Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, I

 | 
Michel Kasprzyk
, 
Gertrud Kuhnle
, 
Alexandre Burgevin

La mutation et le rôle du camp légionnaire de Strasbourg dans l’antiquité tardive

Gertrud Kuhnle, Juliette Baudoux, Marie-Dominique Waton et Jens Dolata

Résumé

Le camp de la legio VIII Augusta, initialement fortifié par un rempart en terre et en bois à la fin du ier siècle après J.-C., se voit adossé d’une enceinte en pierre au cours du iie siècle, puis cette dernière est enchemisée par une enceinte munie de tours saillantes à la fin du iiie siècle ou au début du ive siècle. À l’intérieur du camp, l’occupation est attestée par du mobilier datant jusque dans la première moitié du ve siècle. À l’extérieur du camp, elle cesserait, d’après le mobilier, dans la deuxième moitié du ive siècle. Des tombes du troisième tiers du ve siècle indiquent cependant une continuité de l’occupation. Certaines catégories de mobilier, comme les tuiles estampillées d’un chrisme, d’une croix ou d’un A dans un cercle et celles marquées au nom d’un corps militaire inconnu XIIVICTR[IX], ne peuvent pas être datées avec précision dans l’Antiquité tardive. La continuité de l’occupation au haut Moyen Âge est attestée par des objets isolés et quelques cabanes découvertes au sein et à l’extérieur de l’emprise du camp. Les sources archéologiques et historiques ne permettent pas de préciser à partir de quand on peut compter avec une présence épiscopale, la liste des évêques de Strasbourg ne commençant qu’en 614 avec Ansoaldus, qui signe le concile de Paris. Ce n’est qu’à partir de la fin du xiie siècle que l’enceinte romaine est partiellement démolie, en relation avec la construction de l’enceinte épiscopale. Le front nord-ouest du camp légionnaire fonctionne encore au bas Moyen Âge comme mur d’enceinte de la ville.

Texte intégral

  • 1 Jusqu’au cours du Moyen Âge, le cours d’eau dénommé actuellement « Ill » s’appelait « Bruscha ».

1L’agglomération antique de Strasbourg, créée sous Tibère-Claude, s’est développée en fonction du camp de la legio VIII Augusta, construit à la fin du ier siècle après J.-C. Ce camp se situe dans la plaine rhénane sur un lambeau de terrasse stabilisée, entrecoupée de chenaux. Il y a été aménagé le plus à l’est possible puisque son front sud-est s’appuie sur le cours de l’Ill1 (fig. 1). En l’état actuel de nos connaissances, on ne peut pas, pour l’époque antique, postuler la présence et l’emplacement approximatif d’un chenal principal qui formerait l’espace insulaire tel qu’il est connu par la configuration d’aujourd’hui.

2Au Haut-Empire, les canabae legionis, les nécropoles et un véritable vicus routier se sont développés essentiellement à l’ouest du camp. Les principaux vestiges se trouvent de part et d’autre d’une importante voie de communication orientée est-ouest, correspondant approximativement à la route des Romains qui traverse l’actuel faubourg de Koenigshoffen.

3Dans l’ensemble, cette configuration ne changera guère jusqu’à la fin de l’Antiquité, comme en témoignent les nécropoles datant de la fin du iiie au viie siècle (fig. 1). Il faut admettre qu’à Koenigshoffen, seule la partie occidentale a pour le moment livré quelques vestiges d’habitat (Baudoux et alii, 2002, p. 169 ; Nilles, 2004), mais les traces d’une occupation tardive sont toujours difficilement lisibles, voire détruites par les activités postérieures.

4Dans la région de Strasbourg, à côté de l’axe majeur nord-sud suivant le Rhin, plusieurs passages naturels facilitent également les communications est-ouest : la vallée de la Kinzig et un probable gué du Rhin vers l’est, le col de Saverne et le col du Donon via la vallée de la Bruche vers l’Ouest. Ces axes sont jalonnés d’une série de sites de l’Antiquité tardive : des sites de hauteur au bord du massif de la Forêt-Noire, Kehl-Auenheim sur la rive droite du Rhin (voir l’article d’A. Haasis-Berner, dans ce volume), le site de Strasbourg, la tour fortifiée de Dachstein, la fortification de Saverne et d’autres établissements comme Wiwersheim (voir F. Latron, dans ce volume).

1. L’évolution du camp légionnaire au Bas-Empire : système défensif et infrastructure de la fortification tardive

5Le camp strasbourgeois de la legio VIII Augusta, transférée vers 85-90 après J.-C. de Mirebeau à Strasbourg (Reddé, 1997 ; Reddé et alii, 2006, p. 386), a été aménagé à l’aide d’un rempart en terre et en bois, large de 5,20 m à sa base (Kuhnle et alii, 2001). Au iie siècle, à une date qui reste à préciser, ce camp a été renforcé. L’enceinte prend alors la forme d’un mur en pierre muni de tours carrées saillantes vers l’intérieur, édifié contre le rempart en terre et en bois. La fortification est connue sur trois fronts, le tracé du front sud-est étant en grande partie hypothétique. La surface fortifiée est d’au moins 17,5 hectares. Dans le cadre des réformes militaires de Dioclétien et de la nouvelle organisation des provinces, la VIIIe légion reste affectée à Strasbourg, mais les sources sur cette dernière font assez largement défaut, en raison notamment de la perte des feuillets de la Notitia Dignitatum relatifs au Comes Argentoratensis qui commande ce secteur de la frontière à partir d’une date que nous ne pouvons pas préciser.

  • 2 Entre cette tour et l’extrémité sud-est du grenier à blé (fig. 3) se trouvait un escalier menant au (...)

6Au Bas-Empire, c’est la totalité du camp légionnaire, voire une superficie plus grande en raison du front sud-est qui se situe – par rapport au tracé hypothétique du front sud-est du Haut-Empire – plus près du cours d’eau actuel (l’Ill), qui est refortifiée (fig. 2). La surface fortifiée atteint alors 19,3 hectares. Le mur en pierre du Haut-Empire, large de 1 à 1,20 m, est doublé par un mur dont la largeur varie entre 1,20 m et 2,80 m. Cette enceinte du Bas-Empire, construite sur trois fronts contre le parement externe du mur à chaînages de tuiles et de briques du Haut-Empire, comporte des tours saillantes vers l’extérieur, espacées irrégulièrement de place en place. Ces tours ont un plan semi-circulaire sauf une, en l’état actuel des connaissances, qui est rectangulaire. Il s’agit d’une nouvelle construction saillante du front nord-ouest dont les fondations ont été mises au jour en 1999/2000 sur la fouille du « Grenier d’Abondance » (Kuhnle et alii, 2001) à l’emplacement de l’ancien grenier à blé de la ville (fig. 3 à 6). Dix-neuf tours intermédiaires et deux tours d’angle avaient auparavant réellement été observées sur le terrain (Gissinger, 2002, p. 31-51). La fondation de la construction rectangulaire du « Grenier d’Abondance », réalisée à l’aide d’une double rangée de piquets enfoncés dans le gravier rhénan et de plusieurs couches de pierres sèches, concassées et tassées, mesure 6,20 m de long et 2,60 m de large. La faible largeur ne permet pas de restituer une tour semi-circulaire, mais une sorte de tourelle ou simple plate-forme rectangulaire. La fosse de fondation de cette construction a été creusée de façon indépendante par rapport à la tranchée de fondation du mur qui rejoint au nord-est la tour découverte par F. Garscha au « Kornspeicher », à 28 m de distance. Au sud-ouest, on note l’absence exceptionnelle d’une courtine du Bas-Empire, entre la tour rectangulaire du « Grenier d’Abondance » et les abords immédiats de la tour dite « de Silbermann », située à 36 m2.

Fig. 1. Le site de Strasbourg dans l’Antiquité tardive (d’après Schneider, Schwien dans Baudoux et alii, 2002, p. 39, fig. 3).

Fig. 1. Le site de Strasbourg dans l’Antiquité tardive (d’après Schneider, Schwien dans Baudoux et alii, 2002, p. 39, fig. 3).

Fig. 2. Plan du camp légionnaire de Strasbourg devenu castrum au Bas-Empire (d’après Baudoux et alii, 2002, p. 95 fig. 43 et Gissinger, 2002, pl. V).

Fig. 3. Plan général des différentes fouilles réalisées dans le secteur du grenier à blé de la ville de Strasbourg (G. Kuhnle).

Fig. 4. Coupe de la fondation de la construction rectangulaire du Bas-Empire et du mur d’enceinte du Haut-Empire de la fouille du « Grenier d’Abondance » (1999/2000) (G. Kuhnle).

  • 3 Datations réalisées par le Centrum voor Isotopen Onderzoek de Groningen (NL), référence CIO/085 – 2 (...)

7L’envergure de l’enceinte tardive circonscrivant près de 20 hectares, l’existence d’une construction rectangulaire, les distances irrégulières entre cette dernière et les tours semi-circulaires voisines ainsi que l’absence d’un tronçon de courtine accolé à l’enceinte du Haut-Empire suggèrent que la fortification du Bas-Empire a pu être édifiée en plusieurs étapes. Deux prélèvements de piquets provenant de la fondation de la construction rectangulaire (fig. 4) ont livré comme datations C14 les périodes chronologiques 283-323 et 274-3333. Historiquement, son édification a donc pu avoir lieu sous le règne de Probus ou sous les règnes de Dioclétien ou de Constantin. La date de la refortification au Bas-Empire du camp légionnaire de Strasbourg n’a encore jamais pu être précisée. J.-A. Silbermann relate la découverte au xviiie siècle d’un trésor comprenant quelques 200 monnaies de probus, Dioclétien et Maximien (terminus post quem vers 305) au quai Lezay-Marnésia (Silbermann, 1775, p. 9). Ces monnaies seraient à mettre en relation avec une tour semi-circulaire située sous une tour carrée du Moyen Âge. Quelques autres trouvailles monétaires d’époque constantinienne sont à signaler en rapport avec l’enceinte, mais leurs relations stratigraphiques par rapport à l’ouvrage ne sont jamais bien connues (Gissinger 2002, p. 55). La fortification du camp légionnaire de Strasbourg pourrait donc dater de la in du iiie siècle ou de la période constantinienne.

Fig. 5. Fondation de la construction rectangulaire de la fouille du « Grenier d’Abondance » (F. Schneikert) : a) couches de pierres sèches, concassées et tassées ; b) trous de la double rangée de piquets enfoncés dans le gravier rhénan.

Fig. 6. Restitution graphique de l’enceinte du Bas-Empire dans le secteur du « Grenier d’Abondance » (Ch. Gaston).

8Enfin, des réfections sur l’enceinte, au cours de la deuxième moitié du ive siècle ou au début du ve siècle, ne sont pas exclues, comme pourrait l’indiquer la présence éventuelle du relief de Lepontius, daté du ive siècle, qui a été trouvé au xviiie siècle « dans une cave sur l’emplacement de l’Hôtel de Ville » (Oberlin, 1773, p. 21 ; Forrer, 1927, p. 300). On ne peut malheureusement pas déterminer le lieu de découverte avec certitude : ou le relief était intégré dans l’enceinte du front nord-ouest, ou il appartenait à un ensemble situé à proximité.

9À l’intérieur de la fortification, les axes majeurs (viae principalis, praetoria et sagularis) semblent globalement maintenus.

10Près de l’angle nord de la fortification, nous disposons de données fiables en ce qui concerne la via sagularis. Des données concordantes, issues de la fouille du « Kornspeicher » (Garscha, 1941, p. 41) et de la fouille récente du « Grenier d’Abondance » (Kuhnle et alii, 2001), indiquent qu’au Bas-Empire l’emprise de la voie, large d’au moins 6 m, a été déplacée d’environ 3 m vers le nord-ouest en direction de l’enceinte. Au « Grenier d’Abondance », les deux chaussées datant du Bas-Empire n’ont pu être observées qu’en stratigraphie (fig. 7). Le premier état de voie du Bas-Empire semble avoir fonctionné entre le milieu du iiie et le milieu du ive siècle. La mise en place du second état serait par conséquent postérieure au milieu du ive siècle, mais aucun indice ne permet d’évaluer la durée de son utilisation. Un fossé au profil en cuvette, large de 1,40 m à 2 m pour une profondeur de 0,65 m en moyenne, suit le bord sud-est de la via sagularis bien que son tracé ne soit pas tout à fait rectiligne. Il a été creusé à partir de la surface de roulement de la première chaussée du Bas-Empire.

Fig. 7. Coupe de la via sagularis de la fouille du « Grenier d’Abondance » (F. Schneikert).

11Les deux tronçons fouillés du fossé (2 x 2 m linéaire) ont livré un lot de 545 tessons, associé à quatre monnaies constantiniennes. Les deux monnaies les plus récentes ont été frappées entre 348 et 350 au nom de Constant, l’une à Siscia et l’autre à Trêves. Des sigillées de Rheinzabern (Ludowici SMB, SMP, TI’, TA, Drag. 41, 32, 43, Walters 78 et 81) et des sigillées d’Argonne (Chenet 324 et une sigillée peinte) (fig. 8, no 1) sont associées à des gobelets de types Niederbieber 32c et 33 et à des céramiques à revêtement argileux noirâtre (geschmauchte Ware), notamment des coupes de type Alzey 24/25 (fig. 8, no 2) et des plats à lèvre droite présents à Trèves dans les années 300-320 (Hussong, Cüppers, 1972, forme 62a) (fig. 8, no 3). La céramique commune est représentée par une coupe à enduit rouge (no 4), un mortier de type Alzey 31 (no 5), des écuelles de types Alzey 29 (no 6) et 34 au profil anguleux (no 7), une série de pots de type Alzey 27 (fig. 8, nos 9-14) dont certains comportant une saillie extérieure sous la lèvre sont datables du milieu du ive siècle. Deux d’entre eux sont importés de Mayen au sud-est de l’Eifel (fig. 8, nos 13-14). On recense trois amphores : une amphore à huile Dressel 23 de Bétique (no 16), une amphore rhénane locale (no 17) et une amphore africaine Keay XXVIIB (fig. 8, no 18).

12L’analyse du mobilier céramique et des monnaies permet de dater l’abandon du fossé vers le milieu du ive siècle, dans les années 350 (350 comme terminus post quem d’après les monnaies de Constant) ou 360 (absence de monnaies valentiniennes). Faut-il y voir une relation avec les destructions liées aux invasions alamanes sous Chnodomar en 352 ? La question reste ouverte car, d’un point de vue archéologique, il n’est pas possible de faire la distinction entre 350 et 365.

Fig. 8. « Grenier d’Abondance » : céramiques du fossé latéral de la via sagularis comblé au milieu du ive siècle. 1. Sigillée peinte ; 2-3. céramique à revêtement argileux noirâtre ; 4-15. céramique commune ; 16-18. amphores (dessins : J.-L. Isselé, DAO : G. Kuhnle, 2001).

13Quoi qu’il en soit, le comblement de ce fossé qui borde, au sud-est, la via sagularis est intervenu dans un laps de temps très court à en juger par le remplissage limoneux uniforme, riche en inclusions de toutes sortes. Par rapport aux caniveaux de la via sagularis du Haut-Empire, qui n’avaient livré que peu de mobilier archéologique, le contenu de ce fossé témoigne clairement d’un changement dans la gestion des déchets. Il s’agit de nombreux déchets de la vie courante : céramique de table, de cuisson et de préparation ; os d’animaux liés au traitement des carcasses et à la consommation de viande ; parure et déchets d’épingle ; monnaies. Ce matériel renvoie à la fois à des habitations et à quelques installations d’artisans (boucherie, tabletterie). Comme hypothèse de travail, on peut suggérer que le contenu du fossé illustre l’arrivée de civils au sein de la fortification avant ou vers le milieu du ive siècle.

14Localisée dans la partie centrale de la fortification, la fouille de l’ancienne imprimerie « Istra » (Waton, 1991), dans l’angle formé par la rue des Juifs et la rue des Charpentiers, a permis de mettre au jour un fond de cabane (environ 7 x 4 m). Pourvu de deux trous de poteaux situés à peu près dans l’axe, il est attribuable au ive siècle. Son comblement a livré un lot d’épingles en os, dont certaines sont des rebuts. Ce fond de cabane semble également renvoyer à une occupation civile.

15Un habitat luxueux, comportant une pièce avec mosaïque, a été partiellement mis au jour sous la chapelle Saint-Laurent (sous l’actuelle cathédrale) (Pétry, 1972 ; Pétry, Kern, 1974). Daté du iiie siècle, il pourrait être en relation avec une abside de la période romaine tardive, fouillée par R. Forrer (Forrer, 1927, p. 698, fig. 509), et un autre angle de mur (Pétry, 1972, p. 391 ; Gissinger, 2002, p. 70-71). Suivant l’interprétation de F. Pétry (Pétry, 1974, p. 383), B. Gissinger voit dans l’ensemble un petit complexe thermal privé appartenant à une riche demeure de dignitaire ; il suggère que des réfections de bonne facture aient pu assurer une occupation assez tardive qui aurait gardé un certain luxe (Gissinger, 2002, p. 70-71). Si cet ensemble revêt en effet un caractère plus civil que militaire, il faut souligner qu’en ce qui concerne l’Antiquité tardive, il est à ce jour fort difficile de distinguer entre construction militaire, civile ou religieuse au sein de la fortification de Strasbourg.

  • 4 Les datations proposées par J.-J. Hatt pour ces vestiges superposés ne sont pas toujours étayées pa (...)

16Il faut savoir qu’à l’intérieur de l’enceinte, aucun plan complet de bâtiment n’est connu pour le ive siècle ; seuls des vestiges isolés, témoignant d’une construction en pierre ou en bois, ou encore quelques lambeaux de sols subsistent. Une superposition de trois bâtiments tardifs, tous de plans partiels, a pu être observée dans l’angle est de la fortification du Bas-Empire, ruelle Saint-Médard : à un bâtiment à poteaux sur des bases en grès du ive siècle, interprété comme un hangar, succédait un édifice maçonné puis, vers la fin du ive siècle - début du ve siècle, un bâtiment en architecture légère4 (Hatt, 1953).

  • 5 Cette datation pourrait conforter l’hypothèse d’une église émise par B. Beaujard et R. Guild : « [… (...)

17Toujours dans l’angle est, sous la nef de l’église Saint-Étienne, J.-J. Hatt a mis au jour une abside en maçonnerie d’un bâtiment qu’il présente comme basilique et qu’il date du ve siècle (Hatt, 1959) (fig. 9a). La découverte fortuite en 1998, à l’entrée du collège épiscopal, d’une tranchée fantôme de 1 m de large comblée d’éclats de pierres volcaniques dans son tiers inférieur (Pierrez, Waton, 1999), est à rapprocher des tranchées « remplies de pierraille et de mortier », rencontrées par l’équipe de J.-J. Hatt dans la cour du collège lors de travaux de canalisation en 1966. Ces tranchées n’ont pas fait l’objet d’un relevé, mais elles avaient été interprétées comme la trace des murs épierrés de la basilique (Hatt, 1966). Les observations d’E. Pierrez et M.-D. Waton les ont conduits à proposer une reconstitution de l’édifice qui aurait une longueur de 24 m pour une largeur de 17 m (fig. 9a et c). D’après les constats récents, l’espace intérieur de la « basilique » était caractérisé par un niveau de sol en sable et gravier auquel avait succédé un sol en terre battue. Aucun élément datant n’a été recueilli dans ces sols. En revanche, à l’extérieur du mur fantôme de la « basilique », un lot de céramiques du viie siècle (fig. 9b) a été découvert à une altitude absolue qui correspond à celle du premier sol à l’intérieur du bâtiment (Pierrez, Waton, 1999)5.

18S’il est certain que des fouilles étendues seraient nécessaires pour pouvoir dater la construction du bâtiment, on doit cependant souligner les similitudes qui existent entre le plan de cette « basilique » et celui de l’« aula » de Caelius Mons - Kellmünz, édifiée vers 310 dans la fortification tardive, dont la fonction serait représentative (Mackensen, 1995, p. 99-106 ; Mackensen, 2000, p. 214-215 ; fig. 9b). Rien ne nous empêche de revenir sur l’hypothèse émise par J.-J. Hatt selon laquelle le bâtiment à abside sous Saint-Étienne serait à mettre en relation avec la présence du Comes Argentoratensis (Hatt, 1998) : il aurait pu servir de pièce noble pour les réceptions du Comes.

Fig. 9. Le secteur de Saint-Étienne : a) localisation de l’abside découverte par J.-J. Hatt et des tranchées de murs volés, observées en 1998 ; b) céramiques du haut Moyen Âge (M.-D. Waton) ; c) comparaison entre le plan restitué du bâtiment à abside de Strasbourg et celui de Kellmünz (d’après Mackensen, 1995, fig. 64).

Fig. 10. L’occupation tardive au sein de l’ellipse insulaire formée par l’Ill (d’après Baudoux et alii, 2002, p. 153 fig. 90).

2. La topographie aux alentours de la fortification tardive

19En ce qui concerne la fin du iiie et la première moitié du ive siècle, la situation à l’extérieur de la fortification ne se distingue guère de celle observée à l’intérieur de l’enceinte : au sein de l’ellipse insulaire formée par l’Ill, l’occupation est ténue et dispersée (fig. 10). Les fouilles récentes ont révélé des constructions de vastes dimensions vers le nord de l’ellipse, rue Marbach et rue de la Fonderie (Baudoux et alii, 2002, p. 169, 362-364, 385-386). Rue Marbach (Nilles, Waton, 1990), il s’agit d’un bâtiment à plusieurs nefs et à pans de bois. De grandes fosses remplies de gravier indiquaient l’emplacement des poteaux-porteurs de l’ossature qui devaient reposer sur des plots en pierre surmontant les fosses de fondation. Un autre pôle d’attraction se dessine au sud vers le quartier Saint-Thomas (Baudoux et alii, 2002, p. 323) où un bâtiment allongé sur poteaux, directement plantés dans la terre, a été mis au jour rue Martin Luther. Les plans de ces grands bâtiments sont malheureusement tous incomplets, ce qui est dû aux emprises restreintes des fouilles urbaines.

20À l’ouest du vicus de Koenigshoffen, un bâtiment sur fosses de fondation remplies de gravier, daté de la fin du iiie siècle-ive siècle, a été découvert en 2004 (Nilles, 2004). Il peut être mis en relation avec quelques vestiges ténus, attestés pour le ive siècle dans le secteur de la rue des Capucins, à l’ouest du vicus (Baudoux et alii, 2002, p. 169). Pour les autres secteurs du Koenigshoffen antique, situés plus vers l’est, il ne semble pas que l’occupation du vicus ait perdurée au-delà du iiie siècle (Baudoux et alii, 2002, p. 169).

21Seule l’emprise de l’agglomération au sein de l’ellipse insulaire semble donc aussi étendue qu’au Haut-Empire. Le mobilier tardif, piégé dans les voiries et niveaux post-antiques, n’y est d’ailleurs pas rare.

Fig. 11. Zones funéraires de Strasbourg au Bas-Empire et à l’époque mérovingienne (M.-D. Waton).

  • 6 Impasse du Paon et à l’angle des rues de l’Épine et des Serruriers, entre la fortification et le qu (...)

22En revanche, pour la fin du ive siècle et au ve siècle, il n’y a pas de trace d’habitat datée avec certitude en dehors de la fortification, du moins en l’état actuel de la recherche6. Ce n’est qu’à la fin du vie siècle et au viie siècle qu’apparaissent ponctuellement des structures semi-excavées (fonds de cabanes).

  • 7 Sur les nécropoles de Strasbourg cf. Waton, Schnitzler, 2002.

23À l’exception d’une nécropole augustéenne, les petites zones funéraires du Haut-Empire sont toutes localisées à l’extérieur de l’ellipse insulaire, la plupart dans le vicus de Strasbourg-Koenigshoffen avec cependant une concentration de sépultures dans le secteur de la « Porte Blanche » (le long de la rue de Koenigshoffen et de la route des Romains jusqu’à l’avenue du Cimetière)7. Outre une petite nécropole récemment découverte à la sortie ouest du vicus, en bordure nord de la route des Romains (Boës et alii, 2004), les petites nécropoles familiales, dérivées des horti romains, étaient souvent situées, en l’état actuel des connaissances, du côté nord et en retrait de la voie romaine dont la route des Romains reprend le tracé, ainsi que le long d’un ancien chemin appelé Altenweg. Le prolongement de ce dernier axe pourrait d’ailleurs marquer la limite nord du vaste champ funéraire de la « Porte Blanche » (fig. 11).

24Aux iiie et ive siècles, cette zone sépulcrale de la « Porte Blanche » a continué d’être occupée. Dans la deuxième moitié du ive siècle et au ve siècle (ainsi qu’à l’époque mérovingienne, voire carolingienne ; cf. Blaizot et alii, 2004), la zone funéraire s’est développée en se rapprochant de la fortification tardive, tout en restant à l’extérieur de l’Ill (chantiers de la rue de Molsheim – rue Sainte-Marguerite, de la « clinique Sainte-Barbe », de la « ZAC Sainte-Marguerite » et du quai Altdorfer). Les tombes en coffre chevillé ou à cercueil cloué côtoyaient les tombes à coffrage de tuiles ou briques, ainsi que quelques sépultures « en pleine terre ».

25Quant au vicus de Koenigshoffen, les sépultures tardives y étaient essentiellement concentrées en deux pôles : l’un à son extrémité ouest et le second dans son centre (fig. 11). Le pôle ouest est connu pour ses nombreuses tombes à coffrage de tuiles (dont beaucoup de tuiles estampillées, cf. infra), datant vraisemblablement de la fin du ive ou du début du ve siècle. R. Forrer était persuadé que cet espace funéraire se trouvait à proximité d’une tuilerie située dans les environs de la Chartreuse de Koenigshoffen (Forrer, 1915). Son hypothèse reste valable, mais aucune intervention archéologique récente ne l’a encore confortée. En ce qui concerne le pôle au centre du vicus, l’occupation funéraire a perduré au-delà du Bas-Empire au cours de la période mérovingienne (fig. 11). À proximité se trouvaient d’ailleurs des structures d’habitat des vie-viie siècles.

26Enfin, une nécropole à dépôts de crémation, située à 4 km au sud de la fortification (Strasbourg-Meinau) (fig. 11), a livré des céramiques gallo-romaines du ive siècle associées à des vases modelés germaniques (cf. infra).

3. Aspects chronologiques et économiques du camp légionnaire transformé

27À Strasbourg, c’est avant tout la céramique qui atteste une occupation continue depuis le ier siècle après J.-C. jusque dans le troisième quart du ive siècle. La céramique du ive siècle n’est toutefois pas présente sur tous les sites fouillés, ce qui peut résulter d’une moins bonne conservation de ces niveaux et/ou d’une occupation moins dense par rapport au Haut-Empire. À l’intérieur de la fortification tardive, le mobilier des fouilles récentes du « Grenier d’Abondance » (Kuhnle et alii, 2001, cf. supra) et les collections anciennes réunies par J.-J. Hatt au collège Saint-Étienne, ruelle Saint-Médard et rue du Sanglier (Hatt, 1948 ; 1949a, b ; 1953 ; 1959, cf. infra) constituent l’essentiel de la documentation disponible pour le milieu du ive siècle.

28Le siècle qui correspond à la dynastie valentinienne (364-455) est très difficile à saisir à Strasbourg, d’autant que le mobilier archéologique correspondant est restreint. À la fin du ive siècle - début du ve siècle, une occupation attestée par la céramique est concentrée dans l’angle est de la fortification (collège Saint-Étienne, ruelle Saint-Médard et impasse des Pierres), mais aussi, de façon ponctuelle, dans le secteur situé entre la via principalis et la via praetoria (rue du Dôme et rue du Sanglier).

29J.-J. Hatt avait déterminé la succession des niveaux romains de Strasbourg, notamment ceux de plusieurs secteurs-clés au sein de l’emprise du camp légionnaire (collège Saint-Étienne, ruelle Saint-Médard et rue du Sanglier) et cru pouvoir préciser, à l’aide des céramiques et monnaies découvertes, la datation des niveaux en fonction des sources historiques. De cette démarche est née sa « stratigraphie chronologique » pour Strasbourg (Hatt, 1949b). Or, bien que ces ensembles méritent une étude plus approfondie, un premier réexamen d’une partie du mobilier céramique réalisé en 2001, soit 125 cartons de la réserve du musée archéologique de Strasbourg, montre que le matériel archéologique ne permet pas, en général, d’établir de correspondances avec des événements historiques précis (Baudoux et alii, 2002, p. 74). Tout au contraire, il a pu démontrer un véritable décalage chronologique selon lequel il faut plus ou moins « rajeunir » la chronologie des fouilles menées par J.-J. Hatt, dont la céramique a été revue. Le tableau récapitulatif ci-dessous montre les écarts qui sont plus importants pour le ier siècle après J.-C. que pour les iie et iiie siècles.

30Pour les ive et ve siècles, c’est en général l’hétérogénéité des lots de céramiques qui constitue l’argument majeur pour mettre en cause les datations très précises retenues par J.-J. Hatt.

Aperçu sur la céramique de l’Antiquité tardive issue d’anciennes collections

31À propos des couches tardives fouillées par J.-J. Hatt, il est hors de doute que des mélanges ont été réalisés au moment de la collecte sur le terrain. De plus, un certain nombre de sigillées d’Argonne décorées à la molette issues de ces fouilles n’ont malheureusement pas pu être retrouvées au musée. Au vu des dessins réalisés à l’époque, l’identification des molettes est parfois erronée, avec une mauvaise attribution aux numéros d’Unverzagt et Chenet. Il en découle que les datations proposées ne sont pas toujours d’actualité d’après les résultats des études menées par P. Van Ossel, L. Bakker et W. Dijkman (Corpus de la sigillée d’Argonne du Bas-Empire : cf. Bakker et alii, 1996). Il est donc malheureusement vain de vouloir établir un faciès des céramiques entre le milieu du ive siècle et le milieu du ve siècle à partir du mobilier des collections anciennes de Strasbourg et selon les différents niveaux reconnus anciennement.

32Voici quelques exemples des difficultés rencontrées :

33Au collège Saint-Étienne (Hatt, 1949a ; 1959), d’après le marquage des boîtes dans les réserves du musée archéologique de Strasbourg, les céramiques de la couche d’incendie dite de « 352 » et celle de « 355 », datée par un trésor monétaire s’arrêtant en 353 (Schwartz, 1957), sont constituées d’un ensemble hétéroclite de sigillées de Rheinzabern de types Drag. 43, 45, Niederbieber IIb, Ludowici SMb et c, Walters 81, et de sigillées d’Argonne de types Chenet 324 et Chenet 320. En ce qui concerne les molettes (non retrouvées) de cet horizon, J.-J. Hatt les a identifiées comme étant les numéros 4, 5, 8, 28, 37, 47 d’Unverzagt. Si leur identification était juste, cela signifierait qu’elles datent à la fois des 2e et 3e quarts du ive siècle (phase IVb-c : UC 4, 5 et 8), mais aussi du dernier quart du ive - premier quart du ve siècle (phase IVd-Va : UC 28 et 37).

Lieu de découverte

Détermination et datation par J.-J. Hatt

Datation de la céramique et indication du mobilier associé par J. Baudoux

Rue du Sanglier

Couche « celtique »

Céramique datée entre 5 et 15 après J.-C.

Ruelle Saint-Médard

Couche augustéenne

Céramique augustéenne associée à de la céramique claudienne, postérieure à 30 après J.-C.

Saint-Étienne

Couche d’incendie de 70

Céramique domitienne (dernier tiers du ier siècle)

Rue du Sanglier

Couche d’incendie de 97

Céramique du deuxième quart du iie siècle

Saint-Étienne

Couche d’incendie de 97

Céramique du milieu du iie siècle

Saint-Étienne

Remblai et sol de Trajan

Céramique antonine de la seconde moitié du iie siècle

Saint-Étienne

Sol d’Hadrien

Céramique de la seconde moitié du iie siècle

Saint-Étienne

Couche d’incendie de 235

Céramique du milieu du iiie siècle sans plus de précision

Saint-Étienne

Couche d’incendie de 352

Céramique du ive siècle et du début du ve siècle

Saint-Étienne

Couche d’incendie de 355

Dépôt de 109 monnaies s’arrêtant en 353, associé à de la céramique du ive siècle et du début du ve siècle

Ruelle Saint-Médard

Couche d’incendie de 355

Céramique du ive siècle et de la première moitié du ve siècle

Rue du Sanglier

Couche d’incendie de 355

Céramique du ive siècle et de la première moitié du ve siècle

Ruelle Saint-Médard

Couche de « Gratien » (367-383)

Présence d’un unique tesson en céramique commune romaine

Ruelle Saint-Médard

Couche d’incendie de 377

Céramique romaine du ive siècle et de la première moitié du ve siècle, associée à des céramiques de la phase Nord 1 (470-640) de M. Châtelet et à des céramiques carolingiennes

Ruelle Saint-Médard

Couche d’incendie de 388

Molette du début du ve siècle, tuile estampillée d’un chrisme, pots de poêle médiévaux

Ruelle Saint-Médard

Sol de Théodose (392-395) ou d’Honorius (395-423)

Tuile estampillée d’une croix encerclée

Ruelle Saint-Médard

Couche d’incendie de 451

Céramique romaine du ive siècle et de la première moitié du ve siècle, associée à une tuile estampillée XIIVICTR et à des céramiques carolingiennes

34Dans le carton correspondant selon J.-J. Hatt à la couche d’incendie de « 355 » de la rue du Sanglier (Hatt, 1949b), on trouve des sigillées d’Argonne non décorées Chenet 9 et Chenet 108, datant respectivement des 2e et 3e quarts du ive siècle (phase IVb-c) et du premier quart du ve siècle (phase IVd-Va). La céramique associée conforte une datation dépassant largement le milieu du ive siècle : dans le lot, on reconnaît une sigillée de Jauges-Villiers-Vineux Chenet 323 et des pots Alzey 27 présentant des coulures de glaçure plombifère jaunâtre sur le col, identiques aux céramiques trouvées dans les niveaux II et III d’Illzach appartenant à l’extrême fin du ive siècle et aux premières décennies du ve siècle (Baudoux, Schweitzer 1993).

35Enfin, Impasse des Pierres, dans un remblai daté du « ive » siècle mis au jour dans un terrain très bouleversé (Hatt, 1969 : documentation inédite), quelques tessons de l’Antiquité tardive sont mêlés à une série de pots ovoïdes à pâte tournée rugueuse et aux bords anguleux, attribués à la fin du vie siècle et au viie siècle (Châtelet, 2002, p. 186), et à des pots de poêle tronconiques à pâte blanche du haut Moyen Âge.

36Quant aux niveaux strasbourgeois pour lesquels J.-J. Hatt propose une datation tardive de la fin du ive et du début du ve siècles, les cartons sont presque toujours dépourvus d’éléments datant ou composés de mobilier hétérogène. Ainsi, ruelle Saint-Médard (Hatt, 1953), la couche appelée de « Gratien » (367-383) renferme un unique tesson en céramique commune ; le sol d’incendie de « 377 » comporte, mêlées à la céramique romaine, des céramiques de la phase Nord 1 (470-640) de la périodisation des céramiques du haut Moyen Âge dans le nord de l’Alsace (Châtelet, 2002, p. 118) et des pots à pâte claire à lèvres triangulaires, décorés à la molette, de la période carolingienne. Dans le cahier d’inventaire du musée, le dessin d’une molette disparue provenant du niveau d’incendie de « 388 » de la ruelle Saint-Médard a été identifié par P. Van Ossel comme étant une UC 44 datée du début du ve siècle. Outre cette molette et de rares céramiques romaines, cette couche d’incendie a livré une tuile estampillée d’un chrisme et des pots de poêle tronconiques médiévaux à pâte rouge. Par ailleurs, les cartons de cette fouille, marqués « couche supérieure de l’incendie de 451 » et « dernière couche romaine », contiennent en réalité essentiellement des céramiques carolingiennes (molettes) et médiévales (grise cannelée et proto-grès).

Fig. 12. Quelques céramiques du milieu du ive siècle au milieu du ve siècle issues d’anciennes collections. 1-4. Sigillée d’Argonne ; 5-8. céramique à revêtement argileux noirâtre ; 9-13. céramique à cuisson oxydante ; 14-16. céramique à cuisson réductrice ; 17. amphore rhénane régionale (dessins : J. Baudoux).

37Les vestiges postérieurs à 450 ont-ils été nivelés ? La fortification tardive de Strasbourg a-t-elle été désertée à la suite de l’invasion des Huns ? Ou existe-il un problème de datation des derniers niveaux romains en raison d’une difficulté d’identification des céramiques de cette époque ? Il existe en effet une réelle lacune de la documentation sur la céramique de la deuxième moitié du ve siècle.

38Une analyse détaillée des collections de molettes strasbourgeoises est à faire pour déterminer l’arrêt des importations argonnaises dans la fortification et préciser si les données sont similaires à celles de la vallée du Rhin supérieur, où les importations de sigillées d’Argonne décorées à la molette s’arrêtent généralement durant les deux premières décennies du ve siècle, excepté sur quelques sites comme Biesheim « Oedenbourg », où les importations se poursuivent jusque vers le milieu du ve siècle. L’exportation massive des dernières productions de sigillées d’Argonne (2e moitié du ve siècle et 1ère moitié du vie siècle) se limite, d’après L. Bakker, au Bassin parisien, à la région de la Meuse, aux secteurs autour des centres urbains de Trêves et de Metz ainsi qu’à deux endroits (Jülich et Zülpich) en Rhénanie (Bakker et alii, 2005, p. 174).

Fig. 13. Amphores importées à Strasbourg aux ive et ve siècles. 1. Dressel 23 ; 2. Beltran 72 ; 3. Tripolitaine I ; 4. Tripolitaine II ; 5. Africaine II D ; 6. Keay 1B ; 7. Benghazi MR amphora 13 ; 8. Keay 54 ; 9. Spatheion (dessins : J. Baudoux, DAO : M.-D. Waton).

39Concernant la morphologie des céramiques de l’Antiquité tardive rencontrées dans les collections anciennes de Strasbourg, on ne peut donc présenter dans l’immédiat qu’un faciès incomplet, à la fourchette chronologique large, comprise entre le milieu du ive siècle et la première moitié du ve siècle (fig. 12). Ce faciès est constitué, pour les formes les plus courantes en céramique fine, de bols Chenet 320 (fig. 12, no 1) et de coupes Chenet 304 (no 2), 324 (no 3) et 328 (no 4) en sigillée, ainsi que de coupes Alzey 24/25 (fig. 12, nos 5-6) et 26 (no 7) et de gobelets Alzey 16 (no 8) en céramique à revêtement argileux. Les céramiques communes comprennent des pichets Alzey 30 (no 9), des assiettes Alzey 20 (no 10), des marmites tripodes (no 11), des mortiers Alzey 31 (no 12), des jattes Alzey 28 (no 13), des pots Alzey 27 (fig. 12, nos 14-15), des urnes à lèvre rentrante (no 16) et des amphores régionales produites à Brumath (no 17).

40Le commerce des denrées lointaines se maintient à Strasbourg au ive siècle et au début du ve siècle, bien que les importations soient considérablement atténuées par rapport au Haut-Empire (Baudoux, 1996 et, pour les amphores inédites no 6 et no 7 de la figure 13, Baudoux et alii, 2002, p. 365 et 529). Les importations espagnoles, représentées par quelques amphores à huile de Bétique Dressel 23 (fig. 13, no 1) et une amphore à saumures de Lusitanie Beltran 72 (no 2), baissent fortement par rapport au Haut-Empire. Elles sont concurrencées par les produits d’Afrique du Nord, notamment l’huile, les saumures de Lybie et Tunisie (fig. 13, nos 3 à 5) et, dans une moindre mesure, par le vin de Maurétanie (no 6). Ces denrées sont associées à quelques amphores d’origine rhénane, pour partie d’entre elles produites à Brumath et poissées (fig. 12, no 17). Les amphores de Grèce et de Palestine, de types Benghazi MR amphora 13 (fig. 13, no 7) et Keay 54 (fig. 13, no 8), se comptent à l’unité.

41Au total, une vingtaine d’amphores de la fin du ive siècle et du tout début du ve siècle sont issues des niveaux de destruction des fouilles de la ruelle Saint-Médard (inédit) et de la place du Marché-Gayot (inédit), situées toutes deux dans l’angle est de la fortification, ainsi que de quelques recharges de la voirie médiévale à l’extérieur de l’enceinte tardive (Baudoux et alii, 2002, p. 184). À partir de 420 environ jusqu’à la fin du vie siècle, les échanges ne se font plus que sur des petites distances et les importations sont très rares. L’amphore la plus récente – un spatheion –, datée des ve et vie siècles (fig. 13, no 9), provient d’un lieu indéterminé de Koenigshoffen (Baudoux 1996, p. 191, fig. 65A).

4. Aspects des composants de la population pendant l’Antiquité tardive

42Dans ce chapitre, nous abordons, à travers certaines catégories de mobilier archéologique, quelques aspects concernant la présence de militaires, la vie religieuse et l’origine germanique d’une partie de la population. Dans le cadre du présent travail, il n’est pas possible de dresser un tableau exhaustif ; en évoquant quelques objets majeurs, nous ne pouvons que souligner qu’un grand potentiel reste à explorer concernant l’Antiquité tardive de Strasbourg et ses environs.

43Pour compléter l’analyse sur Strasbourg, nous associons des données issues du site fortifié le plus proche qui se situe à Dachstein, à environ 20 km à l’ouest de Strasbourg, sur la route qui menait, via la vallée de la Bruche, au col du Donon, dans le massif des Vosges. Il s’agit d’une tour carrée (11 x 10,95 m) dont les murs, larges de 2,30 à 2,90 m, incluent des spolia (Forrer, 1940-1946). Les objets archéologiques, dont plusieurs sigillées d’Argonne décorées à la molette, datent essentiellement de la deuxième moitié du ive siècle (Bernhard, 1982), indiquent que cette tour a été occupée à la fin du ive siècle ou/et au début du ve siècle.

Les estampilles de Strasbourg et de Dachstein (fig. 14)

44Les contextes tardifs de la fortification de Strasbourg et du vicus de Koenigshoffen ont livré, outre les nombreuses estampilles de la VIIIe légion sur tuile ou sur brique, un éventail d’estampilles diverses. S’y ajoutent trois estampilles différentes découvertes à Dachstein.

45Quatre troupes appartenant au secteur commandé par le duc de Mayence sont représentées par cinq estampilles :

  1. l’estampille NMLPAC des Pacenses (fig. 14, no 1) : la tuile estampillée a été trouvée en 1975 à proximité de l’angle de la rue Sainte-Marguerite et de la rue de Molsheim dans une des tombes, datées des ive-ve siècles, qui appartiennent à la nécropole de la « Porte Blanche » (Baudoux et alii, 2002, p. 411-412). L’estampille NMLPAC a été développée par les inventeurs en n (umerus) m (i) l (itum) Pac(ensium) : un praefectus militum Pacensium à Saletione (Seltz) est cité dans le chapitre relatif au Dux Mogontiacensis dans la Notitia Dignitatum Occidentis (XV, 1) (Pétry, 1976, p. 398 ; Scharf, 2005, p. 66 et 199). C’est le seul exemplaire connu à ce jour.

    • 8 Identification par J. Dolata, coordinateur du Forschungsprojekt Römische Baukeramik und Ziegelstemp (...)

    l’estampille […]NAP des Menapii (fig. 14, no 2) : J.-J. Hatt avait trouvé ce fragment de tuile lors des fouilles de la ruelle Saint-Médard dans une couche d’incendie dite de « 355 » (Hatt, 1953, p. 248, fig. 17), associé à de la céramique du ive siècle et de la première moitié du ve siècle (supra). Il s’agit d’un fragment d’une estampille Menapii qui, selon toute vraisemblance, ne diverge pas du type Altrip 2a dont on connaît trente-huit exemplaires à Altrip et trois à Mayence8.

    • 9 Identification par J. Dolata.

    l’estampille TRAM, rétrograde, des Martenses (fig. 14, no 6) : il s’agit d’une ancienne trouvaille répertoriée par R. Forrer comme tuile 366 (Forrer, 1927, Taf. V, Nr. 85). L’estampille appartient au type Altrip 3b9, connu par dix exemplaires à Altrip et deux exemplaires à Mayence, correspondant au type 1b de R. Scharf (Scharf, 2005, p. 206).

  2. l’estampille POTRIS des Portis(ienses (?)) (fig. 14, nos 3, 5) : les deux estampilles, l’une complète et l’autre brisée, proviennent de la tour fortifiée de Dachstein. R. Forrer, qui avait remarqué que leur style attestait une époque basse, parlait d’une marque DOTRIS énigmatique (Forrer, 1940-1946, p. 210 et pl. IX). Selon J. Dolata, elles peuvent aujourd’hui être attribuées sans l’ombre d’un doute à Portis. Il pense que les estampilles de Dachstein reflètent la volonté d’imiter les estampilles Portis d’Altrip. Ce site a livré un ensemble clos de 116 estampilles dont les variantes sont assez similaires entre elles. Quant aux estampilles de Dachstein, on aurait donc réalisé un signaculum en bois dont le texte diffère légèrement, mais dont le trait de l’écriture est très ressemblant.

46L’estampille rétrograde XIIVICTR, estampille inconnue par ailleurs, est représentée par plusieurs exemplaires trouvés au sein de la fortification tardive de Strasbourg (angle est et rue du Dôme) (fig. 14, nos 10-11) et dans une des nécropoles (pôle ouest) du vicus de Koenigshoffen (nos 8-9) ainsi que par un exemplaire découvert dans la tour fortifiée de Dachstein (no 7).

Fig. 14. Estampilles sur terres cuites architecturales, Strasbourg et Strasbourg-Koenigshoffen (nos 1, 2-6 et 8-25), Dachstein (nos 3-4 et 7) (DAO : M.-D. Waton).

  • 10 É. Espérandieu ne croyait pas à un détachement de la XIIe légion Fulminata qui a œuvré en Orient, t (...)

47La marque XIIVICTR a été le plus souvent développée en (legio) XII Victr(ix). Selon É. Espérandieu (lettre M.A.S. 2744310), il pourrait s’agir d’une légion tardive ou d’une des troupes d’auxiliaires qui se sont multipliées après Dioclétien. L’absence d’une mention « LEG » ou d’un « L » ne plaide cependant pas en faveur d’une légion, mais semble indiquer un simple corps militaire.

48Notons qu’une tuile de la légion Prima Martia a été trouvée anciennement rue du Dôme (Forrer, 1927, Taf. V, no 84 ; fig. 14, no 4). Une seconde estampille de cette légion est signalée par J.-J. Hatt ruelle Saint-Médard (Hatt, 1953, p. 248, fig. 17), mais en réalité il semble s’agir du R rétrograde correspondant à la marque XIIVICTR (fig. 14, no 10).

49Il a déjà été observé anciennement que les tuiles marquées XIIVICTR étaient quasi systématiquement associées à des tuiles estampillées soit d’une croix dans un cercle, soit d’un chrisme. En effet, on trouve cette association non seulement à Strasbourg et à Koenigshoffen, mais aussi à Dachstein.

50À Koenigshoffen, une tombe à coffrage de tuiles, dégagée en 1914 rue des Capucins (nécropole ouest), comportait, à elle seule, sept tegulae estampillées d’une croix encerclée et sept tegulae estampillées à une ou plusieurs reprises de la marque rétrograde XIIVICTR (Forrer, 1915). R. Forrer datait ces tuiles, et par déduction aussi celles de la rue du Dôme (Forrer, 1927, I, 14, pl. V, no 86-87 ; II, 742), d’abord entre Constantin Ier et la fin de l’époque romaine en Alsace (Forrer, 1915, p. 517), puis plus précisément des deux derniers tiers du ive siècle (Forrer, 1927, II, p. 742).

51La fouille du « lotissement des Capucins » en 1995, à proximité immédiate de cette tombe exceptionnelle, a livré deux autres tombes à coffrage de tuiles. L’une a été datée de la fin du ive siècle ou du début du ve siècle par le mobilier qu’elle recelait tandis que l’autre, sans mobilier, a livré une tuile avec l’estampille XIIVICTR ; plusieurs autres tuiles pareillement estampillées ont également été recensées (Kern, Latron, 1995, p. 43-45).

52Le lot le plus important de différentes estampilles tardives est issu des fouilles de la ruelle Saint-Médard dans l’angle est de la fortification : à côté de plusieurs exemplaires de la VIIIe légion, du corps militaire XIIVICTR et de l’exemplaire des Menapii, on recense la croix encerclée (neuf exemplaires), le chrisme (trois exemplaires) et un A encerclé (trois exemplaires) (fig. 14, nos 12-22) (Hatt, 1953, p. 248, fig. 17 ; Baudoux et alii, 2002, p. 110 ; tuiles inédites retrouvées par J. Baudoux dans les cartons de la fouille au musée archéologique de Strasbourg).

53Actuellement, les données archéologiques ne permettent pas de préciser la datation de ces tuiles qui sont associées à des céramiques romaines du ive siècle et de la première moitié du ve siècle, mais aussi à du mobilier plus tardif (cf. supra).

Les premiers évêques de Strasbourg

  • 11 Nous remercions vivement Sebastian Ristow pour la discussion que nous avons pu mener à ce sujet et (...)

54Faut-il voir dans le chrisme, la croix ou le A encerclés des marques épiscopales ? Dans la littérature, il est souvent affirmé qu’un certain « Amandus » était, au milieu du ive siècle, le premier évêque de Strasbourg (Forrer, 1927, II, p. 744 ; Beaujard, Guild, 2000, p. 57 ; Warland, 2005, p. 47). Or, il s’agit là d’une interprétation d’une source qui n’a pas de valeur historique car le concile de Cologne de 346 dont il est question n’a certainement jamais eu lieu (Ristow 2007, p. 108 et 252-253) : l’événement est relaté dans la Vita de l’évêque Maximin de Trèves du viiie siècle, mais la copie des soidisant actes du concile ne date que du xe siècle. Les compilateurs de Trèves ont recopié le nom d’Amandus dans la liste du synode de Serdika où ce nom n’est pourtant pas lié à Argentorate. Ayant besoin d’évêques pour la région, ils ont mis en relation Amandus et Argentorate comme ils l’ont fait avec Jesse et Spire ou encore Victor et Worms. Grâce à ces falsificateurs médiévaux, nous apprenons qu’on employait au xe siècle à Trèves toujours le nom d’« Argentorate » et qu’on estimait – à juste titre – que l’importance de la ville de Strasbourg était dans l’Antiquité tardive suffisamment grande pour revendiquer la présence d’un évêque11. Ainsi, rien ne permet de rapprocher le A encerclé du « A » d’Amandus.

55Rappelons cependant que toutes ces estampilles (le chrisme, la croix et le A encerclés) ont été trouvées à une cinquantaine de mètres seulement du bâtiment à plan basilical dont la vocation reste à déterminer (« aula » à vocation militaire ou civile ou bien « basilique » à vocation cultuelle païenne ou paléochrétienne ?). À l’hypothétique existence d’un premier groupe épiscopal dans cet angle de la ville, sous le collège Saint-Étienne (Beaujard, Guild, 2000, p. 59-60) dès le ive siècle, s’oppose l’absence d’inscriptions funéraires datant de la période englobant la fin de l’Antiquité et le début du haut Moyen Âge (Warland, 2005, p. 50).

  • 12 Aujourd’hui disparue, cette estampille a été représentée par J.-J. Oberlin (Oberlin, 1773, pl. X-V) (...)

56Une présence épiscopale à Strasbourg semble se concrétiser avec l’arrivée de l’évêque Arbogast, cité dans un catalogue épiscopal (Duchesne, 1915, p. 166-170) et la Vita d’Arbogast du xe siècle (MGH SS 15, 676) et qui, selon la légende, aurait été envoyé au vie siècle par les Francs pour réorganiser l’évêché de Strasbourg (Warland, 2005, p. 50). D’après B. Beaujard et R. Guild, Arbogast a pu siéger à Strasbourg à n’importe quel moment entre 471 et 614 (Beaujard, Guild, 2000, p. 58). Il s’illustre comme maître d’ouvrage, fidèlement à la tradition romaine, puisque des tuiles estampillées lui sont attribuées. En effet, trois fragments de tuiles, tous trouvés à côté de ou sous la cathédrale, portent des marques A[], []ps ficet et [] cet. Les deux premiers fragments (fig. 14, nos 24-25) avaient conduit à la restitution A[rboastis e] ps ficet (Forrer, 1927, I, pl. V, no 88 ; II, p. 749, fig. 558-559) en fonction de la marque complète ARBOASTIS EPS FICET (fig. 14, no 23), trouvée, apparemment parmi d’autres estampilles, en 1767 lors de l’arasement de la butte Saint-Michel (rue du Faubourg National, dans le secteur de la « Porte Blanche »)12. Le troisième fragment provient d’une fosse qui contenait, outre du mobilier romain tardif, de la céramique médiévale (Pétry, Kern, 1974, p. 74).

57Une tuile ornée d’un chrisme, non datée, a été trouvée route de la Montagne-Verte (M.A.S. 3103). Rien ne permet de la mettre en relation avec la tradition rapportée par R. Forrer selon laquelle l’ancienne auberge de la Montagne-Verte « Zum Grüneberg » aurait occupé l’emplacement d’un couvent fondé par l’évêque Arbogast (Forrer, 1927, I, p. 296).

58Enfin, de façon incontestable, la liste des évêques de Strasbourg ne commence qu’en 614 avec le concile de Paris et l’évêque Ansoaldus qui y figure parmi les signataires (Conc. Parisiense A. 614 [CCL 148A, 282]).

Présence d’une communauté chrétienne à Strasbourg ?

59En l’état actuel de la recherche, on ne peut pas mesurer l’importance de la communauté chrétienne à Strasbourg au cours de l’Antiquité tardive.

60L’un des objets le plus souvent cité est le gobelet conique en verre gravé provenant d’une tombe de la nécropole de la « Porte Blanche » (Straub, 1881 ; Forrer, 1927, I, Taf. XL, nos 1 et II, Taf. CLII). Portant des scènes de l’Ancien Testament (le sacrifice d’Isaac par Abraham et Moïse frappant le rocher pour en faire jaillir de l’eau), il est interprété comme un témoignage de l’introduction du christianisme dans la partie sud de la vallée du Rhin supérieur (Schnitzler, 1996, p. 84-85 et 144 ; Warland, 2005, p. 48). Ce gobelet date de la deuxième moitié du ive siècle et provient d’un atelier probablement situé dans la région de Cologne (Fremersdorf, 1967 ; Follmann-Schulz, 1988 ; Päffgen, 1992). Or, en tant qu’objet mobile produit dans un certain contexte et pour un certain marché, ce gobelet ne peut servir de témoin à l’introduction du christianisme (voir des parallèles à Worms chez Ristow, 2007, p. 253 et, de manière générale, p. 270-289). Même si sa production était en relation avec la diffusion de la symbolique chrétienne, nous ne savons pas si cet objet, d’une excellente qualité artisanale, a été acquis par son possesseur de Strasbourg en connaissance de cause. Le gobelet n’est donc pas le témoin irréfutable de l’existence d’une communauté chrétienne au ive siècle à Strasbourg.

  • 13 Grand merci à Sebastian Ristow pour sa contribution à ce sujet.

61En ce qui concerne la question du christianisme à Strasbourg13, seule l’évidente importance de l’agglomération tardive elle-même permet de supposer, qu’à l’image de toutes les autres métropoles de l’empire romain, une communauté chrétienne y résidait. Dans ces métropoles devaient exister des lieux de rassemblement et, dans le cas idéal, également un évêque.

La présence d’éléments germaniques à Strasbourg et à Dachstein

62On ne peut pas donner, à ce jour, un aperçu exhaustif de cette question, mais seulement évoquer quelques cas de figure.

63H. Bernhard rappelle l’existence de quelques tombes à armes, très dispersées (la plupart d’entre elles avaient déjà été répertoriées par R. Forrer en 1927), correspondant vraisemblablement à des tombes d’Alamans qui se seraient établis à Strasbourg entre 352 et 356 (Bernhard, 1982, 89).

64La nécropole à dépôts de crémation, située à 4 km au sud de la fortification (Strasbourg-Meinau), pourrait quant à elle refléter la présence d’auxiliaires alamans ou germaniques (fig. 11). Elle avait été découverte en 1930 rue Hanauer lors des travaux de construction d’une maison (Goehner, 1930). Deux groupements d’urnes ont été distingués sur le terrain, mais aucune étude in situ n’a été réalisée : les céramiques servant d’urnes et les céramiques d’offrande avaient simplement été ramassées par les ouvriers. Le groupe le plus important en quantité, auquel étaient associées deux monnaies de Constantin Ier et une monnaie illisible (Goehner, 1930, p. 246), a livré des céramiques gallo-romaines associées à des vases montés à la main (Baudoux et alii, 2002, p. 488-489). Les céramiques romaines, parmi lesquelles on note des pots Alzey 27, des coupes Alzey 25, des coupes Gose 325 et 479 et une cruche Niederbieber 62a, datent du ive siècle ; les vases modelés à décors en godrons ou à dépressions et lunules excisées sont eux d’origine germanique (Baudoux et alii, 2002, p. 488-489).

Fig. 15. Strasbourg, « ZAC Sainte-Marguerite » : relevé de la tombe 17 (DAO M.-D. Waton) et dessins de son mobilier (Th. Logel).

65En ce qui concerne la zone funéraire de la « porte Blanche », il faudrait reprendre tous les inventaires de tombes pour pouvoir approfondir la question. À titre d’exemple, citons la tombe d’une femme (no 12), découverte entre le quai Charles Altorffer et la rue du Faubourg National (Kern, pétry, 1972), qui conte nait deux peignes triangulaires de forme germanique (Bernhard, 1982, Abb. 18, 2-3). Selon H. Bernhard, cette tombe date peut-être de la deuxième moitié du ive siècle (Bernhard, 1982, p. 88). pour le ve siècle, nous connaissons au moins deux tombes de femmes (T6 et T17), mises au jour dans la fouille de la « ZAC Sainte-Marguerite » (Waton, Schnitzler, 2002), qui ont livré plusieurs éléments de parure d’origine germanique. Le contenu de la tombe 17 et notamment les deux paires de fibules (fibules ansées dissymétriques et fibules en forme de chevaux) (fig. 15) permettent de la dater du dernier tiers du ve siècle. L’existence d’une tombe de la fin du ve siècle est d’autant plus remarquable que cette période n’est, à ce jour, quasiment pas détectable au sein de la fortification tardive.

66En dehors des nécropoles, l’étude de H. Bernhard (Bernhard, 1982) permet de rappeler, toujours à titre d’exemple, la présence de peignes germaniques au sein de la fortification tardive de Strasbourg et dans la tour fortifiée de Dachstein. À Strasbourg, il s’agit d’un peigne triangulaire à protomes en forme de tête de cheval, découvert rue du Sanglier, qui date du début du ve siècle (Forrer, 1927, II, 746 et fig. 549b ; Bernhard, 1982, 86 et Abb. 18, 1). À Dachstein, un peigne triangulaire et quatre peignes de forme rectangulaire proviennent tous de la même couche. D’origine germanique, ils peuvent être datés de la deuxième moitié du ive siècle (Bernhard, 1982, 89). Aux peignes germaniques s’ajoute, entre autres (cf. supra : sigillées d’Argonne, tuiles estampillées…), un umbo de bouclier en fer que R. Forrer classe dans la catégorie des armes romano-germaniques de la fin de l’Empire (Forrer, 1940-1946, p. 209). Selon R. Forrer, la tour fortifiée de Dachstein était occupée « par une petite garnison d’auxiliaires germains » (Forrer, 1940-1946, p. 211).

5. Le devenir de la fortification tardive au-delà de l’Antiquité tardive

67La double enceinte de Strasbourg (du Haut-et du Bas-Empire) a survécu bien au-delà de la période romaine puisque le fossé défensif du Bas-Empire a connu un réaménagement boisé à la fin du xe siècle : sur le front nord-ouest, F. Garscha a fouillé et relevé ce fossé qu’il appelle « fränkischer Wassergraben » (« fossé franc ») (Garscha, 1941 ; voir fig. 3 et 16a) et sur le front sudouest, la fouille de H. Zumstein a permis de dater les madriers de cet aménagement boisé de 995 (Zumstein, 1998) (fig. 16b). Il est certain que l’enceinte romaine continue à être entretenue et réparée au-delà du xe siècle. Ainsi le camp légionnaire romain constitue le nucleus de vie de la communauté du haut Moyen Âge et ensuite le centre de la cité épiscopale médiévale de Strasbourg.

68Ce n’est qu’au début du xiiie siècle que le fossé boisé a été coupé par le mur de l’enceinte épiscopale qui rejoint le front nord-ouest du camp légionnaire à proximité de l’angle nord (fouille du « Kornspeicher » : Garscha, 1941) (fig. 3). Au « Grenier d’Abondance », il est possible de placer la démolition définitive du mur et de la tour rectangulaire, qui doublaient depuis le Bas-Empire l’enceinte maçonnée du camp légionnaire, vers la fin du xiie siècle - début du xiiie siècle (Kuhnle et alii, 2001).

69Il faut souligner que le mur de l’enceinte épiscopale est adossé au mur en pierre du Haut-Empire (fig. 3) qui est donc conservé, au moins en ce qui concerne la partie du front nord-ouest qui est proche de l’angle nord du camp (fouilles du « Kornspeicher » : Garscha, 1941 et du « Grenier d’Abondance » : Kuhnle et alii, 2001). En 1441, le grenier à blé de la ville de Strasbourg a été édifié avec son mur sud-est sur les vestiges du mur d’enceinte du Haut-Empire. Son extrémité nord-est était courbée pour épouser le tracé de l’angle arrondi de l’enceinte romaine. La construction du grenier à blé, long de 131 m et large de 12 m, a, d’une part, contribué à conserver une partie de l’enceinte du camp légionnaire et, d’autre part, provoqué l’arasement d’un tronçon de l’enceinte épiscopale. Après avoir subi plusieurs modifications, le grenier à blé a fonctionné jusqu’en 1804 (Rusch, 2000 ; Kuhnle et alii, 2001).

70Le front nord-est de la fortification tardive, quant à lui, a gardé sa fonction défensive jusqu’au xvie siècle. D’après les observations archéologiques menées au quai Lezay-Marnésia en 1969 (Hatt, 1969), 1970 (Hatt, 1970) et 1974 (Pétry, 1974), il a été repris en sous-œuvre vers 1400. Les fondations ont été renforcées par un pilotis et un parement en pierres de taille en grès. En élévation, le mur a été simplement rhabillé de briques jaunes. De sa base jusqu’au sommet des merlons, le mur atteignait plus de 10 m de haut (Hatt, 1970, p. 318, fig. 2).

71Quelques tours du Bas-Empire, notamment les tours creuses, étaient en usage jusqu’au xviiie siècle (Gissinger, 2002, 85). J.-A. Silbermann avait assisté à la démolition à la dynamite de l’une d’entre elles (tour dite « de Silbermann » au sud-ouest du grenier à blé) en 1753 (Silbermann, 1775).

72Signalons enfin que l’emprise du camp légionnaire et les deux axes perpendiculaires restent lisibles dans l’actuel cadastre strasbourgeois.

Fig. 16. La fortification tardive de Strasbourg à la fin du xe siècle : réaménagement en bois du fossé défensif du Bas-Empire (front nord-ouest d’après Garscha, 1941, front sud-ouest d’après Zumstein, 1998).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bakker L., Dijkman W., Van Ossel P., 1996, « Corpus de la céramique sigillée d’Argonne de l’Antiquité tardive », in : Actes du congrès de la SFECAG, Dijon, 16-19 mai 1996, p. 423-426.

Bakker L., Dijkman W., Van Ossel P., 2005, « Die Feinkeramik ‘Argonnensigillata’ : Leitfunde spätantiker Siedlungsplätze in den Provinzen Gallliens, Germaniens und Rätiens », in : Imperium Romanum : Römer, Christen, Alamannen : die Spätantike am Oberrhein, Catalogue d’exposition, Karlsruhe, 2005-2006, Stuttgart, K. Theiss, p. 171-176.

Baudoux J., 1996, Les amphores du Nord-Est de la Gaule (territoire français) : contribution à l’histoire de l’économie provinciale sous l’Empire romain, Paris, éd. de la M.S.H., 215 p. (Documents d’Archéologie Française, 52).

Baudoux J., Schweitzer J., 1993, « La céramique d’Illzach (Haut-Rhin), fouilles de 1968 à 1978 », R.A.E., t. 44, fasc. 1, p. 143-160.

Baudoux J., Flotté P., Fuchs M., Waton M.-D., 2002, Strasbourg, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 586 p. (Carte Archéologique de la Gaule, 67/2).

Bayard D., 1990, « L’ensemble du grand amphithéâtre de Metz et la sigillée d’Argonne au ve siècle », Gallia, t. 47, I, p. 271-319.

Beaujard B., Guild R., 2000, « Strasbourg », in : Gauthier N., Beaujard B., Guild R., Terrien M.-P., Topographie chrétienne des cités de la Gaule : des origines au milieu du viiie siècle. XI : Province ecclésiastique de Mayence (Germania Prima), Paris, de Boccard, p. 45-61.

Bernhard H., 1982, « Germanische Funde der Spätantike zwischen Strassburg und Mainz », Saalburg-Jahrbuch, 38, p. 72-109.

Blaizot F., Baudoux J., Thomann E., Boës É., Boës X., Flotté P., Macabéo G., 2005, « L’ensemble funéraire de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge de Sainte-Barbe à Strasbourg (Bas-Rhin) », R.A.E., t. 53-2004, p. 85-188.

Boës É., Baudoux J., Alix G., Nilles R., 2004, « La crémation des corps à Strasbourg au iie siècle ap. J.-C. », Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, t. XLVII, p. 23-37.

Brulet R., 1990, La Gaule septentrionale au Bas-Empire/Nordgallien in der Spätantike : occupation des sols et défense du territoire dans l’arrière-pays du limes aux ive et ve siècles, Trier, Selbstverlag des Rheinischen Landesmuseums, 431 p. (Trierer Zeitschrift, 11).

Châtelet M., 2002, La céramique du haut Moyen Âge du sud de la vallée du Rhin supérieur (Alsace et Pays de Bade) : typologie, chronologie, technologie, économie et culture, Montagnac, éd. M. Mergoil, 606 p. (Europe médiévale, 5).

Chenet G., 1941, La céramique gallo-romaine d’Argonne du ive siècle et la terre sigillée décorée à la molette, Mâcon, Protat Frères, XII-195 p. (Fouilles et documents d’archéologie antique en France, 1).

Duchesne L., 1915, Fastes épiscopaux de l’ancienne Gaule. T. III : Les provinces du Nord et de l’Est, Paris, éd. de Boccard, 270 p.

Fremersdorf F., 1967, Die römischen Gläser mit Schliff, Bemalung und Goldauflagen aus Köln, Köln, Verlag der Löwe, H. Reykers, 2 vol. (Die Denkmäler des römischen Köln, 8).

Follmann-Schulz A. B., 1988, Die römischen Gläser aus Bonn, Köln, Rheinland-Verl. /Bonn, R. Habelt, 155 p. (46ème suppl. aux Bonner Jahrbücher).

Forrer R., 1915, « Ein römisches Ziegelgrab mit Stempeln einer bisher unbekannten Legion, XII Victrix, aus Königshofen », Anzeiger für elsässische Altertumskunde (= CAHA), VII, p. 513-520.

Forrer R., 1927, Strasbourg-Argentorate préhistorique, gallo-romain et mérovingien, Strasbourg, vol. I et II.

Forrer R., 1940-1946, « Découverte à Dachstein d’une tour forte évacuée et brûlée à la fin de l’époque romaine », Cahiers d’archéologie et d’histoire d’Alsace (= CAHA), 121-127, 1940-1946, p. 205-220.

Garscha F., 1941, « Die Freilegung des mittelalterlichen Kornspeichers über der römischen Stadtmauer von Strassburg : ein Vorbericht über die Ausgrabung des Frühjahrs 1941 », Volk und Vorzeit, p. 33-46.

Gissinger B., 2002, Recherches sur le site fortifié de Strasbourg durant l’Antiquité tardive : le castrum d’Argentoratum, Oxford, 204 p. (BAR, International Series, 1024).

Goehner Ch., 1930, « Deux nouveaux cimetières gallo-romains près de Strasbourg, à la Meinau et à Koenigshoffen », Cahiers d’archéologie et d’histoire d’Alsace (= CAHA), 81-84, p. 242-250.

Hatt J.-J., 1948, « Le passé romain de Strasbourg d’après les fouilles de 1947 et 1948 », Revue d’Alsace, 88, p. 81-96.

Hatt J.-J., 1949a, « Découverte de vestiges d’une caserne romaine dans l’angle du castrum d’Argentorate : rapport provisoire sur les fouilles de l’église Saint-Étienne de Strasbourg (été 1948) », Cahiers d’archéologie et d’histoire d’Alsace (= CAHA), 130, p. 257-276.

Hatt J.-J., 1949b, « Le passé romain de Strasbourg, stratigraphie chronologique », Gallia, t. VII, 2, p. 161-194.

Hatt J.-J., 1953, Les fouilles de la ruelle Saint-Médard à Strasbourg, Gallia, XI, 2, 1953, p. 225-248.

Hatt J.-J., 1959, « Les fouilles de l’église Saint-Étienne en 1959, rapport provisoire », Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, t. III, p. 39-56.

Hatt J.-J., 1966, « Informations archéologiques : Église Saint-Étienne », Gallia, Informations, t. XXIV, p. 334.

Hatt J.-J., 1969, « Découvertes et observations nouvelles sur les enceintes de Strasbourg », Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, t. XIII, p. 73-98.

Hatt J.-J., 1970, « Informations archéologiques : Strasbourg », Gallia, Informations, t. 28, 2, p. 317-318.

Hatt J.-J., 1998, « Strasbourg, église Saint-Étienne », in : Barruol G. dir., Les premiers monuments chrétiens de la France. 3 : Ouest, Nord et Est, Paris, Picard, p. 36-39 (Atlas archéologique de la France – Série typologique).

Hübener W., 1968, « Eine Studie zur spätrömischen Rädchensigillata (Argonnensigillata) », Bonner Jahrbücher, 168, p. 241-298.

Hussong L., Cüppers H., 1972, Die Trierer Kaiserthermen : die spätrömische und frühmittelalterliche Keramik, Mainz, Ph. von Zabern, 2 vol. (Trierer Grabungen und Forschungen, 1-2).

Kern E., Latron F., 1999, « Strasbourg-Koenigshoffen ‘Hohberg’– ‘Les Capucins II’– Promogim Est », in : Bilan scientifique 1995, DRAC - SRA Alsace, p. 43-45.

Kern E., Pétry F., 1972, « La nécropole romaine ouest de Strasbourg d’après les fouilles et observations récentes », Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, t. XVI, p. 37-56.

Kuhnle G., Baudoux J., Werlé M., 2001, Strasbourg ‘Grenier d’Abondance’, D.F.S. de sauvetage urgent, SRA Alsace, AFAN, Strasbourg, 3 vol. (consultable au SRA Alsace, Place de la République, 67000 Strasbourg).

Mackensen M., 1995, Das spätrömische Grenzkastell Caelius Mons-Kellmünz an der Iller, Stuttgart, K. Theiss, 118 p. (Führer zu archäologischen Denkmälern in Bayern, Schwaben, 3).

Mackensen M., 2000, « Die Provinz Raetien in der Spätantike », in : Wamser L. éd., Die Römer zwischen Alpen und Nordmeer : zivilisatorisches Erbe einer europäischen Militärmacht, Katalog-Handbuch zur Landesausstellung des Freistaates Bayern, Rosenheim, 2000, Mainz/München, p. 213-218.

Nilles R., avec la coll. de J. Baudoux, 2004, Strasbourg-Koenigshoffen (Bas-Rhin) ‘1, rue Mentelin’, Rapport d’opération archéologique, SRA Alsace, Inrap, Strasbourg, 3 vol. (consultable au SRA Alsace, Place de la République, 67000 Strasbourg).

Nilles R., Waton M.-D., 1990, « Le passé de l’Hôtel Mercure à Strasbourg », Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, t. XXXIII, p. 33-38.

Oberlin J.-J., 1773, Museum Schoepflini. Tomus prior : Lapides, marmora, vasa, Strasbourg, 184 p.

Päffgen B., 1992, « Die Ausgrabungen in St Severin zu Köln », Kölner Forschungen, 5, 1-3, Mainz.

Pétry F., 1972, « Informations archéologiques : Strasbourg », Gallia, Informations, t. 30, 2, p. 390-391.

Pétry F., 1974, « Informations archéologiques : Strasbourg », Gallia, Informations, t. 32, 2, p. 381-382.

Pétry F., 1976, « Informations archéologiques : Strasbourg », Gallia, Informations, t. 34, 2, p. 390-395.

Pétry F., Kern E., 1974, « Vestiges d’un important bâtiment romain à mosaïque sous la chapelle Saint-Laurent à la cathédrale de Strasbourg », Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, t. XVIII, p. 63-74.

Pierrez E., Waton M.-D., 1999, Strasbourg : collège épiscopal Saint-Étienne, Rapport de sauvetage urgent, SRA Alsace, Strasbourg (consultable au SRA Alsace, Place de la République, 67000 Strasbourg).

Pierrez E., Waton M.-D., 2001, Strasbourg : Foyer de l’étudiant catholique, Rapport de sauvetage urgent, SRA Alsace, Strasbourg (consultable au SRA Alsace, Place de la République, 67000 Strasbourg).

Reddé M., 1997, « Réflexions sur l’occupation militaire de Strasbourg et de Mirebeau au ier siècle après J.-C. », Jahresbericht der Gesellschaft Pro Vindonissa, 5-12.

Reddé M., Brulet R., Fellmann R., Haalbos J.-K., Schnurbein S. Von dir., 2006, L’architecture de la Gaule romaine : les fortifications militaires, Paris, éd. de la M.S.H./Bordeaux, Ausonius, 480 p. (Documents d’Archéologie Française, 100).

Ristow S., 2007, Frühes Christentum im Rheinland : die Zeugnisse der archäologischen und historischen Quellen an Rhein, Maas und Mosel, Münster, Aschendorff Verlag, 450 p. (Jahrbuch für Antike und Christentum).

Rusch J., 2000, Du Kornspeicher au Magasin de décors : étude archéologique et historique du grenier à blé de Strasbourg, Mémoire de maîtrise en Archéologie médiévale, Strasbourg, Univ. Marc Bloch, 2 vol.

Scharf R., 2005, Der Dux Mogontiacensis und die Notitia Dignitatum : eine Studie zur spätantiken Grenzverteidigung, Berlin/New York, De Gruyter, 352 p. (Ergänzungsbände zum Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, 50).

Schnitzler B., 1996, Cinq siècles de civilisation romaine en Alsace, Strasbourg, éd. les Musées de la ville de Strasbourg, 132 p. (Les collections du musée archéologique, 4).

Schwartz J., 1957, « Trouvailles monétaires et invasions germaniques sous Magnence et Décence : examen des trésors de Strasbourg (Église Saint-Étienne), de Villing (Moselle) et de Mackwiller (Bas-Rhin) », Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, t. I, p. 33-49.

Silbermann J.-A., 1775, Lokalgeschichte der Stadt Strassburg, Strasbourg, Lorenz, 232 p.

Straub A., 1881, Le cimetière gallo-romain de Strasbourg, Strasbourg, Trübner, 136 p.

Unverzagt W., 1916, Die Keramik des Kastells Alzey, Frankfurt, Baer, 36 p. (Materialen zur römisch-germanischen Keramik, 2).

Warland R., 2005, « Spätantikes Christentum und der Prozess der Christianisierung am Oberrhein », in : Imperium Romanum : Römer, Christen, Alamannen : die Spätantike am Oberrhein, Catalogue d’exposition, Karlsruhe, 2005-2006, Stuttgart, K. Theiss, p. 42-51.

Waton M.-D., 1991, Strasbourg ‘Istra’, Rapport de sauvetage programmé, SRA Alsace, Strasbourg (consultable au SRA Alsace, Place de la République, 67000 Strasbourg).

Waton M.-D., Schnitzler B., 2002, « Le monde funéraire », in : Baudoux J., Flotté P., Fuchs M., Waton M.-D., Strasbourg, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 188-230 (Carte Archéologique de la Gaule, 67/2).

Zumstein H., 1998, « Le fossé de 995 et le problème du premier agrandissement de Strasbourg », Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, t. XLI, p. 61-69.

Notes

1 Jusqu’au cours du Moyen Âge, le cours d’eau dénommé actuellement « Ill » s’appelait « Bruscha ».

2 Entre cette tour et l’extrémité sud-est du grenier à blé (fig. 3) se trouvait un escalier menant au grenier, large de 3,15 m, dont les fondations avaient oblitéré les niveaux antiques. La fouille du « Grenier d’Abondance » était terminée quand deux puits de fondation ont été creusés sans surveillance archéologique. L’un se trouvait dans l’angle contre le mur sud-est du Grenier, l’autre avait touché les fondations de la tour dite « de Silbermann », conservées sous le niveau de circulation. L’équipe de la fouille du « Grenier d’Abondance » et le Service régional de l’archéologie sont donc intervenus pour faire les relevés des restes de la tour et du mur d’enceinte du Haut-Empire, conservé dans un état remarquable sur plus de 4 m de hauteur au-dessus du niveau du socle.

3 Datations réalisées par le Centrum voor Isotopen Onderzoek de Groningen (NL), référence CIO/085 – 2002/HD.

4 Les datations proposées par J.-J. Hatt pour ces vestiges superposés ne sont pas toujours étayées par un mobilier archéologique datant (voir chapitre 3).

5 Cette datation pourrait conforter l’hypothèse d’une église émise par B. Beaujard et R. Guild : « […] rien, dans les données archéologiques n’empêche de penser qu’il s’agisse d’une église de l’Antiquité tardive […], voire du premier haut Moyen Âge. [...] ; s’il s’agit de la cathédrale primitive, il faudrait envisager un transfert du groupe épiscopal depuis le site de Saint-Étienne à Notre-Dame, avant l’époque carolingienne » (Beaujard, Guild, 2000, p. 60).

6 Impasse du Paon et à l’angle des rues de l’Épine et des Serruriers, entre la fortification et le quartier Saint-Thomas, des observations anciennes et récentes, effectuées dans des caves actuelles, ont révélé la présence de quelques murs anciens (Baudoux et alii, 2002, p. 315). Bien que ces murs appartiennent en général à l’époque médiévale, il n’est pas exclu que l’un d’eux, doté d’une niche, remonte à l’Antiquité tardive. En l’absence de mobilier archéologique, il est difficile d’envisager une éventuelle continuité en ce qui concerne l’occupation de ce secteur hors de la fortification tardive.

7 Sur les nécropoles de Strasbourg cf. Waton, Schnitzler, 2002.

8 Identification par J. Dolata, coordinateur du Forschungsprojekt Römische Baukeramik und Ziegelstempel, Generaldirektion Kulturelles Erbe Rheinland-Pfalz, Direktion Archäologie Mainz.

9 Identification par J. Dolata.

10 É. Espérandieu ne croyait pas à un détachement de la XIIe légion Fulminata qui a œuvré en Orient, trop loin de Strasbourg. Il rappelle qu’à partir de Dioclétien, on multiplia le nombre de troupes en tout genre, la plupart peuvant être des légions tardives mais pas toutes. On aurait donc affaire à quelque légion obtenue soit par le dédoublement de légions du Rhin, soit par l’élévation d’auxiliaires à la dignité de légion. Il précise qu’à sa connaissance le no le plus élevé de légion tardive est le no XI, mais il pense qu’il n’y a pas de raison pour que le nombre XI ne soit pas dépassé. La marque rétrograde s’expliquerait par l’ignorance ou la maladresse des fabricants de tuiles (cf. également Forrer, 1915).

11 Nous remercions vivement Sebastian Ristow pour la discussion que nous avons pu mener à ce sujet et pour tous les éclaircissements qu’il nous a apportés.

12 Aujourd’hui disparue, cette estampille a été représentée par J.-J. Oberlin (Oberlin, 1773, pl. X-V) et reprise par R. Forrer (Forrer, 1927, II, p. 749, fig. 557).

13 Grand merci à Sebastian Ristow pour sa contribution à ce sujet.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8412/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 501k
Titre Fig. 1. Le site de Strasbourg dans l’Antiquité tardive (d’après Schneider, Schwien dans Baudoux et alii, 2002, p. 39, fig. 3).
Légende Fig. 2. Plan du camp légionnaire de Strasbourg devenu castrum au Bas-Empire (d’après Baudoux et alii, 2002, p. 95 fig. 43 et Gissinger, 2002, pl. V).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8412/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 698k
Légende Fig. 3. Plan général des différentes fouilles réalisées dans le secteur du grenier à blé de la ville de Strasbourg (G. Kuhnle).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8412/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 4. Coupe de la fondation de la construction rectangulaire du Bas-Empire et du mur d’enceinte du Haut-Empire de la fouille du « Grenier d’Abondance » (1999/2000) (G. Kuhnle).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8412/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Fig. 5. Fondation de la construction rectangulaire de la fouille du « Grenier d’Abondance » (F. Schneikert) : a) couches de pierres sèches, concassées et tassées ; b) trous de la double rangée de piquets enfoncés dans le gravier rhénan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8412/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Légende Fig. 6. Restitution graphique de l’enceinte du Bas-Empire dans le secteur du « Grenier d’Abondance » (Ch. Gaston).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8412/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Légende Fig. 7. Coupe de la via sagularis de la fouille du « Grenier d’Abondance » (F. Schneikert).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8412/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 815k
Légende Fig. 8. « Grenier d’Abondance » : céramiques du fossé latéral de la via sagularis comblé au milieu du ive siècle. 1. Sigillée peinte ; 2-3. céramique à revêtement argileux noirâtre ; 4-15. céramique commune ; 16-18. amphores (dessins : J.-L. Isselé, DAO : G. Kuhnle, 2001).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8412/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Fig. 9. Le secteur de Saint-Étienne : a) localisation de l’abside découverte par J.-J. Hatt et des tranchées de murs volés, observées en 1998 ; b) céramiques du haut Moyen Âge (M.-D. Waton) ; c) comparaison entre le plan restitué du bâtiment à abside de Strasbourg et celui de Kellmünz (d’après Mackensen, 1995, fig. 64).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8412/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Légende Fig. 10. L’occupation tardive au sein de l’ellipse insulaire formée par l’Ill (d’après Baudoux et alii, 2002, p. 153 fig. 90).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8412/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
Légende Fig. 11. Zones funéraires de Strasbourg au Bas-Empire et à l’époque mérovingienne (M.-D. Waton).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8412/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Légende Fig. 12. Quelques céramiques du milieu du ive siècle au milieu du ve siècle issues d’anciennes collections. 1-4. Sigillée d’Argonne ; 5-8. céramique à revêtement argileux noirâtre ; 9-13. céramique à cuisson oxydante ; 14-16. céramique à cuisson réductrice ; 17. amphore rhénane régionale (dessins : J. Baudoux).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8412/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Fig. 13. Amphores importées à Strasbourg aux ive et ve siècles. 1. Dressel 23 ; 2. Beltran 72 ; 3. Tripolitaine I ; 4. Tripolitaine II ; 5. Africaine II D ; 6. Keay 1B ; 7. Benghazi MR amphora 13 ; 8. Keay 54 ; 9. Spatheion (dessins : J. Baudoux, DAO : M.-D. Waton).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8412/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Fig. 14. Estampilles sur terres cuites architecturales, Strasbourg et Strasbourg-Koenigshoffen (nos 1, 2-6 et 8-25), Dachstein (nos 3-4 et 7) (DAO : M.-D. Waton).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8412/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 437k
Légende Fig. 15. Strasbourg, « ZAC Sainte-Marguerite » : relevé de la tombe 17 (DAO M.-D. Waton) et dessins de son mobilier (Th. Logel).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8412/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Légende Fig. 16. La fortification tardive de Strasbourg à la fin du xe siècle : réaménagement en bois du fossé défensif du Bas-Empire (front nord-ouest d’après Garscha, 1941, front sud-ouest d’après Zumstein, 1998).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8412/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 518k

© ARTEHIS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search