Version classiqueVersion mobile

L’Âge du Bronze en Bourgogne. Le dépôt de Blanot (Côte-d’Or)

 | 
Jean-Paul Thevenot

Seconde partie. Études techniques

III. Étude technique d’objets de bronze

Jean-Roger Bourhis

Texte intégral

COMPOSITION DES BRONZES

1Une cinquantaine d’analyses spectrographiques ont été effectuées sur des échantillons de diverses qualité. Pour certains d’entre eux, de très petite taille, les teneurs en cuivre n’ont pas pu être déterminées avec précision (fiasques) ; la corrosion du métal a pu entraîner une modification des teneurs des éléments majeurs ou des traces. La corrosion correspondant à une véritable électrolyse dans le sol, il s’ensuit une diminution importante de la teneur en cuivre et une augmentation de la teneur en étain. De plus le métal corrodé, poreux, absorbe le limon qui l’entoure ; la silice contenue dans l’échantillon sera pesée quantitativement avec l’oxyde d’étain. Pour ces raisons les teneurs en étain indiquées (échantillons nos 24 à 35, 43 à 50) sont trop fortes, les teneurs initiales devant être de l’ordre de 8 à 15 %.

Jambières

2Cinq analyses (nos 1 et 2, jambière 5 ; nos 3 et 4, jambière 6 ; no 5, jambière 4).

3Les tôles de bronze ont des teneurs comprises entre 8 et 13 % ; les teneurs du plomb sont notables ou très faibles pour les fragments nos 3 et 4 ; les teneurs des impuretés sont faibles ; seul l’échantillon no 5 se détache par ses teneurs d’arsenic, d’antimoine, d’argent et de nickel.

4Les analyses concernant les jambières montrent des compositions différentes. Il est possible que les jambières aient été montées à partir de tôles de compositions hétéroclites, peut-être dans un but décoratif.

Bracelet

5Une analyse (no 6).

6Le bracelet est en bronze avec une teneur d’étain légèrement supérieure à 9 %. Comme pour le fragment précédent, il y a des traces de plomb, d’arsenic, d’antimoine, d’argent, de nickel.

Coupe

7Une analyse (no 7).

8L’analyse donne une teneur très élevée en étain, de l’ordre de 20 %. C’est la teneur la plus élevée ; mais elle peut être surestimée par suite de la corrosion. Le plomb est faible ; les autres impuretés les plus notables sont l’argent et surtout l’antimoine.

Chaudron

9Trois analyses (no 8, fond du chaudron ; no 9, attache cruciforme ; no 10, rivet).

10On trouve ici encore des différences de compositions. Si les teneurs d’étain sont assez voisines, de 9,5 à 10,5 %, les teneurs en plomb sont différentes, très faibles pour le chaudron et fortes pour les parties annexes ; de même pour les teneurs d’antimoine et de nickel qui sont fortes pour le chaudron et l’attache et faibles pour le rivet.

Appliques à bélière

11Treize analyses (no 11, applique plate à large bélière ; nos 12 à 15, appliques à côtes concentriques ; no 16, applique en calotte sphérique ; no 17, applique plate à chanfrein ; nos 18 à 23, appliques en calottes sphériques à bouton sommital).

12Les compositions de ces objets sont assez homogènes. Les teneurs de l’étain sont comprises entre 10 et 15 % environ, avec une teneur moyenne de l’ordre de 12 %.

13Les teneurs de plomb sont fortes et quatre analyses donnent des teneurs égales ou supérieures à 1 %.

14Les autres impuretés sont notables avec, par ordre d’importance, l’antimoine (0,45 % de moyenne), l’arsenic (0,35 %), l’argent (0,15 %), le nickel (0,10 %).

ANALYSES D’OBJETS DE BRONZE

15Les teneurs en cuivre et les fortes teneurs en plomb ont été dosées par électrolyse. Les teneurs en étain ont été dosées par gravimétrie. Les teneurs des impuretés ont été déterminées par spectrographie.

16() : par différence ; ~ : environ ; tr : inférieur à 0,001 % ; — : non décelé.

Fiasques

17Douze analyses, à savoir trois par fiasque, effectuées respectivement sur le fond, l’épaulement et le col (nos 24 à 26, fiasque 10 ; nos 27 à 29, fiasque 7 ; nos 30 à 32, fiasque 8 ; nos 33 à 35, fiasque 11).

18Les teneurs d’étain sont relativement constantes, de 12 à 16 % pour une moyenne de 14 %.

19Les teneurs du plomb sont plus variables, des plus faibles aux fortes teneurs, mais une seule atteint 1 %.

20Contrairement aux appliques, les impuretés sont faibles ; seul le nickel est plus notable, de 0,10 à 0,3, %.

21Les fiasques sont également construites avec des tôles différentes, de compositions voisines de celles des jambières.

Anneaux

22Cinq analyses (nos 36 à 40).

23Les teneurs de l’étain sont plus faibles, de 7 à 11 %, pour une moyenne de 9 % ; les teneurs de plomb sont très fortes, de 0,80 à 2,5 % ; seule l’analyse no 36 s’écarte avec 0,06 % seulement ; l’arsenic, l’antimoine, l’argent sont très forts, de 0,50 à 2,5 % ; le nickel est plus faible, de 0,15 à 0,30 %.

24Par suite de ces teneurs excessives, les compositions s’écartent de celles des autres objets.

Pendeloques

25Deux analyses (no 41, pendeloque à pinces, no 42, pendeloque appartenant à la ceinture articulée).

26La première pendeloque est en bronze à forte teneur en étain (14 %) ; les impuretés les plus notables sont le plomb, l’arsenic, l’antimoine et l’argent. La seconde pendeloque est moins riche en étain (8,60 %). Le plomb est faible ; l’arsenic, l’antimoine, le nickel sont plus forts.

Fragments divers de tôles

27Huit analyses (nos 43 à 50).

28Il s’est avéré que les débris de tôles qui accompagnaient les objets ne provenaient pas tous de fiasques ; certains peuvent avoir appartenu à des jambières.

29Les teneurs de l’étain sont très variables, de 8,9 à 18 %, avec une moyenne de 14,8 % ; mais il est possible que la corrosion ait modifié les pourcentages ; comme pour les fiasques, les impuretés les plus notables sont le plomb et le nickel.

30Le fragment no 43 a une composition nettement différente, avec 16,5 % d’étain et des teneurs de 1 à 3 % de plomb, d’arsenic, d’antimoine, d’argent et de fer.

REPRÉSENTATION GRAPHIQUE DES RÉSULTATS

31Le graphique a été obtenu à partir des projections orthogonales des pourcentages de l’étain et du plomb sur deux axes perpendiculaires (fig. 110). On obtient un nuage de points ; chaque point représente une analyse. Le graphique permet de définir deux groupes de compositions, l’un à fortes teneurs en plomb, l’autre à teneurs moyennes et très faibles.

Les bronzes à teneurs notables en plomb

32A la gauche du graphique se placent les anneaux avec leurs faibles teneurs d’étain et, plus dispersées, de plomb. A droite on trouve cinq appliques à bélière avec des teneurs plus fortes d’étain. Entre ces deux séries viennent s’intercaler le chaudron (récipient lui-même), une fiasque (no 27), quelques débris de tôle dont le fragment no 43.

Les bronzes à teneurs moyennes et faibles en plomb

33Comme précédemment les séries d’objets se répartissent suivant leurs teneurs en étain. En allant de la gauche à la droite du graphique on trouve : trois échantillons de jambières, les deux parties annexes du chaudron (attache cruciforme et rivet), huit appliques à bélière, deux échantillons de jambières avec des teneurs très faibles en plomb, onze morceaux de fiasques dont cinq à teneurs moyennes en plomb et six à teneurs plus faibles. Vers les faibles teneurs d’étain et les très faibles de plomb on trouve : la pendeloque no 42, l’anneau no 36, le fragment de tôle no 46 et, vers les fortes teneurs d’étain et plus notables de plomb, la pendeloque no 41, trois fragments de tôles et en dernier la coupe.

34Les bronzes de Blanot ont des compositions assez caractéristiques des dépôts du Bronze Final de la région concernée. On observe en effet des teneurs notables de plomb qui ne dépassent pas cependant les 2,5 %, sans doute pour des raisons techniques, car si les teneurs en plomb avaient été plus élevées, les objets en tôle très fine auraient été trop fragiles.

35Compte tenu de nos connaissances actuelles, il est difficile de localiser de façon certaine les provenances des alliages de bronze. On peut cependant distinguer deux productions différentes. La première concerne les bronzes à impuretés faibles et nickel notable ; il s’agit des jambières et des fiasques. La seconde concerne les bronzes à teneurs notables ou fortes d’arsenic, d’antimoine, d’argent ; il s’agit ici des appliques à bélière et des anneaux.

Fig. 110. — Représentation graphique des analyses (étain et plomb). 1, jambières ; 2, bracelet ; 3, chaudron ; 4, coupe ; 5, appliques à bélière ; 6, fiasques ; 7, anneaux ; 8, pendeloques ; 9, fragments de tôles.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/789/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Légende Fig. 110. — Représentation graphique des analyses (étain et plomb). 1, jambières ; 2, bracelet ; 3, chaudron ; 4, coupe ; 5, appliques à bélière ; 6, fiasques ; 7, anneaux ; 8, pendeloques ; 9, fragments de tôles.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/789/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

© ARTEHIS Éditions, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search