Version classiqueVersion mobile

L’Âge du Bronze en Bourgogne. Le dépôt de Blanot (Côte-d’Or)

 | 
Jean-Paul Thevenot

Première partie. Étude archéologique

Chapitre I. Conditions de découverte et de gisement

Texte intégral

1La découverte d’objets de l’Age du Bronze dans le bois de Pommeraie, près du hameau de Jonchères, à Blanot, peut paraître exceptionnelle. Cette commune de la bordure orientale du Morvan ne figure pas en effet dans les répertoires des gisements pré-et protohistoriques du département de la Côte-d’Or. La région, très boisée, n’a guère retenu les chercheurs à l’inverse de l’Auxois voisin systématiquement prospecté depuis la fin du xixe siècle.

2Le relief du secteur descend en gradins des lourds sommets du Haut Morvan, à l’Ouest, jusqu’aux collines du Pays d’Arnay, à l’Est, qui se raccordent à la dépression largement étalée de l’Auxois. Le paysage est localement celui d’un plateau granitique, à l’altitude moyenne de 520 m, indenté par le réseau hydrographique serré d’un ruisseau dénommé la Plaine. Ce petit affluent du Temin, profondément inscrit dans la formation cristalline, ouvre cependant le territoire vers le Sud, sur la proche vallée de l’Arroux et sur celle de la Loire. Le pays se relie en outre sans obstacle à l’Auxois sédimentaire qui s’étend à l’Est et au Nord-Est en direction du Seuil de Bourgogne (fig. 1).

Fig. 1. — Situation du dépôt de Blanot sur la bordure orientale du Morvan, entre le bassin d’Autun, relié par la vallée de l’Arroux au bassin de la Loire, et l’Auxois, ouvert sur la vallée de l’Yonne et le seuil de Bourgogne. Le dépôt a été découvert sur le bord du plateau de Jonchères en surplomb du ruisseau de la Plaine, affluent du Ternin. Le grisé correspond aux altitudes supérieures à 500 m.

Circonstances de la découverte

3Les vestiges ont été découverts de façon accidentelle le 31 décembre 1982, au lieudit En Pommeraie (parcelle no 161, section Al), par Guy Desplantes, fils de M. et Mme Desplantes agriculteurs à Jonchères. Les objets se trouvaient, à moins de vingt mètres du rebord du plateau, entre les racines d’un bouleau renversé et dans les terres soulevées par la chute de l’arbre. Ils avaient de toute évidence été mis au jour, de façon brutale, près de deux mois plus tôt, par une tornade qui fit maints dégâts dans la région.

4Le découvreur préleva d’abord dans la souche un récipient de bronze, rempli d’objets recouverts d’une coupe de bronze retournée en guise de couvercle, puis, accompagné de ses parents, recueillit les autres vestiges pris dans les racines du chablis ou répartis dans la terre, sans effectuer toutefois de véritable terrassement. Furent ainsi rassemblés, outre le chaudron de bronze et son contenu trois paires de jambières à spirales, de petites fiasques de bronze entières ou démontées, des fragments d’un vase de terre cuite ainsi que tout un lot d’anneaux de bronze et des pendeloques de même métal.

5Les inventeurs firent part de leur découverte à Mme et M. Garandeau, notaire à Liemais, qui avertirent la Direction des Antiquités préhistoriques dès qu’ils eurent examiné les documents mis au jour, soit en août 1983.

Premières observations

6Les informations réunies lors de l’enquête menée dans un premier temps auprès des découvreurs, sont toutes concordantes ; elles concernent notamment la disposition des objets renfermés dans le chaudron et celle des vestiges répandus dans le sol.

7Le contenu du chaudron, examiné au domicile des inventeurs, se stratifiait précisément de la façon suivante. Sous la coupe de bronze retournée, se présentaient deux colliers à perles d’or montées sur cuir, puis un collier à perles de bronze et armature de cuir. Ces parures étaient posées sur une pièce de cuir garnie de « boutons » de bronze en forme de coupelles, pliée au carré « comme une serviette », bien calée contre les parois du récipient ; cette dernière était presque totalement pourrie et seuls quelques fragments en ont été conservés. Elle recouvrait un bracelet de bronze massif orné de côtes, placé sur une ceinture de bronze articulée, pliée soigneusement au fond du vase ; à l’une des boucles d’attache de la ceinture pendaient encore deux petits lacets de cuir.

8La position relative des objets dans le sol a été elle aussi bien observée. Le chaudron, coincé entre les racines de la souche du bouleau, se trouvait immédiatement en contact avec les jambières. Ces dernières, formant trois paires de grande, moyenne et petite taille, étaient engainées les unes dans les autres en un paquet compact, les plus petites à l’intérieur. Les fiasques à panse biconique, entières, démontées ou fragmentées, étaient toutes rassemblées les unes à côté des autres, en un seul groupe. Des anneaux étaient éparpillés sur le sol, mais les plus nombreux, parfois encore soudés les uns aux autres par l’oxydation, étaient mêlés « par poignées », sur une surface réduite, à des fragments de poterie plus ou moins gros ; les pendeloques triangulaires et à pinces gisaient également dans la terre.

Données de la fouille

9Une fouille, en réalité plus de contrôle que de sauvetage, a été effectuée, huit mois après la découverte. La dépression créée par la chute de l’arbre, restée en l’état, mesurait 2 m d’Est en Ouest, 1,50 m du Nord au Sud et 0,30 m environ de profondeur. La souche, de dimensions équivalentes, redressée sur la bordure nord de la cavité, était également demeurée intacte. Quelques morceaux de granite, arrachés au substrat, reposaient sur le sol éventré.

10Les recherches, menées au total pendant cinq jours, ont intéressé d'une part le creux laissé par le déracinement du bouleau et ses abords immédiats, soit une surface de l’ordre de 6 m2, d’autre part la souche elle-même qui a été fouillée à l’envers. Les terres remaniées ont été tamisées et le terrain, au voisinage de la dépression, soigneusement prospecté. Les observations faites par les inventeurs ont pu être ainsi vérifiées et complétées.

11La parcelle concernée par la découverte n’a pas été labourée depuis 1920. Planté en sapins jusqu’en 1948, le terrain s’est depuis lors boisé de façon naturelle. Le sol, en cet endroit, présente un profil très simple d’arène, avec de haut en bas (fig. 2, A) :

  • une couche d’arène fine, épaisse de 15 cm, très épierrée et totalement remaniée par les travaux agricoles ;
  • une couche d’arène grossière, en place, de couleur brun roux, épaisse de 25 à 30 cm, enveloppant des blocs de granite plus au moins arrondis et friables ;
  • le substrat de granite, diaclasé, plus au moins cohérent et altéré.

Fig. 2. — Coupe du terrain à l’emplacement du dépôt et disposition générale des vestiges dans le sol. A et C : 1, arène grise épierrée, remaniée par les labours ; 2, arène grossière de couleur brun roux incluant des blocs de granite plus ou moins arrondis ; 3, substrat de granite diaclasé, plus ou moins altéré. B et C : a, chaudron ; b, jambières ; c, fiasques ; d, vase de terre cuite.

12La fouille de la souche qui gardait encore parfaitement l’empreinte du paquet de jambières et celle du chaudron a permis de constater :

  • que le chaudron était posé sur sa base annulaire,
  • que les jambières étaient placées à son contact même, au Sud-Ouest,
  • qu’une huitaine de fragments de poterie, une pendeloque à pinces ainsi que trois anneaux se distribuaient à l’Est du chaudron, entre 10 et 40 cm de distance,
  • qu’un fragment de fiasque était situé à 45 cm environ au Sud du chaudron.

13La fouille et le tamisage systématique des terres de la cavité nous ont amenés à reconnaître :

  • que dans leur ensemble, les quelque vingt nouveaux fragments de fiasques recueillis se concentraient dans le secteur sud de la dépression,
  • que les morceaux de poterie, la douzaine d’anneaux et la deuxième pendeloque à pinces retrouvés, y étaient regroupés dans le secteur nord-est. Il faut signaler que des objets et des fragments ont été projetés plus ou moins loin lors de la chute de l’arbre ; des morceaux de fiasques et quelques anneaux ont été ramassés à la périphérie du trou, et le fond d’une fiasque a même été rencontré à plus de 6 m de distance.

14Les anneaux de bronze, les pendeloques triangulaires et les pendeloques à pinces ainsi que les deux appliques à bélière fragmentées trouvés dans le sol, se présentaient tous à peu près dans le même état de corrosion ; ils semblent avoir été soumis aux mêmes conditions de gisement. La plupart des anneaux, c’est-à-dire plusieurs centaines, ainsi que deux pendeloques ont été découverts en contact direct avec le gros des fragments de poterie. Il ne paraissent pas avoir été beaucoup déplacés puisque dans cinq cas des anneaux soudés par deux ou trois étaient en effet restés solidaires, dans la position légèrement décalée qu’ils devaient avoir primitivement ; de plus les fragments de poterie les plus importants étaient encore juxtaposés. Ces derniers appartiennent sans équivoque à un seul vase ; leur association privilégiée avec les petits objets métalliques tend à montrer que le récipient devait les contenir.

Disposition des objets

15Les données de la fouille et les observations initiales concordent donc parfaitement. La disposition des vestiges dans le sol peut ainsi être reconstituée de la manière suivante (fig. 2, B).

16Le chaudron était installé de façon stable très certainement à même la roche, la coupe carénée, formant couvercle partiel, posée à l’envers sur son remplissage ; il ne se trouvait pas au centre des objets comme la richesse de son contenu porterait à le croire, mais sur la bordure nord de l’aire occupée.

17Les jambières emboîtées les unes dans les autres en bloc serré se calaient contre lui au Sud-Ouest, selon une orientation Nord-Ouest - Sud-Est.

18Les fiasques, au nombre de onze, étaient placées sans ordre au Sud du chaudron, les unes à côté des autres, certaines debout, d’autres couchées voire retournées puisqu’au moment de la découverte l’une au moins des deux fiasques intactes ne contenait pas de terre. Elles reposaient elles aussi au plus profond de la cavité puisque les labours ne les ont jamais atteintes (fig. 2, C).

19La poterie gisait à l’Est du chaudron ; son diamètre proche de 30 cm, le fait qu’il n’en subsiste après reconstitution qu’un peu plus de la moitié, la faible profondeur de la fosse, tendent à prouver qu’elle était couchée sur le côté et assez haut placée puisque les socs des charrues l’ont quasiment coupée en deux dans le sens de la longueur ; ils ont arraché en même temps le fond dont aucun morceau n’a été retrouvé (fig. 2, C, d). Les anneaux et les pendeloques de bronze qu’elle renfermait devaient être cependant tassés au « flanc » du vase pour ne pas avoir été dispersés par les instruments aratoires.

Nature du gisement

20Il n’y a pas lieu de penser que ce rassemblement d’objets ait constitué le mobilier d’une sépulture, ni par inhumation, ni par incinération. Dans le premier cas en effet quelques aménagements de la structure funéraire tels que les bords de la fosse sépulcrale, à défaut des ossements qui ne se conservent pas en terrain granitique, seraient sans doute restés visibles ; dans le second cas les fragments d’ossements brûlés n’auraient certainement pas tous disparu non plus que les morceaux de l’urne censée les contenir. La fouille a donné en outre la preuve que les objets n’étaient pas entourés d’un coffrage de pierres dont il est à présumer qu’au moins quelques éléments auraient subsisté.

21Les vases et les bijoux ont donc été, selon toute vraisemblance, tout simplement déposés au fond d’un trou de 40 à 45 cm de profondeur creusé jusqu’à la roche. Les limites de la fosse n’ont pas été discernées par suite du remaniement accidentel du terrain, mais on peut raisonnablement supposer qu’elle devait avoir un contour arrondi et un diamètre de l’ordre de 80 cm à 1 m.

22Le lieu de la découverte ne se signale aujourd’hui par aucun élément topographique remarquable ; mais il n’est pas impossible qu’un bloc rocheux, comme ceux qui parsèment le flanc du vallon, ait initialement servi de repère. Aucune structure archéologique particulière n’a été toutefois rencontrée à proximité immédiate des vestiges. Nous sommes donc bien ici en présence d’un dépôt.

23Nous avons coutume de considérer les dépôts comme des assemblages d’objets exclusivement métalliques (Verron 1973, Mohen 1977). La découverte de Blanot vient prouver que certains d’entre eux ont en réalité contenu des éléments en matière périssable. Il peut s’agir certes de contenants tels que les sacs qui enveloppaient très certainement les paquets de bagues et de bracelets du dépôt de la Lucarne à Villethierry (Mordant, Prampart, 1976). Il peut s’agir surtout de composants du dépôt lui-même, montures ou parures proprement dites, tels que les colliers et l’article de cuir de Blanot. Il y a lieu de noter enfin qu’à la différence de la plupart des dépôts fortuitement mis au jour, celui-ci a bénéficié de conditions de découvertes somme toute assez favorables ; on peut assurer en effet qu’il est archéologiquement complet.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Situation du dépôt de Blanot sur la bordure orientale du Morvan, entre le bassin d’Autun, relié par la vallée de l’Arroux au bassin de la Loire, et l’Auxois, ouvert sur la vallée de l’Yonne et le seuil de Bourgogne. Le dépôt a été découvert sur le bord du plateau de Jonchères en surplomb du ruisseau de la Plaine, affluent du Ternin. Le grisé correspond aux altitudes supérieures à 500 m.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/756/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 506k
Légende Fig. 2. — Coupe du terrain à l’emplacement du dépôt et disposition générale des vestiges dans le sol. A et C : 1, arène grise épierrée, remaniée par les labours ; 2, arène grossière de couleur brun roux incluant des blocs de granite plus ou moins arrondis ; 3, substrat de granite diaclasé, plus ou moins altéré. B et C : a, chaudron ; b, jambières ; c, fiasques ; d, vase de terre cuite.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/756/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 395k

© ARTEHIS Éditions, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search