Version classiqueVersion mobile

Les enduits peints en Gaule romaine

 | 
Michel E. Fuchs
, 
Florence Monier

2ème partie. Méthodologie - Technique

Reims, rue Clovis : nouvelle technique de restauration à base de mortiers allégés

Géraldine Fray

Résumé

La restauration des enduits peints gallo-romains provenant de la rue Clovis à Reims a été l’occasion de mettre au point de nouvelles techniques permettant de conserver la totalité du support. Pour ce faire, nous avons conduit une recherche sur les mortiers allégés afin de trouver un matériau léger, adapté pour combler toutes les zones lacunaires sans trop alourdir la restitution finale. Cette technique a ainsi permis de conserver ce décor et son support dans leur intégralité.

Texte intégral

  • 1 Cf. Allonsius, 2007. La restitution infographique du décor a été réalisée par J.-Fr. Lefèvre, d’apr (...)

1La restauration des enduits peints gallo-romains provenant de la rue Clovis à Reims a été réalisée lors de mon mémoire de fin d’étude à l’Institut national du patrimoine en 2007. Le travail a été réalisé en collaboration avec le Centre d’Étude des peintures murales romaines à Soissons, particulièrement avec Béatrice Amadei, l’étude préalable du décor ayant déjà été menée par Clotilde Allonsius1. L’ensemble du décor devait ensuite être présenté au sein du musée Saint-Rémi à Reims qui possède déjà d’autres peintures gallo-romaines.

Contexte archéologique

Provenance et découverte du décor

2Cet ensemble d’enduits peints a été découvert à Reims, rue Clovis, lors de fouilles préventives menées par l’Inrap en 2003, sous la direction d’Agnès Balmelle, sur le site d’une grande domus gallo-romaine. Les peintures étudiées ici se trouvaient en remblai dans une cave, mélangées aux restes d’autres décors. Cette zone semble avoir été comblée lors du remaniement d’une cour, transformée en péristyle vers la fin du iie siècle ap. J.-C., ce qui donne un terminus ante quem. La cave semble être abandonnée entre le milieu du iiie et le début du ive siècle de notre ère. De plus, l’étude stylistique des peintures a permis de les dater plus précisément de la deuxième moitié du iie siècle ap. J.-c. Le décor de la rue Clovis s’inscrit ainsi dans un corpus, déjà riche, de peintures retrouvées dans la région rémoise.

Fig. 1. Restitution du décor de la rue Clovis, Reims (photographies : C. Allonsius ; DAO : Jean-François Lefèvre, CEPMR-APPA, 2006).

3Après la conquête de la Gaule Belgique par césar, la région s’adapte vite à la romanisation, qui va de pair avec une urbanisation croissante. Reims-Durocortorum fut ensuite élevée au rang de capitale de la Gaule Belgique par auguste, ce qui explique le nombre important de vestiges retrouvés dans la région. La ville devint ainsi une véritable cité, adoptant le modèle romain, avec de nombreux bâtiments publics et habitations privées qui sont autant de lieux où l’on trouve des décors muraux.

Un décor architectural à fond blanc

4L’étude de la peinture a permis de proposer une restitution du décor (fig. 1).

5Le décor représente une architecture sur fond blanc, au-dessus d’une barrière de jardin stylisée, sur fond bleu-noir, imitant le bois, et peinte en brun violet avec clous décoratifs jaunes simulant le bronze doré. La zone médiane est structurée par des bandes vertes en larges panneaux, séparés par des inter-panneaux étroits ornés de hampes végétales.

6Sur chacun des grands panneaux, deux colonnes, rouges ou bleues en alternance, supportent un entablement ; ces panneaux sont ornés d’un ilet d’encadrement intérieur rouge auquel sont accrochées deux guirlandes végétales stylisées, jaunes ou vertes, maintenues par des rubans ondulants (fig. 2).

7En zone supérieure, une succession de filets horizontaux blancs et noirs suggère une haute corniche ; une large bande noire assure la jonction avec le plafond.

8Cette composition repose donc sur la traditionnelle division tripartite de la surface : le soubassement massif, sombre, supporte une partie médiane blanche, plus aérée, elle-même surmontée d’une zone de couronnement. En outre, le décor répond à des schémas bien connus, avec alternance de larges panneaux et d’inter-panneaux plus étroits, agrémentés de candélabres ou de hampes végétales.

Fig. 2. Détail d’un ensemble de fragments avec colonne, entablement et guirlande végétale.

Fig. 3. Stratigraphie des enduits d’après lame mince.

Fig. 4. Revers des fragments présentant des stries en relief.

Technique et matériaux constitutifs

  • 2 Des analyses pétrographiques et géologiques des mortiers ont été réalisées par Arnaud coutelas, che (...)

9La technique employée pour réaliser le décor de la rue Clovis reflète également les traditions de la peinture romaine et gallo-romaine. Les enduits sont constitués de deux couches épaisses de mortier grossier et d’une couche de finition beaucoup plus fine, sur laquelle est appliqué le badigeon de chaux qui supporte les couleurs2 (fig. 3). Les granulats sont assez grossiers et composés principalement de gravelles de craie provenant de la région, les artisans employant surtout des matériaux locaux. Les différentes couches sont de composition similaire, mais de granulométrie de plus en plus fine ; elles sont davantage chargées en chaux pour les finitions.

10Au revers des fragments, des restes de torchis visibles attestent que les murs étaient construits en terre. De plus, des stries en relief, disposées en chevrons irréguliers, correspondent à une accroche mécanique, réalisée dans le mur afin d’assurer une bonne adhérence des enduits (fig. 4).

11Les couleurs ont été appliquées à fresque sur deux couches de badigeon de chaux. On distingue peu de tracés préparatoires : quelques incisions au niveau des guirlandes et de la barrière du soubassement ont toutefois facilité la mise en place générale de la composition.

  • 3 Les analyses de pigments ont été réalisées par Philippe Bromblet, ingénieur au CICRP (Centre interr (...)

12Les différents pigments proviennent principalement de terres – goethite (jaune), hématite (rouge), terre verte –, mais aussi de noir de fumée, calcite (blanc) et bleu égyptien3. Les nuances sont ensuite obtenues par mélange des couleurs et par addition de noir ou de blanc. Seuls quelques rehauts colorés semblent avoir été appliqués sur enduit déjà sec, en liant les couleurs par addition de chaux.

13La technique de ces enduits est caractéristique de la peinture gallo-romaine et s’inscrit dans la lignée des autres décors rémois, ce qui semble indiquer la présence d’un atelier régional important.

État de conservation des enduits peints

14Le décor de la rue Clovis est très lacunaire et fragmentaire, mais les fragments sont en assez bon état de conservation. Si les enduits sont conservés sur toute leur épaisseur, ils présentent toutefois un léger manque de cohésion et des déplacages ponctuels de la surface colorée. Ils portent également de nombreux dépôts et résidus terreux, ainsi que des taches d’oxydation dues à leur enfouissement prolongé.

  • 4 Analyses réalisées à l’aide de bandelettes tests et affinées grâce à un dosage des sels réalisé par (...)

15Des sels solubles, principalement des chlorures et des sulfates, ont été mis en évidence4, mais leur concentration reste faible et ils se concentrent principalement dans les couches de surface.

16La couche picturale pose davantage de problèmes de cohésion. Certaines couleurs sont pulvérulentes et présentent des usures, plus importantes pour les verts et les bleus. En outre, certains rehauts colorés n’adhèrent plus très bien aux couches sous-jacentes et tendent à se détacher. La surface présente aussi des accidents tels que des griffures ou des brûlures anciennes. Des concrétions et des dépôts divers sont également incrustés en surface.

Problématique pour la conservation

Problématique des enduits peints fragmentaires

17Les enduits peints fragmentaires ne peuvent être présentés en l’état. Ils nécessitent une restauration globale et une remise sur un nouveau support afin de pouvoir les exposer verticalement.

18Traditionnellement, les enduits sont désépaissis au revers ; ceci facilite ensuite la restauration, permet une diminution du poids des panneaux et évite que les enduits se délitent après leur mise en place verticale. Mais cela conduit aussi à une perte d’éléments originaux et supprime les renseignements donnés par le revers tels que les traces d’accroche, présentes sur cet ensemble de Reims. Dans le cas de telles restaurations, le revers des enduits est toutefois documenté à l’aide de photos, de relevés et grâce à l’étude de la stratigraphie des enduits.

19Après amincissement des enduits, le revers est nivelé par ajout d’un matériau adapté pour rétablir la planéité. Les fragments sont ensuite collés sur un nouveau support stratifié, stable et résistant, composé d’aluminium alvéolé, puis les lacunes sont comblées afin d’atténuer la différence de niveau et d’homogénéiser le fond.

20Cette technique reste adaptée dans la plupart des cas, mais lorsque les enduits présentent des mortiers intéressants, il semble alors important d’essayer de les conserver en entier, ce que nous avons cherché à faire lors de ce travail.

La conservation des enduits

21Dans le cas des fragments de la rue Clovis, les empreintes au revers sont un témoin historique des méthodes de construction à l’époque gallo-romaine ; nous avons choisi de les conserver, en gardant toute l’épaisseur des enduits (environ 5 cm), ce qui a entraîné des contraintes pour la restauration. En effet, l’ensemble des enduits représentait déjà un poids important et l’importance des vides à combler atteignant environ 0,4 m3, l’emploi d’un mortier traditionnel pour les comblements risquait de l’augmenter de façon excessive. Ces contraintes nous ont ainsi conduits à mener une recherche sur l’élaboration de mortiers allégés, afin de pouvoir présenter les fragments en entier sans trop alourdir la restitution finale.

Établissement du protocole de restauration

22Avant de mener une recherche scientifique pour élaborer des mortiers allégés adaptés, nous avons défini le protocole de restauration, en accord avec le conservateur du musée, afin de mieux définir les critères de choix pour les matériaux envisagés.

Fig. 5. Schéma du protocole de restauration.

23Après consolidation et assemblage des fragments, nous avons choisi de les renforcer au revers par collage d’un tissu en fibre de verre puis de les coffrer dans un mortier allégé. Les blocs obtenus pourraient ainsi être collés sur un panneau stratifié en aluminium alvéolé, puis les parties manquantes comblées avec le même mortier (fig. 5). Une couche de finition serait ensuite appliquée en surface pour servir de fond à la restitution.

Recherche de mortiers allégés

Définition de la problématique

24Au vu du protocole de restauration envisagé, nous avons estimé le volume des vides à combler à environ 400 litres. Les mortiers traditionnels à base de sable ayant une densité proche de 2500 kg/m3, le poids des comblements atteindrait une tonne, ce qui n’est pas envisageable pour une restitution finale d’environ 4 x 2,50 m. Des mortiers allégés, avec une densité entre 500 et 1 000 kg/m3, permettraient d’abaisser ce poids de 200 à 400 kg. Ce type de mortier, utilisé dans le domaine du bâtiment pour sa légèreté (chapes allégées) et ses capacités isolantes, peut être obtenu en augmentant la porosité ou en utilisant des granulats légers, mélangés aux liants traditionnels. En outre, les mortiers utilisés en restauration doivent être compatibles et relativement réversibles, ce qui nous a conduit à nous orienter vers des mortiers à base de chaux.

Définition des critères de sélection

25Afin de mieux orienter la recherche, nous avons défini les principaux critères de sélection requis pour ces mortiers allégés.

26Le critère principal devait être la légèreté du mortier qui se traduit par une densité assez faible. En outre, le mortier doit être adhérent afin, d’une part, de bien maintenir les fragments dans leur coffrage et, d’autre part, de bien adhérer au support en aluminium alvéolé. Sa résistance mécanique doit également être suffisante pour ne pas créer de fissures ou autres points de faiblesse. Le mortier doit aussi être compatible avec les enduits originaux et rester réversible en cas de démontage futur de l’œuvre. Enfin, nous souhaitions obtenir un matériau assez peu coûteux et de mise en œuvre simple.

Choix des matériaux pour les tests

27Différents matériaux pouvant répondre à ces critères ont été présélectionnés pour une première série de tests. De prime abord, nous avons choisi de nous concentrer sur les mortiers à base de chaux hydraulique (NHL 3,5). des tests préalables à la chaux aérienne nous avaient en effet permis de montrer que ce matériau présentait un retrait trop important au séchage et un manque de résistance mécanique pour l’utilisation envisagée.

28Ain d’alléger les mortiers, nous nous sommes orientés vers des granulats légers, fréquemment employés dans le domaine du bâtiment. Une première série de tests a ainsi permis de comparer les billes d’argile, les billes de polystyrène, la vermiculite et la perlite, tous d’origine minérale, à part le polystyrène (fig. 6). Les billes d’argile et la perlite, plus performantes au vu des premiers résultats, ont été retenues afin d’affiner les tests et nous avons également testé des adjuvants pouvant améliorer les propriétés et répondre au mieux à nos critères. Des fibres de polypropylène, censées améliorer la résistance mécanique des enduits, et de l’acril 33, émulsion acrylique améliorant l’adhérence des mortiers, ont donc été testés afin de trouver la formulation de mortier la plus adaptée à nos besoins.

Fig. 6. Granulats légers. 1. Billes d’argile ; 2. billes de polystyrène ; 3. vermiculite ; 4. perlite.

Fig. 7. Résultats de la masse volumique des mortiers à base de billes d’argile et de perlite.

Fig. 8. Résultats des tests de résistance à la traction.

Fig. 9. Résultats des tests de résistance au cisaillement.

Fig. 10. Résultats des tests de résistance à la flexion.

Fig. 11. Résultats des tests de résistance à la compression.

Protocole de test

29Les analyses des différents mortiers ont été menées en collaboration avec le laboratoire de Recherche en Polymères de Thiais (CNRS), et avec les laboratoires de la Société Sika. Les différents types de tests ont été réalisés sur des éprouvettes confectionnées selon les normes AFNOR appliquées au BTP.

30En premier lieu, chaque échantillon devait être pesé afin de définir sa masse volumique, puis des tests de résistance à la traction et au cisaillement ont été effectués afin d’établir son adhérence. Enfin, des tests de résistance à la compression et à la flexion ont permis de déterminer la résistance mécanique de chaque mortier.

31Chaque série de tests a été réalisée après 7 et 28 jours de séchage afin de mettre en évidence l’évolution des propriétés en fonction de la prise du mortier.

Résultats des tests

A. Masse volumique

32En premier lieu, les tests réalisés sur des éprouvettes de 16 x 4 x 4 cm ont permis de mettre en évidence que la masse volumique des mortiers à base de perlite était largement inférieure à celle des mortiers à base de billes d’argile (Fig. 7). Dans les deux cas, l’ajout d’Acril 33 contribuait à abaisser la masse volumique grâce à son effet entraîneur d’air qui augmente la porosité des mortiers.

B. Résistance à la traction et au cisaillement

33Les tests de résistance à la traction et au cisaillement ont été réalisés d’après des échantillons de mortier appliqués sur un support en aluminium alvéolé, identique à celui utilisé pour la restauration finale. Les mortiers à base de billes d’argile se sont révélés peu adhérents, tandis que la perlite montrait de bons résultats. L’ajout d’Acril s’est avéré positif dans les deux cas en améliorant l’adhérence des mortiers. Quant aux fibres de polypropylène, elles n’ont aucun effet bénéfique (Fig. 8 et 9).

C. Résistance à la flexion et à la compression

34À ce stade de l’expérimentation, seuls les mortiers à base de perlite ont été retenus en raison des mauvais résultats des billes d’argile lors des tests d’adhérence. En revanche, il était important de connaître le rôle des adjuvants dans la résistance mécanique des enduits à base de perlite. Les résultats de ces tests ont montré que l’Acril n’influençait pas la résistance mécanique malgré l’augmentation de la porosité des enduits ; en revanche, les fibres de polypropylène ont un effet négatif, abaissant cette résistance (Fig. 10 et 11).

D. Exploitation des résultats

35Au vu des résultats des tests, nous avons choisi d’éliminer les mortiers contenant des billes d’argile, en raison de leur poids supérieur et de leur faible adhérence. Nous nous sommes donc orientés vers un mortier à base de chaux hydraulique et de perlite (1 part/3 parts), additionnées d’Acril 33 à 5 %, incorporé dans l’eau de gâchage. L’émulsion acrylique a alors permis d’abaisser la masse volumique de l’enduit en augmentant sa porosité, tout en augmentant son pouvoir adhérent sans baisser ses propriétés mécaniques.

36Par cette recherche expérimentale, nous avons défini le mortier le plus adapté à la restauration des enduits de la rue Clovis.

Restauration

Consolidation des enduits

37Les fragments ont été d’abord consolidés à l’aide d’Acril 33, dilué à 5 % dans l’eau. Afin d’assurer une bonne pénétration de l’adhésif, les enduits ont été consolidés par immersion partielle dans la solution d’Acril, additionnée d’antifongique pour éviter tout risque de contamination microbiologique. Cette intervention a redonné de la cohésion aux enduits fragilisés, permettant ainsi les opérations suivantes.

Assemblage des fragments

38Après séchage complet, les différents fragments ont été assemblés par plaques, sur table de verre pour vérifier le bon assemblage des fragments par l’intermédiaire d’un miroir placé au-dessous (Fig. 12). Un tissu en fibre de verre a ensuite été appliqué au revers avec de l’Acril 33 à 50 % dans l’eau, afin de maintenir l’assemblage des plaques. Ce renfort joue également le rôle de couche de transition entre les fragments originaux et les mortiers qui seront coffrés au revers.

Coffrage

39Les plaques assemblées ont ensuite été coffrées avec le mortier préalablement choisi à base de chaux hydraulique, de perlite et d’Acril 33 à 5 %. Le coffrage a été réalisé en plaçant les fragments face contre le plan de travail et en comblant le fond des caissons avec des billes d’argile et du sable pour garder une différence de niveau entre le mortier et la surface des enduits peints (Fig. 13).

Fig. 12. Assemblage des fragments sur table de verre.

Fig. 13. Préparation du coffrage des plaques d’enduits.

Fig. 14. Plaque d’enduits coffrée avec un mortier à base de chaux, perlite et Acril.

Fig. 15. Collage des blocs de fragments sur le support en aluminium alvéolé.

40Nous avons donc obtenu des blocs comportant chacun un ensemble de fragments et qui pouvaient ainsi être directement fixés sur le nouveau support (fig. 14).

Préparation du support

41Il a été choisi de présenter le décor sur trois grandes plaques d’aluminium alvéolé (hexlite 630), pouvant être assemblées entre elles. Des systèmes de fixation à base de rails métalliques ont été préalablement fixés au revers et des boulons ont été insérés sur les tranches, pour l’assemblage des plaques entre elles et la pose de cornières métalliques. Ces dernières renforcent et rigidifient l’ensemble afin de sécuriser les opérations de transport ou de manutention. Elles restent amovibles et peuvent donc être retirées pour la présentation de l’œuvre au sein du musée.

Collage des fragments sur le nouveau support

42Les blocs obtenus avec les plaques de fragments coffrées ont été fixés sur le support en aluminium alvéolé à l’aide d’une résine époxyde, l’Araldite 2013. Ain de bien positionner les fragments, la restitution du décor avait été préalablement dessinée sur le nouveau support pour servir de repère (fig. 15).

Fig. 16. Comblement des zones lacunaires avec le même mortier de chaux / perlite / Acril.

Comblement des parties lacunaires

43Les zones lacunaires du décor entre les blocs de fragments ont été comblées avec le même mortier que précédemment. Il a été coulé dans de grands coffrages indépendants pour les trois plaques d’aluminium (fig. 16).

44Une couche de finition a ensuite été appliquée sur l’ensemble des enduits d’intervention afin d’homogénéiser le fond et de servir de base à la restitution finale. Le mortier employé est de composition similaire à celui du coffrage, à base de chaux hydraulique et de perlite broyée pour plus de finesse ; du sable y a été ajouté afin d’obtenir un rendu esthétique plus proche de l’original. Cet enduit a été teinté dans la masse avec des pigments naturels afin de constituer un fond neutre (fig. 17).

Nettoyage des enduits peints

45Le nettoyage des enduits originaux a été réalisé en dernier, afin d’éviter de nouvelles salissures au cours des différentes opérations. Il a été effectué à l’aide d’une solution de bicarbonate d’ammonium à 5 %, appliquée sous forme de gel avec de la méthylcellulose au travers d’un papier japon, pour concentrer son action et éviter sa pénétration trop profonde (fig. 18).

Fig. 17. Pose de l’enduit de finition dans les zones lacunaires (en cours deséchage).

Fig. 18. Nettoyage encours.

Fig. 19. Restitution finale du décor.

46Le nettoyage a retiré les différents résidus en surface et atténué les concrétions, rendant de la clarté et de la lisibilité au décor.

Restitution du décor

47Le décor a été restitué de manière simple dans les zones lacunaires, à l’aide de glacis d’aquarelle, ce qui a permis de lui rendre sa lisibilité (Fig. 19).

48Au cours de ce travail de mémoire de fin d’études à l’INP, l’ensemble de la rue Clovis a ainsi été restauré en conservant les enduits en entier, sans désépaissir le revers. Des recherches doivent se poursuivre dans ce sens, afin de trouver des solutions appropriées au traitement des enduits peints fragmentaires dans leur intégralité.

49Je tiens à remercier M. Bouxin, conservateur du musée Saint-Rémi de Reims, sans qui ce travail n’aurait pas été possible. Mes remerciements s’adressent également au Centre d’Étude des peintures murales romaines (CEPMR) de Soissons, qui a suivi et soutenu cette recherche.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Adam J.-P., 1984, La construction romaine : matériaux et techniques, Paris, Picard, 367 p. (Grands manuels Picard, 3).

Allag Cl., Barbet A., 1972, « Techniques de préparation des parois dans la peinture murale romaine », MEFRA, t. 84, p. 935-1069.

Allonsius Cl., 2007, Enduits peints de la rue Clovis – Reims, Rapport interne CEPMR-APPA.

Balmelle A., Neiss R., 2003, Les maisons de l’élite à Durocortorum, Reims, Marne, Reims, 102 p. (Bull. de la Société archéologique champenoise, 96, no 4 - Archéologie urbaine à Reims, 5).

Balmelle A., Allag Cl., Berthelot F., 1990, « Enduits peints à Reims (Marne) : découvertes anciennes et récentes », Revue archéologique de Picardie, no 1-2, p. 13-25.

Barbet A., 1985, La peinture murale romaine : les styles décoratifs pompéiens, Paris, Picard, 280 p. 200 fig.

Barbet A., Allag Cl., 1997, La peinture romaine : du peintre au restaurateur, Chauvigny, 95 p., 113 fig.

Béarat H., 1997, « Quelle est la gamme exacte des pigments romains ? Confrontation des résultats d’analyse avec les textes de Vitruve et de Pline », in : Roman wall painting : materials, techniques, analysis and conservation, Proceedings of the international workshop, Fribourg, 7-9 mars 1996, Fribourg, p. 11-34.

Benoît C., Guyot O., Berner P., 2006, « Technologie, analyse, conservation et restauration des enduits peints de Bösingen et de Vallon – Partie II », in : Conservation Restauration des Biens Culturels (CRBC), no 24, p. 31-41.

Berthelot F., Neiss R., 1992, « L’archéologie urbaine à Reims », in : L’archéologie en Champagne-Ardenne 1960-1990, p. 283-287 (Bull. de la Société archéologique champenoise, 85, no 4).

Botticelli G., 1992, Metodologia di restauro delle pitture murali, Florence, Centro Di, 176 p.

Cambero E. F., Olivan A. T., 2008, « Problematicas srugidas durante el proceso de intervencion de arranques de pintura mural : el trapaso a un nuevo soporte », Kausis 5, p. 22-27.

Diaz Goncalvez T., 1998, « Compatible renders for the conservation of ancient buildings », Compatible materials for the protection of European Cultural Heritage, PACT 55, p. 29-38.

Fishbacher V., 2006, « Vingt ans de restauration de peintures murales au Laboratoire du Musée romain d’Avenches », in : La Gazette du Laboratoire de conservation-restauration : vingt ans de restauration de peintures murales par le Laboratoire du Musée romain d’Avenches, Lausanne, p. 11-32.

Fray G., 2007, Étude et restauration d’un ensemble fragmentaire d’enduits peints gallo-romains découverts à Reims, rue Clovis : recherche de mortiers allégés et mise au point d’une nouvelle méthode de présentation au musée Saint Rémi, Mémoire de fin d’études, Institut national du patrimoine, département des restaurateurs. En ligne sur : http://mediatheque-numerique.inp.fr/index.php/travaux_scientifiques_des_eleves/memoires_des_restaurateurs/peinture/etude_et_restauration_d_un_ensemble_fragmentaire_d_enduits_peints_gallo_romains_decouverts_a_reims_rue_clovis

Krougly L., Nunes Pedroso R., 1990, « Les enduits peints antiques », in : La conservation en archéologie : méthodes et pratiques de la conservation-restauration des vestiges archéologiques, Paris, Masson, p. 305-331.

Martinez A. P., 2009, « Intervencion sobre las pinturas murales procedentes del larario de la casa del ninfeo del yacimento arqueologici de Bilbilis, Partie II », Kausis 6, p. 16-23.

Mora P., 1984, « Conservation of excavated intonaco, stucco and mosaics », in : Conservation on archaeological excavations with particular reference to the Mediterranean area, Rome, ICCROM, p. 97-108.

Mora P., Mora L., Philippot P., 1977, La conservation des peintures murales, Bologne, Compositori, 539 p., 72 p. de pl.

Reinach A., 1985, Textes grecs et latins relatifs à l’histoire de la peinture ancienne : recueil Milliet, Paris Macula, 462 p. (Coll. Histoire de l’Art).

Shink M., 2003, Compatibilité élastique, comportement mécanique et optimisation des bétons de granulats légers, Thèse présentée à la Faculté des sciences et de génie de l’Université de Laval, Québec (non publié).

Notes

1 Cf. Allonsius, 2007. La restitution infographique du décor a été réalisée par J.-Fr. Lefèvre, d’après cette étude archéologique et stylistique.

2 Des analyses pétrographiques et géologiques des mortiers ont été réalisées par Arnaud coutelas, chercheur associé UMR 6298 arTeHiS, et par Gilles Fronteau, département de Géologie de l’université de reims (GEGENA).

3 Les analyses de pigments ont été réalisées par Philippe Bromblet, ingénieur au CICRP (Centre interrégional de conservation et de restauration du patrimoine) de Marseille.

4 Analyses réalisées à l’aide de bandelettes tests et affinées grâce à un dosage des sels réalisé par Damien Marchand de l’ERM (Études Recherches Matériaux) à Poitiers.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Restitution du décor de la rue Clovis, Reims (photographies : C. Allonsius ; DAO : Jean-François Lefèvre, CEPMR-APPA, 2006).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7986/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Fig. 2. Détail d’un ensemble de fragments avec colonne, entablement et guirlande végétale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7986/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 3. Stratigraphie des enduits d’après lame mince.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7986/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 4. Revers des fragments présentant des stries en relief.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7986/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 5. Schéma du protocole de restauration.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7986/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 6. Granulats légers. 1. Billes d’argile ; 2. billes de polystyrène ; 3. vermiculite ; 4. perlite.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7986/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig. 7. Résultats de la masse volumique des mortiers à base de billes d’argile et de perlite.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7986/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 8. Résultats des tests de résistance à la traction.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7986/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 9. Résultats des tests de résistance au cisaillement.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7986/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 10. Résultats des tests de résistance à la flexion.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7986/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 11. Résultats des tests de résistance à la compression.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7986/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 12. Assemblage des fragments sur table de verre.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7986/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 13. Préparation du coffrage des plaques d’enduits.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7986/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 14. Plaque d’enduits coffrée avec un mortier à base de chaux, perlite et Acril.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7986/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 15. Collage des blocs de fragments sur le support en aluminium alvéolé.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7986/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 16. Comblement des zones lacunaires avec le même mortier de chaux / perlite / Acril.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7986/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 17. Pose de l’enduit de finition dans les zones lacunaires (en cours deséchage).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7986/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 18. Nettoyage encours.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7986/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 19. Restitution finale du décor.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7986/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 809k

Auteur

Restauratrice peintures murales (indépendante). geraldine_fray@yahoo.fr

© ARTEHIS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search