Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, I

 | 
Michel Kasprzyk
, 
Gertrud Kuhnle
, 
Alexandre Burgevin

L’enceinte réduite d’Autun (Saône-et-Loire)

Sylvie Balcon-Berry

Résumé

Dans le cadre plus général de l’étude de l’évolution de la ville haute d’Autun, un réexamen de la question de la date de création et du tracé de l’enceinte réduite a été entrepris. Cette analyse s’appuie sur une relecture de documents anciens couplée à des observations récentes. Elle conduit à proposer l’existence d’une première structure composée de deux pans formant un angle droit qui se raccordaient latéralement à la muraille de la fin du ier siècle avant J.-C. Égrenée de tours polygonales et possédant une porte, elle a vraisemblablement été aménagée au cours de l’Antiquité tardive. Elle a laissé une empreinte durable dans le paysage monumental, ce dont témoignent des vestiges conservés en élévation. Cette fortification a subi de nombreux remaniements, notamment à hauteur de l’évêché où des tours quadrangulaires sont venues remplacer celles d’origine entre le viie et le ixe siècle.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la mémoire de Pascale Chardron-Picault

La ville haute d’Autun, espace d’accueil du complexe cathédral à partir des ive-ve siècles, forme au sud de la cité une excroissance triangulaire englobée dans la vaste enceinte aménagée à partir de la fin du ier siècle avant J.-C.1. De cette dernière, objet de nombreuses recherches (Guillaumet, Rebourg, 1985 ; Rebourg, 1998 ; Fort, 2007), il subsiste d’impressionnants vestiges sur sa face occidentale, tandis que son flanc méridional offre un visage résolument médiéval avec hourds coiffant des tours à base romaine. En revanche, la datation et le tracé du mur nord ayant isolé la ville haute du reste de la cité en la transformant en réduit fortifié n’ont pas, pour l’heure, été examinés de façon approfondie. Toutefois, de récentes observations, notamment à l’emplacement de l’évêché, ainsi que le réexamen de données plus anciennes, permettent de reconsidérer l’aspect et l’évolution de cette fortification qualifiée de castrum dans les sources du ha...

Auteur

Maître de conférences en histoire de l’art et archéologie du Moyen Âge, Université Paris-Sorbonne (Paris IV).

© ARTEHIS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search