Version classiqueVersion mobile

Les enduits peints en Gaule romaine

 | 
Michel E. Fuchs
, 
Florence Monier

1ère partie. Actualité de la recherche

Le décor peint d’Arnouville-lès-Gonesse (Val-d’Oise)

Jean-François Flécher

Résumé

Le décor peint d’Arnouville-lès-Gonesse a été reconstitué à partir de fragments jetés dans une fosse au plus tard au début du iiie siècle ap. J.-C. Sa zone inférieure, formée de grands panneaux surmontés par une bande de petits compartiments, imite un haut lambris en opus sectile. Au-dessus alternent des grands panneaux rouges et d’étroits panneaux noirs à décor végétalisé, que séparent des doubles colonnettes sur piédestal. Ses dimensions, le réalisme de son trompe-l’œil, le choix des marbres représentés et les motifs utilisés (étoile de trois boucliers, pelte, peau de panthère) placent ce décor dans la série des peintures des salles d’apparat, voire d’édifices monumentaux du milieu du iie siècle.

Texte intégral

  • 1 Le financement de la restauration a été pris en charge par la Communauté de communes Roissy Portes (...)
  • 2 La conservatrice, Cécile Sauvage, ainsi que son équipe doivent être remerciées pour la mise en vale (...)

1Ce décor, mis au jour en 1968, après avoir été restauré1 est désormais exposé au musée Archéa de Louvres à proximité d’Arnouville-lès-Gonesse, son lieu d’origine, aux confins du Pays de France2.

2L’occasion est ainsi donnée de revenir sur ce décor, qui appartient à une catégorie – l’imitation peinte d’opus sectile pariétal – dont les découvertes de ces quarante dernières années ont permis de mieux cerner la spécificité et d’attester l’importance au sein de la série.

3Le décor provient du « Mont de Gif », à l’extrémité est de la commune d’Arnouville-lès-Gonesse. De nos jours occupé par des pavillons de banlieue, le site n’est connu que par des découvertes ponctuelles, localisées dans un cercle de 150 m de rayon.

4Au début du xxe siècle, au commencement de l’urbanisation, on relève la mention de sépultures groupées d’époque romaine et la présence d’une « muraille » (Guadagnin, 1974, p. 8). Les nombreuses maisons bâties depuis n’ont pourtant donné lieu à aucune autre trouvaille, du moins rendue publique, mais quelques témoignages laissent supposer la présence d’autres vestiges, notamment une structure de briques (hypocauste ? cheminée ?). La découverte d’un trésor monétaire en 1966 a relancé les recherches (Turckheimpey, 1981, p. 17 ; Roquefeuil, 1974). Des opérations de sauvetage s’ensuivirent, à 300 m de là, autour de deux maisons en construction. Ces investigations menées en 1968 (Autexier, Flécher, 1968, p. 3-4) et en 1970 (Autexier, Flécher, 1970, p. 2-3) sur des surfaces restreintes constituaient plus des sondages, sans aucune possibilité d’extension, que de véritables fouilles. Elles restent pourtant jusqu’à présent la principale source de nos connaissances sur le site, car la surveillance attentive exercée depuis n’a guère donné de résultats à ce jour (Danion, 2006, p. 138 [no 4656]).

5Les fouilles n’ont livré que des structures excavées, à l’exclusion de tout élément bâti. Le contenu des fosses – tuiles, moellons, mortier, fragments de sol en terrazzo – ne laisse pourtant aucun doute sur l’existence d’un édifice à proximité.

6Les éléments de décoration y sont bien représentés ; dans le matériel trouvé en 1970, on relève des dalles et plaques de calcaire et de marbre, ainsi que des éléments de moulures en calcaire appartenant à des bases de colonne et à des corniches.

7Quant à la décoration peinte, la fouille de 1968 a livré de nombreux fragments d’enduit peint mêlés au remblai d’une fosse, profonde de 2,65 m. L’étude a montré l’existence de quatre groupes distincts, aisément discernables par le mortier de support, la qualité de l’enduit et le type de décor. Trois décors très lacunaires ne sont représentés que par quelques plaques. Dans leur grande majorité, les fragments se rattachent à un groupe qui a donné lieu à la recomposition d’une paroi peinte et à un essai de restitution de la totalité du décor.

La paroi recomposée

8Le rapprochement des fragments et la constitution d’une vingtaine d’ensembles de dimensions très variables autorisent la reconstitution d’une paroi peinte aux deux parties bien distinctes : une zone basse avec imitation d’un placage de marbre ; une zone médiane où se dressent des architectures séparant des panneaux larges d’un panneau étroit occupé par un élément végétal (fig. 1). Au-delà des chapiteaux conservés, le couronnement de ces architectures pose problème.

9La zone inférieure comporte deux rangées de compartiments imitant un revêtement de marbres organisé selon la technique de l’opus sectile.

  • 3 La hauteur de 10 cm ne constitue qu’un minimum, car nous ne possédons aucun fragment comportant la (...)

10La combinaison des fragments-clés lui donne une hauteur minimale de 1,45 m. De bas en haut, elle présente une plinthe de 10 cm3, une rangée de grands compartiments hauts de 99 cm, et une série de petits compartiments sur une hauteur de 22 cm, encadrée de deux bandes non peintes de 7 cm.

  • 4 La description utilise le vocabulaire proposé par Douaud (1997).

11Dans la rangée de grands compartiments, des panneaux larges de 115 cm alternent avec des panneaux étroits de 22,5 cm. Le genre d’opus sectile diffère selon la taille du panneau occupé4.

12Les trois compartiments étroits (A, C, E), constitués d’une bande vert foncé veiné de vert plus clair, suggèrent une simple plaque de marbre vert (type 1). Au contraire, les panneaux larges représentent différents types de marbres de couleur, insérés les uns dans les autres pour former des motifs géométriques, plus ou moins complexes. Deux panneaux ont été reconstitués.

  • 5 La paroi restaurée montre que les deux boucliers touchent la bordure supérieure. Le choix a été fai (...)

13À gauche (panneau B), un losange couché (Douaud 1997, p. 11, type 5b) de marbre vert (type 2), est inscrit dans un rectangle de marbre noduleux jaune (type 3), parcouru intérieurement par un double filet marron. Une bande de violet moucheté de blanc (type 4) encadre le motif. À droite (panneau D) trois formes hexagonales allongées se détachent d’un rectangle de marbre noduleux rose (type 5). Deux hexagones composés, à l’identique, d’un cœur de marbre vert foncé entouré d’une bande violet moucheté de blanc (type 4), se croisent en oblique derrière le troisième hexagone dressé au centre du panneau. Celui-ci, formé d’une plaque de marbre blanc-crème veiné (type 6) cernée intérieurement par un filet marron, est parcouru par une arrête centrale brune. Aucun des deux losanges croisés ne touche la bordure inférieure5 du rectangle. Le décor évoque trois boucliers, trois scuta croisés (Douaud 1997, p. 13, type 6d). Le motif est encadré par une bande de marbre noduleux jaune (type 3).

14Au-dessus de ces grands panneaux se déploie une succession de cinq petits compartiments (a, b, c, d, e) séparés les uns des autres par une bande verticale blanche avec dégradé de beige, représentant un demi-rond de stuc (Fig. 2).

Fig. 1. Arnouville-lès-Gonesse. Paroi recomposée, zone inférieure et début de la zone moyenne (reconstitution J.-F. Flécher, photos et infographie J.-F. Lefevre APPA-CEPMR).

Fig. 2. Arnouville-lès-Gonesse. Bande de petits compartiments, de gauche à droite : a, b, c, d, e (photo CEPMR).

Fig. 3. Arnouville-lès-Gonesse. Compartiment c, motif de pelte sur champ de jaune antique dans un encadrement de porphyre (photo J.-F. Flécher).

15De gauche à droite, on relève :

  • (a) un losange couché de marbre vert (type 2), inscrit dans un rectangle blanc crème veiné de jaune et de marron (type 6), lui-même encadré par une bande rouge foncé tacheté de rose (type 5) ;

  • (b) un disque violet moucheté de blanc (type 4), inscrit dans un rectangle blanc crème veiné de jaune et de marron (type 6), lui-même encadré par une bande vert foncé tacheté de vert clair (type 7) ;

  • (c) une pelte aux extrémités bouletées et à la pointe centrale trilobée (Douaud 1997, p. 14 type 9b) vert marbré (type 2), insérée dans un rectangle de marbre noduleux jaune (type 3), encadré par une bande violet moucheté de blanc (type 4) (fig. 3) ;

  • (d) un rectangle couché à côtés concaves de marbre noduleux jaune (type 3) inscrit dans un autre rectangle violet moucheté de blanc (type 4), lui-même encadré par une bande vert foncé tacheté de vert clair (type 7) ;

  • (e) un losange couché vert marbré (type 2), inscrit dans un rectangle blanc crème veiné de jaune et de marron (type 6), encadré par une bande de marbre noduleux jaune (type 3).

16Pour l’ensemble du lambris, la zone de contact des plaquettes fictives des différents marbres est formée par un triple ilet, noir, blanc, noir, à l’exception notable du bouclier dressé du panneau B, uniquement cerné de noir.

17Cette frise est encadrée, en bas et en haut, par une bande où n’apparaît que le mortier. Ces bandes n’ont jamais reçu ni enduit, ni peinture, mais on en observe des traces par endroits dans la bande supérieure, témoins de la finition de la zone moyenne. On y relève aussi la présence par intervalles d’un trou de section carrée, trace de clou ou de cheville. On note enfin un léger bourrelet d’enduit en dessous de certains compartiments. Tous ces indices évoquent la présence d’éléments de stuc totalement disparus, vraisemblablement des moulures. La fouille a livré une moulure, large de 4 cm, qui ne convenait donc pas pour couvrir la hauteur totale de l’une ou l’autre bande fruste.

18À ce parement de faux marbres succède une paroi divisée verticalement en une alternance de grands panneaux rouge bordeaux et d’étroits panneaux noirs, séparés par des architectures. Le tout est disposé au-dessus d’une bande verte avec ilet blanc de 6,5 cm. Le décor est beaucoup plus fragmentaire que celui du lambris. On a pu, cependant, en restituer l’aspect général grâce au raccord des fragments conservés avec la partie inférieure. Les dimensions précises font largement défaut ; seule la largeur de l’inter-panneau noir – 36,5 cm – nous est connue. Celle des panneaux rouges, observée sur 117 cm, ne peut être qu’évaluée à un minimum de 148 cm. Quant à la hauteur, on ne peut l’estimer que dans le cadre de la restitution.

Les architectures

19Les panneaux sont encadrés par des doubles colonnettes, dressées sur un piédestal saillant.

20Trois spécimens des supports sont partiellement conservés ; deux montrent la partie basse d’un piédestal, vu en perspective, le troisième seulement le haut du support (ig. 4). L’assise est faite d’une bande vert jaune décorée d’une ile d’arceaux représentés en relief. Les deux faces visibles du support deviennent ensuite concaves, et leur surface bigarrée évoque plus un matériau, un marbre coloré peut-être, que le rendu d’un relief.

21On remarque sur chaque piédestal que les arêtes sont saillantes, et présentent même une nervure, s’achevant en volute à son extrémité basse. Le haut du support est décoré de postes à gauche de couleur violette, pendant de la ligne d’arceaux ornant sa base.

22Il faut estimer la largeur de chaque piédestal à 18 cm et sa hauteur minimale à 19 cm. chaque piédestal supporte une paire de colonnettes, placées l’une derrière l’autre.

23De ces colonnettes nous possédons des éléments dispersés (fig. 5). La seule base conservée est simple, formée d’un disque cylindrique, prolongeant le fût, dont elle ne se distingue que par sa couleur rouge foncé (fig. 6).

24Leur fût est apparemment cylindrique. La différence de dimensions entre les fragments conservés correspond plus à la position de la colonnette dans le décor que de la hauteur où la dimension est prise. On note en effet une légère différence entre le diamètre du fût placé au premier plan (4,7 cm) et celui situé en arrière (4,5 cm).

25La surface de la colonnette est lisse. En bas du fût, les traits verticaux blancs ne doivent pas être interprétés comme l’indice de rudentures mais comme un effet de lumière, rendu sur le reste du fût par des dégradés de gris.

26Vers le haut, une des colonnettes conserve un chapiteau, de style corinthien, suggéré de façon sommaire par quelques traits blancs peints au sommet du fût (fig. 7). Deux traits courbes parallèles enserrent la colonne. Du trait supérieur s’élèvent deux crosses, entre lesquelles figure une feuille schématisée de lotus à deux pétales. Le chapiteau s’achève par un trait jaune foncé, évoquant l’abaque posé au sommet de la crosse d’angle.

Fig. 4. Arnouville-lès-Gonesse. Zone moyenne : interpanneau noir, candélabre végétalisé, piédestaux, support de colonnettes (photo et infographie J.-F. Flécher).

Fig. 5. Arnouville-lès-Gonesse. Zone moyenne : éléments de colonnettes (photos CEPMR).

Fig. 6. Arnouville-lès-Gonesse. Zone moyenne : détail du haut d’un piédestal et de la base d’une colonnette (photo J.-F. Flécher).

27Chaque paire de colonnettes devait être couronnée par un bloc mouluré, si l’on en juge par le seul élément conservé. Il y apparaît non pas un entablement, comme on a pu le penser (Flécher, 1980, p. 121), mais un bloc peint en vert liseré de blanc, dans lequel on peut voir la naissance d’un arc, dont on aperçoit la courbure de l’intrados.

28Tout dans le traitement de ces architectures contribue à susciter une impression de profondeur dans la zone médiane. L’utilisation de la perspective vient en renfort des jeux d’ombre et de lumière, de l’opposition clair-foncé, des repeints blancs soulignant les détails du relief des parties éclairées.

Les panneaux

29Ils sont très lacunaires. Les fragments rouge bordeaux conservés ne montrent aucune trace de décor, en dehors des éléments d’architecture qui les encadrent. Le faible nombre des fragments ne permet toutefois pas de conclure à l’absence de tout autre élément de décor au centre des panneaux rouges. On constate seulement l’absence de tout indice au bas des panneaux et au contact des architectures, d’où provient la quasi-totalité des fragments.

30Le panneau à fond noir est encore plus lacunaire. Il n’en subsiste qu’une faible portion de la partie basse, où se trouve un décor. Au centre du panneau, une corolle feuillue renversée est surmontée par un élément circulaire, avec effet de relief produit par des touches de blanc. Le motif est interprété comme une couronne de feuilles accrochée à un élément central qu’elle cache. On pense à la présence d’un candélabre végétalisé, dont la corolle serait la base, et qui occuperait le tiers central du panneau.

Fig. 7. Arnouville-lès-Gonesse. Zone moyenne : chapiteaux, entablement et arcature (photo et infographie J.-F. Flécher).

La restitution du décor

31D’autres éléments de la zone inférieure, non intégrés à la paroi recomposée, permettent de tenter une restitution de l’ensemble du décor.

32Il existe quatre autres petits compartiments de la bande supérieure, conservés par paire :

  • (f) semblable en tout point au compartiment (a), avec un motif de losange, couplé à (g) similaire au compartiment (b) avec un disque (fig. 8) ;

  • (h) comparable au compartiment (c) avec une pelte probable, jointif de (i) comparable aux compartiments (c) et (g) avec un disque (fig. 9). Mais le type de marbre coloré représenté pour le rectangle dans lequel il s’inscrit est ici différent ; il est noduleux rose (type 5), au lieu du blanc veiné (type 6) des deux autres compartiments.

33Seule la paire (h) - (i) présente un raccord avec les éléments de deux panneaux inférieurs. On trouve sous la pelte (h) le haut d’une plaque verte (G) avec tracé préparatoire incisé en son milieu. Cette position centrée du motif de pelte par rapport aux panneaux bas est importante. On la retrouve en effet pour la pelte (c) qui est située dans l’axe du panneau étroit vert C. À droite, sous le disque (i), subsistent les traces d’une bande d’encadrement de marbre noduleux jaune (type 3). Le lambris comporte donc au moins deux panneaux larges supplémentaires et le recensement des marbres fictifs utilisés oblige à voir à droite un panneau (H) comportant peut-être trois scuta entrecroisés, à gauche un panneau (F) avec un très probable losange couché vert.

34La composition du lambris alterne donc panneaux aux boucliers et panneaux au losange, séparés par une plaque étroite. Pour la bande supérieure, le motif de pelte associé à une plaque étroite dans le registre inférieur paraît jouer un rôle central dans la composition de l’ensemble du lambris.

35La reconstitution montre également la faible corrélation entre le décor du lambris et le système des panneaux de la zone médiane. Tout au plus peut-on noter le rôle axial du disque par rapport à l’inter-panneau noir.

36Pour la partie médiane, les seules certitudes concernent la largeur de l’inter-panneau noir (36,5 cm), et l’existence d’un demi-panneau noir (18 cm) accolé à droite d’une bande verte comportant un bourrelet de fin de paroi (fig. 10).

Fig. 8. Arnouville-lès-Gonesse. Compartiments f, losange couché, et g, disque (photo et infographie J.-F. Flécher).

Fig. 9. Arnouville-lès-Gonesse. Compartiments h, pelte (?), i, disque et jonction avec les panneaux inférieurs (photo et infographie J.-F. Flécher).

37Il existe donc trop peu d’éléments pour assurer une restitution certaine. S’agit-il d’une seule paroi, ou d’éléments appartenant à deux murs ? Dans le cas d’appartenance à une seule paroi, on peut reconstituer, dans une version minimale, un décor de 5,75 m de long, avec un lambris de quatre grands panneaux.

38Quelle que soit l’hypothèse retenue, le décor présente les caractéristiques d’un décor imposant, par ses dimensions, la composition et la finesse de son trompe-l’œil et par le choix des motifs utilisés. L’ampleur du décor résulte d’abord de ses proportions. Les éléments du lambris, dont la composition alterne les motifs de boucliers et de losange forment des groupes jumelés, longs de 2,70 m. dans la zone médiane, la largeur des panneaux rouges atteint 1,48 m. L’importance des dimensions se retrouve en élévation. Nous ne connaissons que la hauteur de la zone inférieure, de 1,45 m au minimum, mais une estimation peut être faite pour la zone moyenne. En respectant le jeu des proportions généralement observées et la règle des deux unités pour trois (Barbet, 1991, p. 110), la largeur de 1,48-1,50 m donnerait une élévation de 2,25 m. La paroi atteindrait donc 3,65 m pour les seules parties connues et l’ensemble sans doute 4 m, en supposant une simple corniche peinte sommitale.

Fig. 10. Arnouville-lès-Gonesse. Panneau restauré de l’angle supérieur gauche d’une paroi. Partie haute des architectures et angle de mur (photo R. Nunes Pedroso APPA-CEPMR).

Fig. 11. Arnouville-lès-Gonesse. Échantillons des sept types de marbres fictifs (photo et infographie J.-F. Flécher).

39On relèvera aussi le soin apporté au choix des marbres imités et aux règles suivies dans la réalisation du faux opus sectile. Le peintre a figuré sept types de pierres : trois marbres verts, un marbre jaune, un marbre blanc crème, un marbre rose et un porphyre (fig. 11).

40La qualité d’exécution du décor rend possible le rapprochement des marbres représentés avec les matériaux réels à l’aide de l’ouvrage de r. Gnoli, et celui très pratique de p. pensabene et m. Bruno, dont on reprendra la dénomination (Gnoli, 1971 ; Pensabene, bruno, 1998). On reconnaît d’emblée le porphyre rouge lapis Porphyrites (type 4). Les trois marbres verts igurent sans doute le cipolin marmor Carystum (type 1), la serpentine marmor Lacedaemonium (type 2), et le vert antique marmor Thessalicum (type 7). Le marbre jaune correspond à un jaune antique de chemtou marmor Numidicum (type 3). Quant au marbre rose (type 5), il s’agit peut-être d’un africain rouge marmor Luculleum ou d’une variante de jaune antique. Le seul marbre veiné (type 6) pourrait évoquer ou le pavonazzetto marmor Synnadicum ou la brèche de skyros marmor Scyrium. Pour certaines pierres, l’attribution est équivoque. On remarque pourtant que l’imitation ne porte que sur des marbres de provenance lointaine (afrique, Grèce, asie), dont le coût réservait le plus souvent l’utilisation aux édifices publics ou à quelques salles d’apparat de l’habitat privé. En tout état de cause, le choix des marbres fictifs n’a pas été laissé à l’appréciation du peintre, guidé par des contraintes techniques. Il répondait au contraire à une volonté certaine d’ostentation de la part du commanditaire.

41De manière plus technique, le nombre de pierres retenues permettait aussi un grand chatoiement de la paroi. Comme dans l’opus sectile réel, le choix des pierres fictives repose sur les oppositions de couleurs, qui par leur contraste font ressortir les motifs représentés. mais leur répartition n’a pas été laissée au hasard. Un certain nombre de règles apparaissent à l’examen du décor. Les plaques séparant les grands panneaux utilisent le cipolin de carystos, qui leur est réservé ; six autres pierres restent pour l’opus sectile stricto sensu. Tous les panneaux, y compris les grands, utilisent trois pierres, réparties du centre à la périphérie, motif, champ, encadrement. Seuls les panneaux aux boucliers en utilisent cinq. La bande de petits compartiments comporte une suite continue de cinq motifs, avec une alternance de porphyre et de serpentine à l’exception du jaune antique utilisé pour le rectangle à côtés concaves. La tonalité donnée aux motifs centraux entraîne le traitement en contraste de la tonalité du champ. En teinte sombre, il convenait donc de les insérer dans un champ clair, et le contraire. Là ne semble plus exister d’autre règle que celle-là : deux champs de pavonazzetto sont suivis par un champ de jaune antique, puis un de porphyre puis un autre de jaune antique. Enfin les encadrements n’utilisent que le jaune antique, le vert antique et le porphyre, selon un rythme ternaire. Toutes ces observations trouvent confirmation dans les autres petits compartiments. Il semble même qu’on peut déduire des apparentements obligés pour les motifs dont nous avons plusieurs exemplaires : pour les trois losanges couchés, motif de serpentine, champ de pavonazzetto, encadrement de jaune antique ; pour les deux peltes, motif de serpentine, champ de jaune antique, encadrement de porphyre. Les disques tempèrent cette systématisation ; si les trois motifs sont en porphyre et leur encadrement en vert antique, deux ont leur champ en pavonazzetto et un en africain rouge. Enfin on relève que la serpentine n’apparaît que dans les motifs. Le vert antique n’est présent qu’en encadrement.

42Ces règles valent également pour les grands panneaux, avec quelques particularités. Leur taille a imposé au peintre de grossir les nodules des marbres représentés. De plus le champ de jaune antique du losange est parcouru de traits d’encadrement intérieur bruns. Dans le panneau aux scuta l’usage de cinq marbres donne du relief à la disposition étagée des boucliers.

43On a noté que les différents marbres étaient séparés par un triple filet, noir-blanc-noir. Loin d’être un artifice du peintre destiné à bien délimiter les motifs, il s’agit de la reproduction de ce qui existait dans le véritable opus sectile mural, où de fines baguettes de marbre mettaient en valeur la marqueterie de pierres. Les exemples conservés sont peu nombreux : citons un élément conservé de la Domus Tiberiana (Tomei, 2005, p. 100) et le décor tardif de la domus « de la porte marine » d’Ostie (Becatti, 1969, pl. LIV-1).

44Par ses dimensions, le choix et l’agencement soigné des marbres, le trompe-l’œil devait donner à l’observateur l’impression d’être en présence d’une véritable paroi de marbre (fig. 12). Le choix des motifs figurés achevait de le convaincre, car ils existaient en marbre. Le décor de la bande de petits compartiments trouve à cet égard un étonnant parallèle dans les placages de marbre découverts à la villa de Chiragan. Les éléments exposés au musée Saint-Raymond de Toulouse présentent une pelte aux extrémités bouletées et à pointe centrale bilobée, un losange couché et un disque, dans des dimensions semblables aux motifs d’Arnouville. Ces éléments, découverts par L. Joulin, figurent dans sa publication de 1901 (Joulin, 1901, pl. V, no 27). Leur étude a été reprise dans le cadre d’un travail d’ensemble sur le décor pariétal en marbre de la villa (Boube, 2011, p. 110).

45Parmi les motifs représentés, trois méritent un examen plus détaillé.

46Le rectangle couché à côtés concaves est par définition un motif géométrique. Or le motif représenté ici doit être considéré comme une peau de bête tendue. L’effet est donné par le simple liseré blanc qui délimite la forme, au contraire de tous les autres motifs de la bande, qui possèdent le triple filet déjà mentionné. L’interprétation de la peau tendue rend aussi mieux compte du marbre utilisé ; le jaune antique noduleux évoque une peau ocellée, peut-être celle d’une panthère comme à la villa San Marco de Stabies (Barbet, Miniero, 1999, p. 157, fig. 298), ce que ne pouvait faire le porphyre, qui devait être employé pour respecter l’alternance serpentine-porphyre qui semblait être de règle pour les motifs.

47La pelte est présente en deux exemplaires, dont un complet. Le bouclier des Amazones est un poncif de la mosaïque de pavement, voire murale (Becatti, 1969, pl. LV-2). En peinture murale, elle est moins fréquente. Certaines représentations sont purement géométriques, formées d’un demi-cercle incluant deux demi-cercles plus petits, tels le décor à quatre peltes enserrant un tableau figuré à Kastell Echzell (Baatz, 1991, p. 31, fig. 1) ou, dans un module plus petit, les deux peltes verticales insérées dans un compartiment (haut de 32,5 cm) d’imitation d’opus sectile des Thermes de Lisieux (pièce J) (Barbet, 2008, p. 420, fig. 417). Les autres peltes sont figuratives ; les extrémités sont bouletées et la pointe centrale bilobée comme à Genainville (Berthier dans Mitard, 1993, pl. II p. 232, fig. 32, p. 33). La pointe trilobée d’Arnouville n’a pas d’équivalent en peinture. Les peltes figuratives peintes sont de petit module et se rapprochent de celles ornant les plaques murales en schiste de la Bretagne armoricaine (Langouët, Quesnel, 2000, p. 224, fig. 11 nos 26, 27, 34).

48La représentation en mosaïque de boucliers hexagonaux n’est pas rare. Citons par exemple les deux boucliers entrecroisés des thermes sous la via dei Vigili à Ostie (Becatti, 1961, pl. CXXII, fig. 68). L’opus sectile pariétal devait également les représenter. Les parois de peinture, qui veulent l’imiter, en donnent une idée. Le motif peut être dressé seul, occupant une série de panneaux juxtaposés, comme à Genainville, bâtiment secondaire VI (Barbet, 2008, p. 205, fig. 307). Le décor d’Arnouville est plus complexe. Trois boucliers hexagonaux, non échancrés, sont mis en œuvre sur un même panneau, en superposition, sous forme d’une étoile à six branches. De plus le rendu de l’opus sectile a été privilégié par rapport au réalisme de la représentation. On ne peut ignorer le caractère minéral du marbre rouge et de la plaquette de serpentine qui évoque un umbo, pour les boucliers disposés en oblique. Le bouclier dressé au premier plan de l’empilement donne la même impression avec les veines bien apparentes du pavonazzetto. Le motif des trois boucliers suspendus au milieu du panneau d’imitation d’opus sectile ne connaît encore aucun équivalent. Pourtant il connaissait sans doute une popularité dont témoignent, là encore, les plaques murales de schiste de la cité des Coriosolites (Langouët, Quesnel, 2000, 224, fig. 9, no 36, 21).

Fig. 12. Arnouville-lès-Gonesse. Panneau restauré de la peinture (photo R. Nunes Pedroso APPA-CEPMR).

Comparaisons

49Le décor d’Arnouville avec son lambris peint d’imitation d’un opus sectile appartient à une série apparue dans le dernier demi-siècle. Dès sa mise au jour, les comparaisons ont été faites avec le décor du temple de Genainville (Berthier, 1980, p. 130 et 132) et celui des thermes de Lisieux (Allag, Batrel, 1985, p. 29 ; Barbet, 2008, p. 268). Depuis, la série s’est enrichie des peintures d’Escolives-Sainte-Camille (Barbet et alii, 2003), de celles de Chartres, place des Épars (Barbet, 2008, p. 271) et en dernier lieu du décor de Montcy-Saint-Pierre à Charleville-Mézières (Barbet, 2008, p. 282 et fig. 439, en couleurs dans DAG, 2011, fig. 2, p. 511).

50Ces décors présentent tous en partie basse de grands panneaux peints d’imitations d’opus sectile, souvent surmontés d’une bande de compartiments, de moindres dimensions. Quand ils sont conservés, les panneaux de la zone moyenne atteignent une hauteur monumentale, au-delà de 4 m, et des scènes à personnages les occupent parfois. Ils appartiennent tous à des salles d’apparat.

51Le décor d’Arnouville a été enfoui à la fin du iie ou au début du iiie siècle ap. J.-C. Il faut s’en remettre aux seuls critères stylistiques pour cerner l’époque de sa réalisation. Les motifs de pelte et surtout de boucliers entrecroisés évoquent le contexte de la période antonine. Rappelons seulement le décor sculpté de la frise, et les motifs de trophées du temple d’Hadrien construit à Rome par Antonin de 139 à 145 (Sapelli, 1999, p. 14 et fig. p. 44). Au travers de motifs semblables dans cette belle imitation d’opus sectile, un commanditaire a voulu témoigner de son adhésion à la romanité par la réalisation après 150 d’un décor de caractère monumental dans la salle d’apparat (Thorel, 2011, p. 496-497) d’un édifice sur une légère éminence dominant le Pays de France.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Allag Cl., Batrel M., 1985, « Les peintures murales romaines de Lisieux », in : Barbet A. dir., Peinture murale en Gaule, Actes des séminaires de l’AFPMA, Lisieux, 1er et 2 mai 1982/Bordeaux, 21 et 22 mai 1983, p. 29-38 (BAR International Series, 240).

Autexier J.-Y., Flécher J.-F., 1968, Les fouilles archéolo Giques d’Arnouville (95), octobre-décembre 1968 rue Pierre Lizart, Rapport de fouilles, J.P.G.F. Sarcelles, 18 p.

Autexier J.-Y., Flécher J.-F., 1970, Arnouville-lès-Gonesse (Val-d’Oise), sauvetage archéologique avril-mai 1970, Rapport de fouilles, J.P.G.F. Sarcelles, 30 p.

Baatz D., 1991, « Ein Ausgemaltes Triklinium aus dem Limeskastell Echzell », Antike Welt, 1991-1, p. 31-32.

Barbet A., 1991, « Peintures disparues du site de la Villasse Nord à Vaison-la-Romaine », Revue archéologique de Narbonnaise, 23-1990, p. 99-113.

Barbet A., 2008, La peinture murale en Gaule romaine, Paris, Picard, 391 p.

Barbet A., Miniero P. dir., 1999, La Villa San Marco a Stabia, Naples, Centre Jean Bérard/Rome, École française de Rome, 3 vol. (Coll. du Centre Jean Bérard, 18 – Coll. de l’École française de Rome, 258).

Barbet A., Laurent P., Lepert Cl., 2003, « Escolives-Sainte-Camille (Yonne) : étude du décor peint », in : Allag Cl. dir., Peinture antique en Bourgogne, Actes du XVIe séminaire de l’AFPMA, Auxerre, 24-25 oct. 1997, p. 55-67 (21ème suppl. à la R.A.E.).

Becatti G., 1961, Mosaici e pavimenti marmorei, Scavi di Ostia 4, Rome.

Becatti G., 1969, Edificio con opus sectile fuori Porta Marina, Scavi di Ostia 6, Rome.

Berthier G., 1980, « Les peintures du temple de Genainville (Val-d’Oise) », in : Peinture murale en Gaule, Actes des séminaires de 1979 organisés par l’AFPMA et le CEPMR, Lyon, 20-21 fév., Narbonne, 30 avril-1 mai, Paris-Soissons, 1-2 nov., Université de Dijon, p. 127-134 (Publ. du Centre de recherches sur les techniques gréco-romaines, 9).

Boube E., 2011, « Éléments inédits de décoration pariétale, crustae figurées et tesselles de mosaïque, de la villa de Chiragan (Martres-Tolosane, Haute-Garonne) », in : Balmelle C., Eristov H., Monier F. dir., 2011, Décor et architecture en Gaule entre l’Antiquité et le haut Moyen Âge, Actes du colloque international, Université de Toulouse II-Le Mirail, 9-12 oct. 2008, p. 463-483 (20ème suppl. à Aquitania).

Dag 2011 = Balmelle C., Eristov H., Monier F. dir., 2011, Décor et architecture en Gaule entre l’Antiquité et le haut Moyen Âge, Actes du colloque international, Université de Toulouse II-Le Mirail, 9-12 oct. 2008, Bordeaux, Aquitania, 795 p. (20ème suppl. à Aquitania).

Danion B., 2006, « Arnouville-lès-Gonesse », in : Wabont M., Abert F., Vermeersch D. dir., Le Val-d’Oise, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 138-139 (Carte archéologique de la Gaule, 95).

Douaud R., 1997, « Imitations d’opus sectile », Bull. de liaison du CEMPR, 12, p. 9-15.

Flécher J.-F., 1980, « Les peintures murales du ‘ Mont-de-Gif’(commune d’Arnouville-lès-Gonesse, Val-d’Oise) », in : Peinture murale en Gaule, Actes des séminaires de 1979 organisés par l’AFPMA et le CEPMR, Lyon, 20-21 fév., Narbonne, 30 avril-1 mai, Paris-Soissons, 1-2 nov., Université de Dijon, p. 121-126 (Publ. du Centre de recherches sur les techniques gréco-romaines, 9).

Gnoli R., 1971, Marmora Romana, Rome, éd. Dell’elefante, 249 p.

Guadagnin R., 1974, « Arnouville gallo-romain », Bull. annuel de la Jeunesse préhistorique et géologique de France, 3, p. 8-9.

Joulin L., 1901, Les établissements gallo-romains de la plaine de Martres-Tolosanes, Paris, C. Klincksieck, 300 p.

Langouët L., Quesnel L., 2000, « Les plaques décorées en schiste de la Bretagne armoricaine sous l’empire romain », Revue archéologique de l’Ouest, 17, p. 215-217.

Mitard P.-H., 1993, Le sanctuaire gallo-romain des Vauxde-la-Celle à Genainville (Val-d’Oise), Guiry-en-Vexin, Centre de recherche archéologique du Vexin français, p. 221-257.

Pensabene P., Bruno M. dir., 1998, Il marmo e il colore, guida fotografica : I marmi della collezione Podesti, Rome, l’Erma di Bretschneider, 16 p.

Roquefeuil S. de, 1974, « Le trésor monétaire d’Arnouvillelès-Gonesse », Bull. annuel de la Jeunesse préhistorique et géologique de France, 3, p. 10-13.

Sapelli M., 1999, Provinciae fideles : il fregio del Tempio di Adriano in Campo Marzio, Milano, Electa, 152 p.

Thorel M., 2011, « Le rôle des imitations d’opus sectile dans la peinture murale gallo-romaine (deuxième moitié du ier siècle-fin du iiie siècle p. C.) », in : Balmelle C., Eristov H., Monier F. dir., 2011, Décor et architecture en Gaule entre l’Antiquité et le haut Moyen Âge, Actes du colloque international, Université de Tou louse II-Le Mirail, 9-12 oct. 2008, p. 486-497 (20ème suppl. à Aquitania).

Tomei M. A., 2005, « Riquardo in opus sectile », in : Filippi F. dir., I colori del fasto : la domus del Gianicolo e i suoi marmi, Catalogue d’exposition, Milano, Electa, 137 p.

Turckheim-Pey S. de, 1981, « La trouvaille d’Arnouville-lès-Gonesse (68-238 après J.-C.) », Trésors monétaires, III, p. 17-31.

Notes

1 Le financement de la restauration a été pris en charge par la Communauté de communes Roissy Portes de France. La restauration a été réalisée au Centre d’Étude des Peintures Murales Romaines de Soissons Cf. annexe de Rui Nunes Pedroso.

2 La conservatrice, Cécile Sauvage, ainsi que son équipe doivent être remerciées pour la mise en valeur de ce décor. L’ensemble des enduits peints issus de la fouille de 1968 est désormais conservé dans les collections de ce nouveau musée. Je remercie Alix Barbet, directeur de recherche au CNRS de son intervention pour l’entrée des vestiges dans ce musée.

3 La hauteur de 10 cm ne constitue qu’un minimum, car nous ne possédons aucun fragment comportant la trace de sa rencontre avec le sol. La plinthe, peinte en blanc, garde la marque d’une cordelette bleue utilisée pour tracer la ligne d’implantation de clous, enfoncés au marteau. Lors de la fouille, certains fragments avaient encore un clou en place. L’empreinte du marteau montre que les clous ont été enfoncés après l’application de la peinture sur la couche d’enduit encore frais.

4 La description utilise le vocabulaire proposé par Douaud (1997).

5 La paroi restaurée montre que les deux boucliers touchent la bordure supérieure. Le choix a été fait par les restaurateurs en raison d’un indice ténu apparu après enlèvement des concrétions. Pour notre part, nous penchons pour une position centrée du motif. Un fragment d’un autre panneau de ce type et qui ne peut appartenir qu’au haut d’un bouclier montre un écart de 4,2 cm entre le motif et la bordure.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Arnouville-lès-Gonesse. Paroi recomposée, zone inférieure et début de la zone moyenne (reconstitution J.-F. Flécher, photos et infographie J.-F. Lefevre APPA-CEPMR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7665/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Légende Fig. 2. Arnouville-lès-Gonesse. Bande de petits compartiments, de gauche à droite : a, b, c, d, e (photo CEPMR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7665/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 3. Arnouville-lès-Gonesse. Compartiment c, motif de pelte sur champ de jaune antique dans un encadrement de porphyre (photo J.-F. Flécher).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7665/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Fig. 4. Arnouville-lès-Gonesse. Zone moyenne : interpanneau noir, candélabre végétalisé, piédestaux, support de colonnettes (photo et infographie J.-F. Flécher).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7665/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 5. Arnouville-lès-Gonesse. Zone moyenne : éléments de colonnettes (photos CEPMR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7665/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 6. Arnouville-lès-Gonesse. Zone moyenne : détail du haut d’un piédestal et de la base d’une colonnette (photo J.-F. Flécher).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7665/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 7. Arnouville-lès-Gonesse. Zone moyenne : chapiteaux, entablement et arcature (photo et infographie J.-F. Flécher).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7665/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 8. Arnouville-lès-Gonesse. Compartiments f, losange couché, et g, disque (photo et infographie J.-F. Flécher).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7665/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 9. Arnouville-lès-Gonesse. Compartiments h, pelte (?), i, disque et jonction avec les panneaux inférieurs (photo et infographie J.-F. Flécher).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7665/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 10. Arnouville-lès-Gonesse. Panneau restauré de l’angle supérieur gauche d’une paroi. Partie haute des architectures et angle de mur (photo R. Nunes Pedroso APPA-CEPMR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7665/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 11. Arnouville-lès-Gonesse. Échantillons des sept types de marbres fictifs (photo et infographie J.-F. Flécher).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7665/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 12. Arnouville-lès-Gonesse. Panneau restauré de la peinture (photo R. Nunes Pedroso APPA-CEPMR).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7665/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 599k

Auteur

Jeunesse Préhistorique et Géologique de France, Sarcelles.

© ARTEHIS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search