Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, I

 | 
Michel Kasprzyk
, 
Gertrud Kuhnle
, 
Alexandre Burgevin

L’Empire et les groupes francs et alamans en Gaule septentrionale de la fin du iiie siecle au début du ve siècle : pour une approche plurielle du phénomène des foederati

Guillaume Sartor

Résumé

Cerner les réalités multiples propres aux foederati, sur le plan politico-diplomatique comme sur le plan militaire, implique d’être nuancé. Face aux difficultés du iiie siècle, les empereurs utilisent les combattants barbares fournis par les groupes francs et/ou alamans extérieurs au territoire impérial, dans le cadre de foedera (foederati extra fines imperii). L’installation intra fines imperii de groupes foederati est rare. Les Tétrarques poursuivent cette politique. Les Constantinides tout comme les Valentiniens semblent privilégier l’emploi de barbares au sein d’unités régulières. En temps de crise, l’installation intra fines imperii de groupes foederati et l’emploi de contingents foederati sur le sol impérial (guerre civile) sont possibles. Les empereurs concluent alors des foedera avec des groupes francs et/ou alamans extérieurs à l’Empire (foederati extra fines imperii) dont les chefs ethniques peuvent être engagés dans l’armée impériale ; ces groupes sont tenus de fournir des recrues incorporées dans les unités régulières de l’armée romaine. Confronté aux problèmes du début du ve siècle, l’Empire installe intra fines imperii des groupes francs admis après foedera, tout en menant sur le Rhin une politique de foedera avec les groupes francs, alamans, mobilisés pour la défense de l’Empire. Les groupes foederati extra fines imperii continuent d’exister. Les Romains utilisent Francs et Alamans foederati dans l’appareil militaire impérial, que ce soit dans les armées de campagne ou comme troupes stationnées avec fonction de forces limitaneae. Ces barbares installés intra fines imperii dans le cadre de foedera sont appelés foederati, mais servent dans des conditions différentes de leurs homologues du ive siècle. Par la politique de foedera, l’Empire expérimente de nouvelles solutions à ces problèmes diplomatiques, militaires et financiers.

Texte intégral

Introduction

1Le phénomène des foederati nécessite d’être appréhendé dans toute sa diversité, à l’image du cas des Francs et des Alamans en Gaule septentrionale entre la fin du iiie siècle et le début du ve siècle, limites chronologiques ici retenues en raison de leur pertinence.

2Par foederati, entendons tout groupe barbare ayant conclu un traité (foedus) avec l’Empire (Schwarcz, 1995, p. 290-299 ; Heather, 1997, p. 57-74, 57 ; Zecchini, 2003, p. 129-148, 129). Si le phénomène remonte à la période républicaine, avec les civitates foederatae et les États clients (Sherwin-White, 1973, p. 174-189 ; Horn, 1930 ; Christol, Gascou, 1980, p. 329-354 ; Veyne, 1960, p. 429-436), il se révèle avec une autre ampleur à partir du iiie siècle, et en particulier à partir de la fin du ive siècle. Surtout, il se décline de différentes manières tout au long de la période retenue, selon les conditions géostratégiques, militaires, politiques globales de l’Empire, mais aussi en fonction des conditions régionales.

  • 1 Proculus, Dig. XXXXVIIII, 15, 7 :… non dubito quin foederati et liberi nobis externi sint…

3D’un point de vue juridique et diplomatique, les Romains considéraient que tout groupe – civitates, groupes barbares (gentes, nationes) – foederatus constituait une entité politique indépendante hors du territoire romain : on peut ainsi parler de gens foederata extra fines imperii puisque le juriste Proculus identifiait les foederati comme les peuples (liberi) qui avaient conclu un traité (foedus) avec les Romains et qui étaient externi, c’est-à-dire étrangers ou extérieurs au territoire romain1. Par opposition à ce type de foederati, il convient de parler de gens foederata intra fines imperii (Zecchini, 2003, p. 129-148, 129-130). Naturellement cette distinction pouvait être artificielle dans le cas des gentes foederatae situées sur les marges de l’Empire, à l’image des Maures foederati, Baquates, Zegrenses, attestés comme gentes foederatae dans les années 270 (Migliario, 1999, p. 427-461). L’appréhension du phénomène dans ses dimensions diplomatiques et militaires suppose une autre typologie qui s’inscrit dans une dynamique de changements pour la période considérée. Plusieurs types de foederati ont ainsi pu exister de manière conjointe :

  • foederati de type 1 : foederati extra fines imperii du ive siècle, qui restaient extérieurs sur le plan territorial à l’Empire, tout en lui étant attachés par foedera ; les foedera, après avoir restauré la paix, imposaient un statut d’allié (socius) et d’ami (amicus) avec les obligations qui en découlaient ;

  • foederati de type 2 : foederati intra fines imperii installés dans l’Empire après conclusion de foedera, précédés de deditiones – au moins pro forma – qui imposaient un statut d’allié (socius) et les soumettaient aux ordres de l’empereur ; ils devaient remplir leurs obligations militaires, en contrepartie de rétributions ; ils bénéfiçaient d’une certaine autonomie politique, administrative et militaire, tout en étant placés à disposition des forces de l’Empire ;

  • 2 Un autre type de foederati apparaît dans l’Empire d’Orient, à la fin du ve siècle. Il est mieux con (...)

4Ce sont ces deux types de foederati qui vont nous intéresser ici2. Nous tenterons de voir dans quelle mesure les groupes francs et les groupes alamans étaient impliqués dans ces phénomènes. De la même façon, il importera de mesurer les considérations politiques et militaires qui ont pu pousser les empereurs à recourir à tel ou tel type de foederati, pour mieux les replacer dans un cadre global et régional.

  • 3 Végèce, Epitoma rei militaris II, 1, 7-8 : Verum ipsi pedites in duas divisi sunt partes hoc est in (...)

5Les gentes foederatae devaient fournir aux Romains une assistance militaire ainsi que le rappelle Végèce dans l’Epitoma rei militaris composé dans les années 380 : « les auxiliaires (auxilia) étaient fournis par les alliés (socii) ou plus précisément par les peuples fédérés (foederatis gentibus) »3. Dans ce cadre, les modalités du service armé requis pouvaient varier. Si les groupes foederati avaient des tâches diplomatiques comme celle d’assurer pour le compte des Romains, en tant que gentes externae, la garde et la défense, des marges extérieures de l’Empire, d’autres obligations militaires pesaient sur eux, notamment la fourniture de troupes. Cet aspect doit être considéré de deux manières, suivant les modalités de service définies ci-dessous et que J. F. Drinkwater (2007, p. 145-176, 162-16) a également identifiées :

  • d’une part, les groupes foederati pouvaient être astreints à la fourniture de recrues destinées à l’incorporation dans les unités régulières de l’armée impériale, enrôlement qui permettait d’encadrer les barbares dans les structures institutionnelles de l’armée romaine ; mais sur un plan strictement nominal, ces barbares étaient des foederati ;

  • d’autre part, les groupes foederati pouvaient être astreints à fournir ponctuellement des combattants qui étaient engagés par contingents ethnico-tactiques et placés directement sous les ordres de leurs chefs ethniques même si ces derniers relevaient des officiers supérieurs de l’Empire : ils étaient également des foederati, mais d’un autre type ; au ve siècle, ces foederati étaient engagés plus durablement et plus régulièrement dans les armées impériales, en Orient comme en Occident.

6Ces deux types de foederati pouvaient appartenir à des gentes extra fines imperii ou à des gentes intra fines imperii. Nous tenterons, dans la mesure du possible, d’appréhender ces réalités afin de mieux faire apparaître la complexité et le caractère divers du phénomène des foederati, étant entendu que ces groupes francs et alamans représentaient des entités variables par leur taille comme par leur force au cours de la période considérée.

7Dans le cas des combattants fournis par les gentes foederatae intra fines imperii – phénomène qui se développe essentiellement à partir de la fin du ive siècle, en Orient, puis surtout en Occident –, il importera également de voir comment l’Empire utilisa, sur un plan stratégique, ces combattants et comment ils purent servir dans le dispositif militaire impérial. Plus généralement, on peut se demander si l’installation intra fines imperii de groupes foederati n’était pas considérée par les responsables de l’Empire comme une solution aux problèmes militaires – humains et financiers – rencontrés par l’Empire, en terme de recrutement, en particulier en période de guerres civiles ou lors des grandes campagnes aux frontières (Carrié, 1995, p. 27-60, 44-60). Les réalités que nous tentons de faire émerger de la documentation tiennent aux dynamiques qui affectèrent l’Empire entre la fin du iiie siècle et la fin du ive siècle, au contexte local de la région d’étude, aux changements dans les rapports de force entre Romains et Barbares rhénans, entre la crise du iiie siècle, la restauration tétrarchique puis la réorganisation constantinienne jusqu’aux premières années du ve siècle dont les événements participèrent à la désagrégation progressive de l’Empire d’Occident. Face à ces changements, les Romains adoptèrent des approches différentes (du pouvoir central aux pouvoirs centrifuges en action et/ou qui émergent) vis-à-vis des groupes barbares avec leurs conséquences sur le phénomène des foederati.

8L’étude doit également permettre de souligner les difficultés que pose notre documentation pour appréhender ces réalités, dans la mesure où le terme foederati, dans sa forme substantive plurielle, n’est pas employé avant le ve siècle, ce qui dénote, d’une certaine manière, l’ampleur que prend le phénomène durant ce siècle. En général, les auteurs anciens, prisonniers de leur culture, de considérations politiques et idéologiques, de conventions propres à chaque type d’écrit (chronique, lettres, histoires, discours par exemple), utilisent un vocabulaire alternatif : socii, auxilia, auxiliares, symmachoi, homaichmioi. Par ailleurs, hormis pour le ive siècle où les sources sont plus abondantes et plus complètes – à l’image de l’œuvre d’Ammien Marcellin –, nos sources sont plus réduites, fragmentaires, partielles pour la fin du iiie siècle comme pour le ve siècle. De ce fait, le ive siècle permet d’appréhender le phénomène dans sa diversité, alors que le ve siècle, du fait d’une documentation plus réduite, pose plus de problèmes d’interprétation du phénomène des foederati.

I. ROMAINS, FRANCS ET ALAMANS EN GAULE SEPTENTRIONALE DANS LES ANNÉES 250-270 AU CŒUR DE LA CRISE DE L’EMPIRE

9À partir des années 250-260, les empereurs confrontés, en Gaule septentrionale, aux menaces barbares, aux sécessions provinciales et aux usurpations, utilisèrent les recrues d’origine germanique (Annexe 1). L’armée impériale cherchait « des réponses ‘à chaud’ aux problèmes nouveaux qu’elle avait à affronter » (Carrié, Rousselle, 1999, p. 615, 133-144), et les barbares étaient une composante essentielle des réponses improvisées par les empereurs. Nos sources, tout en rendant compte de ce phénomène, n’en révèlent pas toute la complexité. Il est ainsi difficile de connaître les statuts des barbares mobilisés, tout comme les modalités de leurs engagements : soldats incorporés dans les unités régulières romaines ; barbares versés dans les formations auxiliaires ; barbares engagés dans les nouveaux auxilia palatina (Zuckerman, 1993, p. 17-20 ; Speidel, 1996, p. 163-170) ; barbares mobilisés sous commandement de leurs chefs ehtniques dans le cadre de foedera ; sans parler des laeti, dediticii (Cracco-Ruggini, 1984, p. 3-51, 24-38 ; Marcone, 1997 p. 149-154 ; Szidat, 1995, p. 283-293 ; Carrié, 2005, p. 1253). Il faut y ajouter les dynamiques propres aux phases de la restauration/réorganisation politico-administrative et militaire initiée par les empereurs illyriens, puis par les Tétrarques et enfin par Constantin.

I. 1. Gallien (253-268) et les premiers recours aux gentes foederatae

10Sous les règnes de Valérien et de Gallien (253-268), l’Empire, « confronté aux pires catastrophes », dut trouver des réponses « à chaud » (De Blois, 1976, p. 1-9 ; Drinkwater, 1998, p. 41-48 ; Carrié, Rousselle, 1999, p. 94, 98-105). Le recours aux populations barbares ne constituait pas une nouveauté (Carrié, Rousselle, 1999, p. 137-138 ; Strobel, 2007, p. 265-285, 278-279 ; Stickler, 2007, p. 495-514, 496-497). Ce sont plutôt les formes et les modalités de ces engagements qui invitent à penser que l’Empire expérimentait, face à des défis nouveaux, des solutions inédites avec l’emploi de contingents ethniques fournis par des groupes barbares liés à l’Empire par foedera/spondai. Ces barbares devaient combattre dans leurs propres formations ethniques, hors du cadre hiérarchique romain (Carrié, Rousselle, 1999, p. 137-138). Gallien semble avoir été un des premiers à recourir aux gentes foederatae, extra fines imperii mais aussi intra fines imperii.

I. 1.1. Un foedus sur le Rhin : les premiers Germains foederati extra fines imperii ?

  • 4 Zosime, I, 30, 3 daté de 254. Pour l’œuvre de Zosime : Paschoud, 2000. Il peut s’agir du roi d’un g (...)

11Confronté aux nombreux assauts des barbares, Gallien « jugea opportun de conjurer en partie le danger en concluant un traité avec l’un des chefs du peuple germanique ; celui-ci en effet empêchait les autres Barbares de traverser continuellement le Rhin et faisait front à ceux qui attaquaient ». Bien que l’identité de ce « peuple germanique » et de son roi soient inconnues4, ce groupe barbare devenait client de l’Empire suite au foedus (spondê), avec pour mission de défendre les frontières rhénanes de l’Empire et de faire « front à ceux qui attaquaient ». Aucune concession de territoires romains ne semble avoir été opérée : les foederati restaient extérieurs au territoire impérial avec la mission d’empêcher « les autres Barbares de traverser continuellement le Rhin ». S’ils devaient empêcher les ennemis de « traverser continuellement le Rhin », c’est qu’ils étaient eux-mêmes au-delà du Rhin pour agir de manière préventive. Ce traité contrastait avec un autre foedus conclu par l’empereur, cette fois sur le Danube.

I. 1.2. Gallien et les Marcomans sur le Danube : les premiers foederati intra fines imperii ?

  • 5 Ps.-Aurélius Victor, De vita et moribus imp. XXXI, 2 : … quam per pactionem concessa parte superior (...)
  • 6 Il faut y ajouter un mariage diplomatique entre l’empereur et la fille du roi : Ps.-Aurélius Victor(...)
  • 7 Ps.-Aurélius Victor, Ep. de Caes. XXXIII, 1 : concessa parte superioris Pannoniae.

12Le foedus conclu par Gallien sur le Danube liait l’Empire à un roi des Marcomans (Drinkwater, 1987, p. 58 ; De Blois, 1976, p. 4, 34). Dans le cadre de ce traité (pactio), la cession d’une partie de la Pannonie Supérieure aux Marcomans était prévue5 à des fins militaires : confier la défense de ce secteur aux soldats marcomans6. Il s’agissait de foederati territorialisés, avec installation, moyennant un traité, d’un groupe de Marcomans sur le sol romain7. Le traité mentionné par Zosime ne paraît pas devoir être mis en relation avec la version de L’Abrégé des Césars qui concerne le secteur danubien (concessa parte superioris Pannoniae).

I. 1.3. Gallien : foedera et « politique de protectorats »

13Il faudrait voir dans les foedera authentifiés par les sources, deux aspects locaux de la « politique des protectorats » pratiquée par Gallien, sur le Rhin (avant 260, 254), sur le Danube (269-271) (Drinkwater, 1987, p. 58 ; Festy, 1999, p. lv-lvi, 155 ; Paschoud, 2000, p. 28), qui consistait à déléguer la défense de certaines portions des limites imperii à des groupes barbares alliés. Ces derniers paraissent avoir été utilisés comme forces militaires stationnées sur les frontières en tant que manus limitis, soit sur le sol impérial (Pannonie), soit de l’autre côté du Rhin. D’une certaine façon, ces foederati germaniques prenaient la place des anciennes unités auxiliaires (Callies, 1964, p. 130-227 ; Saddington, 1975, p. 176-201 ; Speidel, 1975, p. 202-231 ; Bérard, 2005, p. 295-296 ; Strobel, 2007, p. 265-285, 278-279, 278).

  • 8 Dexippe, Frg. 6, 5, 6, 7, 12, FGrH 100 [Jacoby] (= Frg. 24, FHG III, p. 685-686) : … spondais… Les (...)

14La « politique de protectorats » par conclusion de foedera fut poursuivie avec les Juthunges. Au début de son règne Aurélien fut confronté à une incursion des Juthunges qui agissaient, semble-t-il, en tant qu’alliés mécontents (Drinkwater, 2007, p. 74), comme le suggère un échange d’ambassades (Saunders, 1992, p. 311-327, 320-324 ; Watson, 2004, p. 71-78). La paix régnait avec l’Empire avant le début des hostilités8 : les ambassadeurs juthunges rappelaient aux Romains la nécessité de verser les subsides convenus et tentaient de justifier, auprès de l’empereur, les agressions antérieures (Saunders, 1992, p. 326 ; Drinkwater, 2007, p. 75). L’état de paix, les versements évoqués suggèrent la conclusion d’un accord entre l’Empire et les Juthunges, probablement à la suite de leurs premières incursions en Italie, vers 269-271. Cet accord avait dû restaurer la paix, et l’Empire avait fourni des versements afin de conserver l’alliance militaire des Juthunges (Drinkwater, 2007, p. 74-75).

  • 9 George le Syncelle, Ecloga Chronographica, A. Mosshammer (éd.), Leipzig, 1984, p. 476, soit pour l’ (...)

15Ces Juthunges restaient des foederati extra fines imperii. Le foedus qu’aurait conclu Gallien avec ce groupe juthunge, vers 260, s’inscrivait dans un cadre géostratégique et dans une pratique diplomatique en usage dans les années 260-270. De même, il ne faut pas exclure la conclusion d’un foedus, en 267-268, avec le roi hérule Naulobatos qui trahit ses alliés goths et se rendit à l’empereur. Le roi fut récompensé par un consulat honorifique et ses combattants durent être engagés dans l’armée impériale, selon des modalités incertaines, même si on peut penser qu’ils furent à l’origine de l’auxilium palatinum des Hérules9.

16Compte tenu des défis militaires de son temps, Gallien utilisait une politique de conclusion de foedera avec des groupes germaniques rhénans et danubiens. Mais l’empereur ne semble avoir recouru qu’exceptionnellement aux foedera installant intra fines imperii des groupes germaniques qui restaient ainsi des foederati extra fines imperii. Bien entendu, nous sommes ici tributaires de la relative pauvreté documentaire, ce qui ne permet pas d’avoir une vue globale de la politique impériale. De la même manière, nos sources n’évoquent pas le déploiement militaire de ces alliés germaniques qui apparaissent ainsi comme manus limitis. Quant aux conditions du service armé assuré par ces foederati germaniques, elles restent inconnues, même s’il est probable que ces combattants servaient dans leurs propres formations sous commandement ethnique, en particulier pour les groupes extra fines imperii : Germains rhénans, Juthunges. Que penser du groupe marcoman installé en Pannonie ? Ses combattants étaient-ils laissés libres de servir dans leurs formations ou furent-ils incorporés dans les unités régulières auxiliares ? La question demeure sans réponse, même si on peut penser qu’ils servirent, au moins dans un premier temps, au sein de leurs propres formations ethnico-tactiques, en « premier rideau défensif » (Strobel, 2007, p. 278).

17Si le recours aux barbares et à leur potentiel militaire était une tradition dans le monde romain (Stickler, 2007, p. 495-514, 496-497), la politique suivie par Gallien répondait à des défis politico-militaires nouveaux. Il ne faut ainsi pas s’étonner que le caractère novateur de cette politique ait trouvé des échos négatifs dans l’Histoire Auguste ou chez le Pseudo Aurélius Victor, réceptacles critiques de la politique gallienne jugée à l’aune des pratiques diplomatiques de la fin du ive siècle et du début du ve siècle.

I. 2. Les empereurs gaulois : une intensification du recours militaire aux populations germaniques dans les années 260-270

18Les empereurs gaulois utilisèrent une main d’œuvre militaire d’origine germanique dont les conditions de service et le cadre juridico-diplomatique qui présida à leur emploi, nécessitent d’être éclairés. Il s’agit également de mesurer la continuité avec la politique pratiquée par Gallien, malgré les carences documentaires qui rendent relatives toutes les conclusions.

I. 2.1. Les auxilia Germanorum des empereurs gaulois

  • 10 SHA, Gall. VII, 1 : …et cum multis auxiliis Postumus iuvaretur Celticis atque Francis… Tyr. Trig. V (...)

19Sous les règnes de Postumus (260-269), Marius, Victorinus et Tetricus (270-274), la présence de Germains dans les armées gauloises est attestée (Drinkwater, 1987, p. 19-44). Ainsi dans la Vie des deux Galliens, on trouve de « nombreuses troupes auxiliaires de Celtes et de Francs » dont disposait Postumus. La Vie des trente tyrans ajoute que Postumus avait eu recours à d’importants contingents auxiliaires de Germains, ce qui est confirmé par l’Abrégé des Césars d’Aurélius Victor qui parle des barbares commandés en Gaule par Postumus. Enfin, on trouve un écho à ces Germains alliés chez Zonaras qui mentionne Gallien en train de combattre les Francs10. Les barbares engagés étaient considérés comme des forces auxiliaires (auxilia).

  • 11 SHA, Gall. VII, 1. Des Francs défilent lors du triomphe de Gallien : SHA, Gall. VIII, 7. Reuter, 19 (...)
  • 12 Ammien se fait l’écho des vœux et de la « physiologie » de ces unités : des voluntarii barbari mili (...)
  • 13 Des soldats barbares au service de l’Empire entretenaient des relations outre-Rhin : Amm. Marc., XX (...)

20À coté des Francs, les auxilia Germanorum comptaient probablement des Thuringiens et des Alamans11. Même si, sous Postumus, aucun accord diplomatique n’est mentionné, on peut penser que ces combattants étaient mobilisés selon les conditions propres aux alliés dans le cadre de foedera, sans installation territoriale et pour les besoins ponctuels d’une campagne. De fait, des monnaies d’or à l’effigie des empereurs gaulois – jusqu’au règne de Tétricus – ont été découvertes dans des tombes germaniques datées de la fin du iiie siècle et localisées en Thuringe, entre la Weser et la Vistule (Drinkwater, 1987, p. 225). Ces aurei seraient le produit des sommes versées aux chefs ethniques qui se plaçaient, avec leurs guerriers, au service de l’Empire (Werner, 1973, p. 1-30, 7, 27 ; Drinkwater, 1987, p. 225 ; Steuer, 1997, p. 149-162, 150-151). La disparition des monnaies frappées après le règne de Tétricus suggère qu’avec l’effondrement de l’Empire gaulois, les groupes germaniques alliés perdirent leurs employeurs romains et s’en revinrent dans le Barbaricum, emportant avec eux leurs soldes. Quand bien même on peut lier ces monnaies romaines trouvées dans les tombes de guerriers germaniques en Thuringe et dans les tombes richement pourvues du type de Hassleden-Leuna, à l’emploi de ces combattants par les empereurs de la fin du iiie siècle, affirmer avec certitude le statut de ces combattants reste délicat. On peut esquisser plusieurs cas de figure selon une typologie définie par J. F. Drinkwater (2007, p. 162-175). Certains combattants ont pu être engagés dans les unités régulières de l’armée et leurs officiers ont pu faire carrière dans l’armée impériale. Il s’agirait d’engagés volontaires, au sens où ils n’étaient pas enrôlés sur la base d’un foedus qui imposait au groupe lié à l’Empire la fourniture de recrues : il faudrait les rapprocher (Drinkwater, 2007, p. 164-165) de ces barbares rhénans engagés dans les auxilia palatina des années 350-36012. Certains de ces Germains pouvaient servir dans les unités auxiliaires existantes, comme pourrait le laisser penser un aureus à l’effigie de Laelianus, frappé à Trèves en 268 (RIC V, 2, p. 372, no 2) qui portait une personnification de la Germanie tenant une enseigne avec pour légende : XXX, soit un lien possible avec la legio XXX Vlpia Victrix stationnée sur le Rhin, qui comptait des auxiliaires francs et alamans (Bursche, 1996, p. 115). Un enrôlement en masse dans les unités régulières romaines créées pour ces combattants qui avaient, dans un premier temps, été enrôlés par groupe ethnique et qui se décidèrent, pour des motifs inconnus, à rester dans l’Empire, ne doit pas être exclu (Drinkwater, 2007, p. 163-164). De nouvelles unités auxiliaires purent être créées pour combler les pertes consécutives aux affrontements qui éprouvèrent « le dispositif des troupes auxiliaires exposées aux avant-postes de l’Empire » lors des « assauts barbares de la seconde moitié du iiie siècle » (Carrié, Rousselle, 1999, p. 629). Reste que les aurei et autres produits romains trouvés dans les tombes de guerriers germaniques outre-Rhin suggèrent, au contraire, que certains de ces Germains – Thuringiens, Alamans – ne restaient pas au service de l’Empire et qu’ils regagnaient leurs territoires une fois les opérations achevées, une fois les contrats d’engagement arrivés à échéance, ou parce que leurs employeurs étaient incapables de les conserver à leur service13. Si on suit la typologie établie par J. F. Drinkwater, il s’agirait de combattants appartenant au Modèle I : les « alliés » (Allies), c’est-à-dire des chefs militaires suivis de leurs combattants engagés temporairement dans le cadre d’un contrat d’engagement à court terme (on a short term basis) et qui, une fois libérés de leurs obligations, regagnaient leurs territoires outre-Rhin (Drinkwater, 2007, p. 80-81, 163). On peut également les rapprocher du Modèle II, « alliés » (Allies), qui ras semble les reguli, optimates et comites, issus des élites politiques germaniques, disposés à servir l’Empire avec leurs combattants pour un temps donné dans le cadre de foedera (Drinkwater, 2007, p. 163).

I. 2.2. Les auxilia Germanorum des empereurs gaulois : des foederati ?

  • 14 Drinkwater, 2007, p. 163 sur la base de la distinction qu’il opère entre les différents types de re (...)

21Étant donné la conclusion de foedera par Gallien sur le Rhin et sur le Danube, il est probable que les empereurs gaulois eurent également recours aux foedera14. Certains de ces Germains étaient probablement des foederati : foederati extra fines imperii, sans avoir été installés sur le sol romain. Mais l’installation de groupes germaniques rhénans intra fines imperii, dans le cadre de foedera, ne doit pas être exclue. C’est le contexte militaire qui obligeait les empereurs à de tels accords : Gallien ne pouvant lutter sur plusieurs fronts, confia la défense de certains secteurs du limes à des groupes germaniques ; de leurs côtés, les empereurs gaulois eurent recours à des ingentia auxilia barbarorum dans leur lutte, notamment, intra fines imperii contre Gallien qui utilisait lui-même des combattants germaniques.

I. 3. Les « empereurs illyriens » et l’emploi de combattants barbares : continuité et rupture

22Les successeurs de Gallien employèrent les forces militaires que représentaient les barbares d’outre-Rhin. Il n’est pas exclu que les modalités d’engagement aient été différentes dans la mesure où nos sources sont silencieuses sur les foedera des règnes de Claude et de Probus. De plus, les empereurs paraissent avoir voulu donner d’autres formes à l’engagement des barbares rhénans au service de l’Empire.

I. 3.1. L’emploi continu de barbares au service de l’Empire

  • 15 SHA, Claud. IX, 5 ; Zosime, I, 46, 2 :… ê tagmasin Rômaiôn synêrithmêthêsan ê gên labontes eis geôr (...)
  • 16 Zosime, I, 71, 1 ajoute qu’ils « vécurent […] conformément aux lois des Romains » ; SHA, Prob. XVII (...)
  • 17 Zosime, I, 76, 2. Les Francs avaient été admis dans l’Empire par deditio volontaire.

23Sous le règne de Claude II (268-270), les barbares vaincus ou capturés « furent enrôlés dans des corps de troupe romains [tagmata] ou bien reçurent des terres et s’y adonnèrent à l’agriculture »15. Il s’agissait d’enrôlement de barbares non volontaires, politique poursuivie par Probus. En effet, l’empereur installa des Bastarnes, « un peuple scythe qui s’était soumis à lui », en Thrace16. Il est également question de Francs qui avaient « pris contact avec l’empereur » et qui obtinrent « des terres pour s’y établir »17. Nous avons certainement affaire dans un cas comme dans l’autre à des groupes dediticii, des barbares vaincus faisant leur soumission (deditio), ou à des barbares faisant délibérément leur soumission en espérant être admis sur le sol romain (Cracco-Ruggini, 1984, p. 21-24). Dans un cas comme dans l’autre, aucun traité (foedus) ne paraît avoir été conclu. Ces barbares vaincus et admis dans l’Empire suite à une deditio ne pouvaient faire l’objet d’un traité puisque l’empereur imposait ses conditions en position de force. Plus tard, au ive et au ve siècles, les empereurs concilièrent deditiones et octroi de foedera qui, de ce fait, n’étaient jamais perçus – au moins idéologiquement mais aussi, parfois, dans les faits – comme des accords passés entre pouvoirs d’égale puissance : les foedera restaient accordés par la seule générosité impériale et manifestaient toujours la supériorité du pouvoir impérial à l’égard de barbares qui voyaient dans les foedera des solutions à leurs situations précaires, voire périlleuses.

  • 18 SHA, Prob. XIV, 7 ; XV, 1-7.
  • 19 SHA, Prob. XIV, 7 : cum auxiliaribus barbaris Romanus iuvatur. Le passage mêle données anachronique (...)
  • 20 ND. Or. XXVIII, 43 ; XXXI, 44 ; XXXI, 51, 56 ; XXXI, 63, 67 ; XXXII, 41 ; XXXIII, 31, 32 ; XXXVIII, (...)

24L’intérêt de l’admission de barbares dans l’Empire était économique et militaire18. Sur le plan militaire, Probus aurait dispersé, par petits groupes de cinquante ou soixante, « seize mille recrues » barbares enrôlées (sedecim milita tironum) dans les différentes provinces (quos omnes per diversas provincias sparsit), pour mieux les intégrer dans les troupes limitaneae ou dans les numeri comitatenses (ita ut numeris vel limitaneis militibus quinquagenos et sexagenos intersereret). Bien que ce passage comporte une part d’anachronisme et de lecture critique des faits contemporains de la rédaction de l’Histoire Auguste, il informe sur les modalités d’enrôlement pratiquées par Probus : les recrues barbares (auxiliares) étaient versées dans les unités régulières de l’armée, unités existantes ou unités nouvellement créées, ainsi que dans les unités auxiliaires19. Ainsi « c’est à partir d’Aurélien et de Probus, surtout, que se sont multipliées les unités de recrutement barbare : Vandales, Francs, Alamans, Sarmates et Goths » (Carrié, Rousselle, 1999, p. 138). « La création massive d’ailes et de cohortes » fut « d’abord rendue possible grâce au recrutement barbare : Quades, Vandales, Sarmates, Francs… » à l’image de l’ala octava Vandilorum (ND. Or. XXVIII, 25) ou de l’ala septima Sarmatarum (ND. Or. XXVIII, 26). Et « dans le cas des unités germaniques, il y a correspondance exacte entre l’origine ethnique des nouvelles unités auxiliaires et les populations vaincues par Aurélien et Probus dans les années 270-280, puis assujetties à la fourniture de contingents militaires » (Carrié, Rousselle, 1999, p. 629). Cela pourrait être le cas des formations suivantes : cohors quarta Iuthungorum, ala Germanorum, ala prima Francorum, ala prima Quadorum, cohors nona Alamannorum, cohors septima Francorum, ala prima Francorum, ala prima Alamannorum, ala prima Saxonum, cohors quinta pacata Alamannorum, ala prima Iuthungorum, cohors prima Gothorum, ala octava Flavia Francorum, cohors miliaria Germanorum listées dans la Notitia Dignitatum Orientis20. Ces unités furent constituées de barbares vaincus et admis comme dediticii, mais peut-être aussi de barbares issus de groupes extérieurs à l’Empire, liés par foedera et tenus de fournir des recrues à l’armée impériale (Annexe 2).

25Avec Claude, Aurélien, Probus, l’Empire voulait intégrer militairement, en les incorporant dans des unités régulières soumises à la hiérarchie romaine, les barbares admis dans l’Empire. Leur emploi sous la forme de contingents ethnico-tactiques (Strobel, 2007, p. 278 ; Carrié, Rousselle, 1999, p. 137-139) paraît avoir été plus réduit, ou en tout cas limité à certaines occasions. Les empereurs cherchaient à « régulariser » – au sens d’encadrer dans les unités régulières sous contrôle de l’appareil militaire et administratif romain – la présence de combattants barbares dans l’Empire. La Tétrarchie semble, dans un premier temps au moins, avoir voulu privilégier cette politique.

I. 3.2. L’Empire et les groupes barbares foederati : une politique toujours d’actualité

26L’admission territoriale de barbares vaincus en tant que dediticii pour être enrôlés dans les unités régulières n’implique pas la fin des foedera avec des groupes germaniques : « la barbarisation [de l’armée romaine] s’est faite par des étapes successives, et de diverses manières » (Carrié, 1995, p. 50).

  • 21 Zosime, I, 48, 1-2, 2 : peri spondôn… Le combat contre les Scythes/Vandales doit être éclairé par D (...)
  • 22 Dexippe, Frg. 7, 3-4, FGrH [Jacoby] (= Frg. 24, FHG III, p. 685-686) ; Pierre le Patrice, Frg. 24 [ (...)
  • 23 Les Vandales servaient dans leur régiment sous commandement de leurs officiers ethniques : Watson, (...)
  • 24 Jérôme, Chron. ad ann. 273 : Zenobia apud Immas […] in qua pugna strenuissime adversum eam dimicavi (...)
  • 25 Demandt, 1989, p. 75-85, 78 : « … Pompeianus was born Frank and leader of Germanic auxiliaries in t (...)

27Ainsi Aurélien (270-275) poursuivit une diplomatie de foedera, simultanément à une politique de déportation et d’installation de groupes barbares dans l’Empire. Bien que les références concernant l’emploi de troupes germaniques sous Aurélien soient maigres, l’empereur, par certains aspects, semble avoir suivi des pratiques initiées par Gallien. Il conclut un foedus avec un groupe vandale dans le courant de l’hiver 270/271. Au terme d’une brève campagne (Watson, 2004, p. 49-50), les Vandales, privés de ravitaillement et harcelés par les troupes impériales, « envoyèrent des parlementaires pour conclure un accord »21. Par ce traité (spondê), les Vandales se plaçaient au service de l’Empire : ils fournirent un contingent de deux mille cavaliers, des otages princiers, et ils purent regagner leurs foyers au-delà du Danube22. Bien qu’alliés des Romains, ils restaient donc des foederati extra fines imperii23. Un foedus fut également conclu en 270/271 avec des Juthunges entrés en Italie comme alliés mécontents (Saunders, 1992, p. 311-327 ; Watson, 2004, p. 216-221 ; Drinkwater, 2007, p. 71-78). Ils redevinrent alliés de l’Empire par foedus (Drinkwater, 2007, p. 75). Enfin, la Chronique de Jérôme mentionne un certain Pompeianus, dux cognomento Francus, présent lors de la campagne contre Zénobie24. Peut-être était-il à la tête de combattants francs (Demandt, 1989, p. 75-85, 78)25. Le caractère concis de la notice, l’absence de référence à un foedus avec un groupe franc pour le règne d’Aurélien, empêchent de supposer un accord diplomatique, même si le contexte général, les conclusions de foedera sous Gallien et Aurélien, permettent d’envisager un foedus. La conclusion de foedera avec des groupes extérieurs à l’Empire n’impliquait pas toutefois leur emploi systématique sous la forme de contingents ethniques non « intégrés aux cadres nationaux de l’armée impériale » (Carrié, Rousselle, 1999, p. 138) : bien que foederati, les groupes concernés pouvaient se voir imposer – comme au ive siècle –, après une deditio, réelle ou pro forma, l’obligation de fournir régulièrement des recrues (tirones) destinées à l’incorporation dans les unités de l’armée impériale.

28La diplomatie impériale, entre Gallien et Aurélien, utilisa les foedera passés avec des groupes barbares rhénans, ou autres, qui restaient pour la plupart extérieurs au territoire romain : les admissions accompagnées d’installations territoriales intra fines imperii dans le cadre de foedera ne paraissent pas avoir été fréquentes. Hormis le groupe de Marcomans installé en territoire pannonien, dans tous les autres cas, il n’est pas possible d’affirmer que les foederati aient été intra fines imperii. Gallien a pu donc favoriser une politique de foedera à géométrie variable : certains groupes foederati étaient établis intra fines imperii à l’image des Marcomans, alors que d’autres restaient des foederati extra fines imperii. L’admission de barbares dans l’Empire, quand elle fut privilégiée, a pu suivre le modèle classique de l’admission après défaite militaire des barbares, déportation dans l’Empire, suivie de l’enrôlement des barbares dediticii dans les unités régulières de l’armée impériale – et/ou octroi de terres cultivables pour certains d’entre eux destinés à devenir des coloni (Cracco-Ruggini, 1984, p. 22) –, à l’image de ce que firent Aurélien, puis Probus. Une loi du 12 avril 409 (CTh V, 6, 3) indique comment les barbares admis, après une défaite, sur le sol romain pouvaient être soumis à la praebitio tironum ou bien envoyés cultiver des terres – publiques ou privées – en tant que coloni.

II. SOUS LA TÉTRARCHIE : DE L’AVÈNEMENT DE DIOCLÉTIEN (284) À LA MORT DE CONSTANCE AUGUSTE (306)

29L’Empire des Tétrarques conduisit envers les Germains rhénans une politique de fermeté avec le Caesar Maximien (285) qui, promu Augustus (293), confia la protection de la Gaule septentrionale ainsi que celle de la Bretagne, à son Caesar Constance Chlore (1 er mars 293). Les empereurs intervinrent contre les Francs et les Alamans : Maximien contre les Francs en 287-288, puis contre les Alamans (287, 289) ; Constance fit de même entre 302 et 305. Cette politique participait au « rétablissement progressif de la sécurité territoriale de l’Empire », ce qui « a permis à un pouvoir politique capable de concevoir et d’imposer des réformes de chercher des solutions de fond aux nouvelles données géostratégiques » (Carrié, Rousselle, 1999, p. 615). Dans ce cadre, on peut s’interroger sur la diplomatie et les politiques pratiquées par les Tétrarques dans leur lutte contre les Germains rhénans.

II. 1. « L’Empire contre attaque » : politique militaire, diplomatie et barbares rhénans sous la première Tétrarchie

II. 1.1. Les campagnes rhénanes de Maximien (285-287) : politique militaire et foedera ?

  • 26 Pan. Lat. II, 7, 1-7, 6 ; III, 5, 4 et IV, 2, 1.

30En 285/286, Maximien engagea des opérations contre des groupes barbares qui « menaçaient la Gaule entière de leur destruction » : Hérules, Burgondes, Alamans. Les opérations furent un succès (Nixon, Rodgers, 1994, p. 61, n. 23). En 287, Maximien traversa l’Alamannie « dévastée par le feu et ruinée de fond en comble du pont du Rhin jusqu’au passage du Danube »26. Hormis les ravages et la soumission supposée qui en découla, nos sources sont silencieuses sur les opérations comme sur leurs conclusions diplomatiques. Il est cependant probable que l’Empire concluait des foedera avec des groupes barbares vaincus et/ou qui faisaient leur soumission. Leur emploi par l’Empire n’est malheureusement pas documenté. Le cas du roi franc Gennobaudes pose les mêmes questions et soulève les mêmes problèmes.

II. 1.2. Les Francs du roi Gennobaudes : des foederati extra fines imperii ?

  • 27 Pan. Lat. II, 7, 2-3 ; II, 7, 6 ; III, 5, 4 ; II, 10, 3-6.
  • 28 Pan. Lat. II, 10, 3-4 :… cum tam multi reges, imperator, vestri clientes sint, cum per te regnum re (...)
  • 29 Pan. Lat. II, 10, 4-5 :… ad conspectum tuum cum omni sua gente veniendo, nisi ut tunc demum integra (...)
  • 30 Pan. Lat. II, 10, 5 :… popularibus suis et intueri diu iussit et obsequia discere, cum tibi ipse se (...)
  • 31 Pan. Lat. III, 5, 4 : … Francos ad petendam pacem cum rege venientes… ; III, 7, 2 : domitis oppress (...)
  • 32 Pan. Lat. II, 7, 1, 7 :… quidquid ultra Rhenum prospicio Romanum est.

31Au cours de cette même année, Maximien lança des opérations outre-Rhin contre les Alamans et les Francs27 (Nixon, Rodgers, 1994, p. 110, n. 6 ; Drinkwater, 2007, p. 181). À cette occasion, l’empereur reçut la soumission du roi franc Gennobaudes qui put récupérer, grâce à l’empereur, son royaume « comme un présent »28 : la soumission s’opérait dans le cadre d’une deditio suivie d’une restitutio (Schulz, 1993, p. 133-145, 146 ; Heather, 1997, p. 65-66, 71-72)29. Cette soumission assurait l’alliance du roi et de son groupe qui passaient au service de l’Empire30, soit l’engagement de combattants francs dans les armées impériales (Drinkwater, 2007, p. 184). La conclusion d’un foedus qui pouvait suivre une restitutio n’est toutefois pas ici mentionnée, bien que les Francs soient venus « avec leur roi solliciter la paix »31. En concluant la paix, l’empereur mettait un terme à une situation hostile et un foedus pouvait rappeler les obligations de deux parties. Si on admet qu’un accord fut conclu, alors les Francs restaient des foederati extra fines imperii en territoire franc. Ainsi derrière les propos du rhéteur : « tout ce que j’aperçois au-delà du Rhin est romain »32, il faudrait voir la réaffirmation de la tutelle impériale sur des groupes barbares (re) devenus clients à l’image des Francs de Gennobaudes (Heather, 2001, p. 15-68, 23). Nul doute que l’Empire avait exigé des recrues, dont les modalités d’engagement restent incertaines (Heather, 2001, p. 33 ; Drinkwater, 2007, p. 184).

II. 1.3. Les barbares intra fines imperii : dediticii, laeti, foederati ?

  • 33 Pan. Lat. IV, 21, 1 :… receptus in leges Francus…
  • 34 Pan. Lat. VII, 6, 2. D’autres admissions par deditiones consécutives aux victoires impériales sont (...)
  • 35 Pan. Lat. IV, 21, 1 :… receptus in leges Francus […] barbaro cultore... Nixon, Rodgers, 1994, p. 14 (...)
  • 36 Pan. Lat. VII, 6, 2 : Quid loquar rursus intimas Franciae nationes iam non ab his locis quae olim R (...)
  • 37 Pan. Lat. VII, 6, 2 :… et pacem Romani imperii cultu iuvarent et arma dilectu…
  • 38 Pan. Lat. IV, 9, 4 ; VII, 6, 2 ; VII, 12, 3. Janson, 1979, p. 427-429. Nixon, Rodgers, 1994, p. 122 (...)
  • 39 Amm. Marc., XVII, 13, 3 ; XXVIII, 5, 4 ; XXX, 6, 1 ; XXXI, 10, 17 ; CTh VII, 20, 12 (30 janvier 400 (...)

32Si certains Francs restaient, bien que placés sous contrôle impérial, extra fines imperii, à l’image du groupe de Gennobaudes, d’autres avaient été déportés dans l’Empire tels ces « Francs assujettis à nos lois »33. Il s’agissait de groupes vaincus et admis à la deditio (Demougeot, 1972, p. 101-112, 101, 103, 105 ; Carrié, Rousselle, 1999, p. 639-640 ; Zecchini, 2003, p. 131), ceux de ces « nations vivant au cœur du pays franc et arrachées […] aux régions […] aux limites extrêmes du monde barbare »34. En tant que dediticii, ils étaient installés sur « toutes les terres qui, au pays des Ambiens, des Bellovaques, des Tricasses et des Lingons, demeuraient abandonnées » et qui reverdissaient « sous la charrue d’un barbare »35. Constance les établit « dans les contrées désertes de la Gaule afin qu’elles puissent contribuer à la paix de l’Empire romain par la culture »36. Cette fonction économique se doublait d’une fonction militaire, puisqu’ils devaient contribuer à la « puissance militaire » de l’Empire par leurs « recrues »37. Le Franc, Chamave ou Frison « convoqué pour la levée [dilectus], est maté par la discipline, tenu en bride par les verges et il se félicite de nous servir à titre de soldat romain »38. Ils portaient les armes (militare) dans l’armée impériale (militia), en étant soumis au dilectus, au sein même des unités39.

II. 1.4. L’emploi militaire des Germains en période de guerre civile : Carausius contre Constance Chlore

  • 40 Pan. Lat. IV, 12, 1 : … occupata legione Romana interclusis aliquot peregrinorum militum cuneis […] (...)
  • 41 Pan. Lat. IV, 17, 1-2 ; II, 11, 4 : … lubrica illa fallaxque gens barbarorum… Nixon, Rodgers, 1994, (...)
  • 42 Faut-il établir un lien entre les opérations de Maximien contre les Chamaves et les Frisii, la guer (...)
  • 43 Pan. Lat. IV, 12, 1 : cunei et copia barbarorum sont trop imprécis.
  • 44 Pan. Lat. IV, 8, 1-4 ; IV, 9, 3 (« le Chamave et le Frison ») ; VI, 4, 2 ; VII, 6, 1-2. Les Francs (...)
  • 45 Au sein des communautés établies, certains individus étaient destinés à l’exploitation économique e (...)

33L’usurpateur Carausius, élevé à l’Empire en 286/287, disposait de barbares dans son armée (Drinkwater, 2007, p. 183-184) : il s’empara du pouvoir en Bretagne, avec des « détachements de soldats étrangers », de « redoutables hordes de barbares », des « bandes de mercenaires barbares »40. Bon nombre de ces barbares étaient d’origine franque : « les dieux immortels ont été unanimes à t’accorder la destruction de tous les ennemis que tu as attaqués et particulièrement celle des Francs, que ceux de vos soldats qui, après avoir été égarés sur la mer et séparés des autres par le brouillard […] étaient parvenus à la ville de Londinium, achevèrent un peu partout, dans toute la ville, tous ceux qui de la foule des mercenaires barbares avaient survécu à la bataille »41. Ces combattants furent peut-être recrutés auprès des Chamaves et Frisii du Rhin inférieur – peut-être par foedera –42, pour former des unités auxiliaires. Peut-être servaient-ils déjà au sein d’unités régulières existantes43, sans parler de leur engagement par Carausius pour soutenir son usurpation (Drinkwater, 2007, p. 184, 200)44. L’intervention de Constance a pu ainsi être motivée par les relations qu’entretenaient ces groupes avec Carausius auquel ils fournissaient des combattants (Drinkwater, 2007, p. 184, n. 45). Les Francs défaits et déportés en Gaule, avec femmes et enfants, en tant que dediticii, peuples vaincus admis à la paix après leur deditio45, ont pu constituer un vivier de recrutement.

  • 46 Hoffmann, 1969, I, p. 156-157, n. 256-257. Les Batavi pourraient avoir été formés de prisonniers de (...)

34L’intervention de Constance contre des Francs installés en lieu et place des anciens Batavi pourrait avoir été l’occasion de former l’auxilium palatinum des Batavi (Hoffmann, 1969, I, p. 156-157 n. 256-257 ; Speidel, 1996, p. 166-167). Cela n’est toutefois pas certain, comme l’a montré C. Zuckerman qui leur attribue une création plus ancienne, en tout cas entre 268 et 303, peutêtre vers 260, avant la sécession de l’Empire gaulois. La « formation d’élite de Bataves » qui « existe entre 268 et 303 » a pu être le corps de troupe à l’origine de l’auxilium palatinum qui fut effectivement formé sous la Tétrarchie ou sous Constantin (Zuckerman, 1993, p. 17-18). Si les combattants barbares qui constituèrent cette formation d’élite puis l’auxilium palatinum, furent recrutés dans l’insula Batavorum, il est difficile de préciser leur statut : prisonniers de guerre francs46, engagés volontaires, barbares liés par foedus à l’Empire ?

II. 1.5. Les Tétrarques et les barbares rhénans : entre continuités et ruptures face aux choix des empereurs illyriens

  • 47 Pan. Lat. VII, 4, 2, 6, 3-4 ; Orose, Hist. ad pag. VII, 25, 7 ; Eutrope, Brev. XXIII, 1. Drinkwater(...)
  • 48 Pan. Lat. VII, 6, 4 :… captivitati traderet, relatura cum reliquiis suis infamiam proditionis suoru (...)
  • 49 Pan. Lat. VII, 6, 4 parle d’un tirage au sort qui n’épargna personne : chefs, princes, combattants 
  • 50 Ajoutons la mention d’une clause : Pan. Lat. VII, 6, 4.
  • 51 Des opérations contre les Alamans en 287/288, entre 301 et 305 : Pan. Lat. II, 9, 1 ; III, 5, 4 ; V (...)

35À son retour victorieux de Bretagne (296), Constance dut affronter les Alamans (Barnes, 1982, p. 61 ; Nixon, Rodgers, 1994, p. 225, n. 4 ; Drinkwater, 2007, p. 187). Il les vainquit près de Langres, entre 301 et 305 (Kolendo, 1970, p. 197-203 ; Drinkwater, 2007, p. 187-191, 188)47. Puis les troupes impériales pourchassèrent les barbares jusqu’au Rhin, où ils furent écrasés, près de Vindonissa (Drinkwater, 2007, p. 189-190). Un groupe de maraudeurs se retrouva prisonnier d’une île « entre les deux bras du fleuve », et cernés par les troupes impériales, les assiégés se rendirent (se dedere), livrèrent des captifs et purent se retirer au-delà du Rhin48. Ces captifs peuvent avoir été des otages, mais aussi des recrues pour l’armée impériale49. La conclusion d’un foedus est possible puisque Caesar traitait avec un groupe vaincu, chassé de l’Empire, que l’on pouvait espérer tenir en respect avec la conclusion d’un foedus50 grâce aux contreparties financières et matérielles (Drinkwater, 2007, p. 81-82, 189) : l’Empire s’était constitué, afin de renforcer le secteur du haut-Rhin/Raetia, un réseau de groupes alamans clients qui percevaient pour prix de leur alliance des subsides, des cadeaux, des produits issus de l’Empire (Drinkwater, 2007, p. 81-82, 189-190). La paix régnait avec les Alamans (Drinkwater, 2007, p. 191) : Constance n’eut plus à les affronter jusqu’à sa mort51.

36Les Tétrarques, Maximien Augustus, puis Constance Caesar conduisirent, à l’égard des groupes francs et des groupes alamans, une politique de vigueur militaire afin d’assurer la tranquilitas des frontières impériales en Gaule septentrionale. Cette politique pouvait déboucher, en cas de succès militaire, sur la déportation intra fines imperii de groupes barbares dediticii, à des fins militaires et économiques. Une diplomatie de foedera permettait également de maintenir des relations pacifiques avec les gentes extra fines imperii : le panégyriste de 307 louait Constance d’avoir « vaincu et dompté nombre de peuples » et de « les a [voir] pacifiés par sa clémence » (Pan. Lat. VI, 4, 4), allusion probable à la politique de foedera pratiquée à l’égard des groupes barbares extérieurs à l’Empire, qui se soumettaient après deditio et se voyaient accorder un foedus. Jamais il n’est possible de déterminer s’il y eut installation territoriale de groupes barbares dans l’Empire suite à la conclusion de foedera. Au contraire, les Tétrarques semblent, dans la continuité de la politique menée par Probus, avoir pratiqué une politique d’admission par deditio, tout en mettant l’accent sur le recrutement national : « Dioclétien a marqué une rupture avec cette politique de Probus en recherchant des solutions proprement nationales » (Carrié, Rousselle, 1999, p. 170-174, 171).

II. 1.6. Des foederati rhénans à l’époque tétrarchique. Le cas de Crocus et de ses Alamans : des foederati extra ou intra fines imperii ?

37Peut-on parler pour la Tétrarchie jusqu’à la mort de Constance (306), de politique de foedera en Gaule septentrionale ? La réponse est fragilisée par l’indigence de notre documentation. On a vu toutefois que le roi franc Gennobaudes pourrait être foederatus extra fines imperii. Il faut y ajouter le cas du roi alaman Crocus.

  • 52 Ps.-Aurélius Victor, De vita et moribus imp. XLI, 3 :… praecipue Croco Alamannorum rege, auxilii gr (...)
  • 53 Waas, 1965, p. 82 ; PLRE II, Crocus, p. 233 ; Festy, 1999, p. 186. Le nom de Crocus pour un prince (...)
  • 54 Ps.-Aurélius Victor, De vita et moribus imp. XLI, 3 ; Zosime, II, 15, 1. Comme les Cornuti : Alföld (...)
  • 55 Speidel, 1996, p. 165 : « His warriors, therefore, could simply be called Regii, ‘the king’s men’ »
  • 56 Pan. Lat. VII, 6, 4 :… quos captivitati traderet…
  • 57 Pan. Lat. VII, 6, 1 : … sociis sibi iunctis se eiusmodi iudicem dedit… Nixon, Rodgers, 1994, p. 224 (...)

38L’Abrégé des Césars rapporte qu’à la mort de Constance, Constantin, « avec l’appui de toute l’assistance et surtout du roi des Alamans Crocus, qui avait accompagné Constance en qualité d’auxiliaire », prit le pouvoir52. Ce prince alaman53 dut entrer au service de Constance Caesar lors des opérations militaires contre des Germains rhénans entre 302 et 305, avant son intervention en Bretagne (305-306), et plus probablement lors de la victoire remportée contre les Alamans, près de Langres, entre 298 et 305 (Speidel, 1996, p. 165 ; Drinkwater, 2007, p. 188). Dans la mesure où les autorités romaines facilitaient l’établissement outre-Rhin de groupes alamans clients de l’Empire (Drinkwater, 2007, p. 81-82, 189-190), c’est à ce contexte qu’il faut associer le début de la carrière militaire de Crocus (Drinkwater, 2007, p. 190). Le limes rhénan était suffisamment pacifié pour permettre à Constance de gagner la Bretagne, les Alamans ne représentant plus un danger. L’engagement de Crocus au profit de l’Empire pourrait prendre place à ce moment-là : soit que le prince alaman (Croco Alamannorum rege) ait exercé une influence suffisante pour contrôler d’autres groupes alamans du Haut-Rhin, soit qu’il ait déjà été un des rois clients de l’Empire, à moins, enfin, qu’il ne soit devenu un allié de l’Empire suite aux événements de 298-305. On peut imaginer qu’un traité fut conclu afin d’obtenir l’aide (auxilium) de ces Alamans contre les Pictes en Bretagne (Festy, 1999, p. 186). Crocus appartenait en effet au comitatus de l’empereur en Bretagne et on sait que Constantin s’appuya contre Maxence (312) sur des forces recrutées « parmi les Germains », dont certains pouvaient être des Alamans54. Les modalités de service, les conditions d’engagement des hommes qui accompagnaient Crocus sont inconnues. Par conséquent il est impossible d’affirmer que les Alamans du roi Crocus servaient en qualité de foederati. Ils pouvaient avoir été engagés au service de l’Empire dans un cadre similaire à celui des Hérules du roi Naulobatos qui furent – semble-t-il – à l’origine de l’auxilim palatinum des Heruli, et pour lesquels on suppose un statut de dediticii. Si on admet la conclusion d’un foedus, les Alamans de Crocus ont pu d’abord servir, comme foederati, en contingents ethniques sous commandement de leur chef ethnique, avant d’être incorporés, par Constantin ( ?), dans les unités d’élite de l’armée impériale : auxilia palatina, ainsi que le propose M. P. Speidel, pour qui l’auxilium palatinum des Regii ne serait pas une unité de Juifs Royaux d’émese (Regii Emeseni Iuadei) liée à l’usurpateur Uranius Antoninus (254) (Zuckerman, 1993, p. 19 ; Woods, 1992, p. 404-407), mais une unité d’époque tétrarchique rattachée au roi Crocus : l’auxilium palatinum des Regii (CIL V, 8764 ; Speidel, 1996, p. 163-170, 165). Si on admet que les Alamans de Crocus – les Regii ?55 – furent promus au rang de troupes régulières d’élite (auxilium palatinum), il faut imaginer qu’ils étaient au service de l’Empire depuis un certain temps déjà – sous Constance – et que leur promotion se fit sous Constantin. Ces Alamans pourraient ainsi appartenir au groupe de combattants enfermés sur une île entre les deux bras du Rhin qui durent fournir des prisonniers56, en fait des combattants liés à l’Empire par foedus (Speidel, 1996, p. 165). Crocus pourrait être un des premiers rex foederatus de Constantin. Le panégyrique de 310 prononcé en l’honneur de Constantin pourrait se faire l’écho de ces foedera : le rhéteur y évoquait les « alliés » (socii) que le Caesar Constance s’associait avec prudence57. Il s’agirait de foederati extra fines imperii mobilisés pour une campagne militaire, avec une période d’engagement élargie puisque Crocus apporta son soutien à Constantin en Bretagne, lors de la proclamation impériale, et peut-être, sur le continent contre Maxence. Si on suit la modélisation du service armé proposée par J.-F. Drinkwater, Crocus correspondrait au modèle II, c’est-à-dire à l’engagement au profit de l’Empire, de princes, fils de reges, comites, optimates et de leurs combattants, dans le cadre d’une alliance militaire temporaire selon des conditions définies par un foedus (Drinkwater, 2007, p. 163). D’autres Alamans servaient probablement dans des conditions identiques (Martin, 1998, p. 407-422, 408).

39Les Tétrarques poursuivirent une politique de foedera de manière – semble-t-il – plus restrictive, tout en ayant recours à d’autres moyens (force puis deditio, deditio volontaire, engagements volontaires et/ou individuels). Les communautés de gentiles qui devaient fournir des laeti mobilisés dans leurs unités sous commandement de praefecti laetorum trouvaient également leur place dans ce recours, sous des formes multiples, aux ressources humaines et militaires que représentaient les barbares (Carrié, 1995, p. 27-59 46-47). Les foedera paraissent, d’après nos modestes et allusives sources, avoir été réservés aux groupes barbares extérieurs à l’Empire.

II. 2. De la fin de la Tétrarchie à la mort de Constantin (306-337)

40En prenant la succession de son père en Bretagne (306), contre les choix de Galère en 305, Constantin provoqua, avec Maxence, la crise du système tétrarchique (Carrié, Rousselle, 1999, p. 210-215), et une nouvelle guerre civile, au cours de laquelle les besoins en soldats furent primordiaux.

II. 2.1. La place des barbares et des foederati dans la « révolution militaire constantinienne »

41Constantin fut le grand ordonnateur d’une réorganisation de l’appareil militaire impérial (Carrié, Rouselle, 1999, p. 160-179, 615-649 ; Carrié, 1995, p. 50). Mais avant de devenir le seul maître de l’Empire, il dut éliminer ses rivaux et les menaces extérieures. Il lui fallait pour cela une puissance militaire qui allait émerger des réformes tributaires des circonstances dans lesquelles le fils de Constance s’imposa à la tête de l’Empire (Carrié, Rouselle, 1999, p. 625-626).

  • 58 Il héritait de l’armée de son père, puis de celle de Maximien qui avaient « élargi leurs comitatus (...)
  • 59 Zosime, II, 15, 1 avec Chauvot, 1998, p. 87-89, 88.
  • 60 Pan. Lat. VI, 4, 2 ; VI, 4, 4. Le recours à la terreur toujours dans le Discours de 310 : VII, 10, (...)
  • 61 Pan. Lat. VII, 12, 1-4 en 308, en pays des Bructères : Nixon, Rodgers, 1994, p. 235, n. 54.
  • 62 Pan. Lat. VII, 12, 3 : … puberes qui in manus venerunt, quorum nec perfidia erat apta militiae nec (...)
  • 63 Pan. Lat. VI, 14, 1 : … auspicia bellis gerendis dare, componendis pacibus leges imponere… Le panég (...)
  • 64 Julien, Caes. 329A reprochait à Constantin d’avoir « payé tribut » (phoros) aux barbares. Il pourra (...)

42À sa proclamation par les troupes de Bretagne (306), Constantin s’appuyait sur une « grande armée régionale » (Carrié, Rousselle, 1999, p. 211), partiellement composée de barbares germaniques58, en particulier dans les troupes mobiles qui l’accompagnèrent contre Maxence et Licinius. Constantin « recruta ses forces parmi les prisonniers de guerre barbares qu’il avait précisément en son pouvoir, parmi les Germains et les autres peuplades celtiques, ainsi que les hommes rassemblés en Bretagne »59. Zosime indique ici la nature hétérogène des troupes rassemblées. Par « prisonniers de guerre barbares », il faut entendre des barbares qui s’étaient rendus par deditio, après avoir été défaits militairement sur le limes rhénan60. Tout en intervenant dans le Barbaricum61, Constantin poursuivit la politique d’enrôlement de barbares vaincus et/ou captifs jugés « aptes » à la militia62 : ces barbares rhénans, Francs et/ou Alamans, pourraient être à l’origine de l’auxilium palatinum des Cornuti (Alföldi, 1959, p. 169-183 ; Zuckerman, 1993, p. 17 ; Speidel, 1996, p. 166, n. 18). Les « Germains » dont parle Zosime (Zosime, II, 15, 1) sont certainement des groupes barbares extérieurs à l’Empire. En plus de tenir en respect les barbares des frontières de l’Empire, il importait de dicter, ainsi que le faisait observer le panégyriste anonyme de 307, « les clauses des traités de paix »63. Des foedera avaient été conclus avec des Germains rhénans extérieurs au territoire impérial. Si les clauses peuvent avoir imposé la fourniture de recrues pour la militia armata, il est possible qu’elles stipulaient également l’engagement de contingents formés sur une base ethnique et mobilisés pour la durée d’une campagne. Suivant la modèle de son père, Constantin conduisit donc très probablement une politique de foedera à l’égard des Germains rhénans afin d’assurer la tranquillité du limes64 et le recrutement de combattants barbares. La présence d’Alamans parmi les officiers impériaux sous le règne de Constance II suggère l’existence de liens anciens et continus avec des groupes alamans (Drinkwater, 2007, p. 146-159, 151-152) dont la présence au service de l’Empire pouvait être différente dans ses formes à l’époque de Constance et de Constantin, de celles qu’elles devaient prendre sous Constance II : ceux qui exerçaient des commandements réguliers sous Constance II étaient ainsi peut-être des chefs de contingents ethniques dans les années 290-310/320.

  • 65 Amm. Marc., XV, 5, 33 : … licet patris quoque Boniti praetenderet fortia facta, Franci quidem sed p (...)
  • 66 Avec une installation territoriale dans l’Empire : Silvanus est né en Gaule. Aurélius Victor, De Ca (...)
  • 67 Amm. Marc., XV, 5, 8. Pour les Francs : XV, 5, 6 ; XV, 5, 16.
  • 68 Selon Aurélius Victor, De Caes XLII, 15 : « … Silvain, né en Gaule de parents barbares […] sortit d (...)

43À coté d’Alamans, des groupes francs furent peutêtre aussi foederati, comme le suggère le rôle de Bonitus, « un Franc » qui « avait souvent pris vigoureusement le parti de Constantin dans la guerre civile contre les partisans de Licinius »65. Bonitus passa peut-être à l’Empire avec ses combattants francs suite à un foedus : les Francs liés à la famille de Silvanus ont pu être engagés par l’Empire à l’époque de la Tétrarchie et le grand-père de Silvanus était peut-être parmi les chefs francs passés au service de Maximien, de Constance ou de Constantin. Ils durent alors fournir des troupes à l’Empire dans le cadre d’un foedus (Drinkwater, 2007, p. 151-152). En admettant la conclusion d’un traité66, les Francs foederati avaient pu être engagés sous commandement de leur chef – Bonitus – avant d’être intégrés à des formations régulières de l’armée romaine, notamment dans les auxilia palatina. La présence de Francs « qui étaient […] nombreux et influents au palais » dans les années 340-350 sous Constance II67, lors de l’usurpation de Silvain (Drinkwater, 1994, p. 568-576), montre que le fils de Constantin tirait encore profit de la politique initiée par son père à l’égard de groupes francs (Chauvot, 1998, p. 156-164)68.

  • 69 Pan. Lat. IX, 22, 1-6 ; IX, 23, 1-4.
  • 70 Julien, Caes. 329A-B. On trouve un écho à cette politique lorsque Constantin traita avec les Goths  (...)

44Après la victoire sur Maxence (312), Constantin maintint une présence impériale sur le front rhénan (Barcelo, 1981, p. 12-23 ; Chauvot, 1998, p. 80-86 ; Drinkwater, 2007, p. 193-199), avec des opérations contre les Francs en 313-31569. Mais nos sources – en premier lieu des panégyriques : celui de l’anonyme de 313, le panégyrique de Constantin par Nazarius en 321 – sont silencieuses sur le recrutement de barbares rhénans, ce qui n’implique pas que le recours aux recrues germaniques ait cessé, ni que l’empereur – ou ses représentants, Crispus à Trèves entre 317 et 321 – ait abandonné la politique de foedera sur le Rhin : Julien reprochait à Constantin d’avoir « payé tribut » (phoros) aux barbares70, écho à la politique de l’empereur vis-à-vis de barbares extérieurs à l’Empire, dont les Germains du Rhin (Annexe 3).

II. 2.2. Les foederati rhénans constantiniens : des réalités difficiles à saisir

45Le caractère inégal de notre documentation empêche d’apprécier la politique de foedera conduite par Constantin sur le Rhin. De même, les conditions d’engagements de soldats barbares sont difficiles à établir : recrutement auprès de groupes extérieurs à l’Empire dans le cadre de foedera à destination d’unités régulières de l’armée ; engagement de contingents ethnico-tactiques sous commandement ethnique pour des campagnes précises et/ou pour un accompagnement durable de l’empereur : Alamans de Crocus (?), Francs de Bonitus ; enrôlement de barbares volontaires dans les unités régulières de l’Empire, notamment les nouveaux auxilia ; enrôlement de barbares vaincus outre-Rhin, pris comme captifs et versés dans les unités de l’Empire ; engagement dans les unités régulières suite à une défaite militaire assortie d’une deditio, les barbares dediticii étant déportés dans l’Empire pour y servir militairement alors que leurs familles (?) et une partie des hommes devaient travailler comme coloni ; ces mêmes coloni pouvaient être exposés à la praebitio tironum ; groupes extérieurs foederati extra fines imperii tenus de servir comme premier rideau défensif le long du Rhin contre des barbares hostiles.

46Il faut admettre une diversité de statut, de situation, de modalités de service pour les barbares au service de l’Empire. S’il faut reconnaître avec Constantin, la politique continue de transfert, après deditio, de barbares intra fines imperii, on peut douter que des groupes aient pu être établis intra fines imperii après conclusion d’un foedus. Néanmoins, à l’égard de groupes barbares extérieurs à l’Empire, l’empereur semble avoir poursuivi une politique de foedera visant à faire de ses groupes des alliés (foederati), pour s’assurer la tranquillité des frontières, la mobilisation ponctuelle des forces militaires de ces alliés, l’enrôlement régulier de recrues barbares dans les unités de l’armée impériale, unités anciennes et/ou unités nouvelles. Le terme de foederati masquait ainsi une réalité plurielle que la documentation du ive siècle confirme.

III. L’EMPIRE, LES FRANCS ET LES ALAMANS EN GAULE SEPTENTRIONALE AU IVe siècle

III. 1. Des foederati intra fines imperii. francs et alamans sous les Constantinides (337-363)

47Sous les Constantinides, la présence de combattants d’origine germanique au service de l’Empire est manifeste. L’Empire poursuivait une politique active sur le Rhin, envers les groupes francs et les groupes alamans (Drinkwater, 1996, p. 20-30 ; Drinkwater, 1997, p. 1-15).

III. 1.1. Constant Ier et un groupe franc en 341/342

  • 71 Opérations militaires : Cons. Const. ad ann. 342 ; Jérôme, Chron. ad ann. 341. Pour ces deux source (...)
  • 72 Libanios, Or. LIX, 127-133 : un « peuple celtique installé au-delà du Rhin, jusqu’au bord de l’Océa (...)
  • 73 Libanios, Or. LIX, 133 : … tên douleian hômologêsen. ; LIX, 135 :… zygon douleias.
  • 74 Libanios, Or. LIX, 132 :… archontes…
  • 75 Libanios, Or. LIX, 132, 133, 135-136.
  • 76 Socrate, H.E. II, 13, 4 : « À cette époque, Constant, après avoir vaincu la nation des Francs dans (...)

48En 341/342, un groupe de Francs fut soumis par Constant I er71. Libanios affirme dans son Discours LIX que les Francs furent contraints par les Romains de conclure un traité. L’intervention de l’empereur dissuada les Francs d’engager le combat et ils « ne levèrent pas la main pour lancer leurs javelines, mais ils la tendirent pour demander un traité » (synthekê)72 : selon un schéma classique, les barbares suppliants faisaient leur deditio et imploraient un foedus, comme des « esclaves » (douloi) tenus « au joug de l’esclavage »73. Puis, précisant les conditions imposées par le traité, Libanios expliquait que les Francs « acceptèrent de nous [les Romains] des gouverneurs comme surveillants de leur conduite »74. Comme il est peu probable que les agents (archontes) de l’Empire aient pu être envoyés au-delà du limes pour y contrôler des groupes restés hors de l’Empire, il faut supposer un transfert de groupes francs dans l’Empire, consécutif à la conclusion du traité (Malosse, 2003, p. 208), dont les clauses imposaient la soumission des Francs assimilés à des dediticii/douloi, le respect du traité, et la fourniture de soldats chargés de défendre la frontière rhénane contre les « autres peuples barbares, innombrables, collés de tous les côtés et encerclant l’Empire » qui cessèrent leurs « incursions » et leurs « pillages » « sur les Romains du voisinage » quand ils virent les Francs « notre ennemi capital se soumettre »75. Les Francs fournirent des soldats mobilisés comme troupes chargées de défendre la frontière (Malosse, 2003, p. 208). Le transfert et l’installation de ces Francs en territoire impérial restent imprécis76, et il n’est pas certain qu’il s’agisse de groupes francs installés en Toxandrie (Kraft, 1958, p. 141-186, 173-182 ; Chauvot, 1998, p. 150-151). De plus, comme on l’a dit, la présence des archontes interroge. Il faut supposer un transfert de groupes francs vers l’Empire – consécutif à la conclusion du traité : les archontes pourraient désigner les praefecti laetorum (CTh VII, 20, 10 (23 décembre 369) ; Szidat, 1995, p. 283-293 ; Wirth, 1997, p. 44 ; Zecchini, 2003, p. 132). Mais il peut également s’agir d’officiers impériaux responsables de la direction militaire de ces Francs : dans ce cas, l’éventualité que ces derniers puissent être des foederati n’est pas à exclure. Enfin, on peut également considérer que les archontes étaient des Francs ralliés à l’Empire, chefs francs investis de commandements militaires, à l’image des optimates alamans : Fraomarius, Hortarius, Bithéridus sous Valentinien.

  • 77 Libanios, Or. LIX, 131-132 ; Socrate, H.E. II, 13, 4.
  • 78 Socrate, H.E. II, 13, 4 :...to tôn Phraggôn ethnos machê nikêsas hypospondous Rômaiois katestêse.
  • 79 À propos des Francs saliens établis en Toxandrie par Julien en 358, il est question d’une victoire (...)

49Libanios, comme Socrate, est fort vague sur l’installation de groupes francs en terre d’Empire. C’est pourquoi, il est également possible que nous ayons affaire à plusieurs réalités : certains Francs étaient déportés en tant que dediticii ou laeti sur le sol romain (Schulz, 1993, p. 176), alors que d’autres liés par foedus à l’Empire restaient extra fines imperii. Comme le note A. Chauvot, « Libanios, lui-même n’évoque pas explicitement un établissement, en Toxandrie ou ailleurs, mais une soumission des Francs à l’empereur » (Chauvot, 1998, p. 151). Dans la mesure où il est question d’un traité (spondê/synthekê)77, ce groupe franc paraît avoir été foederatus78 : Constant lia les Francs aux Romains par des traités, pour en faire des hypospondoi/foederati. Mais Socrate a pu appliquer le terme hypospondoi à une réalité qu’il pensait proche des hypospondoi de son temps – les années 430-440 –, alors que les groupes francs établis ( ?) par Constant, après deditio assortie de foedus conformément à un modèle dont la propagande impériale se faisait l’écho79, étaient soumis à des modalités et obligations qui les rapprochaient des laeti ou des dediticii, avec levée de recrues (tirones) à destination de l’armée impériale. Dans ce cas, hypospondoi aurait donc un sens général et son application aux Francs de 342 serait le résultat d’une projection personnelle de Socrate, à partir des réalités qu’il pensait connaître. Les Francs de 342 pourraient donc être nommés foederati puisqu’ils avaient été admis – sur le sol romain ( ?) – comme hypospondoi de l’Empire. L’occurrence d’hypospondoi relative aux Francs de 342 pose ainsi le problème de savoir si nous avons affaire à un traité (foedus/spondê) établissant un groupe barbare dans l’Empire comme foederati intra fines imperii ou bien s’il s’agit de traités conclus avec des groupes extérieurs au territoire romain : foederati extra fines imperii.

50À côté de ce cas complexe, le ive siècle offre, par sa documentation, plus fournie qu’au iiie siècle, des échos plus explicites à la pratique de l’installation intra fines imperii de groupes barbares foederati. Le cas le plus documenté est celui des Germains engagés par Constance contre Magnence. Il demeure cependant isolé pour l’ensemble de la période.

III. 1.2. Constance II et des groupes alamans foederati intra fines imperii en 351/352 : solution de crise et solution à moyen terme

  • 80 Zosime, II, 53, 3 soutient que Constance s’était concilié par d’abondants cadeaux les « barbares ét (...)
  • 81 Libanios, Or. XVIII, 33-34, 52 parle de synthêkai, c’est-à-dire des « clauses d’un traité ».
  • 82 Libanios, Or. XVIII, 107 renouvèle son attaque contre Constance accusé d’avoir fait appel aux barba (...)
  • 83 Zosime, II, 53, 3 ; Socrate, H.E. III, 1, 26 (eis symmachian) ; Sozomène, H.E. V, 1, 2.
  • 84 Drinkwater, 2007, p. 202-203, 203 : les Alamans liés à l’Empire pouvaient se considérer comme « clo (...)

51Dans l’oraison funèbre en l’honneur de l’empereur Julien, Libanios évoque l’installation de barbares en Gaule80. Par un acte formel et par des lettres envoyées aux barbares81, Constance ouvrit une partie de la Gaule à des groupes barbares qui s’emparèrent des terres romaines. Il s’agit d’une installation de barbares, décidée par l’empereur et légitimée par un acte juridique (grammata, epistolai, synthêkai)82. L’installation s’accompagnait de l’octroi de terres provinciales que les barbares devaient cultiver (geôrgein). Les motivations économiques n’étaient pas exclusives des finalités militaires : c’est la lutte contre Magnence qui justifiait le choix de l’empereur83. Pour vaincre Magnence, Constance avait sollicité des groupes alamans alliés de l’Empire84, lorsqu’il parvint en Italie (351/352) d’où il prit contact avec les chefs alamans alliés (Lorenz, 1997, p. 22-23, 43 ; Drinkwater, 1997, p. 1-15, 5 ; Drinkwater, 2007, p. 202-203), en particulier avec le roi Chnodomarius dont l’engagement permit de vaincre le Caesar Décentius près de Trèves en 352 (Lorenz, 1997, p. 23-24 ; Ztotz, 1998, p. 384-406, 391 ; Drinkwater, 2007, p. 201, 237).

  • 85 Zosime, II, 53, 3 avec Paschoud, 2000, p. 280. On note cependant que le roi alaman Chonodomaire « a (...)
  • 86 Libanios, Or. XVIII, 34 : « S’étant emparés de nos terres, les Barbares les cultivaient de leurs ma (...)
  • 87 Veyne, 2005, p. 719, n. 15. On y voit une installation de Barbares « avec des billets de logement ( (...)
  • 88 Amm. Marc., XVI, 11, 8 :...exercitum adventu perterriti barbari, qui domiclia fixere cis Rhenum...
  • 89 Amm. Marc., XVI, 2, 12 ; Julien, Ep. ad Ath. 279A ; Libanios, Or. XII, 44, 48 ; Or. XVIII, 34, 52.
  • 90 Libanios, Or. XII, 33-44, 48, 52, liés à Julien, Ep. ad Ath. 279A. Libanios, Or. XVIII, 93 revient (...)
  • 91 D’autres Alamans ont pu profiter des troubles pour pénétrer en territoire impérial. Pensons aux Fra (...)

52Par la concession de territoires provinciaux aux barbares, Constance entendait se constituer une réservoir humain immédiatement disponible : des combattants barbares entretenus par les revenus des terres concédées et cultivées par les civils des groupes barbares installés, conformément aux clauses d’un traité (synthêkai). Ces barbares offrirent des combattants à Constance contre Magnence, selon des modalités d’engagement difficiles à préciser85. Nous avons affaire à des foederati, établis sur le territoire de l’Empire, intra fines imperii, au sein de la province de Germanie Ière, dans les campagnes, avec concessions de biens fonciers86, à charge pour eux de les exploiter contre l’obligation de fournir des troupes à l’empereur87. Les Alamans que Julien affronta en 356 dans la vallée du Haut-Rhin, sur le sol romain88, appartenaient probablement aux groupes établis par Constance dans le cadre de sa lutte contre Magnence (Drinkwater, 2007, p. 217-224, 223) : ainsi « les cités de Strasbourg, Brumath, Saverne, Seltz, Spire, Worms, Mayence [qui] étaient aux mains des barbares et [… où] ceux-ci vivaient sur leurs terres »89, avaient été légalement concédées aux Alamans par le pouvoir impérial (Lorenz, 1997, p. 36 ; Drinkwater, 2007, p. 219-220, 220). Julien parle « d’une multitude de Germains » qui « demeuraient tranquillement autour des villes des Celtes qu’ils avaient dévastées » et ajoute que « l’étendue de la terre exploitée par les barbares en deçà du Rhin formait une zone allant des sources du fleuve jusqu’au bords de l’Océan » ; Julien précisait que « l’ennemi cantonné le plus près de nous était à trois cents stades de la rive du Rhin ». Quant à Libanios, il parlait de la terre gauloise exploitée, du sol romain cultivé par les barbares installés devant les cités, dans le cadre de traités (synthêkai)90. En 356, les portions du territoire romain concédées aux Alamans étaient donc toujours occupées par ces derniers91. Julien devait les en chasser (Drinkwater, 2007, p. 235-236, 357).

53Si la lutte contre Magnence était la raison principale à ces installations, d’autres objectifs furent probablement envisagés. Un tel procédé ne pouvait se concevoir qu’avec des finalités durables : il était en effet plus simple pour Constance de mobiliser les Alamans et de les renvoyer chez eux une fois la campagne terminée, plutôt que de proposer l’établissement territorial de groupes alamans dans l’Empire pour ensuite les renvoyer au-delà du Rhin. L’installation doit être envisagée dans une approche globale à plusieurs détentes :

    • 92 Socrate, H.E. III, 1, 26 ; Sozomène, H.E. V, 1, 2 ; Zosime, II, 53, 3 ; Amm. Marc., XVI, 12, 5 ; Li (...)

    disposer immédiatement de combattants barbares alliés (symmachoi), dont une partie – déjà installée en Gaule ? – commandée par leur chef ethnique, le roi Chnodomarius ( ?), avait été engagée contre Décentius à Trèves92 ;

    • 93 Constance mobilisa des groupes déjà liés à l’Empire par foedera : le roi Chnodomarius avec les grou (...)

    installer territorialement sur le sol romain des groupes alamans vraisemblablement déjà foederati extra fines imperii93, afin de constituer un vivier de recrutement : chaque groupe devait fournir, probablement selon les principes proches du modèle létique, des cultivateurs et des combattants, sans qu’il y ait confusion entre les fonctions des uns et les fonctions des autres : « ce n’étaient pas les mêmes individus qui les exerçaient » (Carrié, Rousselle, 1999, p. 639 ; Carrié, Janniard, 2000, p. 340). Agissant donc avec autorisation de l’empereur, sur la base de documents officiels, les Alamans se comportaient en sujets de l’empereur, et pouvaient légitimement être étonnés de ce que Julien Caesar désire, en 355/356, les chasser des territoires acquis (Drinkwater, 2007, p. 202-203, 218-219) : les Alamans envoyèrent à Julien un légat pourvu d’une lettre (epistola) pour affirmer le droit légitime et légal à l’occupation des terres (Libanios, Or. XVIII, 52 ; Drinkwater, 2007, p. 218-219) ;

54« Constance II avait jugé plus important de conserver son trône que de ne pas faire le malheur de ses sujets ; il voulait se procurer des auxiliaires barbares contre l’usurpateur Magnence ; pour cela il avait installé dans les campagnes alsaciennes, par un acte formel […] des Alamans » (Veyne, 2005, p. 719). Constance avait procédé à l’installation territoriale intra fines imperii de groupes barbares non pas en tant que laeti, mais bien dans le cadre de foedera (grammata, epistolai, synthêkai) (Libanios, Or. XVIII, 107).

  • 94 Amm. Marc., XIX, 11, 5-6, 7 pour les Limigantes en 359 ; Amm. Marc., XXXI, 4, 4 pour les Goths terv (...)

55Constant Ier puis Constance II procédèrent à l’installation intra fines imperii de groupes germaniques rhénans foederati au cours des années 340-350. Pour autant, l’Empire ne semble pas avoir systématiquement opté pour cette option : l’installation de communautés soumises après une victoire impériale et à la suite de deditiones effectives, restait le choix premier pour les dirigeants de l’Empire. Mais lorsque les considérations politiques, militaires et géostratégiques l’imposaient – comme dans le cas des usurpations ou de la conjonction de plusieurs menaces, intérieures ou extérieures –, les empereurs étaient prêts à recourir à d’autres expédients. Les installations intra fines imperii de groupes foederati pouvaient répondre à des objectifs immédiats. Mais les perspectives à plus long terme devaient également être importantes dans les motivations qui conduisaient à recourir à de telles méthodes : les considérations avancées par les conseillers de Constance II et de Valens, quant aux avantages d’admettre dans l’Empire des groupes limigantes, puis les groupes tervinges94, sont révélatrices de conceptions générales et de problématiques qui avaient cours dans les milieux dirigeants au ive siècle, mais encore tout au long du ve siècle. D’un point de vue impérial, l’admission de groupes barbares, notamment foederati intra fines imperii, devait offrir des solutions à la gestion des forces militaires impériales et à la gestion des ressources humaines et financières indispensables à l’entretien de l’appareil militaire impérial.

III. 1.3. Magnence et les groupes francs et saxons (hiver/printemps 350) : l’emploi continu de barbares lors des guerres civiles

  • 95 Julien, Or. I, 33D-42B ; Or. III, 55D-62A. Sur Magnence : Drinkwater, 2000, p. 131-159.
  • 96 Julien, Or. I, 34D :… symmachoi […] Phraggoi kai Saxones… ; Or. III, 56B.
  • 97 Julien, Or. I, 34D ; Or. I, 35B ; Or. I, 34C ; Or. I, 36B ; Or. III, 56A.

56Dans son Premier éloge de Constance, Julien traitait de la lutte entre l’empereur et l’usurpateur Magnence95. L’origine germanique de l’usurpateur fit « marcher avec lui des auxiliaires dévoués, les Francs et les Saxons, les plus belliqueux des peuples qui habitent du côté du Rhin et de la mer occidentale »96. Ces combattants barbares étaient des « auxiliaires » ou « alliés » (symmachoi), distincts des soldats romains (stratiôtai). « Les alliés du tyran » (symmachoi) avaient été recrutés parmi les « Germains voisins du Rhin et de la mer occidentale », Francs, Saxons, « de rudes combattants » qui « l’emport[ai]ent en vigueur sur les autres nations barbares »97.

  • 98 Julien, Or. I, 36C ; Or. I, 34D oppose l’armée romaine aux troupes germaniques recrutées auprès des (...)
  • 99 Julien, Or. I, 34D, 35A-B ; Or. III, 56C-D.
  • 100 Julien, Or. I, 36C ; Or. I, 35B-35C, 34D, 35A-B ; Or. III, 56C-D avec Chauvot, 1998, p. 167-168.

57Le renforcement de ses troupes par l’engagement de combattants barbares fournis par des gentes externae à l’Empire n’impliquait pas l’installation territoriale de combattants barbares et de leurs familles dans l’Empire98. Magnence avait probablement conclu des foedera, comme l’indique le vocabulaire de l’alliance militaire (symmachia/symmachoi)99. Les barbares engagés, Francs et Saxons, combattaient aux côtés des Romains, sous la forme de contingents ethniques et, après la victoire, ils espéraient retourner dans le barbaricum : « Quant aux barbares désespérant du retour s’ils sont battus, ils prennent le parti de vaincre ou de mourir en faisant beaucoup de mal à leurs adversaires »100. Nous avons plutôt affaire à des formations de contingents ethnico-tactiques : mobilisés pour des opérations contre Constance, ils devaient être démobilisés au terme de la campagne et renvoyés chez eux. De même, dans sa description épique de la bataille de Mursa, Julien suggère un dispositif tactique qui juxtaposait troupes romaines (stratiôtai) et combattants barbares.

58Les barbares mobilisés par Magnence, dans le cadre de foedera, étaient issus, pour l’essentiel, de groupes extérieurs à l’Empire (foederati extra fines imperii), groupes dirigés par des reges ou bien groupes de combattants et leurs comites ou optimates (Drinkwater, 2000, p. 138-145). Ces barbares vaincus à la bataille de Mursa furent certainement incorporés dans l’armée du vainqueur, Constance, selon des modalités difficiles à préciser, mais en conformité avec une pratique habituelle.

III.1.4. Constance II et les groupes alamans foederati extra fines imperii

  • 101 Amm. Marc., XIV, 10, 1 ; XXI, 3, 4. S’agit-il d’un autre traité de paix ou bien du foedus conclu pa (...)
  • 102 Amm. Marc., XIV, 10, 6-8, 9-10, 14. Drinkwater, 2007, p. 204-205.
  • 103 Amm. Marc., XIV, 10, 10-16, 14, 15.
  • 104 Eutrope, Breviarium, X, 7, 1 ; Jean d’Antioche, Frg. 170 [Müller] (= Roberto éd., 2005, p. 438-439)
  • 105 Les Alamans sont des supplices : Amm. Marc., XIV, 10, 9 ; XIV, 10, 14. Des divergences chez Schulz, (...)
  • 106 Amm. Marc., XIV, 10, 16 :...icto post haec foedere gentium ritu, perfectaque sollemnitate...
  • 107 Amm. Marc., XIV, 10, 9-10 :...et pacem […] cum pacem oportere tribui… ; XVI, 12, 17 et XXI, 3, 4 ; (...)
  • 108 Amm. Marc., XVI, 12, 17. PLRE I, Vadomarius, p. 928 ; Drinkwater, 2007, p. 149-150.
  • 109 Amm. Marc., XVIII, 2, 16 :… olim ab Augusto in clientelam rei Romanae susceptus. Vadomarius « était (...)
  • 110 Amm. Marc., XIV, 10, 16 ; XVI, 12, 17. Lors des événements de 359, Vadomarius présente à Julien une (...)
  • 111 Amm. Marc., XVIII, 2, 16 ; Eunape, Frg. 19 [Blockley].
  • 112 Amm. Marc., XVI, 12, 17 ; XXI, 3, 4. Voir Drinkwater, 2007, p. 207, 230.

59En 354, Constance II conclut un traité de paix avec plusieurs rois alamans. Ce traité était consécutif aux opérations militaires lancées « contre les frères Gondomade et Vadomaire, rois des Alamans, dont les incursions répétées dévastaient le territoire des Gaules voisin de leurs frontières »101. Sous la pression militaire, les chefs alamans envoyèrent des ambassadeurs (oratores) « pour demander le pardon de leurs fautes et la paix »102. L’empereur accepta ces offres et s’adressa aux troupes pour justifier son choix de renoncer aux armes : « éviter les incertitudes de la guerre » et « faire de nos adversaires des alliés » (auxiliatores)103. La « mansuétude à l’égard des suppliants » permettait à un ennemi de se laisser « conduire volontairement sous le joug » : idéologiquement et politiquement, cette démarche rappelait l’image que Constantin s’était forgée auprès des barbares, comme prince bienfaiteur et juste104. Dans ce schéma idéologique, les barbares devaient se soumettre et implorer la paix dans le cadre, au moins formel, de la deditio105 : l’empereur accordait alors la paix assortie d’un foedus (Lorenz, 1997, p. 28)106. Ce traité de paix comportait une clause d’amicitia et établissait une alliance militaire107, puisque l’objectif était de faire des Alamans des auxiliatores (Drinkwater, 2007, p. 205). Rappelons que le chef alaman Vadomarius108 « avait été accepté autrefois par l’empereur [Constance II] comme client de Rome »109, statut lié au foedus de 354110 : il « résidait en face d’Augst »111, hors de l’Empire et agissait donc en tant que rex foederatus à la tête d’un groupe alaman foederatus extra fines imperii, puisque le traité accordé par Constance n’entraînait pas de transfert de population dans l’Empire. De la même façon, le groupe du roi Gundomadus devenait foederatus externus de l’Empire. Les foedera restèrent actifs jusqu’en 357112.

III.1.5. Julien Caesar et les différents groupes de Francs entre 356 et 359 : politique militaire, diplomatie et foedera

60En étant promu Caesar, Julien devait assurer la défense de la Gaule contre les incursions des barbares rhénans, Francs et Alamans. Il convient de déterminer les différentes méthodes utilisées par le Caesar dans ses relations avec les groupes barbares rhénans.

61À l’égard des groupes francs, le Caesar paraît avoir conclu plusieurs traités à côté desquels il conduisit une politique d’admission de groupes barbares intra fines imperii suite à une deditio.

62En 356, à Cologne, Julien conclut un traité de paix avec des Francs soumis par deditio (Schulz, 1993, p. 176) ; une alliance fut, peut-être, conclue avec ce groupe qui restait extérieur à l’Empire.

  • 113 Amm. Marc., XVII, 2, 1 ; XVII, 2, 2-3 ; Libanios, Or. XVIII, 70.
  • 114 Libanios, Or. XVIII, 70 ; Julien, Ep. ad Ath. 280C-D.

63En 357-358, au cours de l’hiver, Julien intervint contre des Francs qui avaient fait une incursion en direction de Reims. Bloqués en territoire romain par les troupes impériales qui empêchaient le passage du Rhin, « les ennemis, épuisés par la famine et par les veilles et réduits au dernier degré du désespoir se rendirent euxmêmes et furent aussitôt envoyés à la cour de l’empereur »113. En tant que dediticii, ils furent incorporés dans les unités régulières de l’armée : selon Libanios, ces Francs captifs furent envoyés à Constance qui les incorpora dans ses unités (lochoi), ce que confirme Julien : les « captifs, non point de ceux que l’âge rend incapables de servir, mais des hommes en pleine force »114. Il s’agit d’une deditio de Francs.

  • 115 Amm. Marc., XVII, 8, 3-4 ; Julien, Ep. ad. Ath. 280B-C ; Zosime, III, 6, 1-4, 3 ; Libanios, Or. XVI (...)
  • 116 Amm. Marc., XVII, 8, 1-4, 4 ; Zosime, III, 6, 3.
  • 117 Julien leur reconnaît le droit de vivre sur le sol impérial : Amm. Marc., XVII, 8, 3 ; Eunape, Frg.(...)
  • 118 Allusions chez Libanios, Or. XVIII, 75 qui indique que Julien utilisa des barbares contre d’autres (...)
  • 119 Le chef barbare Charietto passe avec ses barbares au service de Julien : Zosime, III, 7, 1-5, qui e (...)
  • 120 Anderson, 1995, p. 138. Étant donné le rang des auxilium Salii dans la Notitia Dignitatum, leur cré (...)

64En 358, Julien établissait un groupe de Francs dits Saliens (Salii) en Toxandrie (Springer, 1997, p. 58-83 ; Springer, 1998, p. 200-269). Ce groupe envoya une ambassade auprès du Caesar afin d’obtenir la reconnaissance impériale de leur occupation de la Toxandrie « sur le sol romain ». Le Caesar, après une intervention armée, obtint leur soumission à ses conditions (deditioreceptio)115. Admis comme dediticii et reçus (recepti), ils furent autorisés à s’installer dans l’Empire. Après avoir fait leur soumission, Julien Caesar qui, trouvant « chez eux des prières plutôt que de la résistance », « choisit le parti de la clémence, une fois que la victoire fut acquise, et il accepta leur reddition, avec leurs enfants et leurs biens »116. Autorisés à vivre en Toxandrie, ils reçurent des terres, dont ils étaient tenus de verser le produit de leurs exploitations117. Ils durent fournir des combattants, selon des modalités difficiles à déterminer : fourniture de recrues versées dans des unités régulières existantes ou nouvellement créées118 ; envoi de contingents ethniques mobilisés ponctuellement119. Il est probable que ces Francs furent, à moyen terme, incorporés dans l’armée romaine où ils durent former plusieurs auxilia palatina avec le statut de dediticii (CIL V 8280 ; ND. Or. V, 51 ; ND. Occ. V, 177, 210 ; Hoffmann, 1969, I, p. 159 ; Anderson, 1995, p. 129-144 ; Wirth, 1997, p. 45, n. 135). Il est cependant difficile de dire si ces Francs étaient des foederati, leur admission dans l’Empire étant décrite, sans aucune équivoque, comme une deditio120.

  • 121 Amm. Marc., XVII, 8, 5 ; Zosime, III, 7, 6 ; Eunape, Frg. 18, 6 [Blockley] ; Julien, Ep. ad Ath. 28 (...)
  • 122 Pour la deditio : Zosime, III, 7, 7 parle des « suppliants » (iketêrias) qui « tendaient misérablem (...)
  • 123 Amm. Marc., XVII, 8, 5 : quorum legatis paulo postea missis... ; Zosime, III, 7, 6. Eunape, Frg. 18 (...)
  • 124 Zosime, III, 7, 7 ; Eunape, Frg. 18, 6 [Blockley]. Sans parler de la conclusion effective d’un foed (...)
  • 125 Zosime, III, 8, 1 avec les remarques de Paschoud, 1989, p. 211 pour le sens de tagmata et de katale (...)
  • 126 Eunape, Frg. 18, 6 [Blockley].

65En 358, Julien obtint la deditio d’un groupe de Chamaves après une intervention militaire en territoire barbare121. Vaincus, ils firent leur soumission par deditio, implorèrent la paix (eirênê) et furent autorisés à regagner leur territoire122. Les Chamaves envoyèrent des ambassadeurs auprès du Caesar afin de « défendre leurs intérêts »123. Le Caesar accorda la paix dans le cadre probable d’un foedus dans la mesure où les Romains reçurent des otages124. Les Romains exigèrent la fourniture de recrues « pour des corps de troupes », soit l’enrôlement de recrues barbares dans l’armée romaine et non la mobilisation de contingents ethniques125. Le vocabulaire employé par Zosime, les conditions de la soumission des Francs, l’existence de formations romaines régulières dénommées par l’ethnique Salii, suggèrent que Zosime évoquait, y compris pour les Chamaves soumis en 358, le recrutement de barbares destinés aux unités régulières de l’armée romaine (par exemple la cohors undecima Chamavorum : ND. Or. XXXI, 61), dans le cadre d’un traité assorti d’une alliance militaire. Les Chamaves du roi Nébigast126 étaient des foederati extra fines imperii (Wirth, 1997, p. 45 ; Zecchini, 2003, p. 132).

66En 360, Julien Augustus intervint au-delà du Rhin contre « les Francs dits Attuaires » (Barceló, 1981, p. 45). « Il les vainquit au prix d’une opération légère » et « fit un très grand nombre de prisonniers et de tués » (Amm. Marc., XX, 10, 2.). Parmi ces captifs, certains étaient destinés à l’incorporation dans l’armée impériale. L’empereur obtint également la soumission des « survivants » qui « le supplièrent » et accorda, en retour de leur deditio, la paix qui fut peut-être accompagnée d’un foedus. Ce passage pose la question de savoir si un groupe barbare défait militairement hors de l’Empire et admis à la deditio, pouvait, tout en se voyant accorder un foedus, être tenu de fournir des recrues pour l’armée impériale, mais également des barbares destinés à devenir coloni ; il conviendrait d’admettre l’idée qu’un groupe barbare extérieur pouvait devenir foederatus extra fines imperii, alors qu’une partie de ses membres étaient déportés dans l’Empire en tant que dediticii. Il semble qu’ici, les prisonniers dont parle Ammien aient été déportés dans l’Empire avec le statut de dediticii pour fournir des recrues à l’armée impériale et/ou pour fournir des cultivateurs aux terres de l’Empire : « les survivants ont été probablement déportés comme « déditices » en des régions de Gaule dépeuplées par les invasions antérieures : on repère en effet près de Langres un toponyme L’Attuyer qui pourrait remonter directement au nom des Attuarii » (Fontaine et alii, 1996, p. 189, n. 177). Il y eut donc probablement un transfert de populations des Atthuarii vaincus dans l’Empire : il se pourrait que ce groupe resté extérieur à l’Empire se soit vu accorder, après sa deditio, un foedus, ce qui pourrait être conforté dans la mention de la pax, et dans le fait que selon Ammien, « ce procédé [admettre les barbares à la paix en dictant ses conditions] servait les intérêts des propriétaires fonciers dans les zones limitrophes » (Amm. Marc., XX, 10, 2.). Autrement dit, acheter la « paix sociale » par la diplomatie était un moyen de s’assurer la bienveillance des barbares voisins : la conclusion d’un foedus était envisageable. Ce traité fut peut-être assorti d’une alliance militaire (Schulz, 1993, p. 177).

  • 127 L’expression ‘gentes foederatae’ est utilisée vers 380-390 par Végèce, Epitoma rei militaris II, 1, (...)

67Vis-à-vis des groupes francs vaincus et/ou soumis à l’extérieur du territoire impérial, Julien utilisa la deditio, assortie de foedera qui définissaient des obligations militaires. Ces Francs étaient une variété de foederati puisque leurs conditions d’engagement étaient différentes de celles offertes aux foederati à partir de la fin du ive siècle. Ils restaient des foederati extra fines imperii tout en entrant dans l’aire d’influence de l’Empire en tant que gens foederata externa127.

III. 1.6. Julien Caesar et les groupes alamans (357-359) : politique militaire et diplomatie

68Face aux Alamans, Julien conduisit plusieurs campagnes entre 357 et 359.

  • 128 Amm. Marc., XVII, 1, 1-14, 12-13 ; Libanios, Or. XVIII, 69. Pour la campagne : Drinkwater, 2007, p. (...)

69Suite à la bataille de Strasbourg (Drinkwater, 2007, p. 225, 237-240), Julien poursuivit son offensive outre-Rhin, obligeant trois rois alamans qui avaient « envoyé des secours aux vaincus de Strasbourg », à conclure un traité (foedus), sans aucune clause d’alliance militaire : il s’agissait d’un traité de paix conclu pour une durée de dix mois avec obligation de livraisons de vivres aux troupes romaines128. Ce traité se démarquait d’autres foedera conclus sur le Rhin et conforte dans l’idée que les foedera recouvraient des réalités diverses.

  • 129 Amm. Marc., XVII, 10, 1-2. ; XVII, 10, 3 :... et quia vultus incessuque supplicem indicabat [...] p (...)
  • 130 Amm. Marc., XVII, 10, 4 ; XVIII, 2, 5-6 ; Libanios, Or. XVIII, 77-78. Pour la paix : Amm. Marc., XV (...)

70En 358, Julien lança des opérations outre-Rhin contre le roi Suomarius qui « demanda la paix à genoux », tel un « suppliant », autrement dit dans le cadre d’une deditio129. Julien accorda la paix et un traité (foedus) aux Alamans qui durent fournir des vivres aux troupes impériales et rendre les prisonniers. Ammien ne mentionne aucune clause impliquant la fourniture de recrues dans le cadre d’une alliance militaire. Suomarius était cependant dit « ami » (amicus), ce qui implique un traité d’amitié (amicitia)130.

  • 131 Amm. Marc., XVII, 10, 6-7, 7-8.
  • 132 Amm. Marc., XVII, 10, 7-9 ; XVIII, 2, 13 : Dum haec celerantur, Hortarius rex nobis antea foederatu (...)
  • 133 Amm. Marc., XVII, 10, 5-7 : Romanae potentiae iugo subdidere colla iam domita, et velut inter tribu (...)

71Dans le cadre de la même campagne (358), Julien obtint la soumission du roi Hortarius, après avoir conduit des raids dévastateurs en territoire alaman131. Le groupe d’Hortarius était probablement lié à l’Empire par un foedus antérieur puisque nous voyons ses comites venir chercher les munera qu’ils avaient l’habitude de percevoir dans le cadre d’un foedus conclu avec Constance II (Drinkwater, 2007, p. 243-245, 246). Le roi fit sa soumission et le Caesar lui accorda un foedus qui faisait de lui un rex foederatus : « le roi Hortaire, qui […] était déjà fédéré [des Romains] et qui, sans préparer de volte face, restait l’ami de ses voisins »132, était lié à l’Empire par un foedus qui faisait de son groupe des foederati et des amici : il continuait d’entretenir des relations cordiales avec ses voisins, tout en étant lié à l’Empire par un foedus qui stipulait les conditions des relations entre les Romains et Alamans dépendants du rex foederatus Hortarius. Rétabli dans son statut d’« ami » (amicus), Hortarius ne devait rien préparer d’hostile à l’Empire. Son pays devint tributaire dans le cadre d’un accord négocié par Julien au nom de Constance133. Bien qu’aucune clause sur la fourniture de recrues ne soit mentionnée, il est possible qu’une alliance militaire ait été imposée par Julien dans la mesure où on voit ce même roi Hortarius ( ?) pourvu d’un commandement militaire sous le règne de Valentinien Ier dans les années 370. Son groupe a pu être tenu de fournir des recrues pour l’armée impériale. Hortarius était un rex foederatus externus et son groupe foederatus extra fines imperii (Heather, 1997, p. 57-74, 60-61 ; Laniado, 2006, p. 265-271, 267 ; Drinkwater, 2007, p. 245-246.).

  • 134 Libanios, Or. XVIII, 47, 87.
  • 135 Pour le franchissement du Rhin : Amm. Marc., XVIII, 2, 7. Pour les barbares rebelles : XVIII, 2, 15 (...)
  • 136 Amm. Marc., XVIII, 2, 8, 13.
  • 137 Amm. Marc., XVIII, 2, 13. On trouve chez Ammien de nombreuses références aux groupes barbares liés (...)

72Au paragraphe 87 de son Oraison funèbre, Libanios employait le terme enspondoi au sujet de barbares rhénans qui avaient conclu des traités (spondai) avec l’Empire134. En effet, Julien, afin de ne pas troubler les peuples pacifiés en 358, se refusa de passer le Rhin à Mayence, et descendit plus au sud, pour intervenir contre plusieurs « tribus hostiles »135. Julien s’opposa dans un premier temps, « avec la plus grande fermeté » aux opérations « soutenant qu’il ne fallait pas fouler les terres des peuples pacifiés, sous peine de voir […] la brutalité du soldat, habitué à dévaster tout ce qu’il rencontre », car il craignait ainsi de « rompre brusquement les traités » (abrupte foedera frangerentur)136, allusion aux foedera qui unissaient l’Empire et les chefs alamans. Les groupes enspondoi étaient donc les Alamans des rois Suomarius et Hortarius, des groupes barbares extérieurs au territoire romain, liés par traités (spondai/foedera) qui faisaient d’eux des « amis » (amici) et/ou des « alliés » (socii)137. On voit comment les foedera étaient un moyen diplomatique utilisé pour conserver la tranquillité sur le Rhin.

  • 138 Amm. Marc., XVIII, 2, 9-14 ; Libanios, Or. XVIII, 88-89. Drinkwater, 2007, p. 246-251.
  • 139 Amm. Marc., XVIII, 2, 15, 18 : Macriano quidem et Hariobaudo pax est adtributa... susciperenter inp (...)
  • 140 Amm. Marc., XVIII, 2, 16 :... olim ab Augusto in clientelam rei Romanae susceptus. Eunape, Frg. 19 (...)
  • 141 Amm. Marc., XVIII, 2, 16, 18. Libanios, Or. XVIII, 108 affirme que Vadomarius viola le traité (spon (...)

73Lors de la campagne de 359, Julien atteignit les terminales lapides qui marquaient les frontières entre Burgondes et Alamans138. Il admit à la paix les rois Macrianus, Hariobaudes qui s’étaient présentés à Julien, « pour implorer la paix » afin « d’être reçus sans trembler dans notre alliance »139 : les deux rois étaient prêts à faire une deditio volontaire pour être réintégrés dans l’alliance impériale. D’autres rois vinrent, dont Vadomarius, « implorer la paix » (Amm. Marc., XVIII, 2, 18). Recommandé par une lettre de l’empereur Constance, car « il avait été accepté autrefois par l’empereur comme client de Rome », Vadomarius fut admis à la paix140. Enfin les rois Urius, Ursicinus et Vestralpus implorèrent la paix qui leur fut accordée. Cette campagne avait pour but de reprendre le contrôle du Main et de soumettre les rois qui avaient participé à la bataille de Strasbourg (Drinkwater, 2007, p. 247, 247-253, 250). Julien leur accorda un traité (foedus/spondê)141 et les admit dans l’alliance avec l’Empire en tant que gentes foederatae extra fines imperii.

74Julien Caesar pratiqua une politique qui consistait à maintenir le contrôle impérial sur les groupes barbares rhénans, au besoin par la force, mais aussi par une diplomatie qui s’accompagnait de la conclusion de foedera dont les barbares devaient tirer profit, même si les barbares pouvaient avoir le sentiment d’être exploités par l’Empire (Drinkwater, 2007, p. 316). Les marges rhénanes de l’Empire étaient environnées de groupes tantôt adversaires, tantôt alliés de l’Empire. Les alliances étaient définies dans le cadre de foedera qui faisaient d’eux des foederati extra fines imperii. Aucune admission territoriale dans l’Empire de groupes barbares foederati ne paraît avoir été conduite : les admissions se déroulaient dans des cadres maîtrisés par les Romains, après victoire impériale et deditiones, même si certaines situations paraissent avoir été complexes (notamment dans le cas des Salii ou des Atthuarii).

III. 1.7. Les barbares rhénans entre Constance et Julien lors de la guerre civile (360-361)

  • 142 Amm. Marc., XXI, 3, 4-6 ; Libanios, Or. XII, 62 ; Or. XIII, 35 ; Or. XVIII, 107, 113 ; Julien, Ep. (...)

75Sous les règnes simultanés de deux empereurs – Julien étant d’abord considéré comme usurpateur –, nous n’avons pas d’attestation de foedera conclus. Il convient de s’arrêter sur les accusations proférées par les partisans de Julien à l’encontre de Constance qui aurait, en 360-361, mobilisé les barbares contre Julien142.

  • 143 Amm. Marc., XXI, 3, 4 ; XXI, 4, 1-7 avec Drinkwater, 2007, p. 259.
  • 144 Libanios évoque l’emploi des Keltikoi, les Germains transrhénans, dont des Alamans : Libanios, Or. (...)
  • 145 Libanios, Or. XVIII, 107-108 : tas spondas…
  • 146 Julien, Ep. ad Ath. 286B : « il déchaîne contre nous les barbares » ; Libanios, Or. XVIII, 107. Amm (...)

76Dans les faits, Constance utilisa le roi alaman Vadomarius contre l’usurpateur en lui adressant des lettres « pour qu’il fît mine de rompre l’accord convenu en ne cessant de harceler la zone frontalière » et ainsi empêcher les mouvements de Julien143. Libanios rapporte également que Constance adressa des lettres (grammata) aux barbares144 et fait allusion au roi Vadomarius qui viola le traité (spondê)145. Dans l’Oratio XIII prononcée en juillet 362, Libanios évoquait encore les nombreux groupes mobilisés contre Julien, les versements effectués pour les engager et la réponse de Julien qui arrêta leur chef comme traître à l’Empire (Drinkwater, 2007, p. 259-260). En fait, la position de Vadomarius était délicate : il agissait comme rex foederatus de Constance II, l’Auguste légitime, contre Julien qui, de Caesar lorsque le foedus avait été conclu en 359, était devenu usurpateur. Le roi alaman accomplissait ainsi ses obligations militaires vis-à-vis de l’empereur légitime146. Il agissait en tant que rex foederatus de l’Empire, un rex régnant sur un groupe d’Alamans foederati extra fines imperiii station nés hors de l’Empire, dans le canton des Brisigavi (Amm. Marc., XXI, 3, 1). Constance pouvait légitimement les engager : ils furent mobilisés par contingents ethniques sous commandement ethnique pour les besoins ponctuels d’une campagne (Drinkwater, 2007, p. 259-260, 259, 261-263) (Annexe 4).

III. 2. Sous les Valentiniens (364-392)

77Le règne de Valentinien est marqué par un souci constant d’assurer la sécurité de la frontière rhénane de l’Empire dans les relations avec les groupes alamans (Chauvot, 1998, p. 177-189 ; Drinkwater, 1997, p. 1-15 ; Drinkwater, 2007, p. 282-309).

III. 2.1. Valentinien I er et les groupes alamans foederati extra fines imperii : une diplomatie classique

  • 147 Amm. Marc., XXVI, 5, 7 :...Cum legatis eorum missis ad comitatum certa et praestituta ex more muner (...)
  • 148 Amm. Marc., XXVIII, 2, 1, 6 :...quidam optimates Alamanni venire, obsidum patres, quos lege foederi (...)

78À son arrivée en Gaule, Valentinien, soucieux de nouer les contacts avec les groupes alamans alliés, reçut, en 365, à Paris, des legati envoyés par plusieurs reges alamans : « Leurs ambassadeurs, envoyés à la cour, devaient recevoir des présents réglés d’avance par l’usage »147. Les munera devaient maintenir actives les clauses des foedera et leur suspension – ou le versement de munera de moindre valeur – pouvait dégrader les relations entre l’Empire et les communautés foederatae qui estimaient que les accords étaient violés (Lorenz, 1997, p. 84-91 ; Drinkwater, 2007, p. 243, 267-270, 271-272). Les legati venus chercher les munera certa et praestituta appartenaient à des groupes clients de l’Empire désireux de maintenir les relations politico-diplomatiques avec le nouvel empereur. Mais en 368-369, l’empereur conduisit des opérations en territoire alaman, violant au passage un foedus conclu auparavant avec des princes alamans (Drinkwater, 2007, p. 280-281)148. La diplomatie de l’empereur à l’égard des groupes alamans se révélait classique : les groupes foederati restaient extra fines imperii et l’Empire cherchait à préserver des liens diplomatiques avec les groupes barbares des marges impériales (Drinkwater, 2007, p. 270-272 ; Raimondi, 2001, p. 98-100).

III. 2.2. Valentinien I er et les optimates alamans Hortarius, Suomarius, Fraomarius : des foederati dans l’armée impériale ? Stratégie et diplomatie impériale

  • 149 Amm. Marc., XXIX, 4, 7 :...in Brittanias translatum, potestate tribuni Alamannorum praefecerat nume (...)
  • 150 Amm. Marc., XXIX, 4, 7 :...Bitheridum vero et Hortarium, nationis eiusdem primates, item regere mil (...)
  • 151 Symmaque, Or. II, 4, 11-12, 22-17, 31.

79En 372, Valentinien nomma Fraomarius rex des Alamans Bucinobantes, « peuple alaman situé en face de Mayence »149. Ainsi l’empereur cherchait à écarter Macrianus, rex alaman qui résistait à l’autorité impériale (Drinkwater, 2007, p. 150-151, 284-285) : il imposa aux Bucinobantes « à la place de Macrianus […] Fraomarius comme roi ». Peu de temps après, Fraomarius fut « transféré dans le diocèse de Bretagne et placé, avec le grade de tribun, à la tête d’une unité d’Alamans, d’un effectif et d’une vigueur alors remarquables » (Drinkwater, 2007, p. 283-284). D’autres optimates alamans, les rois Hortarius et Bithéridus, furent investis de commandements militaires romains150. Valentinien poursuivait une politique en vigueur sous Constance avec les rois alamans Hariobaudes ou Vadomarius (Drinkwater, 2007, p. 154-159). Par la promotion de figures princières et/ou royales, optimates, barbares issus des franges supérieures de leur société d’origine, l’Empire cherchait à exploiter les communautés barbares : ces Germains rhénans au service de l’Empire conservaient des relations régulières avec leurs communautés d’origine (Drinkwater, 2007, p. 153-154, 154, n. 76, p. 155). Valentinien, contrairement à ce qui a pu être affirmé (Martin, 1997, p. 119-124, 122-124 ; Martin, 1998, p. 407-422, 409-418), n’avait pas décidé de conduire une politique de fermeté à l’égard des Alamans, politique qui aurait écarté les Alamans de l’armée impériale et leurs reges et optimates de l’accès aux commandements militaires romains : les cas de Fraomarius, Hortarius ou Bitheridus vont contre une telle reconstruction (Drinkwater, 2007, p. 158-159). L’analyse que propose A. Chauvot du Second éloge pour le troisième consulat de l’empereur donne une autre perspective à la présence de chefs alamans promus officiers impériaux : le contrôle romain exercé sur l’Alamannia, définie comme une province romaine151, au sens où il y aurait provincialisation du sol mais non diffusion de la citoyenneté, serait obtenu par l’intermédiaire d’optimates alamans pourvus en commandements militaires romains (Chauvot, 1998, p. 182-183). L’empereur, par la romanisation de chefs ethniques nommés à des commandements militaires romains, cherchait à contrôler les différents groupes alamans : les iudices chargés de diriger la provincia seraient les optimates alamans « formés dans l’armée romaine » (Chauvot, 1998, p. 183-184 ; Drinkwater, 2007, p. 295-303, 301-302). L’empereur maintenait ainsi la coopération avec les groupes alamans des marges rhénanes de l’Empire, par l’intermédiaire de chefs alamans, ce qui passait par l’octroi de privilèges, honneurs, cadeaux, versements numéraires, aux groupes en question et à leurs chefs, dont le site collinéen de Zähringer Burgberg, près de Fribourg-en-Brisgau, serait un lieu de résidence et le point central d’exercice d’un pouvoir princier (Herrschaftszentren) de quelques rois alamans clients de l’Empire, serait la preuve (Steuer, 1997, p. 149-162, 156-158 ; Drinkwater, 2007, p. 94-98, 101-103, 301-302, 303).

  • 152 PLRE I, Hortarius 2, p. 444. Sabbah, Angliviel de la Beaumelle, 1999, p. 188. Drinkwater, 2007, p.  (...)

80L’octroi de ces commandements militaires dut s’effectuer dans le cadre de foedera. Par ailleurs, un certain Hortarius – père de son homonyme d’époque valentinienne ?152 – était en 359, rex foederatus. Enfin, en 374, un foedus fut conclu avec le roi alaman Macrianus. Le cadre général se prête à la conclusion de foedera avec les rois alamans. Ajoutons qu’Hortarius fut arrêté par les Romains puis mis à mort « pour avoir écrit contre l’intérêt public à Macrianus et à d’autres chefs barbares » (Amm. Marc., XXIX, 4, 7). Cela n’est pas sans rappeler le cas de ce même Hortarius, rex foederatus de 359 qui continuait d’entretenir des relations cordiales avec ses voisins, tout en étant lié à l’Empire par un traité (foedus) qui stipulait les conditions des relations entre les Romains et Alamans dépendants du rex foederatus Hortarius amicus et socius. Les rois alamans Fraomarius, Hortarius et Bithéridus étaient donc probablement liés à l’Empire par foedera (Annexe 5).

III. 2.3. Macrianus : rex client d’un groupe alaman foederatus extra fines imperii

  • 153 Amm. Marc., XXIX, 4, 1-7 :...ipse quoque ad excipiendum foedus ; post foedus tamen sollemno ritu im (...)
  • 154 Amm. Marc., XXX, 3, 4. Il s’agit d’une négociation entre deux pouvoirs : Drinkwater, 2007, p. 309.
  • 155 Amm. Marc., XXX, 3, 5 :...amicitia media sacramenti fide firmatur. ; XXX, 3, 6.
  • 156 Ammien ne rapporte aucun transfert dans l’Empire : Amm. Marc., XXX, 3, 7. Valentinien reconnaissait (...)

81Le cas de Macrianus en 374 confirme les choix stratégiques de Valentinien sur le Rhin. Ne pouvant se débarrasser du roi alaman (Gutmann, 1991, p. 38 ; Chauvot, 1998, p. 188 ; Sabbah, Angliviel de la Beaumelle, 1999, p. 187-188 ; Drinkwater, 2007, p. 283-285, 303-310, 308-310), l’empereur dut conclure un foedus153. L’empereur et le roi se rencontrèrent « près de Mayence »154 et lors d’une « cérémonie de traité » (Chauvot, 1998, p. 188), un accord fut négocié : l’amicitia était restaurée, la paix rétablie et l’alliance militaire scellée entre l’Empire et le roi « décidé à se montrer dorénavant notre allié » (socius)155. Le foedus instaurait une alliance militaire (societas) (Amm. Marc., XXX, 3, 6-7) et des relations de bonne entente (amicitia) entre l’Empire et les Alamans de Macrianus qui restaient extérieurs au territoire impérial. Ces Alamans foederati extra fines imperii devenaient un groupe client de l’Empire (Heather, 2001, p. 45-46)156.

III. 2.4. Les groupes alamans et Valentinien Ier : les perspectives militaires

82La documentation ne permet pas d’identifier la présence de groupes barbares foederati intra fines imperii sous le règne de Valentinien. Les groupes restaient – semble-t-il – des foederati extra fines imperii, avec lesquels l’Empire était soucieux de maintenir bonne entente et coopération.

  • 157 En 370, à la suite d’une trêve conclue avec l’Empire, un groupe de Saxons dut s’engager à fournir « (...)
  • 158 Amm. Marc., XXIX, 4, 7. Fraomarius a pu être nommé tribun d’une unité de l’auxilium palatinum des B (...)

83Dans ce cadre, la recherche de recrues auprès des groupes alamans foederati extra fines imperii était une constante. Valentinien « recruta […] une troupe de jeunes gens aussi nombreuse que possible parmi les Barbares qui habitaient prés du Rhin […et] les enrôla dans les unités armées » (Zosime, IV, 12, 1). Bien que Zosime passe sous silence les conditions de leur engagement157, ces recrues barbares peuvent avoir été levées dans le cadre des divers foedera pour former, compléter les effectifs des unités régulières (numeri/arithmoi) de l’armée romaine. Ils ont peut-être été versés dans les unités d’auxilia palatina de Notitia Dignitatum : Raetovarii, Bucinobantes, Brisigavi dont la création est en général attribuée à Valentinien (ND. Or. V, 58 ; VI, 58 ; ND. Occ. V, 201-202 ; Hoffmann, 1969, I, p. 142-143, 165-168, 197-198 ; Drinkwater, 2007, p. 170-171). Certaines de ces unités ont pu ainsi être constituées dans le cadre de la politique valentinienne d’octroi de commandements romains aux optimates alamans, à l’image de cette « unité d’Alamans d’un effectif et d’une vigueur alors remarquables » commandée par Fraomarius158. La réconciliation, en 374, avec Macrianus, qui devenait foederatus de l’Empire, a pu être l’occasion de former des unités comme celle de l’auxilium palatinum des Bucinobantes, qui a pu également être formé alors que Macrianus était encore allié de l’Empire (365-368) (Drinkwater, 2007, p. 169-170, 286). Ces combattants pouvaient, dès lors que l’on suppose qu’ils étaient fournis par des groupes barbares extérieurs foederati de l’Empire, être nommés foederati, dans la mesure où ils étaient mis à disposition de l’armée impériale par leur groupe ethnique devenu allié des Romains par foedera (Drinkwater, 2007, p. 145-176, 162-163). Comme l’indique leur ethnique, Raetovarii, Bucinobantes, Brisigavi, ces unités d’auxilia palatina étaient, au moins dans un premier temps, recrutées auprès de groupes barbares extérieurs à l’Empire. Des transferts de populations alamanniques ont eu cours sous Valentinien, à l’image des Alamans vaincus et déportés en plaine du Pô pour y remplir des fonctions économiques en tant que coloni (Amm. Marc., XXVIII, 5, 15) : ils « reçurent en partage des terroirs fertiles » et habitaient près des « rives du Pô, en qualité de tributaires ». En tant que tributarii, ils étaient assimilables aux dediticii et furent répartis entre domaines impériaux et domaines privés. Peut-être étaient-ils exposés à la praebitio tironum (Drinkwater, 2007, p. 166-169, 170-171). Mais hormis ce cas de dediticii, rien ne permet de dire que des groupes alamans – foederati ? – furent installés intra fines imperii à des fins militaires.

84À côté de l’enrôlement des barbares foederati dans les unités régulières de l’armée impériale, il est difficile de savoir si Valentinien utilisa des combattants barbares sous commandement direct de leur chef ethnique. On peut toutefois mentionner le cas de Macrianus qui, en tant que rex foederatus, amicus et socius, « devait périr plus tard en pays franc : pendant qu’il en forçait l’entrée avec trop d’avidité, en lui infligeant des dévastations meurtrières, il trouva la mort, enveloppé dans une embuscade de Mallobaudes, un roi belliqueux » (Amm. Marc., XXX, 3, 6-7). Nous ignorons la nature de son commandement ainsi que le type de troupes qu’il commandait en opération : des unités régulières – composées d’Alamans ? – ou bien ses propres formations ethniques engagées au titre de leurs obligations de gens foederata.

III. 2.5. Valentinien Ier (364-375) et les groupes francs

  • 159 Orose, Hist. ad pag. VII, 32, 10 ; Jérôme, Chron. ad ann. 373 ; Cassiodore, Chron. 1118 (373).
  • 160 PLRE I, Fl. Bauto, p. 159-160 ; PLRE I, Arbogast, p. 95-97 ; PLRE I, Fl. Richomeres, p. 765-766. D’ (...)
  • 161 Pour la troupe, voir les combattants d’outre-Rhin (laribus transrhenanis) qui servaient dans les au (...)
  • 162 Arbogast : Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, II, 9.
  • 163 Amm. Marc., XXX, 3, 7 ; XXXI, 10, 6-7.

85À l’égard des Francs, la politique de Valentinien est difficile à cerner dans la mesure où nous n’avons pas d’indication majeure159, à l’exception de l’engagement du rex foederatus alaman Macrianus « en pays franc » contre le roi Mallobaudes. Le silence de nos sources n’implique cependant pas que Valentinien n’ait pas eu de relations avec les groupes francs. Il y a d’abord « ces officiers francs, souvent d’origine noble et parfois parents » qui atteignirent après le règne de Valentinien « les sommets de la hiérarchie » et dont on peut penser qu’ils avaient commencé leur carrière sous son règne : Mérobaudes, Bauto, Richomer, Arbogast (Demandt, 1970, col. 553-790, 597 ; Cracco-Ruggini, 1997, p. 673-688, 680-683 ; Chauvot, 1998, p. 179, 284)160. Leur présence suggère des contacts maintenus avec des groupes francs. Si on peut parler « d’un véritable réseau de clientèle » (Chauvot, 1998, p. 283-284, 284), il est imprudent de les associer à des foedera, d’autant que nos sources ne les relient pas à des groupes francs : il peut s’agir d’engagés volontaires161, de barbares en rupture avec leurs groupes d’origine162, ou encore de barbares issus de groupes depuis longtemps engagés au service de l’Empire. Ils ne semblent ainsi pas avoir conservé de liens avec leurs groupes ethniques au-delà du Rhin, à la différence, par exemple, du roi franc Mallobaudes163, comes domesticorum au service de l’Empire puis rex d’un groupe franc (Chauvot, 1984, p. 145-157, 149-150 ; Chauvot, 1992, p. 173-184 ; Drinkwater, 2007, p. 353), à moins que cela ne soit l’inverse (Sabbah, Angliviel de la Beaumelle, 1999, p. 216). Quelle que soit sa carrière, Mallobaudes a conservé des liens avec son groupe d’origine, en étant simultanément comes domesticorum et rex Francorum (Cracco-Ruggini, 1997, p. 680 ; Böhme, 1998, p. 31-58, 39), ce qui n’implique pas qu’il ait été accompagné en territoire impérial de combattants francs, même si cette réalité n’est pas à écarter. La situation du Franc Mallobaudes n’est pas sans rappeler le cas de l’Ibère Bacurius, prince puis roi, qui exerça, dans les années 370-390, plusieurs commandements réguliers (tribunus, comes domesticorum, dux Palaestini, comes rei militaris) au service de l’Empire, à la tête d’unités régulières composées pour partie d’Ibères mais aussi à la tête d’Ibères qui servaient, en tant que foederati, dans leurs propres contingents ethniques (Sartor, 2008, p. 37-78). Tout comme Bacurius en Orient, Mallobaudes en Occident a pu s’engager au service de l’Empire par foedus, par lequel il était honoré du commandement de comes domesticorum, et son groupe tenu de fournir des recrues à l’armée impériale, en tant que foederati extra fines imperii. En ayant fait une carrière prestigieuse au service de l’Empire, il lui était ainsi plus facile de revendiquer sa position de roi parmi les Francs (Drinkwater, 2007, p. 353).

  • 164 En 375, Valentinien Ier reçut une ambassade quade qui s’engageait, contre la paix, à envoyer des re (...)
  • 165 Gentiles en territoire impérial à l’époque valentinienne : CTh V, 11, 7. Sur le statut des gentiles (...)

86Valentinien – la présence d’officiers d’origine franque le conforte, ces derniers pouvant jouer un rôle de relais actif et/ou passif du fait de leur simple présence – procéda au recrutement de combattants francs destinés aux unités régulières notamment au sein de plusieurs auxilia palatina de création valentinienne : Ampsivarii, Bructeri (Hoffmann, 1969, I, p. 142-143, 165-168, 197-198). Les recrutements destinés à pourvoir ces unités ont pu être effectués dans le cadre de foedera, ce qui faisait des Francs recrutés des foederati issus de groupes barbares foederati extra fines imperii : de fait, des noms comme Ampsivarii ou Bructeri qui sont appliqués à des groupes barbares extérieurs à l’Empire, suggèrent un recrutement opéré auprès de barbares établis hors de l’Empire (Nicasie, 1998, p. 55). Valentinien aurait ainsi constitué entre dix et quatorze unités d’auxilia palatina auprès des gentes germaniques rhénanes, Alamans et Francs, donc unités régulières164. Ces recrues avaient probablement des statuts divers : foederati, barbari voluntarii, dediticii, sans parler des communautés barbares dites gentiles admises dans l’Empire165.

87Les rois d’origine germanique passés au service de l’Empire : les Alamans (Fraomarius, Bithéridus, Hortarius, Macrianus), les Francs (Mallobaudes ?) restaient, bien que liés avec des intensités variables à leurs groupes ethniques, des reges extérieurs. Ils étaient associés à l’Empire en tant que reges foederati de groupes foederati extra fines imperii – c’est le cas assuré pour Macrianus. Jamais, il n’est possible d’affirmer leurs liens avec des groupes foederati établis intra fines imperii. Ces chefs barbares qui agissaient pour le compte de l’Empire restaient des barbares, d’origine princière, des chefs de guerre. Ils ne paraissent pas constituer les puissants rois – pour certains d’entre eux – qui émergent au ve siècle : ce sont des chefs de guerre, accompagnés de leurs combattants – et de leurs familles ? – soumis aux autorités militaires romaines (Drinkwater, 2007, p. 352-354). Bien que foederati, ils représentaient une catégorie de foederati : foederati extra fines imperii d’une part puisque aucun groupe barbare ne semble avoir été installé par foedus sur le sol impérial à l’époque de Valentinien ; foederati également par leurs conditions d’engagement – en vertu d’un foedus – qui imposaient l’enrôlement au sein d’unités régulières.

III. 2.6. Gratien, les groupes francs et les groupes alamans : une politique militaire de continuité

88Sous Gratien, la présence d’officiers d’origine franque est un aspect de l’héritage valentinien. La présence du Franc Mallobaudes comme comes domesticorum aux côtés de l’empereur lors de la bataille d’Argentaria contre les Alamans Lentienses en 378 s’inscrit dans une certaine logique (Amm. Marc., XXXI, 10, 6). Il exerçait alors un commandement régulier, probablement comme chef d’un groupe franc foederatus de l’Empire depuis le règne de Valentinien. Des Francs combattaient donc certainement dans les troupes régulières. Reste que la documentation demeure réduite pour appréhender le statut d’un individu comme Mallobaudes, mais aussi pour appréhender les relations entretenues par Gratien avec les groupes francs, et par là les modalités d’engagement de ces Francs.

  • 166 Amm. Marc., XXXI, 10, 17 :… post deditionem, quam impetravere supplici prece, oblata, ut praeceptum (...)
  • 167 CTh VII, 20, 12 (30 janvier 400).
  • 168 Ausone, Grat. Actio II, 9-11 : … vocare Germanicum deditione gentilium, Alamannicum traductione cap (...)
  • 169 Ausone, Prec. consulis designati II, 29-30 : Hostibus edomitis, qua Francia mixta Suebis certat ad (...)
  • 170 Amm. Marc., XXXI, 10, 2 :...per fallaces discursus violato foedere dudum concepto...

89La politique de Gratien à l’égard des Alamans est mieux connue. Contre les Alamans Lentienses, « un peuple alaman voisin des districts des Rhéties », qui tentaient de forcer les frontières de l’Empire, « violant ainsi un traité conclu depuis longtemps », l’empereur mobilisa une armée dans le courant du printemps 378. Les Alamans du roi Priarius furent défaits (Drinkwater, 2007 p. 310-314) et soumis par deditio en territoire alaman : « Les Lentiens […] obtinrent par une prière suppliante d’être reçus à merci ». La deditio fut accompagnée d’un traité qui restaurait la paix et imposait la fourniture de recrues166 : « Leur jeunesse robuste » devait « être amalgamée à nos recrues ». Les Lentienses livraient donc des recrues destinées aux unités régulières de l’armée167. Le poème d’Action de grâces adressé par Ausone à Gratien alors présent à Trèves, au cours de la seconde moitié de l’année 379, fait écho aux victoires remportées sur des Alamans, certainement les Lentienses, tout comme la Precatio consulis designati qui évoquait les succès de l’empereur contre les Alamans168. Il est aussi question, en des termes convenus, de l’obsequium Latiis des Francs et de Suèves/Alamans qui combattaient pour l’Empire169. Dans la mesure où l’Empire pouvait renégocier un accord avec un groupe barbare voisin, un voisin dont on pouvait faire un client et exiger la fourniture régulière de recrues, il est probable que la conclusion d’un foedus était recherchée : étant donné l’existence d’un ancien foedus170, Gratien négocia très probablement un foedus qui n’imposait pas d’installation dans l’Empire puisque les Lentienses « furent autorisés à regagner sans dommage leurs terres natales » ; il exigeait des Lentienses foederati extra fines imperii la fourniture de recrues pour les unités régulières de l’armée.

  • 171 Socrate, H.E. V, 6, 2 ; Sozomène, H.E. VII, 2, 1 ; H.E. VII, 4, 1.
  • 172 Sozomène, H.E. VII, 4, 2 ; Socrate, H.E. V, 10, 3-4 ; Cons. Const. ad ann. 380, 3 ; Cons. Const. ad (...)
  • 173 Socrate, H.E. V, 11, 2 ; Sozomène, H.E. VII, 13, 1. Il quitte Milan en juin 383. Nous ignorons si c (...)

90La conclusion de traités entre Gratien et des groupes alamans en 379 reste hypothétique dans la mesure où il est seulement question d’opérations contre des Alamans. Dans le courant de l’année 379, l’empereur dut retourner en Gaule « car les Alamans envahissaient ces régions » et « mettaient à mal les Gaulois d’Occident »171. Il écrasa les Alamans alors que Théodose triomphait « contre les barbares proches du Danube » (été 380)172. Si des foedera furent conclus (Drinkwater, 2007, p. 315-316), ils ne purent toutefois pas stabiliser les rapports entre Romains et Alamans puisqu’en 383, l’empereur conduisait des opérations contre les Alamans173, peut-être contre des Juthunges (Drinkwater, 2007, p. 315).

  • 174 CTh V, 11, 7 : … et [em] eritis veteranis vel gentibus dividamus, qui concerne l’Occident, car le t (...)

91Les Valentiniens poursuivirent une politique proche de celle des Constantinides. À l’égard des groupes francs et des groupes alamans, ils utilisèrent les armes et la négociation, n’hésitant pas à conclure des foedera en vue de s’assurer la constitution de groupes clients sur les marges impériales et de s’ouvrir ainsi des filières de recrutement pour l’armée impériale. Les foedera identifiés ne s’appliquaient – semble-t-il – qu’à des groupes foederati extra fines imperii. Les recrues fournies dans ce cadre servaient dans les unités régulières de l’armée. Il ne semble pas que l’Empire ait toléré l’installation de groupes barbares foederati intra fines imperii. La présence de chefs barbares accompagnés de leurs combattants et de leurs familles sur le sol impérial est problématique : ces individus restaient – Fraomarius, Bithéridus, Hortarius – encadrés par l’institution militaire. De plus, nos sources n’évoquent aucun transfert de population dans l’Empire, même s’il faut reconnaître que des gentiles avaient accès à des terres (CTh V, 11, 7 datée du 16 janvier 365), ce qui n’implique pas nécessairement qu’ils aient été des foederati174. Ces chefs barbares pouvaient commander des unités régulières composées pour partie de leurs « compatriotes » recrutés par foedera : ils commandaient ainsi des foederati dans un procédé encadré par l’institution militaire impériale. En cela la situation diverge – en partie – de ce que nous observons pour le ve siècle. On peut se demander dans quelle mesure par ce procédé, l’Empire n’a pas tenté de poursuivre cette politique au ve siècle pour mieux contrôler les groupes foederati intra fines imperii par l’intermédiaire de leurs chefs en leur octroyant des commandements militaires romains. L’Empire utilisa également des reges foederati de groupes foederati extra fines imperii, à l’image de Macrianus et peut-être du Franc Mallobaudes. L’un comme l’autre avaient des liens avec leurs groupes d’origine. Mallobaudes se distingue en tout cas des autres officiers francs connus sous Gratien, par les liens maintenus avec son groupe ethnique d’origine.

III. 2.7. Francs et Alamans entre l’usurpateur Maxime, Valentinien II (383-392) et l’usurpateur Eugène (393-394)

92Dans les années 380-390, alors que des groupes barbares – Goths, Alains, Huns – étaient installés intra fines imperii à la suite de foedera (Heather, Moncur, 2001, p. 259-264 ; Cesa, 1994, p. 39-45 ; Schulz, 1993, p. 65-78 ; Gutmann, 1991, p. 207-227, 211-212 ; Errington, 1996, p. 1-27), alors que l’Empire tentait de reconstituer l’armée orientale depuis Andrinople (Lenski, 2002, p. 320-367), et que les relations entre les deux partes se révélaient difficiles, l’Empire exploitait les ressources militaires que représentaient les gentes barbares extérieures au territoire romain (Sartor, 2008, p. 37-78). Observe-t-on dans la Pars Occidentis, sur les marges rhénanes de l’Empire, des éléments de nouveauté dans la politique militaire, dans la pratique diplomatique, qui laisseraient penser que les Romains d’Occident étaient confrontés aux mêmes défis en terme de constitution des forces et de réservoirs militaires, que les Romains d’Orient ? Cette question ne peut être posée sans tenir compte du contexte occidental : deux usurpations, Maxime (383-388), puis Eugène (393-394) qui entraînèrent l’intervention de l’armée orientale sous Théodose.

III. 2.7.1. Maxime (383-388) et l’engagement continu des barbares au service de l’Empire, mais des modalités d’engagement difficiles à cerner

93Installé à Trêves après son avènement (été 383), Maxime dut prendre contact avec les groupes barbares liés à l’Empire. Il dut renouveler les foedera conclus par Valentinien et/ou par Gratien.

Diplomatie et engagements de barbares rhénans
  • 175 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, II, 9 (= Sulp. Alex., Frg. 1, 3) ; Ambroise, Ep. LXXIV, (...)
  • 176 Orose, Hist. ad. pag. VII, 35, 4 :… adveniens hostem illum magnum, Maximum, trucem et ab inmanissim (...)
  • 177 Ambroise, Ep. XXX, 4 (= Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 353) : Ad postremum erupit dicens : Quoniam me (...)
  • 178 Ambroise, Ep. XXX, 8 (= Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 353-354) ; Ep. XXX, 8 (= Liebeschuetz, Hill, 2 (...)
  • 179 La solde (annona) que perçoivent les combattants barbares de Maxime pourrait suggérer que nous avon (...)

94En 388, des Francs infligèrent au magister militum de Maxime, Quintinus, une défaite (Richardot, 1995, p. 116-127) qui rompait la paix et des foedera175. D’après Orose, Maxime « par la seule terreur émanant de son nom, exigeait même des peuples des Germains les plus farouches des tributs et des contributions »176, ce que confirmait Ambroise (Liesbeschuetz, Hill, 2005) : « Bauto qui voulait revendiquer le trône pour lui-même, en s’abritant derrière un petit prince et qui envoya même ses barbares contre moi [Maxime], comme si je n’avais pas pu moi-même en lever ! Car il y a tant de milliers de Barbares qui combattent pour moi et qui reçoivent de moi leur annone »177. Ambroise parlait également des turmae translimitanae, des auxilia barbarorum et agmines barbarorum de l’empereur, expressions qui peuvent désigner des contingents, des « troupes de renforts »178, ou des combattants engagés par foedera et versés dans les unités régulières de l’armée impériale179. La formule « milliers de Barbares qui combattent pour » l’empereur « et qui reçoivent de » lui « leur annone », pourrait désigner les combattants barbares servant dans les unités régulières, alors que les auxilia barbarorum, turmae translimitanae et agmines barbarorum pourraient faire écho aux unités d’auxilia palatina (Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 354, n. 6), mais aussi aux contingents fournis par les groupes barbares alliés de l’Empire (turmae translimitanae). Ce sont des réalités militaires multiples que sous-entendent ces termes et formules génériques : engagés volontaires, foederati servant les unités régulières, dediticii et laeti, sans oublier les contingents fournis par les groupes barbares foederati extra fines imperii qui opéraient sur le sol impérial aux ordres de leurs chefs ethniques.

Les engagements de barbares rhénans : le poids de la conjoncture
  • 180 Ambroise, Ep. XXX, 4, 8 (= Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 353-354, 355). Les faits rapportés sont dat (...)
  • 181 Pour la signification du terme « Celtes » : Sabbah et alii, 2008, p. 126-127, n. 2.

95Si le recrutement de combattants barbares s’inscrivait dans une perspective structurelle, il ne faut pas oublier le poids de la conjoncture. Maxime avait besoin de forces pour sécuriser sa position contre Valentinien II et Théodose. S’il disposait – bénéficiant de la politique de ses prédécesseurs – dès le début de son règne des forces militaires à forte composante germanique180, Maxime était soucieux de se constituer une réserve de combattants aisément mobilisables. La mobilisation de groupes barbares alliés de l’Empire pouvait apparaître comme plus avantageuse que l’incorporation réglementaire de recrues germaniques levées auprès de groupes foederati extra fines imperii. Ainsi, lorsqu’il marcha contre Valentinien II, Maxime avait « rassemblé une très forte armée de Bretons ainsi que de Gaulois et Celtes limitrophes et de peuples de la contrée » (Sozomène, H.E. VII, 13, 10), soit des soldats romains originaires et/ou stationnés dans les Gaules ; des soldats stationnés et/ou originaires de Bretagne qui l’avaient accompagné en 383 ; des soldats d’origine germanique qui servaient en Gaule et/ou qui avaient pu être recrutés pour les besoins de la campagne contre Valentinien II181. Il s’agit certai nement de Francs et/ou d’Alamans issus de ces « milliers de Barbares qui combattent pour lui », au sein des unités régulières de l’armée impériale dans le cadre de foedera conclus sous les Valentiniens, ou bien dans le cadre de foedera conclus et/ou renouvelés après l’élimination de Gratien. D’autres servaient probablement au sein de leurs formations ethniques.

96Les foedera permettaient de pourvoir les unités régulières en combattants barbares, mais aussi d’engager ponctuellement, en vue de la campagne italienne, pour une durée limitée, des combattants barbares qui servaient en contingents ethniques sous commandement de leurs chefs. C’est ce qu’il faut comprendre chez Orose ou chez Ambroise, qui insistent sur la capacité de Maxime à se faire obéir des barbares qui passaient à son service. S’il paraît indéniable que Maxime poursuivit un recrutement de combattants barbares, dans le cadre d’une politique de foedera avec des groupes francs, alamans, il n’est pas aisé de définir les modalités d’engagement et de service des « milliers de barbares » qui combattaient pour lui. Toutefois, les relations de l’Empire avec les barbares rhénans ne révèlent pas de changements majeurs : les finalités militaires et diplomatiques dominaient avec l’engagement de barbares rhénans – foederati extra fines imperii pour certains – dans l’armée impériale, sous des formes multiples.

III. 2.7.2. Valentinien II et les barbares rhénans : des données réduites

  • 182 Ambroise, Ep. XXX, 8 (= Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 354-355). Huns et Alains employés en 383 par l (...)
  • 183 Ambroise, Ep. XXX, 4, 8 (= Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 353, 354-355). McLynn, 1994, p. 159-160.
  • 184 Zosime, IV, 33, 1-2 ; Chauvot, 1998, p. 402-403 ; McLynn, 1994, p. 160.
  • 185 Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 123-136, 126, 135 (tableau chronologique des événements 385-386), 160, (...)
  • 186 Ambroise, Ep. LXXVI, 16 (= Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 167) :...Videtis quanta subito moveantur. G (...)
  • 187 Ambroise, Ep. LXXVI, 20-21 (= Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 169). Ambroise, De Obitu Val. III (= Lie (...)
  • 188 Liesbeschuetz, Hill, 2005, p. 169 traduisent « allies ».
  • 189 Les empereurs redoutaient qu’en faisant une mauvaise publicité – non respect des contrats d’engagem (...)

97Sous le règne de Valentinien II (375-392), les contacts de l’Empire avec les groupes francs et les groupes alamans sur le Rhin sont inégalement documentés. Dans sa lutte contre Maxime, l’empereur milanais bénéficia de la fidélité des généraux francs Bauto et Rumoridus en 383/386182. Le magister utriusque militiae Fl. Bauto avait mobilisé, en 383/384, pour le compte de Valentinien II, des Huns et des Alains, foederati engagés contre les Juthunges qui menaçaient Rhéties et Italie183. L’investissement de Bauto aux côtés du jeune Valentinien II, était aussi l’expression d’une fidélité à la mémoire de Gratien, sous le règne duquel l’ascension des Francs aux hautes responsabilités militaires dans l’état-major impérial paraît s’être accélérée (Chauvot, 1998, p. 283-284), et sous le règne duquel Bauto s’illustra à la tête des troupes impériales en 380 ou 381 en Macédoine184. Étant donné le rôle des Francs dans l’état major, il faut supposer une présence franque dans la troupe, présence que les données relatives aux forces militaires sous l’usurpateur Eugène confortent, sans oublier le personnel militaire présent à Vienne sous le commandement d’Arbogast. Pour la « période milanaise » du règne de Valentinien II, à côté des Goths stationnés à Milan en 385/386185, Ambroise évoque des gentiles186 : troupes appartenant aux gentiles sarmatae d’Italie (ND. Occ. XLII, 49-63), soldats issus de ces « communautés ethniquement et politiquement extérieures à l’Empire » (Carrié, Rousselle, 1999, p. 764), ou encore combattants barbares fournis par les communautés barbares installées dans l’Empire – Goths, Huns, Alains depuis le début des années 380. Plus loin dans sa lettre, Ambroise parlait de soldats issus de « diverses nations » (viri nationum diversarum), qui portaient les armes (venerunt cum armis) pour l’Empire. Ambroise indiquait également qu’ils étaient des socii187, soit peut-être des alliés barbares (societas/socii) au service de l’Empire par foedera188. Francs et/ou Alamans étaient ainsi peut-être présents dans les forces militaires stationnées près de Milan. Cela n’implique toutefois pas que les Francs aient pu être engagés comme foederati, que ce soit en servant dans les unités régulières ou en étant mobilisés sous la forme de contingents ethniques. De même, il n’est pas certain que les Francs engagés aient été liés aux groupes dont étaient issus Bauto, Arbogast, Rumoridus, Vallio. Nul doute cependant que la présence de Francs au sommet de l’appareil militaire impérial devait motiver les engagements dans la troupe189.

  • 190 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, II, 9 (= Sulp. Alex., Frg. 7) :… Rheni limitem petit, u (...)
  • 191 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, II, 9 (= Sulp. Alex., Frg. 3, 4, 6) ; Paulin de Milan, (...)

98Pour la période qui vit Arbogast dominer la cour de Trèves entre 388 et 392, la présence franque est plus manifeste. Les relations entre l’Empire et les groupes francs paraissent plus actives (Drinkwater, 2007, p. 318 ; James, 1988a, p. 51-66, 53-54, 56-58, 58). Dans un passage emprunté par Grégoire de Tours à l’historien Sulpicius Alexander (Zecchini, 1993, p. 241-250 ; Paschoud, 1997, p. 141-147, 141-143, 146-147), des Francs apparaissent comme des satellites de Valentinien II à Vienne en 391-392. La nature polysémique du terme satellites (Whittaker, 1993, p. 277-302, 294 ; Gascou, 1976, p. 143-156 ; Carrié, 1995, p. 27-60) rend délicate leur identification avec des foederati, même si des foedera furent renouvelés après 388 avec plusieurs chefs francs190. En effet, Arbogast « conseilla à César [Valentinien II] d’infliger aux Francs les peines dont ils étaient passibles s’ils ne restituaient pas immédiatement tout ce qu’ils avaient volé l’année précédente [388] aux légions massacrées et s’ils ne livraient pas les responsables de la guerre sur qui retombaient le crime d’avoir violé la paix ». Les pressions permirent d’arriver à un accord alors qu’Arbogast hivernait à Trèves et les regales Marcomer et Sunnon livrèrent des otages. Arbogast intervint durant l’hiver 392-393, en prenant la tête d’une armée avec laquelle il « dévasta les pays des Bructères, […] et aussi celui qu’habitent les Chamaves sans rencontrer personne, sauf un petit nombre d’Ampsivares et de Chattes qui sous le commandement de Marcomer apparurent sur les sommets éloignés des collines ». Cette intervention permit de rétablir le contrôle romain sur plusieurs chefs francs qui furent conviés à un banquet (convivium) destiné à célébrer la paix restaurée et à définir les clauses du foedus191. Il s’agissait de rétablir les alliances militaires afin de replacer les groupes francs au service de l’Empire, en tant que gentes foederatae extra fines imperii.

III. 2.7.3. Arbogast, Eugène et « les rois des Alamans et des Francs » : les foederati francs et alamans au cœur de l’Empire

  • 192 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, II, 9 (= Sulp. Alex., Frg. 7) : Dehinc Eugenius tyrannu (...)

99Malgré la paix et les foedera, il fallut, en 393, une démonstration de force sur le Rhin sous les auspices d’Eugène qui « ayant entrepris une expédition guerrière, gagne la frontière du Rhin pour renouer avec les rois des Alamans et des Francs de vieilles alliances traditionnelles et faire parader une armée […] devant les peuples barbares »192. L’« expédition guerrière » suivie du renouvellement des foedera était liée à la guerre contre Théodose. Les considérations politico-militaires et géopolitiques à court terme, en réponse à un défi exceptionnel – la guerre avec Théodose –, constituaient ainsi un axe dans la conduite d’une diplomatie à l’égard de groupes barbares extérieurs à l’Empire (Drinkwater, 2007, p. 319).

  • 193 Orose, Hist. ad pag. VII, 35, 11, 12 :… contraxit unique innumeras invictasque copias, vel Romanoru (...)
  • 194 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, II, 9 (= Sulp. Alex., Frg. 7) :… vetustis foederibus ex (...)
  • 195 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, II, 9 (= Sulp. Alex., Frg. 7) ; des auxilia barbarorum,(...)

100Les contenus des foedera ne sont pas connus, même si on peut supposer, au vu des tensions entre Théodose et Eugène, que leur renouvellement devait permettre, d’une part d’assurer la tranquillité de ce secteur alors qu’Arbogast et son empereur gagnaient l’Italie, ce qui devait se traduire par le renouvellement des versements (munera) prévus lors des traités précédents. D’autre part, Eugène et Arbogast cherchaient à mobiliser des contingents d’auxiliaires chez ces groupes afin de renforcer leur armée contre les forces orientales. Ainsi des Francs étaient présents dans l’armée impériale commandée par Arbogast au Frigidus en septembre 394, où le magister utriusque militiae franc d’Eugène avait rassemblé « toutes les forces des Gaulois et des Francs » : il s’appuyait « soit sur les garnisons romaines, soit sur des troupes auxiliaires de barbares, ici en fonction de son pouvoir officiel, là en fonction de sa parenté ». Si on peut imaginer que les liens de parenté « ethnique » et la position occupée par un Franc au sommet de l’état-major occidental avaient pu encourager des Francs à s’engager dans l’armée impériale193, il faut également rappeler qu’Arbogast avait été le négociateur des foedera qui avaient restauré les alliances anciennes. Arbogast obtint, dans le cadre des foedera conclus avec les reges francs, l’envoi de contingents (auxilia) de Francs foederati194. Aux côtés de Francs, des Alamans furent probablement mobilisés puisqu’il est question des foedera renouvelés avec des reges Alamannorum195. Il s’agissait de gentes foederatae extra fines imperii.

  • 196 Il est possible que des modalités différentes de service armé et de mobilisation aient été utilisée (...)

101Les groupes foederati fournirent probablement des contingents formés sur une base ethnico-tactique et placés sous commandement de leurs chefs ethniques, pour plusieurs raisons : devant l’imminence d’un affrontement avec Théodose, il était plus judicieux de procéder à la mobilisation de contingents ethniques plus facilement mobilisables. De plus, une mobilisation par contingent ethnico-tactique permettait de conserver la pleine efficacité militaire des barbares, alors que leur dilution au sein des unités régulières pouvait limiter leur force. Cette interprétation est confortée par le vocabulaire qu’utilise Orose avec le terme auxilia qui suggère un recours à des contingents ethniques qui combattaient aux côtés de l’armée romaine, ce que confirme Socrate. Exposant le déroulement de la bataille du Frigidus, l’historien ecclésiastique indiquait que les barbares qui luttaient pour Théodose furent mis en difficulté lors du combat : « du côté où les Romains combattaient contre des Romains, à l’endroit de la bataille rangée, la lutte était égale, mais du côté des barbares qui combattaient avec l’empereur, ceux d’Eugène avaient largement le dessus » (Socrate, H.E. V, 25, 9, 11). Eugène disposait de ses propres troupes barbares et ces barbares avaient un statut identique à celui des barbares de Théodose : des barbaroi symmachountes qui combattaient (symmachein) pour l’empereur, donc des alliés (symmachoi), des foederati. Ils servaient probablement dans leurs contingents ethniques sous commandement de leurs chefs ethniques respectifs196. À ces modalités d’engagement et de service, se rallie J. F. Drinkwater qui estime que les Francs – et Alamans ? – mobilisés suite aux foedera de 392/ 393 servirent selon les modèles I et II conceptualisés dans sa synthèse sur les Alamans et Rome : soit, dans le cas du modèle I, l’engagement de groupes de guerriers plus ou moins itinérants engagés avec leurs chefs de guerre sur les marges frontières extérieures de l’Empire ; dans le cas du modèle II, nous aurions affaire à des groupes de guerriers commandés par des princes, fils de roi, comites, optimates engagés dans le cadre d’alliance militaire à court terme réglementée par foedera (Drinkwater, 2007, p. 163). Certains de ces contingents furent peutêtre, après la victoire de Théodose, promus au rang d’unités régulières, d’auxilia palatina. Francs et Alamans liés par des foedera à l’Empire et mobilisés comme foederati dans la guerre civile, restaient, semble-t-il, des foederati extra fines imperii, non territorialisés.

102Avec les guerres internes à l’Empire, entre Maxime et Théodose, puis Eugène et Théodose, avec les effets indirects – sur l’Occident – de la défaite d’Andrinople, les Romains semblent avoir recouru avec une plus grande intensité aux combattants que pouvaient fournir les groupes barbares rhénans, Francs, Alamans. L’autre nouveauté – la première résidant dans l’intensité du recrutement, non dans le recrutement en lui-même dont on a vu qu’il était, dans ses formes, multiple – se trouve dans le recours à des barbares rhénans engagés par contingents ethnico-tactiques et placés sous commandement de leurs chefs ethniques, en vertu de foedera.

III. 2.8. Quelques remarques sur la documentation archéologique

103Les données archéologiques attestent d’une présence de populations non-romaines, germaniques, en Gaule septentrionale à partir de la fin du ive siècle (Böhme, 1974 ; Schmauder, 2003, p. 271-306, 274, 277-281, 281-284), ce qui est – partiellement – en accord avec les sources écrites.

  • 197 Amm. Marc., XX, 4, 10. Ils fondaient certainement des familles sur le sol romain.
  • 198 Les officiers francs – Bonitus, Silvanus, Merobaudes, Bauto, Richomeres, Arbogast, Vallio – ou alam (...)

104Ces populations étaient constituées de combattants ainsi que – probablement – de leurs familles ( ?), qui vivaient en unité familiale de taille réduite à forte cohésion ethnique (Böhme, 1997, p. 93-94 ; Schmauder, 2003, p. 283 ; Stickler, 2007, p. 500). Il est toutefois difficile de connaître le(s) statut(s) de ces populations, leurs conditions d’admission dans l’Empire (Drinkwater, 2007, p. 351 ; Halsall, 2000, p. 167-180, 177-179 ; Schmauder, 2003, p. 279, n. 31). À côté d’établissements létiques (Böhner, 1963, p. 139-167 ; Günther, 1971, p. 39-59 ; Günther, 1977, p. 311-321 ; Theuws, Hiddink, 1997, p. 66-80, 75-80), il faut imaginer une variété de situations que les textes reflètent partiellement. Ainsi le cas des barbari voluntarii militares qui servaient dans la militia romana, au sein des auxilia palatina, sur la base du volontariat (voluntarii), sous certaines conditions d’engagement (pactum), montre que des soldats d’origine germanique qui venaient d’outre-Rhin, après avoir abandonné leurs foyers (laribus transrhenanis), pouvaient être accompagnés de leurs familles197. Au terme de leurs carrières, certains restaient en Gaule pour y finir leur vie198, alors que d’autres vétérans germaniques retournaient au-delà du Rhin.

105Il est difficile de déterminer les conditions de leur admission, ainsi que les conditions matérielles dans lesquelles elles vivaient. Ne pourrait-on pas les rapprocher du modèle proposé par H. W. Böhme : les tombes de Germani inhumés en Gaule septentrionale pourraient être celles, non pas de foederati, mais de troupes de guerriers germaniques (Verbände) commandés par leurs propres chefs ethniques soumis à l’autorité militaire romaine (Böhme, 1997, p. 91-101, 100-101 ; Böhme, 1998, p. 31-58, 38). Ce modèle pourrait correspondre à ce que laissent apparaître les textes, dans la mesure où, comme nous l’avons vu, l’établissement intra fines imperii de groupes barbares foederati paraît rester exceptionnel pour le ive siècle. On a cependant pu observer que le recrutement de combattants d’origine germanique – Francs, Alamans – se poursuivait durant tout le ive siècle auprès de gentes foederatae extra fines imperii : ces combattants germaniques foederati qui servaient dans l’armée romaine et mouraient pour l’Empire, montraient, au terme de leur vie ainsi que les tombes fouillées le suggèrent, une culture composite (Périn, 1998, p. 59-81, 65-81 ; Siegmund, 2000, p. 130-131, 302-307, 348-350). Cette Mischzivilisation (Böhme, 1974 ; Drinkwater, 2007, p. 348-354 ; Stickler, 2007, p. 499-502) pourrait être celle de ces Verbände. On peut penser que ces combattants étaient accompagnés de barbares qui exerçaient au sein de leur société d’origine une certaine prééminence politico-sociale et qui se voyaient confier, au service de l’Empire, des commandements militaires à l’image des reges alamans Fraomarius, Hortarius, Suomarius, ou encore du prince franc Mallobaudes dont la position rappelle, comme on l’a dit, celle du prince ibère Bacurius (Sartor, 2008).

106Il existait une stratification sociale et politique au sein des groupes barbares au service de l’Empire (Périn, 1995, p. 247-301, 251). Ces barbares qui passaient volontairement dans l’Empire devaient être conduits par leurs chefs et accompagnés de leurs familles (Böhme, 1998, p. 40, 47-48 ; Drinkwater, 2007, p. 354). Il ne semble pas que l’Empire ait cependant toléré l’admission sur son sol de groupes importants, contrairement à ce qui peut être observé au ve siècle (Drinkwater, 2007, p. 354-355). On se retrouve face à une contradiction entre les données fournies par la documentation écrite et les informations tirées des sources archéologiques : puisque les textes sont, a priori, silencieux sur l’installation intra fines imperii de groupes barbares foederati, comment doit-on considérer et interpréter les tombes à armes et à dépôts funéraires localisées en Gaule septentrionale, nommées Föderatengräber (Böhme, 1974, p. 195-207) ? Il faut peut-être envisager le problème des foederati diffé remment, y compris pour les groupes barbares foederati admis intra fines imperii, et abandonner l’idée que nous avons affaire à des groupes nécessairement importants numériquement, autonomes, dirigés par une élite politicomilitaire et une autorité royale. Considérons ainsi que des groupes barbares constitués de civils (familles), de combattants et de leurs chefs, pouvaient être admis intra fines imperii après conclusion de foedera qui définissaient les conditions diplomatico-juridiques de leur admission en terre d’Empire. Ils avaient accès à l’appareil logistique et financier de l’armée impériale et leurs chefs, loin d’être indépendants du pouvoir romain, pouvaient être investis de commandements militaires romains (Heather, 1991, p. 181-224, 240-308). On peut penser qu’ils étaient enrôlés, selon les besoins et le contexte du moment, en tant que foederati, dans les unités régulières de l’armée impériale ou engagés au sein de leurs propres contingents placés sous les ordres de leurs chefs ethniques. Des groupes foederati intra fines imperii existaient dès la seconde moitié du ive siècle, mais probablement en proportion réduite. Les événements de l’extrême fin du ive siècle, après la victoire de Théodose sur Eugène, puis le début du ve siècle, en Gaule, confirment les tendances esquissées à la fin du ive siècle et irrégulièrement notées pour le ive siècle, notamment sous les Constantinides. Ce phénomène de foederati intra fines imperii limité pour le ive siècle, devait être bouleversé par l’admission de nouveaux groupes foederati intra fines imperii au ve siècle.

IV. L’EMPIRE, LES FRANCS ET LES ALAMANS EN GAULE SEPTENTRIONALE DANS LA PREMIÈRE DÉCENNIE DU Ve SIÈCLE : DE NOUVELLES FORMES DE RELATIONS

107Le ve siècle voit le développement, avec des nuances, du phénomène des foederati intra fines imperii en Gaule. On pourra constater que Francs et Alamans ne reçoivent, dans nos sources, pas le même traitement, ce qui peut fausser nos interprétations. De même, si l’Empire expérimente de nouvelles formes de relations avec les gentes germaniques rhénanes, il s’appuie sur des pratiques déjà connues et utilisées par le pouvoir romain, mais déployées à d’autres échelles et d’autres espaces.

IV. 1. Francs et Alamans dans l’armée impériale sous Stilicon (395-408) : un engagement continu pour un Empire toujours en demande

108Au lendemain de la victoire sur Arbogast, la présence germanique rhénane dans les armées impériales resta continue. Stilicon dut compter avec les impératifs diplomatiques et militaires sur le Rhin, s’assurer des filières de recrutement alors que les défis étaient multiples pour la Pars Occidentis entre 395 et 408.

IV. 1.1. Stilicon et la diplomatie impériale sur le Rhin : une politique continue de foedera avec les groupes barbares rhénans extra fines imperii

  • 199 Claudien, In Ruf. II, 105-106 ; I. Cons. Stil. I, 159-160.
  • 200 Claudien, IV. Cons. Hon. 440-444. Ce passage suggère un bref voyage : Demougeot, 1951, p. 151-152, (...)
  • 201 Claudien, IV. Cons. Hon. 446, 450-451, 452 ; I. Cons. Stil. I, 220-221, 222-223, 225-226 ; Bell. Gi (...)
  • 202 Claudien, IV. Cons. Hon. 449 ; I. Cons. Stil. I, 190-191, 233-234, 244 ; In. Eutr. I, 379-380 ; In (...)

109Si les Francs et Alamans de l’armée d’Eugène furent intégrés à l’armée du vainqueur199, le gouvernement occidental dut rappeler aux barbares rhénans le nom du nouveau maître romain, alors qu’ils avaient fourni des contingents à Eugène contre Théodose. Stilicon s’acquitta de cette tâche durant l’hiver ou le printemps 396200. Il traita avec des reges de groupes alamans et francs (Anton, 1995, p. 414-435 ; Goetz, 2003, p. 307-344, 308-311) : « Sicambres », « Bructères », « Saliens », Franci201, dont on ne sait s’il désigne un de ces groupes barbares du Bas-Rhin ou s’il s’agit d’une appellation générique appliquée à l’ensemble des groupes « francs » bas-rhénans (Beck, 1995, p. 373-374 ; Charlet, 2000, II, 2, p. 35 ; Goetz, 2003, p. 309). Aux Franci s’ajoutaient des groupes alamans202.

  • 203 Claudien, IV. Cons. Hon. 439-440, 443-454 ; I. Cons. Stil. I, 195-202, 218-220, 220-234.
  • 204 Claudien, IV. Cons. Hon. 445, 446-447 ; IV. Cons. Hon. 444-449 ; I. Cons. Stil. I, 188-217, 210-211 (...)
  • 205 Claudien, IV. Cons. Hon. 453-454 ; I. Cons. Stil. I, 193-202. Rappelons le précédent : Valens deman (...)

110Honorius avait confié à son général la mission de « calmer […] des peuples féroces et de pacifier le Rhin ». Il passa les Alpes et se dirigea vers les Rhéties, pour remonter le limes rhénan du sud vers le nord. Il obtint des chefs francs et alamans qu’ils franchissent le fleuve203 et, suivant les usages d’une deditio ou receptio (Burns, 1994, p. 156-157), il obtint leur soumission. Les chefs barbares s’agenouillèrent devant le représentant de l’empereur et implorèrent la paix204 : « ces hordes redoutées, qui toujours vendaient à Rome leur inaction, et, pour un or vil, lui accordaient un honteux repos, aujourd’hui, l’air abattu, suppliant, offrent leurs fils pour gages de la paix qu’elles demandent, et semblent des captifs qui, les mains attachées derrière le dos, et la tête sous le joug, montent à la roche Tarpéienne » (Claudien, I. Cons. Stil. I, 209-214). Claudien travestit une réalité fondée sur les rapports que certains groupes barbares rhénans avaient entretenus avec Arbogast : en soutenant l’usurpateur, ces groupes s’étaient placés dans un état d’hostilité à l’égard d’Honorius. En venant écouter « leurs vœux divers » et « agréer leurs requêtes », Stilicon attendait des explications et souhaitait obtenir leur soumission, non par la force, compte tenu d’autres urgences sur le front oriental, mais par la diplomatie205.

  • 206 Claudien, I. Cons. Stil. I, 190-191 ; In Eutr. I, 379-380.
  • 207 Claudien, IV. Cons. Hon. 455-456 : Nobilitant veteres Germanica foedera Drusos… Il s’agit bien de g (...)
  • 208 Claudien, I. Cons. Stil. I, 211 ; IV. Cons. Hon. 655 : … crinitusque tuo sudabit fasce Suevus… Le d (...)
  • 209 Symmaque, Ep. VI, 58, 2 (398) ; Ep. LXII ; Ep. VI, 64, 2 ; CTh. VII, 13, 12 datée du 17 juin 397. P (...)

111Après les deditiones des chefs (reges), Stilicon accorda des foedera. Claudien fait peut-être allusion à de nouveaux foedera lorsqu’il indique que les Suèves (Suebi) qui n’avaient pas « encore senti les coups de nos glaives », reconnaissaient les lois romaines (iura)206. Les différents groupes barbares rhénans redevenaient alliés en tant que foederati extra fines imperii207. Les foedera s’accompagnèrent de la livraison d’otages et de la fourniture de troupes208, dans le cadre d’une alliance militaire : ces groupes devaient fournir des troupes à Stilicon contre Gildon (janvier/février 398) (Claudien, Bell. Gild. 371-374), et c’est vraisemblablement en rapport avec ces foedera que furent promulguées en 397, plusieurs lois consacrées à la levée de recrues (tirones ou iuniores in arma conscribere). Par CTh VII, 13, 12 du 17 juin 397, l’empereur levait, pour cause d’utilitas publica, les dispenses de la praebitio tironum dont jouissaient les biens du patrimoine impérial (patrimoniu nostrum). Les domaines impériaux (res nostra) dispersés dans toutes les provinces (per omnes provincias) devaient contribuer à « la présente fourniture » (a praestatione praesenti) dont ils étaient, jusqu’alors, dispensés (inmunes), c’est-à-dire, probablement, à la praebitio tironum sous sa forme de corpora, puisque aucune précision n’est apportée dans le texte (CTh VII, 13, 12 (17 juin 397)) (Delmaire, 1989, p. 330) : l’empereur exigeait de son patrimonium sacrum qu’il fournisse des recrues (iuniores). Cette loi fut partiellement corrigée par CTh VII, 13, 14 du 12 novembre 397, qui autorisait les perpétuaires de la Res privata à verser l’aurum tironicum (in pretia) en lieu et place de « levée de corps » (in corporibus). La conversion in pretia de la « levée de corps » (corpora) avait été obtenue par les sénateurs à la suite de petitiones auxquelles CTh VII, 13, 13 du 24 septembre 397 répondait : bien que conservant la possibilité (optio) de fournir (praestare) des tirones apti aux « devoirs militaires » (officiis militaribus), les membres de l’amplissimus ordo étaient autorisés à verser la somme de vingt-cinq solidi par recrue (tiro) aux caisses des sacrae largitiones (Delmaire, 1989, p. 330). Les Lettres de Symmaque témoignaient ainsi de l’angoisse des milieux sénatoriaux confrontés aux levées de corpora (« réquisition du personnel de services à des fins militaires »), comme l’indique Symmaque dans sa Lettre VI de 397, où il se disait soucieux « depuis le don gratuit du Sénat », allusion probable au versement de l’aurum tironicum. Il est vraisemblable qu’aux tirones nationaux recrutés de corpora, s’ajoutait le recours à l’exhibitio tironum sous sa forme de pretia, facilitée par la possibilité qu’avait l’Empire de recruter des soldats auprès des barbares rhénans foederati depuis 396. Cette législation, qui devait répondre aux diverses menaces – Alaric en Grèce, mais aussi Gildon en Afrique209 – pourrait trouver un écho rhétorique chez Claudien qui évoque les Francs mobilisés contre Gildon (Charlet, 2000, II, 2, p. 146).

  • 210 Francs : Claudien, In. Eutr. I, 383 :… ut nostris detonsa Sygambria signis. Alamans : In. Eutr. I, (...)
  • 211 Claudien, I. Cons. Stil. I, 239-242. Demougeot, 1979, p. 194-195. PLRE I, Marcomeres, p. 557.
  • 212 Claudien, I. Cons. Stil. I, 241-243. PLRE I, Sunno, p. 860.
  • 213 Claudien, IV. Cons. Hon. 453-455. Les Alamans entrèrent en guerre contre Valentinien Ier après que (...)
  • 214 Claudien, In Eutr. I, 379-380 :… legesque Caucis arduus et flavis signabat iura Suebis. His tribuit (...)
  • 215 Les Suebi soit les Alamans : Claudien, In. Eutr. I, 380-382 ; I. Cons. Stil. I, 190-191. Les Francs (...)

112Le secteur rhénan fut troublé entre l’été et l’automne 398 (Demougeot, 1979, p. 194). Plusieurs chefs francs et alamans210 se rendirent en Italie pour y rencontrer l’empereur. Ces ambassades présentaient devant l’empereur, des Germains rhénans qui avaient rompu la paix de 396 ou qui n’y avaient pas souscrit (Demougeot, 1979, p. 194-195). Deux reges franci étaient clairement incriminés : Marcomer et Sunnon qui avaient participé au succès franc de 388. Marcomer, responsable d’une révolte entre 396 et 397, fut déposé et exilé en Étrurie211. Sunnon, qui déclencha une sédition pour « venger l’exil de son frère », « périt sous le fer de ses sujets »212, dans un contexte trouble, soit qu’il faille y voir une intervention impériale, soit que les Francs eux-mêmes aient estimé trop désastreuse, en termes économiques et matériels, la politique conduite par leur rex puisqu’ils étaient privés, depuis leur révolte, des avantages liés aux foedera213. Les Suebi – des groupes alamans – se virent imposer des rois, alors que les Chauques (Cauci), tenus d’obéir aux leges dictées par l’empereur, devaient « fournir des otages (obsides) en garantie des traités »214. Les Suebi ne furent pas les seuls à se voir imposer des rois. Envers les groupes francs privés de chefs, l’empereur dut désigner de nouveaux reges ou confirmer les nouveaux princes que s’étaient eux-mêmes donnés les Francs215 : « les provinces auront banni leurs gouverneurs avant que le Franc perfide renverse les rois que tu lui auras donnés. Ce n’est plus par des défaites, mais avec des chaînes qu’il faut punir les rebelles : sous ton consulat, un cachot dans Rome connaît des crimes des rois. Voilà ce que nous apprennent Marcomer et Sunnon, dont l’un trouva son exil dans l’Étrurie, dont l’autre périt sous le fer de ses sujets, en voulant venger son frère ». L’empereur avait donc également donné des rois aux groupes francs. L’Empire maintenait un contrôle politique et économique sur les groupes barbares par le biais de foedera le long du Rhin avec des reges clients foederati extra fines imperii.

IV. 1.2. Des modalités de service armé multiples difficiles à déterminer : le problème des sources littéraires. L’exemple de Claudien

  • 216 Concernant la présence de soldats barbares rhénans dans les unités régulières de l’armée impériale (...)
  • 217 Claudien, I. Cons. Stil. I, 236-245 ; IV. Cons. Hon. 655.
  • 218 Pacatus, Pan. Lat. XII, 22, 3 : Dicamne ego receptos servitum Gothos castris tuis militem…
  • 219 Pacatus, Pan. Lat. XII, 32, 3 : Postremo populis barbarorum ultroneam tibi operam ferre voventibus (...)
  • 220 Pacatus, Pan. Lat. XII, 32, 4 : O res digna memoratu ! Ibat sub ducibus vexillisque Romanis hostis (...)

113Il est difficile d’établir les conditions de service des Francs et des Alamans, dans la mesure où Claudien est notre source principale. L’image littéraire des « Sicambres tondus », associée à l’idée que les Sicambres servent (militare) sous les enseignes romaines (signa), constitue un témoignage possible sur l’incorporation des Germains rhénans dans les unités régulières de l’Empire comme l’illustre ( ?) également CTh VII, 20, 12 (30 janvier 400)216. Le recours au verbe militare s’inscrit également dans la tradition terminologique et idéologique des panégyriques d’époque tétrarchico-constantinienne. Mais derrière cette continuité peuvent se dissimuler des réalités changeantes : il s’agissait de perpétuer un discours qui faisait des barbares des vaincus ou des suppliants au service de l’Empire. Ailleurs Claudien présentait les barbares marchant sous les enseignes romaines (signa) (Christiansen et alii, 1988, p. 357) : l’Alamannia implorait les Romains d’accepter que ses forces se joignent aux étendards (signa) de l’Empire. Dans un registre identique, Claudien utilisait l’image construite autour des « faisceaux » (fasces) : « Et le Suève chevelu suera sous tes faisceaux »217. Cette sémantique était déjà présente chez Pacatus, lorsqu’il décrivait la guerre contre Maxime (Nixon, Rodgers, 1994, p. 437-519) : les Goths, dans les années 379-382, furent « accueillis dans l’Empire » pour fournir « des soldats à tes armées »218. Lorsqu’il évoquait l’assistance militaire que prêtaient les barbares à l’Empire en 388, les barbari étaient présentés comme des troupes de renfort (auxiliatores) détachées des frontières (manus limiti) vers l’armée de campagne219. Dans un registre comparable, Pacatus utilisait l’image des soldats barbares marchant sous les « enseignes » (signa) et les « étendards » (vexilla) romains220. Ces formules littéraires soutenaient un thème idéologique : celui de la soumission des barbares à l’Empire et celui de leur participation aux guerres de l’Empire, sans aucune volonté d’informer sur les modalités d’engagement des barbares (Heather, 1991, p. 162 ; Cesa, 1994, p. 53-54, 56, n. 37). Le traitement que réservait Claudien aux Francs et Alamans pose les mêmes problèmes d’interprétation.

  • 221 Claudien, I. Cons. Stil. I, 233-236 :...quotiens sociare catervas oravit iungique tuis Alamannia si (...)
  • 222 Stilicon ne versa pas les tributs habituels : I. Cons. Stil. I, 210-211 : Illi terribiles, quibus o (...)
  • 223 Claudien, I. Cons. Stil. I, 190-191, 218-220, 233-236 :...quotiens sociare catervas oravit iungique (...)
  • 224 Claudien, In Eutr. I, 379-380, 380-382 ; I. Cons. Stil. I, 190-191 ; IV. Cons. Hon. 448-449 ; In Eu (...)

114Concernant les Alamans, Claudien indiquait : « L’Alamannie, mille fois, eut l’ambition de se joindre à tes légions et de s’associer à tes enseignes : mais ton indifférence n’éveilla pas sa colère ; et l’éloge de sa fidélité adoucit tes refus »221. L’empereur aurait refusé l’aide (auxilium) offerte par les Alamans. Peut-être s’agit-il d’une allusion aux révoltes des groupes alamans que les Romains soumirent par la diplomatie avec le schéma suivant : (1) malgré l’intervention de Stilicon en 396, tous les groupes alamans ont pu rester dans une agitation qui empêchait pour l’Empire la levée de troupes et la négociation de foedera ; (2) privés des revenus perçus en raison des foedera222, certains de ces groupes alamans ont pu décider en 398 de faire délibérément leur soumission (deditio) pour obtenir la paix et réintégrer l’alliance impériale223 ; (3) l’empereur accepta la deditio, et après prestation des serments, accorda la paix et de nouveaux foedera ; par la restitutio, il désignait de nouveaux rois pour les groupes alamans (Suebi) soumis224, établissant ainsi des reges clientes ; (4) l’alliance avec l’Empire était restaurée et les Alamans devaient fournir des recrues. Stilicon parvenait par ces foedera à réaliser les espoirs de Claudien en janvier 398 : « le Suève chevelu suera sous tes faisceaux » (Claudien, IV. Cons. Hon. 655).

  • 225 Claudien, In. Eutr. I, 382-383 :...bellorum alios transcribit in usus, militet ut nostris detonsa S (...)
  • 226 CTh VII, 20, 12 (30 janvier 400). Ces Alamans sont peut-être issus des Alamans déportés en Italie d (...)

115Sur le Rhin, auprès des groupes francs comme des groupes alamans, l’Empire pratiqua, avec Stilicon, une politique d’enrôlement de barbares incorporés aux unités régulières par foedera. Dans le cadre de ces foedera, l’Empire avait restauré les alliances militaires : « d’autres [barbares] sont admis dans les rangs de son armée [celle de l’empereur] ; et le Sicambre, désormais sans chevelure, combattra sous nos drapeaux ». L’empereur dressait la liste (bellorum alios transcribit in usus) des barbares rhénans tenus de fournir des soldats pour les guerres impériales225. Au-delà de la thématique de l’assimilation culturelle (Chauvot, 1998, p. 334-335), c’est l’engagement militaire de combattants francs dans l’armée impériale qui s’exprimait avec l’image littéraire des « Sicambres tondus » qui servaient (militare) sous les enseignes romaines (signa). Une loi du 17 janvier 400 évoquait la présence, parmi les recrues soumises (obnoxiae) à l’enrôlement (dilectus), d’Alamans (Alamanni) ou d’Alamanni laeti (Drinkwater, 2007, p. 162)226. Cette présence alamannique suggère un lien avec les foedera rhénans de 396 et 398/399. Si c’est le cas, il faut alors noter que les Alamans devaient être incorporés dans les unités régulières (CTh VII, 20, 12). Francs et Alamans pouvaient donc être engagés dans les unités régulières de l’armée impériale, conformément aux clauses des foedera (Hoffmann, 1969, I, p. 143, 168 avec les Marcomanni seniores/Marcomanni iuniores (ND. Occ. V, 49-50)) ; les Brisigavi Seniores/Brisigavi iuniores (ND. Occ. V, 52-53), ainsi que les Atecotti Seniores/Atecotti iuniores (ND. Occ. V, 48, 51) et les Mauri Seniores/Mauri iuniores (ND. Occ. V, 54-55)). Stilicon put reconstituer « l’armée rhénane en recrutant des Francs (« Sicambres ») qu’il préférait aux Alamans dont il aurait, selon Claudien, repoussé les offres empressés ». Cette reconstitution fut facilitée par la « confiscation des biens du comte d’Afrique rebelle » qui permit la formation de « plusieurs unités d’Honoriani Gallicani » (Demougeot, 1979, p. 195, n. 57 ; Liebeschuetz, 1990, p. 37, n. 54), voire peut-être de dix-huit nouvelles unités, dont les Brisigavi seniores et les Brisigavi iuniores qui auraient eu, initialement, un recrutement alamannique (Hoffmann, 1969, I, p. 143, 168 ; Drinkwater, 2007, p. 170-171, 172-173). Si des Germains rhénans furent recrutés comme tirones dans les unités régulières de l’armée, il est cependant possible que diverses modalités de recrutement et d’engagement aient eu cours simultanément : incorporation dans les unités régulières, engagement par contingents ethniques (Liebeschuetz, 1990, p. 37) : Francs comme Alamans pouvaient ainsi être appelés foederati puisqu’ils étaient engagés par l’Empire dans le cadre de foedera (Drinkwater, 2007, p. 162-163).

  • 227 Claudien, I. Cons. Stil. I, 218-231 ; In. Eutr. I, 406-407.

116Claudien louant l’œuvre de Stilicon sur le Rhin, présentait les effets positifs de cette action pour les populations provinciales : « Tu réduis le Rhin, les cornes brisées, à dépouiller sa fureur menaçante. Le Salien, aujourd’hui, cultive ses campagnes, le Sicambre courbe son épée en faux ; et le voyageur, à la vue des deux rives, cherche la rive soumise à Rome. Aujourd’hui le Belge, sans irriter le Chauque, guide par-delà le fleuve ses brebis affamées, et les troupeaux du Gaulois traversent l’Elbe et parcourent les montagnes des Francs : aujourd’hui encore, le chasseur s’égare sans danger sous les silencieux ombrages d’Hercynie ; et, dans ces bois consacrés à une antique superstition, les chênes divinisés par les Barbares tombent impunément sous nos haches victorieuses ». Ce passage suggère que certains Germains avaient été établis dans l’Empire : la paix permettait « une récupération économique et politique des pays d’outre-Rhin » (Chauvot, 1998, p. 336), qui profitait à l’Empire et à ses provinces, à l’image des provinciaux de Belgique qui menaient leurs troupeaux et allaient chasser sur la rive droite, alors que sur la rive gauche, les Saliens et les Sicambres qui « [avaient] courbé leurs épées en faux » s’occupaient à cultiver leurs champs227. Dans la mesure où Claudien ne fait aucune allusion au transfert de populations germaniques sur le sol romain, il est probable qu’il faille dissocier ces populations germaniques des Francs et Alamans liés par foedera conclus entre 396-398. Nous avons probablement affaire à des établissements létiques (Roosens, 1968, p. 89-109 (carte 5) ; Demougeot, 1979, p. 196) ; Szidat, 1995, p. 283-293, 293 (carte)). Ainsi Claudien, en faisant allusion au Salien qui « aujourd’hui, cultive ses campagnes », a pu chercher à évoquer les établissements territoriaux de Salii opérés par Julien en 358, avec l’objectif, quels que soient les divers statuts des barbares en question, de louer l’œuvre de Stilicon, en la rattachant à un thème idéologique du barbare cultor qui travaille la terre pour le bénéfice des Romains (Carrié, 1995, p. 45-47, 46). Mais parallèlement, on peut se demander si Claudien ne fait pas allusion, lorsqu’il dit que « le voyageur, à la vue des deux rives, cherche la rive soumise à Rome », à la politique de foedera qui permettait d’établir outre-Rhin des groupes barbares clients soumis à l’Empire et tenus à des obligations diplomatiques et militaires envers lui, à l’image de la politique pratiquée, sous la Tétrarchie et sous les Constantinides, notamment vis-à-vis des Alamans (Drinkwater, 2007).

  • 228 Hoffmann, 1969, I, p. 30-33 et II, p. 11-12. Zosime, V, 4, 2 ; V, 7, 4-5 ; Jean d’Antioche, Frg. 19 (...)

117Stilicon traita entre 396 et 398 avec des groupes francs et alamans qui furent rétablis – plutôt qu’établis – dans leurs foedera à des fins militaires et géostratégiques : s’assurer le recrutement de combattants barbares dans le cadre d’alliances militaires renouvelées, afin de reconstituer une armée occidentale dont certaines unités avaient été transférées à l’armée orientale en 394228 ; s’assurer la tranquillité du secteur rhénan par la soumission des populations germaniques – en désignant de nouveaux reges – pour faire face aux autres menaces. Ces groupes restaient des gentes externae à l’Empire au sens où, s’ils étaient liés par foedera, ils ne furent pas transférés sur le territoire impérial pour y être installés. L’Empire était intéressé par l’engagement de recrues destinées aux unités régulières. Stilicon poursuivait sur le Rhin, la ligne traditionnelle de la politique impériale pratiquée tout le long du ive siècle. Il faut cependant noter que les besoins militaires de l’Empire, face à la conjugaison de plusieurs défis, impliquaient de se tourner vers les groupes barbares rhénans dont les chefs et combattants avaient un rôle de plus en plus important et représentaient des forces de pression (Drinkwater, 2007, p. 322).

IV. 2. Francs et Alamans en Gaule dans les années 406-413

118Devant la pression des événements (406-413), les Romains eurent recours à des méthodes éprouvées, mais dont l’application dans un contexte difficile pouvait avoir des effets difficilement maîtrisables, voire imprévisibles. Plusieurs groupes de Francs et d’Alamans – des communautés d’importance variable et des grandes gentes unies autour d’un roi (Wood, 1998) – furent ainsi courtisés par les différents empereurs qui tentaient de s’imposer en Gaule et en Espagne entre 407 et 413 : Constantin III et son fils le Caesar Constant d’une part ; Maxime proclamé empereur par un général rebelle de Constantin III, Gérontius, d’autre part ; enfin les deux frères issus de la noblesse gauloise, Jovin et Sébastien (Stevens, 1957, p. 316-347 ; Arce, 1982, p. 151-162 et Arce, 1988, p. 84-121 ; Paschoud, 1986, p. 205-207, 227-229, 288-289 et 1989, 2, p. 17-43, 65-66 ; Scharf, 1993, p. 1-13 ; Ehling, 1997, p. 1-11 ; Wynn, 1997, p. 69-117 ; Lütkenhaus, 1998 ; Drinkwater, 1998, p. 268-298 ; Kulikowski, 2000, p. 325-345). Les événements de 406-413 intensifièrent le recours aux Francs comme aux Alamans, de la part d’usurpateurs – Constantin III, Jovin, Maxime – qui rivalisaient pour s’imposer à Honorius. Afin de constituer des réserves de combattants pour leurs armées de campagne, les usurpateurs – comme Honorius – conclurent des foedera qui mobilisaient ces groupes germaniques, avec cependant plusieurs changements : si des foedera continuaient d’être conclus avec des groupes extérieurs, c’est désormais également avec des groupes établis intra fines imperii que les Romains traitaient : confrontés à un besoin de combattants, les prétendants à l’Empire mobilisaient à la fois des groupes foederati extra fines imperii, mais aussi des groupes intra fines imperii, dont les combattants étaient utilisés dans les armées de campagne au sein même de l’Empire – et non plus seulement tournés vers le barbaricum ; les barbares engagés semblent avoir essentiellement été mobilisés en contingents ethnico-tactiques commandés par leurs chefs ethniques qui pouvaient être investis de commandements militaires romains.

IV. 2.1. Constantin III, le Rhin et les barbares rhénans

  • 229 Orose, Hist. ad pag. VII, 40, 3 :... multaeque cum his aliae, Francos proterunt, Rhenum transeunt.
  • 230 Il y avait, contrairement aux propos de Claudien, I. Cons. Stil. I, 188-217, 218-231, versement de (...)

119Avant d’être mobilisés par les usurpateurs, certains de ces barbares rhénans accomplirent leurs obligations d’alliés de l’Empire. Ainsi les Francs paraissent avoir joué un rôle défensif au service de l’Empire en janvier 406 : les « Alains […] Suèves, Vandales, et beaucoup d’autres avec eux, écrasent les Francs, traversent le Rhin, envahissent les Gaules et […] parviennent jusqu’aux Pyrénées »229. Ces Francs, vaincus avant le passage du Rhin, pourraient être des Francs échappant au contrôle impérial outre-Rhin (Kulikowski, 2000, p. 325-345, 326, n. 9 ; contra Burns, 1994, p. 206-209), ou, tout simplement, des Francs alliés de l’Empire (Demougeot, 1974, p. 83-125, 100-101 ; Drinkwater, 1998, p. 269-298, 272-273). N’oublions pas que Stilicon avait renouvelé des foedera avec des groupes francs afin d’assurer la tranquillité de l’Empire sur le Rhin et se fournir en troupes fédérées. La mobilisation des Francs comme foederati impériaux durant les événements de décembre-janvier 406 est donc probable230.

  • 231 Zosime, VI, 3, 3. Paschoud, 1989, p. 28-31, 30 ; Drinkwater, 1998, p. 20-30.

120Au printemps 407, Constantin III débarqua à Boulogne (Drinkwater, 1998, p. 269-298, 271-272 ; Kulikowski, 2000, p. 325-345, 325-331). Avant de gagner Lyon, puis Arles, il sécurisa le secteur rhénan (Drinkwater, 1998, p. 275-277 ; Kulikowski, 2000, p. 332-333) en y envoyant des troupes. L’intervention des troupes constantiniennes (Kulikowski, 2000, p. 333) est confortée par plusieurs éléments : les frappes monétaires au nom de Constantin III attestées à Trèves après mai 408 avec la légende VICTORIA AUGGG (RIC. X, 143, 146-147 ; Demougeot, 1974, p. 102 ; King, 1987, p. 285-295, 286-287) trouvent écho chez Zosime qui indiquait que Constantin « fit […] régner une sécurité totale sur le Rhin, ce qui avait été négligé depuis l’époque de l’empereur Julien »231. La localisation des frappes monétaires au nom de Constantin III vient ainsi confirmer l’attention que l’usurpateur accorda au secteur rhénan, tout comme la restauration du ducatus Moguntiacensis (Oldenstein, 1993, p. 125-133, 127-128). De plus, il fallut attendre la seconde moitié de l’année 408 (mai 408) pour voir les premières frappes monétaires à Arles, autant d’éléments qui suggèrent que Constantin se préoccupa d’affirmer son autorité en Gaule septentrionale (Drinkwater, 1998, p. 275-279 ; Kulikowski, 2000, p. 333-334 ; Paschoud, 1989, p. 23-26).

121C’est par un recours combiné à la force militaire et à la diplomatie, que Constantin III stabilisa la situation sur le Rhin. Les groupes germaniques rhénans pouvaient être tentés de profiter des troubles consécutifs au franchissement du Rhin pour améliorer leurs positions. Constantin III dut traiter avec des groupes de Francs, d’Alamans installés sur la rive droite du Rhin et qui avaient, au moins pour une partie d’entre eux, eu à faire face aux « envahisseurs » du 31 décembre 406 (Demougeot, 1974, p. 101-102 ; Schulz, 1993, p. 180 ; Cesa, 1994, p. 131-132 ; Drinkwater, 1998, p. 282).

IV. 2.2. Des « traités incertains » (foedera incerta) et des foederati divers

  • 232 Orose, Hist. ad pag. VII, 40, 4 :… a barbaris incertis foederibus inlusus, detrimento reipublicae f (...)
  • 233 Orose, Hist. ad pag. VII, 40, 9.
  • 234 Orose, Hist. ad pag. VII, 40, 7 :… cum barbaris quibusdam qui quondam in foedus recepti atque in mi (...)

122« Constantin […] s’empara du pouvoir impérial, […] passa dans les Gaules. Là, souvent joué par les barbares dans des traités incertains, il causa grand dommage à l’Empire »232. À la forte charge polémique de ce passage, s’ajoute l’imprécision d’Orose qui peut faire référence à d’autres foedera qu’aux seuls accords conclus avec les barbares rhénans (Cesa, 1994, p. 131-132). Le fait qu’Orose parle des Gaules (in Gallias)233 pour désigner le diocesis Galliarum, et qu’il indique que c’est là (ibi) que Constantin conclut ses « traités incertains » (incerta foedera), laisse supposer que les foedera furent passés avec les gentes dans le diocesis Galliarum ou dans le diocesis des Sept Provinces. Reste à savoir si les « traités incertains » (incerta foedera) désignent des traités en particulier, ou si Orose fait allusion à l’ensemble des foedera conclus en Gaule – Francs, Alamans, Burgondes, Alains, Vandales, Alains et Suèves – et/ou avec les barbares passés en Espagne – Vandales, Suèves, Alains –. Orose a pu enfin faire allusion aux Honoriaci, des « barbares qui [avaient été] naguère accueillis comme fédérés et introduits dans l’armée »234 (Annexe 6). Les incerta foedera désignaient probablement les traités conclus dans les diocèses des Gaules et des Sept Provinces par Constantin III, auprès de « Barbares installés en Gaule » (Zosime, VI, 5, 2). L’usurpateur espérait rétablir l’ordre en Gaule, économiser ses propres forces militaires et les renforcer, en utilisant les groupes barbares que l’on pourrait classer ainsi (Drinkwater, 1998, p. 282) :

  • les groupes avec lesquels l’Empire avait l’habitude de traiter et qui évoluaient sur les périphéries de l’Empire, dans la préfecture des Gaules, le long du Rhin : Francs, Alamans, voire Burgondes depuis Valentinien Ier pour ces derniers ;

  • les groupes entrés de force dans l’Empire le 31 décembre 406 mais qui passèrent du côté romain tels les Alains de Goar ;

  • les groupes barbares envahisseurs : Suèves, Alains, Vandales.

  • 235 Orose, Hist. ad pag. VII, 38, 3-4 ; VII, 40, 3 ; Jérôme, Ep. CXXIII, 15.
  • 236 PLRE II, Nebiogastes, p. 773. Eunape parle d’un chef chamave nommé Nebisgastes : Eunape, Frg. 6 [Bl (...)

123Compte tenu de la situation de l’usurpateur, du contexte gaulois et de la désorganisation, au moins temporaire, du secteur rhénan à la hauteur de Mayence235, Constantin dut chercher à rallier les barbares rhénans francs, alamans, burgondes ( ?) qui étaient déjà liés aux Romains et qui pouvaient profiter de la situation militaire pour améliorer leurs conditions. Constantin accorda ou renouvela les foedera tout en améliorant leurs clauses, afin de s’assurer une certaine sécurité sur le Rhin et le ralliement de ces groupes (Demougeot, 1974, p. 101-102 ; Drinkwater, 1998, p. 282 ; Cesa, 1994, p. 131-132). Au cours de ces négociations, le magister militum Nébiogast joua probablement un rôle important du fait de ses origines, franques ou alamaniques236. Les foedera durent renouveler l’alliance avec l’Empire qui impliquait la fourniture de contingents armés alliés en contrepartie de subsides, et peut-être de l’occupation de territoires romains, ce que suggère Zosime lorsqu’il parle des « Barbares installés en Gaule » (Demougeot, 1951, p. 24 ; Zöllner, 1970, p. 26, n. 6 ; Cesa, 1994 p. 131).

IV. 2.3. Les foederati francs et alamans au service de l’Empire : révélateurs de nouvelles tendances (406-411)

IV. 2.3.1. Francs et Alamans : des foederati au service de Constantin, dès 407-410

  • 237 Zosime, VI, 5, 2 :...tous en Keltois Barbarous.

124Parmi les « Barbares installés en Gaule »237, on trouvait – à côté des Vandales, Suèves, Alains ou encore de groupes barbares « envahisseurs » qui, ayant refusé de passer en Espagne à l’automne 409 (les Alains de Goar ?), préférèrent traiter avec les autorités romaines et être installés en Gaule – des barbares rhénans, dont des Francs, des Alamans et des Burgondes. Pour autant, les gentes foederatae extra fines imperii furent encore sollicitées.

  • 238 Sozomène, H.E. IX, 13, 2 :… Phragkôn te kai Alamanôn symmachian…. ; Grégoire de Tours, Decem Libri (...)
  • 239 Zosime, VI, 5, 2 ; Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum II, 9 (= Ren. Prof. Frig., Frg. 1).

125En effet, le général franc Édobich fut envoyé par Constantin « au-delà du Rhin chercher du secours auprès des Francs et des Alamans »238. Les Francs et Alamans mobilisés en 411 vivaient hors de l’Empire, « au-delà du Rhin ». Or Zosime indique que les barbares que Gérontius, le général rebelle de Constantin, tourna contre lui étaient « installés en Gaule », ce qui voudrait dire qu’ils s’étaient vu assigner des cantonnements en Gaule sur autorisation impériale ou qu’ils s’étaient emparés de territoires. Zosime ajoute que Constantin fut incapable de leur opposer une résistance en raison de l’absence de ses meilleures troupes envoyées en Espagne : les « Barbares d’au-delà du Rhin attaquèrent sur tous les fronts comme bon leur semblait »239. Les barbares que Gérontius encouragea à se révolter peuvent avoir été des groupes francs et alamans avec lesquels Constantin III avait conclu des foedera qui leur donnaient le droit de s’installer en Gaule, vraisemblablement dans les provinces sur limites rhénanes de l’Empire.

  • 240 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum II, 9 (= Ren. Prof. Frig., Frg. 1).

126Il faut recourir à un passage de l’Historia perdue de Renatus Profuturus Frigeridus pour appréhender la réalité des foederati germaniques rhénans, en particulier des Francs. Il s’agit du fragment 1 qui narre des événements contemporains de l’été 410 et du « sac de Rome par les Goths » : « Pendant ces événements [prise de Rome en août 410], Goar étant passé dans le parti des Romains, Respendial, roi des [Alamans], détourna ses troupes du Rhin alors que les Vandales périclitaient dans des combats contre les Francs. Leur roi Godigisèle était mort, une armée de près de vingt-mille hommes avait été massacrée et tous les Vandales allaient être exterminés jusqu’au dernier si les forces des Alains ne les avaient secourus à temps »240. Comme l’a montré Ph. Wynn, les faits évoqués se déroulèrent en 410, sur le Rhin et dans les Espagnes, et mettaient en scène, d’une part les affrontements opposant auxiliaires francs et envahisseurs vandales en Espagne en 410 et d’autre part les bouleversements survenus sur le Rhin où les différents chefs barbares alliés de l’Empire – Goar l’Alain, Respendial l’Alaman – avaient délaissé Constantin III (Wynn, 1997, p. 70-86, 93-99). Ainsi Respendial était peut-être un chef alaman, allié de l’Empire – foederatus intra fines imperii ou extra fines imperii – qui abandonna Constantin III. Cette stratégie – confier à des alliés barbares la défense des marges impériales – était éprouvée, et nul doute que Constantin l’utilisa, ce qui lui permit de transférer des forces régulières en Espagne et de laisser la défense du Rhin aux foederati : il ne put résister aux « Barbares installés en Gaule » que Gérontius dressa contre lui « étant donné que la plus grande partie de ses forces se trouvaient en Espagne ». Le recours aux foederati était soutenu par des troupes régulières qui devaient être transférées au printemps/été 410 en Espagne pour lutter contre les Vandales, Suèves et Alains (Zosime, VI, 5, 2-3). Ces foederati étaient pour partie des contingents francs (Wynn, 1997, p. 95-97), fournis par les groupes de Francs foederati liés à l’Empire, soit que Constantin III ait conclu de nouveaux accords, soit qu’il ait renouvelé les foedera existants – les fameux « traités incertains ». Lorsque dans le courant de l’été 410, le Rhin partiellement dégarni de troupes devint difficile à défendre, les Alamans auxquels incombait la défense de ce secteur confronté à une recrudescence d’attaques lancées par les « Barbares d’au-delà du Rhin », abandonnèrent leurs positions et exposèrent les cités rhénanes – Trèves ? – aux attaques ennemies (Anton, 1984, p. 1-52, 10).

  • 241 Le général Nébiogast tenta de négocier avec Sarus : Zosime, VI, 2, 3-4. Sarus fit tuer Nébiogast. P (...)
  • 242 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum II, 9 (= Ren. Prof. Frig., Frg. 1) ; Procope, Bell. Vand (...)
  • 243 Leur déploiement rappelle ce que disait Pacatus au sujet de l’emploi des barbares dans l’armée de T (...)

127Constantin III utilisa des contingents francs dès le début de son règne, lors des opérations qui permirent de lever le siège de Valence que le général Sarus au service d’Honorius avait entrepris (printemps 407)241. Édobich avait pu entrer au service de Constantin lors de la conclusion de foedera avec les Francs et les Alamans dans le courant de l’année 407, et, si c’est le cas, il peut avoir mis à disposition de Constantin, dès la fin 407 ou au début 408 contre Sarus, des contingents de foederati francs qui appartenaient peut-être aux « forces très considérables » que conduisaient alors Édobich et Gérontius (Drinkwater, 1998, p. 282). Ses origines franques, ses connexions « germaniques » et ses compétences diplomatiques expliquent qu’il ait été sollicité en 411 pour engager des combattants francs et alamans « outre-Rhin ». D’autres Francs furent employés loin du Rhin, en Espagne où, dans le courant de l’été 410, ils affrontèrent les Vandales et leur roi Godigisèle qui y perdit la vie : selon Procope, il [le roi Gontharis] avait été capturé en Espagne, au cours d’un combat, par des Germains, puis empalé » (Wynn, 1997, p. 80-81, 96-97)242. On entrevoit comment Constantin III utilisa les groupes germaniques rhénans : Francs et/ou Alamans, liés à l’Empire par foedera : militairement et stratégiquement, ils étaient déployés comme manus limitis, tout en pouvant être agrégés aux armées de campagne, à l’image des Francs envoyés en Espagne. Il est difficile de savoir si nous avons affaire à des foederati intra fines imperii ou à des foederati extra fines imperii243. Vraisemblablement aux deux, avec toutefois, des installations qui devaient rester périphériques, sur les limites rhénanes de l’Empire. À côté de probables foederati intra fines imperii, il faut mentionner des foederati extra fines imperii, puisque des Francs et des Alamans symmachoi étaient, selon Sozomène, « au-delà du Rhin ».

IV. 2.3.2. Le recours intensif aux foederati francs et alamans lors des guerres civiles de 411-413

128L’emploi de contingents fournis par les alliés germaniques d’outre-Rhin se poursuivit en 411 lors de la lutte entre Gérontius et son empereur Maxime, Constantin III, Jovius et Honorius (Drinkwater, 1998, p. 283-290 ; Scharf, 1993, p. 11-13 ; Wynn, 1997, p. 94-99 ; Lütkenhaus, 1998, p. 38-51).

Francs et Alamans au service de Constantin III : des foederati activement courtisés
  • 244 Sozomène, H.E. IX, 13, 2 :...Edobichon men ton auton stratêgon peran tou Rênou pepomspe Phragkôn te (...)
  • 245 Zosime, VI, 2, 4. PLRE II, Edobichus, p. 386. Sozomène, H.E. IX, 14, 1 :...Edobichou meta pleistês (...)

129Le recours aux alliés germaniques est évident pour Constantin III. Sozomène rapportait comment, pour repousser l’offensive du rebelle Gérontius au printemps 411, Constantin III envoya « son général Édobich, audelà du Rhin chercher du secours auprès des Francs et des Alamans », ce que confirme Renatus Profuturus Frigeridus : « Constant et le préfet Decimius Rusticus, ancien maître des offices, dépêchent Édobec auprès des nations germaniques »244. Le général « de race franque » arriva « avec un ample secours »245, obligeant ainsi les généraux d’Honorius à lever le siège d’Arles. Symmachia désigne les renforts levés sous la forme de contingents ethniques alliés et non – ici – des formations régulières palatines ainsi que les termes symmachia et symmachoi peuvent ponctuellement le signifier (Annexe 7).

  • 246 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum II, 9 (= Ren. Prof. Frig., Frg. 2) : Quo exterriti, Edob (...)

130La symmachia tôn Phragkôn te kai Alamanôn évoque des foedera liant ces groupes barbares à l’Empire. Les Alamans mobilisés par Édobich vivaient hors de l’Empire, « au-delà du Rhin », à la différence ( ?) des Alamans de Respendial qui furent peut-être installés dans les provinces rhénanes de deux Germaniae. Cette double et distincte origine des Alamans mobilisés par Édobich pourrait expliquer un passage confus de l’Histoire de Renatus Profuturus Frigeridus : à l’annonce de l’usurpation de Maxime et de l’expédition lancée par Gérontius contre Constantin (début 411), « Constant et le préfet Decimius Rusticus, ancien maître des offices, dépêchent Édobec auprès des nations germaniques ; euxmêmes gagnent les Gaules avec des Francs, des Alamans et toute une escorte de soldats pour revenir en hâte auprès de Constantin »246. Il y eut un double mouvement (Hoffmann, 1995, p. 559-568) : Édobich fut envoyé ad Germanias gentes pendant que Constant et Decimius Rusticus regagnaient Arles (Wynn, 1997, p. 97-99 ; Drinkwater, 1998, p. 285-287 ; Kulikowski, 2000, p. 339-440) « avec des Francs, des Alamans ». Constant et Decimius Rusticus gagnèrent le diocèse des Gaules (Wynn, 1997, p. 91 n. 87) pour y lever des troupes auprès des foederati francs et alamans restés fidèles à Constantin et installés sur le sol impérial dans les deux Germaniae en qualité de foederati intra fines imperii, alors que de son côté Édobich était envoyé outre-Rhin pour rassembler d’autres troupes fournies par les foederati extra fines imperii francs et alamans. Certains des foederati francs et alamans – dont ceux de Respendial engagés par Decimius Rusticus en 411 ? – appartenaient probablement aux « Barbares installés en Gaule » dont parle Zosime.

  • 247 Sozomène, H.E. IX, 14, 1-4, 2 ; Olympiodore, Frg. 17, 1 [Blockley] ; Prosper, Chron. 1243 (411). PL (...)
  • 248 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum II, 9 (= Ren. Prof. Frig., Frg. 2).

131Édobich revint de sa mission outre-Rhin avec un « ample secours » : mais les renforts germaniques furent vaincus par les troupes impériales des magistri militum Constance et Ulfila247. Francs et Alamans constituaient les forces de choc et les appuis essentiels de l’usurpateur, au point qu’on retrouve des Francs dans les provinces espagnoles au sein de l’armée de campagne du magister militum Gérontius, puis de nouveau comme forces d’intervention agrégées à une armée de campagne au cœur même de l’Empire. Et si l’armée conduite par Édobich avait été recrutée auprès des alliées germaniques d’outre-Rhin (foederati extra fines imperi), les forces ras semblées contre Gérontius (printemps 411) par Constant et le préfet du prétoire Decimius Rusticus, étaient ellesmêmes formées, comme on l’a vu, de Francs et d’Alamans. La désignation des troupes barbares conduites par Constant et son préfet du prétoire, dévoile, par le recours à l’ethnique (cum Francis et Alamannis)248, la composition bipartite des forces de Constantin III constituées d’unités régulières de l’armée romaine (manus militum), mais aussi de contingents fournis par les alliés barbares.

Des Francs dans le comitatus gentium barbarorum du général Gérontius ?
  • 249 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum II, 9 (= Ren. Prof. Frig., Frg. 2) :… a Gerontio Maximum (...)
  • 250 Sur les foedera conclus avec les barbares passés en Espagne : Burns, 1992, p. 53-63, 59 : « Again t (...)
  • 251 Des Alains dans le comitatus de Gérontius : Sozomène, H.E. IX, 13, 4-7 ; Olympiodore, Frg. 17, 1 [B (...)

132Gérontius (Arce, 1982, p. 151-162 ; Wynn, 1997, p. 89-94, 97-98 ; Drinkwater, 1998, p. 284-287 ; Kulikowski, 2000, p. 337-339 ; Paschoud, 1989, p. 34-37), lors de sa marche sur Arles, capitale de Constantin III (printemps 411), disposait d’un comitatus gentium barbarorum249, soit une « troupe d’accompagnement », une « armée mobile » (Carrié, Rouselle, 1999, p. 621-623, 764), constituée de soldats fournis par les gentes barbarorum installées intra fines imperii en Espagne (409-411)250 : contingents alains, suèves et vandales qui formaient « une armée mobile composée de nations barbares »251. Gérontius disposait donc de contingents de foederati levés dans le diocesis Hisapniarum, sans oublier la participation possible des combattants francs qui avaient servi sous ses ordres en 409-410 (Wynn, 1997, p. 93) : ces Francs mobilisés dans l’armée de campagne de Constantin et/ou détachés du secteur rhénan, pour être transférés vers l’armée de campagne placée sous les ordres de Gérontius, étaient, en effet, certainement restés à son service.

Fl. Constance et l’armée d’Édobich : ou comment reconstituer les forces de l’armée impériale d’Honorius
  • 252 Olympiodore, Frg. 17, 1-2 [Blockley] ; Sozomène, H.E. IX, 13, 1-4, 3.

133Après avoir vaincu et tué Constant à Vienne, Gérontius prit la route d’Arles pour y battre Constantin. Il ne put conduire le siège de la cité et dut se retirer à l’annonce de l’arrivée des troupes impériales des magistri militum, Constance et Ulfila : « Gérontius prit aussitôt la fuite avec un petit nombre de soldats ; la plupart en effet étaient passés du côté de Constantius »252. Nombre de barbares qui constituaient son comitatus gentium barbarorum passèrent au service de Constance, dont peut-être ces Francs qui avaient combattu en Espagne. L’armée de Constance compta ainsi des contingents alliés barbares (comitatus gentium barbarorum), dont des Francs et, peut-être, des Alamans.

  • 253 Sozomène, H.E. IX, 14, 1-4, 1-2, 2.
  • 254 PLRE II, Ulphilas, p. 1181 ; Wolfram, 1990, p. 166. Pour les foederati goths d’Ulfila : Jordanès, G (...)

134Mais surtout, les généraux d’Honorius bénéficièrent d’autres ralliements dans le courant de l’été 411. Sozomène rapporte au chapitre 14, du Livre IX de son Histoire ecclésiastique, comment le sort de Constantin fut scellé, suite à la défaite des troupes alliées franques et alamaniques que le magister militum franc Édobich avait ramenées du Rhin. L’armée d’Édobich fut prise en tenaille par les troupes du magister peditum Constance et du magister equitum Ulfila : « les troupes d’Édobich avaient dépassé l’embuscade [tendue par Ulfila qui s’était dissimulé avec la cavalerie] et elles allaient en venir aux mains avec l’armée de Constantius, quand, sur un signal donné, soudain, Ulfila parut dans le dos de l’ennemi et attaqua ». La débandade gagna l’armée d’Édobich : « les uns s’enfuient, d’autres sont tués, la plupart, jetant leurs armes, demandèrent leur pardon et obtinrent d’être épargnés »253. Les vaincus furent probablement incorporés aux troupes impériales des généraux d’Honorius, qui comptèrent ainsi des contingents francs et alamans. Nous ignorons cependant les conditions de leur incorporation, même si compte tenu des besoins persistants en soldats dont souffrait l’armée impériale, il ne fait guère de doute que les Francs et Alamans alliés (symmachoi) recrutés par Édobich furent mobilisés par Constance et Ulfila. La reddition des Francs et Alamans aux généraux d’Honorius suggère deux remarques : ces foederati extra fines imperii avaient compris qu’il était plus intéressant de changer d’employeur pour s’assurer, par un service armé continu, une certaine sécurité matérielle et financière – car c’est bien cela aussi que recherchaient les foederati – ; Constance et Ulfila n’avaient pas l’intention – et peut-être pas les moyens – d’anéantir les vaincus, qu’ils cherchaient plutôt à soumettre pour leur offrir la possibilité de prendre le parti d’Honorius, et ainsi renforcer des troupes impériales. Les Francs et les Alamans furent certainement incorporés en bloc, par contingents ethnico-tactiques, au sein de l’armée de campagne des duces Honorii. Cette dernière devait ainsi avoir un visage extrêmement bigarré : Francs, Alamans, Romains, mais aussi peut-être des Alains, Vandales et Suèves, anciens foederati de Gérontius, sans parler des Goths d’Ulfila254. Les barbares foederati étaient immédiatement engagés sous la forme de contingents ethniques, en vue de conserver leur efficacité militaire. À moyen terme – dans la mesure du possible –, le démantèlement de ces formations ethnico-tactiques en vue de leur incorporation au sein d’unités régulières devait être envisagé. Notons également que ces Francs et Alamans qui intervenaient pour le compte de Constantin III au cœur même de l’Empire, comme force d’intervention, furent engagés dans l’armée de campagne de Constance – et non renvoyés sur les limites imperii afin d’y servir comme manus limitis.

Jovin, les Francs et les Alamans : l’engagement continu de forces barbares fournies par les foederati

135Durant l’été 411, Jovin, vir Galliarum nobilissimus, fut proclamé empereur à Mayence (Demougeot, 1974, p. 119-120 ; Scharf, 1993, p. 1-13 ; Cesa, 1994, p. 150 ; Drinkwater, 1998, p. 287-290, 289 ; Wynn, 1997, p. 98 ; Lütkenhaus, 1998, p. 52-62).

  • 255 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum II, 9 (= Ren. Prof. Frig., Frg. 3) :… Iovinum adsumpsiss (...)
  • 256 Olympiodore, Frg. 18 [Blockley].

136Dans son entreprise, il s’appuya sur des groupes barbares : « Il y avait à peine quatre mois que Constantin était assiégé [dans Arles par Constance et Ulfila, les généraux d’Honorius] quand brusquement des courriers arrivent de la Gaule ultérieure pour annoncer que Jovin a usurpé les insignes royaux et qu’avec des Burgondes, des Alamans, des Francs, des Alains, et toute une armée il vint menacer les assiégeants »255. L’appui de forces barbares est confirmé par Olympiodore qui ne parle pas – du moins dans l’œuvre résumée par Photius – de Francs et d’Alamans : « dans Mundiacum, ville de Germanie Seconde, Jovin grâce à l’appui de l’Alain Goar et de Gunthiar, phylarchos des Burgondes, fut proclamé empereur »256. Renatus Profuturus Frigeridus distingue les ethnies qui fournirent des soldats (« Burgondes, des Alamans, des Francs, des Alains ») de l’armée (exercitus) que l’usur pateur avait rassemblée contre les généraux d’Honorius. Cette distinction laisse entendre que Renatus Profuturus Frigeridus ne plaçait pas sur un même plan les forces de l’usurpateur : les barbares rassemblés combattaient aux côtés des troupes romaines (exercitus), sous la forme de contingents ethniques.

  • 257 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum II, 9 (= Ren. Prof. Frig., Frg. 2, 4). Zosime, VI, 4, 2  (...)

137En bénéficiant de l’appui de contingents francs et alamans, tout comme Constantin III jusqu’en 410, Jovin s’incrivait dans une pratique continue de recrutement de contingents alliés : foederati extra fines imperii comme foederati intra fines imperii. Jovin dut renouveler certains des foedera que son prédécesseur breton avait conclus, à moins qu’il n’ait obtenu des soutiens germaniques avant même l’effondrement du régime constantinien, même si courant 411, le magister militum Édobich, l’Augustus Constant et le praefectus praetorio Decimius Rusticus avaient réussi à obtenir des Francs et Alamans qu’ils fournissent des troupes à Constantin. La présence d’Alamans et de Francs – même s’il peut également s’agir d’autres groupes que les foederati constantiniens (Demougeot, 1974, p. 119-124 ; Scharf, 1993, p. 11-13 ; Drinkwater, 1998, p. 289-290) – permet de supposer que l’usurpateur profitait du service d’anciens fidèles de Constantin III, à l’image de Decimius Rusticus, magister officiorum de Constantin puis praefectus praetorio Galliarum257 qui participa à l’usurpation de Jovin, en lui faisant profiter de son expérience diplomatique (Hoffmann, 1995, p. 559-568, 563). Même si on considère avec J. F. Drinkwater que la mention des Francs et des Alamans dans l’armée de Jovin est un doublet du passage de Frigeridus relatif aux forces de Constantin III, et qu’il n’y eut pas, par conséquent, de mobilisation de Francs et d’Alamans au sein d’une autre armée rhénane en marche vers Arles (Drinkwater, 1998, p. 289, n. 136 ; Drinkwater, 2007, p. 325), il n’est pas exclu que l’usurpateur ait utilisé des contingents francs et alamans fournis par des gentes foederatae extra fines imperii ou même par des groupes foederati intra fines imperii.

Les officiers francs et/ou alamans dans les années 400-410 en Occident : un rôle important dans l’engagement des foederati ?

138L’Empire occidental entretint des relations continues avec les groupes de barbares francs, alamans, qui fournirent régulièrement des contingents alliés et des tirones aux armées impériales. La présence dans l’état-major occidental au cours des années 400 de généraux d’origine franque ou alamanique confirme ces relations, tout comme la promotion aux plus hauts commandements militaires de Francs et/ou d’Alamans ( ?) dans la continuité des promotions amorcées sous Valentinien Ier.

  • 258 PLRE II, Chariobaudes, p. 283. Voir les remarques de Paschoud, 1986, p. 232-233.
  • 259 À moins qu’il ne faille l’identifier (Hoffmann, 1969, I, p. 113 et PLRE I, Chariobaudes, p. 181) av (...)

139Chariobaudes fut mis à mort par les soldats lors de la sédition de Ticinum le 13 août 408, alors qu’il venait juste d’arriver en Italie après avoir fui la Gaule passée sous contrôle de Constantin III (Zosime, V, 32, 4). Personnage seulement connu par Zosime258, il devait être au service de l’Empire depuis quelques années ainsi que le suggère le poste qu’il tenait probablement de Stilicon (magister militum per Gallias)259. La nomination à ce commandement régional, d’un barbare d’origine franque – ou alamanique –, est le résultat d’une intégration amorcée par certains Francs dans la hiérarchie militaire depuis Valentinien I er et poursuivie sous Gratien et Valentinien II. Il faut peut-être y voir également un choix stratégique de Stilicon soucieux de placer à la tête de troupes gauloises, dans lesquelles le recrutement franc comptait, un général dont les origines ethniques pouvaient faciliter des connexions transrhénanes dans la perspective du recrutement de troupes et de foederati ou, plus normalement, dans les négociations avec les divers groupes barbares le long du Rhin. Ajoutons qu’à la suite de la mort d’Arbogast (septembre 394) qui avait assuré le contrôle impérial sur des groupes francs séditieux, Stilicon a pu souhaiter confier un haut commandement militaire régional à un Franc dont les connexions politico-ethniques pouvaient jouer dans les relations avec les barbares rhénans. Le cas de Chariobaudes, bien que souffrant d’insuffisances documentaires, offre des analogies avec celui du magister militum Édobich dont les connexions transrhénanes avaient été sollicitées – comme celles probablement de Nébiogast – par Constantin III. La présence d’un Franc au commandement de magister militum per Gallias est donc loin d’être fortuite : Stilicon dut intervenir sur le Rhin en 396 ou 397, alors que les dangers étaient multiples entre 395 et 407. Il fallait sécuriser le front rhénan : la nomination d’un barbare rhénan était un des éléments de cette stratégie.

  • 260 Zosime, V, 47, 1 ; V, 48, 1 ; Olympiodore, Frg. 14 [Blockley] ; Frg. 15, 1-2 [Blockley] ; Sozomène,(...)

140Allobich exerça en 409 le commandement de comes domesticorum equitum avant d’être promu magister equitum, magister equitum praesentalis ou magister militum per Gallias260. Sa promotion, liée à l’éviction d’Olympius et à l’élévation de Jovius, tient également à des considérations stratégiques dans un contexte difficile pour Honorius. En 409, Constantin avait pris le contrôle des diocèses gaulois en s’appuyant sur ses troupes bretonnes, les troupes gauloises mais également sur des contingents de foederati francs et alamans : la désignation d’un magister militum, Franc ou Alaman, en la personne d’Allobich, pourrait aussi s’expliquer par le contexte hispano-gaulois. Ce même Allobich fut mis à mort par Honorius en 410 pour collusion supposée avec Constantin III (Burns, 1994, p. 249-250 ; Wynn, 1997, p. 96-97 ; Drinkwater, 1998, p. 287). Le fait qu’Allobich se soit tourné vers Constantin tenait vraisemblablement à l’espoir d’une promotion, à des considérations politiques et militaires – trouver un empereur capable de régler le « problème Alaric » – et aux connexions transrhénanes que faisait jouer Constantin par le biais de ses généraux ; Allobich – s’il était bien d’origine franque – a pu juger qu’un ralliement au régime constantinien lui serait d’autant plus profitable qu’il pourrait tirer avantage, pour sa carrière personnelle, de la présence de Francs dans l’armée gauloise, de contingents de foederati francs. Du point de vue d’Honorius, le ralliement de contingents barbares pouvait justifier les promotions d’Allobich.

  • 261 Le cas du prince ibère, puis roi, Bacurius dans les années 380-390 en Orient, au service de Théodos (...)

141Les officiers barbares au service de l’Empire pouvaient conserver des liens avec leur groupe d’origine comme le montrent les cas d’Arbogast et d’Édobich. La présence dans les commandements militaires romains de plusieurs généraux francs ou alamans – Nébiogast, Édobich, Chariobaudes, Allobich – dans les années 400 tient à la continuation d’une pratique de promotion et d’intégration commencée sous Valentinien Ier avec les Merobaudes, Bauto, Richomer, Arbogast, Rumoridus, Vallio, ainsi qu’à un intérêt vigilant de l’Empire pour le secteur rhénan où la conclusion et le renouvellement de foedera depuis les années 380-390 avaient pris une importance accrue du fait de la multiplicité des défis imposés à l’Empire. Il ne s’agit pas d’affirmer que ces officiers – Francs ou Alamans – étaient des foederati ou des représentants de groupes foederati de l’Empire, même si l’exercice d’un commandement régulier n’était pas incompatible avec le statut de foederatus, extra fines imperii ou intra fines imperii261. Il faudrait connaître leur rang social dans leur milieu d’origine pour supposer leur statut : princes, fils de princes, optimates, comites ; l’ancienneté de leur présence dans l’Empire ; les conditions de leur entrée dans l’Empire. Nous savons trop peu de choses sur chacun de ces personnages. Par ailleurs, depuis les Valentiniens, la présence de Francs aux plus hauts commandements militaires était une constante. Les officiers des années 400-410 peuvent donc avoir été issus de groupes barbares entrés au service de l’Empire dans les années 370 et engagés dans l’armée romaine pour y obtenir commandements militaires, prestige, promotion sociale et politique. Peut-être étaient-ils des foederati à leur entrée au service de l’Empire, voire de ces barbari voluntarii mentionnés par Ammien ? Surtout, il faut insister sur les significations de leur présence : d’une part, elle s’inscrit dans la continuité d’une évolution nette sous les Valentiniens (Cracco-Ruggini, 1997, p. 683) ; et d’autre part, elle révèle l’intérêt constant que portait l’Empire au secteur rhénan et aux populations barbares rhénanes : Francs et Alamans, alors que l’autorité impériale était mise à mal en Gaule. Pour les empereurs – c’est manifeste chez Constantin III avec Édobich, mais aussi probable avec Honorius et ses deux généraux Chariobaudes, puis Allobich – disposer d’un général d’origine franque ou d’origine alamanique était considéré comme un avantage pour établir, entretenir, des connexions avec des groupes barbares francs et/ou alamans dont l’utilité militaire devenait de plus en plus évidente.

IV. 3. Francs et Alamans en Gaule septentrionale au début du ve siècle : Olympiodore, les données archéologiques et les foederati rhénans. Une tentative de bilan

142Francs et Alamans étaient prêts à répondre aux offres romaines comme le montre la continuité du service armé qu’ils assurèrent de 406/407 à 413/414, et même bien après encore.

  • 262 Olympiodore, Frg. 7, 4 [Blockley].

143De ce recours continu et multiple aux groupes barbares rhénans foederati intra fines imperii et/ou foederati extra fines imperii, une source grecque se fait l’écho. Il s’agit d’Olympiodore de Thèbes, dont l’œuvre était liée à celle d’un auteur occidental dont nous avons déjà parlé, Renatus Profuturus Frigeridus (Matthews, 1970, p. 79-97 ; Gillet, 1993, p. 1-29 ; Paschoud, 1998, p. 313-316, 315 ; Baldini, 2004, p. 225-266). En effet, lorsque Olympiodore – résumé par Photius – donnait sa définition ‘technique’ du terme phoideratoi, il faisait référence, pour son auditoire oriental (Gillet, 1993, p. 1-29), aux foederati du règne d’Honorius (395-425) : « … au temps de l’empereur Honorius […] le nom de ‘fédérés’ (foederati) était porté par une foule mêlée de gens de toute sorte »262. Le terme technique et administratif latin ‘foederati’, restitué par le grec ‘phoideratoi’, désignait des formations militaires d’une grande diversité ethnique : Olympiodore parlait de « foule mêlée de gens de toute sorte » (kata diaphorou kai symmigous ephereto plêthous). Cette idée de mélange (symmigês) impliquait que des éléments différents (diaphora) étaient associés dans un groupe (plêthos), qui pouvait intégrer des sous ensembles – eux-mêmes plus au moins homogènes sur le plan ethnique – (Annexe 8). L’historien grec voulait ainsi désigner l’ensemble des groupes qui avaient conclu avec les Romains des foedera et qui étaient ainsi devenus foederati. Ces divers groupes foederati donnaient un caractère hétérogène à cette « foule » (plêthos) qui pouvait rassembler, à l’époque d’Honorius, des Huns, des Goths, des Alains, des Vandales, des Suèves, des Francs, des Alamans, des Burgondes.

  • 263 Sulpice Sévère, Chron. II, 3, 2 :… siquidem Romanum solum ab exteris gentibus aut rebellibus occupa (...)

144Par plêthos, Olympiodore désirait parler de formations militaires de foederati/phoideratoi constituées de combattants barbares venant d’ethne différentes, qu’il s’agisse de groupes foederati marqués par une forte hétérogénéité ethnique ou de barbares ayant conclu un foedus avec l’Empire et tenus de servir ensemble sous commandement de leurs chefs ethniques aux côtés de l’armée romaine dans un ensemble défini par le collectif foederati. Ces foederati avaient un « faciès » hétérogène, ce qui donnait, aux provinciales, l’impression qu’ils étaient confrontés à une présence envahissante et visible à l’image du témoignage de Sulpice Sévère dont la Chronique, achevée en 400, évoquait les nationes barbarae sur le sol impérial : « … le territoire romain se trouve envahi par des peuples étrangers ou rebelles ou livré à ceux qui se rendent sous une apparence de paix. Nous devons considérer les nations barbares […] mêlées à nos armées, nos villes, nos provinces : tout cela vit au milieu de nous et cependant n’adopte pas nos mœurs »263. Le témoignage d’Olympiodore sur les foederati/phoideratoi d’Honorius, conforté par la mention du terme foederati dans CTh VII, 13, 16 d’avril 406, nous informe ainsi sur la réalité humaine, ethnique que pouvait recouvrir ce terme au début du ve siècle, alors qu’il apparaît pour la première fois dans la documentation latine et grecque sous sa forme substantive plurielle (foederati/phoideratoi).

145Le fragment 7, 4 [Blockley] s’insérait vraisemblablement dans le récit consacré à la chute de Stilicon (août 408) et aux conséquences de cette dernière sur l’attitude des barbares à l’égard d’Alaric (Blockley, 1981, I, p. 163 ; Chaffin, 1993, p. 132 ; Baldini, 2004, p. 103). Mais le terme désignait aussi probablement l’ensemble des formations militaires de ce type sous Honorius, et pas seulement les formations des années 408-410 : les armées qui opéraient ainsi en Occident, notamment en Gaule depuis les événements de 406, entraient donc dans cette définition. Les Francs et Alamans engagés continuellement par les empereurs entre 406 et 413, étaient ainsi englobés – sans parler des autres barbares foederati intra fines imperii et/ou foederati extra fines imperii – dans la définition olympiodoréenne du terme ‘phoideratoi’ à l’époque d’Honorius. Cette définition révélait une nouvelle dimension du phénomène – sans toutefois introduire la distinction entre les foederati intra fines imperii et ceux qui venaient de gentes extra fines imperii, mais le propos d’Olympiodore était, avant tout, semble-t-il, d’insister sur le caractère hétérogène de ces formations armées – : celui de la généralisation, sur le sol impérial, de ce statut de foederati et de ces formations militaires, à de nombreux groupes ethniques. Pour l’Empire, la conclusion de foedera apparaissait, en ce début de ve siècle, comme une solution politico-diplomatique et militaire aux divers problèmes que posait la présence intra fines imperii de groupes barbares, plus ou moins importants. Le gouvernement impérial déployait en terre d’Empire une politique de foedera jusque là principalement appliquée à des groupes qui, tout en devenant des foederati, étaient restés extra fines imperii.

146Le témoignagne d’Olympiodore, bien qu’altéré par le résumé qu’en donne Photius et applicable, semblet-il aux années 410-430/400, pourrait en partie offrir un modèle explicatif aux données archéologiques identifiées en Gaule pour le ve siècle. Le caractère hétérogène et multiethnique propre aux foederati selon Olympiodore trouverait ainsi des échos dans la documentation archéologique pour le ve siècle, en Gaule septentrionale. Bien entendu les données archéologiques posent le problème de l’identification statutaire et ethnique des barbares dont le service armé au profit de l’Empire est documenté, comme dans le cas des épées des ‘tombes de chefs’ d’origine germanique dites de Krefeld-Gellep dans le castellum de Gelduba (l’actuelle Krefeld) ou encore des ‘tombes de chefs’ dites de Flonheim-Gütlingen (Schmauder, 2003, p. 277-281, 284). On a également relevé la présence de soldats d’origine germanique dans le castellum de Gelduba (Krefeld-Gellep), entre Xanten et Cologne (Pirling, 1993, p. 109-123 ; Reichmann, 2002, p. 37-52, 43-45), mais aussi à Alzey (Oldenstein, 1993, p. 125-133), Jülich (Böhme, 1997, p. 51-55 ; Schmauder, 2003, p. 281-284), dont les nécropoles de combattants d’origine germanique laissent entrevoir la présence de combattants barbares au service de l’Empire au moins jusqu’au milieu du ve siècle, en Germania I (Alzey, Krefeld-Gellep), Germania II mais aussi en Belgica II (Böhme, 1997, p. 51-56). Le site de Jechtingen-Sponeck, près de Brisach, comportait un cimetière de soldats d’origine germanique, peut-être des Alamans (Fingerlin, 1997, p. 103-110, 104, 108 ; Steuer, 1997, p. 149-162, 152-153 ; Quast, 1997, p. 171-190, 172 ; Drinkwater, 2007, p. 174-175, 327-328).

  • 264 Drinkwater, 2007, p. 351-355. À ce propos J.-M. Carrié, dans son compte rendu du volume L’armée rom (...)
  • 265 Drinkwater, 2007, p. 174 rattache le cas de la nécropole militaire de Sponeck au modèle VI de sa ty (...)

147En Gaule septentrionale, la présence germanique a été prouvée par les tombes à mobilier germanique (Böhme, 1974), soit essentiellement au nord de la Loire, dès la seconde moitié du ive siècle (Seillier, 1993, p. 187-194, 189). Ces sépultures pouvaient contenir des dépôts d’armes comme dans les nécropoles des camps du limes rhénan (Krefeld-Gellep) ainsi que des boucles de ceintures. Dans le cas de sépultures féminines, on a trouvé des parures d’origine germanique : fibules en forme de trompettes ou en arbalète, longues épingles à cheveux dont on trouve trace également au-delà du Rhin dans le Barbaricum (Vallet, 2000, p. 37-41). Par un recoupement des tombes à armes localisées en Artois, dans l’Aisne (Vermand), près de Soissons, avec les boucles de ceintures, ainsi que les fibules dites germaniques de parure féminine, une concentration d’établissements germaniques autour d’Arras, Vermand-Saint-Quentin, ainsi que sur la zone littorale, est apparente (Seillier, 1993, p. 192-193). Le même phénomène peut s’observer autour de Reims et Soissons ainsi qu’à Amiens, Bavay, Tournai, Boulogne (Seillier, 1993, p. 188). À Vron (Somme), une nécropole côtière mise au jour laisse entrevoir la présence d’un groupe de Saxons (Seillier, 1989, p. 599-634 ; Seillier, 1993, p. 188-189). Des Francs étaient peut-être présents dans les castella des sites ardennais de Furfooz et de Vireux-Molhain, où des nécropoles masculines avec dépots d’armes commencent à apparaître à partir de la fin du ive siècle (Dasnoy, 1969, p. 121-194 ; Böhme, 1974, p. 288-290 ; Schmauder, 2003, p. 282, n. 41 ; Vallet, 2000, p. 38). Nul doute que les Francs comptaient pour beaucoup dans la présence de ces établissements germaniques (Böhme, 1997, p. 94 ; Böhme, 1998, p. 42). Il n’en demeure pas moins qu’il est difficile d’attribuer systématiquement les tombes à armes et le mobilier des nécropoles identifiées en Belgica I ou en Germania I à des groupes francs (Vallet, 1997, p. 219-244 ; Vallet, 2000, p. 73-76, 73-74). À côté de groupes francs, d’autres groupes ethniques paraissent avoir été présents en Gaule : Alamans ( ?), Saxons, Thuringiens (Böhme, 1997, p. 97 ; Böhme, 1998, p. 37, 50-51 ; Vallet, 2000, p. 74 ; Böhme, 1988, p. 57-69 ; Kazanski, 1993, p. 175-186 ; Kazanski, 1997, p. 201-217), dont on peut penser qu’ils étaient au service de l’Empire, il est vrai plus tardivement dans les années 450-480. La présence de ces différents groupes ethniques en Gaule du Nord (Schmauder, 2003, p. 47) amène à la conclusion que la population était extrêmement diverse, entre les populations romaines et l’ensemble des apports étrangers. Ces groupes très divers ethniquement, considérés comme des Verbände, contingents de combattants d’origine germanique aux ordres de leurs chefs ethniques, mais soumis à l’autorité militaire (Böhme, 1997, p. 100-101 ; Böhme, 1998, p. 36-38), pourraient correspondre à la description d’Olympiodore – résumée par Photius – des foederati : « au temps de l’empereur Honorius […] le nom de « fédérés » (foederati) était porté par une foule mêlée de gens de toute sorte ». Certes cette définition s’appliquait aux foederati du début du ve siècle et la diversité ethnique de ces formations de foederati fut probablement de plus en plus marquée à mesure que l’on avançait dans le siècle. De même, toute présence barbare en terre d’Empire ne doit pas être associée systématiquement à des groupes de foederati264. Néanmoins, il nous semble que la définition fournie par Olympiodore correspond assez bien à ce que nous disent les autres sources écrites dans les années 380-390, 400-410, mais également à ce que laisse apparaître la documentation archéologique : Francs et Alamans étaient, notamment, de ces foederati engagés par l’Empire, non plus seulement le long des frontières impériales, comme manus limitis, mais aussi au sein des armées de campagne qui intervenaient au cœur même de l’Empire265.

CONCLUSION

148Le phénomène des foederati à travers le cas des Francs et des Alamans entre la fin du iiie siècle et la fin du ve siècle révèle une diversité de situations. La pratique de la conclusion de foedera était courante. Si les événements du iiie siècle obligèrent les empereurs à expérimenter les premières installations de groupes barbares foederati intra fines imperii, la stratégie qui visait à conclure des foedera concernait d’abord des groupes extérieurs à l’Empire dont les Romains voulaient faire leurs alliés (gentes foederatae) sur les marges impériales, en vue de défendre ces dernières et de recruter auprès de ces groupes des combattants. La pratique de la conclusion de foedera n’entra véritablement dans une dynamique nouvelle qu’avec les événements de la fin du ive siècle et du début du ve siècle, lorsque l’Empire dut admettre des groupes francs et alamans intra fines imperii dans le cadre de foedera, généralisant ainsi la catégorie des foederati intra fines imperii qui s’ajoutait aux foederati extra fines imperii dont l’existence était plus ancienne et plus traditionnelle.

149Derrière les foedera se cachent des réalités plurielles que les Francs et les Alamans font apparaître tout au long de la période d’étude. Diversité : dans les groupes humains et politiques concernés ; dans la localisation des groupes foederati (intra fines imperii/extra fines imperii) ; dans leur emploi militaire et stratégique – en fonction des réalités locales et de problèmatiques plus globales –, dans leurs modalités de service entre les foederati engagés par foedera dans les unités régulières, et les foederati qui servaient dans leurs unités ethnico-tactiques sous commandement de leurs propres chefs ethniques éventuellement investis de commandements militaires romains ; dans le degré d’intrégration de ces groupes à l’appareil militaire impérial ; dans les rémunérations perçues par ces foederati. Cette pluralité était tributaire des défis imposés à l’Empire.

  • 266 Cela pourrait, par exemple, être le cas de certains de ces Germains qui combattaient dans l’armée d (...)

150Les foederati étaient utilisés dans l’Empire comme à l’extérieur de l’Empire : les groupes alamans foederati du ive siècle étaient pour l’essentiel extra fines imperii et constituaient des groupes clients tenus de veiller sur les limites Imperii, comme premier rideau défensif. D’autres foederati combattaient au cœur de l’Empire, dans les unités régulières de l’armée impériale stationnée en Gaule, voire étaient parfois engagés en Orient266. D’autres encore étaient mobilisés ponctuellement auprès de groupes ethniques foederati, intra fines imperii et/ou extra fines imperii, en vue d’une campagne et démobilisés dès que possible. Avec les événements du ve siècle, les données militaires, stratégiques, financières changèrent et l’Empire dut s’adapter à de nouvelles réalités. Le cas des Francs le montre assez bien malgré les carences de notre documentation. Les Francs, présents depuis longtemps dans les armées impériales, intervenaient au service de l’Empire en étant installés intra fines imperii par foedera : ils formaient des groupes installés territorialement et sur lesquels l’Empire prélevait plus ou moins durablement des combattants. Ils intervenaient désormais au cœur de l’Empire et leur participation croissante aux guerres romaines, au sein de l’Empire, à partir de la fin du ive siècle, illustre l’importance militaire qu’ils acquirent au ive siècle, puis, sous de nouvelles formes militaires, au ve siècle. Bien que le ve siècle ne soit pas abordé, pour l’essentiel, dans cette étude, il convient d’indiquer que les faits observés au cours des années 400-410 en Gaule avec un engagement continu de Francs et d’Alamans au service de l’Empire, révèlent et confirment la diversité du phénomène des foederati ainsi que des problématiques rencontrées au ive siècle, développées avec une autre ampleur, augmentées de nouveaux aspects. C’est notamment ce qui fait l’intérêt, pour l’observation du phénomène des foederati, de ces années charnières entre le ive siècle et le ve siècle.

  • 267 Que penser des groupes hétérogènes qui arrivèrent en Italie avec Odoacre dans les années 460 ? Jord (...)
  • 268 Pour l’organisation thématique et ses implications militaires, foncières et financières au xe siècl (...)

151L’Empire traitait avec des groupes barbares, Francs et Alamans, admis comme foederati intra fines imperii, qui ne représentaient pas des communautés importantes numériquement, fortement structurées et ordonnées autour d’une autorité royale. Il savait exploiter les divisions entre groupes barbares267, à l’image de ce qu’il fit des communautés alamanniques morcelées (Drinkwater, 2007, p. 356-363). L’Empire était prêt à dispenser des foedera qu’il ne faut pas voir de manière aussi dramatique que les modernes ont pu le faire : les foedera pouvaient être considérés comme un moyen commode de traiter avec des groupes barbares, qu’ils aient été intra fines imperii ou extra fines imperii. Les foedera apparaissent ainsi, tout au long de la période d’étude, comme de nouveaux moyens pour gérer les ressources humaines et militaires que l’Empire tentait d’exploiter à son profit tout en essayant de rester maître de situations parfois complexes, voire précaires. À partir de la fin du ive siècle – comme cela avait pu être déjà le cas, par certains aspects, au iiie siècle –, il s’agissait de définir une nouvelle approche dans la gestion de l’appareil militaire. Le recours aux Francs et aux Alamans s’inscrivait dans ce cadre. Ils participaient ainsi aux mutations de l’Empire et aux solutions que ce dernier cherchait pour résoudre ses problèmes militaires et financiers. Au final, peut-être faut-il se montrer prudent dans la perception dramatique que les modernes accordent à ces foedera dont on peut se demander s’ils ne s’apparentaient tout simplement pas à un moyen de gérer de nouveaux défis imposés à un Empire en pleine mutation : un nouveau mode de gestion des relations diplomatiques, politiques, militaires et sociales entre gentes barbares et un Empire désireux de contrôler ces groupes, parfois admis intra fines imperii, pour son profit, dans un processus expérimental dont l’issue restera pour nous à jamais inconnue. N’est-ce pas un type de gestion des ressources humaines et militaires proche, avec ses installations territoriales et octrois de biens fonciers, du système des thèmes mis en place dans l’Empire byzantin à partir du viie siècle268 ?

Remerciements

152Je tiens à remercier J.-M. Carrié pour la patience dont il a su faire preuve à mon égard, étant donné l’ampleur du manuscrit original qui lui a été soumis. Je n’oublie pas ses précieux conseils, toujours éclairés, qui ont permis de rendre ce texte plus digeste. Les erreurs qui restent sont miennes.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Alföldi A., 1959, « Cornuti: a teutonic contingent in the service of Constantine the Great and is decisive role in the battle at the Constantinian Bridge», Dumbarton Oaks Papers, 13, p. 169-183.

Anderson Th. Jr., 1995, «Roman military colonies in Gaul, Salian Ethnogenesis and the forgotten meaning of the Pactus Legis Salicae 59, 5», Early Medieval Europe, 4, p. 129-144.

Anton H. H., 1984, «Trier im Übergang von der römischen zur fränkischen Herrschaft», Francia, 12, p. 1-52.

Anton H. H., 1995, «Franken. Historisches», Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, 9, p. 414-435.

Arce J., 1982, El ultimo siglo de la España romana, 284-409, Madrid, Alianza ed., 190 p. (Alianza Universidad, 347).

Arce J., 1988, España entre mundo antiguo y el mundo medieval, Madrid, Taurus, 226 p. (Ensayistas, 288).

Arce J., 2002, «Los Vandalos in Hispania», Antiquité Tardive, 10, p. 75-85.

Arce J., 2003, «The enigmatic fifth-century in Hispania: some historical problems», in: Goetz H.-W., Jarnut J., Pohl W. éd., Regna and Gentes: the relationship between Late Antique and Early Medieval peoples and kingdoms in the transformation of the Roman world, Leiden, p. 135-157 (The Transformation of the Roman World, 13).

Asche U., 1983, Roms Weltherrschaftidee und Aussenpolitik in der Spätantike im Spiegel des Panegyrici Latini, Bonn, R. Habelt, 212 p. (Habelts Dissertationsdrucke. Reihe alte Geschichte, 16).

Baldini A., 2004, Ricerche di tarda storiografia (da Olimpiodore di Tebe), Bologne, Pàtron, 348 p. (Studi di storia, 9).

Barcelo P., 1981, Roms auswärtige Beziehungen unter der Constantinischen Dynastie (306-363), Ratisbonne, F. Pustet, 226 p. (Eichstätter Beiträge, 3).

Barnes T. D., 1982, The New Empire of Diocletian and Constantine, Cambridge MA/Londres, Havard Univ. Press, XIX-305 p.

Beck H., 1995, «Franken», Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, 2, p. 373-374.

Bérard F., 2005, « Auxiliaires (Rome) », in: Leclant L. dir., Dictionnaire de l’Antiquité, Paris, p. 295-296.

Blockley R. C., 1981-1983, The fragmentary classicising historians of the Later Roman Empire, 2 vol., Liverpool, F. Cairns (ARCA, 10).

Blockley R. C., 1992, East Roman foreign policy: formation and conduct from Diocletian to Anastasius, Leeds, F. Cairns, VIII-283 p. (ARCA, 30).

Böhme H. W., 1974, Germanische Grabfunde des 4. bis 5 Jahrhunderts zwischen unterer Elbe und Loire. Studien zur Chronologie und Bevölkerungsgeschichte, Munich, Beck, 2 vol.: 384 p., 147 pl. (Münchner Beiträge zur Vor-und Frühgeschichte, 19).

Böhme H. W., 1988, « Les Thuringiens dans le nord du royaume franc », Revue archéologique de Picardie 3/4, p. 57-67.

Böhme H. W., 1994, «Der Frankenkönig Childerich zwischen Attila und Aetius: zu den Goldgriffspaten der Merowingerzeit», in: Dobiat C. éd., Festschricht für Otto-Herman Frey zum 65. Geburtstag, Marburg, Hitzeroth, p. 69-110 (Marbuger Studien zur Vor-und Frühgeschichte, 16).

Böhme H. W., 1997, «Söldner und Siegler im spätantiken Nordgallien», in: Die Franken: Wegbereiter Europas, vol.I, Mannheim, p. 91-101.

Böhme H. W., 1998, «Franken und Romanem im Spiegel spätrömischer Grabfunde im nördlichen Gallien», in: Geuenich D. éd., Die Franken und die Alemannen bis zur ‘Schlacht bei Zülpich’ (496/497), Berlin/New York, W. de Gruyter, p. 31-58 (Ergänzungsbände zum Reallexikon der germanischen Altertumskunde, 19).

Böhner K., 1963, «Zur historischen Interpretation der sogenannten Laetengräber», Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz, 10, p. 139-167.

Burgess R. W., 1993, The Chronicle of Hydatius and the Consularia Constantinopolitana: two contemporary accounts of the final years of the Roman Empire, Edited with an English translation by R. W. Burgess, Oxford, Clarendon Press, 270 p. (The Oxford classical monograph series).

Burns Th. S., 1992, «The Settlement of 418», in: Drinkwater J., Elton H. éd., Fifth-century Gaul: a crisis of identity?, Cambridge, Cambridge Univ. Press, p. 53-63.

Burns Th. S., 1994, Barbarians within the Gates of Rome: a study of Roman military policy and the barbarians, ca. 375-425 AD., Bloomington, Indiana Univ. Press, 417 p.

Burrel E., 2004, «A re-examination of why Stilicho abandoned his pursuit of Alaric in 397», Historia, 53, p. 251-256.

Bursche A., 1996, Later Roman-barbarian contacts in Central Europe, numismatic evidence/Spätrömische Münzfunde aus Mitteleuropa: ein Beitrag zur Geschichte der Beziehungen zwischen Rom und den Barbaricum im 3. und 4. Jh. n. Chr., Berlin, Gebr. Mann Verlag, 276 p. (Studien zu Fundmünzen der Antike, 11).

Callies H., 1964, Die fremden Truppen im römischen Heer des Prinzipats und die sogennanten nationalen numeri: Beiträge zur Geschichte des römischen Heeres, Berlin, W. de Gruyter, p. 130-227 (Berichte der Römisch-Germanischen Kommission, 54).

Cameron A., 1970, Claudian. Poetry and propaganda at the Court of Honorius, Oxford, Clarendon Press, 508 p.

Carrié J.-M., 1995, « L’État à la recherche de nouveaux modes de financement des armées (Rome et Byzance, ive-viiie siècles) », in : Cameron A. éd., The Byzantine and early Islamic Near East, vol. 3, Princeton, Darwin Press, p. 27-60 (Studies in late Antiquity and early Islam, 1-3).

Carrié J.-M., 2004, « Le système de recrutement des armées romaines de Dioclétien aux Valentiniens », in : Le Bohec Y., Wolff C. éd., L’armée romaine de Dioclétien à Valentinien Ier, Actes du congrès de Lyon, 12-14 sept. 2002, Lyon, p. 371-387 (Coll. du Centre d’études romaines et gallo-romaines, 26).

Carrié J.-M., 2005, « Lètes », in : Leclant J. dir., Dictionnaire de l’Antiquité, Paris, 2005, p. 1253.

Carrié J.-M., Janniard S., 2000, « L’armée romaine tardive dans quelques travaux récents. 1re partie : L’institution militaire et les modes de combat », Antiquité Tardive, 8, p. 321-341.

Carrié J.-M., Rousselle A., 1999, L’Empire romain en mutation des Sévères à Constantin 192-337, Paris, éd. du Seuil, 839 p. (Nouvelle Histoire de l’Antiquité, 10).

Cesa M., 1994, Impero tardoantico e barbari : la crisi militare da Andrinopoli al 418, Como, New Press, 190 p. (Biblioteca di Athenaeum, 23).

Chaffin Chr., 1993, Olympiodorus of Thebes and the sack of Rome : a study of the ‘Historikoi Logoi’, with translated fragments, commentary and additional material, Lewinson, xcvi-297 p.

Charlet J.-L., 2000, II, 1-2, Claudien. Œuvres. Poèmes politiques (395-398), Tome II, 1-2, Texte établi et traduit par J.-L. Charlet, Paris, Les Belles Lettres (Coll. des Universités de France, Série latine, 358).

Chauvot A., 1984, « Représentation du Barbaricum chez les barbares au service de l’Empire au ive siècle ap. J.-C. », Ktèma, 9, p. 145-157.

Chauvot A., 1992, « Origine sociale et carrière des barbares impériaux au ive siècle après J.-C. », in : Frézouls E. éd., La mobilité sociale dans le monde romain, Actes du colloque de Strasbourg, nov. 1988, Strasbourg, A.E.C.R., p. 173-184 (Contributions et travaux de l’Inst. d’histoire romaine, 5).

Chauvot A., 1998, Opinions romaines face aux barbares au ive siècle ap. J.-C., Paris, de Boccard, 525 p. (Coll. Études d’archéologie et d’histoire ancienne).

Christiansen P. G., Dominik W. J., Webb M. O., 1988, Concordantia in Claudianum, Hildesheim/Zürich/New York, G. Olms, 432 p. (Alpha-Omega - Reihe A, 47).

Christol M., Gascou J., 1980, « Volubilis, cité fédérée ? », Mélanges de l’École française de Rome - Antiquité, 92, p. 329-354.

Clemente G., 1968, La Notitia Dignitatum, Cagliari, ed. Sarda Fossataro, 419 p.

Cracco-ruggini L., 1984, « I Barbari in Italia nei secoli dell’Impero », in : Arcamone M. G., Magistra barbaritatis : barbari in Italia, Milan, Libri Scheiwiller, p. 3-51.

Cracco-ruggini L., 1997, « Les généraux francs aux ive-ve siècles et leurs groupes aristocratiques », in : Rouche M. éd., Clovis, histoire et mémoire. I. Clovis et son temps, l’événement, Paris, Presse de l’Univ. de Paris-Sorbonne, p. 673-688.

Dasnoy A., 1969, « La nécropole de Furfooz », Annales de la Société Archéologique de Namur, 55, p. 121-194.

De Blois L., 1976, The policy of the emperor Gallienus, Leiden, E. J. Brill, 242 p. (Studies of the Dutch Archaeological and Historical Society, 7).

Delmaire L., 1989, Largesses sacrées et res privata : l’aerarium impérial et son administration du ive au vie siècle, Rome, École française de Rome, xvii-759 p. (Coll. de l’École Française de Rome, 121).

Demandt, A., 1970, Magister militum, in : PW RE. Suppl. XII, col. 553-790.

Demandt A., 1989, « The osmosis of late Roman and Germanic aristocracies », in : Chrysos E., Schwarcz A. éd., Das Reich und die Barbaren, Vienne-Cologne, p. 75-85.

Demougeot É., 1951, De l’unité à la division de l’Empire romain (395-410) : essai sur le gouvernement impérial, Paris, Adrien-Maisonneuve, 620 p.

Demougeot É., 1972, « Laeti et Gentiles dans la Gaule du ive siècle », in : Actes du colloque d’histoire sociale de l’Université de Besançon, 20-21 avril 1970, Paris, Les Belles Lettres, p. 101-112.

Demougeot É., 1974, « Constantin III, l’empereur d’Arles », in : Hommage à André Dupont, Montpellier, Féd. historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, p. 83-125.

Demougeot É., 1979, La formation de l’Europe et les invasions barbares : de l’avènement de Dioclétien au début du vie siècle, II, 1, Paris, Aubier/Montaigne, 2 vol. (Coll. historique).

Döpp S., 1980, Zeitgeschischte in den Dichtungen Claudians, Wiesbaden, F. Steiner, 281 p. (Hermes - Einzelschriften, 43).

Drinkwater J. F., 1987, The Gallic empire: separatism and continuity in the North-Western provinces of the Roman Empire, AD. 260-274, Wiesbaden/Stuttgart, F. Steiner V., 276 p. (Historia Einzelschriften, 52).

Drinkwater J. F., 1994, «Silvanus, Ursicinus and Ammianus: Fact or Fiction», in: Deroux C. éd., Studies in Latin Literature and Roman History VII, Bruxelles, p. 568-576 (Latomus, 227).

Drinkwater J. F., 1996, «The Germanic threat on the Rhine Frontier», in: Mathisen R. W., Sivan H. éd., Shifting frontiers in Late Antiquity, Papers from the first interdisciplinary conference on late antiquity, the Univ. of Kansas, March 1995, Aldershot, Variorum, p. 20-30.

Drinkwater J. F., 1997, «Julian and the Franks and Valentinian I and the Alamanni: Ammianus on Romano-German Relations», Francia, 24, p. 1-15.

Drinkwater J. F., 1998, «The usurpers Constantine III (407-411) and Jovien (411-413)», Britannia, 29, p. 269-298.

Drinkwater, J. F., 2000, «The revolt and ethnic origin of the usurper Magnentius (350-353) and the rebellion of Vetranio (350)», Chiron, 30, p. 131-159.

Drinkwater J. F., 2007, The Alamanni and Rome 213-496 (Caracalla to Clovis), Oxford/New York, Oxford Univ. Press, 408 p.

Ehling K., 1997, «Zur Geschischte Constantins III», Francia, 23, p. 1-11.

Errington R. M., 1996, «Theodosius and the Goths», Chiron, 26, p. 1-27.

Festy M., 1999, Abrégé des Césars / Pseudo-Aurélius Victor, Texte établi, traduit et commenté par M. Festy, Paris, Les Belles Lettres, CIX-302 p. (Coll. des Univ. de France, 353).

Fiches J.-L. dir., 1996, Le iiie siècle en Gaule Narbonnaise : données régionales sur la crise de l’Empire, Actes de la table ronde du GDR 954 ‘Archéologie de l’espace rural méditerranéen dans l’Antiquité et le haut Moyen Âge’, Aix-en-Provence, La Baume, 15-16 sept. 1995, Sophia Antipolis, éd. APDCA, 404 p.

Fingerlin G., 1997, «Grenzland in der Völkerwanderungszeit : Frühe Alamannen im Breisgau», in : Die Alamannen, Stuttgart, p. 103-110.

Fontaine J., Frézouls E., J.-D. Berger, 1996, Ammien Marcellin. Histoire. Tome 3, Livres XX-XXII, Paris, Les Belles Lettres, LXVIII-358 p. (Coll. des Univ. de France, 333).

Gascou J., 1976, « L’institution des Bucellaires », Bull. de l’Institut Français d’Archéologie Orientale, l-xxii, p. 143-156.

Gillet, R., 1993, «The date and circumstances of Olympiodorus of Thebes», Traditio, 48, p. 1-29.

Goetz H.-W., 2003, «Gens, kings and kingdoms: the Franks», in: Goetz H.-W., Jarnut J., Pohl W. éd., Regna and Gentes: the relationship between Late Antique and Early Medieval peoples and kingdoms in the transformation of the Roman world, Leiden, p. 307-344 (The Transformation of the Roman World, 13).

Gordon C. D., 1960, The Age of Attila: fifth-century Byzantium and the Barbarians, Ann. Arbor, Univ. of Michigan press, 228 p.

Green R. P. H., 1991, The works of Ausonius, Oxford, Clarendon Press, LVI-780 p.

Günther R., 1971, «Laeti, foederati und Gentiles in Nordund Nordostgallien im Zusammenhang mit der sogenannten Laetenzivilisation», Zeitschrift für Archäologie, 5, p. 39-59.

Günther R., 1977, «Einige neue Untersuchungen zu den Laeten und Gentilen im 4. Jarhundert und zu ihrer historischen Bedeuntung», Klio, 59, p. 311-321.

Gutmann B., 1991, Studien zur Römischen Aussenpolitik in der Spätantike (364-395 n. Chr.), Bonn, R. Habelt GBMH, 302 p. (Habelts Dissertationsdrucke. Reihe alte Geschischte, 31).

Haldon J., 1993, «Military Service, Military Lands, and the Status of Soldier», Dumbarton Oaks Papers, 47, p. 1-67.

Heather P. J., 1991, Goths and Romans, 332-489, Oxford, Clarendon Press, 378 p. (Oxford historical monographs).

Heather P. J., 1997, «Foedera and foederati of the fourth century», in: Pohl W. éd., Kingdoms of the Empire: the integration of Barbarians in Late Antiquity, Leiden, Brill, p. 57-74 (The Transformation of the Roman World, 1).

Heather P. J., 2001, «The Late Roman art of client management: imperial defence in the fourth century West», in: Pohl W., Wood I., Reimutz H. éd., The transformation of frontiers: from Late Antiquity to the Carolingians, Leiden/Köln, Brill, p. 15-68 (The Transformation of the Roman World, 10).

Heather P. J., 2003, «Gens and Regnum among the Ostrogoths», in: Goetz H.-W., Jarnut J., Pohl W. éd., Regna and Gentes: the relationship between Late Antique and Early Medieval peoples and kingdoms in the transformation of the Roman world, Leiden, p. 85-133 (The Transformation of the Roman World, 13)

Heather P. J., Moncur D., 2001, Politics, philosophy and Empire in the fourth century: select orations of Themistius, Liverpool, Liverpool Univ. Press, XVII-361 p. (Translated Texts for Historians, 36).

Hoffmann D., 1969, Das Spätromische Bewegungsheer und die Notitia Dignitatum, Düsseldorf, Rheinland Verlag, 2 vol. (Epigraphische Studien, 7).

Hoffmann D., 1995, «Edowech und Decimius Rusticus: zur Linksreinischen Landnahme von Alamannen, Franken, Burgundern und Alanen unter dem Usurpator Constantin III, gleich nach der Invasion von Ende 406 n. Chr», in: Koenig F. E., Rebetez S. éd., Arculiana: Festchrift zum 65. Geburtstag von Hans Bögli, Avenches, L.A.O.T.T., p. 559-568.

Horn H., 1930, Foederati: Untersuchungen zur Geschichte ihrer Rechsstellung im Zeitalter der römischen Republik und des frühen Principats, Frankfurt a. Main, 103 p.

Janson T., 1979, A concordance to the Latin panegyrics, Hildesheim-New York, G. Olms Verlag, 898 p. (Alpha-Omega - Reihe A, 37).

Jeanjean B., Lançon B., 2006, Saint Jérôme : chronique, continuation de la chronique d’Eusèbe, années 326-378, Texte latin de l’édition de R. Helm, trad. française inédite, notes et commentaires par B. Jeanjean et B. Lançon, Rennes, Presses Univ. de Rennes, 207 p. (Coll. Histoire).

Kazanski M., 1993, « Les Barbares orientaux et la défense de la Gaule aux ive-ve siècles », in : Vallet F., Kazanski M. éd., L’armée romaine et les Barbares du iiie au viie siècle, Actes du colloque de l’A.F.A.M., Saint-Germain-en-Laye, 24-28 fév. 1990, Rouen, Ass. française d’Archéologie Mérovingienne, p. 175-186 (Mémoires de l’A.F.A.M., 5).

Kazanski M., 1997, « Les ‘Barbares orientaux’ dans l’armée romaine en Gaule », Antiquités Nationales, 29, p. 201-217.

Kolendo J., 1970, « La chronologie des guerres contre les Germains au cours des dernières années de la tétrarchie », Klio, 22, p. 197-203.

Kraft K., 1958, « Die Taten der Kaiser Constans und Constantius II », Jahrbuch für Numismatik und Geldgeschichte, 9, p. 141-186.

Kulikowski M., 2000, « Barbarians in Gaul, usurpers in Britain », Britannia, 31, p. 325-345.

Laniado A., 2006, « Ralf Scharf, Foederati », Byzantinische Zeitschrift, 99, p. 265-271.

Lemosse M., 2005, « Deditio (droit romain) », in : Leclant J. dir., Dictionnaire de l’Antiquité, Paris, p. 636.

Lenski N., 2002, Failure of Empire : Valens and the Roman state in the fourth century A. D., Berkeley/Los Angeles/Londres, University of California Press, 454 p. (The Transformation of the Classical Heritage, 34).

Liebeschuetz J. W. H. G., 1990, Barbarians and Bishops : army, church and state in the age of Arcadius and Chrysostom, Oxford, Clarendon Press, 312 p.

Liebeschuetz J. W. H. G., Hill C., 2005, Ambrose of Milan : political letters and speeches, Translated with an introduction and notes by J. H. W. G Liesbeschuetz with the assistance of C. Hill, Liverpool, Liverpool Univ. Press, XVI-424 p. (Translated Texts for Historians, 43).

Lorenz S., 1997, Imperii fines erunt intacti : Rom und die Alamannen 350-378, Francfort/Berlin, P. Lang, 242 p. (Europäische Hochschulschriften, Reihe 3 - Geschichte und ihre Hilfswissenschaften, 722).

Lütkenhaus W., 1998, Constantius III : Studien zu seiner Tätigkeit und Stellung im Westreich 411-421, Bonn, R. Habelt, 232 p. (Habelts Dissertationsdrucke. Reihe alte Geschichte, 44).

Maisano R., 1979, Olimpiodoro Tebano : Frammenti storici, Napoli, Ass. di studi tardoantichi, 77 p.

Malosse P.-L., 2003, Libanios : Discours. T.IV. Discours LIX, Texte établi et traduit par P.-L. Malosse, Paris, Les Belles Lettres, 392 p. (Coll. des Univ. de France, 431).

Marcone A., 1997, « Relazioni romano-barbariche e insediamenti in Italie in età teodosiana », in : Teja R., Pérez C. éd., La Hispania de Teodosio, Actas del congreso internacional, Segovia-Coca, Oct. 1995, vol. I, Valladolid, p. 149-154.

Maricq A., 1958, « Res Gestae Divi Saporis », Syria, 35, p. 295-360 (= Classica et Orientalia, Paris, 1965, p. 37-101).

Martin M., 1997, « Historische Schlagzeilen, archäologische Trümmer : Wandlungen der alamannischen Siedlungs und Heerchaftsgeschichte zwischen 436 und 536 nach Christus », in : Die Alamannen, Stuttgart, p. 163-170.

Martin M., 1998, « Alemannen im römischen Heer : eine verpaßte Integration und ihre Folgen », in : Geuenich D. éd., Die Franken und die Alemannen bis zur ‘Schlacht bei Zülpich’(496/497), Berlin/New York, W. de Gruyter, p. 407-422 (Ergänzungsbände zum Reallexikon der germanischen Altertumskunde, 19).

Matthews J. F., 1970, « Olympiodorus of Thebes and the history of the West (A. D. 407-425) », The Journal of Roman Studies, 60, p. 79-97.

Mclynn N. B., 1994, Ambrose of Milan : church and court in a Christian capital, Berkeley/Los Angeles/Londres, Univ. of California press, XXIV-406 p. (The Transformation of the Classical Heritage, 22).

Migliario E., 1999, « Gentes foederatae : per una riconsiderazione dei rapporti romano-barbari in Mauritania Tingitana », in : Atti della Accademia nazionale dei Lincei, S. 9, vol. 10-3, p. 427-461.

Modéran Y., 2004, « L’établissement des barbares sur le territoire romain à l’époque impériale », in : Moatti Cl. éd., La mobilité des personnes en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne : procédure de contrôle et documents d’identification, Rome, École Française de Rome, p. 337-397 (Coll. de l’École Française de Rome, 341).

Nicasie M. J., 1998, Twilight of Empire : the Roman army from the reign of Diocletian until the battle of Andrianople, Amsterdam, J. C. Gieben, 321 p. (Dutch Monographs on ancient History and Archeology, 19).

Nixon C. E. V., Rodgers B. S., 1994, In praise of later Roman emperors : the ‘Panegyrici Latini’, Introduction, translation and historical commentary with the latin text of R. A. B. Mynors, Berkeley/Los-Angeles/Oxford, Univ. of California press, 735 p. (The Transformation of the Classical Heritage, 21).

Oldenstein J., 1993, « La fortification d’Alzey et la défense de la frontière romaine le long du Rhin au ive et au ve siècles », in : Vallet F., Kazanski M. éd., L’armée romaine et les Barbares du iiie au viie siècle, Actes du colloque de l’A.F.A.M., Saint-Germain-en-Laye, 24-28 fév. 1990, Rouen, Ass. française d’Archéologie Mérovingienne, p. 125-133 (Mémoires de l’A.F.A.M., 5).

Paschoud Fr., 1986, Zosime. Histoire nouvelle. Tome III, 1ère partie : Livre V, Paris, Les Belles Lettres, 457 p. (Coll. des Univ. de France, Série grecque, 307).

Paschoud Fr., 1989, Zosime. Histoire nouvelle. Tome III, 2e partie : Livre VI, Index général, Paris, Les Belles Lettres, 236 p. (Coll. des Univ. de France, Série grecque, 326).

Paschoud Fr., 1996, Histoire auguste. Tome V, 1ère partie : Vies d’Aurélien et de Tacite, Paris, Les Belles Lettres, LXI-348 p. (Coll. des Univ. de France, Série latine, 335).

Paschoud Fr., 1997, « Les descendants d’Ammien Marcellin (Sulpicius Alexander et Renatus Profuturus Frigeridus) », in : Knoepfler D. éd., Nomen Latinum : mélanges de langue, de littérature et de civilisation latines offerts au professeur André Schneider à l’occasion de son départ à la retraite, Neuchâtel, Fac. des Lettres/Genève, Droz, p. 141-147.

Paschoud Fr., 1998, « Note sur les relations de trois historiens des ive et ve siècles : Sulpicius Alexander, Rénatus Profuturus Frigéridus et Olympiodore », Antiquité Tardive, 6, p. 313-316.

Paschoud Fr., 2000, Zosime. Histoire nouvelle, Tome I, Livres I-II, Paris, Les Belles Lettres, CXXVIII-422 p. (Coll. des Univ. de France, Série grecque, 401).

Périn P., 1995, « Les tombes de ‘chefs’ du début de l’époque mérovingienne : datation et interprétation historique », in : Vallet F., Kazanski M. éd., La noblesse romaine et les chefs barbares du iiie au viie siècle, Actes du colloque international de l’A.F.A.M., Saint-Germain-en-Laye, 16-19 mai 1992, Rouen, Ass. française d’Archéologie Mérovingienne/Soc. des amis du Musée des Antiquités nationales, p. 247-301 (Mémoires de l’A.F.A.M., 9).

Périn P., 1998, « La progression des Francs en Gaule du Nord au ve siècle : histoire et archéologie », in : Geuenich D. éd., Die Franken und die Alemannen bis zur ‘Schlacht bei Zülpich’ (496/497), Berlin/New York, W. de Gruyter, p. 59-81 (Ergänzungsbände zum Reallexikon der germanischen Altertumskunde, 19).

Pirling R., 1993, « Römische Gräber mit barbarischen Einschlag auf den Gräberfeldern von Krefeld-Gellep », in : Vallet F., Kazanski M. éd., L’armée romaine et les Barbares du iiie au viie siècle, Actes du colloque de l’A.F.A.M., Saint-Germain-en-Laye, 24-28 fév. 1990, Rouen, Ass. française d’Archéologie Mérovingienne, p. 109-123 (Mémoires de l’A.F.A.M., 5).

Quast D., 1997, « Vom Einzelgrab zum Friedhof. Beginn der Reihengräbersitte im 5. Jahrhundert », in : Die Alamannen, Stuttgart, p. 171-190.

Raimondi M., 2001, Valentiniano I e la scelta dell’Occidente, Alessandria ed. dell’Orso, 258 p. (Studi di storia greca e romana, 5).

Rance Ph., 2001, « Attacotti, Déisi and Magnus Maximus : the case for Irish federates in late Roman Britain », Britannia, 32, p. 241-270.

Reichmann C., 2002, « Das Kastell von Gelduba (Krefeld-Gellep) im 4. und 5. Jahrhundert », in : Grünewald T., Siebel S. éd., Kontinuität und Diskontinuität : Germania Inferior am Beginn und am Ende der römischen Herrschatf, Berlin/New York, W. de Gruyter, p. 37-52 (Ergänzungsbände zum Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, 35).

Reuter M., 1997, « Aspekte zur Frühen germanischen Landnahme im ehemaligen Limesgebiet : Münzen des Gallischen Teilreiches in germanischen Fundkontext am Beispiel der villa rustica von Wurmlingen », in : Bridger C., Carnap-bornheim C. von, Römer und Germanen – Nachbarn über Jahrhundert, Oxford, Archaeopress, p. 73-78 (BAR, International Series, 678).

Roberto U. éd., 2005, Ioannis Antiocheni Fragmenta ex Historia chronica, Berlin/New York, W. de Gruyter, CCXI-661 p. (Texte und Untersuchungen zu Geschichte der altchrislichen Literatur, 154).

Roosens H., 1968, « Laeti, Foederati und andere spätrömische Bevolkerungsniederschläge im belgischen Raum », Archaelogia Belgica, 104, Brüssel, p. 89-109 ; TAP de Die Kunde, 1967.

Roques D., 1990, Procope de Césarée. La guerre contre les Vandales : guerres de Justinien. Livres III et IV, Traduit et commenté par D. Roques, Paris, Les Belles Lettres, XVIII-282 p. (La Roue à Livres, 6).

Sabbah G., Angliviel de la Beaumelle L., 1999, Ammien Marcellin : Histoires. Tome VI, Livres XXIX-XXXI, Index général, Paris, Les Belles Lettres, LXVI-542 p. (Coll. des Univ. de France, Série latine, 354).

Sabbah G., Angliviel de la Beaumelle L., Festugière A.-J., Grillet B., 2008, Sozomène : Histoire ecclésiastique. Livres VII-IX, Paris, Les Éd. du Cerf, 479 p. (Sources Chrétiennes, 516).

Saddington D. B., 1975, «The development of Roman auxiliary forces from Augustus to Trajan», Aufstieg und Niedergang der römischer Welt, II, 3, Berlin/New York, p. 176-201.

Sartor G., 2008, « L’Empire des Théodoses et les regna Orientis (379-450) : politique militaire et diplomatie impériale à l’égard des foederati orientaux », Antiquité Tardive, 16, p. 37-78.

Saunders T., 1992, « Aurelian’s Two Iuthungian Wars », Historia, 41, p. 311-327.

Scharf R., 1993, « Jovinus-Kaiser in Gallien », Francia, 20, p. 1-13.

Scharf R., 1995, « Aufrüstung und Truppenbenenung unter Stilicho : das Beispiel der Attecotti Truppen », Tyche, 10, p. 161-178.

Scharf R., 2001, Foederati: von der völkerrechtlichen Kategorie zur byzantinischen Truppengattung, Wien, Holzhausen, 164 p. (Tyche - Supplementumband, 4).

Schmauder M., 2003, «The relationship between Frankish Gens and Regnum: a proposal based on the archeological evidence», in: Goetz H.-W., Jarnut J., Pohl W. éd., Regna and Gentes: the relationship between Late Antique and Early Medieval peoples and kingdoms in the transformation of the Roman world, Leiden, p. 271-306 (The Transformation of the Roman World, 13).

Schulz R., 1993, Die Entwicklung des römischen Völkerrechts im vierten und fünften Jahrhundert n. Ch., Stuttgart, F. Steiner, 210 p. (Hermes, 61).

Schwarcz A., 1995, «Foederati», Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, 8, p. 290-299.

Seillier Cl., 1989, « Les tombes de transition du cimetière germanique de Vron (Somme) », Jahrbuch des Römischen Zentralmuseums Mainz, 36, p. 599-634.

Seillier Cl., 1993, « Les Germains dans l’armée tardive en Gaule septentrionale. Le témoignage de l’archéologie », in : Vallet F., Kazanski M. éd., L’armée romaine et les Barbares du iiie au viie siècle, Actes du colloque de l’A.F.A.M., Saint-Germain-en-Laye, 24-28 fév. 1990, Rouen, Ass. française d’Archéologie Mérovingienne, p. 187-194 (Mémoires de l’A.F.A.M., 5).

Shahîd I., 1984, Byzantium and the Arabs in the fourth century, Washington D. C., XXIII-628 p.

Sherwin-White A. N., 1973, The Roman citizenship, Oxford, Clarendon Press, 486 p.

Siegmund F., 2000, Alemannen und Franken, Berlin/New York, W. de Gruyter, 472 p. (Ergänzungsbände zum Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, 23).

Speidel M. P., 1975, «The rise of ethnic units in the Roman imperial army», Aufstieg und Niedergang der römischer Welt, II, 3, Berlin/New York, p. 202-231.

Speidel M. P., 1978, «The Roman army in Arabia», Ausftieg und Niedergang der römischen Welt, II, 8, Berlin/New York, p. 687-730.

Speidel M. P., 1996, «Raising New Units of the Late Roman Army: Auxilia Palatina», Dumbarton Oaks Papers, 50, p. 163-170.

Springer M., 1997, «Gab es ein Volk der Salier», in: Geuenich D., Haubrichs W., Jarnut J. éd., Nomen et gens: zur historischen Aussagefrakt frümittelalterlicher Personennamen, Berlin, W. de Gruyter, p. 58-83 (Ergäzungsbände zum Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, 16).

Springer M., 1998, «Riparii - Ribuarier - Rheinfranken nebst einigen Bemerkungen zum Geographen von Ravenna», in: Geuenich D. éd., Die Franken und die Alemannen bis zur ‘Schlacht bei Zülpich’ (496/497), Berlin/New York, W. de Gruyter, p. 200-269 (Ergänzungsbände zum Reallexikon der germanischen Altertumskunde, 19).

Steuer H., 1997, «Herrshacht von der Höhe. Vom mobilen Soldatentrupp zur Residenz auf räpresentativen Bergkuppen», in: Die Alamannen, Stuttgart, p. 149-162.

Stevens C. E., 1957, «Marcus, Gratian, Constantine», Athenaeum, 35, p. 316-347.

Stickler T., 2007, «The foederati», in: Erdkamp P. éd., A companion to the Roman army, Oxford, Blackwell, p. 495-514 (Coll. Blackwell companions to the Ancient World).

Stribrny K., 1989, «Römer rechts des Rheins nach 260 n. Chr. Kartierung, Strukturanalyse und Synopse spätrömischer Münzreihen zwischen Koblenz und Regensburg», Bericht der Römisch-Germanischen Kommission 70, p. 351-505

Strobel K., 2007, «Strategy and army structure between Septimus Severus and Constantine the Great», in: Erdkamp P. éd., A companion to the Roman army, Oxford, Blackwell, p. 265-285 (Coll. Blackwell companions to the Ancient World).

Szidat J., 1995, « Laetensiedlungen in Gallien im 4. und 5. Jahrhundert », in : Frei-stolba R., Herzig H. E. éd., La politique édilitaire dans les provinces de l’Empire romain : iième-ivème siècles après J.-C., Actes du IIème colloque roumano-suisse, Berne, 12-19 sept. 1993, Berne, P. Lang, p. 283-293.

Tausend K., 1999, «Bemerkungen zum Wandaleneinfall des Jahres 271», Historia, 48, p. 119-127.

Theuws F., Hiddink H. A., 1997, «Der Kontakt zu Rom», in: Die Franken: Wegbereiter Europas, Mannheim, p. 66-80.

Vallet F., 1997, « Regards critiques sur les témoins archéologiques des Francs en Gaule du Nord à l’époque de Childéric et de Clovis », in : Vallet F., Kazanski M., Périn P. éd., Des royaumes barbares au Regnum Francorum : l’Occident à l’époque de Childéric et de Clovis (vers 450-vers 530), Rouen, Ass. française d’Archéologie Mérovingienne/Soc. des amis du Musée des Antiquités nationales, p. 219-244 (Mémoires de l’A.F.A.M., 11).

Vallet F., 2000, « Les fédérés barbares dans le nord de la Gaule », in : L’or des princes barbares : du Caucase à la Gaule, ve siècle après J.-C., Catalogue d’exposition, Musée des Antiquités nationales, Château de Saint-Germain-en-Laye, 26 sept. 2000-8 janv. 2001, p. 37-41.

Veyne P., 1960, «Foederati; Tarquinies, Camérinum, Capène», Latomus, 19, p. 429-436.

Veyne P., 2005, L’Empire gréco-romain, Paris, Le Seuil, 874 p.

Waas M., 1965, Germanen im römischen Dienst im 4. Jh. N. Chr., Bonn, R. Habelt, 143 p. (Habelts Dissertationsdrucke. Reihe alte Geschichte, 3)

Watson A., 2004, Aurelian and the third century, Londres, Routledge, 303 p. (Coll. Roman imperial biographies).

Werner J., 1973, «Bemerkungen zur mitteldeutschen Skelettgräber-gruppe Hassleben-Leuna: zur Herkunft der ingentia auxilia Germanorum des Gallischen Sonderreichs in den Jahren 259-274», in: Beumann H. dir., Festschrift für Walter Schlesinger, p. 1-30 (Mitteldeutsche Forschungen, 74-1).

Whittaker D., 1993, «Landlords and warlords in the Later Roman Empire», in: Rich J., Shipley G. éd., War and society in the Roman world, Londres/New York, Routledge, p. 277-302.

Wirth G., 1986, « Symmachus und einige Germanen », in : Paschoud Fr. éd., Colloque genevois sur Symmaque à l’occasion du mille six centième anniversaire du conflit de l’autel de la Victoire, Paris, Les Belles Lettres, p. 277-297.

Wirth G., 1997, «Rome and its germanic partners in the fourth century», in: Pohl W. éd., Kingdoms of the Empire: the integration of barbarians in Late Antiquity, Leiden/New York/Köln, Brill, p. 13-55 (The Transformation of the Roman World, 1).

Wolfram H., 1990, Histoire des Goths, Paris, Albin Michel, 574 p. (Coll. Évolution de l’humanité).

Wood I. éd., 1998, Franks and Alamanni in the Merovingian period: an ethnographic perspective, San Marino, 481 p. (Studies in historical archaeoethnology, 3).

Woods D., 1992, «A note concerning the Regii Emeseni Iudaei», Latomus, 51, p. 404-407.

Wynn Ph., 1997, «Frigeridus, the British tyrants, and the early fifth century barbarian invasions of Gaul and Spain», Athenaeum, 85, p. 69-117.

Zecchini G., 1993, Ricerche di storiografia latina tardoantica, Rome, L’Erma di Bretschneider, 299 p.

Zecchini G., 2003, «La formazione degli stati federali romanobarbarici», in: Zecchini G. dir., Il federalismo nel mondo antico, Storia, p. 129-148.

Zöllner E., 1970, Geschichte der Franken bis zur Mitte des sechsten Jarhunderts, Munich, C. H. Beck, 282 p.

Ztotz T., 1998, «Die Alamannen in der Mitte des 4. Jahrhunderts nach dem Zeugnis des Ammianus Marcellinus», in: Geuenich D. éd., Die Franken und die Alemannen bis zur ‘Schlacht bei Zülpich’ (496/497), Berlin/New York, W. de Gruyter, p. 384-406 (Ergänzungsbände zum Reallexikon der germanischen Altertumskunde, 19).

Zuckerman C., 1993, « Les ‘Barbares’ romains : au sujet de l’origine des auxilia tétrarchiques », in : Vallet F., Kazanski M. éd., L’armée romaine et les Barbares du iiie au viie siècle, Actes du colloque de l’A.F.A.M., Saint-Germain-en-Laye, 24-28 fév. 1990, Rouen, Ass. française d’Archéologie Mérovingienne, p. 17-20 (Mémoires de l’A.F.A.M., 5).

Zuckerman C., 1998, «Two reforms of the 370s.: recruiting soldiers and senators in the Divided Empire», Revue des Études Byzantines, 56, p. 79-139.

Annexes

ANNEXES

Annexe 1

Le recours aux recrues d’origine germanique est observable dès les années 240-250 : l’armée de Gordien III engagée contre les Perses comptait des combattants d’origine germanique (Germains rhénans) ainsi que des Goths, des symmachoi : « le César Gordien leva dans tout l’Empire romain, une armée de Goths et de Germains ». On doit supposer des foedera conclus probablement avec des groupes barbares extérieurs au territoire de l’Empire : il n’y a pas d’installation territoriale, mais simplement la levée de troupes « étrangères » pour les besoins d’une campagne. On peut ainsi voir dans le foedus rompu sous Philippe (244-249), une allusion à l’accord diplomatique qui mobilisa les Goths lors de la campagne perse de Gordien III : Jordanès, Get. XVI, 89 ; Res Gestae Divi Saporis III, 6-7 ; Maricq, 1958. Auparavant, vers 195-197, des Goths avaient accompagné Septime Sévère en Arabie : AE 1911, 244 ; AE 1933, 185. Une inscription mentionne en effet la présence d’un soldat nommé Guththa, fils d’Erminarius, mort en Arabie vers 208 : Speidel, 1978, p. 687-730, 712-713, indique qu’Erminarius serait un commandant goth de gentiles goths (Gothi gentiles) qui seraient une unité ethnique. Il est imprudent de se fonder sur cette évidence épigraphique – en admettant qu’il s’agit bien d’un Goth – pour établir qu’ils servaient dans l’armée impériale en tant que combattants levés suite à un foedus. La présence de Goths dans les armées de campagne engagées contre les Perses trouverait un précédent dans la campagne de Caracalla contre les Parthes en 217, où il est question de Scythes (Skythai) et de Celtes (Keltoi), soit des Goths et des Alamans ( ?) : Dion Cassius, Hist. rom. LXXVIX, 5-6. Une participation sous Septime Sévère toujours contre les Parthes en 196 : Dion Casssius, Hist. rom. LXXV, 3 ; Carrié, Rousselle, 1999, p. 137-138. Dans les cas recensés, il n’est pas assuré que les Germains mobilisés servaient en qualité de foederati levés par foedera conclus avec des gentes externae. On peut supposer des modalités de service armé variées.

Annexe 2

Des unités ont pu être constituées de barbares issus de groupes extérieurs à l’Empire, liés par foedera et tenus de fournir des recrues à l’armée impériale, à l’image des unités d’equites saraceni sur le limes oriental levées auprès des groupes dont certains étaient liés à l’Empire par foedera. De fait les Saraceni qui servaient dans les unités régulières (equites sagittarii indigenae) étaient une variété de foederati puisque leurs conditions d’engagement avaient été définies par les clauses de foedera. Mais leurs conditions de service les distinguaient des autres foederati : ND. Or., XXVIII, 17 ; XXXI, 25-30 ; XXXII, 20, 22-26, 27, 28, 29 ; XXXIII, 18-20, 21-22 ; XXXIV, 23-24, 25-27, 29 ; XXXV, 18-19, 20-23 ; XXXVI, 23-24, 25-28 ; XXXVII, 18-20, 23 ; XXXVIII, 11-12. Sur les unités d’equites Saraceni indigenae levées auprès des Sarakênoi : Shahīd, 1984, 1984, p. 56-63 à nuancer par les remarques de Carrié, Rousselle, 1999, p. 640 et surtout Carrié, 1995, p. 27-60, 51-52. La catégorisation de différents types de foederati que nous proposons ici a pu être observée dans le cas des combattants fournis par les populations caucasiennes : Ibères, Colches, Arméniens pour la fin du ive siècle : Sartor, 2008, p. 37-78.

Annexe 3

Avec Constantin se développa une idéologie des rapports entre l’empereur et les barbares. L’empereur imposait l’autorité impériale après une victoire militaire, suivie d’une deditio qui débouchait sur le pardon impérial ; l’empereur accordait alors un foedus afin de faire des barbares vaincus des alliés de l’Empire : des foederati qui restaient cependant extra fines imperii. Le barbare restait soumis et c’est par la grâce de l’empereur qu’il recevait l’immense privilège de se voir accorder un traité (foedus) : « il abattit encore les Goths en divers combats en leur accordant à la fin la paix, et il laissa dans la mémoire des nations barbares une immense gratitude », image déjà développée par Eusèbe dans sa Vie de Constantin, reprise encore par Jean d’Antioche dans le fragment 170 [Müller], où l’empereur, après sa victoire sur les Goths (Scythes), fit preuve de générosité et d’humanité en n’abusant pas de son succès et en accordant la paix dans le cadre de traités (te spondôn). Cette idéologie se retrouve pendant tout le ive siècle et en particulier lorsqu’il fallut traiter avec les Goths dans les années 380-390 en Thrace.

Annexe 4

L’emploi de barbares foederati en temps de guerre civile mettait les foederati dans une situation précaire. C’est dans ce contexte stratégique que les Goths foederati furent engagés par Constance contre Julien, en tant qu’alliés de l’empereur légitime contre l’usurpateur : Libanios, Or. XII, 62 ; Amm. Marc., XXII, 7, 8. La situation se reproduisit avec les Goths que l’usurpateur Procope mobilisa, au nom du foedus qui les liait à l’Empire et aux Constantinides, contre Valens : selon Zosime, Procope après avoir obtenu le ralliement des « unités romaines et [d’] une foule de Barbares », se tourna vers les Goths : « il envoya quelques personnages en vue auprès de celui qui exerçait le pouvoir souverain chez les Scythes établis au-delà du Danube », en vue d’obtenir une assistance militaire. Le roi des Goths, Athanaric, « dépêcha comme alliés dix mille hommes pleins de vigueur » ; Ammien parle « des trois mille Goths que les rois de cette nation […] avaient envoyés en secours à Procope ». Procope reçut une assistance militaire sous la forme de contingents ethniques (auxilia/symmachoi) qui constituaient une « armée de Scythes » : Zosime, IV, 7, 1-2 ; IV, 10, 2 ; Eunape, Frg. 37 [Blockley] ; Amm. Marc., XXVI, 10, 3 ; XXXI, 3, 4. L’usurpateur vaincu, Valens, envoya « chez les Goths » « Victor, maître de la cavalerie […] avec mission de s’informer clairement de la raison pour laquelle une nation amie de Rome et constamment liée à elle par des traités de paix avait accordé des appuis à un tyran qui faisait la guerre aux empereurs légitimes » : Amm. Marc., XXVII, 5, 1. Sur le plan militaro-diplomatique, les Goths foederati extra fines imperii se retrouvaient dans la même situation que Vadomarius en 360-361.

Annexe 5

Par chefs ethniques, il ne faut pas seulement voir de grands reges ; imaginons également des princes, regales optimates, comites ou reges à l’image de ces rois francs et alamans qui peuplent les Res Gestae d’Ammien – pour reprendre la terminologie latine. On trouvera des parallèles dans l’Orient à l’époque de Valens puis de Théodose avec la présence dans les années 380-390 de chefs goths, alains, mais aussi de chefs ibères, colches, arméniens, voire de chefs saracènes : Sartor, 2008, p. 37-78.

Annexe 6

Les barbari foederati in militiam allecti sont englobés dans les incerta foedera, à des fins polémiques269 : les incerta foedera désignaient les traités conclus dans les diocèses des Gaules et des Sept Provinces par Constantin III, avant d’entrer en Espagne, et auxquels ferait écho Zosime (« Barbares installés en Gaule »). Les Honoriaci définis par Orose comme des « barbares […] accuellis comme fédérés » : barbari in foedus recepti270 pourraient être des barbares évoluant dans les diocèses des Gaules et des Sept Provinces puisqu’il n’est pas question de foedera conclus par Constantin avec les Vandales, Suèves et Alains avant 411271. Les Honoriaci étaient des « barbares » qui avaient « naguère été accueillis comme fédérés » avant d’être « introduits dans l’armée » où ils étaient appelés Honoriaci (Orose, Hist. ad pag. VII, 40, 7) : par l’adverbe quondam qui signifie « autrefois, jadis, naguère, un jour », Orose introduit une antériorité à la receptio in foedus de ces barbares et à leur allectio in militiam, ce qui rend possible leur existence « pré-constantinienne ». Ils ne peuvent être associés à la liste des protagonistes liés aux incerta foedera – dans la mesure évidemment où Orose ne manipule pas les faits dans des proportions trop grandes et difficilement contrôlables pour nous compte tenu de la maigreur de nos sources. Le nom Honoriaci/Honoriani suggère un recrutement sous Honorius (395-423) avec une appartenance possible à l’armée gauloise, voire à l’armée de Bretagne272. Ainsi ces Honoriaci qui appartenaient peutêtre à l’armée de Bretagne dont disposait Constantin III avant de débarquer en Gaule273, peuvent être identifiés avec les Atecotti Honoriani seniores dont le recrutement fut réalisé ( ?) par Stilicon suite à sa campagne contre les Pictes274. Bien qu’il ne s’agisse ici que de suppositions, les Honoriaci/Honoriani employés par Constantin III pouvaient donc être une unité de l’armée gauloise, recrutée originellement auprès de Pictes et ralliée à l’usurpateur275. Les Honoriani employés par Constantin seraient donc une unité régulière de l’armée impériale (militia), de composition barbare et dont le recrutement avait été réglé par un foedus : les modalités du service armé fourni par ces barbares se distingueraient des conditions de service d’autres foederati à la même période, puisque ces foederati fédérés au moins nominalement puisqu’ils avaient été « accueillis dans le cadre d’un traité » (recepti in foedus)276 – furent incorporés dans une unité régulière, unité comitatensis, auxilium palatinum, sous encadrement militaire romain et soumis à la hiérarchie romaine. Ces barbares relevaient d’un foedus avec l’Empire, foedus dont les clauses comportaient des obligations de service armé pour le groupe foederatus, à charge pour ce dernier de fournir à l’Empire des recrues (tirones), sélectionnées parmi leurs guerriers, à l’image de ces nombreux foedera dont parlait Ammien Marcellin, qui comportaient des clauses de recrutement imposées aux barbares qui devaient servir dans l’armée (militia). Nous avons ici l’illustration de la diversité des foedera et de leurs clauses, et en conséquence, de la diversité des modalités du service armé que devaient assurer les foederati. Ces barbares fédérés ne doivent pas être associés aux autres foederati qui combattirent pour les différents usurpateurs des années 406-413 dont les conditions de service, les clauses des foedera étaient – pour certains en tout cas – différentes : ici Orose livre une information précieuse mais utilisée à des fins morales qui brouille l’historien car la présentation de faits opérée par l’auteur espagnol suggère un lien entre les incerta foedera et les Honoriaci277. Or il est probable que les Honoriaci appartenaient à des foederati d’un autre type que les barbares que Constantin s’attacha par ces fameux incerta foedera.

Annexe 7

Le terme symmachoi recouvre des réalités militaires multiples : Schulz, 1993, p. 57-61, 136-144. Pour la formation d’unités palatines dans le cadre d’alliance militaire (symmachia) consécutive à des deditiones, on pourra mentionner le cas des Tervinges admis par Valens dans l’Empire en 376 : Amm. Marc., XXXI, 4, 5 ; Jordanès, Get. XXV, 132 ; Eunape, Frg. 42 [Blockley] ; Frg. 45, 3 [Blockey] ; Socrate, H.E. IV, 34, 4 ; Zosime, IV, 20, 5 ; IV, 26, 1 ; Sozomène, H.E. VI, 37, 5. À côté de la levée de recrues à destination des unités régulières, d’autres modalités de mobilisation et de service eurent certainement cours (stationnement sur les limites imperii, avec les fonctions de troupes limitaneae ; levée de contingents ethnico-tactiques au besoin comme dans la perspective de la guerre contre les Perses en 377).

Annexe 8

Olympiodore ne parle pas d’unités normées constituées de foederati : le collectif plêthos désignait des groupements militaires ethniques. Olympiodore utilise un terme général plêthos et une expression relativement vague sans aucune référence à des notions techniques comme tagmata, arithmoi, katalogoi, ce qui tendrait à signifier que les foederati du règne d’Honorius n’étaient pas intégrés – au moins en partie – aux structures d’encadrement institutionnelles, administratives et normatives à l’image des numeri militaires de l’Empire tardif ou comme cela sera le cas dans l’Empire de Justinien. Olympiodore a-t-il pu méconnaître cette terminologie militaire technique ? On retrouve dans les parties olympiodoréennes de l’Histoire nouvelle de Zosime, les termes techniques de l’encadrement militaire. Même si arithmos, tagmata n’apparaissent pas dans les Matériaux pour une histoire, tout semble indiquer, grâce aux parties complémentaires de la documentation olympiodoréenne – Zosime, Sozomène – qu’Olympiodore ne méconnaissait pas ces termes. Ainsi, le fait qu’Olympiodore ne les emploie pas dans le fragment 7, 4 [Blockley] – où il est question d’informations concernant la res militaris – est significatif : il n’y avait pas lieu d’employer ce type de terminologie, car les phoideratoi n’étaient pas incorporés à des unités régulières (numeri) de l’armée impériale. Plêthos ne peut être compris au sens de corps institutionnellement constitué. Le terme plêthos désigne de manière générale « une quantité », une « foule », une « multitude », et par extension un groupe d’hommes pouvant représenter une « force militaire », à l’image du terme latin plebs, lui même polysémique, puisque pouvant désigner la plèbe au sens classique mais également prendre une acception négative et méprisante au sens de « foule », « multitude », « foule en désordre, en cohue » (turba), voire une acception militaire lorsqu’il est employé au sujet de la masse des soldats d’infanterie, la « piétaille », comme chez Ammien Marcellin par exemple. Pour plêthos : Th. L. Gr. plêthos 1198-1200 avec également le sens de plebs, vulgus, turba (col. 1199). De plus, les occurrences de plêthos dans les Matériaux pour une histoire ne suggèrent aucun emploi foncièrement différent de la signification usuelle du terme : dans le fragment 6 [Blockley], c’est la valeur numérique qui est exprimée pour restituer l’idée que Sarus commandait à un petit groupe de combattants (kai plêthous men oligou eparchonta) ; dans le fragment 18 [Blockley], le terme qualifie les troupes qu’Athaulf devait allier à celle de l’usurpateur Jovinus (kai paraginetai ama tou plêthous) ; c’est encore (Olympiodore, Frg. 38 [Blockley]) en relation avec une force militaire que le terme apparaît, pour désigner les barbares que Placidia avait hérités de ses deux mariages successifs, d’abord avec Athaulf, puis avec Constance (plêthos barbarôn ek tês pros Adaoulfou sunafeias kai ek tês pros Kônstantion suzugias). Dans tous les cas cités, plêthos désigne « un groupe humain représentant une force militaire », un « ensemble de combattants », voire une « armée ». Il est notable que ce terme plêthos soit utilisé, avec le même sens, chez Priscus, Jean Malalas, Malchus ou encore Jean d’Antioche. Cependant le terme n’a pas une signification technique. Voir encore l’emploi de plêthos dans les parties olympiodoréennes de l’Histoire nouvelle de Zosime, V, 34, 5 ; V, 36, 2 ; V, 37, 1. Chez les modernes, on note des traductions qui prêtent à confusion : Chaffin, 1993, p. 23 : « irregular military formation of mixed composition » ; Gordon, 1960, p. 7-8 : « … Also the name ‘foederati’ was applied to a diverse and heterogeneous corps » ; Scharf, 2001, p. 48 : « … In ähnlicher Weise vergab man die Bezeichnung foederati an unters chiedliche und unhomogene Gruppen ». Plus fidèles au texte d’Olympiodore : Blockley, 1983, II, p. 156-157 : « … Similarly the name of foederati was given to a diverse and mixed body of men » ; Maisano, 1979, p. 34 « … Allo stesso modo anche il titolo di « federato » era portato da un gran numero di persone di tutte le specie » ; R. Henry in Photius, Bibliothèque, I (Codices 1-84), Paris, 2003, p. 168 : « … de même le nom de « fédérés » était porté par une foule mêlée de gens de toute sorte » ; Baldini, 2004, p. 54 : « Che il nome buccellario ai giorni di Onorio era portato dai soldato non solo romani ma anche da certuni goti ; allo stesso modo, anche quelle di federati era portato da una moltitudine diversa e frammista ».

Notes

1 Proculus, Dig. XXXXVIIII, 15, 7 :… non dubito quin foederati et liberi nobis externi sint…

2 Un autre type de foederati apparaît dans l’Empire d’Orient, à la fin du ve siècle. Il est mieux connu sous le règne de Justinien : ce sont les phoideratoi comme unités régulières d’élites recrutées auprès de barbares dont parle Procope, Bell. Vand. III, 11, 2-4, au sujet du corps expéditionnaire commandé par Bélisaire en Afrique, composé de 10000 fantassins, 5000 cavaliers, « recrutés à la fois dans l’armée régulière et chez les fédérés » qui ajoute alors : « Autrefois, à vrai dire, on n’enrôlait comme fédérés que des Barbares ; encore ne s’agissait-il pas d’hommes réduits à l’esclavage – car ils n’avaient pas subi de défaite face aux Romains –, mais de gens qui s’intégraient à l’Empire sur un pied de totale égalité. (4. les Romains appellent « foedera » les traités qu’ils concluent avec leurs ennemis. Mais, de nos jours, n’importe qui peut revendiquer cette dénomination et rien ne lui interdit de la prendre… ».

3 Végèce, Epitoma rei militaris II, 1, 7-8 : Verum ipsi pedites in duas divisi sunt partes hoc est in auxilia et legiones. 8. Sed auxilia a sociis vel foederatis gentibus mittebantur. Définition des auxilia : Festus XVI, 20-21 ; Varron, De Lat. Lin. V, 90. G. Humbert, Foedus, Dict. des Antiquités nationales II, p. 1208-1209 ; la conclusion d’un foedus avec Rome oblige les foederati – dans le cadre d’une alliance établie avec une collectivité étrangère à Rome : cité, royaume, groupe ethnique – à participer à la défense commune de Rome.

4 Zosime, I, 30, 3 daté de 254. Pour l’œuvre de Zosime : Paschoud, 2000. Il peut s’agir du roi d’un groupe alaman ou d’un groupe de Marcomans dont le roi, « moyennant la cession par traité d’une partie de la Pannonie supérieure », avait donné sa fille, Pipa, à l’empereur : Ps.-Aurélius Victor, De vita et moribus imp. XXXI, 2 : … quam per pactionem concessa parte superioris Pannoniae a patre Marcommanorum rege… Un chef alaman selon Festy, 1999, p. 155 ?

5 Ps.-Aurélius Victor, De vita et moribus imp. XXXI, 2 : … quam per pactionem concessa parte superioris Pannoniae a patre Marcommanorum rege… Le roi se nomme Attalus : Aurélius Victor, De Caes. XXXIII, 6.

6 Il faut y ajouter un mariage diplomatique entre l’empereur et la fille du roi : Ps.-Aurélius Victor, De vita et moribus imp. XXXI, 2 ; Aurélius Victor, De Caes. XXXIII, 6 ; SHA, Vita Gall. XXI, 3.

7 Ps.-Aurélius Victor, Ep. de Caes. XXXIII, 1 : concessa parte superioris Pannoniae.

8 Dexippe, Frg. 6, 5, 6, 7, 12, FGrH 100 [Jacoby] (= Frg. 24, FHG III, p. 685-686) : … spondais… Les opérations eurent lieu avant la guerre contre les Vandales (270/271). Saunders, 1992, p. 320-322, 323 ; Drinkwater, 2007, p. 73-74.

9 George le Syncelle, Ecloga Chronographica, A. Mosshammer (éd.), Leipzig, 1984, p. 476, soit pour l’édition Bonn, p. 717. De Blois, 1976, p. 35, 206. Pour les Hérules : Zuckerman, 1993, p. 17-20, 19.

10 SHA, Gall. VII, 1 : …et cum multis auxiliis Postumus iuvaretur Celticis atque Francis… Tyr. Trig. Victorinus VI, 2 : Cumque adhibitis ingentibus Germanorum auxiliis diu bella traxissent. Aurélius Victor, De Caes. XXXIII, 8 : omnium Postumus, qui forte barbaris per Galliam praesidebat. Zonaras, Annales, XII, 24. Drinkwater, 1987, p. 69.

11 SHA, Gall. VII, 1. Des Francs défilent lors du triomphe de Gallien : SHA, Gall. VIII, 7. Reuter, 1997, p. 73-78, 69

12 Ammien se fait l’écho des vœux et de la « physiologie » de ces unités : des voluntarii barbari militares qui servaient dans la militia romana sur la base du volontariat (voluntarii) sous certaines conditions (pactum), indication qui laisse entendre que les barbares rhénans servaient dans les auxilia palatina Batavi, Petulantes, Celtae, Heruli, Cornuti, dont les noms à la connotation ethnique germanique – sauf pour Celtae, Cornuti – évidente suggérait – au moins lors de la genèse des unités – l’origine ethnique des recrues qui les composaient : Amm. Marc., XX, 4, 2-4. Il rappelle que ces engagés venaient d’outre-Rhin et qu’ils avaient abandonné leurs foyers (laribus transrhenanis) à la condition de ne jamais avoir à servir au-delà des Alpes, pour deux raisons principales – si on en croit Ammien – : leur inaptitude à combattre dans des milieux géographiques exotiques ; leur attachement aux Gaules où vivaient leurs familles comme le laisse comprendre un soldat des Petulantes en s’adressant à Julien – s’agit-il de milites gallicani ou des soldats germaniques ? – : XX, 4, 4 ; XX, 4, 10-11, 16. Le caractère multiethnique de ces unités d’élite à Paris est rappelé par Julien, Ep. ad. Ath. 285B : « Soldats (stratiôtai), étrangers (xenoi) et citoyens (politai), ne trahissez point l’empereur ».

13 Des soldats barbares au service de l’Empire entretenaient des relations outre-Rhin : Amm. Marc., XXX, 10, 3.

14 Drinkwater, 2007, p. 163 sur la base de la distinction qu’il opère entre les différents types de recrues (p. 162) : 1, « men serving under their native leaders for specific campaignes. They were no part of the Roman army and therefore not subject to its regulations » ; 2, « men, who at least nominally, voluntered for service in the Roman army subject to these regulations ». Drinkwater, 2007, p. 163 précise que « both groups could serve as the result of formal agreements between their communities and Rome : foedera (treaties). Both might therefore legitimately be termed foederati (federates) ».

15 SHA, Claud. IX, 5 ; Zosime, I, 46, 2 :… ê tagmasin Rômaiôn synêrithmêthêsan ê gên labontes eis geôrgian…

16 Zosime, I, 71, 1 ajoute qu’ils « vécurent […] conformément aux lois des Romains » ; SHA, Prob. XVIII, 1 où l’empereur installa dans les provinces de Thrace « en territoire romain cent mille Bastarnes, qui se montrèrent tous loyaux ». Ils furent admis en tant que dediticii, sans foedus, dans une situation similaire à celle des Sarmates vaincus et admis par Constantin en Italie du Nord. Aurélien avait déporté des groupes carpes dans l’Empire : Aurélius Victor, De Caes. XXIX, 43 ; SHA, Aur. XXX, 4. Ce sont des dediticii.

17 Zosime, I, 76, 2. Les Francs avaient été admis dans l’Empire par deditio volontaire.

18 SHA, Prob. XIV, 7 ; XV, 1-7.

19 SHA, Prob. XIV, 7 : cum auxiliaribus barbaris Romanus iuvatur. Le passage mêle données anachroniques (limitanei) et données crédibles (incorporation dans les auxiliares, si ce terme doit être accepté au sens d’unité auxiliaire). C’est une lecture critique des installations de foederati pannoniens et Goths en Thrace à partir de 380-382. Les Romains cherchaient dans une premier temps à installer les Barbares en tant que milites limitanei, dans les secteurs frontaliers de l’Empire, tout comme d’ailleurs Valens comptait le faire en 376 avec les Goths qui devaient être admis dans les zones de confins de l’Empire, le long du Danube dans une finalité défensive : Jordanès, Get. XXV, 132 ; Eunape, Frg. 45, 3 [Blockley] ; Socrate, H.E. IV, 34, 3-4 ; Zosime, IV, 34, 4-5 : les Goths d’Athanaric. Les groupes barbares installés intra fines imperii étaient encore trop compacts, par opposition avec la politique pratiquée par Probus. Pour une datation du passage (380/390 – 404/406) : Chauvot, 1998, p. 407 ; Paschoud, 1996, p. xiii, xv-xvi.

20 ND. Or. XXVIII, 43 ; XXXI, 44 ; XXXI, 51, 56 ; XXXI, 63, 67 ; XXXII, 41 ; XXXIII, 31, 32 ; XXXVIII, 30.

21 Zosime, I, 48, 1-2, 2 : peri spondôn… Le combat contre les Scythes/Vandales doit être éclairé par Dexippe, Frg. 6-7, FGrH 100 [Jacoby] (= Frg. 24, FHG III, p. 685-686) ; Pierre le Patrice, Frg. 24 [Müller] ; SHA., Aur. XVIII, 2. Paschoud, 2000, p. 166-168, 167, 168 ; Saunders, 1992, p. 311-327, 317 ; Tausend, 1999, p. 119-127.

22 Dexippe, Frg. 7, 3-4, FGrH [Jacoby] (= Frg. 24, FHG III, p. 685-686) ; Pierre le Patrice, Frg. 24 [Müller].

23 Les Vandales servaient dans leur régiment sous commandement de leurs officiers ethniques : Watson, 2004, p. 169-170. L’engagement par contingents ethniques pouvait être pratique en situation d’urgence. Mais avec le temps, l’enrôlement au sein d’unités régulières créées sur la base du noyau ethnique de ces combattants initialement mobilisés comme alliés devait être possible. C’est une explication à l’origine de l’ala octava Vandalorum du comes limitis Aegypti : ND. Or. XXVIII, 25 ; également : la vexillatio equitum Marcomannorum connue en Égypte en 286, de création probablement probienne.

24 Jérôme, Chron. ad ann. 273 : Zenobia apud Immas […] in qua pugna strenuissime adversum eam dimicavit Pompeianus dux cognomento Francus… Pour le texte : Jeanjean, Lançon, 2006.

25 Demandt, 1989, p. 75-85, 78 : « … Pompeianus was born Frank and leader of Germanic auxiliaries in the army of Aurelianus. If Postumus used auxilia Francica (SHA Gall. 7, 1 ; 8, 7), so could Aurelian ».

26 Pan. Lat. II, 7, 1-7, 6 ; III, 5, 4 et IV, 2, 1.

27 Pan. Lat. II, 7, 2-3 ; II, 7, 6 ; III, 5, 4 ; II, 10, 3-6.

28 Pan. Lat. II, 10, 3-4 :… cum tam multi reges, imperator, vestri clientes sint, cum per te regnum receperit Gennobaudes, a te vero munus acceperit. D’autres princes francs firent leur soumission : Pan. Lat. IV, 2, 1 avec Nixon, Rodgers, 1994, p. 110, n. 6.

29 Pan. Lat. II, 10, 4-5 :… ad conspectum tuum cum omni sua gente veniendo, nisi ut tunc demum integra auctoritate regnaret…

30 Pan. Lat. II, 10, 5 :… popularibus suis et intueri diu iussit et obsequia discere, cum tibi ipse serviret…

31 Pan. Lat. III, 5, 4 : … Francos ad petendam pacem cum rege venientes… ; III, 7, 2 : domitis oppressa Francis.

32 Pan. Lat. II, 7, 1, 7 :… quidquid ultra Rhenum prospicio Romanum est.

33 Pan. Lat. IV, 21, 1 :… receptus in leges Francus…

34 Pan. Lat. VII, 6, 2. D’autres admissions par deditiones consécutives aux victoires impériales sont probables avec les Carpes vaincus et déportés dans l’Empire en 296/297 : Eutrope, Brev. IX, 25, 2 ; Amm. Marc., XXVIII, 1, 5.

35 Pan. Lat. IV, 21, 1 :… receptus in leges Francus […] barbaro cultore... Nixon, Rodgers, 1994, p. 141-142, n. 75.

36 Pan. Lat. VII, 6, 2 : Quid loquar rursus intimas Franciae nationes iam non ab his locis quae olim Romani invaserant, sed a propriis ex origine sui sedibus atque ab ultimis barbariae litoribus avulsas, ut in desertis Galliae regionibus collocatae et pacem Romani imperii cultu iuvarent… En VII, 12, 3-4, l’orateur célèbre Constantin pour ses campagnes contre les Francs. Il est question de massacres, de villages brûlés par les Romains, de déportation ; les inaptes et les arrogants sont jetés aux bêtes. Le sort des autres n’est pas explicité, mais on doit supposer qu’ils devaient être réinstallés dans l’Empire en tant que cultores barbari et soumis à la militia. Nixon, Rodgers, 1994, p. 225, n. 24.

37 Pan. Lat. VII, 6, 2 :… et pacem Romani imperii cultu iuvarent et arma dilectu…

38 Pan. Lat. IV, 9, 4 ; VII, 6, 2 ; VII, 12, 3. Janson, 1979, p. 427-429. Nixon, Rodgers, 1994, p. 122, n. 29.

39 Amm. Marc., XVII, 13, 3 ; XXVIII, 5, 4 ; XXX, 6, 1 ; XXXI, 10, 17 ; CTh VII, 20, 12 (30 janvier 400).

40 Pan. Lat. IV, 12, 1 : … occupata legione Romana interclusis aliquot peregrinorum militum cuneis […] sollicitatus per spolia isparum provinciarum non mediocribus copiis barbarorum… Selon Nixon, Rodgers, 1994, p. 128-129, n. 42, le cuneus peregrinorum militum ne doit pas être confondu avec IV, 16, 2 :… et mercennariis cuneis barbarorum tanti oblitus irruerit. Suit le récit de la défaite de Carausius et du massacre de ses alliés barbares : IV, 16, avec Nixon, Rodgers, 1994, p. 137. Accusation renouvelée en IV, 17, 1, où « la foule des mercenaires barbares » qui « avaient survécu à la bataille » lors de la prise de Londres par les troupes de Constance, fut massacrée : Pan. Lat. IV, 17, 1 : … ex mercennaria illa multitudine barbarorum proelio superfuerat… Les barbares massacrés – Francs – étaient de ceux qui avaient été vaincus par Constance : Nixon, Rodgers, 1994, p. 133 ; Drinkwater, 2007, p. 186-187.

41 Pan. Lat. IV, 17, 1-2 ; II, 11, 4 : … lubrica illa fallaxque gens barbarorum… Nixon, Rodgers, 1994, p. 71, n. 39.

42 Faut-il établir un lien entre les opérations de Maximien contre les Chamaves et les Frisii, la guerre contre Carausius et l’emploi par ce dernier de Francs ? Voir Drinkwater, 2007, p. 184-187, 187. Pour les sources relatives à ces opérations : Pan. Lat. IV, 8, 1, 4 ; IV, 9, 3 ; VI, 4, 2. Les barbares se rendent à l’Empire (dedere). Carausius peut être l’auteur des foedera. Il a pu également profiter des foedera conclus par Maximien, ce qui pourrait expliquer les opérations militaires conduites sur le Rhin en 296/297: Pan. Lat. IV, 8, 1, 4 ; IV, 9, 3 ; IV, 13, 3.

43 Pan. Lat. IV, 12, 1 : cunei et copia barbarorum sont trop imprécis.

44 Pan. Lat. IV, 8, 1-4 ; IV, 9, 3 (« le Chamave et le Frison ») ; VI, 4, 2 ; VII, 6, 1-2. Les Francs sont présentés comme des vaincus (victi) : VII, 5, 3 ; VII, 6, 1-2, 1.

45 Au sein des communautés établies, certains individus étaient destinés à l’exploitation économique et d’autres devaient porter les armes. Ainsi pour le dilectus et la militia : Pan. Lat. IV, 9, 4 ; VII, 6, 2 ; VII, 12, 3. Pour les cultores : IV, 1, 4 ; IV, 8, 4 ; IV, 9, 1-3 ; IV, 21, 1 ; VII, 6, 2 et VII, 12, 3-4. Asche, 1983, p. 112-119, 113-117 ; Chauvot, 1998, p. 46-48. Les dediticii sont des individus libres mais d’un statut juritidique inférieur : Carrié, Rousselle, 1999, p. 764. Les dediticii ne forment pas une catégorie militaire, mais juridique. Leur statut s’applique à des populations vaincues, rendues sans condition à la puissance romaine (dicio). Pour les Francs dans ce cas, voir Carrié, Rousselle, 1999, p. 639-640 : il faut en effet rapprocher les Francs déportés dans l’Empire du sort réservé aux Skyres vaincus en 409 : CTh V, 6, 3 (12 avril 409). L’acte de deditio est une reddition d’un groupe humain qui abandonne sa condition juridique, ses biens, ses éléments humains dont le statut juridique est laissé au bon vouloir du vainqueur. Pour les formes et le vocabulaire de la deditio : Schulz, 1993, p. 133-146, 146-148 ; Wirth, 1997 p. 13-55, 16-27 (pour la période républicaine et du Haut-Empire) ; Heather, 1997, p. 57-74 ; Lemosse, 2005, p. 636 ; Drinkwater, 2007, p. 364-367.

46 Hoffmann, 1969, I, p. 156-157, n. 256-257. Les Batavi pourraient avoir été formés de prisonniers de guerre francs. Speidel, 1996, p. 166-167 : ils sont recrutés en 298/299, en même temps que les Regii.

47 Pan. Lat. VII, 4, 2, 6, 3-4 ; Orose, Hist. ad pag. VII, 25, 7 ; Eutrope, Brev. XXIII, 1. Drinkwater, 2007, p. 187-188.

48 Pan. Lat. VII, 6, 4 :… captivitati traderet, relatura cum reliquiis suis infamiam proditionis suorum.

49 Pan. Lat. VII, 6, 4 parle d’un tirage au sort qui n’épargna personne : chefs, princes, combattants ?

50 Ajoutons la mention d’une clause : Pan. Lat. VII, 6, 4.

51 Des opérations contre les Alamans en 287/288, entre 301 et 305 : Pan. Lat. II, 9, 1 ; III, 5, 4 ; VII, 6, 3-4 ; VII, 4, 2.

52 Ps.-Aurélius Victor, De vita et moribus imp. XLI, 3 :… praecipue Croco Alamannorum rege, auxilii gratia Constantium comitato, imperium capit.

53 Waas, 1965, p. 82 ; PLRE II, Crocus, p. 233 ; Festy, 1999, p. 186. Le nom de Crocus pour un prince alaman est attesté par Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum I, 32, 34 où un roi alaman homonyme procède à plusieurs martyres en Gaule dans le courant du iiie siècle. Il pourrait y avoir un lien de parenté entre les deux Crocus : PLRE I, Crocus, p. 233 ; Festy, 1999, p. 186 ; Drinkwater, 2007, p. 146.

54 Ps.-Aurélius Victor, De vita et moribus imp. XLI, 3 ; Zosime, II, 15, 1. Comme les Cornuti : Alföldi, 1959, p. 169-183. Speidel, 1996, p. 166 : « Zosimus, in sligthing Constantine’s field army as made up of barbarian prisoners of war, had perhaps the Regii in mind ».

55 Speidel, 1996, p. 165 : « His warriors, therefore, could simply be called Regii, ‘the king’s men’ ».

56 Pan. Lat. VII, 6, 4 :… quos captivitati traderet…

57 Pan. Lat. VII, 6, 1 : … sociis sibi iunctis se eiusmodi iudicem dedit… Nixon, Rodgers, 1994, p. 224 (« allies »).

58 Il héritait de l’armée de son père, puis de celle de Maximien qui avaient « élargi leurs comitatus en recrutant sur la frontière germanique des formations » qui allaient « constituer le noyau le plus ancien de [son] armée comitatensis » : Carrié, Rousselle, 1999, p. 624.

59 Zosime, II, 15, 1 avec Chauvot, 1998, p. 87-89, 88.

60 Pan. Lat. VI, 4, 2 ; VI, 4, 4. Le recours à la terreur toujours dans le Discours de 310 : VII, 10, 2-7 ; VII, 11, 1-6 ; VII, 12, 3-4. Pour la chronologie : Nixon, Rodgers, 1994, p. 213-214.

61 Pan. Lat. VII, 12, 1-4 en 308, en pays des Bructères : Nixon, Rodgers, 1994, p. 235, n. 54.

62 Pan. Lat. VII, 12, 3 : … puberes qui in manus venerunt, quorum nec perfidia erat apta militiae nec ferocia servituti… avec les observations de Chauvot, 1998, p. 55.

63 Pan. Lat. VI, 14, 1 : … auspicia bellis gerendis dare, componendis pacibus leges imponere… Le panégyriste s’adresse à Maximien. Mais il est peu probable que les conditions militaro-diplomatiques aient beaucoup changé entre 307 et 311.

64 Julien, Caes. 329A reprochait à Constantin d’avoir « payé tribut » (phoros) aux barbares. Il pourrait s’agir des versements effectués pour rétribuer l’engagement de contingents alliés dans le cadre de foedera.

65 Amm. Marc., XV, 5, 33 : … licet patris quoque Boniti praetenderet fortia facta, Franci quidem sed pro Constantini partibus in bello civili acriter contra Licinianos saepe versati. PLRE I, Bonitus, p. 163.

66 Avec une installation territoriale dans l’Empire : Silvanus est né en Gaule. Aurélius Victor, De Caes. XLII, 15. Mais il ne s’agit que d’une hypothèse dans la mesure où seule la famille de Bonitus a pu s’installer dans l’Empire.

67 Amm. Marc., XV, 5, 8. Pour les Francs : XV, 5, 6 ; XV, 5, 16.

68 Selon Aurélius Victor, De Caes XLII, 15 : « … Silvain, né en Gaule de parents barbares […] sortit du rang en passant du parti de Magnence à celui de Constance » lors de la bataille de Mursa (351) ; Amm. Marc., XV, 5, 33.

69 Pan. Lat. IX, 22, 1-6 ; IX, 23, 1-4.

70 Julien, Caes. 329A-B. On trouve un écho à cette politique lorsque Constantin traita avec les Goths : après les avoir vaincus, il leur accorda un foedus et offrit des présents : Jean d’Antioche, Frg. 170 [Müller] (= Roberto éd., 2005, p. 438-439) ; Frg. 171 [Müller] (= Roberto éd., 2005, p. 440-441) où Constantin envoie des biens précieux et des cadeaux (dôra) aux populations du Danube. Pour l’œuvre de Jean d’Antioche : Roberto éd., 2005.

71 Opérations militaires : Cons. Const. ad ann. 342 ; Jérôme, Chron. ad ann. 341. Pour ces deux sources : Burgess, 1993 ; Jeanjean, Lançon, 2006. Il n’est pas certain que ces Francs soient des descendants des Francs établis par Constance Chlore dans l’île des Bataves et qui en auraient été chassés par les Saxons en 340-341, avant finalement d’être admis par Constant dans l’Empire en tant que dediticii. Voir Périn, 1998, p. 59-81, 59-60 et les doutes de Chauvot, 1998, p. 151.

72 Libanios, Or. LIX, 127-133 : un « peuple celtique installé au-delà du Rhin, jusqu’au bord de l’Océan » que Libanios nomme Phraktoi. Libanios, Or. LIX, 131-132 : … eis de synthêkôn… Pour Libanios : Malosse, 2003.

73 Libanios, Or. LIX, 133 : … tên douleian hômologêsen. ; LIX, 135 :… zygon douleias.

74 Libanios, Or. LIX, 132 :… archontes…

75 Libanios, Or. LIX, 132, 133, 135-136.

76 Socrate, H.E. II, 13, 4 : « À cette époque, Constant, après avoir vaincu la nation des Francs dans une bataille, les lia par des traités aux Romains ». Parle-t-on du même fait ? Socrate ne mentionne aucune installation territoriale.

77 Libanios, Or. LIX, 131-132 ; Socrate, H.E. II, 13, 4.

78 Socrate, H.E. II, 13, 4 :...to tôn Phraggôn ethnos machê nikêsas hypospondous Rômaiois katestêse.

79 À propos des Francs saliens établis en Toxandrie par Julien en 358, il est question d’une victoire impériale, puis d’une deditio : Amm. Marc., XVII, 8, 3-4 ; Julien, Ep. ad Ath. V, 280B ; Libanios, Or. XVIII, 75 ; Zosime, III, 6, 3 ; III, 7, 1.

80 Zosime, II, 53, 3 soutient que Constance s’était concilié par d’abondants cadeaux les « barbares établis sur les bords du Rhin » ; Socrate, H.E. III, 1, 26 parle des « barbares que l’empereur Constance avait engagés peu auparavant comme alliés contre Magnence » (eis symmachian) ; Sozomène, H.E. V, 1, 2 où Julien montre les « lettres par lesquelles Constance, appelant les barbares contre Magnence, les avait poussés contre les Romains ».

81 Libanios, Or. XVIII, 33-34, 52 parle de synthêkai, c’est-à-dire des « clauses d’un traité ».

82 Libanios, Or. XVIII, 107 renouvèle son attaque contre Constance accusé d’avoir fait appel aux barbares, cette fois contre Julien : l’empereur les invite par des lettres (grammata) à s’installer sur le sol romain, ce que l’orateur déforme en accusant Constance d’ouvrir le territoire romain aux barbares afin qu’ils l’asservissent.

83 Zosime, II, 53, 3 ; Socrate, H.E. III, 1, 26 (eis symmachian) ; Sozomène, H.E. V, 1, 2.

84 Drinkwater, 2007, p. 202-203, 203 : les Alamans liés à l’Empire pouvaient se considérer comme « close friends, if not subjects, of Rome and its ruling dynasty : faithful followers of Constantius II against a usurping regime ». En 365/366 les Tervinges aidèrent Procope contre Valens, en raison des liens de l’usurpateur avec la famille de Constantin.

85 Zosime, II, 53, 3 avec Paschoud, 2000, p. 280. On note cependant que le roi alaman Chonodomaire « avait triomphé du César Décentius » en 352 : Amm. Marc., XVI, 12, 5. Les Alamans servaient sous les ordres de leurs « chefs nationaux ».

86 Libanios, Or. XVIII, 34 : « S’étant emparés de nos terres, les Barbares les cultivaient de leurs mains et faisaient cultiver leurs propres terres par les prisonniers » qu’ils avaient « faits sur nos terres et réduits en esclavage ». Les terres peuvent avoir été des biens privés mais également des biens impériaux : Veyne, 2005, p. 714, n. 4 ; 719, n. 15.

87 Veyne, 2005, p. 719, n. 15. On y voit une installation de Barbares « avec des billets de logement (hospitalitas) sur des biens fonds privés ou impériaux d’une province de l’Empire ».

88 Amm. Marc., XVI, 11, 8 :...exercitum adventu perterriti barbari, qui domiclia fixere cis Rhenum...

89 Amm. Marc., XVI, 2, 12 ; Julien, Ep. ad Ath. 279A ; Libanios, Or. XII, 44, 48 ; Or. XVIII, 34, 52.

90 Libanios, Or. XII, 33-44, 48, 52, liés à Julien, Ep. ad Ath. 279A. Libanios, Or. XVIII, 93 revient sur les ravages des barbares, les terres cultivées par des barbares qui n’en avaient pas le droit.

91 D’autres Alamans ont pu profiter des troubles pour pénétrer en territoire impérial. Pensons aux Francs qui s’emparèrent de Cologne : Amm. Marc., XVI, 3, 1-3. Les barbares mentionnés par Ammien, Libanios, Julien, peuvent avoir englobés des Alamans foederati et des Alamans non alliés des Romains. Les allusions de Libanios, Or. XVIII, 52, aux barbares mécontents de se voir déposséder par les troupes impériales de leurs biens acquis en territoire romain renvoient aux opérations de 357. Des Alamans foederati pouvaient encore être présents en Gaule : Amm. Marc., XVI, 11, 8, 11-12.

92 Socrate, H.E. III, 1, 26 ; Sozomène, H.E. V, 1, 2 ; Zosime, II, 53, 3 ; Amm. Marc., XVI, 12, 5 ; Libanios, Or. XVIII, 34.

93 Constance mobilisa des groupes déjà liés à l’Empire par foedera : le roi Chnodomarius avec les groupes installés dans les pagi proches du limes rhénan où on a pu noter une circulation monétaire romaine relativement forte : Stribrny, 1989, p. 351-505 repris dans Drinkwater, 2007, p. 128-129, 129-130, 131 202-203, où selon l’auteur p. 202-203, cette circulation monétaire romaine outre-Rhin dans les pagi alamans frontaliers du limes dénoterait une appartenance de ces groupes alamans à la Roman sphere influence. Ces monnaies servaient au paiement des combattants alamans foederati.

94 Amm. Marc., XIX, 11, 5-6, 7 pour les Limigantes en 359 ; Amm. Marc., XXXI, 4, 4 pour les Goths tervinges admis après deditio en 376. Voir Eunape, Frg. 42 [Blockley] ; Socrate, H.E. IV, 34, 4-5 ; Sozomène, H.E. VI, 37, 16, qui font état des mêmes motivations de Valens. Ces admissions après deditiones étaient légitimées par les mêmes motifs : constituer un réservoir suffisant de recrues et soldats barbares qui permettait de se dispenser des recrues nationales (tirones) que les provinciaux devaient livrer dans le cadre de la praebitio tironum, sous la forme de la levée de recrues en nature (corpora), mais qu’ils rechignaient à fournir. Les receptiones devaient permettre la constitution d’une réserve de recrues barbares dont l’entretien serait assuré grâce aux revenus tirés de l’aurum tironicum, « l’or des recrues » que les contribuables pouvaient choisir de verser, après conversion en pretia, en lieu et place des recrues en nature (« option levée de corpora » (J.-M. Carrié), privilégiant ainsi « l’option adaeration de l’impôt des recrues » (J.-M. Carrié). Sur la question du « recrutement national » au ive siècle : Carrié, 2004, p. 371-387 en réponse à Zuckerman, 1998, p. 79-139. Les provinciaux (provinciales) étaient peu disposés à fournir leurs recrues dans la mesure où la praebitio tironum portait sur des proletarii employés sur les domaines fonciers ; ils préféraient « s’acquitter de l’impôt de recrutement en or plutôt qu’en recrues » (ibid., p. 383). Si on suit Ammien, les empereurs voulaient détourner le produit de l’aurum tironicum de sa destination originelle – le recrutement fiscalisé – afin de l’affecter à d’autres « postes budgétaires » et servir ainsi « en réalité à financer bien plus que le recrutement : l’essentiel des dépenses militaires de l’Empire (en particulier les donativa) » : ibid., p. 387. Et certainement aussi la levée de contingents de foederati, voire carrément leur entretien durant les opérations.

95 Julien, Or. I, 33D-42B ; Or. III, 55D-62A. Sur Magnence : Drinkwater, 2000, p. 131-159.

96 Julien, Or. I, 34D :… symmachoi […] Phraggoi kai Saxones… ; Or. III, 56B.

97 Julien, Or. I, 34D ; Or. I, 35B ; Or. I, 34C ; Or. I, 36B ; Or. III, 56A.

98 Julien, Or. I, 36C ; Or. I, 34D oppose l’armée romaine aux troupes germaniques recrutées auprès des Francs et des Saxons, « un contingent aussi nombreux que l’armée de l’intérieur » ; il parle des alliés barbares (symmachoi) qui déferlent sur l’Italie et rappelle enfin que les « barbares désespérant du retour s’ils sont battus, […] prennent le parti de vaincre ou de mourir en faisant beaucoup de mal à leurs adversaires » ; Julien, Or. III, 56A-C.

99 Julien, Or. I, 34D, 35A-B ; Or. III, 56C-D.

100 Julien, Or. I, 36C ; Or. I, 35B-35C, 34D, 35A-B ; Or. III, 56C-D avec Chauvot, 1998, p. 167-168.

101 Amm. Marc., XIV, 10, 1 ; XXI, 3, 4. S’agit-il d’un autre traité de paix ou bien du foedus conclu par Julien avec ces chefs barbares en 359 : XVIII, 2, 16-19 ? Vadomarius est recommandé par Constance en tant qu’ancien « client de Rome » : XVIII, 2, 16. Sur le contexte : Lorenz, 1997 p. 27 ; Drinkwater, 2007, p. 204-207.

102 Amm. Marc., XIV, 10, 6-8, 9-10, 14. Drinkwater, 2007, p. 204-205.

103 Amm. Marc., XIV, 10, 10-16, 14, 15.

104 Eutrope, Breviarium, X, 7, 1 ; Jean d’Antioche, Frg. 170 [Müller] (= Roberto éd., 2005, p. 438-439).

105 Les Alamans sont des supplices : Amm. Marc., XIV, 10, 9 ; XIV, 10, 14. Des divergences chez Schulz, 1993, p. 176.

106 Amm. Marc., XIV, 10, 16 :...icto post haec foedere gentium ritu, perfectaque sollemnitate...

107 Amm. Marc., XIV, 10, 9-10 :...et pacem […] cum pacem oportere tribui… ; XVI, 12, 17 et XXI, 3, 4 ; XIV, 10, 14 :...dein auxiliatores ori adversariis adscimus, quod pollicentur. Lorenz, 1997, p. 28 ; Drinkwater, 2007, p. 205.

108 Amm. Marc., XVI, 12, 17. PLRE I, Vadomarius, p. 928 ; Drinkwater, 2007, p. 149-150.

109 Amm. Marc., XVIII, 2, 16 :… olim ab Augusto in clientelam rei Romanae susceptus. Vadomarius « était en relations étroites avec les nôtres, puisqu’il était notre voisin » et était lié à l’Empire « depuis sa première jeunesse » (XVIII, 2, 17).

110 Amm. Marc., XIV, 10, 16 ; XVI, 12, 17. Lors des événements de 359, Vadomarius présente à Julien une « lettre de l’empereur Constance, qui le recommandait avec chaleur » : XVIII, 2, 16. Drinkwater, 2007, p. 246-253, 251-252.

111 Amm. Marc., XVIII, 2, 16 ; Eunape, Frg. 19 [Blockley].

112 Amm. Marc., XVI, 12, 17 ; XXI, 3, 4. Voir Drinkwater, 2007, p. 207, 230.

113 Amm. Marc., XVII, 2, 1 ; XVII, 2, 2-3 ; Libanios, Or. XVIII, 70.

114 Libanios, Or. XVIII, 70 ; Julien, Ep. ad Ath. 280C-D.

115 Amm. Marc., XVII, 8, 3-4 ; Julien, Ep. ad. Ath. 280B-C ; Zosime, III, 6, 1-4, 3 ; Libanios, Or. XVIII, 75-77.

116 Amm. Marc., XVII, 8, 1-4, 4 ; Zosime, III, 6, 3.

117 Julien leur reconnaît le droit de vivre sur le sol impérial : Amm. Marc., XVII, 8, 3 ; Eunape, Frg. 18, 1 [Bockley] ; Libanios, Or. XVIII, 75 ; Zosime, III, 6, 3. Libanios mentionne l’octroi de terre (gê). Ils fournirent vivres et biens pour les troupes : Amm. Marc., XVII, 8, 4 ; Julien, Ep. ad. Ath. 280 B-C.

118 Allusions chez Libanios, Or. XVIII, 75 qui indique que Julien utilisa des barbares contre d’autres barbares. Il emploie le verbe symmachein dans la bouche d’un chef barbare qui cherchait à obtenir un traité (spondê) et s’engageait à combattre aux côtés des Romains : Libanios, Or. XVIII, 47. Zosime, III, 8, 1 : « Julien recruta des Saliens, une partie des Quades et quelques-uns des habitants de l’île de Batavie pour des corps de troupe qui semblent même encore subsister de nos jours ».

119 Le chef barbare Charietto passe avec ses barbares au service de Julien : Zosime, III, 7, 1-5, qui engage aux côtés du prince Charietto « un bon nombre de Saliens » pour conduire les opérations contre les Chamaves : Zosime, III, 7, 5. Il peut s’agir de la mobilisation de contingents ethniques utilisés exceptionnellement. Voir Libanios, Or. XVIII, 75.

120 Anderson, 1995, p. 138. Étant donné le rang des auxilium Salii dans la Notitia Dignitatum, leur création peut remonter à Constantin Ier. Nul doute toutefois que l’installation intra fines imperii de ce groupe franc des Salii permit de procéder à l’enrôlement de combattants dans ces mêmes auxilia des Salii. Pour le vocabulaire de la deditio : Wirth, 1997, p. 44-45 qui les rapproche des Francs admis par Constant en 342.

121 Amm. Marc., XVII, 8, 5 ; Zosime, III, 7, 6 ; Eunape, Frg. 18, 6 [Blockley] ; Julien, Ep. ad Ath. 280B.

122 Pour la deditio : Zosime, III, 7, 7 parle des « suppliants » (iketêrias) qui « tendaient misérablement des rameaux ». Selon Eunape, Frg. 18, 6 [Blockley], les Chamaves étaient prêts, pour obtenir la paix, à satisfaire toutes les conditions exigées par le Caesar. Eunape indique que les Chamaves implorèrent le pardon du Caesar. Ammien rapporte que les Chamaves envoyèrent des ambassadeurs (legati) auprès de Julien « pour le supplier et défendre leurs intérêts » et « quand ils se furent prosternés à terre à ses yeux », Julien leur accorda la paix : Amm. Marc., XVII, 8, 5. Zosime, III, 7, 6-7, 7 ; Eunape, Frg. 18, 6 [Blockley]. Selon Ammien, Caesar après avoir attaqué les Chamaves, massacrant les uns, faisant prisonniers les autres, laissa ceux qui s’enfuyaient « regagner pour le moment leur territoires sans être inquiétés ». La paix impliquait le retour des Chamaves « chez eux ».

123 Amm. Marc., XVII, 8, 5 : quorum legatis paulo postea missis... ; Zosime, III, 7, 6. Eunape, Frg. 18, 6 [Blockley].

124 Zosime, III, 7, 7 ; Eunape, Frg. 18, 6 [Blockley]. Sans parler de la conclusion effective d’un foedus, il est question de la livraison d’otages : Eunape, Frg. 18, 6 [Blockley].

125 Zosime, III, 8, 1 avec les remarques de Paschoud, 1989, p. 211 pour le sens de tagmata et de katalego. Ainsi tagmata que Zosime utilise au sujet des « corps de troupe » constitués de Saliens, de Chamaves (Quades) désigne « des unités militaires non exactement identifiables et […] de nature différente » pouvant aller de la légion à l’auxilium palatinum, en passant par le numerus, la cohors, voire des contingents ethniques fournis par les alliés barbares. Il s’agit ici, en conformité avec ce qu’indiquent la Notitia Dignitatum et une inscription funéraire d’Aquilée, d’une allusion à la formation d’auxilia palatina qui existaient au début du ve siècle.

126 Eunape, Frg. 18, 6 [Blockley].

127 L’expression ‘gentes foederatae’ est utilisée vers 380-390 par Végèce, Epitoma rei militaris II, 1, 8 : Sed auxilia a sociis vel foederatis gentibus mittebantur… On retrouve les gentes foederatae sur les limites de la Pars Orientis : NTh XXIV, 2-3 (12 septembre 443).

128 Amm. Marc., XVII, 1, 1-14, 12-13 ; Libanios, Or. XVIII, 69. Pour la campagne : Drinkwater, 2007, p. 226.

129 Amm. Marc., XVII, 10, 1-2. ; XVII, 10, 3 :... et quia vultus incessuque supplicem indicabat [...] pacem genibus curuatis oravit. ; Libanios, Or. XVIII, 77. Drinkwater, 2007, p. 242-243.

130 Amm. Marc., XVII, 10, 4 ; XVIII, 2, 5-6 ; Libanios, Or. XVIII, 77-78. Pour la paix : Amm. Marc., XVII, 10, 4-5 ; XVIII, 2, 8 :...Suomarium regem amicum nobis ex pactione...

131 Amm. Marc., XVII, 10, 6-7, 7-8.

132 Amm. Marc., XVII, 10, 7-9 ; XVIII, 2, 13 : Dum haec celerantur, Hortarius rex nobis antea foederatus…

133 Amm. Marc., XVII, 10, 5-7 : Romanae potentiae iugo subdidere colla iam domita, et velut inter tributarios nati et educati ; XVIII, 2, 5-6. Ils devaient fournir du matériel. Drinkwater, 2007, p. 244-245.

134 Libanios, Or. XVIII, 47, 87.

135 Pour le franchissement du Rhin : Amm. Marc., XVIII, 2, 7. Pour les barbares rebelles : XVIII, 2, 15. Les rois hostiles se voient accorder la paix après leur soumission : XVIII, 2, 15-19 ; XVII, 10, 3-10 ; Libanios, Or. XVIII, 75-78 ; Zosime, III, 4, 1-7.

136 Amm. Marc., XVIII, 2, 8, 13.

137 Amm. Marc., XVIII, 2, 13. On trouve chez Ammien de nombreuses références aux groupes barbares liés par foedera à l’Empire : les rois alamans Vadomarius et Gundomadus : XIV, 10, 1-16 ; XXI, 3, 1 ; XXXI, 10, 2. Autres rois laissés en place et liés à l’Empire par foedera : Suomarius (XVII, 10, 3-4 ; XVIII, 2. 7) ; Hortarius (XVII, 10, 6-9 ; XVIII, 2, 16) ; Macrianus et Hariobaudes (XVIII, 2, 16-18) ; Vadomarius (XVIII, 2, 16). D’autres cas de groupes liés par foedera sur le Rhin : XVII, 1, 12-13 ; XVII, 6, 1 ; XVII, 10, 3-4 ; XVIII, 2, 7.

138 Amm. Marc., XVIII, 2, 9-14 ; Libanios, Or. XVIII, 88-89. Drinkwater, 2007, p. 246-251.

139 Amm. Marc., XVIII, 2, 15, 18 : Macriano quidem et Hariobaudo pax est adtributa... susciperenter inpavidi, qui propinquare sibi perniciem sentientes, venerant pacem anxiis animis precaturi.

140 Amm. Marc., XVIII, 2, 16 :... olim ab Augusto in clientelam rei Romanae susceptus. Eunape, Frg. 19 [Blockley].

141 Amm. Marc., XVIII, 2, 16, 18. Libanios, Or. XVIII, 108 affirme que Vadomarius viola le traité (spondê).

142 Amm. Marc., XXI, 3, 4-6 ; Libanios, Or. XII, 62 ; Or. XIII, 35 ; Or. XVIII, 107, 113 ; Julien, Ep. ad Ath. 286A-287B, 286B ; Mamertin, Pan. XI, 6, 1. Voir Drinkwater, 2007, p. 255-263, 257-259.

143 Amm. Marc., XXI, 3, 4 ; XXI, 4, 1-7 avec Drinkwater, 2007, p. 259.

144 Libanios évoque l’emploi des Keltikoi, les Germains transrhénans, dont des Alamans : Libanios, Or. XII, 62 ; Mamertin, Pan. XI, 6, 1-2 avec Nixon, Rodgers, 1994, p. 401-402, n. 38.

145 Libanios, Or. XVIII, 107-108 : tas spondas…

146 Julien, Ep. ad Ath. 286B : « il déchaîne contre nous les barbares » ; Libanios, Or. XVIII, 107. Amm. Marc., XXI, 3, 1-4, 1-3, qui désigne les forces de Vadomarius : des « troupes de pillards ».

147 Amm. Marc., XXVI, 5, 7 :...Cum legatis eorum missis ad comitatum certa et praestituta ex more munera praeberi deberent... Drinkwater, 2007, p. 270-272.

148 Amm. Marc., XXVIII, 2, 1, 6 :...quidam optimates Alamanni venire, obsidum patres, quos lege foederis mansuraeque diutius pacis... Dans le cadre de ce foedus, des otages alamans avaient été livrés.

149 Amm. Marc., XXIX, 4, 7 :...in Brittanias translatum, potestate tribuni Alamannorum praefecerat numero multitudine viribusque ea tempestate florenti...

150 Amm. Marc., XXIX, 4, 7 :...Bitheridum vero et Hortarium, nationis eiusdem primates, item regere milites iussit... Sabbah, Angliviel de la Beaumelle, 1999, p. 188.

151 Symmaque, Or. II, 4, 11-12, 22-17, 31.

152 PLRE I, Hortarius 2, p. 444. Sabbah, Angliviel de la Beaumelle, 1999, p. 188. Drinkwater, 2007, p. 151 : il s’agit du fils du roi qui traitait avec Julien.

153 Amm. Marc., XXIX, 4, 1-7 :...ipse quoque ad excipiendum foedus ; post foedus tamen sollemno ritu impletum.

154 Amm. Marc., XXX, 3, 4. Il s’agit d’une négociation entre deux pouvoirs : Drinkwater, 2007, p. 309.

155 Amm. Marc., XXX, 3, 5 :...amicitia media sacramenti fide firmatur. ; XXX, 3, 6.

156 Ammien ne rapporte aucun transfert dans l’Empire : Amm. Marc., XXX, 3, 7. Valentinien reconnaissait l’autorité de Macrianus sur les Alamans depuis les années 360-370 : XXIX, 4, 2.

157 En 370, à la suite d’une trêve conclue avec l’Empire, un groupe de Saxons dut s’engager à fournir « beaucoup de jeunes aptes à porter les armes » (iuvenibus multis habilibus ad militiam) : Amm. Marc., XXVIII, 5, 4. Les barbares, face aux troupes impériales, refusèrent le combat et se soumirent comme dediticii : « ils implorèrent le pardon et la paix ». Une trêve fut conclue, un accord fut négocié (pactis indutiis) avec comme clause la fourniture de recrues. Plutôt que de les installer intra fines imperii, les Romains leur donnèrent le droit de « s’en retourner, sans autre obstacle, d’où ils étaient venus », dans leur « foyer natal ». L’Empire avait conçu la conclusion d’un foedus ( ?) avec leur groupe afin de s’assurer la fourniture régulière de recrues.

158 Amm. Marc., XXIX, 4, 7. Fraomarius a pu être nommé tribun d’une unité de l’auxilium palatinum des Bucinobantes créée peu de temps avant d’être transférée en Bretagne pour faire face aux troubles de 367 : Hoffmann, 1969, I, p. 165. Cette unité n’était pas nécessairement formée de la « Gefolgschaft » de Fraomarius comme l’a soutenu Böhme, 1998, p. 31-58, 39. Voir les remarques de Drinkwater, 2007, p. 353 qui fait observer que ce numerus est « probably a regular regiment ». Ce numerus a pu être formé à l’époque de Probus.

159 Orose, Hist. ad pag. VII, 32, 10 ; Jérôme, Chron. ad ann. 373 ; Cassiodore, Chron. 1118 (373).

160 PLRE I, Fl. Bauto, p. 159-160 ; PLRE I, Arbogast, p. 95-97 ; PLRE I, Fl. Richomeres, p. 765-766. D’autres officiers francs dans les années 370-380 avec le Franc Vallio : Ambroise, Ep. XXX, 4, 6, 7-8, 11 ; Pacatus, Pan. Lat. XII, 28, 4. On connaît également un certain Flavius Rumoridus : PLRE I, Fl. Rumoridus, p. 786.

161 Pour la troupe, voir les combattants d’outre-Rhin (laribus transrhenanis) qui servaient dans les auxilia palatina en 360 et qui étaient désignés comme des voluntarii barbari militares engagés dans la militia romana sur la base du volontariat (voluntarii) sous certaines conditions (pactum) : Amm. Marc., XX, 4, 2-4.

162 Arbogast : Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, II, 9.

163 Amm. Marc., XXX, 3, 7 ; XXXI, 10, 6-7.

164 En 375, Valentinien Ier reçut une ambassade quade qui s’engageait, contre la paix, à envoyer des recrues à l’armée impériale. Bien qu’aucun traité ne soit rapporté, il est probable que les Quades désiraient la restauration de la paix et le rétablissement d’un traité antérieur conclu sous le règne de Constance II. Il s’agit d’un groupe barbare non territorialisé dans l’Empire : une gens externa, liée par traité (foedus) et tenue de fournir en vertu d’une alliance militaire, des recrues (tirones) destinées à l’incorporation dans les unités de l’armée impériale. Amm. Marc., XXX, 6, 1. Pour le foedus conclu avec Constance en 358 (Quades d’Arahar : Amm. Marc., XVII, 12, 13), ou encore celui conclu la même année avec les Quades de Vitrodor et Agilimund : Amm. Marc., XVII, 12, 21.

165 Gentiles en territoire impérial à l’époque valentinienne : CTh V, 11, 7. Sur le statut des gentiles, en plus de la mise au point, déjà mentionnée, de Cracco-Ruggini, 1984, p. 3-51 ; Modéran, 2004, p. 337-397, 375-389 ; Carrié, 1995, p. 46-47.

166 Amm. Marc., XXXI, 10, 17 :… post deditionem, quam impetravere supplici prece, oblata, ut praeceptum est, iuventute valida nostris tirociniis permiscenda…

167 CTh VII, 20, 12 (30 janvier 400).

168 Ausone, Grat. Actio II, 9-11 : … vocare Germanicum deditione gentilium, Alamannicum traductione captorum, vincendo et ignoscendo Sarmaticum… Titres attestés par une inscription de 370 : CIL VI, 1175 ; Ausone, Prec. consulis designati II, 29-30 : Hostibus edomitis, qua Francia mixta Suebis certat ad obsequium Latiis ut militet armis. Francia est utilisé dans Ausone, Mosella 434-435 : Accedent vires, quas Francia, quasque Chamaves, Germanique tremant : tunc verus habebere limes… Green, 1991, p. 533, 535, 537.

169 Ausone, Prec. consulis designati II, 29-30 : Hostibus edomitis, qua Francia mixta Suebis certat ad obsequium Latiis ut militet armis. Des Francs furent recrutés.

170 Amm. Marc., XXXI, 10, 2 :...per fallaces discursus violato foedere dudum concepto...

171 Socrate, H.E. V, 6, 2 ; Sozomène, H.E. VII, 2, 1 ; H.E. VII, 4, 1.

172 Sozomène, H.E. VII, 4, 2 ; Socrate, H.E. V, 10, 3-4 ; Cons. Const. ad ann. 380, 3 ; Cons. Const. ad ann. 381, 1.

173 Socrate, H.E. V, 11, 2 ; Sozomène, H.E. VII, 13, 1. Il quitte Milan en juin 383. Nous ignorons si ces groupes alamans étaient identiques à ceux défaits en 379. Sur ces opérations de 383 et leur signification : Drinkwater, 2007, p. 317.

174 CTh V, 11, 7 : … et [em] eritis veteranis vel gentibus dividamus, qui concerne l’Occident, car le texte est promulgué par Valentinien à Milan. Le titre de la rubrique est manquant. Voir P. Jaillette, « Les dispositions du Code théodosien sur les terres abandonnées », in : Fiches J.-L. dir., 1996, p. 333-404, 347.

175 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, II, 9 (= Sulp. Alex., Frg. 1, 3) ; Ambroise, Ep. LXXIV, avec Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 95-96 ainsi que McLynn, 1994, p. 298-309.

176 Orose, Hist. ad. pag. VII, 35, 4 :… adveniens hostem illum magnum, Maximum, trucem et ab inmanissimis quoque Germanorum gentibus tributa ac stipendia solo terrore nominis exigentem... Qu’entend Orose par stipendia et tributa, termes qui font référence à des versements monétaires ou à des livraisons matérielles ? Ammien indique que les traités conclus pouvaient imposer aux barbares de fournir du matériel, des vivres, destinés à l’entretien des troupes impériales : Amm. Marc., XVII, 1, 12-13 ; XVII, 10, 4, 9 ; Libanios, Or. XVIII, 69, 78.

177 Ambroise, Ep. XXX, 4 (= Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 353) : Ad postremum erupit dicens : Quoniam me lusistis ! Et ille Bauto, qui sibi regnum sub specie pueri vindicare voluit, qui etiam barbaros mihi immisit, quasi ego non habeam, quos possim adducere, cum mihi tot milia barbarorum militent, et annonas a me accipiant !

178 Ambroise, Ep. XXX, 8 (= Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 353-354) ; Ep. XXX, 8 (= Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 355) : … tu flagitabas quod barbarorum stipatus agminibus Italiae te infunderes… ; Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 354, n. 6.

179 La solde (annona) que perçoivent les combattants barbares de Maxime pourrait suggérer que nous avons affaire à des soldats barbares servant dans les unités régulières : Ambroise, Ep. XXX, 4 (= Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 353). Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 353, n. 3 traduisent par : « draw their pay for me ». Il faut ajouter qu’Ambroise s’indigne que les auxilia composés de barbares que Maxime était prêt à utiliser contre Valentinien, étaient entretenus par les impôts (tributa) versés par les provinciales, ce qui pourrait laisser penser à des unités régulières – auxilia palatina – levées auprès de populations barbares rhénanes et rétribuées comme des troupes romaines : Ambroise, Ep. XXX, 8 (= Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 354) : … cum tu miniteris imperio Romano barbarorum auxilia et turmas translimitanas, quibus commeatus provincialium tributa solvebant ? Mais dans les sources du ve siècle, annona, au singulier et plus encore au pluriel, peut aussi désigner de simples allocations alimentaires, sens bien attesté à propos des foederati dans les sources du ve siècle. Les tributa servaient à payer les combattants foederati burgondes du roi et magister utriusque militiae atque patricius Gondebaud, stationnés en Italie dans le courant des années 460-470 : Énnode, Vita Epiphani 157, 160-161.

180 Ambroise, Ep. XXX, 4, 8 (= Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 353-354, 355). Les faits rapportés sont datés de 383/385 : Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 14-17, 352 ; McLynn, 1994, p. 160-163.

181 Pour la signification du terme « Celtes » : Sabbah et alii, 2008, p. 126-127, n. 2.

182 Ambroise, Ep. XXX, 8 (= Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 354-355). Huns et Alains employés en 383 par le magister militum Bauto : Ep. XXX, 6-8 (= Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 352-357, 354). Le Franc Vallio bellator strenuus, miles fidelis, comes utilis (Ambroise, Ep. XXIV, 11) fut assassiné par Maxime (Pacatus, Pan. Lat. XII, 28, 4). Voir PLRE I, Flavius Bauto, p. 158-160 ; PLRE I, Flavius Rumoridus, p. 786.

183 Ambroise, Ep. XXX, 4, 8 (= Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 353, 354-355). McLynn, 1994, p. 159-160.

184 Zosime, IV, 33, 1-2 ; Chauvot, 1998, p. 402-403 ; McLynn, 1994, p. 160.

185 Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 123-136, 126, 135 (tableau chronologique des événements 385-386), 160, n. 6, ainsi que McLynn, 1994, p. 181-208. Pour les sources : Ambroise, Ep. LXXVI, 9 (= Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 164) ; Ep. LXXVI, 12, 16, 20 (= Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 165, 167, 169) ; Ep. LXXVa. Contra Auxentium de basilicis tradendis 2 (= Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 144).

186 Ambroise, Ep. LXXVI, 16 (= Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 167) :...Videtis quanta subito moveantur. Gothi arma gentiles… Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 167 traduisent gentiles par « federate troops ».

187 Ambroise, Ep. LXXVI, 20-21 (= Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 169). Ambroise, De Obitu Val. III (= Liebeschuetz, Hill, 2005, p. 365) parle de barbares qui pleuraient la mort de Valentinien II.

188 Liesbeschuetz, Hill, 2005, p. 169 traduisent « allies ».

189 Les empereurs redoutaient qu’en faisant une mauvaise publicité – non respect des contrats d’engagement – auprès des groupes barbares extra fines imperii, les barbares ne se détournent de la militia armata : Amm. Marc., XX, 4, 4.

190 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, II, 9 (= Sulp. Alex., Frg. 7) :… Rheni limitem petit, ut, Alamannorum et Francorum regibus vetustis foederibus ex more initis…

191 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, II, 9 (= Sulp. Alex., Frg. 3, 4, 6) ; Paulin de Milan, Vita Ambr. XXX, 1.

192 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, II, 9 (= Sulp. Alex., Frg. 7) : Dehinc Eugenius tyrannus, suscepto expeditionale procincto, Rheni limitem petit, ut, Alamannorum et Francorum regibus vetustis foederibus ex more initis, inmensum ea tempestate exercitum gentibus feris ostentaret ; Symmaque, Ep. II, 46, 1-3.

193 Orose, Hist. ad pag. VII, 35, 11, 12 :… contraxit unique innumeras invictasque copias, vel Romanorum praesidiis vel auxiliis barbarorum alibi potestate alibi cognatione subnixus. […] collectis Gallorum Francorumque viribus exundavit. Arbogast cumulait deux atouts : celui de la potestas dont il était investi en tant que représentant militaire de l’Empire et celui du « sang » en tant que « parent » des barbares qu’il sollicitait. La terminologie employée par Orose suggère l’emploi de barbares engagés comme auxiliares, c’est-à-dire de troupes non romaines engagées aux côtés de l’armée impériale sur la base d’alliances conclues en vertu des foedera. De ces origines franques, Arbogast joua pour recruter des soldats francs qui peuplèrent l’entourage de Valentinien II et les troupes impériales : Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, II, 9 (= Sulp. Alex., Frg. 5). L’origine ethnique d’un haut officier impérial pouvait peser dans la levée de contingents ethniques alliés comme le montre le cas du général franc Édobich. Drinkwater, 2007, p. 319 note également que « Eugenius’recruitment may have involved only Franks, newly active and with some, at least, having tribal links to Arbogast ».

194 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, II, 9 (= Sulp. Alex., Frg. 7) :… vetustis foederibus ex more initis.

195 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, II, 9 (= Sulp. Alex., Frg. 7) ; des auxilia barbarorum, chez Orose, Hist. ad pag. VII, 35, 11. Sur la présence d’Alamans, des doutes sont émis par Drinkwater, 2007, p. 319.

196 Il est possible que des modalités différentes de service armé et de mobilisation aient été utilisées simultanément : CTh VII, 20, 12 (30 janvier 400). Cesa, 1994, p. 61, affirme qu’Eugène et Arbogast renforcèrent la défense du Rhin et s’y procurèrent des auxilia parmi les Francs et les Alamans : s’agit-il d’auxilia palatina ou de l’auxilium au sens de troupes alliées fournies dans le cadre d’une alliance (societas) ? Hoffmann, 1969, I, p. 31 et II, p. 10, n. 35 envisage la formation de plusieurs auxilia palatina.

197 Amm. Marc., XX, 4, 10. Ils fondaient certainement des familles sur le sol romain.

198 Les officiers francs – Bonitus, Silvanus, Merobaudes, Bauto, Richomeres, Arbogast, Vallio – ou alamans – Latinus, Scudilo, Gomoarius – pourraient être entrés volontairement au service de l’Empire pour faire carrière dans l’armée impériale.

199 Claudien, In Ruf. II, 105-106 ; I. Cons. Stil. I, 159-160.

200 Claudien, IV. Cons. Hon. 440-444. Ce passage suggère un bref voyage : Demougeot, 1951, p. 151-152, 162-163 ; Demougeot, 1979, p. 128, 194-195. Schulz, 1993, p. 179, soutient la date de 395, alors que 396 paraît plus certain : Demougeot, 1951, p. 151-152, 162-163 ; Cameron, 1970, p. 168 ; Döpp, 1980, p. 103, n. 5 ; Gutmann, 1991, p. 111 ; Burns, 1994, p. 156 ; Cesa, 1994, p. 70 ; Drinkwater, 2007, p. 320.

201 Claudien, IV. Cons. Hon. 446, 450-451, 452 ; I. Cons. Stil. I, 220-221, 222-223, 225-226 ; Bell. Gild. 371-373, 379-380 ; In Eutr. I, 381-383. Pour les Franci : Claudien, IV. Cons. Hon. 446-447 ; In Eutr. I, 394-395 ; I. Cons. Stil. I, 189-190, 226-227, 236-237, II, 243-244.

202 Claudien, IV. Cons. Hon. 449 ; I. Cons. Stil. I, 190-191, 233-234, 244 ; In. Eutr. I, 379-380 ; In Eutr. I, 394. Le Lien entre Alamanni et Suebi : Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum II, 2. Sur Germani pour les Alamans : Wirth, 1986, p. 277-297. Pour Alamannia, Alamanni : Drinkwater, 2007, p. 44-49. Suebi pour les Alamans : Green, 1991, p. 535 ; Drinkwater, 2007, p. 46, 168. Symmaque, Laudatio II, 12 ; Ausone, Prec. consulis designati II, 29-30.

203 Claudien, IV. Cons. Hon. 439-440, 443-454 ; I. Cons. Stil. I, 195-202, 218-220, 220-234.

204 Claudien, IV. Cons. Hon. 445, 446-447 ; IV. Cons. Hon. 444-449 ; I. Cons. Stil. I, 188-217, 210-211, 213-214, 233-236 ; In. Eutr. I, 378-379.

205 Claudien, IV. Cons. Hon. 453-454 ; I. Cons. Stil. I, 193-202. Rappelons le précédent : Valens demanda des explications aux Tervinges après le soutien qu’ils apportèrent à l’usurpateur Procope. Explications suffisantes pour se voir accorder la paix : Claudien, I. Cons. Stil. I, 189-190, 201, 210-211. Peu de soldats accompagnent Stilicon : Claudien, IV. Cons. Hon. 440-441 ; I. Cons. Stil. I, 194-197. Claudien, IV. Cons. Hon. 455-456 ; I. Cons. Stil. I, 232-234.

206 Claudien, I. Cons. Stil. I, 190-191 ; In Eutr. I, 379-380.

207 Claudien, IV. Cons. Hon. 455-456 : Nobilitant veteres Germanica foedera Drusos… Il s’agit bien de groupes extérieurs à l’Empire : Claudien, IV. Cons. Hon. 444-445 ; I. Cons. Stil. I, 206-207.

208 Claudien, I. Cons. Stil. I, 211 ; IV. Cons. Hon. 655 : … crinitusque tuo sudabit fasce Suevus… Le discours est composé dans le courant de l’hiver 397/398 et prononcé en janvier 398 : Charlet, 2000, II, 1, p. xxix-xxx. Autrement dit, lorsque Claudien proclame : « le Suève chevelu suera sous tes faisceaux », il peut faire référence à deux faits : soit aux recrues que les Alamans soumis par Stilicon en 396 devaient fournir dans le cadre des foedera conclus ; soit aux problèmes que continuaient de poser certains groupes alamans (Suebi) qui avaient refusé de se soumettre en 396. Dans ce dernier cas, il faudrait alors comprendre ce passage comme une note d’espoir devant un problème toujours d’actualité dans le courant de l’hiver 397-398. Pour la fourniture de troupes : I. Cons. Stil. I, 233-234.

209 Symmaque, Ep. VI, 58, 2 (398) ; Ep. LXII ; Ep. VI, 64, 2 ; CTh. VII, 13, 12 datée du 17 juin 397. Pour l’expédition de Stilicon en 397 contre Alaric et ses Goths en Grèce : Zosime, V, 7, 1-4 avec Paschoud, 1986, p. 99-102 ; Charlet, 2000, II, 1, p. xxviii ; Burrel, 2004, p. 251-256.

210 Francs : Claudien, In. Eutr. I, 383 :… ut nostris detonsa Sygambria signis. Alamans : In. Eutr. I, 380 :...et falvis signabat iura Suebis. ; I. Cons. Stil. I, 233-234 :...quotiens sociare catervas oravit iungique tuis Alamannia signis…

211 Claudien, I. Cons. Stil. I, 239-242. Demougeot, 1979, p. 194-195. PLRE I, Marcomeres, p. 557.

212 Claudien, I. Cons. Stil. I, 241-243. PLRE I, Sunno, p. 860.

213 Claudien, IV. Cons. Hon. 453-455. Les Alamans entrèrent en guerre contre Valentinien Ier après que l’Empire ait suspendu ses versements : Amm. Marc., XXVI, 5, 7.

214 Claudien, In Eutr. I, 379-380 :… legesque Caucis arduus et flavis signabat iura Suebis. His tribuit reges, his obside foedera sancit indicto…

215 Les Suebi soit les Alamans : Claudien, In. Eutr. I, 380-382 ; I. Cons. Stil. I, 190-191. Les Francs ( ?) : In Eutr. I, 379.

216 Concernant la présence de soldats barbares rhénans dans les unités régulières de l’armée impériale pour le ive siècle, on peut mentionner, à titre d’exemple : Amm. Marc., XX, 4, 1-4 ; Julien, Ep. ad Ath. 285C où parmi les soldats (stratiôtai), on trouvait des citoyens romains (politai) et des étrangers (xenoi), soit des barbares.

217 Claudien, I. Cons. Stil. I, 236-245 ; IV. Cons. Hon. 655.

218 Pacatus, Pan. Lat. XII, 22, 3 : Dicamne ego receptos servitum Gothos castris tuis militem…

219 Pacatus, Pan. Lat. XII, 32, 3 : Postremo populis barbarorum ultroneam tibi operam ferre voventibus commilitii munus indulges ut et limiti manus suscepta decederet et militi auxiliator accederet. Qua tua benignitate pellectae omnes Scythicae nationes tantis examinibus confluebant ut quem remiseras tuis barbaris videreris imperasse dilectum.

220 Pacatus, Pan. Lat. XII, 32, 4 : O res digna memoratu ! Ibat sub ducibus vexillisque Romanis hostis aliquando Romanus et signa, contra quae steterat…

221 Claudien, I. Cons. Stil. I, 233-236 :...quotiens sociare catervas oravit iungique tuis Alamannia signis ! Nec doluit contempta tamen, spretoque recessit auxilio laudata fides.

222 Stilicon ne versa pas les tributs habituels : I. Cons. Stil. I, 210-211 : Illi terribiles, quibus otia vendere semper mos erat et foeda requiem mercede pacisci… S’agit-il d’une allusion à la suspension des sommes versées habituellement dans le cadre des foedera qui avaient été rompus ?

223 Claudien, I. Cons. Stil. I, 190-191, 218-220, 233-236 :...quotiens sociare catervas oravit iungique tuis Alamannia signis ; In Eutr. I, 377-378. Deditio : Schulz, 1993, p. 179.

224 Claudien, In Eutr. I, 379-380, 380-382 ; I. Cons. Stil. I, 190-191 ; IV. Cons. Hon. 448-449 ; In Eutr. I, 379. Pour la restitutio : Schulz, 1993, p. 144-145, 179. Pour des reges rebelles assassinés par les Romains : Amm. Marc., XXI, 4, 1-6 ; XXIX, 4, 2-5 ; XXIX, 6, 3-5 ; XXXI, 5, 5-8. Voir : Heather, 2001, p. 15-68, 28-29, 45-46.

225 Claudien, In. Eutr. I, 382-383 :...bellorum alios transcribit in usus, militet ut nostris detonsa Sygambria signis. Claudien décrit ici ( ?) les « contrats » d’engagement intégrés aux clauses des foedera.

226 CTh VII, 20, 12 (30 janvier 400). Ces Alamans sont peut-être issus des Alamans déportés en Italie du Nord par Théodose l’Ancien sur ordre de Valentinien en 370 : Amm. Marc., XXVIII, 5, 15.

227 Claudien, I. Cons. Stil. I, 218-231 ; In. Eutr. I, 406-407.

228 Hoffmann, 1969, I, p. 30-33 et II, p. 11-12. Zosime, V, 4, 2 ; V, 7, 4-5 ; Jean d’Antioche, Frg. 190 [Müller] (= Roberto éd., 2005, p. 478-483) (= Eunape, Frg. 64, 1 [Blockley]). Cesa, 1994, p. 69-70.

229 Orose, Hist. ad pag. VII, 40, 3 :... multaeque cum his aliae, Francos proterunt, Rhenum transeunt.

230 Il y avait, contrairement aux propos de Claudien, I. Cons. Stil. I, 188-217, 218-231, versement de subsides, alimenta annonaires probablement selon des pratiques similaires à celles documentées pour les Saraceni foederati et aliae gentes foederatae sur le limes oriental dans les années 440 : NTh XXIV, 2-3 (12 septembre 443). Ammien rappelle également que les Alamans à la fin de l’année 364 se virent refuser le versement « des présents réglés d’avance par l’usage », ce qui déclencha leur révolte : XXVI, 5, 7. Julien s’indigna de ce que les empereurs précédents avaient pris l’habitude de « racheter constamment aux barbares la paix à prix d’or » et refusa aux Saraceni les « soldes et cadeaux de toute sorte selon l’usage antérieur », s’attirant ainsi leur hostilité : XXIV, 3, 4 et XXV, 6, 9-10.

231 Zosime, VI, 3, 3. Paschoud, 1989, p. 28-31, 30 ; Drinkwater, 1998, p. 20-30.

232 Orose, Hist. ad pag. VII, 40, 4 :… a barbaris incertis foederibus inlusus, detrimento reipublicae fuit.

233 Orose, Hist. ad pag. VII, 40, 9.

234 Orose, Hist. ad pag. VII, 40, 7 :… cum barbaris quibusdam qui quondam in foedus recepti atque in militiam allecti Honoriaci vocabantur, in Hispanias misit…

235 Orose, Hist. ad pag. VII, 38, 3-4 ; VII, 40, 3 ; Jérôme, Ep. CXXIII, 15.

236 PLRE II, Nebiogastes, p. 773. Eunape parle d’un chef chamave nommé Nebisgastes : Eunape, Frg. 6 [Blockley].

237 Zosime, VI, 5, 2 :...tous en Keltois Barbarous.

238 Sozomène, H.E. IX, 13, 2 :… Phragkôn te kai Alamanôn symmachian…. ; Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum II, 9 (= Ren. Prof. Frig., Frg. 2) : Edobecco ad Germanias gentes praemisso…

239 Zosime, VI, 5, 2 ; Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum II, 9 (= Ren. Prof. Frig., Frg. 1).

240 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum II, 9 (= Ren. Prof. Frig., Frg. 1).

241 Le général Nébiogast tenta de négocier avec Sarus : Zosime, VI, 2, 3-4. Sarus fit tuer Nébiogast. Puis Constantin nomma de nouveaux magistri militum : Zosime, VI, 2, 2-5. Édobich « de race franque » et Gérontius « originaire de Bretagne ». Sarus craignit leur « expérience dans les opérations guerrières » et « la vaillance de ces généraux » ; « les généraux de Constantin l’attaquèrent avec des forces considérables », le forçant à fuir.

242 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum II, 9 (= Ren. Prof. Frig., Frg. 1) ; Procope, Bell. Vand. III, 3, 3, 23, 33. Wynn, 1997, p. 78-81. Voir la traduction : Roques, 1990, p. 39. Pour l’identité du roi vandale : Wynn, 1997, p. 80 suppose une erreur de Procope car il n’est pas question chez Hydace d’une mort par empalement pour Gunderic qui décéda en 428 : Hydace, Chron. 79 (428). Burgess, 1993. PLRE II, Godigisel 1, p. 515-516. Chez Procope, les Francs sont appelés Germanoi : Procope, Bell. Vand. III, 3, 1.

243 Leur déploiement rappelle ce que disait Pacatus au sujet de l’emploi des barbares dans l’armée de Théodose en 388 : Pan. Lat. XII, 32, 3. Gérontius disposait aussi des troupes romaines qui venaient de Gaule, de Bretagne, d’Espagne : Sozomène, H.E. IX, 13, 4-7 ; Olympiodore, Frg. 17, 1 [Blockley].

244 Sozomène, H.E. IX, 13, 2 :...Edobichon men ton auton stratêgon peran tou Rênou pepomspe Phragkôn te kai Alamanôn symmachian protrepsomenon… ; Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum II, 9 (= Ren. Prof. Frig., Frg. 2) : Quo exterriti, Edobecco ad Germanias gentes praemisso…

245 Zosime, VI, 2, 4. PLRE II, Edobichus, p. 386. Sozomène, H.E. IX, 14, 1 :...Edobichou meta pleistês symmachias hêzein... Blockley, 1983, p. 179, 181 ; Demougeot, 1974, p. 89 ; Chaffin, 1993, p. 75, 76 ; Baldini, 2004, p. 118 n. 173, p. 119, n. 178 ; Sabbah et alii, 2008, p. 437.

246 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum II, 9 (= Ren. Prof. Frig., Frg. 2) : Quo exterriti, Edobecco ad Germanias gentes praemisso, Constans et praefectus iam Decimius Rusticus ex officiorum magistro petunt Gallias, cum Francis et Alamannis omnique militum manu ad Constantinum iam iamque redituri.

247 Sozomène, H.E. IX, 14, 1-4, 2 ; Olympiodore, Frg. 17, 1 [Blockley] ; Prosper, Chron. 1243 (411). PLRE II, Flavius Constantius 17, p. 321-325 ; PLRE II, Ulphilas, p. 1181 ainsi que Lütkenhaus, 1998, p. 46-51.

248 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum II, 9 (= Ren. Prof. Frig., Frg. 2).

249 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum II, 9 (= Ren. Prof. Frig., Frg. 2) :… a Gerontio Maximum unum e clientibus suis imperio praeditum atque in se cometatu gentium barbararum accinctum parari.

250 Sur les foedera conclus avec les barbares passés en Espagne : Burns, 1992, p. 53-63, 59 : « Again the importance of the peculiar situation confronting Gerontius in 409-410 cannot be underestimated. He had to act quickly to engage Constans in Gaul. The easiest mechanism available was to replace the regular military units with barbarian troops ».

251 Des Alains dans le comitatus de Gérontius : Sozomène, H.E. IX, 13, 4-7 ; Olympiodore, Frg. 17, 1 [Blockley]. Pour les foedera conclus en Espagne par Gérontius entre 409 et 411 : Olympiodore, Frg. 17, 1 [Blockley] ; Orose, Hist. ad pag. VII, 41, 2 ; Hydace, Chron. 41 (411). Pour les foedera : Arce, 2002, p. 75-85, 77-79 ; Arce, 2003 p. 135-157, 137.

252 Olympiodore, Frg. 17, 1-2 [Blockley] ; Sozomène, H.E. IX, 13, 1-4, 3.

253 Sozomène, H.E. IX, 14, 1-4, 1-2, 2.

254 PLRE II, Ulphilas, p. 1181 ; Wolfram, 1990, p. 166. Pour les foederati goths d’Ulfila : Jordanès, Get. XXXII, 165.

255 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum II, 9 (= Ren. Prof. Frig., Frg. 3) :… Iovinum adsumpsisse ornatus regius et cum Burgundionibus, Alamannis, Francis, Alanis omnique exercitu inminire obsedentibus.

256 Olympiodore, Frg. 18 [Blockley].

257 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum II, 9 (= Ren. Prof. Frig., Frg. 2, 4). Zosime, VI, 4, 2 ; PLRE II, Decimius Rusticus, p. 965 ; Drinkwater, 1998, p. 289.

258 PLRE II, Chariobaudes, p. 283. Voir les remarques de Paschoud, 1986, p. 232-233.

259 À moins qu’il ne faille l’identifier (Hoffmann, 1969, I, p. 113 et PLRE I, Chariobaudes, p. 181) avec un autre Chariobaudes attesté comme dux Mesopotamiae en 383-392. Zosime, V, 32, 1-7, 3-4.

260 Zosime, V, 47, 1 ; V, 48, 1 ; Olympiodore, Frg. 14 [Blockley] ; Frg. 15, 1-2 [Blockley] ; Sozomène, H.E. IX, 12, 4-5. PLRE II, Allobichus, p. 61 ; Paschoud, 1986, p. 248-250.

261 Le cas du prince ibère, puis roi, Bacurius dans les années 380-390 en Orient, au service de Théodose le montre. Voir : Sartor, 2008, p. 37-78. On pourrait y ajouter de nombreux autres barbares : rois goths (Alaric, Athaulf, Théodoric II), rois burgondes (Gondioc, Gondebaud), rois ostrogoths (les deux Théodorics), rois alains (Saul), chefs/officiers barbares (Ulfila, Sigisvultus), sans parler des officiers barbares qui exercaient des commandements romains mais dont nous ignorons les statuts, à l’image des Goths évoqués par Ambroise de Milan.

262 Olympiodore, Frg. 7, 4 [Blockley].

263 Sulpice Sévère, Chron. II, 3, 2 :… siquidem Romanum solum ab exteris gentibus aut rebellibus occupatum aut dedentibus se per pacis speciem tradunt constet. Exercitibusque nostris, urbibus atque provinciis permixtas barbaras nationes, et praecipue iudaeos, inter nos degere nec tamen in mores nostros transire videamus. Voir Chauvot, 1998, p. 452-453. Ces informations trouvent des échos chez Zosime, V, 34, 2 ; V, 35, 5 ; Pacatus, Pan. Lat. XII, 32, 4 ; Ambroise de Milan, voire encore dans CTh. XIII, 11, 10 (399).

264 Drinkwater, 2007, p. 351-355. À ce propos J.-M. Carrié, dans son compte rendu du volume L’armée romaine et les Barbares du iiie au viie siècle (Antiquité Tardive, 5, 1997, p. 351-356, 355), fait observer, à juste titre, que la présence des barbares dans l’armée ne se réduisait pas aux seuls foederati. Par ailleurs, il encourage à la prudence devant le risque de voir dans « tout squelette barbare enseveli en terre d’Empire » un foederatus.

265 Drinkwater, 2007, p. 174 rattache le cas de la nécropole militaire de Sponeck au modèle VI de sa typologie, dans une situation changeante pour l’Empire au ve siècle : « the Empire handed over the guarding of the Rhine to Germanic Kings and princes. Roman allies thus became Roman agents, serving in Roman installations on Roman soil ».

266 Cela pourrait, par exemple, être le cas de certains de ces Germains qui combattaient dans l’armée de Julien en 363 contre les Perses : Amm. Marc., XXV, 6, 13 : … arctois barbaris… ; XXV, 8, 1 : … Germani… Leur statut de foederati n’est cependant pas certain.

267 Que penser des groupes hétérogènes qui arrivèrent en Italie avec Odoacre dans les années 460 ? Jordanès, Get. XLIV, 231 ; XVI, 242 ; Cons. Ital. Auct. Prosp. Havn. 476, 2 ; Cons. Ital. Auct. Havn. Ordinis Post. Margo. 476, 2 ; Anonymus valesianus, II, 37, 46 (la pars posterior des Excerpta valesiana) ; Procope, Bell. Goth. V, 1, 2-5.

268 Pour l’organisation thématique et ses implications militaires, foncières et financières au xe siècle : Haldon, 1993, p. 1-67. Il convient d’insister – même si un travail d’ensemble reste à faire – sur les remarques de J.-M. Carrié, concernant des rapprochements possibles entre le système des thèmes byzantins, les solutions romaines de l’Empire tardif (praebitio tironum, praedia naviculariorum) et – nous l’envisageons – les foederati. Ajoutons que le rapport entre la strateia et la terre pourrait trouver des antécédents aux ive et ve siècles : « Quant au rapport entre le soldat, sa famille et la terre, il peut s’être en partie inspiré des solutions élaborées à propos des Lètes et des fédérés, qui ménageaient au sein d’un même groupe le partage entre activité agricole et service armé des autres » : Carrié, Janniard, 2000, p. 321-341, 338-340. Il est par ailleurs probable que les Romains s’inspirèrent du système des Lètes pour l’appliquer, en partie, aux foederati intra fines imperii.

269 Le récit de l’usurpation débute en VII, 40, 4, se poursuit en VII, 40, 5-8 et en VII, 41, 1-2. En raison de ses origines espagnoles, Orose revient, avec insistance, sur les souffrances des Espagnes. Une bonne partie du récit (VII, 40, 5-10) est consacrée aux conséquences de cette usurpation sur les Espagnes : l’envoi de gouverneurs (iudices) constantiniens en Espagne ; la révolte des nobles Didyme et Vérinien ; l’expédition du Caesar Constant « avec des barbares qui, naguère accueillis comme fédérés et introduits dans l’armée, étaient appelés « Honoriaques », auxquels Constant, pour prix de leur victoire sur Didyme et Vérinien, donna « la liberté de piller dans les plaines de Palentia », puis leur confia la surveillance des passes pyrénéennes qu’ils délaissèrent, ouvrant ainsi « les Espagnes [à] tous les peuples qui allaient et venaient à travers les Gaules », allant même jusqu’à se joindre aux barbares. C’est la raison pour laquelle Orose (VII, 40, 7) lorsqu’il présente les Honoriaci, proclame que leur venue avec Constant fut « le premier des maux qui s’abattit sur les Espagnes ». Selon la logique du récit orosien, les Honoriaci ont une grande responsabilité dans les « lourdes destructions de biens et de personnes » qu’eurent à subir les provinciaux de la part des peuples barbares qui passèrent dans les « provinces espagnoles » (Hispaniarum provinciis inmittunt), puisque ce sont les Honoriaci qui, « ayant trahi la garde des Pyrénées », ouvrirent les passes.

270 Orose, Hist. ad pag. VII, 40, 8-9. Olympiodore et Sozomène ne parlent pas de la traîtrise des Honoriaci présentés comme des stratiôtai, et suggèrent des négligences et des incapacités à résister aux assauts : Olympiodore, Frg. 15, 2 ; Sozomène, H.E. IX, 12, 2-3, 6-7. Zosime parle de l’envoi de Constant nommé Caesar accompagné du général Gérontius « avec les soldats venus de Gaule, pour qu’il garde le passage de Gaule en Espagne, bien que les légions stationnées en Espagne eussent demandé qu’on leur confiât comme d’habitude cette surveillance et qu’on ne remit pas à des étrangers la défense du pays » (Zosime, VI, 5, 1). Il n’est pas question des Honoriaci ni de leur statut de soldats foederati même si la référence de Zosime aux xenoi (Zosime, VI, 5, 1) pourrait constituer une allusion. Ce qui est certain, à la lueur de ces autres témoignages, c’est la grande partialité d’Orose qui déteste Constantin III et fait de ses troupes un ramassis de barbares fourbes, brutaux, pilleurs : Orose, Hist. ad pag. VII, 40, 4, 5, 7-9. Cesa, 1994, p. 136-137.

271 Ces foedera furent établis à l’instigation de Gérontius dans le diocèse des Espagnes entre 409 et 411, en 411 : Arce, 2002, p. 75-85, 77-79 ainsi que Arce, 2003, p. 135-157.

272 ND. Occ. VII, 74, 79, 81, 89, 172. Pour ces unités dénommées Ateccoti : Scharf, 1995, p. 161-178 qui en fait des unités créées sous Stilicon entre 396 et 406. Rance, 2001, p. 241-270, nuance cette création « honorienne » et suggère que ces unités – attestées également en Italie et dans l’Illyricum – furent recrutées auprès de communautés irlandaises installées dans l’actuel Pays de Galles, au cours des années 360-395. Il s’agirait donc d’une variété de foederati qui servaient après avoir été enrôlés dans les unités régulières formées par les recrues que fournissaient les communautés irlandaises installées en Bretagne romaine après foedera. ND. Occ. VI, 59, 60. Voir dans la Distributio numerorum : ND. Occ. VII, 202 : Equites Honoriani seniores ; VII, 205 : Equites Taifali. Mais ces deux unités sont listées également dans l’armée des Gaules : ND. Occ. VII, 171 : Equites Honoriani seniores ; VII, 172 : Equites Honoriani iuniores.

273 Hoffmann, 1969, I, p. 22-24, 168-169, pense que les 13 unités d’Honoriani qui apparaissent dans la pars occidentis de la Notitia Dignitatum ont été formées en 396 puis entre 398 et 402 à partir des biens confisqués au comes Africae rebelle Gildon. Clemente, 1968, p. 219, 238, note que les Honoriani du comitatus occidental portent des dénominations dérivant de populations barbares, ce qui les distingue ainsi fortement des Honoriani du comitatus oriental et il pense que les Honoriani occidentaux furent recrutés entre 395 et 423, en particulier entre 395 et 408 par Stilicon. Ce sont également les positions de Hoffmann, 1969, I, p. 360, 366.

274 Claudien, I. Cons. Stil. II, 245-255. Stevens, 1957, p. 327, n. 82 proposait cette solution : des barbares originaires de Bretagne et des régions celtiques recrutés au sein de ces unités d’Ateccoti Honoriani seniores.

275 Burns, 1994, p. 254, n. 23 pense que cette unité est une création « honorienne » mais propose d’en faire une unité de cavalerie taifale : ND. Occ. VI, 59 : Equites Honoriani Taifali iuniores sous commandement du magister equitum praesentalis et dans Distributio numerorum en VII, 172 sous le commandement du magister equitum Galliarum.

276 Orose introduit ici le vocabulaire de la receptio. Pour la receptio : Burns, 1994, p. 12-15.

277 C’est pour souligner encore davantage ce lien incerta foedera-Honoriaci et les connexions de Constantin avec les barbares, qu’il faut expliquer le fait qu’Orose ait souhaité donner quelques indications sur l’identité des Honoriani dans la perspective d’une triple condamnation : une condamnation de leur employeur, Constantin III ; une condamnation de ces barbares au service de l’Empire ; une condamnation de ces troupes des Honoriani qui auraient dû rester fidèles à la dynastie théodosienne. Cette dernière condamnation pouvait encore être amplifiée par le fait que Constant avait autorisé les Honoriaci à piller les campi Palentini : Orose, Hist. ad pag. VII, 40, 8.

Auteur

Doctorant, Centre Louis Gernet, Paris. Sauf indication, les éditions utilisées sont celles des MGH, de la CUF ou de la Loeb.

© ARTEHIS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search