Version classiqueVersion mobile

Les enduits peints en Gaule romaine

 | 
Michel E. Fuchs
, 
Florence Monier

2ème partie. Méthodologie - Technique

Les enduits peints du site archéologique du collège Vieux-Port à Marseille (510-450 av. J.-C.) : étude des pigments

Anne-Marie D'Ovidio et Philippe Bromblet

Résumé

Le chantier du Collège Vieux-Port à Marseille a livré des enduits de terre peints de bandes et oves bleues et rouges appartenant à un complexe monumental daté de 510-450 av. J.-C. Les analyses ont révélé l’emploi de bleu égyptien, d’ocre rouge et de cinabre.

Texte intégral

Le site

1Le site archéologique du Collège Vieux-Port a été fouillé en 2005, sous la direction de Ph. Mellinand (Inrap) et L.-F. Gantès (Service archéologique municipal – Atelier du Patrimoine de la Ville de Marseille). Un édifice monumental rectangulaire est construit sur le site dans la deuxième moitié du vie siècle av. J.-C. Vers 510 av. J.-C., deux espaces divisés en deux pièces lui sont adjoints. La localisation, le plan – des salles doubles –, et le mobilier céramique orientent L.-F. Gantès vers l’hypothèse d’un complexe à vocation cultuelle (Fig. 1). L’un de ces nouveaux espaces a reçu un revêtement blanc à base de chaux (en place sur les murs). L’autre espace, partiellement fouillé, divisé par une cloison en brique crue, a livré dans la couche de démolition de briques crues (Fig. 2) des enduits de terre. Une vingtaine de fragments a été prélevée pour étude : certains présentaient un décor d’oves et bandes peintes en bleu et rouge (Fig. 2).

Etudes et analyses des pigments1

  • 1 Ces analyses ont été effectuées par Ph. Bromblet, V. Mercurio et J.-M. Vallet, CICRP, par A. Tonet (...)

2Les couches, couleurs, matériaux, inclusions et diverses traces ou empreintes, ont été identifiés sous loupe binoculaire avec fibres optiques en lumière rasante à un grossissement de 6 à 40 au laboratoire du dépôt archéologique municipal. Des sections polies et des lames minces ont été effectuées à la Faculté de Saint-Jérôme, laboratoire de pétrologie magmatique. Elles ont été observées au microscope polarisant. Des analyses élémentaires par micro-fluorescence X et diffraction des rayons X ont été réalisées au CICRP sur la couche picturale et sur le mortier. Des observations et des analyses complémentaires sous microscope électronique à balayage environnemental ESEM, équipé d’un détecteur EAS EDAX, ont été effectuées sur les sections polies et sur poudre au service commun de Microscopie électronique, université de Provence Saint-Charles.

Fig. 1. Collège Vieux-Port. Plan des vestiges archéologiques (rel. L.-Fr. Gantès, DAO Fr. Gueriel).

Fig. 2. Collège Vieux-Port. Fragments d’enduit peint décorés us 2026.23 et 2023.17 (cl. A.-M. D’Ovidio).

3Les fragments sont majoritairement peints en bleu et quelques-uns en rouge. Leur dimension et les motifs observés, des oves et des bandes soulignées par des incisions rappelant des denticules, de couleur rouge et bleue, évoquent des éléments de décor de frise ou de moulure en léger relief. Ils constitueraient une frise de 40 mm de large, appliquée peut-être sur une paroi à fond blanc. La couche picturale, rouge ou bleue, a été appliquée sur une couche de préparation à base de terre et chaux (fig. 3). La technique de la fresque n’a pas été identifiée. La même terre a été employée pour l’élévation des murs et les enduits peints. L’analyse de la couche bleue (fig. 4) a révélé l’emploi de bleu égyptien (fig. 5). Le potassium, possible fondant alcalin, est observé en faible quantité au MEB et en micro-luorescence X. Les résultats détaillés sont publiés dans le Rapport final d’Opération (Mellinand, Gantès dir., 2006) et dans une publication en cours de la fouille. Les grains anguleux mesurent 30 à 50 μm. Des boules de pigment bleu égyptien avaient déjà été découvertes en 2002 sur le chantier espace Bargemon (Mellinand, 2005). On ne retrouve ce pigment utilisé pour des enduits de terre peints qu’au iiie siècle av. J.-C. dans de l’habitat : chantiers tunnel Major (Maufras, 2005) et esplanade de la Major (Paone et alii, 2009) (fig. 6).

4Un petit pain d’ocre a été trouvé sur le site (fig. 6). Les analyses attestent une ocre naturelle associée à un peu de calcite. Un reste de pigment ocre rouge était également conservé dans un fond d’amphore magno-grecque ou de type corinthien B, datée de 515-490/480 av. J.-C. par L.-Fr. Gantès, qui a pu être utilisé comme palette (fig. 7).

Fig. 3. Collège Vieux-Port. Technique et support, section polie.

Fig. 4. Collège Vieux-Port. Couche peinte en bleu égyptien us 2023.14, grossissement x 35 (cl. A.-M. D’Ovidio).

Fig. 5. Collège Vieux-Port. Analyse au MEB-EDS du pigment bleu, us 2023.14.

Fig. 6. Collège Vieux-Port. Pain d’ocre rouge (cl. A.-M. D’Ovidio).

Fig. 7. Collège Vieux-Port. Fond d’amphore contenant du pigment rouge (cl. et DAO A.-M. D’Ovidio).

Fig. 8. Collège Vieux-Port. Analyse au MEB-EDS du cinabre, us 2026.

5Les analyses des couches picturales ont montré l’emploi de deux pigments rouges, l’ocre rouge et le cinabre. L’observation et l’analyse d’une bande rouge ont en effet révélé une fine couche de grains de sulfure de mercure de 5 μm correspondant à du cinabre (fig. 8). À Marseille, on retrouvera du cinabre dans des niveaux de démolition d’époque augustéenne sur le chantier de l’esplanade de la major (Paone et alii, 2009).

Éléments d’interprétation et de conclusion

  • 2 Walter-Karydi, 1986, p. 23-41, mentionné par Hellmann, 2002, p. 230.

6Les fouilles du collège Vieux-port ont lancé la recherche sur la peinture murale de marseille antique. D’après les études existantes pour le monde grec, il semblerait qu’aux vie et ve siècles av. J.-C., essentiellement les édifices civils, cultuels, funéraires ou palatiaux reçoivent une attention particulière au niveau du décor, soit pour camouler les matériaux peu nobles, soit pour accentuer les points forts de l’élévation, essentiellement les parties hautes, en les colorant de la « triade archaïque »2 : bleu, rouge et blanc. Ainsi, sur le vieux temple d’Aphaia à Égine, un reste de stuc au kymation d’un chapiteau d’ante est peint en rouge, bleu et noir au second quart du vie siècle av. J.-C. (Hellmann, 2002, pl. XXXII, p. 248).

7Les fragments du chantier du collège Vieux-port pourraient provenir d’une frise. Les surfaces les mieux préservées suggèrent un bandeau de 40 mm de large et quelques fragments ont conservé un léger « bossage ». Des résidus de chaux couvraient les parois du bâtiment B : on pourrait supposer l’existence d’un édifice aux murs peints en blanc à la chaux et décorés d’une frise (Fig. 9). R. Martin indique que ce type de décor en léger relief ne semble gagner l’habitat qu’aux iiie-iie siècles av. J.-C., sous forme de bandeaux d’oves ou méandres colorés couronnant les orthostates (Martin, 1965, p. 435-437).

8Ainsi, la présence de ces enduits sur le chantier du Collège Vieux-Port entre 510 et 450 av. J.-C. ne peut que confirmer la monumentalité du bâtiment et probablement son caractère édilitaire civil ou religieux. En effet, d’une part ces pigments rares et onéreux reflètent l’aisance et la puissance du commanditaire et d’autre part, de tels décors ne semblent gagner l’habitat domestique qu’au tournant du ive siècle av. J.-C.

Fig. 9. Collège Vieux-Port. Essai de restitution du décor peint.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Hellmann M.-Ch., 2002, L’architecture grecque. 1, Les principes de construction, Paris, Picard, 351 p. (Coll. Les manuels d’art et d’archéologie antiques).

Martin R., 1965, Manuel d’architecture grecque. I, Matériaux et techniques, Paris, A. et J. Picard et Cie, 522 p. (Coll. des manuels d’archéologie et d’histoire de l’art).

Maufras O, 2005, Notice 83, « Tunnel de la Major », in : Rothé M.-P., Tréziny H, Marseille et ses alentours, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 428-453 (Carte Archéologique de la Gaule, 13-3).

Mellinand Ph., 2005, Espace Bargemon à Marseille, Rapport final d’Opération, Inrap.

Mellinand Ph., Gantès L.-F. dir., 2006, Collège Vieux-Port, 2 rue des Martégales à Marseille, Rapport final d’Opération, Inrap.

Paone F., Mellinand P., Parent F., 2009, « Marseille, Esplanade de la Major », in : Bull. scientifique régional PACA 2008, p. 138-139.

Rothé M.-P., Tréziny H., Marseille et ses alentours, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, 925 p. (Carte Archéologique de la Gaule, 13-3).

Walter-Karysdi E., 1986, « Die Prinzipien der archaischen Farbgebung », in : Braun K., Fürtwängler A. dir., Studien zur klassischen Archäologie : Festschrift F. Hiller, p. 23-41 (mentionné in : Hellmann M.-Ch., 2002, p. 230).

Notes

1 Ces analyses ont été effectuées par Ph. Bromblet, V. Mercurio et J.-M. Vallet, CICRP, par A. Tonetto, Université de Provence Saint-Charles, et par A.-M. d’Ovidio, Service archéologique municipal, Atelier du patrimoine de la ville de Marseille.

2 Walter-Karydi, 1986, p. 23-41, mentionné par Hellmann, 2002, p. 230.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Collège Vieux-Port. Plan des vestiges archéologiques (rel. L.-Fr. Gantès, DAO Fr. Gueriel).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7839/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Fig. 2. Collège Vieux-Port. Fragments d’enduit peint décorés us 2026.23 et 2023.17 (cl. A.-M. D’Ovidio).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7839/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Fig. 3. Collège Vieux-Port. Technique et support, section polie.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7839/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende Fig. 4. Collège Vieux-Port. Couche peinte en bleu égyptien us 2023.14, grossissement x 35 (cl. A.-M. D’Ovidio).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7839/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Légende Fig. 5. Collège Vieux-Port. Analyse au MEB-EDS du pigment bleu, us 2023.14.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7839/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Fig. 6. Collège Vieux-Port. Pain d’ocre rouge (cl. A.-M. D’Ovidio).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7839/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 7. Collège Vieux-Port. Fond d’amphore contenant du pigment rouge (cl. et DAO A.-M. D’Ovidio).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7839/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 8. Collège Vieux-Port. Analyse au MEB-EDS du cinabre, us 2026.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7839/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Fig. 9. Collège Vieux-Port. Essai de restitution du décor peint.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7839/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

© ARTEHIS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search