Version classiqueVersion mobile

Les enduits peints en Gaule romaine

 | 
Michel E. Fuchs
, 
Florence Monier

2ème partie. Méthodologie - Technique

FABVLVS. Recueil structuré des enduits peints et en relief du monde romain

Nicole Blanc, Hélène Eristov et Henri Leredde

Résumé

FABVLVS© est un ensemble logiciel constitué d’un site Web et d’une base de données dédiée aux peintures et stucs du monde gréco-romain (iiie siècle av. J.-C.-viie siècle ap. J.-C.). Chaque décor, stuc ou peinture, est identifié par son support architectural (façade, paroi, plafond, voûte...). Un décor dispersé entre plusieurs lieux de conservation (in situ, musée, dépôt, etc.) retrouve ainsi son intégrité d’origine. Le système de description permet de rendre compte d’un motif isolé comme d’une composition complexe. FABVLVS intègre géolocalisation des sites, visualisation et agrandissement des images et est interrogeable par moteur de recherche.
FABVLVS est fondé sur le principe des contributions : il est ouvert aux chercheurs, archéologues, institutions et associations spécialistes du domaine, qui souhaitent y diffuser leur documentation. FABVLVS a vocation à recueillir données et archives publiées, mais aussi du matériel inédit. À ce titre, FABVLVS peut fournir un mode alternatif de publication, par la « signature » des enregistrements et leur validation par un comité scientifique.

Texte intégral

1FABVLVS© – Stucs et peintures murales du monde gréco-romain – est l’aboutissement d’une démarche entamée il y a une trentaine d’années lorsque se sont diffusés les logiciels de base de données tournant sur micro-ordinateur – DBase puis Access pour les PC, FileMaker pour les Mac. Très accessibles à des non spécialistes, ils nous ont permis longtemps de créer des bases de données dont l’objet principal était d’exploiter scientifiquement notre documentation. Mais ces bases étaient à visée limitée, circonscrites à un site, une problématique ponctuelle, au mieux un projet d’équipe. Le temps passant, l’éparpillement des dossiers, l’accumulation des archives écrites, graphiques et photographiques, nous ont convaincus de la nécessité d’un projet plus global. Mais pour le mener à bien, il nous fallait disposer d’un outil puissant, adapté au développement de l’imagerie numérique et permettant à la fois la diffusion des acquis et des travaux en cours et futurs.

2Ce projet s’est trouvé conditionné par une exigence nouvelle, le passage sur le Web, qui suppose une audience mondiale et des utilisateurs non spécialisés. La conséquence la plus immédiate est que nous avons dû renoncer à nos outils habituels, inadaptés à la création d’un site Internet, ne serait-ce que par leur interface d’interrogation par champ, évidemment obsolète à l’ère des moteurs de recherche. C’est la raison pour laquelle nous avons collaboré avec les spécialistes de Télécommunications et Réseaux de l’Institut Galilée (Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité) pour concevoir et développer cet outil.

3Mais la démarche scientifique, quels que soient l’objet d’étude et la technique, est toujours la même : il s’agit de créer un fichier. Cela signifie, avant d’entrer des données, de réfléchir à leur organisation, de façon à pouvoir les interroger et en obtenir les réponses attendues.

4Cette opération primordiale, la structuration des données, c’est-à-dire la configuration ou l’architecture de la base, est l’objet de cette communication.

Définition et choix de l’unité d’enregistrement

  • 1 Pour tout ce vocabulaire que nous nous efforcerons de transcrire en langage clair, voir la document (...)

5La première question, lorsqu’on constitue un fichier, informatisé ou non, est de définir l’objet de sa fiche. La réponse semble simple : une peinture, un stuc, certes, mais appréhendé sous quelle forme et dans quelles limites ? Quel est l’élément auquel se rapporteront les métadonnées1, autrement dit les informations entrées dans les champs descriptifs ?

  • 2 http://medihal.archives-ouvertes.fr/

6Le choix le plus simple est celui qui consiste à prendre la « photo » comme objet de la fiche. Il s’agit alors d’une photothèque informatisée, destinée à l’inventaire et la gestion, même si, lorsque les clichés sont assortis d’informations sur l’objet reproduit – légende descriptive, datation, bibliographie – une telle base peut répondre à des questions d’ordre scientifique. C’est, pour citer un exemple, le système d’organisation de MédiHAL, Archive ouverte de photographies et d’images scientifiques2, qui rassemble la documentation iconographique accumulée par les chercheurs dans différentes disciplines. Mais on voit immédiatement les limites de ce système pour l’archéologue : l’objet de l’étude est le document, déterminé par le champ de l’objectif, et non le vestige.

  • 3 Voir par exemple « Décors antiques » (http://www.archeo.ens.fr/spip.php?article684).

7C’est pourquoi les bases de données archéologiques sont plus souvent des fichiers de « décors » ; les métadonnées – localisation, description, datation, bibliographie et illustration (généralement constituée de plusieurs clichés) – caractérisent un « décor », identifié comme tel par le spécialiste3. Plus satisfaisant scientifiquement, ce choix ne permet pas néanmoins un catalogage cohérent : la notion de « décor » recouvre tantôt un site, tantôt un fragment, tantôt un panneau dans un musée, tantôt une pièce entière dans un bâtiment, déjouant toute possibilité de description homogène. Les redondances et les lacunes, inévitables, oblitèrent l’unité du décor.

8Cette difficulté à trouver une unité descriptive homogène apparaît avec évidence lorsque nous considérons la variété des objets que nous prétendons entrer et décrire dans FABVLVS : des décors en place, comme souvent les voûtes des hypogées ou les parois peintes pompéiennes entièrement conservées, des fragments peints de quelques centimètres carrés trouvés dans un remblai, comme souvent en Gaule, ou des tableaux isolés, prélevés pour être présentés dans un musée, comme il est fréquent pour les personnages et scènes figurées.

9Pour définir l’unité de base, nous avons donc choisi le dénominateur commun de tous ces décors : ce sont des enduits architecturaux, même lorsqu’ils ont quitté leur support originel. Nous étudions des peintures murales et non des peintures de vases, les stucs sont des revêtements de paroi et non des sculptures en ronde-bosse. Les conclusions du colloque tenu à Toulouse en 2008, « Décor et architecture en Gaule », nous ont confortés dans l’idée que ce choix était le plus cohérent pour une base de données dont le point de vue et la visée sont d’abord archéologiques.

10Si l’unité de stockage est le support architectural, la conséquence immédiate est que l’on enregistre la paroi – ou plafond, fronton, corniche, etc. –, et c’est à ce support que se rattachent les métadonnées : provenance, lieu de conservation, données archéologiques, géo-localisation, gros-œuvre, technique de décor (peinture, stuc, incrustations, or…), description iconographique détaillée, graffiti, datation, bibliographie et illustration.

11Pour résumer, et sans les détailler davantage ici, toutes les informations issues de la fouille et de l’étude sont rattachées à ce support et reliées entre elles par des liens. La richesse et la complexité de ces liens imposent un développement logiciel spécifique, les outils standards du marché s’avérant insuffisants.

Organisation des données, système de description et d’interrogation

12Choisir le support architectural comme unité d’enregistrement entraîne des conséquences lourdes du point de vue méthodologique et scientifique.

  • 4 Pour les fragments trouvés hors contexte (remblai, collection ancienne), l’étude du mortier permet (...)
  • 5 Cf. la base de données Villars d’Héria, par S. Lourdaux-Jurietti, évoquée lors du séminaire mais no (...)

13Tout d’abord, cette option oblige à une analyse préliminaire du matériel et exclut l’entrée des données brutes4. FABVLVS n’est pas un répertoire de trouvailles, il enregistre des données étudiées, seul moyen de fournir une information validée et utile à la communauté des chercheurs et du public, et non aux seuls spécialistes du domaine. C’est dire que FABVLVS ne se substitue pas aux fichiers informatisés et bases de données construits autour d’un chantier, d’un projet régional de recensement des enduits, ou d’un inventaire de musée, de dépôt ou de collections5. C’est un outil scientifique de recherche, qui se situe en aval de la phase de recensement pour fournir les mêmes informations qu’une publication, même si, nous le verrons infra, on peut aussi y entrer des données inédites. L’avantage par rapport aux supports imprimés est que le nombre de données, textes et images, est illimité.

14Une autre difficulté rencontrée dans l’enregistrement du support architectural est que le décor qui le recouvre est très souvent dispersé. Ainsi, une paroi peinte peut être détruite ou conservée in situ, et le décor se retrouver éclaté entre plusieurs lieux de conservation : les peintures à fond uni ou très érodées resteront en place, les parties figurées rejoindront, après restauration, le musée, tandis que les fragments trouvés au pied de la paroi seront stockés en caisse dans les réserves, en attendant l’étude préalable à leur exposition. En regroupant tous les éléments d’un même support architectural, FABVLVS restitue son unité au décor, et autorise en outre une gestion actualisable des vestiges ; c’est une avancée appréciable tant pour le chercheur qui souhaite y avoir accès que pour le conservateur du patrimoine qui en a la garde.

15La description du décor lui-même pose un autre problème, vu la complexité des vestiges étudiés : comment trouver un système assez cohérent pour rendre compte, dans le même formulaire d’enregistrement, d’un motif isolé comme d’une composition complexe, d’une palmette comme du plafond de la Sixtine ? Et comment fournir un outil qui convienne au généraliste aussi bien qu’au spécialiste soucieux d’entrer dans tous les détails de l’image ?

16Un système optionnel a donc été mis au point. Quatre champs permettent d’entrer une description structurée qui décompose de façon simple l’information : composition, motifs ornementaux, scènes, personnages, tandis qu’un cinquième champ, réservé à une description générale, offre un espace suffisant (4 000 caractères) pour couvrir un grand nombre de cas. Toutefois, il n’est pas rare qu’une même paroi offre plusieurs panneaux distincts qu’il est difficile d’articuler ensemble, ou bien un motif particulier qui soulève des questions complexes. C’est pourquoi, sans entrer dans une description hiérarchique, nous avons pensé nécessaire d’offrir une possibilité de sous-découpage en « éléments » : ces champs sont alloués dynamiquement, c’est-à-dire créés à la demande. Pour le dire autrement, l’« élément » sert à « zoomer » sur une partie du décor qui réclame un traitement spécial, qu’il constitue une unité iconographique indépendante ou qu’il ait un intérêt en soi. C’est pourquoi, à chaque élément peuvent être rattachées directement une bibliographie et une illustration spécifiques, particulièrement nécessaires pour éclairer les détails. Il en est de même pour les inscriptions et graffiti, afin de permettre à l’utilisateur d’accéder directement aux informations très spécialisées, sans se perdre dans le foisonnement des titres et des images.

17Si le contenu textuel est essentiel dans la mesure où FABVLVS a d’abord été conçu comme un outil de recherche, les images jouent un rôle non moins important dans le domaine qui est le nôtre. L’illustration qui comprend des documents graphiques – gravures anciennes, aquarelles, plans, dessins – aussi indispensables que les clichés, présente donc par force un caractère disparate et sa qualité est souvent inégale. Pour faciliter la visualisation, il a donc été fait appel à une technique de zoom évoluée. Ce zoom permet un agrandissement illimité, ou plus concrètement, sa seule limite est la qualité de la photo numérisée.

18Enfin, FABVLVS s’interroge via un moteur de recherche – il suffit de taper un ou plusieurs mots de son choix – mais autorise aussi l’interrogation plus traditionnelle par champs.

Fonctionnement de FABVLVS : contributions et données inédites

19FABVLVS a d’abord vocation à recueillir des données et archives publiées. L’outil a été conçu au début pour recueillir la documentation rassemblée par les membres et collaborateurs de l’UMR 8546 du CNRS, ainsi que ceux du CEPMR de Soissons (APPA-CEPMR), opérant depuis plus de quarante ans tant sur le territoire national que dans l’ensemble du monde gréco-romain. Il faut noter toutefois qu’une bonne partie de l’information entre dans la « littérature grise », terme qui recouvre les fiches et rapports internes mais aussi officiels, souvent illustrés, qui n’ont pas été publiés. Si une partie de leur contenu peut être reversée directement dans les champs correspondants de FABVLVS, il a également été prévu de créer des liens vers ces documents numérisés, sous forme de fichier de type .pdf protégé. Plus largement, il sera également possible de renvoyer directement à des documents publiés, concernant par exemple la fouille ou les analyses chimiques, trop complexes à synthétiser et enregistrer mais dont l’utilisateur intéressé pourra dépouiller lui-même le contenu.

20Mais FABVLVS, avant d’être un recueil de données, est d’abord un outil. Et ce qui fait son originalité et sa force est que son alimentation est fondée sur le principe des contributions. FABVLVS est ouvert aux chercheurs, archéologues, institutions et associations spécialistes du domaine, qui souhaitent y entrer leurs données. Il est nécessaire toutefois de signer d’abord une convention qui fixe les conditions de cet accès ; les contributeurs sont responsables du contenu scientifique de leur contribution, et s’engagent donc sur la qualité des informations saisies. Il ne s’agit évidemment pas dans le cadre des organismes de tutelle qui sont les nôtres – ENS, CNRS, Université – de reproduire le fonctionnement de telle célèbre Encyclopédie en ligne.

21Cette responsabilité scientifique est garantie par une « signature » des enregistrements qui peut se faire à deux niveaux. Un champ « rédacteur » est signé par l’auteur de la fiche, responsable du contenu enregistré lorsqu’il s’agit simplement de mettre en forme et synthétiser des données déjà publiées. Il est à souhaiter que ce rédacteur soit le plus souvent possible l’auteur de l’étude et de la publication afférente, garantie d’une saisie rapide et juste.

22Outre sa fonction de diffusion et valorisation de la documentation, FABVLVS vise aussi à fournir un mode alternatif de publication pour les données inédites. En effet, le domaine scientifique des décors muraux souffre de l’émiettement de sa documentation, trouvée le plus souvent à l’état fragmentaire. Faute de pouvoir consacrer le temps nécessaire à une publication traditionnelle, beaucoup d’acteurs de l’archéologie, en particulier les non spécialistes, renoncent à faire connaître ces vestiges, pour le plus grand dommage de la recherche. L’enregistrement de ces données dans FABVLVS pourrait constituer une alternative, provisoire ou définitive, à leur publication, à condition toutefois de les soumettre aux mêmes normes. C’est pourquoi il a été prévu un champ « auteur », distinct du champ « rédacteur ». Sa validation reste à organiser : un comité scientifique international, fonctionnant sur le modèle classique des comités de lecture de revues, sera mis en place pour accorder cette signature qui donnerait à l’enregistrement la valeur d’une publication. Il reste à voir sur le plan légal comment obtenir l’équivalent d’un ISBN ou ISSN, qui permettra à ces enregistrements d’être cités et de figurer dans une bibliographie, au même titre qu’une publication imprimée.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Balmelle C., Eristov H., Monier Fl. dir., 2011, Décor et architecture en Gaule entre l’Antiquité et le haut Moyen Âge : mosaïque, peinture, stuc, Actes du colloque inter national, Univ. de Toulouse II-Le Mirail, 9-12 oct. 2008, Bordeaux, 795 p. (20ème suppl. à Aquitania).

Annexes

ANNEXE

FABVLVS bénéficie du soutien de l’ENS (financement de la charte graphique dans le cadre d’un Appel à projets Lettres et SHS) et du service de valorisation PARINOV (financement d’une étude de marché pour la diffusion du produit en dehors du périmètre archéologique).

En 2010, une convention tripartite a été signée entre le CNRS, l’ENS et l’université Paris 13, pour finaliser le produit : développement de l’interface de saisie et finalisation de l’interface de consultation Web.

En 2012, obtention d’une aide AIMA (Aide à la maturation de projets innovants), financée par Oséo et la Région Île-de-France, pour la mise en ligne.

Notes

1 Pour tout ce vocabulaire que nous nous efforcerons de transcrire en langage clair, voir la documentation éditée par le CNRS sous l’égide d’ADONIS : http://www.cn2sv.cnrs.fr/

2 http://medihal.archives-ouvertes.fr/

3 Voir par exemple « Décors antiques » (http://www.archeo.ens.fr/spip.php?article684).

4 Pour les fragments trouvés hors contexte (remblai, collection ancienne), l’étude du mortier permet souvent de déterminer la nature du support architectural. Lorsque seule la couche d’enduit est conservée, une option du menu déroulant, « support inconnu », permet néanmoins d’entrer un fragment ou un ensemble cohérent de fragments.

5 Cf. la base de données Villars d’Héria, par S. Lourdaux-Jurietti, évoquée lors du séminaire mais non publiée ici, celle de Vieil-Évreux (cf. L. Bonelli, ce volume), du PCR Lorraine (évoquée par M. Mondy, ce volume), ou la base de données suisse (S. Garnerie-Peyrollaz, ce volume).

© ARTEHIS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search