Version classiqueVersion mobile

L’Âge du Bronze en Bourgogne. Le dépôt de Blanot (Côte-d’Or)

 | 
Jean-Paul Thevenot

Seconde partie. Études techniques

VI. Conservation-restauration d’objets de métal et de matières organiques associés

Sylvia de la Baume

Texte intégral

1L’ensemble qui nous a été confié comprend deux colliers à perles d’or montées sur cuir gansé, un collier à perles en alliage cuivreux également montées sur cuir et des fragments de cuir dont certains comportent des appliques en alliage cuivreux.

COLLIERS À PERLES D’OR

Etat de conservation

2A leur arrivée au laboratoire les deux colliers reposaient sur un carton renforcé, maintenus par des épingles. Les rangs de perles sont au nombre de trois pour l’un et quatre pour l’autre. Les lanières de cuir constituant les rangs des colliers étaient fragmentées ; une partie seulement des perles demeurait en place sur les brins de cuir.

3Deux lots de perles en or nous sont parvenus séparément des colliers, différenciés selon leur décor ; un décor de cannelures régulières associait certaines perles au collier à quatre rangs ; un décor à cannelures entrecoupées de méplats associait les autres au collier à trois rangs. Certaines perles ne comportaient plus aucun support de cuir, d’autres étaient parfois enfilées sur un même fragment de lanière de cuir.

4Les perles étaient très sales, très souillées de terre ; certaines étaient ternies, ce qui leur conférait un léger reflet rosé.

5Le cuir se présentait également souillé de terre et très déshydraté. Cette déshydratation a entraîné une perte de flexibilité et des retraits qui ont eu pour effet de comprimer la peau gansée supportant les perles. Les liens de peau flottent dans le corps des perles, mais les empreintes de cannelures qui les marquent laissent penser qu’ils étaient au contact des garnitures de métal.

6D'une manière générale, les colliers ou du moins les parties restées en connexion, étaient déformées et rigides par rapport à leur forme d’origine, supposée circulaire ou légèrement ovale.

Traitement de conservation

7Le but de l’opération était, après nettoyage, de stabiliser le cuir et de restituer la forme originelle et la souplesse des colliers ainsi que le positionnement des perles en or.

81. Nettoyage. Le nettoyage des perles a été effectué à l’aide d’un coton-tige imbibé d’alcool. Pour les fragments de tôle présentant une grande fragilité due aux déchirures, le nettoyage s’est effectué sous loupe binoculaire.

9Le cuir a été nettoyé à l’aide d’un savon à cuir appliqué au coton-tige humide, puis rincé abondamment avec plusieurs cotons imbibés d’eau propre jusqu’à ce qu’aucune souillure ne soit plus visible sur le coton. Ce nettoyage pratiqué sur une face a été renouvelé au dos des colliers après retournement des pièces sur un nouveau support. En effet, à aucun moment les colliers n’ont été manipulés sans l’assurance d’un support pour ne pas risquer de nouvelles déchirures ou la perte de perles peu solidaires des lanières de cuir rétractées.

102. Remise en forme. La remise en forme des colliers, deuxième phase du traitement, s’est opérée sur plusieurs semaines au cours desquelles le cuir a été soumis à des tensions progressives. Pour parvenir à leur redonner leur forme, les colliers ont été placés dans une enceinte à 90 % d’humidité relative. Légèrement assouplis à ce taux d’humidité élevé, il leur a été imprimé une tension légère, maintenue par des épingles. Après retour à des conditions d’humidité normales (55 à 60 %), le cuir conserve la déformation. Il a été ainsi possible, en plusieurs cycles, de redonner une forme supposée aux colliers. En effet ne connaissant pas le nombre exact à l’origine de perles par rang, la reconstitution propose une circonférence probable mais non certaine.

11Le cuir n’a cependant pas retrouvé toute sa souplesse, mais nous avons préféré ne pas utiliser de produits de finition (cire, huile...), dans la mesure où leur pénétration dans le cuir n’est pas assurée et leur reversibilité très controversée.

COLLIER EN ALLIAGE CUIVREUX

Etat de conservation

12Ce collier se trouvait dans un état très fragmentaire. Le cuir qui supportait les perles en alliage cuivreux était constitué de plusieurs lanières (au nombre de 3 ou 4) très dégradées et rétractées à cause d’une déshydratation poussée. De plus le cuir était pulvérulent ; la diffusion de sels métalliques dans la structure fibrillaire du cuir, à partir des perles en alliage cuivreux, en a facilité la conservation. Le métal des perles est bien conservé, parfois légèrement oxydé. Leur nettoyage et traitement ont été effectués par M.-E. Meyohas.

FRAGMENTS DE CUIR

Etat de conservation

13De nombreux fragments de cuir dont certains portaient des appliques en alliage cuivreux fixées par un lacet de cuir et d'autres conservaient des fils ou des lanières d’assemblage, étaient dans un état de dégradation avancé. En effet ces fragments très déshydratés et cassants étaient tous très déformés. Les pliures et les déformations limitaient leur manipulation et il nous a été demandé de leur restituer leur forme et de les stabiliser dans cet état.

Tests

14Après concertation avec le Centre d’étude et de traitement des bois gorgés d’eau de Grenoble et à l’issue d’une recherche bibliographique personnelle, différents tests ont été effectués sur des fragments archéologiquement non significatifs (aucune trace de couture ni de perforation,...), afin d’établir un mode opératoire pour le nettoyage des fragments et leur remise à plat. Les résultats sont les suivants :

  • Echantillon 22 D. Application en phase aqueuse de savon à cuir. Bon nettoyage, remise à plat médiocre, cuir plus foncé, peu souple.

  • Echantillon 22 C. Bain alcool/eau (50/50), 2 jours. Remise à plat correcte, couleur claire, cuir cassant, apparition de fissures.

  • Echantillon 22 F. Bain alcool/eau (50/50), 2 jours. Bain trichloroéthane 1.1.1., 1 nuit ; bain renouvelé 1 nuit. Cuir très sec, pulvérulent, très fragilisé.

  • Echantillon 22 F. Imprégnation PEG 600 25 % dans du trichloroéthane 1.1.1., 2 jours. Remise à plat correcte, couleur sombre, cuir très sec, cassant, apparition de fissures.

  • Echantillon 22 A. Bain alcool/eau (50/50), 1 jour. Nettoyage savon. Bain trichloroéthane 1.1.1., 2 x 1 nuit en deux bains. Remise à plat correcte, couleur claire, cuir très sec, apparition de fissures.

  • Echantillon 22 B. Bain alcool/eau (50/50). Nettoyage savon. Remise à plat correcte, dégradation du cuir côté chair, retrait et perte de flexibilité après séchage.

  • Echantillon 22 G. Bain alcool/eau (50/50). Imprégnation PEG 600 25 % dans l’eau 2 jours. Remise à plat correcte, couleur claire, flexibilité relativement satisfaisante.

  • Echantillon 18. Bain alcool/eau (50/50). Nettoyage savon. Imprégnation PEG 660 25 % dans l’eau. Remise à plat correcte, couleur légèrement assombrie, flexibilité satisfaisante.

Traitement de conservation

15Compte tenu de ces tests, il a été décidé de traiter les fragments selon le protocole suivant :

  1. réhydratation du cuir en bain dans une solution alcool/eau (50/50), au cours de laquelle les fragments sont grossièrement nettoyés à l’aide d’un pinceau fin et souple ;

  2. imprégnation des cuirs ne supportant pas d’appliques métalliques au PEG 600 25 % dans l’eau pendant 2 jours. Les pièces composites (cuir/alliage cuivreux) ont été imprégnées localement par application au pinceau d’une solution aqueuse de PEG 600 25 % ;

  3. remise à plat et séchage contrôlé dans des boîtes conditionnées ;

  4. nettoyage des fragments au savon et poursuite du séchage ;

  5. nettoyage des appliques en alliage cuivreux (M.-E. Meyohas) ;

16La collection de fragments ainsi traitée, il a été parfois nécessaire de recoller des déchirures ; certaines d’entre elles ayant favorisé une déformation de la pièce, la mise en place des joints de collage n’a pu se faire qu’après humidification du cuir afin d’augmenter sa flexibilité. Cette humidification provisoire est réalisée, comme dans le cas des colliers, par un conditionnement à 90 % d’humidité relative. Les collages des déchirures bord à bord ont été effectuées avec un adhésif qui possède des caractéristiques plastiques similaires à celles du cuir et qui, de plus, est entièrement réversible à l’acétone. Cet adhésif est constitué du mélange d’un composé cellulosique (hydroxypropylcellulose) et d'une résine vinylique (acétate de polyvinyle) en solution dans l’alcool.

17A la suite du traitement de conservation, nous avons trouvé un nombre limité de collages entre les divers fragments.

© ARTEHIS Éditions, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search