Version classiqueVersion mobile

Les enduits peints en Gaule romaine

 | 
Michel E. Fuchs
, 
Florence Monier

1ère partie. Actualité de la recherche

Les thermes de la villa gallo-romaine de Damblain (Vosges)

Magali Mondy, Nathalie Froeliger et Karine Boulanger

Résumé

La fouille préventive réalisée par l’Inrap en 2008 et 2009 à Damblain, commune localisée à l’extrême sud de la Lorraine, a notamment permis de mettre au jour les thermes d’une importante villa gallo-romaine occupée du ier au iiie siècle. Le vestiaire et le frigidarium avec son bain froid sont les deux principales pièces ayant livré des enduits peints. La première était décorée de bandes linéaires contenant des compositions à réseau différentes, dont l’emplacement sur les murs pose bien des questions. Le comblement du frigidarium et de son bassin froid conservait également de nombreux éléments d’architecture permettant de reconstituer son élévation et sa voûte.

Texte intégral

  • 1 PCR sous la direction de Magali Mondy (archéologue Inrap) et Dominique Heckenbenner (conservateur h (...)

1Depuis la création, en 2007, du PCR « Les enduits peints gallo-romains sur le territoire des Leuques et des Médiomatriques »1, une partie des responsables d’opération antiquisants a été sensibilisée en Lorraine à ce type de mobilier archéologique. Aussi, dans le cadre de la fouille archéologique préventive de la villa de Damblain, avonsnous souhaité aborder la problématique de la gestion des enduits peints en amont du démarrage de l’opération. À notre demande, la convention présentée pour signature à l’aménageur s’est vue augmentée d’une clause prévoyant le déclenchement d’une tranche optionnelle de fouille en cas de découverte exceptionnelle de peintures murales. À cette occasion, nous avons rédigé un estimatif du temps nécessaire à leur fouille et à leur étude.

2Suite au décapage du site, des sondages réalisés à l’emplacement de la pars urbana de la villa nous ont rapidement donné raison. L’état exceptionnel de conservation des thermes avait favorisé la préservation de nombreux fragments d’enduits peints. Après une expertise réalisée sur le terrain par Magali Mondy, nous avons pu argumenter la nécessité d’engager la tranche optionnelle et élaborer une stratégie de prélèvement tenant compte de l’extrême fragilité des matériaux et des délais très courts imposés.

3La fouille et le prélèvement, rendus difficiles en raison de conditions climatiques délicates et en l’absence d’abri efficace, ont été réalisés par Nathalie Froeliger sur une période de quatre mois et demi répartie sur les campagnes 2008 et 2009.

Une villa gallo-romaine en territoire lingon

4Le site de Damblain est implanté au sud du département des Vosges, à la limite du département de la Haute-Marne (fig. 1).

5Les vestiges mis au jour concernent principalement une villa gallo-romaine. L’atout de cette fouille réside dans le choix d’un décapage du site sur de grandes superficies. Cette approche a permis une bonne observation du bâtiment de la pars urbana dans sa globalité, mais aussi la compréhension de l’organisation de la pars rustica et de l’évolution chronologique de l’occupation des lieux dans un vaste rayon.

6Dans l’état actuel de l’étude du mobilier archéologique, l’occupation de la villa semble s’échelonner entre le milieu du ier et le début du iiie siècle ap. J. -C.

7Si l’aile septentrionale de la pars urbana a été partiellement arasée, l’aile occidentale est, quant à elle, remarquablement bien conservée. Elle s’ouvre à l’est sur la cour centrale par l’intermédiaire d’une galerie de façade terminée au sud par une abside. Ce corps de bâtiment abrite dix-sept pièces, ainsi que diverses salles d’habitation encadrant un secteur thermal central. Les thermes de la villa occupent un espace de 11,60 m de longueur par 8,60 m de largeur, soit une superficie totale de 80 m2. L’accès s’effectue au sud par l’intermédiaire d’un couloir perpendiculaire à la galerie (fig. 2 et 3).

8Dans un premier temps, le baigneur entre dans une vaste pièce de plan carré, chauffée par hypocauste, faisant office de vestiaire (apoditerium) et de salle de repos. Il pénètre ensuite dans une salle non chauffée (frigidarium) flanquée à l’ouest d’un bassin d’eau froide. Puis, il passe dans une pièce de mêmes dimensions, chauffée par hypocauste et correspondant à la salle tiède des bains (tepidarium). Efnin, il aboutit dans la pièce la plus chaude (caldarium) aux proportions équivalentes, également chauffée par hypocauste et comportant un petit bassin et une baignoire. La chaufferie (praefurnium) est localisée immédiatement à l’est de la salle chaude. un premier foyer est implanté sous le petit bassin, chauffant directement l’eau et diffusant ses fumées brûlantes sous le sol de la pièce. L’air chaud circule ensuite sous le sol de la salle tiède. Les fumées sont évacuées par des rangées de caniculi implantées contre les murs longitudinaux des deux pièces. Le second foyer de la chaufferie alimente indépendamment l’hypocauste du vestiaire où l’évacuation des fumées est assurée par une cheminée installée dans chacun des angles de la pièce.

Fig. 1. Carte de localisation du site dans le contexte régional et plan général simplifié de la villa (DAO : K. Boulanger, Inrap).

Fig. 2. Plan des thermes et détermination des espaces (DAO : K. Boulanger, Inrap).

9Cette disposition des salles thermales implique un parcours rétrograde : le baigneur revient sur ses pas pour s’immerger dans le bassin froid puis prendre du repos ou se rhabiller dans le vestiaire.

10À travers son plan, la fonction de ses différentes salles et le sens de circulation, l’ensemble thermal de la villa de Damblain est en tous points comparable aux thermes de l’établissement rural de chassey-lèsmontbozon (haute-saône) (Barbet, Gandel, 1997). Il présente également des similitudes avec les bains de la villa des Grandes terres à Beynost dans l’ain (Motte et alii, 2008).

11Cette disposition en enfilade de trois salles de bain (froide, tiède et chaude), avec une chaufferie accolée à la pièce chaude, se rencontre, par ailleurs, dans quelques exemples de thermes publics de petites dimensions. c’est le cas notamment des thermes de Bliesbruck en Moselle (Petit dir., 2000) dans leur phase 1 initiale, de Mamer (Luxembourg) phase IIb, de Saint-Mard (Belgique) phase i ou encore de Heerlen au Pays-Bas (Petit dir., 2000, p. 134-135). La seule différence réside dans l’emplacement du vestiaire, souvent placé dans l’alignement de la salle froide.

Fig. 3. Photographie aérienne des thermes de la villa (photo : R. Elter, Inrap).

12Pour tous ces exemples comparatifs, les bains ont été édifiés dans le courant du ier siècle ap. J.-C. et semblent avoir fonctionné au plus tard jusqu’au début du iie siècle.

Description et interprétation des enduits peints

Méthodologie employée pour la fouille et le prélèvement des enduits peints

13Le prélèvement systématique des enduits peints dans le frigidarium et dans le vestiaire a nécessité des interventions spécifiques, adaptées à l’état de conservation des fragments.

14Contrairement aux mortiers du frigidarium, relativement résistants, les mortiers du vestiaire se sont révélés extrêmement fragiles, nous obligeant à les encoller pour les consolider et les prélever dans de bonnes conditions.

15Dans les deux cas, une importante couverture photographique a été réalisée, et tous les fragments ont été numérotés et relevés sur film plastique.

Les enduits peints du vestiaire

Présentation générale

16Le vestiaire était chauffé par un hypocauste et des tubulures rectangulaires présentes à chaque angle de la pièce. Les murs, encore en élévation sur une hauteur de 0,30 m environ, conservaient leur enduit peint sur 0,15 à 0,20 m de hauteur. Le reste des enduits s’était effondré dans l’angle nord-est de la pièce en plus ou moins grandes plaques, soit à plat, soit de chant, entremêlées avec les fragments de tubulures et les moellons des murs.

La zone 1 : les éléments en place

17L’angle nord-est livre l’essentiel des informations sur la zone 1 : grâce à l’enduit encore préservé sur le premier boisseau de tubulures et une partie du suivant (fig. 4), nous savons que la plinthe gris bleuté atteignait au moins 0,40 m de hauteur. La couche de démolition, située à proximité immédiate de cet angle, a fourni un autre fragment de tubulure dont le revêtement portait un double bandeau rouge et jaune séparant deux champs blancs, décor également découvert effondré contre le mur nord. Ce sont ces fragments qui déterminent de manière avérée la superposition de la bande jaune sur la bande rouge.

18Ce décor permettait donc de délimiter la zone 1 de la zone 2. En tenant compte de la dimension des tubulures qui est de l’ordre de 0,30 m, nous pouvons en déduire que cette séparation s’opérait à 0,85 m de hauteur.

Fig. 4. Vue des pilastres d’angle (photo : N. Froeliger, Inrap).

Fig. 5. Décors peints appartenant aux pilastres d’angle (photo : N. Froeliger, Inrap).

19Enfin, un bandeau bleu vertical, présent sur la tubulure et localisé à proximité de l’angle du mur, reliait la plinthe et les bandes de séparation.

Fig. 6. Les décors linéaires à réseau (DAO : N. Froeliger, Inrap).

La zone 2 : les pilastres d’angle

20Plusieurs fragments découverts effondrés essentiellement à la base des angles de la pièce ont révélé, une fois remontés, des angles de mur sortant et rentrant à 90° (fig. 5). Ils présentaient une succession de bandes et de traits parallèles en un jeu de couleur jaune, jaune-vert et vert reproduisant des cannelures de pilastres. L’impression de relief est renforcée par une succession de demi-arcs de cercle également verts, venant en appui sur un trait de même couleur, localisé, selon toute vraisemblance, aux extrémités supérieure et inférieure des pilastres. Ce type de composition est observable dans l’exemple de Paris, rue Amyot (Eristov, Vaugiraud, 1985), bien que, dans notre cas, les demi-cercles soient inversés. Une légère divergence des traits et des bandes constatée sur la plus grande longueur remontée suggère une correction de la perspective sur la hauteur du pilastre.

21La couche d’effondrement des enduits livre également des éléments ayant appartenu à une fenêtre percée dans le mur oriental au pied duquel ils ont été trouvés. Les angles rentrant et sortant à 150° ou 90° de l’écoinçon intérieur gauche (haut de 1,90 m) sont soulignés par un bandeau rouge doublé d’un filet noir. La partie inférieure de l’écoinçon conserve quelques traces de peinture jaune, qui nous permettraient de localiser la base de l’embrasure de la fenêtre à la hauteur du double bandeau de séparation des zones 1 et 2.

22Enfin, certains fragments ont livré une superposition d’un bandeau rouge, d’un filet vert et d’une bande jaune parallèles peints sur fond blanc. Il pourrait s’agir du couronnement de la zone 2 figurant une corniche.

Compositions linéaires de décor à réseau

23Des plaques présentaient des champs blancs et trois décors à réseau différents et distincts (fig. 6), dont la composition se développe, dans les trois cas, sur une largeur de 0,43 m ; celle-ci est comprise entre deux bandeaux soulignés d’un filet, rouge d’un côté et vert de l’autre, dans deux cas, rouge et jaune dans le troisième.

24Le premier décor présente une composition linéaire en réseau orthogonal, formée sur la largeur de deux octogones jaunes irréguliers adjacents à quatre côtés concaves, déterminant un cercle vert central et deux demi-cercles verts en bordure reliés entre eux par des filets jaunes rehaussés de rouge. Les cercles et les demi-cercles verts accueillent en leur centre des fleurons respectivement à quatre pétales trilobés verts ou un pétale trilobé vert ou jaune, peints en alternance contre les bandeaux des bordures. La composition présentait au minimum six cercles verts dans sa longueur. Il s’agit d’un décor de type 26f, déterminé par l’essai de terminologie des décors à réseau (Barbet et alii, 1997).

25Le deuxième décor se définit, également, par une composition linéaire à réseau orthogonal formée sur la largeur de deux carrés jaunes sur la pointe, et de deux demi-carrés sur les bords reliés entre eux par des traits rouges aux angles. Ils déterminent ainsi des octogones rouges et jaunes au nombre de trois dans la largeur. Il s’agit d’un décor de type 26a de l’essai de terminologie précédemment cité (Barbet et alii, 1997).

26Enfin, le troisième décor se compose de quatre palmettes vertes trilobées aux extrémités et quadrilobées au centre, reliées entre elles par quatre points jaunes irréguliers. Comme dans les deux précédents décors à réseau, celui-ci a nécessité un tracé préparatoire incisé. Mais contrairement à eux, il présente un bandeau et un filet jaune plutôt qu’une bordure verte en opposition à la bordure rouge. Il s’agit également d’une composition linéaire dont le décor se rapproche du type 15 (Barbet et alii, 1997).

Proposition de restitution et comparaisons

27Si, dans l’ensemble, l’emplacement des éléments de décor appartenant au vestiaire pose relativement peu de problèmes, il en va tout autrement pour les décors à réseau ! Nous avions bien entendu été tentées de les interpréter d’emblée comme des éléments appartenant à un plafond, interprétation d’autant plus facile que le motif de l’un d’eux est comparable à celui du plafond de la villa d’Andilly-en-Bassigny (Haute-Marne) située à une quinzaine de kilomètres au sud de Damblain. Leur ressemblance est, en effet, extrêmement frappante : même type de composition, simplification des motifs et choix très limité des couleurs dans les deux cas (Zeyer, 1983, p. 22-23). Mais, contrairement au plafond isotrope d’Andilly-en-Bassigny, les décors à réseau de Damblain ont la particularité de former trois bandes linéaires de mêmes largeurs, composées de trois motifs différents. Tous ayant été découverts le long du même mur et dans l’angle nord-est, il n’est pas exclu que d’autres motifs, réalisés suivant le même schéma, complètent ce que nous connaissons.

28L’examen à l’œil nu des fragments ne nous a été d’aucune utilité pour déterminer s’ils appartenaient bien à un plafond, car, les premières couches de mortier n’étant pas conservées, toute observation sur les revers était impossible.

29En revanche, les analyses réalisées sur les dernières couches ont vite semé le trouble, puisqu’elles ont montré une similitude dans leur composition avec les fragments de revêtement peints appartenant de manière avérée aux murs (Coutelas, 2009).

30Des observations très précises réalisées par l’équipe de fouille sur la chute « en accordéon » des plaques décorées de deux de ces compositions confirmeraient, justement, un mode d’effondrement des peintures depuis un plan vertical ; hypothèse que viendrait étayer la présence d’un graffiti sur l’une d’elles.

31Les différentes possibilités qui s’offrent à nous, concernant la place occupée par ces trois décors à réseau, sont relativement limitées. D’une part, le décor de la zone 1 a clairement été identifié, et la place disponible entre la plinthe et la corniche de séparation des zones 1 et 2 ne permet pas d’accueillir ces décors. D’autre part, les angles de la pièce sont occupés par des pilastres cannelés fictifs appliqués sur les tubulures formant de véritables saillies.

32Ne restent donc plus que la zone supérieure, proche du plafond, et la zone 2 entre les pilastres d’angle.

33La première hypothèse paraît, de prime abord, la plus probante, d’autant plus qu’elle trouve de nombreux parallèles, dont nous citons ici deux exemples : le frigidarium de Holstein (Kapossy, 1966, fig. 10-15) et la pièce B de la maison III du Clos de la Lombarde à Narbonne (Sabrié, Sabrié, 1996, p. 216-221, fig. 34). Il s’agit cependant, dans ces deux cas, d’un même réseau couvrant toute la longueur de la pièce, sans interruption et sans changement dans la composition. L’exemple de Damblain se distingue donc très fortement par la présence de plusieurs décors à réseau différents, cas de figure complètement inédit. En l’absence de preuves matérielles, les suggestions qui suivent sont donc énoncées au conditionnel. Ces bandes linéaires à réseau, dont nous ne connaissons pas la longueur exacte (1,10 à 1,50 m) pourraient éventuellement se trouver en partie haute de la paroi. Elles surmonteraient des panneaux blancs en zone 2 délimités par des bandeaux et des filets. Le sens de lissage orienté dans le sens de la longueur de la bande n’exclut pas cette hypothèse. Les inter-panneaux pourraient alors être occupés par des pilastres cannelés peints, identiques à ceux découverts dans les angles. Cependant, aucun élément de ce type n’ayant été mis au jour dans l’espace fouillé qui sépare les angles de la pièce, l’hypothèse de la présence d’autres pilastres cannelés paraît s’exclure d’elle-même. Par ailleurs, si l’on reproduit des pilastres d’égale largeur sur la paroi et les angles, l’un des décors à réseau outrepasse très largement l’espace compris entre deux pilastres, là où l’on pourrait s’attendre à restituer un couronnement dont aucun élément n’a été livré par la fouille.

34La seconde hypothèse, qui paraît beaucoup plus surprenante, est cependant plus en phase avec les observations effectuées et les indices collectés. Ainsi, la zone 2 serait pourvue d’une alternance de trois panneaux blancs et de deux inter-panneaux recouverts de bandes linéaires décorées de deux réseaux différents entre les pilastres d’angles (fig. 7).

35Tout d’abord, l’emplacement de découverte des trois décors à réseaux est en adéquation avec la localisation de ces éléments sur notre proposition de restitution. Ensuite, plusieurs détails fournis par les décors confortent cette suggestion. En effet, la troisième composition linéaire de type 20 b nous renseigne sur la présence d’un retour du bandeau rouge souligné par un filet intérieur de même couleur qui délimite des panneaux blancs ; le décor à réseau de palmettes vertes n’outrepasse pas cet angle et semble s’interrompre. Alors que les deux autres compositions, qui devaient se localiser en milieu de paroi, conservent un lissage dans le sens de la hauteur, la troisième plaque est pourvue d’un lissage perpendiculaire aux bordures. L’explication plausible que nous pouvons proposer est que cet élément devait se localiser en haut de paroi, à proximité de la corniche fictive supérieure. De même, un fragment de la deuxième composition présente également un sens de lissage perpendiculaire aux bordures et semblerait appartenir à l’extrémité supérieure du décor.

Fig. 7. Proposition de restitution des murs nord et est du vestiaire (DAO : N. Froeliger, Inrap).

36Nous savons, également, que les panneaux blancs (dont la largeur maximale remontée est de 0,55 m) prenaient appui sur le double bandeau rouge et jaune de séparation entre les zones 1 et 2. En effet, l’un des fragments portant ce décor présente l’amorce perpendiculaire d’un bandeau rouge s’élançant à la verticale. Il est en tout point identique à celui de la bordure de la bande à réseau. Ces similitudes sont encore plus frappantes sur un petit fragment trouvé dans le même secteur et orné d’une palmette jaune peinte contre la bande décorée du réseau de la première composition. Le rapprochement de ces différents indices nous permet de faire le lien avec les bandeaux de séparation des zones 1 et 2, bien qu’aucune connexion physique entre eux n’ait été trouvée. Nous restons cependant très prudentes, car notre hypothèse, qui repose en grande partie sur cet élément-clé de la composition, reste finalement très fragile.

37Il est également à noter que les dimensions des octogones de la composition 2 augmentent sensiblement et progressivement. Cette caractéristique implique probablement une correction de la déformation sur la hauteur et nous autoriserait donc à valider la place des bandes à décor à réseau en inter-panneau.

38Enfin, si ces bandes à réseau forment bien des inter-panneaux comme nous le supposons, leurs dimensions ainsi que celles des panneaux blancs sont conformes à de nombreux exemples.

39Plusieurs éléments encore en place et des fragments qui, bien que bouleversés, laissent peu de doute sur leur emplacement d’origine, permettent de proposer une première ébauche de restitution de la zone 1 des murs nord et nord-est et des angles du vestiaire. Il est évident que les compositions en bande des différents décors à réseau appartiennent à ce programme décoratif, mais il est difficile de restituer leur place initiale. Nous nous trouvons face à des compositions complètement inédites, qui, faute d’exemple comparable, nous laissent dans l’expectative. Cependant, après une enquête minutieuse qui a livré de nombreux indices relativement probants, nous nous sommes risquées à proposer plusieurs hypothèses, la plus pertinente étant aussi la plus surprenante, c’est-à-dire en inter-panneaux. Il est évident que face à ce caractère inédit, nous ne pouvons qu’attendre la découverte d’un autre exemple irréfutable pour accréditer notre hypothèse.

40Mis à part l’aspect hypothétique de notre proposition de restitution, les bandes à réseau du vestiaire de Damblain offrent un décor pour le moins particulier, qui permet de compléter le corpus des décors à réseau. Ni bandes linéaires, telles qu’elles sont connues à Mané-Véchen-en-Plouhinec (Boislève, Allag, 2005), au forum de Bavay (Groetembril, Thollard, 1999), dans le frigidarium de Betting-lès-Saint-Avold (Barbet, 2008), pour ne citer que ces exemples, ni composition isotrope comme à Andilly-en Bassigny (Zeyer, 1983, p. 22-23) ou dans la salle thermale d’Orléans (Allag, 1983), les bandes à réseau de Damblain s’approchent peut-être davantage des larges bandes permettant de faire la transition entre le haut du mur et le plafond, sans pour autant appartenir à cette catégorie.

41De plus, si comme notre hypothèse le met en avant, ces bandes à réseau s’avèrent être des inter-panneaux, elles enrichiraient considérablement le corpus.

Les enduits peints de la salle froide

Présentation générale

42La salle du bain froid correspond à un espace de circulation qui occupe toute la partie ouest du frigidarium sur un peu moins de 4 m2 et un espace de circulation qui s’ouvre à la fois sur le vestiaire, sur la salle tiède, sur le couloir sud et sur le bassin d’eau froide (fig. 8). Son sol, d’une superficie de 8 m2, est entièrement recouvert d’un opus sectile polychrome. Elle est flanquée à l’ouest d’un bassin d’eau froide d’une superficie d’environ 4 m2.

43L’ensemble de la pièce a livré un décor homogène nous permettant de proposer une restitution, depuis le sol jusqu’au couvrement (fig. 9).

La zone 1

44Un placage de dalles calcaires blanches recouvrait la zone 1 de l’espace de circulation. En grande partie arraché, il était composé de deux assises de hauteur différente, séparées par une moulure encore en place. Il était préservé sur au moins 0,80 m de hauteur, dimensions correspondant à la hauteur maximale conservée des murs. Les informations livrées par le bassin permettraient de supposer qu’il devait s’élever sur encore 0,10 m, pour une hauteur totale de 0,90 m.

45Il est ainsi possible qu’une seconde moulure ait servi de transition entre ce placage et l’enduit peint en partie supérieure.

46Ce placage était présent sur tous les murs sauf sur une partie du mur sud où il a cédé la place, lors d’une réfection tardive, à un mortier revêtu d’un enduit à très faible capacité couvrante, de couleur rosée.

Fig. 8. Vue d’ensemble du frigidarium (photo : K. Boulanger, Inrap).

47Cette phase de reconstruction s’est accompagnée de la mise en place d’un quart-de-rond présent à la base des quatre murs. Sa facture très grossière contrastait considérablement avec le programme architectural et décoratif des autres murs, mais convient parfaitement à la portion refaite.

48On accédait au bassin d’eau froide en chevauchant un parapet permettant d’atteindre quelques marches d’escalier maçonnées, aménagées à l’intérieur du bassin, dans l’angle sud-est. L’intérieur du bassin était revêtu d’un mortier de tuileau couvert d’une peinture rouge. À 1,33 m de hauteur depuis le fond, une croute de calcite formait une ligne étroite horizontale qui témoignait de la limite haute atteinte par le niveau d’eau contenue dans ce bassin d’une capacité de 5 m3 ; cette limite correspondait, à 0,08 m près, à la hauteur conservée du parapet (0,55 m), qui était, selon toute vraisemblance, recouvert par une tablette de dalles calcaires.

49Le revêtement de peinture rouge outrepassait donc le niveau d’eau, pour laisser place à un revêtement blanc localisé 0,37 m plus haut. La hauteur totale du revêtement rouge était donc de 1,70 m depuis le fond du bassin, limite en parfaite adéquation avec la hauteur estimée du placage dans l’autre partie de la pièce.

La zone 2

50De nombreux fragments laissent entrevoir un décor linéaire peint sur fond blanc composé d’un bandeau rouge bordeaux (0,06 m) délimité de part et d’autre par un ilet rouge bordeaux (0,08 m) sur la partie supérieure et orange sur la partie inférieure (0,08 m).

Fig. 9. Proposition de restitution provisoire des locus 310 et 311 (DAO : M. Mondy).

51Plusieurs éléments-clés de ce décor linéaire, qui est le seul connu dans cette pièce, nous permettent d’en comprendre l’organisation générale.

52Tout d’abord, deux plaques nous renseignent sur la transition entre le haut du mur vertical et la base de la voûte. Elles ont été découvertes côte à côte le long du mur septentrional. Elles conservent à leur base la même cassure horizontale, à l’endroit même où a été peint le décor linéaire, et où nous avons observé un amincissement de l’épaisseur du mortier correspondant à une transition dans les modes de techniques de construction. Ces plaques se localiseraient donc à un emplacement clé de l’élévation, au sommet de la paroi verticale du mur de moellons et à la base de la voûte en plaques de terre cuite.

53Ce décor linéaire se poursuivait sur les murs pignons, comme le laissent entendre des fragments appartenant à une fenêtre percée dans le mur occidental, au-dessus du bassin, et qui, selon les indices relevés, venait interrompre le décor linéaire.

54Ensuite, plusieurs fragments conservant un angle à 90 ° sont également soulignés par ce décor linéaire ; ils permettent de déduire que tous les angles de la pièce devaient être ainsi rehaussés, qu’ils soient droits (entre deux murs verticaux) ou courbes (entre le mur pignon et la voûte).

55Cette indication nous a permis de comprendre les raisons de l’amorce d’un nouveau bandeau rouge bordeaux conservé sur la limite inférieure de l’une des deux plaques appartenant à la base de la voûte. Comme le montrent la plupart des fragments conservés, le seul décor peint du frigidarium est présent à la fois en milieu de paroi pour marquer la transition entre le mur et le départ de la voûte, et sur tous les angles.

56Or, la plaque conservant le départ d’un nouveau bandeau rouge bordeaux a été mise au jour à proximité de la porte aménagée dans le mur nord pour passer du frigidarium au tepidarium. Les différents indices que nous venons de décrire nous permettraient donc de la placer juste au-dessus de la porte, et d’interpréter la petite surface rouge bordeaux comme le bandeau qui soulignait l’arête du linteau de la porte. Ainsi, la base de la voûte prendrait naissance juste au-dessus de l’ouverture de la porte. Le bandeau qui souligne l’arête de celle-ci et celui qui sert de transition entre le mur et la base de la voûte auraient donc un filet orange en commun.

57En revanche, il pourrait en être différemment avec la porte qui perce le mur oriental 3057. En effet, celle-ci mène, par quelques marches, au vestiaire, et était donc aménagée à plus de 0,55 m au-dessus de l’opus sectile. Il est donc très probable que cette ouverture interrompait le décor linéaire, de la même manière que la fenêtre percée dans le mur opposé.

Les voûtes

58Le frigidarium était recouvert d’une voûte en plein cintre au-dessus de l’espace de circulation et d’une voûte d’arêtes, au-dessus du bassin.

59La voûte en plein cintre est construite en plaques de terre cuite de forme rectangulaire et légèrement courbes, dont les dimensions sont approximativement les mêmes, soit plus ou moins 0,30 par 0,45 par 0,03 m (fig. 10). La vingtaine de plaques conservées est pourvue de deux encoches percées sur les petits côtés. Aucun élément métallique, ni trace de rouille, ni négatif de tenon laissé dans le mortier n’a été observé. L’assemblage et le maintien se faisaient donc par le mortier seul, également présent sur la partie supérieure de ces plaques. Si cette dernière était lisse, en revanche, la partie inférieure portant l’enduit peint était densément striée de lignes multidirectionnelles profondes de 0,03 m.

Fig. 10. Vue de dessus et coupe d’une plaque de terre cuite constituant la voûte en plein cintre du frigidarium (DAO : N. Froeliger, Inrap).

60La courbure de ces plaques permet de restituer un arc de cercle dont le rayon est de 1,15 m, ce qui correspond parfaitement à l’espace compris entre les murs nord et sud, qui est de 2,30 m. De même, leurs dimensions moyennes permettent de disposer côte à côte huit plaques de 0,45 m de longueur sur la largeur de la pièce, et douze de 0,30 m de largeur sur la longueur de la pièce. Ce qui fait un total de 96 plaques nécessaires à la réalisation de cette voûte en plein cintre.

61Quant à l’espace occupé par le bassin, il était recouvert d’une armature formant une voûte construite sur un lattis constitué de baguettes plates plus ou moins régulières et de tiges de section circulaire. La faible surface reconstituée a permis de mettre en évidence une courbe appartenant non pas à une voûte en plein cintre, mais plutôt à une voûte d’arête. La couche picturale des quelques fragments conservés est extrêmement altérée et a en grande partie disparu. On devine néanmoins la présence d’un enduit blanc sur les infimes zones non dégradées. Si cette surface était pourvue d’un décor, celui-ci nous aurait donc complètement échappé.

62La présence d’angles courbes soulignés par le décor linéaire dans le comblement du bassin permet de restituer des arcs en plein cintre probablement sur les trois murs, en corrélation avec une voûte d’arête, et probablement une fenêtre pourvue d’un arc en plein cintre.

Proposition de restitution et comparaisons

63Bien que la salle du bain froid soit composée de deux espaces différenciés par deux types de couvrement différents, elle révèle un programme décoratif homogène, lumineux, extrêmement sobre et de bonne facture, en adéquation avec un sol couvert d’un opus sectile mariant des dalles de formes variées et des roches de nature et de couleurs différentes. Le commanditaire a privilégié un placage de pierres calcaires de très bonne facture à la base des murs, certainement moins coûteux qu’un placage de marbre – mais faisant tout autant illusion – à la place d’un simple enduit mural, pourtant très répandu dans des thermes privés.

64Ce placage blanc est en harmonie avec le revêtement blanc des voûtes. Les voûtes ayant fait l’objet d’une publication sont en général celles pourvues d’un décor, comme la voûte d’une salle thermale décorée d’un réseau régulier de cercles et de points à Orléans (Allag, 1983) et la voûte de la « Chambre blanche » à Avenches (Fischbacher, Fuchs, 2006).

  • 2 Pour information, les quelques éléments livrés par le caldarium, pièce contiguë au frigidarium, ind (...)

65D’un point de vue technique, le cas de la salle froide de Damblain est extrêmement intéressant dans la mesure où nous avons pu mettre en évidence deux techniques de construction différentes pour deux types distincts de couvrement. D’une part, la plaque de terre cuite est particulièrement adaptée à une voûte en plein cintre2, bien qu’en général, les exemples publiés fassent mention de tubulures. D’autre part, le lattis, qu’il soit composé de baguettes ou de roseaux, offre quant à lui une souplesse permettant de créer des voûtes d’arêtes ou des coupoles.

Conclusion

66La fouille de Damblain est exemplaire à plus d’un titre. D’une part, parce qu’elle a livré des éléments fondamentaux permettant de comprendre les modes de construction de la salle froide des thermes de la villa. D’autre part, parce que son vestiaire est pourvu d’un décor à réseau linéaire, dont la composition est tout à fait inédite, mais dont les motifs trouvent pourtant des liens de comparaison étroits avec une peinture de la villa d’Andilly-en-Bassigny et pose donc la question de l’existence d’un atelier ; sujet que nous aurons l’occasion de développer plus amplement à l’occasion d’un autre article.

67Nous avons à peine effleuré les analyses qui ont été réalisées par Arnaud Coutelas sur les mortiers de ces deux villae, car cette étude fera l’objet d’un poster à l’occasion du XIème colloque de l’AIPMA en septembre 2010 à Éphèse.

68Ces différents travaux seront complétés dans un avenir proche par l’étude des matériaux de construction et des éléments de placage intervenant dans le décor des sols et des murs. À l’issue du travail de post-fouille, la confrontation des résultats de ces différents dossiers, associée à l’analyse chronologique des vestiges, permettra la réalisation d’une proposition de restitution en trois dimensions de l’ensemble thermal de la villa de Damblain.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Allag Cl., 1983 « Enduits peints d’Orléans », Gallia, t. 41, fasc. 1, p. 191-200.

Barbet A., 2008, La peinture murale en Gaule romaine, Paris, Picard, 392 p., 564 fig.

Barbet A., Dugast J., 1986, Peintures gallo-romaines dans les collections publiques françaises, Paris, éd. du CNRS, 125 p. (Bull. du CEPMR, 8).

Barbet G., Gandel Ph., 1997, Chassey-lès-Montbozon (Haute-Saône) : un établissement rural gallo-romain, Paris, Les Belles Lettres, 300 p. (Annales littéraires de l’Univ. de Franche-Comté, 627 - Série Archéologique, 42).

Barbet A., Douaud R., Laniepce V., 1997, Imitation d’opus sectile et décors à réseau : essai de terminologie, Paris, éd. du CNRS, 46 p. (Bull. du CEPMR, 12).

Boislève J., Allag C., 2005, « Les peintures murales de la villa de Mané-Véchen », Bull. de la Société archéologique de Corseul-la-Romaine, XIX, p. 13-20.

Coutelas A., 2009, Le support des peintures murales sur les territoires des Leuques et des Médiomatriques : le cas du secteur balnéaire de la villa de Damblain (88), Rapport intermédiaire au PCR sur « les enduits peints gallo-romains sur les territoires des Leuques et des Médiomatriques », 2009, inédit.

Eristov H., 1978, « Les enduits peints d’époque gallo-romaine découverts rue de l’Abbée-de-l’Épée (5e) », Cahiers de la Rotonde, 2, p. 13-29.

Eristov H., Vaugiraud S., 1985, « Peintures murales de la rue Amyot (Paris, Ve) », in : Barbet A. dir., Peinture murale en Gaule, Actes des séminaires de l’AFPMA, Lisieux, 1er et 2 mai 1982/Bordeaux, 21 et 22 mai 1983, p. 299-313 (BAR International Series, 240).

Fischbacher V., Fuchs M., 2006, Vingt ans de restauration de peintures murales par le Laboratoire du Musée romain d’Avenches, Lausanne, 99 p. (La Gazette du laboratoire de conservation-restauration, 6).

Groetembril S., Thollard P., 1999, « Fouilles sur le forum de Bavay (1993-1998), III. Habitat, voirie et stratigraphie au sud du forum », Revue du Nord, 81, p. 23-64.

Kapossy B., 1966, « Römische Wandmalereien aus Münsigen und Hölstein », Acta Bernensia, IV, Bern, p. 37, fig. 10-15.

Motte S., Vicherd G., Plantevin C., 2008, « La villa des Grandes Terres à Beynost (Ain) : organisation spatiale et techniques de construction », R.A.E., t. 57-2008, p. 267-288.

Petit J.-P. dir., 2000, Le complexe des thermes de Bliesbruck (Moselle) : un quartier public au cœur d’une agglomération secondaire de la Gaule Belgique, Paris/Metz, 464 p. (Blesa, 3).

Sabrié M., Sabrié R., 1996, « Le Clos de la Lombarde à Narbonne : peintures murales de la maison III », Revue archéologique de Narbonnaise, 27-28, p. 191-251.

Zeyer Th., 1983, « La villa gallo-romaine d’Andilly », Archéologia, no 178, Dijon, éd. Faton, p. 16-25.

Zeyer Th., 1984, « La peinture d’un plafond à Andilly-en-Bassigny (Haute-Marne) », in : Barbet A., Burnand Y. dir., Peinture murale en Gaule, Actes des séminaires de Limoges (1980) et Sarrebourg (1981), Nancy, Presses univ. de Nancy, p. 67-75 (Studia Gallica, I).

Zeyer Th., Cardinal J., 1992, Andilly-en-Bassigny : villa gallo-romaine, nécropole mérovingienne, Guide illustré, Langres, 20 p.

Notes

1 PCR sous la direction de Magali Mondy (archéologue Inrap) et Dominique Heckenbenner (conservateur honoraire).

2 Pour information, les quelques éléments livrés par le caldarium, pièce contiguë au frigidarium, indiquent qu’il était lui aussi recouvert d’une voûte en plein cintre faisant appel au même procédé technique.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte de localisation du site dans le contexte régional et plan général simplifié de la villa (DAO : K. Boulanger, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 2. Plan des thermes et détermination des espaces (DAO : K. Boulanger, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7758/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 3. Photographie aérienne des thermes de la villa (photo : R. Elter, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7758/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 4. Vue des pilastres d’angle (photo : N. Froeliger, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7758/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 5. Décors peints appartenant aux pilastres d’angle (photo : N. Froeliger, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7758/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Légende Fig. 6. Les décors linéaires à réseau (DAO : N. Froeliger, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7758/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 7. Proposition de restitution des murs nord et est du vestiaire (DAO : N. Froeliger, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7758/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 8. Vue d’ensemble du frigidarium (photo : K. Boulanger, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7758/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Fig. 9. Proposition de restitution provisoire des locus 310 et 311 (DAO : M. Mondy).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7758/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 10. Vue de dessus et coupe d’une plaque de terre cuite constituant la voûte en plein cintre du frigidarium (DAO : N. Froeliger, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7758/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

© ARTEHIS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search