Version classiqueVersion mobile

L’Âge du Bronze en Bourgogne. Le dépôt de Blanot (Côte-d’Or)

 | 
Jean-Paul Thevenot

Première partie. Étude archéologique

Chapitre II. Description morphologique des objets et observations techniques

Texte intégral

1Les éléments de parure et la vaisselle de bronze, les deux catégories principales d’objets qui constituent le dépôt de Blanot, couvrent un éventail typologique plus développé qu’on ne le trouve d’habitude dans ce genre de gisement ; il va en effet de la simple perle tunnellée en tôle de bronze à la coupe carénée, en bronze martelé, garnie de perlures et de bossettes. La fabrication des documents de métal qu’il contient atteste, pour la mise en forme, l’assemblage et la décoration, l’emploi de techniques extrêmement variées comme le martelage à la rétreinte ou la coulée à la cire perdue, l’estampage ou la gravure. Les parures à support de cuir, ne serait-ce que les colliers à perles d’or, apportent un rare complément à cet ensemble métallique déjà remarquable.

LES FIASQUES

2Les fiasques ou flacons, au nombre de onze, sont toutes du même modèle. Il s’agit de petits vases à large corps biconique, col étroit faiblement tronconique et rebord évasé. Ils sont construits en trois parties (fig. 9, no 6, a, b, c). Celle du bas a la forme d’une coupelle conique plus au moins haute, de profil légèrement bombé ; elle est sertie, sous un étroit rabat périphérique, à la base de la pièce intermédiaire qui en rappelle la silhouette ; cette pièce médiane constitue un épaulement tronconique, orné de lignes alternées de points et de bossettes, qui se prolonge vers le haut pour former la moitié inférieure du goulot ; la moitié supérieure de celui-ci, munie à sa base d’une gorge circulaire, s’emboîte à force dans le manchon inférieur qui la bloque par une cannelure ajustée (fig. 3 et 4).

3La coupelle conique a été mise en forme par emboutissage puis achevée probablement à la rétreinte ; la tôle est souvent un peu plus épaisse à la base du cône qu’à son sommet ; la pointe de la coupelle est traversée, sur quelques exemplaires, de fissures dues à un écrouissage poussé du métal. La surface intérieure des coupelles des fiasques à panse basse apparaît soigneusement planée (fig. 9) ; mais celle des fiasques à panse haute est marquée de stries oblongues issues d’un travail vigoureux à la panne du marteau (fig. 10) ; ces marques s’ordonnent à partir du sommet du cône en un mouvement d’allure spiralée (fig. 5).

Fig. 3. — Fiasque à corps biconique. Mode d’emboîtage et de fixation de la partie supérieure du col à sa base attenante à l’épaulement décoré. Les deux parties sont serties par une gorge à profil en V, réalisée probablement sur un mandrin rainé métallique.

Fig. 4. — Fiasque à corps biconique. Le sertissage des deux parties du col, lorsqu’il est intact, apparaît très serré, presque hermétique. La ligne incisée qui suit l’arête supérieure de la gorge, correspond soit à une ligne-repère, soit au travail de rectification du rebord extérieur.

Fig. 5. — Fiasque à corps biconique. Intérieur d’une coupelle conique zébrée de stries dues au travail de martelage ; les coupelles des fiasques à panse haute portent toutes les marques de ce travail (fig. 10, nos 1 à 6).

Fig. 6. — Fiasque à corps biconique. Aspect de la paroi externe de la coupelle ombiliquée de la fiasque 2 (fig. 9, no 2). Les coupelles portent les fines stries d’un polissage au grès effectué, en partie au moins, postérieurement à leur sertissage dans les épaulements décorés.

4On constate sur tous les exemplaires que la surface externe des coupelles a été poncée avec soin après leur fixation à l’épaulement ; les fines rayures du polissage affectent toute leur paroi visible sauf sa bordure qui a gardé, sous la protection du rabat, l’aspect battu du travail au marteau (fig. 6). Cette opération a eu pour but d’effacer les traces du martelage, mais aussi de régulariser la largeur du rabat ; l’insistance apportée à ce travail a d’ailleurs engendré, par places, un léger surcreusement de la paroi au contact du méplat. Les lèvres des coupelles sont dans tous les cas très soigneusement redressées et chanfreinées par un grésage en biais.

5Les épaulements ont été façonnés dans des tôles le plus souvent très amincies. Le dégagement du col a créé une ligne de faiblesse à la pliure de sorte que plusieurs embases se sont brisées à cet endroit. Le bord inférieur des épaulements a été coudé sur une forme métallique avant d’être rabattu sur le bord des coupelles. Le décor a été réalisé au repoussé. Les points ont été emboutis sur bois dur ; les bossettes des fiasques 1 et 2, qui sont petites et peu dégagées de la paroi, procèdent de la même technique (fig. 7 et fig. 9, nos 1 et 2). Les bossettes bien formées des autres fiasques ont été estampées à la bouterolle sur un tas métallique doté de cupules tel que le dé à emboutir du dépôt franc-comtois de Larnaud (Coutil 1914, pl. III, no 33) ; la trace de l’arête périphérique les limite extérieurement avec la plus grande netteté ; des ratés de frappe ont ovalisé quelques-unes d’entre elles (fig. 8).

6La partie supérieure des cols présente un rebord plat, évasé à 30° environ, de largeur plus ou moins régulière et toujours soigneusement poli. A la gorge dont sont dotées les parties supérieures des goulots correspond intérieurement une arête assez vive produite par un emboutissage sur un mandrin rainé ; cette gorge est surmontée d’une ligne tracée, soit à titre de repère pour le montage, soit plus probablement, par le travail d’assemblage des deux parties du goulot (fig. 4).

7Bien que certaines fiasques notamment les plus grandes aient été souvent très fragmentées, le remontage ou le rapprochement de leurs éléments n’a pas présenté de réelle difficulté. Les traces des emboîtements, l’aspect des concrétions superficielles et les particularités morphologiques ont apporté en effet les indications nécessaires à leur restitution.

Fiasque 1 (fig. 9, no 1)

8Les composants de ce vase assez lourd n’ont pas été désolidarisés. Le fond conique, à surface interne très lisse, est en tôle épaisse ; sa pointe est nettement décentrée. Le rabat de l’épaulement s’applique à la coupelle de façon bien jointive. L’épaulement est orné de trois lignes circulaires de points encadrant deux lignes de bossettes, emboutis les uns et les autres sur un support en bois ; les bossettes de très petit diamètre (2,5 mm) se rattachent à la paroi suivant une courbe régulière. Ce décor se surimpose à un ancien décor de bossettes de plus grand diamètre qui ont été écrasées au marteau ; les quatre cicatrices ovalaires de 10 mm sur 13 mm qu’elles ont laissées s’alignent en arc de cercle (fig. 7). Elles montrent que l’épaulement a été fabriqué dans une tôle de récupération primitivement décorée, reprise au marteau et poncée avant d’être à nouveau mise en forme. La grosseur des traces pourrait faire penser à un récipient décoré de grand diamètre, éventuellement du genre seau ou situle. La liaison des deux parties du col s’effectue à mi-hauteur. Le goulot légèrement tronconique (diamètre à la base 3,8 cm et au sommet 4,25 cm) se raccorde à un rebord oblique de 6 à 7 mm de largeur.

9H. totale 7,72 cm ; diam. à la carène 9,04 cm ; H. du corps 4,8 cm ; diam. à l’ouverture 5,4 cm. Poids 91,99 g.

Fiasque 2 (fig. 9, no 2)

10Elle est pratiquement complète. La coupelle de base, assez épaisse et de ce fait intacte, présente une surface interne très lisse. Elle porte en bout un petit ombilic de 7 mm de diamètre réalisé par refoulement de la pointe sur l’extrémité d’un instrument tubulaire (fig. 6) ; le bord de ce support particulier a créé en effet autour de la bossette intérieure un très net méplat circulaire. L’épaulement a gardé le tiers de son rabat ; le décor se développe en trois lignes de points fins et serrés (8 au cm) et deux lignes de petites bossettes peu dégagées de 2,5 mm de diamètre repoussées sur tas en bois. Le goulot est presque cylindrique (diamètre à la base 3,75 cm et au sommet 3,85 cm) ; le rebord a une largeur constante de 6 mm.

11H. totale 8,1 cm ; diam. à la carène 8,9 cm ; H. du corps 4,8 cm ; diam. à l’ouverture 5,1 cm.

Fiasque 3 (fig. 9, no 3)

12La coupelle de base et l’épaulement sont encore solidaires. La coupelle conique, en tôle très mince, est privée de sa pointe ; sa surface interne est lisse de martelage. L’épaulement retient la coupelle sous un rabat extrêmement régulier. Le décor, lui-même très soigné, s’organise en une portée de trois lignes de points serrés (6 au cm) et deux lignes de bossettes bien détachées, de 4,5 mm de diamètre, embouties sur un tas cupulaire métallique. Le raccord des deux parties du col, très faiblement conique (diamètre à la base 3,5 cm et au sommet 3,7 cm), s’effectue à mi-hauteur. Le rebord a une largeur régulière de 6 mm.

13H. totale 7,8 cm ; diam. à la carène 9,5 cm ; H. du corps 5 cm ; diam. à l’ouverture 4,7 cm. Poids 56,24 g.

Fiasque 4 (fig. 9, no 4)

14La coupelle conique, à la surface interne bien planée, a été fabriquée dans une tôle de récupération précédemment décorée ; deux traces arrondies de bossettes écrasées se distinguent encore malgré le martelage et le polissage appuyé dont la surface extérieure a été l’objet. L’épaulement a également été fabriqué dans une tôle récupérée qui porte les marques ovalaires, mesurant 8,5 mm sur 7,5 mm, de six bossettes martelées ; les trois quarts du rabat de sertissage du fond cupulaire ont disparu. Le décor comprend trois lignes de points bien nets (6 au cm) et deux lignes de grosses bossettes de 6,5 mm de diamètre, dont certaines ont leur bord partiellement écrasé par une reprise ou un raté de frappe. Le goulot est cylindrique (diamètre 3,9 cm). La largeur du rebord varie de 5 à 7 mm.

Fig. 7. — Fiasque à corps biconique. Bossettes et perlures à bords adoucis, embouties sur tas en bois (fig. 9, no 1) ; l’épaulement de cette fiasque, comme celui de la fiasque 4 (fig. 9, no 4), est fabriqué dans une tôle de récupération qui porte les marques de bossettes antérieures écrasées au marteau.

Fig. 8. — Fiasque à corps biconique. Bossettes embouties sur tas métallique (fig. 9, no 3). Elles sont semi-sphériques, bien dégagées et très régulières ; quelques-unes cependant ont été tréflées à la frappe.

15H. totale 7,9 cm ; diam. à la carène 8,8 cm ; H. du corps 4,6 cm ; diam. à l’ouverture 5,1 cm.

Fig. 9. — Fiasques 1 à 5, variante à panse basse. Ces récipients correspondent à une ou peut-être à deux séries de fabrication si l’on considère qu’ils ont été façonnés dans des tôles de récupération et qu’il y a deux sortes de décor, l’un exécuté sur tas en bois (nos 1 et 2), l’autre sur tas de métal (nos 3 à 5). No 6, schéma de montage : a, partie supérieure du col ; b, épaulement décoré portant la partie inférieure du col ; c, coupelle de base.

Fiasque 5 (fig. 9, no 5)

16La coupelle de base, à la surface interne très lisse, a été elle aussi emboutie dans une tôle de récupération comme en témoignent les traces arrondies de deux bossettes écrasées qui ont résisté au polissage. L’épaulement a presque totalement perdu sa bordure rabattue mais la base du col est intacte. Le décor consiste en trois lignes de points fins et serrés (7 à 8 au cm) et deux lignes de bossettes vigoureuses, pratiquement hémisphériques, de 6 mm de diamètre ; plusieurs d’entre elles portent les marques lunulées de loupés de frappe. Le col est presque cylindrique (diamètre à la base 3,8 cm et au sommet 3,9 cm). La fixation sur gorge est à mi-hauteur du col. Le rebord plat à 7 mm de largeur.

Fig. 10. — Fiasques 6 à 11, variante à panse haute. Ces dernières, fabriquées dans des tôles très minces, appartiennent à une même série de fabrication. Les bossettes bien formées, disposées sur deux (nos 1 et 2) ou trois rangées (nos 3 à 6), ont été effectuées exclusivement sur tas métallique.

17H. totale 7,9 cm ; diam. à la carène 8,9 cm ; H. du corps 4,7 cm ; diam. à l’ouverture 5,4 cm.

Fiasque 6 (fig. 10, no 1)

18Tous les contacts entre les éléments de ce vase pourtant disloqué peuvent être rétablis. La coupelle, seule entière, est semée intérieurement de stries du martelage, mais sa paroi extérieure est soigneusement polie. L’épaulement ne possède plus que le quart de son rabat et la moitié de la partie inférieure du col. Le décor se compose de trois lignes de points espacés (moins de 5 au cm) et de deux lignes de bossettes bien formées de 5 mm de diamètre. Un rebord large de 6 mm couronne le col faiblement tronconique (diamètre à la base 3.4 cm et au sommet 3,8 cm).

19H. totale 9,2 cm ; diam. à la carène 9,5 cm ; H. du corps 6,3 cm ; diam. à l’ouverture 4,9 cm.

Fiasque 7 (fig. 10, no 2)

20Elle est très fragmentaire. La coupelle conique, en tôle mince (5/10 de mm), a été pliée et déchirée lors de sa mise au jour ; elle porte à l’intérieur, comme la précédente, les traces du martelage, mais l’extérieur est finement poncé. L’épaulement, réduit à sa moitié, ne retient plus que 3 cm de rabat ; la base du col est elle-même presque entièrement arrachée, de sorte que le contact avec la partie supérieure du goulot n’existe plus. Le décor se divise en trois lignes de points peu serrés (5 à 6 au cm) et deux lignes de bossettes très nettes de 5.5 mm de diamètre ; un estampage trop profond a presque découpé certaines d’entre elles. Le col est légèrement tronconique (diamètre à la base 3,6 cm et au sommet 4,3 cm). Un petit morceau encore présent du rebord indique une largeur de 6 mm.

21H. totale estimée 9,8 cm ; diam. à la carène 9 cm ; H. du corps 6,4 cm.

Fiasque 8 (fig. 10, no 3)

22Cette pièce est très détériorée. La coupelle conique très bombée a le bord en partie déchiré ; si le martelage a parsemé uniformément la paroi interne de marques profondes, le ponçage n’a pas suffi à éliminer totalement les bosselures externes correspondantes. L’épaulement, formé dans une tôle mince (4/10 de mm), dispose encore de la moitié de son rabat et de toute la partie inférieure du col ; quatre lignes de points très fins mais assez espacés (5 à 6 au cm) et trois lignes de bossettes très régulières de 5,5 mm de diamètre en assurent le décor. La partie supérieure du goulot est presque complète. Le col est nettement tronconique (diamètre à la base 3,6 cm et au sommet 4,7 cm). Le rebord a 7 mm de largeur.

23H. totale 9,8 cm ; diam. à la carène 9,53 cm ; H. du corps 6,8 cm ; diam. à l’ouverture 5,9 cm.

Fiasque 9 (fig. 10, no 4)

24La coupelle de base, intacte, est bien bombée ; le polissage externe a fait disparaître presque complètement les bosselures dues aux percussions qui sillonnent sa paroi interne. L’épaulement maintient encore cette pièce dans deux larges segments de son rabat périphérique ; la plage décorée est bombée comme la coupelle conique ; quatre lignes de points très fins peu serrés (5 à 6 au cm) et trois lignes de bossettes bien rondes de 5,5 mm de diamètre en occupent la surface. Le goulot intact est nettement tronconique (diamètre à la base 3,4 cm et au sommet 4,1 cm). Le raccord très ajusté des deux parties qui le composent se situe au-dessous de sa ligne équatoriale. Le rebord mesure 7 à 8 mm de largeur.

25H. totale 10,2 cm ; diam. à la carène 9,5 cm ; H. du corps 6,9 cm ; diam. à l’ouverture 5,3 cm. Poids 87,77 g.

Fiasque 10 (fig. 10, no 5)

26Cet exemplaire est très endommagé. La coupelle conique, conservée aux trois quarts malgré la finesse de la tôle (3/10 de mm à la pointe), est couverte intérieurement de traces de martelage ; son rebord ne se trouve plus dans le prolongement de la paroi, car l’opération de sertissage l’a fortement redressé. L’épaulement, façonné lui aussi dans une tôle mince (4 à 5/10 de mm), n’accroche plus la coupelle que par deux petits morceaux de son rabat ; le décor compte quatre lignes de points peu serrés (5 au cm) et trois lignes de bossettes bien formées de 5,5 mm de diamètre. La base du col, détachée de l’épaulement, subsiste aux trois quarts. Le col tronconique (diamètre à la base 3,6 cm et au sommet 4,1 cm) soutient un rebord large de 8 mm.

27H. totale 9,9 cm ; diam. à la carène 9,7 cm ; H. du corps 6,9 cm ; diam. à l’ouverture 5,6 cm.

Fiasque 11 (fig. 10, no 6)

28C’est la plus abîmée. La coupelle n’est plus qu’un petit fragment lamellaire, cependant bien marqué par les traces du martelage. Le diamètre de l’épaulement pourtant très fragmenté peut être mesuré ; le décor forme un registre de quatre lignes de points très fins et peu serrés (6 au cm) intercalées de trois lignes de bossettes régulières de 5,5 mm de diamètre ; la base du col manque. De la partie supérieure même ne reste qu’une moitié ; le rebord oblique, poli avec soin, mesure 6 mm de largeur.

29H. totale estimée 9,8 à 10 cm ; diam. à la carène 9,6 à 9,8 cm ; H. estimée du corps 7 cm ; diam. à l’ouverture 5 cm.

30Ces onze petits récipients se répartissent en deux variantes suivant la forme de leur panse, qui est basse dans un cas, haute dans l’autre. Les fiasques de la première catégorie ont un rapport hauteur de panse/diamètre de panse qui dépasse à peine 0,50 (0,52 et 0,53), celles de la seconde un rapport qui avoisine 0,70 (0,66 à 0,73). En dehors de cet aspect purement morphologique, des particularités techniques viennent renforcer cette distinction ; ainsi la paroi interne des coupelles, différemment traitée suivant la série, est toujours très lisse dans la première et toujours brute de martelage dans la seconde ; ainsi les vases de la première sont fabriqués dans des tôles de récupération, alors que ceux de la seconde semblent façonnés dans une même tôle, très mince d’origine. Ces caractères secondaires ne dissimulent pas l’étroite parenté de ces petits récipients. Les différences qui s’observent rendent compte tout au plus de l’existence de deux séries de fabrication. En réalité toutes les fiasques sont bien de la même veine et apparaissent de façon presque évidente comme les productions d’un même atelier, voire d’un même artisan.

LES JAMBIÈRES

31Les six jambières à spirales, engainées les unes dans les autres en un seul paquet au moment de leur découverte, constituent trois paires respectivement de petite, moyenne et grande taille. Nous les désignerons sous le terme de jambières même si les bijoux qui appartiennent à la petite paire pourraient être considérés comme des brassards, voire des bracelets. Ces pièces ont été plus ou moins détériorées suivant leur position dans l’assemblage et le degré de corrosion du métal resté en contact direct avec l’arène granitique. Elles se rapportent toutes à l’espèce des jambières dites à spirales et fils récurrents.

32Les jambarts se présentent comme des feuilles elliptiques mises en forme par martelage. Le fait que la tôle soit sensiblement plus épaisse sur les bords tend à prouver qu’ils ont été façonnés dans une plaque préformée ou une esquisse venue de fonte, sorte de « tige-lingot » (Eluère 1974), et non, au moins pour ce qui concerne les exemplaires larges et très larges, dans un fil, même robuste, ovalisé par martelage comme on l’a supposé (Krahe 1960). La tôle a, de façon plus que probable, été marquée d’abord de nervures repoussées, puis gravée à plat avant d’être cintrée. Les hachures qui remplissent les motifs décoratifs sont extrêmement serrées ; on en compte 25 à 40 et jusqu’à 42 au cm sur les grandes jambières (fig. 11) ; elles ont été tracées à la règle, l’une après l’autre, comme I. Richter l’a déjà constaté sur les exemplaires de Dienheim (Richter 1970), et non avec l’aide d’un instrument à dents multiples comme on l’a parfois imaginé (Kimmig, 1957) ; les ratés et les rattrapages qui interrompent souvent des séries de traits plus régulièrement espacés en apportent la preuve. Reste à déterminer avec quel outil ces lignes ont été tracées. Les expériences qu’a tentées A. Thouvenin permettent d’exclure le silex, trop fragile ; mais un morceau de minéral dur tel que la magnétite ou l’hématite, d’ailleurs susceptible d’être appointi par abrasion, autorise un tel travail : l’outil ainsi formé écrase le métal, provoquant de très légers bourrelets bilatéraux, mais n’enlève en aucune façon des copeaux comme le ferait une pointe sèche en métal ferreux ; c’est ce que l’on observe aux endroits où le décor n’est pas usé.

33Les fils qui prolongent les pointes des plaques ovalaires ont, à leur départ, une section rectangulaire qui a facilité leur pliage en coude ; au-delà, tant qu’ils longent les bords du jambart, leur section est généralement biconvexe ; elle s’aplatit et devient à nouveau rectangulaire lorsqu’ils s’enroulent pour former les spires terminales ; ils diminuent régulièrement de largeur et se terminent en pointe au centre de la spirale ; un grésage soigneux a rectifié leurs bords. Toutes les spires sont chevauchantes. Sur chaque jambière les fils contournants et les spirales s’orientent en sens contraire ; mais il y a lieu de noter que les orientations des fils sont toujours les mêmes ; il n’existe donc ni modèle droit, ni modèle gauche. La longueur des fils, du départ de la feuille ovalaire jusqu’au centre de la spirale, se situe entre 68 et 74 cm pour les petites jambières (68-70 et 72-74 cm), entre 98 et 132 cm pour les moyennes (98-100 et 127-132) et entre 147 et 162 cm pour les grandes (162-158 et 157-147), compte non tenu toutefois des réparations dont elles ont été l’objet.

34Les analyses métallographiques d’une part et l’expérimentation d’autre part ont conduit respectivement M. Pernot et A. Thouvenin à penser que la préforme coulée avait nécessairement des appendices à partir desquels les fils étaient allongés au marteau. Les reprises d’un fil et d’une spirale de la jambière 5 ainsi que des fils de la jambière 6 montrent qu’il pouvait y avoir des erreurs d’appréciation du volume de matière nécessaire, des imprévus et des accidents de fabrication. A leur échelle, les fibules du type de Spindlersfeld, avec leur large palette, procèdent d’une même technique de formage à partir d’une ébauche venue de fonderie ; une préforme déjà martelée du dépôt bohémien de Jenišovice en est l’illustration (Pic 1897).

Fig. 11. — Jambière à spirales et fils récurrents. Vue du décor gravé de la jambière 6 (fig. 26). On compte 30 à 40 traits au cm. Ces derniers ont été tracés un à un avec une règle comme l’indiquent les ratés, les reprises et les dépassements. L’outil employé pour réaliser ce travail peut avoir été un minéral dur, du genre hématite ou magnétite, aiguisé par abrasion.

Fig. 12. — Jambière 1. Le bord du jambart a été réparé à l’aide d’une petite plaque de bronze pliée en pince sur la cassure et fixée par deux petits rivets à tête affleurante.

Fig. 13. — Jambière 1. A l’intérieur de la jambière, les petits rivets qui maintiennent la plaquette de renfort font légèrement saillie.

Jambières 1 et 2 (fig. 12 à 15)

35Les deux plus petites jambières font une vraie paire ; leur décoration est identique et leurs dimensions sont presque les mêmes. Les jambarts, très larges (rapport largeur/Longueur de 0,81 dans les deux cas), sont formés dans une tôle mince (2 à 3/10 de mm) qui s’épaissit légèrement sur les bords (0,5 à 1 mm). Les trois nervures au repoussé qui longent les bords, de même que le groupe central de quatre nervures qui divise en deux les jambarts, ajoutent quelque rigidité à la tôle tout en participant à la décoration ; ces côtes larges de 1,5 mm, espacées d’axe en axe de 2 mm, s’arrêtent au carré, et dans deux cas en oblique (jambière 1), à 2 cm environ des extrémités des plaques.

36Un décor gravé très dense couvre les deux plages en portions de cercles comprises entre les nervures (fig. 15, nos 1 et 2). Le décor de chacune des plages est construit à partir d’un motif central à deux registres, composé, du côté intérieur et parallèlement aux nervures axiales, de deux lignes de triangles hachurés opposés par la pointe, séparées par une bande de losanges, et, du côté extérieur, de quatre grands triangles hachurés pointés vers le centre et appuyés, suivant la courbe des nervures marginales, sur une bande de losanges ; de chaque côté de ce motif une bande verticale, deux chevrons couchés axés sur un trait et une bande verticale, tous rayés en long, remplissent les champs trapézoïdaux subsistants. De petites incisions obliques pratiquées sur l’arête marginale des jambarts apportent un complément au décor.

37Ces petites jambières ont été beaucoup portées : les champs gravés présentent plusieurs plages d’usure et les incisions marginales sont estompées ou effacées ; cela résulte plutôt d’un polissage d’entretien que du frottement prolongé du pan d’un vêtement. La jambière 1 a été l’objet d’une délicate réparation ; le bord, probablement fendu, s’est vu renforcé à l’aide d’une petite plaque rectangulaire en tôle de bronze très fine pliée par-dessus la cassure et fixée par deux petits rivets à tête affleurante (fig. 12, 13 et fig. 14, la).

38Les développés complets de ces bijoux, réalisés d’une seule pièce, sont approximativement de 151 et 158 cm.

Fig. 14. — Jambières 1 et 2. Vues dorsales et latérales. La construction du décor est conforme à la réalité mais la densité des traits n’a pas été respectée pour des raisons de lisibilité ; cette observation est valable pour les figures 16, 19, 23 et 25.

39Jambière 1 : L. totale 13,42 cm ; diam. du jambart 5,75 cm ; L. du jambart 12,5 cm ; 1. du jambart 9,85 cm ; diam. des spirales 4,5 et 4,35 cm. Poids 72,47 g. Jambière 2 : L. totale 13,88 cm ; diam. du jambart 6,15 cm ; L. du jambart 13 cm ; 1. du jambart 10 cm ; diam. des spirales 4,2 et 4,5 cm. Poids 68,04 g.

Fig. 15. — Jambières 1 et 2. Développés, en grandeur nature, du décor gravé des jambarts.

Fig. 16. — Jambières 3. Vues dorsale et latérale.

Jambières 3 et 4 (fig. 16 à 22)

40Les jambières moyennes, bien que de dimensions très voisines, ne sont pas parfaitement appariées car leur décoration et même leur mode de fabrication diffèrent de façon notable.

41La jambière 3 est absolument intacte (fig. 16). Son large jambart (rapport 1/L 0,60) a une bordure épaisse de 5 à 8/10 de mm. Un groupe de trois nervures parallèles repoussées, bien formées, longe ses bords jusqu’aux pointes ; les nervures de l’intérieur se rejoignent en bout à bout, celles du milieu en se décalant, mais celles de l’extérieur restent séparées. Une rangée de sept nervures parallèles, espacées d’axe en axe de 3 mm, barre en long le jambart ; elle s’arrête tout près des nervures latérales et cloisonne ainsi la plaque en quatre plages distinctes.

42Le décor des plages latérales en portions de cercles s’organise en cinq parties (fig. 18) ; au centre, deux bandes quadrillées disposées en croix diagonale isolent quatre triangles hachurés (fig. 17) ; de chaque côté, trois bandes rayées bordent deux lignes de triangles hachurés opposés par la pointe ; aux extrémités, une ou deux bandes rayées précèdent trois triangles hachurés, de taille décroissante, pointés vers l’intérieur. Les petites plages triangulaires des extrémités du jambart contiennent par ordre, une bande rayée, une ligne de triangles hachurés pointés vers l’intérieur, puis deux bandes rayées. Les hachures ne dépassent pas le nombre de 28 au cm.

Fig. 17. — Jambière 3. Le remplissage des éléments du décor gravé est exécuté en hachures plus espacées que celles qui garnissent les dessins des autres jambières (fig. 11).

Fig. 18. — Jambière 3. Développé, en grandeur nature, du décor du jambart.

Fig. 19. — Jambière 4. Vues dorsale et latérale. Le décor gravé et repoussé est très altéré par la corrosion.

43En déroulé total cette jambière mesure environ 221 cm.

44La jambière 4, toute déchirée, n’a gardé qu’une partie de sa plaque dont la corrosion a presque effacé la gravure (fig. 19). La tôle du jambart, relativement mince (3 à 4/10 de mm), prend sur sa tranche une épaisseur de 1 à 1,4 mm ; les deux nervures qui suivent ses bords et la batterie de huit nervures parallèles qui la partage en long s’interrompent à 4,5 cm environ des extrémités. La plaque ovalaire est d’un modèle très large (rapport 1/L 0,54).

45Le décor des plages en portions de cercles s’ordonne en trois panneaux (fig. 20) ; dans le motif principal, trois grands triangles s’appuyent de leur base sur les nervures latérales et s’alignent de leur sommet sur un groupe de trois bandes rayées, parallèles aux nervures centrales ; sur les côtés, se juxtaposent deux bandes rayées encadrant deux lignes de bossettes repoussées, deux chevrons couchés très ouverts et cinq ou sept bandes rayées parallèles.

46Le mode de fabrication de cette jambière paraît exceptionnel. Le bijou est en effet monté en trois parties qu’assemblent des rivets. Il s’agit soit d’une pièce ainsi construite d’origine, soit d’une pièce remise en état après un bris accidentel. L’extrémité proximale des fils, martelée en forme de palette, est fixée à la pointe du jambart, par deux petits rabats triangulaires de la tôle et un rivet à tête plate (fig. 21 et 22) ; le martelage a écrasé tous ces éléments qui se trouvent ainsi mis dans un même plan. La longueur respective des fils et de leurs spirales est, au cm près, de 130 et 134 cm. Le bord du jambart a subi une réparation ; la cassure a été recouverte de la même façon que pour la jambière 1, d’une languette de bronze pliée en U, assujettie dans ce cas non par des rivets, mais par une agrafe repliée par-dessous (fig. 21 et 22).

Fig. 20. — Jambière 4. Développé, en grandeur nature, du décor du jambart.

Fig. 21. — Jambière 4. Le bord du jambart, probablement fendu, a été renforcé avec une forte lamelle de bronze, pincée sur le bord et maintenue par une agrafe. La saillie que forme cette lamelle à l’intérieur du bijou (fig. 22) porte à supposer que les jambières pouvaient avoir une garniture intérieure donnant quelque confort. Un lien de fixation pour leur maintien en place est également envisageable.

Fig. 22. — Jambière 4. Mode de fixation des fils récurrents au jambart. Les fils dont les extrémités libres ont été écrasées en forme de palettes, sont maintenus aux pointes du jambart par deux petits rabats qui les enserrent ainsi que par un rivet à tête affleurante. On peut supposer que cette technique de montage très exceptionnelle a été employée à la suite d’un accident de fabrication.

47Jambière 3 : L. totale 17,5 cm ; diam. du jambart 8,5 cm ; L. du jambart 19,8 cm ; 1. du jambart 10,25 cm ; diam. des spirales 5,33 cm et 5,63 cm. Poids 149,06 g. Jambière 4 : L. totale 18,8 cm env. ; diam. du jambart 8,75 env. ; L. du jambart 19,8 cm ; 1. du jambart 11 cm ; diam. des spirales 6,1 et 6,6 cm.

Jambières 5 et 6 (fig. 23 à 27)

48Les deux plus grandes jambières ne sont pas non plus totalement assorties, en raison surtout de différences décoratives. Leurs jambarts, très larges, ont des dimensions voisines (rapport 1/L de 0,70 et 0,68).

49La jambière 5, bien que brisée, est complète (fig. 23). Le jambart, au bord épais (1,5 à 2 mm) que renforcent en outre trois nervures, est intact. Un groupe de cinq nervures, plus ou moins régulièrement espacées, le divise en deux plages de largeur très différente (6 cm d’un côté et 7,3 cm de l’autre à la flèche). La composition du décor reste cependant la même d’une plage à l’autre (fig. 24). Le motif central comprend, de l’extérieur vers l’intérieur, une ligne de triangles hachurés pointés vers l’intérieur, quatre grands triangles hachurés de même orientation, deux lignes de triangles hachurés opposés par la pointe séparées par une bande rayée ; de part et d’autre du décor central, quatre bandes rayées verticales limitent trois espaces remplis successivement de deux lignes séparées par un trait, d’une ligne de bossettes repoussées cerclées de points et de deux lignes brisées séparées par un trait ; aux extrémités, deux bandes rayées convergentes terminent la composition. Enfin de petites incisions obliques découpent l’arête marginale du jambart.

50La fabrication de cette volumineuse jambière a dû poser quelques problèmes. L’un des fils récurrents s’est cassé, probablement au cours de son étirage ; l’autre s’est avéré trop court pour former l’œil de la spirale. Dans le premier cas la réparation a consisté à rouler les deux extrémités des fils préalablement amincies en une longue torsade (fig. 27, no 3), dans le second à relier les deux extrémités l’une à l’autre par un pliage bilatéral engainant (fig. 85).

51La jambière 6, qui enveloppait certainement les autres, est très abîmée (fig. 25) ; un important fragment du jambart, arraché lors de sa mise au jour, a d’ailleurs été découvert à la fouille. La tôle de la plaque mesure 3/10 de mm d’épaisseur et son bord 1,5 à 2 mm.

52Le décor du jambart est plus complexe que celui de la parure précédente (fig. 26). En effet les deux premières des trois nervures qui longent le bord s’écartent de 8 à 9 mm pour laisser la place à un bandeau orné de quatre groupes de chevrons couchés que séparent des bandes rayées. Cette bordure décorative, comme les cinq nervures axiales, s’arrêtent à 4 cm de la pointe du jambart. Le motif principal des plages en portions de cercles est presque le même que celui de la jambière précédente puisque seule manque la bande rayée sur laquelle s’alignent les sommets des grands triangles. Les motifs latéraux sont eux aussi presque les mêmes, puisque les seules modifications viennent du remplacement de la ligne de bossettes par deux lignes brisées et du changement d’orientation des bandes rayées placées aux bouts des décors.

Fig. 23. — Jambière 5. Vues dorsale et latérale.

53Comme pour la jambière précédente on peut penser que la matière nécessaire à l’étirage des fils récurrents a fait défaut ou bien que les deux fils se sont cassés au même endroit au cours de la fabrication. Les deux disques spiralés ont été ajoutés en effet aux fils attenants au jambart selon un procédé assez élaboré puisque les deux extrémités des fils aboutés ont été aplaties et repliées l’une sur l’autre de façon symétrique (fig. 27, no 2). Une technique très voisine, mais un peu plus simple, a été employée, comme pour la jambière 5, pour le raccord des spirales des anneaux de Riesdorf (fig. 27, no 1) ; l’extrémité aplatie de l’étroit jambart enveloppe l’extrémité du fil attenant à la spirale, qui a été légèrement réduit par martelage (Brunn 1968, pl. 138, 5 et pl. 139, 1a et 1b).

Fig. 24. — Jambière 5. Développé, en grandeur nature, du décor du jambart.

Fig. 25. — Jambière 6. Vues dorsale et latérale.

54Jambière 5 : L. totale 23,5 cm ; diam. du jambart 9,8 cm ; L. du jambart 24,5 cm ; 1. du jambart 17,22 cm ; diam. des spirales 8,85 cm et 8,45 cm. Poids 303,16 g. Jambière 6 : L. totale 23,5 cm ; diam. du jambart 9,7 cm ; L. du jambart 25,6 cm ; 1. du jambart 17,2 cm ; diam. des spirales 8,03 cm et 7,80 cm. Poids 282,92 g en l’état.

55Les jambières correspondent à deux modèles. Celles de la grande et de la petite paires sont étroitement apparentées ; les proportions des jambarts (rapports 1/L de 0,68 à 0,81), de même que l’organisation de leur décor, sont très proches les unes des autres. En revanche les jambières 3 et 4 n’ont pas le même air de famille ; leurs jambarts sont moins larges (rapport 1/L 0,54 et 0,60) et leurs décors diffèrent sensiblement ; celui de la première est même d’un autre style, car le panneau décoratif central à l’inverse des autres, ne se développe pas sur deux registres ; son motif cruciforme au reste est peu courant ; les hachures enfin sont beaucoup plus espacées que dans les autres décors.

Fig. 26. — Jambière 6. Développé, en grandeur nature, du décor du jambart.

Fig. 27. — Jambières. Techniques employées pour relier des fils. Gaine simple (no 1, jambières de Riesdorf d’après Brunn 1968). Gaine double (no 2, jambière 6 de Blanot). Longue torsade (no 3, jambière 5).

56Il est évident que les jambières, pour ainsi dire identiques, du petit modèle sortent des mains du même artisan. Celles du grand modèle, en dépit de leurs différences décoratives, sont morphologiquement très proches l’une de l’autre et procèdent bien du même esprit ; si elles ne sont pas de la même main, elles proviennent très certainement du même atelier.

57L’usure des décors, très visible au milieu des plages gravées, paraît être due surtout à l’entretien dont les bijoux devaient être périodiquement l’objet, car les traits gravés sont restés intacts au pied des reliefs que forment les nervures. Aucun indice ne permet de dire si le métal des jambières était doublé pour ajouter du confort lorsqu’on les portait, ni si un lien quelconque en facilitait le maintien au mollet.

LE CHAUDRON DE BRONZE ET SON CONTENU

Chaudron (fig. 28 à 31)

58Le chaudron a subi quelques dommages ; mais, bien que son fond porte une large déchirure, son profil n’est pas altéré. Il a un corps très arrondi, car le galbe accentué du rebord, nettement cintré vers l’intérieur, se prolonge en courbe régulière jusqu’au bas de la panse ; la convexité maximale se situe de ce fait assez haut, environ au quart supérieur du profil.

59Le vase possède un pied annulaire en forte saillie ; le méplat, large de 18 mm, entoure un ombilic de ce fait très dégagé. Deux coups de pointeau juxtaposés marquent le sommet du renflement ; l’un représente le point de centrage initial de mise en forme du récipient, l’autre constitue sans doute le point de centrage propre au façonnage de l’anneau porteur. Le vase a été vraisemblablement travaillé d’abord par emboutissage puis par rétreinte ; les différences d’épaisseur de la tôle entre le fond du vase, où elle varie de 6 à 8/10 de mm, et la lèvre, où elle atteint 2 mm à 2,2 mm, confirment cette technique. La surface intérieure du récipient, peu corrodée voire brillante, est très lisse ; la surface extérieure, bien que profondément altérée et localement desquamée, est tout aussi soignée. La lèvre même est plate, bien franche et inclinée vers l’intérieur.

60Un bandeau décoré large de 10 mm souligne, sans interruption, le bord du chaudron. Il est constitué de six éléments superposés, à savoir, une ligne de festons directement accrochés à la lèvre, quatre traits parallèles puis une seconde ligne de festons. Les filets sont tracés au ciselet et les festons frappés un à un à la pointe d’un outil, du genre gouge, dont le bord extérieur avait la forme d’un cintre et le bord intérieur celle d’un V (fig. 28).

Fig. 28. — Chaudron. Le bandeau gravé qui ceint le rebord du chaudron est constitué de deux lignes festonnées encadrant quatre filets parallèles ; les festons ont été exécutés semble-t-il avec une sorte de gouge dont l’intérieur dessinait un V.

61Le chaudron est pourvu de deux attaches d’anses à pattes cruciformes, venues de fonderie, qui recouvrent le ruban décoré (fig. 29, 2a et 2b). La parfaite correspondance de l’une à l’autre, des dessins des anneaux en particulier, tend à montrer que ces pièces ont été coulées l’une après l’autre dans le même moule, vraisemblablement univalve, à moins qu’elles n’aient été coulées en grappe à partir d’un modèle ayant servi à matricer la terre ; les anneaux ont la même section trapézoïdale et mesurent à leur sommet, dans les deux cas, 4,6 mm d’épaisseur pour le droit et 4 mm pour le gauche ; l’épaisseur des appliques diminue ensuite régulièrement jusqu’aux extrémités des pattes inférieures où elle est d’environ 1 mm. Les attaches cruciformes sont trapues et les pattes de fixation très courtes, presque carrées. Cinq rivets à tête conique, de 8 mm de diamètre pour le plus petit et de 12 mm pour le plus gros, en garantissent le maintien (fig. 30) ; la tige des rivets, comme le montrent deux d’entre eux que le marteau n’a pas complètement enfoncés, est en réalité biconique ; cette tige élargie, traversant la paroi à la manière d’un clou, a provoqué à l’intérieur un gonflement du métal qu’un écrasement sommaire de la pointe n’a pas suffi à aplanir (fig. 31).

Fig. 29. — Récipients de bronze. No 1, coupe carénée à panse basse et anneau porteur, décorée de lignes de points et de bossettes ; la ligne pointillée supérieure est tracée en-dessous de la carène. No 2, chaudron à attaches d’anses cruciformes ; le rebord est décoré d’un bandeau continu de festons et de filets gravés qui passe sous les attaches d’anses ; le récipient ne semble pas avoir été doté, comme c’est généralement le cas, de deux anses métalliques lisses.

Fig. 30. — Chaudron. Vue d’une attache cruciforme (fig. 29, no 2b). Les deux attaches qui garnissent le chaudron sortent probablement d’un même moule univalve. Leurs anneaux n'ont pas de traces d’usure. Elles se superposent au décor qui ceint le rebord.

Fig. 31. — Chaudron. Les rivets, à tête conique et à tige également conique, qui fixent les attaches cruciformes s’enfoncent à travers la paroi comme des clous (avers de l’attache fig. 29, no 2a). Ils ont repoussé le métal à l’intérieur ; leur pointe est à peine écrasée.

62Il y a tout lieu de penser que le chaudron n’a jamais eu d’anses métalliques, car l’arête intérieure des anneaux, d’ailleurs non ébavurée, ne montre aucun stigmate d’usure. Des anses en matière périssable ont pu toutefois les remplacer.

63Diam. maximal 24,5 cm ; diam. à l’ouverture 22.8 cm ; H. 12,3 cm ; diam. de l’anneau porteur 10.8 cm ; diam. de l’ombilic 6,7 cm. Poids 988,18 g.

Ceinture articulée (fig. 32 à 36)

64La ceinture articulée est d’un modèle complexe constitué de trois rangs superposés de douze plaquettes rectangulaires en tôle de bronze décorées, repliées sur des anneaux allongés, de deux attaches serpentiformes fixées aux extrémités des rangs de plaquettes et de onze pendeloques triangulaires décorées accrochées au rang inférieur (fig. 32, dépliant en fin de volume) ; de petits anneaux ovalaires enlacés aux anneaux allongés relient tous ces éléments entre eux.

FIG. 32. — Ceinture articulée à trois étages de maillons plats et un rang de pendeloques triangulaires ; a, endroit ; b, envers. L’un des maillons plats du rang supérieur a été remplacé (fig. 34). L’une des onze pendeloques initiales fait défaut. Des anneaux de liaison ont été changés.

65Les plaquettes rectangulaires ont été façonnées dans des rubans de tôle de bronze de 3 à 4/10 de mm d’épaisseur. On constate au dos de trois maillons (les 7e et 9e du rang médian et le 9e du rang inférieur en partant de la gauche, fig. 32, b) que certains au moins de ces rubans avaient une de leurs extrémités arrondie et amincie (jusqu’à 1/10 de mm) ; cette particularité résulte semble-t-il du travail de martelage d’un petit lingot transformé en tôle étroite plutôt que d’une découpe intentionnelle (fig. 33). Les bandeaux, d’abord marqués transversalement au ciseau, ont été cassés ensuite par pliage en lamelles de 8 à 9 cm de longueur ; les aspérités résiduelles ont été plus au moins grésées.

66Le panneau central une fois décoré, les extrémités des lamelles ont été repliées soit bord à bord, soit avec un léger chevauchement pour former des maillons rectangulaires d’environ 4 cm de longueur. Le décor particulièrement dense est longitudinal ; un motif constitué d’une croix diagonale pointillée qui recoupe une ligne de trois bossettes repoussées entourées de trois cercles concentriques gravés, orne la bande médiane ; deux lignes de points repoussés suivis de deux traits gravés la bordent symétriquement (fig. 33). Le décor a donc été exécuté au ciseau sur l’avers, au pointeau et à la bouterolle sur l’envers. L’un des maillons plats (le 6e du rang supérieur en partant de la gauche (fig. 32, a), a été remplacé par un élément de récupération usagé de même taille (fig. 34) ; cette pièce a été, à l’origine, coupée dans un ruban préalablement décoré sur toute sa longueur de lignes marginales d’incisions serrées disposées en chevrons ; le ciseau a carrément tranché le décor.

Fig. 33. — Ceinture articulée. No 1, endroit d'un maillon plat décoré et de ses anneaux de liaison. Le décor des maillons a été effectué par gravure et au repoussé. No 2, envers ; dans trois cas les rubans de bronze ont une extrémité arrondie.

Fig. 34. — Ceinture articulée. Endroit et envers du maillon de remplacement de la ligne supérieure ; cet élément a été débité dans une lame de bronze préalablement décorée de deux lignes latérales d'incisions disposées en « arêtes de poisson ».

67Les anneaux allongés qui relient entre eux les maillons plats ont été débités au ciseau dans un fil de bronze de section carrée de 2 mm de côté, puis tordus probablement sur une forme, soit à plat, soit sur une arête, en éléments ovalaires de 28,3 à 30 mm de longueur (fig. 33, no 1). Chaque rang de plaquettes en compte treize. Un anneau en fil rond de 2 mm de diamètre a été substitué à un élément perdu (le 6e du rang inférieur en partant de la gauche, fig. 32, a).

68Des anneaux plus petits assurent toutes les autres jonctions. Ce sont des segments de fil de bronze de section rectangulaire, de 3 mm sur 2, coupés au ciseau et pliés court en maillons ovalaires de 11 à 12 mm de longueur. Plusieurs d’entre eux se sont détachés ; certains ont été remplacés par des fils de section généralement plus faible, rectangulaire (les 6e, 8e et 10e de la première ligne et le 3e de la seconde ligne en partant de la gauche, fig. 32, a) ou ronde (le 6e de la seconde ligne, fig. 32, a) ; mais trois autres n’ont pas été remplacés (le 13e de la première ligne, le 10e de la seconde et celui qui devait attacher la 11e pendeloque, fig. 32, a) ; dans l’avant-dernier cas les deux anneaux allongés correspondants ont été simplement passés l’un dans l’autre en solution de secours.

69Les attaches serpentiformes qui garnissent les deux bouts des chaînes ont été fabriquées dans des tiges carrées de 3 mm de côté aux extrémités enroulées ; elles ont été tordues sur arête de façon très régulière pour former trois boucles destinées à être fixées aux anneaux allongés des trois rangs correspondants de plaquettes et deux boucles tournées du côté extérieur (fig. 35). Elles mesurent en déroulé 35 cm de longueur.

70Les pendeloques triangulaires, attachées aux anneaux du rang inférieur, ont une silhouette élancée (rapports 1/H compris entre 0,62 et 0,65) ; elles mesurent en effet entre 7,43 et 7,9 cm de longueur et entre 4,79 et 5,08 cm de largeur à la base. La forme de leurs anneaux de suspension permet de supposer qu’elles proviennent de trois moules aux empreintes différentes, sans doute univalves. Certaines ont en effet un petit anneau et un col étroit (les 3e, 4e, 6e et 9e en partant de la gauche, fig. 32, a), d’autres un anneau plus gros, à ouverture échancrée à sa base et un col large (les 1er, 5e, 7e et 10e), les dernières un gros anneau déformé au même endroit et un col très large (les 2e et 8e). Les palettes triangulaires, aux angles arrondis, ont été apparemment un peu amincies au marteau puis poncées en long. D’étroites bandes formées de trois traits parallèles gravés servent au décor ; une bande longe la base de la plaque ; une autre suit les côtés en se cintrant au sommet ; la dernière figure la hauteur. Le travail effectué au ciseau dans les droites, et au ciselet dans les courbes, a marqué le dos des palettes dont l’aspect assez lisse résulte autant du martelage que d’un ponçage partiel.

Fig. 35. — Ceinture articulée. Extrémité gauche de la ceinture vue de face ; aucun élément ne manque. Un angle de la deuxième pendeloque a été plié lorsque le fond du chaudron s’est trouvé déchiré lors de sa mise au jour.

71La ceinture a été plusieurs fois réparée ; des éléments ont été changés comme sur celle du dépôt dauphinois de Réallon, d’autres non, de sorte que sur les 131 pièces qui la constituaient initialement 127 peuvent encore être décomptées aujourd’hui. Elle a été beaucoup portée ; des traces d’usure s’observent notamment aux coins des maillons et au sommet des anneaux des pendeloques.

72L’utilisation d’un lien pour fermer les ceintures était considéré jusqu’ici comme plus que probable compte tenu de la longueur des parures et de la configuration des attaches terminales (Audouze 1976). Cette observation se voit totalement confirmée par la découverte de Blanot. En effet deux lacets passés aux deux lobes extérieurs de l’une des attaches serpentiformes ont été effectivement observés au moment où la ceinture a été sortie du chaudron ; leur mode de ligature, simple passage en boucle du lacet plié en deux, a été bien noté ; leur matière a même été considérée comme du cuir (fig. 36). Mais les lacets partiellement décomposés n’ont pas été conservés et leur longueur n’a pas été évaluée.

Fig. 36. — Ceinture articulée. Deux lacets, probablement de cuir, se trouvaient aux extrémités de l’une des attaches serpentiformes au moment de la découverte.

73L. totale en extension 65 cm ; H. totale 17,5 cm. Poids 593,5 g.

Bracelet réniforme (fig. 37 et 38)

74Le bracelet, du genre réniforme à groupes de côtes saillantes (dit parfois en étrier ou en D), est lourd et sans aucun doute massif. L’anneau, fuselé, a une section à peine ovalisée puisque sa largeur et son épaisseur sont respectivement de 1,7 et 1,6 cm à son galbe maximum ; cet aplatissement insensible se prolonge jusque dans les parties les plus fines du jonc dont la section dépasse alors de peu 1 cm (1,13 sur 1,02 cm d’un côté et 1,1 sur 1,05 cm de l’autre).

75Le bracelet est pourvu, de façon tout à fait classique, de quatre groupes de côtes, deux latéraux et deux médians, formés chacun de trois arêtes élevées, espacées d’axe en axe de 6 à 8 mm. Le profil transversal des côtes s’inscrit dans un triangle isocèle très aigu ; le profil longitudinal décrit un éventail de 1,8 à 2,1 cm d’envergure ; les ailettes des groupes latéraux sont légèrement plus développées que celles des groupes médians. L’anneau s’ouvre sur deux tampons proéminents qui ont le même profil en long que celui des côtes mais une coupe transversale en triangle rectangle.

76Le mode de fixation des côtes à la tige montre nettement que le bracelet a été obtenu par fonte à la cire perdue. Le modèle de cire a été en effet réalisé à partir d’un fuseau roulé à la main, sur lequel des plaquettes creusées de gorges ébauchant les côtes ont été soudées. C’est selon toute vraisemblance un travail de limage ou de grésage puis de ponçage qui a donné, après la coulée, tant aux ailettes qu’au corps de l’anneau, leurs formes très régulières. Un léger martelage de surface a permis de fermer de petites soufflures marquant le jonc.

77Le décor est gravé au ciselet et au poinçon (fig. 38). Il envahit toute la surface externe du bijou, même les ailettes dont un cintre de points souligne le rebord alors que des traits parallèles longent la base ; l’arête des tampons a été crénelée d’incisions transversales appuyées que l’usure a néanmoins fait presque totalement disparaître. Le champ compris entre les groupes de côtes latéraux et médians est limité à chaque extrémité par une ligne d’arceaux pointés (fig. 37, b) ; deux chevrons pointillés, en disposition diagonale, le divisent en plages qu’occupe un motif de cercles concentriques pointés. Le décor du champ principal du bracelet adopte la même organisation (fig. 37, a). Aux extrémités se rangent deux lignes d’arceaux concentriques pointés qu’encadrent deux bandes de traits parallèles. Au centre le motif s’ordonne à partir de deux chevrons, formés de deux bandes de traits parallèles bordées de pointillés, opposés par le sommet ; les espaces triangulaires obtus qu’ils déterminent logent quatre motifs de cercles concentriques pointés reliés par des lignes pointillées et les espaces triangulaires aigus un chevron de lignes parallèles bordées de points appliqué contre le chevron central, puis quatre motifs de cercles concentriques dans un réseau de pointillés.

Fig. 37. — Bracelet réniforme à groupes de côtes saillantes. Les développés des décors de la plage centrale et de l’une des plages latérales ont été réalisés à partir de moulages souples. Le décor est constitué de traits parallèles, de lignes de points, de cercles pointés et d’arceaux effectuées avec grand soin.

Fig. 38. — Bracelet reniforme. Vue du décor gravé garnissant l’un des segments du jonc compris entre les groupes latéraux de côtes saillantes. Le décor est réalisé au ciselet et au pointeau.

78Dimensions hors tout 10,3 cm sur 8,35 cm ; dimensions du passage de main 6,03 cm sur 4,37 cm. Poids 294,23 g.

Parure de cuir (fig. 39 à 55)

79La « parure » de cuir, soigneusement pliée « comme une serviette », formait un paquet carré qui tenait la plus grande place dans le chaudron. Elle était ornée d’une plaque estampée et de cabochons de bronze dont certains gardaient encore leur brillance originelle. Le cuir mince, en grande partie décomposé, avait pris une consistance pour ainsi dire gélatineuse. Une quarantaine de petits fragments plus ou moins altérés, tout recroquevillés par la suite en raison de leur dessiccation, ont pu cependant être conservés et traités (S. De La Baume, p. 148). Quelques-uns portent encore des cabochons et des traces de leur fixation ou même des restes de coutures. Le cuir corroyé, très aminci, est en fait une peau qui devait posséder une très grande souplesse (fig. 39 à 41). Elle provient certainement, selon C. Chahine, de la Chèvre ou du Mouton et semble avoir été tannée à la graisse (C. Chahine, p. 146).

80Les fragments qui gardent des restes de coutures prouvent que la monture de cuir était formée de plusieurs pièces taillées en forme et assemblées. Le mode d’assemblage des lisières est un simple surjet exécuté avec un fil de cuir très fin ; mais il semble que le montage ait exigé parfois un fil plus gros (fig. 42, no 8). On constate sur l’un des fragments qu’un système assez élaboré a été employé pour arrêter un fil et prolonger la couture avec un nouveau fil ; les deux brins ont été noués séparément puis passés, l’un à côté de l’autre, dans les points de couture déjà effectués (fig. 43, no 1 et fig. 45, A). A considérer les quelques sortes de nœuds qui ont été observés à Blanot, on peut supposer que les couturiers, comme les tisserands du Bronze Final, connaissaient des types d’attache extrêmement variés (fig. 45, A à L).

81Des lacets nettement plus larges que les fils de couture ont été utilisés à d’autres fins ; l’un d’eux en effet, noué pour former une boucle aujourd’hui cassée, était destiné à retenir quelque chose, peut-être à assurer une fermeture (fig. 45, no 2 et L). Un morceau de ganse, en gros cuir cousu dans l’épaisseur, présente une ouverture latérale dans laquelle pouvait glisser un lacet (fig. 45, no 9) ; il peut avoir fait également partie intégrante d’un dispositif d’attache ou de fermeture. Ce pourrait être aussi le cas d’un petit anneau de bronze auquel sont fixés, par des nœuds coulants simples, un lacet et un fil de cuir (fig. 45, no 8 et F, G) ; mais cet élément pourrait fort bien avoir appartenu à l’un des colliers à perles d’or décrits plus loin. L’un des lacets a été reconnu comme taillé dans du cuir de Bœuf (C. Chahine, p. 146) ; il est possible que tous aient été découpés dans le même matériau.

82Parmi les appliques à bélière qui décoraient cet objet, sept sont encore liées au support de cuir, cinq gardent encore dans leur anneau un morceau du lacet de maintien et quatre conservent quelques fibres prisonnières de l’oxydation. Les plus gros morceaux de cuir permettent de constater que les appliques à bélière étaient fixées sur la monture en lignes parallèles, disposées peut-être à l’horizontale. L’écartement des lignes, d’un axe à l’autre, varie de 2,5 (fig. 44, no 4) à 4,5 cm (fig. 44, no 10) ; cette différence tient éventuellement compte de la grosseur des appliques. Ces dernières semblent de manière générale avoir été enfilées les unes après les autres sur un lacet de cuir souple ; ce lacet, large de 3 à 4 mm, passait dans des trous percés en ligne, tantôt deux par deux, tantôt un par un, tous les 3 ou 4 cm. Dans le premier cas le lacet sortait par un œillet, traversait la bélière de l’applique, rentrait par l’œillet voisin (fig. 42, no 1 ; fig. 49, no 11) ; dans le second cas le lacet passait dans l’œillet simple, traversait la bélière, puis reprenait le même passage (fig. 43, no 5 ; fig. 49, nos 10 et 12). La tension du lacet plaquait les cabochons sur le support ; à chaque extrémité de la ligne un gros nœud bloquait l’ensemble (fig. 43, no 1 ; fig. 45, nos 1 et 3). Un fragment montre que le nœud arrêtant le lacet pouvait maintenir en même temps l’applique située au bout de ligne (fig. 43, no 1). L’ornementation de la monture de cuir semble avoir été composée en jouant sur la grosseur et le dessin des appliques ; un morceau de cuir qui possède encore quelques traces de ses garnitures apporte la preuve que les lignes pouvaient être constituées, soit de cabochons du même module juxtaposés, soit de cabochons de diamètres et de formes différents placés en alternance (fig. 42, nos 1 à 3). Il semblerait que les appliques aient été soit contiguës, soit espacées les unes des autres (fig. 43, no 5).

Fig. 39. — Parure de cuir. Fragment de cuir avant son traitement (fig. 40 et 43, no 5). Le cuir s’est conservé sous forme de morceaux souvent ténus, desséchés et tout recroquevillés. Il s’agit de la fleur d’une peau déterminée comme pouvant être de Chèvre ou de Mouton.

83Les appliques décoratives sont toutes du modèle à bélière (fig. 46 à 53). Elles ont été moulées de manière à former l’anneau ainsi qu'un éventuel bouton sommital. La face intérieure de certaines d’entre elles a été soumise ensuite, comme cela a souvent été remarqué, à un martelage délicat qui a permis de donner au cabochon le galbe désiré ; dans de rares cas le travail au marteau a laissé des traces serrées qui partent de la bélière en un mouvement centrifuge comparable à celui des marques visibles dans les coupelles inférieures des fiasques tripartites (fig. 46) ; dans d’autres cas le martelage est à peine perceptible ; quelquefois enfin un grésage a régularisé quelque peu la surface. Le modèle à côtes concentriques procède d’une technique plus élaborée puisqu’il a demandé en outre une mise en forme des côtes par repoussage (fig. 48). La face extérieure des appliques, quant à elle, a été traitée de façon systématique par un polissage extrêmement soigné qui devait donner aux objets l’éclat de l’or (fig. 41).

Fig. 40. — Parure de cuir. Fragment de cuir après son traitement (fig. 39 et 43, no 5) ; l’empreinte circulaire des appliques est encore visible autour des trous de passage des lacets. Les morceaux de cuir, très cassants, ont été traités et mis à plat en vue d’un éventuel recollage.

84Ces petits ornements, au nombre de 68, se répartissent en six types inégalement représentés. La série comporte en effet : 3 appliques en calotte sphérique simple (fig. 49, nos 1 à 3) ; 40 en calotte sphérique à bouton sommital qui se partagent entre trois sous-types selon que le bouton est large et aplati (fig. 49, nos 3 à 13), moyennement développé (fig. 50 ; fig. 51, nos 1 à 7 et 14) ou très saillant (fig. 51, nos 8 à 13 ; fig. 52, no 1) ; 16 en calotte sphérique à bouton sommital et côtes en relief qui se répartissent entre trois sous-types suivant qu’elles présentent une seule nervure, ou bien deux ou trois nervures concentriques, avec dans ce cas pour sept d’entre elles un pointillé cerclant la base de la calotte sphérique (fig. 52, nos 2 à 14 ; fig. 53, nos 1 à 3) ; enfin 6 appliques plates à chanfrein (fig. 53, nos 5, 7 à 10), 1 applique plate à bouton central (fig. 43, no 1) et 2 appliques plates, l’une, à large bélière, à laquelle une forte proportion d’étain donne un reflet argenté (fig. 53, no 4) et l’autre, de plus grand diamètre (4,4 cm), qui est bordée de deux lignes pointillées concentriques presque totalement estompées (no 6). L’une des appliques en calotte sphérique à bouton sommital porte sur sa bordure interne, le décor conservé sur 1 cm de longueur, d’une ligne pointillée, si discrètement inscrite qu’aucune marque n’en apparaît à l’extérieur du cabochon (fig. 49, no 6).

Fig. 41. — Parure de cuir. Fragments de cuirs après leur traitement et leur mise à plat (fig. 42, nos 1, 2 et 3). Les restes de coutures indiquent un assemblage en plusieurs pièces. On suppose qu’il s’agit là d’un petit vêtement.

Fig. 42. — Parure de cuir. Les fragments nos 1, 2 et 3 qui se recollent, conservent les restes d’une couture au surjet (comme les fragments nos 4, 8 et 9) et les témoins des attaches de cabochons disposés sur trois lignes (fig. 41). Les traces des cabochons eux-mêmes et l’écartement des trous de passage de leurs lacets de fixation prouvent que ces lignes, orientées peut-être à l’horizontale, étaient composées soit d’appliques de même module juxtaposées, soit d’appliques de diamètres différents placées en alternance. Sur le fragment no 8 l’endroit des deux pièces de cuir est tourné du même côté. Nos 5, 7 et 10, fragments de cuir avec trous de passage de lacet, r, endroit du cuir.

Fig. 43. — Parare de cuir. Les fragments nos 1,3 et 5, portent des restes de coutures au surjet avec un fil de cuir. Sur l’élément no 1, la couture a été effectuée avec deux fils dont le mode d’arrêt pour l’un et d’attache pour l’autre, est explicité par le schéma A, fig. 45 ; le nœud qui maintient l’applique de bronze assure en même temps le blocage de la ligne de cabochons. Le fragment no 5 montre que, sur une même ligne, le lacet de fixation des appliques pouvait passer soit dans deux trous juxtaposés, soit dans un seul trou ; le croquis présentant le fragment no 5 étalé, a été orienté à l’horizontale suivant la disposition supposée des lignes de cabochons (fig. 39 et 40).

Fig. 44. — Parare de cuir. Les fragments nos 1 et 2 qui se recollent présentent, comme l’élément no 8, fig. 42, les restes d’une couture au surjet effectuée avec un lacet de cuir et non avec un fil de cuir ; le fait que la couture n’intéresse qu’une partie du bord de la pièce peut indiquer, entre autres hypothèses, l’existence du passage d’un élément de fermeture. Les nos 4, 6, 7 et 10 présentent des trous, simples ou doubles, pour le passage des lacets de fixation des appliques ; l’écartement des lignes de cabochons est de 2,5 cm sur le no 4 et de 4,5 cm sur le no 10. No 5, fragments de cuir reliés par un lacet ; nos 8, 9, 11 à 14, petits fragments de cuir.

Fig. 45. — Parure de cuir. Nos 1 et 3, nœuds d’arrêt au bout de lacets tenant les appliques (schémas Dl et E3) ; no 2, lacet large formant un nœud coulant bloqué par un nœud simple (schéma L2) ; no 4, fils de cuir liés l’un à l’autre par un nœud plat (schéma K4) ; no 5, lacet large serré par un nœud simple (schéma B5) ; no 6, fil de cuir ; nos 7, 10 à 12, lacets larges ; no 8, fils de cuir fixés par des nœuds coulants simples à un petit anneau de bronze (schémas F8a et G8b) ; no 9, ganse de cuir cousue dans son épaisseur, avec un trou probablement destiné au passage d’un lacet. A, système d’attache des deux fils de cuir sur la pièce no 1, fig. 43 (tiret vertical) ; C, couture au surjet ; H, I et J, modes de fixation des cabochons.

Fig. 46. — Appliques à bélière. No 1, intérieur d’une applique soigneusement plané et poli ; no 2, intérieur d’une applique resté brut du martelage de mise en forme (fig. 51, no 10). Les bords des appliques sont généralement très fins presque acérés.

Fig. 47. — Appliques à bélière. No 1, décor de deux lignes pointillées marginales, très estompées, sur l’avers de l’applique no 6, fig. 53 ; no 2, décor d'une ligne de points partiellement conservée sur le bord intérieur de l’applique no 6, fig. 49.

Fig. 48. — Appliques à bélière. Vues interne et externe d’appliques à côtes concentriques, décorées d’une ligne de points au repoussé à la base de la calotte sphérique. NO 1 (fig. 53, no 3) ; no 2 (fig. 53, no 2).

85Une plaque décorée entrait également dans la composition décorative de la parure de cuir ; il se peut qu’en raison de sa richesse elle en ait constitué le motif central. Elle a la forme d’un ovale de 9,44 cm de longueur tronqué d’un côté, parallèlement à son grand axe (fig. 54 et 55). Il s’agit d’une tôle de bronze très mince (2 à 3/10 mm d’épaisseur) que la corrosion a rendue très fragile. Elle est entièrement ornée au repoussé. Une large bande formée de trois lignes pointillées enserrant deux nervures en suit le pourtour ; les points sont plus ou moins serrés (4 à 7 au cm) et plus ou moins bien alignés, mais les nervures apparaissent très régulières. Des motifs estampés, composés de trois nervures concentriques à une bossette, sont disposés en quinconce sur l’espace central, trois sur une ligne inférieure parallèle au côté rectiligne et deux sur une ligne supérieure ; un pointillé relie chacun des deux derniers motifs matricés à la ligne pointillée intérieure de la bordure rectiligne ; enfin un point isolé marque le milieu des trois espaces intermédiaires. Ainsi trois types d’outils ont concouru au décor de la plaque, à savoir un pointeau pour aligner les perles, un ciseau mousse ou repoussoir pour refouler les nervures et un poinçon-matrice pour estamper les cercles concentriques.

86Les agrafes qui fixaient la plaque à la monture de cuir sont de petites lamelles de bronze larges de 4 mm (fig. 54, b) ; elles traversent la tôle par une étroite fente pratiquée à distance inégale du rebord (5 à 7 mm), puis le support de cuir fin sur lequel elles se referment bord à bord ; un petit fragment de cuir, toujours pincé sous une attache, ne faisait pas plus d’1 mm d’épaisseur. Il devait y avoir trois agrafes sur la partie rectiligne de la plaque et certainement trois aussi sur la partie convexe.

87L. 9,44 cm ; 1. 6 cm environ. Poids 8 g environ.

88En définitive rien n’interdit de penser que les fragments de cuir et leurs ornements métalliques aient appartenu à un vêtement. On peut imaginer, entre autres hypothèses, un petit gilet ou un boléro, en basane ou en chagrin, court et sans manche, à fermeture dorsale ou latérale, orné sur le devant de cabochons de bronze alignés de part et d’autre d’une plaque décorée en relief, dans une composition tirant parti des différences dans les formes des appliques. La sépulture de Lübz, dans le Mecklembourg, évoque cette possibilité (Müller-Karpe 1980, pl. 515, E). D’autres interprétations sont naturellement envisageables en matière d’habillement voire de maroquinerie.

Fig. 49. — Appliques à bélières. Nos 1 à 3, appliques en calottes sphériques ;nos 4 à 13, appliques en calottes sphériques à bouton sommital aplati. La calotte de l’applique no 6 présente, sur son bord intérieur, une ligne pointillée (fig. 47, no 2). Les nos 10 à 13 ont conservé leur lacet de fixation à la monture de cuir, passé soit dans un seul trou (nos 10 et 12), soit dans deux trous juxtaposés (no 11).

Fig. 50. — Appliques à bélière. Nos 1 à 14, appliques en calottes sphériques à bouton sommital moyennement développé. Les nos 1 et 5 ont conservé leur lacet de fixation à la monture de cuir.

Fig. 51 — Appliques à bélière. Nos 1 à 7 et 14, appliques en calottes sphériques à bouton sommital moyennement développé ; nos 9 à 13, appliques en calottes sphériques à bouton sommital élevé.

Fig. 52. — Appliques à bélière. No 1, applique en calotte sphérique à bouton sommital élevé et petit méplat marginal (lacet de fixation) ; nos 2 à 14. appliques en calottes sphériques à bouton sommital et nervure concentrique, unique (no 2), double (nos 3, 4 et 14), triple (nos 5 à 13), avec pointillé à la base de la calotte sphérique (nos 9 et 11 à 13).

Fig. 53. — Appliques à bélière. Nos 1 à 3, appliques en calottes sphériques à bouton sommital, à trois nervures concentriques et décor pointillé ; no 4, applique plate à bélière dégagée ; no 6, applique très peu bombée décorée d’un double pointillé périphérique ; nos 5 et 7 à 10, appliques plates à chanfrein.

89L’excellent état de conservation des cuirs ne laisse pas de surprendre. La faible profondeur d’enfouissement du récipient qui les contenait, l’absence de couvercle efficace, ne semblent pas de prime abord avoir été particulièrement favorables à leur préservation. Ils ont par ailleurs eu grandement à souffrir du brusque changement de conditions que leur a imposée leur subite mise au jour ; le chaudron s’est trouvé déchiré, vidé de son éventuel contenu liquide et redressé sur le flanc ; il est resté ainsi pendant les deux mois de mauvaise saison qui ont précédé sa découverte. C’est probablement durant cette période que les cuirs se sont détériorés.

90Les conditions de gisement sont connues. Le chaudron de bronze était posé bien à plat sous quelque 30 cm de terre, rempli d’objets pour une part de cuir, pour une autre de bronze, en volumes à peu près équivalents. La coupe de bronze retournée sur le contenu, d’un diamètre inférieur à celui de l’ouverture du chaudron, a laissé l’eau de pluie pénétrer dans le récipient et la terre s’infiltrer entre les objets, sans doute très peu de temps après l’accomplissement du dépôt.

Fig. 54. — Plaque de tôle décorée au repoussé de nervures parallèles, de points alignés et de cercles concentriques estampés. De petites lamelles de bronze, passées dans les fentes, l’agrafaient sur la monture de cuir dont un fragment est encore en place ; il y avait trois agrafes sur la partie convexe et trois autres sur la partie rectiligne.

Fig. 55. — Plaque de tôle décorée. La minceur et la corrosion de la tôle expliquent son état très fragmentaire. Les nervures sont très régulières, mais les points sont plus ou moins bien alignés. Les cercles concentriques ont été réalisés sans doute avec un couple poinçon et contre-poinçon. Le dépôt de Génelard renferme les outils propres à l’exécution de ce travail (cf. note 16, p. 82).

91Le chaudron aurait selon J.-C. Colson et J.-P. Larpin (Laboratoire de recherches sur la réactivité des solides, U.A. 23 du C.N.R.S.), joué en l’occurrence le rôle d’une vasque de décantation. Il faut considérer que le degré d’humidité du remplissage à dû se maintenir à peu près constant la coupe carénée retenant l’eau par effet de condensation et la terre ayant eu sans doute en outre un effet tampon. Les cuirs, tannés selon toute vraisemblance à la graisse (C. Chahine, p. 146), formaient un bloc dont la compacité a dû ralentir les échanges. La graisse ne s’est pas oxydée car le milieu devait être faiblement oxygéné ; le cuivre en solution contribuait en effet à diminuer la quantité d’oxygène. La graisse par ailleurs ne s’est pas dégradée car la terre granitique encaissante est notoirement acide. Dans ce milieu particulièrement confiné elle ne s’est pas transformée ; le cuir très peu « mouillable » ne s’est pas altéré. On peut estimer qu’en cas de pluie les interactions avec l’eau sont restées faibles et qu’en période sèche, la terre toujours un peu humide, réduisait aussi les échanges ; lors de grands froids le système ne pouvait évoluer. Lorsque le chaudron a été sorti de son milieu, le confinement s’est trouvé rompu ; la graisse s’est oxydée et le cuir a commencé à pourrir.

Collier 1 (fig. 56 et 57)

92Le collier à perles de bronze est totalement fragmenté. Son armature est formée par la juxtaposition de quatre lacets de cuir, un lacet plat, large de 7 à 8 mm, servant de base à trois lacets fins, de section originelle probablement carrée, serrés les uns contre les autres (fig. 56, nos 1 à 8). Les perles en tôle de bronze repliée bord à bord qui l’enserrent l’ont fortement comprimée de sorte qu’elle a gardé leur profil le plus souvent plan-convexe. Le nœud très compact et très pénétré d'oxyde de cuivre qui fermait l’âme de cuir possède le même profil plan-convexe et devait par conséquent être lui aussi recouvert par une perle de tôle pliée (fig. 56, no 29).

93Dans son état actuel le collier compte d’une part 25 perles en tôle de bronze épaisse de 0,3 à 0,4 mm à savoir 1 perle décorée de quatre groupes transversaux de traits gravés, longue de 39,2 mm (fig. 56, no 12 et fig. 57), 1 perle non décorée longue de 23,5 mm (no 13) et 23 perles non décorées longues de 11 à 14 mm. Il comprend d’autre part 30 petits arceaux ouverts, coupés au burin en segments de 28 à 30 mm de longueur, dans un fil de bronze large de 2,5 mm et de section plan-convexe ; les bords de la face bombée sont toutefois relevés en doucine (no 24). Tous ces éléments mis bout à bout atteignent une longueur qui dépasse à peine 45 cm.

94Il n’est pas possible de retrouver la distribution exacte des perles ni des barrettes sur la monture, même si aucun élément n’a été perdu au cours des manipulations dont le bijou a été l’objet quand on l’a sorti du chaudron. Quelques perles demeurent fixées à des fragments de l’âme de cuir, associées dans trois cas à deux barrettes juxtaposées (fig. 56, nos 1, 2 et 4). Si l’on suppose que 2 barrettes se plaçaient en intermédiaire entre les perles tunnellées, 20 barrettes manqueraient à la composition ; si l’on suppose qu’il y avait en alternance 2 barrettes et 1 barrette entre les perles tunnellées, il en manquerait 8. On peut suggérer que les perles tunnellées courtes étaient rapprochées deux à deux et que 2 barrettes séparaient chaque couple ; mais 4 barrettes seraient en surnombre ; il faudrait dans ce cas imaginer que deux groupes de 4 barrettes auraient pu border une perle, par exemple la longue perle décorée qui devait constituer l’élément central de la parure.

Fig. 56. — Collier 1, à perles de bronze. Il est formé de perles en tôle de bronze et de barrettes de même métal, repliées bord à bord sur une âme de cuir constituée d’un lacet large et de trois lacets fins (nos 1 à 8). Le nœud no 29 qui réunissait les lacets devait être caché par les perles, car il a la même section qu’elles et est entièrement oxydé. La disposition des éléments sur le support de cuir ne peut être rétablie. No 12, perle décorée (fig. 57).

Fig. 57. — Collier 1. Perle longue ornée de quatre groupes de traits transversaux incisés. On peut supposer qu’elle constituait l'élément décoratif principal du bijou (fig. 56, no 12).

95Tous les fragments de la monture de cuir sont fortement imprégnés-d’oxyde de cuivre et tous les assemblages conservés, le nœud de fermeture y compris (no 29), ont gardé le profil généralement plan-convexe des perles ; il est donc probable que les garnitures métalliques aient recouvert l’âme de cuir sur toute sa longueur. Ce collier dont le diamètre est d’environ 14 cm, n’aurait pas pu être passé, en l’état, au cou d’un enfant de plus de dix mois.

Colliers 2 et 3 (fig. 58 à 65)

96Les colliers à perles d’or sont dans un état de conservation des plus remarquables. Leurs montures de cuir n’ont pas subi de grave dommage, même si leur dessèchement en a réduit de façon notable le volume ; seules les parties centrales des rangs de perles ont été cassées et perturbées ; mais leur réorganisation ne pose pas de problème sérieux, les perles étant différentes d’un collier à l’autre.

97Ces dernières sont de petites tôles d’or battu à très haut titre, d’à peine 1/10 de mm d’épaisseur, roulées sur un mandrin métallique très légèrement conique avant d’être soudées. Elles forment ainsi des tubes de 5 à 6 mm de diamètre et de 10 à 30 mm de longueur. Sur certains d’entre eux les soudures, reprises au marteau sur mandrin de métal, sont invisibles ; sur quelques autres, les joints, mais soudés, se sont ouverts et ont exigé une réparation qui a consisté dans deux cas à réduire l’écartement avec un fil, peut-être un crin de cheval, enroulé et noué aussi solidement que par un nœud de pêcheur (fig. 62 et 64). Ces perles tubulaires sont ornées de côtes effectuées au repoussé selon une technique mise en œuvre par A. Thouvenin pour leur reproduction à l’identique, c’est-à-dire par pression et roulages successifs sur les deux arêtes d’un outil en métal, après avoir été montées à la poix sur une tige de bois (A. Thouvenin, p. 135).

98Le collier 2 comporte quatre rangs de perles disposés en arcs de cercles concentriques (fig. 58 à 62). Les perles, façonnées en éléments de longueur inégale, comprise entre 10 et 33 mm, sont ornées en continu de côtes très serrées (14 au cm) ; elles sont enfilées sur des cordons de cuir souple, roulés bord à bord sur une âme de fibres comparable à une ficelle, de chanvre par exemple, à torsion très lâche (fig. 58). Au sortir des rangs de perles, les bords des cordons sont cousus au surjet à points réguliers (fig. 60).

99Des gaines de cuir fin, cousues au surjet elles aussi, enveloppent plus ou moins les bouts des cordons et les prolongent en s’amenuisant (fig. 60 et 61). De chaque extrémité de la monture partent des lacets destinés à fermer le collier ; leur montage, difficile à saisir car le bijou n’est par manipulable, semble être le suivant. A gauche, un lacet prolonge la gaine en formant une grande boucle, partiellement torsadée, dans laquelle passent deux fils de cuir (fig. 59, no 1b) ; l’un est un fil mobile, simplement plié en deux ; l’autre est un fil bloqué dont ne subsiste que le nœud d’arrêt. A droite, deux lacets, roulés en torsade sur une longueur de 3 cm, se nouent sur la bélière d’une petite applique en bronze (fig. 59, no 1a). Le mode d’attache de ce collier donnait donc toute liberté de le serrer en ras-de-cou ou de le descendre plus ou moins sur la gorge. Le diamètre intérieur de la parure, telle qu’elle se présente aujourd’hui, est de 11 à 12 cm (fig. 65, no 1). La longueur totale des perles avoisine le mètre ; leur poids estimatif serait de l’ordre d’une trentaine de grammes.

Fig. 58. — Collier 2. Les lacets de cuir fin sont roulés sur une âme faite d’une cordelette lâche ou de fibres tassées dont la matière n’a pas été déterminée (chanvre ?). Les lacets, qui ont perdu aujourd’hui leur souplesse et leur gonflant, étaient à l’origine plaqués contre les perles ; ils ont conservé, nettement imprimées, les marques de leurs nervures.

Fig. 59. — Collier 2, à quatre rangs de perles tubulaires en or. Les perles, en tôle d’or roulée et soudée, ont un diamètre de 5 à 6 mm ; elles sont ornées de côtes très serrées (14 au cm). No 1, endroit supposé ; no 1a, envers ; no 1b, disposition des fils d’attache ; nos 2 à 24, perles libres.

Fig. 60. — Collier 2. Les lacets, simples rubans de cuir fin, ne sont cousus au surjet qu’au sortir des rangs de perles. Du côté droit, le collier étant supposé en place, la gaine les enveloppe à peine.

Fig. 61. — Collier 2. Du côté gauche, la gaine recouvre presque totalement les lacets qui portent les perles. Elle est cousue de façon assez lâche avec des fils groupés dont la matière n’a pas été déterminée.

100Le collier 3 est légèrement différent du précédent (fig. 63 à 65). Il ne possède que trois rangs de perles, fabriquées par éléments de longueur variable allant de 10 à 27 mm ; elles sont décorées en alternance de plages lisses larges de 3 mm et de plages côtelées larges de 8 à 10 mm (fig. 63). Les côtes sont un peu plus espacées que sur les perles du collier précédent (12 au cm), ce qui suppose l’emploi d’un outil différent. Les perles sont montées sur des cordons de cuir souple simplement roulés, dont les extrémités sont serrées dans des gaines étroites cousues au surjet à gros points. Deux lacets prolongent chaque extrémité de la gaine ; ils sont partiellement conservés. Comme pour le collier à quatre rangs de perles, il semble que dans chaque cas l’un des deux lacets soit le prolongement même de la gaine. A gauche, l’un des deux lacets traverse la gaine elle-même, au lieu d’en sortir par l’ouverture extrême ; il y est maintenu par un simple nœud d’arrêt (fig. 63, no 1b). Le système d’attache n’a pas été élucidé ; on observe cependant, comme sur le collier précédent, qu’un fil mobile passe dans l’un des lacets. Il se peut, comme nous l’évoquions plus haut, que le petit anneau de bronze, qui porte un lacet et un fil coulissants, ait appartenu à l’un des colliers à perles d’or plutôt qu’au vêtement de cuir orné de cabochons (fig. 45, no 8). Le diamètre intérieur du collier à trois rangs de perles est, dans son état et dans sa présentation actuels, de 8 à 9 cm (fig. 65, no 2) ; cela représente 26 à 27 cm de circonférence, soit le tour de cou d’une fillette ; mais le bijou pouvait, comme son semblable, être attaché de façon plus lâche. La longueur totale des perles n’atteint pas 50 cm.

Fig. 62. — Collier 2. Une perle dessoudée a été réparée avec un fil, peut-être un crin de cheval, solidement noué. Une réparation identique s’observe sur le collier à trois rangs de perles (fig. 64).

Fig. 63. — Collier 3, à trois rangs de perles tubulaires en or. Les perles sont décorées en alternance de groupes de côtes et de plages lisses. Les côtes sont plus espacées que sur les perles du collier 2 (12 au cm) et donc effectuées avec un instrument différent. No 1, endroit supposé ; no 1a, envers ; no 1b, mode de fixation d’un fil d’attache ; nos 2 à 8, perles libres.

Fig. 64. — Collier 3. La gaine qui enveloppe les lacets est très serrée. La seconde perle du rang central est consolidée avec un fil, peut-être un crin de cheval, comme l’une des perles du collier à quatre rangs (fig. 62).

Fig. 65. — Colliers 2 et 3, à perles d’or. Essai de reconstitution des bijoux. Les rangs de perles, très certainement contigus, devaient être assez rigides, car beaucoup de tubes, de forme légèrement conique, ont tendance à s'emboîter quelque peu. En tramé : a, cuir ; b, perles dont la place est connue ; c, perles replacées en tenant compte de leur longueur et de leur forme ; d, bronze.

Coupe carénée (fig. 29, no 1)

101La coupe carénée, à peine corrodée sur quelques centimètres du rebord, a gardé en partie sa brillance métallique. Elle a une silhouette moyennement basse (rapport hauteur/diamètre maximal 0,35). Le diamètre maximal, qui se situe à l’ouverture, dépasse de moins d’1 cm celui de la carène. Cette dernière, assez haut placée, apparaît bien dégagée, malgré son profil arrondi, grâce à un épaulement court mais très rentrant. Le col, oblique, se réduit à un étroit bandeau de 8 à 9 mm de largeur, nettement limité vers le bas par un trait marqué au ciseau à l’angle de l’épaulement et, vers le haut, par un rebord éversé. Le rebord lui-même se décompose en deux facettes, l’une oblique, large de 5 mm, qui prolonge le col, l’autre horizontale, large d’1 mm, qui constitue la lèvre.

102Le flanc, presque rectiligne, dessine un tronc de cône renversé assez plat. Un décor de trois lignes de points et de deux lignes de bossettes garnit sa moitié supérieure. La première ligne pointillée, tracée à 3 mm sous la convexité de la carène, n’en modifie pas le profil mousse. Les points, plus ou moins bien alignés, sont plus serrés dans les lignes supérieures (5 au cm) que dans la ligne inférieure (4 au cm). Les bossettes de 6 mm de diamètre, très vigoureuses car estampées sur un tas métallique, sont plus régulièrement espacées.

103Le pied est en net relief ; l’anneau porteur, large de 13 mm, a en effet des bords redressés ; il entoure un ombilic très bombé dont le point de centrage, exigé pour la mise en forme du vase, marque encore la convexité.

104Cette coupe ne porte pas d’anse rivetée et n’en a jamais eu, à l’inverse des coupes d’Europe centrale qui en sont généralement pourvues, que l’anse se soit surimposée au décor ou qu’elle ait été fixée à un emplacement ménagé à cet effet.

105Diam. à l’ouverture 17,13 à 17,33 cm ; diam. à la carène 16,4 à 16,5 cm ; H. 6,2 à 6,3 cm ; diam. de l’anneau porteur 7,8 cm ; diam. de l’ombilic 5,2 cm. Poids 185,66 g.

LE VASE DE TERRE CUITE ET SON CONTENU

Vase de terre cuite (fig. 66)

106Le vase, très fragmenté, ne peut être reconstitué dans son entier ; le fond manque, arraché sans doute depuis longtemps par la charrue ; le rebord fait également défaut, probablement découpé quant à lui de façon intentionnelle à. l’époque pour une raison qui reste toutefois indéterminée. En dépit de ces lacunes la forme apparaît bien comme celle d’un récipient du type couramment dénommé « urne » à panse bitronconique et col cylindrique. Compte tenu du nombre et de la grosseur des morceaux conservés, on peut penser que le récipient était entier au moment de son enfouissement.

107Le vase est de sihouette un peu tassée ; le galbe assez bas placé de la panse et son fort diamètre (28 à 29 cm), l’importante largeur du col à peine évasé (diamètre 15 et 16 cm), s’équilibrent en effet avec la hauteur plutôt faible du vase, du moins telle que la restitution permet de l’évaluer (entre 30 et 31 cm). A l’extérieur comme à l’intérieur, la surface du col est lissée jusqu’à la brillance ; la partie supérieure de la panse et même la retombée de la carène ont fait l’objet du même traitement. La partie inférieure de la panse est rugueuse, traitée en râclage vertical ; par contre l’intérieur du vase, à l’exception du col, est resté brut de façonnage. Le fond devait avoir un diamètre réduit, de Tordre de 9 cm, et le rebord devait être simplement éversé.

108La partie supérieure de la panse est entourée de deux fortes cannelures d’inégale largeur (2 et 3 cm) et d’une fine rainure tracée sur l’arête qui les sépare. La première cannelure, la plus étroite, n’entre pas au contact du col dont un court épaulement la détache. Aux cannelures extérieures correspondent des gonflements intérieurs accentués.

109La couleur générale du récipient va du brun roux au brun soutenu. La pâte, sans engobe, bien cuite, présente dans sa masse des fentes de rétraction créées à la cuisson. Un examen sur lame mince effectué par J. Bonvalot (Sciences de la Terre, Université de Bourgogne) a montré que la matrice est constituée d’un mélange très homogène de minéraux phylitteux (paillettes de biotite, de muscovite et de chlorite à altérations ferrugineuses) et de très petits cristaux de quartz et de feldspath de taille comprise entre 0,05 et 0,08 mm. Cette matrice à fins composants renferme deux populations de grains grossiers. Les premiers, les plus abondants, sont des cristaux isolés de quartz et de feldspath, de 0,1 à 0,2 mm de grosseur. Les seconds, moins nombreux mais gros de 1 à 2 mm et plus, sont tantôt de gros cristaux isolés de quartz ou de feldspath perthitique, tantôt de petits morceaux de roche associant des quartz à des feldspaths de type pegmatite graphique ou à des feldspaths marqués d’inclusions de biotite ferruginisée.

110Ces éléments, le plus souvent très anguleux, proviennent d’une arène granitique concassée et calibrée. Il s’agit d’un matériau on ne peut plus courant dans la partie du Morvan où se trouve Blanot. C’est la preuve que le vase a été fabriqué, sinon sur place, du moins dans la proche région.

111Diam. à la carène 28 à 29 cm ; H. 30,5 cm environ (fond et rebord restitués).

Pendeloques (fig. 67)

112Les 7 pendeloques découvertes proviennent en toute logique du vase de terre cuite, comme les 591 anneaux et les 2 appliques à bélière décrits ci-après ; deux exemplaires ont du reste été trouvés, à la fouille, en relation avec des fragments de ce vase. Si les pendeloques n’ont de toute évidence aucun rapport avec la ceinture articulée, il se peut qu’elles aient appartenu à une parure spéciale. Il serait en effet étonnant, dans un contexte où toutes les garnitures métalliques sont intégrées à des parures, que ces breloques n’aient pas été elles-mêmes fixées à un support, quel qu’il ait pu être, pour en assurer le décor.

113Deux d’entre elles sont des pendeloques triangulaires. Le première, trapue (1/H 0,80), est dotée d’un gros anneau et d’un col court et large (fig. 67, no 1) ; la palette triangulaire, presque équilatérale, a une base droite et des côtés légèrement convexes. Elle porte un décor dense gravé au ciselet ; une portée de cinq traits barre le col ; des traits parallèles, groupés par trois, tiennent les côtés et la hauteur ; deux lignes d’incisions obliques enfin, disposées « en arêtes de poisson » et bordées de traits, surmontant une ligne de « dents de loup », suivent la base.

114La seconde, de silhouette un peu plus élancée (1/H 0,61), possède un col étroit et un anneau mal formé à la coulée, resserré de ce fait sur lui-même pour assurer sa fermeture (fig. 67, no 2). Le décor curviligne consiste en un double trait incisé, pincé entre deux lignes de points, qui longe les côtés et se tord en boucle pendante au sommet de la palette ; un simple trait bordé d’un pointillé frôle la base.

Fig. 66. — Vase de terre cuite à col cylindrique et panse biconique. Le rebord a été ébréché intentionnellement d’origine. Le fond été arraché par le soc des charrues.

115Les cinq autres pendeloques ont toutes la même forme à savoir celle de glumes ou plutôt de pinces, reliées à une bélière (fig. 67, nos 3 à 7). Elles sortent soit de l’empreinte unique d’un moule univalve, soit de la même empreinte répétée avec une matrice sur un moule d’argile ; elles se ressemblent tantôt par le contour de l’anneau de suspension, tantôt par la présence d’une excroissance sommitale, tantôt par la forme de l’échancrure médiane. Un martelage partiel des pinces et surtout un polissage général qui affecte les deux faces des objets en ont quelque peu modifié le contour. L’anneau de la cinquième pendeloque est sorti du moule incomplètement fermé (no 7) ; celui de la troisième est simplement cassé (no 5).

116Pendeloques triangulaires : no 1 : L. 5,07 cm, 1. 4,05 cm, poids 8,84 g ; no 2 : L. 5,72,1. 3,51 cm, poids 9,57 g. Pendeloques à pinces : no 1 à 5 : L. 4,9, 4,76, 4,76, 4,72, 4,7 cm ; 1. 2,36, 2,4, 2,42, 2,6, 2,4 cm ; poids 5,94, 4,21, 5,26, 3,69, 4,90 g.

Fig. 67. — Objets contenus dans le vase de terre cuite. Nos 1 et 2, pendeloques triangulaires ; nos 3 à 7, pendeloques à pinces ; no 8, anneaux reliés par une agrafe ; no 9, anneau ouvert, simple fil rond tordu en boucle dans lequel coulisse un petit anneau orné de côtes ; n 10, anneau plein ayant conservé l’excroissance du jet de coulée ; nos 11 et 12, appliques à bélières en calotte sphérique à bouton sommital.

Anneaux (fig. 67 à 71)

117Les 591 anneaux rassemblés sont tous moulés sauf un, simple fil rond tordu en boucle dans lequel coulisse un petit anneau de bronze ouvert, formé dans un ruban orné de trois côtes longitudinales (fig. 67, no 9). Les autres sont tous indépendants, sauf deux que relie une agrafe (fig. 67, no 8). Deux anneaux incomplètement formés à la fonte figurent dans le lot ; un troisième, le seul dans ce cas, a conservé l’excroissance du canal de coulée (fig. 67, no 10). Presque tous les autres gardent les traces d’un travail de polissage voire de martelage, destiné à rectifier aussi bien leur tranche extérieure que leur bord intérieur. Les anneaux fermés se classent en deux catégories : anneaux simples au nombre de 280 (47,46 %) et anneaux dentelés au nombre de 310 (52,54 %).

118Les anneaux simples ont, pour plus des trois quarts (78,18 %), un poids compris entre 0,65 et 1,25 g ; le plus léger pèse 0,32 g et le plus lourd, très isolé dans la répartition, 7,94 g. Leur diamètre se situe, pour plus de 95 % d’entre eux, entre 1,8 et 2,3 cm, avec un diamètre de 1,64 cm pour le plus petit et de 2,64 cm pour le plus gros. Leur section est pour une très grande majorité, soit triangulaire à bord interne convexe (33,92 %), soit biconvexe (27,50 %), soit, à proportions égales (14,64 %), losangique d’une part et en forme de flèche d’autre part ; les sections triangulaires et rondes sont rares (5 et 2,5 %) et les sections triangulaires à bord interne concave, plan-convexes et losangiques asymétriques, très exceptionnelles (moins de 1 % chacune).

119Pour les anneaux dentelés le poids varie de 0,40 à 1,76 g ; plus des quatre cinquièmes se placent entre 0,45 et 0,95 g ; seuls trois d’entre eux dépassent 1,30 g. Leurs diamètres se groupent pour la presque totalité (98,38 %), entre 1,8 et 2,2 cm. Leur section est le plus souvent losangique, régulière (40,78 %) ou asymétrique (26,21 %), parfois triangulaire avec bord intérieur convexe (15,21 %) ; les sections biconvexes et sagittales sont moins fréquentes (8,74 et 5,50 %) et les sections triangulaires proprement dites et triangulaires avec le bord intérieur concave, tout à fait rares (2,59 et 0,97 %).

Fig. 68. — Anneaux de bronze. On en compte 590 de différentes sections et de diamètre variable, tantôt simples (280), tantôt dentelés (310). Ils sont présentés ici passés sur un lacet de cuir comme les anneaux enfilés d’Hauterive-Champreyvères (Suisse). Il y a lieu de penser en effet que lorsqu’ils étaient très nombreux ces anneaux de petite taille étaient de préférence conservés de cette façon. La présence d’anneaux collés les uns aux autres porte à croire que ce pouvait fort bien être le cas aussi à Blanot.

Fig. 69. — Anneau dentelé. Les dentelures sont effectuées avec un ciselet ou un pointeau mais jamais avec une lime du genre tire point.

120Les dentelures qui caractérisent ces anneaux sont toujours inscrites sur l’arête externe à l’aide d’un ciseau ou quelquefois d’une bouterolle, mais jamais tracées avec une lime du genre tire point ; à l’état neuf, un bourrelet dû à l’écrasement du métal souligne chaque impression et festonne en quelque sorte le bord de l’anneau (fig. 69 et 70). Les impressions sont plus ou moins serrées (8 à 18 au cm) et plus ou moins régulières ; lorsqu’elles sont marquées au ciseau, elles apparaissent plus souvent transversales qu’obliques (22,90 %), en direction droite ou gauche. Elles sont généralement usées ou très usées, voire presque effacées ; dans une dizaine de cas seulement elles ont un aspect neuf. L’intérieur des anneaux est souvent lisse, comme poli.

121La classification des anneaux d’après leur poids, leur diamètre, leur épaisseur, leur denticulation éventuelle, leur état d’usure, n’a pas permis de reconnaître, dans le nombre, plusieurs ensembles cohérents. Seul un lot de 80 anneaux dentelés, de silhouette ovalisée et de section losangique asymétrique aplatie, forme un groupe homogène de poids compris entre 0,40 et 0,65 g ; ces anneaux correspondent à une même production, en quelque sorte à une série de fabrication. Une analyse factorielle des correspondances effectuée par C. Petit a confirmé cette observation (fig. 71, E), mais n’a pas permis d’aller plus avant dans la classification ; le principal critère de distinction des anneaux paraît bien être leur section. Il n’est pas certain qu’une analyse systématique de leur composition métallique donne des indications plus précises.

Fig. 70. — Anneau dentelé. L’outil employé pour réaliser les dentelures a écrasé le métal et créé un bourrelet, généralement bien visible sur les quelques anneaux qui ne sont pas usés.

Fig. 71. — Anneaux. Analyse factorielle des correspondances (d’après le poids, le diamètre, l’épaisseur, la section). Le groupe E s'individualise en raison du faible poids et du diamètre réduit des anneaux.

122Poids total des anneaux 500,25 g.

123Dans l’assemblage des objets que nous venons de décrire, seuls le chaudron de bronze et le vase de terre cuite jouent le rôle de contenants. Rien ne permet de dire en effet si les jambières avaient une quelconque enveloppe de protection ni si les fiasques étaient contenues dans un sac ou un couffin, Mais à la différence de 1’« urne », d’ailleurs amputée de son rebord et de fonction tout à fait banale, le chaudron s’intégré sans conteste dans l’ensemble des pièces qui composent le dépôt en tant que vase de valeur.

Appliques à bélières (fig. 67)

124Deux appliques à bélière en calotte sphérique à bouton sommital, très corrodées et fragmentées, constituent les derniers éléments trouvés dans le sol (fig. 67, nos 11 et 12). Elles pourraient être mises directement en relation avec les anneaux.

125En dehors des cuirs et du récipient de terre cuite, le dépôt compte typologiquement douze catégories d’objets métalliques, à savoir trois genres de vases (chaudron, coupe, fiasques), trois genres de bijoux (jambières, bracelet, ceinture), cinq genres de garnitures décoratives (appliques à bélière, pendeloques, plaque estampée, perles de bronze, perles d’or), auxquels s’ajoutent les anneaux, même si leur fonction s’avère hypothétique. Tous ces documents ne revêtent évidemment pas le même intérêt chronologique ni culturel.

Table des illustrations

Légende Fig. 3. — Fiasque à corps biconique. Mode d’emboîtage et de fixation de la partie supérieure du col à sa base attenante à l’épaulement décoré. Les deux parties sont serties par une gorge à profil en V, réalisée probablement sur un mandrin rainé métallique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 4. — Fiasque à corps biconique. Le sertissage des deux parties du col, lorsqu’il est intact, apparaît très serré, presque hermétique. La ligne incisée qui suit l’arête supérieure de la gorge, correspond soit à une ligne-repère, soit au travail de rectification du rebord extérieur.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 5. — Fiasque à corps biconique. Intérieur d’une coupelle conique zébrée de stries dues au travail de martelage ; les coupelles des fiasques à panse haute portent toutes les marques de ce travail (fig. 10, nos 1 à 6).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Fig. 6. — Fiasque à corps biconique. Aspect de la paroi externe de la coupelle ombiliquée de la fiasque 2 (fig. 9, no 2). Les coupelles portent les fines stries d’un polissage au grès effectué, en partie au moins, postérieurement à leur sertissage dans les épaulements décorés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 7. — Fiasque à corps biconique. Bossettes et perlures à bords adoucis, embouties sur tas en bois (fig. 9, no 1) ; l’épaulement de cette fiasque, comme celui de la fiasque 4 (fig. 9, no 4), est fabriqué dans une tôle de récupération qui porte les marques de bossettes antérieures écrasées au marteau.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Fig. 8. — Fiasque à corps biconique. Bossettes embouties sur tas métallique (fig. 9, no 3). Elles sont semi-sphériques, bien dégagées et très régulières ; quelques-unes cependant ont été tréflées à la frappe.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Fig. 9. — Fiasques 1 à 5, variante à panse basse. Ces récipients correspondent à une ou peut-être à deux séries de fabrication si l’on considère qu’ils ont été façonnés dans des tôles de récupération et qu’il y a deux sortes de décor, l’un exécuté sur tas en bois (nos 1 et 2), l’autre sur tas de métal (nos 3 à 5). No 6, schéma de montage : a, partie supérieure du col ; b, épaulement décoré portant la partie inférieure du col ; c, coupelle de base.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Légende Fig. 10. — Fiasques 6 à 11, variante à panse haute. Ces dernières, fabriquées dans des tôles très minces, appartiennent à une même série de fabrication. Les bossettes bien formées, disposées sur deux (nos 1 et 2) ou trois rangées (nos 3 à 6), ont été effectuées exclusivement sur tas métallique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Légende Fig. 11. — Jambière à spirales et fils récurrents. Vue du décor gravé de la jambière 6 (fig. 26). On compte 30 à 40 traits au cm. Ces derniers ont été tracés un à un avec une règle comme l’indiquent les ratés, les reprises et les dépassements. L’outil employé pour réaliser ce travail peut avoir été un minéral dur, du genre hématite ou magnétite, aiguisé par abrasion.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Légende Fig. 12. — Jambière 1. Le bord du jambart a été réparé à l’aide d’une petite plaque de bronze pliée en pince sur la cassure et fixée par deux petits rivets à tête affleurante.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende Fig. 13. — Jambière 1. A l’intérieur de la jambière, les petits rivets qui maintiennent la plaquette de renfort font légèrement saillie.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Fig. 14. — Jambières 1 et 2. Vues dorsales et latérales. La construction du décor est conforme à la réalité mais la densité des traits n’a pas été respectée pour des raisons de lisibilité ; cette observation est valable pour les figures 16, 19, 23 et 25.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Fig. 15. — Jambières 1 et 2. Développés, en grandeur nature, du décor gravé des jambarts.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 16. — Jambières 3. Vues dorsale et latérale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 17. — Jambière 3. Le remplissage des éléments du décor gravé est exécuté en hachures plus espacées que celles qui garnissent les dessins des autres jambières (fig. 11).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Fig. 18. — Jambière 3. Développé, en grandeur nature, du décor du jambart.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Fig. 19. — Jambière 4. Vues dorsale et latérale. Le décor gravé et repoussé est très altéré par la corrosion.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Légende Fig. 20. — Jambière 4. Développé, en grandeur nature, du décor du jambart.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 21. — Jambière 4. Le bord du jambart, probablement fendu, a été renforcé avec une forte lamelle de bronze, pincée sur le bord et maintenue par une agrafe. La saillie que forme cette lamelle à l’intérieur du bijou (fig. 22) porte à supposer que les jambières pouvaient avoir une garniture intérieure donnant quelque confort. Un lien de fixation pour leur maintien en place est également envisageable.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 22. — Jambière 4. Mode de fixation des fils récurrents au jambart. Les fils dont les extrémités libres ont été écrasées en forme de palettes, sont maintenus aux pointes du jambart par deux petits rabats qui les enserrent ainsi que par un rivet à tête affleurante. On peut supposer que cette technique de montage très exceptionnelle a été employée à la suite d’un accident de fabrication.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Fig. 23. — Jambière 5. Vues dorsale et latérale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 610k
Légende Fig. 24. — Jambière 5. Développé, en grandeur nature, du décor du jambart.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 25. — Jambière 6. Vues dorsale et latérale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 639k
Légende Fig. 26. — Jambière 6. Développé, en grandeur nature, du décor du jambart.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 27. — Jambières. Techniques employées pour relier des fils. Gaine simple (no 1, jambières de Riesdorf d’après Brunn 1968). Gaine double (no 2, jambière 6 de Blanot). Longue torsade (no 3, jambière 5).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 28. — Chaudron. Le bandeau gravé qui ceint le rebord du chaudron est constitué de deux lignes festonnées encadrant quatre filets parallèles ; les festons ont été exécutés semble-t-il avec une sorte de gouge dont l’intérieur dessinait un V.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Fig. 29. — Récipients de bronze. No 1, coupe carénée à panse basse et anneau porteur, décorée de lignes de points et de bossettes ; la ligne pointillée supérieure est tracée en-dessous de la carène. No 2, chaudron à attaches d’anses cruciformes ; le rebord est décoré d’un bandeau continu de festons et de filets gravés qui passe sous les attaches d’anses ; le récipient ne semble pas avoir été doté, comme c’est généralement le cas, de deux anses métalliques lisses.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Légende Fig. 30. — Chaudron. Vue d’une attache cruciforme (fig. 29, no 2b). Les deux attaches qui garnissent le chaudron sortent probablement d’un même moule univalve. Leurs anneaux n'ont pas de traces d’usure. Elles se superposent au décor qui ceint le rebord.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Fig. 31. — Chaudron. Les rivets, à tête conique et à tige également conique, qui fixent les attaches cruciformes s’enfoncent à travers la paroi comme des clous (avers de l’attache fig. 29, no 2a). Ils ont repoussé le métal à l’intérieur ; leur pointe est à peine écrasée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende FIG. 32. — Ceinture articulée à trois étages de maillons plats et un rang de pendeloques triangulaires ; a, endroit ; b, envers. L’un des maillons plats du rang supérieur a été remplacé (fig. 34). L’une des onze pendeloques initiales fait défaut. Des anneaux de liaison ont été changés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Légende Fig. 33. — Ceinture articulée. No 1, endroit d'un maillon plat décoré et de ses anneaux de liaison. Le décor des maillons a été effectué par gravure et au repoussé. No 2, envers ; dans trois cas les rubans de bronze ont une extrémité arrondie.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Fig. 34. — Ceinture articulée. Endroit et envers du maillon de remplacement de la ligne supérieure ; cet élément a été débité dans une lame de bronze préalablement décorée de deux lignes latérales d'incisions disposées en « arêtes de poisson ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Fig. 35. — Ceinture articulée. Extrémité gauche de la ceinture vue de face ; aucun élément ne manque. Un angle de la deuxième pendeloque a été plié lorsque le fond du chaudron s’est trouvé déchiré lors de sa mise au jour.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 585k
Légende Fig. 36. — Ceinture articulée. Deux lacets, probablement de cuir, se trouvaient aux extrémités de l’une des attaches serpentiformes au moment de la découverte.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 37. — Bracelet réniforme à groupes de côtes saillantes. Les développés des décors de la plage centrale et de l’une des plages latérales ont été réalisés à partir de moulages souples. Le décor est constitué de traits parallèles, de lignes de points, de cercles pointés et d’arceaux effectuées avec grand soin.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Légende Fig. 38. — Bracelet reniforme. Vue du décor gravé garnissant l’un des segments du jonc compris entre les groupes latéraux de côtes saillantes. Le décor est réalisé au ciselet et au pointeau.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Fig. 39. — Parure de cuir. Fragment de cuir avant son traitement (fig. 40 et 43, no 5). Le cuir s’est conservé sous forme de morceaux souvent ténus, desséchés et tout recroquevillés. Il s’agit de la fleur d’une peau déterminée comme pouvant être de Chèvre ou de Mouton.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Fig. 40. — Parure de cuir. Fragment de cuir après son traitement (fig. 39 et 43, no 5) ; l’empreinte circulaire des appliques est encore visible autour des trous de passage des lacets. Les morceaux de cuir, très cassants, ont été traités et mis à plat en vue d’un éventuel recollage.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 41. — Parure de cuir. Fragments de cuirs après leur traitement et leur mise à plat (fig. 42, nos 1, 2 et 3). Les restes de coutures indiquent un assemblage en plusieurs pièces. On suppose qu’il s’agit là d’un petit vêtement.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 757k
Légende Fig. 42. — Parure de cuir. Les fragments nos 1, 2 et 3 qui se recollent, conservent les restes d’une couture au surjet (comme les fragments nos 4, 8 et 9) et les témoins des attaches de cabochons disposés sur trois lignes (fig. 41). Les traces des cabochons eux-mêmes et l’écartement des trous de passage de leurs lacets de fixation prouvent que ces lignes, orientées peut-être à l’horizontale, étaient composées soit d’appliques de même module juxtaposées, soit d’appliques de diamètres différents placées en alternance. Sur le fragment no 8 l’endroit des deux pièces de cuir est tourné du même côté. Nos 5, 7 et 10, fragments de cuir avec trous de passage de lacet, r, endroit du cuir.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 446k
Légende Fig. 43. — Parare de cuir. Les fragments nos 1,3 et 5, portent des restes de coutures au surjet avec un fil de cuir. Sur l’élément no 1, la couture a été effectuée avec deux fils dont le mode d’arrêt pour l’un et d’attache pour l’autre, est explicité par le schéma A, fig. 45 ; le nœud qui maintient l’applique de bronze assure en même temps le blocage de la ligne de cabochons. Le fragment no 5 montre que, sur une même ligne, le lacet de fixation des appliques pouvait passer soit dans deux trous juxtaposés, soit dans un seul trou ; le croquis présentant le fragment no 5 étalé, a été orienté à l’horizontale suivant la disposition supposée des lignes de cabochons (fig. 39 et 40).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
Légende Fig. 44. — Parare de cuir. Les fragments nos 1 et 2 qui se recollent présentent, comme l’élément no 8, fig. 42, les restes d’une couture au surjet effectuée avec un lacet de cuir et non avec un fil de cuir ; le fait que la couture n’intéresse qu’une partie du bord de la pièce peut indiquer, entre autres hypothèses, l’existence du passage d’un élément de fermeture. Les nos 4, 6, 7 et 10 présentent des trous, simples ou doubles, pour le passage des lacets de fixation des appliques ; l’écartement des lignes de cabochons est de 2,5 cm sur le no 4 et de 4,5 cm sur le no 10. No 5, fragments de cuir reliés par un lacet ; nos 8, 9, 11 à 14, petits fragments de cuir.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Légende Fig. 45. — Parure de cuir. Nos 1 et 3, nœuds d’arrêt au bout de lacets tenant les appliques (schémas Dl et E3) ; no 2, lacet large formant un nœud coulant bloqué par un nœud simple (schéma L2) ; no 4, fils de cuir liés l’un à l’autre par un nœud plat (schéma K4) ; no 5, lacet large serré par un nœud simple (schéma B5) ; no 6, fil de cuir ; nos 7, 10 à 12, lacets larges ; no 8, fils de cuir fixés par des nœuds coulants simples à un petit anneau de bronze (schémas F8a et G8b) ; no 9, ganse de cuir cousue dans son épaisseur, avec un trou probablement destiné au passage d’un lacet. A, système d’attache des deux fils de cuir sur la pièce no 1, fig. 43 (tiret vertical) ; C, couture au surjet ; H, I et J, modes de fixation des cabochons.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig. 46. — Appliques à bélière. No 1, intérieur d’une applique soigneusement plané et poli ; no 2, intérieur d’une applique resté brut du martelage de mise en forme (fig. 51, no 10). Les bords des appliques sont généralement très fins presque acérés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Fig. 47. — Appliques à bélière. No 1, décor de deux lignes pointillées marginales, très estompées, sur l’avers de l’applique no 6, fig. 53 ; no 2, décor d'une ligne de points partiellement conservée sur le bord intérieur de l’applique no 6, fig. 49.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Fig. 48. — Appliques à bélière. Vues interne et externe d’appliques à côtes concentriques, décorées d’une ligne de points au repoussé à la base de la calotte sphérique. NO 1 (fig. 53, no 3) ; no 2 (fig. 53, no 2).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Fig. 49. — Appliques à bélières. Nos 1 à 3, appliques en calottes sphériques ;nos 4 à 13, appliques en calottes sphériques à bouton sommital aplati. La calotte de l’applique no 6 présente, sur son bord intérieur, une ligne pointillée (fig. 47, no 2). Les nos 10 à 13 ont conservé leur lacet de fixation à la monture de cuir, passé soit dans un seul trou (nos 10 et 12), soit dans deux trous juxtaposés (no 11).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Légende Fig. 50. — Appliques à bélière. Nos 1 à 14, appliques en calottes sphériques à bouton sommital moyennement développé. Les nos 1 et 5 ont conservé leur lacet de fixation à la monture de cuir.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Légende Fig. 51 — Appliques à bélière. Nos 1 à 7 et 14, appliques en calottes sphériques à bouton sommital moyennement développé ; nos 9 à 13, appliques en calottes sphériques à bouton sommital élevé.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Légende Fig. 52. — Appliques à bélière. No 1, applique en calotte sphérique à bouton sommital élevé et petit méplat marginal (lacet de fixation) ; nos 2 à 14. appliques en calottes sphériques à bouton sommital et nervure concentrique, unique (no 2), double (nos 3, 4 et 14), triple (nos 5 à 13), avec pointillé à la base de la calotte sphérique (nos 9 et 11 à 13).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Légende Fig. 53. — Appliques à bélière. Nos 1 à 3, appliques en calottes sphériques à bouton sommital, à trois nervures concentriques et décor pointillé ; no 4, applique plate à bélière dégagée ; no 6, applique très peu bombée décorée d’un double pointillé périphérique ; nos 5 et 7 à 10, appliques plates à chanfrein.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Légende Fig. 54. — Plaque de tôle décorée au repoussé de nervures parallèles, de points alignés et de cercles concentriques estampés. De petites lamelles de bronze, passées dans les fentes, l’agrafaient sur la monture de cuir dont un fragment est encore en place ; il y avait trois agrafes sur la partie convexe et trois autres sur la partie rectiligne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Fig. 55. — Plaque de tôle décorée. La minceur et la corrosion de la tôle expliquent son état très fragmentaire. Les nervures sont très régulières, mais les points sont plus ou moins bien alignés. Les cercles concentriques ont été réalisés sans doute avec un couple poinçon et contre-poinçon. Le dépôt de Génelard renferme les outils propres à l’exécution de ce travail (cf. note 16, p. 82).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 56. — Collier 1, à perles de bronze. Il est formé de perles en tôle de bronze et de barrettes de même métal, repliées bord à bord sur une âme de cuir constituée d’un lacet large et de trois lacets fins (nos 1 à 8). Le nœud no 29 qui réunissait les lacets devait être caché par les perles, car il a la même section qu’elles et est entièrement oxydé. La disposition des éléments sur le support de cuir ne peut être rétablie. No 12, perle décorée (fig. 57).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Fig. 57. — Collier 1. Perle longue ornée de quatre groupes de traits transversaux incisés. On peut supposer qu’elle constituait l'élément décoratif principal du bijou (fig. 56, no 12).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Fig. 58. — Collier 2. Les lacets de cuir fin sont roulés sur une âme faite d’une cordelette lâche ou de fibres tassées dont la matière n’a pas été déterminée (chanvre ?). Les lacets, qui ont perdu aujourd’hui leur souplesse et leur gonflant, étaient à l’origine plaqués contre les perles ; ils ont conservé, nettement imprimées, les marques de leurs nervures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 59. — Collier 2, à quatre rangs de perles tubulaires en or. Les perles, en tôle d’or roulée et soudée, ont un diamètre de 5 à 6 mm ; elles sont ornées de côtes très serrées (14 au cm). No 1, endroit supposé ; no 1a, envers ; no 1b, disposition des fils d’attache ; nos 2 à 24, perles libres.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 60. — Collier 2. Les lacets, simples rubans de cuir fin, ne sont cousus au surjet qu’au sortir des rangs de perles. Du côté droit, le collier étant supposé en place, la gaine les enveloppe à peine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende Fig. 61. — Collier 2. Du côté gauche, la gaine recouvre presque totalement les lacets qui portent les perles. Elle est cousue de façon assez lâche avec des fils groupés dont la matière n’a pas été déterminée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 62. — Collier 2. Une perle dessoudée a été réparée avec un fil, peut-être un crin de cheval, solidement noué. Une réparation identique s’observe sur le collier à trois rangs de perles (fig. 64).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Fig. 63. — Collier 3, à trois rangs de perles tubulaires en or. Les perles sont décorées en alternance de groupes de côtes et de plages lisses. Les côtes sont plus espacées que sur les perles du collier 2 (12 au cm) et donc effectuées avec un instrument différent. No 1, endroit supposé ; no 1a, envers ; no 1b, mode de fixation d’un fil d’attache ; nos 2 à 8, perles libres.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Fig. 64. — Collier 3. La gaine qui enveloppe les lacets est très serrée. La seconde perle du rang central est consolidée avec un fil, peut-être un crin de cheval, comme l’une des perles du collier à quatre rangs (fig. 62).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Fig. 65. — Colliers 2 et 3, à perles d’or. Essai de reconstitution des bijoux. Les rangs de perles, très certainement contigus, devaient être assez rigides, car beaucoup de tubes, de forme légèrement conique, ont tendance à s'emboîter quelque peu. En tramé : a, cuir ; b, perles dont la place est connue ; c, perles replacées en tenant compte de leur longueur et de leur forme ; d, bronze.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Légende Fig. 66. — Vase de terre cuite à col cylindrique et panse biconique. Le rebord a été ébréché intentionnellement d’origine. Le fond été arraché par le soc des charrues.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Légende Fig. 67. — Objets contenus dans le vase de terre cuite. Nos 1 et 2, pendeloques triangulaires ; nos 3 à 7, pendeloques à pinces ; no 8, anneaux reliés par une agrafe ; no 9, anneau ouvert, simple fil rond tordu en boucle dans lequel coulisse un petit anneau orné de côtes ; n 10, anneau plein ayant conservé l’excroissance du jet de coulée ; nos 11 et 12, appliques à bélières en calotte sphérique à bouton sommital.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Fig. 68. — Anneaux de bronze. On en compte 590 de différentes sections et de diamètre variable, tantôt simples (280), tantôt dentelés (310). Ils sont présentés ici passés sur un lacet de cuir comme les anneaux enfilés d’Hauterive-Champreyvères (Suisse). Il y a lieu de penser en effet que lorsqu’ils étaient très nombreux ces anneaux de petite taille étaient de préférence conservés de cette façon. La présence d’anneaux collés les uns aux autres porte à croire que ce pouvait fort bien être le cas aussi à Blanot.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 813k
Légende Fig. 69. — Anneau dentelé. Les dentelures sont effectuées avec un ciselet ou un pointeau mais jamais avec une lime du genre tire point.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Fig. 70. — Anneau dentelé. L’outil employé pour réaliser les dentelures a écrasé le métal et créé un bourrelet, généralement bien visible sur les quelques anneaux qui ne sont pas usés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 71. — Anneaux. Analyse factorielle des correspondances (d’après le poids, le diamètre, l’épaisseur, la section). Le groupe E s'individualise en raison du faible poids et du diamètre réduit des anneaux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/759/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

© ARTEHIS Éditions, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search