Version classiqueVersion mobile

L’Âge du Bronze en Bourgogne. Le dépôt de Blanot (Côte-d’Or)

 | 
Jean-Paul Thevenot

Première partie. Étude archéologique

Chapitre IV. Nature et fonction du dépôt

Texte intégral

1A la différence des assemblages d’objets recueillis dans les habitats et les sépultures, les ensembles archéologiques que forment les dépôts constituent souvent une source documentaire particulièrement révélatrice pour l’étude des courants d’influence et l’évaluation de leur importance respective. Le dépôt de Blanot ne faillit pas à cette règle, mais il donne aussi matière à certains commentaires en ce qui concerne sa nature et sa finalité. Nous ferons dans cette perspective quelques remarques sur sa place parmi les dépôts de Bourgogne, sur ses caractéristiques et sa composition ainsi que sur les motifs possibles de son enfouissement.

Un dépôt exceptionnel, condensé d’éléments Rhin-Suisse-France orientale

  • 51 Gadant (R.), « Notes sur des haches de l’époque de la Pierre polie et de l’Age du Bronze trouvées à (...)
  • 52 Bernardin (J.), Parriat (H.), Perraud (R.), « La cachette de Bronze de Rigny-sur-Arroux », Revue pé (...)
  • 53 On trouvera des indications sur le dépôt perdu de Curgy dans Gaucher 1981, p. 364 et 365, fig. 92 à (...)
  • 54 Bruzard (A.), « De l’Age du Bronze dans l’arrondissement de Semur (Côte-d’Or) », Bull. de la Soc. d (...)

2La bordure sud-est du Morvan, innervée par le réseau hydrographique de l’Arroux, a sans doute connu à l’Age du Bronze, après la colonisation du Néolithique Moyen, l’un des moments forts de sa mise en valeur51. Les découvertes, toutes très anciennes, font apparaître la vallée de l’Arroux comme un axe de pénétration privilégié, à partir du bassin de la Loire, vers les hautes terres du Morvan et les bas pays de l’Auxois. Cette fonction, déjà sensible au Bronze Ancien, s’est affirmée au Bronze Moyen comme l’attestent les découvertes de dépôts et d’objets isolés : dépôts d’Anzy-le-Duc et de Rigny-sur-Arroux, haches à talon de Toulon-sur-Arroux, de La Tagnière, de Vergoncey à Curgy et d'Antully, bracelet d’Autun52. De la même manière, les dépôts de Savigny-le-Vieux à Curgy en Saône-et-Loire d’une part53, de Nan-sous-Thil et d’Alise-Sainte-Reine en Côte-d’Or d’autre part54, viennent renforcer l’idée qu’au Bronze Final le bassin d’Autun et l’Auxois devaient être largement colonisés (fig. 1). Dans ces conditions la mise au jour d’un dépôt à Blanot, sur la ligne de partage des eaux entre le bassin de l’Arroux tourné vers la Loire et celui du Serein orienté vers la Seine, n’est pas aussi surprenante qu’on pouvait le croire de prime abord.

3Pourtant la plupart des objets qui composent ce dépôt étaient encore inconnus en Bourgogne ; ainsi le chaudron à attaches d’anses cruciformes, la coupe carénée à pied annulaire, les fiasques à panse biconique, la ceinture articulée, peut-être même le bracelet reniforme à groupes de côtes saillantes puisque les exemplaires de même espèce conservés au Musée de Châtillon-sur-Seine n’ont pas une origine locale assurée (Chaume 1989). Les dépôts de Bourgogne orientale qui peuvent être rangés sensiblement dans la même tranche chronologique que celui de Blanot sont peu nombreux, mais ils le complètent en couvrant un éventail particulièrement large de types d’objets métalliques.

  • 55 Cf. note 16, p. 82.
  • 56 Bonnamour (L.), « Chronique archéologique », Mémoires de la Soc. d’hist. et d’arch. de Chalon-sur-S (...)
  • 57 Joly (J.), Cf. note 32, p. 94.

4Le dépôt de Génelard, situé dans la proche vallée de la Bourbince, réunit toute la panoplie d’outils d’un artisan fondeur et dinandier comportant moule à anneaux en bronze, spatule à travailler la cire, marteaux, enclumes, ciselets, compas, matrices à estamper et même couteaux prêts à la vente55. Celui du Port Ferrier à Chalon-sur-Saône se compose, d’après ce que l’on en connaît, d’une faucille à bouton, d’un petit bracelet ouvert et d’un lot d’armes, à savoir un casque à crête, une épée du type d’Hemigkofen et deux épées du type de Forel56. Seul le petit dépôt de la grotte de Roche-Chèvre à Barbirey-sur-Ouche, dans l’arrière-côte dijonnaise, se rapproche quelque peu de celui de Blanot, en ce sens qu’il contient, outre un couteau à soie à lame décorée et de longues perles tubulaires en bronze, des cabochons à griffes et à bélières et une série de pendeloques triangulaires qui ornaient très probablement une ceinture de cuir57. Les dépôts plus récents de Savigny-le-Vieux à Curgy, des Vesvrottes à Nan-sous-Thil, de la Ferme de F Epineuse à Alise-Sainte-Reine, géographiquement proches de celui de Blanot, s’en distinguent également de façon très nette puisqu’aucun ne renferme d’objet comparable à ceux qui le composent.

  • 58 Bonnamour (L.), « Chronique archéologique », Mémoires de la Soc. d'hist. et d’arch. de Chalon-sur-S (...)
  • 59 Cf. note 14, p. 81.

5En dehors d’une petite tasse du Bz D, du type de Gusen, provenant de Lux (Saône-et-Loire)58 et d’une pièce de la Saône chalonnaise déjà citée59, (aucun vase en bronze repoussé du Ha A ni du Ha B n’a été découvert à ce jour dans le bassin de la Saône. Certes les jambières à spirales et fils récurrents sont présentes en Bourgogne dès le Bz D, mais celles à très large jambart du type de Wollmesheim n’y avaient pas encore été rencontrées. Au total sur douze catégories d’objets métalliques que contient le dépôt, cinq au moins ne sont pas répertoriées dans la province et, deux d’entre elles, le chaudron à attaches cruciformes et les fiasques, sont encore uniques en France même.

  • 60 Millotte (J.-P.), « Informations archéologiques, circonscription de Franche-Comté », Gallia Préhist (...)
  • 61 Gaucher (G.), Robert (Y.), « Les dépôts de bronze de Cannes-Ecluse (Seine-et-Mame) », Gallia Préhis (...)

6Le dépôt de Blanot, s’il n’a pas à proprement parler d’homologue en Bourgogne, trouve quelques rares éléments de référence dans le contexte élargi du Centre-Est de la France, notamment dans les dépôts franc-comtois du Ha B1. Le dépôt de Bouclans composé d’objets fragmentés ou préfondus, partant très spécifiques d’un dépôt de fondeur, contient en particulier des éléments d’une ceinture du type de Billy (Passard, Piningre et Hurtrelle 1984). Celui de Pont-de-Roide60, dans lequel une hache à ailerons subterminaux côtoie des bracelets gravés et des épingles, renferme aussi deux bracelets du modèle réniforme à groupes de côtes saillantes (Chaume 1989). Il faut étendre les comparaisons aux autres dépôts de la même région pour trouver quelques références typologiques ; ce sont des fragments de jambières à spirales et fils récurrents dans le dépôt Ha A 1 de Beaujeu-Saint-Vallier-Pierrejux, et des éléments de ceintures articulées ainsi que des pendeloques triangulaires dans celui de Larnaud. Les dépôts du Sud du Bassin parisien ne sont pas plus éloquents. Tout au plus peut-on citer des fragments de jambières à spirales dans celui du Bz D de Longueville et dans celui de la transition Ha A1 - Ha A2 de Cannes-Ecluse I61.

7Parmi les autres types de gisements de l’Est de la France, il n’existe que la sépulture Ha B1 de Champigny-sur-Aube qui fournisse, avec ses jambières à très large jambart et son bracelet reniforme, un contrepoint au dépôt de Blanot. Ce dernier est donc encore seul en son genre dans un contexte régional élargi.

8Les objets que contient ce dépôt ne sont pas tous dans le même état ; certains sont neufs en apparence et d’autres nettement usagés. La coupe carénée et le chaudron donnent en effet l’impression d’avoir été très peu utilisés. La coupe n’a pas de trace d’usure et le chaudron n’a guère servi car l’anneau porteur n’est pas aminci et les passages des anses ne sont pas usés ; ces deux récipients sont d’ailleurs les éléments les plus récents du mobilier, bien datés du Ha B1. Le décor en points bossettes des fiasques à panse biconique, malgré les dégâts subis, est d’aspect très frais.

9A l’inverse, certains bijoux paraissent anciens. La ceinture articulée, aux maillons plats écornés, aux réparations multiples, a été longtemps portée ; il est très possible qu’elle ait été fabriquée au Ha A2. Les jambières suscitent les mêmes remarques, car les importantes plages d’usure qui affectent leur décor gravé, les réparations qu’elles ont nécessitées, prouvent un long usage. Les jambières de la paire moyenne semblent être les plus vieilles ; leur décor est moins élaboré ; il semble qu’elles aient été façonnées avant celles de la grande et de la petite paires, peut-être également au Ha A2. Tous ces bijoux font ainsi figure d’héritage.

  • 62 Il semble normal qu’après une phase de création, dans un secteur géographique limité, un objet conn (...)

10Il est donc très probable que les parures et les récipients de bronze de Blanot ont été rassemblés peu à peu, sur une période qui correspond au moins aux deux phases consécutives du Ha A2 et du Ha B1. Ils ont par conséquent été vraisemblablement réunis sur plusieurs générations62 et constituent de ce fait un véritable patrimoine.

11Nous avons indiqué dans le chapitre précédent qu’en dehors du chaudron à attaches cruciformes qui provient sans aucun doute d’un atelier d’Europe centrale, tous les objets du dépôt, y compris la coupe carénée, appartiennent au monde occidental. La ceinture a des affinités suisses et savoyardes ; la coupe carénée s’apparente aux coupes et tasses suisses ; le bracelet reniforme est d’obédience allemande ; les fiasques ont leurs homologues céramiques dans la vallée du Rhin moyen. Le mobilier du dépôt est constitué d’éléments qui relèvent donc du répertoire du groupe culturel R.S.F.O. (Rhin-Suisse-France orientale) et qui peuvent être considérés à ce titre comme indigènes. L’examen des types qu’ils représentent, de même que l’analyse des métaux qui les composent, tendent à prouver cependant que ces objets ont été fabriqués non seulement à des époques différentes, mais selon toute vraisemblance dans des ateliers distincts ; les variations observées par J. Bourhis dans la composition des métaux employés semblent significatives à cet égard (Bourhis p. 140). Les fiasques, comme les jambières, ont été façonnées dans des tôles de diverses origines, en partie d’ailleurs de récupéraration, tirées de bronzes à faibles impuretés et à nickel notable ; les appliques à bélière sont faites dans un métal à teneurs appréciables ou fortes d’arsenic, d’antimoine et d’argent ; le bronze de la coupe se distingue par une teneur très élevée en étain.

  • 63 Millotte (J.-P.), « La question des “Champs d’urnes” en France et sa place dans une perspective his (...)

12La concentration en un même lieu, d’objets d’origines diverses, mais tous, hormis le chaudron, composants du catalogue typologique de la culture R.S.F.O. (Sperber 1987), indique sans conteste l’existence d’une trame serrée de relations au cœur même de cette entité. Elle implique des liaisons préférentielles, commerciales ou de tout autre sorte, entre région du Rhin moyen, Suisse occidentale, Alpes du Nord, France du Centre-Est. Cette constation renforce l’impression exprimée par J.-R Millotte de la juxtaposition au sein de ce phénomène culturel de groupes plus ou moins importants procédant entre eux à des échanges63.

  • 64 Brun (P.), Princes et princesses de la Celtique. Le premier Age du Fer (850-450 av. J.C.), Paris, 1 (...)
  • 65 Bonnamour, 1982, p. 21-28, fig. 7-10.
  • 66 Roussot-Larroque, 1988 ; cf. note 9, p. 77.
  • 67 Brun (P.), Mordant (C.), « Le Bronze Final IIb-IIIa en Ile-de-France », Mémoires du Musée de Préhis (...)

13La Bourgogne est intégrée en fait dans le système de relations du complexe économique et culturel nord-alpin tel que P. Brun l’a récemment défini64. Elle participe pour cette raison aux échanges qu’il entretient avec les zones périphériques, notamment avec le complexe homologue atlantique comme l’attestent maintes découvertes régionales65. Pourtant le dépôt de Blanot ne renferme aucun élément témoignant d’influences issues de cette zone. Tout au plus peut-on constater, à partir de types représentés, comme la ceinture articulée et la vaisselle de bronze, l’existence de contacts avec le monde atlantique. Les maillons plats de ceinture du dépôt de Saint-Brieuc-des-Iffs en Ille-et-Vilaine, ou les fragments de vases de bronze de celui du Moulin Neuf à Braud-et-Saint-Louis en Gironde66 illustrent ce phénomène. Les dépôts d’Ile-de-France montrent beaucoup plus fréquemment, au cours du Ha A2 et du Ha B1, l’association d’éléments atlantiques et d’éléments nord-alpins67. Il est vrai que la région se trouve aux marches de l’aire R.S.F.O., alors que la Bourgogne en fait partie intégrante. A l’opposé, le chaudron à attaches cruciformes matérialise des relations avec le Complexe carpatique ; ce vase relie en effet cette province occidentale, par l’intermédiaire des milieux culturellement apparentés répartis au Nord de l’arc alpin, à l’Europe centrale, en particulier à l’Est et au Nord-Est du Bassin des Carpates.

14Le groupe social, ou peut-être l’individu, à qui appartenaient les objets réunis à Blanot faisait donc partie à l’évidence du monde R.S.F.O. Rien n’interdit de supposer que ce groupe, ou cet individu, était installé à demeure sur les terres de la bordure orientale du Morvan. Si le dépôt témoigne d’une thésaurisation d’éléments qui ont presque tous été fabriqués dans des ateliers de Faire R.S.F.O., il n’existe pas toutefois de preuve de productions propres à la Bourgogne. Les ateliers de Bourgogne du Sud et en particulier ceux du Chalonnais ou de la Saône moyenne dont l’existence tend à se confirmer ont pu intervenir toutefois dans leur fabrication. A tout le moins la convergence sur la Bourgogne d’objets d’origines diverses, qu’il s’agisse de bijoux, de vaisselles ou d’armes, illustre bien son rôle classique de région carrefour au cœur de la zone occidentale du Complexe nord-alpin.

Un dépôt spécial à fonction supposée votive

  • 68 Du moins tels qu’on les connaît aujourd’hui, car on sait que le dépôt de Fresnes n’est pas complet (...)

15Le dépôt de Blanot n’est pas le seul parmi les dépôts français du Bronze Final qui possède de la vaisselle de bronze. Il s’apparente sur ce point aux dépôts de Fresnes et de Saint-Chély-du-Tarn68, de même qu’à celui de Saint-Martin-sur-le-Pré, qui renferment eux aussi des éléments de parure et des vases de bronze.

  • 69 En effet le type d’anse (simple ruban de tôle non décoré), de la tasse en tôle mince, son mode de f (...)

16Le dépôt de Saint-Chély-du-Tam contient en effet, à côté de bracelets, d’une bague, d’une tête d’épingle et d’appliques à bélière, six coupes simples ou ansées ; ce sont : une coupe sans décor du type de Jenišovice B, une coupe et deux tasses du type de Fuchsstadt dont l’une à anneau porteur peu dégagé, une coupe et une tasse originales, en tôle très mince, au profil identique, à fond ombiliqué cerclé de deux nervures, dont la dernière possède une anse rubanée simple fixée par des agrafes. La coupe du type de Jenišovice B date l’ensemble du dépôt du Ha B1 comme l’a bien montré J.-P. Millotte (Millotte 1959)69.

17Le dépôt de Fresnes compte, outre des bracelets ouverts et des cabochons à bélière, trois coupes en tôle de bronze, c’est-à-dire deux coupes du type de Jenišovice B à décor de points-bossettes pour l’une et à décor de deux lignes de points pour l’autre, ainsi qu’une coupe spéciale, également décorée en points-bossettes, à haut de panse caréné donc du type de Jenišovice, mais dotée d’un pied annulaire de petit diamètre entouré de deux nervures à la mode d’Europe centrale (Despriée 1978). La datation est aussi très nettement Ha B1.

  • 70 Müller-Karpe 1959, pl. 35, n° 5 (Barum) et pl. 31, nos 4, 6 et 8 (Tarquinia).
  • 71 Gaucher 1981, p. 334-335, fig. 19 et pl. II.

18Le dépôt de Saint-Martin-sur-le-Pré est composé d’une série d’anneaux moulurés plaqués d’or et de trois vases, à savoir une tasse du type de Stillfried Hostomice, à anse haute décorée et pied annulaire rapporté à l’instar de la coupe de Barum (Kr. Lüneburg) et des coupes italiennes70, une tasse du même type, sans pied annulaire, enfin une coupe à fond ombiliqué et corps en calotte sphérique décoré en points-bossettes dans le style du Ha B171. Les deux tasses du type de Stillfried-Hostomice permettent d’attribuer le dépôt au Ha B2 (Gaucher 1981).

19Les dépôts de Bourgogne, de Sologne et des Grands Causses, sans doute à peu de choses près contemporains, répondent au même schéma de composition et entrent donc dans la même catégorie. Celui de Saint-Martin-sur-le-Pré, bien que d’une phase plus récente, en est aussi très proche. On peut, pour ces raisons, considérer que l’association d’éléments de parure et de pièces de vaisselle, quelles que soient les proportions des deux séries, n’est pas fortuite.

  • 72 On est fondé à penser que la cinquantaine, au moins, d’appliques à bélière que contenait initialeme (...)

20D’un autre côté, parce qu’il contient un ensemble important d’éléments de parures, le dépôt de Blanot s’apparente en outre au dépôt savoyard plus récent de Bénévent-en-Champsaur qui renferme comme lui un riche assortiment de bijoux et de garnitures vestimentaires. A Blanot la parure comprend des colliers, un bracelet, une ceinture, des jambières et un accessoire vestimentaire orné de cabochons72. A Bénévent-en- Champsaur l’équipement se compose de colliers, d’un bracelet, de bagues, d’une ceinture, de pendentifs et très probablement aussi d’un vêtement à cabochons. Ces deux assortiments de parures, certes de deux époques différentes, sont très comparables. En ce sens leur composition n’est peut-être pas non plus arbitraire.

  • 73 Il n’y a pas lieu d’en nier le caractère féminin. Une telle attribution ne faisait guère de doute d (...)
  • 74 Rittershofer (K.F.), Der Hortfund von Bühl und seine Beziehungen, Bericht der Römisch-Germanischen (...)
  • 75 Wels-Weyrauch (U.), « Mittelbronzezeitliche Frauentrachen in Süddeutschland (Beziehungen zur Hagena (...)

21Il est possible en effet d’inférer de ces exemples que ce genre d’association est conforme à un modèle, représente un groupement spécifique, un assemblage caractéristique, et constitue au total l’équipement ou la tenue régulière d’une personne de haut rang73. Dans les deux cas précédents, les parures pourraient d’ailleurs être considérées comme complètes. L’idée d’un équipement-type comprenant, pour un ensemble, parure de tête (coiffe, diadème), collier, pectoral, épingle à vêtement, bracelet, ceinture, jambières, vêtement orné de bossettes, a été tirée par M.K. Rittershoffer de l’étude de dépôts du Bronze Moyen d’Allemagne, tels que ceux de Bühl et d’Ackenbach suivant en cela les conclusions de G. Schumacher-Matthäus fondées sur l’étude des équipements funéraires du Bronze Ancien du Bassin carpatique74. Cette idée a été reprise dernièrement par U. Wels-Weyrauch à partir de l’étude des sépultures du Bronze Moyen d’Allemagne du Sud et de la vallée du Rhin75. Les éléments de la parure mortuaire forment en effet des compositions cohérentes et en quelque sorte fonctionnelles.

22Des assemblages de ce genre se retrouvent aux phases plus récentes du Ha A2 et du B1, dans les sépultures de Dienheim, de Wollmesheim, de Champigny-sur-Aube. Avec leurs jambières, leurs bracelets, leurs épingles, leurs colliers, elles évoquent en effet de la même façon ce que pouvait être une parure. Il est bien évident que le schéma général de la toilette varie considérablement d’une région à une autre ou d’un groupe à un autre. Les parures complètes qui comprennent, entre autres bijoux, une ceinture articulée et un ornement à cabochons, représentent semble-t-il l’un de ces schémas ; on contaste que dans l’Ouest de Faire R.S.F.O. cette composition a été de mode non seulement au cours du Ha B1, mais aussi pendant le Ha B2.

23Quoi qu’il en soit, l’association des parures et des vases de bronze ne constitue pas un modèle unique. En Europe centrale les vases de bronze, tasses, chaudrons, seaux, accompagnent souvent d’autres types d’objets qui, tout comme eux, sont des objets entiers, neufs ou bien usagés mais en état. Les récipients sont alors adjoints soit à des bijoux (diadème, fibules, épingles, torques, bracelets, jambières) et à des outils (faucilles, haches) comme dans le dépôt 4 de Štramberk-Kotouč (Podborský 1970), soit à des bijoux, à des outils et à des armes offensives ou défensives (épées, pointes de lances, casques) comme dans les dépôts d’Egyek-Kendertag ou de Mezökövesd ; ils peuvent être associés également à des outils et à des armes comme dans le dépôt d’Hajdúszovát ou à des armes seulement comme dans celui d’Hajdúböszörmény (Kemenczei 1984). Ces différentes compositions peuvent être tenues également pour intentionnelles et par conséquent avoir une signification comparable si ce n’est identique. Dans une telle série le dépôt de Blanot se présente comme une variante. Mais le fait qu’il ne contienne aucun objet traditionnellement masculin, pièce d’armement en particulier, contribue à renforcer la connotation très féminine de l’ensemble des pièces d’ornement dont il se compose.

24Dans le cas de Blanot, le mobilier a été enterré intact, avec soin, de façon ordonnée et systématique, pour tout dire semble-t-il sans hâte. On peut affirmer qu’il ne s’agit pas là d’un stock de récupérateur ; le dépôt ne contient pas d’objet détérioré ni fragmentaire, pas de résidu de fonte ni de rebut ; d’ailleurs si l’on avait voulu conserver le métal, les cabochons et les perles de bronze auraient été arrachées de leur support et de leur monture ; de plus l’or, tout faible en fût le poids, aurait été mis de côté. Il semble peu probable en outre qu’on ait enterré les objets sous une menace quelconque avec le désir de les reprendre par la suite, car il n’est guère envisageable que des parures dans lesquelles le cuir prédomine aient été mises en pleine terre sachant que, normalement, la première intempérie ne manquerait pas de les détériorer de façon irrémédiable.

  • 76 Déchelette (J.), Manuel d’Archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine, Paris, 1910, 2, « A (...)

25Il y a donc lieu de penser que le dépôt a été effectué dans un but votif ou cultuel. On s’accorde en effet à donner un caractère religieux à l’enfouissement d’objets précieux encore utilisables. Cette interprétation sacrée domine à l’heure actuelle, non qu’elle soit à la mode, mais plutôt parce qu’elle apporte une explication acceptable à ces resserres d’objets de prix que l’on hésite depuis longtemps à considérer comme de simples cachettes76. Dans cette conception les dépôts représentent des offrandes, propitiatoires, expiatoires ou d’action de grâces. Cette explication rituelle est pour ce type de dépôt souvent tenue pour seule acceptable (Soroceanu et Buda 1979). Certains auteurs l’étendent même aux dépôts d’objets cassés, considérant qu’ils l’ont été de façon intentionnelle ; mais cette thèse est généralement réfutée (Moosleitner 1987). Les mêmes motivations sont supposées avoir présidé à la dissimulation d’objets précieux dans le lit d’une rivière, au passage d’un col de montagne, près d’une source, dans une grotte, sous un bloc rocheux. Le fait qu’à Blanot les objets aient été apparemment enterrés à l’écart d’un lieu habité, dans un endroit isolé, plaide en faveur d’une préoccupation de cette nature. On pourrait penser, pure hypothèse, qu’il a été placé près d’une voie de communication, sur un lieu de passage important au pied du massif du Morvan.

  • 77 Verger (S.), « Du dépôt métallique à la tombe fastueuse », Les premiers princes celtes, Grenoble, 1 (...)

26Il n’est pas possible de dire cependant, dans cette interprétation, si les bijoux précieux et les vases de luxe ont été mis en terre au bénéfice d’une communauté ou d’un seul individu comme c’est le cas dans la tombe du « guerrier » de Saint-Romain-de-Jalionas, qu’il se soit agi en l’occurrence d’offrandes proprement dites déposées en son honneur ou de ses biens propres disposés en accompagnement77.

27Les objets de Blanot représentent cependant à l’évidence une richesse. Ils constituent ce qu’il est convenu d’appeler aujourd’hui des biens de prestige. Ces derniers peuvent aussi bien être la propriété d’une personne ou d’une famille importante, que d’un groupe social, civil ou religieux. Il est hasardeux en effet de vouloir les considérer comme les témoins d’un dépôt personnel « aristocratique », car c’est reporter sur l’Age du Bronze Final le modèle des princes de la fin du Premier Age du Fer. Il reste que les détenteurs de ces biens peuvent être raisonnablement tenus pour des notables. Par la possession de telles fortunes ils se détachent en effet de la collectivité et se créent ainsi une position privilégiée. Par l’enfouissement volontaire de tels trésors ils font démonstration de leur magnificence.

  • 78 Kristiansen (K.), « Hiérarchie sociale, valeur et consommation des biens à l’Age du Bronze », Les n (...)
  • 79 Brun 1987 ; cf. note 64, p. 103.

28K. Kristiansen a développé l’hypothèse selon laquelle les échanges de biens de prestige ont relié au Bronze Final les groupes tribaux d’Europe de l’Ouest par une idéologie nouvelle fondée sur la possession de tels biens78. Les familles qui s’assurent le monopole des échanges d’objets luxueux (bijoux, vaisselle et armes en particulier) sont celles qui exercent influence et autorité. Cette théorie est très en faveur à l’heure actuelle, bien que l’apport des faits soit particulièrement réduit en ce domaine, car elle permet d’expliquer la structure des sociétés protohistoriques et l’émerence en leur sein d’une hiérarchie et d’une classe dirigeante79. Le dépôt de Blanot entre bien dans cette argumentation.

  • 80 Voir entre autres études qui comportent de nombreuses références bibliographiques : Brunn (W.A.v.),(...)

29Nous ne poursuivrons pas plus avant l’examen des problèmes de motivation et de signification des dépôts, que les protohistoriens allemands ont par ailleurs très largement traités80. Le débat n’est pas clos. De façon plus concrète, nous retiendrons, en conclusion, certains points forts que l’étude du dépôt de Blanot, ensemble typologiquement très diversifié, a permis de mettre en évidence. Le dépôt de Côte-d’Or apporte en effet des éléments nouveaux à la réflexion sur la densité de l’occupation humaine en bordure orientale du Morvan dans la deuxième partie du Bronze Final et sur le rôle de carrefour culturel, voire de centre créatif original de la Bourgogne à cette époque, dans la partie occidentale du Complexe nord-alpin. Il contribue en outre à conforter la chronologie du Bronze Final dans l’Est de la France, même si la « sensibilité » des objets de métal qui le composent n’égale pas en la matière celle de la céramique. Il confirme enfin, s’il en était besoin, que le Ha A2 et le Ha B1 forment sur le plan de la chronologie et de la culture un véritable continuum. Il revêt en ce sens une réelle signification historique.

Notes

51 Gadant (R.), « Notes sur des haches de l’époque de la Pierre polie et de l’Age du Bronze trouvées à Autun et dans les environs », Congrès préhistorique de France, Autun, 1907, 1908, p. 819-823 ; Creusaton (J.), Thevenot (J.-P.), « L’Autunois préhistorique », Autun, Augustodunum, capitale des Eduens, Autun, 1987, p. 25-31 et 389, 4 pl.

52 Bernardin (J.), Parriat (H.), Perraud (R.), « La cachette de Bronze de Rigny-sur-Arroux », Revue périodique de la « Physiophile », 53, 1960, p. 8-14, 4 fig.

53 On trouvera des indications sur le dépôt perdu de Curgy dans Gaucher 1981, p. 364 et 365, fig. 92 à 94.

54 Bruzard (A.), « De l’Age du Bronze dans l’arrondissement de Semur (Côte-d’Or) », Bull. de la Soc. des sc. hist. et nat. de Semur, 1867, p. 20-32, pl. I.

55 Cf. note 16, p. 82.

56 Bonnamour (L.), « Chronique archéologique », Mémoires de la Soc. d’hist. et d’arch. de Chalon-sur-Saône, 45, 1975, 1976, p. 16-20, 1 fig., 1 pl.

57 Joly (J.), Cf. note 32, p. 94.

58 Bonnamour (L.), « Chronique archéologique », Mémoires de la Soc. d'hist. et d’arch. de Chalon-sur-Saône, 49, 1980, 1981 ; cf. p. 30, fig. 7.

59 Cf. note 14, p. 81.

60 Millotte (J.-P.), « Informations archéologiques, circonscription de Franche-Comté », Gallia Préhistoire, 16, 1973, cf. p. 467-468, fig. 12.

61 Gaucher (G.), Robert (Y.), « Les dépôts de bronze de Cannes-Ecluse (Seine-et-Mame) », Gallia Préhistoire, 10, 1967 ; cf. p. 196 et 197, fig. 36 et 37.

62 Il semble normal qu’après une phase de création, dans un secteur géographique limité, un objet connaisse une période de production maximale (phénomène de mode) et de diffusion sur un plus ou moins large territoire, avant d’enregistrer une phase de déclin au cours de laquelle il n’est plus fabriqué mais peut être encore utilisé ou conservé parce qu’il est précieux. Les jambières suivent tout à fait ce schéma.

63 Millotte (J.-P.), « La question des “Champs d’urnes” en France et sa place dans une perspective historique », Mémoires du Musée de Préhistoire d’Ile-de-France, 1, 1988 ; cf. p. 170.

64 Brun (P.), Princes et princesses de la Celtique. Le premier Age du Fer (850-450 av. J.C.), Paris, 1987.

65 Bonnamour, 1982, p. 21-28, fig. 7-10.

66 Roussot-Larroque, 1988 ; cf. note 9, p. 77.

67 Brun (P.), Mordant (C.), « Le Bronze Final IIb-IIIa en Ile-de-France », Mémoires du Musée de Préhistoire d’Ile-deFrance, 1, 1988 ; cf. p. 298.

68 Du moins tels qu’on les connaît aujourd’hui, car on sait que le dépôt de Fresnes n’est pas complet et que celui de Mas-Saint-Chély n’a pas l’assurance de l’être.

69 En effet le type d’anse (simple ruban de tôle non décoré), de la tasse en tôle mince, son mode de fixation (agrafes en fil de bronze déployées à l’intérieur du vase), ne sont pas en eux-mêmes signes d’ancienneté puisque les mêmes fixations rustiques ont été adoptées pour quatre des huit tasses du dépôt de Liptovská Ondrašová daté du Ha B2-B3 (Furmánek 1970).

70 Müller-Karpe 1959, pl. 35, n° 5 (Barum) et pl. 31, nos 4, 6 et 8 (Tarquinia).

71 Gaucher 1981, p. 334-335, fig. 19 et pl. II.

72 On est fondé à penser que la cinquantaine, au moins, d’appliques à bélière que contenait initialement le dépôt de Fresnes, comme celles du dépôt de Bénévent-en-Champsaur, ornaient une pièce de cuir comme celle de Blanot (Despriée 1978). La coutume vestimentaire d’ornementation avec des bossettes est caractéristique des régions carpatiques, ceci dès le Bronze Ancien. En Allemagne du Sud les bossettes deviennent à la mode au Bronze Moyen.

73 Il n’y a pas lieu d’en nier le caractère féminin. Une telle attribution ne faisait guère de doute déjà pour G. de Manteyer (Manteyer 1933).

74 Rittershofer (K.F.), Der Hortfund von Bühl und seine Beziehungen, Bericht der Römisch-Germanischen Kommission, 64, 1983.

75 Wels-Weyrauch (U.), « Mittelbronzezeitliche Frauentrachen in Süddeutschland (Beziehungen zur Hagenauer Gruppierung) », Dynamique du Bronze Moyen en Europe occidentale : Actes du 113e congrès national des sociétés savantes, Strasbourg 1988, 1989, p. 117-132, 12 fig.

76 Déchelette (J.), Manuel d’Archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine, Paris, 1910, 2, « Age du Bronze » ; cf. p. 163-167.

77 Verger (S.), « Du dépôt métallique à la tombe fastueuse », Les premiers princes celtes, Grenoble, 1990, p. 53-71, 9 fig.

78 Kristiansen (K.), « Hiérarchie sociale, valeur et consommation des biens à l’Age du Bronze », Les nouvelles de l'Archéologie, 39, 1990, p. 8-10.

79 Brun 1987 ; cf. note 64, p. 103.

80 Voir entre autres études qui comportent de nombreuses références bibliographiques : Brunn (W.A.v.), Mitteldeutsche Hortfunde der jüngeren Bronzezeit, Mainz 1968, « Bericht der Römisch-Germanische Kommission », 29 ; id. Eine Deutung Spätbronzezeitlicher Hortfunde zwischen Elbe und Weichsel, ibid. 1980, « B.R.-G.K. », 61 ; Stein (F.), Bronzezeitliche Hortfunde in Süddeutschland, Bonn, 1976, « Saarbrücker Beiträge zur Altertumskunde », 23 ; Torbrügge (W.), Über Horte u. Hortdeutung, Mainz 1985, « Archäologisches Korrespondenzblatt », 15.

© ARTEHIS Éditions, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search