Version classiqueVersion mobile

L’Âge du Bronze en Bourgogne. Le dépôt de Blanot (Côte-d’Or)

 | 
Jean-Paul Thevenot

Seconde partie. Études techniques

IV. Conservation et restauration des bronzes

Marie-Emmanuelle Meyohas

Texte intégral

1Le matériel en bronze provenant du dépôt de Blanot à subi un traitement de conservation et de restauration dont le but était, d’une part, de redonner à chacun des objets leur lisibilité et de leur permettre ainsi de livrer davantage d’informations, d’autre part, de les stabiliser et de prévenir la corrosion du métal.

2L’état de conservation des objets, très bon dans l’ensemble, présentait des différences suivant l’emplacement que ceux-ci occupaient dans le dépôt. Les onze fiasques, les trois paires de jambières, le chaudron et la coupe carénée, en contact direct avec l’arène encaissante, étaient recouverts d’une couche terreuse grossière, sous laquelle s’étendaient des concrétions irrégulières, fines, très dures, imprégnées de sels métalliques, qui recouvraient partiellement la surface originelle ; celle-ci est constituée essentiellement d’une fine couche de malachite vert sombre, lisse et brillante. Les objets contenus dans le vase en terre cuite, comme les anneaux et les pendeloques, ou bien dans le chaudron fermé par la coupe carénée, comme la ceinture, le bracelet, les appliques, étaient mieux conservés ; les concrétions, très adhérentes, étaient moins étendues et, localement, le métal apparaissait nu, sans aucun phénomène de minéralisation ; ainsi, en particulier, sur certains éléments de la ceinture et sur certaines appliques. D’autre part, à la différence des objets protégés dans les récipients, les objets plus exposés ont subi des déchirures et des cassures ; les fiasques présentaient de nombreux arrachements, quatre d’entre elles étaient très fragmentaires et lacunaires ; trois des jambières présentaient des cassures au niveau des spirales et la plaque ovalaire de l’une d’entre elles est lacunaire ; la partie inférieure du chaudron est éventrée.

3La première intervention effectuée a été un nettoyage. Celui-ci avait pour but d’une part la mise au jour de la surface originelle et, d’autre part, l’élimination de produits dangereux pour la conservation du métal, comme la terre qui est à l’origine des phénomènes de chloruration. Cette surface, portant les décors et les traces de mise en œuvre, a pu être dégagée à l’aide de fraises d’acier adaptées à un micro-tour et d’un percuteur pneumatique à pointe fine. Les vibrations ont permis d’ébranler les concrétions dures et adhérentes et de les désolidariser de la surface des objets sans altérer celle-ci. Localement, on a éliminé au scalpel des points de chloruration très circonscrits. Ce nettoyage mécanique a fait apparaître l’épiderme des objets, essentiellement constitué d’une couche régulière de malachite et, par place, pour certaines pièces protégées, de métal non minéralisé.

4Cette première intervention a été suivie d'un traitement d’inhibition de corrosion par immersion de chacun des objets dans une solution portée à 60° C, de benzotriazole à 3 % dans de l’éthanol. L’efficacité du traitement a été testée en plaçant l’ensemble du matériel en chambre humide pendant quarante-huit heures. Aucune efflorescence de sels n’apparaissant alors, le traitement n’a pas été prolongé. Les appliques, portant encore accrochés des restes de cuir, n’ont pu être immergées et ont donc simplement été recouvertes, au pinceau, d’un mélange d’inhibiteur de corrosion et de résine acrylique (benzotriazole et Paraloïd B 44).

5A la suite de ces opérations, les éléments fragmentaires, comme les fiasques et les jambières, ont été remontés. Le collage des spirales des jambières nécessitait l’utilisation d’une colle très résistante ; on a donc employé une résine époxy (Araldite AW 106). Les fiasques posaient d’une part le problème de leurs trois éléments constitutifs, le goulot et le corps biconique en deux parties, et d’autre part, le problème du collage des minces fragments de tôles de bronze. Pour permettre un remontage précis des trois pièces emboîtées, on avait noté, avant l’intervention de nettoyage, et quand celles-ci étaient visibles, les traces d’emboîtement d’origine, afin de replacer les trois parties dans leur position primitive. L’emboîtement a été consolidé par application de résine acrylique concentrée (Paraloïd B 72), ce qui rend ce collage facilement réversible. Les petits fragments cassés ont été réassemblés par application, au revers de la tôle de bronze, de papier japon collé à l’aide de la même résine acrylique, très diluée. Aucune intégration des manques n’a été réalisée car l’ensemble n’y aurait pas gagné en lisibilité.

6Le fond éventré du chaudron a été légèrement redressé, dans la mesure où le métal est un peu malléable ; mais on a préféré garder une déformation plutôt que d’aller jusqu’à la rupture des fragments déchirés. En fin d’intervention, et afin de protéger leur surface, l’ensemble des objets a été recouvert d’une couche de résine acrylique très diluée (Paraloïd B 72 à 3 % dans du trichloréthane).

© ARTEHIS Éditions, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search