Version classiqueVersion mobile

Les sépultures tumulaires aristocratiques du Hallstatt ancien de Poiseul-la-Ville (Côte-d’Or)

 | 
Bruno Chaume
, 
Michel Feugère

1. Historique des recherches en Châtillonnais

Note de l’auteur

Ayant publié juste après la fouille deux rapports préliminaires sur les tumulus 1, 2 et 3 de Poiseul (Joffroy-Paris 1973 ; Joffroy 1978), René Joffroy avait l'intention de consacrer à ce site une monographie plus importante, projet auquel il avait bien voulu associer l'un de nous (BC). C'est à sa mémoire que nous dédions cet ouvrage, en remerciant chaleureusement Mme M.-L. Joffroy d'avoir bien voulu nous confier les notes et documents de fouilles réunis par son mari. M. Cl. Rolley, Professeur à l'Université de Bourgogne, ainsi que M. H. Gaillard de Sémainville, Directeur des Antiquités Historiques, nous ont également soutenus tout au long des recherches nécessitées par ce travail. Nous remercions aussi les nombreux collègues qui ont contribué, à un titre ou à un autre, à faciliter l'achèvement de notre étude ; en particulier B. Decron (Langres), R. De Marinis (Milan), M. Durand (Auxerre), M. Egg (Mainz), O.-H. Frey (Marburg), M. Jannet (Dijon), L. Pauli (Munich), S. Plouin (Colmar), C. Rouquet (Troyes), I. Zetsche (Francfort).

Texte intégral

Coupe du tumulus 2

Jacques Piette

Phiale et situle du tumulus 3, en cours de fouille

Jacques Piette

1C'est l’engouement de la fin du XIXe siècle pour les Celtes et l'impulsion donnée par Napoléon III à l'archéologie nationale, à travers la recherche du site d'Alésia, qui attirèrent l'attention sur les tertres funéraires du Châtillonnais ; ceux-ci firent aussitôt l'objet de fouilles intensives menées dans des conditions souvent déplorables, même pour l'époque. Ces recherches avaient notamment pour but la découverte des sépultures des guerriers morts lors de la bataille de cavalerie qui précéda le siège d'Alésia. C'est ainsi que deux tombes princières de la citadelle hallstattienne du mont-Lassois, les tumulus de La Butte et de La Garenne à Sainte-Colombe, de même que le tumulus de La Motte à Cérilly, furent sondés de façon expéditive.

2Edouard Flouest fut l'un des rares chercheurs de cette époque à pratiquer l'archéologie dans un esprit scientifique remarquablement rigoureux, appliquant à cette activité les méthodes d’investigation du magistrat qu'il était. Il sut avant J. Déchelette, dès 1880, bâtir une chronologie satisfaisante du Premier Age du Fer en s'appuyant notamment sur la datation du mobilier d'importation, mais en ayant également le souci de respecter les ensembles clos : il avait pour cela constitué un important réseau de relations qui le renseignait sur des découvertes parfois anciennes. C'est ainsi qu'il sauva du désastre les fouilles de H. d'Ivory, qui se chargea d'éventrer pendant une vingtaine d'années les tumulus du plateau châtillonnais. Ed. Flouest possédait un pied-à-terre familial à La Chartreuse de Lugny, près d'Essarois et entretenait d'excellentes relations avec son voisin d'Ivory, châtelain de Mauvilly ; il ne manqua pas de le questionner sur ses fouilles et tenta ainsi de reconstituer, dans la mesure du possible, les sépultures les plus remarquables.

  • 1 On doit à Ed. Flouest d'avoir pour la première fois en France identifié les rasoirs hallstattiens e (...)
  • 2 Ed. Flouest, "Les fouilles de Magny-Lambert (Côte-d'Or). Lettre à M. Alex. Bertrand", Rev. Arch. 18 (...)

3Ed. Flouest n’était pas seulement un "archéologue de cabinet", il arpentait aussi la campagne ; c'est ainsi qu'en juillet 1872, il put signaler à la Commission de la Topographie des Gaules l'existence d’une nécropole à Magny-Lambert. Dès 1871, l’exploration du tumulus du Bois de Langres avec la mise au jour d'une sépulture contenant une grande épée en fer et un rasoir en bronze lui laissait espérer des découvertes similaires dans les volumineux tertres de ce nouveau gisement1. Son attente ne devait pas être déçue puisque la fouille des 4 plus importants tumulus de la nécropole amena la découverte d'un nombre égal de tombes à épée, ainsi que d'une ciste à cordon, recueillie dans la sépulture centrale du tumulus du Montceau-Laurent. La fouille fut conduite en collaboration avec Abel Maitre, chef de l'atelier de restauration du Musée des Antiquités Nationales. Ed. Flouest donna l'année suivante un compte rendu de la campagne de 1872 ; ses conclusions furent reprises par A. Bertrand dans une étude plus synthétique, qui fit date2.

Fig. 1 - Mobilier de la sépulture centrale du tumulus du Montceau-Laurent à Magny-Lambert (d’ap. Bertrand 1873).

  • 3 A. Brulard, "Les tumulus de Magny-Lambert", Mém. Com. Ant. Côte-d'Or XV, 1906 à 1910, p. 193-219.

4C’est Ed. Flouest qui, sur la fin de sa vie, malade (il devait mourir en 1892), encouragea H. Corot à fouiller des tumulus ; après quelques investigations sur une nécropole mérovingienne du Châtillonnais, ce dernier se lança dans la fouille de plusieurs tumulus sur la commune de Minot, avec l'aide financière de l'Ecole d'Anthropologie, du Ministère de l'Instruction Publique et de la Société Archéologique et Historique du Châtillonnais. Ces campagnes de fouilles marquent le début de la seconde phase d'exploration intensive de tertres funéraires dans le Châtillonnais. Parallèlement aux travaux de Corot sur Minot, les recherches sur la nécropole de Magny-Lambert connaîtront dans les années 1890 un second souffle dont on se saurait volontiers passé, avec la reprise par R. Brulard des investigations sur certains tumulus déjà fouillés par Flouest et "l’éventration" de quelques autres encore intacts3. Les fouilles seront conduites avec une totale absence de méthode, qui rend l'exploitation des données aujourd'hui disponibles bien délicate.

5La découverte par J. Lagorgette, en 1929, de la citadelle hallstattienne du mont-Lassois focalisera l'attention des chercheurs châtillonnais sur l’exploitation des dépôts de pentes du site princier et plus tard sur la recherche des nécropoles correspondant aux différentes phases de l'habitat. R. Joffroy, parfaitement secondé par M. Moisson et R. Paris, s'y emploiera avec le succès que l'on sait.

6Un siècle s'est écoulé depuis les premières fouilles à Magny-Lambert et l'intense activité déployée par ces précurseurs de la protohistoire. La fièvre retombée, l'archéologie protohistorique et plus spécialement la fouille des nécropoles tumulaires en France connaîtra une longue éclipse ; le Châtillonnais n'échappera pas à la règle. A partir de 1967 cependant, quelques tertres seront fouillés par R. Ratel, sous l'impulsion de R. Martin, par exemple à Chaume-lès-Baigneux ou à Larçon.

7C'est peut-être parce qu'ils avaient suivi les fouilles de Chaume-lès-Baigneux que G. H. Mongenet et A Gueneau, originaires de Poiseul-la-Ville, se décident peu de temps après à sonder, dans le vallon de Froide Fontaine, lieu dit "Pré Greusset", un tertre de très petite taille ; ils s'appuient il est vrai sur une tradition orale qui rapporte des découvertes effectuées dans le même secteur, au XIXe siècle, par l'instituteur du village.

Fig. 2 - Carte des sites protohistoriques du Châtillonnais (d'ap. la carte IGN au 1 : 250 000).

Notes

1 On doit à Ed. Flouest d'avoir pour la première fois en France identifié les rasoirs hallstattiens en les comparant aux exemplaires villanoviens.

2 Ed. Flouest, "Les fouilles de Magny-Lambert (Côte-d'Or). Lettre à M. Alex. Bertrand", Rev. Arch. 1872, p. 346-359 ; Bertrand 1873, réédité séparément en 1874 ; Ed. Flouest, "Les fouilles de Magny-Lambert (Côte-d’Or)", Rev. Arch. 1873, p. 111-121.

3 A. Brulard, "Les tumulus de Magny-Lambert", Mém. Com. Ant. Côte-d'Or XV, 1906 à 1910, p. 193-219.

Table des illustrations

Légende Coupe du tumulus 2
Crédits Jacques Piette
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/867/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Légende Phiale et situle du tumulus 3, en cours de fouille
Crédits Jacques Piette
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/867/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Légende Fig. 1 - Mobilier de la sépulture centrale du tumulus du Montceau-Laurent à Magny-Lambert (d’ap. Bertrand 1873).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/867/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Fig. 2 - Carte des sites protohistoriques du Châtillonnais (d'ap. la carte IGN au 1 : 250 000).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/867/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 826k

© ARTEHIS Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search