Version classiqueVersion mobile

Les enduits peints en Gaule romaine

 | 
Michel E. Fuchs
, 
Florence Monier

2ème partie. Méthodologie - Technique

Bases de données et recherche archéologique

Évolution exponentielle et méthodologie raisonnée

Joëlle Carayon Vessière

Résumé

À l’appui de bases de données documentaires ou bien de recherche, existantes et opérationnelles dans divers secteurs de l’archéologie (musées, peintures, mosaïques, objets de fouilles, etc.), pour des époques allant de la Préhistoire au monde romain en passant par le monde grec, présentation des résultats obtenus et des améliorations apportées en regard de l’évolution exponentielle des technologies informatiques.

Texte intégral

1C’est une spirale galopante de nouvelles technologies informatiques qui nous entoure, parmi lesquelles se situent en bonne place les bases de données. Une telle somme d’informations et d’avis différents ou convergents émane régulièrement des ces avancées technologiques et entraîne quelquefois une certaine confusion pour leur développement pratique et rapide : d’une part, le choix d’un logiciel, parmi les Open source (libres et gratuits) ou de format propriétaire (payants), d’autre part, la difficulté de comprendre un langage informatique en constante évolution retardent la mise en place de nos bases de données.

2Nous n’allons pas nous étendre sur le choix d’un logiciel dont chacun retirera ses propres avantages et inconvénients puisqu’il est tout à fait possible de passer de l’un à l’autre en cas d’insatisfaction, ni sur tous ces termes appliqués à l’informatique, avec ses anglicismes obtus et ses acronymes rébarbatifs qui ne sont pas réellement nécessaires à l’avancement de nos recherches. Nous allons plutôt essayer de définir une simple délimitation rationnelle du nécessaire et du superflu :

  • en nous appuyant sur nos multiples expériences sur les bases de données appliquées à différents thèmes de l’archéologie ;

  • en appliquant la technique empirique de résolution de problèmes qui tient compte à chaque étape des résultats précédents et en déduit la stratégie à adopter par la suite ;

  • en prenant simplement en compte les possibilités techniques et le budget de chacun, ainsi que la finalité souhaitée pour chaque base de données, avec, bien sûr, ses résultats.

Fig. 1. Copie d’écran de quelques images de la base de données pour l’inventaire et la recherche des objets du musée gréco-romain d’Alexandrie pour le CEAlex, UMS 1812, Alexandrie.

Fig. 2a et 2b. État des registres du musée gréco-romain d’Alexandrie, août 2004.

La priorité des objectifs

3Après un récolement des informations nécessaires à la sauvegarde, l’étude et la diffusion, nous pouvons étendre l’ensemble de nos connaissances et de nos recherches et faire ainsi évoluer les bases de données.

4Il faut donc délimiter de façon rationnelle les informations indispensables pour obtenir des résultats rapides et fiables avec les objectifs précis, c’est-à-dire :

  • une technologie d’accès et d’utilisation aisée, facilitant l’interaction entre chercheurs et favorisant ainsi la connaissance et la diffusion dans le milieu éducatif, selon les directives du CNRS ;

  • la création de bases de données accessibles par internet, avec des textes et des images digitalisées appartenant à un type de contenu spécifique ;

  • l’information, structurée à un niveau ouvert à n’importe quel usager qui, à un moment donné, désire s’informer sur un document relatif à une thématique donnée, d’autres niveaux étant réservés aux collaborateurs ayant accès aux possibilités de recherche ou de saisie qu’offre la base de données.

Fig. 3. Copie d’écran d’une page de présentation de la base de données, « Inventaire et recherche » du Musée d’Histoire naturelle de Nîmes.

5Les bases construites par nos soins sont équipées d’outils qui permettent aux chercheurs de s’initier à ces techniques de travail.

6Nous allons donc présenter un éventail de méthodologies appliquées aux différentes nécessités de chacun : les finalités se rejoignent toujours, mais les priorités ne sont pas toujours les mêmes. L’objectif est de répondre aux souhaits de chacun pour diriger sa ou ses propres bases de données, mais aussi de satisfaire aux exigences de la recherche qui sont, actuellement, la diffusion des savoirs et la sauvegarde des bases de données par le biais de l’hébergement CNRS. Voici quelques exemples.

Musée gréco-romain d’Alexandrie (fig. 1)

7D’abord sauvegarde informatique des registres d’entrée du musée gréco-romain d’Alexandrie (fig. 2a et 2b), cette base s’est transformée peu à peu, grâce à l’intervention des spécialistes concernés, en base de recherche et d’études. Elle comprend aujourd’hui 51 090 objets et onze tables relationnelles, six fichiers liés de registres d’entrée : Fichiers général, P Numbers, Garden, P. Alex (papyrus), West Delta, R, qui sont encore liés aux fichiers d’information : Topographie, Bibliographie, Photographies, Donateurs, Notes.

8http://archeoalexandrie02.blogspot.com/​

9http://seminaireafpma2007.blogspot.com/​

10L’informatisation de ce musée est terminée (2005) malgré les difficultés rencontrées avec les documents d’archives.

Musée d’Histoire naturelle de Nîmes (fig. 3)

11Il est en cours d’informatisation et se compose de plusieurs tables de données, Tables Mammifères, Ornithologie, Poissons, Reptiles, Amphibiens (cinq tables regroupées ensuite en une base Zoologie), Ethnologie, Préhistoire, Géologie, Entomologie, Ostéologie, Bibliothèque générale, Bibliothèque Émilien Dumas. L’ensemble de ces tables mises sur réseau par la mairie de la ville, et sur lesquelles nous travaillons ensemble, sont destinées à être reliées entre elles en fin d’informatisation.

12Certaines de ces tables sont en cours de finalisation.

UMR 8546, CNRS-ENS Paris

13Il héberge plusieurs de nos bases de données, comme on peut le voir sur le site du laboratoire : Opus-Pompéi (H. Dessales), Décors antiques (A. Barbet), BaseFer (K. Gruel, O. Buschsenchutz, Chr. Jouannet, M. Levery), FacièsMonnaie (K. Gruel)…

Fig. 4. Copie d’écran de la base de données-statistiques « Opus Pompéi », pour H. Dessales, E.N.S, Paris-V.

Opus Pompéi (fig. 4)

14C’est une base de données statistique, dont la méthodologie est définie pour la construction du bâti avec les châteaux d’eau de Pompéi et ses différents opus de construction : Unités stratigraphiques, Unités stratigraphiques construites, Voûtes, Opus testaceum, Opus vittatum, Opus reticulatum, Opus mixtum à bandes, Opus mixtum à panneaux, Photographie, Planimétrie, Bibliographie, Archives et documents, Prélèvements (à construire).

15Adaptée en 2008, très rapidement, pour le site de Barbegal, Opus Barbegal, puis pour les sites d’Alésia (2009), Opus Alésia, et de Genainville, Opus Genainville (2010), cette banque de données, formée de douze tables relationnelles avec statistiques et histogrammes des comparaisons automatisés d’après les calculs, a aussi démontré son efficacité : elle utilise l’ensemble des données avec des modèles construits pour obtenir un rapport automatique destiné à la publication et aux résultats de moyennes et de statistiques.

Décors antiques (fig. 5)

16C’est une base documentaire et photographique de recherche, entièrement renseignée, traitant de peintures murales, construite pour A. Barbet. Dans un premier temps, elle concernait la Gaule ; peu à peu, elle s’est adaptée à tout l’Orient et l’Occident. Cette base a été particulièrement soignée pour la qualité de ses images, ainsi que le souhaitait son initiatrice. Elle a montré son efficacité auprès d’autres spécialistes (Aix-en-Provence et École Française de Rome) qui en ont souhaité certaines informations.

17Elle continue à évoluer et est actuellement disponible en texte de consultation pour tous ceux qui le souhaitent, sur le site du laboratoire d’archéologie, UMR 8546, CNRS-ENS. Cf. Décors antiques, CNRS-ENS-UMR 8546, Paris, la base.

18Du même type que Décors antiques, une base adaptée pour l’expertise sur un thème précis : la pêche, la pisciculture, le monde marin, renseignée par A. Barbet avec la collaboration de Myriam Sternberg, chercheur au Centre Camille Jullian d’Aix-en-Provence, lui sera bientôt intégrée.

19Décors antiques est hébergée dans le GBD (Grandes Bases de Données) du CCSD (Centre pour la Communication Scientifique Directe) du CNRS par le Très Grand Équipement ADONIS.

20Lien : http://gbd.ccsd.cnrs.fr/​index.php?action=authentifier.

BaseFer (fig. 6)

21La BaseFer est une base de données statistiques générale portant sur l’Âge du Fer en Gaule, destinée à répertorier les objets de fouilles sur toute la Gaule pour la Protohistoire celtique. Elle est évolutive parce qu’elle est sans cesse modifiée par les différents collaborateurs. Elle se veut plus qualitative que quantitative et rend compte de l’état de la documentation publiée.

Fig. 5. Copie d’écran de la base de données documentaire et photographique « Décors antiques », pour A. Barbet, ENS-CNRS-UMR 8546, Paris-V.

Fig. 6.Copie d’écran de la base de données-statistiques « BaseFer », pour O. Buschenschutz et K. Gruel, ENS-CNRS-UMR 8546, Paris-V.

Fig. 7. Copie d’écran de la base de données-numismatique et statistique « FacièsMonnaie », pour K. Gruel, ENS-CNRS-UMR 8546, Paris-V.

22En mai 2008, le fichier comptait 11 377 « sites ».

23Lien : http://www.archeo.ens.fr/​spip.php?article744.

FacièsMonnaie (fig. 7)

24C’est une base de données numismatique comprenant des comptages automatiques. Cette base est une extension pour les monnaies de la BaseFer, dans laquelle sont référencées les données générales connues sur chaque site. Chaque fiche est référencée par le numéro INSEE du site suivi d’un numéro individuel. Le classement se fait donc par commune et département.

25La nature et la chronologie du site ou du dépôt sont indiquées et des calculs de référence mis en place.

26Lien : http://www.archeo.ens.fr/​spip.php?article743.

La méthodologie

27Nous constatons la diversité des thématiques et nous concevons alors la rationalité de la méthodologie à apporter pour la construction de ces diverses bases de données afin d’obtenir un résultat rapide et soigné, à la portée de chacun. Nous avons adopté une méthodologie ayant fait ses preuves, pour permettre :

  • une organisation sémantique rigoureuse des informations pour obtenir un système de saisie rapide et fiable ;

  • une consultation facile, rapide et systématique d’une grande quantité de données en accédant aux besoins spécifiques de chacun ;

  • de décharger le chercheur et le chargé de saisie de toute contrainte liée à l’informatique et à sa terminologie ;

  • de favoriser la connaissance et la diffusion du savoir, la sauvegarde des données avec une technologie d’accès et d’utilisation facile.

28L’ensemble de ces protocoles est appliqué avec une sécurité intégrale de toutes les données.

29Ces critères ont fait leurs preuves et démontré leur efficacité par la prise en main des divers protagonistes pour lesquels ces bases de données ont été construites, et par une consultation désormais permise sur le réseau pour une des bases de données, Décors antiques.

30Dans le cadre des directives qui sont fournies par le CNRS pour la sauvegarde des données et la diffusion des savoirs, j’attire l’attention sur l’utilité d’une autre base de données, signalée sur le Journal du CNRS en décembre 2008 - http://www2.cnrs.fr/​journal/​4154.htm - et dans Archéologia, no 473, p. 66-71, dont la thématique est Sculptures de la Gaule Romaine et dont l’objectif est la sauvegarde de l’inventaire d’Émile Espérandieu. Cette base, NEsp, administrée au Centre Camille Jullian, UMR 6573, CNRS-Université de Provence, par Danièle Terrer et Nicolas Richard, est maintenant consultable sur le Net : http://nesp.mmsh.univ-aix.fr/​index.htm

31« Acteurs du sauvetage des données, archives et photographies sur plaques de verre, Jean-Daniel Pariset, conservateur des archives de Saint-Cyr, Henri Lavagne, Membre de l’Institut, le Ministère de la Culture (France), la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine, le Centre Camille Jullian, le CIL ».

32NEsp est intégrée de façon très claire dans les projets pédagogiques actuels, tant pour le secondaire que pour l’enseignement supérieur.

Coopération, information et communication

33Il nous paraît souhaitable de continuer :

  • d’initier une coopération destinée à développer les nouvelles technologies en vue notamment d’assurer une meilleure diffusion du patrimoine et de meilleures ouvertures de recherche ;

  • de suivre l’émergence des outils modernes de communication dans leurs développements pour obtenir la diffusion la plus large possible de la connaissance accumulée.

34C’est par une évolution raisonnée de ces systèmes, avec plusieurs niveaux de la sécurité imposée par la recherche, que nous permettrons un travail et une étude scientifiques optimisés en suivant des règles de base :

  • optimiser une méthode d’inventaire informatique dans le souci de permettre l’élaboration d’une terminologie adaptable aux impératifs de la recherche ;

  • mettre au point des passerelles techniques entre les logiciels utilisés ;

  • normaliser des systèmes descriptifs et des vocabulaires pour une informatisation cohérente.

35Ainsi, nous ne parlons plus de façon abstraite de ces bases de données, mais nous les consultons, les utilisons, participons à leur évolution constante.

Conclusion

36La réception positive de l’ensemble de ces bases de données nous encourage à poursuivre dans la recherche et l’optimisation de ces concepts informatiques.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Copie d’écran de quelques images de la base de données pour l’inventaire et la recherche des objets du musée gréco-romain d’Alexandrie pour le CEAlex, UMS 1812, Alexandrie.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8088/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 2a et 2b. État des registres du musée gréco-romain d’Alexandrie, août 2004.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8088/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 3. Copie d’écran d’une page de présentation de la base de données, « Inventaire et recherche » du Musée d’Histoire naturelle de Nîmes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8088/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 4. Copie d’écran de la base de données-statistiques « Opus Pompéi », pour H. Dessales, E.N.S, Paris-V.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8088/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 5. Copie d’écran de la base de données documentaire et photographique « Décors antiques », pour A. Barbet, ENS-CNRS-UMR 8546, Paris-V.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8088/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 6.Copie d’écran de la base de données-statistiques « BaseFer », pour O. Buschenschutz et K. Gruel, ENS-CNRS-UMR 8546, Paris-V.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8088/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 7. Copie d’écran de la base de données-numismatique et statistique « FacièsMonnaie », pour K. Gruel, ENS-CNRS-UMR 8546, Paris-V.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8088/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 334k

Auteur

Ingénieur d’études. Traitement documentaire et bases de données. joellecarayon@yahoo.fr

© ARTEHIS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search