Version classiqueVersion mobile

Les sépultures tumulaires aristocratiques du Hallstatt ancien de Poiseul-la-Ville (Côte-d’Or)

 | 
Bruno Chaume
, 
Michel Feugère

4. Etude du mobilier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

4.1 ÉPÉES

Chacune des 4 tombes de Poiseul a livré une épée en fer (fig. 16). Ces armes ont été restaurées à l’I.R.R.A.P. de Compiègne en 1986, après un premier traitement des fragments effectué au Musée des Antiquités Nationales peu après leur mise au jour. Le décapage mécanique de l’I.R.R.A.P. a fait apparaître une série de détails techniques et de décors qui sont rarement observés sur les épées de cette époque. Si certaines portions de lames sont aujourd'hui dans un état de conservation satisfaisant, il est visible que la corrosion a profondément affecté les profils et les sections. En conséquence, ces dernières ont été relevées là où le métal a le moins souffert de la corrosion ; on ne peut donc les comparer de façon systématique pour la même partie de chaque épée.

L’épée du tumulus no 3 a été reprise en 1988 afin de corriger un remontage erroné ; cette intervention a eu pour effet de détacher de la lame un fragment qui n’était pas en connexion. A cette occasion, l'épée a été trait...

© ARTEHIS Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search