Version classiqueVersion mobile

Les enduits peints en Gaule romaine

 | 
Michel E. Fuchs
, 
Florence Monier

1ère partie. Actualité de la recherche

Reims, rue Saint-Symphorien : décors de deux pièces contiguës

Clotilde Allonsius

Résumé

La domus de la rue Saint-Symphorien à Reims (Marne), fouillée en 2006 par l’Inrap, a livré plusieurs lots de peintures, dont les principaux posent notamment la question du décor de deux pièces contiguës. Les peintures, en place sur les murs ou effondrées au sol, laissent penser que la grande salle de réception ainsi qu’une plus petite étaient ornées d’un même décor, à fond noir et rouge audessus d’une haute plinthe rose mouchetée. Mêlé à ces fragments, un ensemble à fond blanc, agrémenté de bandes de rouge cinabre et d’imagines clipeatae de belle facture, vestige d’un état antérieur, semble avoir orné un des murs de la petite salle, en coexistence avec le décor polychrome.

Entrées d'index

Schlüsselwörter :

domus, Reims, Vorzimmer, imago clipeata

Texte intégral

1Les fouilles de la rue Saint-Symphorien se sont déroulées en 2006 sous la direction de Stéphane Sindonino (Inrap). Le site se trouve à quelques rues derrière la cathédrale, au sud-est de la ville gallo-romaine. Les premiers vestiges d’occupation datent du dernier quart du ier siècle av. J.-C. Après un incendie, lors d’une nouvelle phase d’occupation, la parcelle est réorganisée.

2La présence de peintures encore en place et effondrées sur le sol a amené le responsable d’opération à appeler le CEPMR afin de procéder à leur prélèvement. L’étude de l’ensemble des enduits peints s’est déroulée en 2007 et 2009. Les deux principaux décors, issus des US 373, 478 et 486 (fig. 1), correspondant à deux pièces contiguës, font l’objet de cet article.

Prélèvement

3Plusieurs pièces présentaient encore des enduits en bas de parois mais nous n’aborderons ici que ceux de la salle de réception (Mr 87 et Mr 116, US 373).

Fig. 1. Plan de la domus. Période 2, état 2 (Inrap).

4Une grande partie de la plinthe mouchetée était encore en place sur les murs ; nous n’en avons déposé qu’une partie pour en garder un témoin (Mr 87). Après nettoyage de la couche picturale et séchage en surface, nous avons appliqué du papier japon (non tissé) à l’aide de Paraloïd B72 © dilué à 25 % dans l’acétone, puis de la gaze de coton avec le même mélange. Une toile de coton a été ensuite fixée avec du Paraloïd © plus concentré (50 %), et agrafée sur une planche plaquée contre la peinture ainsi protégée. Enfin, nous avons détaché l’enduit de son support, en glissant des lames affutées entre le mortier et les pierres du mur.

5La récupération des pierres d’un autre mur avait entraîné l’effondrement d’une grande plaque en partie basse de paroi sur le sol (US 373) (fig. 2). Les fragments, tombés face contre terre, étaient suffisamment solides pour être prélevés sans encollage ; seuls les fragments à l’extrémité de la plaque étaient très abîmés et n’ont pas pu y être rattachés. Nous avons au préalable réalisé un relevé plastique afin de conserver les connexions entre les fragments et de faciliter le retournement de cette plaque.

6Le mur sud (Mr 116) présentait une cheminée installée avant la réalisation du décor. Le démontage de la cheminée a laissé apparaître le décor antérieur, réalisé au moment du réaménagement de l’habitation, daté archéologiquement du début du iiie siècle. Cet enduit, assez peu lisible, est conservé sur une petite surface : une plinthe mouchetée surmontée d’une bande jaune qui la sépare d’un champ rouge agrémenté d’un filet blanc.

Fig. 2. Vue du site en cours de fouille. À droite, la plaque effondrée sur le sol de la salle de réception (US 373) (APPA-CEPMR).

Décor noir et rouge à haute plinthe mouchetée (décor I) (fig. 3)

Description

7On distingue une zone inférieure, constituée d’une plinthe mouchetée et d’une alternance de compartiments longs et étroits, et une zone médiane, à panneaux et inter-panneaux.

Zone inférieure

8La partie basse des murs porte une haute plinthe rose mouchetée (env. 60 cm), bordée dans sa partie supérieure d’une petite bande noire (3,5 cm) limitée par deux ilets blancs (fig. 4). Elle est surmontée de longs compartiments rouges et d’inter-compartiments blancs. Les longs compartiments sont encadrés d’un ilet blanc et ornés d’un ilet intérieur jaune dont les angles sont marqués de trois points en diagonale. Les inter-compartiments sont encadrés sur trois côtés d’un filet noir qui retombe directement sur la bande noire de séparation précédemment mentionnée. Au centre de chaque inter-compartiment est placé un fleuron vert et noir, composé de quatre grosses feuilles vertes, sur les diagonales, séparées par des plus fines grossièrement pointées de noir, sur les médianes (fig. 5).

9L’une des plaques présente deux ilets horizontaux d’encadrement, ce qui nous donne la hauteur des compartiments de la zone inférieure – 24 cm –, tandis qu’une autre nous permet d’évaluer la largeur des petits compartiments, soit 23 cm.

10Une bande jaune doublée d’un trait blanc sert de transition entre la zone inférieure et la zone médiane. Une bande de même couleur borde également les côtés verticaux des compartiments et des inter-compartiments. Cette bande a par endroits viré au rouge sous l’action d’un incendie. Rappelons qu’il est parfois difficile de distinguer un ocre jaune qui aurait viré, d’un rouge appliqué volontairement, puisque l’obtention d’un pigment rouge peut se faire en chauffant l’ocre jaune (Delamare, 1987, p. 335).

Fig. 3. Proposition de restitution du décor rouge et noir (APPA-CEPMR).

Fig. 4. Décor rouge et noir, plinthe mouchetée (APPA-CEPMR).

Zone médiane

11Comme c’est généralement le cas pour les décors gallo-romains, la division de la zone médiane répond à celle de la zone inférieure, avec une inversion des couleurs. Ainsi on observe de larges panneaux noirs au-dessus des compartiments rouges et d’étroits inter-panneaux rouges au-dessus des inter-compartiments blancs.

12Un filet blanc encadre chaque panneau noir ; la retombée du filet sur la bande de transition est marquée par une petite base à tore schématique. Il est doublé d’un second ilet blanc sans ornementation particulière. Un double ilet intérieur d’encadrement jaune orne les panneaux : leur retombée est aussi agrémentée de petits motifs triangulaires évoquant très schématiquement des bases de colonne. Par endroits, sous l’action de la chaleur, ce ilet a viré à un rouge légèrement orangé (fig. 6). Ce même phénomène a déjà été observé au niveau de la bande jaune de transition entre la zone inférieure et la zone médiane.

Fig. 5. Décor rouge et noir, transition entre les zones inférieure et médiane (APPA-CEPMR).

13Les inter-panneaux sont occupés par des candélabres aux motifs variés ; leur largeur est estimée à environ 25 cm. La hampe bicolore, jaune à droite et violette à gauche pour créer un jeu de couleurs simulant un clair-obscur, repose sur une base moulurée mauve. Elle est rythmée par des ombelles festonnées, aux extrémités desquelles sont suspendus, par de fins rubans jaunes, des cornes à boire et d’autres motifs indéterminés.

Fig. 6. Décor rouge et noir, détail de la retombée du filet (APPA-CEPMR).

14Les cornes à boire sont peintes en dégradés de vert rehaussés de hachures jaunes et de points roses, réalisés avec une certaine souplesse (fig. 7). Les autres motifs non identifiés sont aussi dans les mêmes tons (vert, jaune), accrochés par des doubles rubans jaunes. Il s’agit de cercles concentriques qui pourraient faire allusion à des clipei ou des tympanons vus en perspective – motifs souvent représentés sur les candélabres.

15Les ombelles sont également vertes ; un motif rose en zigzag, placé dans la partie inférieure, suggère un bord festonné ; il est doublé d’un autre motif de même type, mais jaune. Le bord des ombelles est orné d’un nœud en coque jaune dont les longs pans, parfois traversés de petites barres horizontales, retombent sur au moins 14 cm.

16Aucun fragment ne nous permet de connaître l’organisation de la zone de couronnement.

Fig. 7. Décor rouge et noir, panneau noir et inter-panneau rouge orné d’une corne à boire (APPA-CEPMR).

17Un angle rentrant doublé d’un angle saillant avec interruption nette du mortier marque l’emplacement du chambranle d’une porte. On note que le compartiment de la zone inférieure a été coupé par celle-ci et n’est orné que d’un simple ilet blanc ; une fine bande noire au niveau du compartiment, et une bande rouge au niveau de la plinthe mouchetée, soulignent l’angle au contact de la porte et forment son encadrement.

Analyse stylistique – Commentaires

18L’organisation en compartiments et inter-compartiments dans la zone inférieure et en panneaux et inter-panneaux dans la zone médiane correspond à un schéma fréquent en Gaule. La plinthe mouchetée est un poncif de la peinture gallo-romaine : simple soubassement en bas de paroi, elle est souvent surmontée d’une partie basse compartimentée aux dimensions plus importantes. Cependant, il arrive qu’à la plinthe mouchetée succède immédiatement la zone médiane : dans ce cas elle a des proportions importantes. Citons à Reims le décor de la pièce F de la maison de Nocturnus (rue des moissons) (Balmelle, Neiss, 2003, p. 22). notre ensemble de la rue Saint-Symphorien présente une version intermédiaire à ces deux organisations : la plinthe mouchetée (60 cm env.) est plus importante que la zone compartimentée (25 cm env.), c’est-à-dire que les proportions sont à l’inverse de celles habituellement observées.

19Le reste de l’ornementation est conforme aux schémas habituels de la peinture gallo-romaine établis dès le ier siècle ap. J.-C., notamment le motif du candélabre à objets suspendus dans l’inter-panneau. Les cornes à boire sont assez fréquentes, suspendues par des rubans, dans les inter-panneaux comme à Saint-Martin-Longueau (Oise ; Barbet, 2008, fig. 384), ou Vichten (Luxembourg ; Groetembril, 2001), ou encore suspendues dans les panneaux comme dans le fanum d’Eu-Bois-l’Abbé (Seine-Maritime ; Barbet, 2008, fig. 376 et 378). Tous ces exemples sont datés du iie siècle.

20Ce décor assez sobre est toutefois marqué de petites particularités qui révèlent un certain souci du détail : ainsi les retombées de filets des panneaux sont représentées sous forme de base schématique, comme pour simuler une fine colonnette. Malheureusement, l’absence de la partie supérieure du décor nous empêche de savoir si ces colonnettes supportaient un entablement pour compléter l’illusion d’un édicule. Nous pensons par exemple à un ensemble de peintures découvertes à Reims en 2003, rue Clovis, où les colonnes soutiennent ainsi un entablement (Allonsius, 2007).

21La sobriété du décor est associée à un traitement très schématique des motifs, en particulier du candélabre. Ainsi la corne à boire est particulièrement lâche, sans véritable souci du détail réaliste et d’une exécution rapide. Ce relâchement s’observe aussi sur les ombelles : le bord de chacune d’elles est souligné d’un coup de pinceau ondulant qui donne plus l’illusion de « vagues » que des festons qui caractérisent habituellement ce type de motif.

22La question principale qui se pose est celle de la décoration de pièces contiguës. En effet, les fragments du décor ont été découverts dans la salle de réception (US 373, Mr 87, Mr 116), dans la tranchée de récupération du mur de la pièce à l’ouest (US 486), ainsi que dans une couche d’effondrement au pied d’un mur de cette salle (US 478, Mr 50). Ils concernent donc deux pièces attenantes et sont attribués au décor de ces deux pièces. Dans la salle de réception, la plaque effondrée au sol et les peintures encore en place sur le mur ne laissent aucun doute sur la nature du décor et la provenance des fragments. Dans la pièce située à l’ouest, les enduits, certes en déblais (US 478), se situaient au pied d’un mur (Mr 50) dont l’élévation conservée était trop importante pour qu’ils aient pu glisser de la salle voisine ; ils doivent par conséquent provenir de cette pièce. Nous sommes donc en présence d’un même décor ornant deux salles mitoyennes, l’une servant peut-être d’antichambre à l’autre. Cela semble surprenant, même si les seuls éléments conservés en commun concernent la zone inférieure : il est possible que des variantes aient résidé dans l’ornementation de la zone médiane, et notamment celle des candélabres.

23On connaît quelques exemples de peintures provenant de différentes pièces d’une même maison. Citons le cas de la domus de Vésone à Périgueux : les salles voisines 9 et 10 présentent un décor très proche, à panneaux noirs et inter-panneaux rouges à candélabres aux ombelles presque semblables (Allonsius et alii, 2008, p. 14). L’hypothèse d’une pièce secondaire (pièce 9) desservant une salle plus importante (salle 10) avait déjà été avancée avant l’étude des peintures (Barbet et alii, 2003, p. 100). Ici, la grande différence entre les décors réside dans l’organisation de la zone inférieure, l’une composée d’une simple plinthe mouchetée (salle 9), l’autre organisée en compartiments longs et étroits (salle 10), différence bien visible, plus remarquable que pour nos décors de Reims. Les exemples des maisons du Clos de la Lombarde à Narbonne et de Fréjus (Barbet et alii, 2000) présentent des décors des différentes pièces d’une même demeure, décors bien distincts les uns des autres, tandis que ceux de la Porte de Chaillouet à Troyes (Monier, 1999, rapport interne du CEPMR) et de la rue Paul Deviolaine à Soissons (Rapports internes du CEPMR) illustrent chacun un programme décoratif très cohérent, réalisé par un même atelier dans un délai très court.

Décor à fond blanc et imagines clipeatae (décor II)

Description

24Des fragments à fond blanc ont été découverts mêlés au décor polychrome. Malheureusement, ils sont assez disparates et peu de remontages ont pu être effectués. Nous n’avons donc que quelques éléments d’un ensemble dont l’organisation nous échappe. Nous dresserons simplement la liste des divers motifs observés.

25Les plus remarquables sont des fragments illustrant des bustes de jeunes hommes placés au centre de clipei (boucliers ronds) (fig. 8 et 9). Le plus complet nous permet d’estimer le diamètre du clipeus à 28 cm. Le bouclier est composé de deux disques bleus superposés : le plus clair est au centre du plus foncé, et une ombre marque la droite du bouclier, selon un éclairage venant de la gauche.

26Le buste est représenté de trois-quarts, décliné en camaïeu de jaune, simulant un métal doré ; des rehauts blancs évoquent les reflets de la lumière. Les détails du visage sont soulignés de rouge : arcades sourcilières, pupilles, arêtes du nez, lèvres, oreille… Ces quelques touches de couleurs donnent parfaitement le modelé du visage. Sur la périphérie du clipeus, on aperçoit des rubans bleus, dont les deux qui servent à le suspendre.

27À gauche du plus complet est visible un trait vert qui sert peut-être d’encadrement. Des indices complémentaires, un angle de panneau avec large bande rouge et trait intérieur vert pointé, sont visibles sur une autre plaque. On aurait alors l’essentiel de la composition de ce décor, découpé en panneaux blancs à encadrement rouge et trait intérieur vert.

28Les autres plaques indiquent des successions de bandes, dont des bandes rouge cinabre (fig. 10) : l’une d’elles est bordée par des filets verts, une autre est parallèle à une bande bleue posée sur un fond brun, présentant un angle rentrant, une autre encore est bordée d’un filet vert et ornée de demi-cercles pointés. Des petits motifs verts sont visibles près de cette bande bleue, d’autres fragments montrent une bande verte bordée des mêmes filets verts déjà observés, d’autres en dégradés de couleur. Enfin, on observe des éléments de personnages dont une main fermée.

Analyse stylistique – Commentaires

29Nous avons peu d’exemples d’imagines clipeatae dans la peinture gallo-romaine. Les plus connues sont celles de Famars (Belot, 1985) (fin iie-iiie siècle), et du Clos de la Lombarde à Narbonne (Sabrié, Solier, 1987, p. 204 sq) (deuxième moitié du iie siècle), où elles sont associées à des architectures fictives et à des mégalographies (scènes figurées de taille réelle ou plus grand que nature). Mentionnons également celles découvertes dans les thermes de Courcelles-lès-Mandeure (Billerey, Mazimann, 1998, p. 49-50), datées de la même période (Doubs) et à Aubechies en Belgique (Delplace et alii, 1985, p. 85) (personnification du mois de juillet, aucune mention de datation archéologique), ou encore celle d’Épiais-Rhus (Val-d’Oise) (Depraetere-Dargery, 1985).

Fig. 8. Décor à fond blanc, imago clipeata (APPA-CEPMR).

Fig. 9. Décor à fond blanc, imago clipeata (APPA-CEPMR).

Fig. 10. Décor à fond blanc, bandes rouge cinabre (APPA-CEPMR).

30Cette forme de portrait, hérité du Deuxième style pompéien, peut représenter des défunts (tradition du portrait à partir d’un moulage du visage du mort réalisé ensuite en ronde-bosse ou sous forme d’imago clipeata) (Croisille, 2005, p. 245), des divinités (Saisons ou Mois, comme à Aubechies), des personnages célèbres (orateurs de Rome dans la bibliothèque du sanctuaire d’Apollon Palatin) (Sauron, 1995, p. 75), des empereurs ou encore des princes impériaux… Ils peuvent être en métal, en marbre, en pierre, ornant des architectures publiques…

  • 1 Informations données par M. Fuchs (professeur à l’université de Lausanne) et G. Sauron (professeur (...)

31Ici, la représentation du jeune homme au sourcil froncé a laissé supposer qu’il pourrait s’agir de la représentation de l’empereur Caracalla, jeune1. L’empereur est ainsi représenté dans le buste conservé à Berlin, ce qui lui donne une expression « ténébreuse et résolue » (Andreae, 1973, p. 273 et fig. 550).

32Ces fragments étaient mêlés à ceux du décor noir et rouge, notamment dans la couche d’effondrement au pied du mur conservé en élévation (Mr 50, US 478). Nous l’avons déjà dit, le décor I devait orner les deux pièces de part et d’autre du mur 50 ; on peut alors se poser la question de l’emplacement initial du groupe blanc à imagines clipeatae. Le mur 50 conservait des traces d’un enduit blanc, qui serait à rattacher à notre décor blanc. Est-il alors possible que se côtoient dans une même pièce un décor blanc (décor II) sur un mur, vestige d’une période antérieure, et une composition noire et rouge (décor I), réalisée plusieurs décennies plus tard, sur les autres murs ?

Conclusion

33Les enduits découverts sur le site de Saint-Symphorien à Reims proviennent de différents décors, certains encore en place sur les murs qu’ils ornaient, la plupart en remblai dans des couches de démolition. La découverte de peintures in situ présente le grand avantage de permettre d’attribuer précisément un décor à une pièce.

34Ainsi, la salle de réception présente deux états : le plus récent, visible sur le bas des murs, est à haute plinthe mouchetée et alternance de champs noir et rouge, le plus ancien – du début du iiie siècle –, conservé seulement derrière la cheminée et sur une petite surface, est également composé d’une plinthe mouchetée et d’un champ rouge, séparés par une bande jaune (alors qu’elle est noire dans le décor postérieur). Le dernier décor attribué avec certitude à une pièce est celui des murs 38 et 88 qui présente également une plinthe mouchetée rose surmontée de champs noir et rouge. Les enduits découverts dans la couche d’effondrement au pied du mur 50 dans la pièce à l’ouest de la salle de réception, ainsi que dans la récupération du mur 159, proviennent très probablement de cette pièce.

35Nous pouvons donc constater que ces quatre décors fonctionnent sur le même schéma, tant par leur composition que par les couleurs employées, alors qu’ils concernent des périodes d’occupation distinctes (état 1 de la période 2 pour le décor des murs 38/88 et celui occulté par la cheminée, état 2 de la même période pour le décor en place dans la salle de réception). Ils correspondent à des schémas habituels de la peinture gallo-romaine, avec l’emploi de pigments minéraux parmi les moins coûteux. Le peu d’éléments conservés ne permet pas de savoir quelles dissemblances il pouvait y avoir dans l’ornementation de la zone médiane. On aurait donc un programme décoratif cohérent.

36Plus surprenant est le décor qui semble être identique dans la salle de réception et dans la pièce contiguë à l’ouest (l’une serait une sorte d’antichambre pour l’autre ?), avec de plus la question de l’intégration d’une paroi à fond blanc dans une pièce ornée de fonds noirs et rouges.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Allonsius Cl., 2007, Reims rue Clovis, Rapport interne du CEPMR.

Allonsius Cl. et alii, 2008, Domus de Vésone, domus du boulevard Bertran-de-Born, campagne 2008, Rapport interne du CEPMR.

Andreae B., 1973, L’art de l’ancienne Rome, Paris, éd. Mazenod, 641 p. (L’Art et les grandes civilisations, 4).

Baldassare I., Pontrandolfo A., Rouveret A., 2006, La peinture romaine : de l’époque hellénistique à l’Antiquité tardive, Arles, Actes Sud, 398 p.

Balmelle A., Neiss R., 2003, Les maisons de l’élite à Dvrocortorvm : Reims, Marne, Reims, 102 p. (Bull. de la Société archéologique champenoise, 96, 4 - Archéologie urbaine à Reims, 5).

Barbet A., 2008, La peinture murale en Gaule romaine, Paris, Picard, 392 p., 565 fig.

Barbet A., Becq G., Monier Fl., Rebuffat R., 2000, La peinture romaine : fresques de jardin et autres décors de Fréjus, Catalogue de l’exposition du musée de Fréjus, 10 juil.-11 nov. 2000, 36 p.

Barbet A, Girardy-Caillat Cl., Bost J.-P. et coll., 2003, « Peintures de Périgueux : édifice de la rue des Bouquets ou la Domus de Vésone, les peintures en place », Aquitania, XIX, p. 81-126.

Belot E., 1985, « Architectures fictives de Famars : mise en évidence d’une ‘ vogue’picturale archaïsante antoninosévérienne », Revue du Nord, t. LXVII, no 263, p. 21-62.

Billerey R., Mazimann J.-P., 1998, « La peinture antique à Mandeure », Bull. de la Société d’Émulation de Montbéliard, no 121, p. 23-83.

Croisille J.-M., 2005, La peinture romaine, Paris, éd. Picard, 375 p.

Delamare F., 1987, « Les pigments à base d’oxydes de fer et leur utilisation en peinture pariétale et murale », in : Delamare F., Hackens T., Helly Br. dir., Datationcaractérisation des peintures pariétales et murales : Préhistoire et Antiquité, Cours intensif européen, Ravello-Valbonne 1985, 428 p. (PACT, 17).

Delplace C., Belot E., Vanbrugghe N. et coll., 1985, « Les peintures murales romaines d’Aubechies en Belgique », Revue du Nord, t. LXVII, no 263, p. 79-100.

Depraetere-Dargery M., 1985, « Note sur la découverte d’une peinture murale à Epiais-Rhus », Revue du Nord, t. LXVII, no 263, p. 63-75.

Groetembril S., 2001, Vichten couloir 4, Rapport interne du CEPMR, octobre 2001.

Krier J. et alii, 2002, « Fouille, étude et restauration : peintures romaines de Vichten », Archéologia, no 395, déc. 2002, p. 44-55.

Monier Fl. et alii, 1999, Troyes (Aube), Porte de Chaillouet, Rapport interne du CEPMR.

Sabrié R., Sabrié M., Solier Y., 1987, La maison à portiques du Clos de la Lombarde à Narbonne et sa décoration murale, Paris, éd. du CNRS, 369 p.

Sauron G., 1995, Qvis devm ? L’expression plastique des idéologies politiques et religieuses à Rome, Rome, École française de Rome, 736 p. (Bull. de l’École Française de Rome, 285).

Notes

1 Informations données par M. Fuchs (professeur à l’université de Lausanne) et G. Sauron (professeur à la Sorbonne)

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan de la domus. Période 2, état 2 (Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7734/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Fig. 2. Vue du site en cours de fouille. À droite, la plaque effondrée sur le sol de la salle de réception (US 373) (APPA-CEPMR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7734/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Légende Fig. 3. Proposition de restitution du décor rouge et noir (APPA-CEPMR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7734/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 4. Décor rouge et noir, plinthe mouchetée (APPA-CEPMR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7734/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Fig. 5. Décor rouge et noir, transition entre les zones inférieure et médiane (APPA-CEPMR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7734/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Fig. 6. Décor rouge et noir, détail de la retombée du filet (APPA-CEPMR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7734/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende Fig. 7. Décor rouge et noir, panneau noir et inter-panneau rouge orné d’une corne à boire (APPA-CEPMR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7734/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Fig. 8. Décor à fond blanc, imago clipeata (APPA-CEPMR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7734/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 9. Décor à fond blanc, imago clipeata (APPA-CEPMR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7734/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 10. Décor à fond blanc, bandes rouge cinabre (APPA-CEPMR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7734/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© ARTEHIS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search