Version classiqueVersion mobile

Les sépultures tumulaires aristocratiques du Hallstatt ancien de Poiseul-la-Ville (Côte-d’Or)

 | 
Bruno Chaume
, 
Michel Feugère

2. Localisation des tumulus et circonstances de la fouille

Texte intégral

2.1 CADRE GÉOGRAPHIQUE ET TOPOGRAPHIQUE

  • 4 Poiseul : Puteoli, en 750, est un toponyme bas-latin signifiant "petits puits". Le déterminatif di (...)

1Poiseul-la-Ville4 est un petit village situé à environ douze kilomètres au Sud de Magny-Lambert (fig. 2 et 3) ; une quarantaine de kilomètres le séparent, au Nord, du mont-Lassois et une trentaine, à l’Est, de la nécropole de Minot. Le village a été bâti autour d’une source qui jaillit dans le fond d'un petit vallon entaillant le plateau châtillonnais de la haute vallée de la Seine.

2Deux hypothèses permettent d’insérer la nécropole de Poiseul dans le paysage contemporain : d’une part, on peut admettre que l’implantation des tumulus est la manifestation de l’occupation du territoire sous sa forme funéraire par les populations hallstattiennes ; d’autre part, on sait que les nécropoles bordent fréquemment les voies protohistoriques. De ce fait, on peut supposer que le Châtillonnais était parcouru dès cette époque par au moins deux grands axes de communication, qui subsisteront d’ailleurs à l’époque romaine.

  • 5 Paris 1953.

3Le premier longeait la vallée de La Seine, rive droite, selon un axe Vix - forêt de Châtillon-sur-Seine-Magny-Lambert. La voie devait franchir le fleuve à la hauteur de Chamesson et poursuivre sur la rive gauche en direction de Magny-Lambert, Chaume-lès Baigneux et Poiseul-la-Ville. A la hauteur de Poiseul, il y avait probablement un infléchissement vers l’Auxois et la vallée de l’Oze, en passant par Darcey. Une seconde voie partait de la vallée Châtillonnaise et du mont-Lassois pour se diriger vers Minot en suivant les vallées de l’Ource et de La Digeanne. Cet axe est jalonné par les nécropoles des Essarts (com, de Vanvey), les tumulus d’Essarois, de Montmoyen et de Moitron. Entre les vallées de la Seine et de l’Ource-Digeanne ont dû s'établir des passages transversaux ; parmi les voies possibles, mentionnons celle qui passe entre Chamesson et Essarois (elle existera à l'époque romaine), ou encore celles qui auraient emprunté les vallées du Brevon ou de la Coquille, dont les bordures de plateau sont parsemées de tumulus. Avec R. Paris, rappelons que nombreuses sont les voies de communication protohistoriques qui ont été reprises pour le tracé de la voirie gallo-romaine5.

4Les tumulus de Poiseul ont été édifiés au fond d'un vallon sec qui part du village et se dirige vers le nord en direction de Magny-Lambert. Le choix d’une telle implantation n'a pas de quoi surprendre, dans la mesure où les nécropoles de Magny-Lambert et de Minot sont disposées de la même façon ; les monuments funéraires étaient ainsi offerts à la vue du voyageur empruntant la voie qui serpentait au fond du vallon (le chemin de la Vie de Baigneux à Magny-Lambert).

Fig. 3 - Localisation du site en France et sur la carte IGN au 1 : 25000 (feuille Montbard-Est) ; disposition des 4 tumulus sur fond cadastral (relevé P. Brunet, B. Chaume et J. Gauthey, 1989).

2.2 LA FOUILLE

5C'est dans le contexte évoqué plus haut, en juin 1972, que A. Gueneau et G.-H. Mongenet décidèrent de sonder une petite éminence qu'ils pensaient être un tumulus ; ils choisirent au hasard l'endroit où porter leurs premiers coups de pioche. Ils avaient à peine entamé leurs recherches qu'ils mirent au jour les fragments d'un chaudron en bronze. Conscient de l'importance de la découverte, A. Gueneau porta le chaudron à R. Paris qui séjournait provisoirement à Baigneux-les-Juifs, chef lieu du canton. Ce dernier ne tarda pas à prévenir son ami R. Joffroy, et une fouille de sauvetage aussitôt entreprise permit de dégager entièrement le premier tertre.

Notes

4 Poiseul : Puteoli, en 750, est un toponyme bas-latin signifiant "petits puits". Le déterminatif distingue ce village de deux homonymes géographiquement assez rapprochés. La Perrière : Petraria en 1173, est un toponyme médiéval équivalent de carrière (R. Paris, A la rencontre du Châtillonnais, Châtillon-s.-S. 1988, vol. 1, p. 81). A l'origine les deux communes de Poiseul-la-Ville et de La Perrière était distinctes, elles ont été ensuite regroupées. Dans un but de simplification, nous ne retenons ici que le nom de Poiseul-la-Ville; d'un point de vue strictement administratif, les tumulus se situent sur la commune de Poiseul-la-Ville et Laperrière. Sur les fouilles de Poiseul : Joffroy 1973; Joffroy 1978; Chaume 1987; Informations archéologiques, dans Gallia 32, 1974, p. 436, fig. 16-17) (tum. 1); 34, 1976, p. 446-447 (tum. 2); 37, 1979, p. 442-444 (tum. 3); 39, 1981, p. 426 (tum. 4).

5 Paris 1953.

Table des illustrations

Légende Fig. 3 - Localisation du site en France et sur la carte IGN au 1 : 25000 (feuille Montbard-Est) ; disposition des 4 tumulus sur fond cadastral (relevé P. Brunet, B. Chaume et J. Gauthey, 1989).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/870/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 386k

© ARTEHIS Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search