Version classiqueVersion mobile

L’Âge du Bronze en Bourgogne. Le dépôt de Blanot (Côte-d’Or)

 | 
Jean-Paul Thevenot

Première partie. Étude archéologique

Chapitre III. Typologie, chronologie et répartition géographique des objets

Texte intégral

  • 1 La correspondance s’établit ainsi : Bz D = BF I ; Ha Al = BF Ha ; Ha A2 = BF Ilb ; Ha Bl = BF Illa  (...)
  • 2 Nous avons tenté un inventaire de quelques types d’objets que l’on trouvera p. 107 et suivantes. De (...)

1Chacun des composants du dépôt de Blanot sera examiné ici dans une triple perspective typologique, chronologique et géographique. Il nous a paru utile en effet de replacer au moins les principaux objets dans leurs typologies respectives parce que ces dernières ne se trouvent pas toutes au même degré d’élaboration et que certaines, comme celle des tasses de bronze, sont encore peu connues en France. Chacun des objets sera situé, par la méthode comparative habituelle, quelles qu’en soient les limites, dans le schéma chronologique du Bronze Final tel qu’il est défini à l’heure actuelle ; nous conserverons, en la matière, par souci de cohérence, la correspondance généralement admise entre les phases du système chronologique classique de Müller-Karpe (1959) et celles de l’adaptation qu’en a donnée pour la France J.-J. Hatt (1962), suivant en cela V. Rychner (1979, p. 62) et W. Kimmig (1988, p. 15)1. La place et la signification économique et culturelle des objets seront évaluées, dans la mesure du possible, à l’aide des cartes de répartition traditionnelles, sachant que notre documentation n’a pas de caractère exhaustif en raison surtout de la dispersion des informations et de l’importance de l’aire géographique concernée2.

LA VAISSELLE DE BRONZE

Le chaudron

  • 3 Les groupes de chaudrons qu’a définis Merhart (groupes A, B1, B2a, B2b) ont été assimilés à des typ (...)

2La typologie des chaudrons n’a pas été modifiée depuis son élaboration par G.V. Merhart en 1952. Dans la séquence devenue classique, deux espèces caractérisent le Bronze Final stricto sensu ; elles se distinguent d’après la forme de leurs attaches d’anses (fig. 72)3.

A.— Chaudrons à attaches d’anse triangulaires

3— Type A (groupe A de Merhart), corps galbé ou caréné, rebord rentrant, fond ombiliqué, attaches généralement triangulaires fixées par deux rivets à tête plate, décor sous le rebord de filets parallèles, de pointillés lâches et de festons. Type A1 à corps galbé ; ex. Keresztéte (Mozsolics 1985, pl. 150, no 8). Type A2 à corps caréné ; ex. Acholshausen (Pescheck 1972, fig. 4, no 3).

B.— Chaudrons à attaches d’anses cruciformes

1.— Corps galbé

4— Type B1 (groupe B1 de Merhart), corps plus ou moins galbé, rebord plus ou moins rentrant, fond à anneau porteur et ombilic, attaches cruciformes couplées à bras courts ou moyens, fixés par cinq rivets, généralement à tête conique, anses lisses, décor sous le rebord de filets parallèles, festons, pointillés, hachures obliques, dents de loup, et parfois, sur la panse, de panneaux de lignes de points et de bossettes ou même de frises à protomés d’oiseaux ; ex. Hajdúsámson nos 1, 2, 3 (Patay 1991, pl-6 à 8), Máriapócs no 1 (Patay 1990, pl. 12), Kunisowce no 2 (Angeli 1962, pl. 2) ;

2.— Corps caréné

5— Type B2a (groupe B2a de Merhart), corps caréné, voire bitronconique, fond à anneau porteur et ombilic, attaches cruciformes séparées à bras courts ou à patte inférieure allongée, fixées par trois rivets à tête conique, anses torsadées, pas de décor sous le rebord ou décor géométrique de traits, dents de loup, triangles et chevrons hachurés ou parfois décor de points et bossettes ; ex. Sîngeorgiu de Pǎdure (Petrescu-Dîmbovita, 1977, pl. 352, no 10 et pl. 353, nos 1-3), Compiègne (Blanchet 1984, fig. 218), Kunisowce no 1 (Angeli 1962, pl. l, no 1).

Fig. 72. — Tableau typo-chronologique des chaudrons à attaches d’anses triangulaires et cruciformes au Bronze Final ; 1, type Al (ex. Keresztéte) ; type A2 (ex. Acholshausen) ; type B1 (ex. Hajdúsámson) ; type B2a (ex. Sîngeorgiu de Pǎdure).

  • 4 Nous n’avons pas mentionné de façon systématique le pays ni la région de découverte des vases et bi (...)

6Le chaudron de Blanot appartient très nettement au type B1. Il est difficile de comparer sa forme, dans le détail, à celle des exemplaires européens, car l’iconographie en la matière n’est pas encore totalement normalisée. On peut constater cependant que le chaudron de Bourgogne est très proche par son galbe et ses dimensions du chaudron no4 de Kunisowce4, qui mesure 12,5 cm de hauteur et 22,5 cm de diamètre à l’ouverture (Angeli 1962). Il a de plus la même silhouette et les mêmes proportions que celles du chaudron no 1 d’Hajdúsámson dont les rapports H/diam. max. et H/diam. à l’ouverture sont respectivement de 0,53 et 0,50 (Patay, 1969). Ses proportions sont enfin très voisines de celles du chaudron no 1 de Tiszakarád (Mozsolics 1969), de celui de Rohod (Patay 1990) et du chaudron no 1 de Kucava (Bemjakovic 1960), même si leurs profils présentent quelques différences, puisque leurs rapports H/diam. max. sont respectivement de 0,51, 0,49, 0,50, et leurs rapports H/diam. à l’ouverture de 0,54, 0,53, 0,53.

7Les attaches cruciformes jumelées à bras courts du chaudron de Blanot sont tout à fait comparables à celles des chaudrons no 1 du dépôt de Moigrad (Nestor 1935), no 1 du dépôt de Mezőkövesd (Patay 1969) et no 1 du dépôt d’Hadjúböszörmény (Mozsolics 1984), ainsi qu’à celles du chaudron fragmentaire de Karcag (Kemenczei 1984) et de celui du dépôt de Niedzieliska (Sulimirski 1938) ; elles sont en effet toutes privées de la nervure triangulaire qui renforce la plupart du temps, sur les autres exemplaires, le col supportant les anneaux, comme sur les chaudrons à attaches cruciformes aux bras courts de Hajdúszovát, Hejőszalonta et Rohod par exemple (Kemenczei 1984, Patay 1990).

8Les traits et les lignes de festons qui ornent le rebord du chaudron de Blanot sont les motifs les plus couramment intégrés dans les formules décoratives des récipients de cette variété. Des portées de trois traits parallèles ou plus surmontent une ligne de festons sur les chaudrons nos 2 et 3 de Kunisowce (Angeli 1962), sur les chaudrons no 2 de Mezőkövesd, no 1 d’Hajdúsámson, sur ceux de Kántorjánosi, de Nyírtelek, de Rohod (Patay 1990) et sur les chaudrons no 2 de Tiszakarád et no 1 du dépôt I de Moigrad (Petrescu-Dîmbovita 1977) ; ils surmontent deux lignes de festons sur celui de Kucava (Bernjakovič 1960.) Une formule plus complexe superposant deux registres de traits et de festons a été appliquée au décor du chaudron no 1 d’Unterglauheim (Müller-Karpe 1959. Le bandeau à double ligne de festons du vase de Blanot trouve en fait sa réplique sur le chaudron no 3 d’Hajdúsámson (Patay 1990) et sur le chaudron no 2 de Brädut en Roumanie (Petrescu-Dîmbovita 1977).

Fig. 73. — Carte de répartition des chaudrons à attaches d’anses cruciformes du groupe B1 en Europe (d’après Merhart 1952, Patay 1959, 1970 et 1990, Thrane 1965, Petrescu-Dîmbovita 1977). Liste p. 107.

9En principe la chronologie des chaudrons ne pose pas de problèmes sérieux (fig. 72). Le type A à corps caréné qui figure, notamment à côté de tasses du type d’Osternienburg-Dresden, dans la sépulture 11 du tumulus d’Ostemienburg (Brunn 1968) comme dans celle d’Acholshausen (Pescheck 1972, Wilbertz 1982, Schauer 1984), cadre bien avec le Ha A2. Le chaudron à corps galbé du dépôt de Mezőnyárád, associé à des coupes du type de Blatnica, est du ressort du Ha A1 (Patay 1990) ; celui qui accompagne, dans le dépôt de Keresztéte, une amphorette à anse et un casque ogival à bouton sommital, rapporté quant à lui au Ha A2 ou plutôt à la transition Ha A2-B1 (Patay 1968, Mozsolics 1985), constitue un terminus post quem pour ce type.

10Le type B1 apparaît à la fin du Ha A2 selon P. Patay, qui classe dans cette période le dépôt II d'Hajdúsámson en raison de la présence, près de trois chaudrons du groupe B1, d’une tasse à anse ornée de cornes protubérantes et de celui d’Hejôszalonta où se côtoient un chaudron du groupe B1 et des épingles caractéristiques du Ha A (Patay 1969) ; ce point de vue est repris par T. Kemenczei (Kemenczei 1984). Mais le type B1 connaît son plein essor au Ha Bl, comme le montrent entre autres les dépôts hongrois de Mezőkövesd (Patay 1969), Egyek, Hajdúszovát (Kemenczei 1984), et les dépôts roumains de Brǎdut, Sîncraieni, Moigrad I, Visuia (Petrescu-Dîmbovita 1977). Il se prolonge toutefois dans le Ha B2, au moins dans certaines régions comme le Nord-Est des Carpates, ainsi que l’attestent le dépôt de Kunisowce dans lequel un chaudron du groupe B2a voisine avec quatre exemplaires du groupe B1 (Angeli 1962) et le dépôt assez tardif d’Hajdúböszörmény dont le chaudron no 2 de type B1 possède une anse torsadée (Patay 1990).

  • 5 V. Furmánek (Furmánek 1970) rassemble le Ha B2 et le Ha B3 en une seule phase étant dans l’impossib (...)

11La position du type B2a dans le Ha B2 est confirmée quant à elle par le dépôt tchécoslovaque de Liptovská-Ondrasová (Furmánek 1970)5 et par plusieurs dépôts roumains comme ceux de Sîngeorgiu de Pǎdure, Fizeşu Gherlii (Petrescu-Dîmboviţa 1977) et Buza (Soroceanu et Buda 1978).

12Le chaudron de Blanot, qui a tous les caractères du type Bl, peut être classé sans ambiguïté dans le Ha B1. Le chaudron, aujourd’hui perdu, de Compiègne avec ses attaches courtes séparées, ses anses torsadées et son profil un peu cassé (Blanchet 1984), appartient au type B2a et se range dans le Ha B2.

13Les caractères morphologiques, techniques et décoratifs du chaudron de Blanot, corps trapu, rebord rentrant, attaches cruciformes jumelées à bras courts, rivets à tête conique, décor de traits et de festons, renvoient effectivement aux exemplaires du Nord-Est du Bassin carpatique, en particulier de la région de la Tisza supérieure (fig. 73). Cela suggère qu’il n’a pas été fabriqué en Europe de l’Ouest où il apparaît très isolé, au delà des chaudrons d’Unterglauheim. On est en droit de le considérer de ce fait comme une pièce importée. Sa qualité technique tend à prouver qu’il est sorti d’un atelier de premier rang. Qu’il provienne d’un centre de production d’Europe centrale, de la région de la Tisza, considérée comme l’un des centres principaux de production du type, ou même de la Grande Plaine hongroise, est envisageable. La diffusion de chaudrons de ce type peut s’expliquer en effet par des relations commerciales, quel qu’en ait été le caractère (Kemenczei 1984).

La coupe carénée

  • 6 Nous ne tiendrons pas compte des formes propres à l’Europe centrale telles que celle du type de Spi (...)

14La typologie complexe des coupes en bronze repoussé du Bronze Final européen a été développée, entre autres, par E. Sprockhoff (1930), V.G. Childe (1948), G. v. Merhart (1952), W. A. v. Brunn (1954, 1968), H. Thrane (1962, 1965). Elle juxtapose de nombreux types sans toujours établir entre eux de relations morphologiques. Il est vrai que ces récipients ne se prêtent pas aisément à une classification et ne s’insèrent pas sans problèmes dans un système, tant leurs formes sont variées et parfois tout à fait singulières, comme c’est le cas de maintes productions d’Europe centrale (Patay 1968). D’un point de vue morphologique trois espèces principales pourraient être reconnues parmi les plus spécifiques des coupes et des tasses du Bronze Final (fig. 74a et b)6.

A. — Tasses sans col à rebord éversé

  • 7 H. Thrane (Thrane 1962, p. 142) fait du type de Gusen une variante du type de Friedrichsruhe ; mais (...)

15— Type de Gusen7, (à panse globuleuse, rebord oblique, anse rubanée à bords parallèles fixée extérieurement par un ou deux rivets plats au bas de la panse et par un rivet au-dessus de la panse ; ex. Gusen (Müller-Karpe 1959, fig. 10, no 1).

Fig. 74a. — Tableau typo-chronologique des coupes et tasses les plus courantes au Bronze Final ; 1, type de Gusen ; 2, type de Friedrichsruhe A (ex. Velatice) ; 3, type de Friedrichsruhe B (ex. Zatec) ; 4, type de Friedrichsruhe C (ex. Blatnica) ; 5, type d’Osternienburg-Dresden A (ex. Wollmesheim) ; 6, type d’Ostemienburg-Dresden B (ex. Viernheim) ; 7, type d’Ostemienburg-Dresden C (ex. Dresden-Laubegast 5).

B. — Tasses avec col en bandeau et rebord éversé

1. — Corps ramassé à flanc arrondi

  • 8 W.A.v. Brunn (Brunn 1968, p. 156, note 1) considère comme problématique la distinction que fait Thr (...)

16— Type de Friedrichsruhe, à panse ramassée et arrondie, col étroit dégagé, rebord oblique éversé, fond ombiliqué simple ou entouré de nervures circulaires, anse rubanée simple, nue ou décorée d’incisions obliques ou anse à extrémités élargies fixées chacune par deux rivets à tête plate, extérieurement sur la panse, intérieurement sur le col, et décorée de bossettes alignées ou d’incisions obliques ; — types A (ou archétype, variante Velatice de Thrane), panse dépourvue de décor ; ex. Friedrichsruhe (Sprockhoff 1930, pl. 18, d), Haidach (Müller-Karpe 1959, pl. 128, A 1) ; — type B (variante Zatec de Thrane), panse basse à flanc arrondi, corps décoré de lignes horizontales de bossettes, anse rubanée à extrémités élargies dotées chacune de deux rivets à tête plate ; ex. Zatec (Kytlicová 1958, fig. 6)8 ; — type C (type Blatnica de Thrane, ou Satteldorf de Brunn), à corps très large et bombé orné de lignes de bossettes, fond ombiliqué entouré de cannelures, deux anses, l’une verticale rubanée à extrémités élargies fixée par des rivets à tête plate, l’autre horizontale, diamétralement opposée, en fil de bronze à extrémités aplaties fixées par des rivets du même genre ; ex. Handlová (Thrane 1962, fig. 28, c) ;

Fig. 74b. — Tableau typo-chronologique des coupes et tasses au Bronze Final ; 8, type de Fuchsstadt ; 9, type de Jenišovice A (ex. Jenišovice) ; 10, type de Jenišovice B (ex. Marburg) ; 11, type de Stillfried-Hostomice.

2. — Corps à épaulement arrondi

17— Type d’Osternienburg-Dresden, à panse arrondie à sa partie supérieure mais plus raide jusqu’à la base, fond ombiliqué surmonté ou non de nervures horizontales circulaires, col étroit, anse rubanée simple ou à extrémités élargies fixée par des rivets à tête plate ; — type A (ou archétype), sans décor ; ex. Wollmesheim (Müller-Karpe 1959, pl. 208, C), Frankfurt-Nied (Herrmann 1966, pl. 208, F) ; — type B (sous-type a de Thrane), à panse décorée de lignes horizontales de bossettes, sous-tendues de nervures disposées en larges festons ou en étoiles ; ex. : Viernheim (Herrmann 1966, pl. 144, A 1), Dresden-Laubegast 5 (Brunn 1968, pl. 53) ; — type C (sous-type b de Thrane), à panse ornée de lignes horizontales de bossettes ; ex. Dresden-Laubegast 5 (Müller-Karpe 1980, pl. 397, A 3).

18— Type de Fuchsstadt, à panse assez basse, arrondie à sa partie supérieure mais droite vers le bas, col oblique étroit, rebord éversé, pied dégagé à méplat annulaire, anse à extrémités élargies décorée sur ses bords de filets parallèles, d’incisions obliques, fixée par des rivets à tête conique sur le col et par des rivets plats en bas de panse ; ex. Gerlinden, (Müller-Karpe 1959, pl. 207, D, E) ;

3. — Corps à épaulement anguleux

19— Type de Jenišovice (type de Kirkendrup de Sprockhoff dit parfois aussi de Jenišovice-Kirkendrup), à panse bitronconique généralement ornée de lignes de points et de bossettes, carène plus ou moins accentuée, épaulement droit, col plus au moins haut, plus souvent nu que décoré de bossettes, anse à extrémités élargies fixées par des rivets à tête plate ou bien à tête conique sur le col et à tête plate sur la panse, ornée de filets parallèles, de festons, de chevrons, d’incisions courtes alignées ; — type A (ou archétype), à panse souvent haute, fond ombiliqué éventuellement surmonté de cannelures circulaires ; ex. Jenišovice (Kytlicová 1958, fig. 12, 13), Štramberk-Kotouč 2 (Podborský 1970, pl. 8, 1-7) ; — type B (type de Marburg de Ebel ou type dit « palafittique »), à panse généralement basse, nue ou décorée de lignes de points et de bossettes, pied annulaire ; ex. Corcelettes, Guévaux (Thrane 1965, fig. 8).

C. — Tasses à col droit

20— Type de Stillfried-Hostomice, à panse haute, bitronconique ou à épaulement arrondi, nue ou décorée de lignes de points et de bossettes au repoussé, avec col court généralement vertical (ex. Hostomice, Kytlicová 1958, fig. 20, no 2), décor sous le bord de triangles hachurés gravés, pas de rebord oblique, anse rubanée simple ou à extrémités élargies rivetée, très haute, décorée de filets parallèles, de pointillés, pied dégagé ombiliqué ou à méplat annulaire, parfois doté d’un socle tronconique rapporté (ex. Saint-Martin-sur-le-Pré, Gaucher 1981, pl. II).

  • 9 Le décor du style points-bossettes existe, sans qu’on puisse nécessairement le rapporter à des coup (...)

21La coupe de Blanot trouve aisément sa place dans cette série. Elle est du type de Jenišovice B. Avec un rapport H/diam. à l’ouverture de 0,36, elle se situe dans la moyenne du type dont les rapports correspondants sont presque tous compris entre 0,30 et 0,40. En raison de son fort diamètre (17,3 cm) elle se classe dans les grands modèles. Le décor à trois rangs de perlures et deux rangs de bossettes, comme celui de la coupe de Blanot, est le plus complet ; il ceint les coupes no 1 de Fresnes (Despriée 1978) et no 2 de Corcelettes (Muyden et Colomb 1896), celle de Cortaillod (Gross 1883 ; Thrane 1965), de même que la coupe ansée de Marburg (Ebel 1987). On notera qu’à la différence des autres vases, celui de Blanot ne porte pas la première ligne de points sur l’angle de la carène, mais légèrement au-dessous ; la coupe de Roeschwoog est d’ailleurs dépourvue de l’habituelle ligne pointillée équatoriale (Frey 1929). Des formules décoratives plus simples ont été parfois retenues : deux lignes pointillées espacées pour les coupes no 2 du dépôt de Fresnes (Despriée 1978) et no 1 de Zurich-Alpenquai (Primas 1988), une ligne de bossettes entre deux lignes de points pour les deux coupes de Guévaux (Thrane 1965), la coupe no 2 de Zurich-Alpenquai (Primas 1988), celle du dépôt de Quedlinburg (Brunn 1968) et pour les deux tasses de Corcelettes (Thrane 1965)9. La forme carénée existe aussi, mais sans décor, dans le dépôt de Saint-Chély-du-Tarn aujourd’hui Mas-Saint-Chély (Millotte 1959). Les coupes basses sont souvent privées d’anse.

22La position chronologique des différents types est généralement étayée par des ensembles reconnus (fig. 74a et b). Le type de Guzen est rapporté au Bz D d’après la sépulture 5 de Gusen (Müller-Karpe 1959, Jockenhövel 1971).

23Le type de Friedrichsruhe A ou de Velatice apparaît au Bz D si l’on se reporte à la sépulture 5 du tumulus 9 de Slate (Müller-Karpe 1959, 1980) ; mais sa production se poursuit au Ha Al comme le montrent la sépulture 1 de Velatice (Schauer 1984) et le dépôt d’Haidach (Müller-Karpe 1959). Le type de Friedrichsruhe B ou de Zatec couvre les mêmes plages chronologiques, à savoir le Bz D, suivant la sépulture sous tumulus de Milavec (Müller-Karpe 1959, 1980) et le Ha Al, conformément à la sépulture 1 de Zatec (Jockenhövel 1971, Müller-Karpe 1980). Le type de Friedrichsruhe C ou de Blatnica ou de Satteldorf a été rattaché initialement au Bz D par Müller-Karpe (1959) ; mais il est en contexte Ha A1 dans le dépôt danois de Simons Mose (Thrane 1962) et le dépôt roumain d’Uiora de Sus (Petrescu-Dîmboviţa 1977). La tasse du type de Friedrichsruhe de la sépulture alsacienne de Pfaffenhofen se place à la charnière du Bz D et du Ha Al (Müller-Karpe 1959, 1980).

24Le type d’Osternienburg-Dresden se trouve en décalage d’une phase par rapport au précédent. Il s’inscrit dans le Ha Al selon la sépulture 1 de Grünwald (Müller-Karpe 1959) et dans le Ha A2 selon celle d’Acholshausen (Pescheck 1972). Le type d’Ostemienburg-Dresden B, à décor de lignes de bossettes, entre dans le même cadre, à savoir le Ha Al comme en témoigne la sépulture de Hart (Müller-Karpe 1959, 1980) et le Ha A2 comme l’indiquent respectivement la sépulture 11 du tumulus d’Osternienburg et le dépôt 2 de Braunsbedra (Müller-Karpe 1959, 1980 ; Brunn 1968). Le type d’Ostemienburg-Dresden C, à nervures en festons, semble se limiter au Ha A2 ; c’est dans cette phase en effet que le situent la sépulture de Viernheim (Hermann 1966, Brunn 1968, Schauer 1984) et le dépôt de Dresden-Laubegast 5 (Dresden-Dobritz) où les trois types d’Ostemienburg-Dresden sont représentés en compagnie d’une tasse du type de Fuchsstadt (Müller-Karpe 1959, 1980, Brunn 1968).

25Le type de Fuchsstadt s’insère chronologiquement dans le Ha A2 si l’on se réfère à l’ensemble précédent et aux mobiliers de la sépulture 4 de Langengeisling et des sépultures de Falkenberg (Brunn 1968), Burladingen et Völs (Müller-Karpe 1959, 1980). Il ressortit au Ha B1 si l’on considère les dépôts de Jenišovice, d’Egyek, de Basedow (Sprockhoff 1930), de Pöꞵneck-Schlettwein (Lappe 1982) et de Sîncrǎieni (Petrescu-Dîmboviţa 1977) où des récipients de ce type voisinent avec des tasses du type de Jenišovice ou bien, dans le dernier cas, avec un chaudron de type B1 (Patay 1974).

26Le type de Jenišovice occupe semble-t-il un créneau plus étroit ; il est considéré en effet comme un élément caractéristique du Ha B1. En témoignent maints dépôts d’Europe centrale, comme ceux de Jenišovice (Kyticlová 1958), Egyek Kendertag (Patay 1968, 1990), Somotor A (Novotná 1970), Štramberk-Kotouč 2 et 4 (Podborský 1967a) et d’Europe du Nord comme ceux de Løgtved Mose, Øgemose-Kirkendrup (Thrane 1965) qui contiennent des tasses du type A classique. Le modèle de type B s’insère également dans le Ha B1 comme le montrent d’une part, et sans ambiguïté, le dépôt de Quedlinburg qui comporte une épée à poignée à fenêtres, des faucilles à nervures, une fibule à plaque et spirales, des gorgerins à côtes longitudinales, caractéristiques du Ha B1 (Brunn 1968, pl. 128-134), d’autre part, mais avec moins d’évidence, la sépulture 1 d’Altensittenbach qui renferme un couteau à dos épaissi décoré et soie repliée de tradition Ha A2 et une urne de silhouette galbée à cannelures horizontales plus nettement Ha B1 (Hennig 1970, pl. 47, 6-8). Le modèle évolué de la forme basse que représente la tasse de Liptovská-Ondrašová, avec son pied annulaire très dégagé, son décor de bossettes disposées en rosettes, son anse à rivets plats ornée de festons, semble marquer l’aboutissement du type au sein du Ha B2 (Furmánek 1970).

Fig. 75. — Carte de répartition des coupes et tasses du type de Jenišovice (types A et B) en Europe (d’après Sprockhoff 1930, Childe 1948, Merhart 1952, Thrane 1965 et 1976, Podborsky 1967, Ebel 1987, Patay 1990, Novotná 1991, ainsi que d’après Jacob, Kytlicová, Nekvasil et Podborsky, Prüssing, à paraître dans PBF). Les symboles maigres correspondent à des récipients dont le type n’est pas affirmé. Liste p. 108.

27Le type de Stillfried-Hostomice appartient en propre au Ha B2 ; il est présent dans le dépôt d’Haslau-Regelsbrunn à côté de haches à douille ornée de côtes et de fibules à spirales « en lunettes » (Müller-Karpe 1959, pl. 143, A) et dans le dépôt II de Fizeşu Gherlii au sein d’un contexte typologique comparable que complète un chaudron à attaches d’anses cruciformes du type B2a (Petrescu-Dîmboviţa 1977, pl. 346-347).

28La coupe de Blanot ne saurait être placée dans une autre phase que le Ha B1. Le type bas auquel elle appartient ne se démarque pas chronologiquement des exemplaires hauts. L’hypothèse selon laquelle la forme basse pourrait être plus ancienne que la forme haute parce qu’elle ressemble à celle des tasses du type de Fuchsstadt (Thrane 1965), de même que l’hypothèse inverse selon laquelle la forme basse représenterait une évolution de la forme haute (Ebel 1987) ne sont pas réellement démontrables.

29Cependant, le type bas, bien caractérisé, possède une répartition significative. Thrane a déjà reconnu que les coupes et les tasses qui le représentent constituent un groupe particulier, probablement centré sur l’aire palafittique suisse. Cette observation l’amenait naturellement à considérer la Suisse occidentale, et plus précisément la région du lac de Neuchâtel, comme un centre de production particulier (Thrane 1965). La carte de répartition, enrichie des découvertes récentes, confirme l’existence d’un groupe occidental rassemblant des coupes et tasses à pied annulaire, de type bas (fig. 75) ; il apparaît d’une certaine homogénéité puisque les tasses de type haut ne se sont pas rencontrées jusqu’ici dans le domaine occidental (Ebel 1987). De ce fait les tasses de forme basse de Hesse moyenne, comme celle de Marburg, et à plus forte raison du Danemark, comme celles de Lunden et de Bredmose (Thrane 1965 et 1976), sont tenues localement pour étrangères. Cette remarque ne peut guère être formulée lorsqu’il s’agit des rares tasses du type bas de Hongrie, comme celles de Budapest-Békásmegyer et d’Ersekvadkert (Patay 1990).

30La coupe de Blanot à l’inverse s’intègre bien dans le groupe occidental. Elle ne peut donc être considérée, à la différence du chaudron à attaches cruciformes, comme une importation. La forme basse tendrait à se manifester comme une interprétation occidentale de la forme haute d’appartenance orientale ; on s’accorde à reconnaître que le décor du style points-bossettes qui les garnit les unes et les autres est certainement originaire d’Europe centrale (Brunn 1954).

Les fiasques

31Les fiasques de bronze de Blanot, évoquent en premier lieu les productions céramiques. Elles s’apparentent en effet sur le plan morphologique à l’importante famille des « gobelets » en terre cuite dits à épaulement, pourvus d’un col cylindrique ou tronconique à rebord oblique, et d’un fond pointu ou plus souvent tronqué ou ombiliqué. Elles se rangent plus spécialement dans les groupes 1 et 2 des vases à épaulement de la typologie de V. Rychner (Rychner 1979, p. 28, pl. 62 à 64), qui se fonde en la matière sur des rapports de proportion entre la hauteur des vases et entre les hauteurs respectives du corps et du col.

32Les récipients de terre cuite qui ressemblent vraiment aux fiasques de Blanot sont toutefois assez rares étant donné les caractères morphologiques très accusés qu’elles présentent. Quelques vases s’en rapprochent cependant de façon assez étroite, qui possèdent une silhouette voire des dimensions très voisines. L’un des deux gobelets de la nécropole de Wingersheim, celui de la sépulture 1930-1, ne diffère des fiasques métalliques à corps trapu que par son col un peu plus fort et légèrement tronconique (Forrer 1930, pl. II, i). Celui de la sépulture A du tumulus 20 de Wintersdorf s’inscrit dans le profil des fiasques à corps ramassé, même si son col bien cylindrique est un petit peu plus large ; son fond ombiliqué le rapproche même de la fiasque 2 de Blanot (Kolling 1968, pl. 3, no 10). Le gobelet funéraire de Gerolstein donne matière aux mêmes remarques, mais son encolure cylindrique est épaisse (Kolling 1968, pl. 1, no 15), de même celui du Musée de Colmar, dont le fond est plus pointu (Zumstein 1976, pl. III, no 113). Le gobelet de la sépulture C 35 de Ballern (Ortsteil Rech) se distingue des fiasques par son encolure concave en continuité avec l’épaulement ; mais il a presque les mêmes dimensions que les fiasques 1 et 5 de Blanot (H 7,8 cm, diam. à la carène 9,4 cm, diam. à l’ouverture 5,4 cm) (Kolling 1968, pl. 20, no 4). D’autres comparaisons sont possibles.

  • 10 Archaeologische Ausgrabungen in Bade-Württemberg, 1984, p. 15-17, fig. 11 et 13.

33Quelques formes céramiques exagèrent pour ainsi dire les formes métalliques, sans qu’on puisse naturellement affirmer qu’elles s’en inspirent ; il en est ainsi d’un gobelet à corps biconique tassé et col élancé légèrement conique de la sépulture 2 d’Armsheim (Eggert 1976, pl. 15, C 8), et d’un gobelet de la sépulture à incinération 1979-1 de la nécropole de Königschaffhausen, au corps biconique très anguleux, au col très élevé muni d’un rebord oblique bien dégagé10.

Fig. 76. — Vases métalliques apparentés par la forme ou la technique aux fiasques de Blanot. No 1, fiasque de la sépulture b de Völs (d’après Prüssing à paraître dans PBF) ; no 2, épaulement de la fiasque du dépôt de Malhostovice (d’après Podborský 1967b et 1970) ; no 3, vase à puiser du dépôt de Keresztéte (d’après Patay 1968 et 1990).

  • 11 Prüssing (G.), Die Bronzegefäße in Österreich, à paraître dans Prähistorische Bronzefunde, II, 5, p (...)

34A l’inverse, les fiasques de Blanot trouvent peu d’éléments de comparaison parmi les vases de métal. On connaît toutefois, provenant d’une sépulture en urne de la nécropole de Völs en Autriche11, un petit récipient en bronze à corps biconique et col cylindrique, qui leur ressemble à la fois par sa forme, sa technique de montage, son mode de décoration et ses dimensions (fig. 76, no 1). Le fond, en coupelle conique, est en effet assujetti par un rabat circulaire à un épaulement tronconique que décorent trois lignes de petites bossettes au repoussé. L’épaulement porte un col cylindrique dont seul subsiste la partie inférieure, de sorte qu’il n’est pas possible de reconnaître si le goulot était construit en deux parties ou bien entièrement formé dans la même pièce de métal que sa base portante. La fiasque de Völs a le même diamètre à la carène que l’exemplaire 11 de Blanot (fig.10, no 6), soit 9,8 cm ; mais son col est un peu plus trapu et dressé que celui des fiasques du dépôt de Bourgogne ; il s’inscrit dans les proportions du gobelet de terre cuite de Wintersdorf.

35Un élément d’un vase tripartite qui provient d’un dépôt trouvé à Malhostovice près de Brno, en Moravie, est conçu très exactement comme les pièces intermédiaires des fiasques de Blanot. Il s’agit d’un épaulement tronconique, de profil très raide, décoré de façon originale de lignes de points et de bossettes disposées à la verticale ; il présente, à sa base, un étroit rabat circulaire destiné à retenir un fond conique et, à son sommet, la partie inférieure d’un col cylindrique bordé d'une gorge profonde réservée à la fixation de la partie supérieure du goulot (fig. 76, no 2). Le diamètre de la base est de 9,5 cm et celui du col de 3,8 cm ; ce petit vase devait donc avoir les mêmes proportions que celles des fiasques hautes de Blanot (Podborský 1967b, pl. XIV, no 2 ; 1970, pl. 7, no 16 ; Nekvasil et Podborsky, à paraître dans PBF, pl. 4, no 23).

  • 12 Deux fragments d’un récipient de Krcedin (Syrmia) témoigneraient du même mode d’assemblage (Patay 1 (...)

36D’autres récipients métalliques, exceptionnels eux aussi, peuvent également leur être comparés, mais sur le seul plan de la technique. C’est en effet par leur mode de montage, et non plus par leur forme, que les fiasques de Blanot s’apparentent à l’amphorette du dépôt hongrois de Keresztéte (fig. 76, no 3). Ce petit vase à puiser, de 9 cm de hauteur et de 10,8 cm de diamètre à la carène, est construit lui aussi en trois pièces ; il est muni toutefois d’une anse rubanée rivetée complémentaire. La coupelle de base, tronconique, possède un fond ombiliqué ; elle immobilise, dans un rabat périphérique, la partie inférieure de la pièce intermédiaire qui affecte la forme d’une cloche renversée. Son large col oblique s’ajuste à l’ouverture supérieure de la pièce médiane en se repliant, intérieurement, sur son bord. Deux bandes décoratives composées chacune de trois lignes de points et de bossettes font le tour du vase au-dessus et au-dessous de la carène (Patay 1968, fig. 17 et 18 ; 1990, pl. 35, no 67)12.

  • 13 Ces deux petits vases à puiser se rapprochent, comme les fiasques, de certaines formes céramiques d (...)

37Plus près de Blanot, un vase monté de la même façon que celui de Keresztéte a été récemment mis au jour dans la sépulture sous tumulus de Saint-Romain-de-Jalionas (Isère) qui contenait entre autres objets une situle du type d’Hajdúböszörmény (Verger et Guillaumet 1988) ; les différences avec le récipient hongrois viennent du sens de montage et surtout de son original et abondant décor au repoussé qui fait appel aux bossettes, aux points et aux nervures ; le fond de la coupelle basilaire possède également un petit ombilic comparable à celui de la fiasque 2 de Blanot13.

  • 14 Nous citerons ici, bien qu’il soit d’un montage particu lier, le « sphéroïde » orné de lignes de bo (...)

38Peut être cité enfin le vase tripartite complet du dépôt 4 de Štramberk-Kotouč, de forme tout à fait différente de celle des fiasques puisqu’il ressemble aux vases à étage en terre cuite, mais qui suit le même schéma de construction en trois pièces ; ses éléments, qui sont d’ailleurs uniformément recouverts, dans le style habituel, de lignes périphériques de points et de bossettes, sont en effet également reliés les uns aux autres par des rabats circulaires (Podborsky 1970, pl. 10, no 1)14.

39A la différence des petits récipients de Keresztéte et de Saint-Romain-de-Jalionas, qui peuvent être considérés comme des vases à puiser, les fiasques de Blanot, de profil plus refermé et privées d’anses, n’ont pas une fonction évidente. On peut remarquer sur le récipient le mieux conservé que les sertissages des pièces qui le composent sont extrêmement serrés de sorte qu’un liquide aurait sans doute pu y être conservé, au besoin avec un éventuel complément d’étanchéification. Le volume des fiasques est cependant très réduit, de l’ordre de 150 cm3 pour les plus petites et de 200 cm3 pour les plus grandes. Comme leur forme est peu adaptée à la fonction de boire il se pourrait que ces petits vases précieux aient renfermé des parfums ou des onguents, qu’ils aient servi alors à la toilette ou bien à des libations.

40Les gobelets à épaulement sont partie intégrante du répertoire céramique occidental du Ha A2-B1. La forme anguleuse, nettement articulée en segments distincts, à rebord détaché, col souvent cylindrique, épaule et corps que sépare une carène vive, est caractéristique du Ha A2 (Rychner 1979, p. 50) ; les gobelets de Wingersheim et de Colmar sont de cette phase. La forme se prolonge dans le Ha B1 avec des vases à fond conique, souvent à peine ombiliqué, au col rectiligne ou concave, à rebord plus ou moins marqué (Rychner 1979, pl. 64), dont les gobelets de Gerolstein et de Ballern fournissent des exemples.

41Les fiasques de Blanot tirent selon toute vraisemblance leur modèle des formes accusées des vases à épaulement en terre cuite du Ha A2. Leur décoration dans le style points-bossettes, appliquée essentiellement, dans le monde occidental, aux coupes carénées de type Jenišovice, bien datées du Ha B1, de même, mais à un degré moindre, que leur technique de façonnage et de montage, portent à les considérer comme ressortissant plutôt à cette phase. L’épaulement de la fiasque de Malhostovice se rapporte sans équivoque au Ha B1 (Podborský 1970) ; la fiasque de Völs, difficilement datable par son contexte, entre sans doute dans le même cadre. Les fiasques de Blanot ne s’intègrent pas dans la série typologique des petits vases à puiser de Keresztéte et de Saint-Romain-de-Jalionas qui couvrent en outre une plus large période, puisqu’ils se rapportent respectivement à l’extrême fin du Ha A2 et au Ha B2 proprement dit.

  • 15 Cf. Cartographie des principaux types du Rhin-Suisse-France orientale, type 11, gobelet à épaulemen (...)
  • 16 Le dépôt de Génélard, en Saône-et-Loire, en fournit l’une des preuves. Il contient en effet la pano (...)
  • 17 On se rend compte d’après ces rares exemples que les artisans dinandiers du Ha A2-B1 ne possédaient (...)

42La forme des fiasques à corps biconique et col étroit de Blanot apparaît bien en effet comme une forme occidentale ; elle est très courante dans le Rhin moyen et en Alsace. Elle constitue un élément caractéristique des céramiques du complexe Rhin-Suisse-France orientale15. Elle n’est cependant jamais aussi typée dans les groupes voisins tel que l’Oberbayerisch-Salzburgische UK-Gruppe et paraît absente des contextes plus éloignés (Sperber 1987). Il semble donc que du fait de leur galbe, classique en Europe de l’Ouest, les vases de Blanot soient une production d’un atelier occidental ; nous serions tenté de le situer dans la région du Rhin où les modèles en terre cuite sont communs ; mais d’autres lieux de production sont aussi envisageables telle que la Bourgogne orientale où l’existence d’ateliers de bronziers semble plus que probable16 ; il n’y a toutefois pas assez d’arguments pour trancher en faveur d’un lieu ou d’un autre et le fait que la Bourgogne ait livré onze des treize fiasques connues n’est pas une preuve en la matière. Ce genre de récipient au profil cassé et rentrant pouvait en effet être exécuté dans n’importe quel endroit dès le moment où les artisans avaient acquis la connaissance technique nécessaire17. (Dans le répertoire assez stéréotypé des vaisselles du Bronze Final, des créations originales ont localement vu le jour en différents endroits, qu’elles reproduisent ou non des formes céramiques déjà connues. P. Patay l’a bien montré (Patay 1968).

LES BIJOUX

Le bracelet réniforme

43La typologie des bracelets dits réniformes ou « en étrier » a été complètement traitée, depuis E. Sprockhoff (1956), par W. Kimmig (1957), I. Richter (1970), C. Eluère (1975), B. Chaume (1989). Compte tenu des critères morphologiques, décoratifs et technologiques, deux espèces de bracelets sont répertoriées, suivant qu’ils sont dotés d’extrémités épaissies ou de côtes réparties sur le jonc. Le bijou de Blanot appartient à la dernière espèce.

A. —Bracelets réniformes à extrémités épaissies

44— Type de Hanau, à jonc fin, torique, extrémités épaissies en massue ou terminées par un tampon simple ou côtelé, décor de traits parallèles en bandes transversales et en chevrons limité aux zones terminales ; ex. Hanau (Richter 1970, pl. 45, no 827).

B. — Bracelets réniformes à côtes

1. — A tige pleine

45— Type de Haßloch, à jonc fin torique, côtes médianes enveloppantes, décor simple de hachures en arêtes, de traits parallèles en bandes ou chevrons, réservé aux parties médianes et latérales ; ex. Blödesheim (Richter 1970, pl. 46, no 861) ;

46— type de Dienheim, à tige ronde ou imperceptiblement fuselée, côtes isolées ou par deux ou trois, enveloppantes ou appliquées, en position latérale et médiane, décor couvrant de traits parallèles et de lignes de points en bandes et en chevrons ; ex. Dienheim (Richter 1970, pl. 47, no 869), Lailly (Eluère 1975, fig. 1, no 8) ;

47— type de Pfeddersheim, à tige ronde ou légèrement fuselée, côtes groupées par deux, trois ou quatre, décor couvrant de traits parallèles, de pointillés, ainsi que de cercles et d’arceaux concentriques pointés ; ex. Pfeddersheim (Richter 1970, pl. 48, no 877), Courdemanges (Nicaise 1881c, pl. 3, fig. 15) ;

48— type de Lindenstruth, à tige galbée, côtes groupées par trois ou quatre, décor de traits parallèles et de pointillés rectilignes ou sinueux, de cercles et d’arceaux concentriques, en compositions denses et complexes ; ex. Lindenstruth (Richter 1970, pl. 49, no 888, 889) ;

49— type de Vézillon, à tige ronde, côtes groupées par trois ou plus, réparties sur les côtés, le dessus et le dessous du corps du bracelet, décor gravé de traits parallèles, de lignes de hachures ; ex. Vézillon (Eluère 1975, fig. 2, no 1), Villar-d’Arêne (Eluère 1975, fig. 2, nos 2 à 4) ;

50— type de Villar-d’Arêne, à tige de section plan-convexe, côtes transversales disposées sur le pourtour de l’anneau ; ex. Villar-d’Arêne (Eluère 1975, fig. 2, no 5).

2. — A corps creux

51— Type de Morges, à jonc creux de fort diamètre, côtes en position latérale et médiane ou seulement médiane, décor serré de traits parallèles et de pointillés, de hachures, de cercles et d’arceaux concentriques, organisés en bandes longitudinales ; ex. Morges (Paszthory 1985, pl. 59, no 773), Thonon-les-Bains (Eluère 1975, fig. 1, no 9) ;

Fig. 77. — Tableau typo-chronologique des bracelets reniformes à extrémités épaissies et à groupes de côtes saillantes, au Bronze Final ; 1, type de Hassloch ; 2, type de Dienheim ; 3, type de Pfeddersheim ; 4, type de Lindenstruth ; 5, type de Vézillon ; 6, type de Villar-d’Arêne ; 7, type de Morges ; 8, type de Haimberg.

52— type de Haimberg, au large corps à section en D ouvert sur sa face interne parfois renforcée d’entretoises, face externe nue ou décorée de traits parallèles, de pointillés, de cercles concentriques ; ex. Haimberg (Richter 1970, pl. 50, no 893).

53Le bracelet de Blanot s’inscrit dans la série typologique très cohérente Dienheim-Pfeddersheim-Lindenstruth et se place entre les deux derniers termes. Sa composition décorative est tout à fait caractéristique du type de Pfeddersheim ; mais sa forme tendrait à le rapprocher de celle plus galbée et plus accusée du type de Lindenstruth.

54Par sa morphologie il ressemble beaucoup à celui de Dombasle-devant-Darney, même si ce dernier est orné de groupes de côtes à quatre éléments ; il possède le même corps fuselé, les mêmes tampons bien sortis, la même silhouette régulière (Eluère 1976) ; de plus ses dimensions et son poids sont très voisins (dimensions hors tout 10,2 X 8,5 cm ; poids 282,5 g). Les bracelets de Muschenheim et d’Eberstadt, mis à part leur décor particulier, pour ainsi dire local, se prêtent aux mêmes remarques (Richter 1970). Par sa silhouette le bracelet de Bingen est également très proche de celui de Blanot (Richter 1970).

Fig. 78. — Carte de répartition des bracelets reniformes des types de Pfeddersheim (A) et de Lindenstruth (B) en Europe (d’après Sprockhoff 1956, Kimmig et Schiek 1957, Richter 1970, Eluère 1975, Chaume 1989). Liste p. 111.

55Le décor central de ce dernier est presque identique, dans sa construction comme dans ses motifs, à celui du bracelet de Boutigny-sur-Essonne ; couples de chevrons opposés par le sommet, cercles et arceaux concentriques, pointillés, se distribuent en effet selon le même schéma (Eluère 1976). La même disposition se trouve aussi, avec les mêmes composantes, dans le décor des plages centrales de l’un des bracelets de Gross-Bieberau et de celui de Pfeddersheim, dont les champs triangulaires obtus restent toutefois dépourvus de cercles de remplissage (Richter 1970).

56La position chronologique des différents types de bracelets réniformes à côtes n’est pas également affirmée (fig. 77). Aux deux extrémités de la série typologique les datations peuvent paraître à l’heure actuelle relativement assurées. D’un côté en effet le type de Hassloch et celui de Dienheim sont rattachés au Ha A2, le premier d’après la sépulture de Blödesheim (Richter 1970) et le second d’après les sépultures de Gammertingen (Kimmig 1957) et de Dienheim (Richter 1970). De l’autre le type de Morges est rapporté au Ha B1 d’après le dépôt de Saalfelden (Moosleitner 1982) et celui de Haimberg au Ha B2 d’après les dépôts de Mannheim-Wallstadt et de Haimberg (Richter 1970).

57Mais la chronologie des types de Pfeddersheim et de Lindenstruth prête à discution. I. Richter les considère comme contemporains, les attribuant l’un et l’autre à la phase de Pfeddersheim-Kornwestheim, soit au Ha B1 (Richter 1970). Cette attribution se fonde précisément, pour le premier type, sur l’interprétation du mobilier de la sépulture de Pfeddersheim dont le couteau à soie et virole intégrée est tenu pour Ha B1. M. K. H. Eggert argumente en faveur d’une attribution de cette sépulture à la phase antérieure en raison surtout du caractère Ha A2 affirmé des céramiques qu’elle contient (Eggert 1976). L’association de bracelets de type Dienheim et de bracelets de type Pfeddersheim au sein du dépôt de Groß-Bieberau est naturellement compatible avec ce vieillissement. En revanche c’est au Ha B1 qu’est rapporté le bracelet du type de Pfeddersheim du dépôt de Courdemanges, qui contient une poignée d’épée décorée apparentée au type de Stockstadt (Müller-Karpe 1961). Le type de Lindenstruth quant à lui est rangé dans le Ha B1, plus il est vrai à cause de sa morphologie évoluée et de sa décoration, qu’en raison de la présence dans le dépôt éponyme d’une hache à ailerons médians en réalité peu significative sur un plan chronologique (Richter 1970).

58Les bracelets comparables à celui de Blanot, c’est-à-dire en position intermédiaire entre les types bien caractérisés de Pfeddersheim et de Lindenstruth, tels ceux de Boutigny-sur-Essonne, Champigny-sur-Aube, Dombasle-devant-Darney, Eberstadt, se répartissent sur le Ha A2 et le Ha B1. Le dépôt 2 de Boutigny-sur-Essonne est daté en effet du Ha A2 (Eluère 1976, Mohen 1977) et la sépulture de Champigny-sur-Aube du Ha B1 (Kimmig 1957).

59En définitive les bracelets du type de Pfeddersheim et de Lindenstruth, de toute évidence en étroite filiation morphologique et décorative, ont été fabriqués, ou à tout le moins utilisés, au Ha A2 et au Ha B1, un décalage sensible plaçant toutefois le type de Pfeddersheim en antériorité notable par rapport au type de Lindenstruth. La plage chronologique que le bracelet de Blanot est susceptible d’occuper couvre donc le Ha A2 pour partie, et le Ha B1.

60Les types de Vézillon et de Villar-d’Arêne, au style très particulier, sont réunis au sein du dépôt dauphinois de Villar-d’Arêne ; ils peuvent être tenus de ce fait pour caractéristiques du Ha B2 (Audouze et Courtois 1970, Bocquet et Lebascle 1976).

61La carte de répartition des bracelets réniformes confirme l’appartenance de ce genre de bijoux à la province occidentale, même si de rares exemplaires évolués se rencontrent jusque dans le Nord de la Pologne (Sprockhoff 1956) et jusqu’en Hongrie (Mozsolics 1985). La distribution des bracelets du type de Pfeddersheim tendrait, comme celle des bracelets du type de Dienheim, à confirmer l’existence de deux zones de production, l’une centrée sur le confluent Rhin-Main, l’autre plus diffuse, s’étalant de la Suisse occidentale à la Champagne (Chaume 1989) ; la répartition des bracelets du type de Lindenstruth est un peu moins significative (fig. 78). Le bracelet de Blanot n’apporte pas d’élément vraiment nouveau à ces réflexions.

Les jambières

  • 18 Nous ne considérerons pas ici les « anneaux de jambes » à corps filiforme ni les jambières à corps (...)

62Les jambières de Blanot sont de l’espèce à jambarts ovalaires et fils récurrents terminés par des spirales18 (Après les classifications typologiques de F.-A. Schaeffer (1926) et d’I. Richter (1970) fondées respectivement sur l’étude des mobiliers funéraires d’Alsace et de Hesse, C. Eluère a proposé pour le mobilier français une typologie très complète (Eluère 1976). La série comporte trois types, suivant la largeur du jambart, et des variantes plus ou moins nombreuses, identifiées d’après les décors et les nervures. La série peut s’ordonner de la façon suivante.

A. — Jambières à jambart étroit (rapport l/L inférieur à 0,25)19

  • 19 Cette limite n’a, bien entendu, qu’une valeur indicative. Ainsi la plaque de la jambière déroulée d (...)

63(Spires juxtaposées, de section ronde ou carrée.

641. — Arête axiale massive

  • 20 Si la forme est bien du type de Haguenau, ce genre de décor est cependant unique dans les séries de (...)

65— Type de Haguenau : — type A (ou archétype), décor de lignes de triangles hachurés bordées de pointillés (ex. Maegstub, 9, I ; Schaeffer 1926, pl. I) ou de traits (ex. Mettenheim ; Richter 1970, pl. 19, no 330) avec parfois des lignes latérales d’incisions courtes (ex. Weissensee, 42, I ; Schaeffer 1926, fig. 22, B) ; — type B, décor de lignes de triangles hachurés et de bandes de traits parallèles ; ex. Königsbruck, 5, VII (Schaeffer 1926, fig. 36, A) ; — type C, décor de lignes d’incisions courtes ; ex. Blödesheim (Richter 1970, pl. 19, 332) ; — type D, décor de lignes de bossettes repoussées et de lignes pointillées ; ex. Harthouse, 3,I (Schaeffer 1926, pl. III)20.

662. — Arêtes multiples massives.

67— Type de Blödesheim (variante III de Richter) : à arêtes axiales parallèles (Richter 1970, pl. 20, 343) ou se rejoignant aux pointes du jambart (ex. Blödesheim ; Richter 1970, pl. 20, 339), décor de lignes d’incisions sur le jambart et de chevrons sur les départs des spires.

683. — Nervures parallèles au repoussé.

  • 21 I. Richter (Richter 1970) a crée le type de Wixhausen pour les bracelets et anneaux de jambe filifo (...)

69— Type de Wixhausen-sépulture 1321 ( ; ex. Wixhausen (Richter 1970, pl. 20, 341).

B. —Jambières à jambart large (rapport HL compris entre 0,25 et 0,50)

70Spires juxtaposées de section ronde, ou chevauchantes de section plate.

711. — Arête axiale massive.

72— Type de Champlay : décor composé à partir d’un motif central, utilisant le plus souvent des triangles hachurés inégaux, opposés par la pointe, des bandes et des chevrons rayés, des croisillons, des lignes de points ; ex. Champlay, La Colombine, 101 (Lacroix 1957, fig. 41-47).

732. — Sans arête ni nervure.

74— Type de Vinets : décor composé selon le même schéma et avec les mêmes motifs que le type précédent : ex. Vinets (Beck 1980, pl. 8, nos 6 et 8).

753. — Nervures au repoussé.

76— Type de Veuxhaulles : nervures latérales simples ou doubles et nervures axiales quadruples ou quintuples ; décor construit à partir du même schéma et avec les mêmes motifs que les deux types précédents, formant des compositions parfois plus complexes ; ex. Veuxhaulles (Eluère 1974, fig. 6, no 3), Larnaud (Eluère 1974, fig. 8, no 4) ;

C. — Jambières à jambart très large (rapport l/L supérieur à 0,50)

77Spires plates chevauchantes.

78— Type de Wollmesheim : nervures latérales accolées par deux, trois jusqu’à six, ou avec un bandeau intermédiaire ou latéral décoré, nervures axiales au nombre de quatre, huit voire dix ; décor dense, avec panneau central plus ou moins complexe souvent divisé en deux registres, de bandes et de chevrons rayés, de triangles hachurés, de lignes de bossettes repoussées, de lignes brisées, spires chevauchantes de section aplatie ; ex. Wollmesheim (Richter 1970, pl. 21, no 344).

  • 22 Une jambière trouvée près de Mayence possède aussi un décor de lignes de bossettes proche de celui (...)

79Les jambières de Blanot de la grande et de la petite paires se rapportent au type de Wollmesheim. Elles trouvent en particulier leurs termes de comparaison dans les exemplaires de Champigny-sur-Aube et de Homburg qui enrichissent leur décor, comme la jambière 5, de lignes de bossettes repoussées (Nicaise 1881a, Kolling 1968)22, dans ceux de Dienheim et le fragment de Han-surLesse qui incorporent, comme la jambière 6, le motif des lignes brisées (Warmenbol 1988, Richter 1970), dans ceux de Gross-Rohrheim dont les nervures latérales sont bordées d’un bandeau gravé comme sur cette même jambière 6 (Herrmann 1966).

  • 23 Des motifs cruciformes sont présents aux pointes des plaques des jambières de la sépulture Lapierre (...)

80La jambière 4 est du type de Wollmesheim par sa très large plaque ; mais son décor central, à grands triangles hachurés appuyés sur des bandes rayées, tient pour ainsi dire une place intermédiaire entre le décor des jambières de Champlay et celui des jambières du type de Wollmesheim. La jambière 3 possède un décor d’un style encore différent ; le panneau décoratif central, à l’inverse des autres, ne se développe pas sur deux registres et son motif cruciforme est plutôt rare23 ; les hachures qui remplissent les figures sont en outre beaucoup plus espacées que dans les compositions des autres jambières. Son décor est très proche de celui des jambières du type de Veuxhaulles. Cette particularité confère à l’exemplaire 3 un aspect archaïque.

  • 24 F.-A. Schaeffer (Schaeffer 1926, p. 182) note qu’en matière d’anneaux de jambes à spirales plates, (...)

81La chronologie des jambières à spirales est très étendue (fig. 79)24. Le type de Haguenau est caractéristique en domaine alsacien et dans le Jura souabe de la fin du Bronze Moyen ou Bz C (Pirling et alii 1980) ; le mobilier de l’incinération du tumulus 17 de Dachshübel en fournit un exemple (Schaeffer 1926). Les modèles allemands homologues du type de Haguenau (types C et D), à une ou plusieurs côtes, et des types à arêtes multiples massives (type de Blödesheim) et à nervures parallèles au repoussé (type de Wixhausen-sépulture 13), appartiennent également, à l’exemple de ceux de la sépulture de Worms (Richter 1970, nos 333 et 334) et de celui de la sépulture 13 de Wixhausen (Richter 1970, pl. 78, A), au Bz C ou phase Bessunger Wald pour la Hesse (Richter 1970). Cependant le type de Haguenau se prolonge quelque peu dans le Bz D comme le montre le mobilier de l’inhumation double du tumulus 42 de Wiessensee (Schaeffer 1926, Zumstein 1976, Sperber 1987).

Fig. 79. — Tableau typo-chronologique des jambières à spirales et fils récurrents au Bronze Final ; 1, type de Haguenau ; 2, type de Champlay ; 3, type de Vinets ; 4, type de Veuxhaulles ; 5, type de Wollmesheim.

82Le type de Champlay, connu dans l’ensemble clos de la sépulture 101 de la nécropole de la Colombine à Champlay, paraît centré sur le Bz D. Il en va de même du type de Vinets (Eluère 1974, Brun 1986). Le type de Veuxhaulles, forme originelle de celui de Wollmesheim, est rapporté à cette même phase d’après les inhumations de Veuxhaulles et de Courtavant à Barbuise (Piette 1989) et d’après l’incinération I du tumulus 21 de Kurzgeländ (Schaeffer 1926, Zumstein 1976, Sperber 1987) ; il figure encore en contexte Ha Al dans le dépôt de Beaujeu-Saint-Vallier-Pierrejux (Pétrequin 1988).

83Le type de Wollmesheim fait montre d’une plus grande dispersion sur le tableau chronologique. Il apparait en effet au Ha Al comme l’indiquent les jambières de l’incinération, supposée double, de Speyer (Krahe 1960, Schauer 1984, Sperber 1987). Il aura son plein développement au Ha A2 comme semblent l’indiquer les exemplaires des sépultures 1 et 2 de Wollmesheim tenues pour plus récentes (Kimmig 1957, Richter 1970, Schauer 1984) et ceux de la sépulture de Dienheim (Richter 1970). Il perdurera jusqu’au Ha B1 compris, si l’on se réfère aux exemplaires de Champigny-sur-Aube. En ce qui concerne les jambières de Blanot, il semble qu’il faille considérer la pièce 3 comme antérieure aux autres. A ces dernières par contre le Ha B1 donne un cadre convenable.

Fig. 80. — Carte de répartition des jambières à spirales et fils récurrents du type de Wollmesheim (d’après Krahe 1960, Richter 1970 et 1981, Eluère 1974, Mariën 1984). Liste p. 111.

Fig. 81. — Tableau typo-chronologique des ceintures articulées au Bronze Final ; 1, type de Belp ; 2, type de Kelheim ; 3, type de Billy ; 4, type de Bénévent-en-Champsaur.

84Les jambières à spirales et fils récurrents forment une espèce de bijou très tôt élaboré dans sa complexité technique et décorative. Tous les procédés d’ornementation existent en effet dès les productions initiales puisque les techniques des traits gravés, des lignes pointillées et des bossettes et nervures au repoussé ornent déjà les modèles primitifs à jambart étroit. Le décor évolue par l’enrichissement de ses compositions ; ces dernières, au début privées de motif central, en sont ensuite dotées. Le motif central lui-même occupe d’abord la totalité du panneau principal (décor du style de Champlay), puis se divise en deux suivant le grand axe du jambart (décor du style de Blanot, jambières 1-2 et 5-6).

85Les modèles les plus anciens des jambières à spirales et fils récurrents se distribuent en France du Centre-Est (Alsace, Jura, Bourgogne), dans le fossé du Rhin alsacien et l’Alpe souabe. L’aire de répartition des exemplaires tardifs à très large jambart est centrée sur le Palatinat rhénan, entre Rhin et Moselle, mais s’étale en éventail vers l’Ouest jusqu’à la Famenne, la Champagne et la Bourgogne (fig. 80). Les jambières de Blanot, du modèle le plus évolué, sont les seuls exemplaires bourguignons. On notera que les jambières font le plus souvent partie de mobiliers funéraires ; celles de Blanot entrent dans la composition du dépôt au titre de bijoux proprement dits ; dans les autres dépôts, plus anciens (Beaujeu-Saint-Vallier-Pierrejux, Longueville, Cannes-Ecluse) ou plus récents (Larnaud), elles ne figurent qu’à titre de fragments voués à la refonte.

La ceinture articulée

86Les éléments constitutifs des chaînes à maillons plats ont été étudiés de façon très complète par F. Audouze (Audouze 1974-1976). Ces parures composées, souvent réduites à des segments de chaînes, peuvent être tenues tantôt pour des garnitures d’agrafes comme celles d’Auvernier (Rychner 1979), tantôt pour des colliers comme celui de Sierre (Bocksberger 1964, fig. 30, no 46), tantôt pour des ornements pectoraux comme celui des Ferrages à Vallamand (Schwab 1984), tantôt enfin pour de véritables ceintures comme celles de Broye-lès-Pesmes, aujourd’hui Broye-Aubigney-Montseugny, qui mesure 68 cm. Les chaînes à maillons rubanés peuvent se répartir en trois espèces suivant le modèle des anneaux de liaison.

A. — Chaînes à maillons rubanés reliés par des anneaux ronds

87— Type de Belp : chaînes à petits maillons rubanés de faible largeur, nus ou décorés de traits longitudinaux gravés, anneaux ronds coulés ; montage à 1 ou 2 rangs ; ex. Belp (Beck 1980, pl. 21, A no 1), Binningen (Beck, 1980, pl. 20, A no 8), Sierre (Bocksberger 1964, fig. 30, no 46), Nieder-Flörsheim (Richter 1970, pl. 84, nos 16 à 20) ;

88— type de Kelheim : chaînes à maillons rubanés étroits, décorés de traits longitudinaux, de motifs géométriques hachurés, de bossettes, anneaux ronds coulés ; pendeloques triangulaires ou foliacées, nues ou à décor gravé ; ex. La Ferté-Hauterive (Audouze 1976, fig. 3, no 162), Kelheim (Müller-Karpe 1959, fig. 41, no 18), Bretzenheim (Eggert 1976, pl. 8, D no 4).

B. — Chaînes à maillons rubanés reliés par des anneaux allongés

  • 25 Millotte (J.-P.), « Informations archéologiques, circonscription de Franche-Comté », Gallia Préhist (...)

89— Type de Billy : maillons rubanés larges décorés, anneaux allongés ouverts, montages sur un deux ou trois rangs, pendeloques triangulaires et foliacées décorées, attaches élaborées ; ex. Billy (de Manteyer 1933, pl. XXXIII, nos 1 et 2), Broyelès-Pesmes25 (Bouclans (Passard, Piningre et Hurtrelle 1984, fig. 6).

C. — Chaînes à maillons rubanés reliés par des barrettes

90— Type de Bénévent-en-Champsaur : maillons rubanés larges décorés, barrettes rigides de liaison et d’écartement obtenues au moule, montages à deux ou trois rangs, pendeloques triangulaires ou en forme de cintre et pendeloques foliacées décorées, attaches moulées ; ex. Bénévent-en-Champsaur (de Manteyer 1933, pl. XII), Guillestre (Courtois 1960a, fig. 12).

91La ceinture de Blanot appartient au type de Billy. Les comparaisons morphologiques en ce qui la concerne n’autorisent pas de grands développements. Le mode d’assemblage des maillons rectangulaires par des anneaux allongés qui la caractérise se retrouve sur les ceintures à un rang de Broyelès-Pesmes, de Lozère, du dépôt de Bouclans, de la station de Guévaux à Vully-le-Haut, sur celle à trois rangs du dépôt de Billy et sur la bande supérieure du pectoral de Vallamand. On notera également que ses attaches sont du même modèle serpentiforme que celui des « boucles » de la ceinture de Billy, même si ces dernières se terminent par le larges spirales comparables à celles des jambières.

92Les décors associant gravure et repoussé dans la réalisation de motifs en disposition diagonale, figurent sur la ceinture de Lozère. Cette formule décorative, que l’on pourrait croire plus élaborée, existe toutefois, en technique au repoussé, sur des maillons isolés des dépôts de Saint-Brieuc-des-Iffs (Briard et Onnée 1972), de Larnaud (Coutil 1914) et sur le long segment de ceinture de la station de Guévaux (Muyden et Colomb 1896).

93Cette série typologique ne se calque pas, comme c’est la règle en la matière, sur une séquence chronologique figée (fig. 81). La présence du type de Belp dans les dépôts de Nieder-Flörsheim (Richter 1970) et de Niedemberg (Müller-Karpe 1959, Brunn 1966, Wilbertz 1982) et dans les sépultures de Belp, voire de Binningen (Beck 1980, Sperber 1984, Mordant 1988) montre qu’il est connu dès le Bz D ; mais sa présence dans le présumé dépôt de Durrenentzen (Zumstein 1964, 1976) comme dans la sépulture no 42 de Unterhaching (Müller-Karpe 1957, Brunn 1966, Schauer 1984) prouve qu’il est également très courant au Ha A1.

94Le type de Kelheim est rattaché jusqu’ici au Ha B1 d’après les mobiliers funéraires d’Ilvesheim, de Kelheim (Müller-Karpe 1959, Brunn 1966) et de Bretzenheim (Eggert 1976). Mais le type de Billy, qui n’avait jusqu’à présent pas d’autre référence que le dépôt du Loir-et-cher, pourrait lui-même être apparu au Ha A2 comme le casque à crête qu’il contient porte à le penser. Les maillons plats décorés de lignes marginales associées à une croix diagonale pointillée qui se trouvent dans les dépôts de Saint-Brieuc-des-Iffs et de Larnaud et dans la station de Guévaux se manifestent dès le Ha A2 si l’on se réfère au dépôt de Bretagne, mais persistent au Ha B1, et au-delà si l’on tient compte du dépôt du Jura. C’est dans le cadre du Ha A2-B1 que pourrait se ranger la ceinture de Blanot si elle était privée de contexte.

95Le type de Bénévent-en-Champsaur, techniquement perfectionné, est d’un commun accord rapporté au Ha B2 d’après les ensembles de Réallon, Bénévent-en-Champsaur et de Guillestre dont la phalère décorée au repoussé, bien connue par exemple à Auvernier, est tenue pour typique du Ha B2 (Rychner 1979).

96En Suisse les chaînes du type de Belp, bien représentées à partir du moment où se développent les épingles du type de Binningen et assimilées, se sont perpétuées pendant une grande partie du Bronze Final (Bocksberger 1963, Rychner 1979). Dans le dépôt de Larnaud, qui couvre il est vrai un éventail chronologique très étendu, la plupart des types de chaînes se côtoient. Une ceinture évoluée du type de Bénévent-en-Champsaur accompagne dans le gisement éponyme une chaîne du type de Belp (Courtois 1960b, fig. 30). Le pectoral de Vallamand est construit à la fois sur anneaux ronds et sur anneaux ovales. Les éléments de chaîne du dépôt d’Amboise à pendeloques triangulaires, du type de Belp eux aussi, se trouvent dans un milieu Ha B2 associés notamment à une hache à ailerons médians et anneau latéral et à des pendeloques triangulaires et foliacées (Cordier, Millotte et Riquet 1960). Une typo-chronologie en ce domaine ne trouve donc guère de fondement.

97L’aire de répartition des chaînes à maillons plats couvre dans son ensemble la France de l’Est (Audouze 1976), la Suisse et l’Allemagne du Sud-Ouest. Le type de Billy semble caractériser la Suisse occidentale, la Franche-Comté et la Bourgogne (fig. 82) ; il s’étend vers l’Ouest, dans le Bassin parisien, et jusqu’en Bretagne où les éléments représentés peuvent être considérés comme des importations (Saint-Brieuc-des-Yffs). Cette espèce de parure est donc bien occidentale, comme le bracelet reniforme et les jambières à spirales, très caractéristique aussi du complexe Rhin-Suisse-France orientale et plus spécialement de sa province occidentale centrée sur la Franche-Comté et la Bourgogne. Le type de Bénévent, très nettement concentré dans la région dauphinoise, peut être considéré comme spécifique du groupe alpin.

Fig. 82. — Carte de répartition des ceintures articulées des types de Billy (A) et de Bénévent-en-Champsaur (B), (d’après Courtois 1960a, Audouze 1974-1976). Liste p. 112.

LES GARNITURES DÉCORATIVES

Les appliques à bélières

  • 26 Le dépôt de Venat renferme en effet de façon très exceptionnelle une très grande variété de garnitu (...)

98Les appliques constituent un genre de garniture décorative très commun. Elles prennent des formes extrêmement variées. Le dépôt de Venat à Saint-Yriex-sur-Charente apporte l’illustration la plus remarquable de leur diversité26. (On distingue au moins six espèces selon le mode d’attache ou de fixation, à savoir : — des appliques à perforation ; — des appliques à pointe ; — des appliques à griffes ; — des appliques à bélière ; — des appliques à traverse ; — des appliques à tenon.

99Dans l’espèce à bélière, celle qui intéresse le dépôt de Blanot, deux variétés peuvent être reconnues suivant que la bélière, toujours venue de coulée, est dégagée en arceau ou réduite à une petite protubérance perforée. Cette dernière variété se divise en sept types principaux, compte tenu de la forme et de la décoration du cabochon :

  • types plats : simple, à bouton central, à chanfrein ;

  • types en calotte sphérique : simple, à bouton sommital, à côtes concentriques ;

  • type « nœud papillon ».

100Toutes les appliques de Blanot, à une exception (fig. 53, no 4), sont de l’espèce à petite bélière massive ; elles couvrent tous les types répertoriés sauf celui en forme de « nœud papillon ». Elles n’offrent aucune originalité morphologique ni décorative, car même l’applique en calotte sphérique à bouton sommital qui porte sur sa bordure interne la trace d’un décor pointillé (fig. 49, no 6) ne constitue pas une singularité ; une applique en simple calotte sphérique du dépôt d’Espédaillac est elle aussi ornée, à l’intérieur, de deux lignes au pointillé lâche (Lorblanchet 1965).

101Ces petits éléments décoratifs se rencontrent très souvent et en grande quantité dans des dépôts, plus rarement et en général en petit nombre dans des sépultures ou des habitats. Nous savons, grâce aux documents de Blanot, qu’ils pouvaient être fixés en guise de décoration sur une monture de cuir, à fonction peut-être vestimentaire. Ce pouvait fort bien être le cas, nous l’avons dit plus haut, de la cinquantaine d’appliques du dépôt de Fresnes (Despriée 1978), comme aussi des 74 appliques du dépôt de Bénévent-en-Champsaur (Courtois 1960b) et des 72 du dépôt d’Amboise (Cordier, Millotte et Riquet 1960).

102Le dépôt de Strědokluky en Tchécoslovaquie contenait des éléments analogues à ceux de Blanot, à savoir des restes de grands morceaux de cuir auxquels adhéraient des cabochons de bronze pourvus de deux languettes recourbées (Kytlicová 1959, fig. 3, no 1). Bien que les garnitures aient été disposées en lignes comme sur la pièce de Blanot, il n’est pas possible de dire si, dans les deux cas, le support avait la même fonction. Ces appliques de bronze devaient décorer, cela va de soi, bien d’autres objets, tels que des équipements ; les segments de deux bandes de cuir ornées de cabochons alignés trouvés dans la tombe dite du guerrier, de Monterozzi, en Italie, en sont un exemple (Hencken 1968, fig. 192).

  • 27 Soutou (A.), « Typologie chronologique de quelques boutons de bronze du Midi de la France », Bull. (...)

103Les appliques à bélière se répartissent sur une longue plage chronologique, mais avec des décalages sensibles selon les types. Les appliques plates, simples et à chanfrein, semblent les plus précoces du moins en Allemagne ; les deux exemplaires du dépôt de Gambach, en Hesse du Sud, sont datés du Ha Al par un bracelet à section carrée et une épingle à tête de pavot (Herrmann 1966, pl. 110, C nos 6 et 7), celle du dépôt d’Acholshausen du Ha A2. Le type, en fait assez rare dans son petit module, sera en vogue, surtout dans sa variante à bélière en arceau, de diamètre généralement assez grand, à plaque quelquefois à peine bombée, jusqu’au début du premier Age du Fer (Soutou 1963)27. (Le type plat à petite bélière n’est pas très répandu en France ; il existe en milieu Ha B1 (dépôt de Fresnes) et Ha B2 (dépôt de Bénévent-en-Champsaur).

104Les appliques plates à chanfrein sont communes, en Allemagne également, au Ha Al et au Ha A2 ; elles sont datées du Ha Al d’après le mobilier très caractéristique de la sépulture 2 d’Altensittenbach (Hennig 1970, pl. 46) et du Ha A2 d’après les mobiliers funéraires de Grunfeld et Püscheldorf (Hennig 1970, pl. 20 et 69), de Frankfurt-Nied et de Gross-Rorheim (Herrmann 1970, pl. 71 et 138) et de la sépulture 6 de Langengeisling (Schauer 1984, fig. 5). En France le type se manifeste semble-t-il à partir du Ha A2 (dépôt de Saint-Brieuc-des-Iffs). Il se poursuit au Ha B1 (dépôt de Fresnes) et au Ha B2 (dépôt de Bénévent-en-Champsaur). Ce type d’applique est très représenté en Franconie septentrionale et moyenne, en Hesse moyenne et méridionale, avec le plus souvent un chanfrein assez large ; il semble qu’il faille voir là son lieu de création.

  • 28 Dans l’incinération no 1 de la nécropole du Bois des Refuges à Misy-sur-Yonne les cabochons à point (...)

105Les appliques à bélière, en simple calotte sphérique, font suite, chronologiquement, aux appliques en calotte à perforations marginales utilisées au Bronze Moyen, et à celles à pointe présentes dès le tout début du Bronze Final ou Bz D28. Le type à bélière ne semble courant en France qu’à partir du Ha A2 (« cachette » de la grotte des Balmes à Sollières-Sardrières, Bocquet et Chemin 1976 ; dépôt de Saint-Brieuc-des-Iffs) ; il le sera encore au Ha B1 (habitats de Catenoy, Blanchet 1984, fig. 183 et de la grotte des Planches-près-Arbois, Pétrequin, Chaix et alii 1985, fig. 149 ; dépôts d’Espédaillac et de Saint-Chély-du-Tarn), et au Ha B2 (dépôt de Bénévent-en-Champsaur).

  • 29 Dans le dépôt II de Brebach, en Allemagne, une applique en calotte sphérique à bouton sommital acco (...)

106Les appliques en calotte sphérique à bouton sommital sont courantes, elles aussi, et sur une vaste aire géographique, à partir du Ha A2 (grottes de Sollières-Sardrières et d’Esclauzels, dépôts de Saint-Brieuc-des-Iffs et de Champeuil) ; elles seront très nombreuses au Ha B1 (sépulture XIII de Lingolsheim, dépôts de Barbirey-sur-Ouche, d’Espédaillac, de Terrasson-la-Villedieu) et au Ha B2 (dépôts de Bénévent-en-Champsaur et de Réallon), présentes encore au tout début du Hallstatt proprement dit (Choisy-au-Bac, Blanchet 1985). L’applique à bouton du dépôt d’Amboise est datée de la fin du Ha B2 (Ha B3 Müller-Karpe 1959), moins par la hache à ailerons subterminaux et anneau latéral que par le rasoir du type d’Obermenzing (Jockenhövel 1971)29.

107Les appliques en calotte sphérique à bouton sommital dominent la plupart du temps dans les assemblages ; il y en a 40 sur 68 dans le dépôt de Blanot, 42 sur 58 dans celui de Réallon, 54 sur 74 dans celui de Bénévent-en-Champsaur ; elles viennent aussi en tête dans les dépôts de Fresnes (Despriée 1978) et d’Amboise (Cordier, Millotte, Riquet 1960). Le type est très répandu en France au Ha B1 et au Ha B2 ; il se manifeste jusqu’en Languedoc (grottes du Prével Supérieur à Montclus, de la Clamouse à Saint-Jean-de-Fos, de Seynes ; Roudil 1972, p. 193), jusqu’en Aquitaine (grotte de la Fontanguillère à Rouffignac-de-Sigoulès ; Chevillot 1981, pl. 147, nos 1-2) et jusqu’en Charente (dépôt de Venat, Coffyn, Gomez, Mohen 1981).

  • 30 C. Chevillot (Chevillot 1981, p. 49) date ce dépôt du Bf IIIb du fait de la présence de deux pendel (...)

108Les appliques les plus remarquables, celles à côtes concentriques, paraissent être les dernières apparues ; elles se trouvent en milieu Ha B1 dans les dépôts de Terrasson-la-Villedieu (Chevillot 1981)30 et d’Espédaillac (Lorblanchet 1965) et en contexte Ha B2 dans les dépôts de Bénévent-en-Champsaur (Courtois 1960b), de Venat (Coffyn, Gomez, Mohen 1981) et de Larnaud (Coutil 1914). Les exemplaires recueillis dans les grottes, sépulcrales ou non, de la Poujade à Millau, du Roc de Buffens à Caunes-Minervois, de La Baume à Gonvillars, et dans les habitats comme la station d’Auvernier, sont privés de contexte assuré. Le type pourrait être considéré comme une production propre à l’Europe de l’Ouest et plus particulièrement à la Suisse et à la France.

109En lui-même, le petit ensemble des garnitures de Blanot ne peut être inséré dans un cadre plus étroit que le Ha B1-B2 ; c’est d’ailleurs celui qui s’adapte aux appliques les plus évoluées du lot, celles à côtes concentriques.

La plaque estampée

  • 31 Un disque de bronze orné de motifs de cercles concentriques, provenant de la sépulture 1 de Gross-R (...)

110Nous n’avons pas trouvé de terme de comparaison flagrant pour la garniture en tôle estampée de Blanot31. Nous citerons cependant une grande plaque rectangulaire de 16 cm sur 18, d’une tombe villanovienne de Monterozzi, en Italie, parce que sa décoration reprend les mêmes éléments, cercles matricés et lignes de points au repoussé. Cet ornement, interprété comme pectoral, présente en effet, dans un cadre formé de deux lignes pointillées qui longent les bords, un motif principal, composé de cinq cercles concentriques, disposés en X et reliés par des pointillés ; trois perforations réservées sur les petits côtés de la plaque en permettent la fixation sur un support de cuir ou d’étoffe (Henken 1968, fig. 178b).

111La présence conjointe de cercles estampés, de lignes de points et de nervures au repoussé dans un même décor semble peu courante au Bronze Final ; elle se rencontre cependant sur des fragments de plaques rectangulaires du dépôt de Venat qui sont aussi des garnitures en appliques (Coffyn, Gomez et Mohen 1981, pl. 53, nos 28 et 29).

112Le motif de cercles concentriques matricés participe au décor d’objets divers : petites appliques à griffes (dépôt de Venat, Coffyn, Gomez et Mohen 1981, pl. 46 ; station d’Auvernier, Rychner 1979, pl. 101, nos 16-19), plaquettes rivées au pommeau d’un couteau (dépôt de la Petite Laugère à Génélard), pour ne rendre que deux exemples. Ce genre de décor est très présent au Ha A2 et au Ha B1 ; il est parfois même appliqué sur des céramiques (Pétrequin, Chaix et alii 1985, fig. 73 et 74).

Les pendeloques

  • 32 Joly (J.), « Informations archéologiques, circonscription de Dijon », Gallia Préhistoire, 2, 1959, (...)
  • 33 Keller (F.), Résultat des recherches exécutées dans les lacs de la Suisse occidentale depuis l'anné (...)

113Les deux pendeloques triangulaires isolées de Blanot, il est vrai sans caractère morphologique particulier, tirent leur intérêt de leur décor. Celui de la première répond au même schéma de construction, avec col barré, motif inférieur élaboré et motif intermédiaire tectiforme, que celui des pendeloques, d’ailleurs également courtes, de la ceinture de La Ferté-Hauterive (Audouze 1976, fig. 3, no 162). Sa ligne de dents de loup est présente sur l’exemplaire du dépôt de La Croix à Terrasson-la-Villedieu (Chevillot 1981, fig. 11), sur ceux du dépôt de la grotte de Roche-Chèvre à Barbirey-sur-Ouche32 et de la station d’Auvemier33. Ses lignes d’incisions en arêtes de poisson limitées par des traits, figurent, entre autres, sur les pendeloques des dépôts de Larnaud, des Châteliers d’Amboise, de Bénévent-en-Champsaur et de Guillestre (Audouze 1976, fig. 8, nos 24 et 25).

114Le décor de la seconde pendeloque, formé de traits bordés de points, se retrouve tantôt sur des pendeloques triangulaires comme celles d’Auvernier (Rychner 1979, pl. 98, no 18), de Bénévent-en-Champsaur, de Larnaud (Audouze 1976, fig. 25, no 280 ; fig. 26, no 322), tantôt sur des pendeloques foliacées comme celles de Lamaud et de Broyelès-Pesmes (Vuaillat 1982, fig. 5, no 3).

115Les pendeloques triangulaires et foliacées décorées sont présentes dès le Ha A2, si l’on en croit l’association du rasoir à manche ajouré et de la ceinture de Broye-lès-Pesmes (Vuaillat 1982). Elles se trouvent dans le dépôt de Bouclans (Passard, Piningre et Hurtrelle 1984) et dans l’horizon D2 de la grotte des Planches (Pétrequin, Chaix et alii 1985) de même que dans la cachette de la grotte de Roche-Chèvre à Barbirey-sur-Ouche dans des milieux du Ha B1. Elles sont rapportées en Suisse au Ha B lato sensu par V. Rychner (Rychner 1979).

116Les pendeloques à pinces sont moins connues. Celles de Blanot, avec leurs pinces resserrées, ont une silhouette semble-t-il originale. Les exemplaires les plus courants ont des appendices qui se développent en arcs de cercle réguliers et qui se relient à un anneau de suspension par un col plus ou moins élancé.

117Ces garnitures paraissent couvrir l’ensemble du Bronze Final. Ainsi le pendentif à col fin du dépôt de Publy est rattaché au Bz D (Millotte 1959, Pétrequin 1988) ; celui de l’oppidum de Saint-Pierre-en-Chastre au Ha A (Blanchet 1984). La pièce du dépôt de Ray-sur-Saône (Millotte 1959, Pétrequin 1988) et celles d’Auvernier (Rychner 1979) se relient au Ha B2. En Allemagne, la pendeloque de Bad-Homburg-Gonzeheim est datée du Ha B2 par un couteau à soie et virole d’arrêt et une épingle à tête vasiforme (Herrmann 1966, pl. 12, no 10 ; Müller-Karpe 1959, fig. 52) et les deux exemplaires du dépôt II de Brebach de la fin du Ha B2, ou Ha B3, du fait de leur association avec un rasoir de la variante Auvemier (Jockenhövel 1971), des pointes de lances à douille décorée, du couteau à douille, des épingles à têtes vasiforme (Rolling 1968, pl. 41 et 42 ; Müller-Karpe 1959, fig. 59, 61, 62). Les pendeloques de ce type sont connues en Tchécoslovaquie à Domamyslice, à Bmo-Obrany, en milieu Ha B1 (Podborský 1970, fig. 7 et 13). Les quatre pendentifs du dépôt de Vepřeck, en Bohème, sont datés de l’extrême fin du Bronze Final (Jockenhövel 1971,79 B).

  • 34 Ce genre de décor repoussé à nervures parallèles longues et contre-nervures perpendiculaires (ou ob (...)

118Les exemplaires de ce modèle les plus proches de ceux de Blanot font partie du dépôt de Savignyle-Vieux à Curgy (Gaucher 1981, p. 364). Ce genre de petit bijou, quelle qu’en ait été la symbolique, aurait donc été porté durant tout le Bronze Final34.

Les perles tubulaires en or

119Les perles tubulaires en feuille d’or sont fabriquées dans des tôles très minces, roulées et soudées en chevauchement ; elles diffèrent en cela des « viroles » en tôle épaisse à bords juxtaposés, comparables à celles de Courtavant (Eluère 1982, fig. 25, no 1). Elles se signalent par leur décor de nervures parallèles obtenues au refoulé. L’écartement des côtes change, mais de façon peu sensible, suivant l’outil qui a servi à les former. Le diamètre des tubes peut descendre jusqu’à 2 mm comme ceux de Gammertingen (Rieth 1956, pl. 1, A no 8) ; mais il se situe en général entre 4 et 6 mm.

120Les variations du décor permettent de distinguer au moins trois types de perles :

  • type A : décor continu de côtes ou nervures transversales plus ou moins serrées ; ex. Singen (Kimmig 1940, pl. 32, C no 7) ; Gammertingen (Kimmig et Schieck 1957, pl. 19, nos 54 et 57) ; Blanot, collier 2 (fig. 58) ;

  • type B : décor composé de groupes de côtes transversales alternant avec des plages lisses ; ex. Blanot, collier 3 (fig. 63) ;

    • 35 Le collier de la grotte du Noyer à Esclauzels (Lot) est formé de deux rangs de perles qui, au momen (...)

    type C : décor formé de groupes de côtes transversales alternant avec les bandes marquées de petites nervures orientées à la perpendiculaire ; ex. Esclauzels (Eluère 1987, fig. 53)35.

  • 36 Renseignements Giraud, Clottes et Carrière. Le collier était associé à un poignard en bronze du Ha (...)

121Plusieurs ensembles, surtout funéraires, allemands, suisses et français, permettent d’inscrire ces petites garnitures dans la chronologie. Les perles de la sépulture 2 de Wollmesheim qui voisinent avec des jambières à spirales à très large jambait (Kimmig 1957, Müller-Karpe 1959) de même que les trois petites perles côtelées de la sépulture de Gammertingen, accompagnées d’un bracelet du type de Dienheim (Rieth 1956, Kimmig et Schiek 1957) se rapportent au Ha A2. Le fragment de perle de l’incinération 3 de la nécropole des Gobillons à Châtenay-sur-Seine se trouve aussi dans un contexte Ha A2 (Bontillot, Mordant et Paris 1975), tout comme les perles de la fosse d’Uffheim qui sont liées à un ensemble céramique de cette même phase (Wolf 1972, Piningre 1988). Le collier de la grotte du Noyer à Esclauzels est mis en relation avec un groupe de sépultures d’enfants que le mobilier funéraire date encore de cette période36. Les éléments de la tombe 1 de Vidy sont au contraire dans un contexte céramique du Ha B1 (Kaenel et Klausener 1990). Les perles de la sépulture du tumulus 3 de la Forêt à Chaume-lès-Baigneux, oscillent quant à elles entre le Ha A2 et le Ha B2, car elles côtoient un rasoir à manche ajouré datable typologiquement du Ha A2 (Brunn 1966) ainsi qu’une urne basse et sa coupe-couvercle, décorées à l’étain, rapportées au Ha B2 (Brun 1986). Nous pouvons en conclure que les perles tubulaires côtelées en feuilles d’or, peut-être apparues au Ha Al, ont été produites en quantité au cours du Ha A2 et du Ha B1, mais ont perduré vraisemblablement jusqu’au Ha B2.

  • 37 Des perles côtelées en bronze et en or sont signalées conjointement dans la station de Concise (Mun (...)

122Il est très probable que les perles tubulaires côtelées ont été fabriquées en série. En tout cas ces éléments de parure, particulièrement prisés, ont sans doute beaucoup circulé. Le fait qu’ils se rencontrent dans les sépultures par un, deux ou trois, quelquefois avec des pendentifs en tôle d’or estampée (Wollmesheim, sépulture 2) et d’autres types de perles, en verre par exemple, laisse à penser qu’ils pouvaient être vendus, soit en nombre, soit à l’unité, pour être montés en collier, tantôt en rangs continus, tantôt mêlés à d’autres perles. On peut supposer aussi que les perles tubulaires côtelées en tôle de bronze ont servi, bien lustrées, de substituts aux perles d’or ; dans l’incinération de Gammertingen, perles tubulaires côtelées en or et en bronze garnissaient sans doute la même parure (Rieth 1956, Kimmig et Schiek 1957, pl. 19, nos 54-57)37.

123La carte de répartition des perles tubulaires en feuilles d’or côtelées, toute incomplète qu’elle puisse être, semble montrer que ces petits ornements sont, au moins initialement, des productions propres à la province occidentale du Complexe Rhin-Suisse-France orientale (fig. 83). Elles se concentrent en effet en Suisse occidentale, dans la haute vallée du Danube et sur le plateau bavarois, dans l’ensemble du Fossé rhénan de l'Alsace au Taunus, et dans la France de l’Est, en particulier en Bourgogne. Si les ateliers qui les ont produites ne peuvent être localisés pour le moment, on peut raisonnablement les supposer implantés dans l’aire alpine, à proximité des gîtes ou des cours d’eau aurifères. L’existence au Sud du Massif Central d’une zone dans laquelle les perles côtelées ont été beaucoup portées, tient sans doute à la fois à un phénomène de mode et aux possibilités locales d’approvisionnement en or. Ces éléments de parure se rencontrent même jusqu’en Irlande méridionale, comme à Cruttenclough, dans le comté de Kilkenny, d’où proviennent trois perles (Hartmann 1970) ; ces dernières peuvent être considérées en l’occurrence soit comme le fruit de relations commerciales directes largement attestées par ailleurs, soit comme la reproduction de pièces importées.

Les perles en tôle de bronze

  • 38 Les éléments de sépultures de Marolles et des Terres de Prépoux à Villeneuve-la-Guyard sont considé (...)

124Les perles tubulaires courtes en bronze sont généralement de section ronde, plus rarement plan-convexe comme celles de Blanot ; la tôle est refermée bord à bord. Elles diffèrent des longues perles tubulaires du Bz D telles celles de la sépulture de Saint-Quentin à Monéteau (Nicolas, Duval et alii 1975) ou du dépôt Ha B1 de la grotte de Roche-Chèvre à Barbirey-sur-Ouche. Les perles courtes se trouvent le plus souvent dans les mobiliers funéraires ; on peut supposer qu’elles relèvent par conséquent de la parure38. Il n’est pas certain cependant qu’elles aient toujours garni des colliers ; car les perles de la sépulture 6 des Vicreuses à Pougues-les-Eaux par exemple sont considérées comme des éléments d’attache d’un bracelet en matière périssable (Bouthier, Daugas et Vital 1988).

Fig. 83. — Cane de répartition des perles tubulaires côtelées en or : type A (type de Singen), type B (type de Blanot collier 3), type C (type d’Esclauzels). Liste p. 113.

125Le mobilier de l’incinération 5 de Marolles comporte des perles en tôle de mêmes proportions que celles de Blanot ; elles appartiennent au Bz D (Mordant 1970, Eluère 1982, fig. 162). Celles de l’inhumation 14 des Terres de Prépoux à Villeneuve-la-Guyard voisinent avec un couteau du type de Riegsee caractéristique de cette même phase (Mordant, Coudray et Parruzot 1979, fig. 13). Les trois perles de la sépulture 6 des Vicreuses sont du Ha A1. En Allemagne, la perle du dépôt d’Acholshausen appartient au Ha A2 (Pescheck 1972, fig. 6, no 25). La longue perle décorée du collier de Blanot peut être comparée à celle de la sépulture Ha B1 de Champigny-sur-Aube dont on sait par la description de Nicaise qu’elle était également gravée (Nicaise 1881a). Les modestes garnitures que sont les perles en tôle de bronze dureront en fait pendant tout le Bronze Final.

LES ANNEAUX DE BRONZE

126Les anneaux se présentent soit en petit nombre comme dans les sépultures, soit en grande quantité comme dans les dépôts ou les habitats.

  • 39 Le dépôt de la grotte de Louoï est plus connu sous le nom de Trésor du Déroc (Roudil 1972, p. 262)  (...)
  • 40 Description dans Forel (F.A.), Note sur quelques stations lacustres de la rive vaudoise du lac Léma (...)
  • 41 Catalogue de l’exposition « Avant les Celtes : l’Europe à l'Age du Bronze, 2500-800 avant J.-C. », (...)

127Si l’on considère les ensembles nombreux, les comparaisons s’imposent avec le dépôt de La Croix à Terrasson-la-Villedieu qui compte 130 anneaux dont 103 dentelés, celui d’Espédaillac qui en contient 159, dentelés plur la plupart (Lorblanchet 1965), celui de la grotte de Louoï à Vallon-Pont-d’Arc qui en recèle 170 (Roudil 1972)39 celui de Réallon qui en comporte 269 (De Manteyer 1933, p. 26). En Suisse plus de 1 200 anneaux ont été recueillis autrefois, rassemblés sur quelques mètres carrés, dans la station d’Hauterive sur le lac de Neuchâtel (Gross 1883, pl. XVIII, no 53), et environ 300, collés en ligne les uns aux autres, dans celle de Nyon sur le lac Léman40. Plus récemment un groupe de 500 anneaux et un autre de 200 ont été mis au jour lors de fouilles du site d’Hauterive-Champréveyres41. Des découvertes semblables ont été faites plus à l’Est : en Tchécoslovaquie, où le dépôt de Záluží, en Bohème du Nord, a fourni 115 anneaux, associés, comme à Blanot, à des appliques à bélière, au nombre de 46, toutes du type en calotte sphérique (Neustupný 1965, fig. 10), jusqu’en Hongrie, où un peu plus de 150 anneaux ont été trouvés ensemble, à Szentes-Donatvar, dans ce qui était peut-être un dépôt (Kemenczei 1984, pl. CCVIIa, d, no 6).

  • 42 La même observation a été faite dans le dépôt bohémien de Třtěno où 500 anneaux de section losangiq (...)

128Les découvertes de Nyon et d’Hauterive-Champréveyres illustrent bien la façon dont ces petits objets devaient être habituellement conservés, du moins quand ils étaient en grand nombre. Dans le premier cas ils ont été découverts, soudés ensemble par le tuf et les oxydes, dans une position montrant qu’ils étaient certainement enfilés sur une corde ; dans le second cas la disposition des anneaux accolés les uns aux autres en une sorte de serpentin prouve qu’un fil, aujourd’hui disparu, leur servait de support42. A Blanot nous avons observé que lorsque des anneaux étaient soudés les uns aux autres, généralement par deux ou trois, ils se recouvraient avec un faible décalage, comme des rondelles empilées et légèrement penchées. Nous en venons à penser qu’ils étaient eux aussi probablement engagés, les uns à la suite des autres, sur une cordelette ou un lacet de cuir. Les deux appliques à bélière qui les accompagnaient peuvent fort bien avoir été attachées à chaque extrémité du fil pour leur interdire de s’échapper ; l’applique qui subsiste au contact des anneaux d’Hauterive-Champréveyres a pu jouer ce rôle.

  • 43 On a même considéré le rassemblement sur un même fil de quelques anneaux comme une espèce de porte- (...)

129Dès le xixe siècle on a supposé que ces petits objets pouvaient être soit des éléments de parure, montés en colliers, cousus sur une étoffe ou portés de toute autre manière, soit des valeurs d’échange, en quelque sorte des monnaies43. Cette hypothèse, à défaut d’autres plus pertinentes, a toujours été reprise depuis lorsque l’on avait affaire à de grandes séries. Neustupný a montré d’après l’examen des anneaux du dépot de Záluží, que, dans cette optique, leur valeur ne pouvait pas être appréciée d’après leur poids qui varie considérablement (Neustupný 1965) ; mais il s’agit là d’un critère tout à fait moderne. Nous ignorons en outre la signification des dentelures si tant est qu’elles aient eu, en la circonstance, une autre fonction que décorative.

  • 44 Ils sont alors souvent considérés comme des attaches de ceinture.
  • 45 On les retrouve dans les même milieux et dans les mêmes phases en Allemagne moyenne et septentriona (...)

130Les anneaux ne semblent pas d’un grand secours pour une évaluation chronologique. Ils sont légion au Ha B1 comme l’indiquent les dépôts d'Espédaillac, de Terrasson-la-Villedieu ou le dépôt de Záluží. Ils perdurent au Ha B 2 dans les dépôts de Réallon et de Vallon-Pont-d’Arc (Roudil 1972, p. 196). Mais ce genre d’objet est apparu beaucoup plus tôt. C’est à partir du Ha Al en effet qu’ils figurent en particulier, mais toujours à de rares exemplaires, dans des mobiliers funéraires44. Les deux anneaux de la sépulture 6 des Vicreuses à Pougues-les-Eaux qui contient un rasoir à soie du type de Pougues et une épingle du type de Courtavant, ainsi que l’anneau dentelé de la sépulture 11, sont du Ha A1 (Bouthier, Daugas et Vital 1988) ; il en est de même de l’anneau de la tombe 7 du Pralat à Broussy-le-Grand daté par des vases en terre cuite, des bracelets à section carrée et un rasoir à manche ajouré (Chertier 1988). On les rencontre aussi, sans trop étendre les comparaisons, dans les mobiliers funéraires d’Allemagne du Sud, du Ha A1 (Essfeld 1 cf. Schauer 1984, p. 224, Unterhaching 42, Grünwald 1 et 16, Gerlinden 46) et du Ha A2 (Grünwald 14 et 33, Unterhaching 39) (Brunn 1968, Müller-Karpe 1957)45. Quelle que soit leur fonction, les anneaux traversent donc tout le Ha A et le Ha B.

LE VASE DE TERRE CUITE

  • 46 Maony (M.), Passard (F.), Piningre (J.-F.), Urlacher (J.-P.), « La grotte du Bief du Marais à Andel (...)

131La forme très typée du vase de Blanot est relativement commune ; c’est le décor de cannelures qui fait son originalité. Ce récipient a quelques références dans la proche région, comme l’urne de la sépulture sous tumulus de Saint-Bernard (Ain) agrémentée de quatre larges cannelures qui affectent l’épaulement et la base du col (Valentin-Smith 1888) et celle de la grotte du Bief du Marais à Andelot-Morval (Jura) qui en présente trois au sommet de son épaulement46. Deux « jarres » à col évasé de l’horizon D2 de la grotte des Planches-près-Arbois (Jura) sont décorées de fortes cannelures inscrites à la base du col avec le même léger décrochement que celui qui s’observe sur le vase de Blanot (Pétrequin, Chaix et alii 1985, fig. 122). Tous ces récipients appartiennent au Ha B1, phase dans laquelle le vase de Blanot ne fait pas anachronique.

132Les comparaisons avec les urnes biconiques à col cylindrique d’Allemagne du Sud notamment, où la forme est très courante, ont été déjà établies (Chertier 1976). En France de l’Est ce genre de vase se développe du Ha A1 au Ha B2. La présence de cannelures horizontales bien marquées oriente vers le Ha B1.

133Les précédentes considérations sur la chronologie des objets du dépôt de Blanot nous amènent à constater qu’ils sont pour la plupart d’entre eux susceptibles d’être placés dans le cadre du Ha A2 et du Ha B1. Certains, comme les anneaux et les appliques à bélière, dépassent plus ou moins les limites de cette tranche chronologique ; les appliques en calotte sphérique à bouton sommital et celles à côtes concentriques débordent sur le Ha B2. Le modèle des jambières à très large plaque couvre une période qui s’étale du Ha Al au Ha B1 compris. Mais les limites se resserrent pour le bracelet à côtes et pour la ceinture articulée qui tiennent nettement dans le Ha A2 et le Ha B1. Les fiasques renvoient au Ha B1. La coupe et le chaudron appartiennent en propre à cette dernière phase. C’est donc sans ambiguïté au cours du Ha B1 que les objets ont été confiés à la terre.

  • 47 Les premières tentatives portent sur l’étude des bois sortis des gisements ennoyés de la Saône chal (...)
  • 48 Rychner (V.), « Dendrochronologie du groupe Rhin-Suisse dans la région neuchâteloise », Mémoires du (...)
  • 49 Les attributions chronologiques que propose Sperber (Sperber 1987, p. 253-258) pour le Bronze Final (...)

134Nous ne disposons pas encore de renseignements dendrochronologiques régionaux suffisants pour proposer une date absolue à l’enfouissement du dépôt47. (Les références peuvent être recherchées en Suisse occidentale, où les sites protohistoriques neuchâtelois d’Hauterive-Champreyvères, de Cortaillod-Est et du Landeron fournissent des éléments de réflexion48. D’après les prudentes conclusions de V. Rychner fondées sur la mise en parallèle des styles céramiques et des dates dendrochronologiques, la transition du Ha A2 au Ha B1 serait localement perceptible dès le milieu du xie siècle avant J.-C. ; le Ha B1 évolué correspondrait au plein xe siècle et le passage du Ha B1 au Ha B2 se situerait à la charnière des xe et ixe siècles. Sur ces indications très générales, on pourrait supposer, avec les réserves qui s’imposent tant les évaluations varient d’un auteur à l’autre en ce domaine49, que les objets de Blanot ont été constitués en dépôt vers le milieu du xe siècle avant J.-C.

  • 50 G. Gaucher (Gaucher 1981) a tenté de définir des groupes culturels sur des critères essentiellement (...)

135Nous avons mis en évidence le caractère occidental de la plupart des éléments qui le composent ; c’est le cas des bijoux, des fiasques et de la coupe carénée, même si son décor, voire sa forme, sont inspirés des modèles orientaux. Seul le chaudron fait exception ; en effet lui seul représente vraiment une importation. Les aires de répartition des bijoux correspondent dans leur ensemble à celle qu’occupe le Complexe culturel Rhin-Suisse-France orientale tel qu’il est évalué à l’heure actuelle. Les documents les plus représentatifs sont le bracelet, les jambières, la ceinture articulée et la coupe carénée. Il n’est guère possible de discerner pour le moment au sein de ce vaste ensemble, à partir de ces objets métalliques, d’éventuelles zones originales ou provinces ; mais les productions céramiques évoquent plus concrètement ces possibles ou probables entités régionales50.

Fig. 84. - Parure d'une femme du Bronze Final, en Bourgogne, au xe siècle avant J.-C., hypothèse de restitution (dessin Henri Bidault, 1990).

Notes

1 La correspondance s’établit ainsi : Bz D = BF I ; Ha Al = BF Ha ; Ha A2 = BF Ilb ; Ha Bl = BF Illa ; Ha B2/3 = BF Mb.

2 Nous avons tenté un inventaire de quelques types d’objets que l’on trouvera p. 107 et suivantes. De plus, à la demande de plusieurs collègues, nous avons inclus dans le présent chapitre des tableaux typo-chronologiques, toujours délicats à établir, dont la rigidité peut évidemment être brisée.

3 Les groupes de chaudrons qu’a définis Merhart (groupes A, B1, B2a, B2b) ont été assimilés à des types et désignés par les lettres et les chiffres de sa classification (types A, Bl, B2a,

B2b). La correspondance partielle des lettres qui les désignent et de la chronologie (type Bl=HaBl)a facilité l’amalgame. Nous conservons cette désignation bien qu’il eût été préférable de désigner les types de chaudrons par le nom d’une découverte précise, afin de conserver le mode allemand de définition, prisé par l’ensemble des protohistoriens européens : type de Keresztéte (A1), d’Acholshausen (A2), d’Hajdúsámson (Bl), etc. C’est cependant le système de Merhart qui a été retenu pour les P.B.F. de la série II.

4 Nous n’avons pas mentionné de façon systématique le pays ni la région de découverte des vases et bijoux cités à titre de comparaison dans le présent chapitre. Les inventaires des objets concernés, donnés page 107 et suivantes, comportent les indications principales ainsi que des références bibliographiques.

5 V. Furmánek (Furmánek 1970) rassemble le Ha B2 et le Ha B3 en une seule phase étant dans l’impossibilité de les séparer, dans sa région (Nord de la Slovaquie), en l’absence de matériel céramique scientifiquement utilisable.

6 Nous ne tiendrons pas compte des formes propres à l’Europe centrale telles que celle du type de Spisska Bela ou celle de la variante du type de Jenišovice dite Nádudvar (Patay 1990).

7 H. Thrane (Thrane 1962, p. 142) fait du type de Gusen une variante du type de Friedrichsruhe ; mais les tasses du premier type n’ont pas de col à la différence de celles du second type.

8 W.A.v. Brunn (Brunn 1968, p. 156, note 1) considère comme problématique la distinction que fait Thrane entre les coupes de Velatice et celles de Zatec.

9 Le décor du style points-bossettes existe, sans qu’on puisse nécessairement le rapporter à des coupes de type Jenišovice, sur un fragment de tôle du dépôt d’Azay-le-Rideau (Cordier, Millotte, Riquet 1959, pl. 6, no 114) et sur des fragments de tôles du dépôt du Moulin Neuf à Braud-et-Saint-Louis (Roussot-Larroque (J.), « Le “Rhin-Suisse-France orientale” et l’Aquitaine », Mémoires du Musée de Préhist. d’Ile-de-France, 1, 1988, p. 481-511 ; cf. fig. 13, nos 10 et 11).

10 Archaeologische Ausgrabungen in Bade-Württemberg, 1984, p. 15-17, fig. 11 et 13.

11 Prüssing (G.), Die Bronzegefäße in Österreich, à paraître dans Prähistorische Bronzefunde, II, 5, pl. 10, no 79 A.

12 Deux fragments d’un récipient de Krcedin (Syrmia) témoigneraient du même mode d’assemblage (Patay 1968, fig. 19).

13 Ces deux petits vases à puiser se rapprochent, comme les fiasques, de certaines formes céramiques dont elles peuvent s’être inspirées (cf. Rolling 1968, pl. 16, 8 ; 18, 5 ; 21,5 ; 68, 6).

14 Nous citerons ici, bien qu’il soit d’un montage particu lier, le « sphéroïde » orné de lignes de bossettes provenant de la Saône en Chalonnais. Armand-Calliat (L.), « Quelques objets protohistoriques inédits trouvés dans la Saône aux abords de Chalon (Collection Albert Hubert) », Revue arch. de l’Est et du Centre-Est, 1, 1950 ; cf. p. 26-27 et pl. I, b ; Bonnamour (L.), L’Age du Bronze au Musée de Chalon-sur-Saône, Chalon-sur-Saône, 1969 ; cf. p. 51, pl. XVII, no 111.

15 Cf. Cartographie des principaux types du Rhin-Suisse-France orientale, type 11, gobelet à épaulement à col vertical rectiligne, Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion des Champs d’urnes, Mémoires du Musée de Préhist. d’Ile-de-France, 1, 1988.

16 Le dépôt de Génélard, en Saône-et-Loire, en fournit l’une des preuves. Il contient en effet la panoplie complète d'un artisan fondeur et dinandier. Bonnamour (L.), Thevenot (J.-P.), « Génelard, La Petite Laugère (Saône-et-Loire) », Archéologie de la France, 30 ans de découvertes, Exposition, Paris, 1989, p. 208.

17 On se rend compte d’après ces rares exemples que les artisans dinandiers du Ha A2-B1 ne possédaient sans aucun doute pas assez complètement la technique du travail à la rétreinte pour façonner dans une seule plaque de métal un vase de profil aussi refermé. La solution consistait à décomposer la forme projetée en éléments plus simples à modeler.

18 Nous ne considérerons pas ici les « anneaux de jambes » à corps filiforme ni les jambières à corps rubané et spirales attenantes, c’est-à-dire sans fils récurrents, des types haguenauviens tels ceux de Königsbruck, tumulus 2, sépulture II ou de Donauberg, tumulus 13, sépulture I (Schaeffer 1926) ou encore du dépôt 2 de Boutigny (Mohen 1977, fig. 332).

19 Cette limite n’a, bien entendu, qu’une valeur indicative. Ainsi la plaque de la jambière déroulée de Beaujeu-Saint-Vallier-Pierrejux a un rapport l/L légèrement supérieur à 0,50 (0,51 ou 0,52) ; mais le bijou se classe très nettement dans le type de Veuxhaulles dont il a le décor très caractéristique.

20 Si la forme est bien du type de Haguenau, ce genre de décor est cependant unique dans les séries de jambières haguenauviennes.

21 I. Richter (Richter 1970) a crée le type de Wixhausen pour les bracelets et anneaux de jambe filiformes à extrémités spiralées. Le modèle qui illustre le type de jambières à spirales à nervures parallèles provient de la sépulture 13 de Wixhausen (pl. 78, A, no 4).

22 Une jambière trouvée près de Mayence possède aussi un décor de lignes de bossettes proche de celui des jambières de Champigny-sur-Aube (Richter 1970, pl. 23 no 350).

23 Des motifs cruciformes sont présents aux pointes des plaques des jambières de la sépulture Lapierre, des Grèves de Boutigny à Barbuise, Courtavant (Piette 1989, fig. 2, no 1).

24 F.-A. Schaeffer (Schaeffer 1926, p. 182) note qu’en matière d’anneaux de jambes à spirales plates, « la typologie comme argument chronologique ne doit être invoquée qu’avec beaucoup de circonspection ». Des anneaux de types anciens et plus récents ont été trouvés ensemble dans les mêmes sépultures.

25 Millotte (J.-P.), « Informations archéologiques, circonscription de Franche-Comté », Gallia Préhistoire, 8, 1965, fig. 4 et page 87.

26 Le dépôt de Venat renferme en effet de façon très exceptionnelle une très grande variété de garnitures destinées soit à des vêtements, soit à des pièces de harnachement, soit encore à de la maroquinerie (Coffyn, Gomez, Mohen, 1981 ; cf. pl. 43 à 48).

27 Soutou (A.), « Typologie chronologique de quelques boutons de bronze du Midi de la France », Bull. de la Soc. préhist. française, 60, 1963, p. 372-384, 4 fig.

28 Dans l’incinération no 1 de la nécropole du Bois des Refuges à Misy-sur-Yonne les cabochons à pointe font partie d’un ensemble du tout début du Bronze Final ou Bz D (Mordant, Bontillot et Paris 1977, fig. 27).

29 Dans le dépôt II de Brebach, en Allemagne, une applique en calotte sphérique à bouton sommital accompagne deux pendeloques à pinces. Des épingles à tête vasiforme, une hache à ailerons subterminaux et anneau d’attache, un rasoir à dos indenté de la variante Auvernier, des faucilles à languette, des pointes de lance à douille, la font ranger à la fin du Ha B2 (Ha B3) (Rolling 1968. pl. 41 et 42).

30 C. Chevillot (Chevillot 1981, p. 49) date ce dépôt du Bf IIIb du fait de la présence de deux pendeloques triangulaires ; le type trapu auquel elles appartiennent existait déjà antérieurement.

31 Un disque de bronze orné de motifs de cercles concentriques, provenant de la sépulture 1 de Gross-Rohrheim, en Hesse, peut avoir cependant joué le même rôle que la plaque de Blanot ; comme il est associé à des appliques à bélière (du type plat à chanfrein), il peut avoir fait également partie d’une composition décorative de même inspiration (Herrmann 1966, pl. 137, no 12).

32 Joly (J.), « Informations archéologiques, circonscription de Dijon », Gallia Préhistoire, 2, 1959, (p. 92, fig. 2).

33 Keller (F.), Résultat des recherches exécutées dans les lacs de la Suisse occidentale depuis l'année 1866, Zurich, 70 p. 24 pl. (« Publications de la Soc. des antiquaires de Zurich », 19, 3) ; cf. pl. IX, no 39.

34 Ce genre de décor repoussé à nervures parallèles longues et contre-nervures perpendiculaires (ou obliques) courtes est déjà connu au Bz D sur les plaques en or de la sépulture Lapierre à Barbuise, Courtavant (Piette 1989, fig. 3).

35 Le collier de la grotte du Noyer à Esclauzels (Lot) est formé de deux rangs de perles qui, au moment de la découverte, étaient disposées en arcs de cercles concentriques, comme celles des colliers 2 et 3 de Blanot. La monture devait être également de cuir.

36 Renseignements Giraud, Clottes et Carrière. Le collier était associé à un poignard en bronze du Ha A2. Clottes (J.), Lorblanchet (M.), « La grotte du Noyer (Esclauzels, Lot) », Congrès préhist. de France, Auvergne, 1969, 1972, p. 145-164, 12 fig.

37 Des perles côtelées en bronze et en or sont signalées conjointement dans la station de Concise (Munro 1908, pl. 11, no 1).

38 Les éléments de sépultures de Marolles et des Terres de Prépoux à Villeneuve-la-Guyard sont considérées comme des viroles ayant garni des manches de couteaux (Mordant (C.), Coudray (J.), Parruzot (P.), « Découvertes néolithiques et protohistoriques à Villeneuve-la-Guyard (Yonne) », Revue arch. de l’Est et du Centre Est, 30, 1979, p. 67-99, 27 fig. ; cf. fig. 13, nos 8 et 9.

39 Le dépôt de la grotte de Louoï est plus connu sous le nom de Trésor du Déroc (Roudil 1972, p. 262) ; Ollier de Marichard (J.), « Découverte d’un trésor de l’Age du Bronze au Déroc, grottes de Vallon (Ardèche) », Mémoires et comptes rendus de la Soc. sc. et litt. d’Alais, 1883, 15, 2 (1884), p. 193-198, 6 pl.

40 Description dans Forel (F.A.), Note sur quelques stations lacustres de la rive vaudoise du lac Léman, Zurich, 1876 (« Publications de la Soc. des antiquaires de Zurich », 19,3) ; cf. p. 42-49. On pourrait citer aussi les 181 anneaux identiques regroupés sous le même numéro d’inventaire au musée de Berne provenant de la station d’Auvernier sur le lac de Neuchâtel (Rychner 1979, pl. 95, no 84).

41 Catalogue de l’exposition « Avant les Celtes : l’Europe à l'Age du Bronze, 2500-800 avant J.-C. », Association Abbaye du Daoulas, 1988 (p. 78-79, note 8.08.02 de M. Egloff).

42 La même observation a été faite dans le dépôt bohémien de Třtěno où 500 anneaux de section losangique étaient disposés « en boudin » (Kytlicová (O.), Die Bronzegefässe in Böhmen, à paraître dans Prähistorische Bronzefunde, II, 12 ; cf. pl. 58).

43 On a même considéré le rassemblement sur un même fil de quelques anneaux comme une espèce de porte-monnaie. Les anneaux regroupés sur un fil de bronze du dépôt de Dornholzhausen en donnent un exemple (Herrmann 1966, pl. 208, I).

44 Ils sont alors souvent considérés comme des attaches de ceinture.

45 On les retrouve dans les même milieux et dans les mêmes phases en Allemagne moyenne et septentrionale (Herrmann 1966, Rolling 1968, Hennig 1970, Pescheck 1972).

46 Maony (M.), Passard (F.), Piningre (J.-F.), Urlacher (J.-P.), « La grotte du Bief du Marais à Andelot-Morval (Jura). Un aspect de la fréquentation des grottes du Jura franccomtois à la fin du Bronze Final », Revue arch. de l'Est et du Centre-Est, 35, fasc. 3-4, 1984, p. 169-189, 14 fig. ; cf. fig. 12, no 1.

47 Les premières tentatives portent sur l’étude des bois sortis des gisements ennoyés de la Saône chalonnaise. Lambert (G.), Lavier (C), Bonnamour (L.), « Etude dendrochronologique préliminaire du Gué-de-Piles à Chalon-sur-Saône (71) - Age du Bronze Final », Mémoires du Musée de Préhist., d’Ile-de-France, 1, 1988, p. 373-377.

48 Rychner (V.), « Dendrochronologie du groupe Rhin-Suisse dans la région neuchâteloise », Mémoires du Musée de Préhist. d’Ile-de-France, 1, 1988, p. 125-135.

49 Les attributions chronologiques que propose Sperber (Sperber 1987, p. 253-258) pour le Bronze Final, bien que concernant les Préalpes du Nord de la Suisse à l’Autriche, ne sont pas convaincantes. Il situe par exemple le Ha B1 dans une tranche chronologique très étroite, comprise entre 1085 et 1020 avant J.-C.

50 G. Gaucher (Gaucher 1981) a tenté de définir des groupes culturels sur des critères essentiellement archéologiques. Des données aussi fondamentales que le genre de vie, l’économie de subsistance, les types d’habitats et de sépultures, les relations commerciales, l’organisation sociale demanderaient en l’occurrence à être prises en considération.

Table des illustrations

Légende Fig. 72. — Tableau typo-chronologique des chaudrons à attaches d’anses triangulaires et cruciformes au Bronze Final ; 1, type Al (ex. Keresztéte) ; type A2 (ex. Acholshausen) ; type B1 (ex. Hajdúsámson) ; type B2a (ex. Sîngeorgiu de Pǎdure).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/762/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 73. — Carte de répartition des chaudrons à attaches d’anses cruciformes du groupe B1 en Europe (d’après Merhart 1952, Patay 1959, 1970 et 1990, Thrane 1965, Petrescu-Dîmbovita 1977). Liste p. 107.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/762/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende Fig. 74a. — Tableau typo-chronologique des coupes et tasses les plus courantes au Bronze Final ; 1, type de Gusen ; 2, type de Friedrichsruhe A (ex. Velatice) ; 3, type de Friedrichsruhe B (ex. Zatec) ; 4, type de Friedrichsruhe C (ex. Blatnica) ; 5, type d’Osternienburg-Dresden A (ex. Wollmesheim) ; 6, type d’Ostemienburg-Dresden B (ex. Viernheim) ; 7, type d’Ostemienburg-Dresden C (ex. Dresden-Laubegast 5).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/762/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 74b. — Tableau typo-chronologique des coupes et tasses au Bronze Final ; 8, type de Fuchsstadt ; 9, type de Jenišovice A (ex. Jenišovice) ; 10, type de Jenišovice B (ex. Marburg) ; 11, type de Stillfried-Hostomice.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/762/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 75. — Carte de répartition des coupes et tasses du type de Jenišovice (types A et B) en Europe (d’après Sprockhoff 1930, Childe 1948, Merhart 1952, Thrane 1965 et 1976, Podborsky 1967, Ebel 1987, Patay 1990, Novotná 1991, ainsi que d’après Jacob, Kytlicová, Nekvasil et Podborsky, Prüssing, à paraître dans PBF). Les symboles maigres correspondent à des récipients dont le type n’est pas affirmé. Liste p. 108.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/762/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Légende Fig. 76. — Vases métalliques apparentés par la forme ou la technique aux fiasques de Blanot. No 1, fiasque de la sépulture b de Völs (d’après Prüssing à paraître dans PBF) ; no 2, épaulement de la fiasque du dépôt de Malhostovice (d’après Podborský 1967b et 1970) ; no 3, vase à puiser du dépôt de Keresztéte (d’après Patay 1968 et 1990).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/762/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 77. — Tableau typo-chronologique des bracelets reniformes à extrémités épaissies et à groupes de côtes saillantes, au Bronze Final ; 1, type de Hassloch ; 2, type de Dienheim ; 3, type de Pfeddersheim ; 4, type de Lindenstruth ; 5, type de Vézillon ; 6, type de Villar-d’Arêne ; 7, type de Morges ; 8, type de Haimberg.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/762/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 78. — Carte de répartition des bracelets reniformes des types de Pfeddersheim (A) et de Lindenstruth (B) en Europe (d’après Sprockhoff 1956, Kimmig et Schiek 1957, Richter 1970, Eluère 1975, Chaume 1989). Liste p. 111.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/762/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Légende Fig. 79. — Tableau typo-chronologique des jambières à spirales et fils récurrents au Bronze Final ; 1, type de Haguenau ; 2, type de Champlay ; 3, type de Vinets ; 4, type de Veuxhaulles ; 5, type de Wollmesheim.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/762/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 80. — Carte de répartition des jambières à spirales et fils récurrents du type de Wollmesheim (d’après Krahe 1960, Richter 1970 et 1981, Eluère 1974, Mariën 1984). Liste p. 111.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/762/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Légende Fig. 81. — Tableau typo-chronologique des ceintures articulées au Bronze Final ; 1, type de Belp ; 2, type de Kelheim ; 3, type de Billy ; 4, type de Bénévent-en-Champsaur.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/762/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 82. — Carte de répartition des ceintures articulées des types de Billy (A) et de Bénévent-en-Champsaur (B), (d’après Courtois 1960a, Audouze 1974-1976). Liste p. 112.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/762/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Légende Fig. 83. — Cane de répartition des perles tubulaires côtelées en or : type A (type de Singen), type B (type de Blanot collier 3), type C (type d’Esclauzels). Liste p. 113.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/762/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Légende Fig. 84. - Parure d'une femme du Bronze Final, en Bourgogne, au xe siècle avant J.-C., hypothèse de restitution (dessin Henri Bidault, 1990).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/762/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 441k

© ARTEHIS Éditions, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search