Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, I

 | 
Michel Kasprzyk
, 
Gertrud Kuhnle
, 
Alexandre Burgevin

Les mobiliers des campagnes lyonnaises durant l’Antiquité tardive : premier bilan

Tony Silvino, Christine Bonnet, Christian Cécillon, Stéphane Carrara et Laudine Robin

Résumé

Si les mobiliers de l’Antiquité tardive sont désormais bien définis à Lyon/Lugdunum, en revanche ceux des campagnes environnantes restent encore à analyser. En effet, aucune synthèse n’a été réalisée à ce jour sur les mobiliers archéologiques tardoantiques découverts dans la région lyonnaise, que ce soit pour les céramiques, le verre, l’instrumentum ou les monnaies. Or, grâce au développement de l’archéologie préventive, ces dernières années, de nombreux gisements ruraux de l’Antiquité tardive ont été mis au jour. Il s’agit de sites localisés principalement dans l’Est lyonnais. Le corpus choisi se compose de neuf ensembles, présentant des données quantitatives assez variables. La relecture de cette documentation a tout de même permis d’établir un premier état de réflexion sur les différents mobiliers en usage dans les campagnes lyonnaises de la fin du iiie au ve siècle. Elle démontre ainsi que le monde rural intègre parfaitement les différents réseaux d’échange, non seulement de proximité, mais également de longue distance, au milieu desquels Lugdunum reste l’épicentre. Cette vitalité économique s’insère paradoxalement dans une période caractérisée traditionnellement par des troubles politiques et socio-économiques.

Texte intégral

1. INTRODUCTION1

  • 1 Nous voulons remercier ici tous les responsables d’opération qui nous ont permis de reprendre la do (...)

1La connaissance des mobiliers archéologiques de l’Antiquité tardive, permettant non seulement d’apporter des indications chronologiques, mais également de fournir des informations d’ordre socio-économique, est aujourd’hui bien avancée en milieu urbain, notamment à Lyon. Les différentes catégories de mobiliers, dominées par les céramiques, ont ainsi fait l’objet ces deux dernières décennies d’analyses poussées grâce, essentiellement, au développement de l’archéologie préventive. Sans viser l’exhaustivé, signalons les études réalisées à l’occasion des fouilles de l’avenue Adolphe Max (Villedieu, 1990), de la rue Tramassac (Ayala, 1994), de l’îlot Clément V (Ayala, 1998) et, plus récemment, du Parc Saint-Georges (Silvino, 2007) et de l’Hôtel de Gadagne (Batigne-Vallet, Lemaître, 2008).

  • 2 Il faut noter toutefois la présence de quelques ensembles, notamment celui provenant de la villa de (...)

2Si les faciès des mobiliers tardo-antiques sont bien connus à Lyon/Lugdunum, ceux des campagnes environnantes sont en revanche encore mal caractérisés. Il n’existe en effet à ce jour aucune synthèse sur le mobilier recueilli dans les campagnes lyonnaises et seuls quelques lots ont fait l’objet de publications ou ont été intégrés dans des monographies (Monnier, 1990 ; Cécillon, 2001a ; Frascone, 1999 ; Silvino et alii, 2008). Or, le développement de l’archéologie préventive ces dernières années a permis de mettre au jour de nombreux gisements de l’Antiquité tardive, présentant pour certains des lots importants et de qualité. Il faut toutefois souligner l’inégalité de la documentation et une disparité quantitative des ensembles. Par ailleurs, la distribution géographique des sites est tributaire des aléas de la recherche et surtout des projets d’aménagement. En effet, la construction d’autoroutes, de voies rapides et de zones d’activités s’est effectuée principalement dans l’Est lyonnais, plus précisément au sud du plateau de la Dombes et en rive gauche du Rhône. Cette micro-région, appelée le Velin, correspond à une plaine vallonnée de buttes, densément occupée depuis la Préhistoire (Faure-Boucharlat et alii, 2001, p. 38-44). En ce qui concerne l’Ouest lyonnais (Monts du Lyonnais), les projets d’aménagements ont été moins importants compte tenu d’un relief plus accidenté2. Or, cette région, traversée par les quatre aqueducs lyonnais, constituait durant l’Antiquité un vaste territoire à vocation agricole. Un essai de synthèse des campagnes régionales à la fin de l’Antiquité a déjà fait l’objet d’une publication, mais elle concerne une zone géographique assez large (vallée du Rhône) et traite avant tout de l’habitat et du peuplement (Ode, Odiot, 2001).

  • 3 L’analyse des céramiques a été réalisée conjointement par Tony Silvino et Christine Bonnet, le verr (...)

3La relecture de la documentation relative à ces fouilles a mis l’accent sur neuf contextes susceptibles de fournir des ensembles de mobilier pertinents pour cette étude. Si la plupart des sites sont localisés dans un rayon de 30 km autour de Lyon, trois se situent dans la périphérie proche de l’ancienne capitale des Gaules (fig. 1). Il s’agit de manière générale d’habitats fixés en plaine ou sur des terrasses. Le mobilier issu des prospections et des espaces funéraires n’a en revanche pas été retenu, en raison de son contexte bien particulier. Au total, cinq horizons sont représentés, de la fin du iiie au ve siècle. Pour chacun d’entre eux seront prises en compte les différentes catégories de mobilier (céramiques, verre, instrumentum et monnaies3), avec une synthèse qui portera principalement sur les céramiques.

4Sans paraître prétentieuse, cette étude a pour objectif de faire un premier état des lieux des mobiliers en usage durant l’Antiquité sur un territoire réduit, mais qui correspond grosso modo à celui du territoire colonial lyonnais (Béal, 2007). Si les ensembles tardo-antiques ne sont pas légion dans les campagnes lyonnaises, leur analyse permet tout de même de connaître l’évolution des échanges dans ce secteur avec Lugdunum en arrière-plan.

2. PRESENTATION DES CONTEXTES (fig. 1)

2.1. 105, rue du Bourbonnais (Lyon, Vaise)

  • 4 Pour Armand Desbat, ce secteur suburbain constituait un vicus, bien qu’aucun document épigraphique (...)
  • 5 Sans constituer une liste exhaustive, on peut mentionner des secteurs artisanaux rue Charavay et qu (...)

5La rue du Bourbonnais est localisée dans la partie orientale du quartier de Vaise, dans le 9e arrondissement de Lyon (fig. 2). Il s’agit d’une plaine alluviale localisée au nord de Lyon, en rive droite de la Saône. Durant l’Antiquité, sa partie méridionale appartenait au suburbium nord de Lugdunum. Il s’agissait d’un quartier à vocation artisanale, résidentielle et probablement portuaire, proche de la colonie, centré autour de l’actuel quartier Saint-Pierre de Vaise4. Plus au nord, cette plaine disposait d’un réseau d’établissements ruraux, de type villa (Delaval et alii, 1996). Elle était traversée, par ailleurs, par un axe majeur, la voie de l’Océan, et très probablement celle du Rhin (Desbat, 2007, fig. 55), et bordée par de nombreux espaces funéraires (Monin, 2009). Or, la majorité de ces vestiges appartient au Haut-Empire. Le visage de la plaine de Vaise durant l’Antiquité tardive reste encore assez vague et diffus. Excepté pour les nécropoles, bien documentées (Tranoy, 1996 ; Monin, 2009), les sites restent assez limités et isolés5. L’opération archéologique du 105 rue du Bourbonnais a mis au jour une partie, probablement la zone résidentielle, d’une villa (Hofmann, 2006). Construit au ier siècle ap. J.-C., cet établissement est occupé jusqu’à la fin du ive siècle, date à laquelle est comblé un bassin maçonné. Le remplissage de cette structure est constitué d’un lot de céramiques peu fragmentées, avec 147 tessons pour 41 vases. Six monnaies et un lot d’objets complètent cet ensemble. La datation proposée est la fin du ive siècle.

Fig. 1. Localisation des sites dans la région lyonnaise.

2.2. Le « Périphérique Nord » (Lyon, Vaise)

6L’opération « Périphérique Nord » a été réalisée dans le cadre de la construction du contournement nord de Lyon (Frascone, 1999) (fig. 2). Située en limite nord-ouest de la plaine de Vaise et en bas des contreforts de la colline de la Duchère, la fouille a permis de découvrir une portion de la voie de l’Océan, bordée par des espaces funéraires. Pour l’Antiquité tardive, deux sites principaux ont été mis au jour. Le premier (rue Mouillard) correspond à un bâtiment assez arasé et des structures annexes localisés le long de la voie, datés de la fin du iiie siècle ou du début du siècle suivant. Le mobilier céramique, issu des remblais et des niveaux de démolition, notamment de la toiture, compte 8 880 tessons pour 515 vases inventoriés. Quant au second ensemble (impasse de la Duchère), les vestiges correspondent également à un bâtiment assez mal conservé ainsi qu’à un ensemble de foyers, dont l’une des particularités est d’avoir livré un important lot de monnaies. Si les céramiques font ici figure de parents pauvres avec 136 fragments pour 38 vases, en revanche le numéraire compte 56 pièces. Ces deux contextes ruraux, situés aux abords d’un axe majeur, au nord de la plaine de Vaise, offrent ainsi d’excellents ensembles de référence.

Fig. 2. Localisation de la rue Mouillard et de l’impasse de la Duchère (1), et de la rue du Bourbonnais (2) à Lyon-Vaise (document Service archéologique de la ville de Lyon. Sources : origine Ville de Lyon – droits réservés ; origine Cadastre – droits de l’État réservés ; origine communauté urbaine – droits réservés).

2.3. Ilot du Repos (Lyon, Guillotière)

  • 6 Une synthèse de la rive gauche du Rhône à Lyon a fait l’objet d’une récente publication (Blaizot et (...)

7Le site de l’îlot du Repos est localisé dans le quartier de la Guillotière à Lyon (7e arrdt), situé en rive gauche du Rhône. Les vestiges découverts dans ce secteur se résument principalement à des structures funéraires bordant deux voies importantes, dont le compendium qui reliait Lyon à Vienne. Les indices d’habitats et d’artisanats restent quant à eux très fugaces. Ce quartier constitue, à l’instar du sud de la plaine de Vaise, un secteur suburbain, mais avec une occupation plus lâche. Il formait une zone tampon entre Lugdunum et son territoire colonial qui s’étendait vers l’est dans la région du Velin6. L’opération archéologique a révélé, outre un espace funéraire, des aménagements annexes tels qu’un puits abandonné à la fin du ive siècle ou au début du siècle suivant (Monin, 1988). Si son comblement a livré un mobilier relativement limité, il constitue néanmoins l’unique ensemble pertinent de ce secteur. Au total, une monnaie et 74 fragments de céramiques, pour 14 individus, ont été comptabilisés.

2.4. Place de la Paix (Venissieux, Rhône)

8La commune de Vénissieux se situe à une dizaine de kilomètres au sud-est de Lyon. Les travaux de restructuration du centre ancien, le « Vieux Bourg », ont permis de mettre en évidence une occupation diachronique, depuis l’Âge du Bronze jusqu’à la période médiévale (Faure-Brac, 2006, p. 544-548). Concernant l’Antiquité, les vestiges sont certes mal conservés, mais confirment une fréquentation pérenne se traduisant par des restes de bâtiments et structures en creux. Pour l’Antiquité tardive, seule l’opération « Place de la Paix » a livré deux ensembles pertinents issus du comblement de fosses (Joly, 1999). Le premier, daté de la première moitié du ive siècle, comptabilise 615 tessons pour 70 vases. Quant au second, placé au cours du ve siècle, les quantités restent légèrement inférieures avec 603 fragments pour 63 individus.

2.5. Mail central : rue Minerve (Saint-Priest, Rhône)

9La commune de Saint-Priest est localisée à 15 kilomètres au sud-est de Lyon, le long de la « voie d’Italie ». Dans le cadre de l’aménagement d’un parc technologique, une opération archéologique a mis au jour une série de structures en creux (fosses, fossés et trous de poteaux), probablement localisées en marge d’un établissement rural (Ayala et alii, 2000). La fouille de ces vestiges a permis de récolter une grande diversité de mobiliers. Outre la présence d’objets métalliques et de fragments de verre, on peut compter un ensemble de céramiques relativement conséquent (975 tessons et 107 vases), associé à un lot de 65 monnaies. Ce contexte, alliant différentes catégories de mobiliers, constitue une excellente référence. L’analyse du mobilier place cet ensemble au milieu du ive siècle.

2.6. La Dent (Meyzieu, Rhône)

10Le site de « la Dent » se trouve sur un éperon au nord de la commune de Meyzieu, localité située à une vingtaine de kilomètres à l’est de Lyon. Fouillé par des bénévoles en 1979, le site correspond principalement à une villa construite au ier siècle ap. J.-C. et occupée jusqu’au début du ive siècle. Au début du haut Moyen Âge, une nécropole s’est installée près de l’ancien établissement (Monnier, 1990). La fouille a révélé d’importants lots de mobiliers : céramique, verre, objets et monnaies. Malgré une documentation déjà « ancienne » et quelquefois difficilement exploitable, un ensemble de la fin du iiie siècle et du début du siècle suivant a été repéré. Concernant le mobilier céramique, plus de 7290 tessons ont été comptabilisés pour 366 vases. Un lot assez important de monnaies ainsi qu’un ensemble de verre ont également été mis au jour.

2.7. ZAC des Grandes Terres (Beynost, Ain)

11La commune de Beynost est située entre le rebord méridional du plateau de la Dombes et la plaine alluviale du Rhône, à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Lyon. Les vestiges antiques se fixent principalement sur l’ancienne voie reliant Lyon à Genève. Le site de la ZAC des Grandes Terres est localisé sur une terrasse sur laquelle une villa s’est implantée au début du ier siècle ap. J.-C. (Motte et alii, 2008). Si la pars urbana est désertée au début du iie siècle, la pars rustica reste occupée jusqu’à la fin du iiie siècle, voire au début du siècle suivant. Cette période se résume à une série de fosses et remblais, qui ont livré des objets, une monnaie et un ensemble céramique peu abondant (72 tessons et 17 vases), mais qui peut toutefois intégrer cette étude.

2.8. Les Vernes (La Boisse, Ain)

12La commune de La Boisse, limitrophe de celle de Beynost, est localisée directement dans la plaine alluviale du Rhône. Les principaux gisements de cette localité se situent autour du lieu-dit « des Vernes », où la pars urbana d’une villa du ier siècle ap. J.-C. et deux espaces funéraires de l’Antiquité tardive ont été mis au jour lors de la construction de l’Autoroute A42 (Vicherd, Baudrand, 1982). Depuis, dans le cadre de l’aménagement d’un échangeur autoroutier dans ce secteur, une seconde fouille a permis de complèter le plan de la pars urbana et surtout d’affiner les données chronologiques (Nuoffer et alii, 2006). Par ailleurs, le comblement de deux structures en creux, localisées à l’ouest de la villa, a livré un lot important de mobiliers non seulement constitués de céramiques mais également d’objets métalliques, de monnaies et de verre. Au total, 2368 fragments de céramiques (438 vases), 93 objets et 8 fragments de verre associés à un lot de 31 monnaies ont été comptabilisés. Ces ensembles clos, datés de la fin du ive siècle ap. J.-C., ont récemment fait l’objet d’une publication (Silvino et alii, 2008).

3. MÉTHODOLOGIE

3.1. Le mobilier céramique7

  • 7 En ce qui concerne les méthodes de comptage, deux types ont été utilisés : le Total des Tessons (TT (...)

13Le mobilier céramique a été classé dans un premier temps par catégories de production, reposant sur plusieurs critères discriminants, notamment les techniques de fabrication. La forme des objets et leur fonction sont prises en compte dans un second temps. Les quatre grandes familles de céramiques ont été largement définies et présentées dans les contextes régionaux : les céramiques fines, destinées au service de table, les céramiques communes, essentiellement utilisées pour la préparation des repas, les amphores, conteneurs de transport de différentes denrées, et enfin les productions diverses, telles que les grands vases de stockage (type dolium), lampes à huile, ampoules, amphorisques, etc. Un tableau synthétique des données par famille est présenté.

3.1.1. Les céramiques fines

  • 8 En effet, les ateliers de sigillée Claire B ne semblaient plus être en activité à la fin du iiie si (...)
  • 9 Nous utiliserons la typologie de Portout pour certaines formes non répertoriées par N. Lamboglia.
  • 10 Cette vaisselle a fait l’objet d’une première synthèse par un groupe de recherche dans les années 1 (...)
  • 11 Les nombreux labours associés à l’érosion et à l’emploi d’engrais chimiques contribuent à altérer d (...)

14Au sein de chaque catégorie de production, différents types de céramiques, suivant les techniques de fabrication existantes, sont répertoriés. Les céramiques fines se partagent principalement, suivant les contextes, entre les sigillées gauloises dites « classiques », originaires pour la plupart des ateliers du sud ou du centre de la Gaule (Genin, 2007 ; Bet, Delor, 2000), et les céramiques à revêtement argileux non grésé (CRA), sur lesquelles il convient de s’attarder plus longuement. En effet, à partir du iie siècle, une série de productions apparaît sur les différents marchés de la région lyonnaise. Il s’agit de céramiques à pâte calcaire revêtues d’un vernis non grésé, dont les coloris varient de l’orange au marron, parfois avec des reflets luisants. Plusieurs sous-catégories sont attestées. La première correspond à la sigillée Claire B, décrite pour la première fois par N. Lamboglia (Lamboglia, 1958), et redéfinie par A. Desbat (Desbat, 1980, 1988 et 2002), qui comprend un répertoire assez riche et varié. Si les centres de production sont localisés dans la moyenne vallée du Rhône, seuls les ateliers de Saint-Julien-de-Peyrollas et surtout de Saint-Péray, en Ardèche, sont véritablement attestés (Desbat, 2002). Cette vaisselle est commercialisée à partir de la première moitié du iie siècle pour devenir au siècle suivant une des vaisselles fines majeures des principaux sites de la vallée du Rhône (Desbat, 1988). Malgré l’existence avérée d’ateliers au ive siècle8, mais non localisés à ce jour, son indice de fréquence décroît au cours de cette période face à la présence d’autres productions à revêtements argileux. En effet, arrivent à Lyon, vraisemblablement à partir de la fin du iiie siècle, des céramiques traditionnellement dénommées céramiques à revêtement argileux alpines ou savoyardes (Becker, Jacquin, 1989 ; Ayala, 1994, p. 85 ; Silvino, 2007). Ces dernières annoncent l’arrivée des sigillées luisantes, qui offrent un répertoire s’inspirant des sigillées Claire B, mais avec toutefois la présence de nouvelles formes. Pour les centres de production, l’unique atelier de sigillée luisante étudié est celui de Portout (Savoie) (Pernon, Pernon, 1990)9, dont la phase principale de production est située dans les premières décennies du ve siècle ; or une multitude d’ateliers méconnus a fonctionné à une date plus ancienne, comme Thononles-Bains et probablement Annecy10. Par ailleurs, d’autres régions ont produit des céramiques du même type, notamment au cours du iiie siècle. Si les contextes urbains lyonnais ne présentent pas d’importantes disparités concernant ces revêtements argileux, en revanche les ensembles des sites ruraux régionaux semblent se composer d’une plus grande variété de productions. En effet, différents centres localisés dans différentes parties de la Gaule ont créé des formes identiques avec des techniques similaires. C’est par exemple le cas des gobelets à col tronconique type Niederbieber 33 produits à la fois dans les pays alpins (Collectif, 1986, pl. 20 ; Pernon, Pernon, 1990), en Bourgogne (Creuzenet, 1996, fig. 14 et 15), dans le centre de la Gaule (Bet, Gras, 1999), ou dans la cité des Trévires (Symonds, 1992). Par ailleurs, certaines productions comme les métallescentes sont caractéristiques de par leur pâte fine et leur vernis noir, mais elles restent tout de même assez minoritaires dans les contextes ruraux. Pour compliquer la situation, des centres de production supplémentaires sont suspectés dans le Jura (Charlier, 1996) et même dans des secteurs proches de la région lyonnaise, comme au Bouchage et peut-être à Optevoz, localisés tous deux dans l’Isère (Bleu, Laroche, 2003 ; Silvino et alii, 2009). Enfin, la détermination des productions et de leurs ateliers s’avère encore plus difficile lorsque les ensembles sont essentiellement composés de fragments de panse, avec aucun élément caractéristique, d’autant plus que les sédiments des zones rurales sont en règle générale peu propices à une bonne conservation des vernis, limitant parfois les déterminations11. Le qualificatif de Céramiques à Revêtement Argileux (CRA) a donc été introduit en raison de cette multiplicité des zones de production et de la complexité de la diffusion, que la typologie initiale n’avait pas envisagée. Seules des analyses de pâtes pourraient apporter des informations sur l’origine de ces céramiques. C’est finalement dans ce contexte assez complexe que s’inscrivent les céramiques fines tardives.

3.1.2. Les céramiques communes

15Parmi les céramiques communes, il convient de distinguer plusieurs catégories. Tout d’abord, les céramiques communes grises à pâte siliceuse, cuites en mode B (Picon, 2002, p. 143), destinées en règle générale à la cuisson des aliments, dans la mesure où elles sont résistantes au feu. Hormis un centre de production attesté à Lyon-Charavay au ive siècle (Batigne-Vallet, Lascoux, 2003), les ateliers restent encore mal documentés. Réalisées selon le même mode de façonnage et avec le même type d’argile, les céramiques communes rouges sont cuites en mode A (Picon, 2002, p. 138). Parmi ces productions, différentes sous-catégories sont attestées, présentant à la fois des pâtes assez fines, traditionnellement attribuées aux productions du Val de Sâone (Joly, 1996, p. 133-136), et des pâtes semi-grossières pour lesquelles une origine de la moyenne vallée du Rhône pourrait être envisageable (Bonnet, Batigne-Vallet, 2002). Les productions à pâte calcaire cuites en mode A, façonnées dans une argile épurée, deviennent une catégorie assez marginale durant l’Antiquité tardive. En effet, si la catégorie possède un indice de fréquence assez important au Haut-Empire, elle disparaît en revanche des ensembles tardifs au profit des céramiques à pâte siliceuse.

3.1.3. Les amphores

16De manière générale, le mobilier amphorique reste minoritaire en milieu rural, notamment en comparaison avec les ensembles urbains (Ayala, 1998 ; Silvino, 2007). La variété des productions est assez limitée. Pour l’Antiquité tardive, il s’agit essentiellement d’importations de Bétique (huile et saumures), de Gaule Narbonnaise (vin) et d’Afrique du Nord (huile, vin et saumures).

3.2. Le verre

  • 12 L’étude des lots de verre a été réalisée à l’aide des typologies existantes : Is. (Isings, 1957), A (...)

17Si le mobilier en verre tardo-antique des campagnes lyonnaises ne constitue qu’un maigre échantillon, l’étude de ces lots permet tout de même de constituer un référentiel pour la vaisselle en verre de la région, au demeurant peu documentée (Foy, 2006). Trois sites livrent un lot de verre : la Dent-Meyzieu, rue Minerve-Saint-Priest et les Vernes-La Boisse. La verrerie correspond surtout à des vases du service de table, associant, pour une grande partie, des gobelets avec quelques coupes et bouteilles12. Le verre incolore laisse la place, au ive siècle, à un verre aux teintes naturelles claires, tandis que le verre olivâtre semble faire son apparition de manière précoce. Le site de « la Dent » à Meyzieu illustre l’évolution qu’il peut y avoir entre le matériel du iiie siècle et du siècle suivant, tout en livrant un vase tout à fait singulier et assez exceptionnel, en forme de poisson. Les trois sites révèlent un lot inédit de gobelets à bord laissé brut, sans lèvre, et constituent ainsi un point de comparaison essentiel pour l’ensemble des gobelets, jusque-là découverts dans des régions plus méridionales. Nous verrons que ce premier état des lieux sur les verreries des campagnes lyonnaises pour l’Antiquité tardive pose quelques questions d’évolution typologique.

3.3. L’instrumentum

18Il s’agit de dresser ici un premier bilan concernant l’instrumentum de l’Antiquité tardive dans la région lyonnaise. Dans ce cadre, la totalité des sites présentant des lots d’objets n’a pu être prise en compte au sein de cette publication. Nous avons donc choisi de présenter le mobilier du site de la « rue Minerve » à Saint-Priest et des villae des « Grandes Terres » à Beynost, des « Vernes » à La Boisse et de la rue du Bourbonnais à Lyon-Vaise. Ces quatre sites ont livré des lots de matériel issus de contextes clos liés à la destruction et à l’abandon de l’habitat et sont bien datés par la céramique et les monnaies qui les accompagnent. En outre, les objets inventoriés permettent d’observer l’apparition ou le développement de nouvelles formes de mobilier en parallèle d’une continuité dans l’utilisation de formes courantes au Haut-Empire, pour certaines catégories de mobilier. Toutefois, de nombreux domaines restent sous-représentés, rendant difficile l’observation des évolutions typochronologiques.

3.4. Les monnaies

  • 13 Une étude concernant la circulation monétaire à Lyon, basée sur les contextes de découverte, depuis (...)

19Six lots monétaires, soit un total de 202 monnaies, permettent de préciser la datation de l’occupation des sites de l’Antiquité tardive implantés dans la proche périphérie de Lyon. En effet, ces lots monétaires proviennent d’ensembles clos ou d’horizons stratigraphiques bien cernés. C’est l’absence dans ces derniers de types monétaires de bronze frappés pourtant massivement (notamment dans l’atelier voisin de Lyon) qui permet pour certains sites d’avancer un terminus post quem d’une grande précision. Il convient de souligner que le faible nombre de monnaies exploitables issues de contextes péri-urbains et tardoantiques lyonnais ne permet pas de dresser le schéma de la circulation monétaire de manière fiable durant cette période aux abords de Lyon. Il s’agit donc de poser des jalons numismatiques locaux concernant ces périodes peu étudiées, c’est-à-dire d’exposer les inventaires de monnaies perdues à des périodes données dans des contextes tardifs de la campagne lyonnaise. Ces pièces soustraites involontairement de la circulation constituent un échantillon des monnaies alors utilisées. Les constats relevés demanderont à être évalués par d’autres occurrences régionales, au fil des découvertes futures ; les données enregistrées doivent aussi être confrontées à celles observées pour la capitale rhodanienne. Cependant, la notion d’approvisionnement monétaire comparé entre ville et campagne ne peut, pour l’heure, être appréhendée en raison de l’inexistence d’un corpus monétaire raisonné établi pour la capitale des Gaules13.

Fig. 3. Quantification des différents mobiliers pour chaque ensemble (en Nombre de Restes).

4. PRÉSENTATION DES MOBILIERS PAR HORIZON (fig. 3)

4.1. Horizon 1 : fin iiie - début ive siècle

20La première période concernée correspond à une période charnière, plus précisément entre la fin du iiie siècle et le début du siècle suivant. Trois contextes ont été pris en compte, avec des données quantitatives assez variables. Les données céramologiques restent tout de même primordiales, associées à des lots monétaires importants.

4.1.1. Lyon-Vaise (rue Mouillard)

4.1.1.1. Le mobilier céramique

21Le mobilier issu du premier ensemble du « Périphérique Nord » (rue Mouillard) concerne uniquement les céramiques, qui comptent 8880 tessons pour 515 vases inventoriés. Il s’agit d’un lot conséquent qui permet d’appréhender un horizon chronologique précis (fig. 4).

Les céramiques fines

22Le taux de fréquence des céramiques fines (27,2 %) correspond à ce que l’on observe généralement dans les contextes d’habitat. Les sigillées gauloises sont toujours présentes avec toutefois une majorité de produits du Centre. Il ne s’agit pas ici de mobilier totalement résiduel, dans la mesure où les ateliers du groupe de Lezoux, notamment, continuent à produire et exporter au cours du iiie siècle (Delage, 2003). Les ensembles lyonnais du milieu du iiie siècle sont encore composés de sigillées gauloises classiques provenant d’ateliers aussi bien méridionaux que centraux (Bonnet et alii, 2003 ; Silvino, 2007). Si les sigillées du Sud se résument à une assiette Drag. 18c, des coupelles Drag. 33, Drag. 24/25 et une coupe Drag. 37, les productions du Centre sont représentées par des assiettes Lezoux 043A, Lezoux 056 (fig. 5, no 1), et Drag. 18 et trois coupes Drag. 37. Notons l’absence de formes typiques du iiie siècle, comme les mortiers Drag. 45 ou les gobelets Déchelette 72. Cette vaisselle est néanmoins fortement concurrencée par les sigillées Claire B depuis le iie siècle et disparaît progressivement au cours du siècle suivant. Les productions de la moyenne vallée du Rhône comptent dans cet ensemble quarante vases, avec l’association classique des coupes Desbat 15 (13 ex.) (fig. 5, nos 5 à 7) et pots Desbat 67 (10 ex.) (fig. 5, no 2). À ceux-ci, s’ajoutent trois assiettes Desbat 3 et trois autres exemplaires du type 6 de Saint-Péray (fig. 5, nos 9 et 10). L’une des particularités de ce lot réside en la présence de trois médaillons d’applique. Si le premier, correspondant à une scène érotique, est apposé sur une cruche Desbat 77 (fig. 5, no 3), les deux autres sont isolés et assez mal conservés. D’autres céramiques à revêtements argileux sont attestées, comme les sigillées luisantes qui commencent à concurrencer les produits rhodaniens. Si cette vaisselle originaire des régions alpines comptabilise quarante-sept individus, les formes inventoriées ne sont pas variées. En effet, il s’agit essentiellement de coupes hémisphériques Lamb. 2/37 (27 ex.) (fig. 5, no 8), de mortiers Lamb. 45 (10 ex.) (fig. 5, no 12), et de gobelets à col tronconique Niederbieber 33 (10 ex.) (fig. 5, no 11). Le reste des bords est trop mal conservé pour être identifié à une forme précise. Les céramiques métallescentes sont également présentes avec onze individus répertoriés. Il s’agit exclusivement de gobelets à col tronconique, dont cinq exemplaires montrent la qualité des pâtes et des vernis des ateliers trévires. Pour finir, un plat Hayes 50 en sigillée africaine C figure ici de manière isolée.

Catégorie

Type de production

Nbre tessons

NMI

%NMI

Céramique fine

Sigillée Claire B
Sigillée luisante
Sigillée du Centre
Sigillée du Sud
Métallescente
Sigillée africaine C

298
346
60
132
92
3

40
47
15
26
11
1

7,7
9,1
2,9
5
2,1
0,2

Total

931

140

27,2

Céramique commune

Commune grise
Commune rouge
Commune claire
Commune africaine

5115
716
1087
1

259
48
35
1

50,4
9,3
6,8
0,2

Total

6919

343

66,7

Amphore

Gaule du Sud
Afrique
Péninsule ibérique
Orient
Indéterminé

711
59
63
26
142

15
1
11
1
2

2,9
0,2
2,1
0,2
0,4

Total

1001

30

5,8

Divers

Dolium

10

1

0,2

Total

10

1

0,2

TOTAL

8880

515

100

Fig. 4. Quantification du mobilier céramique du « Périphérique Nordrue Mouillard », Lyon-Vaise.

Fig. 5. Horizon 1, mobilier céramique du « Périphérique Nord-rue Mouillard », Lyon-Vaise. 1. Sigillée Gaule du Centre ; 2 à 7 et 9 à 10. sigillée Claire B ; 8, 11 et 12. sigillée luisante (éch. 1/3 ; DAO Daniel Frascone).

Les céramiques communes

23Les céramiques communes possèdent un taux de fréquence assez important dans cet ensemble (67 %). Elles sont, par ailleurs, largement dominées par les produits à pâte siliceuse grise avec 259 vases inventoriés. Elles se résument principalement à des pots ovoïdes, dominés par les exemplaires à lèvre oblique avec ou sans rainures (68 ex.) (fig. 6, nos 1 et 2) ; quelques pots à lèvre en bourrelet (6 ex.) restent minoritaires. Les formes ouvertes sont représentées par vingt-neuf marmites à lèvre débordante et dix à lèvre quadrangulaire. Elles sont accompagnées par douze jattes à lèvre en bourrelet. Pour les plats, vingt-six exemplaires à lèvre triangulaire et trente-deux individus à paroi rentrante ont été répertoriés. Enfin, seize couvercles à lèvre simple ou renflée et six pichets complètent cet inventaire. Les productions à pâte siliceuse rouge-orangé présentent un taux de fréquence moins important, avec quarante-huit vases inventoriés. Elles possèdent pour la plupart des pâtes semi-grossières. Quelques exemplaires présentent des pâtes à nodules rouges caractéristiques des ateliers du Val de Saône, avec notamment un pot à lèvre en amande oblique (fig. 6, no 3). Des pots à lèvre verticale simple ou rainurée, également produits en pâte grise, sont attestés avec seize exemplaires identifiés. Un exemplaire se rapproche des productions allobroges (fig. 6, no 4). Ils sont suivis par des marmites à lèvre débordante moulurée (12 ex.) (fig. 6, no 5) et des modèles à lèvre quadrangulaire (6 ex.). Quatre couvercles à lèvre simple ont également été comptabilisés. Les céramiques communes à pâte calcaire comptent seulement 35 individus, avec des mortiers à lèvre pendante (7 ex.) et d’autres à collerette(6 ex.), ainsi que des cruches à lèvre en bourrelet ou triangulaire (9 et 5 ex.). Pour finir, un fragment de céramique commune africaine a été répertorié.

Fig. 6. Horizon 1, mobilier céramique du « Périphérique Nord-rue Mouillard », Lyon-Vaise. 1 et 2. Céramique commune grise ; 3 à 5. céramique commune rouge (éch. 1/3 ; DAO Daniel Frascone).

Les amphores

24Les vestiges amphoriques restent minoritaires avec seulement trente individus comptabilisés. Ils sont dominés par les importations sud-gauloises au travers de quinze conteneurs vinaires Gauloise 4. De la province de Bétique proviennent les habituelles amphores à huile Dressel 20 avec onze individus, mais dont certaines sont de toute évidence en position résiduelle. Enfin, un conteneur vinaire originaire de Rhodes et un exemplaire africain de forme indéterminée ont été répertoriés.

4.1.1.2. Datation

25L’analyse de cet ensemble permet d’appréhender un horizon précis. Au sein de la vaisselle de table, la présence de sigillées Claire B, avec l’association de coupes Desbat 15 et pots Desbat 67, permet de placer le lot au cours du iiie s. (Desbat, 1988 ; Bonnet et alii, 2003 ; Silvino, 2007). La présence de céramiques à revêtement argileux (CRA) d’origine alpine resserre la chronologie vers la fin de ce siècle, dans la mesure où le début de leur commercialisation dans la région lyonnaise date de la fin du iiie siècle ou du début du siècle suivant (Becker, Jacquin, 1989 ; Ayala, 1998). Le plat en sigillée africaine Hayes 50 ne s’oppose pas à cette datation (Hayes, 1972 ; Bertrand, 1997). Quant aux céramiques communes, les formes répertoriées sont de manière générale bien attestées dans les contextes lyonnais de la fin du iiie siècle (Ayala, 1998 ; Silvino, 2007).

26En regard des éléments évoqués, la constitution de cet ensemble se situe vraisemblablement à la fin du iiie siècle, voire au début du siècle suivant.

4.1.2. Meyzieu (la Dent)

4.1.2.1. Le mobilier céramique (fig. 7)

Les céramiques fines

27Les céramiques issues des remblais d’abandon de la villa de « la Dent » comptent 7 290 tessons pour 366 vases. L’une des particularités de cet ensemble est le fort taux des céramiques fines aussi bien en terme de fragments que d’individus. En effet, elles représentent plus de 74 % (271 individus) des céramiques de cet ensemble. À l’instar du lot précédent, les sigillées gauloises sont toujours présentes avec une légère domination des produits méridionaux. Parmi les vases identifiés, on dénombre quatre coupelles Drag. 33, trois assiettes Drag. 18a et deux coupes Drag. 37. Pour les sigillées du centre de la Gaule, les formes repérées se résument tout d’abord à une série de coupelles : Drag. 33 (fig. 8, no 2) et Drag. 24/25. Suivent ensuite une coupe hémisphérique Drag. 37, un mortier Ritterling 12 et deux assiettes/plats Drag. 18c (fig. 8, nos 1 et 3). Les sigillées Claire B restent dans cet ensemble très discrètes avec seulement vingtdeux vases comptabilisés. Néanmoins, l’association des coupes Desbat 15 (4 ex.) (fig. 8, nos 4 et 5) et des pots Desbat 67 (10 ex.) (fig. 8, no 6) est bien attestée. S’ajoutent trois coupes Desbat 8 ainsi que six assiettes Desbat 3 (fig. 8, no 7). Si les importations rhodaniennes sont de manière générale assez discrètes, les productions « savoyardes » présentent un taux très important (52 %) avec 191 vases inventoriés. Les sigillées luisantes sont dominées tout d’abord par les coupes Lamb. 2/37 avec plus de soixante-sept exemplaires attestés (fig. 8, nos 10 et 11) dont certains possèdent des décors d’ocelles sur la panse. Il faut noter également l’existence d’une coupe décorée de guillochis qui s’apparente au modèle Drag. 37 (fig. 8, no 13), et qui reste inédite pour la région. S’agit-il d’une variante de Lamb. 2/37 ? Se rajoutent une petite coupe Lamb. 3/8 et un modèle à collerette. Par ailleurs, trois coupes à bandeau simple (fig. 8, no 12) évoquent des exemplaires estampés produits également en Bourgogne (Creuzenet, 1996, fig. 14, nos 5 et 11) ou dans le Jura (Charlier, 1996, fig. 6). Cette forme est également attestée dans les productions du Bouchage en Isère (Bleu, Laroche, 2003, fig. 2, nos 12 à 14). Une assiette et une coupelle, imitant respectivement les formes Drag. 18 et Drag. 33 en sigillée (fig. 8, nos 8 et 9), bien attestées à Annecy (André, 2003), sont également présentes. Les mortiers se résument à sept exemplaires du type Lamb. 45. Pour les assiettes, on compte sept vases Lamb. 10 et six Lamb. 4/36, dont un est estampé sur le marli (fig. 9, no 2). Les gobelets présentent un taux important avec plus de cinquante-quatre exemplaires à col tronconique de type Niederbieber 33 (fig. 9, no 1), et deux gobelets tulipiformes ont été repérés. Enfin, six pots à lèvre évasée, forme au demeurant bien attestée à Seyssel en Haute-Savoie (Collectif, 1986, pl. 23), complètent cet inventaire. Il faut signaler, pour finir, la présence de productions marginales comme les céramiques métallescentes. Ces dernières sont représentées par deux assiettes à marli Lamb. 4/36, deux gobelets à col tronconique Niederbieber 33 et deux coupes à bandeau estampées. Les caractéristiques de leur vernis ainsi que de leur pâte indiquent que ces vases ne proviennent pas de Germanie, dont les productions restent très caractéristiques à l’œil nu. Il est difficile de déterminer leur origine en l’absence d’analyses. Enfin, deux plats Hayes 50 en sigillée africaine C figurent également dans ce lot.

Image 10000000000002A6000001EFE8E45171489A56D3.jpgFig. 7. Quantification du mobilier céramique de « la Dent », Meyzieu.

Fig. 8. Horizon 1, mobilier céramique de « la Dent », Meyzieu. 1 à 3. Sigillée Gaule du Centre ; 4 à 7. sigillée Claire B ; 8 à 13. sigillée luisante (éch. 1/3 ; DAO Tony Silvino).

Les céramiques communes

28En nombre de vases, la vaisselle de cuisine reste largement en retrait par rapport aux céramiques de table. Au total, 3685 fragments ont été comptabilisés pour seulement 93 individus. Les productions à pâte siliceuse grise se taillent la part du lion avec soixante-huit vases inventoriés. À l’image de l’ensemble précédemment décrit, les pots à lèvre oblique rainurée sont majoritaires avec vingt-six exemplaires. Les marmites sont représentées exclusivement par des modèles à lèvre débordante (10 ex.). Quant aux plats, quinze exemplaires à lèvre en bourrelet externe (fig. 9, nos 3 et 4) et quatorze à paroi rentrante (fig. 9, nos 5 et 6) ont été repérés. Ils appartiennent au répertoire allobroge (Laroche, 2003, fig. 1). Les céramiques à pâte rouge siliceuse se résument à dix pots à lèvre oblique rainurée (fig. 9, no 9), six marmites à lèvre débordante moulurée (fig. 9, nos 7 et 8) et quatre couvercles. Leurs pâtes sont plutôt semi-grossières. De manière anecdotique, les productions à pâte calcaire comptent uniquement trois mortiers à lèvre pendante. Enfin, un fragment de panse de céramique commune africaine a été repéré dans cet ensemble.

Les amphores

29Le mobilier amphorique est représenté de manière générale par des fragments de panse. Toutefois, un fond de conteneur Almagro 51C originaire de Bétique et un second appartenant à une Africaine 2 (fig. 9, no 10) ont été identifiés.

4.1.2.2. Le verre

30La fouille du site de « la Dent » à Meyzieu a mis au jour un lot de verre conséquent. Parmi les 277 fragments, quelques formes ont été considérées comme étant des fragments résiduels de manière certaine ou appartenant à des phases antérieures au contexte qui nous intéresse ici et n’ont pas été prises en compte pour cette étude. Le verre a déjà fait l’objet d’une analyse réalisée par François Leyge (Leyge, 1990). Il s’agit de fragments pour la plupart verdâtres, vert-bleu ou encore incolores verdâtres. Nous remarquons aussi une quantité non négligeable de verre incolore (28 % du total). Un grand nombre de ces fragments correspond à des panses, dont la forme reste impossible à déterminer. Quelques fragments de formes laissent entrevoir un petit lot assez homogène constitué essentiellement de gobelets et de coupes. Quelques objets se détachent toutefois de ce lot par leurs formes singulières ; c’est notamment le cas d’une cruche barillet et d’un flacon en forme de poisson. Certains vases ont été soufflés à la volée et nous pouvons constater que les mêmes types de gobelets sont connus en plusieurs exemplaires sur le site. Il existe aussi des coupes moulées de facture similaire. Enfin, il faut rappeler le vase en forme de poisson qui renvoie à une technique de fabrication plus poussée avec des détails qui demandent une adresse et une certaine maîtrise du verrier. Ce lot de verre, qui provient d’un contexte daté de la fin du iiie siècle et du début du siècle suivant, se scinde en deux groupes. Le premier lot fait référence à des vases qui sont habituellement datés des iie et iiie siècles alors que d’autres sont des formes connues pour le siècle suivant. Ce lot de verre s’inscrit ainsi dans une évolution des formes du iiie au ive siècle, révélant ici tout son intérêt.

31Plusieurs fragments, pour la plupart en verre incolore ou incolore verdâtre, sont rattachés à la première phase. Il s’agit de gobelets et de coupes dont les formes sont fréquentes au iie siècle, mais sont aussi encore largement présentes dans la seconde moitié du siècle suivant comme le prouvent plusieurs sites de régions plus méridionales. Il existe ainsi deux bords en verre incolore à lèvre légèrement évasée et épaissie dont un exemplaire possède un fil de verre porté sur le haut de la panse (fig. 10, nos 1 et 2). L’allure générale de ces deux vases est cylindrique, mais pourrait aussi apparaître plus piriforme. Un autre bord se distingue quelque peu avec une lèvre rentrante, plus épaisse, et une panse de lèvre tronconique (fig. 10, no 3). Ces gobelets ont été découverts abondamment dans la plupart des régions d’Occident et connaissent une grande diversité de formes : panse cylindrique, ovoïde, piriforme ou encore à dépression. Des fils peuvent être appliqués sur la panse ou encore sur le fond. La plupart de ces gobelets ont des fonds annulaires formés par un repli de la paraison, comme les exemplaires de Meyzieu-la Dent, en verre incolore ou verdâtre, ne possédant en revanche aucun fil appliqué (fig. 10, nos 4 à 6). Ces gobelets, de type Is. 85a et b et AR98.1 et 2, sont souvent datés du début du iie siècle et du début du siècle suivant, tels les exemplaires de la rue des Farges à Lyon (Odenhardt-Donvez, 1983, p. 111-113). Mais il n’est pas rare de les découvrir dans des contextes plus tardifs de la fin de ce siècle, comme les exemplaires de la moyenne vallée du Rhône (Roussel-Ode, 2008, p. 370-381). Un autre type de vase de type AR13, 14 ou 16 s’inscrit dans un schéma de datation identique. Il s’agit de coupes à lèvre évasée épaisse, en verre incolore ou incolore verdâtre moulé (fig. 10, nos 7 et 8). Un fond semble correspondre à cette forme avec un pied haut légèrement évasé en couronne (fig. 10, no 9). Cette vaisselle connaît un essor dès le début du iie siècle jusqu’au début du iiie siècle et est encore attestée dans des contextes plus tardifs notamment à Alba, Vaison-la-Romaine ou encore Orange (Roussel-Ode, 2008, p. 386-392, p. 397-398). Des exemplaires sont connus à Lyon dans des contextes beaucoup plus récents, à savoir rue des Farges (Odenhardt-Donvez, 1983, p. 33-34). Ces quelques fragments, en verre incolore ou incolore verdâtre, renvoient probablement au début de la phase d’occupation du site.

Fig. 9. Horizon 1, mobilier céramique de « la Dent », Meyzieu. 1 et 2. Sigillée luisante ; 3 à 6. céramique commune grise ; 7 à 9. céramique commune rouge ; 10. amphore africaine (éch. 1/3 ; DAO Tony Silvino).

Fig. 10. Horizon 1, mobilier en verre de « la Dent », Meyzieu (éch. 1/2 ; DAO Laudine Robin).

32Le récipient en forme de poisson peut également être rattaché à ce premier groupe, malgré sa singularité (fig. 10, no 10). Appartenant à la série des vases zoomorphes, il fait référence au type Is. 95a. En verre incolore verdâtre, il possède un fil appliqué de couleur vert olive qui matérialise les yeux, la bouche et les ouïes. Trois nageoires, en partie fragmentées, sont positionnées sur le ventre et une nageoire caudale est agrémentée de stries horizontales. L’ouverture du vase se situe sur le dos, formée d’un col court avec une lèvre repliée vers l’extérieur. Deux anses lui sont attachées, à la manière des anses d’aryballe. Les exemples sont rares dans l’Empire romain et les comparaisons semblent établir une production du iiie siècle, tels les exemplaires des musées de Cologne et d’Autun (Fermersdorf, 1961, Tafel 4, 5, 6, p. 19-20). Notre exemplaire se différencie des autres vases par son embouchure, dans la mesure où les autres individus possèdent une embouchure au niveau de la queue de l’animal.

33Le second lot de verre comprend des formes se rattachant au ive siècle. Le verre est de couleur verdâtre, vert-bleu ou encore incolore verdâtre. Une série de gobelets forme un lot homogène et représente un type assez fréquent pour cette période. Quatre bords à lèvre légèrement évasée, possédant un étranglement en haut de la panse, ont une allure générale tronconique (fig. 10, nos 11 à 14) ; les diamètres oscillent entre 6,5 et 10 cm. Trois fonds sont assimilables à cette forme et relèvent ainsi de deux types de gobelet : un fond étroit et fortement repoussé laisse entrevoir un gobelet élancé de type Is. 106b1 ou AR 73 (fig. 10, no 15) ; les deux autres fonds sont formés par un pied rajouté au bas de la panse formant un bourrelet annulaire. Ces derniers se rapprochent de la forme Is. 109 ou AR 73 (fig. 10, nos 16 et 17). Ces gobelets, qui connaissent quelques variantes, constituent une forme répandue dans le courant du ive siècle. Malgré leur forme incomplète, ces quelques fragments se rattachent à la longue lignée de gobelets à bord évasé et coupé à vif, laissé brut. Leur forme est élancée et possède parfois quelques incisions ou décors rajoutés, ce qui n’est pas le cas pour nos fragments. Assimilés à la forme Foy 3, ces exemplaires fragmentés sont aisément reconnaissables et possèdent de nombreux parallèles dans le sud de la Gaule. Une prédominance de ces formes a été remarquée dans la seconde moitié du ive siècle (Foy, 1995, p. 192-193). Les premiers exemplaires sont pour la plupart en verre incolore, incolore verdâtre ou bleuté, tandis que la couleur olivâtre remplace ces teintes claires plus tardivement. Les exemples sont fréquents mais nous retiendrons surtout le site de l’hôtel de Gadagne, à Lyon, avec des fragments de gobelets identiques, dans des teintes similaires (hormis l’apparition du verre olivâtre de manière restreinte), et révélant un important point de comparaison pour le site de Meyzieu (Foy, 1995, p. 207, pl. XII, p. 212). Les datations se portent à la fin du ive siècle et au premier tiers du ve siècle. Un autre fragment peut s’insérer dans ce lot du début du ive siècle, mais de manière incertaine. Il s’agit d’une panse de barillet, qui révèle ainsi l’unique récipient à verser (fig. 10, no 18). Les barillets sont une forme connue pour le iie siècle, mais ces récipients font de nouveau leur apparition au ive siècle et se distinguent par l’ajout d’une deuxième anse (type Is. 128). Ce fragment de panse ne permet pas de préciser s’il s’agit d’une cruche à une ou deux anses. Nous ne pouvons donc pas certifier qu’il s’agisse d’un fragment bien daté et non d’un mobilier résiduel.

34Le lot de verre du site de Meyzieu comprend des formes assez fréquentes pour les périodes concernées. Il représente assez bien ces productions standardisées et diffusées à grande échelle en Occident. Le service à présenter et à boire est dominant avec en particulier les gobelets, mais aussi quelques coupes. Les couleurs du verre sont incolores ou dans des teintes claires. Il faut noter cette transition entre les vases incolores soufflés à la volée ou moulés et la série des gobelets élancés de facture simple. Il est envisageable qu’il y ait eu une période de transition de plus ou moins grande durée entre ces deux types de production.

4.1.2.3. Le numéraire

  • 14 Par « Empire central », on distingue le monnayage des empereurs officiels reconnus par le Sénat que (...)

35Les cinquante et une monnaies récoltées dans les niveaux tardifs du site constituent un échantillon remarquable des pièces en circulation à la fin du iiie siècle/début du ive siècle (fig. 11). Leurs frappes s’étirent sur une cinquantaine d’années, exception faite d’un as de Commode. Les monnaies les plus anciennes du lot sont deux antoniniani peu usés de Trajan Dèce et de Valérien I frappés à Rome respectivement en 249-251 et en 257. L’inventaire est complété par neuf antoniniani de « l’Empire central »14. Parmi ces monnaies, on recense trois antoniniani de Gallien – un frappé en 266-267 à Siscia et deux émanant de Rome (émission de 267-268 dite « du bestiaire ») –, quatre antoniniani de Claude II le Gothique tous issus de l’atelier de Rome en 269-270 et, enfin, deux antoniniani de consécration de Claude II (monnaies posthumes frappées à Rome entre 270 et 273). Certaines monnaies de Claude II sont très peu usées. Les monnaies de « l’Empire gaulois » frappées dans les ateliers semi-officiels ou réguliers gaulois (en opposition aux monnaies d’imitations frappées dans des ateliers irréguliers locaux de contrefaçon du même empire) sont représentées par un antoninianus de Victorin frappé à Trèves en 271 et deux antoniniani de Tétricus de 272 (ateliers de Trèves et Cologne). Le cortège des monnaies frappées dans les années 270 est constitué également de cinq aureliani frappés après la chute de l’Empire gaulois : un aurelianus d’Aurélien émis à Ticinum (Italie) en 274 et surtout quatre aureliani de Probus, tous produits dans l’atelier de Lyon entre 277 et 281. La monnaie officielle la plus récente extraite de niveaux datés de la fin du iiie siècle/ début du ive siècle est un nummus frappé, lui aussi, à Lyon en 295 au nom de Constance Chlore « César ».

Règne/Période

Type monétaire (référence)

Atelier

Nbr. d’ex.

Commode (180-192)

As (BMC V, no 722) (pièce fruste et percée d’un trou carré)

Rome (191-192)

1

Trajan Dèce (249-251)

Antoninianus (RIC IV/II, no 21b)

Rome (249-251)

1

Valérien I (253-260)

Antoninianus (RIC V/1, no 106)

Rome (257)

1

Gallien (253-268)

Antoninianus (RIC V/1, no 565)

Siscia (2e émission, 266-267)

1

Gallien (253-268)

Antoninianus (RIC V/1, no 176)

Rome (émission du bestiaire, 267-268)

1

Gallien (253-268)

Antoninianus (RIC V/1, no 180)

Rome (émission du bestiaire, 267-268)

1

Claude II (268-270)

Antoninianus (RIC V/1, no 104)

Rome (2e émission, 269)

1

Claude II (268-270)

Antoninianus (RIC V/1, no 91)

Rome (2e émission, 269)

1

Claude II (268-270)

Antoninianus (RIC V/1, no 15)

Rome (3e émission, 270)

1

Claude II (268-270)

Antoninianus (RIC V/1, no 110)

Rome (3e émission, 270)

1

Divo Claudio (270-273)

Antoniniani (RIC V/1, nos 266, 267) (aigle et autel)

Rome (270-273)

2

Divo Claudio (270-300)

Antoniniani, imitations

Ateliers irréguliers (270-300)

2

Victorin (269-271)

Antoninianus (Elmer, no 743)

Trèves (9e émission, 271)

1

Tétricus I (271-274)

Antoninianus (Elmer, no 787)

Trèves, 6e émission, 272

1

Tétricus I (271-274)

Antoninianus (Elmer, no 877)

Cologne 6e émission, 272)

1

Aurélien (270-275)

Aurelianus (RIC V/1, no 137)

Ticinum (6e émission, 274)

1

Probus (276-282)

Aurelianus (RIC V/2, no 19/Bastien, IX, no 184)

Lyon (4e émission, 277)

1

Probus (276-282)

Aurelianus (RIC V/2, no 86/Bastien, IX, no 22)

Lyon (5e émission, 277/278)

1

Probus (276-282)

Aurelianus (RIC V/2, no 89/Bastien, IX, no 318)

Lyon (7e émission, 281)

1

Probus (276-282)

Aurelianus (RIC V/2, no 75/Bastien, IX, no 348)

Lyon (8e émission, 281)

1

Imitations radiées Tétricus (271-300)

Antoniniani, imitations (dont prototype, Elmer, no 787)

Ateliers irréguliers (dont imitations de Cologne et Trèves)

2

Imitations radiées Tétricus « César » (271-300)

Antoniniani, imitations (dont prototype, Elmer, no 795)

Ateliers irréguliers (imitations de Trèves)

2

Imitations radiées Empire gaulois (271-300)

Antoniniani, imitations

Ateliers irréguliers

24

Constance Chlore « César » (293-305)

Follis (RIC VI, no 4a/Bastien, XI, no 15)

Lyon (295)

1

Fig. 11. Répartition des types monétaires par règne ou par horizon de « la Dent », Meyzieu.

36Enfin, l’inventaire de ce lot ne saurait être complet sans l’évocation de la présence soutenue de vingt-huit imitations radiées d’antoniniani de « l’Empire gaulois » et de deux imitations du type Divo Claudio (monnaie de consécration de Claude II) ; elles sont associées à des frappes officielles parfois plus anciennes. Par ailleurs, il faut souligner aussi la présence singulière, dans ce contexte, d’un as de Commode (émission de 191-192) très usé et percé d’un trou carré. Un sesterce de Gordien III (238-244) très usé et également percé par un coup de poinçon carré a été mis au jour dans le comblement du fossé Us 278 sur le site de Lyon, « Périphérique nord 2 », daté du milieu du ive siècle.

37Comme nous l’avons vu, le nummus de Constance Chlore « César » constitue le terminus post quem des émissions officielles de ce lot. L’absence totale de monnaies de la dynastie constantinienne des années 310/340, notamment les types Soli Invicto Comiti, Beata Tranquillitas taillés au 1/96e de livre, Urbs Roma, Constantinopolis et surtout Gloria Exercitus ou Victoriae Dd Augg Q Nn, frappés massivement entre 331 et 348, confirme une désaffection du site vers les années 310/320. La présence de deux nummi de Julien II « César » (années 355-360) (RIC VIII, no 199-200) et de Valentinien I (années 367-375) (RIC IX, no 10a), tous deux émis à Lyon, relève plus d’une fréquentation épisodique ou très ponctuelle du site, lors de la récupération de matériaux ( ?), que d’une occupation durable et constante des lieux dans les années 355 à 375.

4.1.2.4. Datation

38À l’image de l’ensemble précédemment décrit, l’association de coupes Desbat 15, de pots Desbat 67 ainsi que des assiettes type 6 de Saint-Péray en sigillée Claire B est caractéristique du iiie siècle (Desbat, 1988 ; Desbat, 2002 ; Bonnet et alii, 2003 ; Silvino, 2007). L’indice de fréquence relativement importante des sigillées luisantes atteste une datation plus récente, correspondant à fin du iiie siècle ou au début du siècle suivant. Les plats en sigillée africaine Hayes 50 ainsi que les céramiques communes vont en ce sens (Hayes 1972 ; Bertrand, 1997 ; Ayala, 1998 ; Silvino, 2007). L’analyse du verre permet également de confirmer cette chronologie, avec toutefois des éléments qui peuvent se rattacher plutôt au ive siècle, dans la mesure où ils sont bien attestés dans des ensembles du sud de la Gaule pour cette période (Foy, 1995, p. 192-193). Quant à l’expertise du numéraire, elle corrobore parfaitement la fourchette chronologique de la fin du iiie siècle et du début du siècle suivant.

4.1.3. Beynost (ZAC des Grandes Terres)

4.1.3.1. Le mobilier céramique

39Cet ensemble de 72 fragments pour seulement quatorze individus provient du comblement de fosses localisées dans la pars rustica d’une villa. Il comprend exclusivement des céramiques fines et des céramiques communes, les amphores n’étant pas représentées (fig. 12). La sigillée luisante constitue l’essentiel de la vaisselle de table. Les formes présentes sont l’assiette Lamb. 4/36 (fig. 13, no 2), un plat à lèvre débordante à gorge supérieure et un gobelet à col tronconique muni de dépressions. Le dernier représentant de la céramique sigillée gauloise est une coupe de type Lezoux 043A (fig. 13, no 1). Un témoin du commerce méditerranéen est signalé par la forme d’une coupe de type Hayes 46-1 en sigillée africaine C (fig. 13, no 3), bien attestée à la fin du iiie siècle et au début du siècle suivant (Hayes, 1972, p. 65).

Fig. 12. Quantification du mobilier céramique de la « ZAC des Grandes Terres », Beynost.

Fig. 13. Horizon 1, mobilier céramique de la « ZAC des Grandes Terres », Beynost. 1. Sigillée Gaule du Centre ; 2. sigillée luisante ; 3. sigillée africaine C ; 4 et 5. céramique commune grise (éch. 1/3 ; DAO Christine Bonnet).

40Parmi les céramiques communes, les vases à pâte siliceuse cuits en mode B sont les plus nombreux. Les pots présentent un col associé ou non à une lèvre en bourrelet. Les jattes sont apparentées au modèle du répertoire allobroge (Laroche, 2003, fig. 1, no 6) ou à profil caréné (fig. 13, no 4). Les plats sont des modèles à bord rentrant (fig. 13, no 5) (ibid., fig. 1, no 11). La céramique commune à pâte rouge livre deux marmites, dont un modèle issu de la marmite lyonnaise à lèvre pendante de l’époque flavienne et un autre avec une lèvre en bourrelet orné d’une gorge supérieure. Un mortier à collerette courte, dont la forme s’apparente à celle des modèles à pâte rouge de l’Antiquité tardive (Ayala, 1998, fig. 29, no 125), est élaboré dans une pâte claire calcaire.

4.1.3.2. L’instrumentum

41La fouille de la villa « des Grandes Terres » à Beynost a livré deux grandes fosses au sein de la pars rustica (bâtiment B) datées de la fin du iiie siècle ou du début du ive siècle. Ces deux structures fossoyées, F415 et F444, rassemblent respectivement 18 et 262 objets et fragments d’objets principalement en métal (fer et bronze) (Motte et alii, 2008).

42Pour la fosse 415, le matériel est constitué de onze éléments en alliage cuivreux et sept en fer, et ne présente pas d’objet particulier permettant d’illustrer une évolution typo-chronologique. Au contraire, les éléments de coffre et/ou de coffret sont analogues aux formes des ier et iie siècles, avec notamment la présence de plaques appartenant sans doute à des serrures fonctionnant par soulèvement (entrée de serrure en forme de L). Quant à la fosse 444, hormis les nombreux clous ou les multiples fragments de plaques indéterminées, le matériel en fer présente un lot de treize douilles coniques se terminant en pointe dont l’identification reste problématique (90 mm de haut pour un diamètre n’excédant pas 20 mm). Trois petits pênes de serrures fonctionnant par soulèvement ou retrait viennent en complément des trois plaques de serrure provenant de la fosse 415. L’essentiel des objets en bronze est lié aux garnitures de coffres et de coffrets, notamment les éléments de charnière, les appliques de forme discoïdale et les cabochons ornant la tête de clous en fer. Une statuette de Mercure (haute de 55 mm) présente les attributs caractéristiques de la divinité (bourse dans le creux de la main droite, caducée et petits ailerons sur la tête, prenant naissance dans la chevelure) dans un style dit « gaulois » (Boucher, 1973), debout à droite et déhanchée. Le traitement et la finition de cet objet sont assez sommaires et pourraient indiquer une production locale. Ce type de statuette semble bien attesté aux iie-iiisiècles (ibid., p. 67). Une cuillère en bronze présente un cuilleron en forme de bourse et un manche court de forme rectangulaire. Son aspect rudimentaire et la présence de barbelures renvoient vers une production locale. La forme de cette cuillère, correspondant aux séries du iiie siècle, constitue le seul élément typo-chronologique fiable dans ce lot. Son cuilleron se rapproche de celui des cuillères en argent (certes beaucoup plus luxueuses) présentes dans le trésor de Charavay, à Lyon-Vaise, enfoui vers 258-260/270 (Aubin et alii, 1999).

43Le lot de mobilier présent dans ces deux fosses renvoie à des activités métallurgiques liées au travail des alliages cuivreux et peut-être du fer. Une part du mobilier semble constituer le reliquat d’une réserve de métal. L’ensemble du peut en effet se rapporter à l’activité d’un bronzier, avec des objets en cours de fabrication et destinés à la refonte (cuillère, charnières et statuette), production semble majoritairement tournée vers la fabrication de garnitures ameublement. La fonte est illustrée par deux de creusets et neuf coulures de auxquels il faut associer trente-deux chutes de tôles pro de découpes de mise en forme et ou d’ajustement. Pour certaines pièces il est difficile de déterminer s’il s’agit d’éléments plus anciens récupérés et destinés au recyclage ou d’éléments produits sur le site.

4.1.3.3. Le numéraire

44Une seule monnaie a été découverte dans un contexte daté de la fin du iiie siècle/début du ive siècle (fig. 14). Elle a été recueillie dans4 le comblement de la fosse 444. Il s’agit d’un antoninianus de Valérien I frappé à Rome en 257 (RIC V/1, no 106 var.). Le revers de cette monnaie présente le même thème iconographique (Oriens Aug) que l’antoninianus de Valérien de Meyzieu « la Dent » (RIC V/1, no 106). On ne peut que constater, une nouvelle fois, à l’image du site de Meyzieu « La Dent », la présence d’un antoninianus du milieu du iiie siècle dans le circuit monétaire de la fin du iiie siècle/début du ive siècle.

Règne

Type monétaire (Réf.)

Atelier

Nbr. d’ex.

Valérien (253-260)

Antonianius (RIC V/1, no 106)

Rome (257)

1

Fig. 14. Description du numéraire de la « ZAC des Grandes Terres », Beynost.

4.1.3.4. Proposition de datation

45Malgré des quantités assez faibles, l’analyse des différents mobiliers permet tout de même d’appréhender un horizon précis. Pour ce qui concerne les céramiques, la présence de formes en sigillée luisante permet de fixer un terminus post quem à la fin du iiie siècle ou au début du ive siècle, ce que confirme la chronologie du plat en sigillée africaine Hayes 46-1. Quant aux céramiques communes, les formes appartenant au répertoire allobroge sont encore attestées jusqu’au début du ive siècle (Laroche, 2003). La monnaie de Valérien I frappée en 257 ne peut que corroborer cette proposition de datation.

4.1.4. Synthèse

  • 15 Il semble que la plupart des contextes ruraux des iie et iiie siècles découverts dans la région lyo (...)
  • 16 Après discussion avec différents céramologues de la région, il semblerait que cette vaisselle appar (...)

46La synthèse pour cette période porte principalement sur le mobilier céramique. Les céramiques fines présentent des taux variables suivant les contextes (fig. 15). En effet, si les taux du « Périphérique Nord » (Lyon-Vaise) et dans une moindre mesure de Beynost, s’intègrent parfaitement dans la norme des contextes d’habitat autant ruraux qu’urbains, celui de la villa de Meyzieu (74 %) en revanche reste assez inhabituel. L’origine de cette « anomalie » provient du lieu de découverte des céramiques, à savoir la partie résidentielle de la villa, qui en règle générale offre d’avantage de céramiques fines destinées au service de table que de céramiques communes ou d’amphores, localisés plus vers les annexes de la pars urbana (cuisines, pièces de stockage, etc.). Parmi les différents types de productions répertoriés, force est de constater que les sigillées gauloises sont toujours attestées à la fin du iiie siècle. Il ne s’agit pas de mobilier totalement résiduel, dans la mesure où les ateliers du Centre, notamment, continuent à produire et à exporter au cours du iiie siècle (Bet, Vertet, 1986 ; Delage, 2003). Elles sont encore bien attestées dans les ensembles lyonnais du milieu et de la seconde moitié du iiie siècle (Bonnet et alii, 2003 ; Silvino, 2007). Le déclin des sigillées méridionales est, en revanche, bien attesté au iiie siècle. Aussi, les éléments inventoriés dans ces ensembles sont probablement en position résiduelle. Les formes repérées appartiennent pour la plupart aux modèles du Haut-Empire. Il faut signaler la présence de formes de Lezoux, bien attestées au iiie siècle à Lyon, à savoir des mortiers Drag. 45 ou des gobelets Déchelette 72. Certaines coupes Drag. 37 présentent par ailleurs des décors de mauvaise qualité et des vernis rouge-orangé, caractéristiques des productions de la seconde moitié du iiie siècle (Bet, Delor, 2000). Les sigillées Claire B, originaires de la moyenne vallée du Rhône, bien attestées depuis le iie siècle à Lyon (Desbat, 1988), sont d’avantage présentes sur le site du « Périphérique Nord » que dans les autres contextes. En effet, à Lyon-Vaise, leur taux par rapport à l’ensemble des céramiques fines est de 29 % (40 vases), alors qu’à Meyzieu, il atteint seulement 8 % (22 vases). À Beynost, aucun élément n’a été identifié. D’après ces données, la plaine de Vaise semble être plus dépendante du courant commercial rhodanien que les sites de l’Est lyonnais, qui apparaissent d’avantage tournés vers les marchés de la cité de Vienne. Parmi les formes repérées, l’association classique des pots Desbat 67 et coupes Desbat 15 est bien attestée, notamment dans les ensembles lyonnais du iiie siècle (Desbat, 1988 ; Bonnet et alii, 2003 ; Silvino, 2007). Ils sont accompagnés de formes habituelles comme les assiettes Saint-Péray 6 ou les coupes Desbat 8. Les médaillons d’applique ne sont visibles que sur le site du « Périphérique Nord ». Ces vases remarquables semblaient n’être destinés qu’à la population urbaine et périurbaine15. Par ailleurs, les sigillées luisantes se taillent la part du lion. Si cette vaisselle semble être commercialisée dès la fin du iie siècle dans les régions alpines (Collectif, 1986 ; André, 2003)16, elle n’arrive à Lyon qu’à la fin du iiie siècle ou au début du siècle suivant, et avec un indice de fréquence encore peu important (Becker, Jacquin, 1989 ; Silvino, 2007). Or, le taux des sigillées luisantes dans les ensembles ruraux s’avère assez conséquent pour la même période. De même, la variété des formes est relativement importante sur l’ensemble des sites, avec toutefois une majorité de coupes hémisphériques Lamb. 2/37 et de gobelets à col tronconique type Niederbieber 33. Le répertoire reprend à la fois des formes de sigillées (Drag. 37, Drag. 45, Drag. 33, Drag. 18) et de sigillées Claire B (Lamb. 3/8, Lamb. 4/36, Lamb. 9B) ou propose de nouvelles formes (coupe à bandeau, gobelet tulipiforme, pot à lèvre évasée). Leurs origines peuvent être multiples. Les sites ont pu ainsi être approvisionnés aussi bien par des officines savoyardes (Thonon-les-Bains, Annecy, ateliers autour du lac du Bourget, Aoste, etc.) que par des centres de productions plus proches qui restent encore malheureusement assez méconnus. En position secondaire, les céramiques métallescentes figurent également dans ces ensembles avec les formes habituelles comme les gobelets à col tronconique, coupes à bandeau ou assiettes Lamb. 4/36. Quant à leur provenance, leurs origines peuvent être multiples. Des analyses effectuées sur du mobilier lyonnais ont montré une variété de centres de production : Toulon-sur-Allier, Gueugnon, Lezoux, divers Centre Gaule et région des Trévires (Desbat, Picon, 1996). Toutefois, un examen à l’œil nu des pâtes et des vernis permet de reconnaître dans ce groupe les productions de Trèves et de Lezoux. Pour finir, les sigillées claires africaines font figures de parents pauvres dans ce lot avec seulement quatre vases inventoriés, dominés par les plats Hayes 50 en sigillée Claire C.

Fig. 15. Répartition des formes des céramiques fines recensées (horizon 1).

47Les céramiques communes (fig. 16) sont nettement dominées par les productions à pâte siliceuse cuites en mode B. Les vases fermés sont avant tout représentés par les pots ovoïdes à lèvre oblique simple ou rainurée, forme produite également en pâte rouge. Parmi les formes ouvertes, les marmites sont bien présentes avec les modèles à lèvre débordante ou quadrangulaire, accompagnées de jattes à lèvre en bourrelet, qui rejoignent le répertoire des céramiques allobroges. Les plats sont également assez nombreux, se partageant entre les modèles à lèvre triangulaire et ceux à paroi rentrante. Leurs centres de production restent encore mal définis, de même pour les céramiques dites « allobroges », dont les ateliers sont encore à rechercher dans la région du Dauphiné (ouest du département de l’Isère) (Laroche, 2003). Les céramiques communes rouges à pâte siliceuse possèdent un indice de fréquence moins important dans les trois ensembles. À l’image des productions à pâte grise, les pots ovoïdes sont majoritaires avec notamment les modèles à lèvre oblique rainurée, produits également en pâte grise. Des exemplaires à lèvre en amande oblique sont originaires du Val de Saône. Au sein des formes ouvertes, les marmites restent majoritaires avec des exemplaires à lèvre débordante moulurée et d’autres à lèvre quadrangulaire. Les jattes et les plats sont totalement absents. Pour finir avec les céramiques communes, les productions à pâte calcaire restent très en retrait. De tous les ensembles, seul celui de rue Mouillard (Lyon-Vaise) présente un lot conséquent. Les formes se résument tout d’abord à des mortiers à lèvre pendante et à des modèles à collerette. Si les premiers peuvent correspondre à des éléments résiduels, les seconds annoncent d’ores et déjà l’Antiquité tardive. Suivent les cruches qui présentent deux types de lèvre : en bourrelet et triangulaire. La présence marginale des céramiques communes claires est assez flagrante, informant de la disparition progressive des pâtes calcaires dans la vaisselle de cuisine. De manière générale, le faciès des céramiques communes rejoint celui des contextes urbains lyonnais avec toutefois une plus grande variété de formes (Bonnet et alii, 2003 ; Silvino, 2007). Quelques parallèles sont également perceptibles avec le mobilier du territoire de la cité de Vienne, notamment en ce qui concerne les plats à pâte grise d’obédience allobroge (Batigne-Vallet, 2003, fig. 4).

Fig. 16. Répartition des formes des céramiques communes recensées (horizon 1).

  • 17 Les études du mobilier du Parc Saint-Georges à Lyon ont montré l’importance des importations des Ga (...)
  • 18 Plusieurs exemplaires inventoriés dans ces ensembles sont des modèles du iie siècle.

48Les vestiges amphoriques restent de manière générale assez anecdotiques dans les trois ensembles, fait également constaté dans les contextes ruraux du Haut-Empire (Motte, 1999 ; Nuoffer et alii, 2006). À l’image des importations des ier et iie siècles, les régions d’exportation représentées restent avant tout le sud de la Gaule et la province de la Bétique. En effet, le vin de Narbonnaise continue à affluer par l’intermédiaire des amphores « pérennes » Gauloise 4, sans qu’elles soient en position résiduelle17. Du sud de la péninsule ibérique, provient l’huile de Bétique par l’intermédiaire des modèles avatars de Dressel 20, qui annoncent les amphores de contenance inférieure Dressel 2318. Toujours de cette province provient l’Almagro 51C recueilli sur le site de Meyzieu, transportant probablement des saumures. Outre la présence d’un conteneur vinaire de Rhodes, les importations africaines sont également attestées avec l’existence d’une amphore cylindrique de moyenne dimension Africaine 2, dont le contenu reste encore à définir : vin et/ou saumures (Bonifay, 2004 ; Silvino et alii, 2007).

4.2. Horizon 2 : première moitié du ive siècle

49Pour cet horizon chronologique, seul le premier ensemble de Vénissieux présente un lot de mobiliers, uniquement constitué de céramiques. Il s’agit ainsi d’un ensemble assez pertinent pour la compréhension de l’évolution des faciès céramiques des campagnes lyonnaises.

50Les 618 fragments ou 71 vases recueillis dans le comblement d’une fosse comprennent un certain nombre de vases manifestement en position résiduelle (fig. 17, 18 et 19). C’est, dans tous les cas, ce que nous pouvons affirmer pour les céramiques sigillées de types Drag. 27 ou Drag. 24/25 du sud de la Gaule et pour le fragment de coupe de type Drag. 29 issue des ateliers du Centre. Le reste de la vaisselle de table se compose pour l’essentiel de sigillée Claire B rhodanienne avec deux coupes de type Desbat 15, un plat de type Desbat 2 et six bords lacunaires indéterminés. Il s’agit de toute évidence de formes dites « anciennes » produites au iiie siècle (Desbat, 1988). Les productions des ateliers du ive siècle paraissent être absentes. Les sigillées luisantes alpines sont représentées par trois coupes Lamb. 2, deux mortiers Lamb. 45, un gobelet proche du type Portout 65, un couvercle de type Lamb. 18 et surtout une coupe carénée Lamb. 1/3, vase évolutif du modèle Lamb. 2/37, absent dans ce lot. La céramique métallescente et les sigillés africaines A et C n’apparaissent qu’à l’état de fragments dont la forme n’est pas identifiée.

51La céramique commune grise à pâte siliceuse est dominante avec des pots (11 ex.), des plats (9 ex.), des marmites ou jattes (3 ex.) et des couvercles (2 ex.). Un certain nombre de vases sont trop mal conservés pour être identifiés. Parmi les pots, le modèle à bord vertical rainuré (fig. 20, nos 5 à 7) compte trois exemplaires. Un pot présente un col et une lèvre en amande oblique (fig. 20, no 4) qui rappelle des exemplaires répertoriés à Lyon aux ive et ve siècles (Ayala, 1998, fig. 30, nos 129 et 135). Plusieurs pots sont équipés de lèvre en bourrelet (fig. 20, nos 9 et 10), mais les fragments sont trop petits pour être classés avec précision. Cinq plats sur neuf présentent un bord rentrant (fig. 20, no 14) (Laroche, 2003, fig. 1, no 11 ; Ayala, 1998, fig. 27, no 81). D’autres offrent une simple lèvre arrondie (fig. 20, no 13) ou une lèvre arrondie avec un biseau interne (fig. 20, no 11). Un autre est le plat à lèvre quadrangulaire oblique allobroge (fig. 20, no 12) (Laroche, 2003, fig. 1, no 9). Parmi les trois jattes ou marmites, l’une se rapproche du modèle caréné du répertoire allobroge (Laroche, 2003, fig. 1, no 6 ; Ayala, 1998, fig. 27, no 85 et fig. 30, no 134) et deux autres, mal conservées, présentent un col et une lèvre triangulaire. Parmi les deux couvercles, l’un présente un simple bord arrondi, alors que l’autre offre une collerette à l’instar du couvercle à collerette du répertoire allobroge (Laroche, 2003, fig. 1, no 5 ; Leblanc, 2007, fig. 192). La céramique commune rouge est peu abondante. Un pot à lèvre en amande verticale (fig. 20, no 1) est élaboré dans une pâte dure, le bord est noirci à l’instar des vases produits au ive siècle dans la moyenne vallée du Rhône (Bonnet, Batigne-Vallet, 2002, p. 16, no 1). Les trois autres vases rouges sont des formes ouvertes : une marmite à lèvre débordante moulurée (Ayala, 1998, fig. 29, no 126), une jatte à bandeau large (fig. 20, no 3) (Ayala, 1998, fig. 26, no 68 ; Silvino, 2007, fig. 12, no 6) et une autre à panse arrondie et lèvre en bourrelet dont l’épaule porte deux bandes décorées à la molette (fig. 20, no 2). Quant aux céramiques communes à pâte calcaire, elles sont totalement absentes du lot.

Catégorie

Type de production

Nbre tessons

NMI

Céramique fine

Sigillée Claire B
Sigillée luisante
Sigillée du Centre
Sigillée du Sud
Métallescente
Sigillée africaine C
Sigillée africaine A
Peinte
Indéterminé

29
50
1
23
1
2
2
1
1

9
10
1
8
1
1
1
1
1

Total

110

33

Céramique
commune

Commune noire
Commune rouge
Commune claire

355
50
51

29
4
1

Total

456

34

Amphore

Gaule du Sud
Afrique
Péninsule ibérique
Indéterminé

30
2
8
12

1
1
1
1

Total

52

4

TOTAL

618

71

Fig. 17. Quantification du mobilier céramique de la « place de la Paix 1 », Vénissieux.

Production

Groupe

Forme

Vénissieux 1

Sigillée luisante

Coupe
mortier
couvercle

Lamb. 1/3
Lamb. 2
Lamb. 45
Lamb. 18

1
1
2
1

Sigillée Claire B

Coupe
assiette
indéterminé

Desbat 15
Desbat 2

2
1
6

Sigillée du Centre

coupe

Drag. 29

1

Sigillée du Sud

coupelle

Drag. 27
Drag. 24/25

1
1

Fig. 18. Répartition des formes des céramiques fines recensées (horizon 2).

Production

Groupe

Forme

Vénissieux 1

Commune grise

Pot
jatte
plat
couvercle

lèvre oblique rainurée
lèvre oblique
lèvre en bourrelet
indéterminé
carénée
lèvre triangulaire
lèvre arrondie
paroi rentrante
lèvre oblique allobroge
simple
collerette

3
1
2
6
1
2
2
5
2
1
1

Commune rouge

Pot
marmite
jatte

lèvre en amande verticale
lèvre débordante moulurée
bandeau large
lèvre en bourrelet

1
1
1
1

Fig. 19. Répartition des formes des céramiques communes recensées (horizon 2).

Fig. 20. Horizon 2, mobilier céramique de la « place de la Paix 1 », Vénissieux. 1 à 4. Céramique commune rouge ; 5 à 14. céramique commune grise (éch. 1/3 ; DAO Christine Bonnet).

52Les 52 fragments d’amphores, essentiellement des panses, livrent très peu d’informations et sont, pour une grande part, résiduels dans cet ensemble tardif. Ils se partagent entre conteneurs gaulois indéterminés, conteneurs hispaniques de type Dressel 20 et Dressel 28, et conteneurs africains indéterminés.

53La proposition de datation de cet ensemble se base tout d’abord sur la vaisselle fine notamment sur les sigillées luisantes, avec la présence d’une coupe Lamb. 1/3. Ce modèle remplace progressivement le modèle Lamb. 2/37 au cours de la première moitié du ive siècle dans la mesure où la plupart des lots du milieu de ce siècle livrent essentiellement des coupes carénées (Ayala, 1998 ; Silvino, 2007). Quant aux sigillées Claire B, il s’agit principalement de productions du iiie siècle. Le visage des céramiques communes diffère légèrement de celui des ensembles décrits précédemment. Ainsi, les pots à lèvre en amande verticale correspondent aux productions de la moyenne vallée du Rhône du ive siècle (Bonnet, Batigne-Vallet, 2002, fig. 12, no 6). Par conséquent, ce lot semble se situer dans la première moitié du ive siècle.

4.3. Horizon 3 : milieu du ive siècle

4.3.1. Saint-Priest (rue Minerve)

54Le comblement des structures en creux du site « rue Minerve » à Saint-Priest ont livré une grande diversité de mobiliers (céramiques, verre, objets et monnaies), permettant de constituer un ensemble de référence pour le milieu du ive siècle.

4.3.1.1. Le mobilier céramique

55Le mobilier céramique compte 970 fragments et 136 individus, présentant de manière générale un bon état de conservation, notamment en ce qui concerne les céramiques à revêtement argileux (fig. 21).

56En terme de nombre de vases, les céramiques fines égalent les céramiques communes, avec soixante-cinq individus inventoriés. La vaisselle de table est avant tout représentée par les sigillées luisantes avec cinquante-six vases. Les formes récurrentes restent les14coupes carénées présentant différents modules0, avec5 cm des décors variés (barbotine, poinçons) (fig. 22, nos 1 et 3). Un exemplaire est équipé d’un manche (fig. 22, no 2). Suivent deux coupes Lamb. 19, trois coupes sur pied Portout 34 et un modèle caréné Portout 36 (var. 74). Les mortiers sont également présents avec sept exemplaires à bandeau Lamb. 45 (fig. 22, no 4), un modèle à collerette verticale Portout 15 (fig. 22, no 5) et un dernier équipé d’un bec verseur (fig. 22, no 6). Une assiette Lamb. 10 résume les formes basses. Quant aux gobelets, deux individus à col tronconique de type Niederbieber 33 et un troisième de type Lamb. 14/26 (fig. 22, no 7) ont été inventoriés. Les sigillées Claire B de la moyenne vallée du Rhône sont également attestées mais avec seulement sept individus. Pour les coupes, on retrouve un modèle Desbat 15 (fig. 23, no 1) et un modèle Desbat 8/Lamb. 2, bien attesté à Lyon et dans la vallée du Rhône au ive siècle (Ayala, 1998, fig. 23, no 17 ; Silvino, 2007, fig. 17, no 3) (fig. 23, no 2). Un pot Desbat 67 complète ce lot. Pour les formes basses, une assiette Desbat 2 et deux autres Desbat 3 ont été repérées (fig. 23, no 3). En position résiduelle, une coupe Drag. 37 et une coupelle Drag. 33 issues des ateliers du centre de la Gaule figurent également dans cet ensemble.

Catégorie

Type de production

Nbre tessons

NMI

% NMI

Céramique fine

Sigillée luisante
Sigillée Claire B
Sigillée du Centre

286
32
6

56
7
2

41,2
5,1
1,5

Total

324

65

47,8

Céramique commune

Commune grise Commune rouge
VRP
Commune claire

435
37
10
15

49
10
1
3

36
7,4
0,7
2,2

Total

497

63

46,3

Amphore

Gaule du Sud
Bétique
Afrique
Orient
Indéterminé

40
73
10
2
24

2
3
1
1
1

1,5
2,2
0,7
0,7
0,7

Total

149

8

5,9

TOTAL

970

136

100

Fig. 21. Quantification du mobilier céramique de la « rue Minerve », Saint-Priest.

Fig. 22. Horizon 3, mobilier céramique de la « rue Minerve », Saint-Priest. 1 à 7. Sigillée luisante (éch. 1/3 ; DAO Alban Horry).

57La vaisselle de cuisine comptabilise soixante-trois individus qui se répartissent pour la majorité entre les productions à pâte grise siliceuse et celles à pâte rouge siliceuse, avec cependant une domination des premières. Avec 49 vases, les céramiques communes grises se taillent la part du lion. Le répertoire a évolué avec l’apparition de nouvelles formes au côté des vases plus anciens. Ces dernières correspondent à des pots à lèvre oblique (4 ex.) et des modèles à lèvre en bourrelet (3 ex.). Parmi les marmites, un exemplaire à lèvre débordante moulurée rappelle les exemplaires de la fin du iiie siècle et du début du siècle suivant. Il en va de même pour la jatte à lèvre triangulaire et pour les différents types de plats. En effet, parmi les neuf plats inventoriés, trois sont équipés d’une lèvre en bourrelet externe, deux à lèvre triangulaire, une à paroi oblique et trois à paroi rentrante (fig. 24, no 5). Les nouvelles formes correspondent tout d’abord aux pots à lèvre en bourrelet crochue (6 ex.) et aux jattes, munies du même type de lèvre (4 ex.) (fig. 24, nos 1 à 4). Une production est attestée dans l’atelier de Lyon-Charavay au ive siècle (Batigne-Vallet, Lascoux, 2003). Autres nouveautés parmi les pâtes grises, un mortier à collerette et une cruche, formes qui étaient jusqu’à présent produites principalement à l’aide d’argile calcaire. Les céramiques à pâte rouge siliceuse possèdent un indice de fréquence plus faible avec dix vases répertoriés. À l’instar des céramiques à pâte grise, deux groupes se détachent de cet ensemble. Le premier rassemble des formes dites « anciennes » avec un pot à lèvre en amande verticale, une marmite à lèvre débordante, une jatte à épaule côtelée et un plat à paroi rentrante. Les deux pots à lèvre en amande verticale confirment les importations de la moyenne vallée du Rhône (Bonnet, Batigne-Vallet, 2002). Quant aux nouvelles formes, elles sont constituées par une jatte à bandeau carénée (fig. 24, no 7) qui apparaît à Lyon dans la seconde moitié du iiie siècle (Silvino, 2007, fig. 12, no 6) et comme pour les modèles à pâte grise, deux mortiers à lèvre pendante (fig. 24, no 6) et une cruche confirment l’abandon des pâtes calcaires pour la réalisation de ces produits. Les céramiques communes claires sont tout de même présentes avec deux mortiers à lèvre pendante et un troisième à collerette. Pour finir, un plat à paroi rentrante à vernis rouge pompéien assez bien conservé figure dans cet ensemble. Il s’agit très probablement d’un élément résiduel.

Fig. 23. Horizon 3, mobilier céramique de la « rue Minerve », Saint-Priest. 1 à 3. Sigillée Claire B (éch. 1/3 ; DAO Alban Horry).

58Pour les vestiges amphoriques, si de nombreux fragments (149) ont été comptabilisés, seuls huit individus ont été repérés. En dehors de tessons résiduels, les principales régions exportatrices sont toujours attestées. Les importations vinaires du sud de la Gaule se résument à deux Gauloise 4, conteneurs qui continuent à être commercialisés au ive siècle (Raynaud, 1990 ; Long, 1998 ; Silvino, 2007). L’huile d’olive de Bétique parvient dans des Dressel 23 (2 ex.). De la même province, est originaire l’Almagro 50 (fig. 24, no 8), conteneur transportant des saumures. Par ailleurs, un fond ombiliqué de petite taille et présentant une pâte fine micacée rappelle les productions de la région d’Éphèse, en Asie Mineure. Malheureusement, il est difficile d’attribuer ce fond au modèle monoansé Agora F65/66 du Haut-Empire ou à la version tardive LRA 3, dans la mesure où la partie inférieure de ces amphores évolue peu dans le temps. Pour 1 finir, les importations africaines ne sont représentées que par des fragments de panse.

Fig. 24. Horizon 3, mobilier céramique de la « rue Minerve », Saint-Priest. 1 à 5. Céramique commune grise ; 6 et 7. céramique commune rouge ; 8. amphore de Bétique (éch. 1/3 ; DAO Alban Horry).

Fig. 25. Horizon 3, mobilier en verre de la « rue Minerve », Saint-Priest (éch. 1/2 ; DAO Alban Horry).

4.3.1.2. Le verre

59Le mobilier en verre 5 cm de Saint-Priest consiste en un petit lot de vingt-neuf fragments qui comprend sept bords et deux panses décorées. Le reste est composé de fragments de panse qui doivent probablement correspondre aux formes répertoriées. L’homogénéité de ce mobilier tient dans la couleur du verre qui est similaire pour l’ensemble de la verrerie. La teinte olivâtre fait son apparition de manière assez précoce. À l’image du lot précédent, la verrerie se compose de gobelets et de quelques fragments de cruches. Nous retrouvons cinq bords de gobelets à arête vive dont trois possèdent un étranglement assez visible en haut de la panse (fig. 25, nos 1 à 3). Ces exemplaires paraissent avoir une panse globulaire alors que les deux autres ont une forme plus tronconique, voire conique (fig. 25, nos 4 et 5).

60Le gobelet no 1 se différencie des autres par un diamètre beaucoup plus important et présente bien des caractéristiques différentes. Cette forme de gobelet varie selon la hauteur, le diamètre, l’allure générale ou encore le décor. Comme cela est souvent le cas, l’état de fragmentation des vases ne permet2pas de les classer ou de les différencier les uns des autres de manière sûre. Celui-ci semble en effet posséder un renflement en haut de la panse si nous considérons qu’il s’agit d’un gobelet haut. Il pourrait alors se rapprocher de la forme Is. 109 qui possède cette même caractéristique. Contrairement au lot de Meyzieu, aucun fond pouvant4 correspondre à ces bords n’a été mis au jour lors de la fouille. Mais ces bords pourraient aussi correspondre à des gobelets plus bas. De manière certaine, ces bords coupés et laissés brut appartiennent à la forme Foy 3 et peuvent être associés par la même occasion au gobelet de type Is. 96, 106, 109 ou AR 66 et 73. Les panses décorées de fils ou d’appliques doivent être rapprochées de ces formes (tels les types Foy 13), mais la petitesse des fragments nous empêche de les intégrer à une forme en particulier (fig. 25, nos 6 et 7).

61Ces gobelets sont fréquents pendant l’Antiquité tardive et quelques découvertes démontrent une forte production notamment dans le sud de la Gaule. Ils sont ainsi répandus en Narbonnaise à la fin du ive et au ve siècle : des bords coupés sans lèvre ont été découverts à Gardanne dans les Bouches-du-Rhône (Pelletier et alii, 1991, fig. 67, nos 2 à 4), à Marseille dans un contexte de la seconde moitié du ve siècle (Foy, Bonifay, 1984, fig. 1, nos 1, 4, 5) ou encore à Toulon (Berato et alii, 1986, fig. 16). Un important lot d’une trentaine de bords coupés a également été découvert dans la basilique paléochrétienne du Clos de la Lombarde à Narbonne, dont une cinquantaine sont de teinte olivâtre et de forme conique à l’identique de nos exemplaires (Foy, 1991, fig. 1 et 2). Ce mobilier est daté du début du ve siècle. Nous pouvons aussi rappeler le dernier ensemble du site de l’hôtel de Gadagne à Lyon, daté de la fin du ive siècle et du premier tiers du ve siècle, qui ne révèle pourtant que deux exemplaires de teinte olivâtre (Foy, 2006, nos 40 et 43, pl. XII). Deux fragments inédits peuvent être rajoutés à ce lot de gobelets : ils ont été découverts sur le site de Balaruc-les-Bains (Hérault) dans un contexte du ve siècle (Robin, 2007). Il s’agit d’un bord incolore à arête vive et d’un fond conique repoussé en verre verdâtre.

62Pour compléter cette étude, il faut rappeler les deux fragments de bords de cruche, toujours dans des teintes olivâtres. Un bord à lèvre évasée et arrondie possède un cordon à l’extérieur de même couleur (fig. 25, no 8). Cette lèvre est caractéristique des lèvres de bouteille à panse cylindrique de type Foy 6 ou encore Is. 126 et 127, même si aucune anse ne lui est attachée. Elles peuvent être en verre de teinte claire ou olivâtre. Les comparaisons connues, provenant des mêmes contextes que pour les gobelets, ont été mises au jour sur le site de la Bourse à Marseille pour la seconde moitié du ive siècle et le début du siècle suivant (Foy, Bonifay, 1984, no 34, fig. 2) ou encore sur la fouille de la basilique du Clos de la Lombarde à Narbonne, dans des teintes vertes ou olivâtre pour un contexte du début du ve siècle (Foy, 1991, fig. 5). Enfin, signalons le site lyonnais de l’hôtel de Gadagne avec un unique exemplaire, de forme similaire à celui de Saint-Priest (Foy, 2006, no 48, pl. XII). Un autre bord de cruche, de matière olivâtre, doit enfin être signalé, avec un col cylindrique qui débouche sur une lèvre droite et aplatie (fig. 25, no 9).

63Le lot de Saint-Priest reste pertinent pour son homogénéité de forme et de couleur de verre. Les gobelets de teinte olivâtre, s’insérant parmi une série connue pour les régions du sud de la Gaule, sont comparables aux formes des vases de « la Dent » à Meyzieu. Ce qui fait sa singularité, la couleur, doit ici être développé. Pour un contexte datant du milieu du ive siècle, il faut rappeler cette précocité et cette omniprésence du verre olivâtre. Pour les régions situées plus au sud, il a déjà été remarqué que la teinte olivâtre semble faire son apparition durant le ve siècle et que les exemplaires pour le siècle précédent restent assez rares (Foy, 1995, p. 192). Nous pouvons tout de même signaler certains parallèles précoces tels que les gobelets en verre olivâtre du site de « Bourbousson 3 » à Crest (Drôme), datés du milieu du ive siècle, parmi une verrerie aux couleurs variées (Bonnet, 2005-2006, p. 495 et 499). Cependant, précisons que pour les niveaux plus tardifs de la fin du ive siècle et du début du siècle suivant, les exemplaires olivâtres deviennent majoritaires dans la verrerie. Cette remarque faite sur les lots importants de gobelets à arête vive peut aussi être répétée pour d’autres formes tels nos exemplaires de vases à verser. Ce lot de verrerie constitue ainsi un exemple assez précoce en ce qui concerne la couleur.

4.3.1.3. L’instrumentum

64L’occupation du site au milieu du ive siècle apparaît principalement sous la forme de structures fossoyées (fosses, trous de poteaux). Six d’entre elles se distinguent par l’abondance et l’homogénéité du lot de mobilier métallique contenu dans leur comblement. Il s’agit des structures F 106, F 133, F 170, F 187, F 188 et F 190.

65Le mobilier est en majorité lié au domaine immobilier, illustré par de la clouterie de construction et des ferrures indéterminées. La parure se limite à une fibule en oméga (type Feugère 30c1b) (fig. 26, no 4), une épingle en bronze (fig. 26, no 3), un fragment de bracelet et une perle en verre. Cet ensemble n’est pas caractéristique du point de vue typo-chronologique et livre des formes communes, que l’on retrouve indifféremment dans des contextes du ier au ive siècle. Le fragment de fibule en oméga de type Feugère 30c1b prend la forme d’un anneau ouvert de section losangique, dont les extrémités, recourbées vers l’extérieur et divergentes, sont terminées par un bulbe biconique. Ce type reste difficile à dater précisément. Michel Feugère précise qu’il se répand à la fin de l’Âge du Fer et surtout à l’époque romaine, la datation fluctuant du ier au ive siècle selon les variantes. À Augst, la variante 8.1.1 est attachée à des contextes chronologiques qui s’échelonnent du ier au iiie siècle (Riha, 1994, p. 177-180). De même, en Suisse, le type en oméga (type 51) s’insère dans une fourchette chronologique large, à savoir du ier au ive siècle (Ettlinger, 1973, p. 30 et 131-133). Pour le type 30c1b provenant de la villa de Montmaurin, identique à l’exemplaire de Saint-Priest, Michel Feugère propose une attribution à la phase claudienne plutôt qu’à l’occupation du ive siècle (Feugère, 1985, no 1929). Pour d’autres pièces encore, il semble également exister la possibilité d’une datation ancienne claudio-flavienne ou plus récente dans le ive siècle. La découverte de la fibule de Saint-Priest, dans un contexte scellé et bien daté, ne permettrait-elle pas d’envisager pour ce type de variante une datation plutôt dans le ive siècle ?

Fig. 26. Horizon 3, mobilier en métal de la « rue Minerve », Saint-Priest (éch. 1/3 ; DAO Alban Horry).

66Le domaine domestique est également peu représenté avec une garniture en bronze, une clef en fer et deux charnières en fer liées à l’ameublement (coffres) et trois pièces d’éclairage (fig. 26, nos 1 et 2). Ces dernières constituent les éléments typo-chronologiques les plus précis du site en ce qui concerne le petit mobilier. En effet, les trois lampes à huile découvertes appartiennent à une forme qui paraît caractéristique du ive siècle. Elles prennent l’aspect d’un réservoir ouvert ovale ou plus ou moins hémisphérique (simple vasque) muni d’une tige droite de courte dimension (de forme plate et sommaire) servant à la préhension et la suspension. Ce type de lampe est courant dans des contextes funéraires datés du ive siècle, dont proviennent plus de la moitié des exemplaires recensés (Feugère, 1993 ; Blaizot et alii, 2001). Il faut d’ailleurs rappeler la découverte à Lyon même et dans sa proche région de deux ensembles funéraires datés du ive siècle, au sein desquels trois tombes contenaient de tels objets : la sépulture 17 de la « Montée de la Butte » à Lyon (Rhône) (Motte et alii, 2002, p. 85) et les sépultures 504 et 507 du site du « Pillon » à Marennes (Rhône) (Blaizot et alii, 2001, p. 303).

4.3.1.4. Le numéraire

67Ce site rural a livré soixante-sept petits bronzes de la dynastie constantinienne émis entre 330 et 361 (Cécillon, 2001a). La moitié des fosses comblées au ive siècle (cinq fosses sur dix) contenaient des monnaies (soixante-cinq unités) (fig. 27) ; ces pièces ont été découvertes disséminées dans les comblements avec le reste du mobilier.

68Un nummus frappé à Lyon en 330-331 au type Constantinopolis constitue la monnaie la plus ancienne de cet ensemble constantinien. Cette pièce côtoie des nummi au type Gloria Exercitus (trois unités à deux étendards, des années 330-335 et six pièces à un étendard, des années 336-340). On relève, ensuite, une assez forte proportion de nummi « aux deux Victoires » (type Victoriae Dd Augg Q Nn, années 341-348) avec onze exemplaires inventoriés. De plus, on recense un ae 3 à la légende Fel Temp Reparatio (type « à la galère ») frappé au nom de Constant (348-350). Enfin, on note une prédominance de pièces officielles frappées au nom de Constance II (337-361) (soit 37,3 % du lot) et dans une moindre proportion à celui de Julien II « César » (335-360) (soit 13,4 % du lot). Le type Fel Temp Reparatio (vingt-quatre exemplaires au « cavalier chutant » des années 348-357) est majoritaire dans le lot global avec une part de 36 %, suivi dans une moindre mesure par le revers Spes Reipublice (années 358-361) (trois unités). Ces monnaies ont été frappées essentiellement entre 357 et 360.

69On constate qu’une part non négligeable du numéraire tardif de la « rue Minerve » est composée d’imitations de prototypes de la dynastie constantinienne. On compte, en effet, treize imitations, soit près de 20 % de l’ensemble des pièces exhumées. Trois types de revers sont imités : Gloria Exercitus (deux unités), Victoriae Dd Augg Q Nn (une unité) et majoritairement Fel Temp Reparatio « au cavalier chutant » (dix unités). Ces piècettes s’apparentent par leur petit module (11,6 mm de moyenne) à des minimi (Aes 4) ; elles sont de style maladroit et présentent un poids moyen de 0,93 g. La durée de « fabrication » des contrefaçons du type Gloria Exercitus s’étend de la fin du règne de Constantin I jusqu’à environ 341 (Bastien, 1985, p. 137-138). Cependant, leur production illicite, dans des ateliers irréguliers locaux (?) se réduit fortement et s’achève avec l’émission du type « aux deux Victoires » (Victoriae Dd Augg Q Nn) à partir de 341-342. Les imitations de ce prototype monétaire sont moins nombreuses que celles du type précédent (ibid., p. 135-139). À partir de 353, après le « règne » de l’usurpateur Magnence, les faussaires s’attachent surtout à imiter les maiorinae au « cavalier chutant » (type Fel Temp Reparatio). Ces imitations de petit module sont produites jusque vers 358, date à partir de laquelle le type est abandonné au profit de Spes Reipublice (ibid., p. 139).

Fig. 27. Répartition par type d’émissions et par ateliers des nummi constantiniens de la « rue Minerve », Saint-Priest. Abréviations : (Nu) = nummus ; (Ae 4) = bronze de module 4.

70Quant à la provenance du numéraire, toutes émissions confondues, on note que l’atelier de Lyon, très proche du site, fournit près de la moitié du numéraire identifiable perdu « rue Minerve » (48,5 %). La plus grande part des monnaies lyonnaises a été émise en 357 : elles sont toutes au type Fel Temp Reparatio (« au cavalier chutant »). L’atelier d’Arles, avec une part de 28,5 % du lot, occupe le second rang. L’atelier rhénan de Trèves est représenté par quatre unités (toutes au type Gloria Exercitus, une des plus anciennes émissions constantiniennes inventoriées sur le site). Enfin, on dénombre une seule monnaie émanant de l’atelier italien d’Aquilée (Gloria Exercitus, à deux étendards, années 331-335) et un exemplaire pour l’atelier balkanique de Siscia (Fel Temp Reparatio « au cavalier chutant »).

71D’après le numéraire officiel et d’imitation inventorié, il apparaît que l’occupation de ce site semble s’affirmer vers les années 357-360. L’absence de nummi au nom de Julien II « Auguste » (360-363) et de monnaies de la dynastie valentinienne (364-378) dont le volume d’émission fut important, notamment dans l’atelier de Lyon, confirme l’abandon du site autour ou avant 360.

4.3.1.5. Proposition de datation

72L’expertise céramologique permet de proposer une datation relativement fiable. La vaisselle de table est largement dominée par la sigillée luisante, avec des formes récurrentes, comme la coupe Lamb. 1/3. Ce taux de fréquence important fixe la datation au plus tôt au milieu du ive siècle. La présence de sigillées Claire B tardives renforce cette chronologie. Par ailleurs, les pots et jattes à pâte siliceuse équipés d’un bord à lèvre en bourrelet crochue ne s’opposent pas à cette datation, bien au contraire. Ces formes sont bien attestées à Lyon dans les contextes de la seconde moitié du ive siècle (Ayala, 1998 ; Silvino, 2007). Il en va de même pour les pots à lèvre en amande verticale commercialisés dans la moyenne vallée du Rhône au cours du ive s. (Bonnet, Batigne-Vallet, 2002). Si le mobilier en verre et certains objets métalliques ne vont pas à l’encontre de cette chronologie, l’analyse numismatique confirme bien l’abandon du site autour ou avant 360.

4.3.2. Lyon-Vaise (impasse de la Duchère)

73Le second site du « Périphérique Nord » (impasse de la Duchère) à Lyon-Vaise présente un lot moins riche que celui du premier ensemble, du moins pour ce qui concerne les céramiques. L’une des particularités de ce mobilier est en effet la présence d’un numéraire important permettant de fixer cet ensemble très précisément au milieu du ive siècle.

4.3.2.1. Le mobilier céramique

74Les remblais et les niveaux d’abandon d’un bâtiment ont livré un ensemble de 136 fragments et 32 vases (fig. 28). Les céramiques fines ne sont représentées que par des sigillées luisantes avec treize individus inventoriés. Il s’agit principalement de coupes carénées L. 110/3 (6 ex.) (fig. 29, nos 1 à 3) et de modèles Lamb. 3/8 (5 ex.). Elles sont accompagnées de quatre mortiers à bandeau Lamb. 45 et d’un gobelet tulipiforme (fig. 29, no 4). Une coupe Drag. 37 en sigillée du centre de la Gaule est de toute évidence en position résiduelle. Les céramiques communes ont livré principalement des productions à pâte grise siliceuse avec quinze vases inventoriés. Il s’agit tout d’abord de cinq pots et de quatre 2 jattes équipés du même type de lèvre en bourrelet crochue (fig. 29, nos 5 et 6), dont une production est attestée un peu plus au sud dans la plaine de Vaise, dans l’atelier de Charavay (Batigne-Vallet, Lascoux, 2003). Deux5 autres jattes possèdent une lèvre en bourrelet externe (fig. 29, no 7). Pour les plats, un exemplaire à lèvre en bourrelet externe (fig. 29, no 8) et deux autres à paroi rentrante ont été repérés. Les céramiques communes rouges se résument à un plat à paroi rentrante (fig. 29, no 9) et un pot à lèvre en bourrelet (fig7. 29, no 10). Les productions à pâte calcaire n’ont pas été identifiées. Quant aux amphores, elles ne sont représentées que par un conteneur à huile de Bétique Dressel 23.

Catégorie

Type de production

Nbre tessons

NMI

Céramique
fine

Sigillée luisante
Sigillée du Centre

48
1

13
1

Total

49

14

Céramique
commune

Commune grise
Commune rouge

62
4

15
2

Total

66

17

Amphore

Bétique

21

1

Total

21

1

Total

136

32

Fig. 28. Quantification du mobilier céramique du « Périphérique Nord-impasse de la Duchère », Lyon-Vaise.

Fig. 29. Horizon 3, mobilier céramique du « Périphérique Nord 2-impasse de la Duchère », Lyon-Vaise. 1 à 4. Sigillée luisante ; 5 à 8. céramique commune grise ; 9 et 10. céramique commune rouge (éch. 1/3 ; DAO Daniel Frascone).

4.3.2.2. Le numéraire

75La fouille de fosses-foyers en marge du bâtiment (Us 44, 50, 200, 278), ont livré quarante-neuf monnaies ; toutes les pièces identifiables (44 unités4), à l’exception d’un sesterce émis en 239, ont été frappés durant la période constantinienne (règne de Constantin I et période de la dynastie constantinienne) entre 313 et 354 (Frascone, 1999, p. 77-79) (fig. 30).

76Les monnaies les plus récentes du lot sont des monnaies de large module ; quatre Aes 2 des deux usurpateurs gaulois Magnence (trois pièces) et Décence (une monnaie) émises de 351 à 353 et une maiorina taillée au 1/120e de Livre de Constance Galle « César » (351-354) au type Fel Temp Reparatio8 (« cavalier chutant »). Les grands bronzes de Magnence et Décence circulaient peu et sont rarement trouvés isolés. Ils sont, en effet, généralement retirés de la circulation par la population qui les thésaurise ; on en trouve aussi, parfois, empilées dans des tombes de nécropoles régionales tardives (Cécillon, 2001b, p. 305).

77Dans les structures de combustion du « Périphérique 2 », ces pièces sont associées à des espèces de plus petit module – des nummi – de la dynastie constantinienne. La plus ancienne recensée, un nummus réduit au 1/96e de Livre à la légende Soli Invicto Comiti (années 313-318), est frappée à l’effigie et au nom de Constantin I ; il est suivi de près par une pièce émise dans les années 320-325 au type Beata Tranquillitas. On relève également la présence de deux nummi au type Urbs Roma, une imitation de ce type (années 330-341), deux unités au type Constantinopolis (années 330-340), deux nummi de consécration de Constantin I (monnaies posthumes « au quadrige ») (années 337-340) et deux nummi Vot XX Mult XXX (années 347-348). Cependant, la part majeure de monnaies de petits modules revient aux émissions des années 331-341 au type Gloria Exercitus (majoritairement à un étendard) qui totalisent dix-neuf exemplaires et celles au type Victoriae Dd Augg Qnn (années 341-348) représentées par neuf unités (deux Victoires se faisant face). La présence dans la « fosse-foyer » Us 278 d’un sesterce de Gordien III (238-244) frappé à Rome en 239 peut être qualifiée de résiduelle si on ne la rapproche pas d’un as de Commode (180-192) trouvé à Meyzieu « La Dent » dans un contexte de la fin du iiie siècle/début du ive siècle et si l’on ne tient pas compte de son usure très forte. Ces deux monnaies présentent la particularité d’être toutes deux très usées et, surtout, d’être percées d’un trou carré (!) (coup de poinçon ?).

Fig. 30. Répartition par type d’émissions et par ateliers des monnaies du « Périphérique Nord-impasse de la Duchère », Lyon-Vaise. Abréviations : (Nu) = nummus ; (Ses) = sestertius ; (Ae 2) = bronze de module 2 ; (Ae 4) = bronze de module 4 ; Dyn. const. = dynastie constantinienne.

78Ce lot constitue un échantillon de monnaies en circulation dans les années 350. L’absence de nummi taillés au 1/137e de Livre et au 1/144e de Livre (notamment au type Spes Reipublice émis de 358 à 361) permet d’envisager un abandon des structures fossoyées et rubéfiées du site aux alentours ou avant 358.

4.3.2.3. Proposition de datation

79À l’image de l’ensemble précédent, le taux de fréquence des sigillées luisantes et les formes repérées placent cet ensemble au plus tôt au milieu du ive siècle. Les céramiques communes fournissent également des données chronologiques. Les pots et les jattes à lèvre en bourrelet crochue ainsi que les jattes à bourrelet sont bien attestés dans les contextes lyonnais de la seconde moitié du ive siècle (Ayala, 1998 ; Silvino, 2007). Quant aux monnaies, leur analyse indique une circulation dans les années 350.

4.3.3. Synthèse

80Si les deux ensembles pris en compte pour cette période présentent des données quantitatives différentes concernant le mobilier céramique, ils sont constitués en revanche de lots de monnaies assez importants permettant de préciser la chronologie. Tout d’abord, il faut signaler que la part des céramiques fines égale grosso modo celle des céramiques communes (fig. 31 et 32). La vaisselle de table est largement dominée par les sigillées luisantes d’origine alpine avec notamment la récurrence des coupes, en particuliers les modèles carénés Lamb. 1/3. Ces derniers présentent des profils, des dimensions et des décors variés. Ils sont accompagnés par de nouvelles formes comme les coupes à pied Portout 34 ou les petits modèles Portout 36. Les mortiers sont nettement dominés par le type Lamb. 45, héritier du type Drag. 45 en sigillée. Un seul exemplaire à collerette Portout 15 est à noter. Les gobelets sont dans cet ensemble moins nombreux, en particulier ceux à col tronconique. Les sigillées Claire B sont toujours commercialisées, avec toutefois la présence éventuelle d’éléments résiduels. Des formes dites « anciennes » sont bien attestées avec la coupe Desbat 15, le pot Desbat 67 ou les différentes assiettes ; les coupes Desbat 8/Lamb. 2 appartiennent bien au répertoire du ive siècle (Ayala, 1998, fig. 23, no 17 ; Silvino, 2007, fig. 17, no 3). Les céramiques métallescentes et africaines sont absentes dans ces ensembles. Les sigillées gauloises sont de toute évidence résiduelles. Les céramiques communes sont toujours dominées par les productions à pâte grise siliceuse. Si les formes de la fin du iiie siècle et de la première moitié du siècle suivant sont toujours attestées, les formes nouvelles apparaissent a priori au milieu du ive siècle. Il s’agit principalement des pots et jattes munis d’une lèvre en bourrelet crochue, dont l’atelier de Charavay, à Lyon-Vaise, reste le seul centre de production connu à ce jour (Batigne-Vallet, Lascoux, 2003). Il faut souligner également l’existence de formes habituellement produites à l’aide d’argile calcaire : mortier et cruche. Il en va de même pour les céramiques à pâte rouge siliceuse. Ces dernières comptent également des formes anciennes, avec toutefois la présence d’une jatte à bandeau carénée caractéristique du ive siècle. Quant aux céramiques communes à pâte calcaire, elles ont livré tout de même deux mortiers à lèvre pendante et un troisième à collerette. Si les deux premiers peuvent être résiduels, le dernier est probablement en contexte. Pour terminer, le taux de fréquence des amphores reste toujours aussi faible. Les régions exportatrices sont identiques, commercialisant les mêmes produits : vin de Narbonnaise, huile et saumures de Bétique et vin d’Orient. En revanche, il est surprenant que les importations nord-africaines, représentées uniquement par des fragments de panse, soient aussi discrètes alors qu’elles sont abondantes dans les ensembles lyonnais du ive siècle (Ayala, 1998 ; Silvino, 2007).

Fig. 31. Répartition des formes des céramiques fines recensées (horizon 3).

Fig 32. Répartition cruche des formes des céramiques communes recensées (horizon 3).

4.4. Horizon 4 : fin ive- début ve siècle

81Pour représenter cette période charnière entre la fin du ive siècle et le début du siècle suivant, trois ensembles ont été sélectionnés. Si deux lots proviennent de sites péri-urbains, le troisième est issu d’un gisement localisé à une trentaine de kilomètres de Lyon, à La Boisse. Ce dernier offre des quantités et une variété de mobiliers totalement différentes des deux premiers ensembles

4.4.1. Lyon-Guillotière

4.4.1.1. Le mobilier céramique

82Les 72 fragments de céramique ou 13 vases recueillis dans le comblement d’un puits se partagent entre céramiques communes, céramiques fines et amphores (fig. 33). La vaisselle de table est pour l’essentiel constituée de céramiques à revêtement argileux et plus spécialement de vases issus des ateliers des Alpes du Nord. Les mortiers de types Lamb. 45 et Portout 36 et une coupe indéterminée composent le répertoire de la sigillée luisante. Un fond de plat de type Desbat 3 évoque la production de sigillée Claire B de la moyenne vallée du Rhône. Quant aux DSP, elles sont représentées par une coupe (fig. 34, no 1) répertoriée sous le type Rigoir 3. La céramique commune siliceuse comprend un mortier à pâte rouge (fig. 34, no 2) que l’on retrouve à Lyon à la fin du ive siècle et au début du ve siècle (Ayala, 1998, fig. 29, no 125) et un bord de vase à pâte grise trop lacunaire pour être identifié. Enfin, les amphores sont principalement d’origine africaine (fig. 34, n os 3 à 5) avec le type cylindrique de moyenne dimension Africaine 3 C (ou Keay 25 sous-type 2) ou de Bétique avec le type Dressel 23 (fig. 34, no 6)

4.4.1.2. Le numéraire

83Une seule monnaie a été découverte sur le site ; il s’agit d’une maiorina pecunia (Ae2) de Magnus Maximus (383-388) au type Reparatio Reipub (l’Empereur relevant une femme agenouillée) dont l’émission s’étire, pour ce souverain, de 383 à 387. Cette monnaie de large module a été recueillie dans le comblement du puits. Cet unique témoin monétaire ne permet pas de conclure formellement à un abandon de cette structure maçonnée dans les années 380. On peut souligner que ce type de monnaie, dernière tentative d’une monnaie de bon poids, a connu un certain succès auprès de la population (Brenot, 1987, p. 197). Le site de Mandelieu dont le terminus est établi aux années 390-392 a ainsi livré quarante exemplaires (bronzes officiels et imitations) au type Reparatio Reipub (Brenot, 1990, p. 222-223, 227-228). Celui de Portout « Conjux » (Savoie) daté, lui, du ve siècle en a livré huit exemplaires (Jacquin, 1990, p. 100-101)

Catégorie

Type de production

Nbre tessons

NMI

Céramique fine

Sigillée Claire B
Sigillée luisante
Sigillée indéterminée
DSP

9
8
2
1

1
2
1
1

Total

20

5

Céramique commune

Commune grise
Commune rouge

12
1

1
1

Total

13

2

Amphore

Gaule du Sud
Afrique
Péninsule ibérique
Indéterminé

5
5
24
5

1
3
1
1

Total

39

6

TOTAL

72

13

Fig. 33. Quantification du mobilier céramique de « l’Îlot du Repos », Lyon-Guillotière.

4.4.1.3. Proposition de datation

84La faiblesse des données quantitatives des céramiques ne peut fournir qu’une datation relativement large. Toutefois la présence de certaines productions permet de proposer une chronologie assez fiable. Il faut souligner en effet l’existence d’une coupe Rigoir 3 en DSP qui fournit un excellent terminus post quem fixé à la fin du ive siècle, voire au début du siècle suivant. La commercialisation dans la région de cette ultime vaisselle de tradition antique date vraisemblablement de cette période (Ayala, 1998 ; Silvino, 2007). Les données chronologiques apportées par les sigillées luisantes et le mortier à pâte rouge siliceuse vont également dans ce sens. D’autre part, l’amphore Africaine 3C est commercialisée en Gaule à partir de la fin du ive siècle (Bonifay, 2004, p. 122). Pour finir, la monnaie de Magnus Maximus atteste une circulation dans les années 380. En regard de ces éléments, le comblement du puits s’est effectué à la fin du ive siècle ou au début du siècle suivant.

4.4.2. Lyon-Vaise (rue du Bourbonnais)

4.4.2.1. Le mobilier céramique

85Le comblement d’un bassin d’une villa suburbaine a livré un ensemble de 167 tessons pour un nombre minimum de 41 individus (fig. 35). La vaisselle de table est composée essentiellement par les sigillées luisantes avec quatorze vases répertoriés. Les coupes Lamb. 1/3 sont majoritaires avec six individus (fig. 36, nos 3 et 4). Suit toute une série de coupes : un vase Lamb. 3/8 (fig. 36, no 2), un vase Portout 10, deux vases Portout 32 et un vase Portout 36 (fig. 36, no 1). Un pot à lèvre triangulaire Portout 61 (fig. 36, no 5) et un fond, appartenant sans doute à une cruche de grande taille, complètent cet inventaire. Une coupe Drag. 37 en sigillée est résiduelle. Les céramiques communes sont dominées par les productions à pâte grise siliceuse, avec dix-sept vases. Parmi les pots, les modèles à lèvre en bourrelet crochue sont toujours attestés avec un exemplaire répertorié. Il est suivi d’un pot à lèvre triangulaire. Les jattes sont dominées par les modèles à lèvre en bourrelet crochue (8 ex.) (fig. 36, nos 8 à 10) devant ceux à lèvre éversée (1 ex.) et à lèvre en bourrelet externe (1 ex.) (fig. 36, no 11). Ce dernier, qui porte des traces de lissage, est bien attesté dans la moyenne vallée du Rhône et ce jusqu’au Languedoc (Bonnet, Batigne-Vallet, 2002 ; Raynaud, 1993). Une jatte carénée rappelle les coupes Lamb. 2/Desbat 8 produites en sigillée Claire B (fig. 36, no 7). Enfin, un pichet est également présent dans ce lot. Les productions à pâte rouge sont minoritaires avec seulement deux vases comptabilisés. Il s’agit d’un pot à lèvre en amande verticale, probablement originaire de la moyenne vallée du Rhône (Bonnet, Batigne-Vallet, 2002) et d’un plat à paroi rentrante (fig. 36, no 6). Quant aux amphores, parmi les sept individus repérés, deux sont résiduels. Les amphores à huile Dressel 23 sont toujours commercialisées avec deux exemplaires attestés (fig. 37, nos 1 et 2). L’examen de leur pâte semble témoigner de deux origines différentes. Si la première présente une pâte classique des vallées du Guadalquivir et du Genil, la seconde est à rapprocher des productions côtières. Par ailleurs, la partie inférieure d’une amphore africaine, découpée pour une réutilisation inconnue, aurait pu appartenir soit aux dernières productions de Keay 25, soit aux premières Keay 26 Spatheia (fig. 37, no 3). Un second fond conique semble appartenir à un conteneur oriental indéterminé (fig. 37, no 4).

Fig. 34. Horizon 4, mobilier céramique de « l’Îlot du Repos », Lyon-Guillotière. 1. DSP ; 2. céramique commune rouge ; 3 à 5. amphore africaine ; 6. amphore de Bétique (éch. 1/3 ; DAO Christine Bonnet).

Catégorie

Type de production

Nbre tessons

NMI

Céramique
fine

Sigillée luisante
Sigillée du Centre

50
1

14
1

Total

51

15

Céramique
commune

Commune grise
Commune rouge

68
4

17
2

Total

72

19

Amphore

Lyon
Tarraconaise
Bétique
Afrique Orient
Indéterminé

3
1
25
8
1
6

1
1
2
1
1
1

Total

44

7

TOTAL

167

41

Fig. 35. Quantification du mobilier céramique de la « rue du Bourbonnais », Lyon-Vaise.

Fig. 36. Horizon 4, mobilier céramique de la « rue du Bourbonnais », Lyon-Vaise. 1 à 5. Sigillée luisante ; 6 et 7. céramique commune rouge ; 8 à 11. céramique commune grise (éch. 1/3 : DAO Éric Bertrand).

4.4.2.2. L’instrumentum

86Le lot issu du comblement du bassin rassemble vingt et un fragments d’objets répartis entre sept éléments en bronze, deux en plomb et douze en fer. Le mobilier est ici plus fragmenté et moins riche (en terme de qualité) que pour l’occupation précédente du ier siècle ap. J.-C. Les types de mobilier identifiés restent attachés aux domaines domestique (luminaire, serrurerie, ameublement), immobilier (clouterie, ferrures), et personnel (bracelet, instrument de toilette). Les éléments liés à l’artisanat et aux activités du site sont mieux représentés avec un fragment de ciseau à bois (bédane), trois scories de fer et deux chutes de découpe de tôle en bronze.

Fig. 37. Horizon 4, mobilier céramique de la « rue du Bourbonnais », Lyon-Vaise. 1 et 2. Amphore de Bétique ; 3. amphore africaine ; 4. amphore orientale (éch. 1/3 : DAO Éric Bertrand).

Fig. 38. Répartition par type d’émissions et par ateliers des monnaies de la « rue du Bourbonnais », Lyon-Vaise ; Abréviation : (Nu) = nummus.

87Parmi les objets particuliers, il faut signaler un petit instrument en bronze sans doute lié à la toilette : une petite spatule à fard ou un cure-oreille. Il se compose d’une petite tige de section quadrangulaire dont une extrémité se termine en pointe et l’autre s’élargit et s’aplatit à la manière d’une spatule. Une coupelle ovale en fer constitue sans doute un réservoir ouvert de lampe à huile dont la forme et les dimensions (L : 100 mm ; l : 62 mm) sont similaires aux exemplaires identifiés sur le site de Saint-Priest « rue Minerve » ou à celui de la tombe 17 de la « montée de la Butte » à Lyon (Motte et alii, 2002), toutes provenant de contextes datés du ive siècle.

88Un élément de mécanisme de serrure est formé d’un corps rectangulaire associant Céramique pêne et ressort forgé d’une fine pièce (L : 95 mm ; l : 21 mm). La barre rectangulaire possède trois niveaux d’épaisseur d’une extrémité à l’autre. Son extrémité la plus épaisse est aussi la plus étroite et Céramique semble s’apparenter à une butée permettant à l’élément commune de rester dans son conduit ou à une barre de pêne, permettant au paneton de la clef de sortir et rentrer le pêne. Le ressort prend naissance sur l’extrémité la plus fine. Il peut s’agir d’un élément appartenant à un mécanisme de serrure fonctionnant par rotation.

89Cet ensemble est caractéristique d’un matériel détritique en relation avec la présence d’un habitat dont on ne peut qualifier le rang social, mais qui apparaît, au premier abord, moins riche que l’occupation précédente.

4.4.2.3. Le numéraire

90Le comblement du bassin contenait six monnaies : quatre nummi de la dynastie valentinienne (deux de Valentinien I, un de Valens et un de Gratien), un nummus indéterminé du ive siècle et un antoninianus du iiie siècle (fig. 38). Les nummi valentiniens sont aux types Gloria Romanorum et Securitas Reipublicae émis entre 367 et 378. L’absence de monnaies d’émissions postérieures, notamment de minimi des années 380-405/8 au type Victoria Auggg et Salus Reipublicae de Valentinien II, d’Arcadius, ou d’Honorius trouvés assez fréquemment sur les sites régionaux de l’Antiquité tardive (le site de Portout « Conjux » en Savoie daté du ve siècle compte 201 unités de ces types) (Jacquin, 1990, p. 102-104), laisse entrevoir un terminus post quem du site lyonnais avant 380. Il convient de noter la présence dans ces niveaux très tardifs d’un antoninianus (non identifiable) du iiie siècle. Sur le site de Mandelieu, dans un contexte daté de la 2ème moitié et de la fin du ive siècle, on note la présence parmi le numéraire du ive siècle d’un antoninianus de Trébonien Galle (251-253) (Brenot, 1990, cat. no 17, p. 210).

4.4.2.4. Proposition de datation

91Au regard de la variété des mobiliers, la datation 13 3 0,8 proposée ne peut être que fiable. Pour les céramiques, la vaisselle de table est largement dominée par les sigillées 33 1 0,2 luisantes attestant d’une chronologie tardive. Les céramiques communes présentent également des produc-108 3 0,9 39 4 1tions et des formes en circulation non seulement à Lyon 54 2 0,2 mais aussi dans la moyenne vallée du Rhône dans des contextes de la seconde moitié du ive siècle (Ayala, 4 1 1998 ; Bonnet, Batigne-Vallet, 2002 ; Silvino, 2007) ainsi que du début du siècle suivant (Ayala, 1998 ; Batigne-Vallet, Lemaître, 2008). Le mobilier amphorique fournit également des jalons d’ordre chronologique avec notamment le fond filiforme appartenant soit au dernier modèle des Keay 25, soit aux Keay 26 spatheia, dont le début des importations est placé à la fin du ive siècle (Bonifay, 2004, p. 122 et 125).

Catégorie

Type de production

Nbre tessons

NMI

% NMI

Céramique fine

Sigillée luisante
CRA
Sigillée du Sud

1348
3
2

295
2
2

67,5
0,5
0,5

Total

1353

301

68,5

Céramique

Commune noire
Commune rouge
Commune claire

650
114
13

97
26
3

22,1
5,9
0,8

commune

Total

777

126

28,8

Amphore

Gaule
Péninsule ibérique
Afrique
Indéterminé

33
108
39
54

1
3
4
2

0,2
0,9
1
0,2

Total

234

10

2,3

Divers

Pierre ollaire

4

1

Total

4

1

0,2

TOTAL

2368

438

100

Fig. 39. Quantification du mobilier céramique des « Vernes », La Boisse.

4.4.3. La Boisse (Les Vernes)19

4.4.3.1. Le mobilier céramique

92Au total, 2368 fragments de céramique ont été comptabilisés pour 438 vases (fig. 39). Le matériel est relativement fragmenté et comprend très peu de céramiques résiduelles. Il faut également signaler l’état de conservation très médiocre des vernis sur cette vaisselle. Les données quantitatives étant importantes, les propositions de datation ne peuvent que s’avérer très fiables. L’une des particularités de ces structures réside également dans la présence d’un numéraire assez conséquent permettant d’affiner la chronologie.

Les céramiques fines

93La quasi-totalité des céramiques fines appartient au répertoire des sigillées claires luisantes. Malgré la mauvaise conservation des vernis, les formes ainsi que les pâtes permettent de rattacher l’ensemble des fragments aux productions savoyardes. Seuls deux bords pourraient appartenir aux productions de sigillées Claire B tardives. En nombre de vases, cette vaisselle représente près de 70 % de la totalité des céramiques présentes dans ce lot, ce qui reste inhabituel pour un dépotoir classique. Les coupes carénées Lamb. 1/3 figurent en tête avec plus de 161 exemplaires inventoriés. Trois modules se distinguent, présentant des taux de fréquence identiques : grand, moyen et petit (fig. 40, nos 1 à 12). Lorsque l’état de conservation le permet, des traces de décors au guillochis sur la panse, au niveau de la carène, sont visibles. Par ailleurs, de nombreux fragments carénés et de fonds annelés appartiennent vraisemblablement à cette forme. D’autres types de vases carénés sont attestés. Il s’agit tout d’abord des coupes Portout 31/33 munies d’une lèvre légèrement triangulaire et d’un bandeau concave (fig. 40, nos 13 et 14). Suivent les petites coupes à anse ou tasses Portout 36B (var. 76), caractérisées par une lèvre triangulaire, creusée d’un léger sillon (fig. 41, nos 1 et 2). Le décor consiste en une série de lunules à la barbotine sur la panse, dont l’exécution paraît plus ou moins soignée. Dans la même famille, diverses petites coupes sont également attestées avec un exemplaire caréné à lèvre simple et un second à bord droit. Trois vases cylindriques à lèvre en bourrelet et munis d’un petit col ont également été décelés. Ces vases dérivés de la forme Drag. 30 sont parfois décorés de lunules. Enfin, trois coupes carénées, dont une décorée de guillochis, n’ont pas pu être rattachées à une forme précise compte tenu de l’état fragmentaire des vases. Les bols simples Portout 10 ou Lamb. 33 apparaissent en grande quantité dans cet ensemble avec trente exemplaires. La lèvre des individus inventoriés tend à rentrer plus ou moins légèrement (fig. 41, nos 3 et 4). Parmi les autres bols, notons le type Portout 12, dont la lèvre est en forme de poulie, et le type Portout 25, muni d’une lèvre triangulaire posée sur un petit col. Enfin, sept bols à marli, dérivés des Lamb. 4/35, ont été identifiés (fig. 41, nos 5 et 6). Parmi les autres vases, émergent les onze mortiers sablés de type Lamb. 45. Les exemplaires de cet ensemble possèdent la même morphologie, avec un bandeau légèrement convexe et une lèvre simple (fig. 41, no 7). Notons qu’un vase est muni d’une lèvre en amande. Le sablage de la paroi interne ne remonte jamais plus haut que le déversoir. Quant au décor, les bandeaux sont généralement guillochés. Le second type de mortier, Portout 15, se présente avec un bord à collerette et un sablage sur la paroi interne (fig. 41, no 8). Des traces de guillochis sont également visibles sur la partie externe de la panse. Les plats sont anecdotiques avec un exemplaire de type Lamb. 10 caractérisé par un bord rectiligne et un second se rapprochant du modèle Portout 12 (var. 13), équipé d’une lèvre rentrante. Au sein des formes fermées, signalons l’existence de nombreux gobelets. Les formes à col tronconique comptent huit exemplaires. Il s’agit des déri vés du type Niederbieber 33. Les gobelets tulipiformes, type Lamb. 14/26, sont également présents avec six vases munis d’une lèvre simple évasée ou triangulaire (fig. 41, no 9). Un exemplaire de grande dimension présente un décor de bandes végétales incisées qui s’entrecroisent. Deux gobelets Portout 52/60 complètent l’inventaire. Ces derniers sont équipés d’une lèvre simple évasée et d’une panse globulaire. Pour ce qui concerne les formes hautes, plusieurs cruches ont été inventoriées. Trois exemplaires, dont un grand module, possèdent une lèvre triangulaire. Quant aux autres cruches, une possède un bec verseur et une dernière est équipée d’une lèvre en biseau. Signalons, aussi, que des fragments de panse ajourée se rattachent sans aucun doute à une faisselle. Plusieurs fragments ont été classés parmi les céramiques à revêtement argileux (CRA) diverses, dans la mesure où ils ne répondent pas aux critères des sigillées luisantes. Il s’agit tout d’abord d’une coupe à lèvre en bandeau dont la forme ne figure pas dans les typologies connues. D’autre part, un second individu muni d’une lèvre en amande présente une pâte différente de celle entrevue dans cet ensemble. En effet, elle est caractérisée par une argile calcaire très jaune revêtue d’un vernis marron mat. Elle se rapproche typologiquement de la coupe Lamb. 2/Desbat 8 en sigillée Claire B, dont plusieurs variantes ont été retrouvées à Lyon (Ayala, 1998, p. 212 ; Silvino, 2007, fig. 17, no 3). Enfin, une assiette en sigillée, originaire des ateliers du sud de la Gaule, fait office de mobilier résiduel.

Fig. 40. Horizon 4, mobilier céramique des « Vernes », La Boisse. 1 à 14. Sigillée luisante (éch. 1/3 ; DAO Tony Silvino).

Fig. 41. Horizon 4, mobilier céramique des « Vernes », La Boisse. 1 à 9. Sigillée luisante (éch. 1/3 ; DAO Tony Silvino).

Les céramiques communes

94Les céramiques communes sont représentées par 126 vases, soit 28,8 % du total du mobilier, et figurent loin derrière les vaisselles fines. Les céramiques à pâte noire ou grise cuites en mode B sont légion avec 97 vases inventoriés. La majorité de ces récipients est destinée à la cuisson et à la préparation des aliments. Leur pâte siliceuse est compacte et rarement grossière. La vaisselle culinaire est avant tout composée de pots divers et variés. La forme récurrente est le pot à lèvre en bourrelet crochue avec vingt et un exemplaires (fig. 42, nos 5 à 8). Suivent les pots à lèvre quadrangulaire et les exemplaires à lèvre en amande. Les deux types possèdent des variantes à lèvre allongée. Les jattes ont une part identique avec des types à lèvre en bourrelet simple ou crochue (fig. 42, nos 1 à 4). Le profil des jattes à lèvre en bourrelet crochue semble calqué sur celui des pots, formant ainsi un service. Les plats sont représentés par huit exemplaires. La forme principale est celle à lèvre en bourrelet rentrante (fig. 42, nos 9 et 11). Un exemplaire est équipé d’une lèvre débordante allongée (fig. 42, no 10) et un second est doté d’une lèvre triangulaire. Deux mortiers à collerette sablés confirment l’utilisation de pâte siliceuse pour la préparation des aliments. Un exemplaire est muni d’un listel courbe remontant au niveau de la lèvre (fig. 42, no 12), qui se retrouve sur des productions intermédiaires entre les communes noires méridionales et les Dérivées des Sigillées Paléochrétiennes (DSP) (Pelletier, Vallauri, 1994, p. 180 et 182, fig. 143, 170 ; Rigoir, 1995, p. 35, no 119). L’utilisation de céramiques communes cuites en mode A est confirmée dans cet ensemble. Deux productions sont attestées. La première, majoritaire, rassemble des vases à pâte siliceuse semi-grossière dont la couleur varie de l’orange au rouge. Les pots à cuire présentent des exemplaires équipés d’une lèvre quadrangulaire évasée (fig. 42, no 2) ainsi qu’un modèle à lèvre en amande verticale, de tradition rhodanienne (fig. 42, no 1). Les jattes sont caractéristiques avec une lèvre en amande externe (fig. 43, no 3). Un mortier à collerette (fig. 43, no 6) et un couvercle complètent cet inventaire. La seconde production est celle des vases à pâte compacte et peu grossière, dont le répertoire se rapproche de celui des communes noires. Pour ce qui concerne les pots à cuire, un exemplaire est muni d’une lèvre évasée et un second est doté d’une lèvre allongée aplatie. Les jattes sont à lèvre en bourrelet crochue (fig. 43, nos 4 et 5), tandis que les plats sont à lèvre en bourrelet rentrante. Une cruche à lèvre en bourrelet est également visible dans cette production. Pour finir, signalons la présence d’un mortier à lèvre en bourrelet pourvu d’un bec verseur (fig. 43, no 7), dont la pâte diffère totalement des autres modèles de cette production. Concernant les cruches, plusieurs exemplaires ont été identifiés. Il s’agit de formes à lèvre en bourrelet ou en bandeau. L’identification de deux fragments de céramiques communes à pâte calcaire reste anecdotique. Il faut souligner enfin l’absence totale de ce type de production dans cet ensemble.

Fig. 42. Horizon 4, mobilier céramique des « Vernes », La Boisse. 1 à 12. Céramique commune grise (éch. 1/3 ; DAO Tony Silvino).

Fig. 43. Horizon 4, mobilier céramique des « Vernes », La Boisse. 1 à 7. Céramique commune rouge ; 8. amphore de Bétique ? ; 9. pierre ollaire (éch. 1/3 ; DAO Tony Silvino).

Les amphores

95Les vestiges amphoriques représentent une part minime de l’ensemble du mobilier. Toutefois plusieurs productions d’origine différente sont attestées. Tout d’abord, des fragments de panse d’amphores de Bétique ont été identifiés. Plusieurs d’entre eux appartiennent à un seul conteneur, en l’occurrence une amphore à huile de type Dressel 23. L’absence d’éléments morphologiques discriminants nous empêche de préciser la variante. Un fond et une anse d’amphore appartiennent aux productions africaines. Si le premier s’apparente au type Keay 25, sous-type 2, la seconde est à cheval entre les dernières Keay 25, sous-type 2, et les premières Keay 26 Spatheia. Ces amphores proviennent des provinces d’Afrique du Nord, et plus précisément de Proconsulaire ou de Byzacène. Le contenu précis de ces récipients reste incertain, même si le vin est envisageable (Bonifay, 2004, p. 122 ; Silvino et alii, 2007). Enfin, un exemplaire se rapproche morphologiquement du type Spatheion Keay 26, type 1, caractérisé par un col étroit, une lèvre triangulaire et de petites anses à section lenticulaire (fig. 43, no 8). Toutefois, la pâte observée diffère totalement des argiles utilisées pour les productions africaines. Il s’agit d’une pâte beige orangé très micacée, légèrement dégraissée. Or il existe à Pupput, en Tunisie, et sur une épave du détroit de Sicile, des amphores dont la forme s’apparente aux Keay 25, sous-type 2 (Freed, 1994, fig. 23, nos 7-8 ; Bonifay, 2004, p. 458). Leur pâte de couleur noisette très micacée se rapproche de celle de notre exemplaire. Des pâtes analogues sont visibles sur les amphores hispaniques produites entre le iiie et le ve siècle dans la province de Bétique. Une production de Spatheia est par conséquent envisageable dans cette région. Plusieurs individus ont été retrouvés dans la fabrique de salaisons d’El Majuelo (Bernal Casasola, 2000, p. 287, fig. 21 A-B et 306, fig. 41-42). Toutefois, notre exemplaire diffère morphologiquement de ces productions. En définitive, rien ne permet à l’heure actuelle de corroborer cette hypothèse, sans que l’on puisse pour autant l’écarter.

96Parmi le reste du mobilier, quatre fragments de pierre ollaire ont été répertoriés pour un individu comptabilisé. La pierre ollaire est un terme générique désignant un groupe de roches métamorphiques d’origine alpine. Cette roche résistante est simple à travailler et garde la chaleur. L’usage de ce récipient reste diversifié. Si son utilisation pour la cuisson des aliments est certaine, son utilisation dans l’activité artisanale7 ou son rôle de récipient d’offrandes restent encore à confirmer (Lhemon, 2003). Le vase inventorié dans cet ensemble correspond à un pot cylindrique décoré de sillons gravés (fig. 43, no 9). L’utilisation de ces récipients est datée dans la région rhône-alpine entre le iiie et le viiie siècle, avec des importations intenses sur les sites de consommation durant l’Antiquité tardive (ibid., 2003).

4.4.3.2. Le verre

97Le site des « Vernes » à La Boisse a révélé un petit lot 8 de fragments de verre. Pour la plupart en verre incolore, verdâtre et jaunâtre, les huit fragments sont entièrement en verre soufflé à la volée. Deux gobelets en verre incolore et jaunâtre sont à signaler. Ces deux fragments n’ont pas de lèvre mais possèdent un simple bord coupé avec un léger étranglement en haut de la panse (fig. 44, nos 1 et 2). L’allure de ces objets, malgré l’absence de forme complète, paraît être tronconique. À l’instar de l’ensemble des gobelets répertoriés précédemment dans les études du verre de Meyzieu et de Saint-Priest, ces fragments correspondent à la série des vases à bord coupé et laissé brut de type Foy 3. Ils pouvent appartenir à différentes formes de type Is. 96, 106 ou encore 109, l’absence de fonds ou encore de décors ne permettant pas de les distinguer de manière formelle. A contrario des verres de Saint-Priest, nous retrouvons des teintes claires, à savoir verdâtre ou jaunâtre, dans un contexte de la fin du ive siècle où la teinte olivâtre aurait pu avoir toute sa place à l’image des exemplaires comparables sur d’autres sites.

Fig. 44. Horizon 4, mobilier en verre des « Vernes », La Boisse (éch. 1/2 ; DAO Laudine Robin).

4.4.3.3. L’instrumentum

98Les structures en creux ont fourni un lot de 93 objets et fragments d’objets. L’ensemble est essentiellement composé de mobilier en fer, soit 75 spécimens, le bronze étant seulement représenté par douze individus. La présence de matériel en plomb et en pierre reste anecdotique avec, respectivement, cinq et un élément.

99Le mobilier en fer, relativement diversifié, est majoritairement associé au domaine immobilier qui s’illustre par un important lot de clous (trente-huit exemplaires), quelques ferrures rectangulaires et de l’huisserie. Les clous sont de tailles variées. Certains, de section épaisse (7 x 7 mm), peuvent être destinés à la charpente. Un rivet complet auquel il convient d’associer quatre têtes, dont il est difficile de déterminer s’il s’agit de clous ou de rivets, peut servir au maintien de ferrures ou entrer dans la confection et la fixation d’éléments d’attelage.

100Quelques objets appartiennent à la sphère domestique. Il s’agit notamment d’une petite clef en fer, fonctionnant par rotation, dont la forme est typique de l’Antiquité tardive (fig. 45, no 4), d’un manche de couteau, d’un fragment de gâche de serrure, d’un ardillon. De même, six petits clous de menuiserie peuvent être rattachés à ce domaine dans la mesure où ils ont pu intervenir dans le montage d’ameublement. Ces clous possèdent des sections inférieures à 4 x 4 mm, et le diamètre de leur tête varie entre 7 mm et 12 mm. Une petite plaque rectangulaire pourrait appartenir à une charnière de coffre. Enfin, trois tiges de forme légèrement différente, dont une extrémité se termine en spatule, restent difficiles à déterminer. Il pourrait s’agir de petits instruments (ciselets ?) ou de stylets rudimentaires.

101Le domaine artisanal est illustré par cinq fragments de barres découpées à chaud et quelques scories qui attestent une activité de forge. Aucun élément d’outillage n’a été clairement identifié à l’exception d’une petite virole destinée au maintien d’un outil sur son manche (ciseau ou lime par exemple) et d’un aiguisoir en pierre. Un dernier objet appartient à la sphère militaire ou à celle de la chasse : il s’agit d’un carreau d’arbalète (ou pointe de flèche ?) dont la pointe pyramidale est prolongée par une petite douille conique destinée à la fixation (fig. 45, no 5). Les éléments de découpe de barres et les scories identifiés dans cette structure illustrent le travail de ce métal et la présence toute proche d’une forge. Il ne faut donc pas exclure la possibilité d’une appartenance à des rebuts de production pour une partie du mobilier métallique fragmentaire.

102Le mobilier en bronze, faiblement représenté (douze individus), est cependant caractéristique des domaines domestique et personnel (parure et accessoires vestimentaires), voire militaire. En effet, sur douze fragments collectés, quatre appartiennent à de la vaisselle métallique et les huit autres proviennent d’accessoires vestimentaires ou d’éléments de parure. La vaisselle se distingue par deux fragments de passoire appartenant sans doute au même objet, et par un bord de plat ou d’assiette. Les accessoires vestimentaires s’illustrent par des éléments de boucles et d’appliques décoratives liées à une ou plusieurs ceintures. Il faut notamment signaler la présence d’un système de fixation de petite boucle, d’un fragment probable de plaque-boucle (fig. 45, no 3) et de deux tôles décoratives (fig. 45, nos 1 et 2) appartenant à un ferret de ceinturon et à une lanière/courroie (tablier de lanière). Un fragment de fibule cruciforme du type Feugère 31 c ou d, ainsi qu’une pointe d’ardillon complètent cette catégorie de matériel. Il faut toutefois rester prudent sur leur appartenance au domaine des accessoires vestimentaires. En effet, ces éléments sont traditionnellement rattachés aux militaria1 et plus précisément2 à la parure militaire. L’homogénéité des éléments cités peut d’ailleurs suggérer la présence d’un équipement militaire, probablement une ceinture, dans le fossé. L’unique élément de parure présent dans le lot est une bague fine à chaton massif en bronze comportant un décor incisé (fig. 45, no 7). Ce dernier doit plutôt être identifié à une scène figurative plutôt qu’à un monogramme. Il semble représenter un personnage en posture de prière, un orant.

Fig. 45. Horizon 4, mobilier en métal des « Vernes », La Boisse (éch. 1/2, sauf 7, éch. 1 ; DAO Stéphane Carrara).

103Pour finir, le mobilier en plomb est illustré par quatre coulures informes qui peuvent provenir d’une mise en œuvre de plomb en fusion (artisanat, réparation), mais la température de fusion de ce métal étant basse, ces fragments peuvent aussi provenir de la fonte d’objets au contact du feu. Une cinquième coulure longitudinale est plus caractéristique. Sa forme peut correspondre à la chute, sur le sol, de métal en fusion lors d’une coulée. Ce mobilier très fragmenté pourrait être identifié, au premier abord, comme les rebuts, aux rejets caractéristiques d’un site d’habitat et si l’on peut percevoir quelques traces d’activités artisanales (travail du fer et du plomb), l’essentiel du mobilier est toutefois de nature domestique.

104Cet ensemble évoque en définitive l’image d’un habitat où les occupants possèdent suffisamment de moyens pour disposer de vaisselle métallique en bronze, dont certains éléments sont liés au service du vin (passoire), et se parer d’accessoires vestimentaires finement décorés. De même, la présence d’une pointe de carreau d’arbalète plutôt destinée à la chasse, pour cette époque, révèle une activité réservée aux catégories sociales possédantes. Pour la chronologie, deux éléments datants sont présents parmi le matériel de ces structures. Un ferret de ceinturon peut être daté de 340-390 ap. J.-C. (Soupault, 2003), et le fragment de fibule cruciforme est attribué aux années 340-380 ap. J.-C. (Feugère, 1985).

4.4.3.4. Le numéraire

105Vingt-neuf monnaies ont été trouvées disséminées dans le comblement du fossé (fig. 46) (Silvino et alii, 2008, p. 472-473). Quatorze d’entre elles demeurent toutefois non identifiables et laissent planer un doute quant au terminus de l’ensemble monétaire. Nonobstant, les monnaies identifiées montrent une association de monnaies de la dynastie constantinienne (années 330-360) et de pièces émises par la dynastie valentiniennne (années 367-378). La monnaie la plus ancienne du lot, un nummus de Constant au type Gloria Exercitus des années 330, côtoie deux nummi de Constance II à la légende Fel Temp Reparatio « au cavalier chutant » frappés dans les années 348-360 et un nummus de Constant ou Constance II « au Vota » (Vot XX/Mult XXX) des années347-348. L’inventaire du numéraire issu du fossé se poursuit avec la présence de dix nummi (aes 3) de la dynastie valentinienne déclinés en trois types de revers émis dans les années 367-378. On relève cinq pièces à la légende Gloria Romanorum et autant pour le revers Securitas Reipublicae, types frappés conjointement par Valentinien I, Valens et Gratien. Un seul nummus frappé au nom de Gratien présente la légende Gloria Novi Saeculi, type émis de 367 à 375. Les quatorze monnaies non identifiables (aux modules Ae 3 et Ae 4) sont, par le style des bustes, attribuables au ive siècle. L’absence (sous réserve de l’identification des quatorze monnaies illisibles) de monnaies émises après 378, notamment des aes 2 au type Reparatio Reipub (378-387), des minimi des années 380-405/8 (type Spes romanorum de Magnus Maximus et Flavius Victor et types Victoria Auggg ou Spes Reipublicae de Valentinien II, Arcadius, Théodose II ou Honorius), et le degré d’usure quasi nul du numéraire inventorié dans la structure fossoyée confirmeraient le comblement de la structure avant les années 380.

Fig. 46. Répartition par type d’émissions et par ateliers des monnaies des « Vernes », La Boisse. Abréviations : (Nu) = nummus ; (Ae 4) = bronze de module 4.

Fig. 47. Répartition des formes des céramiques fines recensées (horizon 4).

4.4.3.5. Proposition de datation

106Les données apportées par l’analyse des différents mobiliers convergent vers une période tardive de l’Antiquité. À l’image de l’ensemble précédemment décrit, les repères chronologiques apportés par les sigillées luisantes, céramiques communes et amphores, et leurs comparaisons avec les sites régionaux, situent indubitablement cet ensemble vers la fin du ive siècle, voire le début du siècle suivant. Certains objets métalliques et le mobilier en verre ne contredisent pas cette datation. Quant à l’analyse du dépôt monétaire, elle place le comblement des structures dans les années 380.

Fig. 48. Répartition des formes des céramiques communes recensées (horizon 4).

4.4.4. Synthèse

  • 20 Il s’agit du site « des Putiers/Amour de Dieu », localisé à Saint-Péray en Ardèche.
  • 21 Les analyses effectuées sur des exemplaires retrouvés à Vienne montrent une origine rhodanienne.

107Si le site de La Boisse a fourni le mobilier le plus conséquent, les ensembles suburbains de Lyon apportent toutefois de données complémentaires. Si l’on se réfère uniquement au lot de La Boisse, force est de constater que la part des céramiques fines est considérable puisqu’elle représente plus de 70 % de la totalité de la céramique (fig. 47 et 48). En rejetant l’hypothèse d’une production locale, l’une des explications de ce taux est la présence à proximité des structures en creux d’un habitat de qualité, comme la partie résidentielle d’une villa. Il faut noter, également, la domination des sigillées luisantes autant à la campagne que dans la proche périphérie de Lugdunum. Les autres types de productions, comme les sigillées Claire B, ne semblent plus être commercialisés. L’analyse de cette vaisselle montre la récurrence dans le répertoire des coupes carénées, notamment des Lamb. 1/3, et dans une moindre mesure des Portout 10 et Portout 31/33. Les mortiers se partagent entre les classiques Lamb. 45 et les modèles à collerette Portout 15. Les gobelets sont toujours dominés par les exemplaires à col tronconique ou tulipiforme. Les autres types de vases (assiette, pot ou cruche) s’avèrent très discrets. Il faut souligner également la présence de l’une des dernières céramiques fines de l’Antiquité, les DSP, qui apparaissent dans la région à la fin du ive siècle ou au début du siècle suivant (Ayala, 1998 ; Silvino, 2007). Des différentes régions productrices, il semble qu’il faille privilégier les ateliers de la moyenne vallée du Rhône. En effet, une production est attestée sur la rive droite du Rhône, près de Valence (Feuillet, Odiot, 1992, p. 111-115 ; Rigoir, Mukai, 2006)20. Si cette production était avant tout destinée à alimenter les marchés locaux, elle a très bien pu être exportée plus au nord, dans la région lyonnaise, à l’instar des sigillées Claire B21. Pour finir avec les céramiques fines, il faut noter l’absence des vaisselles africaines, que ce soit les sigillées Claire A, C et D.

108Pour les céramiques communes, les productions à pâte grise siliceuse sont toujours majoritaires, avec une grande variété de formes. Toutefois, les éléments récurrents restent le pot et la jatte à lèvre en bourrelet crochue qui sont apparus dans les ensembles du milieu du ive siècle précédemment décrits. Quelques exemplaires ont été réalisés avec des pâtes rouges. Ce « service », originaire de Lyon, équipe ainsi autant les batteries de cuisine rurales qu’urbaines (Ayala, 1998 ; Silvino, 2007 ; Batigne-Vallet, Lemaître, 2008). Les plats à lèvre débordante et les jattes à lèvre en bourrelet externe, au demeurant bien représentés dans ces lots, dénotent une influence méridionale, dans la mesure où ces formes sont attestées non seulement dans la moyenne vallée du Rhône (Bonnet, Batigne-Vallet, 2002, p. 350 et fig. 17) mais aussi dans le Languedoc (Raynaud, 1993). D’ailleurs, le mortier à collerette, imitant une forme en DSP, abonde dans ce sens. Si les céramiques à pâte rouge siliceuse sont minoritaires, elles présentent également une influence du sud avec notamment les pots à lèvre en amande verticale ou les jattes à lèvre débordante, vases typiques bien documentés dans la région de Valence (Bonnet, Batigne-Vallet, 2002). Signalons, enfin, l’absence de marmites et le faible taux des plats à cuire, au profit des pots à cuire. Quant aux céramiques à pâte calcaire, elles ont disparu du vaisselier.

109Les amphores restent toujours en position marginale dans les ensembles de cette période. On retrouve toujours les conteneurs sud-gaulois, qui semblent toutefois constituer dorénavant des éléments résiduels. De la province de Bétique provient toujours l’huile d’olive par l’intermédiaire des Dressel 23. Une amphore probablement originaire de la partie orientale de cette province imite une production nord-africaine. Pour finir, les conteneurs africains sont également bien présents avec notamment les derniers modèles Keay 25 et/ou les premières Keay 26 spatheia importées en Gaule à partir de la fin du ive siècle (Bonifay, 2004, p. 125-129).

110Enfin, il faut signaler la présence de vases en pierre ollaire, notamment sur le site de La Boisse, qui confirme bien les courants commerciaux avec les régions alpines.

4.5. Horizon 5 : ve siècle

111Pour cette période encore mal documentée dans la région, seul Vénissieux présente un ensemble caractéristique du ve siècle, composé principalement de fragments de céramiques. Il s’agit d’un ensemble présentant de nombreux éléments résiduels et peu d’éléments datants, permettant de ne fournir qu’un horizon chronologique assez vague. Le mobilier issu du comblement de six fosses compte 615 fragments et 68 vases (fig. 49). Or, parmi ce matériel, une grande quantité de mobilier résiduel est présent, pour lequel nous ne citerons que la sigillée sud-gauloise, la paroi fine de Lyon et les panses d’amphores marseillaises du Haut-Empire. La vaisselle de table de l’Antiquité tardive comprend de la sigillée Claire B, avec un gobelet Desbat 66 et deux individus non identifiés, et de la sigillée luisante, avec des coupes Lamb. 1/3, Lamb. 3 ou 3/8 et Lamb. 8. Si les sigillées Claire B sont très certainement résiduelles, en revanche les sigillées alpines sont probablement en contexte. L’atelier de Portout, en Savoie, fonctionne et commercialise ses produits dans les premières décennies du ve siècle (Pernon, Pernon, 1990).

112Au sein de la céramique commune, les vases à pâte grise siliceuse sont les plus nombreux avec une majorité de pots. Plusieurs bords sont trop lacunaires pour identifier le type du vase. Mêlés à quelques modèles du ier siècle, comme le pot à col côtelé et le pot à épaule carénée, cinq pots présentent une lèvre en bandeau assortie d’une gorge interne (fig. 50, nos 1 à 8). Ces vases, également répertoriés parmi les pâtes de couleur rouge (fig. 50, nos 9 à 12), constituent les pots à bord en bandeau de première génération, caractérisés à Lyon au sein des contextes des ve et vie siècles (Horry, 2000). Ces pots globulaires ou ollae semblent apparaître dans les ensembles lyonnais dans la première moitié du ve siècle (Ayala, 1998, p. 233 ; Batigne-Vallet, Lemaître, 2008, fig. 37). Deux formes ouvertes à pâte rouge sont des jattes carénées également attestées à Lyon à la même période (Gisclon et alii, 2001, fig. 19, no 5). Ces formes annoncent clairement la fin de l’Antiquité et le début du haut Moyen Âge, période à laquelle le répertoire céramique régional, dominé par les ollae, reste peu varié (Horry, 2000 ; Faure-Boucharlat, 2001, p. 61-69). Quant à leur origine, il semble qu’une grande partie de ces objets proviennent du Val de Saône, où une production est attestée dans la région de Chalon-sur-Saône. Appelée céramique « bistre » en raison de sa coloration particulière, cette vaisselle à cuisson post-oxydante a été produite durant tout le haut Moyen Âge dans le secteur de Sevrey (Faure-Boucharlat, Raynaud, 2007).

Catégorie

Type de production

Nbre tessons

NMI

Céramique fine

Sigillée Claire B
Sigillée luisante
Sigillée du Sud
Métallescente
Sigillée africaine A
Paroi fine
Peinte
Indéterminé

8
33
9
4
1
1
1
2

3
4
1
1
1
1
1
1

Total

59

13

Céramique

Commune grise
Commune rouge
Commune claire

448
27
37

34
12
4

commune

Total

512

50

Amphore

Gaule Orient Italie
Péninsule ibérique
Indéterminé

10
5
1
14
14

1
1
1
1
1

Total

44

5

TOTAL

615

68

Fig. 49. Quantification du mobilier céramique de la « place de la Paix 2 », Vénissieux.

Fig. 50. Horizon 5, mobilier céramique de la « place de la Paix 2 », Vénissieux. 1 à 8. Céramique commune grise ; 9 à 12. céramique commune rouge (éch. 1/3 ; DAO Christine Bonnet).

113Au regard de ce matériel, la présence non négligeable d’ollae annonce clairement le haut Moyen Âge, plus précisément les ve et vie siècles. Néanmoins, l’existence de céramiques de tradition antique, qui ne sont pas nécessairement résiduelles, fixe la datation au cours du ve siècle.

5. SYNTHÈSE GÉNÉRALE

5.1. Le mobilier céramique

114Issus de sites divers, où les quantités varient sensiblement d’un ensemble à l’autre, les lots étudiés n’offrent pas une évolution parfaitement linéaire des différentes catégories de production, limitant ainsi la portée des comparaisons. Cependant, ces ensembles possèdent de nombreuses particularités qui leur confèrent une originalité. En premier lieu, les quantités variables sont compensées par la bonne conservation des vases. La plupart des céramiques sont en effet peu fragmentées, ce qui est en partie dû aux contextes d’enfouissement. Par ailleurs, le phénomène de résidualité, hormis peut-être pour le dernier contexte, est peu fréquent, permettant de raisonner avec des statistiques fiables notamment pour les gros ensembles. L’analyse de ces lots dégage ainsi des faciès céramiques de la campagne lyonnaise de la fin du iiie siècle au ve siècle. Elle permet de suivre l’évolution des arrivages et des consommations de produits divers, à une époque tardive de l’Antiquité, et de poser les premières bases sur ce sujet.

5.1.1. Les céramiques fines : le règne des productions à revêtement argileux

115En premier lieu, les sigillées gauloises, inondant les différents marchés régionaux aux ier et iie siècles, s’éclipsent progressivement au cours du siècle suivant, en particulier pour les productions méridionales. Pour les sigillées du Centre, des ateliers fonctionnent tout au long du iiie siècle avec comme épicentre les officines de Lezoux. Ces produits sont encore bien attestés à Lyon et dans les campagnes à la fin de ce siècle. Cette vaisselle disparaît des ensembles du siècle suivant, sous l’effet de la concurrence des sigillées luisantes et, dans une moindre mesure, des sigillées Claire B. D’après l’examen des ensembles de la fin du iiie siècle et du début du siècle suivant, elle domine la catégorie des céramiques fines à Lyon-Vaise, avec notamment l’association classique de pots Desbat 67 et de coupes Desbat 15. En revanche, force est de constater que les sites localisés plus en retrait de Lugdunum, comme Beynost ou Meyzieu, présentent des lots de céramiques fines, dominés par les productions à revêtement argileux originaires de la cité de Vienne. Les sigillées Claire B restent, quant à elles, très discrètes sur ces sites. D’autre part, il semble que les vases à médaillon d’applique aient été réservés à une clientèle urbaine, dans la mesure où ces objets sont peu attestés dans les ensembles sélectionnés, mais également dans l’inventaire général des campagnes du département du Rhône. Au cours du ive siècle, de nouvelles formes apparaissent, originaires d’ateliers rhodaniens méconnus, dont la durée de production s’étale jusqu’à la fin du siècle : il s’agit principalement de coupes Desbat 8/Lamb. 2. En revanche, cette vaisselle fait figure de parent pauvre tout au long du ive siècle. Les sigillées luisantes semblent parvenir dans les campagnes lyonnaises à la fin du iiie ou au début du ive siècle. Les ateliers sont encore malheureusement peu documentés, notamment pour cette période. Toutefois, les produits commercialisés dans la région lyonnaise proviennent non seulement d’officines bien attestées dans les Alpes du Nord, mais très probablement d’ateliers situés à proximité, dans la région actuelle du Dauphiné. Le répertoire des formes, au demeurant encore varié, évolue au fil des décennies avec néanmoins une récurrence de coupes, comme les Lamb. 2/37 ou les Lamb. 1/3. Cette vaisselle inonde littéralement les campagnes au détriment d’autres productions, comme les céramiques fines africaines, et continue à être utilisée au cours du ve siècle, sans être obligatoirement en position résiduelle. Les productions à revêtement argileux comprennent également les céramiques métallescentes, qui restent bien attestées à la fin du iiie siècle pour disparaître au siècle suivant. Ce type de production représente cependant un faible pourcentage parmi les céramiques fines. La dernière production fine gauloise de l’Antiquité, les DSP, est attestée dans un ensemble de la fin du ive siècle ou du début du ve siècle. Une origine de la moyenne vallée du Rhône n’est pas à exclure, bien au contraire, les ateliers situés dans la région de Valence, dont celui de Saint-Péray, ayant très bien pu alimenter les marchés de la région lyonnaise, en reprenant les réseaux de distribution des sigillées Claire B. Il faut enfin signaler la quasi-absence des productions africaines. Hormis quelques vases repérés à la fin du iiie siècle, les sigillées Claire C et D, originaires de la province de Proconsulaire ou de Byzacène, n’ont pas été répertoriées.

5.1.2. Les céramiques communes : entre grises et rouges

116Le répertoire typologique de ces vaisselles de cuisine, appelées communes grises et rouges par commodité, présente une grande variété jusqu’au début du ve siècle. Les productions à pâte grise restent majoritaires tout au long de l’Antiquité tardive. Le répertoire est de manière générale assez varié avec, pour les premières périodes, des pots, des jattes, des marmites et des plats. Quelques exemplaires, comme certains plats ou les jattes carénées, appartiennent aux productions allobroges. Pour le reste, l’origine est encore indéterminée. À partir du milieu du ive siècle, de nouvelles formes apparaissent comme les pots ou les jattes à lèvre en bourrelet crochue, dont une production est attestée dans l’atelier de Charavay, à Lyon-Vaise. Une influence méridionale est également à signaler avec les jattes ou plats à lèvre en bourrelet externe, signalées abondamment dans les contextes de la Drôme. Ces vases sont bien illustrés jusqu’au début du siècle suivant. Une autre nouveauté est la réalisation, à partir de la fin du iiie siècle, de mortiers et de cruches à pâte siliceuse qui jusque-là étaient produits exclusivement à l’aide de pâte calcaire. Pour finir, la fin de l’Antiquité est véritablement marquée par l’apparition, au début du ve siècle, des pots globulaires à lèvre en bandeau ou ollae, lesquels perdureront et évolueront jusqu’au Moyen Âge central. Les céramiques communes rouges siliceuses sont en position secondaire pour chaque période. À la fin du iiie siècle, elles se partagent entre productions à pâte semi-grossière, dont les ateliers restent à déterminer, et céramiques engobées à pâte semi-fine, originaires du Val de Saône. Ces dernières étaient largement importées à Lyon au cours des iie et iiie siècles. Elles semblent s’essouffler au ive siècle au profit des vases à pâte rouge grossière. Le répertoire de l’ensemble des céramiques communes rouges reste également varié avec la présence des formes classiques : pot, marmite, jatte et plat. Le ive siècle est marqué par l’apparition des jattes à bandeau carénées et des pots à lèvre verticale, dont l’origine pourrait se situer dans la moyenne vallée du Rhône. D’autre part, des formes analogues se retrouvent parmi les céramiques communes grises, comme les jattes à lèvre en bourrelet crochue ou à lèvre en bourrelet externe. Des cruches et des mortiers sont également réalisés avec ce type de pâte. Enfin, cette vaisselle devient un peu plus prédominante au ve siècle avec notamment la production de pots à lèvre en bandeau de première génération et de jattes carénées, qui annoncent radicalement le début du haut Moyen Âge. Ces céramiques, s’apparentant au service « bistre » du Val de Saône, ne constituent en aucun cas des productions remarquables, susceptibles de fournir des repères chronologiques précis. La région lyonnaise ne connaît pas malheureusement des productions notables comme les céramiques décorées à la molette du nord de la Loire ou les vases/gobelets biconiques de l’aire romano-burgonde. Par ailleurs, les céramiques communes à pâte calcaire, destinées au stockage ou à la préparation des aliments, encore attestées dans les premiers ensembles, tendent à disparaître au ive siècle. Les formes sont remplacées désormais par des productions à pâte siliceuse, notamment pour ce qui concerne les vases à liquide et les mortiers. Concernant les autres types de productions, il faut signaler l’absence de céramiques à pâte kaolinitique et surtout des céramiques communes africaines, hormis peut-être pour le premier ensemble. Cette vaisselle de qualité supérieure a été pourtant abondamment importée à Lyon durant l’Antiquité tardive.

5.1.3. Les amphores : un conteneur urbain

117L’analyse des ensembles sélectionnés montre une présence assez timide des vestiges amphoriques. Il semble que cette faiblesse ne soit pas exclusivement réservée à l’Antiquité tardive, mais plutôt au monde rural. En effet, la commercialisation des conteneurs dans les grands domaines, type villa, reste toujours assez faible car la demande y est moins importante qu’en milieu urbain. Par ailleurs, la présence de productions locales, de vin notamment, limite également les besoins d’importations. Toutefois, les campagnes ne restent pas isolées des réseaux commerciaux et les denrées d’origine méditerranéenne sont importées durant toute la période concernée. L’huile d’olive de Bétique est transportée dans les Dressel 20 puis les Dressel 23, et les saumures à base de poissons, originaires de la même province, sont commercialisées par l’intermédiaire des Almagro 51C et Almagro 50. Les vins importés proviennent majoritairement de Gaule Narbonnaise dans les Gauloise 4 et également de plusieurs provinces orientales (Rhodes et Asie Mineure). D’Afrique Proconsulaire ou de Byzacène, les conteneurs africains cylindriques de moyennes et de petites dimensions (Keay 25 et Keay 26), transportant du vin et des saumures, sont également attestés.

5.2. Le verre

118Le mobilier en verre découvert sur les sites ruraux lyonnais de l’Antiquité tardive est quantitativement faible. Ce premier inventaire reste un point de départ essentiel pour l’étude des verres régionaux pour cette période. Nous avons pu mettre en relation ce matériel avec l’ensemble des travaux, nettement plus conséquents, déjà réalisés pour les régions plus méridionales. Il semble à première vue, que notre matériel soit, de manière générale, cohérent au niveau des formes et des types de vases avec les sites contemporains. Nous pouvons remarquer que les gobelets à bord évasé et coupé sans lèvre semblent devenir omniprésents au ive siècle. Une singularité se dessine par rapport à la couleur olivâtre qui apparaît de manière précoce au milieu de ce siècle. Si quelques parallèles contemporains existent, cette verrerie olivâtre est connue de manière omniprésente sur le site de Saint-Priest. Pourtant le site de La Boisse a révélé une verrerie correspondant à des couleurs aux teintes claires à une période plus tardive où la couleur olivâtre aurait pu avoir toute sa place. Les découvertes à venir pourront probablement appuyer ou infirmer cette tendance régionale qui semble se dessiner mais qui se construit sur un lot de verre encore trop peu conséquent.

5.3. L’instrumentum

119L’instrumentum présent sur les sites ruraux de l’Antiquité tardive reste trop restreint et pas assez représentatif pour vouloir en tirer des conclusions définitives d’ordre typo-chronologique. Il conduit cependant à formuler quelques remarques et réflexions. De manière générale, on observe une diminution représentative du matériel appartenant au domaine personnel (parure, accessoires vestimentaires ou instruments de toilette) sur les habitats, par rapport au Haut-Empire, alors que ce type de mobilier reste assez bien représenté dans les contextes funéraires locaux du ive siècle comme ceux de la « Montée de la Butte » à Lyon ou la fouille du « Pillon » à Marennes (Motte et alii, 2002 ; Blaizot et alii, 2001). Ce fait découle peut-être tout simplement d’une récupération des matières premières lors de l’abandon des sites. Dans le domaine de la serrurerie, on note le développement aux iiie et ive siècles du mécanisme par rotation, qui apparaît dans le courant du iie siècle, alors que subsiste une continuité dans l’utilisation des systèmes par soulèvement ou retrait. La clef de la villa des « Vernes » à La Boisse illustre ce développement. Cette petite clef fonctionnant par rotation est à tige creuse de section circulaire. Un anneau méplat est obtenu par le recourbement de l’extrémité de la tige. Le panneton, dans l’axe de l’anneau, est droit à bouterolle et rouet. Ce type de clef semble apparaître au ive siècle et se développe pendant toute la période médiévale. Quatre lampes à huile en fer montrent par ailleurs l’évolution vers des formes simples et sont caractéristiques du ive siècle. Elles portent à sept exemplaires les découvertes de ce modèle dans la région, dans des contextes chronologiques similaires. Enfin, le lot de petit mobilier mis au jour sur le site des « Grandes Terres » à Beynost peut s’inscrire dans le phénomène des dépôts métalliques qui apparaît régulièrement sur les habitats des iiie -ve siècles, et dont certains semblent liés au recyclage du fer ou des alliages cuivreux, comme sur la villa de « Champ Madame » à Beaumont (Puy-de-Dôme) (Alfonso, Blaizot, 2004, p. 146). Cette pratique de dépôt d’objets métalliques se développe dans toute la partie orientale de la Gaule et notamment dans la vallée du Rhône (Feugère, 2000, p. 176-177).

5.4. Le numéraire (fig. 51)

120Le numéraire des cinq sites étudiés ne permet évidemment pas, pour l’heure, d’appréhender la circulation monétaire dans la proche périphérie de Lugdunum durant l’Antiquité tardive. Cependant il contribue à cerner les datations des phases d’occupation des différents sites ayant livré des monnaies. En effet, si des réserves (parfois justifiées) sont émises à propos de la pertinence des espèces tardives (iiie-ve siècles) dans les horizons stratigraphiques tardo-antiques, les inventaires des lots étudiés ici tendent à montrer que leur apport n’est pas négligeable. L’inclusion de ces lots dans des schémas de circulation globaux connus pour la Gaule, et surtout l’absence dans les lots étudiés de certaines émissions pourtant frappées en grandes quantités notamment à Lyon et toujours bien représentées sur les sites urbains lyonnais ou régionaux, confèrent à ce mobilier monétaire un statut de marqueur chronologique précis et fiable. Pour les contextes de la fin du iiie siècle/début du ive siècle (Meyzieu « La Dent » et Beynost « Grandes Terres »), on peut considérer que les ensembles monétaires inventoriés sont typiques des échantillons en circulation à l’extrême fin du iiie siècle et au début du ive siècle jusqu’aux années 310, voire 320. Dans les contextes du début du ive siècle, on ne recense, en effet, quasiment jamais de monnaies des années 300/320, mais très souvent ou toujours, en revanche, des antoniniani de la seconde moitié du iiie siècle, des imitations radiées de « l’Empire gaulois » et des Divo Claudio et parfois quelques bronzes lourds de la dynastie antonine (Depeyrot, 2002, p. 77-78). Il faut noter que les antoniniani de l’« Empire central », notamment ceux de Gallien régnant seul et de Claude II, frappés dans les ateliers situés à l’est des Gaules (Rome, Siscia, etc.), ne pénètrent pas en Gaule durant la sécession de l’Empire gaulois (années 260-début années 270), leur aire de circulation privilégiée se situant principalement dans les Balkans (Estiot, 1996, p. 61). Cette masse de monnaies n’est réinjectée dans le circuit monétaire gaulois que quelques années après la reddition de Tétricus I, en 274. Ainsi, la présence de monnaies de Gallien et/ou de Claude II traduit plutôt des occupations du dernier tiers du iiie siècle, vers les années 280-284, voire de la première moitié du ive siècle.

121La présence des cinq aureliani d’Aurélien et de Probus est à souligner car ces pièces de bel aspect (espèces nées de la réforme monétaire d’Aurélien en 274) contrastent avec la médiocrité des antoniniani de cuivre de Gallien, de Claude II, de Victorin et des Tétricus ; elles sont en général thésaurisées et/ou destinées aux rétributions des légions cantonnées sur les frontières (voir les dépôts monétaires des années 270/280). Le volume des émissions de l’atelier lyonnais sous Probus semble assez important au vu du nombre d’exemplaires trouvés sur le site de Meyzieu (sous Aurélien les frappes n’ont pas été aussi massives dans l’atelier lyonnais).

122À l’image des aureliani d’Aurélien (270-275) et de Probus (276-282), et pour les mêmes raisons, la découverte d’un nummus argenté de Constance Chlore « César » (293-305) isolé est assez singulière et mérite d’être rapportée ; largement produit dans les années 290 et 300, cette pièce au large module se rencontre, en effet, rarement dans les niveaux d’occupation de la fin du iiie siècle et du début du ive siècle. Ce type de monnaie, créé lors de la réforme de Dioclétien en 294, a été, lui aussi, fortement thésaurisé. Quant aux imitations radiées, malgré leur démonétisation par Aurélien, elles sont encore associées, ici, aux antoniniani officiels de la seconde moitié du iiie siècle et aux aureliani qui leur sont plus ou moins contemporains. Ces piécettes de cuivre « fabriquées » en très grandes quantités entre 270 et 300 dans des ateliers irréguliers, sans doute locaux (?), peuvent être qualifiées de monnaies de nécessité. Elles imitent principalement les antoniniani des Tétricus (« Auguste » et « César »). Produites pour pallier la pénurie de monnaies indispensables aux échanges quotidiens de première nécessité, ces pièces inondent le circuit monétaire gaulois durant le dernier tiers du iiie siècle. Leur circulation est aussi attestée durant la première moitié du ive siècle : en effet, comme les antoniniani de bas titre, elles réapparaissent durant le ive siècle au moment de grandes pénuries de petites divisionnaires, notamment dans les années 340 (Delmaire, 1982, p. 260-261 ; Estiot, 2002, p. 49).

123Enfin, l’usage de monnaies de bronze du Haut-Empire dans la première moitié du ive siècle est attestée par deux occurrences singulières : une relevée sur le site de Meyzieu « La Dent », un as de Commode, et un sesterce de Gordien III sur celui de Lyon, « Périphérique Nord 2 ». Ces monnaies, qui présentent des degrés d’usure très prononcés, sont percées par un coup de poinçon carré qui peut révéler une pratique ou une utilisation particulière propre à cette période mais dont la signification nous échappe.

124Des statistiques établies sur de nombreux lots de monnaies de site montrent que des bronzes lourds du Haut-Empire (de la dynastie antonine surtout) continuent à circuler au ive siècle et que l’on voit durer des antoniniani du iiie siècle (Depeyrot, 2002, p. 78-79 ; Estiot, 2002, p. 48), alors que pour certains auteurs, leur usage n’excédait pas le début du ive siècle (voir aussi infra, contextes de la seconde moitié du ive siècle). Concernant les contextes du milieu du ive siècle, deux sites périurbains de Lyon ont livré du numéraire dont le terminus post quem peut être établi de façon assez précise par l’absence d’émissions monétaires postérieures à la dynastie constantinienne : le site de Lyon-Vaise, impasse de la Duchère, et celui de Saint-Priest « Minerve ». Le numéraire recueilli sur ces sites montre une assez forte proportion de nummi frappés par la dynastie constantinienne à partir des années 330 et 340 (surtout les types Gloria Exercitus et Victoriae Dd Augg Qnn) ; on relève, en effet, très peu de monnaies frappées sous Constantin I dans les années 313 à 330. Les émissions au type Fel Temp Reparatio « au cavalier chutant », émis de 348 à 361, sont bien représentées autour des années 350 et souvent accompagnées d’imitations de prototypes constantiniens. L’absence de monnaies de Julien II « Auguste » et d’émissions de la dynastie valentinienne confirme un abandon des deux sites vers 358 (Lyon-Vaise, impasse de la Duchère) et 360 (Saint-Priest « Minerve »). Quant aux contextes de la deuxième moitié du ive siècle (notamment de la période valentinienne, années 360-370), les sites de Lyon « Bourbonnais » et de La Boisse « les Vernes » offrent un faciès numismatique assez proche. Ils sont bien approvisionnés par des nummi aux types Gloria Romanorum et Securitas Reipublicae des années 367-378. Le circuit monétaire de la période valentinienne est soutenu par des espèces de la dynastie constantinienne des années 330-360 que l’on rencontre sur ces deux sites. On note même la présence d’un antoninianus (non identifiable) du iiie siècle.

Règne/Type monétaire/Période

Fin du iiie siècle/début du ive siècle (275-310/20)

Milieu du ive siècle (358-360)

2e moitié du ive siècle (367-avant 380)

Fin du ive siècle/début du ve siècle (années 390/400)

(As) Commode (180-192)

1 ex. fruste et percé (BMC V, no 522)

(Ses) Gordien III (238-244)

1 ex. (fruste et percé)

(A) Trajan Dèce (249-251)

1 ex. (RIC IV, no 21b)

(A) Valérien I (253-259)

2 ex. (RIC V/1, no 106)

(A) Gallien (253-268)

3 ex. (RIC V/1, nos 565, 176, 180)

(A) Claude II (268-270)

4 ex. (RIC V/1, nos 104, 91, 15, 110)

(A) Divo Claudio (270-273)

2 ex. (autel et aigle)

(A) Victorin (269-271)

1 ex. (Elmer, no 743)

(A) Tetricus I (271-274)

2 ex. (Elmer, nos 787, 877)

Antoninianus ind. (iiie s.)

1 ex.

(Au) Aurélien (270-276)

1 ex. (RIC V/1, no 137)

(Au) Probus (276-282)

4 ex. (RIC V/2, nos 19, 86, 89, 75)

(Nu) Constance Chlore « César » (293-305)

1 ex. (RIC VI, no 4a)

Imitations radiées Empire gaulois (270-300)

28 ex.

Imitations Divo Claudio (270-300)

2 ex. (prototypes RIC V/1, no 266)

(Nu) Constantin I (Soli Invicto Comiti) (313-318)

1 ex.

(Nu) Dyn. const. (Beata Tranquillitas) (325-320)

1 ex.

(Nu) Dyn. Const. (Constantinopolis) (330-341)

3 ex.

(Nu) Dyn. Const. (Urbs Roma) (330-341)

2 ex.

(Nu) Dyn. const. (Gloria Exercitus à 2 étendards) (331-335)

3 ex.

(Nu) Dyn. const. (Gloria Exercitus à 1 étendard) (335-340)

24 ex.

1 ex.

(Nu) Dyn. const. (Gloria Exercitus à 1 ou 2 étendards) (331-340)

1

Fig. 51a. Répartition des types ou émissions monétaires par règne ou par période dans les différents contextes des sites sélectionnés. Abréviations : (A) = antoninianus ; (Au) = aurelianus ; (Nu) = nummus ; (Ma) = maiorina ; (Ses) = sestertius ; (Ae 2) = bronze de module 2 ; (Ae 4) = bronze de module 4 ; Dyn. const. = dynastie constantinienne ; Dyn. valent. = dynastie valentinienne.

Règne/Type monétaire/Période

Fin du iiie siècle/début du ive siècle (275-310/20)

Milieu du ive siècle (358-360)

2e moitié du ive siècle (367-avant 380)

Fin du ive siècle/début du ve siècle (années 390/400)

(Nu) Dyn. const. (Victoriae Dd Augg Q Nn) (341-348)

20 ex.

(Nu) Dyn. const. (Dv Constantinus Pt Augg) consécration de Constantin I « au quadrige » (337-340)

2 ex.

(Nu) Dyn. const. (Vot XX/Mult XXX) (347-348)

2 ex.

1ex.

Imitation Urbs Roma (années 330-340)

1 ex.

(Ae 4) Imitations Gloria Exercitus (330-341)

2 ex.

(Ae 4) Imitations Victoriae Dd Augg Q Nn (341-348)

1 ex.

(Ma) Constant (Fel Temp Reparatio « à la galère ») (348-350)

1 ex.

(Ma) Décence (Salus Dd Nn Aug Et Caes) (353)

1ex.

(Ma) Magnence ou Décence (Salus Dd Nn Aug Et Caes) (353)

1 ex.

(Ma) Magnence ou Décence (Victoriae Dd Nn Aug Et Caes) (351-353)

2 ex.

(Ma) Dyn. const. (Fel Temp Reparatio « au cavalier chutant ») (348-360)

24 ex.

1 ex.

(Ae4) Imitation Fel temp Reparatio « au cavalier chutant » (353-358)

10 ex.

(Nu) Dyn. const. (Spes Reipublice) (358-361)

3 ex.

(Nu) Gratien (Gloria Novi Saeculi) (367-375)

1 ex.

(Nu) Dyn. valent. (Gloria Romanorum) (367-378)

6 ex.

(Nu) Dyn. valent. (Securitas Reipublicae) (367-378)

7 ex.

(Ae2) Magnus Maximus (Reparatio Reipvb) (383-387)

1ex.

Fig. 51b. Répartition des types ou émissions monétaires par règne ou par période dans les différents contextes des sites sélectionnés. Abréviations : (A) = ; (Au) = ; (Nu) = ; (Ma) = ; (Ses) = ; (Ae 2) = bronze de module 2 ; (Ae 4) = bronze de module 4 ; Dyn. const. = dynastie constantinienne ; Dyn. valent. = dynastie valentinienne.

125L’absence de monnaies des années 380/405-408, presque toujours présentes, parfois en abondance, sur les sites régionaux de la fin du ive siècle, permet d’envisager un terminus ante quem de ces deux sites, sans doute avant 380. Enfin, une seule monnaie des années 380 a été recueillie dans un niveau de la fin du ive siècle/début du ve siècle sur le site de Lyon « Îlot du Repos » : un bronze de large module au type Reparatio Reipub. Ce type de monnaie, de large module, semble avoir été apprécié en Gaule dans les années 390, voire au début du ve siècle.

126Les statistiques concernant l’origine des frappes des monnaies étudiées sont faussées par le très mauvais état de conservation de certains lots (notamment ceux de Lyon « Périphérique nord 2 » et La Boisse « Les Vernes »). Cependant, on constate sur les monnaies totalement lisibles ou attribuables, la part prépondérante de l’atelier monétaire de Lyon, depuis sa réouverture en 274, dans la diffusion et l’approvisionnement des sites installés en périphérie de la métropole rhodanienne. En effet, sur le site de Meyzieu, le monnayage issu de l’atelier de Lugdunum représente 83,3 % du numéraire émanant d’ateliers officiels émis à partir de la fin du règne d’Aurélien (270-275) jusqu’à 295. Sur celui de Saint-Priest « Minerve », où le taux d’identification est assez élevé, 50 % des monnaies identifiables frappées dans des ateliers officiels de la dynastie constantinienne proviennent de l’atelier lyonnais qui cesse la frappe du bronze en 413. Ainsi, l’absence dans les lots monétaires étudiés, d’émissions frappées régulièrement et massivement tout au long du ive siècle par l’atelier de Lyon, et qui semblent largement diffusées aux abords de la cité rhodanienne, confirme, ici, la valeur du numéraire inventorié comme critère fiable de datation.

127Il convient de souligner, en dernier lieu, qu’une réflexion concernant la présence de nombreuses monnaies du ive siècle dans le comblement de fosses sur les sites régionaux fréquentés durant l’Antiquité tardive mériterait d’être engagée (cf. les monnaies de Lyon, impasse de la Duchère, recueillies dans des fosses-foyers et celles de Saint-Priest « Minerve » trouvées dans des fosses qualifiées de fosses de rejets). Citons, comme autres exemples caractéristiques régionaux, le site tardo-antique de Larina (Isère) (fosses-foyers) (Cécillon, Frascone, 1989).

6. CONCLUSION

128Villes et campagnes sont étroitement liées au sein de l’économie antique par tout un jeu d’interactions. Concernant les céramiques, les faciès des ensembles ruraux des différentes périodes présentées dans cette étude semblent ainsi suivre ceux de Lyon, avec toutefois des spécificités propres au monde rural, comme la faiblesse des importations amphoriques, l’absence des céramiques africaines et l’omniprésence des productions savoyardes au détriment des sigillées Claire B. Il faut noter que les aléas de la documentation ont livré des ensembles situés exclusivement dans l’Est lyonnais et qui concernent par conséquent une région probablement davantage influencée par l’aire allobroge que par Lugdunum et la vallée du Rhône. Toutefois, Lyon a servi de centre de redistribution des produits dans les campagnes, notamment pour ceux originaires du Val de Saône et de Gaule centrale, dans un premier temps, puis de la moyenne vallée du Rhône et de manière générale du bassin méditerranéen pour les amphores. D’autre part, la présence de monnaies de l’atelier de Lyon dans les campagnes atteste bien ces échanges. Lugdunum et sa périphérie constituent ainsi une région « mosaïque » comprise entre les courants méditerranéens, rhodaniens, alpins et bourguignons. Malgré les nombreux changements économiques et politiques caractéristiques de l’Antiquité tardive, cette étude montre une société où les axes économiques de longue et moyenne distance continuent à fonctionner. En revanche, ce dynamisme tend à s’affaiblir au cours du ve siècle, siècle pendant lequel ces courants commerciaux se réduisent globalement à des échanges de proximité.

129Ce premier essai de synthèse des mobiliers des campagnes lyonnaises ne représente encore qu’une ébauche qui ne demande qu’à être complétée par de futures données, notamment issues de gisements localisés dans d’autres régions périphériques de Lugdunum, comme l’Ouest lyonnais.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Alfonso G., Blaizot F. dir., 2004, La villa gallo-romaine de Champ Madame à Beaumont (Puy-de-Dôme) : habitat et ensemble funéraire de nourrissons, Lyon, ALPARA, 288 p., 173 ill. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes et Auvergne, 27).

André I., 2003, « Étude d’un lot de céramiques à revêtement argileux découvert à Annecy, Haute-Savoie) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Saint-Romain-en-Gal, 29 mai-1er juin 2003, p. 115-122.

Aubin G., Baratte F., Lascoux J.-P., Metzger C., 1999, Le trésor de Vaise à Lyon (Rhône), Lyon, SRA, 195 p., 128 ill. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 17 - Série lyonnaise, 6).

Ayala G., 1994, « La céramique gallo-romaine », in : Arlaud C., Burnouf J., Bravard J.-P., Lurol J.-M., Verot-Bourrely A., Lyon Saint-Jean : les fouilles de l’îlot Tramassac, Lyon, SRA, p. 79-92 (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 10 - Série lyonnaise, 4).

Ayala G., 1995, « Un lot céramique du Bas-Empire, Le Bivan, l’Albenc (Isère) », Revue Archéologique de Narbonnaise, 27-28, p. 253-268.

Ayala G., 1998, « Lyon Saint-Jean : évolution d’un mobilier céramique au cours de l’Antiquité tardive », R.A.E., t. 49-1998, p. 207-247.

Ayala G., Cécillon C., Franc O., 2000, Saint-Priest (Rhône), Parc technologique de la porte des Alpes, Mail Central : Rue Minerve, D.F.S., Afan, SRA Rhône-Alpes.

Bastien P., 1976, Le monnayage de l’atelier de Lyon : de la réouverture de l’atelier par Aurélien à la mort de Carin (fin 274 - mi-285), Wetteren (Belgique), éd. Numismatique romaine, 287 p., 63 pl. (Numismatique romaine, IX).

Bastien P., 1980, Le monnayage de l’atelier de Lyon : de la réforme monétaire de Dioclétien à la fermeture temporaire de l’atelier en 316 (294-316), Wetteren (Belgique), éd. Numismatique romaine, 274 p., 69 pl. (Numismatique romaine, XI).

Bastien P., 1985, Le monnayage de l’atelier de Lyon : de la mort de Constantin à la mort de Julien (337-363), Wetteren (Belgique), éd. Numismatique romaine, 263 p., 33 pl. (Numismatique romaine, XV).

Batigne-Vallet C., 2003, « Les céramiques communes du iiie siècle de notre ère sur le territoire de la cité de Vienne à partir de quelques sites retenus : premières observations », in : Actes du congrès de la SFECAG, Saint-Romain-en-Gal, 29 mai-1er juin 2003, p. 191-202.

Batigne-Vallet C., Lascoux J.-P., 2003, « L’atelier de terre cuite du ive siècle après J.-C. de la ZAC Charavay à Lyon-Vaise (Rhône) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Saint-Romain-en-Gal, 29 mai-1er juin 2003, p. 229-235.

Batigne-Vallet C., Lemaître S., 2008, « Le mobilier céramique d’un site antique du Vieux-Lyon fréquenté entre le deuxième quart du ier s. av. J.-C. et le début du ve s. ap. J.-C. : le Musée Gadagne », Revue Archéologique de Narbonnaise, 41, p. 211-260.

Béal J.-C., 2007, « Les territoires des cités antiques : notes de géographie historique en région lyonnaise », Revue des Études Anciennes., t. 109, no 1, p. 5-26.

Becker Ch., Jacquin L., 1989, « La sigillée du centre de la Gaule dans trois ensembles de la fin du iiie siècle au milieu du ive siècle sur le site de l’îlot Vieille Monnaie à Lyon », in : Actes du congrès de la SFECAG, Lezoux, 4-7 mai 1989, p. 93-100.

Berato J., Borreani M., Lecacheur P., Pasqualini M., Theveny J.-M., Rigoir J., Rigoir Y., 1986, « Fouilles récentes à Toulon (Var) (quartier Besagne, 1985-1986) », Documents d’archéologie Méridionale, 9, p. 135-166.

Bernal Casasola D., 2000, «La produccion de ánforas en la Bética en el s. III y durante el Bajo Imperio romano», in: Acta Congreso Internacional Ex Baetica Amphorae, Séville-Ecija 1998, Ecija, p. 239-379.

Bertrand É., 1997, « Les importations de céramiques africaines à Lyon (sigillées claires, céramique culinaire) », R.A.E., t. 47-1996, p. 233-245.

Bet Ph., Delor A., 2000, « La typologie de la sigillée lisse de Lezoux et de la Gaule centrale du Haut-Empire : révision décennale », in : Actes du congrès de la SFECAG, Libourne, 1er -4 juin 2000, p. 461-484.

Bet Ph., Gras D., 1999, « Parois fines engobées et céramiques métallescentes de Lezoux », in : Céramiques engobées et métallescentes gallo-romaines, Actes du colloque de Louvain-la-Neuve, 18 mars 1995, Oxford, p. 13-38 (Rei Cretariae Romanae Fautorum acta, 8).

Bet Ph., Vertet H., 1986, « Centre de production de Lezoux », in : Bémont C., Jacob J.-P. dir., La terre sigillée galloromaine : lieux de production du Haut-Empire : implantations, produits, relations, Paris, éd. de la MSH, p. 138-144 (Documents d’archéologie Française, 6).

Blaizot F., Bonnet Ch., Castex D., Duday H., 2001, « Trois cimetières ruraux de l’Antiquité tardive dans la moyenne vallée du Rhône : les sites du Pillon à Marennes (Rhône), du Trillet à Meyzieu (Rhône) et des Girardes à Lapalud (Vaucluse) », Gallia, t. 58, Paris, éd. du CNRS, p. 271-361.

Blaizot F., Bérard F., Bonnet Ch., Cécillon C., Franc O., 2010, « Archéologie d’un espace suburbain de Lyon à l’époque romaine : paléogéographie de la plaine alluviale, axes de communication et occupations », Gallia, 67, 1, Paris, CNRS éd., 159 p.

Bleu S., Laroche C., 2003, « L’atelier de potiers du Bouchage (Isère) : une production de céramiques à revêtement argileux (fin du iie siècle-iiie siècle) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Saint-Romain-en-Gal, 29 mai-1er juin 2003, p. 93-100.

Bonifay M., 2004, Études sur la céramique romaine tardive d’Afrique, Oxford, Archaeopress, 525 p. (BAR, International series, 1301).

Bonnet Ch., 2005-2006, « Évolution des céramiques de la fin du iie au ve s. ap. J.-C. dans la Drôme : l’exemple de Bourbousson (Crest) sur le tracé du TGV Méditerranéen », Revue Archéologique de Narbonnaise, 38-39, p. 483-506.

Bonnet Ch., Batigne-Vallet C., 2002, « Céramiques culinaires de la fin du iie s. au milieu du ve s. ap. J.-C. de la plaine valentinoise au Tricastin », Revue Archéologique de Narbonnaise, 35, p. 321-370.

Bonnet Ch., Batigne-Vallet C., Delage R., Desbat A., Lemaître S., Marquié S., Silvino T., 2003, « Mobilier céramique du iiie siècle à Lyon : le cas de trois sites de la ville basse », in : Actes du congrès de la SFECAG, Saint-Romain-en-Gal, 29 mai-1er juin 2003, p. 145-181.

Boucher S., 1973, Bronzes romains figurés du musée des Beaux-Arts de Lyon, Lyon, 210 p., 534 fig.

Brenot Cl., 1987, « La circulation monétaire sur les sites de Lyon à la Méditerranée (ive-viie siècles) », in : Premiers temps chrétiens en Gaule méridionale : Antiquité tardive et haut Moyen-Âge, iiie-viiie siècles, Catalogue d’exposition, Musée de la Civilisation gallo-romaine, A.L.S.S.A.M., p. 197-199.

Brenot Cl., 1990, « La numismatique », in : Fixot M. dir., Le site de Notre-Dame d’Avinionet à Mandelieu, Paris, éd. du CNRS, p. 202-228 (Monographie du CRA, 3).

Cécillon C., 1996, « Étude numismatique », in : Bastard et alii, Crest ‘Bourbousson III’, AFAN TGV Méditerranée, ligne 5, Secteur II : Valence-Avignon, Lyon, D.F.S. de fouille préventive, Afan, SRA Rhône-Alpes.

Cécillon C., 2001a, « Petits bronzes de la dynastie constantinienne découverts à Saint-Priest (Rhône), au lieu-dit ‘Minerve’ », Bull. de la Société française de numismatique, 2001-2, p. 21-26.

Cécillon C., 2001b, « Les monnaies », in : Blaizot F. dir., et alii, « Trois cimetières ruraux de l’Antiquité tardive dans la moyenne vallée du Rhône : les sites du Pillon à Marennes (Rhône), du Trillet à Meyzieu (Rhône) et des Girardes à Lapalud (Vaucluse) », Gallia, t. 58, Paris, éd. du CNRS, p. 305.

Cécillon C., Frascone D., 1989, Les monnaies et les céramiques de Larina (38) : contribution à la datation d’un site de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge, Mémoire de Maîtrise, Univ. de Provence Aix-Marseille I.

Charlier F., 1996, « L’atelier de potiers gallo-romain de Chaumergy », in : Actes du congrès de la SFECAG, Dijon, 16-19 mai 1996, p. 491-497.

Collectif, 1986, « Céramiques tardives à revêtement argileux des Alpes du nord et de la vallée du Rhône », Figlina, 7, p. 19-50.

Creuzenet F., 1996, « Sigillée, parois fines et métallescentes produites en Bourgogne », in : Actes du congrès de la SFECAG, Dijon, 16-19 mai 1996, p. 81-97.

Delage R., 2003, « Les sigillées du centre de la Gaule peuvent-elles contribuer à la datation des niveaux du iiie s. ? », in : Actes du congrès de la SFECAG, Saint-Romain-en-Gal, 29 mai-1er juin 2003, p. 183-189.

Delaval E., Bellon C., Chastel J., Plassot E., Tranoy L., 1996, Vaise, un quartier de Lyon antique, Lyon, SRA, 292 p., 230 ill. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 11 - Série lyonnaise, 5).

Delmaire R., 1982, « Quelques notes sur les imitations radiées dans le nord de la France », Bull. de la Société française de numismatique, 10, p. 260-261.

Depeyrot G., 2002, Numismatique antique et médiévale en Occident : problèmes et méthodes, Paris, éd. Errance, 126 p., 48 fig. (Coll. des Hespérides).

Desbat A., 1980, Les céramiques fines rhodaniennes à vernis argileux, dites sigillées Claire B et luisantes : étude du matériel lyonnais des iie et iiie siècles, Thèse de 3ème cycle dactylographiée, Université Lyon III.

Desbat A., 1988, « La sigillée Claire B : état de la question », in : Actes du congrès de la SFECAG, Orange, 12-15 mai 1988, p. 91-99.

Desbat A., 2002, « L’atelier de sigillée Claire B de Saint-Péray, Grimpeloup (Ardèche) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Bayeux, 9-12 mai 2002, p. 387-399.

Desbat A., 2007, « La topographie historique de Lugdunum », in : Le Mer A.-C., Chomer C., Lyon, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 179-191 (Carte Archéologique de la Gaule, 69-2).

Desbat A., Lascoux J.-P., 1999, « Le Rhône et la Saône à Lyon à l’époque romaine : bilan archéologique », Gallia, t. 56, Paris, éd. du CNRS, p. 45-69.

Desbat A., Picon M., 1996, « Les céramiques métallescentes de Lyon : typologie, chronologie et provenance », in : Actes du congrès de la SFECAG, Dijon, 16-19 mai 1996, p. 475-488.

Desbat A., Rottier S., Strippoli L., 2006, Le chaix beaucairois, Lyon 9e, Rapport de fouilles, Service archéologique de la ville de Lyon, SRA Rhône-Alpes.

Elmer G., 1941, « Die Münzprägung der gallischen Kaiser von Postumus bis Tetricus in Köln, Trier und Mailand », Bonner Jarhrbücher, 146, p. 1-106.

Estiot S., 1996, « Le troisième siècle et la monnaie : crise et mutations », in : Fiches J.-L. éd., Le iiie siècle en Gaule Narbonnaise : données régionales sur la crise de l’Empire, Actes de la table ronde du GDR 954 ‘Archéologie de l’espace rural méditerranéen dans l’Antiquité et le haut Moyen Âge’, Aix-en-Provence, La Baume, 15-16 sept. 1995, Sophia Antipolis, éd. APDCA, p. 33-70.

Estiot S., 2002, « Circulation monétaire globale, circulation monétaire régionale : possibilités d’une approche ? Quelques réflexions sur la région rhodano-alpine à l’époque romaine », in : Derschka H. R., Liggi I., Perret G. éd, Circulation monétaire régionale et supra-régionale, Actes du 3ème colloque international du Groupe suisse pour l’étude des trouvailles monétaires (GSETM), Berne, 3-4 mars 2000, Lausanne, p. 17-55.

Ettlinger E., 1973, Die römischen Fibeln in der Schweiz, Berne, Francke, 200 p., 30 pl.

Faure-boucharlat É. dir., 2001, Vivre à la campagne au Moyen Âge : l’habitat rural du ve au xiie s. (Bresse, Lyonnnais, Dauphiné) d’après les données archéologiques, Lyon, 432 p., 263 ill. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 21).

Faure-Boucharlat É., Raynaud C, 2007, « L’ample diffusion de la céramique bistre du Val de Saône », in : Heijmans J., Guyon J., « Antiquité tardive, haut Moyen Âge et premiers temps chrétiens en Gaule méridionale. Seconde partie : Monde rural, échanges et consommation », Gallia, t. 64, p. 153-154.

Faure-brac O., 2006, Le Rhône, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 611 p. (Carte archéologique de la Gaule, 69-1).

Feugère M., 1985, Les fibules en Gaule méridionale de la conquête à la fin du ve s. apr. J.-C., Paris, 510 p. (12ème suppl. à la Revue Archéologique de Narbonnaise).

Feugère M., 1993, « L’évolution du mobilier non céramique dans les sépultures antiques de Gaule méridionale (iie siècle av. J.-C.- début du ve siècle ap. J.-C.) », in : Struck M. dir., Römerzeitliche Gräber als Quellen zu Religion, Bevölkerungsstruktur und Sozialgeschichte, Internationale Fachkonferenz vom 18-20 Februar 1991 im Institut für Vor-und Frühgeschichte der Johannes Gutenberg-Universität Mainz, Mayence, p. 119-165.

Feugère M., 2000, « Outillage agricole et quincaillerie antique de Valentine (F. Haute-Garonne) », in : Feugère M., Gutin M. dir., Iron, blacksmiths and tools : ancient european crafts, Actes du colloque de l’ass. Instrumentum tenu à Podsreda (Slovénie), 15-17 avril 1999, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 169-178 (Monographies Instrumentum, 12).

Feuillet M.-P., Odiot T., 1992, « L’atelier de Saint-Péray, Amour de Dieu », in : Desbat A., Laroche C., dir., Les ateliers céramiques antiques de la moyenne vallée du Rhône, programme collectif de recherche H13 : rapport d’activités 1990-1992, p. 111-115.

Foy D., 1991, « Les verres », in : Solier Y. dir., La basilique paléochrétienne du Clos de la Lombarde à Narbonne : cadre archéologique, vestiges et mobiliers, Paris, éd. du CNRS (23ème suppl. à la Revue Archéologique de Narbonnaise).

Foy D., 1995, « Le verre de la fin du ive au viiie siècle en France méditerranéenne : premier essai de typo-chronologie », in : Le verre de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge : typologie – chronologie – diffusion, Guiry-en-Vexin, Musée archéologique départemental du Val-d’Oise, p. 187-242.

Foy D., 2006, « Les objets en verre de la période antique », in : Becker Ch., Parron-Kontis I., Savay-Guerraz S., Le musée Gadagne : archéologie et histoire au cœur d’un projet patrimonial à Lyon, Lyon, ALPARA, p. 204-212 (Documents d’archéologie en Rhône-Alpes, 29).

Foy D., Bonifay M., 1984, « Éléments d’évolution des verreries de l’Antiquité tardive à Marseille d’après les fouilles de la Bourse (1980) », Revue Archéologique de Narbonnaise, 17, p. 289-308.

Frascone D., 1999, La voie de l’Océan et ses abords : nécropoles et habitats gallo-romains à Lyon Vaise : le boulevard périphérique nord de Lyon, Lyon, SRA, 171 p. (Documents d’archéologie en Rhône-Alpes, 18 - Série lyonnaise, 7).

Freed J., 1994, « The pottery from the Late-Roman Shipwreck », in : Mc Cann A. M., Freed J., Deep water archeology : a late Roman ship from Carthage and an ancient trade route near Skerski Bank of Northwest Sicily, p. 21-48 (Ann Arbor - Journal of Roman Archaeology, Suppl. Ser. 13).

Fremersdorf F., 1961, Römisches geformtes Glas in Köln, Köln, H. Revkers (Ver der Löwe), 1, 179 p.

Genin M., 2007, La Graufesenque (Millau, Aveyron). Vol. 2 : Sigillées lisses et autres productions, Pessac, éd. de la Fédération Aquitania, 589 p. (Coll. Études d’archéologie urbaine).

Gisclon J.-L., 2001, « Lyon, 54 rue Pierre Audry (Rhône) », in : Faure-Boucharlat É. dir., Vivre à la campagne au Moyen Âge : l’habitat rural du ve au xiie s. (Bresse, Lyonnnais, Dauphiné) d’après les données archéologiques, Lyon, p. 371-397 (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 21).

Hayes J. W., 1972, Late Roman pottery, Londres, British School at Rome, XXVII-477 p.

Hofmann E., 2006, 105 rue du Bourbonnais, 69009 Lyon, Rapport de fouille archéologique, Service archéologique de la ville de Lyon, SRA Rhône-Alpes, Lyon.

Horry A., 2000, « Lyon-Presqu’île : contribution à l’étude des céramiques du haut Moyen Âge », Archéologie du Midi médiéval, 18, p. 1-26.

Isings C., 1957, Roman glass from dated finds, Groningen, J. B. Wolters, 185 p.

Jacquin L., 1990, « L’atelier de Portout : les monnaies », in : Pernon J., Pernon Ch., 1990, Les potiers de Portout : production, activité et cadre de vie d’un atelier au ve siècle ap. J.-C. en Savoie, Paris, éd. du CNRS, p. 93-107 (20ème suppl. à la Revue Archéologique de Narbonnaise).

Joly J.-L., 1999, Place de la Paix, Vénissieux, D.F.S., Afan, SRA Rhône-Alpes, Lyon.

Joly M., 1996, « Terra nigra, terra rubra, céramiques à vernis rouge pompéien, peintes et communes : répertoire, chronologie et faciès régionaux en Bourgogne romaine », in : Actes du congrès de la SFECAG, Dijon, 16-19 mai 1996, p. 111-138.

Kent J.-P.-C., 1981, The family of Constantine (337-364), Londres, éd. Spink, 727 p., 28 pl. (The Roman Imperial coinage / RIC, VIII).

Kent J.-P.-C., 1994, The divided Empire and the fall of the Western parts (395-491), Londres, éd. Spink, 510 p., 80 pl. (The Roman Imperial coinage/RIC, X).

Lamboglia N., 1958, « Nuove osservazione sulla ‘terra sigillata chiara’ I, tipi A et B », Revue d’Études Ligures, 24, p. 257-330.

Laroche C., 2003, « La céramique dite ‘allobroge’ : présentation d’un nouveau projet de recherche sur les lieux de production », in : Actes du congrès de la SFECAG, Saint-Romain-en-Gal, 29 mai-1er juin 2003, p. 203-206.

Laroche C., Théolas D., 2003, « Saint-Romain-de-Jalionas (Isère), la villa du Vernai : étude comparative de deux contextes : la cour (fin du iie-début du iiie siècle) et le secteur XX (fin du iiie-début du ive siècle ?) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Saint-Romain-en-Gal, 29 mai-1er juin 2003, p. 203-206.

Leblanc O., 2007, Les faciès des céramiques communes de la Maison des dieux Océan à Saint-Romain-en-Gal (Rhône) du ier siècle avant J.-C. au iiie siècle après J.-C., Marseille, SFECAG, 208 p. (3ème suppl. aux Actes du congrès de la SFECAG).

Leyge F., 1990, « La verrerie », in : Monnier J. dir., 1990, La Dent, Meyzieu (Rhône), site gallo-romain : contexte archéologique et historique : découvertes archéologiques : La Grande Seiglière (Genas, Azieu), Les Houdières (Décines-Charpieu), Lyon, Univ. Lyon 3, p. 75-80 (Coll. du Centre d’études romaines et gallo-romaines, 8).

Lhemon M., 2003, « La pierre ollaire en Rhône-Alpes : un type de vaisselle original et marginal », in : Actes du congrès de la SFECAG, Saint-Romain-en-Gal, 29 mai-1er juin 2003, p. 241-246.

Long L., 1998, « Inventaire des amphores du Rhône à Arles : un aspect des échanges à l’époque impériale », in : Actes du congrès de la SFECAG, Istres, mai 1998, p. 85-95.

Mattingly H., Sydenham E.-A, 1927, rééd. 1998, Valerian to Florian (253-276), Londres, éd. Spink, 424 p., 12 pl. (The Roman Imperial coinage/RIC, V/1).

Mattingly H., Sydenham E.-A., 1933, rééd. 2001, Probus to Amandus (276-284), Londres, éd. Spink, 701 p., 20 pl. (The Roman Imperial coinage/RIC, V/II).

Mattingly H., Sydenham E.-A, 1936, rééd. 1998, Macrinus to Pupienus (217-238), Gordian III to Uranus Antoninus (238-254), Londres, éd. Spink, 867 p., 65 pl. (The Roman Imperial coinage/RIC, IV/1, IV/2).

Mattingly H., Carson R.-A.-G., Hill P.-V., 1950 (réimpr. 2005), Pertinax to Elagabalus (193-222), Londres, éd. Spink, 1976 p., 97 pl. (The British Museum Coins/BMC, V).

Monin M., 1988, Îlot du Repos, Lyon 7e, Rapport de fouilles, Service archéologique de la ville de Lyon, SRA Rhône-Alpes, Lyon.

Monin M., 2009, « Les nécropoles de Vaise et de la rue de Bourgogne », Archéothema, 1, p. 51-52.

Monnier J. dir., 1990, La Dent, Meyzieu (Rhône), site galloromain : contexte archéologique et historique : découvertes archéologiques : La Grande Seiglière (Genas, Azieu), Les Houdières (Décines-Charpieu), Lyon, Univ. Lyon 3, 186 p. (Coll. du Centre d’études romaines et gallo-romaines, 8).

Motte S., 1999, Beynost (Ain), ZAC des Grandes Terres, D.F.S., Afan, SRA Rhône-Alpes, Lyon.

Motte S., Vicherd G., avec la coll. de Plantevin C., 2008, « La villa des Grandes terres à Beynost (Ain) : organisation spatiale et techniques de construction », R.A.E., t. 57-2008, p. 267-288.

Motte S., Blaizot F., Bonnet Ch., Martin S., Plantevin C., Roussel P., 2002, Montée de la Butte, Quai Saint-Vincent, Lyon (Rhône), D.F.S., Afan, SRA Rhône-Alpes, Lyon.

Nuoffer P., Montandon B., Orengo L., 2006, La Boisse (Ain), les Vernes, Rapport final d’opération, Archeodunum, SRA Rhône-Alpes, Gollion.

Ode B., Odiot Th., 2001, « L’habitat rural de la moyenne vallée du Rhône aux ive et ve siècles », in : Ouzoulias P., Pellecuer C., Raynaud C., Van Ossel P., Garmy P., Les campagnes de la Gaule à la fin de l’Antiquité, Actes du IVème colloque AGER, Montpellier, 11-14 mars 1998, Antibes, éd. APDCA, p. 225-246.

Odenhardt-Donvez I., 1983, Les verres du chantier de la rue des Farges à Lyon, Mémoire de maîtrise.

Pelletier J.-P., Vallauri L., 1994, « La céramique commune grise », in : Demians d’Archimbaud G. dir., L’oppidum de Saint-Blaise (Bouches-du-Rhône) : la réoccupation aux ve-viie siècles d’après les fouilles récentes, Paris, éd. de la M.S.H., p. 161-188 (Documents d’Archéologie Française, 45).

Pelletier J.-P., Poussel L., Rigoir Y., Vallauri L., Foy D., 1991, « Poterie, métallurgie et verrerie au début du vie s. à Gardanne (B.-du-Rh.) », Documents d’archéologie Méridionale, 14, p. 227-350.

Pernon J., Pernon Ch., 1990, Les potiers de Portout : production, activité et cadre de vie d’un atelier au ve siècle ap. J.-C. en Savoie, Paris, éd. du CNRS, 220 p. (20ème suppl. à la Revue Archéologique de Narbonnaise).

Picon M., 2002, « Les modes de cuisson, les pâtes et les vernis de La Graufesenque : une mise au point », in : Genin M., Vernhet A. dir., Céramiques de La Graufesenque et autres productions d’époque romaine : nouvelles recherches : hommages à Bettina Hoffmann, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 139-163 (Archéologie et histoire romaine, 7).

Poux M., 2008, La villa de Goiffieux, St-Laurent d’Agny (Rhône), Rapport de fouilles, Université Lumière Lyon 2, SRA Rhône-Alpes, Lyon.

Raynaud C., 1990, Le village gallo-romain et médiéval de Lunel-Viel, Hérault : la fouille du quartier ouest, Besançon, Les Belles Lettres, 353 p. (Annales littéraires de l’Univ. de Besançon, 422).

Raynaud C., 1993, « Céramique commune à pisolithes du Languedoc oriental », in : Py M. dir., Dicocer : Dictionnaire des céramiques antiques en Méditerranée nord-occidentale, Lattes, éd. ARALO, 622 p. (Lattara, 6).

Rigoir Y., 1995, « DSP : une vaisselle méridionale », in : Terres de Durance : céramiques de l’Antiquité aux temps modernes, Catalogue d’exposition, Digne/Gap, p. 27-40.

Rigoir Y., Mukai T., 2006, « Un atelier de potiers ‘rive gauche’ : les dérivées-des-sigillées paléochrétiennes de la place des Ormeaux », in : Parron I., Tardieu J. dir., De mémoires de palais : archéologie et histoire du groupe cathédral de Valence, Catalogue d’exposition, Valence, Musée de Valence, p. 114-116.

Riha E., 1994, Die römischen Fibeln aus Augst und Kaiseraugst : die Neufunde seit 1975, Augst, Römermuseum Augst, 206 p., 6 fig., 51 pl. (Forschungen in Augst, 18).

Robin L., 2007, « Le verre », in : Mayoud S., La rue Montgolfier à Balaruc-les-Bains (Hérault), Rapport de fouille archéologique préventive, Archeodunum, SRA Languedoc-Roussillon.

Roussel-ode J., 2008, Le verre dans les chefs-lieux de cités de la moyenne vallée du Rhône du ier s. av. n. è. à la fin du iiie s. de n. è., Thèse, Université Aix-Marseille 1 – Université de Provence.

Rütti B., 1991, Die römischen Gläser aus Augst und Kaiseraugst, Augst, Römermuseum Augst, 2 vol. : Text, 433 p. ; Katalog und Tafeln, 221 p. de pl. (Forschungen in Augst, 13/1 et 13/2).

Silvino T., 2007, « Lyon : la fouille du Parc Saint-Georges : le mobilier céramique de l’Antiquité tardive », R.A.E., t. 56-2007, p. 187-230.

Silvino T., Maudet C., Duffraisse M., Hänni C., 2007, « Lyon, Saint-Georges : identification et origine de résidus organiques contenus dans des céramiques antiques », in : Bonifay M., Treglia J.-Ch. dir., LRCW2, Actes du congrès tenu à Aix-en-Provence, Marseille et Arles, avril 2005, p. 305-312 (BAR, International series, 1662).

Silvino T., Carrara S., Robin L., 2008, « La villa des Vernes (La Boisse, Ain) : un ensemble céramique de l’Antiquité tardive dans l’Est lyonnais », in : Actes du congrès de la SFECAG, L’Escala-Empuries, 1er -4 mai 2008, p. 467-476.

Silvino T., Bliez A., Perrin J.-F., 2009, « Une production de céramiques à revêtement argileux à Optevoz-Le Batailler (Isère) ? », in : Actes du congrès de la SFECAG, Colmar, 21-24 mai 2009, p. 787-790.

Soupault V., 2003, Les éléments métalliques du costume masculin dans les provinces de la mer Noire, iiie-ve s. ap. J.-C., Oxford, Archaeopress, 308 p. (BAR, International series, 1167).

Sutherland C.-H.-V, Carson R.-A.-G., 1933, Valentinian I to Theodosius I (364-395), Londres, éd. Spink, 334 p., 16 pl. (The Roman Imperial coinage/RIC, IX).

Sutherland C.-H.-V., Carson R.-A-G., 1966, rééd. 1997, Constantine to Licinius (313-337), Londres, éd. Spink, 778 p., 24 pl. (The Roman Imperial coinage/RIC, VII).

Sutherland C.-H.-V., Carson R.-A-G., 1967, Diocletian to Maximinus (284-313), Londres, éd. Spink, 727 p., 16 pl. (The Roman Imperial coinage/RIC, VI).

Symonds R., 1992, Rhenish Wares : fine dark coloured pottery from Gaul and Germany, Oxford University Commitee for Archeology, 121 p., 53 pl. (Monograph, 23).

Tranoy L., 1996, « Le quai Arloing ; artisanat et nécropole », in : Delaval E., Bellon C., Chastel J., Plassot E., Tranoy L.,, Vaise, un quartier de Lyon antique, Lyon, SRA, p. 179-254 (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 11 - Série lyonnaise, 5).

Vicherd G., Baudrand M.-N., 1982, « Fouilles récentes à La Boisse (Ain), du Bronze final au Bas-Empire », R.A.E., t. XXXIII, fasc. 2-3-4, p. 366-367.

Villedieu F., 1990, Lyon Saint-Jean : les fouilles de l’avenue Adolphe Max, Lyon, Circ. des Antiquités historiques, 239 p. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 3).

Notes

1 Nous voulons remercier ici tous les responsables d’opération qui nous ont permis de reprendre la documentation afin de mener à bien cette étude : Daniel Frascone (Inrap), Grégoire Ayala (Inrap), Jean-Luc Joly (Inrap), Sylvain Motte (Inrap), Étienne Hofmann (Service Archéologique de la Ville de Lyon), Michèle Monin (Service Archéologique de la Ville de Lyon) et Jeannine Monnier (bénévole retraitée). Nos remerciements vont également à Armand Desbat pour la relecture de ce manuscrit.

2 Il faut noter toutefois la présence de quelques ensembles, notamment celui provenant de la villa de Saint-Laurent-d’Agny, où une occupation du ive siècle est attestée (Poux, 2008). Il s’agit d’une fouille programmée dont les études de mobiliers sont encore en cours.

3 L’analyse des céramiques a été réalisée conjointement par Tony Silvino et Christine Bonnet, le verre par Laudine Robin, l’instrumentum par Stéphane Carrara et les monnaies par Christian Cécillon.

4 Pour Armand Desbat, ce secteur suburbain constituait un vicus, bien qu’aucun document épigraphique ou littéraire ne le mentionne (Desbat, Lascoux, 1999, p. 54).

5 Sans constituer une liste exhaustive, on peut mentionner des secteurs artisanaux rue Charavay et quai Arloing (Batigne-Vallet, Lascoux, 2003 ; Tranoy, 1996) et quelques établissements ruraux (Frascone, 1999 ; Desbat et alii, 2006.).

6 Une synthèse de la rive gauche du Rhône à Lyon a fait l’objet d’une récente publication (Blaizot et alii, 2010).

7 En ce qui concerne les méthodes de comptage, deux types ont été utilisés : le Total des Tessons (TT) et le Nombre Minimum d’Individus (NMI). Ce mode de calcul vise à déterminer le nombre de vases, d’après le nombre total des lèvres après collage. Un tableau général est proposé pour chaque ensemble, exposant, pour chaque catégorie de céramique, les différents types de production attestés, avec le nombre de tessons et d’individus. Les remarques d’ordre statistique sur la répartition typologique ne sont utilisées que pour les ensembles, dont les données quantitatives restent importantes.

8 En effet, les ateliers de sigillée Claire B ne semblaient plus être en activité à la fin du iiie siècle et d’autres reprennent le marché avec des productions à revêtement argileux s’inspirant de la Claire B (Desbat, 1988). Des analyses ont été réalisées sur des céramiques originaires du site du Bivan (L’Albenc, Isère) par Armand Desbat et Maurice Picon. Un groupe a été identifié comme production de la vallée du Rhône, confirmant que les ateliers de sigillée Claire B ont continué à produire durant le ive siècle (Ayala, 1995). Ces revêtements argileux sont encore mal maîtrisés et aucune étude typo-chronologique précise n’existe pour ce type de céramique.

9 Nous utiliserons la typologie de Portout pour certaines formes non répertoriées par N. Lamboglia.

10 Cette vaisselle a fait l’objet d’une première synthèse par un groupe de recherche dans les années 1980 (Collectif, 1986).

11 Les nombreux labours associés à l’érosion et à l’emploi d’engrais chimiques contribuent à altérer de manière générale les céramiques.

12 L’étude des lots de verre a été réalisée à l’aide des typologies existantes : Is. (Isings, 1957), AR (Rütti, 1991) et Foy (Foy, 1995).

13 Une étude concernant la circulation monétaire à Lyon, basée sur les contextes de découverte, depuis la fondation de la Colonie jusqu’à la fermeture de l’atelier de Lyon en 413, est en cours ; Partie 1 : Des origines de la Colonie à Septime-Sévère (Jonas Fluck, doctorant, Université Lyon 2) et partie 2 : le iiie siècle/ve siècle (Christian Cécillon et Daniel Frascone, Inrap RAA : chercheurs associés à l’UMR 5189 Hisoma ; équipe numismatique sous la direction de Sylviane Estiot, CNRS).

14 Par « Empire central », on distingue le monnayage des empereurs officiels reconnus par le Sénat que sont Gallien et Claude II en opposition au monnayage de « l’Empire gaulois » de Postume, Victorin, Tétricus, etc.

15 Il semble que la plupart des contextes ruraux des iie et iiie siècles découverts dans la région lyonnaise ne présentent aucune trace de médaillons d’applique (Faure-Brac, 2006). Il faut signaler toutefois l’existence d’un exemplaire dans la villa de « Vernai » à Saint-Romainde-Jalionas (Isère) (Laroche, Theolas, 2003, fig. 7, no 1).

16 Après discussion avec différents céramologues de la région, il semblerait que cette vaisselle apparaisse plutôt au cours du iiie siècle.

17 Les études du mobilier du Parc Saint-Georges à Lyon ont montré l’importance des importations des Gauloise 4 non seulement dans la seconde moitié du iiie siècle mais également au siècle suivant (Silvino, 2007). Le même constat est visible dans les contextes du sud de la Gaule (Raynaud, 1990 ; Long, 1998).

18 Plusieurs exemplaires inventoriés dans ces ensembles sont des modèles du iie siècle.

19 Le mobilier de cet ensemble a fait récemment l’objet d’une publication (Silvino et alii, 2008). Dans le cadre de cette étude, seuls les résultats principaux sont présentés.

20 Il s’agit du site « des Putiers/Amour de Dieu », localisé à Saint-Péray en Ardèche.

21 Les analyses effectuées sur des exemplaires retrouvés à Vienne montrent une origine rhodanienne.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation des sites dans la région lyonnaise.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 2. Localisation de la rue Mouillard et de l’impasse de la Duchère (1), et de la rue du Bourbonnais (2) à Lyon-Vaise (document Service archéologique de la ville de Lyon. Sources : origine Ville de Lyon – droits réservés ; origine Cadastre – droits de l’État réservés ; origine communauté urbaine – droits réservés).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Légende Fig. 3. Quantification des différents mobiliers pour chaque ensemble (en Nombre de Restes).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 5. Horizon 1, mobilier céramique du « Périphérique Nord-rue Mouillard », Lyon-Vaise. 1. Sigillée Gaule du Centre ; 2 à 7 et 9 à 10. sigillée Claire B ; 8, 11 et 12. sigillée luisante (éch. 1/3 ; DAO Daniel Frascone).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 6. Horizon 1, mobilier céramique du « Périphérique Nord-rue Mouillard », Lyon-Vaise. 1 et 2. Céramique commune grise ; 3 à 5. céramique commune rouge (éch. 1/3 ; DAO Daniel Frascone).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Fig. 7. Quantification du mobilier céramique de « la Dent », Meyzieu.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Fig. 12. Quantification du mobilier céramique de la « ZAC des Grandes Terres », Beynost.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 8. Horizon 1, mobilier céramique de « la Dent », Meyzieu. 1 à 3. Sigillée Gaule du Centre ; 4 à 7. sigillée Claire B ; 8 à 13. sigillée luisante (éch. 1/3 ; DAO Tony Silvino).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Légende Fig. 9. Horizon 1, mobilier céramique de « la Dent », Meyzieu. 1 et 2. Sigillée luisante ; 3 à 6. céramique commune grise ; 7 à 9. céramique commune rouge ; 10. amphore africaine (éch. 1/3 ; DAO Tony Silvino).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende Fig. 10. Horizon 1, mobilier en verre de « la Dent », Meyzieu (éch. 1/2 ; DAO Laudine Robin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Fig. 13. Horizon 1, mobilier céramique de la « ZAC des Grandes Terres », Beynost. 1. Sigillée Gaule du Centre ; 2. sigillée luisante ; 3. sigillée africaine C ; 4 et 5. céramique commune grise (éch. 1/3 ; DAO Christine Bonnet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Fig. 15. Répartition des formes des céramiques fines recensées (horizon 1).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Légende Fig. 16. Répartition des formes des céramiques communes recensées (horizon 1).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende Fig. 20. Horizon 2, mobilier céramique de la « place de la Paix 1 », Vénissieux. 1 à 4. Céramique commune rouge ; 5 à 14. céramique commune grise (éch. 1/3 ; DAO Christine Bonnet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Fig. 22. Horizon 3, mobilier céramique de la « rue Minerve », Saint-Priest. 1 à 7. Sigillée luisante (éch. 1/3 ; DAO Alban Horry).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 23. Horizon 3, mobilier céramique de la « rue Minerve », Saint-Priest. 1 à 3. Sigillée Claire B (éch. 1/3 ; DAO Alban Horry).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fig. 24. Horizon 3, mobilier céramique de la « rue Minerve », Saint-Priest. 1 à 5. Céramique commune grise ; 6 et 7. céramique commune rouge ; 8. amphore de Bétique (éch. 1/3 ; DAO Alban Horry).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 25. Horizon 3, mobilier en verre de la « rue Minerve », Saint-Priest (éch. 1/2 ; DAO Alban Horry).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 26. Horizon 3, mobilier en métal de la « rue Minerve », Saint-Priest (éch. 1/3 ; DAO Alban Horry).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 27. Répartition par type d’émissions et par ateliers des nummi constantiniens de la « rue Minerve », Saint-Priest. Abréviations : (Nu) = nummus ; (Ae 4) = bronze de module 4.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 29. Horizon 3, mobilier céramique du « Périphérique Nord 2-impasse de la Duchère », Lyon-Vaise. 1 à 4. Sigillée luisante ; 5 à 8. céramique commune grise ; 9 et 10. céramique commune rouge (éch. 1/3 ; DAO Daniel Frascone).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 30. Répartition par type d’émissions et par ateliers des monnaies du « Périphérique Nord-impasse de la Duchère », Lyon-Vaise. Abréviations : (Nu) = nummus ; (Ses) = sestertius ; (Ae 2) = bronze de module 2 ; (Ae 4) = bronze de module 4 ; Dyn. const. = dynastie constantinienne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Légende Fig. 31. Répartition des formes des céramiques fines recensées (horizon 3).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig 32. Répartition cruche des formes des céramiques communes recensées (horizon 3).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 34. Horizon 4, mobilier céramique de « l’Îlot du Repos », Lyon-Guillotière. 1. DSP ; 2. céramique commune rouge ; 3 à 5. amphore africaine ; 6. amphore de Bétique (éch. 1/3 ; DAO Christine Bonnet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Fig. 36. Horizon 4, mobilier céramique de la « rue du Bourbonnais », Lyon-Vaise. 1 à 5. Sigillée luisante ; 6 et 7. céramique commune rouge ; 8 à 11. céramique commune grise (éch. 1/3 : DAO Éric Bertrand).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Fig. 37. Horizon 4, mobilier céramique de la « rue du Bourbonnais », Lyon-Vaise. 1 et 2. Amphore de Bétique ; 3. amphore africaine ; 4. amphore orientale (éch. 1/3 : DAO Éric Bertrand).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Fig. 38. Répartition par type d’émissions et par ateliers des monnaies de la « rue du Bourbonnais », Lyon-Vaise ; Abréviation : (Nu) = nummus.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Fig. 40. Horizon 4, mobilier céramique des « Vernes », La Boisse. 1 à 14. Sigillée luisante (éch. 1/3 ; DAO Tony Silvino).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Fig. 41. Horizon 4, mobilier céramique des « Vernes », La Boisse. 1 à 9. Sigillée luisante (éch. 1/3 ; DAO Tony Silvino).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Fig. 42. Horizon 4, mobilier céramique des « Vernes », La Boisse. 1 à 12. Céramique commune grise (éch. 1/3 ; DAO Tony Silvino).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Fig. 43. Horizon 4, mobilier céramique des « Vernes », La Boisse. 1 à 7. Céramique commune rouge ; 8. amphore de Bétique ? ; 9. pierre ollaire (éch. 1/3 ; DAO Tony Silvino).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende Fig. 44. Horizon 4, mobilier en verre des « Vernes », La Boisse (éch. 1/2 ; DAO Laudine Robin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Fig. 45. Horizon 4, mobilier en métal des « Vernes », La Boisse (éch. 1/2, sauf 7, éch. 1 ; DAO Stéphane Carrara).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Fig. 46. Répartition par type d’émissions et par ateliers des monnaies des « Vernes », La Boisse. Abréviations : (Nu) = nummus ; (Ae 4) = bronze de module 4.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 47. Répartition des formes des céramiques fines recensées (horizon 4).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Fig. 48. Répartition des formes des céramiques communes recensées (horizon 4).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Fig. 50. Horizon 5, mobilier céramique de la « place de la Paix 2 », Vénissieux. 1 à 8. Céramique commune grise ; 9 à 12. céramique commune rouge (éch. 1/3 ; DAO Christine Bonnet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8487/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

Auteurs

© ARTEHIS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search