Version classiqueVersion mobile

Les enduits peints en Gaule romaine

 | 
Michel E. Fuchs
, 
Florence Monier

1ère partie. Actualité de la recherche

Relectures et nouveautés picturales en Suisse allemande

Les enduits d’Oberweningen, Schleinikon et Oberbuchsiten

Yves Dubois

Résumé

L’article présente les études récemment menées en Suisse sur les enduits peints de trois villae gallo-romaines des cantons alémaniques de Zurich et Soleure. L’élaboration d’une publication de synthèse sur les villae d’Oberweningen et de Schleinikon, en territoire zurichois, a nécessité le réexamen de leurs enduits, publiés par W. Drack en 1950. Les connaissances actuelles en peinture et les compléments apportés par les interventions effectuées depuis sur ces sites permettent la réinterprétation de plusieurs éléments et la reconstitution de décors restés à l’époque à l’état fragmentaire. La villa d’Oberbuchsiten, dans le canton de Soleure, est une fouille récente ayant livré onze ensembles d’enduits peints. Les trois principaux décors sont présentés ici.

Texte intégral

1Les études picturales sur le territoire suisse sont peu nombreuses actuellement, hors du cadre universitaire. Toutefois, deux mandats de Pictoria s. n. c. menés entre 2008 et 2009 ont porté sur des sites des cantons de Soleure et de Zurich (fig. 1).

  • 1 Cf. Horisberger, 2004. Le même auteur dirige la monographie à paraître, intitulée Oberweningen und (...)

2La villa d’Oberbuchsiten, dans le canton de Soleure, est une découverte récente, explorée partiellement car recouverte par le village actuel. Les villae d’Oberweningen et de Schleinikon, dans le territoire zurichois, sont connues de longue date, mais ont fait dernièrement l’objet de quelques interventions complémentaires, à la suite desquelles une publication globale a été décidée. Les deux villae sont situées face à face dans le Wehntal, un cas apparemment fréquent, puisqu’il s’observe aussi, à quelques kilomètres de là, pour les villae de Buchs et de Dällikon, dans le Furttal1.

Fig. 1. localisation des sites sur le territoire de la Suisse.

Fig. 2. Le décor architectural d’Oberweningen (panneau restauré, inv. A-34578, Musée national suisse ; long. : 66 cm ; photo Martin Bachmann).

Fig. 3. Le plan de la villa d’Oberweningen.

3Dans le cas zurichois, il s’agissait essentiellement de réexaminer les enduits peints à la lumière des connaissances actuelles en matière de décoration murale. W. Drack avait en effet publié les enduits des deux sites, dans sa monographie pionnière de 1950 ; il consacrait trois pages à Oberwenigen, surtout connu pour sa peinture architecturale (fig. 2), et l’équivalent d’une demi-page à Schleinikon (Drack, 1950, p. 97-103 et 109-111). Soixante ans plus tard, la détermination des ensembles a été affinée, grâce à l’examen des mortiers de support, et la détermination de nombreux motifs a été corrigée. Le matériel, principalement conservé au Musée national de Zurich, consistait pour ces deux sites en quelque 130 fragments consolidés, auxquels s’ajoutent pour Oberweningen le panneau restauré (fig. 2), et pour Schleinikon du matériel découvert en 1980-1982 par les propriétaires d’une parcelle sur la zone des vestiges.

Oberweningen

4La villa d’Oberweningen a connu ses premières fouilles extensives entre 1886 et 1888, principalement dans la portion ouest de sa pars urbana (A), et un secteur à l’est, comprenant une pièce à mosaïque (fig. 3) ; la portion est ainsi que l’édifice thermal (B) ont été dégagés en 1913-1914 pour le compte du Musée national suisse par F. Blanc, dont le rapport de fouille est exemplaire. Une chronologie relative des différents aménagements et modifications des édifices est établie. La villa a en tout cas fonctionné du dernier tiers du ier siècle de notre ère au iiie siècle.

  • 2 Cf. respectivement Drack, 1988, p. 45, et Fuchs, 1989, p. 59-61, fig. 17a-b ; idem, p. 75-76 ; idem (...)

5Des peintures murales in situ, retrouvées l’une dans la pièce 1 de l’édifice A, l’autre dans la pièce 7 des thermes (fig. 4), témoignent de la réfection des décors, avec sans doute, dans le cas de la pièce 1, un changement de statut : cette vaste pièce, à l’origine ornée d’un décor à fond noir rehaussé de bandes et filets rouges, reçut en effet une décoration des plus simples, de bandes rouges sur fond blanc au-dessus d’une plinthe blanche mouchetée de 23 cm. La comparaison avec d’autres sites (Coire, Kaiseraugst-Schmidmatt, Seeb, Orbe, Yvonand, ou pour un ensemble cohérent et insigne, Bingo Hall à Douvres2) oriente ici nettement vers une affectation de la pièce tenant plus d’une fonction secondaire ou de service que d’apparat. Le couloir 2 qui la dessert est d’ailleurs simplement passé en blanc.

Fig. 4. Peintures murales in situ dans la pièce 7 des thermes (édifice B ; Rapport F. Blanc, archives Musée national suisse).

6Dans la pièce 7 des thermes, les décors successifs sont similaires, avec des différences dans le choix des couleurs des bandes et filets.

7Les fragments peints conservés au Musée national sont issus des fouilles de 1886-1888 et 1913-14, et appartiennent donc aux deux édifices, sans qu’on puisse leur attribuer une provenance précise. Drack avait cru retrouver la provenance de quelques ensembles, sur la base du rapport de Blanc. Si la chose est plausible pour certains d’entre eux, elle reste sujette à caution pour d’autres. Sur les 21 groupes de fragments déterminés, je retiendrai ici deux ensembles majeurs.

  • 3 Cf. Fuchs, Ramjoué, 1994, p. 22, fig. 15 (groupe A) ; Desbat et alii, 1994, p. 120, fig. 86-88 et p (...)
  • 4 Cf. respectivement Fuchs, 1989, p. 89, et Fuchs, 1993, p. 120-124, fig. 7 et 9 ; Billerey, Mazimann (...)

8Dans la pièce 4 de l’édifice A, Blanc dit avoir découvert une grande quantité de fragments d’une peinture à fond jaune, qu’il suppose avoir orné la pièce adjacente 3, également ravalée une fois et ornée d’une mosaïque assez remarquable, possédant une double inscription. Le seul ensemble à fond jaune retrouvé suggère une composition monochrome de grande qualité (fig. 5) ; les motifs, très soignés, représentent des feuilles de vigne et des grappes de raisins ; une bande verte devait séparer deux zones. Ce fond jaune a pu être associé à une zone basse noire, ornée de fins feuillages. Le thème et sa mise en œuvre appellent des parallèles d’époques flavienne et trajane ; l’on ne peut citer ici les nombreux parallèles aux peintures monochromes jaunes ; retenons seulement les peintures montrant des pampres. La qualité de ceux d’Oberweningen renvoit aux hampes végétales de Commugny, de Saint-Romain-en-Gal, maison des dieux Océan, ou de Vienne, paroi du Globe3 ; mais on citera particulièrement les pampres ornant sur fond rouge une petite diaeta de la villa de Baugy-sur-Clarens, datés au tournant du ier siècle, ou ceux, en inter-panneaux également, d’une peinture à fond blanc de Mathay-Mandeure, Champ-des-Îles, de même époque4. La fortune du motif donne encore de beaux exemples dans le courant du iie siècle et au iiie siècle.

9À noter aussi, à la suite d’A. Barbet (2008, p. 297-299), l’association du répertoire végétal – ici la vigne évocatrice de Bacchus – et du fond jaune, fréquemment étendu en monochromie dans les peintures de fond de jardin (Fréjus, domus de la place Formigé ; Saint-Romainen-Gal, état IIb de la maison des dieux Océan ; Périgueux, péristyle de la domus de Vésone). Si la peinture à fond jaune et pampres doit bien être attribuée à la pièce 3, comme le supposait Blanc, la déclinaison du thème bacchique s’accorde bien à une pièce de réception ouverte sur le portique ; il sera repris dans le répertoire de la mosaïque, fait de campanules et de rosettes, d’oiseaux, de vase de libation et de xenia entourant la course de chiens de chasse au centre. Peinture et mosaïque créent une atmosphère évocatrice d’un jardin, teintée de connotations propices au banquet ou à l’otium des propriétaires. Restituée sinon dans le couloir 4, la peinture ferait office d’élégant accès aux pièces 3 et 5.

Fig. 5. Fragments du décor à fond jaune ; éch. : 1 :3 (© Archéologie cantonale de Zurich).

10Cette peinture présente un tectorium identique au décor le plus connu d’Oberweningen, la représentation d’architecture (fig. 2). L’examen des fragments en caisses a révélé d’autres éléments appartenant à ce décor, que le remontage sur panneau ne montre pas. Ils n’en sont pas pour autant tous identifiables, mais enrichissent le répertoire de motifs végétaux et architecturaux ; ils attestent des traitements semblables, comme par exemple le plausible volatile sur l’entablement miniature (fig. 6a).

  • 5 Drack, 1988, p. 47 ; Fuchs, 1989, p. 109-111. Pour Trèves, cf. Barbet, 1974, p. 133-134, fig. 24, e (...)
  • 6 Cf. respectivement Barbet, 2008, p. 250-251, fig. 393, ou Baudoux et alii, 2002, p. 324-325, fig. 2 (...)

11La description du décor faite successivement par Drack (1988, p. 47) puis par Fuchs (1989, p. 109-111) reste inchangée : il s’agit d’un sommet de paroi couronnée par un entablement simplifié, composé d’une file de rais-de-cœur, de listels et bandeau marbré, d’une frise d’oves et d’un soffite schématique, courant sur toutes les parois indépendamment des éléments architecturaux se développant sur le fond rouge sous-jacent. Ceux-ci figurent la partie gauche d’un épistyle. À gauche apparaît un bandeau jaune de bordure de paroi. Cet ensemble a été compris et restitué comme la partie gauche d’une composition plus ample, et comparé à des représentations architecturales symétriques, tels les édicules à fronton de la paroi verte de Trèves, ou ceux de Mercin-et-Vaux5. Or, l’examen attentif du soffite, déjà effectué par Fuchs, montre que cet élément ne suit pas une seule orientation vers la gauche, mais est lui-même symétrique et divergent (fig. 6b) ; le changement d’orientation s’effectue à hauteur de l’oiseau aux ailes semi-déployées, sans doute un cygne, représenté sur l’épistyle ; de part et d’autre de cet axe, les caissons se succèdent sur 1,5 pied, 1 cubitus (44,4 cm), avec pour conséquence la limitation du champ rouge sous-jacent à 89 cm de largeur (3 pieds). L’architecture qui s’y trouve ne peut donc être elle-même symétrique si elle est autonome, comme cela semble le cas, à moins d’y voir une construction très étroite et atypique, telle l’architecture fictive de la peinture à fond jaune de Strasbourg, place Saint-Thomas, de restitution discutable, ou celles d’inter-panneau d’Auxerre, boulevard Vaulabelle et de Tongres, Vrijthof6.

Fig. 6a. Fragments complémentaires et motifs divers appartenant au décor architectural. En haut à gauche, oiseau sur l’entablement ? Éch. : 1:3 (© Archéologie cantonale de Zurich).

Fig. 6b. Relevé de l’architecture ; noter l’axe de symétrie du soffite couronnant le champ rouge ; éch. : 1:4 (dessin Y. Dubois, © Pictoria).

  • 7 À noter que l’on ne peut exclure la possibilité du prolongement de l’entablement hors champ, sur la (...)

12Il faut plutôt envisager un épistyle en gamma, figuré en perspective et porté par trois colonnes (fig. 6c). L’espace à disposition permet ainsi d’envisager sur la portion horizontale d’entablement un oiseau ou un objet répondant au cygne partiellement conservé à l’articulation de l’épistyle7. Cette hypothèse oblige aussi à déplacer légèrement vers la gauche les fragments montrant les phiales de la frise pour mieux rendre compte de la crossette en perspective. À noter aussi que l’examen du vase posé sur la crossette montre qu’il s’agit non d’une coupe en verre à demi-pleine, mais d’un récipient métallique doré, à larges anses et col étroit, évoquant une amphore à épaule marquée.

  • 8 Cf. Allag et alii, 1988 ; Belot, 1989, p. 32, fig. 1 ; Barbet, 2008, p. 279-282, fig. 434 et 436.

13De tels membres architecturaux apparaissent dans la peinture pompéienne, sur des panneaux médians souvent réduits par la présence d’une large ouverture. Situés de part et d’autre de cette dernière, ils monumentalisent ainsi l’entrée par rapport au reste de la décoration. La largeur totale de la paroi, dans un tel cas de figure, ne dépasserait pas à Oberweningen 3,5 pieds, soit 104 cm. Le procédé est employé plus tard pour mettre en valeur une mégalographie, comme à Boult-sur-Suippe ou Famars8.

Fig. 6c. Proposition de reconstitution de l’épistyle en gamma (dessin Y. Dubois, © Pictoria).

  • 9 Cf. Defente, 1993, p. 259-261, fig. 3, 7-8, 11 ; Defente, 1995, p. 155, fig. 14 ; Barbet, 2008, p.  (...)

14Les autres motifs sur fond rouge appartiennent sans doute, pour une part, à l’ornementation d’autres panneaux – ou inter-panneaux – de cette composition. On notera enfin l’existence, sur le même tectorium, de fonds verts porteurs de motifs peut-être figurés. Cette association rappelle le décor à fonds rouge et vert de la rue de l’Oratoire, à Amiens9.

  • 10 Cf. Thomas, 1993, p. 177-193, pl. I, II. 2, III. 1 et 11-12 (pièce 1434) ; Jansen et alii, 2001, p. (...)

15Ces diverses considérations amènent à préciser la datation de cette peinture. D’abord attribuée à l’époque antonine tardive par Drack, elle fut ensuite ramenée à la période flavienne tardive ou trajane sur la base des comparaisons avec Trèves et Mercin-et-Vaux (Drack, 1950, p. 104 ; Drack, 1988, p. 47). On notera en outre la parenté du rai-de-cœur et de l’ovolo de l’entablement sommital avec ceux couronnant les panneaux rouges des peintures de l’insula H/1 de Cologne, datées des dernières décennies du ier siècle, et de la peinture aux Aigles et Géants de l’insula 19est de Xanten, légèrement postérieure10. L’emploi du vert en grandes surfaces, comme à Trèves, est un indice significatif de qualité du décor et un marqueur dans la hiérarchie décorative d’un édifice ; son association avec le rouge comme couleurs dominantes de la peinture renvoie au décor d’Amiens, antérieur à 120 de notre ère.

16C’est donc, comme l’avait bien vu M. Fuchs en 1989, préférablement au tournant du ier siècle, à plus ou moins 15 ans, qu’il faut situer la réalisation de ce décor. Il s’inscrit, en matière de peintures à composante architecturale, dans la mouvance décorative élaborée à partir du dernier tiers du ier siècle dans l’aire territoriale des provinces de Belgique et des Germanies, et qui se développe – sous deux à trois schémas de composition – essentiellement jusqu’à la fin du premier tiers du iie siècle, quoiqu’elle possède des prolongements jusqu’au milieu de ce siècle. Le décor d’Oberweningen, qui conserve un cas particulier de l’aménagement d’une paroi, en possède l’esprit, la palette chromatique préférentielle, une part du répertoire des motifs, et surtout la même haute tenue qui en fait une décoration d’apparat. Il est intéressant de considérer sa parenté technique avec le décor à fond jaune ; quant à sa plausible provenance, il n’est pas exclu de la situer dans le tri-portique 7.

17Toujours est-il que ces deux décors appartiennent au programme décoratif initial de la villa, dans son premier état maçonné.

18Les autres regroupements d’enduits sont pour la plupart résiduels, limités parfois à 1-2 fragments. Ils couvrent un répertoire habituel de motifs végétaux, d’imitations de marbres, de partition de champs colorés par des bandes et filets, que leurs caractéristiques intrinsèques et le traitement pictural permettent d’égrainer au cours des iie et iiie siècles sans doute. Ils témoignent d’une « variété convenue » de décors que l’on retrouve dans nombre de villae du Plateau suisse. Relevons deux corniches de grande taille, typique des placages ou des trompe-l’œil architecturaux de la seconde moitié du iie siècle étendus à la paroi entière, ainsi que des éléments de systèmes à réseau sur fond blanc (disques à cercle extérieur orné). De même et sous un angle plus technique, l’attestation d’un plafond sur bottes de roseaux, brûlé, et les angles d’une embrasure rehaussés de simples bandes rouges.

19L’analyse de la granulométrie, de la structure et des matériaux employés dans les mortiers de support suggère trois à quatre grandes familles de décors qui pourraient éventuellement correspondre à autant d’interventions successives dans les bâtiments.

Schleinikon

20La villa de Schleinikon, explorée plus tôt au xixe siècle, a été fouillée également par Blanc en 1914, fouille laissée inachevée par la Guerre. La connaissance du site est donc limitée à ces interventions ponctuelles, et les structures découvertes sont flottantes, à l’exception des murs mis au jour en 1982 par les propriétaires de la parcelle Grosszelg (fig. 7). C’est de ce secteur que proviennent les deux décors les plus complets, appartenant sans doute à la même pièce. Le reste du matériel, limité à 48 fragments, provient des fouilles anciennes. Drack avait retenu et décrit sept ensembles picturaux, redistribués maintenant sur une vingtaine, décors récents compris.

Fig. 7. Répartition des zones de trouvailles et des vestiges de la villa de Schleinikon.

Fig. 8. Décor de trifols et points sur fond blanc : a. restitution en système à réseau ; b. restitution en guirlande de festons ; éch. : 1/10e et 1/25e (dessin Y. Dubois, © Pictoria).

21Les constats faits sur le matériel d’Oberweningen s’appliquent aussi à celui de Schleinikon. Aussi retiendrai-je ici les décors réinterprétés, et les nouveaux ensembles de Grosszelg.

Fig. 9. a. Proposition de restitution d’un décor d’arcature ornée de perles et pirouettes ; éch. : 1:5 (dessin Y. Dubois, © Pictoria). b. Les deux fragments préservés, correspondant au côté droit de l’embrasure ; éch. : 1:3 (© Archéologie cantonale de Zurich).

  • 11 Drack, 1950, p. 110, fig. 106, y voyait la terminaison d’une hampe…
  • 12 Drack, 1988, p. 30-32, fig. 16-17, pl. 8b-c ; Fuchs 1989, p. 62-64, fig. 18 ; Barbet et alii, 1997, (...)

22Le décor étonnamment le moins bien compris par drack propose, sur fond blanc, de gros trifols verts11. Tous recouvrent un large tracé préparatoire incisé courbe montrant que l’on a affaire à des cercles de trifols alternés avec des points, d’un diamètre de 3 pieds. Pareil motif peut appartenir à un système à réseau simple de cercles tangents, comme on en connaît plusieurs en suisse, mais fait de simples bandes de couleurs (Riom/Grisons12), ou dessiner des guirlandes en feston ornant un registre de paroi (fig. 8a-b). La bande jaune à ilet noir recoupée par les trifols peut aller dans ce sens, comme elle peut signifier aussi une limite du réseau.

  • 13 Cf. pour avenches, Drack, 1988, p. 60-61, fig. 48-49, et p. 66, pl. 14a ; Fuchs, 1989, p. 21-22, fi (...)
  • 14 Site du parking Jean Jaurès. Aimable communication de J. Boislève (inrap).

23Les files de trifols alternés à des points sont bien connus dans les systèmes à réseau de la seconde moitié du iie siècle, mais ils y sont généralement plus petits et noirs (Avenches, insula 7, Grancy-En Allaz, Orbe-Boscéaz, Amiens, Poitiers13). Deux exemples de couleur verte sont toutefois attestés à avenches, dans la maison ii de l’insula 10est et dans les thermes de perruet, insula 29 (Fuchs, 2003, p. 615-617, fig. 215). De même, la taille et la couleur du motif de Schleinikon apparaissent dans un système à réseau du iie siècle à Nîmes, où les leurons sont disposés sur les axes par paires divergentes14. Si la monochromie du motif parle en faveur d’un emploi en système à réseau, son agencement et ses proportions renvoient également aux festons de guirlandes d’une peinture sévérienne de Tongres-Vriethof (Laken, 2010).

  • 15 Drack, 1950, p. 116-118, fig. 119 ; Fuchs, 2003, p. 578-579 et 584-586, fig. 205 et 207.

24Plusieurs ensembles paraissent dater de l’époque sévérienne ; ils sont à fond blanc, et non jaune comme l’avait indiqué Drack en 1950 ; c’est le cas des fragments déjà vus, mais aussi d’un décor d’arcature à perles et pirouettes (fig. 9), dont la facture, la taille et l’emplacement en bordure de fenêtre trouvent des parallèles à Wagen et à Avenches, insula 10est15.

Fig. 10. Proposition de restitution du système à réseau à baguettes enrubannées et roses ; éch. : 1/10e (dessin Y. Dubois, © Pictoria).

  • 16 Respectivement Vallon, pièce 16 (Fuchs, 1996, p. 36), et décors 32-1 et 195/197-1 d’Orbe (Dubois, 2 (...)
  • 17 Voir les types 17 à 21 chez Barbet et alii, 1997, p. 23-27.

25Les fragments récoltés en 1982 offrent des motifs caractéristiques de compositions à fond blanc bien connues de la seconde moitié du iie siècle. Bordures rouges, bandes et filets jaunes d’encadrement intérieur de panneaux ou de compartiments, tiges végétales stylisées à bouquets de feuilles vertes et noires renvoient au répertoire décoratif de pièces de Vallon et d’Orbe-Boscéaz ou des cryptoportiques de Meikirch, de Buchs ou de Bösingen16. À noter que ce dernier a été restitué de la sorte en zone médiane. Sa voûte surbaissée fournit par ailleurs un parallèle direct au matériel zurichois : il s’agit des petites roses de remplissage du système à réseau, qui se retrouvent à l’identique à Schleinikon, dans un système à réseau que l’on définira comme double quadrillage droit et oblique, de baguettes enrubannées et disques ornés de roses, à remplissage de cercles concentriques (fig. 10)17.

26Les roses, longues de 5 cm et issues des disques d’intersection bordeaux, y sont divergentes et matérialisent semble-t-il la trame oblique. La trame droite est matérialisée par d’épaisses baguettes formées de bandes et filets jaunes enrubannés de touches brunes ; les cases sont remplies de disques gris-bleu et gris-vert cernés d’un filet noir.

  • 18 Cf. respectivement Bujard, Provenzale, 2004, p. 319, fig. 3-5, et Fuchs, 1989, p. 79-80 ; Drack, 19 (...)

27Outre le cryptoportique de Bösingen, ce décor trouve aussi un parallèle étroit à Colombier, dans une moindre mesure à Grancy-En Allaz18. Ces systèmes de couverture agrémentés de roses évoquent une atmosphère de pergola, de jardin ordonné qui n’est pas indifférent dans des cryptoportiques ou des pièces thermales. Cette quadruple occurrence suggère la possibilité d’une réalisation par un même atelier, ou tout au moins d’un répertoire diffusé localement entre ateliers actifs dans la seconde moitié du iie siècle et le iiie siècle.

Oberbuchisten

28La villa d’Oberbuchsiten, dans le canton de Soleure, a été ponctuellement explorée entre 2004 et 2007, 30 ans après un premier sondage. Sa chronologie s’étend de la période flavienne à la seconde moitié du iiie siècle au moins. Un corps de bâtiment qui se dessine dans la pente semble constituer l’aile occidentale, en terrasse, de l’établissement (fig. 11). Des pièces chauffées, sans doute thermales, sont situées dans son prolongement en aval. Les pièces qui ont livré des peintures en 2006 sont une vaste salle de 5 x 12 m (pièce 3) et un local allongé adjacent, annexe ou portique (pièce 4). Sur un millier de fragments constituant onze ensembles picturaux, trois décors principaux se dégagent. Deux, l’un à fond rouge, l’autre à fond noir, sont sans doute contemporains, datables du dernier tiers du ier siècle, et ont été essentiellement retrouvés en remblai dans la pièce 4, un peu dans la pièce 3. Le troisième décor, qui se distingue des précédents par son mortier de support, provient de la couche de démolition de la pièce 3 ; stratigraphiquement, il leur est donc aussi postérieur.

  • 19 Archäologie und Denkmalpflege des Kantons Solothurn 2009 ; pour l’étude des peintures et de leurs g (...)

29Les fragments clés conservés ont permis de réaliser diverses restitutions idéales montrant les possibilités minimales d’agencement des décors ; à ce titre, elles ont été voulues accessibles aux lecteurs de la revue publiant le site19.

Fig. 11. Oberbuchisten (canton de Soleure) : vestiges de la villa dans le parcellaire actuel ; les peintures ont été trouvées dans les pièces R3 et R4.

30Le décor à fond rouge est le mieux compris, et sans doute le plus original par ses modalités de composition (fig. 12).

31Il présente une plinthe rose mouchetée claire, un registre rose moucheté plus foncé, peut-être compartimenté, et la bande verte de transition à la zone médiane. Celle-ci, à fond monochrome rouge, alterne des hampes métallescentes à excroissances et volutes jaunes avec des cadres noirs de 7,5 cm de largeur, bordés de filets blancs et rehaussés de filets intérieurs mauves. La largeur séparant les cadres est de 28-30 cm, soit un pied romain. Le décor est fermé par une large mouluration ornementale, faite de bandes et bandeaux vert, gris-mauve et jaune clair bordé de filets marron et rehaussé de motifs répétitifs de même couleur.

32Des embrasures de fenêtre sont attestées, peintes en jaune avec, en paroi, un débord d’encadrement de 1 cm limité par un filet blanc. Griffures et graffiti en nombre signalent la fréquentation du local, peut-être de passage, qu’ornait cette peinture.

Fig. 12. Décor à fond rouge, hypothèse de restitution ; éch. : 1:25 (dessin Y. Dubois, © Pictoria).

  • 20 Le Bot, Bodolec, 1984 ; Desbat et alii, 1994, p. 261-262, pl. 1-6, 9-11 ; Barbet, 2008, p. 53-61.
  • 21 Cf. Thomas, 1993, p. 142-143, fig. 38 ; Gogräfe, 1999, p. 30, 37, 98, 122-124, 137, 150-151 ; Barbe (...)

33La monochromie de la zone médiane, rythmée de hampes assez dépouillées, ainsi que la zone basse mouchetée, rappellent les compositions de troisième style sévère de la vallée du Rhône, dans la première moitié du ier siècle (Vienne, Saint-Romain-en-Gal, Sainte-Colombe, Lyon20). L’application des cadres noirs flottants, définissant généralement des champs d’une autre couleur que le fond, date essentiellement dans sa diffusion provinciale de la seconde moitié du ier siècle, ainsi que l’attestent des peintures de Cologne, Francfort, Mayence ou Bad- Neuenahr Ahrweiler, Vienne et Soissons21. Une datation du décor sous les Flaviens correspondrait aux données stratigraphiques du site ; elle concorde en outre avec les données stylistiques du second décor, à fond noir.

34De ce dernier est avant tout conservée une corniche sommitale biseautée, haute de 18 cm environ, faite de bandeaux noir, blanc cassé, rose, bordeaux, séparés ou rehaussés de filets contrastés. En-dessous, le fond uni noir reçoit des hampes végétales et des guirlandes de feuilles agrémentées de baies, des rameaux plus naturalistes, des hampes lisses dans les tons gris-blanc, décorés de rinceaux grimpants. Des cadres jaunes ou bordeaux bordés de filets blancs sont associés aux guirlandes. Plusieurs motifs blanchâtres ou plus complexes restent incompris, en particulier en sommet des hampes. Des bandeaux bordeaux encadrent la composition ou des embrasures.

35Deux compréhensions ont été retenues (fig. 13a-b) :

  • 22 Cf. Desbat et alii, 1994, p. 95-98, fig. 67-69, pl. 7.

36- l’une étend les motifs à la totalité d’une zone médiane monochrome noire ; ce type de composition renvoie au schéma des monochromies de troisième style sévère, telle la peinture XVII de l’état 1 de la maison des dieux Océan, à Saint-Romain-en-Gal22. Cependant, nous possédons dans la première villa d’Orbe-Boscéaz un exemple de ce genre de composition daté entre 60 et 70 de notre ère. Ce type de décalage chronologique par rapport à une datation stylistique est également connu à Avenches, insula 13, pour un décor stylistiquement claudien, mais réalisé en fait sous Domitien.

Fig. 13. Hypothèses de restitution du décor à fond noir : a. étendue à la paroi ; b. limitée à la zone supérieure ; éch. : 1:50 (dessin Y. Dubois, © Pictoria).

  • 23 Cf. Barbet et alii, 2005, p. 205-226, fig. 8a-c à 14, pl. E3 et F1-2, et Barbet, 2008, p. 154, fig. (...)

37- La seconde proposition de compréhension se limite à une zone supérieure, dans un agencement bien connu de la peinture gallo-romaine entre le dernier tiers du ier siècle et le début du iie siècle. C’est un schéma assez riche ressortant du quatrième style, et participant généralement à la décoration des pièces de représentation ; l’exemple le plus proche que l’on puisse donner ici est la zone haute de la peinture des oiseaux et sphinges de la domus de Vésone, à Périgueux. Mais on retrouve ce schéma à Saint-Ulrich et au Liégeaud, et dans une moindre mesure, limitée à une frise riche, à Yvonand-Mordagne et à Cologne, Weissenthurm ou Bad-Neuenahr-Ahrweiler23.

Fig. 14. Hypothèses de restitution du décor à fond jaune : a. solution en architecture d’applique à pilastres ; b. solutions à panneaux et inter-panneaux ; éch. : 1:25 (dessin Y. Dubois, © Pictoria).

38La comparaison des éléments singuliers inscrit bien cette peinture, quelle qu’en soit la composition, dans la seconde moitié du Ier siècle.

39Le dernier décor, à fond jaune, atteste une composition monochrome articulée par des motifs linéaires verts et rouges, agrémentée de cadres rouges et de guirlandes vertes. Si le matériel est homogène et abondant, il n’offre que peu d’éléments. À nouveau, l’interprétation des motifs permet plusieurs restitutions, minimales mais poussées à leurs limites.

  • 24 Barbet, 1990, p. 24-25, fig. 25, et 28, fig. 28a ; Barbet, 2008, p. 193, fig. 285-286.

40L’interprétation la plus simple voit la plinthe blanche mouchetée de jaune et de rouge constituer un socle au-dessus duquel se développe une architecture d’applique, formée de pilastres verts et rouges, reliés par des guirlandes en feston (fig. 14a) ; une corniche ou un entablement sur fond blanc couronne la monochromie. Une composition de ce type, imitant des marbres colorés, existe à Aix-en-Provence, Enclos des Chartreux, datée de la première moitié du iiE siècle24 ; il est intéressant de noter que les pilastres y sont rouges encadrés de vert et se détachent sur fond jaune ; en revanche, les panneaux sont rouges, encadrés de noir. L’ensemble, restitué à 4,20 m de hauteur, orne une pièce de près de 5 x 6 m. La salle 3 d’Oberbuchsiten est dans ces proportions, avec 5 x 12 m ; la peinture qui l’orne rappelle la palette d’Aix, à l’exception des panneaux rouges et à ceci près que les aplats de couleurs simplifient le décor, sans valeur d’imitation de texture.

  • 25 Insula sud, pièce L1 ; cf. Broillet-Ramjoué, 2004b, p. 3-6, fig. 10, proposition de restitution.

41Ce caractère simplifié, comme l’usage des cadres de bande et filet rouges, si fréquent dans le second siècle, oriente aussi vers des compositions plus simples de panneaux à encadrement intérieur en U inversé, avec ou sans registre compartimenté de zone basse (fig. 14b). Ce type de composition, courant sur fond blanc dès le milieu du iie siècle, est attesté à sept reprises au moins en Suisse. Un exemple à Nyon, rue du Vieux Marché, présente l’avantage d’être polychrome, jaune et rouge25. Dans pareil cas de figure, les guirlandes peuvent apparaître tant en zone basse qu’en zone médiane (voir les décors de Paris, rue Amyot, du pavillon de Genainville, de Mathay-Mandeure ; Barbet, 2008, p. 201, 206, et 253). Ce genre de décoration est cependant de moins haute tenue que le schéma architectural, fût-il simplifié.

42Il ressort de cette analyse que les décors d’Oberbuchsiten à fonds rouge et noir, contemporains pour des raisons techniques, sont à situer de préférence à l’époque flavienne, sans doute sous Domitien, et correspondent à la première phase maçonnée de l’édifice. Le décor monochrome jaune, situé dans la première moitié du iie siècle, a pu être installé au plus tard au milieu du siècle, à l’occasion d’un remaniement du bâti qui a d’ailleurs pu mener à la suppression des deux décors rouge et noir.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Allag Cl., Nunes Pedroso R., 2003, « Les peintures murales romaines de Vaulabelle à Auxerre et leur présentation au Musée Saint-Germain », in : Peinture antique en Bourgogne. Actes du XVIe séminaire de l’AFPMA, Auxerre, 24-25 oct. 1997, Dijon, p. 17-30 (21ème suppl. à la R.A.E.).

Allag Cl., Vibert-Guigue Cl., 2002, « Peintures antiques à Poitiers : décors à réseau et plumes de paon », Aquitania, XVIII, p. 137-155.

Allag Cl., Bardoux B., Chossenot D., 1988, « La mort d’Adonis : une peinture murale gallo-romaine à Boultsur-Suippe (Marne) », Bull. de la Société archéologique champenoise, 81-2, p. 93-110.

Barbet A., 1974, « Peintures murales de Mercin-et-Vaux (Aine) : étude comparée, première partie », Gallia, 32, p. 107-135.

Barbet A., 1990, « Les peintures murales », in : Bérard G., De Luca B., Landuré C., Les fouilles de l’Enclos des Chartreux : de l’Antiquité au xviie siècle, Aix-en-Provence, p. 24-28 (Documents d’archéologie aixoise, 5).

Barbet A., 2008, La peinture murale en Gaule romaine, Paris, 391 p., 561 fig.

Barbet A., Douaud R., Lanièpce V., 1997, Imitations d’opus sectile et décors à réseau : essai de terminologie, Paris, 46 p. (Bull. de liaison du CEPMR, 12).

Barbet A., Bujard S., Dagand P., Lefèvre J.-F., Maleyre I., 2005, « Peintures de Périgueux : édifice de la rue des Bouquets ou la Domus de Vésone. III. - Les peintures jadis en place et les peintures fragmentaires », Aquitania, XXI, p. 189-239.

Baudoux J., Flotté P., Waton M.-D., 2002, Strasbourg, Paris, Acad. des Inscriptions et belles lettres, 586 p. (Carte archéologique de la Gaule, 67-2).

Belot E., 1989, « Peintures murales de Famars (Nord) : architectures fictives et mégalographies : caractérisation d’un maniérisme pictural tardo-antonin et sévérien », Amphora, 57, p. 1-55.

Billerey R., Mazimann J.-P., 1998, « La peinture murale antique à Mandeure », Bull. de la Société d’Émulation de Montbéliard, 121, p. 21-83.

Broillet-Ramjoué E., 2004a, « Die Wandmalereien », in : Horsiberger B., Der Gutshof in Buchs und die römische Besiedlung im Furttal, Zürich, p. 156-196 (Monographien der Kantonsarchäologie Zürich, 37).

Broillet-Ramjoué E., 2004b, Rue du Vieux-Marché – Tronçon ouest, fouilles juillet-décembre 2002 : les peintures murales, Lausanne (Rapport d’étude Pictoria s.n.c.).

Bujard S., Provenzale V., 2004, « Le plafond aux plumes de paon de la villa de Colombier (Suisse) », in : Borhy L. dir., Plafonds et voûtes à l’époque antique, Actes du VIIIe colloque international de l’AIPMA, Budapest-Veszprem, 15-19 mai 2001, Budapest, p. 319-320.

Defente D., 1993, « Amiens : étude d’enduits peints provenant de la fouille de l’Oratoire », in : Moormann E.M. dir., Functional and spatial analysis of wall painting, Proceedings of the Fifth international congress on Ancient Wall Painting, Amsterdam, 8-12 Sept. 1992, Leiden, p. 250-262 (BABesch, 3).

Defente D., 1995, « Découvertes récentes en Picardie : nouveaux décors à Amiens et Soissons », in : Actes des XIIème, XIIIème et XIVème séminaires de l’AFPMA 1990, 1991, 1993, Aix-en-Provence, Narbonne et Chartres, p. 147-162 (Revue archéologique de Picardie, no spécial, 10-1995).

Desbat A., Leblanc O., Prisset J.-L. et alii, 1994, La maison des dieux Océan à Saint-Romain-en-Gal (Rhône), Paris, CNRS éd., 276 p. (55ème suppl. à Gallia).

Drack W., 1950, Die römische Wandmalerei der Schweiz, Bâle, Birkhäuser, 139 p. (Monographien zur Ur-und Frühgeschichte der Schweiz, 8).

Drack W., 1988, Pittura parietale romana dalla Svizzera, Mendrisio, 86 p.

Dubois Y., 2005, « Cygnes, dauphins, monstres et divinités : nouveaux résultats à propos des fresques de la villa romaine d’Yvonand-Mordagne (VD) », Archéologie suisse, 28-4, p. 4-15.

Dubois Y., 2009, « Die Wandmalereien der römischen Villa Oberbuchsiten/Bachmatt », Archäologie und Denkmalpflege im Kanton Solothurn 14, p. 39-57.

Dubois Y., 2010, « La villa gallo-romaine d’Orbe-Boscéaz (Suisse) : répartition spatiale des schémas picturaux », in : Atti del Xo congresso internazionale sulla pittura murale antica, Napoli, 18-21 settembre 2007, Naples, p. 645-658.

Dumasy-Mathieu F., 1991, La villa du Liégeaud et ses peintures : la Croisille-sur-Briance (Haute-Vienne), Paris, éd. de la M.S.H., 192 p. (Documents d’archéologie Française, 31).

Fuchs M., 1987, « La peinture murale sous les Sévères », in : Pictores per provincias, Actes du 3e colloque international sur la peinture murale romaine, Avenches, 28-31 août 1986, Avenches, Ass. pro Aventico, p. 67-77 (Cahiers d’archéologie Romande, 43 - Aventicum, V).

Fuchs M., 1989, Peintures romaines dans les collections suisses, Paris, 116 p. (Bull. de liaison du CEPMR, 9).

Fuchs M., 1993, « Ouvertures sur la peinture viticole de Baugy romain », Archéologie suisse, 16-3, p. 118-127.

Fuchs M. dir., 1996, Fresques romaines, trouvailles fribourgeoises, Fribourg, Musée d’Art et d’Histoire, 72 p.

Fuchs M., 2003, La Maison d’Amour et des Saisons : construction et décor d’un quartier d’Avenches. L’insula 10 Est et la peinture murale d’époque sévérienne, Thèse de doctorat présentée à l’Univ. de Lausanne, 3 vol.

Fuchs M., 2006, « Peintures régionales en Suisse romaine », in : La peinture antique des Macédoniens aux Omeyyades : dix siècles de peintures murales, Dijon, éd. Faton, p. 48-55 (Dossiers d’archéologie, 318).

Fuchs M., Ramjoué E., 1994, Commugny : splendeurs murales d’une villa romaine, Nyon, Musée romain, 47 p.

Fuchs M., Bujard S., Broillet-Ramjoué E., 2004, « Wandmalereien », in : Suter P. J. et alii, Meikirch : Villa romana, Gräber und Kirche, Bern, Rub Media AG, p. 85-150.

Garnerie-Peyrollaz S., Fuchs M., 2006, « Balade dans la pergola peinte de Bösingen », Cahiers d’archéologie fribourgeoise, 8, p. 196-215.

Gogräfe R., 1999, Die römischen Wand-und Deckenmalereien im nördlichen Obergermanien, Neustadt an der Weinstrasse, 542 p. (Archäologische Forschungen in der Pfalz, Reihe C, Band 2).

Heckenbenner D., 1984 « Les peintures de la villa galloromaine de Saint-Ulrich (Moselle) : état de la question », in : Peinture murale en Gaule, Actes des séminaires AFPMA 1980-1981, Limoges et Sarrebourg, Nancy, p. 53-61 (Studia Gallica, I).

Horisberger B., 2004, Der Gutshof in Buchs und die römische Besiedlung im Furttal, Zürich/Egg, Neue Medien, 3 vol. (Monographien der Kantonsarchäologie Zürich, 37).

Jansen B., Schreiter Ch., Zelle M., 2001, Die Römischen Wandmalereien aus dem Stadtgebiet der Colonia Ulpia Traiana, Mainz, Ph. von Zabern, 284 p. (Xantener Berichte, 11).

Laken L., 2010, « Wall-paintings in Atuatuca Tungrorum : plaster fragments from the Vrijthof in Tongeren (Belgium) », in : Atti del Xe congresso internazionale sulla pittura murale antica, Napoli, 18-21 settembre 2007, Naples, p. 865-869.

Le Bot A., Bodolec M. -J., 1984, « Rhône-Alpes, vers une typologie régionale », in : La peinture romaine : le métier du peintre, Dijon, éd. Faton, p. 35-40 (Dossiers d’histoire et d’archéologie, 89, déc. 1984).

Sylvestre R., Dubois Y., 2009, « Graffiti auf den Wandmalereien von Oberbuchsiten », Archäologie und Denkmalpflege im Kanton Solothurn, 14, p. 58-63.

Thomas R., 1993, Römische Wandmalerei in Köln, Mainz, Ph. von Zabern, 400 p. (Kölner Forschungen, 6).

Thomas R., 1995, Die Dekorationssysteme der römischen Wandmalerei von augusteischer bis in trajanische Zeit, Mainz, Ph. von Zabern, 352 p.

Williams W., 1989, « The painted plasters of the Bingo Hall Site », in : Brian Ph. dir., The roman house with Bacchic murals at Dover, Dover Castles, p. 224-266 (Kent Archaeological Rescue Unit, 5).

Notes

1 Cf. Horisberger, 2004. Le même auteur dirige la monographie à paraître, intitulée Oberweningen und Schleinikon : zwei römische Gutshöfe im zürcherischen Wehntal (Reihe Zürcher Archäologie), dans laquelle le soussigné a pris en charge l’étude des peintures ici résumée.

2 Cf. respectivement Drack, 1988, p. 45, et Fuchs, 1989, p. 59-61, fig. 17a-b ; idem, p. 75-76 ; idem, p. 107 et 110, fig. 29a ; Dubois, 2010 ; Dubois, 2005, p. 7-8 ; Williams, 1989, p. 224-266.

3 Cf. Fuchs, Ramjoué, 1994, p. 22, fig. 15 (groupe A) ; Desbat et alii, 1994, p. 120, fig. 86-88 et pl. 11 (décor X, état 2A), ou Barbet, 2008, p. 124, fig. 167-168.

4 Cf. respectivement Fuchs, 1989, p. 89, et Fuchs, 1993, p. 120-124, fig. 7 et 9 ; Billerey, Mazimann, 1998, p. 35-55, fig. 30, 33-34, ou Barbet, 2008, p. 250-253, fig. 397-398.

5 Drack, 1988, p. 47 ; Fuchs, 1989, p. 109-111. Pour Trèves, cf. Barbet, 1974, p. 133-134, fig. 24, et Thomas, 1995, p. 299-300, fig. 232-233. Pour Mercin-et-Vaux, Barbet, 1974, résumé dans Barbet, 2008, p. 171-173.

6 Cf. respectivement Barbet, 2008, p. 250-251, fig. 393, ou Baudoux et alii, 2002, p. 324-325, fig. 290 ; Allag, Nunes Pedroso, 2003, p. 26, fig. 12, ou Barbet, 2008, p. 137, fig. 191 ; Laken, 2010.

7 À noter que l’on ne peut exclure la possibilité du prolongement de l’entablement hors champ, sur la droite.

8 Cf. Allag et alii, 1988 ; Belot, 1989, p. 32, fig. 1 ; Barbet, 2008, p. 279-282, fig. 434 et 436.

9 Cf. Defente, 1993, p. 259-261, fig. 3, 7-8, 11 ; Defente, 1995, p. 155, fig. 14 ; Barbet, 2008, p. 236-238, fig. 368-371.

10 Cf. Thomas, 1993, p. 177-193, pl. I, II. 2, III. 1 et 11-12 (pièce 1434) ; Jansen et alii, 2001, p. 127-128, fig. 61a-c et 66.

11 Drack, 1950, p. 110, fig. 106, y voyait la terminaison d’une hampe…

12 Drack, 1988, p. 30-32, fig. 16-17, pl. 8b-c ; Fuchs 1989, p. 62-64, fig. 18 ; Barbet et alii, 1997, p. 28.

13 Cf. pour avenches, Drack, 1988, p. 60-61, fig. 48-49, et p. 66, pl. 14a ; Fuchs, 1989, p. 21-22, fig. 7A ; Barbet et alii, 1997, 23, type 17, cat. 17d. pour Grancy, Drack, 1950, p. 39, Beilage 5, et 1988, p. 53 ; Fuchs, 1987, p. 67, pl. Xii. 1, et 1989, p. 79-80 ; Barbet et alii, 1997, p. 23 (de même que pour amiens). Pour orbe, Dubois, 2010, fig. 2.11. pour poitiers, Allag, Vibert-Guigue, 2002, p. 146-155, fig. 15-16, et Barbet, 2008, p. 321, fig. 489.

14 Site du parking Jean Jaurès. Aimable communication de J. Boislève (inrap).

15 Drack, 1950, p. 116-118, fig. 119 ; Fuchs, 2003, p. 578-579 et 584-586, fig. 205 et 207.

16 Respectivement Vallon, pièce 16 (Fuchs, 1996, p. 36), et décors 32-1 et 195/197-1 d’Orbe (Dubois, 2010, fig. 2.10). Pour les cryptoportiques, voir respectivement Fuchs et alii, 2004, p. 137, 147, 149, fig. 148, 156C, 157 ; Broillet-Ramjoué, 2004a, p. 161-162, fig. 203-204 ; enfin Drack, 1988, p. 59, fig. 46, pl. 14b-c, Fuchs, 1996, p. 25-26, et Garnerie, Fuchs, 2006, p. 198, fig. 4, et p. 207-208, fig. 22-23 ; de même, Fuchs, 2006, p. 48.

17 Voir les types 17 à 21 chez Barbet et alii, 1997, p. 23-27.

18 Cf. respectivement Bujard, Provenzale, 2004, p. 319, fig. 3-5, et Fuchs, 1989, p. 79-80 ; Drack, 1950, p. 39, Beilage 5 ; Drack, 1988, p. 53.

19 Archäologie und Denkmalpflege des Kantons Solothurn 2009 ; pour l’étude des peintures et de leurs graffiti, se reporter aux articles en allemand Dubois, 2009 et Sylvestre, Dubois, 2009, donnant l’illustration photographique des fragments à l’origine des restitutions. Celles-ci sont ainsi basées sur des proportions standardisées et ne présentent pas les conventions graphiques d’usage.

20 Le Bot, Bodolec, 1984 ; Desbat et alii, 1994, p. 261-262, pl. 1-6, 9-11 ; Barbet, 2008, p. 53-61.

21 Cf. Thomas, 1993, p. 142-143, fig. 38 ; Gogräfe, 1999, p. 30, 37, 98, 122-124, 137, 150-151 ; Barbet, 2008, p. 123-126 et 165-171.

22 Cf. Desbat et alii, 1994, p. 95-98, fig. 67-69, pl. 7.

23 Cf. Barbet et alii, 2005, p. 205-226, fig. 8a-c à 14, pl. E3 et F1-2, et Barbet, 2008, p. 154, fig. 222 ; Heckenbenner, 1984, p. 56-58, fig. 5 ; Dumasy-mathieu, 1991, p. 105, fig. 75, p. 80-81, pl. I et III ; Barbet, 2008, p. 185 et 232 ; Thomas, 1993, p. 177-183, fig. 63-64, 67, pl. 11 ; Dubois, 2005, p. 12-14, fig. 13-14 ; Gogräfe, 1999, p. 36-37, fig. 10-11.

24 Barbet, 1990, p. 24-25, fig. 25, et 28, fig. 28a ; Barbet, 2008, p. 193, fig. 285-286.

25 Insula sud, pièce L1 ; cf. Broillet-Ramjoué, 2004b, p. 3-6, fig. 10, proposition de restitution.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. localisation des sites sur le territoire de la Suisse.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7803/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 2. Le décor architectural d’Oberweningen (panneau restauré, inv. A-34578, Musée national suisse ; long. : 66 cm ; photo Martin Bachmann).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7803/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Légende Fig. 3. Le plan de la villa d’Oberweningen.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7803/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 4. Peintures murales in situ dans la pièce 7 des thermes (édifice B ; Rapport F. Blanc, archives Musée national suisse).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7803/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 5. Fragments du décor à fond jaune ; éch. : 1 :3 (© Archéologie cantonale de Zurich).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7803/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 6a. Fragments complémentaires et motifs divers appartenant au décor architectural. En haut à gauche, oiseau sur l’entablement ? Éch. : 1:3 (© Archéologie cantonale de Zurich).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7803/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 6b. Relevé de l’architecture ; noter l’axe de symétrie du soffite couronnant le champ rouge ; éch. : 1:4 (dessin Y. Dubois, © Pictoria).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7803/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 6c. Proposition de reconstitution de l’épistyle en gamma (dessin Y. Dubois, © Pictoria).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7803/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 7. Répartition des zones de trouvailles et des vestiges de la villa de Schleinikon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7803/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 8. Décor de trifols et points sur fond blanc : a. restitution en système à réseau ; b. restitution en guirlande de festons ; éch. : 1/10e et 1/25e (dessin Y. Dubois, © Pictoria).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7803/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Fig. 9. a. Proposition de restitution d’un décor d’arcature ornée de perles et pirouettes ; éch. : 1:5 (dessin Y. Dubois, © Pictoria). b. Les deux fragments préservés, correspondant au côté droit de l’embrasure ; éch. : 1:3 (© Archéologie cantonale de Zurich).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7803/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 10. Proposition de restitution du système à réseau à baguettes enrubannées et roses ; éch. : 1/10e (dessin Y. Dubois, © Pictoria).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7803/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Légende Fig. 11. Oberbuchisten (canton de Soleure) : vestiges de la villa dans le parcellaire actuel ; les peintures ont été trouvées dans les pièces R3 et R4.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7803/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 12. Décor à fond rouge, hypothèse de restitution ; éch. : 1:25 (dessin Y. Dubois, © Pictoria).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7803/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 13. Hypothèses de restitution du décor à fond noir : a. étendue à la paroi ; b. limitée à la zone supérieure ; éch. : 1:50 (dessin Y. Dubois, © Pictoria).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7803/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 14. Hypothèses de restitution du décor à fond jaune : a. solution en architecture d’applique à pilastres ; b. solutions à panneaux et inter-panneaux ; éch. : 1:25 (dessin Y. Dubois, © Pictoria).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7803/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 268k

Auteur

Section d’archéologie et des sciences de l’Antiquité, Université de Lausanne, 1015 Dorigny, Suisse. Yves. Dubois@unil.ch

© ARTEHIS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search