Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, I

 | 
Michel Kasprzyk
, 
Gertrud Kuhnle
, 
Alexandre Burgevin

La céramique domestique et la verrerie de l’Antiquité tardive issues de la fouille de la « ZAC de l’amphithéâtre 2006-2008 » à Metz : premières observations

Hubert Cabart, Philippe Bet, Richard Delage, Marc Feller et Franck Gama

Résumé

La fouille de la « ZAC de l’Amphithéâtre », à Metz, a permis d’étudier un secteur dense en vestiges archéologiques sur 17 000 m2. Pour l’Antiquité tardive, et principalement les trois derniers quarts du ve s., de nombreuses fosses ont fourni un mobilier abondant en ce qui concerne la céramique et le verre.
Les productions céramiques principales se résument à cinq grandes catégories, auxquelles s’ajoutent quelques variétés marginales. Le lot des sigillées tardives d’Argonne est d’une ampleur rare avec des séries importantes de Chenet 320, d’Alzey 9/11 et de Brulet 471/472. Les vaisselles de DTS
(« Rot-Braungestrichene Keramik ») et les céramiques rugueuses de Mayen offrent les formes et les évolutions les plus tardives du répertoire de l’Antiquité tardive. La cohérence chronologique des lots et la richesse du corpus constituent une opportunité exceptionnelle pour contribuer à la caractérisation de la culture matérielle en usage à la fin du monde romain à Metz.

Texte intégral

Fig. 1. Site archéologique « ZAC de l’Amphithéâtre 2006-2008 » à Metz. a. Emprise de l’opération (en vert) à proximité de l’amphithéâtre et à 700 m environ du castrum de la ville de l’Antiquité tardive. b. Plan provisoire et partiel du quartier aux iie et iiie s. c. Plan provisoire et partiel des vestiges de l’Antiquité tardive.

1Cette présentation des mobiliers en céramique et en verre mis au jour au sein des contextes du ve et du début du vie s. de la fouille de la « ZAC de l’Amphithéâtre 2006-2008 » à Metz ne constitue qu’une première approche, un simple panorama des grandes tendances qui se dégagent de la phase préliminaire de leur étude. Les quantifications mentionnées dans le texte et les figures correspondent à l’état d’avancement des études post-fouilles de l’année 2008 (133 contextes alors pris en compte). L’échantillon étudié est cependant suffisamment important et varié pour que les informations issues de l’analyse de ces mobiliers puissent être considérées comme représentatives de l’ensemble.

1. Presentation du site

  • 1 L’étude de la céramique a été suspendue en août 2008 et devrait reprendre en 2010.

2De 1999 à 2007, des sondages archéologiques ont été réalisés sur plus de 11 ha par l’Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales (AFAN), puis par l’Institut National de Recherches Archéologiques préventives (Inrap) à la demande du Service régional de l’Archéologie (DRAC Lorraine) autour des vestiges de l’amphithéâtre, sans que celui-ci soit inclus dans le projet (fig. 1a). À partir de 2006 et jusqu’en janvier 2008, la construction d’un parking, d’une rue et d’immeubles a nécessité une fouille de 17 000 m2. Le traitement des données a débuté en 20071 et se poursuivra jusqu’en 2010.

NR

NMI

Poids (Kg)

Sigillée tardive d’Argonne

3466

1005

54

DTS (Rot-Braungestrichene Keramik)

282

104

5

Rugueuse Mayen

2520

645

58

Rugueuses régionales

1699

392

26

Autres communes

2780

460

39

Amphores

130

68

14

Céramiques résiduelles

3916

659

53

Total

14730

3395

216

Fig. 2. Tableau de comptage simplifié des céramiques issues de 133 US de référence (fosses et horizons) liées à l’occupation de l’Antiquité tardive.

3Au iie s., une occupation rurale est observée sur le site. Ce secteur périphérique de la ville antique est traversé par la voie « de la Meurthe », reliant Divodurum Mediomatricorum (Metz) à Laneuville-devant-Nancy. Puis, au cours du même siècle, un quartier est créé à proximité de l’amphithéâtre. L’urbanisation débute par la mise en œuvre d’une rue perpendiculaire, séparée de l’amphithéâtre par une esplanade, et la construction de bâtiments (fig. 1b). Ces derniers présentent des terrazzo et des enduits peints. Au début du iiie s., vraisemblablement, le quartier est profondément remanié. Cinq ensembles de bâtiments se distribuent sur la face sud de cette voie et à l’angle de l’axe principal. Les éléments architecturaux mis au jour traduisent une certaine richesse : marbre, enduits peints, statues, etc., et certaines salles bénéficiaient d’un chauffage par hypocauste.

4L’esplanade autour de l’amphithéâtre est séparée de la rue par un mur. Au sud, les bâtiments restent confinés à la voie de la Meurthe qui constitue une limite d’urbanisation.

5L’essentiel du quartier est abandonné, semble-t-il, au cours de la seconde moitié du iiie s.

L’occupation de l’Antiquité tardive

6Au ive s., Metz demeure une ville d’importance au sein de la province de Belgique Première. Son vaste castrum englobe près de la moitié de sa superficie du iiie s. et de nombreux témoins attestent sa prospérité. L’amphithéâtre est cependant trop loin du centre monumental pour être inclus dans l’enceinte (fig. 1a). Autour, les bâtiments du Haut-Empire sont abandonnés et les matériaux de leurs murs récupérés ; quelques sépultures tardives, dont la datation reste à préciser, ont été trouvées sur le site.

7L’abandon n’est toutefois pas définitif et ce secteur semble alors dévolu à d’autres fonctions (fig. 1b). Au ve s. de très nombreuses fosses, probablement d’extraction de matériaux, sont creusées, puis comblées avec des déchets divers, notamment domestiques et éventuellement d’artisanat. Les rares fonds de cabane mis en évidence ne suffisent pas à démontrer la permanence d’un habitat sur la zone fouillée.

2. La céramique domestique

  • 2 Les amphores n’ayant pas encore fait l’objet d’une étude, elles ne seront pas présentées dans le ca (...)

8Les lots de céramiques mis au jour au sein des fosses et horizons des abords de l’amphithéâtre se composent, comme cela est toujours le cas sur des lieux de vie, de vaisselles de table, de service et de cuisson2 (fig. 2). Les productions dominantes sont peu variées, puisqu’elles se limitent à cinq grands types, complétés de plusieurs séries marginales.

9Dans le domaine des vaisselles de table, l’essentiel des découvertes peut être attribué aux sigillées tardives d’Argonne, à savoir pas moins de 90 % des attestations. Les autres vaisselles sont constituées des dérivées de sigillée (DTS) à engobe ocre dites « Rot-Braungestrichene Keramik », qui n’apparaissent qu’au cours de la seconde moitié du ve s. et ne connaissent, contrairement aux premières, qu’une diffusion restreinte.

10Les pièces de service, de préparation à froid et de stockage sont particulièrement rares. Quelques formes appartenant aux répertoires des sigillées et DTS ou encore des céramiques communes peuvent remplir ces fonctions, mais aucune production spécifique ne semble pouvoir être dégagée.

11Quant aux céramiques à feu, elles correspondent à deux séries dominantes qui utilisent les mêmes techniques de fabrication : les céramiques dites « rugueuses » ou encore parfois « granuleuses » ; les plus nombreuses (62 % de cette série) proviennent des ateliers de Mayen (Allemagne). Les autres correspondent à des productions dites régionales, sans origine précise.

12Diverses fabrications de céramiques communes à pâte moins dégraissée que les précédentes complètent ces lots (13,5 % des céramiques domestiques). Elles correspondent à une dizaine de productions régionales peu fréquentes dans ces contextes.

a. Les sigillées tardives d’Argonne

Présentation

13Avec plus de 3400 fragments représentant un millier de vases (sur la base de 133 US), le lot de sigillées tardives d’Argonne est d’une ampleur tout à fait inédite pour une occupation du milieu et de la seconde moitié du ve s. En effet, à cette période, les ateliers d’Argonne ne comptent plus que quelques unités de fabrication dont la diffusion tient essentiellement aux grandes voies de circulation qui parcourent le territoire où elles sont implantées (Brulet, à paraître a).

14Un siècle plus tôt, la situation eût été bien différente et ce corpus n’eût été alors qu’un exemple parmi d’autres témoignant de l’exceptionnel dynamisme de cet artisanat.

15C’est au cours de la première moitié du ive s. qu’apparaissent ou évoluent les formes qui composent le répertoire des sigillées tardives d’Argonne, dont la diffusion couvre une grande partie de l’espace nord-occidental de l’Empire (Van Ossel, 1995, p. 221, fig. 1). Une telle capacité, à nulle autre égale au ive s., est incontestablement à mettre en lien avec le fait que cet artisanat est véritablement l’héritier des savoir-faire et de l’organisation du travail initiés par les grandes officines de céramique sigillée du Haut-Empire.

16Il en va tout autrement à partir du deuxième quart du ve s. Toutes les recherches, menées tant sur les secteurs artisanaux d’Argonne que sur les sites de consommation, montrent une capacité de production et de diffusion en net recul qui s’accompagne, comme cela est souvent le cas, de profondes modifications techniques et organisationnelles (Feller, Brulet, 1998 ; Gazenbeek, Van der Leeuw, 2003). En témoigne l’abandon, par exemple, des fours à flammes moufflées permettant des cuissons en mode C, au profit de structures de cuisson « plus ordinaires » adoptant les cuissons en mode A (ou B). Les données portant sur l’évolution de la zone commerciale du ive s. s’en font également l’écho. Les sigillées d’Argonne postérieures au deuxième quart du ve s. sont quasiment absentes ou rares dans l’ouest de la Gaule (Mitard, 1974 ; Blaszkiewicz, Jigan, 1991), la Bretagne insulaire (Fulford, 1977) et d’un point de vue général, au sein de tous les territoires qui ne sont pas desservis par les grandes voies de communication en lien avec celles parcourant l’Argonne.

17Tel n’est pas le cas de Metz, puisque la ville est située à moins de 80 km à vol d’oiseau des lieux de production et se trouve en lien avec les ateliers, via notamment une voie majeure la reliant à Reims. La proximité et les facilités d’acheminement sont ainsi des facteurs clés pour expliquer l’ampleur des lots, au même titre que l’importance politique et économique de la ville.

Caractéristiques des vaisselles

18Dans les domaines des techniques de fabrication, du répertoire morphologique ou encore des types de décors, les lots de la fouille « ZAC de l’Amphithéâtre » sont les témoins de toutes les évolutions majeures des vaisselles d’Argonne du ve s.

19Un aperçu des caractéristiques techniques des vases et de leur évolution peut être proposé sur la base des coupes Ch. 320 présentant des décors à la molette (664 individus recensés parmi l’ensemble des mobiliers du site). 119 pièces sont pourvues de vernis et matrices de couleur « homogène », qui varient de l’orangé au rouge. Dans l’ensemble, ces vases s’inscrivent dans la lignée des productions du ive s. Ils peuvent être cuits dans des fours à flammes moufflées (sans nécessairement que le vernis soit grésé) ou en mode A (c’est-à-dire avec une phase de cuisson réductrice suivie d’une réoxydation complète). Ils ne représentent toutefois que 18 % des lots et les décors qui leur sont associés sont majoritairement liés à la phase 2 de Metz, dont la chronologie se situe vers 410/440 (Bayard, 1990, p. 294 et sq.). Le second groupe de pâte est celui des vases cuits en mode A dont la matrice n’est que partiellement réoxydée en post-cuisson (pâte à cœur gris), voire totalement réductrice à l’exception de la pellicule du vernis. La plupart des observateurs mentionnent que ces caractéristiques n’apparaissent sur les vaisselles d’Argonne qu’à partir du deuxième quart du ve s. (Bayard, 1990, p. 276 ; Djikman, 1992, p. 151 et sq.). Dans le cas présent, ces productions sont associées aussi bien à des molettes classiques de la phase 2 qu’à d’autres appartenant à la transition 2/3, mais aussi, dans 22 % des cas, à des molettes de la phase 3, à savoir du milieu et troisième quart du ve s.

20Le dernier groupe technique observé est celui des céramiques à dominante brune (Djikman, 1992, p. 151). Les caractéristiques de ces vases n’ont plus rien à voir avec celles du ive s.

21Il s’agit, dans le cas présent, du lot dominant à près de 45 % des occurrences. Les molettes le plus souvent associées aux vases ayant ces caractéristiques techniques sont celles de la phase 3, à savoir du milieu et du troisième quart du ve s. (92 individus, soit 46 % de l’ensemble), mais les molettes de la phase 2, tout particulièrement celles de transition 2/3, sont également nombreuses (20 %).

22Ces observations confirment largement le fait qu’il existe une évolution des caractéristiques des sigillées tardives d’Argonne au cours du ve s. Cette évolution demeure toutefois très progressive : chute régulièrement de la proportion du groupe 1, apparition des cœurs gris à partir du deuxième quart et des pâtes brunes à partir du troisième quart du siècle.

Fig. 3. Principales formes de sigillées tardives d’Argonne (total : 1005 NMI).

23Le répertoire des formes de sigillées tardives d’Argonne mises au jour lors de la fouille « ZAC de l’Amphithéâtre » présente, lui aussi, les spécificités observées ailleurs pour les ensembles du ve s. (fig. 3). Cela est le cas, par exemple, pour la forme dominante de ce lot, puisque il s’agit du plat/assiette Alzey 9/11. Elle est absente des contextes de référence du ive s., mais figure dans tous les ensembles importants du ve s., tout particulièrement à partir du deuxième quart (analyse chronologique dans Bernhard, 1981, p. 53-55), jusque dans les contextes du début du vie s. comme l’atteste, par exemple, la tombe 282 du cimetière d’Eprave (Dasnoy, 1997).

24La seconde forme offrant le plus d’occurrences est la coupe ornée d’un décor à la molette Ch. 320. Le corpus compte aussi bien des pièces de profil hémisphérique dont la production est attestée jusqu’au milieu du ve s. que d’autres, carénées, mais conservant les proportions des pièces classiques ou encore présentant des profils atypiques. Ces dernières sont essentiellement attestées avec les molettes de transition 2/3 ou 3. Les formes les plus carénées, aux parois les plus droites, sont celles comportant notamment les molettes Maastricht 2 ou encore UC 258 ou UC 329, à savoir les plus tardives des lots de Metz.

25La plupart des autres formes attestées sont également issues du répertoire « classique » du ive s., mais connais sent parfois des évolutions significatives ; tel est le cas de la coupe Ch. 324. Certains exemplaires présentent des profils tout à fait similaires à ceux de la seconde moitié du ive s., tandis que d’autres, plus trapus, au bandeau franchement bombé, sont typiques des évolutions les plus tardives. Il est probable toutefois que leur fabrication ne dépasse pas le troisième quart du ve s., comme le suggère notamment à Metz leur absence des ensembles qui paraissent les plus homogènes et les plus tardifs, telle l’US 6420, dont la constitution peut être située à la fin du ve s. ou au début du vie s. (proportion remarquable de DTS, attestation des évolutions tardives de Alzey 9/11, présence d’une molette Maastricht 2).

26Les mortiers à bandeau droit de type Ch. 328-330 complètent le quatuor de tête avec une septentaine d’individus. Ils se distinguent assez nettement des pièces du ive s. par leur bandeau de faible hauteur et surtout leur orientation et épaisseur très irrégulières. Certains vases présentent même des bandeaux incurvés caractéristiques des productions les plus tardives (identiques par exemple à certains mortiers d’Echternach : Bakker, 1981, fig. 242, nos 11-12). Seuls des décors peints les ornent.

27Toutes les autres formes sont présentes en moins de 50 exemplaires chacune. Elles sont, là encore, majoritairement issues du répertoire mis en œuvre à partir du ive s. : les assiettes/plats Ch. 304 et Ch. 313, les coupes Ch. 314 et Ch. 319, ainsi que diverses formes fermées difficiles, bien souvent, à rattacher à une forme donnée. Comme pour toutes les autres formes, des vases aux proportions lourdes et de piètre qualité technique figurent parmi les corpus.

Fig. 4. Quantification des 21 types de molettes les plus fréquents (sur la base de 466 NMI pondéré dont les décors ont pu être caractérisés).

28Seule exception notable, une coupe/couvercle (?) qui constitue une forme typique de l’activité potière du ve s., à l’image des assiettes/plats Alzey 9/11. Répertoriée sous la référence Brulet 471/472 (Brulet, 1990, p. 64), elle présente une collerette incurvée et une petite lèvre dans le prolongement de celle-ci. Son utilisation couvre la seconde moitié du ve s. et le début du vie s. Si, du fait de son apparition tardive, elle est essentiellement diffusée dans l’Est de la Gaule, des exemplaires sont connus dans la basse vallée de la Seine et en Île-de-France, à Rouen par exemple (Adrian, 2006, p. 335) ou encore Herblay (état 2 : Barat et alii, 1994, p. 193 et 197, fig. 81). Elle est souvent décorée de larges lignes blanches.

29Un important corpus de molettes a pu être recensé au sein de l’ensemble des contextes du ve s. (664 individus). Une vingtaine de types de classification Unverzagt-Chenet (Chenet, 1941), Metz (Bayard, 1990) ou autres, domine le répertoire (avec plus de cinq occurrences chacune) (fig. 4 et 5). Les plus fréquentes sont les molettes UC 168 et UC 174. Elles sont fréquentes sur les sites datés à partir du milieu du ve s., comme aux Mureaux « les Gros Murs » (Barat, Van Ossel, 2003, p. 108 et sq.) ou encore à Châtenay « Le Merdat » (Séguier, 1995, p. 33). Didier Bayard les classe dans un groupe intermédiaire entre le 2 et 3, c’est-à-dire à partir du deuxième quart du ve s. (Bayard, 1990, p. 293). Notons également l’importance remarquable des molettes à décor chrétien, puisque quatre des types attestés figurent parmi les huit les plus courants : UC 182 à 184 ainsi que UC 258.

30Concernant les vaisselles décorées à la molette de la fouille du début du xxe s. menée à l’emplacement même de l’amphithéâtre, D. Bayard notait que les lots n’étaient pas antérieurs au ve s. et que, par ailleurs, ils reflétaient une « intensification de l’approvisionnement dans les années qui ont précédé l’apparition de la phase 3 […], peut-être autour des années 430-440 » (Bayard, 1990, p. 294). Les données recueillies actuellement semblent largement confirmer ces observations et les prolonger.

Fig. 5. Formes et décors de Ch. 320 en sigillée tardive d’Argonne. a. Exemples de formes hémisphériques ou carénées. b. frottis des deux décors à la molette les plus fréquents : 1. UC 168, 2. UC 174.

31La plus grande partie des molettes identifiées est issue de l’atelier de Châtel-Chéhéry et en second lieu, mais de manière plus marginale, des officines des Allieux, du Pont-des-Quatre-Enfants (Avocourt) et du site de production d’Avocourt 3.

32Les molettes que l’on considère aujourd’hui comme caractéristiques des dernières décennies du ve s., à savoir celles définies par exemple à partir des fouilles de Maastricht (Dijkmann, 1992), sont très peu représentées dans les ensembles de Metz, puisque seuls huit exemplaires sont attestés, soit moins de 1 % des occurrences.

b. La céramique « dérivée de sigillée » (DTS) ou « Rot-Braungestrichene Keramik »

33La deuxième série de vaisselle de table attestée sur le site correspond à des céramiques à pâte claire et à vernis ocre présentant parfois un aspect « brossé » (fig. 6). Des rehauts de peinture blanche ont été également appliqués sur certains de ces vases. L’essentiel des références de comparaison provient des fouilles de Trèves et particulièrement de celles des thermes impériaux et des « Barbarathermen », puisque la publication des mobiliers les plus remarquables de celles-ci propose une classification des formes parfaitement applicable aux présentes découvertes (Hussong, Cüppers, 1972, Kaisertherm III et Barbarathermen-exkursus 2 ; reprise des formes principales dans Gilles, 1994, fig. 3). Une série de travaux sur les niveaux les plus récents du camp d’Alzey offre un ancrage chronologique pour l’apparition de cette céramique, à savoir la fin du deuxième quart du ve s. (recension dans Bayard, 1990, p. 274 et 293 ; cf. également sur les aspects chronologiques Bernhard, 1981, p. 54-55 et Brulet, à paraître b). Il semblerait toutefois que seuls les contextes les plus tardifs en livrent les lots les plus conséquents. Un ensemble clos du site de Bitburg (Allemagne), que l’on peut situer vraisemblablement à la fin du ve s. ou au début du vie s., compte sept vases de cette série contre seulement deux sigillées d’Argonne (Binsfeld, 1979). Les abords de l’amphithéâtre semblent présenter le même phénomène. L’US 6314, qui comporte un corpus important de vases Brulet 471/472, des molettes Metz 1, UC 186, UC 257 et UC 258, est riche de onze individus de DTS, soit 17 % du corpus des vaisselles de table. L’US 6420, qui a permis de recueillir une molette Maastricht 4, des formes Brulet 471/472 et les évolutions les plus tardives de Alzey 9/11, en comporte huit individus, soit 20 % de la vaisselle de table. Enfin, l’US 6109, qui a livré un vase avec une molette Maastricht 2 ainsi que des molettes chrétiennes, mais aussi des céramiques rugueuses de Mayen vraisemblablement mérovingiennes, comporte six vases DTS, soit 28 % de la vaisselle table.

Fig. 6. Répertoire des DTS ou « Rot-Braungestrichene Keramik » (total : 104 NMI). Les références typologiques correspondent à celles de Hussong, Cüppers, 1972, fig. 16 et 20.

34L’origine des pièces mises au jour à Metz demeure indéterminée, mais les nombreuses analogies existantes avec les vases de Trèves tendraient à indiquer une provenance commune, vraisemblablement issue d’ateliers situés dans le bassin de la Moselle.

35La forme dominante du répertoire est un plat/assiette de forme identique à Alzey 9/11 (Hussong, Cüppers, 1972, fig. 16, no 23 ; fig. 20, no 16a). Viennent ensuite les mortiers dont le fond est bombé (Hussong, Cüppers, 1972, fig. 16, no 28ab et fig. 20, no 25), puis de manière plus marginale des plats/assiettes et coupes qui trouvent presque tous un équivalent dans le répertoire des sigillées tardives d’Argonne : Ch. 320, Ch. 313, Ch. 304/5, Ch. 314 ainsi que Brulet 471/472. Notons que les formes équivalentes aux coupes Ch. 320 (Hussong, Cüppers, 1972, fig. 16, no 26 ; fig. 20, no 23b) sont pourvues de décors à la molette qui correspondent à un unique modèle. Il semble identique à celui référencé à Trèves sur des formes similaires (bien que la séquence répétitive dessinée diffère quelque peu : Hussong, Cüppers, 1972, p. 91 et fig. 20, no 25).

c. Les céramiques rugueuses

36L’essentiel des récipients de cuisine correspond aux céramiques dites « rugueuses » ou encore « granuleuses », à savoir pourvues de pâte très dégraissée de minéraux plus ou moins calibrés suivant les origines. Les vases fabriqués selon ce principe technique remplacent progressivement l’ensemble des corpus de céramique commune au iie s. et représentent l’essentiel de la batterie de cuisine à partir du iiie s. L’origine de ces pièces peut alors être variée : régionale (pour le iiie s., Mittelbronn, probablement La Madeleine, etc. : Feller, Hoerner, 1994, p. 101), ateliers de Speicher (à proximité de Trèves) ou encore Urmitz (région de Coblence). Elles sont présentes, sur les sites du bassin de la Moselle, jusqu’au milieu du ive s. en proportion variable (Kiessel, 2008). Toutefois, ce sont les pièces d’Urmitz qui dominent le plus fréquemment les corpus.

37Au cours des premières décennies du ive s. apparaissent progressivement de nouvelles productions promises à un bel avenir : les céramiques rugueuses de type Mayen (à une trentaine de kilomètres de Coblence, dans la partie sud du massif de l’Eifel). Elles ne font qu’une timide apparition dans le comblement du grand bassin de la villa de Peltre « Les Rouaux », intervenu tout au long du ive s. (Feller, 2006), alors qu’elles dominent le lot de la nécropole d’Uckange, datée de la fin du ive s. (Mondy, 2006). Au ve s., les ateliers qui produisent ces céramiques deviennent le principal fournisseur à côté des récipients de production régionale. Les lots des abords de l’amphithéâtre en témoignent.

38Le répertoire des céramiques de Mayen est dominé par deux formes qui représentent chacune 20 % du corpus (fig. 7). Il s’agit de formes fermées correspondant au pot à anse Alzey 30 et au pot ovoïde Alzey 27. La présence de la seconde dans ce duo de tête est classique. Elle constitue véritablement la forme emblématique des céramiques rugueuses tardives, celle qui fut reprise par toutes les productions régionales du nord de la Gaule, comme en Île-de-France par exemple, à partir de la seconde moitié du ive s. (Barat, 1993). Les lèvres, majoritairement en faucille, témoignent ainsi de l’ultime évolution de cette forme (Gilles, 1994, p. 119). Le grand nombre de formes Alzey 30, dont la fonction peut être polyvalente (boire, bouillir les liquides), semble moins habituel. Toutefois, les contextes d’habitat du ve s. comparables à celui des abords de l’amphithéâtre sont rares.

Fig. 7. Répertoire des céramiques rugueuses de Mayen (total : 645 NMI).

39Les deux formes suivantes sont également représentées de manière à peu près similaire, soit 10 % du corpus. Il s’agit de jattes à lèvre en bourrelet (Alzey 28) ou à lèvre rentrante (Alzey 29). Apparues dès le ive s., elles perdurent tout au long du ve s. Il n’est donc nullement surprenant de les retrouver en bonne place au sein des ensembles de Metz et ce jusque dans les contextes les plus tardifs. Les variantes de lèvre pour chacune d’elles sont nombreuses et en ce qui concerne les séries de la fouille « ZAC de l’Amphithéâtre », aucune distinction morphologique ne peut être proposée.

40Deux autres formes, enfin, sont également suffisamment représentées pour ne pas figurer dans le lot des pièces marginales. Il s’agit du pot Alzey 32 ainsi que du mortier à fond bombé Alzey 31. Tous deux, absents des ensembles du ive s. (Brulet, 1990, p. 77), apparaissent timidement au début du ve s., pour devenir des pièces courantes dès le deuxième quart du ve s.

3. Le verre

41Sur les 6500 fragments de verre recueillis sur le site, toutes périodes confondues, plusieurs centaines ont été mises au jour au sein des fosses et horizons de l’occupation tardive. Leur fragmentation est grande, à l’image d’ailleurs de l’ensemble des découvertes, et il est impossible de reconstituer le profil complet d’un récipient sans qu’il n’y ait d’importantes lacunes. Par ailleurs, le déficit en fonds est remarquable. Cela incite à penser que l’on se trouve peut-être en présence de résidus issus d’une activité de recyclage. Les indices de la présence d’un atelier sur place manquent toutefois (vestiges de four, déchets générés par l’activité verrière, formes en cours d’élaboration, etc.).

42Le répertoire est relativement peu varié et comporte pour l’essentiel des coupes, des gobelets et des bouteilles. L’ensemble des pièces peut être daté de la seconde moitié du ve s. et de la première moitié du vie s. L’éventail typologique des formes observées s’interrompt dans la première moitié du vie siècle. L’absence de gobelet caréné, avec ou sans bouton terminal, de coupe à large ourlet ou de gobelet campaniforme est, à cet égard, remarquable.

43Les principales formes des contextes tardifs sont les suivantes (fig. 8) :

  • les pots Feyeux 90, qui comptent des exemplaires sans décor et d’autres avec des décors de fils de verre placés soit sur le col (six tours dans un cas), soit sur le fond sous forme d’arcades rayonnant autour du pontil (type 90.2hi : Feyeux, 2003, p. 182) ; d’autres encore présentent des filets blancs opaques sur la lèvre, sous la lèvre ou en arcades ;

  • plusieurs bouteilles Feyeux 20, les unes dans la tradition des bouteilles gallo-romaines, les autres ornées d’un filet type Feyeux 20.1f. (Feyeux, 2003, no 100-105) ;

  • les formes Feyeux 41 et 42, correspondant à des gobelets dont le pied annulaire est creux. L’ouverture évasée à lèvre arrondie est souvent décorée de filets de verre ou d’émail. Certains pieds sont également ornés de filets.

44L’une des formes correspond à un gobelet à trompes, de type « Rüsselbecher ». Elle est ornée d’un filet travaillé à la pince. Deux exemplaires pouvant être comparés à celle-ci sont connus en Lorraine, à Cutry (tombe 957) et à Waldwisse (tombe 42). Ils sont datés des ve-vie s.

45Les vases Feyeux 51 sont l’évolution de la forme gallo-romaine Isings 106 utilisée à la fin du ive et au début du ve s. Les vases sont coniques avec une embouchure évasée. Les lèvres sont brutes sur les exemplaires les plus anciens et rondes à partir du milieu du ve s. Les fonds sont étroits et les récipients ne peuvent être posés verticalement qu’à l’envers. Ils sont traditionnellement classés en plusieurs types suivant le décor :

  • Rheinsheim avec des côtes torses et des filets sous la lèvre ;

  • Haillot avec des arcades en émail blanc opaque ;

  • Kempston avec des filets verticaux sur la panse.

46Les trois sortes sont présentes parmi le corpus de la fouille « ZAC de l’Amphithéâtre 2006-2008 ».

47On note également, au sein de l’US 7258, un tesson de panse de vase de type Rheinsheim avec des côtes moulées et des filets parallèles à la lèvre, et un ensemble de tessons en verre brunâtre retrouvés au sein de l’US 6736 (fig. 8, no 6) qui semblent appartenir à un même vase de type Kempston, avec des filets horizontaux en deux registres sous la lèvre et sur le haut de la panse, puis des arcades sur le bas du vase. En l’absence de collage, la restitution demeure hypothétique.

48Les coupes Feyeux 81 constituent également des pièces particulièrement remarquables de la seconde moitié du ve s. et du début du vie s. Quelques individus à lèvre ronde ne présentent pas de décor (Feyeux 81.0), tandis que d’autres sont ornés de filets blancs opaques sous la lèvre, souvent très fins, disposés parallèlement à celle-ci en un ou plusieurs registres (Feyeux 81.1). Il s’agit là de la variante la plus courante (Feyeux, 2003, p. 165).

49Les pièces à décors à filets de verre blanc opaque dessinant d’amples arcades, des guirlandes, des spirales ou encore de décors piqués (Feyeux 81.1ac, 81.1b) sont également bien représentées sur la fouille. Les musées régionaux conservent des coupes entières appartenant à ces séries qui proviennent de sépultures, comme la coupe de Waldwisse (conservée à Sarrebourg) ou celle de Cutry.

Fig. 8. Présentation de quelques formes en verre liées à l’occupation de l’Antiquité tardive. 1-2. Pot Feyeux 90 ; 3. bouteille Feyeux 20 ; 4. gobelet Feyeux 41 ; 5. gobelet à trompes, Feyeux 42 ; 6. gobelet conique Feyeux 51 ; 7-9. coupes Feyeux 81 ; 10-11. coupes moulées à décor de chrisme, Feyeux 81.3m.

50Enfin des vases à décors moulés ont été également recueillis (Feyeux 81.3m), dont deux fragments moulés à décor de chrismes provenant des US 6636 et 7603 (fig. 8, nos 10 et 11). Le premier est le fond convexe d’une coupe en verre verdâtre, transparent et sans filandre. Le décor est un motif de chrisme formé du P et du X et alpha à droite. Autour de ce symbole se trouvent des cercles concentriques et des zones réticulées. Le second est un fond de coupe en verre transparent bleuté avec motif de chrisme formé du P et du X dans un cercle et un bandeau de lignes rayonnantes.

51Longtemps attribuées à un atelier situé dans la région de Namur (Dasnoy, 1955), les coupes à symboles chrétiens sont de plus en plus souvent retrouvées dans bien des régions depuis la généralisation des fouilles d’habitat. Les datations proposées sont les mêmes que pour les coupes précédentes, seconde moitié du ve et début du vie siècle (Feyeux, 2003, p. 165). En Lorraine, des pièces similaires ont été retrouvées à Dieue-sur-Meuse et à Chaouilley (Meurthe-et-Moselle).

52Signalons enfin parmi le mobilier en verre la présence de nombreuses perles utilisées pour des colliers de type I dans la chronologie normalisée, répertoriées sous le numéro 374 et datables du ve et jusqu’au milieu du vie siècle (Legoux et alii, 2004, p. 42 et 54).

4. En guise de conclusion

53Cette présentation rapide et nécessairement incomplète des céramiques domestiques et verreries du ve s. issues de la fouille « ZAC de l’Amphithéâtre » met bien en évidence toutes les potentialités que l’on peut tirer de l’étude fine de ces mobiliers.

54Leur situation majoritairement au sein de contextes datés des trois derniers quarts du ve s. ne fait guère de doute. Les nombreuses comparaisons que l’on peut établir avec d’autres sites, notamment en ce qui concerne les types céramiques dominants, le montrent parfaitement. Au sein des sigillées tardives d’Argonne, il s’agit des formes Alzey 9/11 et Brulet 471/472, mais aussi des nombreuses molettes appartenant majoritairement à la phase 2/3 ou 3 de Metz. Les vaisselles DTS ainsi que les formes et les évolutions les plus tardives du répertoire de céramiques rugueuses de l’Antiquité tardive contribuent également à cette caractérisation.

55Il est vraisemblable, également, que certains des contextes puissent présenter des fourchettes touchant les premières décennies du vie s. : ceux comportant des molettes du groupe 4 ou encore des céramiques dont les techniques et/ou le répertoire évoquent les premières productions mérovingiennes. Reste que le corpus des céramiques ainsi que celui du verre montrent que cette occupation dense, initiée dans le second quart du ve s., ne perdure pas au-delà du premier quart du vie s. L’absence des pièces tournées de formes biconiques est à ce sujet tout à fait parlante. Nulle pièce similaires à celles en usage, à partir du deuxième quart du vie s., dans la région de Trèves (typologie de Böhner, 1958, appartenant à la phase 3, tout particulièrement les biconiques B1a et b) ou encore en Bourgogne (pots biconiques de série G : Mathiaut-Legros, 2003), n’est présente parmi le mobilier des fosses du site.

56Cette relative cohérence chronologique des lots, alliée à la richesse du corpus des céramiques, constitue ainsi une opportunité unique, à Metz, de contribuer à la caractérisation de la culture matérielle en usage à la fin du monde romain.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Adrian Y.-M., 2006, « Céramique et verreries des ive s. et ve s. dans la basse vallée de la Seine », in : Ouzoulias P., Van Ossel P. éd., Dioecesis Galliarum, publié par l’ACR ‘ Organisation et occupation du territoire dans le nord de la Gaule lyonnaise’, Paris, p. 331-389 (Document de travail no 7).

Bakker L., 1981, « Spätrömische Befestingungen und frühmittelalterkiche Kirche von St. Peter und Paul », in : Metzler J., Zimmer J., Bakker L., Ausgrabungen in Echternach, Luxembourg, p. 269-331.

Barat Y., 1993, « Les céramiques ‘rugueuses’ ou ‘granuleuses’ du Bas-Empire en Île-de-France », in : Trésors de Terre : céramiques et potiers dans l’Île-de-France gallo-romaine, Catalogue d’exposition, Versailles, p. 171-177.

Barat Y., Van Ossel P., 2003, « Les Mureaux, les Gros Murs (Yvelines) : un établissement en bord de Seine au ve s. », in : Ouzoulias P., Van Ossel P. éd., Dioecesis Galliarum, publié par le PCR ‘L’époque romaine tardive en Île-de-France’ et l’ACR ‘Organisation et occupation du territoire dans le nord de la Gaule lyonnaise’, Paris, p. 107-119 (Document de travail no 6).

Barat, Y., Valais A., Van Ossel P., 1994, « Un ensemble de céramique du ve siècle à Herblay (Val d’Oise) », in : Ouzoulias P., Van Ossel P. éd., L’époque romaine tardive en Île-de-France, Dioecesis Galliarum, Paris, p. 191-219 (Document de travail no 1).

Bayard D., 1990, « L’ensemble du grand amphithéâtre de Metz et la sigillée d’Argonne au ve siècle », Gallia, 47, p. 271-319.

Bernhard H., 1981, « Die spätrömischen Burgi von Bad Dürkheim-Ungstein und Eisenberg : eine Untersuchung zum spätantiken Siedlungwesen in ausgewählten Teilgebienten der Pfalz », Saalburg Jahrbuch, 37, p. 23-85.

Binsfeld W., 1979, « Funde des 5. Jahrhunderts aus Bitburg in der Eifel », Archäologisches Korrespondenzblatt, 9, p. 431-434.

Blaszkiewicz P., Jigan C., 1991, « Le problème de la diffusion et de la datation de la céramique sigillée d’Argonne décorée à la molette des ive-ve siècles dans le nord-ouest de l’Empire », in : Actes du congrès de la SFECAG, Cognac, 1991, p. 385-414.

Böhner K., 1958, Die fränkischen Altertümer des Trierer Landes, Berlin Gebr. Mann, 2 vol. : 335-195 p., 75 pl. (Germanische Denkmäler der Völkerwanderungszeit, 1).

Brulet R., 1990, La Gaule septentrionale au Bas-Empire : occupation du sol et défense du territoire dans l’arrière-pays du Limes aux ive et ve siècles, Trier, Selbstverlag des Rheinischen Landesmuseums, 431 p. (Trierer Zeitschrift, 11).

Brulet R., à paraître a, « La sigillée du Bas-Empire d’Argonne », in : Brulet R. et alii, Dictionnaire des céramiques du nord de la Gaule, chapitre 11, Louvain-la-Neuve.

Brulet R., à paraître b, « Les dérivés de sigillée du Bas-Empire », in : Brulet R. et alii, Dictionnaire des céramiques du nord de la Gaule, chapitre 16, Louvain-la-Neuve.

Chenet G., 1941, La céramique gallo-romaine d’Argonne du ive siècle et la terre sigillée décorée à la molette, Mâcon, Protat Frères, XII-195 p. (Fouilles et documents d’archéologie antique en France, 1).

Dasnoy A., 1955, « Les coupes en verre ornées de motifs chrétiens », Annales de la Soc. archéologique de Namur, 48, p. 365-373, pl. XIII-XXVIII.

Dasnoy A., 1997, « Les cimetières d’Eprave et Han-sur-Lesse : la ‘Croix-Rouge’ et ‘Sur-le-Mont’ », Annales de la Soc. archéologique de Namur, 71, p. 3-82.

Dijkman W., 1992, « La terre sigillée décorée à la molette à motifs chrétiens dans la stratigraphie maastrichtoise (Pays-Bas) et dans le nord-ouest de l’Europe », Gallia, 49, p. 129-172.

Feller M., 2006, Peltre ‘ Les Rouaux’, DFS de fouille d’archéologie préventive, 2004, DRAC, SRA de Lorraine, Metz.

Feller M., Brulet R., 1998, « Recherches sur les ateliers de céramique gallo-romains en Argonne : I. Prospection-Inventaire dans le massif de Hesse et le site de production des Allieux 1 », Archaeologia Mosellana, 3, p. 229-368.

Feller M., Hoerner B., 1994, « Première approche de la céramique du Bas-Empire en Lorraine », in : Tuffreau-Libre M., Jacques A., La céramique du Bas-Empire en Gaule Belgique et dans les régions voisines, Actes de la table ronde de céramologie gallo-romaine, Arras, 8-10 oct. 1991, p. 95-111 (Revue du Nord, hors série, coll. Archéologie, 4).

Feyeux J.-Y., 2003, Le verre mérovingien du quart nord-est de la France, Paris, de Boccard, 283 p.

Fulford M. G., 1977, « Pottery and Britain’s foreign trade in the late Roman Period », in : Peacock D.P.S. éd., Pottery and early commerce : characterization and trade in Roman and later ceramics, London, Academic press, p. 35-84.

Gazenbeek M., Van Der Leeuw S., 2003, « L’Argonne dans l’Antiquité : étude d’une région productrice de céramique et de verre », Gallia, 60, p. 269-317.

Gilles K.-J., 1994, « Ateliers de céramique du Bas-Empire dans la vallée de la Moselle et l’Eifel », in : Tuffreau-Libre M., Jacques A., La céramique du Bas-Empire en Gaule Belgique et dans les régions voisines, Actes de la table ronde de céramologie gallo-romaine, Arras, 8-10 oct. 1991, p. 117-125 (Revue du Nord, hors série, coll. Archéologie, 4).

Hussong L., Cüppers H., 1972, Die Trierer Kaiserthermen : die spätrömische und frühmittelalterliche Keramik, Mainz am Rhein, Ph. von Zabern, 130 p. (Trierer Grabungen und Forschungen, I, 2).

Kiessel M., 2008, « Rauhwandige römische Keramik aus Urmitz/Weissenthurm (Lkr. Mayen-Koblenz) : zu Typen-spektrum, Productions-und Nützungsdauer », Archäologisches Korrespondenzblatt, 38, p. 399-407.

Legoux R., Périn P., Vallet F., 2004, Chronologie normalisée du mobilier funéraire mérovingien entre Manche et Lorraine, Saint-Germain-en-Laye, Ass. française d’Archéologie mérovingienne, 61 p. (Bull. de liaison de l’AFAM, hors série).

Mathiaut-Legros A., 2003, « Céramique du haut Moyen Âge issue de contexte funéraire : régions Bourgogne et Franche-Comté », in : Burgondes, Alamans, Francs et Romains dans l’Est de la France, le Sud-Ouest de l’Allemagne et la Suisse, ve-viie siècle après J.-C., Actes des XXIèmes Journées internationales d’archéologie mérovingienne, Besançon, 20-22 oct. 2000, Besançon, p. 51-57 (Annales littéraires de l’Univ. de Franche-Comté, 47).

Mitard P.-H., 1974, « La céramique d’Argonne du ive siècle à la molette d’Alet (Saint-Malo, Ille-et-Vilaine) », Dossiers du CERAA, 2, p. 41-48.

Mondy M., 2006, Uckange ‘rue Jean Moulin’, DFS de fouille d’archéologie préventive, 2001, DRAC, SRA de Lorraine, Metz.

Séguier J.-M., 1995, « Un établissement du ve s. au Merdat à Châtenay-sur-Seine (Seine-et-Marne) », in : Ouzoulias P., Van Ossel P. éd., L’époque romaine tardive en Île-de-France, Dioecesis Galliarum, Paris, p. 191-219 (Document de travail no 2).

Van Ossel P., 1995, « La sigillée d’Argonne du Bas-Empire dans le nord de la Gaule : distribution, imitations et concurrences (ive-ve s.) », in : Rei Cretariae Romanae Fautorum Acta, t. 34, p. 221-229.

Notes

1 L’étude de la céramique a été suspendue en août 2008 et devrait reprendre en 2010.

2 Les amphores n’ayant pas encore fait l’objet d’une étude, elles ne seront pas présentées dans le cadre de cette publication.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Site archéologique « ZAC de l’Amphithéâtre 2006-2008 » à Metz. a. Emprise de l’opération (en vert) à proximité de l’amphithéâtre et à 700 m environ du castrum de la ville de l’Antiquité tardive. b. Plan provisoire et partiel du quartier aux iie et iiie s. c. Plan provisoire et partiel des vestiges de l’Antiquité tardive.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8355/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Légende Fig. 3. Principales formes de sigillées tardives d’Argonne (total : 1005 NMI).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8355/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 4. Quantification des 21 types de molettes les plus fréquents (sur la base de 466 NMI pondéré dont les décors ont pu être caractérisés).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8355/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 5. Formes et décors de Ch. 320 en sigillée tardive d’Argonne. a. Exemples de formes hémisphériques ou carénées. b. frottis des deux décors à la molette les plus fréquents : 1. UC 168, 2. UC 174.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8355/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Légende Fig. 6. Répertoire des DTS ou « Rot-Braungestrichene Keramik » (total : 104 NMI). Les références typologiques correspondent à celles de Hussong, Cüppers, 1972, fig. 16 et 20.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8355/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Fig. 7. Répertoire des céramiques rugueuses de Mayen (total : 645 NMI).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8355/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 8. Présentation de quelques formes en verre liées à l’occupation de l’Antiquité tardive. 1-2. Pot Feyeux 90 ; 3. bouteille Feyeux 20 ; 4. gobelet Feyeux 41 ; 5. gobelet à trompes, Feyeux 42 ; 6. gobelet conique Feyeux 51 ; 7-9. coupes Feyeux 81 ; 10-11. coupes moulées à décor de chrisme, Feyeux 81.3m.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8355/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 366k

© ARTEHIS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search