Version classiqueVersion mobile

L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, I

 | 
Michel Kasprzyk
, 
Gertrud Kuhnle
, 
Alexandre Burgevin

Avant-propos

Michel Kasprzyk et Gertrud Kuhnle

Texte intégral

1Depuis une quinzaine d’années, l’archéologie des provinces gauloises de l’Antiquité tardive connaît un essor sans précédent, tant en France que dans les pays mitoyens. La multiplication des opérations d’archéologie préventive et programmée, des groupes de travail, des tables rondes et colloques ainsi que des publications offre de nouvelles pistes de réflexion qui modifient très sensiblement notre perception de cette période essentielle de l’Histoire à la charnière de l’Antiquité et du haut Moyen Âge.

2Dans ce renouveau, l’apport du quart nord-est de la France demeurait modeste, peut-être en partie en raison du relatif isolement des chercheurs travaillant sur la période et de l’absence de confrontation des résultats des recherches archéologiques et historiques.

3La création de deux projets de recherche parallèles, initiés tous deux en 2008 au sein de l’Inrap, a permis de réunir un bon nombre de chercheurs travaillant sur cette partie de la Gaule antique en abordant tous les aspects de l’archéologie de l’Antiquité tardive : archéologie urbaine et rurale, archéologie funéraire, archéologie militaire, étude de la culture matérielle. La fourchette chronologique retenue s’étend de 260 à 520/530 après J.-C. Les deux projets sur l’Antiquité tardive sont coordonnés par Michel Kasprzyk, Inrap/UMR 5594 ARTeHIS, pour la Bourgogne et la Champagne-Ardenne et par Gertrud Kuhnle, Inrap/UMR 7044, pour la partie méridionale de la vallée du Rhin supérieur (Alsace et Pays de Bade).

4Le projet sur la Bourgogne et la Champagne-Ardenne est associé à l’UMR 5594 ARTeHIS. Le projet sur l’Alsace et le Pays de Bade constitue également au sein du programme « Archéologie entre la Meuse et le Rhin (AMER) », dirigé par Anne-Marie Adam, un axe de recherche du quadriennal 2009-2012 de l’UMR 7044 Étude des civilisations de l’Antiquité : de la Préhistoire à Byzance. Strasbourg paraissait idéal pour initier une première rencontre pour les chercheurs des deux projets, ouverte à un large public intéressé.

5La rencontre de Strasbourg « L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, I. La vallée du Rhin supérieur et les provinces gauloises limitrophes : actualité de la recherche », qui s’est tenue les 20 et 21 novembre 2008 à la Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme-Alsace (MISHA), résultait ainsi d’une volonté commune d’archéologues et d’historiens de développer les recherches sur cette période. Elle avait pour but de confronter des travaux et recherches récentes et a permis d’appréhender de nombreux aspects inédits de la vie rurale et urbaine dans un espace couvrant tout l’Est de la Gaule : provinces romaines tardives de Lyonnaise I, de Belgique I et II, de Séquanaise et de Germanie I, en France et en Allemagne.

6Le succès de cette rencontre n’aurait pas été possible sans le soutien de l’UMR 7044 Étude des civilisations de l’Antiquité : de la Préhistoire à Byzance, particulièrement d’Anne-Marie Adam et de Sabine Zinck, et de la Direction Scientifique et Technique de l’Inrap, qui ont financé conjointement les deux journées. Enfin, plusieurs membres des deux projets de recherche ont contribué au bon déroulement de la manifestation. Nous leur adressons nos sincères remerciements.

7Quant à cette publication, elle n’aurait pu se réaliser sans le soutien financier du Ministère de la Culture (D.R.A.C. - S.R.A. d’Alsace) et de l’Inrap. Qu’ils en soient remerciés.

8Les actes rassemblent quatorze communications et études portant sur l’archéologie et l’histoire de l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule.

9Les communications traitant de sites urbains (Autun, Metz, Strasbourg) s’interrogent sur l’évolution de la parure monumentale et de la topographie, la société, l’économie et la fonction des villes et agglomérations au cours de l’Antiquité tardive.

10Une série de communications s’attache quant à elle aux campagnes tardives, tant d’un point de vue méthodologique que typologique.

11Ces textes illustrent la profonde transformation de l’aspect et de l’organisation des villes et des campagnes à la fin de l’Antiquité, mais aussi le maintien de leur intégration dans une économie ouverte aux réseaux d’échange à longue distance. Dans ce cadre, plusieurs communications s’interrogent sur l’impact de l’État et de l’armée et notamment sur les troupes fédérées.

12Michel Kasprzyk a réuni les communications de Bourgogne, Champagne-Ardenne, Lorraine et Rhône-Alpes et Gertrud Kuhnle celles portant sur l’Alsace et le Bade-Wurtemberg. Le travail rédactionnel des textes allemands a été coordonné par Gertrud Kuhnle. Nous tenons à remercier le comité des relecteurs qui était composé d’Anne Ahü-Delor, Jean-Michel Carrié, Madeleine Châtelet, Stefan Eismann, Michel Kazanski, Pierre Nouvel, Claude Raynaud, Michel Reddé, Sebastian Ristow, Dirk Schmitz, Françoise Vallet et Paul Van Ossel.

© ARTEHIS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search