Version classiqueVersion mobile

Les enduits peints en Gaule romaine

 | 
Michel E. Fuchs
, 
Florence Monier

1ère partie. Actualité de la recherche

Les thermes du Vieil-Évreux (Eure) : les enduits peints de la construction à la démolition (iie-ive siècle ap. J.-C.)

Laetitia Bonelli

Résumé

Ce travail porte sur les peintures fragmentaires en contexte stratigraphique, avec pour cas d’étude les thermes du Vieil-Évreux. Les résultats obtenus permettent d’esquisser en partie le fonctionnement des chantiers de construction et de démolition, ainsi que la gestion des matériaux et leur remploi sur le site, au fil de l’évolution architecturale de l’édifice.

Texte intégral

1L’étude des enduits peints fragmentaires des thermes du Vieil-Évreux s’inscrit dans le cadre de recherches archéologiques et historiques effectuées sur le site depuis plus de deux siècles. Le matériel étudié provient de fouilles menées sur le monument entre 1996 et 2001.

2La ville-sanctuaire du Vieil-Évreux se trouve dans la cité des Aulerques Eburovices, à quelques kilomètres du chef-lieu de cité Mediolanum Aulercorum (Évreux) (fig. 1). Elle se situe entre les vallées de l’Eure, de l’Iton et une vallée sèche, sur un plateau crayeux. Les occupations les plus anciennes repérées sur le site remontent aux alentours du changement d’ère et dès le ier siècle, la ville se structure sous la forme de quartiers orthonormés. Mais c’est au début du iiie siècle qu’elle atteint son apogée, s’étalant sur une surface de 250 hectares, et formant un vaste polygone dont le périmètre est déterminé par une bande D’habitations ceinturant les monuments publics (fig. 2).

3Les thermes, situés au sud-ouest de l’agglomération, sont édifiés au début du iie siècle, lors d’une phase de restructuration de la ville. L’édifice a connu des modifications tout au long de ce siècle et au cours du siècle suivant. Lorsque la ville périclite, au milieu du iiie siècle, il est abandonné et utilisé comme carrière de matériaux (Guyard, Bertaudière, 2006a).

  • 1 Hormis quelques lambeaux découverts en place à la base de certains murs. Ici, nous nous intéressons (...)

4Les enduits peints découverts dans les thermes sont presque tous fragmentaires1. La taille des fragments varie entre cinq et dix centimètres, en moyenne. Ils sont éparpillés dans des niveaux aux contextes variés, dont la datation s’étale de la première moitié du iie siècle jusqu’au ive siècle, en ce qui concerne les couches antiques en place. Les fragments prélevés hors contexte, ou découverts dans des niveaux postérieurs au ive siècle ap. J.-C., ont été volontairement écartés afin de concentrer l’étude sur l’édifice thermal en tant que tel.

Fig. 1. Le territoire des Aulerques Eburovices au Haut-Empire (L. Guyard, S. Bertaudière, 2010).

Fig. 2. La ville de Gisacum au iiie siècle ap. J.-C. (Guyard, Bertaudière, 2006b).

5L’enjeu est de retracer l’histoire des fragments et ce qu’ils peuvent apporter à la compréhension de l’édifice, notamment en ce qui concerne les différentes phases de chantier, de construction, de décoration et de démolition. Du fait de la diversité des contextes archéologiques et de la fragmentation des enduits peints, plusieurs approches peuvent être tentées pour étudier ce type de matériel.

6La réalisation d’un inventaire exhaustif dans une base de données, reprenant l’ensemble du matériel par unité stratigraphique ainsi que les contextes archéologiques, a constitué un outil référent pour l’étude. Il permet en effet de mettre rapidement en lien les fragments (nombre, description des surfaces et du support, éléments caractéristiques) avec le matériel associé découvert dans les différents niveaux, ainsi que de replacer l’ensemble dans son contexte chrono-stratigraphique, au fil du questionnement analytique.

7L’approche stratigraphique verticale et horizontale a pour intérêt d’essayer de comprendre l’origine et le trajet des fragments depuis leur position initiale sur un mur, parfois leur fonction dans un contexte particulier, tout en suivant l’évolution architecturale de l’édifice. Dans cette étude, les enduits peints sont donc abordés sous leur aspect matériel uniquement. L’étude des décors devra faire l’objet d’une synthèse ultérieure.

Le chantier de construction (phase I)

8Les travaux de construction débutent dans le premier quart du iie siècle ap. J.-C. par le décaissement d’un vallon afin d’y installer l’édifice, ex nihilo. La mise en place du chantier implique des aménagements préalables tels que la fabrication d’un aqueduc en bois, dont les piles ont été repérées lors des fouilles récentes, ainsi que la réalisation d’une voirie, à l’est des thermes, pour l’acheminement des matériaux. Associés aux activités du chantier, quelques trous de poteau ont été découverts dans ce premier état de voirie. Enfin, la fouille a mis en évidence de nombreux niveaux liés à cette mise en place du chantier.

9Aux alentours de 150 ap. J.-C., l’ensemble des salles qui forment le balnéaire, ainsi qu’une partie de la palestre qui le borde au nord, sont achevés (fin de la phase Ia, fig. 3). L’édifice se structure autour de deux axes de symétrie, axiale et longitudinale, selon un plan assez fréquent en Gaule à cette époque. Les pièces se succèdent, des vestiaires aux salles chaudes (H à E), en allant vers l’intérieur. Bien que ce programme architectural initial ne soit pas achevé, l’édifice est ouvert aux usagers.

  • 2 Les thermes de la ville du ier siècle n’ont pas été clairement identifiés. Un édifice correspondant (...)

10Peu avant cette mise en service, on constate un comblement rapide sur l’ensemble du site de toutes les structures liées au chantier, ce qui dénote un important apport extérieur de matériaux de récupération, parmi lesquels des enduits peints. On les retrouve dans des niveaux d’occupation liés à la construction, ainsi que dans le comblement de quelques trous de poteau de la voirie et d’une des piles de l’aqueduc (fig. 3). La présence de fragments dans ces niveaux indique qu’il s’agit de peintures provenant d’un autre bâtiment, peut-être en cours de réfection ou de démolition à la même période. Le matériel associé (notamment des fragments de tubuli) suggère un édifice thermal, public2 ou privé.

11Bien qu’étalés dans plusieurs niveaux, quelques-uns parmi ces fragments possèdent un support identique : ils ont donc dû être acheminés ensemble puis dispersés au fil des besoins du chantier.

12Peu de temps après, entre 180 et 200 ap. J.-C., la construction, au sud du balnéaire, d’une cour de service, de latrines la clôturant sur sa longueur sud et du portique nord de la palestre achève le programme architectural (fin de la phase Ib). Parallèlement, un nouvel aqueduc en pierre est construit à quelques mètres au sud de l’édifice, remplaçant ainsi le précédant.

13Plusieurs enduits peints ont été découverts dans les niveaux datés de cette période, dans des remblais, des niveaux d’occupation ou en comblement (aménagements devenus obsolètes à la fin du chantier). Comme vu précédemment, ces fragments sont présents sur le site en remploi et ont dû être transportés d’un chantier à l’autre. D’autre part, il est intéressant de noter que de nombreux déchets de taille et fragments de dallage en marbre leur sont associés.

14Du fait de cette construction en deux temps (phases Ia et Ib), la question du début du chantier de décoration est délicate. Il est difficile de concevoir que l’édifice ait été mis en service avant que les pièces thermales ne soient enduites, tant pour l’aspect visuel que pour la protection des murs. Or, l’étude des mortiers a montré que « la mise en œuvre des mortiers d’enduits peints intervient lorsque les thermes sont intégralement construits » (Coutelas, 2003, p. 11), c’est-à-dire à la fin du iie siècle. Autrement dit, il s’écoule plus d’une trentaine d’années pendant lesquelles la décoration reste un point d’interrogation. Cette question fera l’objet de recherches complémentaires par la suite.

15Enfin, au cours de l’utilisation des thermes, entre le milieu et la fin du iie siècle, on observe de fréquents apports de matériaux en remploi sur le site. C’est par exemple le cas dans l’angle sud-ouest de la palestre où de nombreux enduits peints, parmi d’autres débris de démolition (fragments de brique, tuile, dallage et mortier), ont été découverts dans des niveaux d’occupation (fig. 4). Il semble que cet espace de terre battue, soumis à l’usure extérieure, ait nécessité plusieurs réaménagements de sols, peut-être à cause d’un passage plus fréquent. Par ailleurs, il est intéressant de noter que plusieurs de ces enduits peints, bien que se trouvant dans des niveaux différents, ont un support identique.

Fig. 3. Les enduits peints localisés dans les structures et les niveaux associés à la première phase du chantier de construction (première moitié du iie siècle) (L. Bonelli, 2010, Made).

Les premieres modifications au iiie siècle (phase II)

16Au début du iiie siècle, l’édifice est agrandi par l’adjonction de deux vestiaires circulaires (J) de part et d’autre du bloc thermal. Cela induit un changement dans l’agencement des pièces de l’édifice : les anciens vestiaires (H) sont transformés en couloir (H2) sur la moitié extérieure et en salle froide (H1) avec piscines (O) pour la seconde moitié. Les anciennes salles froides (G) deviennent des salles chaudes grâce à l’ajout de nouveaux foyers dans la cour de service et par la réfection des sols pour y ajouter la structure de l’hypocauste (fig. 5).

17Ces remaniements donnent lieu à la construction de nouveaux murs et au percement de plusieurs ouvertures dans des murs existants, rompant l’unité de certains décors. Suite à ce chantier de construction, générant de nombreux déchets de démolition, c’est un nouveau chantier de décoration qui se met en place à cette période. C’est notamment à partir de ce moment que l’on peut s’attendre à découvrir, en remploi sur le site, des fragments d’enduits peints appartenant aux décors de l’édifice. On peut d’ailleurs vraisemblablement penser que les gravats engendrés par ces travaux comblent les besoins en apports de matériaux extérieurs qui ont pu être observés jusque-là.

Fig. 4. Les enduits peints localisés dans les niveaux datés de la seconde phase de chantier et de l’occupation qui suit (milieu et fin du iie siècle) (L. Bonelli, 2010, Made).

La gestion des déchets sur le chantier

18On retrouve des enduits peints dans plusieurs types de contextes. De nombreux fragments ont été découverts dans l’angle sud-ouest de la palestre, sur les niveaux d’occupation qui avait été stabilisés à plusieurs reprises à la période précédente. Il est probable que leur fonction soit similaire puisqu’on les retrouve également dans des niveaux d’occupation. De plus, ce secteur des thermes est immédiatement touché par les agrandissements du bloc thermal. On se trouve en effet à quelques mètres des anciens vestiaires (fig. 5).

19Les enduits peints présents dans ce secteur correspondent vraisemblablement à l’étalement des déchets qui peuvent provenir de la démolition, soit des murs nord et sud des anciens vestiaires ouest, soit du percement de la base des murs (au moins) de l’ancienne salle froide pour la création de l’hypocauste.

Fig. 5. Les enduits peints localisés dans les niveaux associés aux premiers travaux d’agrandissement (premier quart du iiie siècle) (L. Bonelli, 2010, Made).

20À l’est, dans la palestre et à l’extérieur du portique, on observe le même phénomène d’étalement des matériaux de démolition que dans la partie ouest, parmi lesquels se trouvent des fragments de peinture. La proportion et la répartition des types de matériau dans chacun des niveaux semblent indiquer des dépôts successifs, tantôt de fragments de roches décoratives et tantôt d’enduits peints. Ces derniers sont nombreux (un des niveaux en a révélé environ 300, dont 85 % sont inférieurs à 3 cm) et forment quelques ensembles homogènes (quelques supports identifiés). Certaines couches présentent également de nombreux déchets de taille de marbre, probablement liés à la mise en place des nouveaux revêtements (peut-être dans les piscines froides ?). Bien que ce secteur n’ait pas fait l’objet de travaux pendant cette période, la proximité immédiate de la voirie explique en partie la présence de ces matériaux. On retrouve en effet des enduits peints dans des niveaux de construction liés à la réfection de la voirie (fig. 5).

Le phénomène de récupération des enduits peints

21Certains fragments ont été découverts en contexte de récupération dans des niveaux de travail ou liés à la construction des nouveaux aménagements. C’est notamment le cas pour la tranchée de fondation de la canalisation d’évacuation d’eau du nouveau bassin froid nord (O2’), dans la partie ouest de l’édifice. Certains de ces fragments sont identiques à d’autres découverts dans les niveaux d’occupation et/ou de travail de la palestre. Quelques fragments ont aussi été réutilisés dans la fabrication du sol en béton du bassin sud (O1’). Par ailleurs, les découvertes de l’angle sud-ouest de la palestre indiquent que ce secteur a dû servir de zone de travail : au moins deux aires de gâchage ont été mises en évidence, une fosse et un petit secteur lié au travail de la chaux (présence de nombreuses scories vitrifiées) (fig. 5). Un fragment d’une vingtaine de centimètres de diamètre était encore pris dans le mortier d’une des aires de gâchage, indiquant peut-être une volonté de remployer les enduits pour la fabrication des nouveaux murs. Ce fragment présente un support identique à de nombreux fragments découverts à proximité, dans un niveau de démolition daté de cette période et contenant essentiellement des enduits peints.

22À la fin des travaux, la fosse est comblée en partie avec des déchets de démolition, parmi lesquels quelques fragments de peinture. De plus, on retrouve dans ce secteur des remblais formés d’éléments de démolition (enduits peints, mortier) et de matériaux liés à la construction (chaux). Ces derniers ont constitué un nouvel état de sol pendant l’occupation suivante.

23Dans les niveaux datés de cette période, on retrouve aussi des enduits peints dans le comblement de la tranchée de fondation du mur du nouveau vestiaire circulaire est (J). Le cas de ces fragments est intéressant. Dans la mesure où le percement de la porte d’accès de cette salle au balnéaire a dû engendrer des débris, il est logique de penser que ces enduits peints en sont une partie. Il s’agirait alors de fragments de décors de l’ancien vestiaire (H). Or, ces enduits peints sont identiques (surface et support) à d’autres découverts dans le comblement d’une structure liée à la période de travaux précédente, scellée au plus tard à l’achèvement du programme architectural initial. Autrement dit, ils sont antérieurs aux modifications du iiie siècle et n’appartiennent probablement pas à un décor des thermes. Leur présence ne peut s’expliquer que par le remaniement de niveaux antérieurs lors des travaux de fondation de la salle circulaire.

La question des décors

24Les réaménagements et agrandissements effectués dans le bloc thermal amènent un certain nombre de questions en ce qui concerne les décors. Le statut et la fonction de certaines pièces changent. Les ouvertures réalisées dans les murs extérieurs des portiques est et ouest ainsi que dans le mur extérieur des anciens vestiaires, ont dû provoquer une rupture dans le décor, sans toutefois nécessiter une réfection totale, a priori. En revanche, la partition des vestiaires en couloir et salle froide par la construction d’un mur a probablement généré une réfection totale des décors, à moins que ceux-ci n’aient été simplement prolongés sur les nouvelles surfaces. Une synthèse sur les décors permettra sans doute de répondre à certaines de ces questions. Cette période de travaux marque en tout cas une étape dans l’évolution de la décoration des thermes.

La seconde phase de modification des thermes (phase iii)

25À partir du second quart du iiie siècle, de nouveaux travaux d’agrandissement des thermes sont engagés, sans en modifier l’agencement. Plusieurs salles annexes, dont la fonction n’est pas définie, sont construites contre les murs d’enceinte est et ouest, à l’extérieur de l’édifice, ainsi qu’à l’intérieur de la palestre (S à W) (fig. 6). Pourtant, c’est au cours de cette dernière phase de transformation, vers le milieu du iiie siècle, alors qu’il est encore en chantier, que l’édifice est abandonné en même temps que le reste de l’agglomération. Dans l’état actuel des connaissances, il semble qu’aucune de ces pièces annexes n’ait été achevée. Elles n’ont donc probablement pas été décorées. Toutefois, si les accès ont été réalisés avant l’abandon des travaux, il est possible de retrouver des fragments de décors dans des niveaux liés à cette phase de travaux, pouvant provenir des portiques et des couloirs d’accès (C) (fig. 6). On retrouve d’ailleurs des enduits peints dans ces contextes à plusieurs endroits sur le site.

Assises de travail et aire de stockage ?

26Des niveaux de remblais successifs, piétinés pour certains, ont été découverts entre le portique est et la voirie. Cette dernière a été déplacée de plusieurs mètres vers l’est à l’occasion de la création des salles annexes (fig. 6). Ces remblais contenaient des éléments de démolition en grande quantité. Il est possible qu’ils aient brièvement servi de sols pendant les travaux, peut-être en vue de faciliter le passage. Les enduits peints présents dans ces niveaux forment un ensemble assez conséquent (plus de 700 fragments) mais sont, pour la moitié, inférieurs à 3 cm. Il pourrait s’agir de gravats issus du percement d’une porte d’accès entre une des annexes et le portique. Toutefois, la présence de nombreux éléments de chauffage dans ces niveaux (briques striées, tubuli, séparateurs) oriente leur provenance vers le bloc thermal. De plus, des fragments de mortier de même type que celui utilisé dans la première phase de construction des thermes (phase Ia) y étaient associés.

Fig. 6. Les enduits peints localisés dans les niveaux liés aux seconds travaux d’agrandissement (second quart du iiie siècle) (L. Bonelli, 2010, Made).

27Puisque l’on se situe quelques dizaines d’années après la fin du dernier chantier d’envergure, il est possible d’envisager que ces déchets ont été stockés un temps, probablement sur le site même, ou à proximité. Peut-être existait-il une aire de stockage rassemblant le surplus de matériaux engendrés lors des précédents travaux et ceux issus de réfections ponctuelles, en attente de réutilisations ?

La gestion des matériaux pendant la seconde phase de travaux

28Dans les niveaux d’occupation situés à l’angle sud-ouest de la palestre, on constate le même phénomène que celui observé dans les niveaux antérieurs (fig. 6) : ils contiennent des éléments de démolition, principalement des tuiles et des enduits peints. Quelques-uns alternent avec des remblais de démolition contenant le même type de matériel. La présence de ces fragments à cet endroit évoque des réfections de sol, par exemple afin d’en améliorer la stabilité. Ces éléments peuvent avoir diverses provenances. La création de la salle annexe T, à l’ouest, a par exemple provoqué le percement d’une ouverture dans le mur extérieur du portique (mur d’enceinte). Par ailleurs, toujours selon l’hypothèse de l’existence d’une aire de stockage sur le site, il peut également s’agir de fragments de décors cassés lors d’une réfection ponctuelle ou d’une précédente phase de travaux.

29Dans le même secteur, un niveau de sol a été découvert, formé de déchets de démolition (enduits peints, mortier, tuiles, séparateurs, fragment de pilette) et de construction (déchets de taille de marbre et d’opus sectile, chaux). Ces derniers indices laissent penser qu’il peut s’agir de déchets liés à la construction des salles annexes (bien qu’ils évoquent une phase avancée dans les travaux). Mais l’association de ce mobilier avec des matériaux de démolition ramène à une hypothèse de déstockage localisé et de réfection des sols extérieurs de la palestre. De plus, la présence dans ce niveau de séparateurs et d’un fragment de pilette d’hypocauste confirme l’appartenance de ces éléments à une pièce chauffée du bloc thermal. Dans l’état actuel des connaissances, aucune salle chauffée n’a fait l’objet de modifications. Ces éléments ramènent donc aux grands travaux de la période précédente et posent la question d’une possible réfection supplémentaire au sein du balnéaire, avant le milieu du iiie siècle.

30Dans un contexte différent, quelques enduits peints ont été retrouvés dans le comblement de trois trous de poteau situés dans le couloir d’accès ouest (C’), datant de la fin de cette phase de travaux, précédant l’abandon du monument. À cet endroit, la création de la pièce annexe (S’) attenante au mur d’enceinte a dû nécessiter le percement d’un accès dans le mur extérieur du couloir (fig. 6). Il serait logique que les débris engendrés par cette ouverture aient servi à combler en partie les structures liées au chantier. La présence de fragments de mortier de la phase Ib dans ces couches, c’est-à-dire la phase de construction de la cour de service et des couloirs d’accès (Coutelas, 2003, p. 11), confirme cette supposition. Les fragments découverts sont donc vraisemblablement ceux qui décoraient la face interne du mur du couloir ouest. Par ailleurs, deux autres niveaux, situés à proximité, ont révélé des enduits peints proches (comparaison à approfondir) de ceux qui comblaient les trous de poteau.

31Enfin, quelques fragments d’enduits peints ont été découverts dans la fondation d’un mur de l’annexe attenante au portique ouest (V) (fig. 6). La comparaison macroscopique a permis de les rapprocher de fragments situés dans les niveaux sous-jacents (supports identiques). Ces derniers sont associés à la fin des travaux de l’achèvement du programme architectural initial. Ces fragments, probablement issus de décors d’une des pièces du balnéaire et étalés dans la palestre, ont dû être mélangés lors du décaissement réalisé pour monter la fondation de la pièce annexe.

Le mur de refend du portique ouest

32Au cours de cette phase de travaux, l’espace dans les portiques est et ouest se voit scindé en deux par la construction d’un mur de refend, dont la fonction n’est pas définie (fig. 6). Le cas de ce mur, à l’ouest, est particulier. Une partie de la peinture qui le décorait a été découverte lors des fouilles récentes, effondrée en accordéon à la base du mur. Bien que cette peinture ne suffise pas à évoquer la mise en place d’un chantier de décoration d’envergure, elle atteste tout de même la présence d’artisans peintres sur le chantier au moment de la construction des salles annexes. Par ailleurs, la présence de traces d’usure et de graffiti sur ces enduits peints indique que la décoration de ce mur est intervenue assez tôt lors de cette phase de travaux.

Le chantier de récupération des matériaux (phase IV)

33L’édifice connaît une démolition rapide dans le quart de siècle qui suit son abandon, au milieu du iiie siècle, avec une récupération organisée et quasi systématique des matériaux. Les niveaux associés à cette phase sont présents sur toute la surface de l’édifice et sont directement liés aux activités de dépeçage. Ceux comportant des enduits peints sont principalement des niveaux d’occupation mêlés à des remblais de démolition, et quelques structures en creux. La répartition des fragments est différente de celle observée pour les périodes précédentes, où ils étaient dispersés en fonction des besoins dans le temps. Ici, ils sont généralement regroupés en lots homogènes et sont probablement restés proches de leur emplacement d’origine.

34Dans la partie ouest des latrines, la fouille partielle des niveaux de démolition a livré une importante quantité d’enduits peints (l’équivalent d’1 m ² environ) (fig. 7). Sur la totalité des fragments, un support unique a été identifié et s’est révélé identique à celui des enduits peints prélevés dans les niveaux supérieurs, liés à l’effondrement des parois après la fin du chantier de récupération. De plus, associé aux enduits peints, le mortier de la phase Ib a été identifié dans ces couches. Ces fragments correspondent sans doute aux parties des peintures abîmées au cours de la récupération des bancs des latrines.

Fig. 7. Les enduits peints localisés dans les niveaux datés de la période de récupération des matériaux (milieu et troisième quart du iiie siècle) (L. Bonelli, 2010, Made).

35Dans le couloir d’accès est (C), de nombreux enduits peints ont été découverts, étalés sur une dizaine de niveaux liés à la récupération des matériaux (fig. 7) ; parmi ceux-ci deux ensembles au décor similaire se distinguent. De gros fragments de mortier de la phase Ib (phase de construction du couloir) étaient également présents dans ces niveaux. Cela indique une appartenance probable des fragments au décor de cette partie de l’édifice.

36Les activités de récupération dans le balnéaire ont été surtout perceptibles dans la salle tiède occidentale (F’) (fig. 7). Dégagée en partie lors des fouilles récentes, elle a fait l’objet d’un sondage profond jusqu’au sol de l’hypocauste et toute la stratigraphie de la démolition a pu être observée. La densité d’enduits peints recueillie dans ce petit sondage (1 m x 1,40 m, pour une superficie totale de 68 m2 pour la pièce) laisse penser qu’une grande partie, voire la totalité du décor fragmenté est encore en place dans les niveaux archéologiques.

37Les niveaux concernés recoupent les dernières couches d’occupation de l’édifice en fonctionnement. Les travaux de récupération sont intervenus très rapidement après l’abandon. L’enchevêtrement des couches témoigne de l’activité de dépeçage : les débris engendrés ont été déplacés, piétinés, « secoués » de manière générale, au fil des besoins et des zones de passage, mais toujours au sein de la salle : en effet, les niveaux de démolition primaire et secondaire (c’est-à-dire déplacés, considérés comme des remblais de démolition) alternent avec des niveaux d’occupation, et l’ensemble des fragments de peinture (environ 550) présente un seul et même support. Ce dernier a livré quelques fragments-clés permettant de comprendre une petite partie du décor de la salle tiède.

38Dans la palestre, on retrouve des enduits peints dans différents contextes. Une fosse-dépotoir datée de cette période a été comblée en partie avec des éléments de démolition, dont des enduits peints. Ces fragments sont hétéroclites et les niveaux de comblement hétérogènes. La provenance des enduits peints est donc indéfinie. On constate également la présence de plusieurs remblais, dont certains ont servi de sols, probablement formés par la fréquentation du chantier de récupération. Les fragments découverts dans ces niveaux sont vraisemblablement issus du démontage des murs des portiques et du bloc thermal. Les décors présents sont en tout cas ceux du dernier état du monument.

Le cas des portiques

39De manière générale, bien qu’ils aient été enduits et peints, les portiques de la palestre ont livré très peu d’enduits peints. Le portique ouest a été fouillé aux deux-tiers de sa surface totale et moins d’une centaine de petits fragments y a été prélevée. Certains mesurent moins d’1 cm. À cet endroit, les premiers niveaux de démolition, la plupart contenant des enduits peints, sont posés sur le sol en béton et scellés par la démolition des toitures. En proportion de ce qui aurait dû être trouvé, ces enduits peints sont de petite taille et peuvent être qualifiés de résiduels. Il faut donc envisager que les peintures ont fait l’objet de récupérations avant la réfection inachevée du milieu du iiie siècle, pour laquelle les deux ateliers de sciage découverts dans la partie ouest montrent qu’un programme décoratif lapidaire important était engagé, incluant peut-être les portiques. On observe le même phénomène dans le portique est.

40D’autre part, le cas d’un petit lot d’enduits peints découverts dans un niveau de sol nappant la tranchée de récupération du mur du portique ouest est intéressant. Localisés à cet endroit, ils pourraient appartenir au mur détruit. Or, le support et la présence d’une sous-couche rose pâle sous la couche picturale des enduits attestent sans équivoque leur appartenance au décor du mur de refend du portique, construit lors de la dernière phase d’agrandissement (phase III). Cela indique également que le mur du portique a été démoli avant le mur de refend, et que les fragments ont été déplacés sur plusieurs mètres au cours des activités de récupération.

La démolition de l’édifice (phase V)

41La démolition lente intervient à partir de la fin du iiie et au ive siècles. Au cours de ces périodes ont lieu de probables réoccupations, avant le remblaiement du site en vue d’une remise en culture du terrain. La plupart du temps, les niveaux précédents ont été scellés par de fines couches d’occupation liées à la récupération des matériaux. La répartition des enduits peints est donc encore plus homogène et les niveaux de démolition sont en contextes primaires, formés par le temps. On les retrouve à divers endroits sur le site (fig. 8).

42La démolition des portiques est représentée à l’ouest par une multitude de très petits fragments d’enduits peints, prélevés sur une succession de niveaux de démolition. Ces découvertes ne contredisent pas l’hypothèse de la récupération des peintures à cet endroit. À l’est, un lot un peu plus important d’enduits peints a été découvert, étalé en partie dans le portique et en partie dans la palestre, sur plusieurs niveaux. Les supports et les surfaces sont identiques, et il s’agit peut-être de fragments de décor du portique, sans certitude.

43Les cas les plus éloquents d’ensembles de peintures fragmentaires datant de cette phase de démolition concernent les latrines et le bassin froid nord-ouest.

44Dans les latrines, principalement à l’extrémité ouest, les couches de démolition étaient parfois exclusivement formées d’enduits peints, associés à du mortier pulvérulent de la phase Ib, autrement dit celui de la construction du mur des latrines au milieu du iie siècle. L’ensemble des fragments prélevés équivaut à environ 1,25 m2 de surface, pour une longueur fouillée d’environ 5 m.

45Un très grand nombre d’enduits peints ont également été découverts dans les niveaux de démolition qui comblaient le bassin nord (O2’) de la salle froide ouest. L’homogénéité des décors et l’unité du support attestent l’appartenance de ces fragments aux décors de la pièce.

46Ces deux ensembles forment des cas d’étude intéressants en ce qui concerne les décors.

Conclusion

47Nous avons vu qu’à partir de l’étude stratigraphique des enduits peints fragmentaires, il a été possible de retracer l’évolution architecturale de l’édifice. Elle a également permis d’esquisser une partie du fonctionnement des chantiers de construction et de démolition du monument, ainsi que la gestion des matériaux sur le site, au travers de la découverte des fragments et de leurs réutilisations.

Fig. 8. Les enduits peints localisés dans les niveaux de démolition de l’édifice (fin du iiie et ive siècle) (L. Bonelli, 2010, Made).

48D’autre part, dans ces contextes souvent éparpillés et éloignés de leur mur d’origine, les enduits peints sont rarement significatifs pour leur décor. Dans ce sens, les données acquises au cours de cette étude ont dégagé des points essentiels pour la compréhension de la décoration des thermes et de son évolution. Elle a par exemple permis de reconstituer des ensembles de fragments dispersés et de les rapprocher, soit par comparaison, soit par chronostratigraphie.

49À partir de là, cette étude pourra être complétée par les données issues des études sur le mortier, sur l’architecture d’applique et sur le métal, déjà réalisées sur les thermes. Les décors, dont l’intérêt a été entrevu au cours de la recherche, pourront donner lieu à une étude, ainsi que les graffiti, présents sur de nombreux fragments.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bonelli L., 2008, Inventaire et étude des enduits peints fragmentaires des thermes du Vieil-Évreux (Eure), Mémoire de Master 1, Vol. 1 et 2, 235 p.

Coutelas A., 2003, Les mortiers de maçonnerie des thermes gallo-romains du Vieil-Évreux, Mission archéologique départementale de l’Eure.

Guyard L., Bertaudière S., 2000, Le Vieil-Évreux (Eure) : Les Terres noires, Thermes gallo-romains (27 684-001. AH), D.F.S. de fouille archéologique (1996-1998), 232 p.

Guyard L., Bertaudière S., 2006a, Le Vieil-Évreux (Eure) : Les Terres noires, ‘Thermes gallo-romains’ - Fouilles 2000-2001, D.F.S., Dép. de l’Eure, Évreux, 131 p.

Guyard L., Bertaudière S., 2006b, Gisacum, ville sanctuaire gallo-romaine, Catalogue de l’exposition permanente du centre d’interprétation archéologique du site gallo-romain de Gisacum (Vieil-Évreux), Dép. de l’Eure, 59 p.

Notes

1 Hormis quelques lambeaux découverts en place à la base de certains murs. Ici, nous nous intéressons uniquement aux enduits peints fragmentaires.

2 Les thermes de la ville du ier siècle n’ont pas été clairement identifiés. Un édifice correspondant a cependant été repéré sur une prospection géophysique en 2007, à moins d’une centaine de mètres des thermes du iie siècle (information L. Guyard).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le territoire des Aulerques Eburovices au Haut-Empire (L. Guyard, S. Bertaudière, 2010).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7596/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 2. La ville de Gisacum au iiie siècle ap. J.-C. (Guyard, Bertaudière, 2006b).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7596/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 3. Les enduits peints localisés dans les structures et les niveaux associés à la première phase du chantier de construction (première moitié du iie siècle) (L. Bonelli, 2010, Made).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7596/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 4. Les enduits peints localisés dans les niveaux datés de la seconde phase de chantier et de l’occupation qui suit (milieu et fin du iie siècle) (L. Bonelli, 2010, Made).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7596/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 5. Les enduits peints localisés dans les niveaux associés aux premiers travaux d’agrandissement (premier quart du iiie siècle) (L. Bonelli, 2010, Made).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7596/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 6. Les enduits peints localisés dans les niveaux liés aux seconds travaux d’agrandissement (second quart du iiie siècle) (L. Bonelli, 2010, Made).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7596/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 7. Les enduits peints localisés dans les niveaux datés de la période de récupération des matériaux (milieu et troisième quart du iiie siècle) (L. Bonelli, 2010, Made).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7596/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 8. Les enduits peints localisés dans les niveaux de démolition de l’édifice (fin du iiie et ive siècle) (L. Bonelli, 2010, Made).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/7596/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 322k

Auteur

laetitia.bonelli@inrap.fr.

© ARTEHIS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search