Version classiqueVersion mobile

Les enduits peints en Gaule romaine

 | 
Michel E. Fuchs
, 
Florence Monier

2ème partie. Méthodologie - Technique

Charte de saisie : inventaire des peintures murales en Suisse romande

Sylvie Garnerie-Peyrollaz

Résumé

Les peintures murales des collections archéologiques de Suisse romande, de par leur masse fragmentaire, ont longtemps été les parents pauvres de l’inventaire. Afin d’y remédier, des spécialistes de la peinture murale et de l’inventaire du Service archéologique de l’État de Fribourg, du Musée romain d’Avenches et de la société Pictoria se sont réunis pour mettre au point une charte de saisie spécifique à l’inventaire des peintures murales. À partir de bases de données existantes, la réflexion a porté sur le contenu des rubriques, les descripteurs à employer et la hiérarchisation du remplissage. Au final, un document commun accessible à tous sur le site internet du Service archéologique de l’État de Fribourg.

Texte intégral

1Lorsque l’on parle d’inventaire, la peinture murale occupe une place particulière au sein du matériel archéologique. Le nombre de fragments souvent élevé ainsi que l’impossibilité de marquer chacun d’entre eux, ont souvent conduit à repousser tout catalogage. L’inventorisation peut cependant s’avérer utile lors de l’étude des enduits peints. Elle permet, par exemple, une recherche rapide des lieux de provenance pour mieux regrouper les fragments lors de la recherche de collages.

  • 1 Léa Stöckli (inventaire), Sylvie Garnerie-Peyrollaz (peinture murale).
  • 2 Catherine Meystre Mombellet (inventaire), Nathalie Vuichard (peinture), Sophie Delbarre (charte d’i (...)
  • 3 Evelyne Broillet-Ramjoué, Yves Dubois et Michel Fuchs (peinture murale).

2Les collections de peintures murales découvertes en Suisse sont relativement importantes et se composent principalement d’enduits peints fragmentaires. Seuls quelques ensembles ont été mis sur panneaux. Il s’est avéré indispensable d’inventorier ce matériel afin de pouvoir y accéder facilement, aussi bien pour l’étude que pour des besoins ponctuels comme la présentation de certains fragments lors d’expositions. Les spécialistes en peintures murales et les responsables des inventaires du Service archéologique de l’État de Fribourg1, du Musée romain d’Avenches2 et de la Société Pictoria3 ont décidé de se réunir afin de mettre au point une charte d’inventaire spécifique à la peinture murale.

La démarche

3Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est important de préciser qu’il ne s’agit pas de cataloguer des décors, mais d’insérer les enduits peints dans un inventaire des collections préétabli, dont les buts principaux sont : situer l’emplacement d’un ensemble peint dans un dépôt, savoir s’il est disponible ou prêté à un musée, retrouver les données archéologiques le concernant et enfin chercher une information spécifique comme la présence de graffiti, d’éléments de fenêtres ou d’autres décors particuliers.

4Des bases de données existent déjà au sein de chaque institution. Notre propos n’était donc pas d’en créer une nouvelle, mais d’adapter celles existantes aux besoins du catalogage de la peinture murale. Le travail s’est fait autour des rubriques d’enregistrement des données, dont le contenu a été modifié en fonction des caractéristiques de la peinture murale.

5Tout catalogage commence par l’attribution d’un numéro d’inventaire. En donner à chaque fragment serait un travail titanesque. Notre réflexion s’est donc portée, en premier lieu, sur le procédé à employer. Deux méthodes d’enregistrement ont été mises au point. La première concerne les ensembles anciens et les nouvelles découvertes qui ne sont pas suivies d’une étude particulière. Un numéro d’inventaire leur sera octroyé en fonction de leur position, si elle existe (coordonnées x et y, complexe de fouille ou de trouvaille, carroyage, unité stratigraphique). Dans le cas contraire, un seul numéro sera choisi pour l’ensemble des fragments d’un secteur donné. La deuxième méthode s’applique aux décors étudiés. Les fragments ou ensembles retenus pour la restitution générale du décor ou pour leur particularité recevront chacun un numéro d’inventaire spécifique. Pour le reste des enduits peints non utilisés, on suivra la même méthode que pour les lots non étudiés. Parfois, une division plus poussée sera établie, liée à la connaissance de la position, par exemple sur plafond ou sur paroi, des fragments au sein du décor. De nouveaux numéros d’inventaire seront octroyés à certains ensembles-clés, lorsque l’on étudie des unités déjà cataloguées. Les morceaux écartés garderont leurs numéros d’origine.

  • 4 Ces marques changent de couleur ou de forme pour chaque position.

6Ce travail terminé, la question de l’inscription du numéro d’inventaire sur les fragments se pose. Une inscription sur la surface peinte nuirait à la lisibilité du décor, alors que le marquage sur la structure du mortier rendrait la lecture difficile et la conservation de l’inscription aléatoire. Ce procédé se révélant impossible, deux solutions sont proposées. La première, permise grâce à la photo numérique, est l’annotation du numéro sur la prise de vue. La deuxième consiste à faire des marques de couleur4 à l’arrière des fragments indiquant la position de découverte de l’objet.

7La phase de numérotation achevée, on peut procéder au catalogage proprement dit. Il se fera à des degrés différents, selon l’usage qui en sera fait. L’inventaire de base, de valeur 1, permet de savoir où se trouve l’objet ou l’ensemble recherché. Il doit fournir tous les renseignements récoltés au moment de la découverte. À la création d’un inventaire de valeur 2, des informations plus spécifiques sont introduites par une personne connaissant le domaine. La valeur 3 correspond à une saisie menée de façon optimale par un spécialiste.

Les rubriques

  • 5 Les abréviations utilisées dans cet article sont celles en usage dans nos bases de données.

8La nomenclature des rubriques5 dépend des particularités propres aux différentes bases de données utilisées. La spécificité de la peinture murale a nécessité l’adaptation de leur contenu. Aussi, les rubriques travaillées sont celles concernant directement la peinture murale. Pour les autres, tels que site, complexe, position, etc., elles seront remplies selon les consignes de chaque institution.

9Il est rapidement apparu que certains détails alourdissaient la base de données, empêchant un accès rapide aux différentes informations requises. Afin d’enregistrer ces détails, un inventaire spécifique à l’étude sera établi en parallèle, dans lequel les rubriques de l’inventaire général seront étoffées. Les fiches d’étude (fig. 1) des fragments et ensembles-clés forment la base du catalogage poussé. Elles permettent d’accéder aux dessins et aux indications techniques comme la description des mortiers, des tracés préparatoires ou des empreintes d’accrochage. Le renvoi à ce document apparaît dans l’inventaire général.

  • 6 http://www.fr.ch/saef/files/pdf33/Charte_pour_la_saisie_de_peintures_murales3.pdf.

10Pour chaque rubrique une hiérarchisation des descripteurs a été mise en place. Les descripteurs de base fournissent les informations les plus génériques possibles, alors que pour les descripteurs supérieurs, l’analyse est plus poussée et les termes se complexifient. L’exposé de toutes les rubriques ne pouvant se faire au sein de cet article, seuls quelques exemples sont présentés, les autres étant accessibles sur le site internet du Service archéologique de l’État de Fribourg qui met la charte d’inventaire à disposition6.

Fig. 1. Exemple de fiche étude peinture SAEF. Auteur : SAEF Sylvie Garnerie. Dim. : 7,38 H / 10,16 L

Fig. 2. Différents exemples de morphologie des enduits peints trouvés sur le site de la villa romaine de Bösingen (Fribourg, CH). Auteur : SAEF Sylvie Garnerie. Dim. : 9,97 H / 9,15 L

11Deux rubriques illustrent parfaitement bien cette structuration :

12MORPHO : morphologie de l’objet ou de certaines de ses parties (fig. 2).

13Descripteurs de base (Niveau 1 /Val 1) : plane, concave, convexe, élément angulaire, moulure (pour le stuc), boule (pour les pigments).

14Exemple : plane, élément angulaire

15Descripteurs supérieurs (Niveau 2, 3 /Val 2, 3) : angle rentrant (droit ou pas) (vision depuis le mortier), angle sortant (droit ou pas droit) (vision depuis le mortier), angle de paroi, angle de porte, angle de fenêtre, angle de niche, angle de banquette, angle de pilier, ainsi que toute autre structure avec un angle identifié ; pour les stucs ou autres : remplir avec le descripteur architectural adéquat.

16Exemple : plane, élément angulaire, angle de porte.

17MOT-DECO : mots-clés concernant le décor (fig. 3)

18Descripteurs de base (Niveau 1 /Val 1) : motif (sous-entendu indéterminé), géométrique, paysage, végétal, figuré, objet, architectural, mouchetis, marbrure.

19Exemple : végétal ; animal.

20Descripteurs supérieurs (Niveau 2, 3 /Val 2, 3) : linéaire, filet, touffe de feuillage, personnage, animal, imitation de colonne, etc.

21Exemple : figuré, animal, dauphin, personnage, dieu Océan.

22Pour certaines rubriques, il n’y a pas de descripteur de base, car elles ne sont remplies qu’à partir du niveau 2 d’enregistrement des données, par exemple la rubrique SURF où sont relevés tous les éléments se rapportant à la création du décor lui-même (fig. 4).

23SURF : traitement de surface

24Descripteurs de base (Niveau 1 /Val 1) : Non rempli

25Descripteurs supérieurs (Niveau 2, 3 /Val 2, 3) : fond brossé, fond lisse, fond strié, tracé préparatoire incisé, tracé préparatoire à la cordelette, tracé préparatoire peint, tracé préparatoire par fond brossé, incision, trou de compas, badigeon, joint de pontate. Exemple : fond lisse, tracé préparatoire incisé, tracé préparatoire à la cordelette, trou de compas (fig. 4).

26Dans d’autres cas, les descripteurs de base et supérieur ne font qu’un, comme pour la rubrique COUL où l’on énumère les couleurs de base, sans les nuances (fig. 5) :

27COUL : énumération des couleurs

28Descripteurs de base et supérieur (Niveau 1, 2, 3 /Val 1, 2, 3) : blanc, bleu, bordeaux, brun, gris, jaune, noir, rose, rouge, vert, orange, violet ; enduit médiéval : doré, argenté.

29Exemple : fond gris ; noir, blanc, rose, brun, jaune, doré.

30Lorsque toutes les données d’une entrée d’inventaire ont été enregistrées, la rubrique REM, « remarque », doit être impérativement remplie. Elle permet de connaître, en abrégé, le nom de la personne qui a fait le travail, la date à laquelle il a été fait et le niveau d’enregistrement, exemple : SGP 2009/10/21 ; val 3.

31Un tel inventaire n’est pas fixe. Évolutif, son but sera toujours d’assurer un accès aisé aux collections pour en tirer le meilleur parti, que ce soit au niveau de la recherche de collages, des références et autres données réunies, d’une étude spécifique comme la décoration d’époque sévérienne bien représentée à Fribourg. Afin d’affiner ou de modifier le processus, la discussion doit rester ouverte.

Fig. 3. Dauphins et dieu Océan sur une peinture ornant le portique de l’établissement romain de Vallon (Fribourg, CH). Auteur : SAEF Mélanie Rouiller. Dim. : 8,68 H / 14,92 L

Fig. 4. Tracés préparatoires sur le plafond voûté du local 2 de l’établissement romain de Vallon (Fribourg, CH).
Auteur : SAEF Sylvie Garnerie, Milka Humbert. Dim. : 7,62 H / 6,14L

Fig. 5. Décor peint de l’église des Cordeliers à Fribourg (CH), autour de 1500. Auteur : SAEF Sylvie Garnerie. Dim. : 7,09 H / 9,53 L

Notes

1 Léa Stöckli (inventaire), Sylvie Garnerie-Peyrollaz (peinture murale).

2 Catherine Meystre Mombellet (inventaire), Nathalie Vuichard (peinture), Sophie Delbarre (charte d’inventaire des mosaïques), Verena Fischbacher et Myriam Krieg (laboratoire de restauration).

3 Evelyne Broillet-Ramjoué, Yves Dubois et Michel Fuchs (peinture murale).

4 Ces marques changent de couleur ou de forme pour chaque position.

5 Les abréviations utilisées dans cet article sont celles en usage dans nos bases de données.

6 http://www.fr.ch/saef/files/pdf33/Charte_pour_la_saisie_de_peintures_murales3.pdf.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Exemple de fiche étude peinture SAEF. Auteur : SAEF Sylvie Garnerie. Dim. : 7,38 H / 10,16 L
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8034/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Légende Fig. 2. Différents exemples de morphologie des enduits peints trouvés sur le site de la villa romaine de Bösingen (Fribourg, CH). Auteur : SAEF Sylvie Garnerie. Dim. : 9,97 H / 9,15 L
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8034/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 3. Dauphins et dieu Océan sur une peinture ornant le portique de l’établissement romain de Vallon (Fribourg, CH). Auteur : SAEF Mélanie Rouiller. Dim. : 8,68 H / 14,92 L
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8034/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Légende Fig. 4. Tracés préparatoires sur le plafond voûté du local 2 de l’établissement romain de Vallon (Fribourg, CH).Auteur : SAEF Sylvie Garnerie, Milka Humbert. Dim. : 7,62 H / 6,14L
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8034/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 5. Décor peint de l’église des Cordeliers à Fribourg (CH), autour de 1500. Auteur : SAEF Sylvie Garnerie. Dim. : 7,09 H / 9,53 L
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/8034/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 381k

Auteur

Service archéologique de l’État de Fribourg, Planche-supérieure 13, CH-1700 Fribourg ; garnerieS@fr.ch.

© ARTEHIS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search