Prusly-s.Ource, Bois de Langres.

137 Vuaillat 1977, p. 54-67.

138 Verger-Guillaumet 1988.

139 B. Bouloumié, "Les bassins à rebord perlé et autres bassins de Provence", RAN X, 1977, p. 1-31, n’admet qu'à titre d'hypothèse la datation "milieu VIIe s." pour un bassin de Claps, en Provence, très proche de celui de Chavéria ; W. Kimmig (1981, p. 104-106), s'appuie sur cette chronologie basse pour dater encore plus tard les bassins découverts au Nord du Rhône. Il nous semble au contraire que la pénétration des premiers bassins à rebord perlé dans le monde hallstattien est indépendante de leur diffusion méridionale, et qu’une voie directe par les Alpes permet d'envisager deux chronologies différentes pour ces séries de même origine.

140 Verger-Guillaumet 1988, p. 236-237.

141 R.M. Albanese Procelli, Considerazioni sulla distribuzione dei bacili bronzei in area tirrenica e in Sicilia, in II commercio etrusco arcaico (Atti deliincontro di studio 1983)(Quademi Centro Stud. Arch. Etrusco-Italica, 9), Rome 1985, p. 179-206. L'état de la question fourni par M. Gras dans Trafics tyrrhéniens archaïques (BEFAR 258), Rome 1985, notamment p. 503, ne tient pas compte des plus anciens exemplaires (appartenant bien au Villanovien IIB) que signale R.M. Albanese.

142 L'incertitude qui pèse sur l'origine et la chronologie de la ciste à poignées fixes de Magny-Lambert repose sur les travaux de B. Stjemquist, (Ciste a cordoni (Rippenzisten). Produktion, Funktion, Diffusion (Acta archaeologica Lundensia, 6), Lund 1967, p. 43 sqq., pl. VI, fig. 7), qui souligne les dimensions exceptionnelles de ce récipient par rapport aux cistes bolognaises auxquelles on serait logiquement porté à le comparer. On sait cependant aujourd'hui que la plupart des vases en bronze exportés d’Italie au Nord des Alpes ont une taille supérieure à la moyenne de leur série : c'est vrai de la situle de Poiseul comme de la plupart des "Schnalbelkannen", sans parler du grand cratère de Vix. Reprenant les arguments de B. Stjemquist, au terme d'un examen détaillé consacré à ce vase, B. Bouloumié (Les cistes à cordons trouvées en Gaule (Belgique, France, Suisse), dans Gallia 34, 1976, p. 1-8) n'hésite pas pour sa part à l'attribuer à une date encore plus tardive, la première moitié du VIe siècle.

143 De Delphes à Magny-Lambert, in Hommages à Lucien Leral, 2, Paris 1984, p. 727-732.

144 L'Italie septentrionale de la fin du VIIIe et du VIIe s. connaît essentiellement 2 types de puisoirs en bronze : "a manico aperto" et "a manico chiuso" (P. Saronio Masolo, Tipologia [del] vasellame metallico, in R. Peroni (dir.), Studi sulla cronología delle civiltà di Este e Golasecca, Florence 1975, p. 246 et fig. 69). Le type "a manico aperto'' n'est attesté que sur 2 sites, Como-Ca'Morta (De Marinis 1974, App. C) et Bologne, d'où provient très certainement l'exemplaire de Magny-Lambert : sur ces objets, P. Padovani, "La capeduncola nel Villanoviano bolognese", Boll, del Centro Camuno di Studi Prehtorici V, 1970, p. 175-192.

145 Frey 1969, p. 31 fig. 14,13. Cf. par exemple le puisoir de la tombe 11 de Ca’Morta : Primas 1970, fig. 6, 8 ; ce type de puisoir est une forme fréquente des périodes Benacci II et Amoaldi de Bologne, et se retrouve dans la culture Este II précoce, autour de 700 selon Frey ; J.-P. Nicolardot, Le tumulus du Montceau-Laurent à Magny-Lambert, in Trésors des Princes Celtes, Paris 1987, p. 62-66, date correctement cet ensemble de la fin du Ville / début du VIIe siècle.

146 J. Besson, D. Vuaillat, "Tertres à incinération de Nermier (Jura)", RAE XVIII, 1967, p. 131-141.

147 B. Chaume, "Note sur la tombe à épée hallstattienne de Semoutiers (Haute-Marne)", BSPF, à paraître.

148 En Bourgogne, H. Gerdsen (Observations sur les lombes à épées de Chavéria (Jura) et de Concoeur-Corboin (Côte-d'Or), in Les Ages du Fer dans la vallée de la Saône (6e Suppl. RAE), Paris 1985, p. 65) compte 48 épées hallstattiennes en fer pour seulement 2 en bronze, la proportion étant plus équilibrée en Franche-Comté : 28 épées en fer pour 20 en bronze.

149 R. et D. Ratel, "Le tumulus à incinération de Chaume-lès-Baigneux", RAE XXI, 1970, p. 181-199.

150 Joffroy 1960, pl. 79.

151 Voir à cet effet la carte de C. Pare, in Vierrädrige Wagen der Hallstattzeit, Mayence 1987, p. 190.

152 A Vetulonia-même, d'où provient la phiale côtelée de Poiseul, G. Camporeale a récemment révélé l'existence de témoins attestant certains rapports avec l'aire hallstattienne : "Presenze hallstattiane nell'orientalizzante Vetuloniese", St.Etr. LIV, 1986, p. 3-14.

153 Sur les conditions du passage Bronze final / Hallstatt ancien en Franche-Comté, voir la synthèse de P. Pétrequin et al., La Grotte des Planches-près-Arbois (Jura), Proto-Cortaillod et Age du Bronze final, Paris 1985, p. 203 sqq., en particulier p. 214 sqq.

154 Cerchiai 1988.

Table des illustrations

Légende Fig. 43 - Disposition du mobilier funéraire dans les 4 tombes de Poiseul (restitution : la position des squelettes est hypothétique) ; la numérotation des objets renvoie à la description des tombes, supra.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/879/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Fig. 44 - Vaisselle en bronze du tumulus de Francfort, Stadtwald (d'ap. F. Fischer).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/879/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Légende Fig. 45 - Statue du guerrier de Capestrano (d'ap. P. Connolly).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/879/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Fig. 46 - Mobilier de la sépulture à incinération du tumulus 2 de Chaume-lès-Baigneux (Côte-d'Or) ; 1-6, éch. 1 : 4 ; 7-8, éch. 1 : 2 ; 9-13, éch. 1 : 1.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/879/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Légende Fig. 47 - Mobilier funéraire de Semoutiers (Haute-Marne) : 1, céramique (d'ap. P. Mouton) ; 2 et 4, épée en bronze avec sa bouterolle ; 3, lingot d'étain (d'ap. Ed. Flouest). 1 et 2, éch. 1 : 4 ; 3 et 4, éch. 1 : 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/879/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Fig. 48 - Carte des tombes à épée du HaC dans le Centre-Est de la France et en Suisse occidentale (d'ap. H. Gerdsen).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/879/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Légende Fig. 49 - Associations de mobiliers dans les tombes à épée du Ha C en Châtillonnais (les points d'interrogation signalent les objets dont l'attribution à la sépulture est douteuse) : 1, épée en fer ; 2, rasoir ; 3, bracelet ; 4, vase à mélange ; 5, puisoir ; 6, perle ; 7, phalère ; 8, bague ; 9, instrument de toilette ; 10, casque ou couvre-chef ; 11, poignard ; 12, céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/879/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 512k

© ARTEHIS Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search