Version classiqueVersion mobile

L’Âge du Bronze en Bourgogne. Le dépôt de Blanot (Côte-d’Or)

 | 
Jean-Paul Thevenot

Seconde partie. Études techniques

II. Fabrication des perles tubulaires en or et des jambières à spirales

Aimé Thouvenin

Texte intégral

FABRICATION DES TUBES D’OR

1Chacune des perles d’or qui constituent l’élément ornemental des deux colliers, est de forme tubulaire et d’un diamètre situé entre 5 et 6 mm. Leurs longueurs, variables, s’inscrivent entre 15 et 30 mm. Toutes sont ornées de côtes circulaires à profil arrondi, séparées par des gorges de section également arrondie. Sur l'un des colliers, des plages nues séparent les côtes circulaires. Sur l’autre collier des côtes sont placées les unes à la suite des autres.

2Précisons tout d’abord, sans tenir compte des impuretés dues généralement à un affinage insuffisant, que le métal de base est obligatoirement d’un titre élevé. Le travail en est plus aisé ; mais surtout cette qualité est nécessaire à l’exécution des futures soudures. Le principe de fabrication des tubes, sachant que les reconstitutions ont été réalisées après maintes observations et en employant les méthodes courantes en orfèvrerie antique, est le suivant.

  • 83 « L’ongle doit y laisser sa marque » comme le précise le finesse du métal. moine Théophile ; c’est (...)

3L’or est tout d’abord coulé sous la forme d’un petit lingot plat. Ce dernier est battu, par allongement à la panne du marteau, et finalement plané (fig. 107). On dispose alors d’une bande de métal d’une largeur légèrement supérieure à celle du lingot de base, mais bien plus longue. Son épaisseur doit approcher un dixième de millimètre afin de pouvoir supporter aisément la mise en forme83.

4Les bords longitudinaux de la bande de métal sont franchis au tranchet et avec l’aide d’une règle, en tenant compte d’une largeur constante équivalant au développement des futurs tubes. La bande est ensuite tranchée perpendiculairement par tronçons de 15 à 20 mm.

5Chaque « plaquette » obtenue est recuite, et les deux bords opposés (ceux de la première coupe), sont amincis « en bec de flûte » au marteau, sur la bigorne. Ces amincis, d’environ 1,5 mm de largeur, seront amenés en recouvrement, après que les plaquettes auront été roulées sur un mandrin.

6Un nouveau recuit redonne de la souplesse aux parties écrouies et les tubes peuvent être formés. Cette mise en forme se pratique sur un petit mandrin, sorte de grosse épingle, très légèrement conique, de section circulaire, qui peut être en bronze. Le recouvrement des amorces en bec de flûte est réalisé, en contact étroit, simplement à l’ongle. Le tube obtenu est retiré du mandrin avec précaution et mis de côté. Toute une série de tubes est ainsi préparée.

  • 84 Les recettes connues sont décrites aussi bien par Pline l’Ancien que par le moine Théophile.

7Il s’agit ensuite de souder les raccords. Cette opération s’effectue au « fourneau », c’est-à-dire en foyer « entouré », mais sans apport d’alliage fusible. C’est une sorte de soudure autogène, obtenue avec l’aide d’un « soudo-diffusant », mixture employée dans tous les travaux d’orfèvrerie antique et dont rien n’interdit de penser qu’elle ait été utilisée à la fin de l’Age du Bronze84. La soudure s’élabore aux dépens des éléments à unir, ce qui évite bien sûr les épaississements. En outre la composition métallique des joints reste pratiquement identique à celle du métal de base. Chaque tube est alors placé, tel quel, face au fourneau allumé. Le joint à souder est enduit précautionneusement (avec une plume d’oiseau par exemple) de soudo-diffusant. La chaleur modérée produite près du fourneau dessèche la mixture ; le tube est alors placé au cœur du fourneau. L’élévation progressive de la température (jusqu’à très haute température), permet au soudo-diffusant de remplir son office et la soudure se réalise d’une manière parfaite ; cette opération, fort délicate, exige toutefois un tour de main et un coup d’œil acquis par l’expérience.

Fig. 107. — Rappel des opérations. 1, lingot coulé ; 2, bande obtenue à partir du lingot par martelage à la panne du marteau et planage, marquage des découpes ; 3, plaquette dont deux tranches opposées sont amincies « en bec de flûte » ; 4, tube roulé avant soudure ; 5, tube soudé engagé sur le mandrin de bois enduit de mixture ; 6, manœuvre destinée à imprimer le dessin des gorges et des nervures.

  • 85 Il peut s’agir d’un liquide alcoolisé, hydromel ou bière, ayant subi une fermentation acétique.

8Lorsque tous les tubes sont soudés il convient de « dérocher » la mixture avec une solution acétique85. Après cette opération, il est possible de retoucher les « lèvres » des joints soudés en replaçant les tubes sur un mandrin de métal et en les martelant légèrement. Un nouveau recuit est nécessaire avant de procéder à l’ornementation de chaque élément.

  • 86 Isolément la cire est trop molle et la résine trop dure. Le mélange doit être minutieusement prépar (...)

9On prépare tout d’abord un petit mandrin en bois, assez long, légèrement conique, d’un diamètre un peu inférieur à celui du creux des tubes. Pour les reconstitutions on a eu recours au peuplier, bois bien net et suffisamment dur. Le mandrin de bois est plongé dans une mixture fondue, composée de cire quelque peu durcie avec de la résine86. Un des tubes est engagé sur le mandrin enduit, légèrement chauffé afin que l’adhérence soit parfaite et qu’il ne subsiste pas de bulles d'air ; entre le bois et le métal la couche de mixture doit être de 2/10 de mm ; sur la face externe du tube subsiste un peu de mixture. Après refroidissement on passe à l’ornementation.

10La littérature et l’iconographie des outils de l’Age du Bronze ne font pas état, à notre connaissance, d’un instrument spécifique à la confection du décor de côtes contiguës. On peut imaginer une lame de bronze, de quelques millimètres d’épaisseur, dont l’une des tranches serait creusée d’un sillon longitudinal de profil semi-circulaire ; les arêtes bordant le sillon sont arrondies de la même façon ; leur écartement doit correspondre à celui qui sépare les gorges sur les perles authentiques. Cet instrument, doté d’une soie, est fiché, bien droit, dans un bois plan et de largeur modérée.

11On place le mandrin recouvert du tube d’or sur le bois qui supporte l’instrument, bien en contact avec les arêtes qui encadrent le sillon creusé dans la lame de bronze. En appuyant le tube d’or assez fortement contre la lame et en le faisant rouler des deux mains, les arêtes refoulent le métal dans la cire, cependant qu’un cordon en relief s’inscrit entre les gorges. La cire superficiellement déposée sur le métal facilite le mouvement de rotation, servant en quelque sorte de lubrifiant. Une seconde nervure est ensuite réalisée en prenant pour guide l’une des gorges déjà imprimée, et ainsi de suite. Il y a avantage à ébaucher le décor vers le centre du tube afin d’éviter le voilage des gorges et de la nervure ; chaque tube ne devra pas être trop long pour éviter ce genre d’accident et permettre l’articulation du collier qui le portera.

12Le tube une fois orné, il suffit de le retirer du mandrin de bois en le chauffant légèrement, puis de le nettoyer. L’avantage du travail à froid sur l’instrument est d’écrouir le métal ; les tubes nus sont fragiles ; l’opération d’ornementation les rend plus résistants à l’écrasement.

13Les « perles d’or » ont été à coup sûr produites à l’époque en série. De ce fait certaines malfaçons ont vu le jour qui se remarquent sur les colliers de Blanot. L’utilisation, pour la fabrication des feuilles d’or, de l’extrémité feuilletée issue d’un lingot coulé trop chaud et avec des retassements a provoqué au bout de certaines perles une sorte de doublage du métal. Des soudures réalisées trop rapidement comportent des manques d’adhérence. Sur des perles, non reprises après soudure, au marteau et sur mandrin métallique, les joints sont visibles. Des vrillages partiels de cordons et de gorges et même le « trèflage » du décor s’observent sur quelques perles.

AU SUJET DES JAMBIÈRES À SPIRALES

14Les reproductions que nous avons faites de jambières à spirales du dépôt de Blanot nous ont permis d’apporter quelques précisions sur leur mode de fabrication.

15Au départ de l’opération il convient de préparer une ébauche par coulée en moule. Cette ébauche peut être réalisée soit à partir d’un modèle en pierre, en métal, voire en bois, soit directement à la cire perdue. Si la fabrication est répétitive, plusieurs pièces de même grosseur devant être produites, il y a avantage à travailler avec un moule en deux coquilles, l’une creuse reproduisant le modèle, l’autre plate servant de couvercle. Un cône de coulée et un évent seront préparées pour une coulée debout.

16Pour la réalisation d'une jambière de grande taille l’ébauche ressemblera à une longue tige de bronze, de section carrée de préférence, qui présentera au milieu de sa longueur une partie plus large, en forme d’olive plate (fig. 108, C). C’est cette dernière partie qui sera amincie et élargie pour former le corps principal de la jambière. Les deux tiges qui prolongent de part et d’autre cette partie centrale seront reprises au marteau afin de les allonger et de les amincir (B, B’) ; elles se présenteront alors, dans leur première partie sous forme d’un fil, puis sur le reste de leur longueur, sous la forme d’une bandelette assez mince, de section rectangulaire, à partir de laquelle la spire terminale sera roulée.

17Les dimensions moyennes d’une ébauche permettant la réalisation d’une jambière, comme la jambière 3 de Blanot, peuvent être proposées. La partie de l’ébauche nécessaire au tirage d’une bandelette de 9 x 1,3 mm de section et d’1 mètre de longueur, aura une longueur de 24 cm si la section est de 7 X 7 mm. Pour obtenir après martelage une plaque de 200 mm de long et 110 mm de large, l’olive centrale devra mesurer 180 mm de longueur. Si son épaisseur est la même que celle des tiges destinées aux fils et aux spirales, soit 7 mm, sa plus grande largeur sera de 30 mm, si l’on veut obtenir une tôle mince, de 0,2 mm d’épaisseur moyenne. Cela suppose pour l’ébauche une longueur totale de 240 + 180 + 240 mm, soit 66 cm, longueur couramment obtenue pour une épée par exemple.

  • 87 Après la coulée et avant le martelage le métal doit être mis à nu. Si on martèle un métal à surface (...)
  • 88 D’autres pertes de métal suivront : celles dues aux ponçages, mais également celles qui suivent cha (...)

18Avant le travail de martelage, l’ébauche doit être d’abord « râclée », au grès ou à la lime, de manière à éliminer les rugosités de la surface87 ; ceci représente une première perte de métal88. Le travail d’amincissement de l’olive sera fait à la panne du marteau, en « tirant » le métal de part et d’autre de l’axe longitudinal de l’ébauche. Il y aura un certain allongement du grand axe de l’olive (de 180 à 200, comme indiqué ci-dessus).

  • 89 Précisons que le mode de recuit du bronze (à la condition qu’il ne soit pas trop chargé en étain) n (...)

19Si le travail de martelage de l’olive est assez aisé, celui des bandelettes destinées aux spirales est plus délicat. Il s’agit surtout de la longueur des fils qui ne facilite pas les manipulations. Il convient naturellement de recuire fréquemment le métal au cours du martelage89.

20On allonge d’abord en battant carré, ce qui facilite le travail. A partir du moment où on obtient une section de 4 mm, l’étirement se poursuit à la panne du marteau. Le métal s’allonge, s’amincit et s’élargit un peu. Les extrémités des bandelettes vont en se rétrécissant jusqu’à la pointe, à l’image d’un triangle très allongé. Un planage termine ces opérations. Les dernières traces de martelage sont effacées au grès pour rectifier parfaitement les bords des bandelettes. Ces dernières doivent être très régulières pour permettre leur enroulement ; si ce n’était pas le cas, de nombreux « dos de perche », se produiraient tout au long du cintrage sur chant.

21La rectification des bandelettes s’effectue en « tirant de long » avec des pierres assez longues ; avec des pierres trop courtes la régularité du ponçage en souffrirait. Cette opération gagne à être menée sur une sorte de banc en bois ou une planche, creusé d’une étroite saignée dans laquelle la bandelette est engagée notamment lorsqu’il s’agit d’en rectifier les chants. De cette manière la bandelette est bien maintenue et le tirage de long peut s’effectuer correctement.

22Mis à part le cintrage du corps, en forme d’olive, de la jambière, opération tout à fait simple, c’est le « roulé » des spirales qui reste délicat. Deux cas sont couramment observés : ou bien les spires sont roulées de façon à être jointives, ou bien elles sont roulées en léger recouvrement. Pour les spires jointives, le travail est assez aisé et se pratique d’une manière similaire à celle utilisée par le serrurier pour former une volute. C’est l’extrémité de la bandelette, celle qui va en s’amincissant, qui sert de noyau à la spirale. Le reste de la bandelette est progressivement cintré, en prenant appui sur la spire précédente, mais en maintenant bien à plat ce qui est déjà réalisé. Il est à noter que le cintrage épaissit le chant intérieur de la bandelette, en refoulant le métal, tandis qu’il l’aminçit sur le chant extérieur en allongeant le métal. Une section parfaitement rectangulaire au départ, deviendra légèrement trapézoïdale après cintrage ; plus le cintre est court, plus la forme trapézoïdale est accentuée.

23En ce qui concerne les spirales à recouvrement, le travail de mise en forme peut être conduit de la même manière que celle employée pour les spires jointives ; mais, comme cela doit se faire à la main, les risques d’irrégularité sont importants. Le procédé le plus rationnel et le plus sûr consiste à utiliser un gabarit en dur pour la mise en forme (fig. 109) ; il est très possible que ce procédé ait été utilisé par les gens du Bronze.

Fig. 108. — Représentation d’une ébauche à la sortie du moule. A, cône de coulée ; B et B’, section des parties destinées à la réalisation des fils récurrents et des spirales ; C, section de l’élément destiné à former le corps de la jambière ; D, section de l’évent.

Fig. 109. — Représentation schématique d’une forme destinée à « rouler » une bandelette dont les spires sont en recouvrement. A, coupe de la forme, plate, mais surmontée d'un cône très court ; T, téton destiné à bloquer la bandelette à l’instant de la réalisation d’une première spire ; S, coupe montrant l’aspect « en recouvrement » de la bandelette roulée sur le cône. Dans le cas présent et pour une première spire de 50 mm de diamètre interne, la bandelette devra mesurer de 610 à 650 mm de longueur.

24Le cintrage se pratique, non pas à partir du noyau de la spirale, mais par l’autre extrémité. On opère sur un instrument, en bois ou en métal, présentant une surface plane surmontée d’une partie conique dont la base représente la circonférence interne de la plus grande des spires. La hauteur du cône est très faible. En maintenant le métal bien plaqué sur le plan de travail, il suffit de cintrer progressivement la bandelette tout le long de l’apothème du cône, en prenant bien soin de faire porter les spires les unes sur les autres ; un morceau de bois fera office de « presse ».

25Comme les premières spires sont cintrées à partir d’une longue bandelette, le mouvement est assez aisé. Cependant, plus la bandelette perd de sa longueur, plus le cintrage est difficile. Mais comme celle-ci s’amincit progressivement, il y a compensation. On peut supposer que les dernières spires, très petites, sont achevées à l’aide d’une sorte de pince.

26Lorsque toute la spirale est roulée, il suffit de la recuire et de la faire plaquer sur elle-même, au marteau et entre deux bois plans par exemple. A cet instant, du fait que tout viendra dans un même plan, les spires prendront toutes un aspect incliné.

27Il est entendu que ces indications d’ordre pratique restent dans la ligne du travail classique ; mais il est possible que quelques astuces particulières aient été mises en œuvre. La répétition d’un geste engendre la réflexion et le « tour de main » peut gagner en qualité.

Notes

83 « L’ongle doit y laisser sa marque » comme le précise le finesse du métal. moine Théophile ; c’est le moyen, à son époque, de contrôler la finesse du métal.

84 Les recettes connues sont décrites aussi bien par Pline l’Ancien que par le moine Théophile.

85 Il peut s’agir d’un liquide alcoolisé, hydromel ou bière, ayant subi une fermentation acétique.

86 Isolément la cire est trop molle et la résine trop dure. Le mélange doit être minutieusement préparé et contenir plus de cire en hiver, moins en été. En orfèvrerie classique le même mélange est employé, mais additionné de brique pilée, matériau qui évite les retraits du mélange lors de son refroidissement.

87 Après la coulée et avant le martelage le métal doit être mis à nu. Si on martèle un métal à surface granuleuse et si l’on ramène son épaisseur à quelques dixièmes de millimètres, il est évident que des criques se produiront.

88 D’autres pertes de métal suivront : celles dues aux ponçages, mais également celles qui suivent chaque recuit (l’oxydation superficielle disparaît à la trempe ou simplement sous le marteau).

89 Précisons que le mode de recuit du bronze (à la condition qu’il ne soit pas trop chargé en étain) n’est pas le même que celui de l’acier. L’acier réchauffé lentement, à la même température à cœur qu’en surface, est refroidi le plus lentement possible. Au contraire le cuivre et le bronze modestement chargé en étain, sont amenés au rouge et trempés directement dans l’eau. On peut très bien laisser le métal chaud se refroidir seul, à l’air ; mais une trempe accentue le phénomène de recuit.

Table des illustrations

Légende Fig. 107. — Rappel des opérations. 1, lingot coulé ; 2, bande obtenue à partir du lingot par martelage à la panne du marteau et planage, marquage des découpes ; 3, plaquette dont deux tranches opposées sont amincies « en bec de flûte » ; 4, tube roulé avant soudure ; 5, tube soudé engagé sur le mandrin de bois enduit de mixture ; 6, manœuvre destinée à imprimer le dessin des gorges et des nervures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/783/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 108. — Représentation d’une ébauche à la sortie du moule. A, cône de coulée ; B et B’, section des parties destinées à la réalisation des fils récurrents et des spirales ; C, section de l’élément destiné à former le corps de la jambière ; D, section de l’évent.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/783/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 109. — Représentation schématique d’une forme destinée à « rouler » une bandelette dont les spires sont en recouvrement. A, coupe de la forme, plate, mais surmontée d'un cône très court ; T, téton destiné à bloquer la bandelette à l’instant de la réalisation d’une première spire ; S, coupe montrant l’aspect « en recouvrement » de la bandelette roulée sur le cône. Dans le cas présent et pour une première spire de 50 mm de diamètre interne, la bandelette devra mesurer de 610 à 650 mm de longueur.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/783/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

© ARTEHIS Éditions, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search