Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, I

 | 
Michel Kasprzyk
, 
Gertrud Kuhnle
, 
Alexandre Burgevin

Le bâtiment des écoles méniennes dans la topographie d’Augustodunum/Autun

Antony Hostein

Résumé

Attesté dans un discours prononcé en 298 ap. J.-C., le bâtiment des écoles de l’antique Augustodunum – appelées Maenianae – a fait l’objet depuis près de deux siècles de nombreuses discussions portant sur sa localisation et sa physionomie. Compte tenu de la rareté des attestations d’édifices scolaires dans l’Antiquité romaine, ce témoignage apparaît d’autant plus précieux bien que d’exploitation difficile. Le renouveau récent de la recherche archéologique sur le site d’Autun autorise des rapprochements inédits des documentations littéraires et matérielles et, partant, de nouvelles hypothèses interprétatives.

Texte intégral

1Un discours prononcé en 298 ap. J.-C. révèle l’existence, à Augustodunum-Autun, chef-lieu de la cité des Éduens, d’un bâtiment consacré exclusivement aux activités d’enseignement. Depuis le xixe s., des générations d’historiens et d’érudits locaux ont tenté, en se fondant sur ce témoignage unique, de préciser sa physionomie ainsi que sa localisation dans la trame urbaine.

2L’existence de ce bâtiment scolaire est signalée par une source conservée dans un recueil comprenant douze discours rassemblés à la fin du ive s., le corpus des Panegyrici Latini. Ce corpus constitue un florilège de discours d’éloge prononcés – à l’exception du premier, le fameux Panégyrique de Trajan par Pline le Jeune (100) – entre 288 et 389 ap. J.-C. Leurs auteurs partagent de nombreux traits de caractère : ce sont des aristocrates gallo-romains de premier plan, bons rhéteurs, magistrats municipaux, parfois membres éminents de l’administration impériale. Dans leurs discours enfin, l’éloge de l’empereur du moment tient une place centrale.

3Au sein du recueil, un sous-corpus se distingue, composé de quatre discours dont le dénominateur commun est d’avoir été prononcés, sans exception, par des notables originaires de la cité des Éduens. Dans la numérotation de l’édition des CUF établie par Édouard Galletier, ils correspondent aux Panégyriques Latins IV(8), V (9), VII(6) et VIII(5), datés respectivement de 297, 298, 310 et 311. Pour mémoire, le chiffre entre parenthèses correspond à l’ordre de présentation de ces panégyriques dans les manuscrits. Chacun de ces discours, à des degrés divers, constitue une mine d’informations sur le destin de la ciuitas Aeduorum autour des années 290-300. Par les détails rapportés sur les élites municipales, sur les bâtiments restaurés, sur les populations barbares installées dans les campagnes, sur les institutions civiques, ces sources littéraires valent largement les dossiers épigraphiques contemporains si riches attestés en Italie ou dans les provinces africaines. En clair, s’il est une cité gallo-romaine dont l’historien peut retracer le destin entre le Haut-et le Bas-Empire, c’est bien la cité des Éduens.

4Pour en revenir au bâtiment des écoles, celui-ci apparaît mentionné, ainsi que d’autres monuments majeurs de la parure urbaine d’Autun, dans le Panégyrique V (9), prononcé, comme cela se déduit du texte lui-même, au printemps 298, par Eumène, un notable éduen, ancien responsable des archives à la chancellerie impériale (magister memoriae). Dans le cadre de la politique de restauration financière et édilitaire engagée par les Tétrarques pour relever la cité, Eumène est tiré de sa retraite puis placé, par décision impériale, à la tête des écoles municipales. Soucieux de participer à cette œuvre de rétablissement, Eumène, en sa qualité de notable, propose alors à ses concitoyens de relever, par un acte d’évergétisme et sur ses fonds propres, à raison de 600 000 sesterces par an, le bâtiment des écoles, ruiné par l’incurie des hommes. En 17, 3, il précise que cet état de délabrement remontait à l’époque précédant son entrée dans l’enfance – pueritia en latin – ce qui renvoie selon toute vraisemblance aux années 230-240.

  • 1 Présentation des principales sources littéraires sur la question dans Marrou, 1981, 2, p. 66 (école (...)

5Au printemps 298, la présence à Autun du gouverneur de Lyonnaise venu en personne superviser l’avancement des travaux et vérifier l’état des finances municipales offrit à Eumène l’occasion de mettre en œuvre son projet. Dans le cadre des cérémonies d’accueil (adventus) de cet officiel, Eumène prononça un discours-requête ou postulatio en latin (le terme apparaît en 2,1) afin de solliciter l’aval des autorités impériales, nécessaire pour engager le chantier de reconstruction des écoles. En conséquence, son discours ne correspond pas exactement à un panégyrique, à un éloge d’empereur ou βασιλικὸς λόγος pour emprunter la terminologie des théoriciens de la rhétorique, mais plutôt à un discours de représentant de cité, un πρεσβευτικός λόγος, du verbe grec πρεσβεύο), qui signifie conduire une ambassade, une délégation (Nixon, Rodgers, 1994, p. 144-150 ; Hostein, 2004, p. 376). Dans le cadre de cette pétition officielle, parmi les éléments de la parure urbaine mentionnés par Eumène, le bâtiment des écoles, sujet principal de la requête, occupe logiquement une place privilégiée.

6D’emblée, il faut reconnaître que l’attestation de ce genre d’édifice voué exclusivement aux études demeure exceptionnelle en Occident, par-delà les lacunes liées au naufrage de la documentation. De surcroît, Eumène s’attache davantage à décrire les activités qui s’y déroulent que la physionomie même du bâtiment.

7Les bâtiments abritant des activités scolaires dans l’Antiquité romaine n’ont fait l’objet d’aucune synthèse récente et l’article d’Henri-Irénée Marrou paru en 1932 demeure encore la référence sur le sujet (Marrou, 1932, p. 93-110 et en dernier lieu, Dix, Houston, 2006, p. 670-717). À l’exception des bâtiments dont disposaient les grandes écoles de philosophie en Grèce et en Orient, il n’existait pas, sinon de manière exceptionnelle, de bâtiments destinés à recevoir exclusivement des activités scolaires. En règle générale, comme l’attestent les sources littéraires, tant à Rome que dans les provinces, les activités d’enseignement se déroulaient dans des lieux publics abrités comme les portiques, les palestres des thermes ou encore les salles en exèdre jouxtant les forum. Dans ces conditions, seuls les portraits sculptés ou peints de philosophes ou d’hommes de lettres ornant ces espaces permettaient d’en rappeler aux usagers la spécificité fonctionnelle1. Certes, de récentes fouilles archéologiques à Aphrodisias de Carie (Smith, 1991, p. 144-158 et idem, 1990, p. 127-155 et l’addendum p. 177) ainsi qu’à Kōm el-Dikka à Alexandrie (Haas, 1997, p. 154-156 d’après Rodziewicz, 1993, p. 269-279 ; Gros, 1996, 1, p. 374) ont permis de mettre au jour des édifices interprétés comme des lieux d’enseignement ; mais dans les deux cas cités, cette attribution fonctionnelle n’apparaît pas totalement assurée.

  • 2 Eumène précise d’ailleurs qu’au moment de son discours, l’enseignement était dispensé intra privato (...)
  • 3 Cette réceptivité aux modes et aux modèles de civilisation romains est très nette à travers l’urban (...)

8Dans ces conditions, c’est dire le caractère inattendu de la présence dans la ville d’Autun d’un ouvrage entièrement consacré à la παιδεία, un bâtiment dont l’existence impliquait de la part des élites locales une conception des services urbains particulièrement élevée, au point d’intégrer dans la panoplie des monuments porteurs d’urbanitas et de majesté un édifice de ce genre, rarissime dans la pars occidentalis de l’Empire. De ce point de vue, les écoles éduennes apparaissent révélatrices de l’intérêt d’un public local relativement large pour les choses de l’esprit, prêt à consacrer à l’enseignement de la rhétorique un espace de choix dans le tissu urbain alors que l’activité aurait pu s’épanouir en des lieux plus informels2. Les écoles d’Augustodunum, centre urbain où le modèle de la ville romaine fut certainement plus achevé qu’ailleurs en Lyonnaise, incarnent ainsi dans la pierre le haut degré de culture et d’intégration à l’Empire des Éduens, dont le caput ciuitatis était conçu comme une véritable « vitrine de la romanisation », particulièrement réceptive aux modèles venus de Rome et de la cour impériale3. Ces écoles dressées au cœur de la ville proclamaient avec force l’ancrage ancien et profond de la culture gréco-romaine dans ce secteur des Trois Gaules.

  • 4 L’hypothèse d’attribuer aux fondations des écoles des restes d’un important portique, mis au jour a (...)

9Une lecture attentive du Panégyrique V (9) ne permet cependant pas de dessiner une image nette de ce bâtiment si particulier, dont aucun vestige n’a pu être mis au jour jusqu’à présent4. Faute de nouvelles découvertes, leur plan ainsi que leur architecture demeurent inconnus. Néanmoins, en se fondant d’abord sur des indices relevés dans le discours, réinterprétés sans a priori, puis en opérant des rapprochements avec des édifices abritant des activités « culturelles » bien attestés archéologiquement, en particulier les bibliothèques, plusieurs hypothèses intéressantes peuvent être envisagées.

10Commençons par relever dans le discours d’Eumène les maigres indices concernant la localisation et la physionomie des écoles.

  • 5 On relève l’emploi d’opus dans Panégyrique Latin V (9), 3,4 ; 4,1 ; 9,3 ; 10,3 ; 11,3 ; 17,3 ; 20,1 (...)
  • 6 En d’autres termes, un certain Maenius, à la suite d’un acte d’évergétisme, aurait érigé le bâtimen (...)
  • 7 Galletier, 1949, 1, p. 112 : « … ce nom dont l’interprétation demeure obscure pour nous ;… ». Il re (...)
  • 8 Les inscriptions mentionnant des maenianae sont les suivantes : une inscription de Padula, antique (...)

11Trois termes sont employés pour désigner le bâtiment : opus, schola, Maenianae5. Eumène utilise également des périphrases dont il est impossible de tirer des indications précises, comme lorsqu’il parle de sedes liberalium litterarum (en 5,1) ou bien de conuentus iuuentutis (en 6,4). Le terme opus, générique, désigne un édifice d’importance, voire le monument par excellence (Ginouvès, 1998, p. 7). Le second, schola, plus précis, renseigne sur les activités abritées par le bâtiment (Gros, 1996, 1, p. 377). Translittéré du grec, il équivaut ici à exedra, dont l’usage remonte à l’époque hellénistique et républicaine. En substance, il sert à désigner les salles en exèdres flanquant les gymnases ou les portiques, pourvues de bancs, lieux propices à la discussion et par extension à l’enseignement. Ce terme, qui se spécialise à l’époque romaine, s’applique alors aux lieux d’enseignement, bien qu’il demeure principalement employé pour désigner les sièges des associations professionnelles. Le dernier terme enfin, Maenianae, désigne le bâtiment sous une forme métonymique : les écoles sont appelées ainsi ou bien en souvenir du nom de leur fondateur – solution la plus satisfaisante car la plus simple6 – ou bien parce qu’elles avaient pour caractéristique architecturale notable de disposer de balcons appelés maenianae7. Si l’on suit cette dernière interprétation, il faut supposer que le bâtiment possédait une particularité architecturale suffisamment originale (car rare ?) aux yeux des Éduens pour que son nom soit tiré de cette caractéristique. On peut se faire une idée sommaire de la physionomie du bâtiment par un recours à des inscriptions italiennes datées du Haut-Empire8. Les balcons-maenianae y apparaissent comme des structures qui se surimposent à des bâtiments imposants, tel un théâtre ou des portiques encadrant un forum, afin d’augmenter les capacités d’accueil des spectateurs. Ces éléments de comparaison, en admettant que l’hypothèse de départ soit la bonne, invitent à considérer ces maenianae comme des ornamenta exceptionnels et coûteux, ajoutant une utilité et un confort supplémentaire au bâtiment d’origine.

12Les réflexions qui précédent confortent donc l’impression que le bâtiment des écoles constituait bien l’un des joyaux de l’urbanisme de la ville d’Autun. Un monument qui, par son aspect extérieur et sa taille, ne souffrait pas de la comparaison avec les temples qui le côtoyaient, eux-mêmes imposants et richement ornés à en juger par la taille et la qualité des éléments lapidaires découverts dans le sous-sol de la ville (exemples dans Pinette, Rebourg, 1985, p. 62-75 [no 97-106] ; Rebourg, 1998, p. 180-186 ; Brunet-Gaston, Gaston, 2007, p. 132-137 et Chardron-Picault, 2007, p. 138-165 pour les roches décoratives).

13Cette monumentalité du bâtiment semble d’ailleurs confirmée à plusieurs reprises par Eumène, dont l’entreprise évergétique vise à la fois à consolider le gros œuvre (c’est le sens des termes reparare en 3, 3 et recolere en 17, 4) et à assurer les finitions comme l’indiquent les verbes ornare (17, 4) et exornare (6, 4). Au passage, il apparaît tout à fait remarquable que les expressions employées correspondent mot pour mot à celles relevées dans le formulaire des inscriptions érigées dans des contextes similaires. La somme de 600 000 sesterces offerte par le généreux évergète, aussi longtemps que les travaux l’exigeront, fournit un ultime indice du caractère monumental des écoles. Le monument ainsi décrit, reste à le localiser dans le tissu urbain.

14À plusieurs reprises, Eumène rappelle l’insertion des écoles au sein d’une aire monumentale particulière, située au cœur d’Augustodunum, dans un lieu fréquenté et bien en vue. L’enseignement est dispensé non intra priuatos parietes, sed in publica ostentatione (9, 1). Eumène ajoute, de manière suggestive, par un recours à des images familières et attendues dans un discours teinté d’éloge (Pernot, 1993, 1, p. 191-202), que les écoles se trouvent sur le visage de la cité et plus précisément entre ses yeux (9, 1, 9, 2 et 9, 3). Le bâtiment scolaire s’ouvre sur la principale artère empruntée par les visiteurs de marque, très certainement le cardo (9, 2). Enfin, il se situe dans le voisinage immédiat du capitole (9, 3-4) et de deux temples, l’un consacré à Apollon, l’autre à Minerve. Selon Eumène, au moment de la fondation des écoles, la présence de ces temples fut déterminante dans le choix de cet emplacement précis (9, 4).

  • 9 L’emplacement présumé des écoles a fait couler beaucoup d’encre. Pour l’instant, en l’état de nos c (...)

15Sur la foi de ce témoignage, on retiendra que les écoles ne faisaient pas partie de la panoplie urbaine initialement prévue pour le centre monumental d’Autun. Ajoutées à une date ultérieure, elles bénéficièrent cependant d’un emplacement de choix demeuré disponible (ou rendu disponible à l’occasion), au cœur de la cité, près des temples et des monuments civiques9. En résumé, si l’on s’en tient aux informations fournies par Eumène, les Maenianae s’inséraient dans une aire monumentale, apparaissant comme le troisième élément d’un triptyque composé de temples dédiés aux dieux Apollon et Minerve ainsi que du capitolium, situé en règle générale sur le forum dans les villes de fondation augustéenne.

Fig. 1. La bibliothèque dans la trame urbaine de l’antique Timgad (d’après lancel, 2003, p. 112).

  • 10 Sur Timgad : Pfeiffer, 1931, p. 159-165 (avec plans). La cité de Bulla Regia comptait peut-être une (...)
  • 11 ILS, 9362, datée par l’éditeur, René Cagnat (Cagnat, 1909), de la in de l’époque sévérienne, selon (...)

16Franchissons la Méditerranée et observons précisément, à titre comparatif, l’emplacement dans l’espace urbain non de l’école mais de la bibliothèque de Timgad, antique Thamugadi, en Numidie10 (sur le plan de la fig. 1). L’exemple n’est pas pris au hasard puisqu’il s’agit de la seule bibliothèque municipale d’Occident dont l’attribution fonctionnelle soit incontestable en raison de la découverte, en place, de la dédicace du iiie siècle11.

Fig. 2. Plan restitué de la bibliothèque de Timgad (d’après gros, 1996, 1, p. 373).

17Occupant un îlot d’environ 24 m sur 23 m, elle se composait d’une cour en hémicycle, de portiques, d’une salle dont l’exèdre empiétait sur la rue (fig. 2). Dans son agencement général, la bibliothèque se composait d’éléments très banals, de véritables topiques de l’architecture romaine. En l’absence de caractères formels prédéfinis, c’est donc la dédicace qui a permis d’interpréter a posteriori l’épaisseur prononcée des murs et la présence de niches dans l’exèdre comme des logements pour les étagères de bois destinées à abriter des uolumina.

18À l’échelle de la ville, l’entrée principale du bâtiment donne sur le cardo, à proximité du croisement cardo/decumanus, là même où était situé le forum ; la bibliothèque fait écho au théâtre et aux temples, situés diamétralement opposés, de l’autre côté du forum. Complétant la panoplie des édifices urbains, on relève la présence d’un ensemble thermal et de marchés le long du decumanus, dans le voisinage immédiat du forum.

  • 12 Une statue de Minerve/Athéna se trouvait dans la bibliothèque de Timgad ; statue colossale d’Athéna (...)
  • 13 L’ouverture de ce genre de bâtiment sur la ville et leur articulation avec d’autres éléments de l’u (...)

19La comparaison de ces bâtiments à vocation culturelle, écoles d’Autun d’une part, bibliothèque de Timgad d’autre part, permet de dégager de nombreuses caractéristiques communes : patronage de divinités liées à la culture comme Minerve ou Apollon (temple d’Apollon à Autun, statue de Minerve à Timgad)12 ; ouverture du bâti ment sur des espaces clés de la vie civique (axe principal du cardo, forum)13 ; bâtiments fondés par un priuatus mais à usage public.

20Le constat qui vient d’être dressé conduit ainsi à formuler une nouvelle proposition de localisation des écoles dans la trame urbaine d’Augustodunum. Dans cette démarche, il faut compter avec la thèse inédite de Michel Kasprzyk, qui propose un découpage des îlots adopté dans nos analyses (Kasprzyk, 2005, 3-A, pl. 105, reproduit infra, fig. 3), sensiblement différent de celui envisagé par Alain Rebourg dans ses travaux (rebourg, 1998, p. 177, fig. 27). pour mémoire, Eumène situe les écoles entre les yeux de la cité, le long de l’axe principal, entre le temple d’Apollon et le forum. Reste alors à déterminer l’emplacement exact de ces deux espaces monumentaux ; or, sur la question, deux propositions ont été formulées.

21La première, traditionnelle, établit l’emplacement du forum dans le quartier Marchaux, dans les îlots traversés par le cardo dans leur partie orientale et délimités au nord et au sud par le decumanus, disposé en baïonnette dans ce secteur (îlots VIII-IX 8) ; la seconde, formulée dans les années 1980 par Alain Rebourg à la suite de fouilles conduites sur le site de la maison de retraite, situe le forum plus au sud, toujours le long du cardo, dans les îlots XI 7-8 et XII 7-8.

22Sans entrer dans les détails, nous suivons ici Michel Kasprzyk qui a réhabilité, avec de bons arguments, en s’appuyant sur les découvertes anciennes et en les replaçant avec précision dans les îlots urbains, la localisation traditionnelle du forum, à l’emplacement du quartier Marchaux, correspondant à l’îlot VIII-IX 8 (Kasprzyk, 2005, 1, p. 84-87 et 109). Dans l’îlot méridional, IX-X 8, qui longe le cardo, se trouvait certainement un important complexe thermal (Kasprzyk, 2005, 1, p. 90-91) comparable par ses dimensions aux thermes de Sainte-Barbe à Trèves, occupant toute la superficie de l’îlot, ce que confirment des découvertes anciennes (en 1894, découverte d’un bassin de 22 m de diamètre recouvert d’un épais béton hydraulique, soutenu par des murs de 1,50 m d’épaisseur, sans compter des fragments de tubuli, de marbres décoratifs, etc.) et des observations récentes (dans les années 1970, mise au jour d’un second bassin semi-circulaire de 20 m de diamètre, symétrique du premier mais situé 140 m à l’est). L’îlot XI 8, au sud, abritait un grand sanctuaire, un temple à cella circulaire de 20 m de diamètre, aux murs épais de 3,50 m, très certainement celui d’Apollon comme semblent l’indiquer une dédicace religieuse découverte in situ ainsi que des fragments de décors lapidaires particulièrement soignés – feuilles d’acanthe, de laurier, des cygnes (Pinette, Rebourg, 1985, no 600, p. 297 et Kasprzyk, 2005, 1, p. 87-88).

Fig. 3. L’insertion des écoles méniennes dans le centre monumental d’Augustodunum (d’après Kasprzyk, 2005, vol. 3-A, pl. 105).

23En s’appuyant sur ces données, en croisant ces informations avec celles fournies par Eumène, il ressort que les écoles se trouvaient bien entre les « yeux de la cité », la métaphore littéraire allant ici jusqu’à rendre compte de la forme architecturale circulaire du temple d’Apollon. Plus précisément, elles devaient se situer dans ce quartier, le long du cardo, ou bien dans l’îlot des thermes (IX-X 8), ou bien plus probablement dans celui qui se trouvait en vis-à-vis, de l’autre côté du cardo (IX-X 9). La présence de bains, loin de s’opposer à une telle localisation, la renforce au contraire puisqu’ils pouvaient très bien abriter des activités intellectuelles et culturelles. C’était en particulier le cas à Rome où certains espaces des bains étaient réservés à des bibliothèques (Gros, 1996, 1, p. 367).

  • 14 À Autun, la présence d’écoles semble intimement liée aux origines de la ville et au projet augustée (...)
  • 15 Eumène emploie les termes aedes en 8, 3 et templum en 13, 2 pour désigner les écoles.
  • 16 Eumène opère un lien entre Hercule et les Muses, lequel fait écho directement à l’empereur herculie (...)
  • 17 Le thème est développé par Eumène en 10, 2 et 20, 1.
  • 18 Sur les bâtiments à fonctions culturelles, en particulier les bibliothèques et les auditoriums, on (...)
  • 19 Panégyrique Latin V (9), 10, 2 : Ibi [les écoles] adulescentes optimi discant, nobis quasi sollemne (...)

24Dans la ville fondée par Auguste, cette configuration urbanistique associant des temples, des thermes, le forum et des écoles contribuait à entretenir dans les espaces consacrés à la culture une atmosphère religieuse tout en plaçant les activités culturelles sous le patronage du prince14. En retour, ce patronage renvoyait une image pacifique et bienfaisante de ce dernier, alors associé aux dieux dans une aire sacralisante. Dans ce contexte, ce dont rend bien compte Eumène à plusieurs reprises, les écoles pouvaient être assimilées à un édifice sacré15, et qualifiées de « temple d’Hercule et des Muses », expression particulièrement heureuse et astucieuse dans un contexte politique où les empereurs prétendaient être joviens et herculiens16. De la même manière, les éloges des princes récités à voix haute par les élèves pouvaient s’apparenter aux prières adressées aux empereurs dans le capitole voisin17. En un sens, les écoles d’Autun s’intégraient à l’univers politico-religieux du culte impérial18. Eumène en était pleinement conscient, comme le démontre cette citation tirée de son discours : « que l’élite de nos adolescents apprenne, en nous écoutant prononcer d’abord comme qui dirait, la formule solennelle, à célébrer les exploits de si grands princes ». Et plus loin d’ajouter : « y a-t-il en effet meilleur usage de l’éloquence ? »19

25En guise de conclusion, quelques remarques méthodologiques sur l’approche croisée des sources littéraires et de la documentation archéologique s’imposent, car sur ce point, le cas d’étude que constitue la cité des Éduens offre un poste d’observation précieux en raison de l’abondance relative de ces deux catégories documentaires.

26À une approche héritée du xixe s. et fondée sur une subordination aveugle aux témoignages littéraires de toute interprétation des vestiges archéologiques (De Fontenay, 1889), s’est substituée, à partir des années 1970, une approche critique, voire hypercritique, mettant radicalement en cause la véracité des propos tenus par les Anciens. Au point que, dans son important article consacré à l’urbanisme d’Autun paru dans la revue Gallia, Alain Rebourg évoquait, à propos de la politique de restauration engagée par Dioclétien à la fin du iiie s., le « mythe de la restauration d’Autun » (Rebourg, 1998, p. 220-221). Car à ses yeux, ce rétablissement décrit en détail par les auteurs des Panégyriques Latins avait pour défaut de n’être confirmé sur le terrain par aucune trace tangible. Or, à l’heure actuelle, grâce à un meilleur décryptage des sources rhétoriques (Pernot, 1993), grâce à une vision moins négative du Bas-Empire (Carrié dans Carrié, Rousselle, 1999, p. 9-25), grâce à une désidéologisation des approches des historiens et des archéologues (Kasprzyk, 2005), grâce enfin à de nouvelles découvertes spectaculaires comme la maison des Stucs mise au jour sur le site du nouvel hôpital (Bet, 2006, p. 78-85 et Bet, Boislève, 2007, p. 184-195, datée du début du ive s.), les conditions d’un dialogue serein entre archéologues et historiens semblent désormais réunies, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives de recherche sur des dossiers qui semblaient définitivement clos, comme par exemple celui sur la localisation des écoles Méniennes. Enfin, dans le cadre du groupe de recherche à l’initiative du présent ouvrage collectif, ce riche dossier documentaire, abordé dans une perspective dépassionnée, revêt une portée beaucoup plus large ; en particulier, il peut servir de point d’ancrage à bien des réflexions nouvelles sur les évolutions de la Gaule entre Haut- et Bas-Empire, dans des domaines variés comme l’histoire urbaine ou rurale, économique ou sociale.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bet P., 2006, « Le site gallo-romain du nouvel hôpital d’Autun », Archéologia, 316, p. 78-85.

Bet P., Boislève J., 2007, « Un palais du Bas-Empire sur le site du ‘nouvel hôpital’ d’Autun », in : Chardron-Picault P. dir., Hommes de feu, hommes du feu : l’artisanat en pays éduen, Catalogue d’exposition, Autun, Musée Rolin, 22 sept. 2007-28 janv. 2008, p. 184-195.

Blanchard A., 1973, « La mosaïque d’Anacréon à Autun », Revue des Études Anciennes, 75, p. 268-279.

Blanchard A., 1992, « L’inscription », in : Métrodore, un philosophe, une mosaïque, Catalogue d’exposition, Autun, Musée Rolin, 6 juil.-30 sept. 1992, Autun, Musée Rolin, p. 49-54.

Blanchard A., 1996, « École et loisir à Autun : la mosaïque des auteurs grecs », in : André J.-M., Dangel J., Demont P. éd., Les loisirs et l’héritage de la culture classique, Actes du XIIIème congrès de l’Association Guillaume Budé, Dijon, 27-31 août 1993, Bruxelles, Latomus, p. 219-225 (Coll. Latomus, 230).

Blanchard-Lemée M., 1992, « La représentation de Métrodore », in : Métrodore, un philosophe, une mosaïque, Catalogue d’exposition, Autun, Musée Rolin, 6 juil.- 30 sept. 1992, Autun, Musée Rolin, p. 55-57.

Blanchard-Lemée M., 2007, « Atelier de mosaïste à Autun », in : Chardron-Picault P. dir., Hommes de feu, hommes du feu : l’artisanat en pays éduen, Catalogue d’exposition, 22 sept. 2007-28 janv. 2008, Autun, Musée Rolin, p. 178-183.

Bracco V., 1987, « Cosilinum », in : Supplementa Italica. Nuova Serie. 3, Rome, p. 43-52

Brunet-Gaston V., Gaston C., 2007, « Architecture et décorations : les spécificités d’Augustodunum », in : Chardron-Picault P. dir., Hommes de feu, hommes du feu : l’artisanat en pays éduen, Catalogue d’exposition, 22 sept. 2007-28 janv. 2008, Autun, Musée Rolin, p. 132-137.

Cagnat R., 1909, « Les bibliothèques municipales dans l’Empire romain », in : Compte rendu de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 38, p. 1-26.

Carrié J.-M., Rousselle A., 1999, Nouvelle histoire de l’Antiquité, 10. L’Empire romain en mutation : des Sévères à Constantin, 192-337, Paris, éd. du Seuil, 839 p. (Coll. Points. Histoire, 221).

Chardron-Picault P., 1992a, « Nouvelles recherches sur la mosaïque des ‘ Auteurs grecs’à Autun », Mémoires de la Société Éduenne, 55-2, 1991-1992, p. 119-121.

Chardron-Picault P., 1992b, « Composition de la mosaïque », in : Métrodore, un philosophe, une mosaïque, Catalogue d’exposition, Autun, Musée Rolin, 6 juil.-30 sept. 1992, Autun, Musée Rolin, p. 33-39.

Chardron-Picault P., 2007, « L’architecture décorative : les déchets des roches décoratives dans le quartier artisanal du Lycée militaire », in : Chardron-Picault P. dir., Hommes de feu, hommes du feu : l’artisanat en pays éduen, Catalogue d’exposition, 22 sept. 2007-28 janv. 2008, Autun, Musée Rolin, p. 138-165.

Courtois C., 1951, Timgad, antique Thamugadi, Alger, 103 p.

De Fontenay H. éd., 1889, Autun et ses monuments, Autun, Dejussieu père et fils, CCLXXJ-541 p.

Degrassi A. éd., 1965, Inscriptiones Latinae liberae rei publicae, Florence, ‘La nuova Italia’, 2 vol.

Deneauve J., 1990-1991, « Le centre monumental de Carthage », in : Histoire et archéologie de l’Afrique du Nord, Actes du IVème colloque international réuni dans le cadre du 113e Congrès national des Sociétés savantes, Strasbourg, 5-9 avril 1988, T. 1 : Carthage et son territoire, Paris, éd. du C.T.H.S., p. 143-155.

Dix T. K., Houston G. W., 2006, « Public libraries in the city of Rome : from the Augustean age to the time of Diocletian », Mélanges de l’École Française de Rome. Antiquité, 118-2, p. 670-717.

Ebert M., 1928, «Maenianum», in: Wissowa G., Kroll W. éd., Paulys Realencyclopädie der classischen Atertumswissenschaft, 14, Stuttgart, col. 245-247.

Frézouls É. éd., 1997, Les villes antiques de la France. III, Lyonnaise 1 : Autun, Chartres, Nevers, Paris, de Boccard, 306 p.

Galletier É., 1949-1955, Panégyriques Latins, 3 vol. (Collection des Universités de France), Paris.

Ginouvès R., 1998, Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine. T. III, Espaces architecturaux, bâtiments et ensembles, Rome, 357 p, 115 p. de pl. (Coll. de l’École Française de Rome, 84).

Gros P., 1991, « Nouveau paysage urbain et cultes dynastiques : remarques sur l’idéologie de la ville augustéenne à partir des centres monumentaux d’Athènes, Thasos, Arles et Nîmes », in : Goudineau C., Rebourg A. éd., Les villes augustéennes de la Gaule, Actes du colloque international d’Autun, 6-8 juin 1985, Autun, Soc. éduenne/Ville d’Autun, p. 126-140.

Gros P., 1996, L’architecture romaine. 1. Les monuments publics : du début du iiie siècle av. J.-C. à la fin du Haut-Empire, Paris, éd. Picard, 503 p. (Coll. Les Manuels d’art et d’archéologie antiques).

Haas Ch., 1997, Alexandria in Late Antiquity : topography and social conflict, Baltimore/London, The J. Hopkins Univ. Press, XVIII-494 p. (Coll. Ancient society and history).

Hostein A., 2004, « Le corpus des Panegyrici Latini dans deux ouvrages récents », Antiquité Tardive, 12, p. 373-385.

Kasprzyk M., 2005, Les cités des Éduens et de Chalon durant l’Antiquité tardive (v. 260-530 env.) : contribution à l’étude de l’Antiquité tardive en Gaule centrale, Thèse de 3ème cycle inédite, Dijon, Université de Bourgogne, 5 vol.

Kroll W., 1928, «Maenia columna», in: Wissowa G., Kroll W. éd., Paulys Realencyclopädie der classischen Atertumswissenschaft, 14, Stuttgart, col. 245.

Lancel S., 2003, L’Algérie antique : de Massinissa à saint Augustin, Paris, Mengès, 259 p.

Le Glay M., 1988, « Une nouvelle bibliothèque municipale à Bulla Regia en Afrique Proconsulaire », in : Reboul J., Mélanges de la bibliothèque de la Sorbonne offerts à André Tuilier, Paris, Amateurs de Livres, p. 52-60 (Mélanges de la bibliothèque de la Sorbonne, 8).

Marrou H.-I., 1932, « Vie intellectuelle au Forum de Trajan et au Forum d’Auguste », Mélanges d’Archéologie et d’Histoire, 49, p. 93-110.

Marrou H.-I., 1981, Histoire de l’éducation dans l’Antiquité. T. 2 : Le monde romain, Paris, éd. du Seuil, 1948 [rééd. 1981], 241 p. (Coll. Points. Histoire, 57).

Müller A., 1910, «Studentleben im IV Jahrhundert n. Chr.», Philologus, 69, p. 305-306.

Nixon C. E. V., Rodgers B. S., 1994, In praise of later Roman emperors : the ‘ Panegyrici Latini’, Introduction, translation and historical commentary, with the latin text of R. A. B. Mynors, Berkeley/Los Angeles/Oxford, Univ. of California Press, 735 p. (The Transformation of the classical Heritage, 21).

Pernot L., 1993, La rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain, Paris, Inst. d’Études Augustiniennes, 2 vol., 879 p. (Coll. des Études Augustiniennes. Série Antiquité, 137-138).

Pfeiffer H. F., 1931, «The Roman library at Timgad», Memoirs of the American Academy in Rome, 9, p. 159-165.

Pinette M., Rebourg A., 1985, Autun-Augustodunum : capitale des Éduens, Guide de l’exposition tenue à l’hôtel de ville d’Autun, 16 mars-27 oct. 1985, Autun, Ville d’Autun, 40 p.

Rebourg A., 1998, « L’urbanisme d’Augustodunum (Autun, Saône-et-Loire) », Gallia, 55, p. 141-236.

Rodet-Belarbi I., Van Ossel P., 2003, « Les épingles à tête anthropomorphe stylisée : un accessoire de la coiffure féminine de l’Antiquité tardive », Gallia, 60, p. 319-368.

Rodziewicz E., 1993, «Late Roman auditoria in Alexandria in the light of ivory carvings», in: Swelim N. éd., Alexandrian studies in memoriam Daoud Abdu Daoud, Alexandria, p.269-279 (Bull. de la Société Archéologique d’Alexandrie, 45).

Smith R. R. R., 1990, «Late Roman philosophers portraits from Aphrodisias», Journal of Roman Studies, 80, p. 127-155; 177.

Smith R. R. R., 1991, «Late Roman philosophers», in: Smith R. R. R., Erim K. T. éd., Aphrodisias Papers. 2, The theater, a sculptor’s workshop, philosophers and coin types, Ann Arbour, p. 144-158 (Journal of Roman Archaeology, Suppl. series 2).

Tlili N., 2000, Recherches sur l’éducation et la culture en Afrique romaine, Thèse de doctorat de l’Université Paris X-Nanterre sous la dir. de Cl. Lepelley, 2 vol., Nanterre.

Vössing K., 1997, Schule und Bildung im Nordafrika der römischen Kaiserzeit, Bruxelles, Latomus, 690 p. (Coll. Latomus, 238).

Notes

1 Présentation des principales sources littéraires sur la question dans Marrou, 1981, 2, p. 66 (écoles primaires) et p. 88 (écoles de rhétorique), en particulier n. 34, p. 202. Pour Rome, voir Marrou, 1932, p. 93-110. Pline l’Ancien précisait d’ailleurs que dans les bibliothèques de Rome, étaient placées les images de ceux dont les âmes immortelles nous parlent en ces lieux (quorum immortales animae in locis iisdem loquuntur) (Plin., NH, 35, 2 (éd./trad. M. Croisille, CUF)). Sur les lieux d’enseignement à Antioche, bien connus dans la seconde moitié du ive siècle grâce au témoignage de Libanios, voir Müller, 1910, p. 305-306. Libanios enseignait dans une salle qui faisait partie du complexe monumental du bouleuthvrion de la cité. Son propre portrait fut placé dans cette salle en 383. Il s’agissait d’un panneau peint qui prenait place parmi toute une galerie de portraits, affichés là pour honorer de grands personnages et des bienfaiteurs de la cité (Or. xlii, 43-44, éd. R. Foerster). À travers cette brève mention, on réalise que même une cité aussi éprise de culture, aussi célèbre pour ses gens de lettres qu’était la cité d’Antioche ne disposait pas d’un bâtiment scolaire propre. Pour l’Afrique, rien de substantiel dans l’ouvrage de référence de Vössing, 1997. Lire également Tlili, 2000, p. 184-185.

2 Eumène précise d’ailleurs qu’au moment de son discours, l’enseignement était dispensé intra privatos parietes en 9, 1. Il est tentant d’invoquer ce passage pour tenter d’éclairer, à titre d’hypothèse, la fonction de la salle où fut découverte la fameuse mosaïque des poètes. Cette salle sur hypocauste, mise au jour dans une grande domus urbaine située au nord-ouest de la ville, de dimension importante (65 m2), était occupée, côté sud-est, par une abside. Il y a peu de chance pour qu’il soit question des écoles dont parle Eumène. En revanche, il peut s’agir d’un lieu de culture, en rapport direct avec la présence des écoles. On peut suggérer qu’il s’agissait d’une salle de réception appartenant à un maître ou bien à un notable cultivé de la cité. Elle a très bien pu servir de cadre à des réunions à caractère « culturel », à un cénacle ou même à des cours, à l’époque où les écoles étaient détruites, puisque la salle fut en fonction jusqu’à la fin du IIIe siècle. Il était fréquent en effet que les salles d’enseignement soient décorées de bustes ou de motifs rappelant de grands écrivains ou philosophes (Marrou, 1981, 2, p. 66). Sur cette maison au décor exceptionnel, voir Blanchard, 1973, p. 268-279 ; Pinette, Rebourg, p. 324 ; Chardron-Picault, 1992a, p. 119-121 ; les différentes notices de la même auteure 1992b, p. 33-39, de Blanchard, 1992, p. 49-54 et de Blanchard-Lemée, 1992, p. 55-57 et 61-62 ; Frézouls, 1997, p. 161 ; Blanchard, 1996, p. 219-225 ; Rebourg, 1998, p. 201 (plan). En dernier lieu, Blanchard-Lemée, 2007, p. 178-183.

3 Cette réceptivité aux modes et aux modèles de civilisation romains est très nette à travers l’urbanisme de la ville. Pour l’époque tardive, elle est visible à travers la très grande diffusion à Autun d’épingles en os à tête anthropomorphique stylisée, représentant un portrait féminin dont la coiffure correspondait à celles en vogue chez les aristocrates et les impératrices de la fin du iiie et du début du ive siècle. Voir les remarques formulées par Rodet-Belarbi, Van Ossel, 2003, p. 319-368. Seize épingles ont été découvertes à Autun (p. 354-355), ce qui classe la ville, par le nombre de découvertes effectuées, en second après Trèves (voir les cartes p. 342 et 343).

4 L’hypothèse d’attribuer aux fondations des écoles des restes d’un important portique, mis au jour au xviiie siècle dans le jardin du couvent des Cordeliers (à l’emplacement actuel de l’hôpital), n’est qu’une conjecture. Voir la mise au point de Frézouls, 1997, p. 159.

5 On relève l’emploi d’opus dans Panégyrique Latin V (9), 3,4 ; 4,1 ; 9,3 ; 10,3 ; 11,3 ; 17,3 ; 20,1 ou bien de périphrases (sedes, conventus…) en 5, 1 et 6, 4. Maenianae apparaît en 3, 2 ; 9, 2 ; 9, 4 ; 17, 2. Schola n’est utilisé qu’à une seule reprise, en 3, 2. Sur l’emploi de schola pour désigner des écoles : Vössing, 1997, p. 325-367.

6 En d’autres termes, un certain Maenius, à la suite d’un acte d’évergétisme, aurait érigé le bâtiment des écoles rebaptisé pour cette raison Maenianae, de la même manière que des thermes fondés par l’empereur Caracalla sont désignés sous la forme thermae Antoninianae, par l’empereur Gallien (Licinius Gallienus) thermae Licinianae ou par Constantin, thermae Constantinianae.

7 Galletier, 1949, 1, p. 112 : « … ce nom dont l’interprétation demeure obscure pour nous ;… ». Il renvoie à de Fontenay, 1889 résumant les différentes hypothèses et soutenant plutôt l’idée qu’il s’agissait d’un balcon. Nixon, Rodgers, 1994, p. 152, n. 5 : Le terme désigne à l’origine un balcon depuis lequel on pouvait assister à des jeux. Le premier à avoir construit ce type de construction fut Maenius, censeur en 318 av. J.-C. Nixon et Rodgers se réfèrent à l’article de Kroll, 1928, col. 245 ainsi qu’à celui de Ebert, 1928, col. 245-247. Se reporter en dernier lieu à Ginouvès, 1998, p. 117 (galeries surmontant des tabernae permettant aux badauds de circuler et de voir les spectacles qui se déroulaient sur le Forum), p. 133 (espaces délimités par des zones de circulation dans les gradins des théâtres), p. 150 (même chose dans les gradins des cirques et hippodromes), p. 163 (sens de « balcon », espace extérieur à la maison, accessible depuis l’intérieur et surmontant la rue ou un portique qui la borde). Le terme, utilisé chez les auteurs d’époque républicaine et impériale, était encore en usage dans l’Antiquité tardive : il est employé par Ammien Marcellin et dans le Code Justinien. En voici la liste : Cicéron, Acad., II, 70 (éd./trad. H. Rackham, Loeb) ; Valère Maxime, 9, 12, 7 (éd./trad. it. R. Faranda, UTET) ; Pline l’Ancien, HN, 35, 112-113 (p. 222, n. 2 ; éd./trad. M. Croisille, CUF) ; Vitruve, 5, 1 (éd./trad. it. P. Gros, A. Corso, E. Romano) ; Suétone, Vie de Caligula, 13 (éd./trad. H. Ailloud, CUF) ; Ammien Marcellin, 27, 9, 10 (éd./trad. M.-A. Marié, CUF) ; CJ, VIII, 2, 20 et 10, 11 ; XLIII, 8, 2. Sur l’étymologie du terme par les auteurs antiques, voir Festus, p. 120-121 (éd. W. M. Lindsay, Teubner) ; Isidore de Séville, Orig, 15, 3, 11 (éd. W. M. Lindsay). Il s’agissait certainement d’un édifice doté d’une galerie à l’étage supérieur.

8 Les inscriptions mentionnant des maenianae sont les suivantes : une inscription de Padula, antique Cosilinum, dans la Regio III : AE, 1969/70, 177 (1988, 405 ; I. It., III-1, p. 120, no 208 ; Bracco, 1987, p. 47, no 2, avec photo) : [Pl] lotia Ruti [la/sp] ectacula im[a ?/m] aenian(a) et pul[p (itum)/s] caenae d (ecreto) d (ecurionum) su[a/pe] c (unia) fac(iundum)/cur(auit) ead(em)/[q] ue probaui[t]. Une autre de Frigento, près d’Abellinum, dans la Regio II CIL, I2, 3192 (Degrassi, 1965, 599 ; AE, 1997, 322) : M. Palius M. f. IIIIuir/i (ure) d(icundo) d(e)s (enatus)s (ententia) porticum/quom Maenianei[s]/in foro et fornic[em]/qua in forum eitu[r]/f(aciendum) c(urauit) i(dem) q(ue) p(robauit) ; CIL, IX, 1148 (ILS, 5360 ; AE, 1997, 322) : Fla]ccus, C(aius) Arrius N(umeri) F(ilius) Kan[---/ma]eniana circ(a) forum d(e) s(ua) p(ecunia) f(ecerunt).

9 L’emplacement présumé des écoles a fait couler beaucoup d’encre. Pour l’instant, en l’état de nos connaissances, il est absolument impossible de se prononcer sur le site précis où elles furent implantées. Voir l’analyse traditionnelle donnée par De Fontenay, 1889, p. 166 et suiv. ; Frézouls, 1997, p. 157 ; 169-170 (ces auteurs proposent de situer les écoles sur le cardo, dans sa partie sud, entre la porte de Rome et le Forum). En dernier lieu, se reporter à l’analyse originale de Rebourg, 1998, p. 171 qui propose à titre d’hypothèse de localiser le capitole et les écoles sur l’arx d’Autun, au sud-ouest de la ville. Cette hypothèse est séduisante mais peu convaincante : elle ne repose sur aucun témoignage concret relevé lors de fouilles et s’affranchit du passage où Eumène précise (Quid autem magis in facie uultuque istius ciuitatis situm est quam haec eadem Maeniana in ipso transitu aduenientium huc inuictissimorum principum constituta ? en 9, 2) que les écoles étaient situées le long de l’une des voies principales (le cardo ou le decumanus ?), au centre de la ville. Les hypothèses les plus solides ont été formulées par Kasprzyk, 2005, 1, p. 91.

10 Sur Timgad : Pfeiffer, 1931, p. 159-165 (avec plans). La cité de Bulla Regia comptait peut-être une bibliothèque dans sa parure monumentale : en ce sens, Gros, 1996, 1, p. 371-372 qui s’appuie également sur une étude de Le Glay, 1988, p. 52-60.

11 ILS, 9362, datée par l’éditeur, René Cagnat (Cagnat, 1909), de la in de l’époque sévérienne, selon d’autres du milieu du iiie siècle : ex liberalitate M. Iuli Quitiani Flavi Ro/gatiani c. m. v., quam testamento suo reipublicae/coloniae Thamugadensium patriae suae le/gauit, opus bibliothecae ex hs cccc mil. num. /curante republica perfectum est. Offert par voie testamentaire, le bâtiment, construit par la colonie, a coûté 400 000 sesterces à l’évergète, le sénateur M. Julius Quintianus Flavius Rogatianus.

12 Une statue de Minerve/Athéna se trouvait dans la bibliothèque de Timgad ; statue colossale d’Athéna (ou de Trajan…) dans une niche située dans le mur du fond de la bibliothèque du Forum de Trajan, une autre dans la bibliothèque d’Éphèse dite de Celsus ; une statue d’Apollon fut placée à Rome dans le temple du palatin et dans le Templum nouum Diui Augusti. Ailleurs, étaient érigées des statues d’allégories (Science, Sagesse, Vertu à Éphèse), de personniications d’œuvre ou d’hommes de lettres (statues de l’Iliade et de l’Odyssée à Athènes, encadrant probablement une statue d’Homère ; images de rhéteurs et de poètes comme Hortensius et Germanicus à Rome dans la bibliothèque du palatin). Ces nombreuses références sont mentionnées dans la synthèse de pierre Gros (Gros, 1996, 1, p. 362-373).

13 L’ouverture de ce genre de bâtiment sur la ville et leur articulation avec d’autres éléments de l’urbanisme est fortement marquée par un souci idéologique. La bibliothèque de l’Atrium Libertatis était une annexe directe du forum de César (Gros, 1996, 1, p. 363). À Carthage, le bâtiment supposé de la bibliothèque, situé au sud du forum de la ville haute, disposait d’une façade monumentale tournée vers le decumanus maximus : les archéologues ont proposé de reconstituer des élévations importantes, richement ornées au moyen d’édicules sous frontons et de lunettes semi-circulaires qui débordaient sur la rue au-dessus d’un portique à colonnes. Le monument était imposant par ses dimensions : 65 m sur 22 m., disposant de murs latéraux de 4,25 m d’épaisseur prévus pour des niches (Gros, 1996, 1, p. 372-373 d’après Deneauve, 1990-1991, p. 143-155). La bibliothèque d’Éphèse enfin fut volontairement placée au bout de la rue principale, celle des processions, créant ainsi un fond scénographique à la perspective engendrée par l’agencement de la voie, nouant ainsi un lien entre cette rue et l’agora commerciale.

14 À Autun, la présence d’écoles semble intimement liée aux origines de la ville et au projet augustéen d’urbanisme : sur cette dernière question, voir Gros, 1991, p. 126-140. L’auteur rappelle que dans ces projets de villes neuves, l’emprise d’Auguste au profit de sa personne et de sa famille dans les lieux centraux des cités a constitué un élément fondamental.

15 Eumène emploie les termes aedes en 8, 3 et templum en 13, 2 pour désigner les écoles.

16 Eumène opère un lien entre Hercule et les Muses, lequel fait écho directement à l’empereur herculien Constance et à son goût pour les lettres. Il ravive également le souvenir du temple d’Hercule et des Muses, fondé à Rome à la fin de la République, encore visible au temps des Tétrarques (aedes Herculis adque Musarum en 8, 3).

17 Le thème est développé par Eumène en 10, 2 et 20, 1.

18 Sur les bâtiments à fonctions culturelles, en particulier les bibliothèques et les auditoriums, on lira avec profit les pages de Gros, 1996, 1, p. 362-375 (bibliographie p. 375). Dans la ville de Rome, les bibliothèques publiques attestées sont celles de l’Atrium Libertatis, celle du temple d’Apollon sur le Palatin, celle du portique d’Octavie, celle du temple nouveau dédié à Auguste en 37 par Caligula, celle du Temple de la Paix, celle du Forum de Trajan et enfin celle des thermes de Caracalla. Voir Gros, 1996, 1, p. 363-368 accompagné de plans et comportant les principales références bibliographiques (p. 375).

19 Panégyrique Latin V (9), 10, 2 : Ibi [les écoles] adulescentes optimi discant, nobis quasi sollemne carmen praefantibus, maximorum principum facta celebrare (quis enim melior usus est eloquentiae ?).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. La bibliothèque dans la trame urbaine de l’antique Timgad (d’après lancel, 2003, p. 112).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8211/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende Fig. 2. Plan restitué de la bibliothèque de Timgad (d’après gros, 1996, 1, p. 373).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8211/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Fig. 3. L’insertion des écoles méniennes dans le centre monumental d’Augustodunum (d’après Kasprzyk, 2005, vol. 3-A, pl. 105).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8211/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 299k

© ARTEHIS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search